Site : mail : SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Site : http://www.isnab.com mail : mennier@isnab.fr SUJET ES - session 2003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ"

Transcription

1 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 1 68-(7(6VHVVLRQ LE JUS E FRUIT 35(0,Ê5(3$57,(%LRFKLPLHSRLQWV L'analyse d'un jus de fruit révèle la présence d'un composé A dont le nom en nomenclature systématique est : α--glucopyranosyl (1Î) β--fructofuranoside. 1. Classification et formules ( points) 1.1. onner le nom usuel du composé A et indiquer à quelle famille il appartient. Le situer dans la classification de cette famille. 1.. onner la signification et définir les termes 'd'une part et "α" et "β" d'autre part, qui figurent dans le nom systématique du composé A. Illustrer ces notions à l'aide de la molécule de votre choix Représenter le composé A selon la représentation de Haworth.. Pouvoir rotatoire (,5 points) On mesure le pouvoir rotatoire d'une solution de concentration c du composé A. La mesure est réalisée dans une cuve de longueur l, à la température de 0 C, avec la raie du sodium. On observe une rotation α. Soit : c = 100 g.l 1 l = 0 cm α= Expliquer l'origine de l'activité optique du composé A... On réalise l'hydrolyse complète du composé A en solution. Ecrire l'équation de la réaction en formule brute et nommer les produits obtenus..3. éterminer la composition quantitative de la solution obtenue..4. Calculer le pouvoir rotatoire de cette solution. Justifier le terme LQYHUVLRQutilisé pour désigner cette réaction d'hydrolyse. On prendra connaissance des données figurant dans le document N Pouvoir sucrant ( points) e nombreuses molécules possèdent un pouvoir sucrant. Le graphique fourni dans le document N 1. permet de comparer le pouvoir sucrant de quelques unes d'entre elles onner pour chaque molécule citée sur le graphique, le nom de la famille à laquelle elle appartient dans la classification des composés biochimiques. 3.. Le pouvoir sucrant est défini en référence au saccharose en solution aqueuse.

2 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page Commenter le graphique, en comparant par exemple, les pouvoirs sucrants du fructose, du glucose et du lactose à celui du saccharose. Remarque : les axes du graphique sont gradués en concentration massique centésimale éterminer les concentrations des solutions de fructose et de glucose qui ont le même pouvoir sucrant qu'une solution de saccharose à 0 %. 4. osage (,5 points) Après hydrolyse complète d'une solution du composé A, on réalise un dosage des produits d'hydrolyse par la méthode de Bertrand dont le protocole est fourni dans le document N Justifier la nécessité de la réaction d'hydrolyse préalablement au dosage. Expliquer l'origine de la propriété mise en jeu par les produits de l'hydrolyse. 4.. Expliquer en quelques lignes le principe du dosage selon la méthode de Bertrand en vous appuyant sur les données du document L'équivalence est observée pour un volume versé de solution de permanganate v = 1,1 ml. En déduire la concentration de la solution dosée, exprimée en g.l 1 de sucre inverti. '(8;,(0(3$57,(3K\VLTXH,QGXVWULHOOH7 SRLQWV Une cuve A contenant un jus de fruit, alimente une pompe volumétrique qui envoie le produit dans un échangeur pour être pasteurisé. Le jus est ensuite stocké dans un réservoir B, avant son conditionnement en bouteilles ( voir la figure 1 ci-dessous ).

3 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 3 'RQQpHVFRQFHUQQWOLQVWOOWLRQ Canalisations - diamètre intérieur de toutes les canalisations : 8 mm - longueur totale : 50 m Singularités L'installation comporte des éléments d'assemblage non représentés dont les valeurs des coefficients de pertes de charge singulières (ξ) sont les suivantes - un robinet d'équerre (ξ 1 = 3 ) - 8 coudes à 90 grand rayon (ξ = 0,5 par élément) - On considérera que la perte de charge dans l'échangeur est de 5,10 5 Pa. Caractéristique géométrique La différence de hauteur entre la surface libre de la cuve A et celle du réservoir B : 1,10 m 1RWQVXSSRVHTXH OFXYHHWOHUpVHUYRLUVRQWjQLYHXFRQVWQW OHVVXUIFHVOLEUHVVRQWjOSUHVVLRQWPRVSKpULTXHGH 3 QSUHQGUJUYLWpJ PV 'RQQpHVFRQFHUQQWOHMXVGHIUXLW débit-volume horaire : 500 L.h 1 - capacité thermique massique c, = 3,9 kj.kg 1.K 1 - masse volumique : 1040 kg.m 3 - viscosité dynamique moyenne : Pa.s - température d'entrée : t p1 = 0 C - température de sortie : t p = 65 C ( température de pasteurisation ) 1. (WXGHGXFLUFXLWK\GUXOLTXHFRQFHUQQWOHMXVGHIUXLW(3.5 points) Calculer le nombre de Reynolds. En déduire le régime d'écoulement. 1.. éterminer les pertes de charge linéaires exprimées en Pascal Calculer les pertes de charge totales pour cette installation en Pascal Calculer la hauteur manométrique de la pompe, exprimée en Pascal éterminer la puissance électrique consommée par cette pompe. Le rendement total du groupe moteur-pompe est η = 0,8.

4 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 4. (WXGHGXUHIURLGLVVHPHQWQRQUHSUpVHQWpVXUOILJXUH(3.5 points). Après pasteurisation, les bouteilles sont immergées dans une cuve contenant de l'eau pour les prérefroidir à la température de 5 C. Elles sont ensuite stockées en chambre froide positive à + C. ans le circuit frigorifique permettant le refroidissement de la chambre froide, circule un fluide frigorigène (R134a ). Les caractéristiques de cette installation sont les suivantes - température d'évaporation : 10 C - température de condensation : 30 C - une surchauffe de 5 C est constatée entre la sortie de l'évaporateur et l'entrée du compresseur - sous-refroidissement de 10 C au condenseur - puissance frigorifique : 4 kw à -10 C 1RW /FRPSUHVVLRQHVWFRQVLGpUpHLVHQWURSLTXH QQHWLHQGUSVFRPSWHGHVSHUWHVGHFKUJHLQWHUYHQQWGQVOHVGLIIpUHQWVSSUHLOV QVXSSRVHTXHOHIOXLGHIULJRULJqQHVRUWGHOpYSRUWHXUVRXVIRUPHGHYSHXUVWXUpHVqFKH.1. Faire un schéma de principe de la machine frigorifique, positionner les principaux appareils la constituant... Indiquer le type et la nature des différentes transformations subies par le fluide tout au long du circuit du fluide A partir des données fournies, tracer sur le diagramme figurant à l'annexe 1 (j UHQGUHYHFOFRSLHle cycle frigorifique théorique de cette installation..4. Utiliser le cycle tracé pour déterminer les caractéristiques suivantes : - pression d'évaporation - pression de condensation - température en sortie de compresseur - titre du fluide en début d'évaporation.5. Calculer le débit-masse horaire de fluide frigorigène nécessaire pour la production frigorifique.

5 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 5 3$57,(6WWLVWLTXHVSRLQWV ans un souci d'optimisation de la technologie de dosage en sucres réducteurs, l'entreprise décide d'étudier une méthode innovante basée sur une analyse enzymatique automatisable. Cette méthode présente a priori une meilleure fidélité mais peut engendrer des écarts de justesse. ans une cuve préalablement homogénéisée, on effectue des prélèvements permettant d'obtenir deux échantillons, chacun de taille 10, aléatoires simples indépendants. Le premier échantillon est analysé au niveau des sucres réducteurs par la méthode de Bertrand. On obtient sur cet échantillon, un dosage moyen de 5,60 g.l -1 et une variance de 0,019 (g.l - 1). Le deuxième échantillon est analysé par la nouvelle méthode. Les résultats obtenus sont les suivants, les dosages sont exprimés en g. L 1. 5,3 5,15 5,44 5,4 5,37 5,41 5,35 5,34 5,31 5,33 1. Calculer la moyenne et la variance de la série statistique ainsi obtenue. On suppose que le dosage en sucres réducteurs produit par la méthode de Bertrand et celui produit par la méthode enzymatique sont des variables aléatoires distribuées suivant des lois normales.. Peut-on déduire des résultats expérimentaux que la fidélité obtenue par la nouvelle méthode est meilleure? Il s'agit de tester si la variance du dosage effectué par la méthode enzymatique est inférieure à celle obtenue par la méthode Bertrand. On effectuera un test statistique au seuil de risque 0, En admettant que les lois normales précédentes ont même variance, peut-on déduire des résultats expérimentaux que la méthode enzymatique induit un dosage moyen différent de celui obtenu par la méthode de Bertrand? On effectuera un test statistique dont le risque de première espèce est laissé à l'appréciation du candidat. OHVWEOHVVWWLVWLTXHVQpFHVVLUHVVHWURXYHQWVXUOHVGRFXPHQWV 5SSHO 6RXVFHUWLQHVFRQGLWLRQVHQXWLOLVQWOHVQRWWLRQVXVXHOOHVVL6 Q ; ; OYULEOH OpWRLUH)GpILQLHSU) Q 6 Q i=1 Q1 1 HVWGLVWULEXpHVXLYQWXQHORLGH)LVFKHU Q 1 n 6QHGHFRUHW7GpILQLHSU7 1 Q 1 + ; 1 Q 1 ; Q161 + Q6 Q + Q 1 HVWGLVWULEXpHVXLYQWXQHORLGH 6WXGHQW

6 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 6 '&80(171ƒ Masses atomiques molaires en g.mol 1 : H : 1 ; C : 1 ; O : 16 Loi de Biot : α = [α] 0 λ c α : pouvoir rotatoire : pouvoir rotatoire spécifique [α] 0 λ : longueur de la cuve en dm c : concentration en g.ml 1 Pouvoirs rotatoires spécifiques : Saccharose : [α] 0 -mannose : [α] 0 = +14,5 Lactose : [α] 0 +34,0 -glucose : [α] 0 = +5,7 0 -galactose : [α] 0 = + 80; L-galactose [α] 0 = fructose [α] 0 -ribose : [α] 0 = - 3,7 Couples et potentiels redox : [Cu] + / Cu O E ~ 0,15 V (milieu basique) Fe 3+ /Fe + E = 0,77 V MnO 4 /Mn + E = 1,51 V R-COO-/R-CHO E ~0 V (milieu basique) '&80(171ƒ Pouvoir sucrant comparé du saccharose et d'autres composés GSUqV,QWURGXFWLRQjOELRFKLPLHHWjOWHFKQRORJLHGHVOLPHQWV-&&KHIWHO7HFHW 'RF :\Iaa \Epreuve scientifique\sujet ES - session 003.doc

7 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 7 '&80(171ƒ 3URWRFROHGHGRVJHGXVXFUHLQYHUWLSUOPpWKRGHGH%HUWUQG ans un erlenmeyer de 300 cm 3 mettre 0 cm 3 de liqueur de cuivre II $, 0 cm 3 de liqueur tartroalcaline % et 0 cm 3 de liqueur sucrée, contenant 10 à 100 mg de sucre réducteur. Faire bouillir sous reflux pendant trois minutes, refroidir immédiatement sous un courant d'eau jusqu'à complet refroidissement, laisser déposer l'oxyde de cuivre I, et filtrer la liqueur sur un filtre Goosch N 4 en activant la filtration par l'aspiration d'une trompe à eau. Laver trois fois l'oxyde de cuivre I avec 0 cm 3 d'eau bouillie froide. issoudre l'oxyde de cuivre I avec 30 cm 3 de liqueur de fer III & placés dans l'erlenmeyer puis versés sur le filtre ; mettre le filtre chargé d'oxyde de cuivre I en suspension dans la liqueur de fer III à l'aide d'un agitateur pour permettre la dissolution de tout cet oxyde. Collecter la liqueur de fer III partiellement réduite dans une fiole tubulée en s'aidant d'une aspiration modérée ; rincer l'erlenmeyer et le filtre avec cinq fois 0 cm 3 d'eau. Titrer le sel de fer II formé, par la solution 0,0 mol.l 1 de permanganate de potassium ; l'équivalence est repérée par un changement de couleur. La quantité de sucre contenue dans la liqueur sucrée employée est donnée par la table ci-dessous. :\Iaa \Epreuve scientifique\sujet ES - session 003.doc

8 KMnO4 0,0 Sucre inverti KMnO4 Sucre inverti Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 8 '&80(171ƒVXLWH KMnO4 Sucre inverti 0,0 mol.l -1 mol.l -1 0,0 mol.l -1 cm3 mg cm3 mg cm3 mg 4,0 1,4 1,0 39,1 0,0 68, ,0 1, 39,7 0, 69,3 4,4 13,6 1,4 40,5 0,4 70,1 4,6 14,3 1,6 41, 0,6 70,9 4,8 14,9 1,8 4,0 0,8 71,6 5,0 15,5 13,0 4,6 1,0 7,4 5, 16, 13, 43,3 1, 73, 5,4 16,8 13,4 44,1 1,4 74,1 5,6 17,5 13,6 44,7 1,6 74,9 5,8 18,1 13,8 45,5 1,8 75,6 6,0 18,8 14,0 46,3,0 76,4 6, 19,4 14, 47,0, 77, 6,4 0,1 14,4 47,6,4 78,0 6,6 0,7 14,6 48,4,6 78,7 6,8 1,4 14,8 49,1,8 79,5 7,0,0 15,0 49,8 3,0 80,3 7,,7 15, 50,5 3, 81,1 7,4 3,4 15,4 51,3 3,4 81,9 7,6 4,1 15,6 5,1 3,6 8,7 7,8 4,7 15,8 5,7 3,8 83,5 8,0 5,5 16,0 53,5 4,0 84,4 8, 6,1 16, 54, 4, 85, 8,4 6,8 16,4 55,0 4,4 86,0 8,6 7,5 16,6 55,7 4,6 86,7 8,8 8,1 16,8 56,4 4,8 87,5 9,0 8,8 17,0 57, 5,0 88,4 9, 9,5 17, 57,9 5, 89, 9,4 30,1 17,4 58,7 5,4 90,0 9,6 30,8 17,6 59,4 5,6 90,9 9,8 31,5 17,8 60,1 5,8 91,6 10,0 3, 18,0 61,0 6,0 9,5 10, 3,9 18, 61,6 6, 93,3 10,4 33,6 18,4 6,4 6,4 94,1 10,6 34,3 18,6 63, 6,6 95,0 10,8 35,0 18,8 64,0 6,8 95,8 11,0 35,6 19,0 64,8 7,0 96,6 11, 36,4 19, 65,4 7, 97,3 11,4 37,0 19,4 66, 7,4 98, 11,6 37,7 19,6 67,1 7,6 99,1 11,8 38,4 19,8 67,8 7,8 99,9 :\Iaa \Epreuve scientifique\sujet ES - session 003.doc

9 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 9 Fonction de répartition d une varaible de Student à k degrés de liberté. Valeur t p telles que Prob(T t p ) = p p k 0,90 0,95 0,975 0,99 0,995 0,999 0, ,08 6,31 1,71 31,8 63,68 318,9 636,58 1,89,9 4,30 6,96 9,9,33 31,60 3 1,64,35 3,18 4,54 5,84 10,1 1,9 4 1,53,13,78 3,75 4,60 7,17 8,61 5 1,48,0,57 3,36 4,03 5,89 6,87 6 1,44 1,94,45 3,14 3,71 6,1 6,96 7 1,41 1,89,36 3,00 3,50 4,79 5,41 6 1,40 1,86,31,90 3,36 4,50 5,04 9 1,38 1,83,6,8 3,5 4,30 4, ,37 1,81,3,76 3,17 4,14 4, ,36 1,80,0,7 3,11 4,0 4,44 1 1,36 1,78,18,68 3,05 3,93 4,3 13 1,35 1,77,16,65 3,01 3,85 4, 14 1,35 1,76,14,6,98 3,79 4, ,34 1,75,13,60,95 3,73 4, ,34 1,75,1,58,9 3,69 4, ,33 1,74,11,57,90 3,65 3, ,33 1,73,10,55,88 3,61 3,9 19 1,33 1,73,09,54,86 3,58 3,88 0 1,33 1,7,09,63,85 3,55 3,85 1 1,3 1,7,08,5,83 3,53 3,8 1,3 1,7,07,51,8 3,50 3,79 3 1,3 1,71,07,50,81 3,48 3,77 4 1,3 1,71,06,49,80 3,47 3,75 5 1,3 1,71,06,49,79 3,45 3,73 6 1,31 1,71,06,48,78 3,43 3,71 7 1,31 1,70,05,47,77 3,4 3,69 8 1,31 1,70,05,47,76 3,41 3,67 9 1,31 1,70,05,46,76 3,40 3, ,31 1,70,04,46,75 3,39 3, ,31 1,69,03,44,7 3,34 3, ,30 1,68,0,4,70 3,31 3, ,30 1,68,01,41,69 3,8 3,5 50 1,30 1,68,01,40,68 3,6 3, ,30 1,67,00,39,66 3,3 3, ,9 1,66 1,99,37,64 3,0 3, ,9 1,66 1,98,36,63 3,17 3, ,9 1,65 1,97,35,60 3,13 3, ,8 1,65 1,96,33,59 3,11 3, ,8 1,65 1,96,33,58 3,10 3, ,8 1,64 1,96,33,58 3,09 3,9 :\Iaa \Epreuve scientifique\sujet ES - session 003.doc

10 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 10 :\Iaa \Epreuve scientifique\sujet ES - session 003.doc

11 Site : mail : SUJET ES - session 003 Page 11 :\Iaa \Epreuve scientifique\sujet ES - session 003.doc

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES ~--------------~~-----~- ----~-- Session 2009 BREVET DE TECNICIEN SUPÉRIEUR QUALITÉ DANS LES INDUSTRIES ALIMENTAIRES ET LES BIO-INDUSTRIES U22 - SCIENCES PYSIQUES Durée: 2 heures Coefficient : 3 Les calculatrices

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2

EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A. Figure 2 EXERCICE I : Où il est question de lumière (8 points) PARTIE A 1. Figure 2 D On observe sur l'écran un étalement du faisceau laser, perpendiculaire à la direction du fil, constitué d'une tache centrale

Plus en détail

Synthèse et propriétés des savons.

Synthèse et propriétés des savons. Synthèse et propriétés des savons. Objectifs: Réaliser la synthèse d'un savon mise en évidence de quelques propriétés des savons. I Introduction: 1. Présentation des savons: a) Composition des savons.

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE

SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Notre partenaire constructeur Créez votre configuration technique en ligne et recevez automatiquement votre devis! SYSTEMES MODULAIRES POMPE A CHALEUR SOLAIRE THERMIQUE GEOTHERMIE CHAUFFAGE Configuration

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Solutions - Concentrations

Solutions - Concentrations Solutions - Concentrations Table des matières I - Solutions et concentrations 3 1. Exercice : Dilution... 3 2. Exercice : Dilution... 3 3. Exercice : Dilutions multiples... 3 4. Exercice : Dose journalière

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution

Les solutions. Chapitre 2 - Modèle. 1 Définitions sur les solutions. 2 Concentration massique d une solution. 3 Dilution d une solution Chapitre 2 - Modèle Les solutions 1 Définitions sur les solutions 1.1 Définition d une solution : Une solution est le mélange homogène et liquide d au moins deux espèces chimiques : Le soluté : c est une

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

Mesures calorimétriques

Mesures calorimétriques TP N 11 Mesures calorimétriques - page 51 - - T.P. N 11 - Ce document rassemble plusieurs mesures qui vont faire l'objet de quatre séances de travaux pratiques. La quasi totalité de ces manipulations utilisent

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30

BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures 30 Terminales S1, S2, S3 2010 Vendredi 29 janvier BAC BLANC SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures 30 Toutes les réponses doivent être correctement rédigées et justifiées. Chaque exercice sera traité sur une

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2010 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Chamtor. La gamme CHAMTOR

Chamtor. La gamme CHAMTOR Chamtor La gamme CHAMTOR GLUCOR, H-MALTOR et FRUCTOR Les sirops de glucose sont obtenus par hydrolyse de l'amidon, polymère de D-glucose (ou dextrose) qui constitue la molécule de réserve des végétaux

Plus en détail

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où:

1) Teneur en amidon/glucose. a) (Z F) 0,9, b) (Z G) 0,9, où: L 248/8 Journal officiel de l Union européenne 17.9.2008 RÈGLEMENT (CE) N o 900/2008 DE LA COMMISSION du 16 septembre 2008 définissant les méthodes d analyse et autres dispositions de caractère technique

Plus en détail

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine

DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine DS de Spécialité n o 4 Extraction & identification de la caféine Selon la légende, le café fut remarqué pour la première fois quelques 850 ans avant notre è r e : u n b e r g e r d u Y é m e n n o t a

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés

Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercices sur les combustions et les combustibles Enoncés Exercice n : (revoir la nomenclature des alcanes) question : a) Écrire les formules semi-développées des alcanes suivants : le n-hexane le -méthylpentane

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET

BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES SUJET SESSION 2010 France métropolitaine Option : élevage canin et félin BREVET D ÉTUDES PROFESSIONNELLES AGRICOLES ÉPREUVE E DU DEUXIÈME GROUPE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice

Plus en détail

I. Principe des dosages :

I. Principe des dosages : Dans les cours d'eau, notamment canalisés, et dans les régions densément habitées ou d'agriculture intensive, les nitrites sont souvent un paramètre important de déclassement des cours d'eau. Chez l'homme

Plus en détail

Préchauffage et réchauffage

Préchauffage et réchauffage Accessoires Préchauffage et réchauffage Page 6 Préchauffage et réchauffage Batterie hors-gel FSH 00 00 500 Ø 60 0 e boîtier du filtre de l'air extérieur FSH (FSH = batterie hors gel) sert à protéger l'échangeur

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs

Rappels sur les couples oxydantsréducteurs CHAPITRE 1 TRANSFORMATIONS LENTES ET RAPIDES 1 Rappels sur les couples oxydantsréducteurs 1. Oxydants et réducteurs Un réducteur est une espèce chimique capable de céder au moins un électron Demi-équation

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr.

Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole. 01/10/2014 www.udppc.asso.fr. Baccalauréat STI2D et STL SPCL Epreuve de sciences physiques Corrigé Session septembre 2014 Métropole 01/10/2014 www.udppc.asso.fr Page 1 sur 11 ÉTUDE DE L EMPREINTE ENVIRONNEMENTALE DE QUELQUES DISPOSITIFS

Plus en détail

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène

SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène SECTEUR 4 - Métiers de la santé et de l hygiène A lire attentivement par les candidats Sujet à traiter par tous les candidats inscrit au BEP Les candidats répondront sur la copie. Les annexes éventuelles

Plus en détail

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet

Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet Titre alcalimétrique et titre alcalimétrique complet A Introduction : ) Définitions : Titre Alcalimétrique (T.A.) : F m / L T.A. T.A.C. Définition : C'est le volume d'acide (exprimé en ml) à 0,0 mol.l

Plus en détail

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie

TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Nom : Prénom: n groupe: TP : Suivi d'une réaction par spectrophotométrie Consignes de sécurité de base: Porter une blouse en coton, pas de nu-pieds Porter des lunettes, des gants (en fonction des espèces

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005

SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 SCHEMATHEQUE 2004 Juin 2005 1 / 13 SOMMAIRE CLASSIFICATION DES APPAREILS 3 TUYAUTERIE 4 ACCESSOIRES ET ROBINETTERIE 5 APPAREILS DE SEPARATION 6 COLONNES ET REACTEURS 7 ECHANGEURS DE CHALEUR 8 MANUTENTION

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE

SCIENCES PHYSIQUES. Durée : 3 heures. L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. CHIMIE Banque «Agro-Véto» Technologie et Biologie AT - 0310 SCIECES PYSIQUES Durée : 3 heures L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur

Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Devis type pour l installation d une pompe à chaleur Ce document a pour but de faciliter l'analyse des propositions techniques de l'installateur. HESPUL ne peut être tenue pour responsable de la qualité

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif

Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif Olympiade francophone de chimie 2009 : 1 ère épreuve Niveau 1 Correctif 1. Question 1 Etant donné que le germanium (Ge) est dans la même colonne que le carbone, cela implique qu il possède 4 électrons

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

SyScroll 20-30 Air EVO Pompes à chaleur réversibles

SyScroll 20-30 Air EVO Pompes à chaleur réversibles Compresseur croll Inverter Fluide Frigorigène R410a ycroll 20-30 ir EVO Pompes à chaleur réversibles De 20.0 à 34.0 kw De 20.0 à 35.0 kw 1 ycroll 20-30 ir EVO Les unités ycroll 20-30 ir EVO sont des pompes

Plus en détail

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?.

Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. Comment produit on industriellement de la vapeur d eau?. combustion_chaudiere.html Schéma de principe d une chaudière de production de vapeur Plan Ti d une boucle vapeur 1/9 La vapeur d eau est généralement

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012)

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) SUCRE DE RAISIN (MOUTS DE RAISIN CONCENTRES RECTIFIES) (Oeno 47/2000, Oeno 419A-2011, Oeno 419B-2012) 1. OBJET, ORIGINE ET DOMAINE D APPLICATION Le sucre de raisin est obtenu exclusivement à partir du

Plus en détail

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur

Géothermie CIAT : Ageo et Ageo caleo. Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient Ageo. une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur 16 pompes à chaleur de 7 à 36 Géothermie CIAT : Nouvelles performances nouveau nom Aurea devient et caleo une gamme complète pour ceux qui veulent le meilleur Nouveau design Haute température pour la rénovation

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

P. HANOVER. MITHODES D'ANALYSES utilisées au LabDratDlre des Glucides. c.s.t. BONDY. --()FfICE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIOUE OUTRE-MER

P. HANOVER. MITHODES D'ANALYSES utilisées au LabDratDlre des Glucides. c.s.t. BONDY. --()FfICE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIOUE OUTRE-MER P. HANOVER MITHODES D'ANALYSES utilisées au LabDratDlre des Glucides c.s.t. BONDY --()FfICE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIOUE OUTRE-MER OFFICE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE OUTRE-MER

Plus en détail

FROID ET CLIMATISATION

FROID ET CLIMATISATION SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France» 16 rue Saint-Nicolas 75012 PARIS Tél. : 01 43 42 33 02 Fax : 01 43 42 20 41

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Centre de Développement des Energies Renouvelables Caractéristiques techniques des Chauffe-eau eau solaires M. Mohamed El Haouari Directeur du Développement et de la Planification Rappels de thermique

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

FROID ET CLIMATISATION

FROID ET CLIMATISATION SOCIETE NATIONALE DES MEILLEURS OUVRIERS DE FRANCE Organisatrice du concours national «Un des Meilleurs Apprentis de France» 16 rue Saint-Nicolas 75012 PARIS Tél. : 01 43 42 33 02 Fax : 01 43 42 20 41

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire

DÉTERMINATION DU POURCENTAGE EN ACIDE D UN VINAIGRE. Sommaire BACCALAURÉAT SÉRIE S Épreuve de PHYSIQUE CHIMIE Évaluation des compétences expérimentales Sommaire I. DESCRIPTIF DU SUJET DESTINÉ AUX PROFESSEURS... 2 II. LISTE DE MATÉRIEL DESTINÉE AUX PROFESSEURS ET

Plus en détail

EPREUVE E DU DEUXIEME GROUPE

EPREUVE E DU DEUXIEME GROUPE EPREUVE E DU DEUXIEME GROUPE (Coefficient : 4 - Durée : 3 heures) Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Calculatrice Rappel : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée pour réaliser des opérations

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Bac. Pro. SEN Épreuve E2 Session Septembre 2015. Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES ÉPREUVE E2

Bac. Pro. SEN Épreuve E2 Session Septembre 2015. Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES ÉPREUVE E2 Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES ÉPREUVE E2 ANALYSE D UN SYSTÈME ÉLECTRONIQUE Durée 4 heures coefficient 5 Notes à l attention du candidat : ce dossier ne sera pas à rendre

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation

Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Calcul des pertes de pression et dimensionnement des conduits de ventilation Applications résidentielles Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et

Plus en détail

Professeur Patrice FAURE

Professeur Patrice FAURE UE1 : Biochimie métabolique Chapitre 2 : Méthodes d étude du glucose en biologie Professeur Patrice FAURE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur

SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Titre : SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un [...] Date : 30/07/2015 Page : 1/9 SDNL112 - Endommagement d'origine vibratoire d'un cintre de générateur de vapeur Résumé Ce cas de validation

Plus en détail

Informations Kits et Mallette de Prélèvement. Mai 2014

Informations Kits et Mallette de Prélèvement. Mai 2014 Informations Kits et Mallette de Prélèvement Mai 2014 Présentation des kits de prélèvements. Composition des kits Les différents flacons proposés : Flacon en Plastique 20 ml : Moteur 125 ml : Fluide =>

Plus en détail

AQUASNAP TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER 30RY/30RYH REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES

AQUASNAP TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER 30RY/30RYH REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES AQUASNAP TM REFROIDISSEURS DE LIQUIDE / POMPES À CHALEUR GAINABLES 30RY/30RYH TOUT INTÉGRÉ RIEN À AJOUTER S INTÉGRER SANS ÊTRE VU UN VÉRITABLE CONCEPT URBAIN INVISIBLE! Invisible, inaudible, discret, l

Plus en détail

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA

jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA jusqu à 250 bar jusqu à 12,6 l/min adapté pour: durées de service réduites S2 service intermittent S3 HYDAC Générateur hydraulique CA 1. DONNEES TECHNIQUES 1.1 GENERALITES Utilisation en service réduit

Plus en détail

Débit de 600 à 660 l/h. USAGE INTENSIF Fiche produit

Débit de 600 à 660 l/h. USAGE INTENSIF Fiche produit Débit de 600 à 660 l/h. USAGE INTENSIF Fiche produit Le est équipé d'une nouvelle pompe robuste à moteur 1450 tr/mi. Ceci assure une durée de vie plus longue ainsi qu'un faible niveau sonore. Il est facile

Plus en détail

DOSAGE DU SUCRE AJOUTÉ AU LAIT. (Cas des laits condensés sucrés)

DOSAGE DU SUCRE AJOUTÉ AU LAIT. (Cas des laits condensés sucrés) DOSAGE DU SUCRE AJOUTÉ AU LAIT. (Cas des laits condensés sucrés) H. VUILLAUME To cite this version: H. VUILLAUME. DOSAGE DU SUCRE AJOUTÉ AU LAIT. (Cas des laits condensés sucrés). Le Lait, 1952, 32 (319

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques

DS SPÉCIALITÉ. Doc. 1 : Voiture à hydrogène. Doc. 2 : Panneaux photovoltaïques DS SPÉCIALITÉ Monsieur Greenroad, dirigeant d une société de taxis, est soucieux de l'environnement. Afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et ainsi améliorer le bilan carbone de son entreprise,

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

+ Engineering Equation Solver

+ Engineering Equation Solver + Engineering Equation Solver EES V. 15/10/12 Partie 2 Master 2 GSI Maitrise de l Energie Julien Réveillon, Prof. Université de Rouen Julien.Reveillon@coria.fr http://www.cfdandco.com + 2/ Exercice Cycle

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau

PHYSIQUE-CHIMIE. Partie I - Spectrophotomètre à réseau PHYSIQUE-CHIMIE L absorption des radiations lumineuses par la matière dans le domaine s étendant du proche ultraviolet au très proche infrarouge a beaucoup d applications en analyse chimique quantitative

Plus en détail