quelques chances de succès. En fait, si on te le rend, ça va bien, mais si on ne te le rend pas, ça ira encore bien. Laisse donc faire, que diable!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "quelques chances de succès. En fait, si on te le rend, ça va bien, mais si on ne te le rend pas, ça ira encore bien. Laisse donc faire, que diable!"

Transcription

1 110 G E O RG E S E S C A N D E quelques chances de succès. En fait, si on te le rend, ça va bien, mais si on ne te le rend pas, ça ira encore bien. Laisse donc faire, que diable! En as-tu impérativement besoin? Non, puisqu à la prison on est obligé de te fournir linge et vêtements. Laisse faire, te dis-je. Lorsque tu sortiras, tu raconteras cela et le reste aux personnes chez qui je te dirai d aller dans une prochaine lettre. Eh! tu sais? Il n y a pas d acquittement qui tienne. Voilà qui serait plaisant, ma foi! On arrache une pauvre femme de son lit où elle est clouée par la maladie, on l arrête, on lui saisit ses quatre guenilles et ses quelques économies, fruit de vingt ans de labeur; puis on la jette en prison. Là pendant cinq mois, on la tient recluse entre quatre murs, la laissant à la merci d une vieille guenon enjuponnée, aux dents suspectes, puante d hystérie, qui met à contribution toutes les coquineries de ses ruses de dévote hypocrite et cruelle pour la faire souffrir, non sans être assistée de son mâle. De temps à autre on l interroge. Elle ne veut pas répondre. C est son droit, du reste. Mais cela ne plaît pas au juge : «Ah! ces lois maladroites qui ont supprimé la torture! Quel dommage! Ce serait le cas cependant, de les appliquer.» Et le bon juge ne pouvant lui faire arracher les ongles, lui couper un poignet ou une oreille, se contente de la laisser à l isolement. «Votre fils est un bandit, lui dit-on de temps en temps. C est possible ; mais je l aime. Alors vous aimez les coquins? Non ; puisque je vous hais.» Ho! l insolente! la cynique! qui ose aimer son fils et haïr ses bourreaux! Allez, vite, vite, au cachot. Elle y demeure deux ans et même plus. Un beau jour, on se ressouvient d elle ; on daigne la juger. Juger qui? juger quoi? puisqu elle n a rien fait. N importe ; on la juge. Elle est acquittée : «Quelle veine! Quelle chance!», entend-elle chuchoter Comme c est charmant! Tu ne trouves pas? Qui sait? ne voudront-ils pas que tu les remercies, que tu leur fasses la révérence? Eh bien! nom de Dieu! il ne manquerait plus que cela. Ce serait là un fait unique dans l histoire de la résignation ; un fait capable à lui seul de confondre le darwinisme. On ne pourrait plus dire que l homme descend du singe, mais du chien Tu es drôle, que veux-tu que je te dise de ma santé, sinon qu elle est excellente? Je mange, bois, digère et évacue, tout comme un être organisé chez qui les rouages de l économie animale fonctionnent régulièrement. Tu ne voudrais pas, je suppose, que je me tâtonne le pouls toutes les heures pour t adresser mon bulletin de santé chaque semaine? Non ; ce procédé n est bon que pour les «gros bonnets» et moi je porte un béret. Ainsi, tu vois Puisque nous sommes à parler de la santé, suppose que je sois malade. De te le dire cela me guérirait-il? Non, certes. Cela ne servirait qu à te rendre malade toi-même. D autre part, peut-on éviter les maladies? Je réponds nettement, absolument : non. Car si on le pouvait, beaucoup de personnes ne seraient jamais malades. Puisqu il en est ainsi, à quoi bon se chagriner? Si nous sommes malades, il ne nous reste qu à nous faire soigner. Et, en prison il y a une chose de bonne pour cela, c est que l on est bien soigné. Certes, je ne parle pas de ces petits «bobos» tels que : angine, croup, choléra, peste, typhus, etc. ; ce sont là des bagatelles. Tu comprends bien qu un docteur ne peut pas s intéresser à de telles futilités. Mais, d autre part, casse-toi une jambe, fracture-toi un bras, démolis-toi l épine dorsale ou bien laisse-toi aplatir le crâne par un marteau-pilon, immédiatement tu verras

2 AU PAYS D E S F R E LO N S 111 arriver le docteur le cœur léger, le sourire aux lèvres et des couteaux et des scies à la main, pour te charcuter comme un bœuf que l on vient d abattre. Ah! ce docteur Goudron. Cela est pour te dire que je fais en sorte de me passer de ses lumières autant que je le puis. J oubliais de te dire que, depuis que je suis à Orléans, je n ai encore jamais eu de migraine. Je crois mes douleurs névralgiques parties : tant mieux, bon voyage. Hier, j ai commis une imprudence en lavant ma cellule à pieds nus ; aujourd hui je suis un peu courbaturé ; demain tout aura disparu. Depuis que j ai reçu le papier je n ai pas cessé d écrire ; ce jour, j en suis à mon cent douzième recto : j en ai à peu près le double à faire pour finir *. J ai reçu 5 francs il y a trois ou quatre jours ; mais j ignore qui me les a envoyés. Je doute que ce soit les camarades d Amiens. Je ne puis te renseigner sur la date de l ouverture des assises du Loiret pour la bonne raison que je n en sais rien. Et à te dire vrai je m en soucie fort peu. Tu peux écrire à M e Justal pour lui demander s il sait officiellement et la date et l endroit où vous devez être rejugées. Je t embrasse bien affectueusement. Mille baisers à Rose, Alexandre! 15 juillet 1905 Chère maman, Tu dois avoir reçu ma dernière lettre sans qu elle soit affranchie. C est une erreur qui en est cause. Petite affaire Le principal est que tu l aies. Je m en doutais que ces [illisible] vous faisaient voyager comme des harengs en boîte. Si tu avais escroqué des millions et si ton père eut été ministre de la Justice, on t aurait transférée en sleeping-car ; mais comme tu n as jamais été qu une dupe et que ton père était de ton genre, on t a «emboîtée» dans un wagon cellulaire. Ô égalité des égalités! voilà bien de tes coups! Je te crois sans peine que tu aies été malade de voyager ainsi. Mais relativement aux condamnés cela n est rien ; vous étiez en wagon-lit comparativement à leur situation. Imagine-toi ce que doivent souffrir ceux qui voyagent là-dedans pendant un long trajet, la jambe enchaînée avec l entrave que tu dois avoir couchée à tes pieds. L été c est une fournaise : on manque d air, on étouffe ; l hiver c est une chambre frigorifique : on y grelotte de froid. À propos, les gardiens de la voiture ont-ils été convenables? Tu m étonnerais fort en me répondant affirmativement, car en général ce sont de fameuses brutes. Mais comme vous étiez pour repasser en jugement, ils n auront peut-être pas osé se montrer sous leur véritable jour de crainte que vous vous plaignissiez en public, devant les assises. Les Arabes ne craignent que les coups de trique ; eux n ont peur que des rapports du ministre. Le ministre! lorsqu ils prononcent ce mot on dirait qu ils ont la bouche remplie de farine de châtaigne. Au fait, la comparaison est juste puisque les * Allusion à la rédaction des Souvenirs d un révolté.

3 112 G E O RG E S E S C A N D E trois quarts sont natifs de la Corse, cette pépinière de fonctionnarisme, pays où les châtaigniers ne font pas défaut *. Cela ne me surprend pas que vous ne passiez qu en octobre, voire qu en novembre. Ce n est pas dans quinze jours que l on peut échafauder, rédiger un acte d accusation comme celui que l on vous remettra de nouveau. Vois pour Amiens. Le juge d instruction rendit son ordonnance en juin et ce ne fut qu en novembre, c est-à-dire cinq mois plus tard, que le procureur général déposa son rapport devant la chambre des mises en accusation. Et quel rapport! Sainte Propriété! Rompant avec la vieille école, l avocat des riches Régnault **, homme d un grand mérite, je dois le reconnaître, nous a offert un acte d accusation rédigé en un style, je ne dirai pas lisible, mais agréable, charmant, attrayant ; l archaïsme en moins, c est presque du Brunetière ***. D ordinaire, cette sorte de littérature judiciaire est tellement insipide qu elle est énervante à lire ; c est froid comme une dalle de morgue ; ça manque de liaison ; c est tranchant, saccadé comme des montagnes russes de la foire aux Pains d épice ; et puis c est plat, ça manque de relief, tout à fait plat : plat comme une poitrine d anglaise. M. Régnault, au contraire, nous a offert, dis-je, un véritable chef-d œuvre de littérature. Chef-d œuvre de perfidie dont le canevas a été fourni par les calomnies et les médisances de la gent policière ; mais chef-d œuvre. Pour dire le mot : chef-d œuvre d art nouveau. Je doute que son subordonné collègue de Laon vous offre un pareil régal. Pauvre subordonné collègue! Quel abordage en pleine poitrine, pour lui, que votre renvoi devant la cour d assises de Laon! Vous ne vous doutez pas, vous autres, ô bandits, maîtresse et mère de bandits, les tracas, les veilles, les soucis, les peines, les ennuis de toutes sortes que vous causez à l avocat des riches de Laon. Quel boulot pour lui que l étude de votre affaire! Et dire qu il n en recevra pas un centime de plus pour cela. C est à dégoûter de défendre les riches en envoyant au bagne les pauvres bougres et les gens de cœur. Comme il a dû maudire in petto ce pauvre président qui commit la gaffe de mal tirer le jury. Combien de Pater et d Ave, de neuvaines et de litanies a-t-il dû dire, pendant le cours de votre pourvoi, afin que vous fussiez renvoyés à Beauvais et non dans son parquet. Qui sait? Peut-être est-il allé jusqu à faire dire des messes et brûler des cierges? Mais il a dû faire gras les nuits de vendredi et saint Antoine de Padoue ne l a pas exaucé! Pécaïre! La Patrie du 14 juillet, organe des mieux informés comme chacun sait, insinuait qu il en était si colère, si mécontent qu il n y aurait rien de surprenant à ce qu il abandonnât l accusation et demandât, les mains jointes, votre acquittement. Tas de veinards, va! Tu me dis que tu n as pas pu jouir de la vue ; mais de quelle vue voulais-tu profiter? Pour voir des prés, des champs où sont plantés quelques pauvres arbres poitrinaires, si * Le lecteur intrigué par cette réflexion de Jacob se reportera avec intérêt à Biribi de Georges Darien. La proportion de surveillants corses était importante, surtout aux échelons subalternes, dans l administration pénitentiaire coloniale, qu elle fût civile ou militaire. Ce qui généra une certaine «corsophobie» dans la littérature sur le bagne ou sur les bataillons disciplinaires. Rappelons également que de nombreux bagnards étaient originaires du Maghreb, l État français déportant volontiers les réfractaires au droit colonial. ** Procureur général aux assises de la Somme en Il représente le ministère public au procès d Amiens. *** Critique français ( ), directeur de La Revue des deux mondes.

4 AU PAYS D E S F R E LO N S 113 misérables à voir qu on serait tenté de leur donner un sou en passant, comme à un mendiant, le tout enveloppé de brumes à rendre malade un Samoyède ; pour voir cela, disje, tu n avais pas besoin d aller si loin, et je ne comprends pas ce que tu peux regretter. Va! tu aurais eu beau carguer toutes tes paupières dans le court trajet de la gare à la prison par le funiculaire, tu n aurais rien vu de bien intéressant. À propos, as-tu vu cette espèce d ascenseur : ils ont voulu imiter celui de Notre-Dame-de-la-Garde de Marseille. Les pauvres! C est comme s ils avaient voulu faire une petite Canebière tout là, sur leur moulou de terre! Je ne puis te répéter que ce que je t ai dit déjà : écris une lettre à M. le procureur de la République de Laon, pour lui dire de vouloir bien faire citer comme témoins, lors des débats de ton affaire, les nommés Georges Hatté, juge d instruction, et Paul Ruffian, gardien-chef à Abbeville. Tu dois bien comprendre que si tu disais au jury on m a fait ceci, on m a fait cela, sans faire citer ces témoins, l avocat de la République ne manquerait de te dire que ce sont là des affirmations gratuites puisque ces personnes ne sont pas là pour confirmer ou démentir tes dires ; tandis qu en le prévenant, il ne pourra pas user de cet argument. Libre à lui d accepter ou de refuser ta demande. D autre part, si tu ne faisais citer que le gardien-chef, il n est pas douteux qu à tes questions il répondrait qu en agissant ainsi, il n a fait qu exécuter les ordres que le juge lui donnait. Je te le répète, c est tous les deux qu il te faut faire citer. Je n ai encore rien reçu me concernant. Je ne sais toujours pas la date des assises. J ai idée que l on ne tardera pas à venir m ennuyer. Je suis prêt. Mes amitiés à M me Ferré *, à son mari ainsi qu à tous mes compagnons de chaîne. Je t embrasse bien affectueusement. Mille baisers à Rose, Alexandre! 22 juillet 1905 Chère maman, Il ne te manquait plus que cela : être malade. Mais, tonnerre de Dieu! il faut écrire au préfet pour lui demander l autorisation de consulter un docteur à tes frais, si ce Goudron in-douze te refuse des soins et des médicaments. C est une terrible maladie que la gravelle ; elle fait cruellement souffrir. Pauvre maman! C est comme pour le papier, je ne m explique pas qu on te l ait pris, alors que tu en as besoin pour tes moyens de défense. À cet égard, écris à M. le procureur général d Amiens (c est le ressort). C est un homme des plus raisonnable qui, j en suis sûr, t accordera satisfaction. Du reste, c est ce qu il fit à Abbeville et à Amiens où pareille mandarinade s était produite. La Chine, te dis-je, toujours la Chine! * Angèle Ferré, femme de Léon Henri Ferré, compagnon de Jacob. Elle fut condamnée à cinq ans de prison à Amiens ; sa peine fut réduite à trois ans après le procès de Laon. Libérée en 1907, elle s installa à Narbonne, où son mari la rejoignit deux années plus tard.

5 114 G E O RG E S E S C A N D E Point d orgue. À l instant, je viens de recevoir la visite de mon dévoué et sympathique défenseur M e Séjourné, qui m a appris que Royère Marius*, condamné à cinq ans de prison en 1901, était cité comme témoin dans mon affaire. Je change donc d idées et me résous à me rendre à la cour d assises, ne serait-ce que pour protester contre cette erreur judiciaire. Cependant, voilà qui est embêtant. Je vais ressembler à une mûre qui n est pas mûre. Que vais-je leur dire? Je n en sais trop rien. Depuis trois mois que je me frictionne l embouligou, j aurais bien pu leur préparer quelque chose. Bah! je vais commander du café en cantine, et à l aide de cette force excitatrice, à moi la fine fleur de Provence! Tu m excuseras donc si je m arrête. Je continuerai ma lettre après-demain lundi, au retour de l audience. Je vais préparer un canevas. Dimanche soir Je n ai pas perdu mon temps. J ai fini. En d autres termes, par d autres comparaisons et de nouveaux exemples, je leur répéterai ce que je leur ai dit à Amiens. La forme changera, mais le sujet sera le même. Que veux-tu? je ne sais dire que cela et le dis sur tous les tons. J ai bu du café et en boirai encore demain. Je sens déjà les vapeurs de la liqueur exotique qui s infiltrent dans mon encéphale. Gare à la fine fleur de Provence! Je m arrête. Je n y vois plus. À demain soir. Ce sera un verdict à perpétuité, je crois. Lundi, 6 h 30 du soir Ça y est. La pièce est jouée. Vingt ans de travaux forcés et aux dépens. Les dépens, quelle blague! Les prolétaires en paieront les frais avec la sueur de leur front et moi avec la peau et les os. En route pour le bagne Tu parles d une audience! Mais n anticipons pas. La cloche sonne, il faut se coucher. À demain. Mardi Sommeil agité. Forte fièvre. J ai encore une migraine épouvantable. Depuis trois mois que j étais enfermé entre quatre murs comme une huître dans une réserve, l exhibition d hier m a énervé. Je t écrirai demain. Mercredi Toujours un peu de migraine, mais supportable. Je reviens à l audience, à la pièce : drame et comédie sociale, tout à la fois. Dans les couloirs du théâtre je rencontre mon avocat ne crois pas parce que je te dis «rencontre» que je me promenais seul. Non. Tel un astre supérieur j avais six satellites qui suivaient mes évolutions. Tiens! me dit-il ironiquement. Vous êtes beau à peindre avec vos lunettes. Vous semblez un pasteur protestant. Le vicaire de Wakefield **. Juste. Et, cependant, toute plaisanterie à part, il ne se trompait pas, ou presque pas. Si je ne suis pas un pasteur, je suis un révolté protestant et je protesterai jusqu à mon dernier souffle de vie contre le contrat social, comme l appelle Jean-Jacques. * Voir introduction de ce chapitre. ** Roman satirique d Oliver Goldsmith, écrivain britannique, publié en 1766, mettant en scène un prêtre anglican.

6 AU PAYS D E S F R E LO N S 115 Contrairement à l usage commun, le tirage des jurés ne se fait pas en public. Nous allons assister à cette formalité dans la chambre des délibérations. Quelques instants après, le rideau se lève. La recette promet. La salle est comble. Le public se divise en deux genres bien distincts : les maîtres et les serviteurs. Parmi les premiers : M. Rabier, député (nuance lilas), M me la préfète (pas mal, M me la préfète ; elle porte bien la toilette pour une provinciale), ainsi que plusieurs autres notabilités locales ; des magistrats entre autres, facilement reconnaissables à leur physionomie intelligente et rusée de diplomates et d évêques. Parmi les autres, des domestiques, beaucoup de domestiques, rien que des domestiques. À Amiens, il y avait des charrons, des serruriers, des boulangers, des maçons ; à Orléans, il n y a que des concierges, des valets de chambre, des sacristains et des nourrices en retraite. Effet de milieu. Accusé, levez-vous. Levez-vous vous-même, mon bon. Je m attendais un peu à votre réponse. Néanmoins, je vous croyais assez intelligent pour ne pas user de redites, me réplique le président, un compatriote en manière de coups de patte. Croyait-il, ce brave homme, que j allais me coucher sur le banc pour éviter une répétition. Me vois-tu en train de faire une sieste sur le banc de la cour d assises En deux mots, je lui explique le pourquoi de mon attitude. Lorsque vous venez me voir à la prison, je me découvre parce que vous vous découvrez ; mais je me découvrirais encore si vous ne vous découvriez pas. Car je suis poli pour moi, avant de l être pour les autres. Mais ici, ce n est plus le même cas. C est une question de dignité. Vous juge, vous magistrat, en me disant : «Accusé, levez-vous», «Accusé, découvrez-vous», tout en demeurant assis et couvert vous-même, vous prétendez être supérieur à moi : chose que je conteste. Vous avez beau vous draper dans une robe rouge, vous n êtes ni plus ni moins qu un homme en tout point semblable à moi. D autre part, comme Darwin, je crois descendre du singe et non du chien. Or on n a jamais vu un singe lécher la main qui le frappe ou qui le va frapper. Voilà, monsieur, les raisons pour lesquelles je demeure assis et couvert. (La suite au prochain numéro.) Tome 2 Au fond, pas mauvais diable, ce président. Beaucoup intelligent, érudit même et très impartial. Il a bien voulu me retirer la parole à quelques reprises; mais je me suis fait «boulet de canon», comme dit l autre, et j ai parlé tout de même. J ai employé la périphrase, la litote, l euphémisme et le tour a été joué. Et puis, à te dire vrai, s il ne s était agi que de lui, je crois bien qu il ne m aurait jamais interrompu. Il m a semblé que son voisin de droite lui faisait du pied. D autre part, il y a aussi la question magnétique de l autosuggestion. Tu comprends! les concierges, les sacristains et les nourrices en retraite Aussi tout pesé, tout jugé, faut-il être juste. C est pourquoi, je te répète: il a été impartial. Je ne te dirai pas toutes les boutades, tous les coups de cravache que je leur ai offerts. Ce serait trop long. Qu il me suffise de te dire que je leur ai servi du Juvénal

7 116 G E O RG E S E S C A N D E en bouillabaisse et de l Aristophane en aïoli. La fine fleur de Provence, quoi! Après l interrogatoire d identité : nom, prénom, âge et profession (profession : entrepreneur de démolitions : c est expressif et poétique), M. l avocat des riches nous donne lecture d une dépêche du ministère de l Intérieur nous annonçant la mort de Royère. Mort en prison, et innocent! Je proteste contre sa condamnation : Royère n était pas une casserole, un mouchard. Royère n a pas voulu me dénoncer. Voilà quel a été son crime. Bon, bon, me dit le président. S il y a eu erreur judiciaire, sa famille pourra obtenir une révision et une réhabilitation. Tu ne trouves pas qu une résurrection ferait bien mieux son affaire? Pendant l exposé des faits, le président aurait voulu que je fisse un cours de cambriologie. Mais je ne marche pas. D ailleurs je suis loin d avoir le talent que l on me suppose. Ces braves gens s imaginent que j ouvre tous les coffres-forts. On est coffre-fort ou on ne l est pas, que diable! Et s ils sont forts, pourquoi auraient-ils la faiblesse de succomber aux caresses des cambrioleurs? Voilà qui est clair comme de l eau de source, ce me semble. Craignant que j usasse d arguties en soutenant que j ignorais la qualité des agents lorsqu ils vinrent chez moi, le vénérable président du troisième trimestre, à propos d une phrase dite à l instruction, de déduction en déduction, bâtit, échafauda, construisit tout un système. Certes, cela ne valait pas le système de Copernic, mais système. Le système de la pèlerine. Lorsque le témoin Chardon vint déposer, il convint de son erreur. À propos du témoin Chardon l un des agents, j avais peur qu il déposât qu en 1901 j avais voulu [manger]. Tu penses si j aurais protesté. À l audition du témoin Couillot, l agent sur lequel je fis feu, le président le félicite comme un héros. Mais, monsieur, un héros qui recule, ce n est plus qu une moitié de héros, lui fisje observer. Cette boutade ne fut pas du goût de la cour. Le président me répliqua vertement. Aussi pour ne pas m attirer leur courroux ajoutai-je mes félicitations aux leurs, en disant: D accord, messieurs. Il a bien mérité du Capital et de la Propriété. Après l audition des témoins, dix minutes d entracte. Nous nous retirons, moi et les gendarmes, dans la coulisse. Oh! ces gendarmes! Quelle mentalité, doux Jésus! Orléans n est pas située sur les rivages de la mer ; cependant les mollusques n y font pas défaut. En regardant la lune, les yeux la voient plate; ce n est que par le raisonnement qu on la comprend ronde. En regardant certains hommes, on leur voit une tête; il suffit de parler avec eux pour s apercevoir qu ils sont acéphales. Il y a environ un mois qu une exécution capitale a eu lieu à Orléans. Ils en étaient tout heureux. Braves gens! Drrrrin! Nous remontons en scène. Le président, supposant sans doute qu il n avait fait les choses qu à demi, me donne la parole. Puis c est le tour de M. le défenseur du Capital. Je m attendais à de la déclamation, à des mots, à des phrases creuses et vides. Point. Dans un discours bref, mais concis, simple et serré, M. l avocat de la République, faisant un parallèle avec l acte du camarade Duval, logique avec sa comparaison, demande aux jurés le même résultat: la peine de mort. Cependant il a manqué de tact, et surtout de sincérité, en m attaquant dans mes

8 AU PAYS D E S F R E LO N S 117 principes, dans mes convictions philosophiques. Je croyais qu il pouvait haïr un homme sans le salir. Je me trompais. Aussi lui ai-je répliqué avec un peu d esprit et beaucoup de mauvaise foi, en me moquant de son talent oratoire. J ai été aussi caustique à d autres égards ; mais plus vrai. Entre autres, celui-ci : Il m est permis de croire, dis-je en m adressant aux jurés, que dans cette salle se trouvent des personnes exerçant des professions diverses. Par exemple, le boulanger fait du pain, le cordonnier confectionne des chaussures, le meunier moud du blé, le maçon construit des maisons. Lui, messieurs, l honorable avocat des riches, fait couper des têtes Jolie besogne! Ah! J oubliais de te dire qu il m avait appelé cabotin. Cabotin! Certes, ce n est pas moi qui le contredirai. Le monde n est-il pas un immense théâtre où s agitent toutes sortes de passions ; où chacun joue son rôle, rôle de dupe, de fripon ou de révolté? Il y a des cabotins nuls, des cabotins médiocres, des cabotins moyens et des supérieurs, que dis-je? j oubliais les figurants, les inutilités comme on les appelle en argot de coulisse. Pour que j aie été l objet de la remarque de M. le représentant de la Bourgeoisie, il est de toute évidence que j appartiens aux cabotins supérieurs. J en suis donc très heureux, flatté, charmé : tout le monde ne peut pas en dire autant. Dans la comédie drame social Voleur et Volé qui s est jouée lundi, combien étaient rares ceux qui pouvaient prétendre à ce titre Après ma réplique, mon dévoué et éminent défenseur prend la parole. Tome 3 Te dire que le jury répondit négativement à la question : intention de donner la mort, c est lui faire le meilleur et le plus mérité des éloges. La cour pouvait appliquer les travaux forcés à perpétuité. Mais pour une raison que je ne crois pas utile de te dire, elle fit preuve d intelligence et d habileté en baissant le chiffre à vingt ans. Après la délibération du jury, le président m invita à me lever pour en entendre la lecture. Me lever pour recevoir des coups de trique! Je demeurai assis. Vraiment la loi a de ces charmes qu on ne saurait deviner! Du verdict d Amiens et de celui d Orléans, on peut en tirer cette conclusion : l incompatibilité de l égalité et de la loi. À Amiens, où j étais poursuivi sous la même inculpation, pour un acte commis dans des circonstances analogues, identiques, pareilles en tous points, le jury répond : intention de donner la mort ; ici, à Orléans, il répond non. Ils me font rire. Ils veulent l égalité dans la loi alors qu elle n existe pas dans la nature. Sur le même arbre il n y a pas une seule feuille qui soit pareille à une autre. Il en est de même pour les hommes. Dans une société où les intérêts sont séparés, les uns voient blanc ce que les autres voient noir. Je le leur ai écrit dans une lettre: «Il n y a pas un article de loi, de règlement qui n aboutisse à l absurde.» La preuve c est que pour un même délit un homme sera tué à Amiens alors qu à Orléans il s en tirera avec quelques années de prison. Voilà la justice! Là, je ne parle que de la façon morale de voir les choses; mais, comme en mécanique, la justice obéit aussi à une force.

9 118 G E O RG E S E S C A N D E En mécanique il y a les forces chimiques, physiques, musculaires ; la force centrifuge, la force centripète, la force d inertie ; en justice il n y a qu une seule force, la force de l argent. Comme dit l autre : «selon que vous serez puissants ou misérables». C est, du reste, ce que je leur ai développé. Il y a des farceurs qui placent l âge d or à l enfance de l humanité et appelle notre siècle l âge du fer. Erreur. Il y a huit ou neuf siècles on ne jugeait pas les causes dans une salle, mais dans une arène ; on ne luttait pas avec le flux labial, mais avec des armes. Le chevalier qui avait la meilleure armure, la meilleure lance, le meilleur bouclier était proclamé innocent. On l acclamait. Les belles dames se le disputaient : c était un dieu, un héros. Il avait les plaisirs, le pouvoir et la richesse. C était l honnête homme de ce temps-là. Aujourd hui, époque de progrès et de lumière, plus d armures, mais des pièces de cent sous ; plus de lances, mais des billets de banque ; plus de boucliers, mais des coffres emplis d or. C est te dire que l âge du fer est passé et que nous sommes à l âge d or. Rien que d y penser je me figure être un berger d Arcadie * Parlons d autre chose. J ai envoyé mes deux pardessus, mes bottines, ainsi que quelques objets de lingerie dont je n ai plus besoin, à M. Develay. J ai fait l expédition en port dû, grande vitesse. Si j avais été plus riche, je l aurais payé. Mais ça ne leur coûtera pas bien cher, 1,50 à 1,75 franc environ. Écris-leur qu ils t accusent réception. Il est inutile que Rose écrive à sa sœur pour me faire envoyer du papier puisque je vais partir d un jour à l autre. Je ne tarderai pas à quitter Orléans. J ai passé trois mois bien tranquille dans cette prison. Tout le personnel a été des plus convenable autant que le permettaient les règles de la prison. Les bourgeois vont à Vichy, à Spa, à Plombières, à Baden-Baden ; moi je villégiature dans les capucinières de la République. Question de goût et de moyens. J ai bien peur de passer encore un hiver en Europe en ne partant qu en mars prochain. Je doute fort qu il y ait un départ en octobre. Cela m ennuierait fort, car comme les pommes d amour je n aime pas le froid. Je parie que toi et Rose vous vous êtes chagrinées en ne recevant point de mes nouvelles. Vous ne vous plaindrez pas, j aime à croire, je vous envoie de quoi lire. Voilà trois heures que j écris. Je t embrasse bien affectueusement. Mille baisers à Rose et mes amitiés aux époux Ferré, ainsi qu aux camarades, Alexandre! 29 juillet 1905 Chère maman, Quoiqu il n y ait que trois jours que je t ai écrit, je récidive comme disent les juges. * Allusion à cette région de la Grèce antique représentée dans la tradition poétique comme un pays idyllique.

10 AU PAYS D E S F R E LO N S 119 Je sais que cela te fera plaisir. Bientôt je ne pourrai plus te donner de mes nouvelles aussi souvent. C est pourquoi j en profite. J ai oublié de te faire part de bien des petits détails d audience. Entre autres, imagine-toi que M. l avocat des riches a lu le passage d une revue où l ensemble des outils qui ont figuré comme pièces à conviction au procès d Amiens étaient estimés francs. Prix de la trousse du cambrioleur Jacob : francs. Dix mille francs! Il n est pas du Midi, de Marseille, ce journaliste, mais du midi trois quarts, de Tombouctou. Allons! Français, Daudet vous l a dit, vous êtes tous un peu de Tarascon. Il a dit aussi, cet honorable défenseur de la propriété, que la cause de mon arrestation avait été providentielle. Où la providence ne va pas se nicher! Le bon Dieu qui se mêle d être gendarme! Cependant, je suis à me demander pourquoi le Père éternel, cette vieille barbe, ne m a pas fait arrêter à Tours deux mois plus tôt, lorsque j allais détapisser le château de ses oints. Mais il est vrai que les mystères de la providence sont comme les coffres-forts en tôle cimentée : ils sont impénétrables! Bah! à quoi bon te mettre martel en tête pour la comédie humaine? Le monde est un marécage, c est entendu, nous n avons qu à en vivre en marge théoriquement, idéalement pour mieux dire, puisque nous ne pouvons le faire effectivement. Quant à la délation, c est là un sentiment d ordre psychologique très difficile à bien définir. La plupart des gens ne sont pas délateurs, ou pour mieux dire se disent tels, par vanité ; mais ils ne se font aucun scrupule de changer de conduite lorsqu ils sont certains, ou croient l être, qu elle ne sera pas connue. D autres ne «délatent» pas pour la même raison qu ils évitent de se baigner dans une fosse à purin. Ces derniers sont rares. Et puis, s il faut te dire mon avis, je te citerai le mot de La Bruyère : «Toute révélation d un secret est la faute de celui qui l a confié.» En effet, si un homme ne peut pas garder un secret pour lui, pourquoi en voudrait-il à son voisin, s il agit pareillement à lui? Alors tu as vu la rampe, la fameuse rampe de Laon? Eh bien tu n as pas dépensé ta force visuelle en pure perte. C est mieux qu un monument historique. La tour de Pise, la Campanilla de Venise, Notre-Dame de Paris ne sont que des pygmées relativement à la grandeur romantique de cette rampe. C est un monument dramatique. Si tu savais tous les lugubres chuchotements qui courent sur cette rampe, tu en frémirais pendant huit jours. J ai appris l histoire d une drôle de façon. Écoute ça. Il y a quelques années, je fis la connaissance, en wagon dans un compartiment de deuxième classe, du sous-directeur de la Société franco-internationale pour la défense des droits des héritiers. Après quelques banales paroles échangées de part et d autre, il se nomma. La bizarrerie du titre de son entreprise me fit croire que j avais affaire à un mystificateur. Il me devina. Douteriez-vous de ma qualité? me demanda-t-il avec un sourire diogénique. Du tout Tel que vous me voyez, m interrompit-il, je passe ma vie à jouer le rôle de bon Dieu sur la terre

11 120 G E O RG E S E S C A N D E Cette fois, me dis-je in petto, ça y est. J ai affaire à un fou. Et, tout doucement pour ne pas le vexer, je me réfugiai dans le coin du wagon, de crainte qu il ne lui prît une crise, prêt à tirer sur le bouton d alarme. Il comprit mon geste. Mais loin de s en fâcher, il me vint rejoindre, puis reprit : Dans le monde en général, et notamment parmi les classes privilégiées, il existe deux genres d individus bien distincts : ceux qui possèdent une fortune et qui en jouissent, et ceux qui attendent leur mort pour en jouir à leur tour. Les premiers sont doués d une patience hors concours, tandis que les autres sont les hommes les plus impatients de la terre. Si les riches n étaient que patients, cela ne serait pas grand-chose ; mais le pire c est qu ils tiennent beaucoup à leur vie. Ce qui, entre parenthèses, n est pas du goût des seconds. Aussi avons-nous résolu le problème de l héritage à date fixe en envoyant ad patres tous ceux qui nous sont désignés par nos clients. Que voulez-vous, nous avons connu Don Quichotte. Il nous plaît de prendre les intérêts des faibles contre les forts, moyennant une commission s entend. Mais alors vous tuez les Patience! jeune homme, me dit-il en me coupant la parole. Oui, nous tuons ; mais nous tuons sans tuer ; en termes plus clairs, nous maladisons nos sujets d abord et la rampe de Laon se charge de faire le reste ensuite. Je ne saisis pas bien, lui dis-je, fortement intrigué par un tel préambule. Donnez le grand largue à vos «bonnettes» mon jeune ami, et vous m allez comprendre. Il fit une pause, aspira quelques bouffées de son cigare, puis reprit : Suivez bien mon raisonnement. Supposons que vous, jeune homme, soyez fils, neveu ou cousin d un riche propriétaire et que vos désirs soient d en hériter dans un bref délai. Vous venez au siège de notre société où, après nous avoir fait part de vos intentions, nous vous disons ceci : vous êtes tant d héritiers, votre part sera de tant, nous exigeons tant. Si ces conditions vous conviennent, vous signez notre police et nous entrons immédiatement en campagne. Dès lors, nous déléguons notre docteur auprès du sujet, afin qu il nous fasse un rapport des plus détaillé sur l état de sa santé. Si, comme cela arrive quelquefois, mais rarement cependant, le sujet est atteint d un asthme ou d une maladie de cœur, les choses vont toutes seules, comme sur des roulettes. Dans le cas contraire, c est-à-dire s il est plein de santé, nous agissons en sorte de faire entrer chez le sujet une personne à notre solde, en qualité de femme de chambre, cuisinière, voire de simple concierge, pour qu elle lui inocule, suivant nos savantes prescriptions, un virus qui en se développant dans les voies respiratoires, ou bien qui, véhiculé par la circulation du sang, lui cause la maladie que nous désirons. Ce résultat obtenu, nous chargeons un de nos inspecteurs (quelquefois, je remplis moimême cette délicate mission) de faire entreprendre au sujet le voyage de Laon. Là, au pied de cette haute ville, il ne nous reste plus qu à lui faire ascensionner les marches de la fameuse rampe et je dois vous dire que, jusqu à ce jour, aucun n a pu résister à la secousse. Avant d arriver à mi-chemin ils s affalent comme des loques et le tour est joué. Voilà le résultat. Vous devez deviner le dénouement La machine siffla. Le train stoppa. Nous étions à Villers-Cotterets.

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU!

INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. PERSONNAGES PROBLÈME À L ÉCOLE ZUT! JE L AI PERDU! INSTRUCTIONS En petits groupes, prenez le temps de lire la situation-problème au verso de la carte. Un membre de l équipe doit réfléchir à une façon de résoudre le problème. Les autres membres de l équipe

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication PRÉSENTATION Une toute jeune ille comprend dificilement les derniers mots de sa mère mourante, mais n ose lui faire répéter. Pourtant voilà Cendrillon liée à cette phrase : Tant que tu penseras à moi tout

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Poème n 9. Poème n 10

Poème n 9. Poème n 10 Poème n 9 Quand je t ai vu, je savais que t avais un bon jus. Je t ai goutté, tu étais sucré Je ne pouvais plus me passer de toi Mais un jour, tu m as fait grossir Merci coca-cola pour tout ce plaisir

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : MALE : FEMALE : MALE : Heureusement que nous sommes très en avance.

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon

Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Entrée de Simon. Acte 1 Scène 6 : Rebecca, Edith, Agathe, Simon Agathe : Simon, mon chéri! Simon (embrassant sa mère) : Salut maman. Mais tu es en pleine forme dis-moi! (embrassant Rebecca) Toi, par contre,

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil

John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni. Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil John Bonhomme 2, rue de paris 50010 Austerlitz Royaume-Uni Austerlitz, Mercredi 26 Novembre Mr le gardien du zoo d Amazonie Au fond de la jungle 01010 Animalia Brésil Bonjour, J ai trouvé un après-midi

Plus en détail

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu

Irina Teodorescu. La malédiction du bandit moustachu Irina Teodorescu La malédiction du bandit moustachu roman GAÏA ÉDITIONS Dans l imaginaire collectif les accidents arrivent souvent la nuit. On se représente volontiers une route sinueuse dans une montagne

Plus en détail

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT

SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT SEMAINE DE PRÉVENTION DE LA TOXICOMANIE ALCOOL / DROGUES / JEUX DE HASARD ET D ARGENT TU ES ACTIF SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX. MAIS CONNAIS-TU TON PROPRE RÉSEAU SOCIAL? QUELLES SONT LES PERSONNES DE TON ENTOURAGE

Plus en détail

Les Possessifs Exercices. Rappelez-vous! *L adjectif possessif s accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte.

Les Possessifs Exercices. Rappelez-vous! *L adjectif possessif s accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. Les Possessifs Exercices Rappelez-vous! *L adjectif possessif s accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte. *Le pronom possessif s accorde avec le nom et varie selon le possesseur.

Plus en détail

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait?

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? Approchez, tendez l oreille, écoutez notre petit lapin et vous saurez comment l école maternelle transforme les bébés en écoliers. C est

Plus en détail

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou

13 Ne confonds pas avec : Hier, j ai mangé au restaurant. 16 Ce livre, je l ai lu l été dernier. Un ou Un ou 1 le, un, mon, ton, son, ce chien méchant aboie la, une, ma, ta, sa, cette chienne méchante aboie plusieurs 2 les, des, mes, tes, ses, ces chiens méchants aboient quelques, beaucoup de chiennes méchantes

Plus en détail

SALON WAGUIH / EXT. JOUR ENSOLEILLE.

SALON WAGUIH / EXT. JOUR ENSOLEILLE. SYNOPSIS (texte tiré du dossier de réécriture destiné au CNC) SALON WAGUIH / EXT. JOUR ENSOLEILLE. Mon père et moi sommes concentrés sur une partie d échecs. Aucune parole n est échangée. Une radio allumée

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2011 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text A : B : A : B : A : B : Luc, ça va te manquer le lycée? Oh oui, surtout mes camarades de

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures.

REVEIL. Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. REVEIL Simone est en petite voiture. Autour d elle, tous les autres. A quelques pas, la paire de chaussures. Simone : Rabattre les couvertures Le Chef de gare : Madame votre fille La mère : Que dit-elle?

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs?

Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Comment résoudre les sept problèmes les plus courants concernant les devoirs? Problème No 1 : Votre enfant ne fait pas de son mieux Les enfants qui manquent de motivation ne fournissent qu un minimum d

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin»

Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Learning by Ear Le savoir au quotidien «Animaux et records plus vite, plus haut, plus loin» Texte : Leona Frommelt Rédaktion : Maja Dreyer Traduction: Julien Méchaussie Introduction : Bonjour et bienvenue

Plus en détail

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis

Munich, le 27 octobre 2005. Bonjour les amis Munich, le 27 octobre 2005 Bonjour les amis Ces trois derniers mois, il y a eu parait-il, l été. Pourtant, avec toute cette pluie et tout ce froid, ça m a laissée un peut perplexe : le 18 août : «maman,

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Learning by Ear Le savoir au quotidien Quel est l animal doté des dents les plus puissantes?

Learning by Ear Le savoir au quotidien Quel est l animal doté des dents les plus puissantes? Learning by Ear Le savoir au quotidien Quel est l animal doté des dents les plus puissantes? Texte : Leona Frommelt Rédaction : Maja Dreyer Adaptation : Julien Méchaussie 1. scène : Jenny et Jack se rencontrent

Plus en détail

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.

PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr. PERSILLETTE D après «les contes populaires italiens», présentés par Italo Calvino Adaptation de Sarah Pèpe www.compagnie-adae.fr.st Nous vous présentons ici à peu près la moitié de la pièce. Si vous êtes

Plus en détail

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire

Ma première Lettre. d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Ma première Lettre d amour... UN SOIR DE + 2009-2010 Saint-Malachie et Saint-Nazaire Table des matières (par ordre alphabétique des prénoms): Page 3 : Anonyme Page 4 : Anonyme Page 5 : Clara Page 6 : Anonyme

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien

Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte. Paroles et gestes au quotidien Mardi de la parentalité le 2 juin 2015 St Jean de la porte Paroles et gestes au quotidien Intervenante : Marilyne TEXIER : Educatrice de jeune enfant. Formatrice à L Ecole des Parents 74 + Médiatrice familiale.

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin

Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Une interview avec la direction de l'ofaj, Max Claudet et Eva Sabine Kuntz Régulièrement tu arrives à Paris et puis le soir, tu te rends compte que tu as laissé ta brosse à dents à Berlin Le Grand méchant

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE LIRE-ÉCRIRE 1 LIVRET 4 MARDI 16 JUIN. savoir écrire mathématiques grandeurs HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE

ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE LIRE-ÉCRIRE 1 LIVRET 4 MARDI 16 JUIN. savoir écrire mathématiques grandeurs HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE ÉPREUVE EXTERNE COMMUNE CEB2015 LIRE-ÉCRIRE 1 LIVRET 4 MARDI 16 JUIN FRANÇAIS SAVOIR ÉCOUTER français SAVOIR ÉCRIRE savoir MATHÉMATIQUES écouter GRANDEURS savoir écrire SOLIDES ET mathématiques FIGURES

Plus en détail

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux.

L après midi l inspecteur se rendit à la boulangerie. Il interrogea Madame Madeleine, pendant que son équipe inspectait les lieux. Récit 15 Dans une petite ville paisible d Allemagne, appelée Brestër, vivait un certain M. Choufleur. Une nuit alors qu il était profondément endormi, le téléphone sonna. - «Allo, suis-je bien chez M.

Plus en détail

ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT

ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT Un rêve aventureux du détective Paul X UNE PIÈCE DE THÉÂTRE POUR LA JEUNESSE DE JEAN-PIERRE DURU PRÉSENTATION DE LA PIÈCE «ENQUÊTE AU ROYAUME DE LA NUIT» Le détective privé

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok)

La mort est comme une. chandelle. qui s éteint lorsque. le soleil se lève. CHSLD (villa Pabok) La mort est comme une chandelle qui s éteint lorsque le soleil se lève CHSLD (villa Pabok) Nous attirons plus particulièrement votre attention sur les besoins du résidant à ses derniers moments de vie

Plus en détail

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman

En voiture Simone. Luc Tartar Editions Lansman Simone Luc Tartar Editions Lansman Entre le père, avec un cadeau. PAPA Le père : Simone? Tu es là? Evidemment que tu es là. On m a dit que tu avais roulé sous une voiture. Simone. Que s est-il passé? Temps

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON

Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Marc CANTIN UNE ADO EN PRISON Dans la collection Visages du monde : Les enfants des rues (Marc Cantin) Du même auteur chez d autres éditeurs : Têtes de mule, Seuil Jeunesse Pourquoi c est interdit?, Oxygène

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

Conversations au château hanté : Scène de ménage

Conversations au château hanté : Scène de ménage Séquence 34 - Sketch 1/5 Les verbes terminés par «-ant» sketches à imprimer, sketchs à imprimer, sketch à imprimer, sketches gratuits, sketchs gratuits, sketch métier, sketch à jouer, sketch fle, sketch

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

LA VIE QUOTIDIENNE AVEC UN CHIEN D ASSISTANCE

LA VIE QUOTIDIENNE AVEC UN CHIEN D ASSISTANCE C H I E N S D A S S I S T A N C E F I D E S LA VIE QUOTIDIENNE AVEC UN CHIEN D ASSISTANCE r Mirjam Spinnler et Bayou Cher Bayou Que ferais-je sans toi? Avec toi, ma vie est plus simple, plus pittoresque

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois.

Amina : Je suis vraiment fatiguée Sara. Sara : Moi aussi, Amina. Il nous faut marcher plus loin à chaque fois. SCÈNE UN Dans un petit village rural d Afrique, sous la chaleur écrasante de la mi-journée. Les femmes et les fillettes ramassent le bois nécessaires pour cuisiner. Sara et son amie Amina, deux écolières,

Plus en détail

L Invitation. par John Worlund

L Invitation. par John Worlund L Invitation par John Worlund 2009 John Worlund. Tous droits réservés. La reproduction de ce document entièrement ou en partie sans permission ecrite est interdite. Edition 1, 9/2009 La couverture de devant

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité

J attendais depuis longtemps un signe Où tu revenais me chercher Pourquoi je t ai laissé aller si loin Avant que je trouve la vérité Le vent bohème Ça m a pris du temps pour me libérer De cette prison d incertitude Mes craintes étaient prises au dépourvu Et tous mes doutes ont disparu J ai trouvé mon bateau sur les pierres J ai refait

Plus en détail

( ) et maintenant priorité au direct en Grande-Bretagne le couple est arrivé

( ) et maintenant priorité au direct en Grande-Bretagne le couple est arrivé Us ( ) et maintenant priorité au direct en Grande-Bretagne le couple est arrivé il y a un peu plus d une heure maintenant à l aéroport d Heathrow en Grande- Bretagne vous le voyez ils ont été accueillis

Plus en détail

Le temps d un après-midi, Dominique,

Le temps d un après-midi, Dominique, La fête des voisins Côté rue, E.M.S la Terrassière Le temps d un après-midi, Dominique, Nina et moi-même, avons décidé d installer à l entrée de la Terrassière quelques tables et chaises. Avec l aide et

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning

OTTO entend tout ou presque. Par Linda Hutsell-Manning OTTO entend tout ou presque Par Linda Hutsell-Manning A propos de l auteur : Linda Hutsell-Manning est l auteur de ce livre d image, de jeux et séries de voyages dans le temps. www.lindahutsellmanning.ca

Plus en détail

La concordance des modes

La concordance des modes DES TEMPS L EMPLOI CONCORDANCE DU MODE DANS LA SUBORDONNÉE DES TEMPS CIRCONSTANCIELLE 1 La concordance des modes La concordance des modes L emploi du mode dans la subordonnée circonstancielle RAPPEL :

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Institut Supérieur des Langues Université de Damas

Institut Supérieur des Langues Université de Damas Institut Supérieur des Langues Université de Damas Texte 1: Chère Josette, Il a de grands yeux bleus et une mèche blonde qui lui tombe sur le front. Il s appelle Alain, Alain et Aline, c est joli, n est-ce

Plus en détail

Déroulement de l activité

Déroulement de l activité Enseignement des habiletés sociales au primaire Groupe 4 : Solutions de rechange à l agression Habileté 42 : Accepter des conséquences Chantal Thivierge Fiche de planification Habileté sociale : ACCEPTER

Plus en détail

LEAVING CERT FRENCH WRITTEN EXP. 1. Je te remercie de ta gentille invitation que je viens de recevoir et qui m a fait grand plaisir

LEAVING CERT FRENCH WRITTEN EXP. 1. Je te remercie de ta gentille invitation que je viens de recevoir et qui m a fait grand plaisir LEAVING CERT FRENCH WRITTEN EXP PAUL STENSON INFORMAL LETTERS Layout See whiteboard Accepting an invitation 1. Je te remercie de ta gentille invitation que je viens de recevoir et qui m a fait grand plaisir

Plus en détail

Lettres d un fils divorcé à son père

Lettres d un fils divorcé à son père Lettres d un fils divorcé à son père 1 ère lettre : «Bonjour papa. J espère que tu vas bien. Ici il fait froid ; c est l hiver. Pour la première fois, je viens de voir la neige tomber. Comment va Ixion,

Plus en détail

Laurent Nej! Jag är upptagen! Jag kommer snart. Alors, je refais 00 33 1 23 45 66

Laurent Nej! Jag är upptagen! Jag kommer snart. Alors, je refais 00 33 1 23 45 66 SÄNDNINGSDATUM: 2009-01-20 PRODUCENT: GABRIELLA THINSZ Anaconda en français /À Stockholm, chez / Bon, alors elle a quel numéro déjà,... Attends, je regarde... La maman! Jag vill gärna prata med dig. Kan

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr

Test à envoyer par e-mail à l adresse suivante pedagogie@lyon-bleu.fr Voici les conditions idéales pour faire le test : 60 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûr(e). Ne devinez pas. pas de dictionnaire, ni de livre de grammaire, ni d'aide extérieure

Plus en détail

1 an et demi plus tard

1 an et demi plus tard 1 an et demi plus tard Alors, les filles? Vous en pensez quoi? Je me tenais bien droite sur la petite estrade au milieu de la salle d essayage, simulant un bouquet entre mes mains et souriant de toutes

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs!

Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010. Découvrez EN APESANTEUR. De BRIGIT H. Et votez en couleurs! Présentent Le bec littéraire du samedi 18 septembre 2010 Découvrez EN APESANTEUR De BRIGIT H Et votez en couleurs! Les zones d interprétation se situent après le texte, ci-dessous. Pour voter, suivez les

Plus en détail

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte

Amis ou ennemis? Compréhension de lecture Andrée Otte Compréhension de lecture Andrée Otte Amis ou ennemis? Chrystine Brouillet, Ed. La Courte Echelle, Montréal Si Jean-François Turmel croit m impressionner avec son walkman, il se trompe! Quand je pense à

Plus en détail

Kawan Village Château le Verdoyer

Kawan Village Château le Verdoyer Kawan Village Château le Verdoyer Cahier de Vacances de :.. Bonjour, Nous sommes content que tes parents aient choisi le Château le Verdoyer pour tes vacances tu vas voir, tu vas vraiment t amuser! Ce

Plus en détail

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn

Macmine et ses bons compagnons. CCéélleessttiinn Macmine et ses bons compagnons CCéélleessttiinn Il était une fois une petite ambulance très intelligente. Elle vivait dans une petite maison en paille. Elle s amusait drôlement avec les autres voitures,

Plus en détail

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons»

LEARNING BY EAR. Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» LEARNING BY EAR Sécurité routière EPISODE 3 : «Mesures de sécurité pour les piétons» Auteur : Victoria Averill Editeurs : Johannes Beck, Katrin Ogunsade Correction : Martin Vogl Traduction : Aude Gensbittel

Plus en détail

Sonia et moi. Marie et toi. Marc et Jules. La chatte et la souris

Sonia et moi. Marie et toi. Marc et Jules. La chatte et la souris Trouve le pronom sujet qui convient... ramasse les olives.... écrivons une lettre.... avertissent par téléphone....admirez le bateau....obéit à sa maman.... parles au téléphone. Tu Relies je tu il elle

Plus en détail

L École des filles ou La Philosophie des dames É D I T I O N S A L L I A

L École des filles ou La Philosophie des dames É D I T I O N S A L L I A L École des filles ANONYME L École des filles ou La Philosophie des dames É D I T I O N S A L L I A 16, R U E C H A R L E M AG N E, PA R I S I V e 2010 PREMIER DIALOGUE Notification des 2 volumes en un

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail