Diagnostic des Escarres: Classification des escarres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic des Escarres: Classification des escarres"

Transcription

1 Diagnostic des Escarres: Classification des escarres Tom Defloor Lisette Schoonhoven Thérèse Van Durme Micheline Gobert La classification des escarres est une méthode qui permet d évaluer, d une part, la sévérité d une lésion d escarre et, d autre part, de pouvoir constater si une lésion cutanée est une lésion d escarre ou non. Un système de classification décrit un nombre de s (ou de stades). Cette division numérique est réalisée en se fondant sur la sévérité de la lésion tissulaire. Au plus que le est élevé, au plus importante la lésion tissulaire. 1 - La classification selon epuap L European Pressure Ulcer Advisory Panel (EPUAP) répartit les escarres en 4 s, sur base de la sévérité de la lésion : érythème ne disparaissant pas à la (vitro)pression (1 er ), phlyctène ou desquamation (2 ième ), escarre superficielle (3 ième ) et escarre profonde (4 ième ) (voir tableau 1 et figure 1). (European Pressure Ulcer Advisory Panel). Tableau 1 : Classification des escarres (European Pressure Ulcer Advisory Panel) 1 er Erythème cutané sur une peau apparemment intacte, ne disparaissant pas à la pression, accompagnée d une décoloration de la peau, de chaleur, d un œdème ou d une induration. 2 ième 3 ième 4 ième Perte de substance impliquant l épiderme et /ou le derme. La lésion est superfielle, se présente comme une phlyctène (ouverte ou non). Perte de substance ou nécrose impliquant le tissu sous-cutané. Elle peut impliquer le fascia, mais pas davantage. Atteinte étendue, nécrose tissulaire et/ou lésion musculaire, osseuse ou des tissus conjonctifs, avec ou sans lésion de l épiderme ou du derme.

2 1er : Erythème ne disparaissant pas à la levée de la pression 2ième : Phlyctène 3 ième : Escarre superficielle 4ième : Escarre profonde Figure 1: Exemples des s d'escarres différentes Problèmes lors de la classification Plusieurs problèmes peuvent survenir lors de l observation et la classification des escarres : fiabilité de la classification, distinction entre l érythème disparaissant ou non à la vitropression et l observation de l érythème chez les patients ayant une peau foncée. Fiabilité La fiabilité inter-codeurs pour la classification des escarres a été étudiée par différentes études (Allcock et al 1994, Healey 1995, Buntinx et al 1996, Nixon et al 1998, Bours et al 1999, Russell & Reynolds 2001, Defloor & Schoonhoven 2004, Pedley, 2004, Defloor et al 2006). La fiabilité inter-codeurs est la mesure par laquelle deux ou plusieurs observateurs indépendants attribuent le même à une lésion cutanée (Polit, 2001). Ces études portent aussi bien sur la classification effectuée à partir de photos qu en situation d observation de patients et permettent de constater des résultats très divergents. Elles rapportent parfois une bonne fiabilité du système de classification, mais le plus souvent une fiabilité basse à très basse. Le résultat semble dépendre principalement de la manière dont les infirmiers ont été formés à l observation des escarres (Defloor, 2006). Observation de l érythème

3 Lors de l observation de l érythème, il faut faire la distinction entre la rougeur disparaissant ou non à la vitropression. Pour faire cette distinction, des méthodes d observation différentes peuvent être utilisées. Erythème disparaissant à la vitropression Lorsqu après avoir été soumis à la pression, cette dernière est levée, on peut observer une hyperémie réactionnelle ou un érythème disparaissant à la vitropression. Cette augmentation de la perfusion tissulaire constitue un mécanisme d autorégulation protecteur pour rétablir l hypoxie tissulaire (Michel & Gillot 1992, Bliss 1998, Nixon & Mc Gough 2001). Cet érythème est appelé érythème disparaissant à la vitropression parce qu il peut blanchir lorsqu une pression sur la peau est exercée à l aide d un doigt ou d un petit morceau de plastique transparent. L érythème disparaissant à la vitropression n est pas considéré comme une escarre et n est, par conséquent, pas repris dans le système de classification de l EPUAP. Erythème ne disparaissant pas à la vitropression Lorsque l hyperémie ne blanchit pas lorsqu une pression est exercée à l aide d un doigt ou d un petit morceau de plastique transparent (voir figure 2), elle est considérée comme un érythème ne disparaissant pas à la vitropression (1 er ) (Derre 1998, Halfens et al 2001). Ceci peut être le signe d appel d une lésion clinique visible, consécutive à la pression et au cisaillement (Witkowski & Parish 1982, Parish et al 1997). Figure 2: petits plastiques transparents En principe, l érythème ne disparaissant pas à la vitropression est réversible si l on procède immédiatement à la levée de la pression et du cisaillement (Maklebust 1987, Smith 1995, Halfens et al 2001,Vanderwee et al 2006). Il existe une discussion à l heure actuelle quant à savoir si l érythème qui ne disparait pas à la levée de la pression doit être considéré comme une escarre ou non. Il constitue un signe d appel, un moment où il faut absolument démarrer les mesures préventives (Vanderwee et al., 2007). L EPUAP conseille d enregistrer séparément l érythème ne disparaissant pas à la levée de la pression et ne pas le compter avec les autres s d escarres (Defloor et al, 2005). Dans tous les cas, il est primordial d observer attentivement la peau au niveau des points de pression et de mobiliser immédiatement des mesures préventives envers les escarres dès l apparition d escarres. L importance d observer l érythème

4 Il est important d identifier correctement l érythème ne disparaissant pas à la levée de la pression, afin de pouvoir distinguer à temps la lésion liée à la pression, d une réaction normale à la pression et pour pouvoir démarrer à temps les mesures préventives (Bliss, 1998, Collier 1999). Un patient peut présenter un érythème ne disparaissant pas à la levée de la pression, malgré les mesures préventives utilisées ; cela peut être le signe que la prévention utilisée n était pas assez efficace ou pas assez intensive. Il est probable que ce même patient développera une escarre du 2 ième ou plus grave si des mesures préventives plus intenses ne sont pas utilisées. Une identification rigoureuse de l érythème ne disparaissant pas à la vitropression est donc essentielle dans le cadre de la prévention des escarres (Vanderwee, 2006). Les échelles de risque qui essaient de déterminer si le patient risque de développer une escarre, ne le prédisent souvent pas de manière assez précise (Schoonhoven et al., 2002). Bien que certains patients ne soient pas identifiés comme à risque par les échelles de risque, ils développeront tout de même des escarres. Il est important de dépister ces patients à temps, de manière à pouvoir commencer à temps les mesures préventives et thérapeutiques. Vanderwee et al. (2007) ont conclu dans leur étude que le fait d initier des mesures préventives au moment de l apparition d un érythème ne disparaissant pas à la vitropression, nécessitait l utilisation des mesures préventives chez beaucoup moins de patients, avec des résultats similaires à ceux chez qui la prévention avait été commencée au moment de la détermination du risque à l aide d une échelle. La peau foncée L érythème ne disparaissant pas à la vitropression est la caractéristique principale d une escarre du 1 er (Panel for the Prediction and Prevention of Pressure Ulcers in Adults, 1992). Chez les personnes à la peau claire, cela se marque cliniquement par une zone bien délimitée avec un érythème permanent. Chez les personnes à la peau foncée, cette zone délimitée peut prendre des reflets rouges, bleus ou violets. Ceci est cependant nettement moins visible. Cette modification de la couleur s accompagne d une modification d un ou deux autres éléments (Panel for the Prediction and Prevention of Pressure Ulcers in Adults, 1992): - la température cutanée (plus élevée ou plus basse que la peau environnante) - la consistance de la peau (plus dure ou plus molle) - la sensibilité (douleur, démangeaisons) Conclusion L observation et la classification correcte des escarres sont très importantes dans le cadre de la prévention des escarres. L EPUAP recommande de classifier les escarres en 4 catégories différentes : érythème ne disparaissant pas à la vitropression, phlyctène ou desquamation, escarre superficielle et escarre profonde. Ces s permettent d évaluer

5 l étendue de la lésion. Les différents s des escarres ne sont aucunement des phases séquentielles. References Allcock N, Wharrad H, Nicolson A. Interpretation of pressure-sore prevalence. Journal of Advanced Nursing 1994; 20(1): Ayello EA. Assessment of pressure ulcer healing. Advances in Wound Care 1997; 10(5): 10. Bates-Jensen BM. The Pressure Sore Status Tool a few thousand assessments later. Advances in Wound Care 1997, 10(5): Beeckman D, Boucqué H, Van Maele G, Defloor T. E-learning ter verbetering van de classificatie van decubitus: een onderzoek bij verpleegkundigen en studenten verpleegkunde. Master in de Verpleegkunde en Vroedkunde, Universiteit Gent, Black J, Bahrestani M, Dorner B, Edsberg L, Langemo D, Taler G, Zulkowski K. Proposed Staging System and Deep Tissue Injury Definitions with Descriptions. In D.A. Saunders & S. Knapp (Eds.) Charting the Course for Pressure Ulcer Prevention and Treatment. 10 th National NPUAP Biennial Conference & 20 th Anniversary Celebration. San Antonio, TX, USA, Bliss MR. (1998) Hyperaemia. Journal of Tissue Viability, 8(4): Bours GJ, Halfens RJ, Lubbers M, Haalboom JR. The development of a national registration form to measure the prevalence of pressure ulcers in The Netherlands. Ostomy/Wound Management 1999; 45(11): 28-8, 40. Buntinx F, Beckers H, De Keyser G, Flour M, Nissen G, Raskin T, De Vet H. Inter-observer variation in the assessment of skin ulceration. Journal of Wound Care 1996; 5(4): Collier M. Blanching and non-blanching hyperaemia. Journal of Wound Care 1999; 8: Cuddigan J. Pressure ulcer classification: What do we have? What do we need? Advances in Wound Care 1997; 10(5): David JA, Chapman RG, Chapman EJ, Lockett B. An investigation of the current methods used in nursing for the care of patients with established pressure sores. Guildford: Nursing Practice Research Unit, Dealey C, Lindholm C. Pressure ulcer classification. In: Romanelli M, Clark M, Cherry G, Colin D, Defloor T, editors. Science and practice of pressure ulcer management. Berlin: Springer, 2006: Defloor T, Clark M, Witherow A, Colin D, Lindholm C, Schoonhoven L, Moore Z. EPUAP statement on prevalence and incidence monitoring of pressure ulcer occurence EPUAP Review 2005a; 6(3): Defloor T, Herremans A, Grypdonck M, De Schuijmer J, Paquay L, Schoonhoven L, Van den Bossche K, Vanderwee K et al. Belgische Richtlijn voor Decubituspreventie Gent: Story Scientia, 2005b. Defloor T, Schoonhoven L, Vanderwee K, Weststrate J, Myny D. Reliability of the European Pressure Ulcer Advisory Panel classification system. Journal of Advanced Nursing 2006; 54(2): Defloor T, Schoonhoven L. Inter-rater reliability of the EPUAP pressure ulcer classification system. Journal of Clinical Nursing 2004; 13(8): Derre B. Evolutie van beginnende decubitus op intensieve zorgen. Scriptie Medisch-Sociale wetenschappen. Universiteit Gent, European Pressure Ulcer Advisory Panel (EPUAP): Fletcher J. Wound bed preparation and the TIME principles. Nursing Standard 2005; 20(12): Haalboom JRE, Van Everdingen JJE, Cullum N. Incidence, prevalence, and classification. In: Parish LC, Witkowski JA, Crissey JT, editors. The decubitus ulcer in clinical practice. Berlin: Springer, 1997: Halfens RJG, Bours GJJW, Van Ast W. Relevance of the diagnosis 'stage 1 pressure ulcer': an empirical study of the clinical course of stage 1 ulcers in acute care and long-term care hospital populations. Journal of Clinical Nursing 2001; 10(6): Healey F. The reliability and utillity of pressure sore grading scales. Journal of Tissue Viability 1995; 5(4): Lowthian P. The classification and grading of pressure sores. Care - Science and Practice 1987; 5: 5-9. Maklebust J. Policy implications of using reverse staging to monitor pressure ulcer status. Advance in Woundcare 1997; 10(5): Maklebust J. Pressure ulcers: etiology and prevention. Nursing Clinics of North America 1987; 22(2):

6 Michel CC, Gillot H. Microvascular mechanism in stasis and ischaemia. In: Bader DL (ed), Pressure sores: clinical practice and scientific approach. London: Mac Millan, 1992: Nixon J, Mc Gough A. The pathophysiology and aetiology of pressure ulcers. In: Morison M (ed), The prevention and treatment of pressure ulcers. Edingburgh: Mosby, 2001: Nixon J, McElvenny D, Mason S, Brown J, Bond S. A sequential randomised controlled trial comparing a dry visco-elastic polymer pad and standard operating table mattress in the prevention of post-operative pressure sores. International Journal of Nursing Studies 1998; 35(4): Panel for the Prediction and Prevention of Pressure Ulcers in Adults. Pressure ulcers in adults : prediction and prevention. Clinical practice guideline number 3. Rockville: Agency for Health Care Policy and Research, Public Health Service, U.S. Department of Health and Human Services, AHCPR Publication No , Parish LC, Witkowski JA, Crissey JT. The decubitus ulcer in clinical practice. Berlin: Springer, Pedley GE. Comparison of pressure ulcer grading scales: a study of clinical utility and inter-rater reliability. International Journal of Nursing Studies 2004; 41(2): Pel-Littel R. Betrouwbaarheid en validiteit van meetinstrumenten voor het meten van graad 1 decubitus. Universiteit Maastricht, Polit DF, Beck CT,Hungler BP.2001Essentials of nursing research. Methods, appraisal, and utilization. 5th ed. Philadelphia: Lippincott Williams & Wilkins, Reid J, Morison M. Towards a consensus : classification of pressure sores. Journal of Wound Care 1994; 3(3): Russell LJ, Reynolds TM. How Accurate are pressure ulcer grades? An image-based survey of nurse performance. Journal of Tissue Viability 2001; 11(2): Schoonhoven L, Haalboom JRE, Bousema MT, Algra A, Grobbee DE, Grypdonck MH, Buskens E. Prospective cohort study of routine use of risk assessment scales for prediction of pressure ulcers. British Medical Journal 2002; 325(7368): Shea JD. Pressure sores : classification and management. Clin Orthop Rel Res 1975; 112: Smith DM. Pressure ulcers in the nursing home. Annals of Internal Medicine 1995; 123(6): Stotts NA. Assessing a patient with a pressure ulcer. In: Morison MJ, editors. The prevention and treatment of pressure ulcers. Edingburgh: Mosby, 2001: Torrance C. Pressure sores aetiology, treatment and prevention. Beckenham: Croom Helm, Vanderwee K, Grypdonck M, Defloor T. Non-blanchable erythema as an indicator for the need for pressure ulcer prevention: a randomized-controlled trial. Journal of Clinical Nursing 2007; 16, Vanderwee K, Grypdonck MH, De Baquer B, Defloor T. The reliability of two observation methods of nonblanchable erythema, Grade 1 pressure ulcer. Applied Nursing Research 2006; 19: Vanderwee K. Het effect van drukreducerende maatregelen op het ontstaan van decubitus. Een bijdrage tot een evidence based verpleegkundige praktijkvoering. Proefschrift Doctor in de Sociale Gezondheidswetenschappen, Universiteit Gent, Witkowski JA, Parish LC. Histopathology of the decubitus ulcer. Journal of the American Academy of Dermatology 1982; 6(6): Yarkony GM. Pressure ulcers: a review. Arch Phys Med Rehabil 1994; 75:

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE

LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE LA PEAU DU PARAPLÉGIQUE Qu est ce qu une Paraplégie ou Tétraplégie? - Conséquence d une lésion de la moelle épinière ou d une atteinte diffuse des nerfs périphériques. - Évaluation du caractère complet

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

Pressure Ulcer Scale for Healing Version anglaise Avec l autorisation de l auteur Copyright. NPUAP, 2003 Reprinted with permission.

Pressure Ulcer Scale for Healing Version anglaise Avec l autorisation de l auteur Copyright. NPUAP, 2003 Reprinted with permission. Pressure Ulcer Scale for Healing Version anglaise Avec l autorisation de l auteur Source : http://www.npuap.org/pdf/push.pdf B elgian Screening Tools II (BeST II) B elgian Screening Tools II (BeST II)

Plus en détail

HENDRICH FALL RISK MODEL (HFRM)

HENDRICH FALL RISK MODEL (HFRM) HENDRICH FALL RISK MODEL (HFRM) Hendrich, A. L., Bender, P. S., & Nyhuis, A. (2003). Validation of the Hendrich II Fall Risk Model: a large concurrent case/control study of hospitalized patients. Appl.Nurs

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Différenciation de fonction

Différenciation de fonction Axe de recherche : Étude de l organisation l de l activitl activité infirmière re Différenciation de fonction infirmière re Geoffroy Berckmans Assistant - PRISCI - IRSS - ESP UCL Projet de recherche fédéral

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

PEC DES PLAIES EN EHPAD

PEC DES PLAIES EN EHPAD PEC DES PLAIES EN EHPAD Dr Géraldine Martin-Gaujard HOSPICES CIVILS DE LYON HEH GENERALITES Plaies aiguës traumatiques Plaies chroniques: Escarres et ulcères Pour les escarres: Prévalence : 9% stable depuis

Plus en détail

Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie

Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie SwissANP & ASDSI - 21.10 2011 Développement de la pratique infirmière avancée en Romandie H. Brioschi Levi, Directrice des soins CHUV F. Ninane, Directrice des soins DUMSC-PMU Plan de la présentation Contexte

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients

L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients L apport de la simulation sur l amélioration de la sécurité des patients R. Doureradjam - Chargé de formation 1 Formation spécialisée en soins d anesthésie EPD ES Définitions Conditions indispensables

Plus en détail

Clinical Trials Regulation

Clinical Trials Regulation Clinical Trials Regulation National Implementation Cécile Delval Director of Evaluation Division French Medicines Agency (ANSM) France Ministry of Health ANSM Competent Authority Ethics Committee (EC)

Plus en détail

Conçu pour une cicatrisation rapide et efficace Traitement des plaies par pression négative

Conçu pour une cicatrisation rapide et efficace Traitement des plaies par pression négative APERÇU DE LA TECHNOLOGIE Conçu pour une cicatrisation rapide et efficace Traitement des plaies par pression négative Les avantages cliniquement prouvés du système intégré V.A.C. Therapy La V.A.C. Therapy,

Plus en détail

HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE

HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE ialuset HYDRO UN DISPOSITIF SÛR ET EFFICACE POUR LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SOUFFRANT D ULCERES DE JAMBE D ORIGINE VEINEUSE OU MIXTE D après la présentation du Docteur Sylvie MEAUME Dermatologue Université

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008

DE GRAVITE. DESC de réanimation Septembre 2008 INTERETS ET LIMITES DES SCORES DE GRAVITE Mélanie RIEDEL DESC de réanimation Septembre 2008 Elaboration des Scores de Gravité Etablis à partir de paramètres cliniques et biologiques Outils épidémiologiques

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad Integration of services for frail elderly- SIPA and PRISMA projects and after Céline Bureau, M.Sc.Inf. (cbureau.csss-iugs@msss.gouv.qc.ca) CSSS-IUG

Plus en détail

Formation à l Evidence-Based Nursing en formation de premier cycle: récit d une expérience dans une Haute Ecole belge

Formation à l Evidence-Based Nursing en formation de premier cycle: récit d une expérience dans une Haute Ecole belge Formation à l Evidence-Based Nursing en formation de premier cycle: récit d une expérience dans une Haute Ecole belge Nadine Jacqmin Inf., L.Sc., étudiante au doctorat en sciences infirmières (Université

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Module I-3. Enseignement et apprentissage. Module I- Contexte. Buts. Objectifs Au terme de ce module, le participant sera capable de :

Module I-3. Enseignement et apprentissage. Module I- Contexte. Buts. Objectifs Au terme de ce module, le participant sera capable de : Module I-3 Enseignement et apprentissage Contexte Buts Les compétences pédagogiques sont un élément clé de l effi cacité de l éducateur en diabète. Former va bien au-delà de la transmission d informations

Plus en détail

Situation clinique Objectifs Interventions

Situation clinique Objectifs Interventions PLAN DE SOINS PRÉVENTION DE PLAIES DE PRESSION Page 1 de 2 Situation clinique Objectifs Interventions Tous les usagers à mobilité réduite admis à l Hôtel-Dieu de Lévis dans une unité de soins Les usagers

Plus en détail

l équipe blocage lombaire les étapes à suivre Institut de kinésiologie du Québec 514-754-3475 www.yvanc.com

l équipe blocage lombaire les étapes à suivre Institut de kinésiologie du Québec 514-754-3475 www.yvanc.com blocage lombaire les étapes à suivre Institut de kinésiologie du Québec 514-754-3475 www.yvanc.com l équipe interdisciplinaire en réadaptation au travail outil ikq 001 ver. juin-2005 Disponible en format

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Demande d informations additionnelles. 2.1.003 Version

Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Demande d informations additionnelles. 2.1.003 Version Numéro de PNF: Remplace: Objet: Procédure normalisée de fonctionnement du RCBT Demande d informations additionnelles 2.1.003 Version Demande d informations additionnelles Date d entrée en vigueur Catégorie

Plus en détail

LE CLASSEMENT DE TYPES DE PUBLICATIONS POUR LES RECENSIONS

LE CLASSEMENT DE TYPES DE PUBLICATIONS POUR LES RECENSIONS LE CLASSEMENT DE TYPES DE PUBLICATIONS POUR LES RECENSIONS DES ÉCRITS : OUTIL DE RÉFÉRENCE POUR LES COURTIERS DE CONNAISSANCES France Fleury Courtier de connaissances Mars 2010 Version du 19 mars 2010

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL NUMÉRO 131 : JUILLET 2002 PRISE DE POSITION SUR LE RÈGLEMENT SUR L ACCÈS À LA MARIHUANA À DES FINS MÉDICALES ADOPTÉ PAR LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL I - Introduction Au niveau international, l Organisation

Plus en détail

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD PRÉSERVATION DES DENTS AVEC STRAUMANN EMDOGAIN Entre 5 et 15 % de la population souffre de parodontite sévère pouvant induire la perte de dents 1,2 Les

Plus en détail

Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement

Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement Application N o :. Form RE- 01 Numéro de demande REGISTRATION EXERCISE / EXERCICE D ENREGISTREMENT Registration Application Form Formulaire de Demande d Enregistrement Section 1: Identification *First

Plus en détail

Enderby P, Crow E (1996). Frenchay Aphasia Screening Test: validity and comparability. Disability and Rehabilitation 18 (5): 238-240.

Enderby P, Crow E (1996). Frenchay Aphasia Screening Test: validity and comparability. Disability and Rehabilitation 18 (5): 238-240. FRENCHAY APHASIA SCREENING TEST (FAST) Enderby P, Crow E (1996). Frenchay Aphasia Screening Test: validity and comparability. Disability and Rehabilitation 18 (5): 238-240. Abréviation FAST Auteur Enderby

Plus en détail

Master ès Sciences en Sciences Infirmières

Master ès Sciences en Sciences Infirmières Master ès Sciences en Sciences Infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PREVALENCE,

Plus en détail

Rapport sur un nouveau médicament breveté Emend

Rapport sur un nouveau médicament breveté Emend Rapport sur un nouveau médicament breveté Emend Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats de ses examens des prix des nouveaux médicaments brevetés. Ces examens sont effectués

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

University of Toronto, CANADA. (Publication sur Internet le 24 février 2005) Thème Prévention de la maltraitance chez les enfants (abus/négligence)

University of Toronto, CANADA. (Publication sur Internet le 24 février 2005) Thème Prévention de la maltraitance chez les enfants (abus/négligence) Services et programmes qui se sont révélés efficaces pour prévenir la maltraitance envers les enfants et ses impacts sur le développement social et affectif des jeunes enfants DAVID A. WOLFE, Ph. D. University

Plus en détail

IRM d un seul poignet

IRM d un seul poignet IRM d un seul poignet SAMIS : un score simplifié pour évaluer la polyarthrite rhumatoïde dans la pratique quotidienne C.Cyteval 1, A. Miquel 2, D.Hoa 1, J.Daures 1, X.Mariette 2, B.Combe 1 1 Montpellier

Plus en détail

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014

Attitude face à un nodule thyroïdien. Liège 15 février 2014 Attitude face à un nodule thyroïdien Liège 15 février 2014 Prise en charge d un nodule thyroïdien: une histoire de statistiques La difficulté pour le clinicien face à un nodule thyroïdien est d identifier

Plus en détail

Traitement des escarres

Traitement des escarres des escarres GUIDE DE RÉFÉRENCE ABRÉGÉ DEVELOPED BY EUROPEAN PRESSURE ULCER ADVISORY PANEL (EPUAP) AND NATIONAL PRESSURE ULCER ADVISORY PANEL (NPUAP) des escarres GUIDE DE RÉFÉRENCE ABRÉGÉ DÉVELOPPÉ PAR

Plus en détail

DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE)

DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE) 1. Pathologie DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE (CHEZ L ADULTE) 2. Diagnostic A. Antécédents médicaux Le déficit en hormone de croissance (GH) est attribuable à un dysfonctionnement de l axe hypothalamo-hypophysaire

Plus en détail

Mulford C. (1992). The Mother-Baby Assessment(MBA): An Apgar Score for breastfeeding. Journal of Human Lactation, 8(2), 79-82.

Mulford C. (1992). The Mother-Baby Assessment(MBA): An Apgar Score for breastfeeding. Journal of Human Lactation, 8(2), 79-82. MOTHER-BABY ASSESSMENT SCALE Mulford C. (1992). The Mother-Baby Assessment(MBA): An Apgar Score for breastfeeding. Journal of Human Lactation, 8(2), 79-82. Instrument de Mother-Baby Assessment scale mesure

Plus en détail

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave

Une offre de service. Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution. TCC grave Julie Dionne, D. Psy, neuropsychologue Manon Voyer, ergothérapeute et leader de pratiques cliniques Une offre de service 10 e congrès AERDPQ Approche auprès des personnes ayant un avec une lente évolution

Plus en détail

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak

T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet, L. Richard, L. Soukarié, T. Babin, M. Labrunée, L. Bosquet et A. Pathak L accéléromètre comme outil d évaluation de la sédentarité et d observance aux recommandations d activité physique après un programme de rééducation cardiaque T. Guiraud, R. Granger, V. Gremeaux, M. Bousquet,

Plus en détail

Prévention et évaluation des lésions et détermination du plan de traitement de l intertrigo.

Prévention et évaluation des lésions et détermination du plan de traitement de l intertrigo. OBJET Prévention et évaluation des lésions et détermination du plan de traitement de l intertrigo. L intertrigo, ou dermatite intertrigineuse est une inflammation résultant de l humidité emprisonnée dans

Plus en détail

Nutritional Risk Screening (NRS 2002): a new method based on an analysis of controlled clinical trials.

Nutritional Risk Screening (NRS 2002): a new method based on an analysis of controlled clinical trials. NUTRITIONAL RISK SCREENING (NRS 2002) Kondrup, J., Rasmussen, H.H., Hamberg, O., Stanga, Z. & an ad hoc Espen Working Group (2003) Nutritional Risk Screening (NRS 2002): a new method based on an analysis

Plus en détail

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits. Drug Regimen Unassisted Grading Scale (DRUGS) Edelberg HK, Shallenberger E, Wei JY (1999) Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

Tableau de matelas d air

Tableau de matelas d air Tableau de matelas d air Ce tableau, produit par les ergothérapeutes de l Équipe de consultation sur les aides techniques (ÉCAT), décrit les caractéristiques d un grand nombre de matelas d air utilisés

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD NOUVEAU EMDOGAIN 015 CONÇU POUR RECONSTRUIRE

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD NOUVEAU EMDOGAIN 015 CONÇU POUR RECONSTRUIRE Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD NOUVEAU EMDOGAIN 15 CONÇU POUR RECONSTRUIRE PRÉSERVATION DES DENTS AVEC STRAUMANN EMDOGAIN Emdogain est maintenant disponible dans un nouvel emballage

Plus en détail

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD NOUVEAU EMDOGAIN 015 CONÇU POUR RECONSTRUIRE

Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD NOUVEAU EMDOGAIN 015 CONÇU POUR RECONSTRUIRE Straumann Emdogain AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD NOUVEAU EMDOGAIN 015 CONÇU POUR RECONSTRUIRE «Emdogain 015 devrait permettre au praticien d utiliser le matériau plus souvent, car il sera plus rentable

Plus en détail

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual Mini-COG Borson S, Scanlan J, Brush M, et al. (2000) The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual elderly. Instrument de mesure Abréviation Auteur Thème Objectif

Plus en détail

La traiter, la prévenir et la distinguer des plaies de pression.

La traiter, la prévenir et la distinguer des plaies de pression. SOINS DE PLAIES DERMATITE La traiter, la prévenir et la distinguer des plaies de pression. D INCONTINENCE par Diane St-Cyr, inf., stomothérapeute C(C), B.Sc., M.Éd. L incontinence urinaire, fécale ou mixte

Plus en détail

La thérapie de compression

La thérapie de compression Soins de plaies : La thérapie de compression La compression est le traitement le plus utilisé pour contrôler l hypertension et favoriser la cicatrisation des ulcères veineux. Par Diane St-Cyr, inf. certifiée

Plus en détail

12/03/2013. Les obstacles à un traitement efficace : défaut d observance et inertie médicale L HYPERTENSION ARTERIELLE L HYPERTENSION ARTERIELLE

12/03/2013. Les obstacles à un traitement efficace : défaut d observance et inertie médicale L HYPERTENSION ARTERIELLE L HYPERTENSION ARTERIELLE Les obstacles à un traitement efficace : défaut d observance et inertie médicale Docteur Pierre Durieux Santé Publique et Informatique Médicale, HEGP et Faculté de médecine Paris Descartes DIU Hypertension

Plus en détail

Hématomes et abrasions cutanées chez la personne âgée

Hématomes et abrasions cutanées chez la personne âgée Hématomes et abrasions cutanées chez la personne âgée Marie-Hélène Tarteaut ISC Plaies et Cicatrisation DS Médecine/Réhabilitation et Gériatrie - Psychiatrie Forum Escarre - 20.09.2011 avec la collaboration

Plus en détail

Inventory of Depression and Anxiety Symptoms

Inventory of Depression and Anxiety Symptoms The Inventory of Depression and Anxiety Symptoms (IDAS) Watson, D., O Hara, M.W., Simms, L.J., Kotov, R., Chmielewski, M., McDade-Montez, E.A., Gamez, W., & Stuart, S., (2007). Development and Validation

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres des escarres GUIDE DE RÉFÉRENCE ABRÉGÉ DEVELOPED BY EUROPEAN PRESSURE ULCER ADVISORY PANEL (EPUAP) AND NATIONAL PRESSURE ULCER ADVISORY PANEL (NPUAP) des escarres GUIDE DE RÉFÉRENCE ABRÉGÉ DÉVELOPPÉ PAR

Plus en détail

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants..

Prise en charge de l'élimination intestinale des patients hospitalisés : Un outil pédagogique et didactique pour les soignants.. Valérie Berger Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR CHU de Bordeaux Geneviève Chêne PU-PH pole

Plus en détail

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on?

BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? BIOMARQUEURS CARDIOVASCULAIRES Où en est-on? Eric Bonnefoy Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Hospices Civils de Lyon UMR 5558 - Université Lyon 1 1 D-dimères, quelle proposition est fausse? 1 - L

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Case management ou coordination des soins?

Case management ou coordination des soins? Pistes pour l intégration des soins pour les personnes âgées fragiles vivant au domicile Case management ou coordination des soins? THÉRÈSE VAN DURME JEAN MACQ INSTITUT DE RECHERCHE SANTÉ ET SOCIÉTÉ (IRSS

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

SURVEILLANCE DES PLATRES

SURVEILLANCE DES PLATRES SURVEILLANCE DES PLATRES 1 DEFINITION Système de tissu durcissable servant à assurer la contention et l immobilisation d un membre afin de répondre à un traumatisme en cas de lésion tendineuse ou de fracture

Plus en détail

Liste de tous les périodiques Pour le baccalauréat en Sciences infirmières au site de Bathurst

Liste de tous les périodiques Pour le baccalauréat en Sciences infirmières au site de Bathurst Liste de tous les périodiques Pour le baccalauréat en Sciences infirmières au site de Bathurst Université de Moncton Campus de Shippagan Site de Bathurst Octobre 2007 LISTE ALPHABÉTIQUE DES PÉRIODIQUES

Plus en détail

Analyse de pratiques en groupe avec des étudiantes infirmières en pratique avancée: une avenue novatrice

Analyse de pratiques en groupe avec des étudiantes infirmières en pratique avancée: une avenue novatrice Analyse de pratiques en groupe avec des étudiantes infirmières en pratique avancée: une avenue novatrice Kathleen Lechasseur, inf., Ph.D. Professeure adjointe Faculté des sciences infirmières Université

Plus en détail

ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE

ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE ESCARRES, PLAIES ET CICATRISATION: PRISE EN CHARGE Dr. Michaël WILLERY CH ROUBAIX 4ème JOURNÉE DE FORMATION ET D INFORMATION: PRÉVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD INSTITUT GERNEZ RIEUX - CHRU LILLE

Plus en détail

Projet ARMED Assessment and Risk Management of MEdical Devices in plasticized polyvinylchloride

Projet ARMED Assessment and Risk Management of MEdical Devices in plasticized polyvinylchloride Projet ARMED Assessment and Risk Management of MEdical Devices in plasticized polyvinylchloride Evaluation et Gestion des risques liés aux Dispositifs Médicaux en polychlorure de vinyle Plastifié V. Sautou,

Plus en détail

Atelier 2 : Etudes thérapeutiques. 16h30 17h15 Unités de modélisation Individuelles : micro-simulations Franck Maunoury

Atelier 2 : Etudes thérapeutiques. 16h30 17h15 Unités de modélisation Individuelles : micro-simulations Franck Maunoury LA MODELISATION DE L EFFICIENCE : Comment CONSTRUIRE une étude de PRIMO inscription? SEMINAIRE JGEM-SFES Atelier 2 : Etudes thérapeutiques 16h30 17h15 Unités de modélisation Individuelles : micro-simulations

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib European integration: conditions and challenges for libraries, 3 au 7 juillet 2007 36 e congrès LIBER Results from the Seminar on Measuring Quality in Libraries Bayir,

Plus en détail

Aspects socio-économiques des traumatismes graves

Aspects socio-économiques des traumatismes graves Aspects socio-économiques des traumatismes graves Hocine FOUDI Urgences-SAMU-SMUR CH Marc Jacquet D.U. Médecine d urgence, Traumatismes graves, prise en charge des premières heures Epidemiologie Mortalité

Plus en détail

L expérience des jeunes adultes en oncologie: comment se sentent-ils «connus» par l équipe de soins

L expérience des jeunes adultes en oncologie: comment se sentent-ils «connus» par l équipe de soins L expérience des jeunes adultes en oncologie: comment se sentent-ils «connus» par l équipe de soins GABRIELLE BOUCHARD, BSc (biologie), MSc(A) Cand. SUSANNA JACOBSEN, BA (littérature), MSc(A) Cand. École

Plus en détail

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique)

Avis 2 avril 2014. Laboratoire SERVIER. Périndopril arginine / indapamide. C09BA04 (inhibiteur de l enzyme de conversion et diurétique) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 PRETERAX 2,5 mg / 0,625 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 (CIP : 34009 378 232 2 7) Boîte de 90 (CIP : 34009 378 234 5 6) BIPRETERAX 5 mg / 1,25 mg, comprimé

Plus en détail

Guide de rédaction de références

Guide de rédaction de références Guide de rédaction de références Document préparé par: Susie Dallaire, pharmacienne Marie-Josée Demers, conseillère clinicienne à la DQSSER Nathalie Gauthier, conseillère clinicienne à la DQSSER Le 13

Plus en détail

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5

KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens, 3 MS Dryden, 4 H Bhattacharyya, 5 M Kunkel, 5 A Baruch 5 Efficacité et tolérance du linézolide (LZD) versus vancomycine dans le traitement des infections compliquées de la peau et des tissus mous (ICPTM) documentées à SARM KMF Itani, 1 J Weigelt, 2 DL Stevens,

Plus en détail

La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec La pratique infirmière en santé mentale et en psychiatrie

La vision contemporaine de l exercice infirmier au Québec La pratique infirmière en santé mentale et en psychiatrie ANNEXE II PROPOSITION DE L OIIQ SUR LE CHAMP DESCRIPTIF DE L INFIRMIÈRE SPÉCIALISÉE ET DE L INFIRMIÈRE PRATICIENNE, LES ACTIVITÉS À RÉSERVER ET LA FICHE DE RÉFÉRENCE SUR L INFIRMIÈRE SPÉCIALISÉE EN PSYCHIATRIE

Plus en détail

Leadership et raisonnement clinique et sur le terrain

Leadership et raisonnement clinique et sur le terrain Leadership et raisonnement clinique et sur le terrain Christiane Ouellet, inf., LL.M (c)., infirmière-chef 3e AB, Direction des soins infirmiers regroupements clientèle (DSI-RC) Élisa Gélinas-Phaneuf,

Plus en détail

precioso Série 2 Prévention économique et traitement des escarres

precioso Série 2 Prévention économique et traitement des escarres precioso Série 2 Prévention économique et traitement des escarres precioso Prévention économique et traitement des escarres Une prévention et un traitement cliniquement prouvés Prévention efficace et prouvée

Plus en détail

LAUREATS DU PRIX OSWALD VANDER VEKEN - TUMEURS DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR. 1987 : Prix Oswald VANDER VEKEN - Tumeurs de l Appareil locomoteur

LAUREATS DU PRIX OSWALD VANDER VEKEN - TUMEURS DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR. 1987 : Prix Oswald VANDER VEKEN - Tumeurs de l Appareil locomoteur Contact Tél.: 02 504 92 40 Fax: 02 504 92 10 prix@frs-fnrs.be LAUREATS DU PRIX OSWALD VANDER VEKEN - TUMEURS DE L'APPAREIL LOCOMOTEUR 1987 : Prix Oswald VANDER VEKEN - Tumeurs de l Appareil locomoteur

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

VIVRE AVEC LE VIH EN RÉGION : Le Paradoxe!

VIVRE AVEC LE VIH EN RÉGION : Le Paradoxe! VIVRE AVEC LE VIH EN RÉGION : Le Paradoxe! Présentation de projet de maîtrise: dans le cadre des MIDIS-Recherche en sciences infirmières de l UQAR 3 Février 2010 Par Anne-Marie Simard, inf. M.Sc & Hélène

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS

Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS Surveillance des pace makers et des défibrillateurs Journées de cardiologie Jeudi 31 mai 2012 Dr JM DUPUIS Service de cardiologie CHU ANGERS La stimulation cardiaque La stimulation cardiaque Historique

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

Pratiques Réconfortants

Pratiques Réconfortants Produits de soins cutanés professionnels Cavilon MC 3M MC Pratiques Réconfortants Dignes de confiance Nettoie et revitalise en tout confort Nettoyant pour la peau sans rinçage Cavilon MC 3M MC (Ancien

Plus en détail

Guide de présentation des bibliographies Sciences de la santé Style Vancouver

Guide de présentation des bibliographies Sciences de la santé Style Vancouver Guide de présentation des bibliographies Sciences de la santé Style Vancouver Table des matières Présentation... 3 Monographies papier... 4 Livres électroniques... 6 Articles de périodique papier... 8

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

Recherche bibliographique dans le domaine biomédical G. Quarck

Recherche bibliographique dans le domaine biomédical G. Quarck Recherche bibliographique dans le domaine biomédical G. Quarck historique Fin du 19 ème siècle : Aux USA, les militaires indexent un certain nombre de périodiques, ils fondent l Index medicus historique

Plus en détail

Une étude évalue si les infirmières en soutien à domicile peuvent le détecter.

Une étude évalue si les infirmières en soutien à domicile peuvent le détecter. RECHERCHE RECONNAÎTRE LE DELIRIUM chez un aîné vivant à domicile Une étude évalue si les infirmières en soutien à domicile peuvent le détecter. par Priscilla Malenfant, inf., M.Sc.inf. et Philippe Voyer,

Plus en détail

INSTITUT DE RÉADAPTATION GINGRAS-LINDSAY-DE-MONTRÉAL PAVILLON LINDSAY

INSTITUT DE RÉADAPTATION GINGRAS-LINDSAY-DE-MONTRÉAL PAVILLON LINDSAY INSTITUT DE RÉADAPTATION GINGRAS-LINDSAY-DE-MONTRÉAL PAVILLON LINDSAY Optimisation des soins de plaies chez les patients amputés à l aide du programme SOINS. Par : Mme Lyette Bellemare Directrice des soins

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail