Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D"

Transcription

1 P.-Y. Lagée, Equation de la Chaleu en Axi & en 3D Equation de la Chaleu en Axisymétique & en 3D Dans ce chapite nous faisons un bilan d énegie pou établi l équation de la chaleu en axisymétique. On pouait faie de même en sphéique. On pésente aussi l équation de la chaleu en 3D finale avec ses conditions aux limites. Equation de la chaleu pou un milieu axi symétique. Bilan pou un milieu axi symétique Un milieu axi symétique possède une symétie de évolution autou d un axe pivilégié. On utilise les coodonnées polaies (, θ, z), mais seule la vaiable est utile. L invaiance pa otation fait que la tempéatue ne dépend pas de θ et l invaiance pa tanslation le long de l axe fait que z n est pas utile. + d q() q( + d) Figue : Bilan su une tanche cylindique élémentaie. Su l anneau fixe epésenté su la figue ici, pa unité de longueu en z, on a: pou la consevation de l énegie, une quantité ρe(, t)2πd dans l anneau d épaisseu d de ayon et de suface 2πd. Il y a un flux entant en qui est q(, t), ce flux ente à gauche, donc il contibue pou q(, t)(2πd) à l augmentation de e Il y a un flux sotant en + d qui est q( + d, t)2π( + d)d, il est -5 bis.-

2 su une suface plus gande, ce flux sot à doite, donc il contibue pou q( + d, t)2π( + d)d et diminue l énegie s il y a céation de e, avec un taux disons c (), il faut compte c ()2πd en plus. Au total, et pa définition de la déivée en : ( + d)q( + d, t) = q() d (q(, t)) +..., donc ρc p t T (, t)(2πd) = (q)d(2πd) + c(, t)(2πd) soit ρc p T (, t) = t (q) + c(, t) Puis en mettant la loi de Fouie: q = k T.2 Equation de la chaleu pou un milieu axi symétique L équation de la chaleu devient: ρc p T (, t) = t ( k T ) + c (, t) Nous allons voi quelques exemples en stationnaie..3 Exemples de ésolution stationnaie.3. Tuyau à tempéatues imposées i) cas standad Soit un tuyau de ayon intéieue et de ayon extéieu 2, à l intéieu il y a un fluide qui impose sa tempéatue T, l extéieu impose sa tempéatue T 2, il n y abien sû pas de souce de chaleu dans la paoi. 0 = d ( d d donc dt/d = A, et T = Aln + B ln T = (T 2 T ) ln( 2 / ) + T ln 2 T 2 ln ln( 2 / ) -5 bis.2-

3 ou encoe on calcule le flux Le poblème est ésolu. T = T + (T 2 T ) ln(/ ) ln( 2 / ) q = k(t 2 T ) ln( 2 / ) ii) cas standad Le flux total en pou un tonçon de longeu L est puisque la suface est 2πL: qs = q2πl soit, pou tout : qs = 2πLk(T T 2 ) ln( 2 / ). Le flux est bien consevé. La ésistance themique est donc pa définition R t = (T T 2 ) qs = ln( 2/ ) 2πLk. La ésistance themique axisymétique est donc difféente du cas 2D plan R t = ln( 2/ ) 2πLk. iii) cas d une paoi tès mince On véifie ensuite que si 2 est petit pa appot à, le tuyau se compote comme un mu. Posons, = + x avec x << et 2 = e, 0 < x < e. On a alos: ln() = ln + x/ +... et ln( 2 / ) = h/ +... donc la tempéatue devient: T = e [(T 2 T )(ln + x/ +...) + T ln + et / T 2 ln )] +... soit T = e [(T 2 T )x/ + et / ] +... on etouve bien la dépendance linéaie en tempéatue au taves de la paoi fine: T = (T 2 T ) x e + T +...de même q = k (T 2 T ). e -5 bis.3-

4 De même, la ésistance themique est donc ln( 2 / ) 2πLk = ln( + ( 2 )/ ) 2πLk = ln( + e/ ) 2πLk donc si l épaisseu est petite, comme ln( + ε) ε, la ésistance devient à peu pès: e k(2π L) soit la ésistance d un mu plan de même suface. Retenons que si le ayon de coubue d une paoi est bien plus gand que son épaisseu, la paoi se compote comme un mu plan..3.2 Tuyau tempéatue imposée/ flux imposé On peux aussi imagine les conditions suivantes: T = T en et un flux q = q 2 en 2. 0 = d ( d d donc dt/d = A, et T = Aln + B, soit T = Aln + B, calcul du flux q 2 = ka/ 2. ln(/ ) T = T q 2 2. k.3.3 Tuyau tempéatue imposée/ coefficient d échange On peux aussi imagine les conditions suivantes: T = T en et un flux de convection q = h(t 2 T ) su le ayon extene en 2. 0 = d ( d d donc dt/d = A, et T = Aln + B, soit T = Aln + B, la tempéatue en 2 sea telle que T 2 = Aln 2 +B, mais en plus, le q 2 = ka/ 2 = h(t 2 T ). Donc l égalité des flux (en fait consevation de q2π) donne k(t T 2 )/(ln( / 2 )) = (h 2 )(T 2 T ) donc T 2 = T +(h 2 ln( / 2 )/k)t +h 2 ln( / 2 )/k et q 2 = k(t T ) ln(/ ) T = T q 2 2. k +h 2 /k(log( 2 / )) 2 (log( / 2 )) et -5 bis.4-

5 .3.4 Assemblages Résistances Axi On se donne un tuyau, en son cente cicule un fluide à la tempéatue T int à l extéieu il est baigné pa un aute fluide de tempéatue T ext. Soient h int et h ext le coefficients d échange à l intéieu et à l extéieu. Ce tuyau de ayon intéieu et extéieu 5 est constitué 4 matéiaux difféents de conductivité k k 2 k 3 et k 4. Nous allons calcule les tempéatue T i aux ayons i (i =, 2, 3, 4, 5). T ext T T 2 T 3 T 4 T 5 T ext T int T int 2πR Lh int ln( 2 ) 2πLk ln( 3 2 ) 2πLk 2 ln( 4 3 ) 2πLk 3 ln( 5 4 ) 2πLk 4 2πR 5 Lh ext Résistances équivalentes Figue 2: Tuyau constitué de plusieus pelues de matéiaux difféents modélisé pa des ésistances... Nous venons de voi que le flux est consevé, et qu ente ente deux points i et i + de tempéatue T i et T i+ le flux est consevé q i S i = q i+ S i+ (on note qs le flux qui cicule). Soit R i la ésistance ente ces deux points, on a donc q i S i = T i T i+ et R i = ln( i+/ i ). R i 2πLk Nous pouvons donc assemble les ésistances themiques. Su le dessin, on en a mis 6! Il y a d abod la ésistance (/inductance) de convection à l intéieu du cylinde R int = 2πR Lh int puis de de tempéatue T au ayon 2 à la tempéatue T 2 on a la ésistance R = ln( 2 ) 2πLk puis etc on a une suite des ésistances des difféentes pelues, R 2, R 3 qui se temine pa -5 bis.5-

6 R 4 et pa le ayon extéieu 5, de tempéatue T 5 et enfin pa la convection extéieue, on a une ésistance R ext = 2πR 5 Lh ext qui passe ensuite à la tempéatue T ext au loin. La ésistance totale est: R tot = ln( + ) ln( + 2 ) ln( + 3 ) ln( + 4 ) + 2πR Lh int 2πLk 2πLk 2 2πLk 3 2πLk 4 Comme on connaît T ext et T int on a le flux total qs = (T ext T int )/R tot on peut ensuite calcule la suite des tempéatues.3.5 Céation volumique T = T int + R int R tot (T ext T int ) T 2 = T + R R tot (T ext T int ) T 3 = T 2 + R 2 R tot (T ext T int ) T 4 = T 3 + R 3 R tot (T ext T int ) T 5 = T + R 4 R tot (T ext T int ) 2πR 5 Lh ext On pouait examine le cas du fil électique avec poduction de chaleu pa effet Joule, soit J le tau de céation de chaleu pa effet Joule... d ( + J d d donc la tempéatue est maximale au cente T = T s J 3 6k. Il s agit aussi du poblème du cayon de matéiau adioactif dans le coeu de la centale..4 Rayon citique d isolation On se doute que si on ajoute de plus en plus d isolant conte un mu, moins on aua de tansfet themique. En fait, pou les cylindes ce n est pas vai! Penons un cylinde de ayon extéieu maintenu à la tempéatue T, on -5 bis.6-

7 P.-Y. Lagée, Equation On peux de aussi la imagine Chaleu en lesaxi conditions suivantes: T = T en 0 = d ( k dt q = ) q 2 en 2. d d.3.2 donc dt/d Tuyau= tempéatue A, et T = Aln imposée/ + B, soit flux T imposé = Aln + B, calcul du flux 0 = d ( d d On q 2 peux = ka/ aussi 2. imagine les conditions suivantes: donc dt/d T = T= en A, et et T = unaln flux + B, soit T ln(/ ) = Aln + B, ca q = q 2 en 2. T = T q 2 2 q 2 = ka/ k Equation. 2. de la Chaleu en Axi & en 3D.3.3 Fil électique 0 = d ( ln(/ ) T = T q 2 2. k met un isolant ensuite d jusqu à d un ayon 2, l ensemble est ensuite efoidi donc pa convection. Soit T la tempéatue au loin. Le flux qui sot est : On pouait dt/d = examine A, et T le = cas Aln du+ filb, électique soit T.3.3 avec = Aln poduction Fil + électique B, calcul de chaleu du flux pa q 2 effet = ka/ Joule etc... qs = T T avec R isol = Log( 2/ ), R conv = R isol + R conv ln(/ On pouait ) examine le cas du fil électique avec poduction de 2πLk 2πh 2 L T = T q 2 2 effet. k Joule... etc... Si on cheche le maximum, on voit que qs passe pa un maximum (soit d(qs)/d 2 = 0) pou 2 2 πlk 2πh2 2L = 0, soit pou 2 = c avec:.4 Rayon citique d isolation.3.3 Fil électique On se doute que si on ajoute de plus en plus.4d isolant Rayon c = k conte citique un mu, d isolation moins On pouait examine le cas du fil électique avec poduction de chaleu pa on aua de tansfet themique. En fait, pou les cylindes h ce n est pas vai! effet Joule... etc... On se doute que si on ajoute de plus en plus d isolant conte un Penons un cylinde depou ayon lesextéieu ayons inféieus maintenu à cette àvaleu, la tempéatue isole le tuyau T, augmente on on aua de tansfet themique. En fait, lepou les cylindes ce n met un isolant ensuite tansfet jusqu à themique! un ayon 2, l ensemble est ensuite efoidi Penons un cylinde de ayon extéieu maintenu à la tempé pa convection. Soit T infty la tempéatue au loin. Le flux qui sot est :.4 Rayon citique d isolation met un isolant ensuite jusqu à un ayon 2, l ensemble est ens qs = T T avec R isol = Log( pa 2/ convection. ) Soit T la tempéatue au loin. Le flux qui so On se doute que si on ajoute de plus en plus d isolant, conte R conv = un mu, moins on aua de tansfet R isol + themique. R conv En fait, pou 2πLk les cylindes ce n est 2πh pas 2 Lvai! qs = T T avec R Penons Si on cheche un cylinde le maximum, de ayon extéieu on voit que maintenu qs passe à pa la tempéatue un maximum T, (soit on isol = Log( 2/ ), R conv = R isol + R conv 2πLk 2 met d(qs)/d un isolant 2 = 0) ensuite pou jusqu à 2 2 πlk un ayon 2πh2 2L = 0, 2, soit l ensemble pou 2 = est ensuite c avec: efoidi pa convection. Soit T infty la tempéatue au Si loin. on cheche Le fluxlequi maximum, sot est : on voit que qs passe pa un ma c = k d(qs)/d 2 = 0) pou qs = T T avec R h. 2/ c isol = Log( 2 2 πlk 2πh2 2 2/ ) L = 0, soit pou 2 = c ave, R conv = R isol + R conv 2πLk 2πh 2 L c = k T pou les ayons Figue inféieus 3: Leàflux cette passevaleu, pa un maximum isole le ( tuyau augmente le h. T 2/ c Log(k/ /h) ) fonction de + Si tansfet on cheche themique! le maximum, on voit que qs passe pa un maximum 2πLk 2πkL l épaisseu (soit d(qs)/d 2 = 0) pou 2 2 πlk 2 h/k 2πh2 2L = 0, soit pou les 2 = ayons c avec: inféieus à cette valeu, isole le tuyau tansfet themique! flux En patique, pou c = k de l eau chaude dans un tuyau avec un efoidissement pa convection natuelle h. 2/ pa c de l ai, on a h 5W/m 2 K, pou un matéiau isolant dont k 0.05W/mK, cela donne un ayon citique de cm. En convection focée, le ayon seait plus petit. On peut donc isole sans se pose pou les ayons inféieus à cette valeu, isole le tuyau augmente le de questions les tuyaux d eau chaude. tansfet themique! En evanche, pou un fil électique, le ayon du plastique est plus petit que l épaisseu citique L isolant augmente donc le tansfet themique du fil. -5 bis.7-

8 2 Fome 3D 2. Fome généale globale Les équations fondamentales peuvent ête en toute généalité écites sous la fome: vaiation tempoelle = teme de flux + céation intéieue d eρdv = q d s + dv dt ρe est la quantité qui est consevée, ici l énegie massique. q est le flux de chaleu est le teme souce volumique de céation d énegie. Nous allons écie cette équation sous fome locale, pou cela examinons l intégale de flux: q d s Si on s intéesse à un petit volume dxdydz, cette quantité est en fait: o, pa développement limité q x (x, y, z)dydz + q x (x + dx, y, z)dydz q y (x, y, z)dxdz + q y (x, y + dy, z)dxdz q z (x, y, z)dydx + q z (x, y, z + dz)dydx. q x (x, y, z)dydz + q x (x + dx, y, z)dydz = dx q x dydz +... x q y (x, y, z)dydz + q y (x, y + dy, z)dydz = dy q y dxdz +... x q x (x, y, z)dydz + q z (x, y, z + dz)dydz = dz q z dydx +... x Soit dv = dxdydz, l intégale du flux devient qui est aussi On en déduit que ( q x x + q y x + q z x )dxdydx +... div( q ) = q = ( q x x + q y x + q z x ) q d s = c est le théoème de Geen Ostogadski. ( q )dxdydz -5 bis.8-

9 2.2 Fome locale L expession du flux de chaleu pa la loi de Fouie en 3D: q = k T on écit aussi q = k gadt L équation de la chaleu en 3D s écit donc: compte tenu de la loi de Fouie: ρc p t T (x, t) = q + ρc p t T = soit losque le milieu est homogène: ( k ) T +. ρc p t T = k 2 T +. soit sous fome développée: ρc p t T = k ( 2 x 2 T + 2 y 2 T + 2 z 2 T ) + on écit aussi l équation de la chaleu avec le Laplacien que l on note ρc p T = k T +. t conditions aux limites (su chaque potion de paoi) : OU - tempéatue paiétale imposée ( Conditions de pemièe espèce ): T = T p OU - flux paiétal imposé ( Conditions de seconde espèce ): k T n p = φ p OU - flux paiétal elié à la tempéatue paiétale et à la tempéatue extéieue pa le coefficient d échange ( Conditions de toisième espèce ): k T n p = h(t p T ext ). -5 bis.9-

10 3 Conclusion Nous avons établi l équation locale de la chaleu D (x), en axi (x, ) et en 3D (x, y, z) (on pouait le faie en sphéique). Nous avons pésenté des solutions stationnaies à tempéatue ou flux imposé ou coefficient d échange. 4 Réféences Y. Çengel (998) Heat tansfet, a pactical appoach, Mc Gaw Hill. J. Cabol (89) Tansfets de chaleu, tome les pincipes, collection technologies, Masson P.-Y. Lagée, Equation de la chaleu en Axi & en 3D, Cous MECAVENIR/EPU 2008 J.F. Sacadua (993) Initiation aux tanfets themiques, Lavoisie Tec & Doc. themique Tous les ouvages dans une bibliothèque. Consulte aussi lagee/cours/mecavenir le cous complet de themique de P.-Y. Lagée. -5bis.0- vesion Mach, 200

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire.

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire. Spé ψ 1-13 Devoi n 6 ONDES Des données et un fomulaie sont donnés à la fin du sujet Les câbles coaxiaux sont utilisés comme moyen de tansmission d infomations. Ils sont conçus pou tansmette des signaux

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Construire une image médicale

Construire une image médicale Vol. 10 hive pintemps 2015 6 Autefois, on passait des adiogaphies. Maintenant, on va aussi passe un examen pa scanne : la technique s appelle la tomodensitométie axiale. Dans les deux cas, ce sont des

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatique Chapite 1 CHAPITE 1 L ÉLECTOSTATIQUE 1.1 Intoduction La chage est une popiété de la matièe qui lui fait poduie et subi des effets électiques et magnétiques. On distingue : - l'électostatique

Plus en détail

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques Chapite VIII Ondes électomagnétiques et fibes optiques I Les Ondes Electomagnétiques II Les lois de l optique géométique III La fibe optique : un guide de lumièe I Les Ondes Electomagnétiques I.1 Le champ

Plus en détail

Actionneurs Electriques

Actionneurs Electriques Plan Actionneus éluctants Actionneus électodynamiques Actionneus électomagnétique Actionneus hybides ou éluctants polaisés Actionneus classiques 1 Actionneus éluctants ou machine à éluctance vaiable Pas

Plus en détail

PROBLEME DE PHYSIQUE

PROBLEME DE PHYSIQUE SESSION 211 PSIP28 C O N C O U R S C O M M U N S P O LY T E C H N I Q U E S EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 2 Duée : 4 heues NB : Le candidat attachea la plus gande impotance à la claté, à la

Plus en détail

Chapitre 4 : Le potentiel électrique

Chapitre 4 : Le potentiel électrique Chapite 4 : Le potentiel électique Execices E1. On donne q =30Cet V =10 8 V. (a) Dans cet execice, oute la éféence à l éclai, on ne founit aucun détail su la façon de déplace la chage ente le nuage et

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère.

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère. Lcée lemenceau S 1 - hsique Lcée lemenceau S 1 O.Ganie Le champ magnétique Le théoème d Ampèe Olivie GRANER Lcée lemenceau S 1 - hsique Énoncé du théoème d Ampèe Le théoème d Ampèe est «l équivalent» du

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES PSI Bizeux Ch. T4 : Phénomènes de diffusion - 36 - Etude de deux phénomènes de diffusion : LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES 1. LA DIFFUSION : UN MODE DE TRANSFERT SANS MOUVEMENT MACROSCOPIQUE

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente

Performances d'un système frigorifique domestique avec stockage par chaleur latente Pefomances d'un système figoifique domestique avec stockage pa chaleu latente Kamel AZZOUZ 1*, Denis LEDUCQ 1, Jacques GUILPART 1, Dominique GOBIN 2 1 CEMAGREF Unité de Recheche Génie des Pocédés Figoifiques,

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE CORRECTIONS DES TRAVAUX DIRIGES. 4 ème Année Informatique et Réseau INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 4 ème Année Infomatique et Réseau ANTNNS CORRCTIONS DS TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f http://www.alexande-boye.f Antennes Octobe.

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Analyse du chauffage périodique dans un cylindre poreux vertical

Analyse du chauffage périodique dans un cylindre poreux vertical Analyse du chauffage péiodique dans un cylinde poeux vetical Djamel Eddine Ameziani, Khedidja Bouhadef, Rachid Bennace To cite this vesion: Djamel Eddine Ameziani, Khedidja Bouhadef, Rachid Bennace. Analyse

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

Master: Énergie et technologie des matériaux E.T.M

Master: Énergie et technologie des matériaux E.T.M UNIVESIÉ MOHAMMED V - AGDAL FACULÉ DES SCIENCES ABA Maste: Énegie et technologie des matéiaux E..M KAMAL GUEAOUI Poesseu de l Enseignement Supéieu et esponsable de l Equipe de Modélisation en Mécanique

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU CONDUCION - - 53 - - [J. Bau], [006], INSA de Lyon, tous doits ésevés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU INRODUCION - 56 CHAPIRE - 57 GENERALIES

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

Exemples de champs électrostatiques

Exemples de champs électrostatiques Exemples de champs électostatques A. Exemples smples A.. Chage ponctuelle unque Le champ électque et le potentel absolu en un pont M nduts pa une chage ponctuelle q placée en O sont : q E 4 π u et V q

Plus en détail

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy P MÉDECINE PHARMACIE DENTAIRE SAGE-FEMME UE3 A C Physique et biophysique Dounia Dahy E S Toute la physique en 1 volume Rappels de cous + de 300 QCM et execices Tous les coigés détaillés Table des matièes

Plus en détail

Rénovation énergétique des bâtiments publics

Rénovation énergétique des bâtiments publics Conféence ence-débat su la énovation énegétique des bâtiments publics Rénovation énegétique des bâtiments publics Quelques exemples dans l Allie Madi 13 Octobe 2009 St Bonnet de Rochefot St Bonnet de Rochefot

Plus en détail

Chaînes énergétiques

Chaînes énergétiques Chapite 7 Chaînes énegétiques Découvi Activité expéimentale n 1 Comment fonctionne une voitue utilisant une pile à combustible? Expéience n 1 Au niveau des ésevois, on obseve la fomation de bulles : des

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 I. Champ tounant, otatioynchone, otation asynchone On appelle champ tounant un champ magnétique animé d'un mouvement de otation. On peut en cée un en faisant toune un

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

SYSTEME DE CONTROLE DYNAMIQUE D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION ECONOMIQUE. Yézouma Coulibaly 1 Oumarou Sié 2 Joseph Bathiébo 2

SYSTEME DE CONTROLE DYNAMIQUE D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION ECONOMIQUE. Yézouma Coulibaly 1 Oumarou Sié 2 Joseph Bathiébo 2 SYSTEME DE CONTROLE DYNAMIQUE D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION ECONOMIQUE Eic S. Taoé 1 eic.seydou.taoe@2ie-edu.og Yézouma Coulibaly 1 Oumaou Sié 2 Joseph Bathiébo 2 1 Institut intenational d Ingénieie

Plus en détail

Construction d un pôle intergénérationnel CABANNES. Commune de CABANNES Hôtel de Ville 13440 CABANNES Tél. : 04.90.90.40.40 / Fax : 04.90.95.33.

Construction d un pôle intergénérationnel CABANNES. Commune de CABANNES Hôtel de Ville 13440 CABANNES Tél. : 04.90.90.40.40 / Fax : 04.90.95.33. Constuction d un pôle integénéationnel CABANNES Commune de CABANNES Hôtel de Ville 13440 CABANNES Tél. : 04.90.90.40.40 / Fax : 04.90.95.33.41 Phase DCE ETUDE THERMIQUE Equipe de maitise d œuve M+N achitectues

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées.

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées. Execices su le chapite «Les combustions» Execice n 1 : Lie l extait de texte ci-dessous avant de éponde aux questions posées. Essence et envionnement De nombeuses activités humaines sont susceptibles de

Plus en détail

Exercices de Mécanique

Exercices de Mécanique Eecices de écanique Cinéatique : epèes, bases, tajectoies et ouveents éthode 1. Une base locale (coe la base clindique) est définie : - en un point de l espace («localeent», donc!) - pa appot à tois diections

Plus en détail

Rev. Energ. Ren. : 11 èmes Journées Internationales de Thermique (2003)73-80

Rev. Energ. Ren. : 11 èmes Journées Internationales de Thermique (2003)73-80 Rev. Eneg. Ren. : 11 èmes Jounées Intenationales de Themique (2003)73-80 Convesion Themodynamique de l Enegie olaie dans des Installations de Faible ou de Moyenne Puissance : Réflexions su le Choix du

Plus en détail

Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien»

Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien» Elements de dimensionnement d un échangeur air/sol, dit «puits canadien» David Amitrano Université J. Fourier, Grenoble Introduction L utilisation d un échangeur air/sol, système appelé communément «puits

Plus en détail

Problèmes de dynamique du point, avec énergie

Problèmes de dynamique du point, avec énergie Polèmes de dynamique du point, aec énegie I 5 Dans le plan hoiontal ( Oy) d'un éféentiel galiléen, un moile modélisé pa un point matéiel P de masse m est asteint à se déplace su le cecle de cente O et

Plus en détail

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1)

puits artésien ou en nappe captive (TD1, exercice 1) Hydogéologie_mise à jou/mp-es / Pilippe Belleudy octobe 4 puits atésien ou en nappe captive (TD, execice ) Détemine le débit d'un puits en nappe captive compte tenu des infomations suivantes : fonctionnement

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

Equipement Electrique

Equipement Electrique Equipement Electique TEEM 1 èe Année Equipement Electique, TEEM 1 ee année, uno FRAÇO 1 ntoduction 2 Le pogamme * Champ magnétique, flux, induction électomagnétique, chages électiques et foces * La machine

Plus en détail

α Epaisseur tôle : e = 0,05m (considéré négligeable devant R) Masse volumique porte : ρ = 7800 km/m 3 R α = π/3

α Epaisseur tôle : e = 0,05m (considéré négligeable devant R) Masse volumique porte : ρ = 7800 km/m 3 R α = π/3 Cous 7 - éoéte des Masses ycée Bellevue Toulouse - CE M éoéte des Masses ( a asse éléentae d( est défne en foncton de la natue de la odélsaton du systèe atéel étudé : Modélsaton voluque (cas généal : d(

Plus en détail

R.D.M. Résistance des Matériaux

R.D.M. Résistance des Matériaux R.D.. Réitance de atéiau 1 UT DE L R.d.. La éitance de matéiau et la mécanique de olide défomable. Elle pemet de : Caactéie le matéiau ; Dimenionne une pièce à pati de effot qu elle uppote ; Détemine la

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES Cours

NOMBRES COMPLEXES Cours NOMBRES COMPLEXES Cous I. DEFINITIONS D UN NOMBRE COMPLEXE. Fome algébique. Repésetatio gaphique. Fome polaie 4. Fome tigoométique 5. Relatios fodametales ete les difféetes défiitios 6. Exemples II. PROPRIETES

Plus en détail

A. Étude d une installation électrique domestique

A. Étude d une installation électrique domestique Banque «go Véto» - 3 PHYSIUE Duée : 3 h 3 L usage d une calculatice est autoisé pou cette épeuve Il sea tenu le plus gand compte dans la notation de la qualité de la édaction Si, au cous de l épeuve, un

Plus en détail

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene. Faculté de Physique. Pr. DJELOUAH Hakim

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene. Faculté de Physique. Pr. DJELOUAH Hakim Univesité des Sciences et de la Technologie Houai Boumediene Deuxiième Année des Fiilliièes Sciienttiifiiques des Uniivesiittés ett des Ecolles d Ingéniieus Faculté de Physique ELECTROMAGNETISME Cous &

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES LMD : 1 IÈRE ANNÉE DE L INGÉNIEUR. e II. Chapitre. I. Rappel sur le. Champ

FACULTÉ DES SCIENCES LMD : 1 IÈRE ANNÉE DE L INGÉNIEUR. e II. Chapitre. I. Rappel sur le. Champ ACULTÉ D CINC D L INGÉNIUR CTION TRON COUN LD LD : IÈR ANNÉ Cous Phsque : lectcté et gnétsme Chte e II Chm et Potentel lectque I Rel su le chm et otentel gvttonnel Chm Il est ben étbl qu'une msse m, stuée

Plus en détail

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE Chapite : Magnétostatique CAPTRE MAGNETOTATQUE Une chage électique immobile cée un champ électique seulement; Une chage en mouvement (un couant) cée un champ électique et un champ magnétique. Définition

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

ELECTRICITE. 1. Electrostatique. Electricité

ELECTRICITE. 1. Electrostatique. Electricité ELECTRICITE 1. Electostatique 1.1 Chage électique La matièe est globalement neute, mais si l'on fotte un bâton de vee avec une peau de chat ou un bâton de bakélite avec de la soie - deux pami beaucoup

Plus en détail

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA Univesité 8 mai 1945 Guelma - Algéie cous de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES pofessé pa Hisao FUJITA YASHIMA 29-21 - Le cous a été dédié à des modèles mathématiques de phénomènes atmosphéiques

Plus en détail

Conduction à travers un mur plan homogène

Conduction à travers un mur plan homogène Conduction à travers un mur plan homogène I- Exemple d application: Calculer le flux traversant une vitre de 1 m² de surface et de 3,5 mm d épaisseur. La température de la face interne de la vitre est

Plus en détail

Une approche neuronale modulaire pour l estimation de l orientation de l effecteur d un robot 4 axes

Une approche neuronale modulaire pour l estimation de l orientation de l effecteur d un robot 4 axes Une appoche neuonale modulaie pou l estimation de l oientation de l effecteu d un obot 4 axes Gilles HRMANN, Patice WIRA, Jean-Luc BUSSLR, Jean-Philippe URBAN Laboatoie MIPS Univesité de Haute-Alsace 4

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE Floin CIUPRINA Petu V. NOŢINGHER SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES ET EXERCICES UNIVERSITATEA POLITEHNICA BUCUREŞTI Facultatea de Electotehnică Floin CIUPRINA Petu NOŢINGHER

Plus en détail

VAUDON Patrick Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques 1 IRCOM Université de Limoges

VAUDON Patrick Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques 1 IRCOM Université de Limoges VAUDON Patick Mast Rchch Télécommunications Hauts Féquncs t Optiqus IRCOM Univsité d Limogs XI : Résaux d antnns ******************* L antnn st l élémnt incontounabl d tout dispositif pmttant d tansmtt

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

3.3 et 3.4 Utilisation du théorème de Gauss Procédure à suivre pour trouver l expression un champ électrique?

3.3 et 3.4 Utilisation du théorème de Gauss Procédure à suivre pour trouver l expression un champ électrique? Pocéue à suive pou touve l expession un champ électique? Φ q nette ε 0 Utile pou calcule es champs électiques ans es situations symétiques. Tois conitions impotantes pou utilise efficacement le théoème

Plus en détail

Droits d auteur, licence et restrictions. 2 Notes Catherine Brison Projections Orthogonales v.01.1

Droits d auteur, licence et restrictions. 2 Notes Catherine Brison Projections Orthogonales v.01.1 Péace - v.01.1 e live est un manuel scolaie qui epend toute la matièe ayant tait aux pojections otogonales suivant la métode de Monge. En pincipe, cela epend la matièe des 4 ème, 5 ème et 6 ème années

Plus en détail

σ 2 p ALLOCATION ENTRE DEUX PORTEFEUILLES D ACTIFS RISQUÉS

σ 2 p ALLOCATION ENTRE DEUX PORTEFEUILLES D ACTIFS RISQUÉS 53496 GSTION PORTFUILL Théoie modene de oteeuille I. VRSION U RISQU T FONCTION UTILITÉ U [, ] Fonction d'utilité généalement utilisée dans la littéatue : U vesion au isque de l investisseu; mesue de son

Plus en détail

Mécanismes d'interaction d'une pompe et d'un circuit Modèles théoriques

Mécanismes d'interaction d'une pompe et d'un circuit Modèles théoriques Mécanismes d'inteaction d'une pompe et d'un cicuit Modèles théoiques B. Desmet Ecole nationale supéieue d'ats et méties, Lille F. Tephany EDF - DER, Chatou J.L. Tolle EDF - DER, Saint-Denis Des effets

Plus en détail

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits Themodynamque - Chapte opétés themoélastques des gaz pafats opétés themoélastques des gaz pafats LES CONNAISSANCES - Gaz pafat à l échelle macoscopque Défnton : Le gaz pafat assocé à un gaz éel est le

Plus en détail

Les fibres optiques :

Les fibres optiques : Les fibes optiques : Supplément d électomagnétisme appliqué Pa Piee-Andé Bélange Univesité Laval, Canada Table des matièes Anatomie d une fibe optique Un matéiau fot complexe...3 La fabication d une fibe

Plus en détail

Visseuse de bloc-moteur. Résistance des Matériaux

Visseuse de bloc-moteur. Résistance des Matériaux Visseuse de bloc-moteu ésistance des Matéiaux Analyse extene A qui, à quoi end-il sevice? Su qui, su quoi agit-il? Véhicule Bloc-moteu Visseuse Dans quel but? Assemble un bloc-moteu su le châssis du véhicule

Plus en détail

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE

CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE CALCUL DES PERTES D'ÉNERGIE THERMIQUE À TRAVERS UN PONT THERMIQUE Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Utiliser et exploiter un logiciel de modélisation.

Plus en détail

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production SETIT 2009 5 th Intenational Confeence: Sciences of Electonic, Technologies of Infomation and Telecommunications Mach 22-26, 2009 TUNISIA La Suveillance Industiel Dynamique pa les Systèmes Neuo-Flous Tempoels

Plus en détail

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 -

Matériel utilisée en plongée 10/08/2003 Niveau 2 Club de la Plaine Philippe Jugla. Le Matériel Niveau 2-1/ 1 - Le Matéiel Niveau 2-1/ 1 - 1 MATEIEL NECESSAIE EN AUTONOMIE... 3 1.1 NIVEAU 2... 3 1.2 NIVEAU 3... 3 1.3 APPLICATION TIQUE... 3 1.4 MATEIEL INDISPENSABLE... 3 2 LES BOUTEILLES... 4 2.1 LE MAQUAGE DES BLOCS...

Plus en détail

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8

TF06 - P2009 - Final - exercice 1 Patinoire 5.67 10 8 TF06_P09_final_exo a.mcd TF06 - P2009 - Final - exercice Patinoire 5.670 8 Wm 2 K ir extérieur Text 5 C hpext 00 W/m² K Isolation, P 0,035 W/m K, épaisseur ep 30 cm ou e P 60 cm Plafond, TP, émissivité

Plus en détail

DOSEUR PONDERAL DE GRANULES PLASTIQUES

DOSEUR PONDERAL DE GRANULES PLASTIQUES Concos Mines-Ponts filièe MP Session 008 DOSEUR PONDERAL DE GRANULES PLASTIQUES I - ETUDE DE LA FONCTION ALIMENTER ET MAINTENIR A NIVEAU LA TREMIE DU MACRO-PRODUIT I- Coane e l aspiate VACUPLAST Question

Plus en détail

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S)

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S) Rèf : st Pincipe fondamental de la statique STI G.E. I Hypothèse de la statique En statique, les solides sont supposés géométiquement pafaits, indéfomables, homogènes et isotopes. Géométie : les aspéités,

Plus en détail

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique 1 hapite - Lois fondamentales de la magnétostatique Aucune des lois fondamentales citées ici ne sea démontée. Elles constituent des faits d expéience taduits dans un fomalisme mathématique, apué au fil

Plus en détail

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps

Mouvement d'une particule chargée dans un champ magnétique indépendant du temps Moueent d'une patiule hagée dans un hap agnétique indépendant du teps iblio: Pee elat Gaing Magnétise Into expéientale: Dispositif: On obsee une déiation du faseau d'életons losqu'il aie ae une itesse

Plus en détail

THESE SIMULATION DES GRANDES ECHELLES DE TOURBILLONS LONGITUDINAUX SOUMIS A UNE TURBULENCE EXTERIEURE INTENSE

THESE SIMULATION DES GRANDES ECHELLES DE TOURBILLONS LONGITUDINAUX SOUMIS A UNE TURBULENCE EXTERIEURE INTENSE N d ode : 579 THESE pésentée pou obteni les tites de DOCTEUR DE L UNIVERSITE DE TOULOUSE délivé pa L INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE ÉCOLE DOCTORALE: Mécanique Enegétique Génie Civil Pocédée

Plus en détail

On rappelle que la résistance électrique totale du câble est telle que : R A ) ASPECT ELECTRIQUE

On rappelle que la résistance électrique totale du câble est telle que : R A ) ASPECT ELECTRIQUE 1 CONDUCTION DE A CHAEUR DANS UN CABE EECTRIQUE Un câble en cuive homogène de section ciculie, de yon (5 mm), de longueu (1m) et de section S, est pcouu p un count I de 500 A. e cuive possède : Une ésistivité

Plus en détail

2 Le champ électrostatique E

2 Le champ électrostatique E Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 2 Le champ électrostatique E k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON DES GÉOSCIENCES

Plus en détail

Mathématiques 1 Niv.1 et 2 GEOMETRIE Exercices chapitre 4

Mathématiques 1 Niv.1 et 2 GEOMETRIE Exercices chapitre 4 Mathématiques 1 Niv.1 et 2 GOMTRI xecices chapite 4 1. Les codes et F sont paallèles; = 66 et F= 112. Le ayon du cecle vaut 65. étemine la distance ente les deux codes. F 2. Les deux cecles sont tangents,

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

Notes de cours de PHYSIQUE 2007-08

Notes de cours de PHYSIQUE 2007-08 Dépatement Génie des Télécmmunicatins & Réseaux Pemièe Année Ntes de cus de PHYSIQUE 00708 CHAPITRE ELECTROSTATIQUE I. INTRODUCTION I..Chage électique La chage électique est une ppiété de la matièe qui

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

IMPRIMANTE A TICKETS

IMPRIMANTE A TICKETS CPGE / Sciences Industielles pou l Ingénieu DS2 IMPRIMANTE A TICKETS Un hoodateu est un appaeil automatisé qui délive un ticket autoisant le stationnement, pou une duée limitée, à un client ayant payé

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

PSI Brizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides parfaits 29 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS

PSI Brizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides parfaits 29 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS PSI Bizeux Ch. DF3 : Dynamique locale des fluides pafaits 9 CHAPITRE DF3 D DYNAMIQUE LOCALE DES FLUIDES PARFAITS Dans ce chapite, nous allons elie l écoulement d un fluide aux actions qu il subit. Nous

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

CHAMP MAGNÉTIQUE EN RÉGIME STATIONNAIRE

CHAMP MAGNÉTIQUE EN RÉGIME STATIONNAIRE CAMP MAGNÉTIQUE EN ÉGIME STATIONNAIE Mgnétoésistnce En 7 Albet Fet et Pete Günbeg se sont vus décene le pix Nobel de Physique pou l mgnétoésistnce génte (GM) Ils ont monté qu une fine couche d un mtéiu

Plus en détail

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier :

Les Rencontres. Grands témoins. r Louis-Marie Pasquier : Gands témoins Louis-Maie Pasquie : L entepise a aujoud hui 40 ans (céation en 1974). 21% de son CA se fait à l intenational. Elle est divisée en 4 secteus d activité : Bioches, Pâtisseies, Biscottes, Intenational.

Plus en détail

Cours MF206 : Ecoulements rampants et laminaires. Peinture de tubes horizontaux

Cours MF206 : Ecoulements rampants et laminaires. Peinture de tubes horizontaux Cous MF206 : Ecoulements ampants et laminaies Petite classe n 2 (06-02-2009) Ecoulements de lubification à suface libe Peintue de tubes hoiontaux Dans les opéations de evêtement de tubes hoiontaux pa une

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail