POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné"

Transcription

1 POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné Congrès SFSP, Jeudi 3 novembre 2011

2 Contexte et objectifs Sécurité transfusionnelle = Préoccupation majeure de santé publique 3 millions de PSL/an Opérateur unique Activité sensible Mise en œuvre d un système ultra sûr pour garantir la sécurité des donneurs, receveur, produits, personnels Politique de sécurité Axe stratégique majeur 2

3 1. Une gouvernance adaptée Indépendance des fonctions qualité/sécurité et production Qualité/sécurité Production Définir les règles de sécurité et qualité Mettre en œuvre Contrôler leur application 3

4 2. Un système de management global des risques Elément du système de management général de l EFS Processus systématique et permanent d estimation, de maitrise, de communication et de revue des risques susceptibles d affecter l organisation et l'atteinte des objectifs de l EFS Suivi permanent d indicateurs de sécurité sanitaire, de vigilance et d amélioration 4

5 2. Un système de management global des risques Il repose sur: Une démarche d analyse des risques a priori reposant sur une planification pluriannuelle des processus médico-techniques et supports analysés Une démarche de gestion des risques a postériori reposant sur un dispositif de gestion nationale des non-conformités majeures ou sensibles permettant la convergence des différents systèmes de surveillance(vigilances, inspections, audits,..) Des structures d information, de régulation, de propositions ou de décisions (observatoire des risques, comité sécurité-risques) Identifier des risques émergents Proposer des actions de prévention/protection 5

6 3. Un renforcement de la coordination et de l exploitation des données dans un établissement unique 4. Une veille médicale et scientifique et un benchmarking sécuritaire 5. Une vigilance permanente vis-à-vis des risques émergents 6. Une capacité d évolution en regard de ces nouveaux risques 6

7 Un système porteur de ses propres risques Risque organisationnel Impératifs de sécurité Risque de conflit avec l impératif de disponibilité effective et permanente des produits sanguins labiles Procédurisation excessive, facteur de rigidité Multiplication des transgressions et des contournements pour atteindre les objectifs 7

8 Un système porteur de ses propres risques Risque économique Maitrisedelasécuritéetdelaqualité Mise en œuvre de mesures techniques, organisationnelles et structurelles coûteuses Altération de la perception du risque Intolérance au risque transfusionnel Focalisation sur un risque rare mais jugé inacceptable Aux dépens d un risque grave mais perçu comme étant moins préoccupant 8

9 Un risque rare mais jugé inacceptable 9,0 Risque résiduel r de transmission d infections d virales pour 1 million de dons entre 1992 et 2008 Comparaison du gain estimé et observé du DGV entre le 01/01/2006 et le 31/12/2008 (8,1 millions de dons) 8,0 7,0 6,0 5,0 Gain estimé* DGV (VIH-1 1 et VHC) Pour 1 million de dons Gain observé Nombre Pour 1 million de dons (DGV+/Ac-) 4,0 3,0 VIH 0,34 (IC 95% : 0,08 1,14) 4** 0,49 2,0 1,0 0,0 VHC 0,68 (IC 95% : 0,26 1,62) 9 5*** 0,62 VHB VIH VHC * obtenu par différence entre le risque résiduel r sans DGV et celui avec DGV sur la période p Source : InVS, INTS, EFS, CTSA ** Un 5ième don a été trouvé ARN+/Ac Ac mais avec des Ac anti-hbc + *** Un 6 ième don a été trouvé ARN+/Ac Ac mais avec des Ac anti-hbc + Source : InVS, INTS, EFS, CTSA

10 10

11 Aux dépens d un risque peut-être grave mais moins préoccupant? «If the health benefits from transfusing fresher blood can be confirmed by randomized clinical trials: $3.78 per transfused patient to reduce the 1-year death probability by 0.01 and an annual reduction in the number of patients who die within 1 year of transfusion by 21,552 in the US» Transfusion, 2011 One year mortality :7.4% vs.11.0%, P<0.001). 11

12 Patients éligibles: 1 re transfusion pendant les 7 premiers jours en réanimation Groupe expérimental: sang frais (conservé 7 jours) Groupe contrôle: stratégie habituelle de transfusion (durée de conservation: 2 to 42 jours) 12 Critère de jugement principal: mortalité à 90 jours Age of Blood Evaluation (ABLE) Trial in the Resuscitation of Critically Ill Patients (CCCTG# ) L étude ABLE ne doit pas modifier la décision de prescrire une transfusion Critère de jugement principal: mortalité à 90 jours

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Un outil de cartographie pour la mise en place d un système de management des risques

Un outil de cartographie pour la mise en place d un système de management des risques Un outil de cartographie pour la mise en place d un système de management des risques Jean-Baptiste Vrillon-Genecque Système de management des risques? Système de management sécurité et santé au travail

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Le virus de l hépatite E

Le virus de l hépatite E Le virus de l hépatite E Annabelle ServantDelmas Centre National de Référence des hépatites B et C et du VIH en transfusion Institut National de la Transfusion Sanguine Le virus de l hépatite E Découverte

Plus en détail

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi

Inactivation des PSL: présent et futur. Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi Inactivation des PSL: présent et futur Journées de Médecine Transfusionnelle Cochin - 14 novembre 2013 - R. Djoudi La transfusion sanguine: un système «ultra-sur».aujourd hui Carson J L et al. Ann Intern

Plus en détail

L Europe de la transfusion

L Europe de la transfusion L Europe de la transfusion Février 2012 Direction des Etudes et de la Prospective L Europe de la transfusion Avril 2012 Introduction Acteur résolument ancré dans le paysage européen et international de

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Gestion des risques Vigilances sanitaires

Gestion des risques Vigilances sanitaires Gestion des risques Vigilances sanitaires Dr François L Hériteau Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales Paris-Nord Le risque Un DANGER, plus ou moins prévisible Ne pas confondre:

Plus en détail

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 Retour d expérience - Lancement d une démarche CAF à l EFS Muriel Freyssinet et Antoine Bastin

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE

HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE HEMOVIGILANCE ET SECURITE TRANSFUSIONNELLE IDENTITOVIGILANCE Hémovigilance Historique Traçabilité des produits sanguins: enregistrer la preuve de la transfusion de telle poche pour tel patient Effets indésirables

Plus en détail

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique

Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique AFGRIS 2008 Hiérarchisation des risques en établissement de santé: de la théorie à la pratique Dr M.C. Moll Direction Générale, Gestion des risques CHU Angers Quelques constats sur: L Identification des

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options

Transfusion sanguine UHN. Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options Transfusion sanguine Blood Transfusion - French Information destinée aux patients sur les avantages, les risques et les autres options UHN Quels sont les avantages d'une transfusion sanguine? La transfusion

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Formation à la gestion de la qualité destinée aux services de transfusion sanguine

Formation à la gestion de la qualité destinée aux services de transfusion sanguine WHO/EHT/10.03 Formation à la gestion de la qualité destinée aux services de transfusion sanguine Modules 9 12 Organisation mondiale de la Santé 2010 Tous droits réservés. Il est possible de se procurer

Plus en détail

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS

Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS Dépôts de PSL quels moyens pour quel dépôt? Françoise CHENAIS 1 Enceinte de stockage Personnel Responsable + remplaçant Dossier de qualification À la mise en service Après maintenance curative Entretien

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE

DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE DEPOTS DE SANG CADRE LEGAL ET REGLEMENTAIRE LES NOUVELLES DONNES Marie-Odile MANSARD 5 février 2008 DEUX DECRETS Décret n 2006-99 du 1er février 2006 relatif à l'etablissement français du sang et à l'hémovigilance

Plus en détail

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin

Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin 1ére Journée Régionale de la Transfusion Jeudi 02 février 2012 Méthode originale de l évaluation des pratiques professionnelles autour du prélèvements des échantillons pour Groupage Sanguin Aphérèse Thérapeutique

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

Accidents exposant au sang (AES)

Accidents exposant au sang (AES) Accidents exposant au sang (AES) Source VIH + Charge virale Inconnu / groupe de prévalence ** Type d exposition Détectable Indétectable * Haute Faible Important : - piqûre profonde, aiguille creuse, dispositif

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES

COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES 1/8 CENTRE HOSPITALIER INTERCOMMUNAL AMBOISE ~ CHÂTEAU-RENAULT Rue des Ursulines B.P. 329 37403 AMBOISE Cedex COMITE DE COORDINATION DES VIGILANCES ET DE GESTION DES RISQUES REGLEMENT INTERIEUR 2/8 TEXTES

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006

Réglementation européenne. enne des dispositifs médicaux m diagnostic in vitro. E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Réglementation européenne enne des dispositifs médicaux m de diagnostic in vitro E. LAFORGERIE 19 juillet 2006 Historique des réglementationsr Décret du 19 avril 1996 relatif à l enregistrement des réactifsr

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Pays de la Loire Rapport d activité 2011 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Pays de

Plus en détail

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE»

DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Programme de DPC «ACTION EN SECURITE TRANSFUSIONNELLE» Séance cognitive DPC Samedi 20 juin 2015 Journée Régionale d Hémovigilance ARS IDF Généralités Unprogramme de DPC est un ensemble d activités d évaluation

Plus en détail

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION

Franche-Comté. Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX. GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION Réseau RégionalR Franche-Comté Olivier BOUX Arlette DELBOSC Laurent BARDIAUX GCS EMOSIST-fc ARS-FC EFS-BFC CONGRÈS INFORMATISATION EN TRANSFUSION CHI70 - LUXEUIL CHI70 - LURE CHI70 - VESOUL Clinique ST

Plus en détail

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

Document de travail. Contexte

Document de travail. Contexte Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Guidelines of the French National Authority for Health for the biological screening of B

Plus en détail

Estimation quantitative du risque de contamination d un don de sang par des agents infectieux Groupe de travail Afssaps, EFS, INTS, InVS

Estimation quantitative du risque de contamination d un don de sang par des agents infectieux Groupe de travail Afssaps, EFS, INTS, InVS Maladies infectieuses Estimation quantitative du risque de contamination d un don de sang par des agents infectieux Groupe de travail Afssaps, EFS, INTS, InVS Sommaire Abréviations 2 Résumé 3 Introduction

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LE RWANDA

INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LE RWANDA INFORMATIONS GÉNÉRALES SUR LE RWANDA Population 11.2 millions; taux de croissance 2.6% (recensement 2012) Superficie: 26,338 Km 2 44.9% de la population vit sous le seuil de la pauvreté (EICV 2011) 83%

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France

Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France Les Echanges de Données Informatisées (EDI) en Nord de France M. Jean-Pierre BECQUART Directeur Informatique E.F.S Nord de France Dr. Bachir BRAHIMI Coordonnateur Régional d Hémovigilance DRASS Picardie

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Utilisation de la méthode ALARM dans la gestion de 3 cas groupés de transmission du virus de l hépatite C dans un service d hémodialyse

Utilisation de la méthode ALARM dans la gestion de 3 cas groupés de transmission du virus de l hépatite C dans un service d hémodialyse Utilisation de la méthode ALARM dans la gestion de 3 cas groupés de transmission du virus de l hépatite C dans un service d hémodialyse B R O C H A R T - M E R L I N J u l i e, H I R S C H M a r i e -

Plus en détail

Le coordonnateur de la GDRAS en CHG

Le coordonnateur de la GDRAS en CHG Le coordonnateur de la GDRAS en CHG Bilan et perspectives Pourquoi développer la GDRAS? - Résultats 2011 de l enquête Eneis2-48 % des EIG recensés sont estimés évitables -un EIG tous les 5 jours dans un

Plus en détail

stock d urgence d en produits sanguins labiles

stock d urgence d en produits sanguins labiles Gestion d un d stock d urgence d en produits sanguins labiles G. Fathi - Obaton Cadre infirmier de santé F. D HaussyD - Plet Praticien Hospitalier Anesthésie sie - Réanimation Centre Hospitalier Dunkerque

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURES

POLITIQUE ET PROCÉDURES pprouvé N/ 1. BUT Décrire les étapes à suivre lorsqu une demande de don autologue, dirigé ou de don désigné est requise par le médecin. 2. POLITIQUE(S) SSOCIÉE(S) ucune 3. CONTEXTE / PORTÉE Cette procédure

Plus en détail

Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine

Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine (Ordonnance sur la transplantation) Modification du 10 septembre 2008 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle?

Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? Transfuser en O négatif : Comment concilier disponibilité et Sécurité Transfusionnelle? 3 ème réunion Inter-régionale d Hémovigilance du Nord de France Amiens - le 24 Novembre 2009 Docteur Elisabeth COQUIN

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives

Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels: Evaluation et Perspectives Anne Doly, Centre Jean Perrin Toulouse, 7 et 8 juin 2010 Systèmes d'information et d'échanges transfusionnels Atouts du

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban

Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Réorganisation du processus de transfusion sanguine au Liban Cahier des charges du Logiciel Médico Technique Rédigé en collaboration avec Cahier des charges du Logiciel Médico Technique La procédure d

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

37 èmes Journées Nationales d'etudes sur la stérilisation 1 et 2 avril 2015 Nantes. Dr Bruno Baune Pharmacien, Hôpital Louis Mourier AP-HP, Colombes

37 èmes Journées Nationales d'etudes sur la stérilisation 1 et 2 avril 2015 Nantes. Dr Bruno Baune Pharmacien, Hôpital Louis Mourier AP-HP, Colombes 37 èmes Journées Nationales d'etudes sur la stérilisation 1 et 2 avril 2015 Nantes Dr Bruno Baune Pharmacien, Hôpital Louis Mourier AP-HP, Colombes PH temps plein responsable de l unité de stérilisation

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement

Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement Présentation du projet U Les objectifs et les enjeux La solution cible Le planning prévisionnel de déploiement ichard Magand (SI hône-alpes) & Jean Casteuble (SI Auvergne-Loire) Yoann Noailhat (SI hône-alpes)

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Cartographie des risques

Cartographie des risques Cartographie des risques en gynécologie cologie-obstétriquetrique Prévention ou gestion? Marc MOULAIRE gestionnaire des risques SEMINAIRE Qualité et gestion des risques en périnatalité et Gynécologie PARIS,

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES IMPORTANCE DU SUIVI IMMUNO-HEMATOLOGIQUE DE LA FEMME ENCEINTE PLACE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES Dr. Christine André-Botté 20 mai 2010 Les partenaires Risque vital Besoin de PSL particuliers EFS Laboratoire

Plus en détail

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE

PROTOCOLE D INTERCHANGE. Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE PROTOCOLE D INTERCHANGE Définissant les modalités de mise en œuvre et d exploitation de l échange informatisé de données ENTRE L ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ALPES-MEDITERRANEE ET LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Commission nationale de biovigilance

Commission nationale de biovigilance Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Département de l Evaluation des Produits Biologiques Cellule de Biovigilance Commission nationale de biovigilance Compte rendu de la

Plus en détail

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau

Déménagement et informatisation du dépôt d délivrance de PSL. J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Déménagement et informatisation du dépôt d de délivrance de PSL J. EXINGER Responsable du dépôt de sang Centre Hospitalier de Haguenau Objectif Déménagement et informatisation d un dépôt de délivrance:

Plus en détail

Analyse coût-efficacité et VIH/SIDA

Analyse coût-efficacité et VIH/SIDA Analyse coût-efficacité et VIH/SIDA ONUSIDA Actualisation Collection Meilleures Pratiques de l ONUSIDA 1 Analyse coût-efficacité et VIH/SIDA : Actualisation ONUSIDA En bref L analyse coût-efficacité fournit

Plus en détail

Cinq années d expérience

Cinq années d expérience Formation e-learning, DPC et Simulation en sécurité transfusionnelle (1) Cinq années d expérience Dr Jean-Jacques Cabaud Département Enseignement et Formation L Institut National de la Transfusion Sanguine

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU. Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon

Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU. Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon Atelier pédagogique Piccline au sein d un CHU Marion BENOUACHKOU IDE hygiéniste/sehh/chu Dijon Le CHU de DIJON BOURGOGNE 1777 lits dont 281 lits d'ehpad EOH : 1 IDE pour 400 lits ( DU en hygiène ) : 3.3

Plus en détail

AUTOTRANSFUSION. RECOMMANDATIONS DU STS CRS à l intention des spécialistes et institutions médicales

AUTOTRANSFUSION. RECOMMANDATIONS DU STS CRS à l intention des spécialistes et institutions médicales AUTOTRANSFUSION RECOMMANDATIONS DU STS CRS à l intention des spécialistes et institutions médicales Table des matières Table des matières Abréviations utilisées...4 1 Introduction...5 2 Exigences...6

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Plaquettes : MCP ou CPA?

Plaquettes : MCP ou CPA? Plaquettes : MCP ou CPA? Dr Michel JEANNE Directeur Adjoint EFS Aquitaine Limousin IX ème Journée Hémovigilance du REHAL 24 novembre 2011 Concentrés de Plaquettes Déleucocytés Plaquettes = Cellules du

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé

évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé évènements indésirables chaîne transfusionnelle en établissements de santé M.Sandlarz, D.Taverne réunion inter-régionale hémovigilance, 2 octobre 2008 Quelques chiffres (2006) nombre de PSL : 168 645 /

Plus en détail

Don du sang Lisieux Une première en Normandie

Don du sang Lisieux Une première en Normandie DOSSIER DE PRESSE : Don du sang Lisieux Une première en Normandie SOMMAIRE : Une opération unique en Normandie : page 3 Les différents acteurs : page 4 L association «Don du Sang de Lisieux» : page 5 Page

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins

Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Analyse et gestion d un évènement indésirable associé aux soins Programme de développement professionnel continu Date : juin 2013 Comité de Coordination de l Evaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES

SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES SF2H-Lille-2012 AUDIT CONTINU SUR LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES ET AMELIORATION DES PRATIQUES CONTEXTE Contexte Surveillance quotidienne par l EOH des BMR et autres germes nécessitant la mise en place

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG

COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG REUNION DU 27 MAI 2010 COMPTE RENDU REUNION DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 ANIMATEUR/TRICE/S : SECRETAIRE/S DE SEANCE : Dr. Christophe MICHAU Melle Audrey BLATIER M. Fabrice

Plus en détail

L importance du don de sang. Devenez ambassadeur du don de sang dans votre communauté! DONNEZ DU SANG. DONNEZ LA VIE.

L importance du don de sang. Devenez ambassadeur du don de sang dans votre communauté! DONNEZ DU SANG. DONNEZ LA VIE. L importance du don de sang Devenez ambassadeur du don de sang dans votre communauté! DONNEZ DU SANG. DONNEZ LA VIE. Saviez-vous que > Toutes les 80 secondes, une personne a besoin de sang au Québec! >

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Point presse mensuel 12 juillet 2012. Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012

DOSSIER DE PRESSE. Point presse mensuel 12 juillet 2012. Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012 DOSSIER DE PRESSE Point presse mensuel 12 juillet 2012 Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012 Contact presse Sarah IZZA 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr Point presse mensuel 12/07/2012 ARS

Plus en détail

(Démarche et méthode)

(Démarche et méthode) Altaïr Conseil Transformation Gouvernance - Risques Elaborer la cartographie des risques (Démarche et méthode) 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr contact@altairconseil.fr

Plus en détail

Le don du sang, parlons-en!

Le don du sang, parlons-en! Qualité et sécurité transfusionnelle et don du sang Comment agit le Conseil de l'europe? Photo DEQM, Conseil de l'europe LE CONSEIL DE L EUROPE DÉFEND 3 GRANDS PRINCIPES DANS LE DOMAINE DE LA TRANSFUSION

Plus en détail

Etude d un cas d allergie au plasma. Dr Sophie SOMME Correspondant hémovigilance EFS-Alsace

Etude d un cas d allergie au plasma. Dr Sophie SOMME Correspondant hémovigilance EFS-Alsace Etude d un cas d allergie au plasma Dr Sophie SOMME Correspondant hémovigilance EFS-Alsace Congrès SFVTT Nantes 2012 1 Anamnèse Patiente présentant un syndrome hémolytique et urémique suite à un déficit

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

La Gestion globale et intégrée des risques

La Gestion globale et intégrée des risques La Gestion globale et intégrée des risques (Entreprise-wide Risk Management ERM) Une nouvelle perspective pour les établissements de santé Jean-Pierre MARBAIX Directeur Technique Ingénierie Gestion des

Plus en détail