PERSPECTIVES DE MISE EN PLACE D'UNE LOI CADRE DE PREVENTION ET DE LUTTE SUR LA VIOLENCE FONDEE SUR LE GENRE. Consultante

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PERSPECTIVES DE MISE EN PLACE D'UNE LOI CADRE DE PREVENTION ET DE LUTTE SUR LA VIOLENCE FONDEE SUR LE GENRE. Consultante"

Transcription

1 PERSPECTIVES DE MISE EN PLACE D'UNE LOI CADRE DE PREVENTION ET DE LUTTE SUR LA VIOLENCE FONDEE SUR LE GENRE Consultante

2 La VFG se doit d'être régulée et normée par des l-ë:)i-~ établies sur les. valeurs de la domination masculine Violation des droits fondamentaux des femmes Etre humain,~~~-;, Citoyenne et personne ~~-~ ~\I~c;/~Hç~<lO!l~~.~i~~

3 La VFG ne peut plus être déterminée par rarbitra-tre-social---o-u-cljture--car -elle--c-o-ûte , ETC, ' :r Loi c. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

4 Pourquoi une loi ou une criminalisation ffl-~~~t~-~~-~ acte volontariste de viol e, basé sur la discrimination sexiste f ndé sur le contrôle de l'autre et l'abus de pouv r d'un sexe établi dans une inégalité des rapports sociaux sexistes, et est souvent un acte permanent et récurent et c'est ce qui constitue l'acte délictuel Loi c. VFG/Chikhaoui N. Maill

5 ti_el_jégiférer? _ +Déclaration et Plateforme d'action de Beijing 995 +Quarante-neuvième Assemblée mondiale de la Santé (996) /résolution (WHA49.25). Stratégie Nationale de Lutte contre la Violence à l'égard des Femmes 2002 et son Plan Opérationnel en Stratégie Nationale de l'egalité et de l'equité par l'intégration de l'approche dans les Politiques et les Programmes de Développement (2007) +convention pour la suppression de la traite des êtres humains et 3. Programme Multisectoriel de lutte Contre l'exploitation de la prostitution les Violences Fondées sur le Genre par d'autrui (950/ Maroc 973). l'autonomisation des Femmes et des Filles au Maroc/Tamkine (2008/20) Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai

6 VFG: Un entendement conceptuel englobant la lnr~;;c:>~fit-(jleië:iïri" "La prostitution est en soi est une forme de violence masculine sexualisée.«shelagh Day la prostitution est considérée par les activistes pour les droits humains et de l'égalité de genre comme: Une violence fondée sur le genre Une violation des droits fondamentaux des personnes Une forme d'esclavage qui est resté toujours déguisé, légitimé et banalisé Elle est à criminaliser et à pénaliser. 6 Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai

7 Prostitution dite "travail de sexe"? Tendance féministe considérant la prostitution comme un travail, d'où l'appellation du "travail de sexe" ou des "travailleuses et travailleurs de sexe", à même de: ~ Pallier à l'entendement péjoratif ~ Assurer la reconnaissance de cette activité comme un travail reconnu publiquement et qui engage des droits (services pour eux-mêmes et leurs familles, comme les soins de santé, de sécurité sociale, d'opportunités de recours juridiques dans les cas de violation de leurs droits de travail) Scotomisation de la dimension droits humains et VFG au cœur des pratiques de la prostitution, du sexisme, esclavage par la monétarisation de l'acte sexuel, l'exploitation et la chosification marchandisation du corps. 7 Loi c. VFG/Chikhaoui N. Mai

8 Féministes et abolitionnistes réfutant la notion de tjcé:l~é3lil <:J_~ ~_~~~~ _ ~ Prédominance des femmes prostituées face à une minorité d'hommes prostitués ~ Quasi-totalité des clients sont des horrlmes, notamment pour les hommes prostitués ~ Prégnance des cas de la prostitution subie et de celle conséquente des traumatismes de violences vécues (viols, inceste, différentes formes de violence fondée sur le genre dont celle conjugale... ) ; ~ Corrélation identifiée entre prostitution/pauvreté et/ou chômage ou vulnérabilité socioéconomique en général; ~ Multiplicité et gravité des conséquences à court, moyen et long termes de la prostitution: violences, perte de l'estime de soi, tentatives suicidaires et psychopathologie dépressive, dépendances aux stupéfiants et alcoolisme, isolement et exclusion sociaux, menaces perpétuelles des MSDT/Sida... ~ Augmentation de la criminalité, souvent nourrie et organisée, entre autres par les réseaux de prostitution et de proxénétisme; ~ Intériorisation des mécanismes de domination masculine et conscience de la domination souvent obstruée ~ Vulnérabilité économique et gain susceptible d'être concurrentiel avec d'autres activités à revenus modestes, souvent influents... 8 Loi C. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

9 Une prévalence Uuin 2009 et janvier 200LHCP) globale _é3llé:lr:[][lê:lj:l:~ ~ _ ~ 9,5 millions de femmes âgées de 8 à 64 ans, près de 6 millions, soit 62,8 h, ont subi un acte de violence sous une forme ou une autre durant les douze mois précédant l'enquête ~ 3,8 millions en milieu urbain et 2,2 millions en milieu ru rai" ~ La VFG n'épargne ni les jeunes ni les plus âgés des femmes ~ La VFG est perpétrée dans différents espaces de vie, public, social, familial, conjugal, extraconjugal, professionnel, éducatif Loi c. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

10 Profil de la prostitution au Maroc [Enquête réalisée au Maroc en janvier 2008 "La prostitution de rue dans les villes marocaines, réalités et défis" (L'OPALS/ Maroc) ~ Exploitation et non payements des services, ~ Abus collectifs et crainte du risque de la "touiza" (action solidaire collective ici autour d'un "viol" ou d'un abus sexuel collectif (Nos propres propos) ~ Double exploitation par le travail ménager et dudit service sexuel ~ Contrainte à des pratiques sexuelles non désirées comme l'acte anal forcée ou viol anal ~ Multiplicité des clients (38,7% reçoivent plus de deux clients par jour, le nombre des clients varie selon la rémunération prévue ~ Risques (rafles policières, racolage et violences physiques... ) liés aux endroits où a lieu le commerce sexuel (28,8% à l'hôtel et 44,9% dans le domicile du cient... ) ~ Risques des agressions/cas de la prostitution nocturne ~ Risques (rafles policières, racolage et violences physiques... ) liés aux endroits où a lieu le commerce sexuel (28,8 <> à l'hôtel et 44,9% dans le domicile du cient... ) ~ Risques des poursuites judicaires (femmes sujettes à condamnation plus que les hommes en matière d'adultère et de prostitution, 27, % contre 6,8 <> pour les hommes). ~ Augmentation du nombre des clients dans les cas des payements dérisoires (0, 20 à SOdh : 76,90/0 des enquêtées ne touchent pas, en 0yenne, plus de DH-par-cient) [oî-co -VFG7Chlklï~f6üTN.- Mcïï

11 Des formes répandues de VFG négligées etlou--n-o0 --reco-on-ues v'sexuelle, morale, psychologique et économique v'subies en dehors de l'institution maritale v'subies dans une relation avec un partenaire dans la situation de divorce, v'cas de mère dites célibataires, v' Subies au sein de la famille (Inceste, viol, violence économique... ) v'vécus dans des cas relationnelles de fiançailles ou de relation intime préconjugale v'harcèlement sexuel observable dans l'espace scolaire et universitaire, etc. Il Loi c. VFG/Chikhaoui N. Maill

12 Des actes juridictionnels insuffisants et non appliqués ~ Ratification du Maroc de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (4 juin 993), publiée dans le Bulletin officiel n 4866 du 8 janvier 200 ~ Récent appel via la lettre royale de 2008 relative à la levée des réserves: article 2, le paragraphe 2 de l'article 9, le paragraphe 4 de l'article 5 et les articles 6 et 29). ~ Réformes juridiques des Codes de la Famille (2004),, Pénal (révision 2004, en plus du rectificatif publié au BD n 588, articles 467 et 50) et du Travail (2003). ~ Inscription de l'axe "Réforme juridique et législative; Prise en charge et suivi des femmes victimes de violence" parmi six autres axes, dans la SNLVF (200) et sa reprise conlme mesure dans son Plan opérationnel, Réserves non levées Applicabilité juridique insuffisante Axe stratégique ----ï i~-i-c.-vfgïchikh~~~-i-n.-~flrtieffemen-t-ftttié----

13 Acquis juridiques relatifs, peu connus et appliqués et lacunaires ~ Eparpillement de certains articles traitant de la VFG dans des textes de loi multiples (Code de la famille, Code pénal et le Code du travail) et absence d'une loi spécifique ou Cadre qui traite de ces types de violations de droits. ~ Analphabétisme juridique et de ces droits chez la majorité des femmes, diffusion/ vulgarisation faisant d'éfaut après les réformes ~ Persistance de traces ou articles discriminatoires sexistes dans différentes lois, notamment réformées ~ Insuffisance d'application et d'application dans l'équité ~ Non référence directe à la violence dite fondée sur le genre et donc au référentiel ~ Reconnaissance seulement de deux de formes de violence, conjugale et harcèlement sexuel dans le lieu de travail. 3 Loi c. VFG/Chikhaoui N. Mail

14 Un Code pénal en complète décalage avec le principe de l'égalité de genre et avec l'intégralité des droits fondamentaux EJ~-f~flfl~~--: :. Une confusion du référentiel: ~ Suprématie du référentiel d'une conception de la famille à pouvoir patriarcal et non sur la personnalité juridique autonome et égale régie par le principe de la réciprocité égale des droits et devoirs ~ Manquement à l'esprit et à la philosophie de l'égalité de genre (malgré la révision de certains articles) ~ Lacunes juridiques en matière de protection, de prévention, de punition et réparation propres à la VFG ~ Traitement général de la violence et non référence à la violence sexiste ~ Prédominance du référentiel de moralité (Ethique, valeurs socioculturelles souvent stéréotypées dans sa dimension de genre: atteinte à la pudeur, débauche... ) ~ Priorité donnée voire exclusive à la famille et l'ordre public et à la sécurité (Les fenmes sont évoquées avec les enfants et les mineurs dans plusieurs articles Q_l) çqq_~_p_~d~i_~t_q_~_j~_rrqç$-q-l)[~-j?~n~t~î~ Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai

15 Un Code pénal en complète décalage avec le principe de l'égalité de genre et avec l'intégralité des droits fondamentaux des ~~~Fll~~-: :. Réelles limites de fonds quant à l'accessibilité à la justice et au potentiel d'un recours probant et équitable: ~ Difficulté liée à l'obligation incontournable d'apporter des preuves ou pièces à conviction. ~ Risque majeure du renforcement du statut de la victime, en plus des facteurs socioculturels, qui banalisent la VFG et culpabilisent les femmes, avec l'obligation pour la FVS/VFG de prouver l'acte de violence face à un auteur de violence qui reste innocent jusqu'à ce que sa victime apporte les preuves de cette violence subie ~ Absence des dimensions distinctives de la VFG, entre autres la réparation, la protection par la prise en charge ou par l'offre --Ei~()~()r:~lJflit~~-~:-CllJt<JHFl()flfl~Clti<JHFl::-: Loi C. VFG/Chikhaoui N. Maill

16 Un Code pénal en complète décalage avec le principe de l'égalité de genre et avec l'intégralité des droits ~(Jrll:tC3lrll:frlté3lJ[)(-t:t~~--f~-rTllrl~~ :. Des lacunes et des résidus sexistes: ~ Le défaut du droit à l'avortement codifié selon la dimension des droits sexuels des femmes, ~ La poursuite judicaire des mères dites célibataire pour débauche, ~ Le viol avec sanctions qui diffèrent selon le cas de défloration ou sans défloration, l'enlèvement de la femme mariée... ~ La cessation des poursuites pénales à l'encontre du violeur quand ce dernier épouse sa victime mineure et nubile ~ Non incrimination du viol conjugal, relations sexuelles hors mariage sanctionnées et dites actes de débauche... ~ 6 Loi c. VFG/Chikhaoui N. Mai

17 ~ prévoit les principes généraux; ~ se répartit en chapitres principaux ou généraux qu se déclinent en articles;, Une loi cadre "pose les grandes lignes et définie les pnncipes saillants, ainsi elle: ~ définie les responsabilités de l'etat, et des différents partenaires ;,, ~ précise les droits et définie leurs contenus; ~ introduit des concepts précis et les établie; Type Puisant légitimité ~ des traditions et pratiques juridiques et institutionnelles. marocaines stipule les instan,ces et les, mécanismes orgjanisationnels,. necessalres... Loi c. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

18 Une loi adéquate à la multi-dimension du concept VFG: punitive, de protection, de réparation, préventive et elle doit intégrer la prise en charge ~ prévention par: l'institutionnalisation de l'information ~ Formation, sehsibilisation conscientisatiqn, en plus de l'éducation ~ Prise en charge des FVSVFG ~ Support pour $ssoir et promouvoir d~s politiques publiques en matière de VFG _ 8 Loi C. VFG/Chikhaoui N. Maill

19 Une loi VFG,,. censee prevoir certaines situations : ~ Femmes à besoin~ spécifiques, comme les cas d'h~ndicap psychique ou men~al ~ Femmes en émigration ~ Femmes incarcéré~s physique, ~ Femmes et jeunes filles victimes de violence coutumière ~ Mères célibataires et leurs enfant ~ Jeunes filles mineurs victimes d'exploitation au travail domestique, " remunere ~ Femmes victimes de traite aux fin d'exploitation sexu~lie et de l'industrie g_~_~_~~_~_(9q~ ~_ r?_~~~9_9 ~~P~j~) 9 Loi C. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

20 Une loi VFG devant être conforme à l'article 3 de la Déclaration des Nations Unies sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes (993) Garantissant "L'exercice et la protection de tous les droits de la personne humaine et des libertés fondamentales doivent être garantis aux femmes, à égalité ",~"'r-;~ll avec les hommes, dans les domaines politique, économique, social, culturel, civil cultuel. Au nombre de ces droits figurent: ~ "a) Le droit à la yie ~ b) Le droit à l'égalité ~ c) Le droit à la liperté et à la sûreté de la personne ~ d) Le droit à une égale protection de la loi : ~ e) Le droit de n~ subir de discrimination sous aucune forme ~ f) Le droit au m~illeur état de santé physique et mentale possible g) Le droit à de~ conditions de travail équitables et satisfaisantes ~ h) Le droit de na pas être soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumai~s ou dégradants" Distr. GENERALE AlRESI,48/0 23 février 994 ; Résolution 48/04 de l'assemblée:générale du 20 décembre , Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

21 Perspectives et opportunités de deux projets de loi au Maroc du printemps arabe et celui concomitant fémjnjste-d e -2Q Loi constitutionnelle Loi Cadre ~ précise les droits fondamentaux, réglemente l'organisation des pouvoirs publics et leur articulation (Constitution marocaine du <~'-~~I,i,;~ 3 septembre 996) ~ défini uniquement les grandes lignes d'une réforme (détail précisé par décrets ou textes développés par le gouvernement à travers l'institution parlementaire) Projets conciliables au plan intégratif constitutionnel et celui de promulgation d'une loi ~_~~_(~ ~J:Ç)~~~rJJ-~rJ_t_~_ltJ? 2 Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai _

22 Un processus gouvernemental de mise en plac-e--â'u-ff-0î -VFG--0-n-9 -,--v-oite--9-eré ~ Un projet de loi relative à la VFG annoncé en 2006 (4 ème campagne nationale de lutte contre la violence contre les femmes) : "Projet de loi spécifique à la lutte contre la violence contre les femmes". ~ En 2007 dans "Lettre de l'égalité", bulletin édité par le CMIDEF ce projet de loi est présentée comme un "nouveau chantierjuridique qui consistera en deux projets, un relatif à la violence à l'égard des femmes et un propre auxjeunes filles de moins de 5 ans, employées de maison ou chez le particulier (lancement du programme Inqad) 22 Loi c. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

23 Un nouveau projet de loi VFG à rythme long et j[llj_<::_tlj_~rj_t_: _ ~ Déposé - en substitution de celui de 2006-, dans le circuit législatif en mars 2009 par le MDSSF ~ Retiré pour révision et remis au débat parlementaire en 200 avant les résultats de l'enquête de prévalence VFG Maroc (20 ) ~ Initié par une expertise juridique nationale ~ Enrichie par l'échange d'expertise du MDSSF, avec un recours à une expertise de juristes espagnoles "Association femmes juristes THEMIS" (3 et 4 juin 2009 pays qui adopta la loi la plus intégrale en matière de VFG et dite la plus avancée d'europe (2004) : loi parant de violence machiste) Ne concernera que la violence conjugale I!! ~~~ Loi C. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

24 3 années après l'annonce gouvernementale officielle du projet d'élaboration d'une loi VFG??? Le MDSSF dépose un projet de loi sur la violence conjugale aux instances compétentes du gouvernement, (Parlement janvier 200, soumis à la chambre des conseillers), sans: ~ Aucune précision sur le sort du premier dit spécifique à la VFG et sur les raisons de son éjection -si éjection il y a, d'autant plus que la société civile en était partie prenante et qu'elle a des attentes quant à sa destinée. ~ Aucune mention dans aucun bilan gouvernemental ou questionnement partisan gouvernemental, en dehors des questionnements des associations non gouvernementales féministes ~ quant au sort du premier projet Indicateur de l'état des lieux propres au suivi évaluation et au contrôle des chantiers droits des femmes et égalité de genre ouverts au sein du gouvernement depuis 998 } 24 Loi c. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

25 Contenu et mouture de cette nouvelle loi non diffusés, ::~~~~~~_~ ~~_!~!:~_~!~_~~ ~~!:~_~J_~~~~~_~~ _ ~ Des dispositions propres au viol, à la prostitution et à l'avortement. ~ Des traitements différentiés des multiples formes de violence conjugale dont celle sexuelle. ~ Des réponses juridiques et procédurales au problème des preuves ou pièces à conviction pour la condamnation des agresseurs: recours aux services d'une assistante sociale pour enquêter sur la véracité des faits... ~ Des mesures dissuasives pour éloigner les agresseurs du foyer conjugal en guise de moyen limitatif de la récidive. ~ Des statuts légaux aux centres d'accueil des femmes violentées et pour les travailleurs sociaux. 25 Loi c. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

26 Un argument de prédominance de violence conjugale non pertinent Il ~jljl~rfjll~lt-ci~()tl~~~j:~-~ ~ VC enregistre 550/0, celle extraconjugale ~ cornpte 47,40/0 ; ~ lieu de l'acte est supposé être important dans l'espace domestique, il est aussi public à 32,9 ;'0, atteint 24,2% pour l'espace dit de l'enseignement et 6% dans le milieu du travail ; ~ forme de la violence physique touche des fenmes mariées (6,4%), elle frappe 2 sur 3 fenmes et à raison de 9,7 % (un million La VFG se vit dans le milieu familial, avec une violence physique perpétrée par les frères 42,3%) et par les pères 7,30/0 ; ~ La violence sexuelle" les rapports sexuels forcés, le harcèlement sexuel avec attouchements, l'exposition à des actes indécents, l'incitation à la prostitution et les pratiques sexuelles subies sans consentement", touche 23%) des femmes, 2, millions de femmes disent avoir subi un acte de violence sexuelle à un moment ou à un autre de leur vie de femmes) circulant dans l'espace ~ Le taux de prévalence de la violence sexuelle public; (douze mois précédant l'enquête), établi à 8,7%> (7, % en milieu rural contre 9,8% en milieu ~ femmes frappées par la violence conjugale (V Ph) sont victimes de violence étant jeunes filles (5,2 %, parni~ elles on été victimes de mariage urbain), (avec une vulnérabilité plus importante dans le secteur privé avec 3,80/0) et public (3,9%». 6,6%> (444 mille) de femmes mariées souffrent d'actes de violence sexuelle (majoritairement de pratiques sexuelles non désirées). forcé contre seulement 5,80/0 pour celles -mariées-avec- ~etlf -propre -consentement ~ 26 Loi C.'VFG/Chikhaoui N. Maill

27 Un exemple indicatif et non comparatif: La loi sur la violence dite V au sein des couples en France et qui vise la prévention et la répression repose sur: ~ La considération des violences commises au sein du couple (conjoints, concubins ou "pacsés") comme une circonstance aggravante, applicable également aux anciens concubins, "pacsés" et conjoints ~ L'établissement dans ces cas de figure et en cas de meurtre de la peine à la réclusion à perpétuité (au lieu de 30 ans). ~ La confirmation de non prise de la qualité de conjoint ou de concubin comme une raison d'atténuation de la responsabilité en cas de viol au sein du couple ~ L'interdiction au conjoint ou concubin violent d'accéder au domicile conjugal dans le cadre du sursis avec mise à l'épreuve et du contrôle judiciaire ~ La lutte contre les mariages forcés avec l'alignement de l'âge légal du mariage des femmes sur celui des hommes (8 ans au lieu de 5, point qui concerne directement les françaises issues de l'émigration). 27 Loi c. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

28 Trois enseignements à retenir de l'exemple: Il ressort de ces points que l'aspect punitif:. N'est pas une finalité en soi mais qu'il correspond à la gravité des faits délictuels ou de. crime 2. Engage en même temps un effet de protection et de prévention 3. La référence au fait qu'il s'agit d'une affaire publique et non privée et une affaire de l'instauration de l'égalité de genre là où elle fait défaut Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

29 Un projet qui interroge: Quelle disponibilité ou non de dispositions vitales à inclure et comment elles sont traitées: ~ la dimension préventive; ~ l'adéquation du punitif ou répressif aux préjudices subies; ~ la place accordée à la réparation ; ~ Les facilitations d'accessibilité à la loi', ~ Le traitement particulier des cas d'urgence et de menaces imminentes; ~ La protection des témoins et des intervenants immédiats dans l'institutionnel et l'associatif; ~ Les services offerts aux épouses VS à cette violence: gratuité des soins, des suivis psychologiques, des frais des recours judicaires ; ~ Le droit au logement ou aux facilitations du relogement; ~ Les services d'autonomisation; ~ Les services offerts aux enfants témoins affectés ou traumatisés ou contraints à l'abandon scolaire; ~ La coordination entre intervenants aux niveaux: offre de services aux FVSNFG et gouvernance transversale dans le domaine d'une politique publique VFG, etc. _ ~ Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

30 Un projet qui interroge: quelles lutte et prévention contre Ja-steféotytYfe--sexTsfe--n-ëjurrissafl-te-Cje-ra-VFG-? ~ Cadre normatif global pour des mesures comme l'obligation des cahiers de charge pour les institutionnels le domaine des mass média et les acteurs privés concernées ~ Outils de contrôle et de suivi des différents canaux de la communication audiovisuelle, virtuelle et notamment de la presse écrite, de l'intervention des structures de veille... ~ Projets d'épurations de images sexiste dans les livres, manuels, supports pédagogiques scolaires Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

31 KecapltulatlT du scnema L.j : ues Images contradictoires selon le type de programmes **: ** Rapport de l'étude stratégique relative aux attentes de la femme marocaine en matière de représentation de son image dans les médias Audiovisuels, synthèse globale des résultats d l'étude et des recommandations, mai 200, p.4,., Elégante 90 9/0.. lnexpér.imentée 4 0/0 Ecervelée 30 0/0 Responsabl'e 90 0 /0. Soumise aux,hommes ~ Of fo. '. Limitée aux,tâches'... ' ménagèrés 69.%. - :Mœurs,légères 45 %. '. Manipul'atrice 36 0/0.."" - V,,-~ Indépenda~te 92% 'Soumise 3 M,.. lraditionnelje 47 0/0.. Victime 32 0/0.. "'" '} 3 Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

32 Une vision associative recoupée à propos de la loi VFG ~ Ligue Démocratique pour les Droits de la Femme (FLDDF depuis 2008) : plaidoyer depuis 2006 pour une loi cadre VFG (conduit au nom de 63 associations et coopératives au sein d'un réseau intitulé "Solidaires") ~ Initiative en 2007 de 39 associations locales portant le slogan "Prohibition, protection et non tolérance: revendications des femmes pour une loi contre les violences" orientation vers une loi plutôt intégrale qui inclut toutes les violences. ~ Tenantes d'une loi plutôt dite "loi spécifique à la lutte contre la violence à l'égard des femmes dans l'espace privé et l'espace public" (AMDF, AMVF... ), plutôt global eu égard aux difficultés conjoncturelles d'instaurer une loi cadre) Consensus avec le "Printemps de l'égalité et de la démocratie» pour une loi cadre 32 Loi c. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

33 Les points de recoupement majeurs entre associations: Une loi punitive pour un acte Justicier et cessation de l'impunité face à la VFG tolérée et banalisée, qui: ~ écoute la menace, mesure la récidive, évalue l'impact sur la victime et ~es témoins ~ prévoit la réparation, con~ition du regain de l'estime de soi, de l'autonomisatiqn et de la dé-victimisation ~ assure les charges form~lies de l'accompagnement par les soins ou la réinsertion sociale. ~ légifère l'institution et l'in$titutionnalisation de la sensibilisation de l'éduca~ion aux droits humains et à la culture de l'égalité : ~ pénalise la stéréotypie v$hiculée par les différents services éducatifs, médi~tiques, institutionnels,... ~ couvre tous les types de :violence, dont celle coutumière (mariage for~é, mariage précoce, obligation de l'examen d$ la virginité... ) ~ protège les femmes et lewrs enfants mais aussi tous les intervenants qui assurent un travail de proximité ~ garantit l'accessibilité effective, digne, efficace et équitable à la justice et f~cilitée aux services vitaux dans les cas d'urgence (t;elogement, centre ci~tuèll~r~~~flt-pj[o\lis{)irear---) _---_ 33 Loi c. VFG/rhi<h~("'\ll; l\t l\jf,,;

34 Points de recoupement majeurs entre associations Une loi punitive pour un acte justicier et cessation de l'impunité face à la VFG toérée-et-banal ~sée, -qu- -: et-~es- f-0fmes ~ n'intervient pas avec l'acte mais qui écoute la menace, mesure la récidive, évalue l'impact sur la victime et les témoins et prévoit la réparation, condition du regain de l'estime de soi et de l'autonomisation et de la dévictimisation et qui assure les charges fornelles de l'accorrlpagnenent par les soins ou la réinsertion sociale. ~ légifère l'institution et l'institutionnalisation de la sensibilisation de l'éducation aux droits humains et à la culture de l'égalité ~ pénalise la stéréotypie véhiculée par les différents services éducatifs, médiatiques, institutionnels,... ~ couvre tous les types de violence perpétrés dans l'espace privé; violence institutionnelle, harcèlenent sexuel dans le lieu de travail, dans l'espace public, violence coutumière avec le mariage forcé, mariage précoce, obligation de l'examen de la virginité, violence à l'égard mères dites célibataires s, polygamie,... ). ~ légifère sur toutes les formes de VFG (violence physique, psychique, morale, sexuelle, économique,... ) ~ protège les femmes et leurs enfants tous les intervenants assurant un travail de proximité, ~ garantit l'accessibilité effective, digne, efficace et équitable à la justice et facilitée aux services vitaux dans les cas d'urgence ([et9~e~ent~-)centre-cftlébetgement--i~-i-c.-vfgïchikh~~~-ù~~~.-m~ù-ï orovisolre...

35 Un argumentaire de fond pour une loi cadre VFG.:. La FLDDF revendiquant une loi cadre avance les arguments qui insistent sur le fait qu'une loi cadre est ~ Un moyen de systématisation de la mobilisation politique gouvernementale ~ Un instrument juridique qui sous-tend l'exécution et l'opérationnalisation de programmes et de politiques publiques multidimensionnels, sectoriels ou multisectoriels. ~ Une modalité processuelle qui se fait dans le temps garantissant maturité de projets de lois, organisationnel institutionnel et moyens financiers et humains aussi (formation). ~ Une approche propositionnelle, qui peut définir aussi les modalités de sa déclinaison et traduction en d'autres lois plus spécifiques. ~ Une démarche pédagogique et de maitrise de la mise en place de loi et des conditions de leur applicabilité. ~ Une issue pour pallier provisoirenlent à l'absence de toute inscription de référentiel en lien avec le principe de l'égalité de genre dans la constitution et un canal juridique de sa diffusion ~ Un cadre juridique à vision globale et à référentiel précis et exhaustif quant au concept ---\l-f-=j:; Loi C. VFG/Chikhaoui N. Maill

36 La réforme du code pénal est un acquis, non une alternative de substitution à une loi cadre VFG ~ La réforme de fonte et de fond du Code Pénal à la base du principe de l'égalité de genre est une action revendiquée depuis le début des années 2000, (réponse relative avec la révision de 2003), objet d'adhésion des MDSSF, MJ et pour laquelle la Coalition du Printemps conduit un plaidoyer ~ Un Cod Pénal même exigent et ficelé selon les nécessités complexes de la lutte et la prévention en matière de VFG, ne répondrait pas dans la globalité à la dimension sociale structurelle au fondement de la problématique qui détermine les racines et les causes de la VFG T _ ~ f""( ""TT"""''''''' /""'.... 'T

37 Raisons /arguments pour une réponse loi cadre VFG Peu visibles, rarement appliquées et incomplètes lois Responsabilités des intervenant(e)s non définies et non cadrées Concepts, formes et types VFG non établis Mécanismes organisationnels non établis. 37 Loi C. VFG/Chikhaoui N. MaiIl

38 Recommandations saillantes ~ Constituer un groupe de pression de féministes pour mener des entrevues avec des chefs --des- par-us.powtiques- av-ec-deu-x-oqjeclifs-; yi' yi' Arracher l'inclusion du projet de loi cadre VFGI Egalité de genre, si possible dans les produits de leurs campagnes ou du moins dans les grandes lignes de leurs programmes (Insister sur les voix de l'électorat féminin). Convaincre de la nécessité d'une loi VFG pour territorialiser, délocaliser la lutte et la prévention VFG et l'egalité de genre (nouveau projet de régionalisation et nouvelle dynarnisation des rôles sociopolitiques des collectivités locales urbaines et rurales. ~ Elaborer une stratégie de communication avec des produits axés sur les témoignages vivants de parcours juridique complexes, douloureux des FVSNFG ou ayant souffert de vide juridique, de vis juridique (tous les moyens de mass médias, particulièrement radio et télévision). ~ Adresser un document de plaidoyer loi VFG aux responsables des chaînes de télévisions et des radions nationales et locales, sollicitant des temps d'antenne et des opportunités de plateau, notamment au moment où celles-ci seront offertes aux partis politiques lors des campagnes électorales (participation à des débats dans ce sens). ~ Etablir une pétition électronique avec une présentation succincte sur la loi cadre VFG et avec un support visuel de cas de violence adapté, un espace cornmentaire, pour collecte de signatures.

39 ~ Réaliser courant de l'année 20 une étude sur le coût éconortlique et social de la violence fondée sur le genre et intégrer ses résultats dans les supports de plaidoyer ~ Elaborer un mémorandum, non pas sous forme de texte, mais sous forme de livret fiches regroupées à propos de la mouture de la loi cadre VFG : Chapitres (Protection, réparation, punition, prévention, prise en charge... ) déclinés en argumentaires respectifs et sous forme de points succincts en style "power points", y inclure comme illustrations des images/scènes de VFG, destiné:./ Chefs de partis politiques et de syndicats./ Ministres et chefs des commissions parlementaires ciblées et au Président du Parlement./ Présidents du CCDH, de Diwan al Madalim, CME..../ Président(e)s des associations des Droits de l'homme, associations des professionnels./ Maires des villes et présidents des communes./ Procureurs, juges impliqués dans les cellules d'accueil des FVSNFG étatiques./ Directeurs des hôpitaux. :. Médiatiser l'événement de la diffusion du mémorandum avec une mention à la liste --non-nommahve-mais-qtj-réfèr-e- aux- r-esponsables -saisis: Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

40 Conclusion: 5 raisons pour opter pour une loi cadre _~ ~[l~j~tvj:_g_~!t_9.l::j_~j _g~r~q.tt~_q~_!~x~fl~~~rfq~r~ijj~~_~tp_~njt!y_~_n~_~~tlfit.r ~ à satisfaire l'essence de la philosophie d'une loi VFG Une loi VFG est tout spécifiquement une loi à dimension sociale, doit contribuer au démantèlement prioritairement de la discrimination sexiste Une loi VFG doit assurer l'apport des éléments juridiques rééquilibrant et règlementant le pouvoir dominat des hommes sur les femmes Une loi VFG doit rendre efficace l'instauration de l'égalité de genre Une loi VFG peut jouer un rôle didactique et pédagogique en démontrant que cette régulation est possible et l'égalité s'apprend par la pratique Une loi VFG indique que la VFG est affaire publique qui incombe tout d'abord à l'instance juridique et au pouvoir de l'etat et son action volontariste Une loi VFG doit être punitive, de protection, de réparation, préventive et elle doit intégrer la prise en charge des FVSVFG Une loi VFG doit reposer sur le référentiel des droits fondamentaux humains -----~~-~-~-):~~~~!!~-~~-~~~~-~:_ Loi c. VFG/Chikhaoui N. Mai Il

41 Saisir l'opportunité d'une loi fonctionnelle, qui fait appel à une implication de l'institution parlementaire pour une élaboration de textes d'application à partir de_cette_lql_cadre7_ou_qu.lprendrait_effei.à_tra~e[s_unexte_süpulé-p.ar_dé.crets_qu par Dahirs. C'est une double opportunité de voir cette loi cadre VFG prendre corps à travers deux alternatives politiques Offrir un processus d'élaboration de cette loi qui sera corollairement un espace de réflexion et de travail autour des différents paramètres de la VFG à établir et à définir (l'offre de services aux FVSNFG et aux auteurs de violences manifestant la volonté de briser le cercle récidiviste, chantiers projectifs comme l'ouverture de foyers ou centre d'hébergement provisoire étatiques où la réorganisation de ceux associatifs sur une base juridique légale... ) Asseoir les mesures déjà initiées en matière de diffusion de la culture de l'égalité et des Droits de l'homme par une loi cadre, référence juridique mais aussi à qualité pédagogique et qui donne les grandes lignes de cadrage Prévoir des lignes juridiques ordinatrices des normes à élaborer et à adopter en matière de contrôle de la diffusion de la stéréotypie sexiste Donner l'occasion de trancher sur des questions épineuses qui seront documentées et définies, comme la criminalisation de la prostitution, la définition de certaines formes violences à traduire dans des outils juridiques ----f.jllflhtif~ Loi C. VFG/Chikhaoui N. Mai

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris

LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE. Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris LES VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE Françoise GUYOT Vice-Procureure, Chargée de mission au Cabinet du Procureur de la République de Paris 2 DEFINITION La lutte contre les violences faites aux femmes s'inscrit

Plus en détail

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Rapport d'activité. http://clasches.fr contact@clasches.fr

Rapport d'activité. http://clasches.fr contact@clasches.fr 2009 2010 Rapport d'activité http://clasches.fr contact@clasches.fr Sommaire 1. Présentation de l association...3 a. Historique...3 b. Objectifs de l association...3 c. Adhérent e s...4 d. Membres du bureau...4

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

Ali RAME, Maroc Chercheur, Université de Rabat, Maroc

Ali RAME, Maroc Chercheur, Université de Rabat, Maroc Ali RAME, Maroc Chercheur, Université de Rabat, Maroc Ali Rame, Docteur en droit privé, Professeur à la faculté de droit Rabat Agdal, Enseignant vacataire, Chercheur et membre du centre des sciences criminelles

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés

L organisation judiciaire en France FAVREAU & CIVILISE LES JURIDICTIONS JUDICIAIRES. Litiges entre particuliers ou organismes privés F & C INFOS FAVREAU & CIVILISE Avocats a la Cour 8, Place Saint-Christoly 33000 Bordeaux, France Informations røservøes aux clients du cabinet. Gratuit. Ne peut Œtre vendu. L organisation judiciaire en

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002)

Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002) Décision-cadre 2002/475/JAI du Conseil (13 juin 2002) Légende: Exemple de décision-cadre arrêtée par le Conseil dans le cadre du troisième pilier. Source: Journal officiel des Communautés européennes (JOCE).

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 Janvier 2014 INSTRUMENTS INTERNATIONAUX La liberté académique Le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 (Article 13; Observation générale No.13 paras 38-40) Le Pacte

Plus en détail

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8

Les éditions précédentes ne sont plus en vigueur Page 2 sur 4 formulaire-hud-52641-a-french (3/2000) Réf. Guide 7420.8 Annexe au contrat de location Programme de coupons pour le choix du logement, avec aide aux locataires, de la Section 8 Département du Logement et de l'urbanisme des États-Unis Bureau des logements sociaux

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES RELATIF AUX DROITS DES FEMMES

PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES RELATIF AUX DROITS DES FEMMES PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES RELATIF AUX DROITS DES FEMMES 1 PROTOCOLE A LA CHARTE AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES, RELATIF AUX DROITS DE LA FEMME

Plus en détail

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA Introduction Les italiens divorcent depuis peu de temps. En effet le divorce a été introduit dans la législation italienne par la loi n 898 du 1er décembre 1970 sur la dissolution

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr

premières Réalisations du 4e Plan triennal [ ] de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr [ ] premières Réalisations du 4e Plan triennal de lutte contre les violences faites aux femmes stop-violences-femmes.gouv.fr Ratification de la Convention d Istanbul Lundi 5 mai, le Sénat a adopté définitivement,

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences?

Claudie Lesselier Quelles violences? Quels droits face à ces violences? Claudie Lesselier Association RAJFIRE rajfire@wanadoo.fr Un collectif féministe d action et de solidarité avec les femmes migrantes et exilées Quelles violences? Violence masculines contre les femmes manifestation

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga

Burundi. Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo. Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Burundi Rapport national intermédiaire du suivi de la mise en oeuvre du Cadre d'action de Hyogo Nom du point focal : Mr SERVILIEN Nitunga Organisation : Ministère de l'intérieur et de la Sécurite Publique

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (89) 2 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES SUR LA PROTECTION DES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL UTILISÉES À DES FINS D'EMPLOI 1 (adoptée

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

en Tunisie Enseignant en droit public à la Faculté des Sciences Juridiques de Tunis, chargé du cours d informatique

en Tunisie Enseignant en droit public à la Faculté des Sciences Juridiques de Tunis, chargé du cours d informatique Titre Chawki GADDES Enseignant en droit public à la Faculté des Sciences Juridiques de Tunis, chargé du cours d informatique Secrétaire général de l Association Tunisienne de Droit Constitutionnel Secrétaire

Plus en détail

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR

Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR Karine POTHIN-CORNU AVOCAT A LA COUR 10, rue des 3 frères Bernadac 64000 PAU TEL : 05.59.98.51.30 FAX : 05.59.83.81.26 LA SEPARATION DE CORPS La séparation de corps ne doit pas être confondue avec le divorce

Plus en détail

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 13 Les mesures de sûreté 1. La surveillance judiciaire 160 2. Le placement sous surveillance électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 4. La surveillance de sûreté 167 5. L inscription au fichier

Plus en détail

L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne

L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne L'accueil familial des personnes âgées et des personnes adultes handicapées en Tarn-et-Garonne La profession d'accueillant familial Une activité professionnelle au service de la personne accueillie Être

Plus en détail

Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres PROJET DE RAPPORT

Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres PROJET DE RAPPORT PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres 12.11.2014 2014/0000(INI) PROJET DE RAPPORT sur l égalité entre les femmes et les hommes au sein de l'union européenne

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Les violences conjugales

Les violences conjugales MINISTÈRE le point sur Femmes/égalité Lutte contre les violences envers les femmes Les violences conjugales Les victimes de violences craignent le plus souvent de s exprimer. Paralysées par la peur, une

Plus en détail

Relation entre la mission et les valeurs:

Relation entre la mission et les valeurs: Le respect de la dignité des personnes et la recherche de relations justes et humaines L'esprit d'intégration et la synergie Le souci de l'intégrité de la Maison Vivre Relation entre la mission et les

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI

RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI CRI(2011)37 RECOMMANDATION DE POLITIQUE GÉNÉRALE N 13 DE L ECRI SUR LA LUTTE CONTRE L ANTI-TSIGANISME ET LES DISCRIMINATIONS ENVERS LES ROMS ADOPTÉE LE 24 JUIN 2011 Strasbourg, Septembre 2011 Publication

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:21 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER ALGERIE Imprimer cette page Textes de référence : - Code de la famille du 9 juin 1984 1. Les formes de dissolution du mariage - La répudiation

Plus en détail

- DOSSIER DE PRESSE -

- DOSSIER DE PRESSE - - DOSSIER DE PRESSE - Journée nationale du Travail d'intérêt Général en Saône-et-Loire 27 novembre 2013 à 9h30 Les partenaires institutionnels du Ministère de la Justice organisent 27 novembre 2013 la

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE

CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC. - et - - et - - et - - et - RAPPORT DU COMITÉ D'ENQUÊTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC CM-8-89-35 CONSEIL DE LA MAGISTRATURE LE MINISTRE DE LA JUSTICE DU QUÉBEC MADAME DIANE LEMIEUX, MADAME LE JUGE ANDRÉE BERGERON, LE BARREAU DE LONGUEUIL, Plaignants MONSIEUR LE

Plus en détail

Le monitoring des médias

Le monitoring des médias Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l Information & de la Communication 2012 Chapitre 10 Le monitoring des médias 221 Rapport Général de l Instance Nationale pour la Réforme de l

Plus en détail

L'AUDIENCE PENALE ET LA VICTIME

L'AUDIENCE PENALE ET LA VICTIME L'AUDIENCE PENALE ET LA VICTIME Maître Delphine ALLAIN-THONNIER Avocat au Barreau du Val de marne COURS DU 6 JUIN 2003 I - ROLE THEORIQUE DE L'AUDIENCE ET PREPARATION DE LA VICTIME A ) DROITS DE LA VICTIME

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 06/2010 du 3 février 2010 Objet : avant-projet de décret relatif à l'archivage administratif La Commission de la protection de la vie privée (ci-après "la Commission") ; Vu la loi du 8 décembre

Plus en détail

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-=

=-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix-Travail-Patrie Peace-Work-Fatherland =-=-=-=-=-= =-=-=-=-=-=-= PROPOS LIMINAIRE DE MADAME ABENA ONDOA NEE OBAMA MARIE THERESE, MINISTRE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Pièces à fournir pour chacun des époux

Pièces à fournir pour chacun des époux Pièces à fournir pour chacun des époux Une copie intégrale d acte de naissance, Pour les personnes de nationalité française Une copie intégrale d acte de naissance de moins de 3 mois. À demander à la mairie

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale CHARTE «PROTECTION DE L ENFANT DANS LES MEDIAS» Préambule Pourquoi cette charte? Les médias ont un rôle important dans l information du public sur les

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES LE DIRECTEUR DU CABINET DU MINISTRE Paris, le 2 MAI 2005 N NOR/INT/D/05/00053/C LE MINISTRE DE L INTERIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES

Plus en détail

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH Distr. GENERAL HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ENGLISH PRINCIPES DIRECTEURS SUR LA PROTECTION INTERNATIONALE: «L appartenance à un certain groupe social» dans le cadre de l'article

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE

ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE ARTICLE 90 DU DECRET 91-1266 DU 19 DECEMBRE 1991 MODIFIE Réf. Art.90 du 20/01/2001 au 31/12/2001 01/01/2002 S DES MISSIONS DE BASE D2012-349 D2001-52 D2001-512 D2003-853 D2004-1406 D2007-1151 D2008-1486

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Adopté par le Conseil d administration du 27 juin 2013 1/ 6

Adopté par le Conseil d administration du 27 juin 2013 1/ 6 Règlement intérieur relatif à l usage du système d information de l Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis par les organisations syndicales représentatives Adopté par le Conseil d administration

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures 1. Situation actuelle De l article 123 al. 2 de la Constitution fédérale (RS 101) découle le principe selon lequel l exécution des sanctions

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE

CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE CONVENTION POUR L'ACTIVITE HANDISPORT A L'ECOLE ENTRE : L'Inspecteur d'académie, Directeur des services départementaux de l'education Nationale, Le Président du Comité Départemental U.S.E.P. de l'ain,

Plus en détail

Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis

Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis sommaire DOCTRINE Calcul des parts contributives des père et mère au profit de leurs enfants Analyse bisannuelle de décisions de jurisprudence 155 Sophie Louis LÉGISLATION 1. Législation fédérale Loi du

Plus en détail

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 20 juillet 2009 Français Original: anglais CRC/C/GC/12 Comité des droits de l enfant Cinquante et unième session Genève, 25 mai-12

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail