1. PRÉSENTATION. 1.1 Caractéristiques essentielles des techniques analogiques et numériques.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. PRÉSENTATION. 1.1 Caractéristiques essentielles des techniques analogiques et numériques."

Transcription

1 1. PRÉSTATIO Il faut se rendre à l évidence : Le traitement d une information électrique s effectue de plus en plus souvent sous forme numérique, au détriment des techniques analogiques classiques. C est donc que le traitement sous forme numérique des signaux présente maintenant plus d avantages que le traitement analogique. Après avoir dégagé quelques caractéristiques des techniques analogiques et numériques, nous nous intéresserons aux principales méthodes de conversion d un signal numérique en un signal analogique et viceversa. 1.1 s essentielles des techniques analogiques et numériques. Le plus gros inconvénient des systèmes analogiques est sans doute leur sensibilité à toutes sortes de perturbations, ce qui concourt rapidement à la dégradation de l information : Les «bruits» sont des signaux parasites, issus des composants eux mêmes, ou de sources extérieures, par couplages (capacitif, inductif...). L élimination, ou seulement la réduction de ces bruits, est souvent délicate et fait appel à des techniques spécifiques (blindages, plans de masse, étages à découpage, détection synchrone, corrélation...) De plus, les étages ainsi rajoutés sont eux mêmes des sources de bruit, si bien que plus une chaîne de traitement analogique se complique, et plus les signaux y auront de chance de se dégrader! Les risques d instabilité sont communs : Par couplage, il peut apparaître des boucles, sièges d oscillations parasites. Les points de repos des composants actifs consomment de l énergie en pure perte. Ils sont également sujets à des dérives de toutes sortes : Variation de température, d hygrométrie, vieillissement des composants... La mémorisation de l information analogique n est envisageable que par recours à un support magnétique ; l état magnétique de ce support sera facilement influencé par tout champ magnétique extérieur. nfin une chaîne de traitement analogique ne peut s adapter à des applications diverses qu au prix d une modification de sa structure. (on parle d architecture matérielle) Inversement, dans un système de traitement numérique, le fait de travailler avec des «0» et des «1» logiques, qui correspondent à des niveaux pouvant varier dans une large mesure, confère à la technique numérique une grande insensibilité aux bruits et aux dérives. Si, par malheur, un bit de poids important était le siège de changements d états intempestifs, l effet en serait annulé par des systèmes de contrôle quasiment infaillibles (contrôle de parité, de redondance, codes détecteurs d erreurs...) qui sont impossibles à mettre en oeuvre en analogique. La complexité d une chaîne de traitement numérique ne nuit en rien à la qualité de l information, bien au contraire : Il y a régénération des niveaux logiques lors du passage d une information dans une structure numérique! Le traitement numérique est «simple». Il s appuie sur les règles de l algèbre binaire, et les composants de base sont largement diffusés et standardisés : n microprocesseur est maintenant un composant presque aussi vulgaire qu un transistor! nfin, pour un système de traitement numérique, on parle d architecture logicielle : Il suffit de modifier quelques éléments d un programme pour changer la nature du traitement de l information effectuée ; un système de traitement numérique est ainsi auto adaptatif. Cependant, tout n est pas parfait dans le traitement numérique : Le fait de coder la valeur d un signal sur n bits entraîne une erreur d approximation systématique, nommée erreur de quantification. ous verrons plus loin quelles en sont les conséquences;

2 1.2 Signal analogique Signal numérique Chaînes de conversion. n signal analogique peut prendre toute valeur entre son maximum et son minimum ; il peut éventuellement présenter des discontinuités au cours du temps. On qualifie aussi un signal analogique de signal à temps continu : Il varie continûment dans le temps. s A signal analogique tps A l inverse, un signal numérique est formé d une suite séquencée de nombres binaires codés sur n bits. Il est aisé de voir qu un tel «signal» ne peut prendre que les valeurs de permises par le codage. On qualifie un signal numérique de signal à temps discret : Sa valeur ne peut évoluer qu à des dates définies s signal numérique tps Symbolisation des conversions : Conversion analogique numérique (CA) La tension analogique v est convertie en un mot binaire codé sur bits Conversion numérique analogique (CA) Le mot binaire d entrée (M bits) est converti en la tension analogique Chaîne de traitement numérique du signal Le cœur d un tel système est une unité de calcul numérique qui exécute un programme. Cette unité travaillant sur des nombres codés en binaire, elle est précédée d une unité d acquisition et suivie d une unité de restitution : PROGRAMM e(t) { e n } { s n } s(t) Horloge (f ) L unité d acquisition est chargée de transformer le signal analogique e(t) en une séquence de nombres binaires qu on note {e n } : Ces nombres se succèdent avec une fréquence de rafraîchissement égale à la fréquence f. Cette opération est réalisée par un ensemble de trois fonctions secondaires : chantillonnage Blocage Conversion analogique-numérique Le système de restitution doit élaborer le signal analogique s(t), à partir d une séquence de nombres {s n } ; il comprend essentiellement un convertisseur numérique-analogique, associé à un filtre de lissage.

3 2. CARACTÉRISTIQS DS COVRTISSRS. 2.1 Convertisseur numérique analogique. de transfert C est la représentation graphique de la loi liant v s à On distingue deux types de convertisseurs suivant le signe de v s : nipolaire, si 0 V MAX ou bipolaire, si V MAX +V MAX réelle réelle La caractéristique est une droite passant par l origine ; cette situation est irréelle car elle suppose des variations infinitésimales de et de. La caractéristique réelle est en forme d escalier, dont la hauteur de marche correspond au quantum, c est à dire à la variation de la tension de sortie qui correspond à une variation de ± 1 LSB (Least significant bit) du mot binaire d entrée. On appelle excursion, la variation de qui correspond au passage du mot binaire d entrée de 0 à sa valeur maximale. Pour un CA unipolaire, on appelle tension pleine échelle V SP, la valeur de correspondant à MAX. Pour un codage sur n bits, peut varier de 0 à 2 n 1 ; le quantum q s écrit : q = 2 n et = q 1 rreurs. La caractéristique de transfert peut présenter quelques écarts par rapport à la situation décrite plus haut : rreur d offset : La caractéristique ne passe pas par l origine rreur de gain : La pente de la caractéristique n est pas conforme réelle Gain G 0 rreur ε réelle Gain G

4 rreur de linéarité : La pente de la caractéristique n est pas constante rreur de monotonicité : La caractéristique n est pas monotone réelle réelle (non linéaire) on monotonicité Chacune de ces erreurs contribue à la précision globale du CA : n appelant ε MAX la plus grande erreur enregistrée, et pour une excursion, la précision est donnée par ε précision = max Temps d établissement (settling time) C est le temps nécessaire (dans le cas le plus défavorable où tous les bits changent d état), pour établir la sortie à un certain pourcentage de sa valeur finale (en général à mieux que 5% près). Ce temps limite la fréquence maximale de conversion. 2.2 Convertisseur analogique numérique. de transfert Comme pour un CA, la caractéristique de transfert d un CA est en forme de marches d escaliers. Le quantum q est la variation de v qui provoque la variation de 1 LSB de. Dans le cas d un CA, on parle plus volontiers de résolution. La résolution r d un CA n bits, dont l excursion est, est donnée par : r = 2 n 1 réelle On peut rencontrer le terme de «nombre de points» qui correspond au nombre de codes binaires qu il est possible d obtenir : Pour un CA n bits, on parlera de CA à 2 n points. (Terminologie classique pour qualifier un multimètre ; noter que dans ce cas, le nombre de points d un multimètre est rarement une puissance de 2). rreurs. On retrouve les mêmes erreurs que pour un CA : offset, linéarité et gain. Il s ajoute ici l erreur de quantification, qui correspond à un arrondi de calcul. Si la règle est d arrondir par défaut, alors l erreur de quantification est majorée par 1LSB (troncature) ; si on choisit d arrondir à la valeur la plus proche, alors l erreur de quantification est majorée par ½ LSB. C est cette seconde règle qui est généralement adoptée. avec erreur d arrondi avec erreur de troncature Temps de conversion Cette durée T C sépare la date d application d une tension v de celle d apparition du code binaire ; elle est liée à la structure du CA (de quelques ns à plusieurs centaines de ms!)

5 3. COVRTISSRS MÉRIQ - AALOGIQ Le principe général des CA est de commuter une source active de référence (tension ou courant) sur un réseau de résistances, réalisant un diviseur (de tension ou de courant) par 2 n. Chaque bit {a 0, a 1, a n-1 }du mot binaire d entrée commande un commutateur (porte CMOS). a n-1 a n-2 a 1 a 0 C O M M T A T R S Réseau de résistances Sortie analogique 3.1 Convertisseur à réseau pondéré. ous analysons une structure fonctionnant sur 4 bits. (Cf. ci-contre) On a = a 0 + 2a 1 + 4a 2 + 8a 3 en décimal. R Référence : RF ou I RF K3 n bit à «1» correspond à un interrupteur fermé, un bit à «0» à un interrupteur ouvert. Intéressons nous au courant de court-circuit de ce montage : Pour u = 0, i = I RF cc = Réq Avec la règle d état des interrupteurs : 1 a a a a = Réq 8R 4R R RF Soit I RF ( a 2a 4a 8a ) RF cc = = 8R 8R Le pas (quantum) de ce convertisseur est q = RF et le courant pleine échelle est 8R Structure d application : R On fait suivre ce réseau d un convertisseur courant-tension à amplificateur opérationnel (A.Op). L A.Op fonctionnant en régime linéaire, le réseau se trouve en court circuit. Il vient : R' 4R vs = R'I cc = RF 8R De plus, est produite sous impédance nulle. 8R RF 4R 8R K2 K1 K0 a 3 a 2 a 1 a 0 15 I RF ccp =. 8 R K3 K2 K1 K0 Icc Icc R i u Limites : Ce type de réseau est limité à 4 bits ; il faut diminuer RF si le nombre de bits augmente, afin de conserver une valeur acceptable pour I CC, mais alors le pas diminue et la différenciation de courants très voisins devient délicate. D autre part, si le nombre de bits augmente, il y a augmentation de la résistance associée au LSB, ce qui est une source de bruit ; il y a de pair une diminution de la valeur de résistance associée au MSB, ce qui nécessite une grande précision sur sa valeur. Pour réaliser un CA 8 bits avec cette technique, on utilise 2 réseaux 4 bits, suivis de leur convertisseur couranttension, puis on réalise une somme pondérée des tensions de sortie de chacun de ces convertisseurs (CA1 et CA2 ; voir figure page suivante)

6 Pour le CA dessiné à droite, a 0 est le LSB et a 7 le MSB. L A.Op est câblé en inverseur : v v 2 S = S1 16 or 1 = q (a 4 + 2a 5 + 4a 6 + 8a 7 ) et 2 = q (a 0 + 2a 1 + 4a 2 + 8a 3 ) finalement a 7 a 6 a 5 a 4 a 3 a 2 a 1 a 0 CA 1 CA 2 R R 1 R 1 = (-q/16) ( a 0 + 2a 1 + 4a 2 + 8a a a a a 7 ) = -q 3.2 Convertisseur à réseau R. xemple de schéma sur 4 bits : Les commutateurs K 0 à K3 sont commandés par l état des bits a 0 à a 3. (en 0 si bit à «0», en 1 si bit à «1») R R R A B C K 3 K 2 K 1 K 0 a 3 a 2 a 1 a Configuration en commutation de tension. ne source de référence RF est connectée entre et ; la sortie est prise entre et M. R R R A B C K 3 K 2 K 1 K 0 ous recherchons le modèle de Thévenin de ce convertisseur, vu entre et M RF Le schéma peut être modifié en remplaçant chaque commutateur par une source de tension commutée. R R R A B C M On procède à la simplification de cette structure, en commençant à droite : ous obtenons une suite d associations de générateurs en parallèle. Finalement, vu de et M, le réseau se réduit à un électromoteur de Thévenin, de résistance interne R et de fém donnée par : v RF 8a 4a 2a a RF S 0 = = a 3 RF ( ) a 2 RF a 1 RF a 0 RF

7 Le quantum est RF /16 et la sortie pleine échelle est 0P = (15/16) RF. n 1 (Pour un codage sur n bits, on parviendrait à RF RF 2 0 =, q =, v n n S0P = n RF Ce type de CA est en général suivi d un A.Op adaptateur d impédance, permettant de produire R kr une tension sous impédance interne nulle.(cf. à droite) ) La configuration commutation de tension du réseau R présente cependant quelques inconvénients : -k0 M Lors de la commutation d un interrupteur K i, le sens du courant doit changer dans la résistance associée. Compte tenu des capacités parasites des commutateurs, CA (capacités CMOS) cette inversion peut prendre un certain temps. C est pourquoi cette configuration en commutation de tension est réservée aux applications demandant une rapidité moindre Configuration en commutation de courant. (dite parfois «réseau R inversé») 0 La source de référence RF est maintenant connectée entre et M ; la sortie est prélevée entre et, en situation de court-circuit. RF R R R A B C Maintenant, la tension aux bornes de chaque résistance reste la même, quelque soit la position du commutateur associé. Il n y a plus d inversion de sens de courant et la rapidité s en trouve accrue. K 3 K 2 K K 0 1 I CC 0 M Pour une sortie en court-circuit, il est aisé de calculer l intensité du courant dans chaque résistance, en remarquant que la tension à ses bornes est moitié de celle de sa voisine de gauche. (et double de celle de sa voisine de droite) R R R A B Le fonctionnement consiste C à commuter les intensités I 0 à I 3 vers (bit à «1») ou vers la masse (bit à «0») RF /2 /4 /8 Le courant de court-circuit s écrit : I 3 I 2 I 1 I 0 I CC = a 0 I 0 + a 1 I 1 + a 2 I 2 + a 3 I 3 soit I a. ref a. ref a. ref a. ref ref.(a 2a 4a 8a ) ref cc = = = 16R 8R 4R 16R 16R Le pas obtenu ici est q ref 15 = et la pleine échelle I. ref ccp 16R = 16 R

8 Ce type de CA est généralement associé à un convertisseur courant-tension, comme représenté à droite, afin de réaliser un générateur de tension analogique, proportionnelle à un code binaire : R ' v R I'. ref S = cc = 16R R ' ( ref 15 pas q = ; pleine échelle v R' SP =.. ref ) 16R 16 R RF Réseau R / I CC I CC R 4. COVRTISSRS AALOGIQ - MÉRIQ ffectuer une conversion analogique numérique consiste à élaborer un code binaire sur n bits à partir d une tension analogique éventuellement variable dans le temps. Les convertisseurs (CA) sont caractérisés par une durée de conversion parfaitement chiffrable (à l inverse des CA) ; il est donc impératif que la tension d entrée soit maintenue constante pendant toute la durée de la conversion : C est le rôle de l échantillonneur bloqueur placé en amont du CA. Ce circuit prélève des échantillons de la tension analogique à cadence régulière (fréquence d échantillonnage f ) et maintient chaque échantillon à sa valeur pendant une période de mesure (T = 1 / f ) Les techniques de réalisation des CA sont fort différentes ; pour les plus fréquentes, on distinguera : - Les CA parallèles (ou flash), très rapides, utilisés par exemple en entrée d un oscilloscope numérique. - Les CA utilisant un CA, simples et rapides. - Les CA à comptage d impulsion ; lents mais précis, utilisés par exemple dans les multimètres numériques. 4.1 Convertisseur parallèle (ou flash) Ce convertisseur utilise x comparateurs (x=7 ci-contre à droite), dont une entrée est portée à une fraction d une tension de référence V RF et dont l autre entrée est soumise à v. Il y a x + 1 combinaisons de sortie possibles. (Ici : , , , , , , et ) n encodeur binaire traduit ces combinaisons sur n bits, tels que 2 n x + 1 (Ici x = 7 donne n = 3) Avantage : Le temps de conversion se réduit au temps de propagation au travers des circuits ( qques ns) Inconvénient : Le nombre de comparateurs croit démesurément avec le nombre de bits de codage. Pour réaliser un CA parallèle 8 bits, on peut utiliser 2 CA 4 bits comme sur la figure de droite et on procède en 2 temps : La tension analogique v est convertie par le CA 1, donnant ainsi les 4 bits de poids fort. n CA reproduit la tension v convertie. La différence v v est alors amplifiée 2 4 fois puis convertie par le CA 2, ce qui fournit les 4 bits de poids faible. 1 4 bits de poids fort 2 4 bits de poids faible

9 4.2 Convertisseurs A utilisant un convertisseur A. Le principe est le suivant : ne logique appropriée élabore un nombre binaire. Celui ci est traité par un CA qui le convertit en une tension analogique image v CA. v CA est comparée à la tension v à numériser ; quand l égalité v = v CA est réalisée, le comparateur bascule ; le changement d état de v COMP provoque le blocage de la logique de génération de. La dernière valeur de générée est l équivalent binaire de v. Deux versions coexistent : Convertisseur incrémental. Au démarrage, la logique élabore croissant à partir de 0 à chaque coup d horloge (période T H ). v CA a l allure d une rampe numérique ; la conversion se termine quand v CA passe par la valeur v ; La durée de conversion est t 1 = T H (La durée effective de conversion t C est supérieure à t 1 et constante : ne phase d attente et de RAZ de durée variable s ajoute à t 1 pour former t C ) v CA v 0 tps Convertisseur à essais successifs. t 1 Le nombre binaire envoyé au CA est maintenant généré par un registre ; la logique met d abord à «1» le MSB. Si v CA < v, alors le bit de poids immédiatement inférieur est également mis à «1». Sinon, le MSB est remis à «0» et le bit suivant est porté à «1». Cette logique se poursuit jusqu à épuisement des n bits ; la durée t 1 est maintenant constante et vaut n T H. Cette version est plus rapide que la version incrémentale. (Voir à droite un exemple sur n = 5 bits) v CA v tps 4.3 Convertisseurs A par comptage d impulsions t CA à conversion tension fréquence. Principe :On compte des impulsions de fréquence variable, pendant une durée fixe. La tension à convertir (v ) attaque un VCO qui élabore un signal rectangulaire, de tension v Oscillateur commandé en tension (VCO) Base de temps (monostable) fréquence f image de la valeur de v : f = K v n générateur de base de temps (monostable en général) ouvre une porte de transfert pendant une durée θ fixée. Le compteur peut alors s incrémenter jusqu au nombre = θ f = θ K v Le code binaire de sortie est bien proportionnel à v. La durée de conversion comprend, outre la durée du comptage (θ), une durée d initialisation du compteur et de la base de temps ; l ensemble est rythmé par un système séquenceur, non représenté. f Porte (T) Compteur binaire Horloge (T H )

10 4.3.2 CA à rampes. Ce type de convertisseur commence par convertir la tension v en une rampe de tension, dont le coefficient directeur est image de la valeur de v. n compteur enregistre ensuite un nombre d impulsions de fréquence fixe, pendant une durée dépendant de la rampe générée. Convertisseur double rampe. Le générateur de rampes est un intégrateur. A une date origine, la logique de contrôle remet le compteur à zéro et teste le signe de la tension v. lle autorise alors l intégration de la tension v. (K 1 ouvert, K 2 fermé) v v 1 s écrit : v (t) 1 = t Cette phase d intégration a une durée fixée par construction du CA (en général un nombre simple de périodes d horloge : 1 = 1000 par exemple) A la date t 1, fin de cette période, la logique ouvre K 2 et ferme K 1, autorisant l intégration de la tension de référence V réf ; le signe de V réf est nécessairement contraire de celui de v, de telle sorte que la tension v 1 décrit une rampe de pente inverse de la précédente et revient vers zéro. Pendant cette seconde phase, le comparateur est à l état haut, permettant le comptage des impulsions délivrées par l horloge. A la date t 2, v 1 atteint, le comparateur bascule, fermant la porte du comptage. Soit le résultat du comptage à t 2 : v A t 1, v 1 = t1 V De t 1 à t 2 : v (t) v (t ) réf = (t t2) ; or v 1 (t 2 ) = 0 v Soit, en t 1 : V t1 = réf (t1 t2) v D où la durée du comptage : t2 = t2 t1 = t V 1 = TH réf v et finalement le résultat de la conversion : = 1 avec t 1 = 1 T H 0 Comptage 1 impulsions ( 1 fixé) Comptage impulsions ( image de v ) La précision de la conversion ne dépend que de la précision sur V réf ; habituellement, V réf est fournie par un régulateur à diode zéner. La qualité de la régulation est optimale pour une résistance interne minimale de la diode ; ceci est obtenu pour des zéners de tension de régulation voisine de 6,8V (de plus, la stabilité thermique est voisine de son maximum pour cet ordre de grandeur de tension) La résistance à l état passant (R O ) des commutateurs peut dériver avec la température, ce qui peut nuire à la fidélité des conversions ; il en est de même pour la tension de décalage de l intégrateur. Ce convertisseur est également assez lent : n cycle de conversion comprend une phase d initialisation, le test de signe de v, plus la durée des 2 rampes ; en pratique le temps de conversion est de plusieurs dizaines de ms. Il reste néanmoins que le CA double rampe demeure une référence dans la réalisation des voltmètres numériques : On atteint facilement une précision de l ordre de 10-4, une résolution de l ordre du µv, une stabilité thermique de quelques ppm par C De plus la durée de la 1 ère rampe est choisie multiple de la période du secteur d alimentation (50Hz), ce qui est un gage de réjection efficace des bruits induits par le réseau.

11 La précision du convertisseur double rampe peut être augmentée en ajoutant une étape de correction du zéro de l intégrateur ; la rapidité de la conversion peut être implémentée en effectuant le retour à 0 de la sortie de l intégrateur en 2 phases : On aboutit à des CA triple, voire quadruple rampe. On trouvera ci-dessous une étude du principe du CA triple rampe à titre d illustration. Convertisseur triple rampe. L esprit général du double rampe est conservé ; on remarque toutefois l ajout d une résistance sur l entrée de l intégrateur (R <R) et d un second comparateur (C2) doté d un seuil V seuil. Le fonctionnement exige toujours que les signes de v et de V réf soient complémentaires. v V réf v 1 C1 C2 Fonctionnement - La première phase est inchangée : Intégration de v pendant une durée fixée (t 1 = 1 T H ). - Pendant la seconde phase, V réf est connectée à l intégrateur via une résistance R très inférieure v 1 à R (en pratique on a souvent R = R/100) et la sortie v 1 de l intégrateur est connectée au second comparateur (C2) On obtient pour v 1 une rampe descendante de pente, beaucoup plus rapide que si on R C' avait conservé R, jusqu à la valeur de V seuil (V seuil est choisie assez faible, de l ordre de 100mV) Cette phase dure t 2 t 1 = 2 T H ; H H H - La troisième phase débute en t 2 : Quand C2 a basculé, la logique connecte V réf à l intégrateur via R et la sortie de l intégrateur (v 1 ) au comparateur C1 (de seuil ) : Le retour à zéro de v 1 s effectue maintenant avec la pente, ce qui donne un comptage de 3 coups d horloge. Équations : Rampe 1 : v1 = v v t, qui devient, en t 1 = 1 T H V = 1TH (1) Rampe 2 : entre t 1 et t 2 on écrit V Vseuil = 2TH = R C' 1002TH (2) si on choisit R = R/100 Rampe 3 : entre t 2 et t 3 on écrit V seuil = 3TH (3) n combinant les équations (1) = (2) + (3), ( V = (V V seuil ) + V seuil ) v soit : 1TH = 1002TH 3TH et finalement v = ( ) = 1 1 v 1 Le résultat est identique à celui obtenu pour le CA double -V réf / rampe, mais si on compare les durées de retour à zéro de la tension v 1 de sortie de l intégrateur (voir ci-contre), on constate l amélioration nette de rapidité dans le CA triple rampe.

12 4.3.3 Convertisseur Delta-Sigma ( Σ). Ce convertisseur est encore appelé convertisseur à sur-échantillonnage. Lorsqu on veut augmenter la précision d un convertisseur, on augmente le nombre de bits de codage. Dans le convertisseur Σ, on utilise au contraire un codage minimaliste sur 1 bit, mais qui se déroule à une fréquence de rafraîchissement très supérieure à la fréquence maximale des signaux à convertir. La structure du CA Σ comprend 2 blocs : - un modulateur - un filtre numérique ntrée analogique v Le modulateur delta : Cette modulation consiste à coder les variations du signal v par une suite d'impulsions binaires (Vs = 0 ou 1). Pour que le codage s'effectue correctement, il faut que la fréquence d'échantillonnage soit assez élevée pour tenir compte des variations les plus rapides du signal. La tension v est ainsi une suite d échantillons de la tension v (t), à une cadence très supérieure à la fréquence maximale du spectre de v (t). Les valeurs logiques successives de sont intégrées (sigma) pour donner une suite de rampes (v R ) soustraites aux valeurs successives de v. Modulateur delta Flux numérique série (bitstream) v v R Filtre numérique modulateur delta Suite de mots binaires de n bits Le signe de la différence (delta), ε = v - v R commande l état de sortie du comparateur. clock DSTM1:1 Voir à droite un exemple de signaux avec une horloge à 10kHz et une tension v (t) sinusoïdale, de fréquence 300Hz (sans opération d échantillonnage) v 5. v R 2.5V SL>> V() V(S4) Le flux binaire de sortie est caractérisé par un débit égal à la fréquence d échantillonnage s 1.0ms 2.0ms 3.0ms 4.0ms 5.0ms V(S3) Le filtre numérique. Time Il est chargé de transformer le flux numérique série (1bit) en une succession de mots binaires de n bits ; le débit de mots binaires est n fois plus faible que le débit de sortie du modulateur. Les anglo-saxons qualifient de «decimation» la fonction assurée par un tel filtre. Les algorithmes de tels filtres sont fort complexes : Ce sont en général des cascades de filtres passe-bas moyenneurs. Les domaines d application des CA Σ sont essentiellement l audio et la commande des moteurs à courant continu (par le biais d étages de puissance en classe D)

- Erreur de décalage : - Erreur d'échelle : - Erreur de linéarité :

- Erreur de décalage : - Erreur d'échelle : - Erreur de linéarité : G. Pinson - Physique Appliquée CA - B / B. Convertisseurs Analogique / umérique (CA) Analog To Digital Converter (ADC) Pleine échelle (full scale) : Mode unipolaire : PE (FS) = V max Mode bipolaire : PE

Plus en détail

Les Convertisseurs Analogique Numérique. Figure 1 : Symbole de la fonction Conversion Analogique / Numérique

Les Convertisseurs Analogique Numérique. Figure 1 : Symbole de la fonction Conversion Analogique / Numérique Site Internet : www.gecif.net Discipline : Génie Electrique Les Convertisseurs Analogique Numérique I Identification de la fonction C.A.N. On appelle Convertisseur Analogique Numérique (C.A.N.) tout dispositif

Plus en détail

TD E1 Systèmes électroniques non linéaires

TD E1 Systèmes électroniques non linéaires E E : ELN NL : s CNA basés sur les Cis : Datasheet AD75 Datasheet DAC8 : à intégration numérique : 4 : double rampe : 5 : SigmaDelta Intervenants Cours / s /TPs : Leymarie H. // Camps T.// Perisse T. Bibliographie

Plus en détail

CONVERSION DE DONNEES

CONVERSION DE DONNEES CONVERSION DE DONNEES Baccalauréat Sciences de l'ingénieur A1 : Analyser le besoin A2 : Composants réalisant les fonctions de la chaîne d information B1 : Identifier la nature de l'information et la nature

Plus en détail

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)».

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)». BTS 2003 Le problème porte sur l impression de tickets de caisse du système de distribution de cartes d entrée de piscine. Dans la première partie, on étudiera l impression thermique de tickets de caisse,

Plus en détail

Mesure de la température dans un puits géothermique

Mesure de la température dans un puits géothermique (correcteur : Jean Gasc http://jeaga.voila.net/) Mesure de la température dans un puits géothermique 1 Étude du capteur de température : Sonde au platine: 1.1 unité du coefficient a : Dans la relation

Plus en détail

Les avances en moyen informatique (puissance de calcul) ont rendu possible le expression et traitement de signaux en forme numérique.

Les avances en moyen informatique (puissance de calcul) ont rendu possible le expression et traitement de signaux en forme numérique. Les avances en moyen informatique (puissance de calcul) ont rendu possible le expression et traitement de signaux en forme numérique. Mais pour numériser, il faut d'abord échantillonner. Nous allons voir

Plus en détail

TP Automatisme (1 GIM 2013_14) MR KHATORY

TP Automatisme (1 GIM 2013_14) MR KHATORY Université Sidi Mohammed Ben Abdellah Ecole Supérieure de Technologie de Fès Filière Génie Industriel et Maintenance TP Automatisme (1 GIM 2013_14) MR KHATORY DEC Université Sidi Mohammed Ben Abdellah

Plus en détail

EMB7000 Introduction au systèmes embarqués. Les convertisseurs A/N et N/A

EMB7000 Introduction au systèmes embarqués. Les convertisseurs A/N et N/A EMB7000 Introduction au systèmes embarqués Les convertisseurs A/N et N/A Objectifs d apprentissage Étudier différents types de convertisseurs analogiquesnumériques et numériques analogiques Décrire les

Plus en détail

Sommaire. Convertisseurs Analogique Numérique ADC : Analog to Digital Converters. Comment convertir? Pourquoi convertir?

Sommaire. Convertisseurs Analogique Numérique ADC : Analog to Digital Converters. Comment convertir? Pourquoi convertir? Convertisseurs Analogique Numérique ADC : Analog to Digital Converters module II2 Sebastien.Kramm@univ-rouen.fr IUT GEII Rouen décembre 2011 Sommaire Généralités Comment : types de convertisseurs Convertisseurs

Plus en détail

Conversion analogique

Conversion analogique Conversion analogique Principes de la quantification et de l échantillonnage Convertisseurs analogique à numérique Convertisseurs numérique à analogique Conversion analogique à numérique La conversion

Plus en détail

Comptage asynchrone. Le conformateur : il assure la mise en forme et le niveau logique du signal.

Comptage asynchrone. Le conformateur : il assure la mise en forme et le niveau logique du signal. Comptage asynchrone. Introduction Les différentes utilisations du montage : Comptage d objet (manutention automatique) Comptage de signaux électrique (fréquencemètre ) Le comptage électronique d usage

Plus en détail

Le Bruit de Dispersion (DITHER)

Le Bruit de Dispersion (DITHER) Le Bruit de Dispersion (DITHER) Pour un signal de fort niveau, l'erreur de quantification est effectivement du bruit. Lorsque le niveau baisse, l'erreur de quantification devient plus fortement corrélée

Plus en détail

Transmission FM sur fibre optique

Transmission FM sur fibre optique Transmission FM sur fibre optique L utilisation d une fibre optique permet de transporter un signal sur de grandes distances avec une très bonne immunité aux parasites. Le signal optique qui y transite

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1

INF6500 : Structures des ordinateurs. Sylvain Martel - INF6500 1 INF6500 : Structures des ordinateurs Sylvain Martel - INF6500 1 Cours 5 : Interfaces analogiques Sylvain Martel - INF6500 2 L ordinateur moderne Sylvain Martel - INF6500 3 E/S - Analogique et numérique

Plus en détail

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence

3.2 Constituants d un système. Capteur à ultrasons Capteur de présence - Société & développement durable - Technologie - Communication 3.2.3 Acquisition et codage de l information 1 Introduction Anémomètre Capteur solaire Capteur à ultrasons Capteur de présence Capteur de

Plus en détail

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i)

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i) hapitre 3 Les transistors bipolaires 3.1 Introduction Les transistors bipolaires ont été très utilisés au début (années 60, 70). Leur importance a diminuée avec l apparition des transistors à effet de

Plus en détail

Circuits séquentiels. Chapitre 6. 6.1 Circuits séquentiels

Circuits séquentiels. Chapitre 6. 6.1 Circuits séquentiels Chapitre 6 Circuits séquentiels Plusieurs circuits utilisés dans la vie courante ont besoin de mémoire. Ce chapitre présente les méthodes de base de stockage d information. Les circuits combinatoires présentés

Plus en détail

Module amplificateur analogique

Module amplificateur analogique Module amplificateur analogique RF 30221/06.08 remplace: 12.05 1/8 type VT-MRPA1-... série 1X H7076 Table des matières titre page Caractéristiques spécifiques 1 Codification 2 Fonctionnement 2 Schéma fonctionnel

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques

Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques Le partenaire de l électronique industrielle http://www.deltest.com/ Utilisation de l analyse V/I pour la réparation des cartes électroniques Les outils d analyse et de test pour la réparation des cartes

Plus en détail

Représentation des nombres en langage informatique et conséquences

Représentation des nombres en langage informatique et conséquences CHAPITRE Représentation des nombres en langage informatique et conséquences La création de la numération est un des faits les plus marquants de l histoire de l humanité. Si la plupart des civilisations

Plus en détail

LES SCIENCES DE L INGENIEUR

LES SCIENCES DE L INGENIEUR LES SCIENCES DE L INGENIEUR Support : Barrière de parking Terminale BUT DE LA SEANCE : Analyser le protocole de communication MODBUS et étudier la modulation de l énergie et ses conséquences sur le système

Plus en détail

Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN)

Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN) Audio-vidéo Numérisation du Signal Conversion Analogique / Numérique (CAN) Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Signal analogique Caractéristiques des signaux analogiques Échantillonnage

Plus en détail

Composants logiciels et matériels d un système embarqué 1. Introduction

Composants logiciels et matériels d un système embarqué 1. Introduction Composants logiciels et matériels d un système embarqué 1. Introduction Depuis une vingtaine d années, le traitement numérique des données prend le pas sur les approches purement analogiques. Le recours

Plus en détail

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ TRANSSTORS bipolaires, MOS et à effet de champ Deux transistors sont principalement utilisés en électronique : le transistor bipolaire et le transistor MOS. Dans une proportion moindre, on trouvera également

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Étude de cas Rose 2010 PWM ET PONTS EN H. Romain Bichet, Julie Estivie, Etienne Molto et Flavia Tovo

Étude de cas Rose 2010 PWM ET PONTS EN H. Romain Bichet, Julie Estivie, Etienne Molto et Flavia Tovo Étude de cas Rose 2010 PWM ET PONTS EN H Romain Bichet, Julie Estivie, Etienne Molto et Flavia Tovo 1 Table des matières 1 PWM 3 1.1 Principe général........................... 3 1.1.1 Intérêt.............................

Plus en détail

Circuit fixe dans un champ magnétique variable

Circuit fixe dans un champ magnétique variable Circuit fixe dans un champ magnétique variable Calcul d un flux On peut montrer, dans le cadre de la mécanique des fluides, que le champ de vitesse pour un fluide visqueux incompressible, de coefficient

Plus en détail

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.)

Electronique Générale. Convertisseur Numérique/Analogique (C.N.A.) et Convertisseur Analogique/Numérique (C.A.N.) Convertisseur umérique/analogique (C..A.) et Convertisseur Analogique/umérique (C.A..) I- Introduction : En électronique, un signal électrique est le plus souvent porteur d une information. Il existe deux

Plus en détail

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation

CHAPITRE III. Amplificateur d instrumentation CHAPITRE III Amplificateur d instrumentation Olivier FRANÇAIS, 000 SOMMAIRE I NOTION DE TENSION DE MODE COMMUN ET D AMPLIFICATEUR DIFFÉRENTIEL... 3 I. DÉFINITION DE LA TENSION DE MODE COMMUN... 3 I.. Tension

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

M2 Informatique/Réseaux Université Pierre et Marie Curie UE APMM

M2 Informatique/Réseaux Université Pierre et Marie Curie UE APMM TD TECHNIQUES DE CODAGE ET DE COMPRESSION. LANGAGE / CODAGE / VALENCE.. Rappels Toute fraction intelligible d un message est constituée de symboles. Le langage est l ensemble de ces symboles. Un codage

Plus en détail

Mesure du rythme cardiaque

Mesure du rythme cardiaque (correcteur : Jean Gasc http://jeaga.voila.net/) Mesure du rythme cardiaque I - Étude du détecteur de flux sanguin 1. Étude de la source lumineuse Loi de la maille : U cc = R 1. I d + U f R 1 = (U cc -

Plus en détail

Electronique de puissance et vitesse variable

Electronique de puissance et vitesse variable L électronique de puissance au service de la vitesse variable Ce cours utilise de nombreux ouvrages et sites web sur lesquels j ai repris des photos ou des diagrammes. Je tiens à remercier toutes les personnes

Plus en détail

TRANSFORMATEUR D'IMPULSIONS

TRANSFORMATEUR D'IMPULSIONS TRANSFORMATEUR D'IMPULSIONS 1. Schéma équivalent Le schéma équivalent d'un transformateur d'impulsions, toutes les grandeurs ramenées au primaire est donné figure 1. R1 Lf P1 Lp C R2 T.P * * S1 P2 S2 Figure

Plus en détail

Type de document : Exercice

Type de document : Exercice Section : S Option : Sciences de l ingénieur Discipline : Génie Électrique Le compteur de passage Domaine d application : Etude d un système Type de document : Exercice Classe : Première Date : I Description

Plus en détail

BASCULES ET COMPTEURS

BASCULES ET COMPTEURS S4 LM BASULES ET OMPTEURS. BASULES Les bascules sont les opérateurs élémentaires de mémorisation. Leur état présent, déterminé par l'état des sorties, est fonction des entrées et de l'état précédent des

Plus en détail

I- Définitions des signaux.

I- Définitions des signaux. 101011011100 010110101010 101110101101 100101010101 Du compact-disc, au DVD, en passant par l appareil photo numérique, le scanner, et télévision numérique, le numérique a fait une entrée progressive mais

Plus en détail

RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UN BATIMENT 1. CI3 : Mettre en oeuvre un outil de simulation.

RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UN BATIMENT 1. CI3 : Mettre en oeuvre un outil de simulation. RÉGULATION EN TEMPÉRATURE D UN BATIMENT 1 CI3 : Mettre en oeuvre un outil de simulation. À l issue de ce TP de ce Centre d Intérêt, les compétences acquises doivent vous permettre plus particulièrement

Plus en détail

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE

INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE INTRODUCTION A L ELECTRONIQUE NUMERIQUE ECHANTILLONNAGE ET QUANTIFICATION I. ARCHITECTURE DE L ELECRONIQUE NUMERIQUE Le schéma synoptique ci-dessous décrit les différentes étapes du traitement numérique

Plus en détail

les capteurs dans un système d'acquisition

les capteurs dans un système d'acquisition Les capteurs les capteurs dans un système d'acquisition Fonction d'un capteur Caractérisation des capteurs Catégories de capteurs Les Capteurs de position Les différents types de détection Jauge de contrainte

Plus en détail

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques

Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Chapitre 2 : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Questionnaire à choix multiple : Théorie générale des convertisseurs électromagnétiques Corrigé 1. Compléter la phrase : Le couple électromagnétique

Plus en détail

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT

Machines de Turing. Chapitre 14 14.1. DÉFINITION ET FONCTIONNEMENT Chapitre 4 Machines de Turing Dans ce chapitre on présente un modèle de calcul introduit dans les années 3 par Turing, les machines de Turing. Ces machines formalisent la notion de calculabilité. La thèse

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Conversions. Analogique / Numérique & Numérique / Analogique T.CAMPS (11/2006)

Conversions. Analogique / Numérique & Numérique / Analogique T.CAMPS (11/2006) Conversions Analogique / Numérique & Numérique / Analogique T.CAMPS (11/2006) 1 CAN / CNA : Historique & Généralités Jusqu en 1960-1970 : Traitement du signal analogique Manque de fiabilité des résultats

Plus en détail

100mV à -40 C 500mV à 0 C 750mV à +25 C 1750mV à +125 C

100mV à -40 C 500mV à 0 C 750mV à +25 C 1750mV à +125 C 1. Le problème : Les fonctions devant effectuer une conversion analogique numérique sur une grande plage avec une grande résolution nécessitent des convertisseurs analogiques numériques souvent coûteux.

Plus en détail

PSIM / TP1 Courants de court circuit

PSIM / TP1 Courants de court circuit Gérard Ollé L.T. Déodat de Séverac 31076 TOULOUSE Cx L.T Déodat TS1 ET PSIM / TP1 Courants de court circuit Essais de système Résumé : On utilise le logiciel de simulation de circuits électriques PSIM

Plus en détail

Conditionnement du signal

Conditionnement du signal G. Pinson - Phsique Appliquée Traitement analogique du signal - A6 / A6 - Traitement analogique du signal capteur conditionnement du signal : convertisseur amplificateur, limiteur traitement du signal

Plus en détail

Logique séquentielle

Logique séquentielle Logique séquentielle IV.1 Logique séquentielle asynchrone et synchrone ans le chapitre précédent portant sur la logique combinatoire nous avons fait abstraction du temps : les signaux de sortie ne dépendaient

Plus en détail

Caractérisation de mélangeurs

Caractérisation de mélangeurs Caractérisation de mélangeurs Un mélangeur est un dispositif qui utilise la non-linéarité de diodes ou de transistors pour réaliser une multiplication : e(t) x(t) = K.e(t).e 0 (t) e 0 (t) Puisqu il multiplie

Plus en détail

L E S C A P T E U R S

L E S C A P T E U R S I. D é f i n i t i o n L E S C A P T E U R S Temps observable Acquérir une information Capteur image brut image Les capteurs est l élément d un système dont la fonction est d acquérir une information.

Plus en détail

Chapitre 1 : Capteurs

Chapitre 1 : Capteurs 1. Définition Un capteur est un transducteur qui permet de convertir une grandeur physique à mesurer ou mesurande (température, vitesse, humidité, pression, niveau, débit,...) en une autre grandeur physique

Plus en détail

MOTORISATION, PILOTAGE, INSTRUMENTATION D UN FAUTEUIL ELECTRIQUE

MOTORISATION, PILOTAGE, INSTRUMENTATION D UN FAUTEUIL ELECTRIQUE Licence Professionnelle Vega MOTORISATION, PILOTAGE, INSTRUMENTATION D UN FAUTEUIL ELECTRIQUE Projet Tutoré 2013-2014 Sahin Mustafa et Lopez Jhonatan Remerciements Le projet présenté dans ce compte rendu,

Plus en détail

Calcul Booléen et Circuits Logiques

Calcul Booléen et Circuits Logiques Chapitre 7 Calcul Booléen et Circuits Logiques 7.1 Traitement Logique et Machine 7.1.1 Exemple Nos raisonnement sont usuellement simples : si ma voiture ne marche pas et il pleut alors je prends le metro

Plus en détail

Système embarqué : Etude du PSoC 5 de Cypress

Système embarqué : Etude du PSoC 5 de Cypress Matériel nécessaire : PSoC Starter kit ( kit + pile 9V+ cordon USB + antenne) Un PC avec le logiciel PSoC creator Rangement matériel : Signature : Système embarqué : Etude du PSoC 5 de Cypress Activités

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES TP EII ExAO Page 1/6 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE TRAVAUX PRATIQUES DE SCIENCES PHYSIQUES Ce document comprend : - une fiche descriptive du sujet destinée à l examinateur : Page 2 - une fiche

Plus en détail

Electron S.R.L. MANUEL D INSTRUCTIONS B1150-D RECHERCHE DES PANNES DES CIRCUITS ELECTRONIQUES NUMERIQUES

Electron S.R.L. MANUEL D INSTRUCTIONS B1150-D RECHERCHE DES PANNES DES CIRCUITS ELECTRONIQUES NUMERIQUES Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B1150-D RECHERCHE DES PANNES DES CIRCUITS ELECTRONIQUES NUMERIQUES MANUEL D INSTRUCTIONS 09/2003 1150D.DOC 09/03 B1150 RECHERCHE DE

Plus en détail

Dispositif numérique d'affichage des indications des microscopes photoélectriques. P. Carré

Dispositif numérique d'affichage des indications des microscopes photoélectriques. P. Carré .t,. Rap?ort BIPM-76/6 f ", \ Dispositif numérique d'affichage des indications des microscopes photoélectriques P. Carré Le comparateur photoélectrique et interférentiel du BIPM, étudié dès 1952 et mis

Plus en détail

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée

a. Les éléments de base rectangle : représente un élément ou un groupe d éléments du système et son action associée REGULATION 1/9 I. Présentation 1. Structure d'un système asservi L'objectif d'un système automatisé étant de remplacer l'homme dans une tâche, nous allons pour établir la structure d'un système automatisé

Plus en détail

BTS Informatique Industrielle.

BTS Informatique Industrielle. BTS Informatique Industrielle. Session 00. I. Étude du récepteur optique. ) Expression de v : l'amplificateur opérationnel est en régime linéaire, donc nous avons v = R i (loi d'ohm). En remplaçant i par

Plus en détail

Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie

Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie Entraînement des pompes centrifuges à vitesse variable pour réduire la consommation d énergie Séminaire sur les entraînements électriques Yverdon-les-Bains, le 12 novembre 2015 Christophe BESSON 1 Les

Plus en détail

FONCTIONNEMENT MCMTII

FONCTIONNEMENT MCMTII Introduction Dans les caractéristiques du MCMTII il est annoncé 128 µpas par pas pour l entraînement des moteurs AD et DEC. La façon de procéder n étant pas évidente une analyse a été faite en utilisant

Plus en détail

MD770 Centrale de détection de gaz & CO analogique & adressable Manuel d utilisateur 01-07-2011

MD770 Centrale de détection de gaz & CO analogique & adressable Manuel d utilisateur 01-07-2011 HG0770F01B Pag. 1/11 MD770 Centrale de détection de gaz & CO analogique & adressable Manuel d utilisateur 01-07-2011 LIMOTEC nv Bosstraat 21 B- 8570 VICHTE Tel +32 (0) 56 650 660 www.limotec.be HG0770F01B

Plus en détail

Connexion des systèmes SLC en tant qu E/S décentralisées aux processeurs PLC-5

Connexion des systèmes SLC en tant qu E/S décentralisées aux processeurs PLC-5 Guide de référence Ce document associe la documentation existante des PLC et SLC pour expliquer la communication entre ces deux types de systèmes sur une liaison RIO. Ces informations sont complémentaires

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION COMPTEUR ELECTRONIQUE MONOPHASE ME12. Courant : 5(90) A Tension : 230V, 50Hz Classe de précision : B

MANUEL D UTILISATION COMPTEUR ELECTRONIQUE MONOPHASE ME12. Courant : 5(90) A Tension : 230V, 50Hz Classe de précision : B MANUEL D UTILISATION COMPTEUR ELECTRONIQUE MONOPHASE ME12 Courant : 5(90) A Tension : 230V, 50Hz Classe de précision : B COMPTEUR ELECTRONIQUE MONOPHASE ME12 Page 1 / 8 Introduction 1. Description générale

Plus en détail

Ecole Centrale Marseille 2006-2007 Electronique Numérique 1 ère année TDS

Ecole Centrale Marseille 2006-2007 Electronique Numérique 1 ère année TDS Ecole Centrale Marseille 2006-2007 Electronique Numérique 1 ère année TDS I. Conversions 1. Convertir de la base décimale en binaire :(27) 10 ; (12,3) 10 ; 2. On souhaite faire une mesure de distance entre

Plus en détail

LES CAPTEURS INFRAROUGE ET ULTRASONIQUE

LES CAPTEURS INFRAROUGE ET ULTRASONIQUE I - Introduction. Une éolienne est un véritable système automatisé, pour assurer un bon fonctionnement, il faut connaître en permanence le sens, la force du vent. Dans les systèmes techniques, les utilisateurs

Plus en détail

Les Capteurs. Table des matières. Classe de première SI

Les Capteurs. Table des matières. Classe de première SI Les Capteurs Table des matières 1. Introduction...2 2. Les capteurs analogiques...3 2.1. Les capteurs potentiométriques...3 3. Les capteurs numériques...3 3.1. Les codeurs rotatifs...3 3.2. Le codeur incrémental...4

Plus en détail

1 Préparation : asservissement de position

1 Préparation : asservissement de position EPU ELEC 3 Travaux Pratiques d Automatique n 4 Asservissement de position d un moteur Le but de cette manipulation est d étudier l asservissement de position d un moteur à courant continu. Le châssis comprend

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques

J AUVRAY Systèmes Electroniques LE TRANITOR MO Un transistor MO est constitué d'un substrat semiconducteur recouvert d'une couche d'oxyde sur laquelle est déposée une électrode métallique appelée porte ou grille (gate).eux inclusions

Plus en détail

DÉPANNAGE DES RÉCEPTEURS SUPER- HÉTÉRODYNES

DÉPANNAGE DES RÉCEPTEURS SUPER- HÉTÉRODYNES DÉPANNAGE DES RÉCEPTEURS SUPER- HÉTÉRODYNES Préparé par Eric Bélanger Ateliers de la SQCRA 14 novembre 2005 ATELIER SQCRA, 14 NOVEMBRE 2005 2005 Eric Belanger Page 1 TABLE DES MATIÈRES MÉTHODOLOGIE DE

Plus en détail

problèmes corri gés d électronique de puissance

problèmes corri gés d électronique de puissance problèmes corri gés d électronique de puissance u Niveaux de difficulté progressifs u Corrigés détaillés Pierre Mayé Professeur de physique appliquée à Arras Illustration de couverture : digitalvision

Plus en détail

LES CAPTEURS DANS LES TRANSPORTS. I Les principaux capteurs dans un véhicule II Le traitement du signal III Chaîne d information dans un véhicule

LES CAPTEURS DANS LES TRANSPORTS. I Les principaux capteurs dans un véhicule II Le traitement du signal III Chaîne d information dans un véhicule LES CAPTEURS DANS LES TRANSPORTS I Les principaux capteurs dans un véhicule II Le traitement du signal III Chaîne d information dans un véhicule I Les principaux capteurs dans un véhicule Quels sont les

Plus en détail

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2

Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 2 Université de Montréal Lab xi Cellules solaires photovoltaïques 1 Table des matières Table des matières 1 Introduction 2 Théorie 3 Montages et manipulations 5 Partie 1 (Sans générateur) 5 Partie 2 (avec

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+

Cinquième partie Waldenburg 2012. 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ Cinquième partie Waldenburg 2012 41 slides Le modèle général de transformateur saturable La modélisation de la gamme FLEX et FLEX+ 1 La conception d une SMPS La conception d une SMPS est un exercice difficile.

Plus en détail

68300 SAINT-LOUIS T.P. n G. Durée : 2 H. Plan du T.P.

68300 SAINT-LOUIS T.P. n G. Durée : 2 H. Plan du T.P. CORRECTION TP AMOS Durée : 2 H. A. OBJECTIF DU T.P. A. Objectif du T.P. B. Travail demandé B.1. But B.2. Fibre optique B.3. Speckle B.4. Monochromateur B.5. CCD B.6. Pockels B.7. Piezo B.8. Diode laser

Plus en détail

LES APPAREILS DE MESURE

LES APPAREILS DE MESURE Chapitre 3 LES APPAREILS DE MESURE OBJECTIFS Général Connaître les différents types d appareils de mesure. Spécifiques Etudier les caractéristiques des appareils analogiques. Etudier les caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 1 GRAPHIQUES

Chapitre 1 GRAPHIQUES Statistique appliquée à la gestion et au marketing http://foucart.thierry.free.fr/statpc Chapitre 1 GRAPHIQUES On entend souvent qu un schéma vaut mieux qu un long discours. Effectivement, lorsque l on

Plus en détail

SERIE PRO MANUEL UTILISATEUR POUR LA PS 19 BOITIER PORTABLE MONO CANAL

SERIE PRO MANUEL UTILISATEUR POUR LA PS 19 BOITIER PORTABLE MONO CANAL R SERIE PRO MANUEL UTILISATEUR POUR LA PS 19 BOITIER PORTABLE MONO CANAL CONTENU 1.0 DESCRIPTION GENERALE...3 2.0 DEBALLAGE...3 3.0 INSTALLATION...3 4.0 CONTROLES DE LA FACE AVANT...4 5.0 CONNECTEURS ARRIERE...5

Plus en détail

Le grand livre de l électricité

Le grand livre de l électricité Le grand livre de l électricité Thierry GALLAUZIAUX David FEDULLO Groupe Eyrolles, 2005, ISBN 2-212-11535-0 Les bases Figure 4 : Les groupements dʼéléments 17 Le grand livre de l'électricité Exemple :

Plus en détail

COMPTAGE. Tout système de numération repose sur une équation générale : N=a n. .B 2 +a 1

COMPTAGE. Tout système de numération repose sur une équation générale : N=a n. .B 2 +a 1 Page 1 I/ RPPELS Système de numération COMPTGE Tout système de numération repose sur une équation générale : N=a n.b n +a n-1.b n-1 +...+a 2.B 2 +a 1.B 1 +a 0.B 0 ainsi : 1011 en binaire correspond à 1.2

Plus en détail

VariTrans P 43000 TRMS

VariTrans P 43000 TRMS Convertisseur haute tension CA/CC pour la mesure de valeurs true RMS des courants d'entrée de IE = 100 ma CA à IE = 5 A CA 160 Application Dans les installations électriques, il est nécessaire d'enregistrer

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

II - ARCHITECTURE D UN SYSTEME D ACQUISITION DE DONNÉES

II - ARCHITECTURE D UN SYSTEME D ACQUISITION DE DONNÉES II - ARCHITECTURE D UN SYSTEME D ACQUISITION DE DONNÉES 2.1. SYSTÈME D ACQUISITION DE DONNÉES 2.2. LE THÉORÈME DE L'ÉCHANTILLONNAGE 2.3. CONVERSIONS ANALOGIQUE/NUMÉRIQUE ET NUMÉRIQUE/ANALOGIQUE 2.4. CAPTEURS

Plus en détail

APPAREILS DE MESURE. Grandeurs électriques

APPAREILS DE MESURE. Grandeurs électriques APPAREILS DE MESURE L objectif de cette manipulation est de prendre en main des appareils de mesure tels que des voltmètres ou oscilloscopes, mais aussi d évaluer leurs performances, leurs limites et surtout

Plus en détail

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio

DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio DS de Spécialité n o 6 Téléphone portable et ondes radio. Les ondes électromagnétiques pour communiquer Le téléphone portable fonctionne comme une radio. Lors d une communication, la voix est convertie

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Carte de Pilotage des Bras

Carte de Pilotage des Bras Carte de Pilotage des Bras But : Cette carte est destinée à piloter (rentrer / sortir) les deux bras du robot : Le bras latéral permettant de faire tomber les quilles ; Le bras permettant de ramasser les

Plus en détail

Fonctionnement des électrovannes de suspension

Fonctionnement des électrovannes de suspension Fonctionnement des électrovannes de suspension Le calculateur de suspension décide d agir sur la suspension suite à l analyse des informations fournies par les différents capteurs. Pour ce faire il peut

Plus en détail

Circuits triphasés équilibrés

Circuits triphasés équilibrés Chapitre 3 Circuits triphasés équilibrés Les circuits triphasés forment la base du réseau de distribution de l électricité. On se sert de circuits triphasés entre les génératrices et les réseaux industriels

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

TP 2 - MESURE DE LA VITESSE DE ROTATION D UN MOTEUR

TP 2 - MESURE DE LA VITESSE DE ROTATION D UN MOTEUR IUT BELFORT MONTBELIARD Dpt MESURES PHYSIQUES TP EEA 2 ème ANNEE TP 2 - MESURE DE LA VITESSE DE ROTATION D UN MOTEUR LES ETUDIANTS N AYANT PAS REALISE LA PREPARATION NE SERONT PAS ADMIS EN TP I LE MOTEUR

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la

Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2012 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl

Courant alternatif. Université de Genève 21.1 M. Pohl Courant alternatif Au lieu d avoir toujours la même polarité, chaque borne d un générateur de tension alternative est positive puis négative en alternance. Les électrons du courant se déplacent dans un

Plus en détail