Martin Bourré. Cristallisation du saccharose dans la production de sucre dur d'érable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Martin Bourré. Cristallisation du saccharose dans la production de sucre dur d'érable"

Transcription

1 Martin Bourré Cristallisation du saccharose dans la production de sucre dur d'érable Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Laval pour l'obtention du grade de maître ès sciences (M. Sc.) Département des sciences des aliments et de nutrition FAcULTÉ DES SCIENCES DE L'AGRICULTURE ET DE L'ALIMENTATION UMVERSITÉ LAVAL JANVIER 1997 O Martin Bourré, 1997

2 I*u National Library of Canada Acquisitions and Bibliographie Services Bibliothèque nationale du Canada Acquisitions et services bibliographiques 395 Wellington Street 395, nie Wellington Ottawa ON K1A ON4 Ottawa ON K1A ON4 Canada Canada The author has granted a nonexclusive licence dowing the National Library of Canada to reproduce, Ioan, distribute or sell copies of this thesis in microform, paper or electronic formats. The author retains ownership of the copyright in this thesis. Neither the thesis nor substantial extracts kom it may be printed or otherwise reproduced without the author's permission. L'auteur a accordé une licence non exclusive permettant à la Bibliothèque nationale du Canada de reproduire, prêter, distribuer ou vendre des copies de cette thèse sous la fonne de microfiche/film, de reproduction sur papier ou sur format électronique. L'auteur conserve la propriété du droit d'auteur qui protège cette thèse. Ni la thèse ni des extraits substantiels de celle-ci ne doivent ê e imprimés ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Dans un effort technologique jamais réalisé auparavant, les Produits Acéncoles du Témis se sont associés à l'université Laval dans le but d'innover dans la transformation des produits de l'érable, un domaine limité depuis longtemps à l'utilisation de techniques artisanales de production. C'est ainsi qu'une technologie de fabrication du sucre dur d'érable en continu a récemment vu le jour. La confection du sucre dur repose cependant sur des principes physicochimiques de cristallisation du saccharose qui demeurent encore aujourd'hui plutôt obscurs. 11 est absolument nécessaire d'effectuer la caractérisation des effets des paramètres de fabrication sur la cristallisation si l'on veut être en mesure de contrôler le procédé de fabrication et d'offiir un produit à la fois constant et de haute qualité. C'est dans cette optique que 5 paramètres de fabrication ont pu être étudiés, soient le type de sirop, la vitesse de brassage, le gradient de température lors du refroidissement, le temps de brassage et la technique d'ensemencement. ii a été possible de visualiser en partie les effets de ces paramètres sur la rhéologie du produit final. Une analyse des courbes de diminution de température a permis de remarquer le dégagement de chaleur créé lors du processus de cristallisation et de discerner les effets des paramètres de fabrication sur ce palier de cristallisation. De plus, une analyse par microscopie électronique à balayage de chacun des essais a pennis de fournir plusieurs renseignements sur la morphologie des cristaux, selon le type de fabrication utilisé. Des conclusions ont pu être tirées de ces photos, comme par exemple l'apparition de cristaux bien définis lors d'un brassage plus lent, ou la présence de cristaux de plus forte taille pour un refroidissement plus rapide. Des analyses de couleur et de dureté ont permis de compléter le tout en fournissant des informations supplémentaires sur le processus de cristallisation. L'ensemble de ces informations permettra ultérieurement d'effectuer un contrôle adéquat du procédé de fabrication du produit. Y Martin $urré7 étudiant Jean-Pierre Émond, professeur

4 Avant-propos Je tiens à remercier sincèrement le Gouvemement du Canada ainsi que le Gouvemement du Québec, via le programme CORPAQ, qui ont fourni les fonds nécessaires à la réalisation de ce projet de recherche. Plus particulièrement, je voudrais remercier mon directeur de recherche, M. Jean-Pierre Émond, pour son soutien financier, son aide technique et sa bonne humeur, qui m'ont grandement aidé ik persévérer, dans les bons et les moins bons moments. Un grand merci aux Produits Acéricoles du Témis, sans qui ce projet n'aurait jamais vu le jour. Plusieurs personnes m'ont aussi grandement aidé par leur savoir et par leur aide technique, de ce nombre, je pense à Florent Mercier, Gaston Picard, Johanne Dumont et le Centre de Recherche sur le Développement des Aliments, François Castaigne et Jacques Goulet. En terminant, je voudrais remercier spécialement les membres de ma famille, mes amis, mes collègues et ma fiancée Cathy pour leur support énorme durant ces 19 mois de travaux.

5 Table des matières I I RESUME....e.m.m.e II. AVANT-PROPOS... III LISTE DES TABLEAUX... VI1 LISTE DES FIGURES VlII INTRODUCTION...e...e...e PHÉNoMÈNJ~ DE CRISTALLISATION MATXÈRE PREMIÈRE PROPRIÉTÉS DU SUCRE ET DES SOLUTIONS SUCRÉES Inversion... 4 Température d'ébullztton Indice de réfiaction P Solubzlzte... 6 Métasta b ilité NUCLÉATION DES SOLUTIONS DE SACCHAROSE TYPES DE NUCLEATION Cristallisation homogène I * Cristallisation heterogène VITESSE DE CRISTALLISATION CROISSANCE DES CRISTAUX I 2.8 ETAT CRISTALLIN * 2.9 ETAT AMORPHE Obtention Structure ENSEMENCEMENT PARAMÈTRES PHYSIQUES AFFECTANT LA CRISTALLISATION \ Type de rnatrere première Teneur en eau Sursaturation Température... 20

6 Taux de refiodissement Taux d'agitation Présence de cristaux en suspension Présence d'additzj5 ou d'impuretés en solution TRAVAUX PRI~IMINAIRES 3.2 MÉTHODOLOGIE Analyse de la matière première I r Montage experzment al Stratégie de recherche Méthodes d'analyse Température Palatabilité Couleur Texture Microscopie électronique à balayage Analyse statzstzque RÉSULTATS ET DISCUSSION PRE&RE SÉRIE DE MANIPULATIONS Courbes de refi-oidissernent Vitesse de brassage Gradient de diminution de température Type de sirop Analyses en microscopie électronique à balayage Vitesse de brassage Gradient de diminution de température Type de sirop Palatab ilité Analyse de la couleur Légèreté (L*) Analyse de la texture DEUXIÈME SÉRIE DE MANIPULATIONS I Courbes de refroidissement Autres analyses CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE... 50

7 ANNEXE A: COURBE DE CALIBRATïON DE LA SONDE INFRAROUGE ANNEXE B: PARAMÈTRES DE COMPRESSION UTILISÉS LORS DES ANALYSES DE TEXTURE. 53 ANNEXE C: TEST DE SÉCHAGE DU SUCRE DUR POUR LA DETERMINATION DU TEMPS D'ATTENTE OPTIMAL ET DU POURCENTAGE D'EAU IDÉAL AUX FINS DE MESURE DE DURETÉ.54 ANNEXE D: FICHIER DE COMMANDE SAS POUR L'ANALYSE DE COULEUR &E (1 SÉRIE DE MANIPULATIONS)...55 ANNEXE E: FICHIER DE COMMANDE SAS POUR L'ANALYSE DE DURETÉ ÉRE (1 ~ÉREDEMANIPULATIONS)... 56

8 Liste des tableaux 1. Légèreté de la couleur (L*) des échantillons de sucre dur provenant de sirops de types B et C.utilisé.,.utilisé.,.*.-.utilisé.,.utilisé.,.* Légèreté de la couleur (L*) des échantillons de sucre dur selon le type de brassage.. utilisé utilisé..., Légèreté de la couleur (L*) des échantillons de sucre dur selon divers gradients de diminution de température...* Dureté du sucre dur d'érable en fonction du type de sirop utilisé Dureté du sucre dur d'érable en fonction du type de brassage utilisé... 45

9 Liste des figures Sursaturation d'me solution de sucre par évaporation, par refroidissement et par addition d'un solvant. AB: sursaturation par refroidissement, AC: sursaturation par évaporation du solvant, AD: sursaturation par addition d'un second solvant... 8 Vitesse de nucléation en fonction du degré de sursaturation de la solution Cristal de saccharose montrant 8 faces principales: a,c,d,p,pl,o,q,r Montage servant au mélange au brassage et à la mesure de température Illustration du montage utilise lors des essais Comparaison de 2 courbes de refroidissement pour des vitesse de brassage de 30 (gauche) et 60 RPM (droite), pour un même type de sirop (B) et une meme température de bainmarie de 107,S C..., Courbe de refioidissement à double changement de pente observé pour le sirop de type C, 60 RPM et ii une température de bain-marie de 95,S C Morceau de sucre dur d'érable agrandi 15 fois Cristaux de saccharose agrandis 500 fois Représentation pratique de la smcture monoclinique sphénoidale du cristal de saccharose Résultat d'un brassage à 30 RPM (gauche), présentant des cristaux ayant une bonne définition et un brassage à 60 RPM (droite), où l'on détecte la présence de sucre amorphe au travers du réseau cristallin Courbe de refroidissement représentant la diminution de température pendant et a~rès le procédé, pour chacune des température de bain utilisées 45.

10 1.0 Introduction Au fil des années, les producteurs acéricoles ont toujours ressenti le besoin d'augmenter et de diversifier leur production. Aujourd%ui, les produits de l'érable représentent muellement des ventes de plus de 60 millions de dollars au Québec seulement (5). Le sirop d'érable, produit de base de la transformation de la sève d'érable, passe souvent par la vente en vrac où les prix sont moins élevés. La diversification des produits de l'érable comme la tire, le sucre, le beurre et les bonbons est une alternative intéressante à la vente de sirop, car elle permet d'apporter au produit une valeur ajoutée très recherchee par le consommateur. Ces produits, en plus d'améliorer l'écoulement des stocks de sirop, ont le double avantage d'être attrayants auprès des consommateurs tout en gardant un prix de vente élevé. L'Université Laval s'est associée aux Produits acéricoles du Témis dans le but d'innover dans le domaine de l'érable par la production en continu de pepites de sucre dur d'érable. Ce produit connaît déjà un certain essor sur le marché actuel par son utilisation dans la crème glacée. Il est possible de développer des marchés compl6mentaires comme les barres tendres granola, les céréales à dejemer ou même les édulcorants comme substitut du sucre de canne (particulièrement dans le cas des aliments naturels). L'ampleur de ces marchés est difficile a évaluer avec précision mais les tendances actuelles de consommation, axées sur les produits naturels, permettent de croire qu'ils sont en expansion. Trés peu de gens se sont intéressés à étudier les variables physiques aeectant la cristallisation du saccharose Ion de la fabrication du sucre d'érable. En fait, plusieurs facteurs physiques sont directement reliés a la qualité de la cristallisation. Ces facteurs sont difncilement contrôlables et sont peu connus des transfomateurs, ce qui résulte en des productions hétérogènes. C'est pour cette raison que les Produits acdricoles du Témis ont subventionné l'universitt5 Laval afin d'étudier et de parvenir à contrôler les paramètres physiques de la cristallisation du sirop d'érable, en vue de produire des pépites de sucre d'érable dur de façon continue. Le procédé de fabrication actuel de telles pépites est cependant artisanal (cuisson et brassage manuels, fabrication de pains puis concassage a la main). Les quantités produites sont donc faibles et la qualit6 demeure assez variable. En fait, cette variabilité de la qualité est due

11 principalement à la qualité variable de sirop utilisé, au contrôle souvent déficient dans le procédé de fabrication et aux diffdrents opérateurs impliques dans celui-ci. Cette variabilité est la cause d'importantes pertes de produit au tamisage ainsi que d'une certaine hétérogénéité dans l'apparence, le goût et la qualité du produit. Ces caract&istiques ne sont pas désirées par les utilisateurs et peuvent conduire à une réduction de la demande ou à un changement de source d'approvisionnement (5). Par la connaissance plus approfondie de la préparation des produits de l'érable, il est possible de développer un meilleur contrôle du procédé pour ainsi être capable de f o e une quantitd de produits minimale requise pour une commercialisation efficace ainsi que pour l'assurance d'une qualité constante. Le but de ce travail est donc d'approfondir le sujet complexe qu'est la cristallisation du saccharose. Plusieurs ouvrages de synthèse portant sur le sujet sont répertoriés, mais chacun d'eux traite du phénomène g6néra.l de cristallisation. En effet, il n'existe pas de littérature disponible sur la cristallisation du saccharose en lien avec les produits de l'érable. Néanmoins, le saccharose formant la majeure partie du poids sec de la sève d'érable, il est possible d'appliquer les concepts théoriques existants à la fabrication des produits de l'érable, et en particulier du sucre dur d'&able. Dans cet ordre d'idee, ce travail permettra de caractériser les effets physico-chimiques des quelques paramètres connus sur la cristallisation du saccharose, A savoir par exemple l'effet du type de matière première utilisé, des vitesses et temps de brassage requis, etc. La mise à jour de ces connaissances permettra de guider le chercheur à travers ses manipulations, tout en faisant progresser le côté technologique de la fabrication des produits de I'érable.

12 Revue de Littérature Phénomène de cristallisation Le terme général de cristallisation peut se traduire par l'effet d'un changement de phase des moiécules à l'état liquide tenues dans un état hautement saturé (1 1). C'est un processus qualifié de spontané puisqu'il peut survenir à tout moment lorsque le nombre de molécules en solution dépasse le seuil maximal permis à une tempdraature domde. La cristallisation est infîuencée par une multitude de paramètres et peut s'avdrer difficilement contrôlable. La simple vibration d'un liquide sursaturé, le brassage ou la présence de cristaux en solution peut induire un changement de phase des molécules. L'explication ici est plutôt sommaire mais sera développée plus loin dans ce chapitre. L'étude des paramètres physiques de fabrication des produits de l'érable demeure limitée. Par exemple, pour la production de sucre dur, des données de température ainsi que du pourcentage de sucre inverti sont foumies dans la littérature mais ces données ne peuvent servir à elles seules à garantir l'obtention d'un produit stable et d'une qualité constante (5). En fait, personne ne s'est intéressé à étudier l'effet de tous les paramètres de fabrication. Dans la plupart des cas, les producteurs appliquent la recette de fabrication à la lettre, sans oser pousser les observations plus loin. Qu'en est-il de la vitesse d'agitation du liquide sursaturé ou de son gradient de diminution de température? Les réponses demeurent a ce jour incomues. C'est dans cette optique que les recherches sont presentement effectuées, le but étant d'apporter un meilleur contrôle du procédé (surtout si la technologie peut être appliquée de façon continue), d'augmenter les quantités produites et de pouvoir ofi une commercialisation efficace tout en assurant une qualité constante du produit (1)* Matière première Lorsqu'une entreprise veut ofkr un produit de qualit& elle doit premièrement miser sur une matière première constante et uniforme. Le sucre dur d'érable est habituellement fabriqué à l'aide de sirops de moindre qualité, c'est-à-dire de grade B ou C. Ces derniers peuvent donc

13 être écoulés dans un autre créneau que celui de la production de sirop d'érable de catégorie A. De plus, ces types de sirops contiennent une plus grande quantitd de sucre inverti, une couleur plus foncée et variable ainsi qu'un goût parfois anomal, que I'on qualifie de goût de bourgeon OU d'écorce. Les expériences tout au long de ce projet sont effectuées avec cette matière première variable, ce qui entraîne un certain problème au niveau du contrôle de la qualité du produit finai. Il est donc important de résoudre cette problématique en vue de pouvoir caractériser l'impact du choix de la matière première sur le produit W. Une certaine qualité de sirop est requise pour la confection du sucre dur d'érable; ce niveau de qualitd, selon Émond et Mercier (4), se traduisant par un pourcentûge de sucre inverti inférieur à 4%. 2.3 Propriétés du sucre et des solutions sucrées Inversion Le sucre inverti parfois présent dans le sirop d'érable, resulte de la dégradation de la molécule de saccharose en deux monosaccharides: le glucose et le hctose. Lors de la réaction chimique complète, 342 mol6cules de saccharose se combinent à 18 molécules d'eau pour produire 180 molécules de glucose et 180 molécules de fhctose. Cependant, le fructose tend à se dégrader et le ratio final n'est pas toujours de 1:1. L'inversion peut se produire lors de Facidification du milieu ou l'addition de chaleur ou de min6raux (l'enzyme invertase, dans le métabolisme humain, peut catalyser la même réaction). C'est l'acidité qui produit l'effet d'inversion le plus sévère: par exemple, un sirop de saccharose contenant 65% d'extrait sec et préservé à 20 C pendant 3 mois peut produire 10Y0 d'inversion à ph 3,2 et seulement 0,1% à ph 5,s. L'inversion est également trés influencde par la température. Toutefois, l'effet de la température nécessite un milieu acide. Si le ph se situe sous la barre de 4,O lors de l'ébullition du sirop, il est possible de produire l'inversion de 50% du saccharose (11). -

14 2.3.2 Température d'ébullition La température d'ébullition d'une solution sucrée varie principalement avec la nature des sucres présents et leur concentration. Quelques lignes directrices sont citees dans l'ouvrage dlhartel et Shastry (9): Le glucose possède une température d'ébullition inférieure à celie du saccharose. Le sucre inverti quant a lui bout à une température supérieure au saccharose. Lorsque l'ébullition de la solution de saccharose débute, la température n'augmente que très lentement, pour finalement augmenter plus rapidement vers la fm du processus En fait, la température n'est pas un bon guide pour déterminer la concentration de la solution en lien avec la durke du procédé d'évaporation. II est possible de diminuer le point d'ébullition en chauffant sous vide. Des réductions se situant entre 14 et 22 C peuvent ainsi être obtenues. Ce type de chauffage n'est habituellement utilisé que pour les solutions nécessitant un haut degré d'ébullition, afin de réduire la production de couleur et de sucre inverti. Le point d'ébullition est affecté par l'altitude: pour chaque augmentation de 275 mètres en altitude, la température d'ébullition de l'eau diminue de 1 OC (pression barométrique). Comme il a été mentionné au premier point, la présence de sucre inverti affecte le point d'ébuilition de la solution. Il est donc très important de connaître la quantité de sucre inverti avant d'exécuter les manipulations. À 20 C, une solution pure de saccharose peut contenir un maximum de 67,1% de (11). Avec la présence de sucre inverti, on augmente graduellement la concentration du mélange de sucre admissible dans la solution. Cette caract6ristique empêche ou retarde la cristallisation de se produire tout en imposant une barrière face aux attaques rnicrobiologiques, par diminution de l'activité de l'eau. Ce principe est grandement utilisc en confiserie lors de la production de bonbons non cristallisés (structure amorphe).

15 2.3.3 Indice de réhction L'indice de réfiraction d'une substance est le ratio de la vélocité de la lumière daus le vide et de sa vélocité dans la substance. Lors de la mesure, une partie de la lumière est absorbée et le reste transmise. Il est possible de tirer profit de ce phénomène et d'utiliser un spectrophotomètre pour déterminer la catégorie du sirop d'érable utilisé (11). Selon le règlement sur les produits de l'érable et leurs succédanés (13), les sirops de classe médium et ambré (B,C) utilisés dans la fabrication de sucre dur d'érable doivent avoir un pourcentage de transmission de lumière (ddtenniné au spectrophotomètre) se situant entre 44,O et 60,s pour la classe B et de 27,O à 44,O pour le sirop de classe C Solubilité La solubilité du saccharose réfère au fait qu'il est possible de dissoudre une quantité de cristaux dans l'eau maintenue à une température constante. Comme tout le monde sait, le sucre est facilement soluble dans l'eau. A température pièce (20 C), une partie de l'eau pourra dissoudre deux parties de saccharose (67,1%). La solubilité augmente à 83% dans une eau maintenue à 100 C. Ces pourcentages sont appelés points de solubilité. Cependant, plus la concentration du sucre augmente dans la solution, pius le taux de dissolution diminuera. Par exemple, la préparation d'une solution saturée par un mélange A température pièce fera en sorte que les dernières fractions de sucre admissibles ne se dissoudront que très lentement. Pour contrer ce phénomène, il est possible d'augmenter la tempdrature de la solution. Mis à part la température, l'ajout de certains autres produits en solution comme du sirop de maïs ou du sucre inverti diminue la solubilité du saccharose. Pour determiner la solubilité maximale (point de solubilité) à une température donnée, on utilise une mesure appelde degré Brix (ou Balling) (11). Le degré Brix représente le pourcentage maximal de saccharose admissible dans un certain poids d'eau. Il faut porter attention à ne pas confondre ce dernier avec le degré Brix volume (BJ où l'on parle d'un ratio poids/volurne. La mesure qui est surtout utiliske dans I'industrie est le degré Brix poids (BJ, ou concentration pondérale, étant exprimée en gramme de soluté par 100 grammes de solution (10).

16 La différence de potentiel chimique existant entre une solution sucr6e (phase liquide) et un gros cristal de sucre (phase solide) est zéro lorsque les deux phases sont en équilibre. Ce point d'équilibre est encore ici appelé point de solubilité. Les solutions sucrées se situant en deçà de cette concentration sont qualifiées de sous-saturées et peuvent solubiliser d'autres cristaux additionnels. Par contre, une solution contenant une plus grande quantité de molécules de saccharose que le nombre permis au point de solubilité est appelée solution sursaturée. À ce stade, les cristaux prdsents en solution ne se dissoudront pas mais vont plutôt grossir jusqu'à ce que la solution devienne en équilibre. Le phénomène de sursaturation est absolument nécessaire au processus de cristallisation, c'est-à-dire de nucléation et d'accroissement (9). Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour générer l'état de sursaturation. La première méthode consiste à refroidir une solution sous-saturée. Lors du chauffage, on ajoute le saccharose à l'eau sans atteindre le point de sursaturation. Une fois le sucre dissout, on refroidit la solution: la quantité de sucre totale pouvant être contenue dans la solution diminue. Si on refroidit davantage, la concentration de la solution dépassera la ligne de solubilité et deviendra sursaturée. Ce phénomène est démontré par le segment AB de la figure 1. Le degré de sursaturation, dans ce cas, dépend de la concentration initiale et du refroidissement appliqué. Une deuxième façon d'atteindre I'état de sursaturation est de retirer une partie de I'eau pour ainsi augmenter le contenu en saccharose de la solution. L'évaporation de I'eau est la principale méthode utilisée et est représentée par le segment AC à la figure 1. C'est en fait la technique qui est utilisée par les industriels en transformation sucrière. La demière fa~on consiste à ajouter un second solvant à la solution dans lequel Le sucre n'est pas soluble. Les alcools sont de bons exemples de solvants, dû a leurs faibles valeurs de solubilitd. Une fois la solution sucrée préparée, une certaine quantité d'alcool est additionnée, ce qui fait en sorte que la nouvelle solution possède une solubilité inférieure à la solution initiale. La concentration de la solution, bien que diluée légèrement par l'alcool, devient wsaturde, en respect avec la nouvelle solution. Cette dernière méthode est illustrée par le segment AD de la figure 1, en combinaison avec la nouvelle courbe de solubilité (pointillée) (figure 1):

17 Zone sursaturée dans un système de solvant pur a Zone sous-saturée dans un solvant pur et solution sursaturée dans Zone sous-saturée dans un solvant pur et dans un système mixte Température Figure 1: Sursaturation d'une solution de sucre par évaporation, par refroidissement et par addition d'un solvant. AB: sursaturation par refroidissement, AC: sursaturation par 6vaporation du solvant, AD: sursaturation par addition d'un second solvant Métastabilité Lorsque l'on atteint l'état de sursaturation, une certaine force pousse les molécules de saccharose à former la phase cristalline. Cependant, même si la solution sucrée est sursaturée, elle ne cristallise pas tant que la force n'excède pas une certaine valeur critique. Cette barrière énergétique est en fait la frontière où I'énergie requise pour la formation de la phase solide devient assez grande pour permettre la nucldation. L'éventail de concentration entre l'état de sursaturation et cette concentraiion critique est appelee métastable de sursaturation (9). Cette région peut être aect6e par différents paramètres comme la température, le taux d'agitation et la présence d'hpuret6s. Chacun de ces param&tres peut infiuencer la barrière thergétique à la formation de la phase solide (9). En fait, une solution devenue métastable peut demeurer dans cet état si la température demeure constante, s'il n'y a pas d'agitation et s'il

18 n'y a pas non plus d'impuretés dans le milieu. Une certaine énergie, ou force, est donc requise pour faire passer les molécules de l'ttat liquide à l'état solide. L'agitation par exemple est un agent physique extérieur qui vient foumir la quantité d'hergie nécessaire aiin d'aider les molécules en phase liquide à franchir la barriere énergétique requise pour la cristallisation. 2.4 Nucléation des solutions de saccharose En production de sucre dur d'&able, lorsque l'on diminue la temphture d'une solution maturée tout en agitant, on force les molécules a cristalliser. Lors du passage de l'état sunaturé jusqu'k la cristallisation complète, plusieurs mécanismes distincts entrent en jeu. Quatre stades dans la croissance d'un cristal de saccharose ont été observés. Il a &té possible de déterminer, par l'étude de divers phénomènes physiques, que l'apparition des cristaux dans une solution sursaturée de saccharose procède d'une organisation préliminaire des molécules sous forme d'agrégats ou essaims, au cours d'une période de latence dite période de précristallisation (15). Ces essaims sont de petits agrégats moléculaires présents à un moment donné dans la solution et qui, par le hasard des collisions moléculaires, ne donneront pas forcément naissance à des nucléis; ou bien ils seront captés par des protonucléis ou des nucléis, ou bien ils se briseront en molécules simples pour retourner en solution. Les protonucléis sont quant à eux des agrégats moléculaires ou essaims privilégiés qui, en fonction des conditions d'état de la solution (forme du récipient, agitation etc.), donneront naissance a des nucléis. L'idée que Ilon peut se faire de la structure des protonucléis et, d'une façon générale des essaims de la solution (conception toute statistique pour le moment), est l'association par des liens hydrogène des moldcules entre-elles et avec des molécules de solvant (eau) (15). La dernière &tape du processus est celle de la croissance des nucléis pour former finalement les cristaux. Le mécanisme de croissance sera détaillé un peu plus loin dans le travail. 2.5 Types de nucléation Dans plusieurs produits alimentaires contenant de hautes concentrations en sucres, il n'est pas rare de voir apparaître la nucléation des molécules par le franchissement de la barrière énergetique nécessaire a la cristallisation. La compréhension des mécanismes de formation et des paramètres influençant l'étape de nucléation est cruciale dans le contrôle de la texture du

19 produit final (9). Dans certains cas, la formation de cristaux est ddsirée et pour d'autres produits, la présence de cristaux peut s'avdrer un problème majeur du contrôle de qualité Cristallisation homogène La cristallisation homogène, ou primaire, debute par le regroupement moléculaire sous forme d'agrégats ou d'essaims, qui permet de former des groupements de molécules comme décrit plus tôt. L'association de ces groupements provoque la création de masses plus importantes, qui deviennent assez volumineuses pour excéder la barrière énergétique requise à la nucléation. Chaque molécule entre continuellement en collision avec un voisin ou un autre groupe de molécules en solution. Lorsque la solution posséde une énergie sunisante (sursaturation), l'association des molécules est favorisée au dépend de la dissociation et les groupements seront appelés à grossir à une taille sufisante, leur permettant de demeurer stables dans le milieu sursahiré. 11 existe une probabilité, selon la concentration en soluté et l'énergie de la solution, que quelques groupements deviennent assez volumineux pour atteindre la taille critique du nucléi. Un groupement possédant une taille infërieure à cette taille critique est habituellement dissocié tandis qu'un autre d'une taille supérieure sera appelé à croître et devenir un nucléi stable. Dans cet ordre d'idée, on peut comprendre que le taux de nucléation demeure faible tant que les molécules ou les groupements n'ont pas hchi la barrière d'énergie. Après avoir vaincu cette barrière, la nucléation devient beaucoup plus rapide et tend même à devenir spontanée. La nucléation par un mécanisme strictement homogène ne se produit que très rarement en solution sursaturée à cause de la présence d'impuretés qui agissent comme site de nucléation. Certaines impuretés comme les saletés, la poussière ou des contenants aux surfaces rudes peuvent catalyser la formation de nucléis et permettre la nucléation à un niveau de sursaturation infërieur à celui requis normalement lors de la nucléation homogène. Pour cette raison, il est pratiquement impossible de retirer tous ces sites de nucléation indésirables et de faire l'étude de la cristallisation homogène uniquement. Cest ici qu'entre en jeu la seconde étape de nucléation: la cristallisation hétérogène.

20 2.5.2 Cristallisation hétérogène La cristallisation hétérogène est un phénomène qui s'opère en prdsence de cristaux déjà en place dans un milieu sursaturé. Par exemple, de nouveaux nucléis peuvent se former à partir de cristaux déjà existants par la croissance de structures deadritiques à la surface de ces derniers, suivie de déchirements progressifs de ces dendrites par les forces du fluide (9). Ces dendrites vont être appelés à croître pour former à leur tour des nucléis si leurs tailles deviennent supérieures à celle requise pour l'obtention de nucleis stables dans les conditions offertes par le milieu. D'un autre côté, la cristallisation hétérogène peut être genérée grâce aux collisions entre les cristaux existants et d'autres composés agissant comme catalyseur (autres cristaux, parois du récipient, palle servant à l'agitation). L'énergie causée par les collisions peut engendrer soit la production de petits hgments qui seront amenés à Leur tour à grossir et à entrer en collision ou soit favoriser l'adsorption orientée de couches de cristaux, formant ainsi des embryons de taille stable dans la solution. La nucléation secondaire (cristallisation hétérogène) n'a pas été observée dans des liquides stagnants et ne pourrait pas avoir lieu. Ce mécanisme de nucléation devient important lorsque la suspension de cristaux existants est agitée mécaniquement. En fait, il existe une relation directement proportionnelle entre le niveau d'agitation du milieu et le degré de nucléation hétérogène. Le degré de sursaturation influe aussi sur la multiplication des cristaux. La cristallisation hétérogène se produit souvent suite au fait que les cristaux existants possèdent quelques défauts de structure. En pratique, il n'y a pas de cristaux parfaits où toutes les molécules sont régulièrement arrangées en ordre suivant les trois directions de l'espace (10). Il existe toujours des défauts d'ordonnancement, des lacunes ou des sites moléculaires vacants qui sont à l'origine des dislocations. Ces dislocations, qui viennent toujours se terminer a la sdace du cristal, sont à l'origine des propriétés des cristaux, en particulier de leur faible dureté (un cristal de saccharose parfat posséderait une dureté considérable). Ces dislocations sont des sites actifs en surface où peuvent s'accrocher soit de nouvelles molécules de saccharose (grossissement des cristaux), soit des molécules etrangères au réseau (incorporation d'impuretés dans le réseau). Un état cristallin parfait correspond a un minimum d'énergie. Toute inclusion d'une impuret6 dans le réseau entraîne donc généralement une augmentation de I'éiiergie du systéme (10). Si une molécule étrangère (impureté) et une

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires

Equilibre solide-liquide des systèmes binaires Equilibre solide-liquide des systèmes binaires I. Introduction La matière présente généralement trois états: solide, liquide et gazeux. Les phases et les structures sous lesquelles peuvent exister les

Plus en détail

FABRICATION D'UN SUCRE CUIT

FABRICATION D'UN SUCRE CUIT FABRICATION D'UN SUCRE CUIT Un sucre-cuit a pour caractéristiques principales d être dur et cassant comme du verre. Il se dissout lentement dans la bouche et dégage les différentes saveurs apportées par

Plus en détail

Expérience # 2. Synthèse de l Aspirine et du Tylenol

Expérience # 2. Synthèse de l Aspirine et du Tylenol Expérience # 2 Synthèse de l aspirine et du Tylenol 1. But Le but de l expérience consistera à effectuer la synthèse chimique de l aspirine et du Tylenol. Nous pourrons alors en profiter pour se familiariser

Plus en détail

Projet de recherche: Rapport final

Projet de recherche: Rapport final Projet de recherche: Rapport final Siège social Bureau de Québec 3600, boul Casavant Ouest 1665, boul Hamel edifice 2 Saint-Hyacinthe, Qc, J2S 8E3 Local 1.06 Québec, Qc, G1N 3Y7 Tel : (450) 773-1105 Tel

Plus en détail

BULLETIN TECHNIQUE. publié par l Association béton Québec

BULLETIN TECHNIQUE. publié par l Association béton Québec Techno-béton BULLETIN TECHNIQUE publié par l Association béton Québec n o 8 LA CURE ) INTRODUCTION L'humidité relative et les conditions climatiques défavorables lors de la mise en place d'un béton exposé

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Les méthodes de séparation basées sur l extraction

Les méthodes de séparation basées sur l extraction Les méthodes de séparation basées sur l extraction L extraction liquide - liquide C est l extraction d un soluté S d un solvant A par un solvant B non miscible au premier. Deux paramètres sont importants

Plus en détail

Cristallisation du miel, le savoir et le faire

Cristallisation du miel, le savoir et le faire Cristallisation du miel, le savoir et le faire Hélène DAILLY Dyce, E.J. 1931 «Fermentation and crystallisation of honey» Bull. Cornell agric. Exp. Sta. n 528 White, J.W., Je., Reithof, M.L., Subers. M.H.

Plus en détail

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique.

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. FICHE 14 Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. I. Stratégie à employer lors d une synthèse On veut synthétiser un composé au laboratoire. On doit donc imaginer les différentes étapes

Plus en détail

Le tréhalose. Le nouvel ingrédient alimentaire multi-fonctionnel

Le tréhalose. Le nouvel ingrédient alimentaire multi-fonctionnel Le tréhalose Le nouvel ingrédient alimentaire multi-fonctionnel introduction Le est un nouvel ingrédient multi-fonctionnel ayant un potentiel de développement considérable auprès des industries alimentaires.

Plus en détail

Chamtor. La gamme CHAMTOR

Chamtor. La gamme CHAMTOR Chamtor La gamme CHAMTOR GLUCOR, H-MALTOR et FRUCTOR Les sirops de glucose sont obtenus par hydrolyse de l'amidon, polymère de D-glucose (ou dextrose) qui constitue la molécule de réserve des végétaux

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Règlement des producteurs acéricoles sur les normes de qualité et le classement

Règlement des producteurs acéricoles sur les normes de qualité et le classement Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 18 janvier 2005 c. M-35.1, r.0.4.1.02 Règlement des producteurs acéricoles sur les normes de qualité

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES MOOC Énergies Renouvelables SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «La géothermie très basse température» de la semaine 6 du MOOC

Plus en détail

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité

GRAVIMETRIE + NO. 1 - Principe de la gravimétrie. a - Quelques exemples. b - Facteurs influençant la solubilité GRAVIMETRIE 1 - Principe de la gravimétrie Cette méthode d analyse quantitative a pour but d obtenir une séparation quantitative (c'est-àdire totale) d'un cation ou d'un anion (en solution aqueuse) par

Plus en détail

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL

LES LIANTS HYDRAULIQUES. Hamdi Boualem ENSSMAL LES LIANTS HYDRAULIQUES Hamdi Boualem ENSSMAL Le ciment Le ciment est une matière pulvérulente, formant avec l eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d agglomérer, en durcissant,

Plus en détail

ETALONNAGE D'UN THERMOCOUPLE

ETALONNAGE D'UN THERMOCOUPLE EALONNAGE D'UN HERMOCOUPLE But du.p. - Objectifs On se propose d'effectuer l'étalonnage absolu d'un thermocouple. Ce P, qui parait simple, demande un bon doigté expérimental, du soin ainsi qu'une bonne

Plus en détail

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables.

L ES E S GLUCIDES. a) Oses Les oses sont de petites molécules de glucides comprenant entre 12 et 24 atomes. Ce sont des molécules non hydrolysables. L ES E S GLUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter

Plus en détail

Partir du bon pied avec l'enzymo Partie 1

Partir du bon pied avec l'enzymo Partie 1 Partir du bon pied avec l'enzymo Partie 1 I Intro (pages 1-2 II Définitions (pages 3-4 III Dialyse (page 4 IV Dans les formules (page 5 I Intro In vivo les associations entre les molécules doivent être

Plus en détail

DEVOIR DE THERMOCHIMIE

DEVOIR DE THERMOCHIMIE DEVOIR DE THERMOCHIMIE Données fournies Constante des gaz parfaits: R= 8,31 kpa.l.k-1.mol -1 Nombre d'avogadro: N A = 6,02 x 10 23 mol -1. Capacité thermique massique de l'eau solide: 2,14 J/g. C. Capacité

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999

NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 CODEX STAN 212-1999 Page 1 de 5 NORME CODEX POUR LES SUCRES 1 CODEX STAN 212-1999 1. CHAMP D'APPLICATION ET DESCRIPTION La présente norme vise les sucres énumérés ci-après destinés à la consommation humaine

Plus en détail

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés

Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés Les variétés LONGUES : prendre une longueur d avance Le vendredi 27 octobre 2000, Université Laval Entreposage de pommes de terre longues selon les marchés visés André LACHANCE, agronome Maxi-Plant inc.

Plus en détail

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2

S O 2H O S SO 3H O. une solution de thiosulfate de sodium de concentration en ion thiosulfate [S 2 PARTIE 3 : Réactions chimiques et milieux biologiques TP 15 La chimie des facteurs cinétiques OBJECTIFS : Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mettre en évidence quelques paramètres influençant

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

DIAGRAMMES BINAIRES. Sommaire. G.P. Diagrammes binaires 2013

DIAGRAMMES BINAIRES. Sommaire. G.P. Diagrammes binaires 2013 DIAGRAMMES BINAIRES Sommaire I.Éléments de thermochimie maths spé...2 A.Introduction de la notion d'enthalpie libre...2 B.Évolution d'une même espèce chimique sous deux phases à P et constants...2 C.Expression

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides

FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école. II A. Les mélanges de liquides FORMATION CONTINUE : Les sciences faciles à l école Shirley Allibon (shirley.baze@edu.ge.ch) Karl Perron (karl.perron@unige.ch) Partie II : les mélanges II A. Les mélanges de liquides II B. Les mélanges

Plus en détail

Sciences de l'ingénieur

Sciences de l'ingénieur Sciences de l'ingénieur Semestre 2 Session 1 l1 UNIVERSITÉ DE NANTES U.F.R. des Sciences et des Techniques S.E.V.E. Bureau des Examens Nom de I'U.E.: Code de I'U.E. : Date de l'examen: Durée: Documentsautorisés:

Plus en détail

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège

L'océan. dans ta cuisine. Des expériences faciles pour comprendre l'océan. GHER Univeristé de Liège L'océan dans ta cuisine Des expériences faciles pour comprendre l'océan GHER Univeristé de Liège Comment ça fonctionne: Une série d'expériences sont proposées pour apprendre des concepts basiques sur l'océanographie

Plus en détail

MODE D'EMPLOI BARATTE FJ 100 C FRANCAIS. Janschitz BARATTE FJ 100 C. Mode d emploi. Version 1.0 * Janvier 2010

MODE D'EMPLOI BARATTE FJ 100 C FRANCAIS. Janschitz BARATTE FJ 100 C. Mode d emploi. Version 1.0 * Janvier 2010 Janschitz BARATTE FJ 100 C Mode d emploi Version 1.0 * Janvier 2010 Franz Janschitz Ges.m.b.H Tel.: +43 (0) 42 62 22 51 0 Eisenstrasse 81 Fax.: +43 (0) 42 62 22 51-13 A 9330 Althofen Internet: www.janschitz-gmbh.at

Plus en détail

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides»

116 page 2 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES Adoptée : 12 mai 1981 «Liposolubilité des Substances Solides et Liquides» (Méthode du flacon) 1. I N T R O D U C T I O N C o n n a i s s

Plus en détail

Séchage des salles et vide sanitaire

Séchage des salles et vide sanitaire Séchage des salles et vide sanitaire L intérêt du vide sanitaire et sa durée sont aujourd hui controversés. Son rôle est de détruire les micro-organismes persistant après la désinfection en les plaçant

Plus en détail

MUR CAPTEUR À ACCUMULATION D'ÉNERGIE

MUR CAPTEUR À ACCUMULATION D'ÉNERGIE MUR CAPTEUR À ACCUMULATION D'ÉNERGIE Capacité(s) contextualisée(s) mise(s) en jeu durant l'activité : Mesurer des températures. Définir la capacité thermique massique. Associer l'échauffement d'un système

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES.

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES. LES G LUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter de

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

La technologie. 1. Pétrissage. La température de la pâte. 2. Fermentation. Le rôle de la levure. 3. Cuisson

La technologie. 1. Pétrissage. La température de la pâte. 2. Fermentation. Le rôle de la levure. 3. Cuisson La technologie 1. Pétrissage La température de la pâte 2. Fermentation Le rôle de la levure 3. Cuisson Si nous pouvons fabriquer autant de sortes de produits différentes avec 4 matières premières simples

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME

Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME Partie 2, chapitre 3, TP 4 : ETUDE DES CARACTERISTIQUES DE L ACTIVITE D UNE ENZYME Doc PP Hatier HCl : réaction avec le magnésium [magnésium (réactif 1) + HCl (réactif 2) dihydrogène + chlorure de Mg (produits

Plus en détail

Diagramme D équilibre Binaire

Diagramme D équilibre Binaire Chapitre 4 : Diagramme D équilibre Binaire Objectifs spécifiques : -Connaitre les phases d une composition chimique de deux éléments en différentes températures. - maitriser la lecture d un diagramme d

Plus en détail

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012

RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 RÉSOLUTION OIV-OENO 439-2012 PRATIQUES OENOLOGIQUES SPECIFIQUES AUX VINS AROMATISES, AUX BOISSONS A BASE DE PRODUIT VITIVINICOLE ET AUX BOISSONS A BASE DE VIN L Assemblée Générale CONSIDERANT la résolution

Plus en détail

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE

CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE CHAPITRE 14 LA MACHINERIE THERMIQUE DE LA TERRE En proposant sa théorie de la mobilité horizontale des continents, Wegener s'était heurté au problème de la détermination des forces capables de déplacer

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

LE FREINAGE DU VEHICULE Principe - Réalisation

LE FREINAGE DU VEHICULE Principe - Réalisation Tout conducteur doit être en mesure de maîtriser et de contrôler à tout moment - la vitesse de déplacement de son véhicule en fonction des conditions de circulation, c est le rôle du frein de service -

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

0674-0009A : MAGIC Temper. Document technique. MAGIC Temper

0674-0009A : MAGIC Temper. Document technique. MAGIC Temper Document technique STATICE MAGIC Temper Tempérez facilement vos : Masses de chocolats Couvertures Pralinés Ganaches Le tempérage sur marbre devient redondant (plus de nettoyages pour éviter les contaminations

Plus en détail

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ

CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ CONSTRUIRE UNE SÉQUENCE PÉDAGOGIQUE UTILISANT UN LOGICIEL DE SIMULATION DE GAZ C.1. Prise en mains rapide du logiciel Atelier Théorie Cinétique pour l'enseignant Sauver les deux fichiers Gaz.htm et gaz.jar

Plus en détail

Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains

Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains Manutention, entreposage, échantillonnage représentatif et classification des grains Guy Durivage, ing., M. Sc., RMAAQ Collaborateur : Marcel Frenette, dta, RMAAQ La présente présentation couvre globalement

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL

BACCALAUREAT GENERAL BACCALAUREAT GENERAL SESSION 2005 EPREUVE PHYSIQUE-CHIMIE - Série S DURÉE DE L'ÉPREUVE : 3 h 30 - COEFFICIENT : 8 L'USAGE DE LA CALCULATRICE N'EST PAS AUTORISÉ Ce sujet comporte un exercice de CHIMIE et

Plus en détail

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille La prime protéique Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille Les produits à base de protéines alimentaires possèdent une valeur

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Développement de la saveur et caractéristiques des sirops d exception

Développement de la saveur et caractéristiques des sirops d exception Développement de la saveur et caractéristiques des sirops d exception Stéphane Guay, biologiste responsable R&D chez Dominion & Grimm Martin Picard, chef du Pied de Cochon Qu est-ce qu un sirop d exception?

Plus en détail

Concours externe à dominante scientifique

Concours externe à dominante scientifique CONCOURS DE CONTRÔLEUR DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION ET DE LA RÉPRESSION DES FRAUDES DES 10 ET 11 MARS 2009 Concours externe à dominante scientifique ÉPREUVE N 3 : à options durée 3 heures - coefficient

Plus en détail

COMMENT CONTROLER LE RETRAIT AU MOULAGE

COMMENT CONTROLER LE RETRAIT AU MOULAGE COMMENT CONTROLER LE RETRAIT AU MOULAGE Les objectifs de formation d'après le référentiel de formation du BTS : Les élevés seront capables d'expliquer les relations qui existe entre l'outillage et le comportement

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques

Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques Chimie Analytique I: Chapitre 14 Introduction aux méthodes spectroscopiques 14.1 Molécule: Quelles libertés? Pour une molécule possédant N atomes, il existe 3N degrés de liberté (de mouvement). C'est dans

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE. Enseignement primaire et collège

Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE. Enseignement primaire et collège Manuel d'utilisation de la maquette CHAUFFE-EAU SOLAIRE Enseignement primaire et collège Articles Code Chauffe-eau solaire 870M0003 Document non contractuel Généralités sur l'énergie solaire L'énergie

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION

CONSIGNES de réalisation du TP. OBSERVATIONS FARINE + EAU Sans levures. FARINE + EAU Avec levures. Avant. Après 2heures CONCLUSION T.P. Microbiologie appliquée Objectifs Pré-requis «Action des levures sur la farine» être capable de justifier la composition des aliments en tant que milieu nutritif Mme ROIG être capable de mettre en

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Informations relatives à la mise-à-jour. 2011r.03

Informations relatives à la mise-à-jour. 2011r.03 Informations relatives à la mise-à-jour 2011r.03 Table des matières 1. Modélisation... 3 1.1. Attribuer plus facilement des conditions limites de pivotement aux éléments plats... 3 1.1.1. Possibilités

Plus en détail

LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES:

LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES: DOSSIER NOUGATINE LA QUALITE DES CROQUANTES OU NOUGATINES: La qualité des nougatines, est variable en fonction de la quantité d'amandes par rapport aux matières édulcorantes(saccharose, glucose, fondant,

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Indice de performance

Indice de performance Indice de performance Facteur de qualité pour l'installation photovoltaïque Contenu L'indice de performance est l'une des valeurs les plus importantes pour l'évaluation de l'efficacité d'une installation

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE

CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE CHAPITRE 2 DIAGRAMME DES PHASES A L EQUILIBRE Contenu : Miscibilité totale Miscibilité partielle Plan du cours Objectif général Acquérir les notions de base associées à la formation des phases, de leurs

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Filtres à air dans les systèmes de ventilation

Filtres à air dans les systèmes de ventilation Filtres à air dans les systèmes de ventilation Figure no 1 Filtres à air disponibles dans l offre d Alnor Les filtres sont utilisés dans les systèmes de ventilation pour assurer une protection contre la

Plus en détail

école polytechnique concours d admission 2005 Composition de Chimie, Filière PC Rapport de MM. Franck ARTZNER et Narcis AVARVARI, correcteurs.

école polytechnique concours d admission 2005 Composition de Chimie, Filière PC Rapport de MM. Franck ARTZNER et Narcis AVARVARI, correcteurs. école polytechnique concours d admission 2005 Composition de Chimie, Filière PC Rapport de MM. Franck ARTZNER et Narcis AVARVARI, correcteurs. L épreuve de chimie comportait deux problèmes indépendants.

Plus en détail

PREPARATION DE LA BENZOCAINE

PREPARATION DE LA BENZOCAINE GBVS(2) 7 EPREUVE FONDAMENTALE DE CHIMIE Durée: 6 heures Coef: 7 SUJET N 2 Toutes les calculatrices de poche, y compris les calculatrices programmables et alphanumériques, dont la surface de hase ne dépasse

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

FICHE DE LECTURE DU PROJET DE FIN D'ETUDE

FICHE DE LECTURE DU PROJET DE FIN D'ETUDE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE DU PROJET DE FIN D'ETUDE EVALUATION TECHNICO-ECONOMIQUE D'UNE SOLUTION DE CHAUFFAGE- CLIMATISATION

Plus en détail

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Printemps des sciences 2008 Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Objectifs L objectif de cette petite démonstration est double : 1. Démontrer l importance d une bonne isolation thermique sur les

Plus en détail

TARIF DES DOUANES - ANNEXE IV - 1

TARIF DES DOUANES - ANNEXE IV - 1 TARIF DES DOUANES - ANNEXE IV - 1 Section IV PRODUITS DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES; BOISSONS, LIQUIDES ALCOOLIQUES ET VINAIGRES; TABACS ET SUCCÉDANÉS DE TABAC FABRIQUÉS Note. 1. Dans la présente Section,

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION

I- SUIVI SPECTROPHOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION CORRECTION DS n 8 Cinétique et chimie organique I- SUIVI SPECTROPOTOMÉTRIQUE D UNE CINÉTIQUE DE RÉACTION On se propose d étudier la cinétique de la réaction totale entre les ions dichromate Cr 2 O 7 2-

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

Recadrer et redimensionner

Recadrer et redimensionner Recadrer et redimensionner S'il y a bien une chose que tout le monde sait à peu prêt faire c'est bien le recadrage et pourtant si j'en juge par les questions qui me sont fréquemment posées ou par certaines

Plus en détail

ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAPEUR

ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAPEUR 1 ÉQUILIBRES LIQUIDE - VAEUR I/ REAMBULES IMORTANTS distinction gaz et vapeur: les deux dénominations réfèrent strictement au même état physique, l'état gazeux. On nomme gaz un corps pur existant seulement

Plus en détail

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés

Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Choix des réfrigérants : un nouveau rapport apporte des éclaircissements sur l éco-efficacité des systèmes de réfrigération de supermarchés Depuis que l UE s est engagée à réduire les émissions de gaz

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Diagramme de phases binaire liquide-solide

Diagramme de phases binaire liquide-solide hivebench francoise PROTOCOL ENSCM_S5_INORG Diagramme de phases binaire liquide-solide https://www.hivebench.com/protocols/6885 Created by francoise (user #1271) the Tue 30 June 2015 1. Introduction Diagramme

Plus en détail

ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève

ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève LA MÉCANIQUE Physique ANNEXE 1 : L addition et la soustraction de vecteurs Renseignements pour l'élève Nom : Date : Les grandeurs vectorielles sont des valeurs qui comprennent un nombre, une unité et une

Plus en détail

DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE

DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE DEUX OUTILS DE CONTRÔLE POUR LA CONCENTRATION EN SUCRE DU SIROP D'ÉRABLE Janvier 2000 PAR Gilles Caron, technologiste agricole MAPAQ -Direction régionale de Chaudière-Appalaches Centre de service de L

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques

Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Extraction, séparation et identification d espèces chimiques Préambule : Depuis la plus haute Antiquité, l homme utilise des colorants, des parfums et des arômes. Ceux-ci ont d abord été extraits de produits

Plus en détail

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives

RESISTANCES SILOHM ET RHF Résistances fixes de puissance non-inductives SOMMAIRE APPLICATIONS 3 CHOIX D UNE RESISTANCE 3 LES RESISTANCES SILOHM 4 CARACTERISTIQUES 4 RESISTANCES SILOHM : TUBES ET BÂTONNETS, TYPE RS 5 Gamme de valeur ohmique 5 Puissance maximale admissible 6

Plus en détail