Montréal, le 5 juin 2006

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Montréal, le 5 juin 2006"

Transcription

1 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi modifiant la Loi sur les comptables agréés Monsieur le Ministre, Le 13 avril dernier, le projet de loi n 7, intitulé Loi modifiant la Loi sur les comptables agréés, était déposé à l Assemblée nationale. Ce projet de loi vise à permettre au Bureau de l Ordre des comptables agréés du Québec de conclure des ententes avec l Autorité des marchés financiers, le Conseil canadien sur la reddition de comptes et d autres organismes désignés par le gouvernement. Ces ententes doivent prévoir la nature et l étendue des renseignements échangés, et préciser les fins de cet échange. Ce projet de loi autorise par ailleurs un membre de l Ordre des comptables agréés, dans la mesure prévue aux ententes, à fournir aux organismes signataires d une telle entente des renseignements relatifs à ses activités professionnelles ou à ses clients malgré l existence du secret professionnel. De plus, ce projet de loi accorde une immunité de poursuite en justice aux organismes ayant conclu une entente avec l Ordre professionnel des comptables agréés, notamment au Conseil canadien sur la reddition de compte dont le siège social est situé à l extérieur du Québec, pour les actes accomplis de bonne foi dans l exercice de leur fonction au Québec. Le Barreau du Québec a examiné l impact de ce projet de loi, notamment en regard du secret professionnel de l avocat, et désire par la présente faire part de ses préoccupations. OBJECTIF RECHERCHÉ ET MOYENS DÉPLOYÉS Il convient d indiquer que le but recherché par cette modification législative, à savoir une plus grande protection du public, est fort louable et le Barreau du Québec n entend pas le remettre en question.

2 Le 5 juin /7 En effet, les derniers scandales financiers ont démontré que le législateur devait intervenir afin de permettre l échange d informations entre les organismes concernés par ce projet de loi. Toutefois, dans le choix des moyens propres à atteindre le but recherché, le Barreau du Québec ne croit pas qu il soit nécessaire de fragiliser de quelque manière le secret professionnel de l avocat, lequel jouit d une protection constitutionnelle et revêt, selon la cour Suprême du Canada, un caractère fondamental. L EXERCICE DE LA PROFESSION EN MULTIDISCIPLINARITÉ Il ne faut pas oublier que depuis 2004, le Code des professions a été modifié et que désormais, les avocats sont autorisés à exercer leur profession avec d autres professionnels régis par ce code. Or, le secret professionnel dont les avocats sont fiduciaires à l égard de leurs clients a un statut particulier, et jouit d une protection constitutionnelle reconnue par les tribunaux, suivant la décision de la cour Suprême dans l affaire Smith c/ Jones ([1999]1 R.C.S. 455), alors que celui des comptables, ne jouit pas d un tel statut et la protection qu il confère peut être écartée par une disposition législative en ce sens. En effet, alors qu un disposition législative peut écarter le secret professionnel des comptables agréés, par exemple en matière fiscale, le respect du secret professionnel de l avocat ne cède que dans les cas où l innocence d un accusé est en jeu, lorsque l avocat aide ou participe lui-même à un acte illégal, ou encore lorsque la sécurité publique est clairement et gravement menacée. De même, alors que les perquisitions peuvent intervenir sans formalités particulières dans des cabinets de comptables, elles sont à toute fin utile interdites dans les cabinets d avocats. Dans l arrêt Foster Wheeler 1, la Cour suprême indiquait, en effet, que «l intensité et la portée de la protection que reconnaît cette disposition (l article 9 de la Charte québécoise) demeure susceptible de varier suivant la nature des fonctions remplies par les membres des divers ordres professionnels et des services qu ils sont appelés à rendre» et que «dans cette perspective, les principes généraux du droit public qu a définis la jurisprudence de notre Cour quant à l importance de ce secret professionnel et sa sensibilité particulière dans le cas de la relation avocat-client ne doivent pas être oublié lorsqu il s agit de mettre en œuvre cette disposition». Comme l exprimait le juge Lebel dans ce même arrêt, le secret professionnel de l avocat est une institution qui a une importance sociale en ce qu elle permet le fonctionnement du système de justice et la primauté du droit. 1 REJB

3 Le 5 juin /7 LE COMPTABLE AGISSANT COMME EXPERT Par ailleurs, il est fréquent que dans des dossiers litigieux les avocats s adressent à des comptables afin qu ils agissent comme expert. La jurisprudence reconnaît que le secret professionnel de l avocat s étend alors dossier du comptable. Cependant, ces dossiers se retrouvent nécessairement dans leur cabinet et doivent faire l objet d une vigilance particulière afin que le secret de l avocat soit en tout temps sauvegardé. Aussi, une loi permettant l échange d informations ou de documents que le comptable détient avec des organismes autres que son ordre professionnel, notamment avec le Conseil canadien sur la reddition de comptes ou encore l Autorité des marchés financiers, ou encore que l ordre des comptables agréés peut obtenir dans le cadre de son mandat et leur transmettre, sans prévoir de mécanisme de protection du secret professionnel de l avocat, constitue un risque certain de violation dudit secret. DIFFICULTÉS RÉSULTANT DU PROJET DE LOI Il importe de voir les difficultés rencontrées avec le projet de loi tel que formulé, et les éléments de solutions qui pourraient être considérées pour atteindre les objectifs recherchés. LÉGISLATION D EXCEPTION Les modifications envisagées permettront au Bureau de l Ordre des comptables agréés de déroger, par entente, aux dispositions claires des lois et des règlements régissant l ordre professionnel à l égard de la confidentialité des renseignements qu il détient et du secret professionnel. En effet, par les dispositions envisagées, le législateur permet qu une entente consensuelle conclue par l Ordre des comptables agréés vienne écarter l application de dispositions qu il a lui-même adoptées en vue de protéger le public. Le législateur est donc substitué par les parties signataires de l entente dans l exercice de ses prérogatives, et confère à ladite entente, dans la hiérarchie des normes, une place supérieure au règlement et équivalente à celle des lois. En effet, seule une loi peut écarter une autre loi. Notons de plus que parmi les dispositions législatives claires protégeant la confidentialité et le secret professionnel, il y a la Charte des droits et liberté de la personne et plus particulièrement l article 9 qui dispose qu il ne peut être porté atteinte à ce droit que par une disposition législative expresse. La jurisprudence a déjà donné une interprétation de ce que pouvait être une disposition législative expresse. A cet égard, le Barreau n est pas convaincu que l article 22.1 tel que libellé constitue une disposition expresse au sens de la Charte et de l interprétation qui en a été faite par les tribunaux. Pour cette raison, la légalité de cette disposition nous semble précaire.

4 Le 5 juin /7 EFFET SUR LA PROTECTION CONFÉRÉ PAR LE SECRET PROFESSIONNEL Le projet de loi, tel que libellé, ne prévoit rien quant aux renseignements ou documents qui pourront être échangés, à savoir ceux obtenus après l adoption des modifications, ou plus généralement tous les renseignements détenus par l Ordre professionnel. En l absence de précision à cet égard, l effet immédiat de l application de la loi aura pour conséquence de permettre l échange de renseignements obtenus antérieurement à la conclusion des ententes, et il s agira nécessairement d informations ou de renseignements que le client croyait donner sous le sceau de la plus grande confidentialité, celui du secret professionnel. Le Barreau souligne sa préoccupation concernant la protection des renseignements, reçus antérieurement à la mise en application de la loi, par l ordre professionnel, ou les comptables agréés, et protégés par le secret professionnel en ce qu il est susceptible de porter atteinte, par ricochet, au secret professionnel de l avocat. Il serait donc souhaitable que le comptable agréé soit tenu d invoquer son secret professionnel pour empêcher le Conseil canadien sur la reddition de comptes, ou l Autorité des marchés financiers d avoir accès à ces renseignements. TRANSPARENCE Le premier alinéa de l article 22.1 précise les organismes habilités à conclure une entente, à savoir : l Autorité des marchés financiers, le Conseil canadien sur la reddition de comptes, et «tout autre organisme désigné par le gouvernement». Le deuxième alinéa prévoit, quant à lui, l élaboration de l entente en termes très généraux. Elle doit prévoir «la nature et l étendue des renseignements qui pourront être échangés sur l inspection, la discipline ou toute enquête qui concerne un professionnel ou une société de professionnel regroupant des membres de l Ordre, préciser les fins de cet échange, les conditions de confidentialité et établir l usage qui pourra être fait de ces renseignements.» Le Barreau soumet que la plus grande transparence devrait prévaloir, notamment en précisant tous les organismes avec qui l Ordre des comptables agréés aurait le pouvoir de conclure des ententes. De même, au lieu de prévoir les renseignements pouvant être échangés en termes très généraux, ce qui constitue un risque certain, la transparence commande de déterminer le champ d application de la modification envisagée et ainsi limiter les renseignements échangés à ceux obtenus en matière de vérification financière. Une condition minimale devrait également être imposée, à savoir que la loi prévoit un critère de nécessité, c est-àdire que les échanges ne portent que sur les renseignements strictement nécessaires pour les fins du mandat de l organisme concerné, à l instar du critère de nécessité applicable en vertu de la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Pour le Barreau, la pertinence ou l utilité ne devrait pas être un critère suffisant.

5 Le 5 juin /7 SECRET PROFESSIONNEL DE L AVOCAT Le projet de loi tel que rédigé, comporte un risque certain d atteinte au secret professionnel de l avocat. En effet, l article 22.2 prévoit que le comptable est autorisé à transmettre tous renseignements prévus à l entente «concernant leurs activités professionnelles ou leurs clients.». Or, comme nous l avons vu précédemment, les avocats sont aujourd hui autorisés à exercer leur profession avec des comptables agréés et, même en dehors d une société multidisciplinaire, il arrive fréquemment que ceux-ci agissent à titre d expert dans des dossiers. Dans ce contexte, il n existe aucune mesure dans le projet de loi pour assurer le respect du secret professionnel de l avocat. En raison de son importance dans la relation avocat-client et pour notre système de justice et de droit, il est primordial d accorder une protection au secret professionnel de l avocat et le Barreau demande que la loi prévoit que les articles 22.1 et 22.2 de la loi ne puissent avoir pour effet de porter atteinte à son secret professionnel. Les parties à l entente devront donc prévoir, en conséquence, un mécanisme apte à assurer le respect du secret professionnel de l avocat. IMMUNITÉ DE POURSUITES L article 22.3 vise à conférer à l un ou l autre des organismes signataires d une entente, à ses dirigeants et représentants, une immunité de «poursuites judiciaires pour les actes accomplis de bonne foi dans l exercice de leurs fonctions au Québec et sur la foi de renseignements obtenus conformément à l entente». Il s agit là d une immunité similaire à celle des représentants de l ordre, alors que les personnes visées agissent dans un cadre purement privé et consensuel. Bien que celle-ci ne s applique que pour l exercice de leur fonction au Québec, le Barreau considère qu'il y a tout lieu de s interroger sur la justification d une telle immunité exorbitante du droit commun. CONTRÔLES A PRIORI ET A POSTERIORI Le projet de loi tel que libellé ne prévoit aucun contrôle lors de l élaboration des ententes, ni en cours d exécution. Le Barreau croit que des mécanismes de contrôle sont nécessaires afin d éviter tout dérapage, ainsi qu un mécanisme de révision périodique afin d assurer que les objectifs poursuivis ne soient pas dénaturés par des motifs de commodité ou de facilité. En ce qui concerne les ententes, le Barreau soumet que celles-ci, lors de leur conclusion ou de leurs renouvellements, devraient faire l objet de contrôle a priori de la nature de la procédure prescrite pour l adoption des règlements. L entente ferait l objet d un avis, d une publication et d une consultation avant d être approuvée par le gouvernement.

6 Le 5 juin /7 Le projet de loi est également muet au niveau des contrôles a posteriori. Pourtant le troisième alinéa de l article 22.1, qui oblige l organisme qui reçoit les renseignements à la même confidentialité que l Ordre professionnel, prévoit aussi que cette obligation «n a pas pour effet de restreindre les pouvoirs conférés par une loi du Québec à l Autorité des marchés financiers ou à l organisme désigné par le gouvernement en matière de communication de renseignements.» La protection accordée au départ est donc anéantie par la possibilité, ou l éventualité, que les renseignements obtenus soient utilisés à des fins autres dans l exercice des pouvoirs des organismes concernés, d où l importance d assurer un contrôle à cet égard. En outre, pour surveiller l exécution de cette entente, il y aurait lieu de prévoir une révision périodique des ententes intervenues, lesquelles devraient être conclues pour au plus 5 ans, ainsi qu un contrôle à posteriori. À cet égard, il serait opportun de créer une obligation, pour l Ordre des Comptables agréés du Québec, d inclure dans son rapport annuel déposé à l Assemblée nationale une partie portant sur la mise en application des ententes intervenues. Enfin, à la suite du dépôt de ce rapport, il serait souhaitable d accorder des garanties supplémentaires en permettant, par exemple, au gouvernement de faire les ajustements nécessaires ou d ajouter des conditions supplémentaires pour s assurer que les objectifs poursuivis sont bien atteints, et également le pouvoir d y mettre fin si les circonstances le justifient. RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET COMMENTAIRES LE BARREAU DU QUÉBEC CONSIDÈRE QU IL SERAIT SOUHAITABLE: - Que la modification envisagée comporte une disposition obligeant les comptables agréés ayant reçu des renseignements, avant l entrée en vigueur de la loi, d invoquer le secret professionnel pour les renseignements qui jouissent d une protection à cet égard; - Que l article 22.1 soit clair et précise nommément les organismes avec qui l ordre, ou les comptables, ont la possibilité d échanger des renseignements; - Que cette même disposition limite les renseignements à ceux obtenus en matière de vérification financière ou du moins, de façon minimale, prévoit un critère de nécessité; - Qu une disposition du projet de loi indique clairement que les articles 22.1 et 22.2 de la loi ne peuvent avoir pour effet de porter atteinte à son secret professionnel.

7 Le 5 juin /7 - Que l entente fasse l objet d une procédure similaire à celle prescrite pour l adoption des règlements, à savoir : avis, publication, consultation, approbation par le gouvernement ; - Que la loi comporte une disposition obligeant une révision périodique de l entente d une durée d au plus 5 ans, ainsi qu un contrôle à posteriori, en prévoyant l obligation pour l Ordre des Comptables agréés d inclure, dans son rapport annuel déposé à l Assemblée nationale, une partie concernant la mise en application des ententes; - Qu après consultation, le gouvernement puisse procéder aux ajustements nécessaires ou ajouter des conditions supplémentaires pour s assurer que les objectifs poursuivis sont bien atteints, et également le pouvoir d y mettre fin si les circonstances le justifient. Ces quelques observations et commentaires visent à améliorer la législation proposée. Le Barreau comprend et partage cependant les objectifs de protection du public poursuivis. Vous remerciant de l attention que vous accorderez à la présente, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l expression de mes salutations distinguées. Le bâtonnier du Québec Me Stéphane Rivard SR/cb Référence: 0024

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

13.046. du 29 mai 2013. Madame la Président, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

13.046. du 29 mai 2013. Madame la Président, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, 13.046 Message relatif à la loi fédérale sur des mesures visant à faciliter le règlement du différend fiscal entre les banques suisses et les Etats-Unis d Amérique du 29 mai 2013 Madame la Président, Monsieur

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES

SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES Numéro du document : 1209-04 Adoptée par la résolution : 109 1209 En date du : 8 décembre 2009 Remplacée

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

Numéro du rôle : 2669. Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2669. Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2669 Arrêt n 68/2004 du 5 mai 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 23 à 29 de la loi du 4 septembre 2002 modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites, le

Plus en détail

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA N 35892 DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA et AGENCE DU REVENU DU CANADA DEMANDEURS (Appelants) ET

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES

A) ANALYSE DE LA RÉGLEMENTATION I. DOCUMENTS COMMUNICABLES SOURCE : BO n 42 du 22 novembre 1979 Liberté d' accès aux documents administratifs. Circulaire n 79-390 du 14 novembre 1979 (Cabinet du ministre : Affaires générales et administratives) Texte adressé aux

Plus en détail

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE CI 049M C.G. Code de procédure civile MÉMOIRE Février 2012 AVANT PROJET DE LOI INSTITUANT LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE Présenté à la Commission des institutions par L OACIQ, UN ORGANISME AYANT POUR

Plus en détail

Projet de loi n o 92

Projet de loi n o 92 Mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux Le 27 avril 2016 Le Collège des médecins est l ordre professionnel des médecins québécois. Sa mission : Une médecine de qualité au service

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration

MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration MANDAT ET CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I Mandat du comité d audit établi par le conseil d administration 1. Le conseil d administration (le conseil) est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE

CONVENTION EUROPÉENNE CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants, adoptée à Strasbourg le 25 janvier 1996 3 CONVENTION EUROPÉENNE sur l exercice des droits des enfants PRÉAMBULE Les Etats membres du Conseil

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 98 (1 er avril 30 juin 2005) 3 Circulaires de la direction des affaires civiles et du sceau Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2005 Décret

Plus en détail

Le 28 janvier 2016. Objet : Commentaires sur le projet de loi n o 87 Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics

Le 28 janvier 2016. Objet : Commentaires sur le projet de loi n o 87 Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics Le 28 janvier 2016 Monsieur Cédric Drouin Secrétaire Commission des finances publiques Assemblée nationale 1035, rue des Parlementaires 3 e étage, bureau 3.15 Québec (Québec) G1A 1A3 Objet : Commentaires

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

Politique linguistique d Investissement Québec

Politique linguistique d Investissement Québec Politique linguistique d Investissement Québec 1. Objet La présente politique comporte des règles qui devront être appliquées par tous les membres du personnel d Investissement Québec, quels que soient

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document.

PROCURATION. Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. PROCURATION Veuillez SVP fournir 2 originaux de ce document. Juin 2013 PROCURATION RELATIVE AUX TRANSACTIONS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA CONVENTION D INVESTISSEMENT INTERVENUE ENTRE SCOTIA CAPITAUX INC.

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant

Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant Projet de règlement Loi sur la distribution de produits et services financiers (chapitre D-9.2, a. 200 par. 1 à 5, 6, 7 et 9 et a. 203 par.1, 3 à 6 ) Règlement modifiant le Règlement relatif à la délivrance

Plus en détail

FORMATION. Conseil d établissement. SERVICE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET DE L INFORMATION COMMISSION SCOLAIRE DES GRANDES SEIGNEURIES Janvier 2011

FORMATION. Conseil d établissement. SERVICE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET DE L INFORMATION COMMISSION SCOLAIRE DES GRANDES SEIGNEURIES Janvier 2011 FORMATION Conseil d établissement SERVICE DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET DE L INFORMATION COMMISSION SCOLAIRE DES GRANDES SEIGNEURIES Janvier 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. Le rôle du conseil d établissement 2.

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique

Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Partiel (mai 2013) : Droit des affaires 2, Licence 3 Monsieur le Professeur Germain Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier,

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager Loi sur les prestations de pension du Nouveau-Brunswick Page 1 de 5 inc. a droit à des sommes de retraite régis par la Loi sur (nom du Rentier en caractères d'imprimerie) les prestations de pension du et désire transférer ces sommes dans un fonds de revenu

Plus en détail

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3897. Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3897 Arrêt n 183/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 184, 185, 191, 192 et 261 du Code des sociétés, posée par la Cour d appel

Plus en détail

INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS

INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS INCORPORATION FOIRE AUX QUESTIONS LE RÈGLEMENT ET LA SOCIÉTÉ Q1 : Quels sont les membres assujettis aux obligations du Règlement? R1 : Seuls les membres qui entendent bénéficier de la structure juridique

Plus en détail

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF

MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF MODELE DE CONTRAT DE TRAVAIL DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE EN MILIEU SPORTIF CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE ENTRE: La structure sportive, par exemple: La Fédération sportive du Société: Dénomination

Plus en détail

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2539. Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2539 Arrêt n 15/2004 du 29 janvier 2004 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 81, alinéas 4 et 8, et 104, alinéas 3 et 7, du Code judiciaire, posée par

Plus en détail

DL Avocats. A l attention de : M. Daniel FAURE. Cher Monsieur,

DL Avocats. A l attention de : M. Daniel FAURE. Cher Monsieur, DL Avocats Laurent DUCROUX Avocat associé Avocat près la Cour d Appel de Montpellier : 06.99.13.84.84 courriel : l.ducroux@dlavocats.fr Stéphane LESUEUR Avocat associé Avocat près la Cour d Appel de Grasse

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 CENTRES DE LA PETITE ENFANCE GARDERIES SUBVENTIONNÉES BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL Tous les termes qui renvoient

Plus en détail

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES)

VOIR LE DOCUMENT CI-JOINT (21 PAGES) Title: COMMISSION SCOLAIRE GESTION DES DOSSIERS DE L ÉLÈVE EASTERN TOWNSHIPS Source: Archives Secrétaire générale Adopted: ETSB05-02-124 En vigueur à compter de Février 2005 Reference Number: P002-1 VOIR

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE

POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE POLITIQUE SUR LES BANQUES DE DONNÉES ET DE MATERIEL BIOLOGIQUE À DES FINS DE RECHERCHE Adoptée par le Comité d éthique de la recherche et le Conseil d administration du CHU Sainte-Justine le 16 juin 2004

Plus en détail

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016

GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 GUIDE DE SOUSCRIPTION 2016 Fonds d assurance de la responsabilité professionnelle de l Ordre des architectes du Québec 420, rue McGill Bureau 300 Montréal (Québec) H2Y 2G1 514 842 4979 1 800 842 4979 fdaq@fondsarchitectes.qc.ca

Plus en détail

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL»

«LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» 1 ER FORUM DE MEDIATION BEYROUTH 26, 27 ET 28 JUIN 2008 «LA MEDIATION AU SERVICE DES BANQUES, DES ASSURANCES ET DES ENTREPREPRISES : INTERETS AU NIVEAU ECONOMIQUE INTERNE ET INTERNATIONAL» Silvestre TANDEAU

Plus en détail

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION

Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme DECLARATION 27/04/2011 Conférence à haut niveau sur l avenir de la Cour européenne des droits de l homme organisée dans le cadre de la présidence turque du Comité des Ministres du Conseil de l'europe IZMIR, Turquie

Plus en détail

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM

Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM Le 2 février 2015 Champ d application Les Lignes directrices sur les sanctions de l OCRCVM remplacent les versions antérieures des Lignes directrices sur

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE

SOCIÉTÉ EXPLOITANT UNE PETITE ENTREPRISE Septembre 2012 Les renseignements et données contenus dans le présent bulletin ont été rédigés par l Ordre des comptables agréés du Québec sous la direction de Monsieur Gilles Chiasson. Ils sont notamment

Plus en détail

Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015

Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015 Les dix premières décisions marquantes en droit d auteur de 2015 J. Aidan O Neill Fasken Martineau DuMoulin, Ottawa ALAI Canada Assemblée générale annuelle Le 7 avril 2016, Montréal, Québec Introduction:

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

Politique concernant les règles applicables. pour la tenue d une assemblée générale. des membres du Barreau du Québec

Politique concernant les règles applicables. pour la tenue d une assemblée générale. des membres du Barreau du Québec Point 2 AGA du 2 juin 2016 Politique concernant les règles applicables pour la tenue d une assemblée générale des membres du Barreau du Québec Adoptée par le Conseil d administration le 1 er avril 2016

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL15-020 TITRE : POLITIQUE RELATIVE À LA VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 2 février 2015 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI

Plus en détail

RAPPORT DU COMITÉ DU BARREAU DU QUÉBEC SUR LA MULTIDISCIPLINARITÉ ENTRE AVOCATS ET COMPTABLES

RAPPORT DU COMITÉ DU BARREAU DU QUÉBEC SUR LA MULTIDISCIPLINARITÉ ENTRE AVOCATS ET COMPTABLES RAPPORT DU COMITÉ DU BARREAU DU QUÉBEC SUR LA MULTIDISCIPLINARITÉ ENTRE AVOCATS ET COMPTABLES POUR UNE APPROCHE OUVERTE ET RESPONSABLE RÉSUMÉ SYNTHÈSE Février 1999 Membres du Comité du Barreau du Québec

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction

Bruxelles, le 6 novembre 2007. Madame, Monsieur, Introduction Politique prudentielle banques et assurances Bruxelles, le 6 novembre 2007 Communication de la CBFA sur sa politique concernant les questions d externalisation de services de gestion de portefeuille de

Plus en détail

Comment suis-je protégé(e)?

Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Comment suis-je protégé(e)? Plusieurs choses nous passent par la tête lorsqu on se demande si l on doit faire une divulgation protégée d un acte répréhensible. Bien souvent,

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

Aptitude vs Inaptitude

Aptitude vs Inaptitude LA VALIDITÉ DU CONSENTEMENT EN FIN DE VIE OU «VITE! VITE! NOTAIRE mon père va mourir, faut faire son testament!!!» Introduction La capacité d une personne n est pas envisagée de la même manière par le

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE

M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE M106-2 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE Adoptées par le conseil des commissaires le 25 janvier 2016 LIGNES INTERNES DE CONDUITE EN MATIÈRE DE GESTION CONTRACTUELLE PRÉAMBULE

Plus en détail

Contrat d agent associé

Contrat d agent associé Contrat d agent associé Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «agent associé») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal :

Plus en détail

Association X XXX X F-XXXXX Xxx

Association X XXX X F-XXXXX Xxx Siège : X Association X XXX X F-XXXXX Xxx Document Unique de Délégation XXXX Directeur La présente délégation est consentie en application des dispositions de l article L. 315-17 du Code de l Action Sociale

Plus en détail

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUT TYPE C.O. M.I.O. - version initiale Page 1 de 15 SOMMAIRE ARTICLE 1 : FORME... 3 ARTICLE 2 : DENOMINATION... 3 ARTICLE

Plus en détail

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées Administration pénitentiaire Communication téléphonique Ecoute téléphonique Restriction téléphonique Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos réunions extraordinaires à huis clos du Conseil le 24 septembre 2012 et le 9 juillet 2013

Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos réunions extraordinaires à huis clos du Conseil le 24 septembre 2012 et le 9 juillet 2013 Le 8 novembre 2013 Glenn Miller, préfet Judy Kosowan, CA/secrétaire-trésorière Canton de Ryerson R.R. 1, 28, chemin Midlothian Burks Falls (Ontario) P0A 1C0 Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF

RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF MANUEL DE POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS RÈGLES DE GESTION INTERNE DU CONSEIL DES COMMISSAIRES ET DU COMITÉ EXÉCUTIF Code : Politique 1.1 Date d entrée en vigueur : Le 25 novembre

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé

Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 61 (2004, chapitre 32) Loi sur l Agence des partenariats publicprivé du Québec Présenté le 17 juin 2004 Principe adopté le 1 er décembre 2004

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION

RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE DES FONDS DE DOTATION Le comité constate que les statuts des fonds de dotation sont d une grande diversité. Certains recopient dans le détail le statut type des fondations ou des associations reconnues d utilité publique. D

Plus en détail

Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants?

Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants? Nous maîtrisons les terrains les plus divers Août 2014 Loi sur les services financiers et Loi sur les établissements financiers : quels changements pour les gérants de fortune indépendants? La présente

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

Projet de loi 26 "Loi sur les activités cliniques et de recherche en matière de procréation assistée" Notre dossier: 26450 D007 Référence: 136785

Projet de loi 26 Loi sur les activités cliniques et de recherche en matière de procréation assistée Notre dossier: 26450 D007 Référence: 136785 Montréal, le 15 juin 2009 Monsieur Yves Bolduc Ministre de la Santé et des Services sociaux Édifice Catherine-de-Longpré 1075, chemin Sainte-Foy, 15 ième étage Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de

Plus en détail

Par la présente, et dans la continuité des valeurs d'engagement de la CFDT, nous vous faisons part de nos réflexions.

Par la présente, et dans la continuité des valeurs d'engagement de la CFDT, nous vous faisons part de nos réflexions. Monsieur Jean-charles Manrique Directeur Général des services Hôtel du Département 15 rue Eugène Vignat 45000 Orléans Le 02/09/13 à Orléans Ref : E2013-14 améliorations CT et CHSCT Copie : Monsieur le

Plus en détail

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé

Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence PFPDT Guide pour le traitement des données personnelles dans le secteur privé Août 2009 Feldeggweg 1, 3003 Berne Tél. 058 463 74 84, Fax

Plus en détail

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination Services médicaux interentreprises Bâtiment Travaux Publics et activités annexes de l Oise STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 - Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION

AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION AU SERVICE DES CANADIENS DEMANDE DE RÉVISION D UNE CONDAMNATION Introduction Le Code criminel confère au ministre de la Justice du Canada le pouvoir de réviser une condamnation pour une infraction à une

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES

FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES FIDUCIES DESTINÉES AUX ENFANTS QUESTIONS ET RÉPONSES Révisé Avril 2011 Table des matières Définitions 2 Qu est-ce que le Curateur public du Manitoba? 2 Quelles sont les fonctions du Curateur public? 2

Plus en détail

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale

Ligne directrice sur l audit externe du Rapport d un parti enregistré sur les dépenses d une élection générale Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail