Difficultés de recrutement de médecins investigateurs en soins primaires : exemple de l étude ETIC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Difficultés de recrutement de médecins investigateurs en soins primaires : exemple de l étude ETIC"

Transcription

1 N UNIVERSITE DE CLERMONT-FD I FACULTE DE MEDECINE THESE pour le DOCTORAT EN MEDECINE ( Diplôme d Etat) PAR PANTERA Eric Né le 25 avril 1984 à MARSEILLE Présentée et soutenue publiquement le 18 octobre Difficultés de recrutement de médecins investigateurs en soins primaires : exemple de l étude ETIC Membres du jury : o Professeur RUIVARD Marc o Professeur CLEMENT Gilles o Professeur VORILHON Philippe o Docteur VAILLANT ROUSSEL Hélène o Docteur PEREIRA Bruno Président : Professeur COUDEYRE Emmanuel

2 LISTE DU PERSONNEL ENSEIGNANT

3 A mes parents et à mes grands parents, Ils m ont permis de faire ces études de médecine Je les remercie très affectueusement A Marie-Anne ma compagne, Je la remercie de sa patience et de son réconfort A tous mes amis Je les remercie pour leur soutien lors de ces études de médecine

4 A NOTRE PRESIDENT DE THESE Monsieur le Professeur COUDEYRE, Il nous fait l honneur de présider cette thèse Qu il trouve ici le témoignage de toute notre reconnaissance et notre profond respect

5 A NOTRE JURY DE THESE Monsieur le Professeur RUIVARD, Il nous fait l honneur de juger notre travail Qu il trouve ici le témoignage de notre plus vive reconnaissance Monsieur le Professeur CLEMENT, Il nous fait l honneur de juger notre travail Qu il trouve ici le témoignage de notre gratitude Monsieur le Professeur VORILHON, Il nous fait l honneur de juger notre travail Qu il trouve ici le témoignage de notre remerciement Madame le Docteur VAILLANT ROUSSEL, Elle nous a inspiré le sujet de cette thèse Pour son aide et sa disponibilité Qu elle en trouve en ce travail l expression de nos plus vifs remerciements. Monsieur le Docteur PEREIRA, Il nous fait l honneur de juger notre travail Pour son aide et son travail dans la méthodologie et l analyse statistique Qu il trouve ici le témoignage de notre obligation

6 REMERCIEMENTS A l ensemble des médecins investigateurs de l étude ETIC, leurs participations ont permis la réalisation de ce travail et participent à la construction scientifique en soins primaire. Qu ils trouvent ici le témoignage de notre plus vive reconnaissance.

7 SOMMAIRE INTRODUCTION.pages 1 MATERIEL ET METHODE.pages 3 1. Déroulement de l étude 2. Critères d éligibilité 3. Analyse des données 4. Aspects éthiques 5. Analyse des données médecins RESULTAT pages 8 1. Recrutement 2. Caractéristiques 3. Recrutement par médecin 4. Inclusion en fonction du temps DISCUSSION..pages Utilisation du cluster a. Pourquoi avoir utilisé une randomisation en cluster? b. Risque de biais lié au cluster 2. Difficultés de recrutement lié à ETIC o Liste de diffusion o Dimension de l étude ETIC o Récurrences des consultations o Financement 3. Difficultés de recrutement lié au contexte général o Démographie o Sous représentation française o Sous représentation de la médecine générale 4. Proposition solution SMO/Réseau o Facteurs prédictifs de participation o Site management organisation o Réseau de médecins généralistes investigateurs CONCLUSION pages 23 BIBLIOGRAPHIE...pages 24 ANNEXES pages 27

8 INTRODUCTION L insuffisance cardiaque est une pathologie fréquente qui touche actuellement plus de patients en France [1]. La prévalence de cette pathologie est également importante dans la plupart des pays développés comme les Etats-Unis ou dans les pays d Europe de l Ouest [2] où l insuffisance cardiaque concerne 10% de la population de plus de 80 ans. Cette pathologie est en constante progression du fait de l amélioration de la prise en charge ainsi que du vieillissement constant de la population. L insuffisance cardiaque est une pathologie grave responsable d une morbi-mortalité élevée [3]. Elle présente certaines spécificités qui en font une maladie difficile à prendre en charge et relativement invalidante pour le patient. La survie estimée à 5 ans est de 30% [3 4] soit plus basse que la plupart des cancers et qu une grande partie des autres maladies chroniques. En France, la mortalité des patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque chronique sévère est proche de 50% à deux ans [5]. La mortalité des patients hospitalisés pour insuffisance cardiaque aiguë est de 27% à quatre semaines et de 46% à un an [5]. Le taux de réadmission est également très élevé. Les différentes données de la littérature montrent que le taux de ré-hospitalisation pour une nouvelle poussée dans les six mois qui suivent le diagnostic est de l ordre de 50% [6]. Dans plus de 30% des cas, ces réadmissions seraient en partie «évitables» car liées à des ruptures de traitement ou à des erreurs de régimes. L ensemble des hospitalisations pour insuffisance cardiaque représente 2/3 des dépenses de santé [6]. Malgré cela, les progrès thérapeutiques ont été considérables en permettant une diminution constante de la mortalité [6]. Cependant la prescription du traitement médicamenteux nécessaire est loin d être idéale : environ 60% pour les IEC, 30 à 35% pour les bêtabloquants voire moins de 20% pour la triple association IEC, bêtabloquant et diurétique [6]. L ensemble de ces particularités associées à la nécessité d une réaction rapide en cas de déstabilisation clinique ainsi que l impact majeur en termes de santé publique font de l insuffisance cardiaque une cible de choix pour l éducation thérapeutique. L éducation thérapeutique est définie depuis 1998 par l OMS [7] comme étant une technique devant permettre aux patients d acquérir ou de conserver les capacités et les compétences qui vont les aider à vivre de manière optimale leur vie avec leur maladie. Il s agit d un processus permanent, intégré dans les soins et centré sur le patient. C est une nouvelle approche des soins en recentrant le patient en tant 1

9 qu acteur de sa maladie et partenaire des soignants qui doivent ainsi recevoir une formation en pédagogie. Elle se distingue de l information qui a pour simple but d éclairer le patient sur sa maladie. En 1997, Rich démontra que la prise en charge multidisciplinaire dès la sortie du centre hospitalier dans les suites d une décompensation cardiaque permettait de réduire de 25% les risques de réhospitalisations. Plus récemment, Roccaforte et al. [8] ont démontré dans une méta-analyse une réduction significative du risque de mortalité, du taux d hospitalisation pour insuffisance cardiaque, ainsi que du taux d hospitalisation toutes causes confondues après mise en œuvre d un programme d éducation. Juillière et al. ont démontré l utilité de l éducation thérapeutique par l intermédiaire du registre ODIN (Observatoire permanent De l'insuffisance cardiaque) [9]. Ce registre par l intermédiaire du programme ICARE a ainsi pu mettre en évidence une diminution significative de la mortalité de l ordre de 25% lorsque les patients ont bénéficié d'une éducation thérapeutique. L impact de l étude sur le taux de ré-hospitalisation qui présente un impact majeur en santé publique est en cours d évaluation [9]. Ces études étaient multi-interventionnels et difficilement réalisables en pratique courante ambulatoire dans un premier temps. Le département de médecine générale de Clermont-Ferrand a lancé l étude ETIC Éducation Thérapeutique des patients Insuffisants Cardiaques. Il s agit d un essai clinique prospectif randomisé en cluster comparant deux groupes intervention et témoin avec un suivi de trois ans. L intervention consiste en un programme d éducation thérapeutique auprès de patients insuffisants cardiaques suivis en soins primaires. L idée de cette étude était d intégrer à la prise en charge classique ambulatoire, l éducation du patient. Le but était de rendre ce dernier compétent pour repérer les signes de décompensation et gérer sa maladie. L'objectif principal de cette étude était d'améliorer la qualité de vie de ces patients et l'objectif secondaire était de décrire leurs hospitalisations durant le suivi. Les études en soins primaires se heurtent à la difficulté de recrutement de médecins généralistes investigateurs. Selon la littérature seulement 4 à 10% de médecins sollicités pour participer à une étude de soins primaires répondent positivement [10]. La médecine libérale est un vaste terrain d études correspondant au besoin réel des patients. La difficulté de recrutement de médecins généralistes investigateurs est à l origine d une sous représentation d une certaine portion de la population. Cet obstacle diminue la validité des recherches en soins primaires. La question de la sollicitation des médecins ainsi que des facteurs favorisants pour la participation aux études peut légitimement se poser. L objectif de ce travail de thèse était de décrire la population des médecins investigateurs de l'étude ETIC et d'analyser les éventuelles difficultés de recrutement. 2

10 MATERIEL ET METHODE 1. Déroulement de l étude ETIC était un essai clinique prospectif randomisé en cluster en soins primaire analysé en intention de traiter sur l ensemble des patients inclus.l utilisation du cluster a permis de réaliser des essais avec une unité de randomisation collective. L étude d intervention a été précédée d une étude de faisabilité permettant de tester l acceptabilité et la réalisation des interventions éducatives en pratique courante. Le recrutement des médecins s est déroulé sur quatre mois, de décembre 2009 à mars 2010 permettant une formation des médecins inclus en avril L inclusion des patients s est échelonnée sur douze mois d avril 2010 à avril 2011 avec un suivi de 19 mois. Après randomisation, les médecins du groupe intervention ont eu deux jours de formation par un groupe d experts sur l éducation thérapeutique et sur le programme ETIC. La formation a compris une partie théorique par présentation en salle plénière ainsi qu une partie pratique par mise en situation. Les médecins du groupe témoin ont, eux, participé à une soirée d information sur l étude avec notamment des consignes sur le remplissage des cahiers d observation. La première consultation était dédiée à l inclusion. Le médecin devait informer et recueillir l accord écrit du patient pour la participation à l étude dans les deux groupes témoin et intervention. Le médecin devait également évaluer la qualité de vie du patient par l échelle SF-36 (générale) [11] et par l échelle de Minnesota (spécifique de l insuffisance cardiaque). [12]. (Figure 1). ( Annexes 2 et 3). Le contenu des consultations ultérieures dépendait de la randomisation : Dans le groupe intervention : la première séance était consacrée au diagnostic éducatif un mois après l inclusion. Puis ont suivi quatre séances d éducation thérapeutique standardisées et adaptées au patient tous les trois mois pendant un an puis une dernière séance programmée 6 mois après de synthèse. Dans le groupe témoin : le patient a été vu en consultation dans les mêmes délais sans intervention particulière. L évaluation de la qualité de vie était programmée dans les deux groupes à 0, 7, 13 et 19 mois du début de l inclusion par le patient ou son aidant principal dans les 7 jours suivant la consultation. Ces auto- 3

11 questionnaires de qualité de vie (SF-36 et Minnesota) étaient renvoyés dans les 7 jours suivant la consultation par le patient via une enveloppe T pré-affranchie. Figure 1 : Déroulement étude ETIC 2. Critères d éligibilité Des investigateurs L ensemble des médecins généralistes auvergnats, hormis les médecins à mode d exercice particulier, ont été contactés par courrier en décembre 2009 pour les informer de l étude et les inviter à y participer. Les médecins volontaires devaient retourner via une enveloppe pré affranchie leur accord au centre investigateur avec leurs coordonnées. La liste de diffusion des médecins auvergnats a été obtenue auprès de l'union régionale des médecins libéraux d Auvergne (URML). Un deuxième courrier de relance a été envoyé aux médecins en mars Le recueil des caractéristiques des médecins s est déroulé au moment de leurs recrutements en saisissant des variables sur une fiche de renseignements préétablie ainsi qu au moment de la randomisation. 4

12 Des sujets Les patients concernés par ETIC étaient des patients insuffisants cardiaques systoliques ou diastoliques aux stades I, II, III, de la New York Heart Association (NYHA) suivis en soins primaires. Critères d inclusion des patients : Stade I, II, III de la NYHA Etre âgé de plus de 50 ans Critères de non-inclusion des patients : Démence de type Alzheimer Déjà inclus dans une autre étude Stade IV de la NYHA Patient en institution type EPHAD au moment de l inclusion Patient incapable de suivre une séance d éducation (barrière de langue par exemple) 3. Analyse des données Le nombre de sujet nécessaire a été calculé à 135 par groupe, soit 270 au total ce qui correspond à une participation de 54 médecins recrutant 5 patients chacun. Le nombre a été calculé à partir des données de la littérature relatant les hypothèses d efficacité le plus souvent retenues pour ce type d étude (soit = 12%), pour un risque Alpha à 5% et un risque Beta à 10%. Ce calcul prend en compte un taux de perdus de vue de 10% ainsi qu un taux de recrutement par médecin de 80%. Pour prendre en compte l impact de la randomisation en clusters, il faut s interroger sur la qualité et la quantité des clusters impliqués dans l étude. Par le terme qualité, on entend type de clusters et nature des sujets recrutés dans le cluster ce qui amène à considérer le degré d homogénéité à l intérieur d un même cluster, mesuré par le coefficient de corrélation intra-cluster. Par le terme quantité, on aborde la notion de calcul du nombre de clusters et de sujets nécessaires (NSN). Pour obtenir ce NSN, il suffit de multiplier le NSN obtenu précédemment pour une 5

13 randomisation individuelle par un facteur dit d inflation de la variance : 1 + (m-1) ; m étant le nombre moyen de patients inclus par les médecins généralistes (fixé à 5 dans cette étude). Comme indiqué dans les consignes du CONSORT [15] et dans de nombreuses études où la randomisation est effectuée sur les médecins, le paramètre est fixé entre 0.10 et (Annexe 1 Tableau calcul nombre sujets nécessaires) L analyse des données a comporté : Une vérification de la qualité de la randomisation par comparaison des groupes à l inclusion Une étude de l évolution différentielle de la qualité de vie L analyse des hospitalisations et leurs motifs. L ensemble des données ont été rentrées sur le logiciel Microsoft Access qui est compatible avec les requêtes structured query language et dispose d une interface graphique pour les saisir. Access permet de configurer des formulaires et sous formulaires de saisie favorisant l analyse statistique ultérieure. (Annexe 5) 4. Aspects éthiques L étude a bénéficié d un avis favorable du comité de protection des personnes de Grenoble ainsi que l accord de la commission nationale de l informatique et des libertés. 5. Analyse des données médecins Réalisation d une analyse statistique permettant de déterminer le pourcentage de médecins ayant accepté de participer à ETIC ainsi que le pourcentage de généralistes qui ont secondairement renoncé. Concernant les caractéristiques, réalisation d une analyse comparative permettant de déterminer si les médecins des groupes témoins et intervention sont comparables. Les variables utilisées étaient : L âge Le sexe Le milieu d exercice (rural, semi-rural, urbain) Le type d installation (isolé ou en groupe) Le délai depuis la thèse Le délai d installation Le département d exercice (63, 15, 03, 43) 6

14 Le fait d être enseignant généraliste ou pas Les données quantitatives, exprimées par la moyenne (et écart-type associé), sont comparées entre groupes par les tests de Student ou de Kruskal-Wallis (si conditions du test de Student non respectées). Les données qualitatives exprimées en effectifs et pourcentages associés sont comparées entre groupes par le test du Chi2 (ou Fischer exact le cas échéant). L analyse a été effectuée sous STATA V10 (Stata Corp) et le software R ; tous les tests statistiques effectués au risque d erreur de première espèce = 5%. 7

15 RESULTAT 1. Recrutement La liste de diffusion a permis un appel à participation de 1121 médecins auvergnats. Quatre vingt douze généralistes ont répondu favorablement à l invitation soit un pourcentage de participation primaire de 8 %. Huit refus secondaires ont été dénombrés avant la randomisation en grappe permettant d inclure 84 médecins soit 42 dans le groupe témoins et 42 dans le groupe intervention. De nouveaux renoncements sont apparus pour la participation obligatoire à la formation ainsi qu à la soirée d information. Vingt sept médecins ont participé à la formation en éducation thérapeutique de deux jours pour le groupe intervention soit un pourcentage participatif de 64 %. Trente et un volontaires ont participé à la soirée d information du groupe témoin soit un pourcentage de 74%. Quatre abandons ont été dénombrés par la suite durant le déroulement de l étude, un dans le groupe intervention et trois dans le groupe témoin. Au total, le pourcentage de participation réel était de 4.8%. Le taux de renoncement secondaire est lui de 36,7%. (Figure 2) Figure 2 : recrutement des médecins généralistes 8

16 2. Les caractéristiques des médecins généralistes L ensemble des variables utilisées a montré peu de différences significatives entres les médecins volontaires du groupe témoin et du groupe intervention. A noter une tendance de généraliste enseignant dans le groupe intervention. (Tableau 1) Tableau 1 : Les caractéristiques des médecins généralistes 9

17 3. Recrutement par médecin L analyse du taux de recrutement de patient par médecin montre des disparités avec des extrêmes allant de un patient pour cinq médecins à onze patients pour un médecin. Globalement la moyenne de recrutement est à cinq patients par médecins (Tableau 2). Tableau 2 : Taux de recrutement par médecins investigateurs 10

18 4. Courbe d inclusion des patients par médecins investigateurs L inclusion des patients par les médecins investigateurs s est déroulé de manière constante lorsqu on s intéresse au nombre total de patient inclus quelque soit le groupe observé depuis mai 2010 jusqu à avril Figure 3 : Courbe d inclusion totale patients ETIC 11

19 L étude de l inclusion des patients par groupe montre un taux d inclusion plus important dans le groupe intervention au départ, puis un taux similaire aux alentours de février 2011, avant une inversion du rapport en faveur du groupe témoin par la suite. (Figure 4) Figure 4 : Courbe d inclusion patients ETIC par groupe témoin et intervention 12

20 DISCUSSION 1. Intérêt du Cluster o Pourquoi avoir utilisé une randomisation en cluster? Bien que beaucoup d études randomisent individuellement pour limiter l apparition de biais, il existe plusieurs situations qui obligent à randomiser en groupe. Ainsi de plus en plus d études sont randomisées en cluster depuis le début des années 2000[12]. Les raisons de cette augmentation se retrouvent dans les cadres d échantillonnage avec des études qui affectent des populations entières et devant des raisons de faisabilité voire de coût [13]. L utilisation du cluster peut se concevoir en cas de risque de «contamination» entre individu, c'est-àdire lorsqu on craint que les patients d un groupe de l étude bénéficient également de l intervention mise en place dans l autre groupe de l essai. [13] L utilisation du cluster dans ETIC s est légitimée devant l analyse d un programme d éducation thérapeutique touchant un échantillon de patients à l échelle régionale bien que ce dernier soit à l origine d une augmentation des effectifs nécessaires (de part la corrélation inter/intra médecins généralistes). Il se justifie également pour écarter les risques d intervention sur les deux groupes. La randomisation en cluster annule tout effet parasitant de l intervention d éducation thérapeutique sur le groupe témoin, les médecins témoins n ayant pas reçu de formation. L analyse en intention de traiter, garant de la comparabilité des groupes durant l essai, a été réalisée sur l ensemble des patients de l étude ETIC comme le préconise Campbell [15]. Dans la même étude Elbourne and al [15] ont souligné l importance d annoncer si l analyse en intention de traiter s applique aux groupes, aux individus ou aux deux. o Risque de biais lié au cluster Les risques de non-comparabilité des groupes dans une étude en cluster se retrouvent à deux niveaux. Pendant le processus d inclusion, les groupes peuvent se retirer ou, les tuteurs de groupes, à savoir les médecins investigateurs pour ETIC, peuvent ne pas activement recruter de participant. Cette première situation mène à la formation de groupes vides qui devront être pris en considération pour appliquer le principe d analyse en intention de traiter. Le second élément est le recrutement différentiel entre groupes actifs. Ce dernier peut être quantitatif à savoir un nombre différent de participants recrutés et qualitatifs, avec des participants à caractéristiques différentes. L étude des courbes d inclusion résume ces aspects quantitatifs en montrant un taux de recrutement différents entre les médecins du groupe 13

21 témoin et intervention sur la durée de l étude. De nombreuses études en cluster (Kinmonth 1998, Gavgani 2002, Graham 2002, MacArthur 2002, Wight 2002 ) sont ainsi biaisées au niveau du recrutement [17]. Ce déséquilibre des groupes s est retrouvé dans ETIC au niveau du taux de recrutement des patients par les médecins investigateurs. Une variation d inclusion est à l origine d une hétérogénéité des groupes pouvant gêner la comparabilité. La variabilité du nombre de patient inclus par médecin investigateur serait à étudier en fonction du groupe de randomisation pour objectiver le maintien de la comparabilité. Il peut également exister un «effet médecin» qui correspond à un rassemblement de patient ayant des caractéristiques communes par le choix de leur praticien. Ainsi la variation du nombre d inclusion de patient (de un, à onze dans l étude) pouvait déséquilibrer les caractéristiques des groupes. Le problème de la taille des clusters sera pris en compte dans l analyse des données. Plus le nombre d unité de randomisation disponible est faible, plus le risque d un déséquilibre dû au hasard entre les groupes témoins et les groupes intervention est élevé. [19] Dans l étude ETIC, le recrutement des médecins avant randomisation est un critère de motivation de la participation à l essai. Par contre, un des risques de cette randomisation a postériori est la création de groupe vide par abandon et donc d engendrer une hétérogénéité. Cela risque d accentuer le nombre de renoncement dû au choix du médecin de ne pas se retrouver dans le groupe souhaité. Ceci pourrait en partie expliquer la différence de recrutement visible sur les courbes d inclusion. Les médecins du groupe intervention ont recruté plus de patient plus rapidement probablement du fait d être dans le groupé à évaluer et suite à la motivation lié au séminaire initial. Une vigilance est nécessaire pour assurer l adhésion des médecins investigateurs au protocole y compris avant la randomisation des groupes dont ils sont responsables pour en limiter l hétérogénéité. La constitution d un lien entre l organisation d ETIC et les médecins investigateurs a ainsi été privilégiée permettant la réalisation de relance concernant les inclusions par mail voir par contact téléphonique en cas de non réponse. [16]. L utilisation du cluster reste néanmoins la référence pour les études de «guideline» et/ou d éducation thérapeutique [14]. De plus, ETIC s inscrit dans un projet novateur en soins primaire. Comme l étude ESCAPE [18], ETIC est une des rares études en cluster en soins primaires où les réalisateurs, les participants et les investigateurs sont des médecins généralistes. 14

22 2. Contraintes liées à l étude ETIC Recruter et inclure des médecins investigateurs est la première des difficultés de nombreux projets de recherche. Les soins primaires n échappent pas à cette réalité. L observation du recrutement des médecins investigateurs a montré un taux de réponse initiale de 8.2% ce qui correspond aux taux habituellement observés lors des enquêtes en soins primaires [9]. Après renoncement secondaire de 36,7%, le taux réel de participation de médecins volontaires était de 4.8% o Liste de diffusion Le recrutement des médecins investigateurs a été réalisé par l intermédiaire d une liste de diffusion préétablie des médecins généralistes auvergnats. D autres approches alternatives auraient pu être utilisées. Une d entre elles aurait été la création d une base de données spécifique à l étude permettant un accroissent du recrutement. La création d une liste de médecins intéressés par le sujet et avec des antécédents de participation à des études aurait pu favoriser le pourcentage de participation. Cependant cette approche aurait pu être à l origine de la création de biais de recrutement. Il est vrai que la littérature alerte sur l utilisation d une liste de diffusion préétablie devant leurs inhérentes inexactitudes [20]. Il en résulte un grand nombre de médecins potentiellement recrutables mais un faible taux de réponse. C est ce qui s est produit dans l étude ETIC ceci étant peut être en rapport avec la période d'envoi des lettres d invitation tombant durant les fêtes de Noël Les périodes de vacances sont toujours préjudiciables à l obtention de réponses favorables du fait de l absence ou du manque de motivation du médecin. Néanmoins ces inconvénients potentiels n ont pas gêné le recrutement d ETIC puisque le taux de réponse obtenu a permis de recruter un nombre suffisant de médecins investigateurs en regard du calcul du nombre de sujets nécessaires. Après identification du cadre d échantillonnage, l invitation à participation des médecins s est déroulée par courrier comme le préconise la littérature [20-21]. Le recueil des données s est déroulé selon le même principe. La taille de l échantillon a guidé le choix de la méthode plus pratique et plus économe en travail que les autres décrites dans la littérature incluant les contacts téléphoniques [20-21], la visite des médecins par l équipe initiatrice du projet [20], ainsi que l utilisation d un recruteur indépendant [21]. 15

23 o Dimension de l étude ETIC L ampleur de l étude à la fois au niveau temps et au niveau administratif a pu être un frein au recrutement. L inclusion de cinq patients par médecins était un préalable indispensable pour obtenir un échantillon suffisant. La difficulté de recrutement en soins primaire est un premier élément pouvant expliquer un refus de participation. La littérature a identifié par le questionnement de médecins investigateurs six raisons à l origine d une inclusion pauvre de patient : le manque de temps, peu de patients éligibles dans sa patientèle, l oublie de recrutement, une confusion dans la stratégie d inclusion, un manque d intérêt et de motivation du patient [22]. La loi de Lasagna [23], selon laquelle les chercheurs et les investigateurs surestiment systématiquement le nombre de patients pouvant être inclus dans une étude, rend compte de cette situation. (Figure 5). Figure 5 : La loi de Lasagna [23] La participation obligatoire au séminaire de formation de deux jours ainsi qu à la soirée d information était un second élément à prendre en compte. La formation s est déroulée un vendredi et un samedi pour le groupe intervention afin de minimiser les changements d organisation des différents cabinets libéraux. Pour ces mêmes raisons la soirée d information s est déroulée un vendredi soir. Malgré la présence d une compensation financière à la hauteur du temps passé en formation, ces facteurs de temps et d organisation pouvaient influencer sur le recrutement. Le nombre de médecins perdus de vu, mise en évidence par le taux de renoncement secondaire une fois l inclusion débutée, se retrouve 16

24 probablement devant l ensemble de ces facteurs. Le taux de médecin perdu de vu est cependant raisonnable à savoir 9.5% dans le groupe témoin et 3.5% dans le groupe intervention (les renoncements secondaires avant inclusion n étant pas comptabilisés). Ces facteurs d organisations s avèrent par contre indispensable pour la création d instruction claire et pour minimiser la tache des participants une fois l étude débutée. o Récurrence des consultations ETIC était un essai prospectif avec un objectif de suivi du patient de 19 mois. La fréquence et la répétition des consultations d éducation thérapeutique pouvaient être un troisième frein à la participation de volontaires. Le temps accordé à la réalisation de ces consultations ainsi que l explication donnée au patient pour le remplissage des questionnaires dépassait largement le temps habituel attribué. Malgré, un dédommagement financier, l accroissement de travail dans un environnement déjà submergé pouvait être une entrave supplémentaire. La méthode directe choisie pour le recueil des données des médecins investigateurs est privilégiée par la littérature [24] et permet de créer un lien avec l équipe promotrice et devait au contraire favoriser le recrutement des médecins et limiter le nombre de perdus de vu. o Financement Le financement de l étude pouvait également déplaire à de futurs investigateurs. Le budget total d ETIC était de euros financé à 17.65% par le groupement régional de santé publique, à 35.74% par l union régionale de l assurance maladie, à 10.21% par l union régionale de la médecine libérale. Le reste du financement est assuré pour 8.82% par le programme hospitalier de recherche clinique et pour 23.53% par Sanofi Aventis France. L implication d un laboratoire pharmaceutique dans une étude pouvait être perçue comme un conflit d intérêt pour de futurs volontaires. Cependant l absence de prescription médicamenteuse durant le déroulement de l étude et l absence de toute intervention de cette industrie au sein du design de l étude ou de la gestion des données, assuraient les médecins de l indépendance d ETIC vis-à-vis de Sanofi. (Annexe 4) 17

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Analyses dans les essais thérapeutiques :

Analyses dans les essais thérapeutiques : 6ème Université d été Recherche et Evaluation en Cancérologie Analyses dans les essais thérapeutiques : analyses intermédiaires, finale et cross-over. M. Bouziani (Oran) 1 Laboratoire de biostatistique

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

Faire avancer la recherche : un guide sur les essais cliniques destiné aux médecins

Faire avancer la recherche : un guide sur les essais cliniques destiné aux médecins Faire avancer la recherche : un guide sur les essais cliniques destiné aux médecins Le recrutement et la rétention de personnes participant aux essais cliniques sont les principaux obstacles au développement

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral

Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Résultats de l éducation thérapeutique dans l insuffisance cardiaque en milieu libéral Pierre Raphaël, Cédric Pariset Clinique Saint-Gatien, Tours La Baule, le 13 septembre 2012 Descriptif de notre pratique

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Les Métiers de la Recherche Clinique

Les Métiers de la Recherche Clinique Les Métiers de la Recherche Clinique 1 Présentation réalisée par Marie Pflieger, Pharmacien Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation 18 février 2014 Qu est ce qu une recherche clinique? Une

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité CARDIOCALM, comprimé,

Plus en détail

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève

Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève Utilisation d Internet : résultats de l enquête effectuée auprès des médecins du Canton de Genève SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Matériel et méthodes... 3 3 Résultats... 4 4 Discussion... 9 4.1 Accès Internet

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

«La collaboration Cochrane : un outil de travail et de recherche pour les spécialistes de la réadaptation»

«La collaboration Cochrane : un outil de travail et de recherche pour les spécialistes de la réadaptation» Article «La collaboration Cochrane : un outil de travail et de recherche pour les spécialistes de la réadaptation» Lynn Casimiro et Lucie Brosseau Reflets : revue d'intervention sociale et communautaire,

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque

PRADO, le programme de retour à domicile. Insuffisance cardiaque PRADO, le programme de retour à domicile Insuffisance cardiaque Acteurs locaux CPAM/ELSM de Couverture Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013. Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté»

Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013. Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté» Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013 Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté» Médecinefondéesurdes[niveauxde]preuves: En1980:néeàl UniversitédeMcMasterdansl

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015

Orientations de l'appel à projets Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie PRME K 2015 Orientations de l'appel à projets "Programme de Recherche Médico Economique en Cancérologie" PRME K 2015 Références : Instruction n DGOS/PF 4/2014/349 du 19 décembre 2014 relative aux programmes de recherche

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût?

L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût? études L éducation thérapeutique du patient asthmatique en médecine de ville vaut elle le coût? Nadine Sannino Efect/Cemka-Eval Françoise Martin-Dupont Jean Boisvert Centre d éducation thérapeutique de

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions

Rôle de l ARCl. V Grimaud - UE recherche clinique - 18 mars 2011. Définitions Rôle de l ARCl 1 Définitions ARC : Assistant de Recherche Clinique TEC : Technicien d Étude Clinique Promoteur : Personne physique ou morale qui prend l initiative de la recherche Investigateur principal

Plus en détail

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi

Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Les transmissions systématiques écrites dans le classeur de suivi Le suivi infirmier Le bilan et diagnostic infirmier, la traçabilité de l action Le bilan réalisé par l infirmier libéral pour le patient, permet de conduire les actions du suivi à domicile de l insuffisant

Plus en détail

Mission exploratoire La recherche clinique industrielle à La Réunion/Février 2011

Mission exploratoire La recherche clinique industrielle à La Réunion/Février 2011 LA REPONSE DE LA REUNION AUX ENJEUX ET AUX PRATIQUES DE LA RECHERCHE CLINIQUE D AUJOURD HUI Mission exploratoire La recherche clinique Des atouts naturels pour une recherche clinique de qualité Une forte

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE. Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU)

COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE. Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU) UFR Faculté de Médecine Lyon Est UFR Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud Charles Mérieux COLLÈGE UNIVERSITAIRE DE MÉDECINE GÉNÉRALE Charte des Maîtres de Stage Universitaires (MSU) Les maîtres

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU 13eme CPLF Lyon 18/01/2009 Aline CHAPUIS (KRA-Lyon) Audrey MAURRIC-DROUET (SUK-Paris) Eric BEAUVOIS (CKRF-Lyon) Contexte épidémiologique

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

faisaient moins de complications et étaient moins longtemps et moins souvent hospitalisés

faisaient moins de complications et étaient moins longtemps et moins souvent hospitalisés 2003 %59 404 %50.3 %62.6 المجلة الصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Le diabète de type 2, maladie chronique en pleine expansion mondiale, pose un problème majeur de

Plus en détail

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée

Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Dr. Sylvie ROYANT-PAROLA Présidente du réseau Morphée Comment améliorer l efficience L enjeu de la télémédecine pour la prise en charge à domicile Dr Sylvie Royant-Parola Présidente du Réseau Morphée Coordinatrice

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Réduire les hospitalisations évitables :

Réduire les hospitalisations évitables : Réduire les hospitalisations évitables : Une politique pour rentabiliser les dépenses de soins de santé Introduction L échec dans le domaine de la prévention et dans l accès adapté et satisfaisant aux

Plus en détail

La Recherche Clinique à l

La Recherche Clinique à l La Recherche Clinique à l Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Pôle des Maladies du Système Nerveux HÔPITAUX UNIVERSITAIRES PITIÉ SALPÊTRIЀRE - CHARLES FOIX «Vous détenez un secret qu il

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

Recherche clinique dans les établissements privés

Recherche clinique dans les établissements privés Documentation AFC-U N H P C Recherche clinique dans les établissements privés Sondage AFC - UNHPC, en collaboration avec la FHP-MCO Avril 2015 La recherche clinique va devenir de plus en plus complexe,

Plus en détail

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085

Liège, le 29 juillet 2013. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2013-085 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 29 juillet 2013

Plus en détail

INTRODUCTION. L évaluation des reports et des pertes de bénéfices de concours d entrée en IFSI. Sommaire CONTEXTE

INTRODUCTION. L évaluation des reports et des pertes de bénéfices de concours d entrée en IFSI. Sommaire CONTEXTE Sommaire L évaluation des reports et des pertes de bénéfices de concours d entrée en IFSI Octobre 2011 01 CONTEXTE L ANFH, OPCA de la Fonction Publique Hospitalière (FPH), assure la gestion et la mutualisation

Plus en détail

Concept d évaluation de l ANQ. Enquête nationale sur la satisfaction des patients en réadaptation à partir des données 2013

Concept d évaluation de l ANQ. Enquête nationale sur la satisfaction des patients en réadaptation à partir des données 2013 Concept d évaluation de l ANQ Enquête nationale sur la satisfaction des patients en réadaptation à partir des données 2013 Version 1.1, février 2015 Sommaire 1 Introduction... 2 1.1 Contexte... 2 2 Déroulement

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux

La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux La recherche clinique de demain ne se fera pas sans les paramédicaux Marc Beaumont, kinésithérapeute - 5ème journée inter régionale GIRCI - Tours, 3 juin 2015 Qu est ce que la recherche clinique? «une

Plus en détail

LA FORMATION EN TABACOLOGIE PAR LE DIU DE TABACOLOGIE ET AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION PERSPECTIVES

LA FORMATION EN TABACOLOGIE PAR LE DIU DE TABACOLOGIE ET AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION PERSPECTIVES LA FORMATION EN TABACOLOGIE PAR LE DIU DE TABACOLOGIE ET AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION PERSPECTIVES Rapport du Docteur Jean PERRIOT Vice-Président de la SFT L objectif de ce rapport est de dresser

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

PRIX LINE POMARET DELALANDE 2014

PRIX LINE POMARET DELALANDE 2014 PRIX LINE POMARET DELALANDE 2014 [Notice explicative] 1. Critères communs pour le financement de chercheurs participant à un projet de recherche A/ Règles générales Pour toutes les aides : - Les équipes

Plus en détail

Charte de déontologie des projets de recherche soutenus par la FCPC

Charte de déontologie des projets de recherche soutenus par la FCPC Charte de déontologie des projets de recherche soutenus par la FCPC I. Objectifs : L objectif de cette charte est de définir le rôle de la FCPC dans la mise en place d études multicentrique, en particulier

Plus en détail

Pratiques des physiothérapeutes québécois dans le traitement du mal de dos lié au travail : sont-elles fondées sur les données probantes?

Pratiques des physiothérapeutes québécois dans le traitement du mal de dos lié au travail : sont-elles fondées sur les données probantes? Pratiques des physiothérapeutes québécois dans le traitement du mal de dos lié au travail : sont-elles fondées sur les données probantes? Stéphane Poitras pht PhD Régis Blais PhD Bonnie Swaine pht PhD

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

1 formation pour 2 compétences : Attaché de Recherche Clinique et Chargé de Vigilance

1 formation pour 2 compétences : Attaché de Recherche Clinique et Chargé de Vigilance Ecole de Formation For Drug Consulting Nouveauté 2015 : la double compétence 1 formation pour 2 compétences : Attaché de Recherche Clinique et Chargé de Vigilance 1. Une seule formation pour une double

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Restitution de l enquête Seniors UT 92

Restitution de l enquête Seniors UT 92 ARACT Île-de-France DIRECCTE Ile de France UT92 Restitution de l enquête Seniors UT 92 Note de synthèse Janvier 2013 Note de synthèse - Enquête Seniors UT 92 1. Rappel du contexte et de la commande : En

Plus en détail

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR

PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR SOMMAIRE COMMENT SE FAIT LA RECHERCHE SUR UN NOUVEAU MÉDICAMENT?...p. 3 À QUOI SERT LA RECHERCHE?...p. 4 QUELLES SONT LES GARANTIES?...p.

Plus en détail

Charte des partenariats industriels

Charte des partenariats industriels Charte des partenariats industriels L Assistance Publique Hôpitaux de Paris, acteur majeur de la recherche biomédicale en France, est un partenaire privilégié et naturel des acteurs industriels qui lui

Plus en détail

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière.

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière. Psychologie générale Jean Paschoud STATISTIQUE Sommaire Rôle de la statistique Variables Échelles de mesure Résumer, décrire Comparer Rôle de la statistique La statistique est avant tout un outil permettant

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2011 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR Mathias JULES-CLÉMENT Né le 12 octobre 1980 à Soisy sous Montmorency Présentée

Plus en détail

Une agente administrative à temps complet, madame Kathy Laperrière, est maintenant affectée exclusivement au soutien des activités du CÉS et du CÉR;

Une agente administrative à temps complet, madame Kathy Laperrière, est maintenant affectée exclusivement au soutien des activités du CÉS et du CÉR; PROCÉDURE POUR LA SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE AU COMITÉ D ÉVALUATION SCIENTIFIQUE ET AU COMITÉ D ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE DE L HÔPITAL LOUIS-H. LAFONTAINE Tel que présenté lors de l Assemblée des

Plus en détail

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier

1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 1 -Observatoire national des prescriptions et consommations des médicaments dans le secteur ambulatoire et hospitalier 2 -MutualitéSociale Agricole (MSA) et post-amm Patrick CHOUTET Assises du Médicament

Plus en détail

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION

STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION STAGE EN PSYCHOPHARMACOLOGIE CATÉGORIE : STAGE À OPTION Responsable: Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Membres de l équipe professorale Dr Pierre Landry, professeur agrégé de clinique Autres

Plus en détail

Evolution de la pratique du TDR-SGA parmi les maîtres de stage de la Faculté Paris Descartes: 2005-2007

Evolution de la pratique du TDR-SGA parmi les maîtres de stage de la Faculté Paris Descartes: 2005-2007 Evolution de la pratique du TDR-SGA parmi les maîtres de stage de la Faculté Paris Descartes: 2005-2007 Carole Cornaglia, MG Henri Partouche, MG, MCU-A Département de Médecine Générale Conflit d intérêt

Plus en détail

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège

Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Fréquence, modalités, et déterminants de l éducation nutritionnelle en médecine générale : l étude Nutrimège Dr Annabelle COVI-CROCHET Département de médecine générale Faculté de médecine de Créteil Introduction

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE. Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie

ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE. Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DES PERSONNES ATTEINTES D UN CANCER ET EDUCATION THERAPEUTIQUE Forum d échange et de partage d expérience en cancérologie Mylène Fillion Responsable de l'hôpital de jour des Peupliers

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Revue française des affaires sociales. Appel à contributions pluridisciplinaire sur. «L organisation des soins en psychiatrie»

Revue française des affaires sociales. Appel à contributions pluridisciplinaire sur. «L organisation des soins en psychiatrie» Revue française des affaires sociales Appel à contributions pluridisciplinaire sur «L organisation des soins en psychiatrie» Pour le numéro de mars-juin 2016 Cet appel à contributions s'adresse aux chercheurs

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Pour qui : Des femmes sédentaires de 25 à 70 ans.

Pour qui : Des femmes sédentaires de 25 à 70 ans. De l innovation à la motivation : Étude pilote d une intervention par téléphone portable Fiche No 47 pour augmenter la pratique d activité physique chez les femmes sédentaires. Fukuoka Y et coll. Innovation

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE

MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : MATHEMATIQUES, BIOSTATISTIQUE

Plus en détail

Loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ;

Loi n 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires ; Direction de la santé publique Direction de l offre de soins et de l autonomie Novembre 2015 1 Appel à projets pour le développement et la promotion de programmes d éducation thérapeutique des patients

Plus en détail

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, Montréal Julia Sohi

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail