Révisé pour janvier 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Révisé pour janvier 2014"

Transcription

1 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics du Canada (APC) dans le mécanisme d agrément de l Association médicale canadienne (AMC) 1. La correspondance Révisé pour janvier 2014 Comme preuve pour satisfaire au critère essentiel 1.3, le programme doit établir la correspondance entre son programme d études et toutes les compétences du PNCP (version 2011). La documentation doit démontrer que le programme d études inclut toutes les sous-compétences énoncées dans le NOCP et les sous-compétences doivent être vérifiables dans les objectifs d apprentissage des plans de cours du programme. Les objectifs d apprentissage doivent clairement refléter chacune des sous-compétences. Les inspecteurs ne devraient pas avoir à décider si un objectif trop vague ou ambigu est relié ou non à une compétence. Bien que les compétences particulières soient chose courante à tous les niveaux des professions paramédicales, il n en est pas toujours de même pour les sous-compétences. Ainsi, à l intérieur d une compétence particulière, les termes utilisés pour décrire les souscompétences peuvent varier du PSC au PSA ou au PSP. À chaque niveau paramédical suivant, on s attend à ce que les objectifs d apprentissage du niveau précédent, et parfois plus, soient atteints. Les programmes PSA et PSC doivent s assurer que leurs objectifs d apprentissage reflètent toute exigence de connaissances ou comportement de niveau supérieur, tel qu il est mentionné dans le profil. Si le processus de validation le requiert, d autres documents comme les modules de cours ou le matériel pédagogique élaboré par le programme (et non les manuels de cours) peuvent servir de preuve. Tout autre document produit par le programme doit aussi se trouver dans la correspondance. Le matériel fourni comme preuve doit comprendre des objectifs d apprentissage clairs, c.-à-d. les connaissances, les aptitudes et le comportement escomptés au terme de la formation. Pour répondre aux exigences de l agrément, la correspondance doit énumérer chaque compétence particulière et sous-compétence et indiquer le cours où chaque souscompétence est enseignée et son objectif correspondant [voir le format recommandé dans les Lignes directrices à l intention des programmes dans la préparation du tableau de correspondance du profil des compétences (critère 1.3) des Services de l agrément de l AMC]. Le PNCP indique que les annexes 4 (Pathophysiologie) et 5 (Médications) sont des lignes directrices. Il n est pas nécessaire d établir la correspondance de ces annexes. page 1 de 7

2 Un programme pourrait ajouter des compétences à celles des PNCP afin de répondre aux exigences de ces intervenants ou d une autorité locale. Le cas échéant, le programme doit préciser lesquelles de ces compétences supplémentaires sont obligatoires et lesquelles sont facultatives, c.-à-d. les compétences qui pourraient être acquises si l occasion d apprentissage se présentait. Les programmes doivent préciser le niveau de rendement requis pour toute compétence obligatoire ajoutée. Les compétences supplémentaires doivent être liées aux professions paramédicales de la province. Les programmes sont invités à consulter les Lignes directrices à l intention des programmes dans la préparation du tableau de correspondance du profil des compétences (Critère 1.3). 1.1 Correspondance aux exigences des organismes provinciaux de réglementation À ce jour, l AMC a signé des ententes avec l Alberta College of Paramedics, l Association des paramédics du Nouveau-Brunswick et le Saskatchewan College of Paramedics. Dans ces provinces, l agrément des programmes paramédicaux sera fondé sur le PNCP, ainsi que sur toute exigence supplémentaire prescrite par l organisme de réglementation provincial. Les programmes de ces provinces doivent présenter la correspondance aux PNCP, ainsi qu aux exigences provinciales supplémentaires. Les exigences provinciales et le profil national des compétences se trouvent sur le site des Services de l agrément de l AMC à 2. Outils d évaluation Pour le critère 1.4, le mécanisme d agrément s attend à ce que les programmes conçoivent des outils et des processus d évaluation de la maîtrise dont fait preuve l étudiant dans chaque compétence particulière «S» (simulation), «C» (clinique) et «P» (préceptorat). Le programme doit également établir des paramètres clairs d évaluation et faire consigner les évaluations par un instructeur ou un précepteur qualifié. Les outils d'évaluation doivent confirmer que les compétences particulières «S», «C» et «P» sont démontrées et évaluées dans l environnement requis. La maîtrise des compétences particulières «C» et «P» doit être démontrée avec un patient. Dans tous les cas, lorsque l outil d évaluation comprend des groupes de compétences, on s attend à ce que le programme démontre comment il évalue la maîtrise que possède un étudiant de chaque compétence particulière. 3. Suivi ou vérification de l atteinte des compétences de l étudiant Une compétence est atteinte lorsque l étudiant a démontré qu il la maîtrise. Définition de «maîtrise» selon l APC Le Conseil d administration de l APC approuve la définition suivante : page 2 de 7

3 La maîtrise consiste à démontrer les compétences spécialisées, les connaissances et les aptitudes conformément aux principes suivants : uniformité (la capacité de répéter des techniques et des résultats; il faut à cette fin les exécuter plus d une fois dans le milieu de rendement approprié) indépendance (capacité de pratiquer sans aide) opportunité (capacité de pratiquer dans un délai qui améliore la sécurité du patient) précision (capacité de pratiquer en utilisant les bonnes techniques et d atteindre les résultats visés) pertinence (capacité de pratiquer conformément aux normes et aux protocoles décrits dans l administration où travaille le professionnel) 3.1 Consignation de l atteinte des compétences de l étudiant Le processus d évaluation doit comprendre un système de vérification continue des compétences particulières «S», «C» et «P». Le processus d évaluation doit permettre au programme de vérifier le rendement de chaque étudiant régulièrement afin d en noter les tendances et les points à améliorer avec le temps, ainsi que le nombre et la variété de cas traités. 3.2 Consignation des aptitudes de l étudiant Comme preuve pour satisfaire au critère essentiel 1.5 de la phase I, le programme doit présenter un échantillon représentatif des évaluations de trois étudiants (dont les noms ont été caviardés ou qui ont signé une autorisation de divulgation). Les documents fournis doivent démontrer que les étudiants maîtrisent les compétences particulières dans chacun des trois environnements du niveau de pratique approprié. Pour l évaluation de la phase I, les programmes devraient au moins fournir les éléments suivants pour les trois étudiants : des grilles d évaluation qui valident l atteinte de deux des compétences particulières «S» des grilles d évaluation du stage en milieu hospitalier pour vérifier l atteinte de deux des compétences particulières «C» des grilles d évaluation en préceptorat (y compris des dossiers ou des listes de soins aux patients) pour vérifier l atteinte de deux des compétences particulières «P» dans le domaine 6 (Intégration). un tableau documentant l atteinte de toutes les compétences particulières «S», «C» et «P» requises au niveau de pratique Au cours de la visite de la phase II, l'équipe d'inspecteurs étudie l ensemble des dossiers complets des grilles d évaluation d au moins trois étudiants pour voir si toutes les compétences particulières «S», «C» et «P» ont été atteintes. page 3 de 7

4 Peu importe le format des grilles d évaluation (papier ou électronique) que le programme utilise, la documentation fournie pour les trois étudiants doit comprendre: les outils d évalution ou des mises en situation complètes permettant de valider l atteinte des compétences «S» les documents ou outils d évaluation pour chaque patient rencontré et chaque appel ayant servi à évaluer les compétences «C» et «P» de l étudiant les détails des soins réels prodigués au patient, par ex., les médicaments administrés ou les procédures appliquées la validation que l étudiant a démontré les compétences sur lesquelles l évaluation est fondée une description des points à améliorer chez l étudiant et les mesures prises pour l aider, comme il se doit Les compétences particulières «S», «C» et «P» doivent être démontrées avec succès dans l environnement approprié (ou supérieur) au moins deux fois. 4. Stages cliniques et pratiques et fonction de précepteur Comme preuve pour satisfaire au critère essentiel 3.5, les programmes doivent démontrer qu ils offrent à tous les étudiants inscrits des possibilités adéquates de formation clinique et de préceptorat. On s attend à ce que les programmes agréés fournissent aux étudiants des situations d apprentissage sous forme de rotations en clinique et de préceptorat qui leur permettront d effectuer les compétences requises au niveau débutant de la profession. L exigence minimale est la démonstration de toutes les compétences particulières du PNCP désignées «C» ou «P» selon la définition de maîtrise de l APC. 5. Utilisation de la simulation hautement fidèle pour démontrer les compétences «C» et «P» Il est possible de simuler certaines des compétences «C» et «P». Veuillez consulter l Annexe A du PNCP pour de plus amples renseignements. Le programme doit clairement indiquer toute compétence «C» et «P» ayant été évaluée et atteinte en simulation hautement fidèle au lieu de l environnement indiqué. 6. Champ d exercice et direction médicale Le mécanisme d'agrément reconnaît que chaque province a ses propres lois et règlements régissant la pratique paramédicale. Ainsi, le programme de formation doit veiller à se conformer aux instances et aux règlements en vigueur dans la province où ses étudiants effectuent des stages cliniques et pratiques. Il doit également se conformer aux exigences locales ou provinciales pour la direction médicale et à toutes les exigences liées aux actes médicaux délégués par un médecin aux précepteurs qui superviseront et évalueront les étudiants au cours d un préceptorat. Le programme de formation doit vérifier auprès de chacun des sites de stage pratique si le champ d'exercice du personnel paramédical dans la région correspond bien aux PNCP, si les étudiants seront exposés à des procédures supplémentaires exécutées par le personnel page 4 de 7

5 paramédical de cette région ou à ce service d'urgence, et s ils auront le droit d'exécuter de telles procédures sous l autorité du directeur médical du site de stage pratique. Le programme doit veiller à ce que les étudiants possèdent les connaissances et les compétences voulues pour toutes les procédures qui seront effectuées au cours des stages cliniques et pratiques. 7. Choix et formation du précepteur 7.1 Compétences minimales du précepteur Les précepteurs doivent posséder les compétences que doit acquérir l étudiant ainsi que l expertise suffisante pour en évaluer la capacité à intégrer les connaissances et les aptitudes dans la pratique. Dans le cas du personnel paramédical, cela signifie que le précepteur est qualifié au moins au niveau de pratique enseigné. Le programme doit savoir que dans certaines provinces, l organisme réglementaire établit des critères particuliers pour la sélection du précepteur. Tel est le cas en Alberta où, pour se conformer au critère 3.1, on doit respecter les critères provinciaux. Les précepteurs doivent être en mesure d évaluer le rendement des étudiants de façon objective et impartiale. Par conséquent, le programme doit s assurer que le jumelage d un étudiant à un précepteur en particulier pour son stage clinique et pratique ne place pas l étudiant ou le précepteur en position réelle ou perçue de conflits d intérêts en raison de leur relation professionnelle. Les précepteurs sont tenus de connaître les PNCP et la définition de «maîtrise» de l APC, de même que les compétences requises du programme. 7.2 Formation requise Les précepteurs devraient être formés sur les outils et les processus d évaluation utilisés par le programme. Chaque programme doit déterminer la méthode la plus efficace et la plus pratique de former ses précepteurs. Peu importe la méthode choisie, cette formation vise à familiariser les précepteurs avec les résultats escomptés lors de l apprentissage ainsi qu avec les processus d évaluation de la maîtrise des compétences de l étudiant; elle vise également à assurer que les précepteurs sont capables d assumer leurs responsabilités quant à évaluer régulièrement le rendement des étudiants, et ce, de façon fiable. Cette information devrait être fournie comme preuve pour le critère 1.5 démontrant que le programme dispose des mécanismes adéquats pour assurer la constance dans l évaluation des compétences de l étudiant. En plus d assurer une formation sur les outils d évaluation, le programme est responsable de développer chez les précepteurs l aptitude à enseigner, à encourager et à commenter régulièrement l apprentissage de l étudiant. Le perfectionnement des habiletés pédagogiques et éducatives particulières devrait servir de preuve pour le critère 3.2. page 5 de 7

6 8. Supervision des étudiants 8.1 Supervision adéquate Les programmes sont tenus de fournir aux étudiants une supervision adéquate pendant la formation. On entend par supervision adéquate une supervision directe par un praticien certifié ou qualifié jusqu à ce que l étudiant démontre sa capacité à performer toutes les compétences particulières des PNCP conformément à la définition de l'apc. La supervision indirecte est acceptable lorsqu un étudiant a démontré sa capacité de performer les compétences particulières des PNCP. Cependant, le précepteur doit toujours rester à proximité, prêt à pouvoir aider l étudiant immédiatement, dès que la situation l exige. 8.2 Composition des équipes de paramédics pour le préceptorat Afin de soutenir la formation paramédicale des étudiants à tous les niveaux de pratique, les équipes sont normalement composées d un précepteur, d un étudiant et d un chauffeur pour un total de trois personnes incluant deux praticiens. Pour le niveau PSP, c est la seule combinaison acceptable lors du préceptorat. Clarification sur le préceptorat en équipe de deux personnes (PSA et PSC seulement) L APC considère qu une expérience d apprentissage à deux personnes est acceptable pour la formation PSA et PSC. Cependant, ni le précepteur, ni l étudiant ne devraient conduire. Si le précepteur est au volant, il ne peut superviser l étudiant comme il se doit, et n est pas en mesure d évaluer l atteinte des compétences de l étudiant. Que ce soit le précepteur ou l étudiant qui conduit, l étudiant ne peut pas être évalué. Les compétences démontrées sur les lieux, sous supervision directe, peuvent être évaluées. Il se peut que l organisme provincial de réglementation n accepte pas les équipes de deux. Le programme est alors tenu de demander à l organisme l autorisation de former des équipes de deux personnes. Clarification sur le préceptorat en équipe de deux étudiants et d un précepteur (pour PSA seulement) L APC a confirmé qu une équipe composée de deux étudiants en PSA et d un précepteur est une expérience de formation acceptable, mais seulement si les deux étudiants en PSA sont reconnus comme étant des PSP et sont employés par le service d urgence où s effectue le stage pratique. Cependant, les deux étudiants ne peuvent pas être évalués pour la même compétence lors de la même intervention. Il se peut que l organisme provincial de réglementation n accepte pas les équipes de deux étudiants et un précepteur. Le programme est alors tenu de demander à l organisme l autorisation de former des équipes de deux étudiants et d un précepteur. page 6 de 7

7 9. Résultats des examens professionnels Comme preuve pour satisfaire au critère essentiel 1.5, les résultats des examens de certification ou d inscription doivent être présentés dans les cas ou de tels examens sont exigés à l échelle provinciale ou régionale. 10. Reconnaissance de l apprentissage préalable pour passer au niveau suivant Pour tous les éléments des PNCP, sauf la section 6 (Intégration), un programme PSA peut consentir des crédits d apprentissage préalable pour des compétences particulières et des sous-compétences en PSA. Cependant, le programme doit fournir les deux preuves que : 1) il possède un système documenté pour valider que les étudiants entrant au programme en PSA possèdent les compétences particulières en PSP requises; 2) chaque étudiant a été évalué dans l'environnement de pratique exigé pour chacune des compétences particulières créditées. Ces systèmes de validation pourraient comprendre ce qui suit : la condition que les candidats soient diplômés d un programme PSP agréé par l AMC une évaluation du programme PSP démontrant que les compétences pertinentes ont été évaluées dans l environnement approprié un test évaluant les capacités à appliquer les compétences en PSP des modules permettant de revoir et de vérifier les compétences PSP pertinentes dans l environnement de pratique exigé, avant l admission au programme Pour la section 6 des PNCP, le programme en PSA doit former et évaluer les étudiants pour toutes les compétences particulières des PNCP au niveau PSA dans l'environnement de pratique requis. Les principes énoncés ci-dessus s'appliquent également lors du passage du niveau PSA au niveau de pratique PSC. 11. Programmes de perfectionnement et agrément de ces programmes Un programme de perfectionnement peut être agréé s il offre une formation conforme aux compétences spécifiées dans les PNCP requises pour le niveau de pratique en question. On s attend à ce que le programme de perfectionnement démontre le processus d évaluation et de reconnaissance des acquis (ÉRA) utilisé pour déterminer les compétences préalablement acquises ainsi que les compétences à inclure dans le programme de perfectionnement (voir la preuve requise pour la reconnaissance de l apprentissage préalable ci-dessus). page 7 de 7

MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER

MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER Veuillez prendre note: L'évaluation de l'acts est acceptée dans toutes les provinces et les territoires

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015)

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE. PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) École de réadaptation Programme de physiothérapie DOCUMENT DE RÉFÉRENCE PROCÉDURES POUR COMPLÉTER LE PORTFOLIO ÉLECTRONIQUE ET DÉFINITION DES COMPÉTENCES TRANSVERSALES (version 2015) Préparé par Direction

Plus en détail

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia

ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA. entre. Le College of Midwives of British Columbia ENTENTE SUR LA MOBILITÉ DES SAGES-FEMMES AU CANADA entre Le College of Midwives of British Columbia et L Alberta Midwifery Health Disciplines Committee et Le College of Midwives of Manitoba et L Ordre

Plus en détail

Document d orientation sur le Plan provincial de formation des manipulateurs d aliments. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Document d orientation sur le Plan provincial de formation des manipulateurs d aliments. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Document d orientation sur le Plan provincial de formation des manipulateurs d aliments Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Novembre 2013 Table des matières Préambule... 3 Objet... 3 Avis

Plus en détail

Demande d Inscription Initiale

Demande d Inscription Initiale Demande d Inscription Initiale ATTENDEZ D AVOIR TOUTE LA DOCUMENTATION REQUISE AVANT DE REMPLIR CE FORMULAIRE. Documents requis : Il incombe aux candidats de s assurer que leur relevé de notes est envoyé

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

DEMANDE DE CANDIDATURES

DEMANDE DE CANDIDATURES DEMANDE DE CANDIDATURES lancé par la Société Parkinson Canada / Parkinson Society Canada PROGRAMME DE BOURSES CLINIQUES EN TROUBLES DU MOUVEMENT 17 novembre 2014 : Date de publication 2 février2015 (à

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel FICHE DE RENSEIGNEMENTS N o 8 CONTRÔLEUSES ET CONTRÔLEURS DE LA CONFORMITÉ Révisée : Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. FONDEMENT...

Plus en détail

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN

ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN ÉNONCÉ DE PRINCIPE ORTHOPHONISTES AYANT RECOURS AU PERSONNEL DE SOUTIEN DATE D APPROBATION: octobre 2007 NOUVELLE MISE EN PAGE: mai 2014 Les tâches que l orthophoniste assigne au personnel de soutien,

Plus en détail

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs

Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs Cadre Pancanadien Des Principes Directeurs & Des Éléments Essentiels Aux Programmes de Transition pour les Infirmières et Infirmiers Formés À L étranger Publié par : Association canadienne des écoles de

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Guide à l intention de l étudiant CA

Guide à l intention de l étudiant CA Guide à l intention de l étudiant CA Exigences en matière d expérience pratique 2010 En vigueur le 1 er septembre 2010 Table des matières Nouvelles exigences en matière d expérience pratique Introduction...........

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014.

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014. 1966 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 4 juin 2014, 146 e année, n o 23 Partie 2 sans qu il n ait exercé dans ce domaine doit compléter avec succès le programme de mise à niveau déterminé par l Ordre. Ce programme

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE) Services à la famille et Logement Manitoba Programme de garde d enfants du Manitoba Éducateur ou éducatrice des jeunes enfants : Programme d attestation des compétences acquises à l étranger (EJE : ACAE)

Plus en détail

À venir en septembre 2015

À venir en septembre 2015 Nouveau module sur la gestion du diabète À venir en septembre 2015 Croix Bleue Medavie Gestion des maladies chroniques Au début de 2015, Croix Bleue Medavie a annoncé sa nouvelle approche de gestion des

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Politiques de formation harmonisées des CPA

Politiques de formation harmonisées des CPA PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE Politiques de formation harmonisées des CPA Recueil des directives relatives au Programme de formation préalable des CPA et au Programme de formation professionnelle

Plus en détail

POURQUOI IL EST IMPORTANT DE CONSERVER VOTRE TITRE DE MÉDIATEUR AGRÉÉ OU DE MÉDIATEUR BREVETÉ

POURQUOI IL EST IMPORTANT DE CONSERVER VOTRE TITRE DE MÉDIATEUR AGRÉÉ OU DE MÉDIATEUR BREVETÉ PROGRAMME DE FORMATION PERMANENTE ET DE PARTICIPATION POUR MÉDIATEURS AGRÉÉS ET BREVETÉS Programme de formation permanente et de participation (FPP) pour médiateurs agréés et brevetés Directives, catégories

Plus en détail

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR)

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Objet Le Registre canadien de greffe (Registre CTR) comprend la liste nationale des patients

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

Validation des acquis de l expérience

Validation des acquis de l expérience 1 Guide pour la formation professionnelle initiale 2 Impressum Editeur: Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), Berne Version: 1 Langues: d / f / i Date de publication:

Plus en détail

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours

Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Automne 2011 Service des programmes et du développement pédagogique Balises pour les modifications aux descriptifs de cours Contexte Au Cégep Marie

Plus en détail

Lignes directrices relatives au processus de reconnaissance des acquis pour les élèves du secondaire 1 au secondaire 4

Lignes directrices relatives au processus de reconnaissance des acquis pour les élèves du secondaire 1 au secondaire 4 ANNEXE A Lignes directrices relatives au processus de reconnaissance des acquis pour les élèves du secondaire 1 au secondaire 4 Toutes les divisions scolaires doivent élaborer et mettre en œuvre des politiques

Plus en détail

Programmes en formation pratique intégrée

Programmes en formation pratique intégrée Programmes en formation pratique intégrée Premier cycle : Baccalauréat en sciences comptables Novembre 2010 L emploi du générique masculin dans ce document est utilisé sans aucune discrimination et uniquement

Plus en détail

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains

Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains Politique sur l éthique de la recherche avec des sujets humains 12.03.28.10 12.11.27.09 13.06.12.08 Préambule La présente politique traduit l engagement du Cégep à promouvoir et à faire respecter les règles

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Stratégie d'emploi pour les jeunes des Premières Nations et les jeunes Inuits - Programme connexion compétences Lignes directrices nationales 2012-2013

Plus en détail

Examen Final Commun 2015 La méthode d évaluation axée sur les compétences

Examen Final Commun 2015 La méthode d évaluation axée sur les compétences Examen Final Commun 2015 La méthode d évaluation axée sur les compétences Informations I. Aperçu et généralités II. Le processus d évaluation - Jour 1 III. Le processus d évaluation - Jours 2 et 3 Le programme

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L'ÉDUCATION CONTINUE DE L'ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES DESIGNERS D INTÉRIEUR DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR L'ÉDUCATION CONTINUE DE L'ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES DESIGNERS D INTÉRIEUR DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR L'ÉDUCATION CONTINUE DE L'ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES DESIGNERS D INTÉRIEUR DU QUÉBEC Document déposé le 25 avril 2012 RÈGLEMENT SUR L'ÉDUCATION CONTINUE DE L'ASSOCIATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Introduction. Date d application Les normes et modalités d évaluation entrent en vigueur à compter du 30 août 2012.

Introduction. Date d application Les normes et modalités d évaluation entrent en vigueur à compter du 30 août 2012. Proposé par le conseil de participation enseignante À sa rencontre du 29 avril 2013 Approuvé par la direction, Chantal Beauchemin Le conseil d établissement a été informé lors de la séance du 9 mai 2013

Plus en détail

Excel-Langue Traduction et Revision Architect Fact Sheet 2009

Excel-Langue Traduction et Revision Architect Fact Sheet 2009 ARCHITECTES Ordre des architectes du Manitoba Vous commencez un nouveau parcours au Manitoba et l Ordre des architectes du Manitoba vous souhaite la bienvenue. Il existe deux langues officielles au Canada

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

Conseil canadien d orthoptique

Conseil canadien d orthoptique Conseil canadien d orthoptique Environnements de travail des orthoptistes canadiens L orthoptiste est un professionnel des soins des yeux et de la santé spécialisé dans les sciences de la vision, particulièrement

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Avant-propos. Objectif : répondre aux questions les plus fréquentes, et ce, au moment où celles-ci sont d intérêt pour tous.

Avant-propos. Objectif : répondre aux questions les plus fréquentes, et ce, au moment où celles-ci sont d intérêt pour tous. OPIQ Octobre 2015 Avant-propos Objectif : répondre aux questions les plus fréquentes, et ce, au moment où celles-ci sont d intérêt pour tous. Les références utilisées sont disponibles au www.opiq.qc.ca

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Politique d enquête de sécurité sur le personnel

Politique d enquête de sécurité sur le personnel ITAMS CIHR IRSC Canadian Institutes of Health Research Instituts de recherche en santé du Canada Politique d enquête de sécurité sur le personnel Table des matières 1. Date d entrée en vigueur... 3 2.

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS POUR TOUTE MODIFICATION PROPOSÉE AUX PROGRAMMES DÉSIGNÉS EN VERTU DE LA LOI SUR L ATTRIBUTION DE GRADES UNIVERSITAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK CONTENTS

Plus en détail

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Numéro 3 Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Novembre 2009 Version 1.0 Objet Une série de feuilles d orientation pour la création de cliniques dirigées

Plus en détail

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE DOTATION EN RESSOURCES HUMAINES ADOPTÉE LE : 1998-06-07 AMENDÉE LE : 2003-03-29 RÉSOLUTION : CP166-98 RÉSOLUTION : CC900-03 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 1 Objectifs généraux... 1 Principes...

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire

DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire DOCUMENT D INFORMATION à l intention des commissions scolaires L inscription à l école québécoise pour les enfants en situation d immigration précaire Éducation préscolaire, enseignement primaire et secondaire

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

Révisé en septembre 2012

Révisé en septembre 2012 AMC Services de l agrément Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation des profils nationaux des compétences professionnelles (profils) de l Association des paramédics

Plus en détail

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES

COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES COURS ORIENTÉ VERS LA PRATIQUE ASSURANCE-VIE INDIVIDUELLE ET RENTES La présente note vise à aider les candidats à bien se préparer au Cours orienté vers la pratique (COP) en leur fournissant des détails

Plus en détail

ROWING CANADA AVIRON. Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste

ROWING CANADA AVIRON. Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste ROWING CANADA AVIRON Coordonnateur aux communications et aux relations publiques (Bilingue) Description du poste 1.0 DESCRIPTION 1.1 ORGANISATION : Association canadienne d aviron amateur (Rowing Canada

Plus en détail

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien

Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien Lignes directrices de pratique - Personnel de soutien O r d r e d e s e r g o t h é r a p e u t e s d e l O n t a r i o Sept 2004 Introduction La position de l Ordre sur le personnel de soutien L Ordre

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT Formation continue OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION L Ordre des chimistes du

Plus en détail

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1

33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 33, rue des Sapins, St-Étienne-de-Lauzon (Québec) G6J 1M1 Approuvé lors de la rencontre du personnel du 15 octobre 2014 Depuis le 1 er juillet 2011, un bulletin national est utilisé dans toutes les écoles

Plus en détail

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE

PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE PROJET-PILOTE PERSONNES ÂGÉES EN PERTE D AUTONOMIE PROGRAMME DE CONVALESCENCE EN RESSOURCE NON INSTITUTIONNELLE CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent (CSSS-06) & Hôpital Sacré-Cœur de Montréal 20

Plus en détail

Formation des formateurs

Formation des formateurs Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.24 Procédures opérationnelles permanentes Formation des formateurs Approbation

Plus en détail

Guide des études supérieures Maîtrise en Administration publique

Guide des études supérieures Maîtrise en Administration publique Guide des études supérieures Maîtrise en Administration publique Mise à jour : août 2013 École d études politiques Programmes d administration publique Table des matières 1 Introduction...3 2 Politique

Plus en détail

Représentant national 1

Représentant national 1 Représentant national 1 Lieu de travail : Supérieur immédiat : Statut : REMARQUE : Échelle salariale : Exigences linguistiques : Yaounde, Cameroun Chef des programmes pour l Afrique centrale et occidentale

Plus en détail

SEVEC Échanges Jeunesse Canada Foire aux questions : FAQ

SEVEC Échanges Jeunesse Canada Foire aux questions : FAQ SEVEC Échanges Jeunesse Canada Foire aux questions : FAQ Q. Qu est-ce qu un échange jeunesse de la SEVEC? A. Un échange jeunesse de la SEVEC s agit d un séjour réciproque en milieu familial qui repose

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Direction de l éducation des adultes et de l action communautaire Service de l évaluation des apprentissages DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Programme d études Informatique de la formation de base commune

Plus en détail

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ

B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ DIRECTIVE ADMINISTRATIVE B-005-D-1 INCLUSION DE L ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Date d émission : le 25 mars 2000 Dates de révision : le 24 mars 2007, le 2 juin 2010, le 25 août 2014 Page 1 de 6

Plus en détail

JEUX D HIVER DU CANADA DE 2011 DEVIS TECHNIQUE PATINAGE ARTISTIQUE

JEUX D HIVER DU CANADA DE 2011 DEVIS TECHNIQUE PATINAGE ARTISTIQUE JEUX D HIVER DU CANADA DE 2011 DEVIS TECHNIQUE PATINAGE ARTISTIQUE Les devis techniques sont un élément important des Jeux du Canada. Ils contiennent des renseignements sur les exigences en matière d âge

Plus en détail

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ

PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ PLAN D INTERVENTION ADAPTÉ Analyse des dispositions de la Loi sur l Instruction publique (LIP), de la Politique générale pour l établissement des services éducatifs à offrir aux élèves en difficulté d

Plus en détail

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014

SFP/Coop/SAV/SAM/SPA. Le 14 mai 2014 Notre référence : Préavis aux banques/spb/ SFP/Coop/SAV/SAM/SPA Le 14 mai 2014 Destinataires : Banques Sociétés de portefeuille bancaires Sociétés de fiducie et de prêt fédérales Associations coopératives

Plus en détail

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel

Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel Fiche de renseignements n o 11 Conditions d admission, exigences liées aux stages et exigences d accès à la pratique Loi de 2005 sur les collèges privés d enseignement professionnel Le 7 octobre 2014 Objectifs

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DU BACCALAURÉAT EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION (FSA)

Plus en détail

s'y prête pas. Page 1 sur 6

s'y prête pas. Page 1 sur 6 POLITIQUE DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION DES MEMBRES 28 avril 2016 Selon le contexte, le genre masculin ou le genre féminin est utilisé dans les présentes règles de fonctionnement pour en faciliter la

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

Programmes coopératifs

Programmes coopératifs Programmes coopératifs Premier cycle : Baccalauréat en administration Baccalauréat en informatique Baccalauréat en relations industrielles et en ressources humaines Deuxième cycle : Maîtrise en gestion

Plus en détail

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS

APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS APPEL D OFFRES DE SERVICES PROFESSIONNELS POUR L ÉVALUATION D IMPACT DU PROGRAMME NATIONAL LEADERSHIP DE SERVICE 1. L Arche, qu est-ce que c est? ; «L'Arche rassemble des personnes, avec et sans déficience

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants

POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS. pour le développement professionnel. des enseignantes et des enseignants POLITIQUE D ÉVALUATION FORMATIVE DES ENSEIGNEMENTS pour le développement professionnel des enseignantes et des enseignants Direction des études et Direction des services aux ressources humaines ADOPTÉE

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE CODE DE BONNE CONDUITE CONCERNANT LES INTERACTIONS AVEC LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ Déclaration de l ensemble des membres du COCIR Le COCIR se consacre à l avancement de la science médicale et à l amélioration

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

GUIDE EN TROIS ÉTAPES POUR SATISFAIRE AUX EXIGENCES DU PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA COMPÉTENCE

GUIDE EN TROIS ÉTAPES POUR SATISFAIRE AUX EXIGENCES DU PROGRAMME DE MAINTIEN DE LA COMPÉTENCE Les trois étapes pour satisfaire aux exigences du PMC sont les suivantes : 1. Autoévaluation : Évaluation de votre pratique pour déterminer vos besoins d apprentissage. Les infirmières immatriculées évaluent

Plus en détail

Exigences relatives à l obtention du droit d exercice de l expertise. comptable / la comptabilité publique après l agrément

Exigences relatives à l obtention du droit d exercice de l expertise. comptable / la comptabilité publique après l agrément Exigences relatives à l obtention du droit d exercice de l expertise comptable / la comptabilité publique après l agrément En vertu de la protection du public et des exigences réglementaires provinciales,

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale Ordonnance de l OFFT sur la formation professionnelle initiale d informaticienne/informaticien 1 du 13 décembre 2004 47110 Informaticienne/Informaticien Informatikerin/Informatiker Informatica/Informatico

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières

Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Procédure Le système d assurance qualité au Cégep de Trois-Rivières Adoptée au comité de Régie interne du 1er mars 2016 1. Introduction Notre système d assurance qualité comprend déjà toutes les composantes

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

Objet : Normes en matière de données et de technologies de l information En vigueur : Septembre 2001 Révision :

Objet : Normes en matière de données et de technologies de l information En vigueur : Septembre 2001 Révision : POLITIQUE 802 Page 1 de 5 Objet : Normes en matière de données et de technologies de l information En vigueur : Septembre 2001 Révision : 1.0 OBJET Cette politique définit les normes minimales pour la

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience

RECUEIL DES POLITIQUES ADE06-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Éducation coopérative et autres formes d apprentissage par l expérience RÉSOLUTION 183-03 Date d adoption : 23 septembre 2003 En vigueur : 23 septembre 2003 À réviser avant : DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS Éducation coopérative 1. Expérience d apprentissage pratique

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle. Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Bureau du vérificateur général du Canada Rapport de la revue des pratiques de vérification annuelle Revues des pratiques effectuées en 2010-2011 Janvier 2011 Revue des pratiques et vérification interne

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F APPEL DE PROJETS Programme structurant de partage et de renforcement de l expertise des collèges et cégeps canadiens en enseignement professionnel et technique dispensé en français PRÉCEPT F Date d avis

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

GUIDE DE L EXPÉRIENCE EN GÉNIE

GUIDE DE L EXPÉRIENCE EN GÉNIE GUIDE DE L EXPÉRIENCE EN GÉNIE TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3 2. Expérience en génie 3 3. Certification de l expérience 4 4. Crédits d expérience 5 5. Demande de reconnaissance de l expérience 5

Plus en détail

Le Projet des architectes de l APEC

Le Projet des architectes de l APEC Le Projet des architectes de l APEC Entrevue d évaluation pour les architectes de l APEC de l Australie et de la Nouvelle- Zélande Protocoles relatifs au processus de candidature pour un architecte de

Plus en détail

Supplément destiné aux bureaux de santé publique. en partenariat avec Santé publique Ontario

Supplément destiné aux bureaux de santé publique. en partenariat avec Santé publique Ontario Supplément destiné aux bureaux de santé publique en partenariat avec Santé publique Ontario Table des matières Remerciements...3 Introduction.......................................................... 4

Plus en détail

Tél. ( ) Téléc. ( ) Courriel Profession

Tél. ( ) Téléc. ( ) Courriel Profession Formulaire Méd.A 2016 FORMULAIRE DE DEMANDE aux fins de l obtention du titre de MÉDIATEUR AGRÉÉ Veuillez prendre note des éléments suivants : Vous devez être membre en règle auprès d une section régionale

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Processus d accréditation

Processus d accréditation ADMISSIBILITÉ Les programmes éducatifs de thérapie du sport parrainés par les établissements ou consortiums postsecondaires qui décernent des diplômes sont admissibles à l accréditation si l établissement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RÉSULTAT: FOURNIR UN SOUTIEN AUX NAGEURS EN ENTRAÎNEMENT

TABLE DES MATIÈRES RÉSULTAT: FOURNIR UN SOUTIEN AUX NAGEURS EN ENTRAÎNEMENT TABLE DES MATIÈRES PAGE Vérification et évaluation de l entraîneur la différence 3 Structure de l évaluation dans le PNCE 4 Exemple d un tableau d évaluation avec une explication de la compétence désirée

Plus en détail