Les fluctuaíions des salaires dans différents pays

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fluctuaíions des salaires dans différents pays"

Transcription

1 ILO LIBRARY 1 GDÇVBH2 Etudes et Documents * Série D ( Saíaires g durée du travaux N 16. Les fluctuaíions des salaires dans différents pays de 1914 à 15 GENEVE 16

2

3 I REMARQUES GÉNÉRALES ET VUE D'ENSEMBLE INTRODUCTION Cette étude fait suite à deux rapports antérieurs que le Bureau international du Travail a publiés sous le titre «Fluctuations des salaires dans différents pays». Le premier 1 portait sur les années 1914 à 11 et traitait du mouvement des salaires pendant la guerre ainsi que pendant la période de hausse des prix qui suivit immédiatement la fin des hostilités ; le second 2 poursuivait la même étude jusqu'en en y englobant un nombre plus grand de pays. Nous avons encore augmenté ce nombre dans le présent rapport et nous y avons étendu la période observée jusqu'en 15 tout en maintenant comme base de comparaison les salaires payés en Les années à 15, qui sont plus particulièrement étudiées.ici, sont celles où les prix sont tombés, dans la plupart des pays à monnaie saine, à un niveau nettement inférieur à celui de 11, et où les prix et les salaires se sont dans bien des cas stabilisés. L'objet essentiel de notre étude n'est pas cependant d'enregistrer les fluctuations des salaires nominaux, mais bien de rapprocher les variations des salaires nominaux de celles du niveau général des prix, de manière à évaluer les fluctuations des salaires réels des travailleurs. Dans presque tous les cas, les salaires réels ont été calculés par rapport au niveau d'avant-guerre. Les divers pays passés en revue sont traités séparément, mais les conclusions générales qui se dégagent de leur étude sont résumées dans un aperçu d'ensemble. Remarquons, toutefois, que la grande diversité des méthodes adoptées dans les différents pays pour l'élaboration des statistiques des salaires et pour la classification des différents groupes de travailleurs met obstacle aux comparaisons internationales. 1 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL: Fluctuations des salaires dans différents pays de 1914 à 11. Etudes et documents, Série D (Salaires et durée du travail), no 2,. 2 IBID.: Fluctuations des salaires dans différents pays de 1914 à. Id., no 10,.

4 4 MÉTHODES STATISTIQUES ADOPTÉES ET NATURE DE LA DOCUMENTATION Mode de calcul des salaires réels. La méthode que nous avons suivie a consisté tout d'abord à recueillir des chiffres de salaires quotidiens, hebdomadaires ou mensuels pour une année d'avant-guerre ( ) ainsi que pour les années 10 à, même pour 15, quand nous le pouvions. Ces données, nous les avons empruntées d'habitude aux publications officielles des bureaux de statistique gouvernementaux des divers pays. Nous avons calculé ensuite les nombres-indices des salaires réels en rapportant les chiffres de salaires nominaux recueillis aux nombres-indices du coût de la vie 1. Il est évident que la valeur de ces nombres-indices de salaires réels dépend presque exclusivement de celle des deux séries de données utilisées, à savoir les salaires nominaux et les nombres-indices du coût de la vie. Nous avons indiqué en détail, dans notre précédente étude, les difficultés qui se rattachent à ces deux séries de chiffres. Il nous suffira de signaler ici que les chiffres de salaire utilisés indiquent tantôt des taux de salaire payables pour une certaine unité de temps, tantôt des gains calculés en tenant compte du travail supplémentaire et du chômage partiel, ou sur la base des tarifs aux pièces. Les gains peuvent augmenter ou diminuer, alors que les taux sur lesquels ils sont basés demeurent constants. Les gains sont plus directement influencés que les taux par les changements de la situation économique de l'industrie, car tandis que les taux de salaire ne sont en général modifiés que par voie de négociations, les gains peuvent diminuer par suite d'une réduction de l'horaire de travail ou d'un ralentissement de la production des travailleurs aux pièces, aussitôt qu'un déclin se fait sentir dans la prospérité de l'industrie. En ce qui concerne les nombres-indices du coût de la vie, leur valeur varie considérablement d'un pays à l'autre. Nous avons indiqué dans notre étude sur les méthodes d'établissement des nombres-indices du coût de la vie 2, la portée des divers nombresindices utilisés ainsi que leur mode de calcul. Pour la grande majorité des pays envisagés, le salaire réel a été calculé en divisant le nombre-indice des salaires nominaux par le inous avons calculé d'abord les nombres-indices des salaires nominaux, puis nous les avons divisés par les nombres-indices du coût de la vie et nous avons multiplié le résultat par. 2 Etudes et documents, Série N, no 6.

5 5 nombre-indice du coût de la vie relatif à la même date ou à la date la plus rapprochée. Nous nous sommes cependant écartés de cette règle pour certains pays de l'europe centrale, où, pendant une partie de la période sur laquelle porte la présente étude, le coût de la vie a augmenté si rapidement qu'une hausse importante se produisait chaque fois entre le moment où le salaire était payé et celui où il était dépensé. La méthode que nous avons adoptée est exposée en détail dans notre étude sur les conditions de vie des ouvriers dans les pays à change déprécié 1, où l'on trouvera également des renseignements plus complets sur les fluctuations des salaires réels dans ces pays pendant la période 10 à. Quelques réserves. Comme nous l'avons indiqué dans nos précédentes études, nous n'avons pas tenu compte : a) des différences entre les capacités de rendement des ouvriers des divers pays, et entre les rendements d'avant et d'aprèsguerre ; b) des changements survenus dans la puissance de production de l'organisation industrielle ; c) des modifications apportées au montant des impôts directs payés par les ouvriers, sauf dans la mesure où certains pays prennent ce facteur en considération pour le calcul de leurs nombres-indices du coût de la vie ; d) de la nécessité de relever les salaires de nombreuses catégories d'ouvriers dont la rémunération était manifestement insuffisante avant la guerre. MODE DE PRÉSENTATION Dans nos études précédentes nous avions donné pour tous les cas envisagés trois séries de chiffres, à savoir : a) les salaires nominaux ; b) les nombres-indices des salaires nominaux ; c) les nombres-indices des salaires réels. 1 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL : Les conditions de vie dans les pays à change déprécié (Allemagne, Autriche, Pologne). Etudes et documents. Série D, no 15.

6 6 Nous nous sommes écartés légèrement de cette méthode dans la présente étude en renonçant à donner les nombres-indices des salaires nominaux, sauf dans les cas où il ne nous était pas possible de calculer les nombres-indices des salaires réels. Comme notre étude a pour intérêt essentiel de mettre en lumière les fluctuations des salaires nominaux et des salaires réels, nous ne pensons pas que cette omission en diminuera la valeur. Les statistiques que nous avons publiées dans notre première étude se rapportaient à treize pays ; celles réunies dans la seconde englobaient seize pays ; la présente étude porte sur les vingt-neuf pays suivants : Pays européens : Allemagne. Autriche. Belgique. Bulgarie. Danemark. Espagne. Esthonie. Finlande. France. Grande-Bretagne. Grèce. Hongrie. Italie. Lettonie. Norvège. Pays-Bas. Pologne. Roumanie. Russie. Suède. Suisse. Tchécoslovaquie. Pays extra-européens : Afrique du Sud. Australie. Canada. Etats-Unis. Inde. Japon. Nouvelle-Zélande. Ainsi se trouvent donc passés en revue tous les pays ayant une importance industrielle et presque tous les pays d'europe 1. Cette extension de notre champ d'étude est due en partie au plus grand nombre de sources dont nous disposons, en partie au développement des travaux statistiques dans différents pays, enfin au fait que le Bureau international du travail a entrepris en la réunion mensuelle de données relatives aux taux de salaires et aux prix de détail dans quelques grandes villes, dont il publie tous les mois les résultats dans la Revue internationale du Travail. Les sources que nous avons utilisées sont indiquées soit dans le texte, soit dans des notes au bas des tableaux. 1 Les seuls pays d'europe qui ne figurent pas dans la présente étude sont l'albanie, l'etat libre d'irlande, la Lithuanie, le Luxembourg, le Portugal, le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes et la Turquie.

7 _ 7 VUE D'ENSEMBLE Nous avons fait remarquer dans nos études précédentes que pour la période 10- les différents pays peuvent être divisés en groupes assez distincts, à savoir les pays où le niveau des salaires réels est nettement plus élevé qu'avant la guerre, ceux où il est demeuré à peu près identique à celui de 1914 et ceux où il est tombé sensiblement plus bas qu'avant les hostilités. Dans le premier groupe rentrent la plupart des anciens pays neutres d'europe ; dans le second, les principaux pays de l'europe occidentale et les pays extra-européens ; dans le troisième, les puissances de l'europe centrale. Ce dernier groupe, qui comprenait l'allemagne, l'autriche et la Bulgarie 1, était caractérisé par une dépréciation continue de la monnaie et une hausse constante des prix de 10 à. Ce double phénomène, en provoquant uñ retard continuel dans l'ajustement des salaires aux prix, les premiers s'efforçant en vain de rejoindre les seconds, aboutit fatalement à une diminution des salaires réels. Au contraire, toute baisse des prix ou toute stabilisation relative succédant à une période de hausse tendait nécessairement à relever les salaires réels. Pendant les années -15, le principal facteur qui influa sur le niveau des salaires fut le mouvement des prix. Dans un grand nombre de pays les prix ont baissé quelque peu ; dans d'autres, en particulier ceux où les prix avaient accusé une hausse très rapide pendant les années 10 à ou, ils sont devenus beaucoup plus stables. Pendant toute cette période, les prix n'ont guère varié en Grande-Bretagne, en Suède, en Suisse, aux Pays-Bas, au Canada, en Afrique du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis d'amérique. En outre, depuis, les quatre pays qui souffraient alors d'une inflation monétaire et où les prix étaient en hausse rapide, se sont tous efforcés de stabiliser leur monnaie et en général y ont réussi. L'Allemagne a stabilisé sa monnaie à la fin de l'année, l'autriche en automne, la Pologne au début de l'année et la Hongrie à la fin de l'année. D'ailleurs, la stabilisation de la monnaie a été suivie dans la plupart des cas de l'introduction d'une nouvelle monnaie. Ainsi l'allemagne a adopté le Rentenmark en et plus tard le Reichsmark ; la Pologne, le zloty en juin et l'autriche, le schilling en mars II résulte de statistiques dont nous ne disposions pas encore à cette date, que la Hongrie, la Pologne, la Lettonie, la Roumanie et la Finlande auraient pu également être comprises dans ce groupe.

8 8 Le tableau I, dans lequel les salaires nominaux de la période sont exprimés en pourcentage de leur niveau d'avantguerre, montre dans quelle mesure les salaires ont été stabilisés au cours des dernières années. En Suède, en Australie et au Canada, ils sont demeurés assez stables depuis, en Grande- Bretagne depuis et en Autriche depuis. Au Danemark les taux de salaire ont encore accusé une hausse d'environ 5 pour cent de à mais sont néanmoins devenus plus stables qu'en 11-. En Allemagne les salaires nominaux se sont élevés de à après une période de perturbation monétaire. En Pologne les salaires nominaux se sont stabilisés en mars et n'ont plus guère varié jusqu'à la fin de l'année. Nous ne pouvons tirer aucune conclusion générale des chiffres que nous possédons pour les Etats-Unis ; ils nous permettent seulement de dire que les salaires nominaux ont subi une hausse de à et une baisse de à ; en 15, les fluctuations n'ont pas été très considérables. Un second tableau comprend les pays dans lesquels les salaires n'accusent pas nettement une tendance à la stabilisation (tableau II). LES FLUCTUATIONS DES SALAIRES RÉELS Après ces quelques considérations sur les salaires nominaux passons à l'examen des mouvements des salaires réels, qui présentent, eux aussi, quelques traits remarquables. En premier lieu, il est à noter que, dans tous les pays ayant souffert d'une forte dépréciation monétaire les conditions de salaire se modifièrent après la stabilisation de la monnaie. L'adaptation au niveau des prix devint beaucoup plus exacte et le niveau des salaires réels s'éleva progressivement. En Allemagne les salaires réels des travailleurs qualifiés qui étaient évalués, en juillet, à environ 50 pour cent de leur montant d'avant-guerre, s'élevèrent en janvier à 75 pour cent, et en juillet à 90 pour cent de ce montant, niveau auquel ils se maintinrent jusqu'en juillet 15 \ Pour les travailleurs non qualifiés, le niveau des salaires réels passa d'un peu plus de 60 pour cent du niveau d'avant-guerre en juillet, à 90 pour cent en avril et à pour cent en juillet 15. Pour l'autriche, il n'existe pas de moyenne générale et le mouvement des salaires diffère quelque peu d'une industrie à l'autre ; mais, dans toutes les industries, les 1 Voir plus loin, tableau I (Allemagne), p. 32.

9 TABLEAU I. Pays et industries NOMBRES-INDICES DES SALAIRES NOMINAUX DANS LES PAYS A SALAIRES RELATIVEMENT STABLES (1914 = ) M4 15 Danemark Toutes les industries, gains moyens Suède Briqueteurs, taux moyens Peintres, taux moyens Mineurs (charbon), taux moyens Allemagne Ouvriers qualifiés, industrie des métaux, taux moyens Ouvriers non qualifiés, taux moyens Autriche Ouvriers qualifiés, industrie des métaux, taux moyens Ouvriers non qualifiés, taux moyens Pologne Ouvriers qualifiés, industrie des métaux, Briqueteurs Canada Ouvriers qualifiés, toutes les industries, taux moyens, taux moyens Grande-Bretagne Bâtiment : Briqueteurs, taux moyens Manoeuvres, taux moyens Imprimerie : Compositeurs, taux moyens Construction mécanique: Ajusteurs, taux moyens Moyenne des taux pour 11 professions Suisse Charpentiers, gains moyens Etats-Unis Toutes les industries (National Industrial Conference Board) Chaussure Fer et acier Toutes les industries (New-York), gains moyens Australie Toutes les industries, hommes, gains moyens Toutes les industries, femmes, gains moyens 359» OO » _ » s « * O ' ! 298' 262* 230* 253« ' 205« «5700« «200«241«187«1« ' « «3937« ' 198» 215' 145» 177» » » 222« «* «* » »«135»» s Ho «191» 241» 217« ' »*»* » » s» «206«207«145* 181* 211«198» 240» 227' 172«183«1 Les chiffres se rapportent au quatrième trimestre. ' Juin-juillet. * Mars. ' Calculé en Reichsmarks.» Décembre. Calculé en zloty. ' Premier trimestre.

10 10 salaires réels ont haussé de à bien que cette hausse n'ait pas débuté partout en même temps. En Pologne, les salaires réels qui, à la fin de, n'atteignaient apparemment que 50 pour cent de leur valeur d'avant-guerre, s'élevèrent rapidement au début de et retrouvèrent à peu près leur pouvoir d'achat d'avantguerre ; en ils baissèrent à nouveau légèrement mais se relevèrent en 15 \ En Hongrie, les chiffres de salaires disponibles sont trop insuffisants pour qu'on puisse en tirer une conclusion précise ; TABLEAU II. NOMBRES-INDICES DES SALAIRES NOMINAUX DANS LES PAYS A SALAIRES INSTABLES ( ) Pays et industries Norvège (Oslo) Mécaniciens qualifiés, taux Mécaniciens non qualifiés, taux Grèce (Athènes) Tisseurs ( = ) Travailleurs de l'alimentation ( = ) Finlande Toutes les industries, gains moyens Roumanie (Bucarest) Briqueteurs, gains, gains Belgique Mineurs (charbon), gains Hongrie Mécaniciens qualifiés France Mineurs (charbon) Compositeurs (Paris) Japon Briqueteurs » 410* 240* « » ' » 269«304' » * « ' l ' Avril-mai. Septembre. Novembre. ' Quatrième trimestre. Octobre. 'Mars. ' Premier semestre. 'Février. '"Deuxième trimestre. toutefois, il apparaît que dans l'industrie des constructions mécaniques les salaires réels, qui avaient subi une baisse considérable du dernier trimestre de au premier trimestre de, en raison de la hausse rapide du coût de la vie, revinrent en automne à environ 75 pour cent de leur niveau d'avant-guerre. 1 Voir l'étude déjà citée plus haut sur les conditions de vie des ouvriers en Allemagne, Autriche et Pologne, de 10 à.

11 11 On voit donc que les pays où les salaires étaient en sensiblement inférieurs au niveau d'avant-guerre, tendent aujourd'hui à se classer parmi ceux où les salaires réels sont au même niveau qu'avant la guerre ou à peu près. Les pays qui n'ont pas encore opéré ce.passage sont la Hongrie, la Lettonie et peut-être la Roumanie. Parallèlement à ce premier changement, il s'en est produit un autre également remarquable : un grand nombre de pays qui se classaient en parmi ceux où les salaires étaient au niveau d'avant-guerre ou à peu près, ont passé dans le groupe de ceux qui jouissent de salaires réels plus élevés qu'en Aux Etats-Unis et au Canada, les salaires réels étaient en et 15 plus élevés qu'en, alors qu'ils étaient à cette dernière date au même niveau à peu près qu'en En Australie, dans les Pays Scandinaves (Danemark, Suède, Norvège) et aux Pays-Bas, les salaires réels étaient en et 15, de même qu'en, supérieurs à ceux d'avant-guerre. Les données pour la France ne sont pas très complètes ; elles se réfèrent seulement à deux dates des années 11 et ; en outre, pour ce pays, les chiffres relatifs aux salaires réels ne sont pas basés sur un indice complet du coût de la vie. La hausse apparente des salaires réels de 11 à ne doit donc y être enregistrée que sous toutes réserves. En Espagne, en Italie et en Suisse (pays qui n'étaient pas compris dans nos études précédentes) les salaires payés en apparaissent nettement supérieurs à ceux d'avant-guerre, et en Belgique, en Tchécoslovaquie, en Nouvelle-Zélande et en Finlande, ils sont à peu près au même niveau qu'en En ce qui concerne la Grande-Bretagne, la situation semble en général à peu près la même qu'en ; les salaires réels y sont, dans l'ensemble, un peu plus bas qu'avant la guerre, mais ils présentent de grandes différences selon les industries. Dans certaines industries, telles que les mines de charbon, les constructions navales et les constructions mécaniques, dont la prospérité dépend, dans une certaine mesure, des exportations, les salaires sont bas, tandis que dans les industries telles que le bâtiment et l'imprimerie qui sont indépendantes du commerce extérieur, les salaires sont sensiblement supérieurs à ceux d'avant-guerre. Pour les autres pays (Japon, Grèce et Afrique du Sud) les renseignements que nous possédons sont trop incomplets pour que nous puissions en tirer une conclusion.

12 12 Comparaison des salaires des travailleurs qualifiés et non qualifiés. Dans nos études précédentes sur les fluctuations des salaires, nous avons indiqué que, pendant les périodes de hausse rapide des prix, les salaires nominaux des travailleurs non qualifiés ont subi, dans un grand nombre de pays, une hausse plus forte que ceux des travailleurs qualifiés, et aussi que les salaires nominaux des employés subalternes se sont plus élevés que ceux des employés des catégories supérieures. Ceci s'explique en partie par le fait que, dans certains cas, des augmentations d'un montant uniforme ont été accordées à toutes les catégories de travailleurs d'une industrie donnée, ce qui entraînait naturellement une augmentation proportionnelle plus forte pour les travailleurs les moins payés. Cette politique a été évidemment inspirée par la considération que les salaires des travailleurs non qualifiés sont beaucoup plus près du minimum d'existence que ceux des travailleurs qualifiés, et que par conséquent les augmentations de salaires destinées à compenser la hausse du coût de la vie, sont beaucoup plus nécessaires aux travailleurs non qualifiés qu'aux travailleurs qualifiés. Lorsque les prix commencèrent à baisser ou devinrent relativement stables, une tendance en sens inverse se manifesta. Cette tendance est mise en évidence par le tableau ci-après, dans lequel les salaires nominaux des travailleurs non qualifiés sont exprimés en pourcentage des salaires des travailleurs qualifiés correspondants. Il résulte du tableau III que dans presque tous les pays les salaires des travailleurs non qualifiés se sont rapprochés des salaires des travailleurs qualifiés pendant la période de hausse des prix et s'en sont éloignés de nouveau au moment de la baisse. En 1914, les salaires des travailleurs non qualifiés atteignaient environ 50 à 70 pour cent de ceux des travailleurs qualifiés ; en 10 le rapport était de 80 à 90 pour cent. Le changement subi par ce rapport était le moins sensible dans les pays où les salaires et les prix avaient subi la hausse la moins forte, et le plus sensible dans ceux où la hausse avait été la plus forte depuis Ainsi, aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, de même qu'en Grande-Bretagne, la proportion avait moins varié qu'en Autriche, en Allemagne et en Pologne. En Autriche, les salaires des travailleurs non qualifiés atteignirent en 10 environ pour cent de ceux des travailleurs qualifiés et en Allemagne environ 90 pour cent. Dans la plupart des

13 13 TABLEAU III. TAUX DE SALAIRES DES TRAVAILLEURS NON QUALIFIÉS EXPRIMÉS EN POURCENTAGES DE CEUX DES TRAVAILLEURS QUALIFIÉS (Salaires des travailleurs qualifiés = ) Pays et industries Danemark Toutes les industries Suède (Stockholm) Bâtiment : Maçons et manœuvres Norvège Bâtiment : Maçons et manœuvres Industrie des métaux Grande-Bretagne Bâtiment : Maçons et manœuvres Construction mécanique : Ajusteurs et manœuvres Construction de navires : Suisse Industrie des métaux Allemagne Toutes les industries Autriche Industrie des métaux Bâtiment Pologne Industrie des métaux Hongrie Industrie des métaux France Bâtiment : Maçons et manœuvres Etats-Unis Industries du fer et de l'acier Toutes les industries Australie (Sydney) Industrie des métaux': Tourneurs et manœuvres Bâtiment : Maçons et manœuvres Nouvelle-Zélande Bâtiment : Maçons et manœuvres * «76* «2 3 83' » 77" 82 89» «96«81 «66«71« ' 91« «774 68« ' » ' «76» » i « » «71' 69«75« Quatrième trimestre. ' Novembre-décembre. ' Mai. * Juin-juillet. ' Septembre. Octobre. '1911. 'Février.»Mars. ' Industrie des métaux seulement. pays depuis 10, en Allemagne depuis et en Autriche depuis, les salaires des travailleurs non qualifiés s'écartèrent de nouveau de ceux des travailleurs qualifiés bien que dans la plupart des pays la distance demeurât moins grande qu'avant la guerre. Il y a lieu de remarquer que la France et la Hongrie semblent se trouver dans une situation exceptionnelle, le rapport entre les salaires des travailleurs non qualifiés et ceux des travailleurs qualifiés y étant à peu près le même en qu'en Il semble qu'en France ce

14 14 rapport n'ait pas varié depuis Mais, malgré ces deux exceptions, il semble bien qu'on puisse dire qu'une des caractéristiques des conditions de salaires d'après-guerre soit la diminution de l'écart entre les salaires des ouvriers non qualifiés et ceux des travailleurs qualifiés. Comparaison des salaires des hommes et des femmes. Nous avons déjà attiré l'attention dans nos études antérieures sur le fait que les femmes ont bénéficié en général d'augmentations de salaires relativement plus fortes que les hommes. Les causes de ce phénomène sont probablement les mêmes que celles relevées ci- TABLEAU IV. NOMBRES-INDICES DES SALAIRES RÉELS DES HOMMES ET DES FEMMES (1914 = ) Pays et industries Danemark Industrie du textile j f e^ s Industrie de la chaussure Í? i""i e 0 s ( femmes Toutes les l ouvriers qualifiés industries \ ouvrières qualifiées 150' 156' 147' 150' 133' 149' 142' 143' 134' 130' ' 136» 134' 133' ' ' ' * 133' 135' 1 ' ' ' 131' 131' 128' ' ' 128' Suède (Stockholm),.,.,.,.,. I hommes Industrie de la chaussure j femmes Industrie du textile j Norvège Industrie des métaux j Allemagne f * f"^^" Industrie du textile ( ^ «g Autriche ouvriers qualifiés industrie ) o u v r e r s non qualifiés des métaux j Hongrie Fileurs Fileuses Australie ouvrier es Toutes les industries j Etats-Unis Industrie du coton {^j^8 (Tjsseurs es Toutes les j ouvriers non qualifiés industries \ ouvrières «' 5 ' * 86* 85* * * * * 2 ' 2 ' * * 88* * * * * ' * «' * * * 66* 72* * 123* z * 131* ' ' ' ' 153 * * * * * 71* 86* * * ' 131' ' * 103' ' ' 1 Chiffres pour le quatrième trimestre de l'année.» Septembre. ' Juillet. «Décembre. Mars. Statistiques du «National Industrial Conference Board». ' Premier trimestre.

15 15 dessus à propos des ouvriers qualifiés et non qualifiés. Il faut y ajouter peut-être la raréfaction de la main-d'œuvre masculine pendant et depuis la guerre qui entraîna l'admission des femmes à un grand nombre d'emplois. Cette tendance a persisté pendant les années -15. Dans le tableau IV nous comparons les salaires réels des travailleurs masculins avec ceux des travailleurs féminins de la même industrie pour un certain nombre de pays. Sauf pour les tisseurs de coton des Etats-Unis et les travailleurs sur métaux d'autriche, les nombres-indices des salaires réels des travailleurs féminins sont plus élevés que ceux des travailleurs masculins. En outre, les nombres-indices des salaires réels des femmes n'accusent aucune tendance à se rapprocher de ceux des hommes pendant les périodes de stabilisation relative. Les salaires réels dans différentes industries. Les tableaux ci-après permettent de comparer les fluctuations des salaires réels de différentes industries pour un certain nombre de pays. Les industries choisies sont les mines de charbon, l'industrie des métaux et des constructions mécaniques, l'industrie du textile, l'imprimerie, le bâtiment et l'industrie chimique. Les chiffres sont dans tous les cas les mêmes que ceux que nous donnons dans les chapitres suivants consacrés aux différents pays, mais ils sont groupés par industries en vue de la comparaison. On ne peut comparer que grosso modo les salaires réels relevés pour chaque industrie, car certaines données sont incomplètes et peu sûres et les méthodes adoptées pour mesurer les salaires ne sont pas uniformes. Le tableau V contient des nombres-indices des salaires réels payés dans les mines de charbon. On constatera qu'en général les salaires réels n'y sont pas très élevés et que dans certains des principaux pays producteurs de charbon, tels que la Grande-Bretagne, l'allemagne et la Belgique, ils sont inférieurs en -15 à leur niveau d'avant-guerre. Dans tous les cas où il est possible de faire cette distinction, on constate que les nombres-indices des salaires réels des travailleurs de la surface sont plus élevés que ceux des haveurs ou des travailleurs du fond. Le tableau VI donne des nombres-indices des salaires réels payés dans l'industrie des métaux et des constructions métalliques. Au Danemark, en Norvège, en Hongrie, en Grande-Bretagne, en Lettonie et, dans une faible mesure, aux Etats-Unis et en Nouvelle- Zélande, les salaires réels ont en général subi une baisse depuis

16 16 TABLEAU V. MINES: NOMBRES-INDICES DES SALAIRES RÉELS DANS DIFFÉRENTS PAYS (Avant-guerre, 1913 ou 1914 = ) Pays Grande-Bretagne Toutes les catégories, gains moyens Allemagne Haveurs, taux moyens Ouvriers de la surface, taux moyens France Ouvriers du fond, gains Ouvriers de la surface, gains Toutes les catégories, gains Belgique Haveurs, gains moyens Ouvriers de la surface, gains moyens Toutes les catégories, gains moyens Pays-Bas Haveurs, gains moyens Ouvriers de la surface, gains moyens Toutes les catégories, gains moyens Suède Ouvriers qualifiés, taux moyens Hongrie Haveurs, taux moyens Etats-Unis Canada Ouvriers qualifiés, taux moyens Australie Toutes les catégories, taux moyens Nouvelle-Zélande Haveurs, taux moyens ' ' 98 ' 70* ' 96' 98 * ««96 96 II «. 135 ' * ' 64» «II32 * «88' ' * ' ' * * * ' 5 « «78' 132 ' «89* * * 98»»» 85* 89* 85* «- - * 1 Quatrième trimestre de l'année. ' Premier trimestre. * Juillet. * Mars. Octobre. * Septembre. ' Décembre. Premier trimestre. * Deuxième trimestre.. Dans l'ensemble, cette industrie a traversé, en Europe, au cours des dernières années, une période de dépression et les salaires réels sont, dans beaucoup de cas, au-dessous de leur niveau d'avantguerre ; ils ne lui sont sensiblement supérieurs qu'au Danemark, en Norvège et en Autriche. Dans les pays extra-européens (Etats- Unis, Australie, Nouvelle-Zélande), les salaires réels sont au-dessus du niveau d'avant-guerre. Le tableau VII comprend les nombres-indices des salaires réels pour l'industrie du textile. Dans la plupart des pays, les salaires réels payés par cette industrie ont augmenté depuis ou. Au Danemark, en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, ils sont sensiblement au-dessus du niveau d'avant-guerre ; en Suède,

17 17 TABLEAU VI. MÉTALLURGIE ET MÉCANIQUE NOMBRES-INDICES DES SALAIRES RÉELS DANS DIFFÉRENTS PAYS (Avant-guerre, = ) Pays Danemark Forgerons, gains moyens, gains moyens Suède Mécaniciens, gains moyens Norvège, taux moyens Allemagne Ouvriers qualifiés, taux moyens Ouvriers non qualifiés, taux moyens Autriche Ouvriers qualifiés, taux moyens Ouvriers non qualifiés, taux moyens, taux moyens Pologne Ouvriers qualifiés, taux moyens, taux moyens Tchécoslovaquie Ajusteurs, taux moyens, taux moyens Hongrie Tourneurs, taux moyens, taux moyens Finlande Métaux, gains moyens Construction mécanique, gains moyens France Tourneurs, taux moyens Grande-Bretagne Ajusteurs, taux moyens, taux moyens Suisse Ajusteurs, gains moyens Lettonie Ajusteurs, gains moyens Etats-Unis Mécaniciens, taux de salaires syndicaux moyens Toutes les catégories (New-York), gains moyens Canada Toutes les catégories, taux moyens Australie Toutes les catégories, taux moyens Nouvelle-Zélande Ajusteurs, taux moyens Í » s e e 96« ' KM «133* 132 «96 3 = 128< IO » IO2 5 IO > * ' 86» » " ' Quatrième trimestre. Mai. ' Novembre-décembre. * Juillet. Mars. 11. ' Octobre. ' Mai. Premier trimestre. 2

18 18 en Allemagne, en Autriche et en Nouvelle-Zélande, les différences en plus ou en moins sont assez faibles ; enfin, pour la Finlande, la Hongrie et la Pologne, on constate une baisse importante par rapport à TABLEAU VIL INDUSTRIES DU TEXTILE : NOMBRES-INDICES DES SALAIRES RÉELS DANS DIFFÉRENTS PAYS (Avant-guerre, ) Pays Danemark Ouvriers, gains moyens Ouvrières, gains moyens Suède Ouvriers, taux moyens Ouvrières, taux moyens Allemagne Fileurs, taux moyens Ouvriers non qualifiés, taux moyens Autriche Qarnisseurs, taux moyens Pologne (Lodz) Tisseurs, taux moyens Hongrie Fileurs, taux moyens Fileuses, taux moyens Finlande Ouvriers de la laine, gains moyens France Tisseurs, taux moyens Pays-Bas Tisseurs de laine, gains moyens Grande-Bretagne Ouvriers du coton, gains moyens Ouvriers de la laine, gains moyens Etats-Unis Industrie de la laine (New-York), gains moyens Industrie du coton (New-York), gains moyens Nouvelle-Zélande Fileurs, taux moyens 150* «75««' 83«93«8 135» 82« ««85' 93' «38«89 «128« «* ««57» 62' «58«66«62 84 ' ««137«132«* «= 91' 89' «65«71«86 131«««145«131«* 131«131«103««83* 81* 98* 66* * * 146* 123* 1 Quatrième trimestre de l'année. 'Septembre. 'Juillet.»Mars. 'Décembre. '11. Premier semestre. * Premier trimestre, Le tableau VIII groupe les nombres-indices des salaires réels payés dans l'industrie du bâtiment. Le fait saillant qui ressort de ce tableau est le niveau élevé que les salaires réels ont atteint dans cette industrie, particulièrement ceux des travailleurs non qualifiés. Les seuls pays où ils soient nettement plus bas qu'avant la guerre

19 19 TABLEAU VIII. INDUSTRIE DU BATIMENT NOMBRES-INDICES DES SALAIRES -RÉELS DANS DIFFÉRENTS PAYS (Avant-guerre, = ) Pays Danemark Charpentiers, gains moyens, gains moyens Suède Charpentiers, taux moyens, taux moyens Norvège Charpentiers, gains moyens, gains moyens Pays-Bas (Base: 10= ) Charpentiers, gains moyens, gains moyens Allemagne Charpentiers, taux moyens - _., taux moyens Autriche Charpentiers, taux moyens, taux moyens Pologne (Varsovie) Maçons, taux moyens, taux moyens Hongrie Charpentiers, taux moyens Tchécoslovaquie (Prague) Charpentiers, taux moyens, taux moyens France Maçons, taux moyens, taux moyens Grande-Bretagne Briqueteurs, taux moyens, taux moyens Suisse Maçons, gains moyens, gains moyens Lettonie Menuisiers, taux moyens Etats-Unis Maçons, taux moyens;, taux moyens Canada Ouvriers qualifiés, taux moyens Australie Toutes les catégories, taux moyens Nouvelle-Zélande Charpentiers, taux moyens, taux moyens 149» 157' s 137«* * _ 86' ' ' 96«8 ' '» 8 78< * ' s ' «2 ' 78' * 4 HO' «98 6 ' I »» 1285 = ä» 44' 56» «86«4» «93«123' 142' '» Hos * 88» 142' 70' »»»» 133««4» 93«90«' 143' ' 139' 5 5 ««150«164«89«144«86«87«IO55 II9 5 «* «IO. 1 Premier trimestre. * Novembre-décembre. ' Septembre. * Mai. ' Décembre. 11. Octobre. 5 Juin-juillet. Mars.

20 20 sont la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas, en Autriche, en France, en Lettonie, au Canada et en Australie, au contraire, ils sont beaucoup plus élevés. Le bâtiment est une industrie qui n'est pas sous l'influence de la concurrence TABLEAU IX. IMPRIMERIE : NOMBRES-INDICES DES SALAIRES RÉELS DANS DIFFÉRENTS PAYS (Avant-guerre, = ) Pays Danemark Compositeurs, gains moyens Ouvriers non qualifiés, gains moyens Suède Toutes les catégories, gains moyens Pays-Bas Compositeurs, taux moyens Allemagne Compositeurs, taux moyens Aides, taux moyens Autriche Ouvriers qualifiés, taux moyens Pologne Compositeurs, taux moyens Hongrie Ouvriers qualifiés, taux moyens Tchécoslovaquie Compositeurs, taux moyens Finlande Toutes catégories, gains moyens Belgique (Bruxelles) Relieurs (Base : = ) France Compositeurs (Paris), taux de salaires Compositeurs (autres villes), taux de salaires Lettonie Compositeurs, taux moyens Grande-Bretagne Compositeurs, taux moyens Relieurs, taux moyens Canada Ouvriers qualifiés, taux moyens Australie Toutes les catégories (hommes), taux moyens Etats-Unis Ouvriers de l'imprimerie (New-York), gains moyens» 1» _ «87«- 5! ' 87» 1 *» 65* 76* ' 130! 139! 131 ' * Uli Ilo» * 36* 45* 815 * * 129* 5 5 IO * * ' ' 146* Hos s * 91* * * * 138* ' ' * ' 1 Quatrième trimestre. «Juillet. 'Juillet 11. «Mars. 'Décembre. 'Février 11. ' Octobre. ' Premier trimestre,

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs.

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs. ICC 109 8 14 septembre 2012 Original : anglais F Conseil international du Café 109 e session 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

Relumina. L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure

Relumina. L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure L alternative ECO-Performante aux lampes à vapeur de mercure Qu'est-ce que la législation ErP? Pourquoi choisir? La législation relative aux produits liés à l'énergie (ErP, Energy related Product) a été

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Le Président de l'office européen des brevets RÉSUMÉ

Le Président de l'office européen des brevets RÉSUMÉ CA/55/15 Orig. : en Munich, le 05.06.2015 OBJET : Bilan social pour l'année 2014 SOUMIS PAR : DESTINATAIRES : Le Président de l'office européen des brevets Le Conseil d'administration (pour information)

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas

Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Pension AOW pour les assurés hors des Pays-Bas Sommaire Qu est-ce que la pension AOW? 2 A qui est destinée la pension AOW? 2 Quand aurez-vous droit à la pension AOW? 4 Résider dans un pays et travailler

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS INTRO POUR LES ENSEIGNANTS Cette ligne du temps illustre l histoire de l Union européenne. Vous pouvez l imprimer par section et l afficher

Plus en détail

Transmission des taux de conversion, pour le 2 ème trimestre 2014, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72.

Transmission des taux de conversion, pour le 2 ème trimestre 2014, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72. CIRCULAIRE N 2014-12 DU 9 AVRIL 2014 Direction des Affaires Juridiques INSW0014-JKR Titre Coordination des régimes d'indemnisation du chômage au sein de l'union européenne et des Etats parties à l'accord

Plus en détail

Transmission des taux de conversion, pour le 2 e trimestre 2015, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72.

Transmission des taux de conversion, pour le 2 e trimestre 2015, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72. CIRCULAIRE N 2015-07 DU 12 MARS 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX004-ACE Titre Coordination des régimes d'indemnisation du chômage au sein de l'union européenne et des Etats parties à l'accord

Plus en détail

Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe

Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe Frais et systèmes nationaux d'aides financières aux étudiants dans l'enseignement supérieur en Europe 2014/2015 Eurydice Faits et chiffres Education et formation Problématiques clés Introduction La question

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION

REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION REGARDS SUR L ÉDUCATION RAPPORT INTERMÉDIAIRE MISE À JOUR DES INDICATEURS RELATIFS A L EMPLOI ET AU NIVEAU DE FORMATION Regards sur l éducation Rapport intermédiaire Mise à jour des indicateurs relatifs

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010)

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) Les chiffres clés du tourisme 2010 Tourisme en Flandre Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) nuitées % arrivées % Durée moyenne du séjour (nuits) Région Flamande 23.087.944 66% 7.660.540 57%

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 310 e session, Genève, mars 2011 GB.310/PFA/12 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION À L

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

Le factoring Une forme de financement innovative. Petit déjeuner des PME et start-up, Genève

Le factoring Une forme de financement innovative. Petit déjeuner des PME et start-up, Genève Le factoring Une forme de financement innovative Petit déjeuner des PME et start-up, Genève le 23 janvier 2007 Définition Le factoring (ou affacturage) est un ensemble de prestations professionnelles proposées

Plus en détail

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative

Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance. Demande de pension d invalidité Notice explicative Vous avez du talent, nous protégeons votre indépendance Demande de pension d invalidité Nature des pensions PENSION POUR INCAPACITE AU METIER (seulement les professions artisanales) Il s agit d une pension

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

note d 13.30 LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT note d informationdécembre 13.30 En 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé à l enquête internationale PISA visant à évaluer principalement la culture

Plus en détail

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016

DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 DISPOSITIF D INTERVENTION REGIONALE AIDE À LA MOBILITE ETUDIANTE A L'ETRANGER Année universitaire 2015/2016 OBJECTIFS - Soutenir la mobilité internationale des étudiants lorrains au sein des cursus universitaires

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa

Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre déclaration. Nous sommes là pour vous aider. Pour nous contacter : cerfa Nous sommes là pour vous aider Déclaration en vue de la répartition entre les parents des trimestres d assurance retraite attribués pour chaque enfant né ou adopté Cette notice a été réalisée pour vous

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI»

LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES «LA SOPARFI» La SOPARFI n'est pas régie par une loi spécifique, mais se définit comme une société de capitaux luxembourgeoise soumise à une fiscalité tant directe

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Chypre Géographie Situation générale Chypre est appelée officiellement la République de Chypre et est un pays insulaire eurasien situé au milieu de la mer Méditerranée orientale. Chypre se trouve au sud

Plus en détail

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire

Thème 1: l environnement pédagogique et scolaire dans le primaire et le secondaire FRANCE Cette note sur la France se focalise sur trois grands thèmes que l on retrouve dans cette édition de Regards sur l éducation et qui concernent plus particulièrement la France. Il s agit de l environnement

Plus en détail

Le logement en Europe

Le logement en Europe Le logement en Europe DONNÉES 2014, TENDANCES 2015 Contact presse Galivel & Associés 01 41 05 02 02 galivel@galivel.com Leader de l immobilier en Europe, ERA publie sa nouvelle étude sur les marchés du

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

La définition du travail à temps partiel à des fins de comparaison internationale

La définition du travail à temps partiel à des fins de comparaison internationale Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : van Bastelaer, A., G. Lemaître et P. Marianna (1997), «La définition du travail à temps partiel à des fins de comparaison internationale»,

Plus en détail

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document.

- Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES - Pour une demande d admission en Master 1 Géographie et aménagement, merci d imprimer et de compléter les pages 2 à 6 de ce document. - Pour une demande d admission

Plus en détail