L ART D ENTREPRENDRE LES ECHOS - EM LYON. Entrepreneuriat, territoire et développement économique : une question de configuration ou de dosage?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ART D ENTREPRENDRE LES ECHOS - EM LYON. Entrepreneuriat, territoire et développement économique : une question de configuration ou de dosage?"

Transcription

1 L ART D ENTREPRENDRE LES ECHOS - EM LYON Entreprendre : un phénomène créateur de richesses économiques et sociales (Cahier 2/10) Entrepreneuriat, territoire et développement économique : une question de configuration ou de dosage? Olivier Toutain Discipline scientifique, objet d enseignement, vitrine d un langage politique, économique ou institutionnel, l entrepreneuriat est mangé à toutes les sauces. Il représente souvent un enjeu, parfois un espoir, et systématiquement une richesse. Si aucune définition unique ne peut être envisagée, chacun, avec son regard d élu, d enseignant, de technicien, de chef d entreprise ou de chercheur, s accorde pour reconnaître qu il génère une réponse possible à une demande sociale. Selon l angle que l on adopte, l entrepreneuriat peut être valorisé comme apporteur de solutions alternatives aux problèmes du chômage, moteur du développement économique, ou formateur d un «état d esprit» acteur et producteur de richesses économiques et sociales. En dépit des multiples approches scientifiques possibles pour tenter de comprendre l entrepreneuriat (consensuellement qualifié de «phénomène»), les chercheurs s accordent pour faire l hypothèse que l entrepreneur est une pièce centrale de sa fabrication. Identifié souvent comme un individu «extra-ordinaire», l entrepreneur occupe une place majeure dans la littérature scientifique relevant de la discipline de l entrepreneuriat. Son vécu, son expérience, son dynamisme, son opportunisme, ses facultés d adaptation, conjugués avec la création de valeur qu il engendre, sont autant de particularités qui participent au dessin éloquent de l entrepreneuriat. Pourtant, même s il constitue un objet d étude central, il ne peut être pris en compte isolément. Le processus d actions qu il déclenche, depuis son intention entrepreneuriale, mobilise des ressources et des acteurs avec lesquels il entre en interaction de façon permanente. Les influences réciproques entre invidu et projet (l individu fait évoluer son projet qui transforme l individu) s inscrivent dans un «système ouvert 1» influencé par l environnement. Circonscrit dans un espace géographique singulier, le territoire 2, dans lequel il évolue, participe également à la construction du phénomène entrepreneurial, comme à son exploitation : il bénéficie des richesses économiques et sociales produites localement par l entrepreneur. Les relations existantes, et peu étudiées, liant les besoins de l entrepreneur à ceux du territoire, concourent à la fabrication locale d un contexte entrepreneurial. Mais ce phénomène localisé doit-il son apparition et son développement aux atouts prérequis qui configurent initialement un territoire? Ou bien est-il le fruit d une alchimie, d un dosage que ni l entrepreneur, ni le territoire ne peuvent maîtriser seuls? 1 C. Bruyat, Création d entreprise: contributions épistémologiques et modélisations», thèse de doctorat en sciences de gestion, UPMF, Grenoble, 1993, p Définit ici comme une déclinaison de l environnement, plus générique.

2 Complexe, l'entrepreneuriat se détermine ainsi dans son rapport à l'action. Il implique un ensemble d'acteurs, de provenances diverses, qui participent en permanence à son élaboration. Si elles sont menées dans ce sens, les actions de développement économique d'un territoire facilitent son émergence et sa pérennisation. Mais l'entrepreneuriat ne peut constituer une richesse acquise définitivement. Il est le produit d'une action collective réalisée dans un temps et un espace donné. Parler de configuration initiale n'est donc pas suffisant pour déterminer l' «entrepreneurialité» d'un territoire. L ENTREPRENEUR, PIÈCE MAJEURE MAIS PAS UNIQUE DANS LA COMPRÉHENSION DU PHÉNOMÈNE ENTREPRENEURIAL Historiquement, la notion d entrepreneuriat a commencé à se développer à partir du XVIII èm siècle. Cantillon ( ) 3 définissait l entrepreneur par sa capacité à acheter ce qu il appelait «les moyens nécessaires à l activité» et à revendre biens et services «à un prix incertain». Les actes d achat et de vente représentaient ainsi les bases d un savoir-faire socialement identifié et reconnu (en particulier la prise de risques). Un peu plus tard, Jean-Baptiste Say ( ) définit l entrepreneur en mettant l accent sur «ce qu il doit être», à savoir notamment : prévoir, organiser, commander, contrôler. Puis Schumpeter ( ) rejoint la thèse défendue par J.B Say et la prolonge, en positionnant l action innovante comme élément central définissant l entrepreneur 4. Au cours de cette même période, Cheysson ( ) fut l un des premiers à affirmer que l entrepreneur n existe pas seulement par ce qu il réalise et produit, mais également par ce qu il représente : plus qu un statut, celui-ci possède une place socialement reconnue. Son existence est conditionnée par la construction d une identité partagée entre le «je» s appropriant un rôle actif et spécifique («identité visée») 5, et le «moi» identifié et attribué par ce que G.H. Mead appelle «l autrui significatif» 6, incarné, dans le cas présent, par les acteurs de l environnement impliqués dans la construction identitaire de l entrepreneur 7. Par conséquent, tenter de connaître et de comprendre ce que signifie l entrepreneuriat, implique d élargir son angle de vue en liant l entrepreneur au contexte dans lequel il évolue. L individu évolue dans un environnement (contexte) pendant une période (temps) au cours de laquelle il se transforme ou non en entrepreneur (processus). Comme le souligne Le Breton, «Les règles ne préexistent pas à l action, elles sont mises en œuvre par les acteurs à travers leur définition de la situation. Le contexte n est pas l élément extérieur qui détermine l action, il est interprété 8». 3 Voir notamment l ouvrage «Essai sur la nature du commerce en général», R. Cantillon, PUF, novembre J. Schumpeter, Théorie de l évolution économique, éditions Dalloz, qui rejoint en partie les approches comportementalistes ou behaviorsites. 6 G.H Mead, «L esprit, le soi et la société», éditions PUF, juin «C est dans ce processus qu intervient une dialectique, voir un dédoublement, entre le «moi» identifié par autrui et reconnu par lui comme «membre du groupe» (je fais partie de l équipe de foot, je vais aux entraînements, j ai payé ma licence, je peux dire : «moi», membre de l équipe X) et le «je» s appropriant un rôle actif et spécifique au sein de l équipe et «reconstruisant activement la communauté à partir de valeurs particulières liées au rôle qu il assume» (je suis gardien de but, je me «défonce» pour être sélectionné, je fais gagner l équipe en n encaissant aucun but de ma faute et en faisant progresser une stratégie défensive efficace)», C. Dubar, La Socialisation, éditions Armand Colin (3 ème édition revue), Paris, D. Le Breton, «L interactionisme symbolique», éditions PUF, septembre 2004, p

3 Fruit de ses interprétations, les actions qu il engage définissent un changement dynamique qui affecte autant l objet qu il souhaite créer (par exemple une entreprise) que l environnement dans lequel il s inscrit. La construction identitaire de l individu est ainsi fortement liée aux relations qu il développe avec les acteurs de son territoire. Sa mutation s appuie sur une stratégie d acquisition d une identité d entrepreneur. Pour l acquérir, il entre dans un processus de «socialisation relationnelle 9» au cours duquel les acteurs du territoire, que l on peut également nommer «agents socialisants» 10, reconnaissent et légitiment ses connaissances, ses compétences, et la création de valeur qu il génère. La réussite du processus de socialisation repose, néanmoins, sur des «dispositions» psychologiques et comportementales, dominées par la capacité à se remettre en question (Starr et Fondas 11 ). L ENTREPRENEURIAT, CONSTRUCTION INCERTAINE D UN SENS COMMUN Le processus d acquisition de l identité individuelle d «entrepreneur» participe ainsi à la fabrication d une culture entrepreneuriale territoriale, qui n appartient ni à l entrepreneur, ni au territoire : elle est le fruit de l élaboration d un sens commun. Ainsi, plus les interactions sont fortes entre l entrepreneur et les agents de socialisation, plus l entrepreneuriat prend racine dans le territoire (Bygrave et Minniti 12). En ce sens, être entrepreneur n est pas un statut, mais une fonction socialement déterminée dans un espace et un temps donné. L identité d entrepreneur attribuée à l individu est donc remise en question de façon permanente et jamais attribuée durablement. Dans «La théorie de l'évolution économique» 13, Shumpeter soulignait déjà qu' «Etre entrepreneur n est pas une profession ni surtout, en règle générale, un état durable». L entrepreneuriat est une construction de sens instable, bâtie par le résultat des interactions produites entre une somme d entrepreneurs et les acteurs ou agents socialisants- du territoire. Ainsi, «une situation peut être entrepreneuriale à un moment donné et ne plus l être ensuite» (Fayolle 14 ). Au cours d une période, les entrepreneurs vont alors générer de la valeur (Bruyat) en développant une activité existante, en créant une nouvelle organisation, ou en exploitant une innovation 15. Les retombées de son activité entrepreneuriale participent au développement des richesses économiques, sociales et culturelles d'un territoire. Selon W. Bygrave, la richesse qu il produit engendre réflexivement de nouvelles opportunités entrepreneuriales : 9 C. Dubar, op. cit. 10 Banquiers, clients, fournisseurs, techniciens de l accompagnement, agents de développement, 11 A. Starr & N. Fondas, A model of entrepreneurial socialization and organization formation, in Entrepreneurship, Theory and Practice, 1992, Vol W. Bygave and M. Minniti, The Social Dynamics of Entrepreneurship, Entrepreneurship, Theory and Practice, Spring J. Schumpeter, op. cit, p A. Fayolle, Entrepreneuriat, de quoi parlons-nous?, L Expansion Management Review, septembre 2000, p C. Bruyat, op.cit, p

4 «The entrepreneur is someone capable of enhancing the production possibility of the economy and, by doing so, of creating opportunities for other entrepreneurs» 16. Le développement économique d un territoire semble donc intimement lié à l existence d une «mémoire entrepreneuriale» (Bygrave 17 ). Mais l intensité de l activité entrepreneuriale d un territoire prend également ses sources dans les aventures multiples vécues par des individus qui élaborent une stratégie identitaire en exploitant le «champ du possible» entre «identité héritée» et «identité visée» (Dubar) 18. Le maintien d une culture entrepreneuriale dans un territoire dépend donc de la contribution des petites activités économiques créatrices de valeur, tablant sur le principe que le small n est pas seulement beautiful mais également powerful (Fayolle 19 ). La socialisation est alors souvent associée à la singularité des expériences vécues pour expliquer la diversité des entreprises créées 20. Dans leur modèle, Starr et Fondas expliquent que les entrepreneurs s adaptent à leur environnement et, selon leurs prédispositions («identités héritées») réagissent différemment aux pressions des agents de socialisation 21. L individu qui entre dans une démarche entrepreneuriale, découvre son environnement qu il interprète et identifie en puisant dans son expérience vécue, tant professionnellement que personnellement. Selon celle-ci, il développera une intention d entreprendre que Gnyawali et Fogel organisent sous la forme d une dialogique liant comportement («propensity») et capacités à entreprendre («ability»). Selon les histoires de chaque individu, les motivations et capacités pour entreprendre seront variables et, par conséquent, conduiront à des besoins différents : «A key role of the entrepreneurial environment is to help entrepreneurs developp both propensity to enterprise and ability to enterprise. Persons with low propensity to enterprise lack the necessary motivation and mind-set required to start a business, whereas persons with low ability to enterprise lack the skills needed to manage the startup and subsequent processes of business operation 22. ENTREPRENEURIAT ET TERRITOIRE : UN SYSTÈME COMPLEXE Pour autant, répondre aux besoins des entrepreneurs en s adaptant à leur demande n est profitable que si un élément majeur, par exemple l opportunité 23, permet de déclencher l intention entrepreneuriale. Le développement des initiatives entrepreneuriales peut ainsi, dans certains cas, 16 L'entrepreneur est quelqu'un qui est capable d'augmenter la possibilité de production économique, et en le faisant, de créer des opportunités pour les autres entrepreneurs., W. Bygave and M. Minniti, op. cit, p «There exists a positive relationship between entrepreneurship rates from one period to the next (là existe un rapport positif entre le taux d'entrepreneuriat d'une période à une autre», W. Bygave and M. Minniti, op. cit, p C est-à-dire entre ce qu ils sont (héritage social fondé notamment sur leur environnement familial, scolaire et leur trajectoire professionnelle) et ce qu ils aspirent à devenir (notion d «identité visée»). 19 A. Fayolle, op. cit, p Considérées aujourd hui comme une richesse économique et sociale pour le territoire. 21 A. Starr and N. Fondas, op. cit. 22 Un rôle clé de l'environnement entrepreneurial est d'aider les entrepreneurs à développer à la fois leur propension et leur capacité à entreprendre. Les personnes qui ont une faible propension à entreprendre manquent d'une motivation et d'une mentalité nécessaires pour démarrer une activité économique, tandis que les personnes qui ont une faible capacité pour entreprendre manquent des qualifications nécessaires pour diriger une entreprise naissante, et les processus d'action qui suivent, Gnyawali & Fogel, Environments for entrepreneurship development. Key dimensions and research implications, Entrepreneurship Theory and Practice, 1994, Vol Nous considérons que l opportunité constitue l un des éléments favorisant le développement de l entrepreneuriat. 4

5 varier selon le nombre et la diversité des opportunités existantes sur un territoire. En complément du modèle énoncé par Bygrave 24, Gnyawali et Fogel insistent sur l importance du rôle des acteurs territoriaux dans le jeu de la création et du développement des opportunités. Ils distinguent, dans ce sens, cinq conditions prérequises pour soutenir le développement de l entrepreneuriat : les actions publiques, les conditions socio-économiques prérequises, les dispositifs de formation, la présence d organismes financiers et non-financiers 25. Ces éléments dessinent un paysage singulier, unique. Ils constituent des leviers accionnables qui, selon l histoire, la démographie, la situation géographique, économique et sociologique du territoire permettent d initier, de développer ou de consolider le développement de l entrepreneuriat. Ainsi, la variation du taux d activité entrepreneuriale ne dépend pas de l accent mis isolément sur l un de ces leviers, mais de leur contribution d ensemble. Les cinq conditions énoncées par Gnyawali et Fogel engendrent des effets positifs sur le taux d activité entrepreneuriale, à condition qu elles soient appréhendées comme des «composants» formant un «système attractif» qui favorise la construction économique et sociale de l identité entrepreneuriale du territoire. «Comportement», «capacités» et «système attractif» sont interdépendants, et contribuent ainsi à la compréhension du phénomène entrepreneurial circonscrit dans un territoire spécifique: «This is because it is the perception of entrepreneurs about the environment that shapes their actions; it is the set of policies and actions of the government and the set of programs of the business development organizations that influence the opportunity, propensity to enterprise, and ability to enterprise. And it is the overall attitude of the general public that influences the propensity to enterprise. 26 L identité propre du territoire 27, conjuguée avec la singularité des aventures individuelles, définit une activité entrepreneuriale qui repose sur un dosage incertain. Sans cesse remis en question, ce dernier repose sur un jeu d interactions produisant de multiples combinaisons possibles entre l individu qui porte un projet entrepreneurial (propensity + ability to enterprise) et le territoire dans lequel il évolue (attractivity to enterprise). Ainsi, la probabilité pour développer des actions entrepreneuriales se définit en partie par le rapport entre le nombre d'actions entrepreneuriales, la taille de la population et celle du territoire dans lequel elle s'inscrit. Chaque élément considéré isolément, sans tenir compte de l ensemble, risque d occulter les efforts consentis, en produisant des conséquences minorées dans le développement de l activité entrepreneuriale. Par exemple, renforcer un dispositif de soutien financier des projets innovants, sans tenir compte de la formation des individus-entrepreneurs, ni des actions de conseil, d accompagnement, ou de mise en réseau, risque, à moyen terme, d entraîner des résultats situés en deçà des espérances attendues initialement. De la même façon, la compréhension et l analyse des motivations, des comportements et des capacités des individus à entreprendre, nécessitent d être pris en considération par les acteurs territoriaux, en particulier dans l étude des politiques de développement de l entrepreneuriat. Car, comme le souligne Bruyat, 24 Qui met l accent sur la corrélation entre l apparition de nouvelles opportunités et le nombre d entrepreneurs localisés sur un territoire. 25 Gnyawali & Fogel, op. cit. 26 «C'est parce que c'est la perception des entrepreneurs sur l'environnement qui détermine leurs actions; c'est l'ensemble des politiques et des actions du gouvernement et l'ensemble des programmes d'aide à la création et au développement des entreprises qui influence l'opportunité, la propension et la capacité à entreprendre. Et c'est l'attitude globale du public qui influence la propension à entreprendre.», Devi R. Gnyawali & Daniel S. Fogel, op.cit. 27 Sociale, économique, culturelle. 5

6 «Il ne suffit plus que les conditions économiques générales soient favorables (peu d impôts, des taux d intérêts faibles ) pour que le développement économique se produise. Ces conditions, bien que nécessaires, ne sont pas suffisantes, il faut que des entrepreneurs initient et conduisent ce progrès ou ces changements.» 28 Le développement du phénomène entrepreneurial appartient donc aux acteurs locaux, aux individus créateurs de projet entrepreneuriaux et aux agents de développement économiques, qui agissent dans un espace donné. Le dosage, complexe mais nécessaire, entre actions de développement territoriales et initiatives individuelles, suppose une prise de conscience partagée, que Glaser et Strauss qualifient de «contexte de conscience ouvert» 29 dans lequel les acteurs se connaissent et participent, ensemble, à la construction du phénomène entrepreneurial. Comprendre le lien entre entrepreneuriat et territoire nécessite ainsi de prendre en compte la réflexivité permanente des actions engagées par les agents territoriaux et l'entrepreneur, en s'appuyant sur l'analyse de leur rapport à l'action, au contexte, ainsi qu'aux modes de coopération qui sont développés. 28 C. Bruyat, op. cit, p B. Glaser & A. Strauss, «Awareness contexts and social interaction», American Sociological Review, n 29,

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

AEC en Techniques d éducation à l enfance

AEC en Techniques d éducation à l enfance (JEE.0K) 322-101-MV Introduction à la profession Ce cours permet à l étudiant d explorer la profession d éducatrice à l enfance dans son ensemble et de bien cerner le contexte des services de garde au

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Les bases du management

Les bases du management Les bases du management 04/10/2010 1 L approche systémique 04/10/2010 2 UN SYSTHEME 04/10/2010 3 La Systémique Une approche systémique ne prétend jamais à l exhaustivité ni à l objectivité. Elle conçoit

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Dossier numérique et évaluation des compétences.

Dossier numérique et évaluation des compétences. Dossier numérique et évaluation des compétences. Les usages du DNC pour la formation, l évaluation, la validation et la certification de compétences Emmanuel LE CLAINCHE Responsable de formation à Isfec

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049)

Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Préparation au CQPM Technicien en Industrialisation et en Amélioration des Processus TIAP (0049) Public concerné Salariés ou futurs salariés des entreprises industrielles qui auront pour missions de participer

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Comment organiser une séance d EPS

Comment organiser une séance d EPS Comment organiser une séance d EPS Ce qui est important pour l élève c est de : - comprendre quand il réussit quelle procédure reproductible a été utilisée et isolée pour cette procédure - apprendre pour

Plus en détail

Alain FAYOLLE. Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2826-4

Alain FAYOLLE. Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2826-4 Alain FAYOLLE Le métier de cr éateur d entrepri se, 2003 ISBN : 2-7081-2826-4 Sommaire INTRODUCTION Retrouver l esprit et la liberté d entreprendre...1 Atténuer l un des paradoxes de notre société : entreprendre...4

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management ICF Monaco 9 av président Kennedy 98000 Monaco 00 377 97 97 95 77 www.icfmonaco.com 1 Index 1. Optimiser les Entretiens Professionnels... 3 2. Les Soft- Skills au service d un recrutement

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Formation bilan de l E7-2. IFEAP IEA novembre 2014. De l approche par compétences À l évaluation des capacités

Formation bilan de l E7-2. IFEAP IEA novembre 2014. De l approche par compétences À l évaluation des capacités Formation bilan de l E7-2. IFEAP IEA novembre 2014 De l approche par compétences À l évaluation des capacités 1 Définition de la compétence Une compétence correspond à une mobilisation d une combinaison

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures

DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures BO Santé du 20 juin 07 ANNEXE III RÉFÉRENTIEL DE FORMATION ES DF1 Accompagnement social et éducatif spécialisé 450 heures La personne de la naissance à la fin de vie : Approche pluridisciplinaire : physiologique,

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique?

L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Conférences ATEMIS L'usine du futur : quel travail dans quel modèle économique? Tommaso Pardi sociologue GERPISA, ENS-Cachan Sandro De Gasparo ergonome ATEMIS ESCP - Paris, le 2 avril 2015 L'usine du futur

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

ECOLE DES MANAGERS. Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier

ECOLE DES MANAGERS. Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier ECOLE DES MANAGERS Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier 1 Principes directeurs de l Ecole des Managers L Ecole des Managers soutient et accompagne

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Animation pédagogique

Animation pédagogique Animation pédagogique Proposition d un cadre de réflexion Rédaction Jean- Michel Guilhermet à partir des travaux du groupe EPS 38 - mai 2012 Page 1 Le document précise les professionnelles attendues dans

Plus en détail

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ

NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ NARA +20 SUR LES PRATIQUES DU PATRIMOINE, LES VALEURS CULTURELLES, ET LE CONCEPT DE L AUTHENTICITÉ Rappelant les réalisations du Document de Nara de 1994 sur l authenticité dans l établissement des principes

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

HORSES AND COACHING CERTIFICATION ANIMATEUR HORSES AND COACHING

HORSES AND COACHING CERTIFICATION ANIMATEUR HORSES AND COACHING HORSES AND COACHING CERTIFICATION ANIMATEUR HORSES AND COACHING Le cheval au service du management en entreprise et des relations entre les hommes. PRÉSENTATION «HORSES AND COACHING est un concept et une

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors. Un engagement

Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors. Un engagement Chefs d entreprises Experts-comptables Consultants Banquiers Cadres Notaires Avocats Seniors Un engagement BÉNÉVOLE Aux côtés des créateurs S ENGAGER Notre rôle : permettre aux créateurs et aux repreneurs

Plus en détail

De la formation continue à la formation tout au long de la vie

De la formation continue à la formation tout au long de la vie De la formation continue à la formation tout au long de la vie Enjeux et débats pour les universités en Europe Michel Feutrie Président de EUCEN Une grande confusion dans les termes utilisés Sous le terme

Plus en détail

Synthèses de cours. 1. La logique entrepreneuriale

Synthèses de cours. 1. La logique entrepreneuriale 1. La logique entrepreneuriale 11 12 La logique entrepreneuriale La logique entrepreneuriale L'entrepreneur est une personne qui mobilise et gère des ressources pour créer et développer des entreprises

Plus en détail

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009

Un contrat sectoriel pour l ESS en Rhône-Alpes 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 UN CONTRAT SECTORIEL POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN RHONE-ALPES 2007-2009 1 RESUME DIAGNOSTIC : La Région Rhône Alpes a élaboré un Schéma Régional de Développement économique dans lequel il était

Plus en détail

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante

Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Danny Brochu, conseiller d orientation Stéphanie Côté, enseignante Nom, école Ce qui vous amène Ce que je connais de l entrepreneuriat étudiant 2 2000.réflexion sur les programmes et sur l entrepreneurship

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE

ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE MASTERE et 3 CYCLE SPECIALISE EN ENTREPRENEURIAT SYLLABUS Année 2013/2014 Responsables : Olivier IGON Secrétaire : Zohra BA ( : (33) 05.61.29.48.80 Bâtiment Le Bosco Bureau

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

«Management et Direction de Projets»

«Management et Direction de Projets» Centrale Paris & Cegos Vos partenaires pour un nouvel élan dans votre carrière MASTERE SPECIALISE «Management et Direction de Projets» Bienvenue! René Palacin Responsable pédagogique MS Management et Direction

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

TACTIQUE PRO Serious Game

TACTIQUE PRO Serious Game TACTIQUE PRO Serious Game Choisir et construire IFMV-VALDOCCO 102, rue Henri Barbusse 95100 Argenteuil 09.61.28.12.57 Responsable du projet : Christine MARY projet.valdocco@gmail.com Le Valdocco est une

Plus en détail

CRÉER. L offre de services

CRÉER. L offre de services CRÉER L offre de services 1 Français sur 5 rêve de créer son entreprise Vous aussi? Que vous ayez envie de créer une entreprise qui se développera sur son territoire ou que vous envisagiez de créer une

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte :

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte : Référentiel de compétences Bachelor filière Soins infirmiers 1. Concevoir une offre en soins en partenariat avec la clientèle, inscrite dans une démarche de soins - prend en considération l histoire et

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

Alternance et formation post-concours. Intérêt et principaux points de vigilance dans sa mise en œuvre par les services

Alternance et formation post-concours. Intérêt et principaux points de vigilance dans sa mise en œuvre par les services Ministère de l Equipement, des Transports et du Logement CEDIP Centre d Evaluation, de Documentation et d Innovation Pédagogiques Alternance et formation post-concours Intérêt et principaux points de vigilance

Plus en détail

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009

2009 et DUBAR C., TRIPIER P., Sociologie des professions, Collection U, Armand Colin,, 2 éd., 2009 L apport de la sociologie des professions 1 à une définition positive des professions libérales. Il est très difficile de trouver une définition «positive» des professions libérales, souvent les professions

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé

Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée. Votre formation en enseignement spécialisé Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière Pédagogie spécialisée Votre formation en enseignement spécialisé La HEP Vaud vous prépare au Master of Arts et Diplôme dans le domaine de la pédagogie

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

SUPERVISION COLLECTIVE

SUPERVISION COLLECTIVE SUPERVISION COLLECTIVE POURQUOI UN LIEU DE SUPERVISION? Les mutations que vivent les organisations nous obligent à clarifier notre façon d'accompagner les changements. La complexité des situations nécessite

Plus en détail

NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE

NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE Une approche innovante pour développer un leadership efficace et une véritable empathie grâce aux neurosciences. Nous sommes nombreux à désirer développer des relations

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers

3 principes fondamentaux pour un management efficace : 5 formations indispensables pour les managers 3 principes fondamentaux pour un management efficace : A chaque objectif opérationnel un objectif managérial La motivation des collaborateurs : préoccupation centrale La relation Manager / collaborateur

Plus en détail

Proposition de formations en direction du réseau des centres sociaux - FORESCO

Proposition de formations en direction du réseau des centres sociaux - FORESCO Proposition de formations en direction du réseau des centres sociaux - FORESCO 2015 Les Réseaux d échanges réciproques de savoirs (RERS) Construire ensemble, citoyens / habitants et acteurs des centres

Plus en détail

Mention Communication des organisations

Mention Communication des organisations MASTER Mention Communication des organisations Parcours «Communication et ressources humaines» en Formation continue Responsable : Isabelle AURIEL Secrétariat : Khedidja KHAMADJ tél : 01 49 40 32 72 mail

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management ICF Monaco 9 av président Kennedy 98000 Monaco 00 377 97 97 95 77 www.icfmonaco.com 1 Index 1. L entretien professionnel: transformer l obligation en opportunité... 3 2. L identification

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 LES REFERENTIELS

Plus en détail

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ!

LA VIE EST PLUS SIMPLE QUAND ON EST BIEN FORMÉ! Animer ses réunions efficacemment (1 J) Prévenir les RPS (1 J) Mobiliser son intelligence émotionnelle (1 J) Conduire ses 2 entretiens (2 J) Développer son Leadership (1 J) Piloter efficacement une équipe

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen

BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel commun européen Contenu de la formation Présentation générale Au Centre de Formation des Monts du Lyonnais, le BTS Assistant de Gestion PME-PMI à référentiel

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

Accompagner des équipes et des organisations, c est un plus! Transmettre au plus grand nombre vos compétences acquises sera votre challenge

Accompagner des équipes et des organisations, c est un plus! Transmettre au plus grand nombre vos compétences acquises sera votre challenge INSTITUT DE COACHING MAROC Cultiver les savoirs, semer les compétences pour que vous récoltiez les fruits de vos efforts Créé par Catherine SEKOU et Nadia JALAL, l Institut de Coaching dispense un enseignement

Plus en détail

Catalogue de formations Management:

Catalogue de formations Management: Catalogue de formations Management: Tuteur formateur...page 2 Tuteur Hiérarchique...page 3/4 Réussir sa réunion management...page 5 Animer et diriger son équipe...page 6/7 Les leviers de la motivation...page

Plus en détail

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique

Déterminants de la réintégration au travail des personnes en situation de handicap psychique 2 ème journée d étude de l Observatoire Régional des Risques Psychosociaux en Aquitaine Risques psychosociaux: tous préventeurs? Bordaux, 6 décembre 2012 Déterminants de la réintégration au travail des

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION Comprendre, accepter et maîtriser ses émotions afin de gérer sa relation avec autrui

PROGRAMME DE FORMATION Comprendre, accepter et maîtriser ses émotions afin de gérer sa relation avec autrui PROGRAMME DE FORMATION Comprendre, accepter et maîtriser ses émotions afin de gérer sa relation avec autrui La Bulle Emotionnelle Damien Acoca 103 rue de Ménilmontant - 75020 Paris 06 18 76 38 66 bulle.emotionnelle@gmail.com

Plus en détail