Essais thérapeutiques en onco-gériatrie : l exemple des lymphomes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Essais thérapeutiques en onco-gériatrie : l exemple des lymphomes"

Transcription

1 Essais thérapeutiques en onco-gériatrie : l exemple des lymphomes Clinical trials in elderly patients: the lymphoma experience D. Garbay*, P. Soubeyran* RÉSUMÉ Longtemps, les sujets âgés ont été exclus ou sous-représentés dans les essais cliniques. Cette situation change actuellement, même si la majorité des études concerne encore principalement les sujets âgés en bon état physiologique. Concernant les lymphomes, les résultats montrent que les patients âgés les plus favorables peuvent et doivent bénéficier du même traitement que les sujets jeunes en 1 re ligne. De récents progrès majeurs ont pu être réalisés dans ce domaine, notamment grâce à l introduction du rituximab, qui a permis un gain en survie d environ 15 % dans les lymphomes diffus de type B à grandes cellules en association avec le CHOP, sans toxicité supplémentaire importante. Cependant, les essais cliniques concernant les sujets âgés vulnérables et fragiles demeurent peu nombreux et les résultats, comme on pouvait s y attendre, sont décevants. Il reste beaucoup à accomplir dans ce domaine pour adapter au mieux le traitement de ces patients à risque, et l évaluation onco-gériatrique est certainement un des outils majeurs dont nous disposons. Mots-clés : Sujets âgés Essais thérapeutiques Lymphome Évaluation gériatrique. Summary. Until now, elderly patients were too often excluded from clinical trials. Yet the situation is currently changing, although this concerns mainly good physiological status (PS) patients. In malignant lymphoma, older patients with good PS should be treated like younger people. In diffuse large B-cell lymphoma, based on phase III trial results which showed survival improvement without added toxicity by addition of rituximab, R-CHOP is the current standard. However, few trials have been performed in vulnerable and frail elderly patients, and the results are, as expected, quite disappointing. Geriatric assessment is certainly mandatory in order to be able to tailor treatment and avoid as much as possible life-threatening toxicities. Keywords: Elderly Clinical trials Lymphoma Geriatric assessment. *Institut Bergonié, Centre régional de lutte contre le cancer, Bordeaux. des pathologies néoplasiques chez les personnes âgées est en L incidence constante augmentation. La moitié des patients présentant un lymphome nouvellement diagnostiqué a plus de 60 ans. Paradoxalement, ces patients demeurent sous-représentés dans les essais cliniques (1). De plus, ceux qui sont inclus sont majoritairement en bon état physiologique et souvent peu représentatifs de la réalité clinique. En pratique courante, le clinicien se trouve désormais fréquemment confronté à des difficultés lors de la prise en charge des patients âgés, pour lesquels la conduite à tenir est souvent mal codifiée. Les risques dans ce contexte sont multiples, avec 16

2 Essais thérapeutiques en onco-gériatrie Groupe favorable Patient autonome Absence de comorbidités Évaluation gériatrique Groupe intermédiaire 1 dépendance 1 à 3 comorbidités Espérance de vie > cancer < cancer Figure. Arbre décisionnel selon L. Balducci et M. Extermann (6). une augmentation des toxicités de la chimiothérapie en termes d incidence mais également de gravité. L objectif principal est alors la maîtrise de l équilibre bénéfice/risque. Ces questions montrent l intérêt majeur de la réalisation d essais thérapeutiques dans ce domaine. Nous tenterons dans cet article de faire le point sur les études visant les personnes âgées en nous concentrant sur les lymphomes malins, maladies fréquentes et représentatives de cette problématique. UNE POPULATION DE PATIENTS HÉTÉRO- GÈNE : RECONNAÎTRE LES SUJETS VULNÉ- RABLES ET FRAGILES La principale caractéristique de la population des personnes âgées est sa grande hétérogénéité (comorbidités, autonomie, etc.). Dans le contexte Groupe très fragile Patient dépendant Plus de 3 comorbidités Syndromes gériatriques évolutifs Traitement standard Traitement adapté Soins palliatifs Tableau. Principaux éléments de l évaluation gériatrique selon L. Balducci et M. Extermann (6). État général, autonomie Comorbidités (cardiaque, rénale, etc.) Fonctions cognitives Dépression, troubles de l humeur Syndromes gériatriques Médicaments État nutritionnel Conditions socio-économiques PS (Performance Status) ADL (Activities of Daily Life) IADL (Instrumental Activities of Daily life) Nombre, sévérité MMS (Mini Mental State), autres GDS (Geriatric Depression Scale) Démences, chutes, etc. Nombre, interactions MNA (Mini-Nutritionnal Assessment) Conditions de vie de la pathologie néoplasique, ce phénomène conduit à une inégalité face aux traitements, et notamment face à la chimiothérapie. Les essais évaluant la toxicité de la chimiothérapie selon l âge confirment cette tendance. Tandis que certaines études ne retrouvent pas de surtoxicité liée à l âge (2, 3), d autres séries (4, 5) contredisent ces résultats. Les principaux événements observés chez les personnes âgées sont d ordre hématologique (anémie, neutropénie, thrombopénie), infectieux, cardiaque, neuro logique (neuropathie périphérique et neurotoxicité centrale) et muqueux. Cependant, ces résultats montrent qu au moins une fraction des patients âgés est éligible à une chimiothérapie standard. La question principale est donc de déterminer comment les détecter afin de ne pas induire un risque de perte de chances. Plusieurs études et modèles ont été réalisés afin de pouvoir y répondre (6-8). Parmi eux, celui de L. Balducci et de M. Extermann (6) permet de classer les patients âgés en trois groupes (figure), grâce à une évaluation gériatrique dont les principaux critères sont cités dans le tableau : un groupe de patients à l état physiologique favorable, pouvant bénéficier d un traitement à doses standard ; un groupe de patients intermédiaires, pour lesquels un traitement à doses adaptées peut être proposé ; un groupe de patients très fragiles, pour lesquels un traitement palliatif est recommandé. Une autre approche consiste à utiliser une évaluation classique fondée sur l état physiolo gique des patients : conditions de vie, fonctions rénale, cardiaque et hématologique, comorbidités (8). Ces deux approches sélectionnent bien des patients d état précaire, à haut risque de toxicité, mais elles sont sensiblement différentes et il semble que l index idéal doive s inspirer des deux. D autres études sont en cours afin de tenter de répondre à cette question. LES LYMPHOMES AGRESSIFS COMME MODÈLE DE RÉFLEXION Les difficultés rencontrées pour la prise en charge des lymphomes des sujets âgés varient selon les situations. Les lymphomes de faible malignité posent peu de problèmes spécifiques : la chimiothérapie est peu intense, les nouvelles thérapies de type rituximab sont bien tolérées et les réductions de doses sont envisageables. 17

3 Idées fortes Problème Un problème majeur est celui de l hétérogénéité des situations rencontrées et de la classification des patients selon leur état. L évaluation gériatrique est certainement une méthode efficace pour détecter les patients les plus fragiles mais reste lourde à réaliser. Beaucoup trop de patients en bon état physio logique ne sont pas inclus dans les essais thérapeutiques pour des raisons souvent plus ou moins établies. Les sujets âgés en bon état physiologique atteints de lymphomes agressifs doivent être traités à visée curative par R-CHOP. Seuls les sujets en bon état général sont inclus dans les essais alors que les problèmes pratiques posés concernent largement les patients vulnérables et fragiles. Solution Plusieurs index de sélection existent. Outre les critères classiques d évaluation de l état physiologique, l évaluation gériatrique est certainement essentielle. Il est essentiel de mettre au point un test permettant de dépister les patients devant bénéficier d une évaluation gériatrique. Renforcer la précision des critères d inclusion et prévoir des mesures spécifiques aux sujets âgés dans les protocoles. Mieux définir les critères objectifs permettant d individualiser cette population de patients. Il est nécessaire de renforcer la recherche sur les patients vulnérables et fragiles. Les lymphomes agressifs sont des formes fréquentes et potentiellement curables. La chimiothérapie standard utilisée, de type CHOP (cyclophosphamide, doxorubicine, vincristine et prednisone), est d intensité moyenne, avec ou sans rituximab. Ces lymphomes constituent donc un bon exemple dans la problématique du traitement des sujets âgés atteints de cancer, et nous exposerons les principaux essais thérapeutiques. Patients d état physiologique favorable La recherche clinique concernant la prise en charge des lymphomes agressifs de la personne âgée a principalement ciblé ce groupe de patients, avec plusieurs essais de phase III. Ces études ont été soit non spécifiques, avec une limite d âge supérieure fixée à 75 ans ou à 80 ans, soit spécifiques, visant une population de plus de 60 ou 65 ans, avec dans tous les cas de bonnes conditions de vie (CV, souvent nommées performance status ou PS), selon les critères de l Eastern Cooperative Oncology Group (ECOG) comprises entre 0 et 2. Parmi les essais récents, plusieurs n ont pas fixé de limite supérieure d âge (9-11), ce qui représente la tendance actuelle et est souhaitable pour les essais à venir. Bénéfice d une anthracycline Une des premières questions soulevées à propos de la faisabilité du traitement de référence a été la possibilité d utiliser une anthracycline poten- tiellement cardiotoxique. Plusieurs études ont répondu en montrant le bénéfice de l utilisation d une polychimiothérapie comprenant une anthracycline en termes de réponse complète, de survie sans progression et de survie globale (10, 12, 13). Ces essais ont également permis de démontrer la supériorité du traitement par CHOP sur des schémas incluant la mitoxantrone à la place de la doxorubicine (10, 12), et sur des associations considérées comme plus adaptées aux sujets âgés (13), avec des toxicités comparables. Addition du rituximab : un progrès majeur Comme chez le sujet jeune, l adjonction du rituximab a apporté un bénéfice significatif chez la personne âgée en termes de survie sans événement et de survie globale (9, 11, 14), avec un gain de l ordre de 15 % à 2 ans. De plus, ces études n ont pas retrouvé de surtoxicité statistiquement significative, ce qui montre l intérêt majeur de cette molécule sur le plan de la tolérance. Par ailleurs, des essais ont été réalisés dans le même temps, qui étudiaient le rythme et le nombre de cycles : une étude allemande (15) suggère la supériorité du CHOP-14 (administré tous les 14 jours sous couvert de G-CSF [Granulocyte Colony Stimulating Factor]) sur le CHOP-21 (administré tous les 21 jours), et l essai RICOVER (16) montre que 6 cycles de R-CHOP suivis de deux injections de rituximab seraient suffisants, par rapport à 8 cycles. Ces résultats méritent d être confirmés par d autres essais, actuellement en cours. Intérêt de l utilisation des facteurs de croissance hématopoïétiques Au vu des résultats précédents, les patients âgés d état physiologique conservé doivent bénéficier du même traitement que les sujets jeunes, avec certaines précautions et notamment sous couvert de facteurs de croissance hématopoïétiques. Plusieurs études ont signalé l intérêt de l utilisation d un G-CSF (10, 17, 18), notamment par le maintien de la dose-intensité, mais sans démontrer de bénéfice en termes de survie globale ou sans progression. L American Society of Clinical Oncology justifie dans ses recommandations l utilisation en prophylaxie primaire du G-CSF chez les patients âgés de 65 ans ou plus, atteints de lymphomes agressifs sous chimiothérapie à visée curative par R-CHOP (19). L utilisation de l érythropoïétine selon les recommandations consensuelles de l EORTC (20) est également un support important dans la pratique clinique. 18

4 Essais thérapeutiques en onco-gériatrie Limites de ces essais Malgré une recherche clinique de plus en plus active dans ce groupe de patients, les résultats observés sont souvent difficilement extrapolables du fait de l hétérogénéité des populations d un essai à l autre : certaines études se sont limitées à une population de patients âgés de 75 ans maximum (15), alors que pour d autres l âge maximal a pu dépasser 90 ans (13, 17) ; les résultats en termes de toxicité n ont pas toujours été clairement énoncés. En pratique Les patients âgés d état physiologique conservé, défini après une évaluation onco-gériatrique adaptée, et atteints de lymphomes agressifs (diffus B à grandes cellules) doivent être traités selon le traitement standard par R-CHOP-21, sous couvert de l utilisation de facteurs de croissance hématopoïétiques selon les recommandations en vigueur. Les progrès dans ce groupe de patients ont été majeurs au cours des dernières années, et l inclusion dans ces essais doit être encouragée. Il n est probablement pas nécessaire d alourdir la prise en charge par une évaluation gériatrique. Patients des groupes intermédiaire et fragile Ces deux groupes de patients ont été beaucoup moins étudiés et sont moins bien définis. Ils représentent tous les patients ne pouvant pas recevoir le traitement standard par R-CHOP-21 à pleine dose. Les patients d état général intermédiaire pourraient encore bénéficier d une chimiothérapie de type R-CHOP à doses adaptées, tandis que les sujets fragiles ne peuvent recevoir qu un traitement personnalisé. Peu d essais ont été réalisés chez ces patients, qui cumulent un pronostic réservé soit du fait des comorbidités, soit du fait du retentissement de la maladie lymphomateuse, ainsi qu un risque de toxicité majoré tant en fréquence qu en sévérité. Deux essais de phase II ont été réalisés à ce jour. Celui de S. Monfardini et al. (7) a testé l efficacité et la tolérance d une association vinorelbine et prednisone à doses réduites chez 30 patients fragiles, âgés de plus de 80 ans, ou âgés de plus de 70 ans et présentant des comorbidités, une limitation des activités de la vie quotidienne ou un syndrome gériatrique. Les résultats observés ont montré peu de toxicités mais une efficacité modeste (taux de réponse faible et survie courte). L essai de l EORTC (8) incluait 32 patients non éligibles au CHOP standard car à haut risque de toxicité : autonomie altérée (OMS 3-4), insuffisance rénale (clairance de la créatinine < 50 ml/mn), contre-indication cardiaque, pancytopénie ou comorbidité sévère. Ces patients ont reçu un traitement excluant la doxorubicine, de type COP (cyclophosphamide, vincristine, prednisone), de 4 à 6 cycles. Une adaptation des doses d emblée a pu être proposée selon l évaluation gériatrique (MMS, ADL, etc.), la fonction rénale et l hémogramme initial. L âge médian observé était de 78,5 ans, avec une large majorité de patients de mauvais pronostic (index pronostique international adapté à l âge : 2-3). Un faible taux de réponse complète (18,5 %) a pu être obtenu, tandis que la toxicité observée était trop importante malgré les précautions prises (de l ordre de 9 % de décès toxiques principalement liés aux neutropénies fébriles). Ces deux essais permettent donc d identifier une population de patients pour laquelle l efficacité des traitements doit être renforcée, avec l adjonction du rituximab notamment, tout en prévenant les risques de toxicité grâce à l utilisation des facteurs de croissance hématopoïétiques. Dans ce cadre, un renforcement de la collaboration entre oncologues et gériatres semble indispensable, notamment par la mise en place d interventions gériatriques pour les patients les plus fragiles. La distinction entre patients d état intermédiaire et patients fragiles reste encore mal définie et justifie la réalisation d essais prospectifs permettant d identifier au mieux les facteurs prédictifs de réponse au traitement et de toxicité aiguë, mais l hétérogénéité reste telle qu il n est pas sûr que des essais classiques de phase III soient la solution, du moins dans l immédiat. Un essai de phase II randomisé va prochainement commencer dans le cadre du GOELAMS. CONCLUSION Les sujets âgés ont pendant longtemps été mis à l écart des essais thérapeutiques. Cette situation semble avoir changé, et la tendance actuelle évolue vers des études incluant des patients sans limite d âge. Les résultats obtenus ont permis d améliorer le pronostic de ces patients. Dans le domaine des lymphomes agressifs, grâce à l introduction du rituximab en 1 re ligne pour les lymphomes diffus de type B à grandes cellules, une augmentation 19

5 des taux de survie de l ordre de 15 % a pu être observée sans surtoxicité. L avènement, entre autres, de nouvelles thérapies ciblées ouvre des perspectives. Mais ces essais concernent majoritairement les patients plus favorables parmi les personnes âgées, alors que notre manque de connaissances reste majeur en ce qui concerne les patients les plus fragiles, pour lesquels les traitements doivent être adaptés. L intérêt des études pour ces sujets ne cesse d augmenter, notamment pour les lymphomes. Par ailleurs, l approche gériatrique demeure encore limitée, le plus souvent faute de moyens. Il apparaît clairement qu elle n est pas utile pour les patients en bon état physiologique alors qu elle est certainement essentielle pour les patients les plus fragiles. Un renforcement de la collaboration entre oncologues et gériatres est donc nécessaire. Une étude va prochainement commencer au niveau national, sous l égide de l INCa, visant à valider un questionnaire de dépistage simple permettant de déterminer qui parmi ces patients doit bénéficier d une évaluation gériatrique standardisée. L intérêt pour les patients âgés allant croissant, de prochains essais devraient apporter plus de réponses au clinicien, notamment pour les sujets fragiles. R ÉFÉRENCES 1. Hutchins LF, Unger JM, Crowley JJ et al. Underrepresentation of patients 65 years of age or older in cancer trials. N Engl J Med 1999;341: Begg CB, Cohen JL, Ellerton J. Are the elderly predisposed to toxicity from cancer chemotherapy? An investigation using data from the Eastern Cooperative Oncology Group. Cancer Clin Trial 1980;3: Bécouarn Y, Bui B, Brunet R et al. Cancer chemotherapy in the elderly: a series of 51 patients aged greater than 70 years. Cancer Chemother Pharmacol 1991;29: Armitage JO, Potter JF. Aggressive chemotherapy for diffuse histocytic lymphoma in the elderly: increased complications with advancing age. J Am Geriatr Soc 1984; Gomez H, Mas L, Casanova L et al. Elderly patients with aggressive non-hodgkin s lymphoma treated with CHOP chemotherapy plus GM-CSF: identification of two age groups with differing hematological toxicity. J Clin Oncol 1998;16: Balducci L, Extermann M. Management of cancer in the older person: a practical approach. The Oncologist 2000;5: Monfardini S, Aversa SNL, Zoli V et al. Vinorelbine and prednisone in frail elderly patients with intermediate-high grade non-hodgkin s lymphoma. Ann Oncol 2005;16: Soubeyran P, Khaled H, MacKenzie M et al. Diffuse large B-cell and peripheral T-cell non-hodgkin s lymphoma in the frail elderly. Results of the EORTC trial with a progressive and cautious strategy. 6 th Meeting of the International Society of Geriatric Oncology, Genève, Habermann TM, Weller EA, Morrison VA et al. Rituximab- CHOP versus CHOP alone or with maintenance rituximab in older patients with diffuse large B-cell lymphoma. J Clin Oncol 2006;24: Osby E, Hagberg H, Kvaløy S et al. CHOP is superior to CNOP in elderly patients with aggressive lymphoma while outcome is unaffected by filgastrin treatment: results of a Nordic Lymphoma Group randomized trial. Blood 2003;101: Sehn LH, Donaldson J, Chhanabhai M et al. Introduction of combined CHOP plus rituximab therapy dramatically improved outcome of diffuse large B-cell lymphoma in British Columbia. J Clin Oncol 2005;23: Sonneveld P, Deridder M, Van Der Lelie H et al. Comparison of doxorubicin and mitoxantrone in the treatment of elderly patients with advanced diffuse non- Hodgkin s lymphoma using CHOP versus CNOP therapy. J Clin Oncol 1995;13: Tirelli U, Errante D, Van Glabbeke M et al. CHOP is the standard regimen in patients superior or equal to 70 years of age with intermediate-grade and high-grade non- Hodgkin s lymphoma: results of a randomized study of the EORTC Lymphoma Cooperative Study Group. J Clin Oncol 1998;16: Feugier P, Van Hoof A, Sebban C et al. Long-term results of the R-CHOP in the treatment of elderly patients with diffuse B-cell lymphoma: a study by the Groupe d étude des lymphomes de l adulte. J Clin Oncol 2005;23: Pfreundschuh M, Trumper L, Kloess M et al. Two-weekly or three-weekly CHOP chemotherapy with or without etoposide for the treatment of elderly patients with aggressive lymphoma; results of the NHL-B2 trial of the DSHNHL. Blood 2004;104: Pfreundschuh M, Kloess M, Schmits R et al. Six, not eight cycles of bi-weekly CHOP with rituximab (R-CHOP- 14) is the preferred treatment for elderly patients with diffuse B-cell lymphoma: results of the RICOVER-60 trial of the German high-grade non-hodgkin s lymphoma study group. Blood 2005;106: Doorduijn JK, Van Der Holt B, Van Imhoff GW et al. CHOP compared with CHOP plus granulocyte colony-stimulating factor in the elderly patients with aggressive non-hodgkin s lymphoma. J Clin Oncol 2003;21: Zinzani PL, Pavone E, Storti S et al. Randomized trial with or without granulocyte colony stimulating factor as adjunct to induction VNCOP-B treatment of elderly highgrade non-hodgkin s lymphoma. Blood 1997;89: Smith TJ, Khatcheressian J, Lyman GH et al Update if recommendations for the use of white blood cells growth factor: an evidence based clinical practice guideline. J Clin Oncol 2006;24: Bokemeyer C, Aapro MS, Courdi A et al. EORTC guidelines for the use of erythropoietic proteins in anaemic patients with cancer. Eur J Cancer 2007;43:

Prof. Neil Berinstein

Prof. Neil Berinstein 01.12.2000 Prof. Neil Berinstein Medical Oncology/Hematology, Sunnybrook Regional Cancer Center, Kanada Le traitement par rituximab plus CHOP est supérieur au CHOP seul chez les patients âgés avec lymphome

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature

Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature Méthodologie des essais cliniques de phase II dans le cancer du sein métastatique chez le sujet âgé : Revue de la littérature Cabarrou B (1) Mourey L (1) Dalenc F (1) Balardy L (2) Roché H (1) Boher JM

Plus en détail

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris

Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés. Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris Lymphome à grandes cellules Prise en charge des patients âgés Dr. Richard Delarue Hôpital Necker-Enfants malades, Paris richard.delarue@aphp.fr Qu est-ce qu un patient âgé? L âge Administratif : habituellement

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Plan Introduction Objectif Méthodologie Résultats Discussion Conclusion INTRODUCTION1 Cancer

Plus en détail

en oncologie thoracique

en oncologie thoracique Les facteurs de croissance en oncologie thoracique Stéphanie LOZANO 17 10 2008 Toxicité hématologique de la chimiothérapie Toxicité limitante Concerne de nombreux cytotoxiques Touche toutes les lignées

Plus en détail

Cas clinique. Chimiothérapie du cancer du sein de la femme âgée. Epidémiologie - 1. Introduction. Caractéristiques Tumorales.

Cas clinique. Chimiothérapie du cancer du sein de la femme âgée. Epidémiologie - 1. Introduction. Caractéristiques Tumorales. Cas clinique Chimiothérapie du cancer du sein de la femme âgée J Gligorov (APHP Tenon) E Brain (St Cloud) JP Lotz (APHP Tenon) Madame CAQ. Fr. 79 ans 09/2000 : Mastectomie + CA pour CCI, T2, N+ (4/5, 1

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 7 mai 2003 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 7 mai 2003 NEULASTA 6 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue de verre préremplie Laboratoires AMGEN S.A.S Liste I Prescription

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 10 novembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 10 novembre 2004 GEMZAR 200 mg, lyophilisat pour usage parentéral (IV) Flacon de 10 ml GEMZAR 1000 mg, lyophilisat pour usage parentéral

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites

Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Traitement néoadjuvant: Évaluation précoce de la réponse par TEP-FDG : Performances et limites Contexte Tumeurs larges ou localement avancées Pas de bénéfice en survie par rapport au traitement adjuvant,

Plus en détail

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium

The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium The Importance of GSF s in Oncology - Should the Present Guidelines be Modified? Prof. Jean Klastersky Institut Jules Bordet Brussels, Belgium Febrile Neutropenia (fever > 38 C + neutropenia < 500xmm

Plus en détail

Avis de la Commission. 05 mai 2004. GRANOCYTE 34 (33,6 Millions UI/1 ml), poudre et solvant en seringue préremplie

Avis de la Commission. 05 mai 2004. GRANOCYTE 34 (33,6 Millions UI/1 ml), poudre et solvant en seringue préremplie COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 05 mai 2004 GRANOCYTE 13 (13,4 Millions U.I./1 ml), poudre et solvant en seringue préremplie pour solution injectable Boîte de 1

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 avril 2009 NAVELBINE 20 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s) PVC-aluminium PVDC de 1 capsule(s) : 365 948-4 NAVELBINE 30 mg, capsule molle plaquette(s) thermoformée(s)

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat

Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR. Romain Coriat Faut-il faire une chimiothérapie adjuvante chez les patients âgés de plus de 75 ans ayant un CCR 6eme Réunion annuelle de pathologie digestive Hôpital Cochin Hôtel Dieu 05 février 2010 Romain Coriat Unité

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE des LYMPHOMES NON HODGKINIENS

CHIMIOTHERAPIE des LYMPHOMES NON HODGKINIENS CHIMIOTHERAPIE des LYMPHOMES NON HODGKINIENS SCHEMAS THERAPEUTIQUES CENTRE HENRI-BECQUEREL ROUEN SERVICE d HEMATOLOGIE Pr H.TILLY Document créé le 0.08.0 / Document validé le 9.05.04 THESAURUS CHIMIOTHERAPIE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU

CARCINOMES EPIDERMOIDES TETE ET COU OMEDIT Aquitaine Affaire suivie par : Bertrice LOULIERE : bertrice.louliere@omedit-aquitaine.fr Antoine BROUILLAUD : antoine.brouillaud@omedit-aquitaine.fr Morgane GUILLAUDIN : morgane.guillaudin@omedit-aquitaine.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Effet de l âge sur la prise en charge et le pronostique des patientes atteintes d un cancer de l endomètre

Effet de l âge sur la prise en charge et le pronostique des patientes atteintes d un cancer de l endomètre Effet de l âge sur la prise en charge et le pronostique des patientes atteintes d un cancer de l endomètre C. Rua, L. Ouldamer, I. Kellal, F. Arbion, A. Vildé, G. Body Service de gynécologie, CHU de TOURS,

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Rituximab A tout seigneur, tout honneur Que de chemin depuis 10 ans Ac anti-cd 20 développé initialement en monothérapie

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I

MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I MÉTHODOLOGIE DES ESSAIS CLINIQUES DE PHASE I 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Le présent Généralités des phases I La conduite pratique d une phase I Les modèles les plus utilisés Limitations L avenir des phases

Plus en détail

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie

ESMO 14. L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie ESMO 14 L oncogériatrie d un coup d éventail! Dr Elisabeth Carola UCOG Picardie Cancer du SEIN Taxotere hebdo pas mieux et plus toxique Perrone F et al Ann Oncol 2014 Phase III : CMF vs Taxotere hebdo

Plus en détail

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive

Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Enjeux de la nutrition en cancérologie digestive Dr L Garin et Dr D Picot 05 février 2010 Journée de cancérologie digestive de l ouest Pour le médecin m : la perte de poids fait partie des critères res

Plus en détail

Mot de bienvenue et présentations

Mot de bienvenue et présentations Essais cliniques ou traitement standard? Comprendre les options pour les cancers du sang Mot de bienvenue et présentations Essais cliniques ou traitement standard? Comprendre les options pour les cancers

Plus en détail

Prise en compte du temps dans les essais de phase I

Prise en compte du temps dans les essais de phase I 4 ème Conférence d Epidémiologie Clinique XV ème Réunion des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer Prise en compte du temps dans les essais de phase I Application aux essais d escalade de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 juin 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 juin 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 juin 2009 VELCADE 3,5 mg, poudre pour solution injectable, boîte de 1 flacon (CIP 564 957-3) VELCADE 1 mg, poudre pour solution injectable, boîte de 1 flacon (CIP

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Problématiques Quelle est la place du Rituximab? Quels arguments pour une intensification

Plus en détail

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE

Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE Faut-il administrer de la Protéine C activée e (PCA) aux patients atteints de choc septique? CONTRE SAINT-LEGER MélanieM Réunion inter-régionale de Réanimation R MédicaleM PLAN Efficacité & essais cliniques

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 octobre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 octobre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 octobre 2010 ARZERRA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/3 (CIP 577 117-9) B/10 (CIP 577 118-5) GLAXOSMITHKLINE Ofatumumab Code ATC: L01XC10 Liste I Médicament

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I

Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Analyse stochastique de la CRM à ordre partiel dans le cadre des essais cliniques de phase I Roxane Duroux 1 Cadre de l étude Cette étude s inscrit dans le cadre de recherche de doses pour des essais cliniques

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Fréquence de la fatigue

Fréquence de la fatigue Autres causes de Fatigue TAO Vendredi 21 Novembre 2014 Joly F, MD PHD, Oncologie médicale, Caen Centre François Baclesse - CHU 1 / xx Fréquence de la fatigue Initiale En cours de traitement Post traitement

Plus en détail

Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH

Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH Traitement des lymphomes de Burkitt compliquant le VIH Pr Nicolas Mounier Service d Onco Onco-Hématologie Hôpital l Archet l - CHU Nice Groupe d Etude des Lymphomes de l Adulte Lymphomes HIV Les 2 entités

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

Tabous et Idées reçues en Onco-Gériatrie 19-10-09

Tabous et Idées reçues en Onco-Gériatrie 19-10-09 Tabous et Idées reçues en Onco-Gériatrie 19-10-09 Dr François Pein CLCC Nantes-Atlantique Centre René-Gauducheau Les lieux communs du cancer du sujet âgé Centre de Lutte Contre le Cancer 1. Ils ne veulent

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 AVASTIN 25 mg/ml Boîte de 1 flacon de 4 ml (CIP : 566 200-7) Boîte de 1 flacon de 16 ml (CIP : 566 201-3) Laboratoires ROCHE Bevacizumab Liste I Réserve hospitalière

Plus en détail

Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique. Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux

Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique. Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux 1 Problématiques De la recherche clinique Oncogériatrique Cécile Mertens Unité de Coordination en OncoGériatrie Institut Bergonié et CHU de Bordeaux 2 Vieillissement de la population et Cancer Espérance

Plus en détail

Actualités sur le myélome multiple

Actualités sur le myélome multiple Actualités sur le myélome multiple Véronique Dorvaux, CHR Metz Thionville Sept 2005 IFM : «http://www.curie.net/ifm» Résultats des essais thérapeutiques IFM IFM 99-02 : sujets jeunes de bon pronostic IFM

Plus en détail

Cancer de prostate avancé du sujet âgé

Cancer de prostate avancé du sujet âgé Cancer de prostate avancé du sujet âgé Jusqu où aller? S. Culine Cas clinique Un homme âgé de 77 ans a présent senté en Juin 2001 un adénocarcinome prostatique de score Gleason 7 (3+4), révélér par des

Plus en détail

Polymédication (in)évitable?

Polymédication (in)évitable? Polymédication (in)évitable? Prof Olivier Bugnon Pharmacie de la PMU Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne Jeudi de la PMU interdisciplinaire «Ensemble, évitons l évitable» 18.06.2015 Etude sur 1 751 841

Plus en détail

Le Tai Chi peut-il prévenir les chutes chez les personnes âgées?

Le Tai Chi peut-il prévenir les chutes chez les personnes âgées? Le Tai Chi peut-il prévenir les chutes chez les personnes âgées? Par Patricia Désilets et Marie-Pier Marin Mai 2015 UMF de Trois-Rivières Superviseurs: Dr. Nicolas Proulx et Dr. Janel Labbé Amorce 20 à

Plus en détail

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice

Le contrôle glycémique aux Urgences. Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Le contrôle glycémique aux Urgences Dr Jean-Christophe Orban Réanimation médico-chirurgicale Hôpital Saint-Roch CHU de Nice Plan Régulation glycémique Stress et glycémie Le contrôle glycémique Les AVC

Plus en détail

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie

Cancer du poumon à petites cellules. Radiothérapie Cancer du poumon à petites cellules Radiothérapie Dr Corinne Faivre-Finn Cours du GOLF Toulouse 11 Septembre 2009 Foundation Trust Foundation Trust Progress in the therapy of SCLC has been painfully slow.

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la transparence le 3 avril 2013 a fait l objet d une audition le 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la transparence le 3 avril 2013 a fait l objet d une audition le 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la transparence le 3 avril 2013 a fait l objet d une audition le 10 juillet 2013 PIXUVRI 29 mg, poudre pour

Plus en détail

Les traitements carcinologiques chez les personnes âgées (?)

Les traitements carcinologiques chez les personnes âgées (?) Les traitements carcinologiques chez les personnes âgées (?) Dr Pascal CHAIBI Service de Gériatrie à orientation onco-hématologique Hopital Charles Foix Ivry sur Seine Service Hématologie Adultes du Professeur

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France La dialyse chez le sujet âgé Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Cas clinique Mr J. Né le 9/7/1916 Néphropathie inconnue, HD1 5/12/2001 Vit à Langon, 30 km

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Traitements de Première Ligne du Sujet Agé

Traitements de Première Ligne du Sujet Agé Congrès SFH 2013 Sessions Jeunes - Myélome Multiple - Traitements de Première Ligne du Sujet Agé Alexandre Morel Interne Hématologie Paris Introduction Melphalan + Prednisone : gold standard pendant 40

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Surveillance postopératoire

Surveillance postopératoire Virginie Westeel CHU, Besançon France Surveillance postopératoire 1 Pourquoi? Why? Aim of follow-up : 6th edition of thetnm classification Goldstraw J Thorac Oncol 2007;2:706-14 2 Récidives et 2 èmes cancers

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux

B. Lueza, G Le Teuff, J.P Pignon, D. De Ruysscher, C. Le Pechoux Hétérogénéité inter et intra-sous groupes d essais pour explorer l hétérogénéité globale Un exemple de méta-analyse sur données individuelles dans le traitement des cancers bronchiques B. Lueza, G Le Teuff,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 mai 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 mai 2011 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP : 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP : 560 602-6) Laboratoire

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques

Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques Le cancer du sein métastatique Définitions actuelles, épidémiologie, présentations cliniques E. Luporsi Introduction Le pronostic du cancer du sein métastatique reste un problème majeur pour l oncologue

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Lymphomes non hodgkiniens du sujet âgé

Lymphomes non hodgkiniens du sujet âgé Lymphomes non hodgkiniens du sujet âgé Non-Hodgkin s lymphomas in elderly patients A. Italiano*, F. Peyrade*, A. Thyss* RÉSUMÉ Près de la moitié des patients atteints d un lymphome non hodgkinien (LNH)

Plus en détail

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B QUIZZ LMNH ALGERIE Mlle L, 37 ans sans antécédents en dehors d une appendicectomie dans l enfance présente des adénopathies sus-claviculaires bilatérales fermes, indolores, apparues rapidement en 2 semaines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 octobre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 octobre 2006 HERCEPTIN 150 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion B/1 flacon de 15 ml (CIP: 562 103-7) Laboratoire ROCHE trastuzumab Liste I Médicament soumis

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Marier l accessibilité, la continuité et la qualité des services offerts aux enfants dysphasiques: Un défi de taille!

Marier l accessibilité, la continuité et la qualité des services offerts aux enfants dysphasiques: Un défi de taille! Marier l accessibilité, la continuité et la qualité des services offerts aux enfants dysphasiques: Un défi de taille! Isabelle Meilleur, M.O.A, orthophoniste Agente de planification, programmation et recherche

Plus en détail

CANCERS à PETITES CELLULES : TRAITEMENT de PREMIÈRE LIGNE (en dehors de la radiothérapie)

CANCERS à PETITES CELLULES : TRAITEMENT de PREMIÈRE LIGNE (en dehors de la radiothérapie) CANCERS à PETITES CELLULES : TRAITEMENT (en dehors de la radiothé Bernard LEBEAU Service de Pneumologie Hôpital Saint-Antoine Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris VI Cours du G.O.L.F Montpellier,

Plus en détail

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Raghu Rajan

Chimiothérapie pour le cancer de la prostate. Raghu Rajan Chimiothérapie pour le cancer de la prostate Raghu Rajan Plan de la présentation Rappel Traitement actuel Obstacles au traitement Considérations futures Cancer de la prostate Statistiques canadiennes Cancer

Plus en détail

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Place des anti-vegf dans l OMD Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Introduction OMD Principale cause de malvoyance chez le diabétique Prise en charge des facteurs de risques systémiques

Plus en détail

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente

Grippe et Vaccination. Quelques idées reçues (IR) Mythes et réalités. IR 1. Maladie peu fréquente La vaccination antigrippale des professionnels de santé Quelques chiffres Grippe et Vaccination Mythes et réalités E Seringe Arlin Idf Journée Ehpad 3/04/2014 Quelques idées reçues (IR) IR1. Maladie peu

Plus en détail

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique.

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Dr Olivier Gall Praticien Hospitalier, Anesthésie Réanimation Bénédicte Lombart Cadre de

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 janvier 2010 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 mai 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 mai 2010 ALIMTA 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 383 080-2) B/1 ALIMTA 500 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion (CIP 565 825-3)

Plus en détail