Le Président Strasbourg, le 25 octobre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président Strasbourg, le 25 octobre 2012"

Transcription

1 Le Président Strasbourg, le 25 octobre 2012 pba/jfb/fs/n /gr Recommandée avec A.R Monsieur le Sénateur-Maire, Par lettre du 21 septembre 2012, j'ai porté à votre connaissance les observations définitives arrêtées par la chambre régionale des comptes sur la gestion de la ville de Strasbourg, (1 ère partie) afin de vous permettre, si vous l estimiez utile, d apporter une réponse écrite à ces observations, en application du code des juridictions financières. Par lettres des 18 et 19 octobre 2012, Mme Keller, ancien ordonnateur, et vous-même m avez fait parvenir chacun une réponse. Ces réponses, accompagnées d annexes en ce qui vous concerne, sont jointes au rapport d observations définitives qui vous est à nouveau adressé pour être communiqué au conseil municipal dès sa plus proche réunion. En application des dispositions de l article L du code des juridictions financières, ce rapport doit faire l objet d une inscription à l ordre du jour, être joint à la convocation adressée à chacun des membres du conseil et donner lieu à débat. Ce rapport d observations définitives est également adressé au préfet et au directeur régional des Finances publiques d Alsace et du département du Bas-Rhin. Après sa communication au conseil municipal, il est communicable de plein droit à toute personne qui en ferait la demande. Aussi, je vous remercie de bien vouloir informer le greffe de la date à laquelle cette communication interviendra. distinguée. Je vous prie d agréer, Monsieur le Sénateur-Maire, l'expression de ma considération Monsieur Roland Ries Sénateur-Maire de la ville de Strasbourg Centre Administratif 1, Parc de l Etoile Strasbourg Cedex Christophe Rosenau 14, rue du Faubourg de Pierre Strasbourg Cedex Téléphone : Télécopie : Courriel :

2 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ALSACE VILLE DE STRASBOURG EXAMEN DE LA GESTION (à compter de l exercice 2005) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES Sommaire Pages Synthèse 1 1. Le contexte, le champ du contrôle et les suites apportées aux observations précédentes Le contexte Le champ du contrôle Les suites données aux observations précédentes 8 2. La gestion budgétaire et comptable Indépendance des exercices et amortissements Les provisions Inventaire et tenue du bilan Le nécessaire apurement des comptes de bilan La gestion des autorisations de programme, des crédits de paiement, des restes à réaliser et de la pluri annualité Des comptes ne respectant pas l équilibre réel et affichant des déficits excessifs Analyse et situation financières de la collectivité Méthode et périmètre de l analyse Les orientations stratégiques sur le plan financier de la collectivité La situation financière de la collectivité Les dépenses et les recettes réelles de fonctionnement L autofinancement et l investissement La situation financière en 2012 et les perspectives La fiscalité La dette court et long terme de la ville de Strasbourg La structure de l encours et le coût de la dette Modalités de recours aux emprunts et stratégie de gestion La nécessaire détermination d une stratégie La dette garantie et les risques externes La gestion des legs, des assurances et de l accueil des élus européens La gestion des legs La gestion des assurances L accueil des élus européens 39

3 Sommaire page 2 6. Le suivi de la fréquentation et des recettes des musées La poursuite des travaux d inventaire des collections Les recettes La fréquentation Les relations récentes avec le club de football Racing Club de Strasbourg Rappel historique Le rachat du centre de formation Le versement de subventions par la Ville et la CUS La gratuité de la mise à disposition du stade de la Meinau Les charges pour la Ville et la CUS liées à la disparition du club de football professionnel 54 Annexe 1 : Les principales données financières 2005/2010 des budgets principaux des 28 communes membres de la CUS 56 Annexe 2 : Rétrospective financière Annexe 3 : Projection Annexe 4 : Glossaire 61

4 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D ALSACE VILLE DE STRASBOURG EXAMEN DE LA GESTION (à compter de l exercice 2005) RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES 1/63 SYNTHESE Dans le cadre de l examen de la gestion de la ville de Strasbourg, à partir de 2005, la chambre a examiné tout d abord les suites données à ses observations précédentes (inventaire des collections des musées, relations avec le conseil général en matière de transport des parlementaires européens, fonctionnement de la commission mixte paritaire). Elle a ensuite vérifié à l occasion de l examen des comptes le respect des règles comptable et budgétaire, et apprécié en particulier la fiabilité et la sincérité. Elle a analysé la situation et la gestion financière, notamment au travers de la dette, des risques externes et de ses ressources fiscales. Outre l examen de la gestion de certains legs ont également été vus l accueil des parlementaires européens, le suivi de la fréquentation et des recettes de deux musées, la gestion des assurances et les relations avec le club de football du Racing Club de Strasbourg (RCS). La gestion budgétaire et comptable Sur l ensemble de la période examinée, la chambre a constaté que toutes les règles comptables en vigueur depuis le 1 er janvier 1997, n étaient pas correctement appliquées notamment le rattachement des charges et des produits à l exercice. Elle a relevé des erreurs importantes à l occasion de l affectation des résultats et de leurs reprises dans l exécution suivante, qui portent atteintes à la sincérité, à la transparence des comptes et des résultats. L obligation généralisée depuis la fin des années 1990 de produire, pour l ordonnateur, un recensement des biens et de fournir les informations liées aux mouvements patrimoniaux n est pas respectée. De même, le comptable ne produit pas un état de l actif cosigné par l ordonnateur en conformité avec le bilan. L examen de la gestion de la Ville a mis en évidence l absence d un état de l actif à jour. Les comptes de prêts et de créances en avance en garantie d emprunt présentent des soldes non justifiés et à apurer. Ainsi, la liquidation de la SASP Racing Club de Strasbourg doit conduire à passer en perte 2,1 M avancés entre 1997 et 2007 par la collectivité. Entre 2005 et 2011, la Ville a cédé pour 226 M d actifs, en ne respectant pas les règles comptables et budgétaires. D une part, en réalisant son patrimoine, la Ville devrait être conduite à constater la sortie des biens à leurs coûts historiques. La chambre a constaté, sur une douzaine d opérations (20 M ), que la Ville les avait valorisées par facilité à un euro. Elle a ainsi affiché systématiquement des plus-values.

5 2/63 D autre part, les opérations de vente en 2006 des immeubles IPE 0, 1, 2 et 3 ont conduit la Ville à constater leur sortie du bilan au niveau du prix de vente (143,1 M ) et non à la valeur de l actif (133 M ), soulignant ainsi sa non maîtrise des écritures comptables dans une opération pourtant emblématique. L analyse de la situation financière Dans un contexte de tension financière nationale (crise, déficit et endettement) et de profondes modifications du panier de ressources fiscales, une analyse financière a été conduite sur les exercices 2005 à En préalable, la chambre a porté son attention sur les cadrages budgétaires et financiers, tels qu ils ressortent des débats d orientation budgétaire et des rapports financiers. La ville de Strasbourg a été assistée pour partie par un conseil. Sur l ensemble de la période, et malgré un effort d information complémentaire depuis 2008, la chambre constate des limites, notamment méthodologiques, et des décalages avec les options prises. Elle invite la Ville à présenter de façon plus transparente ses options et d en évaluer les résultats (niveau d endettement, autofinancement, ratios, ), en particulier pour sa stratégie de gestion de dette et sa programmation pluriannuelle d équipements, processus dans lequel la Ville déclare s être engagée. Entre 2005 et 2010, les finances se sont tendues. L autofinancement s est dégradé en 2010 à 33,1 M, pour essentiellement deux raisons : - sous l effet, tout d abord, de l atonie des bases fiscales des taxes ménages ; - et sous l effet, ensuite, de la hausse des charges de personnel (12,1%) et des charges à caractère général retraitées (23,4 %). En 2011, l autofinancement s est cependant redressé. En sept ans, la Ville a réalisé 534,4 M de dépenses d équipement (hors opération du Parlement européen). Elle les a principalement financées par des cessions d actifs (82,9 M ), des subventions (64,7 M ), du FCTVA (57,2 M ) et de l autofinancement (284,6 M ). Elle a aussi creusé son fonds de roulement (63,8 M ). Le déficit excessif constitue une fragilité financière. Fin 2011, il atteint 16,7 % des recettes de fonctionnement. Cette situation a prospéré. Elle aboutit à différer plus que de raison la mobilisation de l emprunt et à utiliser partiellement et non réglementairement des lignes de trésorerie. Au sein de la communauté urbaine, ce mode de gestion est toutefois propre à la Ville et à la CUS. En 2010, ces deux collectivités affichent un résultat négatif de leurs budgets principaux de 126,6 M. Les 27 autres communes dégagent un excédent total de 45,7 M. Retraité, le niveau de la dette de la Ville est de ce fait de 199,7 M, soit 63,8 M de plus qu il n apparaît dans les états financiers fin 2011 (136 M ). La capacité de désendettement est dès lors de presque quatre ans et demi, grâce au redressement de presque 40 % de l autofinancement en D après les informations émanant de la Ville, à partir de 2012 et au-delà, la situation financière devrait se redresser, malgré les constantes (atonie des bases fiscales, reprise de la progression des charges, en particulier de personnel - +2,8 % -, et hausse du niveau d investissement (80,1 M ) et gel en valeur des concours de l Etat), grâce à la cession des parts détenues de la SA Enerest (plus de 60 M ). Fin 2012, la Ville dégagerait, après cinq exercices déficitaires, un excédent d environ 4 M.

6 3/63 Entre 2005 et 2011, la Ville a assuré de façon assez singulière une partie de son train de vie par des opérations exceptionnelles, laissant apparaître des fragilités structurelles au niveau de ses ressources courantes. A l avenir, si le produit exceptionnel annoncé devrait conduire au rétablissement du fonds de roulement, elle devra cependant trouver dans la maîtrise des charges et dans le niveau des investissements, les moyens d assurer de façon pérenne la soutenabilité de ses politiques. La CUS pourrait aussi reconsidérer les termes du pacte communautaire, qui représente 64,9 M et 18,2 % des recettes réelles de la Ville, à la faveur de la disparition de la taxe professionnelle et de la progression des charges propres de l EPCI : cette hypothèse constitue un autre facteur d incertitude. La fiscalité Les taxes «ménages» (taxe d habitation, taxes foncière et foncière non bâti) pèsent 135,1 M, soit presque 38 % des recettes réelles de fonctionnement. Entre 2005 et 2010, le produit de TH a progressé de 10 %, essentiellement grâce à la revalorisation forfaitaire des bases décidée au niveau national (+8,2 %). Sur le plan départemental, la progression a été de +13,4 % et, pour la moyenne des grandes villes, de +11,5 %. A Strasbourg, le niveau de base par habitant (907 ) est inférieur à la moyenne (1 219 ). Tout comme la valeur locative moyenne (VLM), base du calcul de l impôt, est aussi inférieure (2 504 ) à la valeur locative moyenne des locaux taxés au niveau départemental (2 774 ) et à la moyenne de celle des 10 premières villes de plus de habitants (hors Paris) Après avoir augmenté de 14,6 % entre 2002 et 2005, le taux d imposition n a pas varié (20,06 %). Strasbourg a conservé un abattement général à la base historique de 20,76 %. Ainsi, un contribuable seul habitant son logement principal, dont la valeur locative serait la VLM, aura payé à la Ville en 2010 une taxe d habitation de 398. L endettement Au cours de la période sous revue, la Ville s est désendettée. La dette a diminué du 31 décembre 2005 (172,3 M ) au 31 décembre 2011 (136 M ). La commune a eu recours à différents types d emprunts (bancaires à taux fixes, révisables et structurés), sur des durées différentes, contractés auprès de plusieurs prêteurs. Ces options l ont conduite à conclure des opérations qui se sont ou pouvaient s avérer onéreuses, comme la souscription d un emprunt indexé sur le LIBOR USD 12 mois, sans lien avec son activité. D autres, mal inspirées, l ont aussi conduite à se défaire d un produit utile en fin d exercice, au vu de son important fonds de roulement négatif, et utile depuis la crise pour gérer sa trésorerie. Par ailleurs, en choisissant pour pratiquement 30 % de son encours des indexations structurées sur barrières EURIBOR/LIBOR, la chambre constate que la Ville s est assurée de ne pas bénéficier de la baisse des taux, et ainsi depuis plus de trois ans de payer sur l encours concerné entre 2 et 3 fois plus de frais financiers. Sur le plan budgétaire, le surcoût sur les exercices 2009 à 2011 est voisin de 2,5 à 3 M. Il conviendra naturellement d évaluer aux termes de leur amortissement l intérêt de ces emprunts. La chambre constate toutefois que les emprunts structurés ne présentent pas de risques élevés. La chambre observe que la Ville n avait pas défini explicitement de stratégie ex-ante (arbitrage taux fixe/taux variable, corrélé à la situation des marchés de taux et à l évolution de ses besoins), ne s était pas dotée des outils nécessaires à la juste appréciation financière des opérations

7 4/63 (nouvelles comme des renégociations), ne présentait pas d évaluation de ses options autres que l encours par habitant ou l évolution de sa capacité de désendettement. Elle constate, sur sept exercices, que si la Ville avait opté pour une stratégie et des supports classiques à taux fixe (50 %) et révisable (50 % sur EURIBOR 3 mois), elle aurait bénéficié plus amplement de la baisse des taux depuis Enfin, du fait de ses orientations de gestion (fonds de roulement négatif), la Ville s est exposée aux conséquences du renchérissement très important du coût du crédit et de la raréfaction du volume des offres. De longue date, elle est notée par une agence de notation. La chambre s interroge sur les raisons ayant conduit la Ville à ne pas recourir au marché obligataire depuis le début de la crise. La gestion des legs Depuis 2004, la ville de Strasbourg a constitué des provisions pour des «fondations» (au 31 décembre 2011 : 4,2 M ). En fait, il s agit de legs avec charges acceptées par la Ville. L essentiel des revenus générés par les cinq principaux legs examinés par la chambre sont absorbés par les dotations aux provisions. Leurs montants sont sans lien avec le risque ou la dépréciation des immeubles concernés. La Ville ne satisfait pas aux obligations de transparence concernant les revenus des legs. Plus grave, cette pratique conduit la Ville à ne pas respecter complétement les charges et conditions qu elle a pourtant acceptées à l origine. Aussi, la chambre recommande à la collectivité de réinterroger ses pratiques de gestion, de définir un cadre pour un suivi et un contrôle efficace de l emploi des fonds des legs, et d user des facilités de placement de la trésorerie pour leurs revenus. Elle attire son attention sur les risques qui découlent du non-respect des conditions. Elle lui conseille le cas échéant de solliciter leur révision judiciaire. L accueil des élus européens Les orientations stratégiques de la ville de Strasbourg du 26 avril 2010 prévoient dans le cadre du renforcement du positionnement de Strasbourg comme capitale européenne, d améliorer l accueil des eurodéputés. Participe à cet accueil un agent mis à disposition de la Ville par l Office de Tourisme, mise à disposition pour laquelle il conviendrait que la convention existante liant les deux parties définisse plus précisément les modalités pratiques. Le Parlement européen met à la disposition de la Ville tant à Bruxelles qu à Strasbourg des locaux (comptoir, bureau) servant aux agents de la Ville pour y exercer leurs activités d accueil. Cette mise à disposition gratuite devrait être formalisée et envisager notamment les responsabilités respectives en cas de sinistre. Suivi de la fréquentation et des recettes des musées Le contrôle a permis de constater que la direction des musées a mis en place un suivi détaillé des recettes ainsi que de la fréquentation des musées, y compris des accès gratuits. Le taux de couverture des dépenses de fonctionnement des musées par les recettes propres était de 5,1 % en 2007, de 7,4 % en 2008 et de 6,5 % en 2009 ; ces taux sont en phase avec la moyenne des institutions culturelles qui se situe à 7 %.

8 5/63 Les relations avec le club de football Racing Club de Strasbourg La chambre a examiné les relations existant depuis 2005 entre les deux entités publiques CUS et ville de Strasbourg et les deux entités privées, l association Racing Club de Strasbourg (ARCSF) et la société à objet sportif RCS (SAOS RCS) devenue société anonyme sportive professionnelle RCS (SASP RCS) concernées par ce club en s appuyant notamment sur l opération de rachat du centre de formation. L ARCSF a été chargée de construire un centre de formation sur le terrain mis à sa disposition par la Ville dans le cadre d un bail emphytéotique de 45 ans prenant effet le 1er juillet 1999 pour venir à expiration le 30 juin La redevance prévue au bail et due par l ARCSF à la Ville chaque 1er juillet, indexée sur l indice du coût de la construction, était en 1999 de F (7 831,31 ). Le centre de formation est constitué d un terrain d entraînement couvert de m 2 partiellement clos et d une structure d accueil développant une surface utile de m 2. Le coût de cet équipement tel que valorisé dans les comptes de l ARCSF comme «construction sur sol d autrui» était en 2010 de ,37 (ou ,91 F initialement). Le département du Bas-Rhin et la CUS ont subventionné cet équipement chacun pour un même montant de F ou ,35 (soit un montant total de subventions de ,70 ).Le bail emphytéotique prévoyait une clause de résiliation pour nécessité de service public. Par délibération du 13 septembre 2010, la Ville a décidé le rachat à la valeur nette comptable pour ,51 ( ,76 F) hors taxe. Par la suite, une convention de «mise à disposition de locaux» du centre de formation a été conclue entre la Ville et l ARCSF le 5 mai 2011 pour 3 ans (elle prend effet rétroactivement au 17 décembre 2010) et prévoit en son article 13 une redevance d occupation annuelle de payable par mensualités. En ce qui concerne le rachat, la Ville n a pas respecté le délai de préavis de deux ans prévu dans le bail emphytéotique en invoquant l urgence. Le souci de favoriser le retour au plus haut niveau d un club de football dans la Ville ne peut constituer une «nécessité de service public» (selon la terminologie prévue au bail emphytéotique), même si des préoccupations d intérêt local sont clairement avancées à l appui de l opération de rachat. En rachetant ce centre de formation à sa valeur nette comptable ( ,51 ), la Ville a consenti un avantage à l association : en effet, le bail emphytéotique prévoyait une clause de résiliation dans un but d intérêt public, ce qui apparaît bien dans la motivation de la délibération autorisant le rachat du centre, mais en retenant une valeur de rachat limitée au montant du solde restant dû au jour de la résiliation en capital tel que résultant du plan d'amortissement de l emprunt contracté (23 MF 3,5 M ) pour financer l équipement. Le 13 septembre 2010, le capital restant, dû d après le tableau d amortissement de l emprunt, s élevait à ,48. L avantage consenti à l ARCSF a donc été de ,03 (1,9 M ), compte non tenu d une éventuelle indemnité de résiliation anticipée éventuellement due au prêteur. Alors que la stipulation conventionnelle de rachat à concurrence de la dette restant à amortir préservait les intérêts publics, le rachat à la valeur comptable revient à repayer la part non amortie dans les comptes de l ARCSF des subventions reçues de la CUS et du Département du Bas-Rhin.

9 6/63 Ce centre de formation devenu propriété de la Ville pouvant être considéré comme un grand équipement sportif, la compétence pour sa gestion aurait pu ou devrait être transférée à la CUS, compte tenu des compétences dévolues à cet EPCI. La chambre observe qu en matière de subvention pour les missions d intérêt général et de sommes versées par la Ville et la CUS en exécution de contrats de prestations de service ou de toute convention dont l objet n entre pas dans les missions d intérêt général, les plafonds légaux ont été respectés. S agissant des conventions financières relatives aux missions d intérêt général, celles-ci ne détaillent pas les calculs ayant permis d aboutir aux montants auxquels ces actions sont valorisées et la chambre n a pu obtenir d explications justifiant les pourcentages de subventionnement variés consentis. L ordonnateur confirme dans sa réponse que le détail de ces coûts existe dans la comptabilité de l ARCSF mais que la Ville n en dispose pas. Le rapport d activité sportif et scolaire du centre de formation de l ARCSF n est pas non plus étayé par le coût de chaque action, ni par la part de subvention utilisée par type d action (formations et résultats scolaires et sportifs). La décision de mise à disposition gratuite du stade de la Meinau a été prise par la CUS dans sa délibération du 28 octobre 2011 : sur un coût total de fonctionnement prévisionnel de , la CUS assurera la prise en charge de par an tant que le club ne sera pas remonté en ligue professionnelle. De son côté, la Ville devra constater la perte de sa créance de 2,1 M détenue sur le Racing Club de Strasbourg au titre de la garantie de deux prêts accordée en 1987, la SASP «Racing Club de Strasbourg» ayant été liquidée par décision du 23 août 2011 du TGI de Strasbourg. En définitive, les charges liées à la disparition d un club de football professionnel à Strasbourg sont les suivantes : rachat du centre de formation (4,57 M ), perte de 2,1 M à charge de la Ville suite à la liquidation judiciaire de cette SASP, gratuité de la mise à disposition du stade de la Meinau (perte annuelle de 0,45 M de recettes pour la CUS) et charges annuelles de 406 k pour l entretien. Ces montants ne valorisent ni les prestations d entretien et de maintenance assurées par le service technique de la collectivité, ni les pertes de ressources (taxe sur les spectacles) liées à la disparition de rencontres de football professionnel.

10 7/63 1. LE CONTEXTE, LE CHAMP DU CONTROLE ET LES SUITES APPORTEES AUX OBSERVATIONS PRECEDENTES 1.1 Le contexte Chef-lieu de la région Alsace et du département du Bas-Rhin, Strasbourg était en 2008 la septième commune de France ( habitants). De 1999 à 2008, la population a cru de 3,1 %, soit à un taux inférieur à la moitié de celui observé en moyenne dans les 10 premières grandes villes (6,6 %) - données INSEE, chiffres clés/juin En 2008, pour l ensemble des foyers fiscaux, le revenu net déclaré moyen strasbourgeois ( ) est inférieur à la moyenne des grandes villes ( ). Dans les revenus imposés, la part des revenus salariaux (64,5 %) est légèrement inférieure à la moyenne 64,7 %, moins importante donc que dans les grandes villes comme Lille, Lyon ou Toulouse où l activité économique et la présence industrielle et tertiaire est plus forte. En 2008, les foyers fiscaux strasbourgeois disposent d un revenu net imposable moyen inférieur de 6,5 % à celui observé dans la CUS ( ). De même, 51 % des foyers fiscaux étaient imposés contre 56 % dans la CUS. Les couples ou familles monoparentales représentent 49,2 % de la population. En 2008, encore, la commune compte logements. Le nombre de logements a moins progressé (5,2 %) qu en moyenne dans les autres grandes villes (7,3 %). Strasbourg, malgré ses réserves foncières, occupe l antépénultième position devant Paris et Nice. La population strasbourgeoise se distingue par ailleurs de l échantillon des 10 premières grandes villes par la faiblesse de la part des propriétaires de résidences principales (26,3 %, et 23,5 % en 1999). La moyenne pour les 10 plus grandes villes est de 35,3 %. Des 10 plus grandes villes, Strasbourg est la seule à avoir vu son taux de chômage augmenter entre 1999 et 2008 (+14 %). Inférieur à la moyenne (17,5 %) en 1999, il est, en 2008 à 15,5 %, supérieur à la moyenne (14,5 %). Sous l angle de ces divers indicateurs (population, logement, chômage, niveaux de revenus, ), Strasbourg a connu au cours de la dernière décennie une relative atonie en comparaison des autres grandes villes de France, et une incontestable perte de dynamisme, et ce malgré ses fonctions administratives (Parlement européen, Conseil de l Europe, écoles d administration, administrations régionales et départementales ) et touristiques. Ces constats renvoient à la situation globale de l Alsace, et en particulier du Bas-Rhin, qui connaît depuis la fin des années 90, un affaiblissement de ses facteurs de compétitivité économique. Le solde migratoire est devenu déficitaire. Depuis 2000, l Alsace se place à l avant-dernière position des régions métropolitaines en termes de progression du PIB par habitant, comme par emploi. 1.2 Le champ du contrôle Dans le cadre de sa programmation 2011, la chambre régionale des comptes d Alsace a procédé à l examen de la gestion de la ville de Strasbourg pour les exercices 2005 et suivants.

11 8/63 Le contrôle a porté, d une part, sur la fiabilité des comptes, la sincérité des résultats et la situation financière, au travers de plusieurs thèmes et, d autre part, sur les points suivants : - les suites données aux observations antérieures, - la gestion budgétaire et comptable, - l analyse financière des exercices 2005 et suivants, en approfondissant, en particulier : la fiscalité «ménages», la gestion de la dette, de la dette garantie et des risques externes (participations et délégations de services publics), - la gestion des legs et des assurances, - l accueil des élus européens, - le suivi de la fréquentation et des recettes de musées, - les relations avec le club de football Racing Club de Strasbourg. Après quelques difficultés initiales (retards dans les réponses), l instruction et la procédure se sont achevées avec des réponses apportées aux observations provisoires par les ordonnateurs successifs que la chambre s est attachée à prendre pleinement en compte. 1.3 Les suites données aux observations précédentes La chambre a examiné les suites données aux observations précédentes relatives aux relations avec le conseil général en matière d accueil des parlementaires européens, à la poursuite des travaux d inventaire des collections (en s intéressant plus spécialement au Cabinet des Estampes et des Dessins et au Musée Alsacien) et à la commission mixte paritaire Ville/CUS. Les deux premiers points sont repris ci-après dans le cadre des développements relatifs à l accueil des élus européens (point 5.3) et au suivi de la fréquentation et des recettes des musées (point 6). En ce qui concerne la commission paritaire (CMP) Ville/CUS, son existence s explique par le fait que la Ville et la CUS sont gérées par une administration commune depuis Par conséquent, chaque collectivité peut être amenée à porter des dépenses pour le compte de l autre, avec remboursement équivalent. Ainsi, la CUS emploie l ensemble des agents et refacture à la Ville la partie des coûts de personnel correspondant aux compétences de celle-ci, ainsi que les frais généraux y afférents. De la même façon, la CUS porte les budgets relatifs aux frais d administration générale et aux dépenses d investissement informatique qui donnent lieu à un remboursement par la Ville pour la part qui lui est imputable. A contrario, c est la Ville qui verse les pensions de droit local, la CUS remboursant celles relatives aux agents de sa compétence. La CMP est «chargée des rapports financiers entre la Ville et la CUS» selon l intitulé des procèsverbaux de ses réunions. L article 5 de la convention de 1972 précitée indique que «la ville indemnisera la CUS sur la base d un décompte annuel dûment justifié de tous frais résultant pour cette dernière des interventions de celle-ci». Dans son ROD du 20 février 2007, la chambre avait rappelé que «la fiabilité de la répartition des charges d administration unique, notamment de personnel, conditionne la fiabilité des comptes administratifs de la CUS et de la Ville, la sincérité de l équilibre de leur budget, la validité de leur analyse financière, la portée du contrôle exercé par la commission mixte paritaire et l information de l assemblée délibérante». Eléments de contexte L ensemble Ville/CUS n a pas de comptabilité analytique, ce qui rend l examen de la répartition des charges entre les deux entités encore plus significatif. La chambre précise cependant que la mise en place d une comptabilité analytique ne règlerait pas tous les problèmes puisqu il

12 9/63 conviendrait ensuite de la paramétrer et que ce travail implique des analyses suivies de choix qui en tant que tels peuvent également être discutés. Entre 2005 et 2010, les compétences de la CUS ont été étendues plusieurs fois. En 2007, le montant à répartir s élevait à 283,4 M, en 2008 à 290,7 M, en 2009 à 301,6 M et en 2010 à 308,6 M. En 2007, le total des dépenses de fonctionnement de la CUS était de 629,45 M et le montant à répartir représentait 45,02 % de ce total ; en 2010, le total des dépenses de fonctionnement s élevait à 699,3 M et le montant à répartir en représentait 44,13 %. La chambre a noté trois pourcentages significatifs : la part de la masse salariale ventilée selon les compétences propres et exclusives de chacune des structures (qui est de 64,8 % en 2010, 64 % en 2008 et 2009) ; une fraction de 28,3 % fait l objet de prorata calculés et le solde de 6,9 % faisant l objet de prorata forfaitaires. La chambre a constaté le renforcement de l équipe chargée de la répartition au sein de la direction des finances et de la programmation, l actualisation de certaines données, la mise en place d un processus de traitement documenté (guide méthodologique), la fiabilité de la répartition et l existence d une convention conclue avec l œuvre Notre-Dame. Mise en place d un processus de traitement documenté La chambre avait souligné l absence d un tel document. Depuis, il a été mis en place un groupe de travail sous le pilotage du service du Contrôle de gestion qui a élaboré un support méthodologique complet visant à assurer la traçabilité de la méthode de remboursement des frais entre la Ville et la CUS. Ce document couvre non seulement la ventilation de la masse salariale et des dépenses de personnel, mais aussi les frais de fonctionnement des services communs, les dépenses d'investissement informatique et les pensions de droit local. II décrit les méthodes de calcul utilisées. Depuis 2009, le rapport à la commission mixte paritaire a été largement étoffé, notamment sur la base du document méthodologique : explication plus détaillée de la méthode, insertion des fiches de calcul des clés de répartition des services/directions concernés. Les outils informatiques ont été modifiés. La chambre constate qu un guide méthodologique a été mis en place et qu il est produit un document de référence plus complet. Elle relève cependant qu il date de 2008 et qu il n a pas fait l objet d une mise à jour tous les ans en fonction des éléments nouveaux dont il devrait tenir compte. Le 29 avril 2010 s est tenue une réunion préparatoire à la réunion de la CMP faisant suite au souhait exprimé par celle-ci le 6 mai 2009 de réviser la masse salariale de certains services. La chambre prend acte de cette démarche mise en œuvre en 2010 et qui constitue une avancée à mettre au crédit de la Ville/CUS avec pour objectif une répartition à la fois équitable et transparente. Les comptes rendus à la Ville L article 4 de la convention de 1972 prévoit que «la CUS rendra régulièrement et périodiquement compte des activités exercées pour le compte de la Ville» et répondra «à toute demande expresse qui lui serait faite sur tel point particulier», mais ces dispositions ne font l objet d aucune précision et il n y a eu aucune demande de la Ville sur la période vérifiée.

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 4 décembre 2006 Références à rappeler : JP/ROD II 033002529 Monsieur le Maire, Par lettre du 21 mars 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés»

Alerte. «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» Alerte «Les Organisations Syndicales doivent établir des comptes annuels pour 2009 ainsi que des comptes consolidés» La loi du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS (091 034 286) 6 ème section N /G/126/n A.52 Séance du 5 août 2003 RECOMMANDE AVEC A.R. Commune de Grigny (91) Budget primitif 2003 Article L. 1612-5 du Code général des collectivités territoriales AVIS

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR

STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR STATUTS POUR LA REGIE DU SERVICE PUBLIC DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF DE LA CINOR Article 1 STATUT DE LA REGIE La régie nommée «Régie du Service Public de l Assainissement Non Collectif de la CINOR»

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

LE CADRE COMPTABLE GENERAL

LE CADRE COMPTABLE GENERAL LE CADRE COMPTABLE GENERAL Chaque plateforme est dans l obligation d établir des comptes annuels (bilan, compte de résultat et annexe) et de se référer au Plan Comptable Général. Quels sont les principes

Plus en détail

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF

ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF ELABORATION ET EXECUTION DU PROJET DE PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS PUBLICS ADMINISTRATIF INTRODUCTION Un Etablissent Public Administratif est une personne morale de Droit Public, dotée de l autonomie

Plus en détail

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions.

CONFIDENTIEL. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS. Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP. Présentation des conclusions. 13, avenue de l Opéra F-75001 PARIS Rapport sur la situation de trésorerie de l UMP Présentation des conclusions 8 juillet 2014 ETENDUE ET LIMITES Le Cabinet Advolis, conformément à la mission qui lui

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES Date d envoi à fin de notification : 06/06/2013 Date de communicabilité : 21/06/2013 ROD.0565 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES Commune de Mers-les-Bains (Département de la Somme) SUIVI DE LA REPONSE

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage

Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage Délibération n 40 du 22 mars 2007 Portant règlement comptable et financier de l Agence française de lutte contre le dopage L Agence française de lutte contre le dopage, Vu la loi n 2006-405 du 5 avril

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

CENTRE SOCIAL CONVENTION FINANCIERE 1 er TRIMESTRE 2005 TITRE I OBLIGATIONS DE LA COMMUNE TITRE II OBLIGATIONS DU CENTRE SOCIAL

CENTRE SOCIAL CONVENTION FINANCIERE 1 er TRIMESTRE 2005 TITRE I OBLIGATIONS DE LA COMMUNE TITRE II OBLIGATIONS DU CENTRE SOCIAL CENTRE SOCIAL CONVENTION FINANCIERE 1 er TRIMESTRE 2005 PREAMBULE TITRE I OBLIGATIONS DE LA COMMUNE TITRE II OBLIGATIONS DU CENTRE SOCIAL TITRE III DISPOSITIONS DIVERSES 1/9 ENTRE LES SOUSSIGNES - La Ville

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général

Xxxx, le. Monsieur le président du conseil général PRÉFET DE DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES ET DES ELECTIONS Xxxx, le Bureau des finances et du contrôle budgétaire Affaire suivie par Mél. xx@xxx.gouv.fr Le préfet de la région de

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Mai 2015 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2014 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 24 avril 2007 Références à rappeler : JP/CB/RODII/040023999 Monsieur le Président, Par lettre du 27 novembre 2006, je vous ai fait connaître

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Le budget communal : les principes généraux 1

Le budget communal : les principes généraux 1 Le budget communal : les principes généraux 1 G E S T I O N L article 4 du décret n 62-1587 du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique définit le budget comme "l acte par

Plus en détail

DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif

DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DCG session 2014 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif DOSSIER 1 ACQUISITION D UNE IMMOBILISATION AVEC CLAUSE DE RÉSERVE DE PROPRIÉTÉ 1. Rappeler la définition d une clause de réserve de propriété.

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE

CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE Avril 2014 CERTIFICATION DES COMPTES DE L ASSEMBLEE NATIONALE EXERCICE 2013 RAPPORT DE CERTIFICATION La Cour des comptes a réalisé un audit en vue de la certification des comptes de l Assemblée nationale.

Plus en détail

OFFICE DES TRANSPORTS DE LA CORSE (OTC) (CORSE-DU-SUD) ARTICLE L. 1612-5 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES

OFFICE DES TRANSPORTS DE LA CORSE (OTC) (CORSE-DU-SUD) ARTICLE L. 1612-5 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES OFFICE DES TRANSPORTS DE LA CORSE (OTC) (CORSE-DU-SUD) ARTICLE L. 1612-5 DU CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES REFERENCE : SAISINE N 2013/003 Bis SEANCE DU 22 JUILLET 2013 A V I S Par lettre

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire.

Fiche 41. C est le seul document budgétaire au sens strict qui soit obligatoire. Fiche 41 otions clés sur les documents budgétaires Deux sortes de documents peuvent être distingués : d une part, ceux qui prévoient et autorisent, ce sont les budgets au sens strict et d autre part, les

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES

INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES 1 INSTRUCTION BUDGETAIRE ET COMPTABLE M14 TOME 2 - ANNEXES Version en vigueur au 1 er janvier 2014. 2 LISTE DES ANNEXES ANNEXE N 1 : Liste des chapitres budgétaires des budgets votés par nature... 3 ANNEXE

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

Le bilan financier. Les dépenses. C O M P T E R E N D U D A C T I V I T E 2 0 1 2 - P a g e 1 1 0

Le bilan financier. Les dépenses. C O M P T E R E N D U D A C T I V I T E 2 0 1 2 - P a g e 1 1 0 Le bilan financier A chaque fin d exercice, les comptes définitifs permettent de retracer de manière détaillée l exécution du budget et les modifications budgétaires intervenues lors de l année. L exécution

Plus en détail

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général,

Bordeaux, le 4 mai 2009. Le Président. Monsieur le Directeur général, Le Président Bordeaux, le 4 mai 2009 Références à rappeler : CM//RODII Grands garages et parkings de Bordeaux Monsieur le Directeur général, Par lettre du 1 er avril 2008, vous avez été informé que la

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan de Rénovation équipement d accueil de jeunes enfants Décembre 2013 1/8 2/8 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE POSTE COMPTABLE DE : TRESORERIE DE CHOLET MUNICIPALE SERVICE PUBLIC LOCAL M. 49 (1) Compte administratif BUDGET : SPANC (2)

REPUBLIQUE FRANÇAISE POSTE COMPTABLE DE : TRESORERIE DE CHOLET MUNICIPALE SERVICE PUBLIC LOCAL M. 49 (1) Compte administratif BUDGET : SPANC (2) REPUBLIQUE FRANÇAISE Numéro SIRET 24490070000166 COLLECTIVITE DE RATTACHEMENT EPCI COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DU CHOLETAIS POSTE COMPTABLE DE : TRESORERIE DE CHOLET MUNICIPALE SERVICE PUBLIC LOCAL M. 49

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Il comporte 3 phases successives :

NOTICE EXPLICATIVE. Il comporte 3 phases successives : service de pilotage du dispositif de sortie des emprunts a risque NOTICE EXPLICATIVE Vous avez déposé avant le 30 avril auprès du représentant de l Etat dans votre territoire un ou plusieurs dossier(s)

Plus en détail

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015

La Lettre de l Et@t en Dordogne 10 juillet 2015 10 juillet 2015 Edito Cette nouvelle lettre de l Etat est spécifique et a pour thème : La Commune Nouvelle. Elle a pour objectif d expliquer ce qu est cette entité territoriale, de vous présenter les modalités

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES CREDIT SUISSE AG PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) CREDIT SUISSE AG (Succursale) Dotation : 60 244 902 Adresse de la succursale en France : 25, avenue Kléber, 75784 Paris

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes annuels des associations

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : DCh/ROD II/047090994 Bordeaux, le 20 Mai 2008 Monsieur le Président, Par lettre du 14 juin 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d'aquitaine

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

P R E M I E R A V I S

P R E M I E R A V I S Formation : Chambre Rapport n 2006-0056 Séance du 8 juin 2006 RECOMMANDE AVEC A.R. SYNDICAT MIXTE DU PAYS THOUARSAIS (N 079 041 977) CONTROLE BUDGETAIRE Article L.1612-15 du code général des collectivités

Plus en détail

1. Définition des composantes de la trésorerie

1. Définition des composantes de la trésorerie Avis n 2015-06 du 3 juillet 2015 relatif à la norme 10 «Les composantes de la trésorerie» du Recueil des normes comptables de l Etat Le Conseil de normalisation des comptes publics a adopté le 3 juillet

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Bordeaux, le 19 novembre 2007 Le Président Références à rappeler : DC/CB/ROD-II/ 024 045 997 Monsieur le Directeur, Par lettre du 3 août 2006, vous avez été informé

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014.

Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014. Avis n HCFP-2015-02 relatif au solde structurel des administrations publiques présenté dans le projet de loi de règlement de 2014 22 mai 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par le Gouvernement

Plus en détail

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45

Section 3 Les brevets, les marques et les logiciels...45 1 Aspects comptables...45 A Au moment de l entrée en comptabilité...45 3 SOMMAIRE Introduction : Des origines de la comptabilité...17 Partie I les sources du droit comptable luxembourgeois...19 Chapitre 1 Les sources légales...21 Section 1 Les sources internationales...21

Plus en détail

AVIS. COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013. Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe GPU bâtiment K43

AVIS. COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013. Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe GPU bâtiment K43 (095003.018) 6 ème section N /G/106/A-20 Séance du 15 juillet 2014 RECOMMANDE AVEC A.R AVIS COMMUNE D ARGENTEUIL (95) Compte administratif 2013 Budget Ville Budget annexe GPU bâtiment Alembert Budget annexe

Plus en détail

Monsieur le Président,

Monsieur le Président, Le Président TOULOUSE, le 29 décembre 2006 N/Réf. : BO6 344 01 Monsieur le Président, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PROFESSIONNELLES 111 Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles A côté d autres concours de l État, de nature

Plus en détail

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX

GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX GARANTIES LOYERS IMPAYÉS ANNEXES BAUX COMMERCIAUX SOMMAIRE LOYERS IMPAYÉS...3 CHAPITRE I CE QUI EST GARANTI...3 CHAPITRE II MONTANT...3 CHAPITRE III CE QUI N EST PAS GARANTI...3 CHAPITRE IV EN CAS DE SINISTRE...4

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

Compte d exploitation

Compte d exploitation Compte d exploitation Classe 6 : Comptes de charges 60 Achats 606120 Energie ; électricité. 606130 Chauffage. 606220 Produits d entretien 606281 Petit Equipement 606400 Fournitures de bureau 61 Services

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC

SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC SYNDICAT NATIONAL DE LA BANQUE ET DU CREDIT SNB CFE-CGC 2 rue Scandicci 93691 PANTIN CEDEX RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le 31 décembre 2012 Philippe PILLOT Commissaire

Plus en détail

MonFinancier Vie. Contrat d assurance vie individuel et multisupport

MonFinancier Vie. Contrat d assurance vie individuel et multisupport MonFinancier Vie Contrat d assurance vie individuel et multisupport DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. MonFinancier Vie est un contrat d assurance vie individuel. 2. Les garanties du contrat sont

Plus en détail

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public?

Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Le projet Hélios va t il bouleverser les relations Collectivités / Trésor Public? Mardi 12 juin 2007 Saint-Germain Germain-en en -Laye Contexte Pontault-Combault Département : Seine et Marne Population

Plus en détail

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros

Convocations. Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts. Ales Groupe. Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros 21 mai 2012 BULLETIN DES ANNONCES LEGALES OBLIGATOIRES Convocations Assemblées d'actionnaires et de porteurs de parts Ales Groupe Société anonyme au capital de 28.242.582 Euros Siège social : 99, rue du

Plus en détail

SCPI Renovalys 2. Editorial. SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 13 Décembre 2013

SCPI Renovalys 2. Editorial. SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 13 Décembre 2013 SCPI Déficit Foncier à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 13 Décembre 2013 Editorial Toute l équipe d Avenir Finance Investment Managers adresse ses meilleurs vœux aux associés de la SCPI

Plus en détail

LES COMPTES 2014 SOMMAIRE DE L ANNEXE :

LES COMPTES 2014 SOMMAIRE DE L ANNEXE : SOMMAIRE DE L ANNEXE : 1. Evènements significatifs de l exercice... 2 1.1. Vie de l association... 2 1.2. Comptes 2014... 2 2.1. Référentiel... 2 2.2. Méthodes d évaluation... 2 2.2.1. Les immobilisations...

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail