4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement"

Transcription

1 4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement La mise en place des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement dans les communes contribue à mieux gérer la problématique de l eau et de l assainissement au niveau local. Ainsi, la MCD a appuyé les communes bénéficiaires dans la mise en place et à l opérationnalisation des CCEA. Pour ce faire, la première étape était l organisation des rencontres d échanges et d information dans chaque commune. Ces rencontres avaient pour objectifs de : i) échanger avec les participants sur la situation de l AEPA au niveau communal ; ii) susciter la mobilisation et l implication des acteurs locaux dans un cadre de concertation comme le CCEA ; iii) s accorder sur un projet d arrêté devant régir l organisation et le fonctionnement du CCEA. Ces rencontres ont réuni dans chaque commune, en plus des élus et de leurs techniciens, des acteurs clés intervenants dans le domaine de l eau et de l assainissement, des représentants des services techniques déconcentrés (DRAH, ONEA, Education, Santé, Environnement, etc.), Associations, ONG, AUE, Maintenanciers (artisansréparateurs), personnes ressources, etc. La MCD a accompagné chacune des communes dans ce processus à travers l élaboration de projet de TDR de la rencontre, de projet d arrêté de création de CCEA, la présentation de communications sur l intérêt et la nécessité de la mise en place d un CCEA et l animation des rencontres. 1 Rencontre d échanges et d information sur le CCEA à Kaya : Participants et Présidium

2 Aujourd hui, dans l ensemble des communes, à l exception de l Axe Garango les cadres de concertation des acteurs intervenant dans le domaine de l eau potable et de l assainissement ont été mises en place et fonctionnent avec un programme d activités. Pour que ces cadres soient le plus fonctionnel possible, il a été recommandé qu ils puissent réunir au maximum entre 15 à 20 membres représentatifs des intervenants et des bénéficiaires des services d eau potable et d assainissement et présidés par les Maires ou leur représentant. 5. Formalisation du partenariat entre les communes et leur DRAH Afin de renforcer le partenariat entre les communes et les DREAHA dans la mise en œuvre du programme, des projets de protocole ont été proposés par la MCD, à la fois aux communes et aux DREAHA. Ces protocoles devraient contribuer à déterminer le type d assistance technique que les DREAHA doivent apporter aux communes, notamment l appui aux services municipaux Eau et Assainissement à travers l accompagnement de la maitrise d ouvrage communale, le renforcement des capacités des services et le développement des activités. Les techniciens des communes ont travaillé en collaboration avec les DREAHA pour finaliser les projets de protocole en apportant des amendements devant permettre aux Maires et Directeurs régionaux des DREAHA de procéder à leur signature. 6. Atelier de formation des techniciens en suivi évaluation Du 20 au 22 mai 2013 l AMBF et la MCD ont organisé à Koudougou, un atelier de formation sur le thème «Le suivi-évaluation dans le domaine de l eau potable et de l assainissement : Quelles démarches, quels outils et quel dispositif pour renforcer les capacités de maîtrise d ouvrage des communes et améliorer leur efficacité dans 2

3 la gestion et la fourniture du service». Cet atelier de formation a été organisé, avec un accent particulier sur la maîtrise des outils et des dispositifs de suivi-évaluation pour améliorer l efficacité du service sur le terrain. Les techniciens Eau et Assainissement des 09 communes du programme et une vingtaine d autres communes ont pris part à cette session de formation. La formation a permis de créer un cadre d échanges et de partage d expériences et de dérouler essentiellement en plénière trois (03) modules élaborés et mis à disposition par le consultant : - La clarification des concepts, principes et typologies du suivi évaluation ; - Le suivi évaluation axé sur les résultats ; - Le suivi évaluation participatif. La formation a permis aux participants de se familiariser avec les concepts clés en suivi évaluation et la mise en place de système et dispositif de suivi évaluation dans le domaine de l eau potable et de l assainissement au niveau communale. Les échanges ont permis de s accorder sur des outils de collecte de données et sur les bases de données qui serviront à stocker et gérer les données. A la fin de cette session de formation, les participants ont formulé des suggestions et recommandations. Il est ressorti des échanges qu il y a un minimum de condition à réunir pour réussir le positionnement d un système de suivi évaluation au niveau communal, notamment la disponibilité d un ordinateur disposant d un logiciel Access et également une initiation à l utilisation des logiciels Access et Excel. En effet, certains techniciens ne disposent pas d ordinateur et plus de la moitié des techniciens n ont jamais utilisé Access et Excel. Des moyens doivent être donc mobilisés par les communes avec l appui de l AMBF pour satisfaire les besoins en matériel informatique des techniciens communaux en 3

4 charge de l eau et de l assainissement. Les participants ont souhaité également l organisation d une seconde session de formation qui sera plus pratique une fois qu ils auront effectué la collecte de données et renseigné les fiches de collecte. Au regard des moyens limités des communes, la mise en œuvre d un dispositif de Suivi Evaluation des services municipaux demande un appui financier et technique pour au moins démarrer le processus. L AMBF a été interpellée pour mobiliser des moyens et soutenir une phase pilote au profit des communes. Du fait de la particularité et de l intérêt du domaine de l eau et de l assainissement, l AMBF doit également accompagner les communes dans la mise en place des STMEA et la pérennisation des services existants à travers des recyclages périodiques des agents et le perfectionnent des techniciens. 7. Atelier d échanges, d information et de formation sur le PN AEPA, la reforme et le monitoring des STMEA Du 23 au 24 septembre 2013, la MCD avec l appui de la Direction générale des ressources en eau (DGRE) et l IRC a organisé un atelier d échanges, d information et de formation à l'attention des maires et de leurs techniciens en charge de l eau et de l assainissement. Cette rencontre d échanges, d information et de formation sur le PN AEPA, la reforme du système de gestion des infrastructures hydrauliques d approvisionnement en eau potable et le monitoring des services municipaux Eau et Assainissement avait pour objectif de i) renforcer les compétences des maires et de leurs techniciens dans la gestion de l approvisionnement en eau potable et l assainissement, ii) d'actualiser leurs connaissances sur le PN-AEPA et la Réforme du système de gestion des 4

5 infrastructures hydrauliques d approvisionnement en eau potable en milieux rural et semi-urbain iii) et d'échanger sur les systèmes de monitoring des services municipaux d eau potable et d assainissement. Durant deux (2) jours les techniciens du programme et leurs maires, ainsi que les techniciens des communes de Pabré, de Dapélogo, du programme FASOLIM 1, les maires de Houndé et de Dapélogo ont échangé avec des spécialistes de la DGRE et de l IRC. Plusieurs communications ont été présentées et ont été suivies de débats. Les thèmes abordés étaient les suivants : - Décentralisation et Outil de mise en œuvre des PCD-AEPA, présenté par la DGRE ; - Programme National d Approvisionnement en Eau Potable et d Assainissement à l'horizon 2015 (PN-AEPA 2015), présenté par la DGRE ; - Reforme du système de gestion et de maintenance des infrastructures hydrauliques, présenté par la DGRE ; - Cadre du monitoring des services d eau potable en milieu rural et semi-urbain, présenté par l IRC ; - Monitoring communal du service public d eau potable: Mise en place du monitoring dans les communes d Arbinda et de Gorgadji, présenté par l IRC. 8. Atelier d échanges, d information et de partage d'expérience sur les PCD AEPA Dans la dynamique d appui et d assistance des communes pour l amélioration de l offre de services municipaux d approvisionnement en eau potable et assainissement, la MCD avec l appui de la DGRE a organisé du 23 et 24 janvier 2014, à 1 Programme qui concerne les 7 communes de la province de l Oubritenga, la Région du plateau central en coopération avec la Région du Limousin 5

6 Ouagadougou une rencontre d échanges et de partage d'expérience sur les Plans communaux de développement sectoriel en approvisionnement en eau potable et assainissement (PCD AEPA). Cette rencontre avait pour objectifs, entre autres, de : - Echanger avec les participants sur les démarches et les méthodes d élaboration et d actualisation des PCD AEPA ; - Echanger sur les difficultés rencontrées par les communes dans la mise en œuvre de leur PCD AEPA ; - Présenter aux participants les outils de valorisation des PCD AEPA, de programmation communale et de mise à jour des PCD-AEPA ; - Faire des propositions pour améliorer l élaboration, l actualisation et la mise en œuvre des PCD AEPA. La rencontre a mobilisé l ensemble des techniciens du programme et leurs maires ou représentants, les techniciens en charge de l eau et de l assainissement des communes de Pabré et de Zorgho, et également les maires de Kindi et de Dapélogo respectivement, Secrétaire général et Secrétaire à l organisation de l AMBF. Les principaux outils qui ont fait objet d échanges étaient : - Outils de promotion de la gestion durable des services d AEPA et du partenariat public privé ; - Opérationnalisation du système de suivi évaluation du PN-AEPA en milieu rural : document de vulgarisation au niveau communal ; - Opérationnalisation de la stratégie d assainissement en milieu rural: document de vulgarisation au niveau communal ; 6

7 - Cadre de concertation communal (CCCo) ; - Fichier de partenaires potentiels en AEPA ; - Plaidoyer pour la recherche de partenariats techniques et financiers : Stratégie et Méthode. 9. Atelier de capitalisation du programme L atelier de capitalisation du programme s est tenu les 24 et 25 février 2014 à Ouahigouya sur le thème : La maîtrise d ouvrage communale dans le domaine de l eau et de l assainissement : comment renforcer le rôle et les capacités des communes pour améliorer la gestion et les performances du secteur. L atelier a connu la participation de : - Représentants (élus et techniciens) des communes bénéficiaires du programme ; - Représentants des collectivités du Nord, partenaires du programme ; - Maires et agents d autres communes du Burkina Faso ; - Représentants des cinq directions régionales de l eau, des aménagements hydrauliques et de l assainissement dont dépendent les communes du programme ; - Représentant de la DGRE ; - ONGs intervenant dans le secteur de l eau : Eau Vive, Water Aid, IRC, PS Eau ; - Structures de formation (CEMEAU) ; 7

8 - Partenaires techniques et financiers : Banque mondiale. L objectif principal était de capitaliser et de partager les expériences des communes burkinabè engagées dans le programme, en matière de renforcement de leurs capacités de maîtrise d ouvrage dans la gestion de l eau potable et de l assainissement, en particulier dans la mise en place de i) Service technique municipal eau et assainissement (STMEA), ii) de cadre de concertation municipal des acteurs de l eau et de l assainissement (CCMEA), iii) et de partenariat avec les Directions régionales de l eau, des aménagements hydrauliques et de l assainissement (DREAHA). Au cours de cet atelier un bilan de mise en œuvre du programme a été réalisé et la réflexion a été approfondie concernant la mise en place et le développement des Services techniques municipaux eau et assainissement et des Cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement, notamment. Les expériences de collaboration et de partenariat entre les mairies et les DREAHA ont été aussi partagées avec les participants au cours de la rencontre. Au terme de la rencontre les propositions et les recommandations suivantes ont été formulées : La nécessité pour les communes de renforcer les effectifs des STMEA qui, dans la plupart des cas, se résument à un agent alors que ce service a en charge aujourd hui la gestion de l eau potable et de l assainissement dans les différents villages et secteurs et doit prendre progressivement en charge l ensemble de l assainissement en milieu urbain ; La recherche des voies et moyens pour résoudre le problème de la coexistence STMEA / points focaux. Pour ce faire l atelier recommande que dans les communes où il y a un STMEA, la collecte des données soit une activité du service et, là où il n y a pas encore de STMEA, envisager la mobilisation du 8

9 point focal pour créer le service ; Le renforcement des capacités des techniciens, notamment sur les aspects liés au suivi des ouvrages; Pour cela, les communes sont invitées à approcher les structures de formation comme le CEMEAU, l ENAM, les écoles supérieures, etc. qui disposent de programmes de formation ; Le renforcement des capacités techniques de planification des STMEA ;; La poursuite par les communes, à travers l AMBF, du travail de plaidoyer auprès du Gouvernement pour un transfert effectif des compétences et des ressources dans le domaine de l eau potable et de l assainissement. 10. Rencontre d échanges de formalisation du réseau des techniciens municipaux eau et assainissement A la faveur de la mise en œuvre du programme le réseautage est apparu comme facteur de réussite, de pérennisation des acquis et de partage de meilleures pratiques et expériences. L idée de la création d un réseau de techniciens municipaux eau et assainissement a émergé dès le début du programme et a été réaffirmée lors du Comité de pilotage (COPIL) mixte tenu à Chambéry (France) en juin 2013 et également au cours de l atelier de capitalisation du programme tenu à Ouahigouya en février Ainsi, du 22 au 23 avril 2014, l ensemble des techniciens eau et assainissement des 9 communes bénéficiaires du programme, avec l appui de la MCD, s est réuni à Fada N Gourma pour proposer un projet de statut et une feuille de route du réseau. En s appuyant, sur les échanges et réflexions antérieures les techniciens du programme ont élaboré et validé un projet de statut pour la mise en place d un réseau dénommé, Réseau national des Techniciens Municipaux Eau et Assainissement en abrégé «RTMEA». Les principaux objectifs assignés au réseau : 9

10 défendre et protéger les intérêts de ses membres ; valoriser la fonction de technicien municipal Eau et Assainissement ; créer un espace de solidarité et de partage d expériences entre les techniciens Eau et Assainissement ; contribuer par la mise à disposition de son expertise à la réalisation des plans et politiques communaux de développement dans le domaine de l eau et de l assainissement ; développer des initiatives pour l effectivité de la maîtrise d ouvrage communale dans le domaine de l eau et de l assainissement ; favoriser les échanges entre les techniciens municipaux et les autres acteurs intervenant dans le domaine de l eau et de l assainissement. Ils ont au cours de cette rencontre définie une feuille de route pour le réseau qui se structure en quatre grands points : l organisation administrative et financière ; le renforcement des capacités matériel du réseau en équipement ; le renforcement des capacités des acteurs d appui en AEPA ; la mutualisation des actions et le partage d expériences. Pour les participants à cette rencontre, la création du réseau doit permettre aux collectivités de mieux assurer la gestion des compétences et des ressources transférées dans le domaine et de renforcer leurs capacités de maitrise d ouvrage communale à travers les échanges d expériences et de pratiques, le partage de l information et la mutualisation des ressources. Ils sollicitent l engagement de tous les acteurs du secteur AEPA (Maires, Etat et Partenaires) dans l accompagnement du 10

11 réseau et le parrainage de l AMBF pour que le réseau puisse atteindre ses objectifs, 11. Information et communication En matière de communication et d information, trois axes ont été développés par la MCD. - L ouverture d une fenêtre consacrée au programme sur le site internet de la MCD qui a permis de présenter le programme, ses objectifs et ses actions. - La réalisation d une Note-Info du programme depuis le mois d octobre La MCD élabore régulièrement et de façon mensuelle une note d information pour informer et communiquer sur la mise en œuvre du programme. D octobre 2012 à la fin de l année 2013, douze (12) numéros ont pu être réalisés sur la base des informations recueillies auprès des STMEA et les partenaires du Nord, mais également de la compilation et du traitement des informations sur l eau et l assainissement fournies par les partenaires ou parues dans la presse. Les notes d information ont été diffusées auprès des acteurs du Sud comme du Nord. - La mise à disposition des partenaires des études, rapports, outils, etc. portant sur la question de l eau et de l assainissement au Burkina Faso. 12. Activités portées par les techniciens municipaux Eau et Assainissement En plus de leurs tâches quotidiennes, les techniciens municipaux eau et assainissement ont porté eux-mêmes un certain nombre d activités du programme dans leur commune notamment i) l organisation de session de cadre de concertation, d information et de formation des conseillers municipaux, ii) des rencontres d information et de sensibilisation des populations sur la reforme et la gestion des 11

12 infrastructures hydrauliques, iii) la collecte de données et l installation de bases de données Eau et Assainissement iv) et la réalisation d un travail de diagnostic portant sur les ouvrages hydrauliques, les Associations d usagers de l eau, les Maintenanciers et artisans réparateurs. Pour la réalisation de ces activités, les services municipaux Eau et Assainissement ont bénéficié d un appui financier à travers le programme et un appui technique de la MCD, des structures associatives et personnes ressources locales. Les sessions des cadres de concertations ont été des occasions pour que les membres se concertent et échangent sur la problématique de l eau potable et de l assainissement au niveau communal. Elles ont été animées avec l appui des agents des directions régionales en charge de l eau et de l assainissement. Les sessions de formation et sensibilisation des élus se sont déroulées sur une journée dans chaque commune et ont porté sur la Réforme et le PN AEPA, les objectifs, les principes, les acteurs et leurs rôles, notamment celui des élus locaux et de la commune en matière de maîtrise d ouvrage, les relations contractuelles entre les acteurs, etc. Pour réussir la mise en œuvre de la Reforme et la gestion du service d eau potable et assainissement dans les communes, il était important que l ensemble des acteurs puisse avoir un minimum d information. Ainsi, des campagnes de sensibilisation ont été organisées dans des villages avec l appui des associations locales ayant une expérience dans l animation et la sensibilisation dans le domaine de l eau potable et de l assainissement à travers des théâtres forums, causeries-débats, projections de films, etc. Pour soutenir l opérationnalisation des connaissances déjà acquises par les techniciens, notamment l utilisation des outils de suivi évaluation des services Eau et 12

13 Assainissement, un appui leur a été apporté par la MCD sous forme financier et de coaching. Avec le soutien de personnes ressources locales, des sorties ont été organisées sur le terrain pour collecter les informations permettant d alimenter les bases de données communales. La faible maîtrise de la part des autorités locales et de leurs techniciens de la situation des ouvrages, des AUE et des maintenanciers au niveau communal a également conduit la MCD à soutenir un travail de diagnostic qui a permis aux communes de faire le point de l existant sur leur territoire et d avoir une situation de référence. III. ENSEIGNEMENTS ET LECONS Les acquis : - Un intérêt partagé dans la mise en œuvre du programme aussi bien de la part des autorités locales des communes bénéficiaire, de leur administration et également de leurs partenaires de France. - La contribution du programme au renforcement de la maîtrise d ouvrage communale dans le domaine de l eau potable et de l assainissement avec la création des STMEA et des CCEA. - Le renforcement du travail en réseau entre les élus et les techniciens du programme et également avec d autres techniciens d autres communes du Burkina Faso. - L amélioration du partenariat entre les communes bénéficiaires, les directions régionales en charge de l eau et de l assainissement et les organisations de la société civile sur leur territoire. Les difficultés : 13

14 - Le programme a connu au démarrage un certain nombre de difficultés pour la mise en œuvre des actions au Burkina Faso. - Le retard dans la mise en œuvre de certaines activités au niveau des communes qui est lié parfois aux pesanteurs administratives et difficultés de fonctionnement des institutions municipales, mais aussi aux lenteurs dans les virements des subventions par certains partenaires. - Le processus des élections municipales de décembre 2012 et la reprise des élections dans certaines communes en février 2013 ont beaucoup contribué à ralentir la mise en œuvre du programme. - Dans le processus de recrutement des techniciens, les communes comme Koudougou, Réo, Ouahigouya et l Axe Garango, en s appuyant seulement sur leurs administrations communales se sont heurtées à des difficultés et ont connu des retards dans le recrutement de leur agent. Il était possible d éviter ces écueils si un partenariat avait été établi avec des structures compétentes comme l ANPE et les directions régionales en charge de l eau et de l assainissement comme cela avait été proposé. - Dans le cadre de la création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement, on a noté avec satisfaction la tenue des rencontres d échanges et d information. Cependant quelques insuffisances ont été constatées dans la préparation et l organisation des rencontres dans quelques communes (Koudougou et Fada N Gourma), avec notamment l absence de diffusion des documents (TDR) et des invitations à certains acteurs clé. - Concernant la formalisation des partenariats avec les directions régionales en charge de l eau et de l assainissement, on a noté une lenteur à ce niveau due en grande partie au fait qu au niveau de certaines directions régionales comme Kaya et Fada N Gourma les responsables ont mis du temps pour comprendre 14

15 l esprit de ce document. - En matière d information et de communication, des difficultés ont été relevées dans la circulation de l information. On a noté dans le cadre de la production des notes d informations, la remontée tardive des informations par les techniciens eau et assainissement et l absence d information venant des partenaires du Nord. Ce qui n a pas facilité la diffusion dans les délais souhaités de la Note-Info. IV. CONCLUSION Le programme d approvisionnement en eau potable et assainissement au profit des neuf communes du Burkina Faso à la fin de sa mise en œuvre à permis de renforcer le partenariat entre la plupart des acteurs intervenant dans le domaine de l eau et de l assainissement, les services techniques déconcentrés de l Etat, notamment la DGRE et les cinq directions régionales en charge de l eau et de l assainissement, des ONG et PTF comme PS EAU, IRC, ONEA/CEMEAU, EAU VIVE, etc. Contrairement à la plupart des projets d approvisionnement en eau potable et assainissement dont les interventions sont axées vers la réalisation d ouvrages, le programme s est penché sur le volet institutionnel avec la création des STMEA, la mise en place des CCEA et la formation des acteurs qui garantissent durablement la gestion du service à la population. Cet aspect a été salué par l ensemble des acteurs lors de l atelier de capitalisation qui ont recommandé la mise à l échelle au niveau national des expériences au profit des communes, surtout rurales. Aussi, un des 15

16 résultats importants qui augure de meilleure perspective a été l ébauche de la formalisation du réseau des techniciens eau et assainissement. 16

ENVIRONNEMENT FAVORABLE

ENVIRONNEMENT FAVORABLE Feuille de route pour la mise à l échelle de la PCIMA au Tchad. Atelier pour la revue nationale de la PCIMA. Ndjamena, novembre 2015 ENVIRONNEMENT FAVORABLE LEADERSHIP INSTITUTIONNEL 1 r avec le processus

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU

STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU PLAN DE COMMUNICATION STRATEGIE DE TRANSFORMATION DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ONEA EN CENTRE DES METIERS DE L EAU 1. ONEA BURKINA FASO 2. CONTEXTE PN AEPA 3. PN AEPA 4. Volet Formation

Plus en détail

Mois : Janvier 2012. Lettre d information mensuelle du Programme de Coopération Chambéry-Ouahigouya 2011-2013. N 12 Janvier 2011

Mois : Janvier 2012. Lettre d information mensuelle du Programme de Coopération Chambéry-Ouahigouya 2011-2013. N 12 Janvier 2011 Lettre d information mensuelle du Programme de Coopération Chambéry-Ouahigouya 011-013 Mois : Janvier 01 BP 30 Tél./Fax : (6) 40--33-0 /40 7 Email: chambery@fasonet.bf N 1 Janvier 011 1. PILOTAGE DU PROGRAMME

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES"

PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES  HUB & SPOKES PRÉSENTATION TYPE D'UN CAS D'EXPÉRIENCE BURKINA FASO PROJET DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN FORMULATION, NEGOCIATION ET MISE EN ŒUVRE DES POLITIQUES COMMERCIALES " HUB & SPOKES" Date de la soumission

Plus en détail

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION

Plus en détail

EVALUATION DU PROGRAMME: RENFORCEMENT ET CAPITALISATION DES DYNAMIQUES DE DEVELOPPEMENT LOCAL DU NORD-OUEST D HAITI RESUME DU RAPPORT D EVALUATION

EVALUATION DU PROGRAMME: RENFORCEMENT ET CAPITALISATION DES DYNAMIQUES DE DEVELOPPEMENT LOCAL DU NORD-OUEST D HAITI RESUME DU RAPPORT D EVALUATION EVALUATION DU PROGRAMME: RENFORCEMENT ET CAPITALISATION DES DYNAMIQUES DE DEVELOPPEMENT LOCAL DU NORD-OUEST D HAITI RESUME DU RAPPORT D EVALUATION Erick BALTHAZAR/Pierre Michel JOASSAINT Mars 2013 1. Introduction

Plus en détail

Enseignement supérieur - Recherche

Enseignement supérieur - Recherche 254 Enseignement supérieur - Recherche Le domaine fonctionnel Enseignement supérieur Recherche regroupe les emplois qui concourent à l enseignement supérieur et à la recherche. 255 CADRE DE DIRECTION EN

Plus en détail

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST :

MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWI- AFRIQUE DE L OUEST : MISSION D APPUI EN CONCEPT GIRE AUX PROGRAMMES GWIAFRIQUE DE L OUEST : Projet GWIAfrique de l Ouest: BurkinaFaso, Ghana, Mali, Niger et Sénégal Expérience réussie de Gestion Intégrée des Ressources en

Plus en détail

RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016

RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016 RENCONTRE DE VALIDATION DU PLAN D ACTION DE PLAIDOYER POUR LA RRC 2015-2016 Rapport présenté par Brigitte KONKOBO Adama GNANOU Juin 2015 1 INTRODUCTION Depuis 2010, les partenaires de Christian Aid que

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

Jean-Claude Spitz Expert SDEA

Jean-Claude Spitz Expert SDEA Le SDEA en appui à la création d une structure intercommunale de gestion de l eau et de l assainissement en milieu rural au Cameroun Votre logo à insérer ici Jean-Claude Spitz Expert SDEA Localisation

Plus en détail

Diagnostic du dispositif de formation des techniciens supérieurs de l hydraulique et de l équipement rural de l ETSHER 1 - Burkina Faso

Diagnostic du dispositif de formation des techniciens supérieurs de l hydraulique et de l équipement rural de l ETSHER 1 - Burkina Faso Diagnostic du dispositif de formation des techniciens supérieurs de l hydraulique et de l équipement rural de l ETSHER 1 - Burkina Faso 56 François DENYS - CFPPA Carpentras Jérôme DJEGUI - ETSHER - Ouagadougou

Plus en détail

DGAEUE. Atelier sur le thème «Retours sur la mise en place des AUE et leur fonctionnement : quels acquis, quels défis et solutions pour l avenir?

DGAEUE. Atelier sur le thème «Retours sur la mise en place des AUE et leur fonctionnement : quels acquis, quels défis et solutions pour l avenir? DGAEUE Atelier sur le thème «Retours sur la mise en place des AUE et leur fonctionnement : quels acquis, quels défis et solutions pour l avenir?» RAPPORT DE SYNTHESE Avec l appui technique de Eau Vive

Plus en détail

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE

FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE 1 FORUM REGIONAL DE GOGOUNOU (BENIN) SUR LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN PLACE D UN CADRE DE CONCERTATION ENTRE LE BENIN, LE BURKINA FASO, LE MALI, LE NIGER, LE NIGERIA

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE CELLULE DE REFORME DU SECTEUR

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE CELLULE DE REFORME DU SECTEUR MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL A LA SANTE CELLULE DE REFORME DU SECTEUR TERMES DE REFERENCE POUR LA RATIONALISATION DES STRUCTURES DU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Introduction Origines

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

Assistant Technique International pour la Communication MAROC

Assistant Technique International pour la Communication MAROC Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3

Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 FONDS EUROPEEN DE DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Programme de l Union Européenne pour la Société Civile et la Culture/PESCC 10 ème FED Plan de formation des OSC de niveaux 2 et 3 DP1

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN COMMUNICATION SOCIALE ET POLITIQUE DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE MALIENNE

RAPPORT DE L ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN COMMUNICATION SOCIALE ET POLITIQUE DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE MALIENNE RAPPORT DE L ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN COMMUNICATION SOCIALE ET POLITIQUE DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE MALIENNE RAPPORT DE L ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITES EN COMMUNICATION

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

0BURKINA FASO ----------------------------------------------

0BURKINA FASO ---------------------------------------------- 0BURKINA FASO Unité - Progrès - Justice ---------------------------------------------- MINISTERE DES SPORTS ET DES LOISIRS 03 BP 7035 OUAGADOUGOU 03 PLAN D ACTION DE MISE EN ŒUVRE DE LA POLITIQUE NATIONALE

Plus en détail

PROPOSITION DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION DES PLANS DE SECURITE ALIMENTAIRE DE TROIS CERCLES TEST

PROPOSITION DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION DES PLANS DE SECURITE ALIMENTAIRE DE TROIS CERCLES TEST République du Mali Un Peuple- Un But- Une Foi --------------- COMMISSARIAT A LA SECURITE PROJET D ASSISTANCE AU ALIMENTAIRE SYSTEME D INFORMATION DU MARCHE AGRICOLE (MSU/PASIDMA) ----------------------------

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant local

Termes de référence pour le recrutement d un consultant local Termes de référence pour le recrutement d un consultant local Réalisation d un recensement fiscal et élaboration d une stratégie de recouvrement pour la Communauté rurale de Nguéniène Mars 2014 Ircod Alsace

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE DE PLANIFICATION AEPA EN MILIEU RURAL ET CANEVAS-TYPE

GUIDE METHODOLOGIQUE DE PLANIFICATION AEPA EN MILIEU RURAL ET CANEVAS-TYPE Ministère de l'agriculture, de l'hydraulique et des Ressources Halieutiques Direction Générale des Ressources en Eau Burkina Faso Unité - Progrès - Justice Programme Natiionall d Approviisiionnement en

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Termes de Référence (TDR)

Termes de Référence (TDR) 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 37 83 69; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavsmail@gmail.com http://www.iavs.info Termes de Référence (TDR) Du Séminaire de formation à l intégration

Plus en détail

à même d apprécier les avancées sur les principaux axes stratégiques des politiques suivies.

à même d apprécier les avancées sur les principaux axes stratégiques des politiques suivies. ATELIER REGIONAL DE RELANCE DES DISPOSITIFS NATIONAUX DE SUIVI EVALUATION DES POLITIQUES ET STRATEGIES DE SECURITE ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE DE SEPT PAYS TEST Note conceptuelle I- Contexte et justification

Plus en détail

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015

Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DU PLAN, DE l AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE Fraternité - Travail - Progrès Note d orientation sur la mise en œuvre du PDES 2012-2015 Les choix

Plus en détail

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services?

Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations de Services? Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de prestations de services? 1 Note technique Comment conduire le diagnostic préalable à la mise en place d un Centre de Prestations

Plus en détail

Méthodologie de diagnostic - Recommandations -

Méthodologie de diagnostic - Recommandations - La Commission AIMF «Villes et développement durable» La Ville de Ouagadougou La Ville de Lausanne Les participants à l atelier «diagnostic urbain» présentent : Méthodologie de diagnostic - Recommandations

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2009/AB/L.7 Conseil économique et social Distr. limitée 20 juillet 2009 Français Original : anglais Pour suite à donner Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN

Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Programme opérationnel national du Fonds Social Européen pour l Emploi et l Inclusion en Métropole APPEL A PROJETS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN AXE 4 du PON FSE ASSISTANCE TECHNIQUE Objectif spécifique 1 :

Plus en détail

Millennium Challenge Account Sénégal. MCA-Sénégal TERMES DE REFERENCE (TDR)

Millennium Challenge Account Sénégal. MCA-Sénégal TERMES DE REFERENCE (TDR) Millennium Challenge Account Sénégal MCA-Sénégal TERMES DE REFERENCE (TDR) FORMATION COMPLEMANTAIRE DU PERSONNEL SUR L UTILISATION DU LOGICIEL MS PROJECT 2010 PMU SAED FEVRIER 2015 1 1. INTRODUCTION Les

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Pourquoi mettre en place une NG?

Pourquoi mettre en place une NG? SOMMAIRE Pourquoi mettre en place une nouvelle gouvernance NG? Définition de la NG Les facteurs de réussite Objectifs du GT Acteurs Charte pour une nouvelle gouvernance à Venelles Organisation de la NG

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre

Orientation 1. Améliorer la qualité de l air et réduire les émissions des GES. Objectif : Réduire les émissions de gaz à effet de serre PLAN LOCAL DE DÉVELOPPEMENT DURABLE DE LA VILLE MONTRÉAL-EST Introduction 2013-2015 Le développement durable est, de nos jours, un concept très important qui permet à tout décideur de concilier les dimensions

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Atelier de réflexion, de formation et de préparation du ROPPA à la mise en œuvre des politiques agricoles et commerciales régionales

Atelier de réflexion, de formation et de préparation du ROPPA à la mise en œuvre des politiques agricoles et commerciales régionales 1 Atelier de réflexion, de formation et de préparation du ROPPA à la mise en œuvre des agricoles et commerciales régionales Termes de référence Mars 2012 1 2 I. Contexte et justification Les enjeux de

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

Fonds pour l'environnement mondial

Fonds pour l'environnement mondial Fonds pour l'environnement mondial Résumé du document GEF/C.32/8 Stratégie de communication et d information Décision recommandée au Conseil Ayant examiné le document GEF/C.32/8 intitulé Stratégie de communication

Plus en détail

La veille à la CMA74

La veille à la CMA74 La veille à la CMA74 Retour sur une expérimentation pour l Artisanat Annecy, le 20 septembre 2007 Séverine Verguet, Chef de projet Veille Informative Virginie Fleury, Chargée de mission Veille http://www.cm-annecy.fr

Plus en détail

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013

Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013 Délibération au Conseil Municipal du lundi 21 janvier 2013 6 Renouvellement de la convention de partenariat entre l'association Eco- Quartier Strasbourg et la Ville de Strasbourg. L association Eco-Quartier

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

Société Nationale des Eaux du Bénin. Centre de Formation aux Métiers de l Eau Cotonou. Mme Véronique Dossou DRH SONEB-Bénin Novembre 2008

Société Nationale des Eaux du Bénin. Centre de Formation aux Métiers de l Eau Cotonou. Mme Véronique Dossou DRH SONEB-Bénin Novembre 2008 Société Nationale des Eaux du Bénin Centre de Formation aux Métiers de l Eau Cotonou Mme Véronique Dossou DRH SONEB-Bénin Novembre 2008 1. Les Structures d Eau et d Assainissement au Bénin Le Ministère

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un

Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un Le mot de l ambassadeur. Le SCAC s engage au Togo. L Institut français du Togo, ce n est qu un au revoir! Lycée français de Lomé : l orientation, un projet à construire. Coopération de défense. Agence

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

Promotion de l Alternance intégrative dans les formations en travail social en LIMOUSIN

Promotion de l Alternance intégrative dans les formations en travail social en LIMOUSIN Promotion de l Alternance intégrative dans les formations en travail social en LIMOUSIN Bilan d étape mars 2009 1. Rappel des objectifs 2. Bilan organisationnel et quantitatif 3. Bilan qualitatif 4. Propositions

Plus en détail

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie :

Le ministère a sollicité l appui du PNUD pour la mise a disposition d un Conseiller Technique international pour la mise en œuvre de cette stratégie : Termes de référence du conseiller technique principal du Ministère de l Eau, de l Assainissement et de l Hydraulique Villageoise (MEAHV) 1. Contexte et justification Le principal défi du MEAHV réside dans

Plus en détail

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL TERMES DE REFERENCE

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL TERMES DE REFERENCE REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL TERMES DE REFERENCE DU PROCESSUS DE PLANIFICATION OPERATIONNELLE 2013 Octobre 2012 1. Contexte et justification L année

Plus en détail

RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE

RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE RAPPORT D ACHEVEMENT D UNE OPERATION D ASSISTANCE TECHNIQUE INTITULE DE L ASSISTANCE TECHNIQUE : Etude sur la maintenance des infrastructures sociales dans les pays de l UEMOA ORGANES D EXECUTION : Commission

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN PRESTATIRE POUR LE SUIVI POST PROJET DU PROGRAMME D APPLICATION DE LA REFORME

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN PRESTATIRE POUR LE SUIVI POST PROJET DU PROGRAMME D APPLICATION DE LA REFORME MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L HYDRAULIQUE ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES SECRETARIAT GENERAL DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES EN EAU PROGRAMME D APPLICATION DE LA REFORME BURKINA FASO Unité- Progrès-

Plus en détail

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A)

Les 4 Temps du management 2011 au titre de l'année 2010 (Groupe A) DIRECTION DES SERVICES FINANCIERS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département Développement des compétences et parcours de carrière Contact Nathalie GIGOT Tél : 01 41 90 34 66 Fax : 01 41 90 34 09 E-mail

Plus en détail

Projet pôles régionaux de développement / Appui au développement urbain décentralisé (PRD)

Projet pôles régionaux de développement / Appui au développement urbain décentralisé (PRD) MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE --------------- SECRETARIAT GENERAL --------------- PROJET POLES REGIONAUX DE DEVELOPPEMENT / APPUI AU DEVELOP- PEMENT

Plus en détail

CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME MAJEUR GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME MAJEUR GESTION DES RESSOURCES NATURELLES COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL CILSS SECRETARIAT EXECUTIF PROGRAMME MAJEUR GESTION DES RESSOURCES

Plus en détail

ETUDE D EVALUATION PORTANT SUR LE PARTENARIAT DE COOPERATION PORTO NOVO/GRAND-LYON ET LYON

ETUDE D EVALUATION PORTANT SUR LE PARTENARIAT DE COOPERATION PORTO NOVO/GRAND-LYON ET LYON GRAND LYON F3E ETUDE D EVALUATION PORTANT SUR LE PARTENARIAT DE COOPERATION PORTO NOVO/GRAND-LYON ET LYON Rapport résumé Mamadou Sembene Ousmane Orou-Toko Novembre 2009 1. Présentation générale Contexte

Plus en détail

SEMINAIRE FAR RABAT. Plates-formes d acteurs pour favoriser l entreprenariat et l insertion des jeunes en milieu rural au Togo

SEMINAIRE FAR RABAT. Plates-formes d acteurs pour favoriser l entreprenariat et l insertion des jeunes en milieu rural au Togo SEMINAIRE FAR RABAT Atelier 2.2 : Conditions pour une installation durable des jeunes en agriculture. Quels types d accompagnement? Plates-formes d acteurs pour favoriser l entreprenariat et l insertion

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS

4.2 Cadre institutionnel d élaboration de la SNDS REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de l Economie et des Finances Direction de la Prévision et de la Statistique (DPS) FEUILLE DE ROUTE DE L ANSD Présentation de la situation du Sénégal

Plus en détail

Charte béninoise des services essentiels

Charte béninoise des services essentiels Charte béninoise des services essentiels Projet 1. Préface par le Président de la République 2. Code de gestion durable des services essentiels 3. Résolution du Quadrilogue du 24 mai 2006 4. Programme

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX

RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX 1 RÉFÉRENTIEL DES MEDECINS CONSEILLERS TECHNIQUES RESPONSABLES DEPARTEMENTAUX La santé des élèves constitue un enjeu d'importance pour l'ecole : son incidence sur les apprentissages et la réussite scolaire,

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale (RECAN)

Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale (RECAN) PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT ASSEMBLEE NATIONALE Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale Programme de Renforcement des Capacités de l Assemblée Nationale (RECAN)

Plus en détail

Texte Référent du Plan Régional d Action

Texte Référent du Plan Régional d Action L'Education à l'environnement vers un Développement Durable : une démarche partagée Ce texte est entendu comme référent éthique pour les acteurs de l EEDD en Pays de la Loire. Il donne les grandes lignes

Plus en détail

Le Département de Loire-Atlantique, représenté par son Président, agissant en sa qualité d exécutif du Département.

Le Département de Loire-Atlantique, représenté par son Président, agissant en sa qualité d exécutif du Département. CONVENTION Relative à la mise en œuvre des actions de prévention spécialisée sur les territoires des villes de Nantes, Saint-Herblain et Rezé ENTRE Le Département de Loire-Atlantique, représenté par son

Plus en détail

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT DE L EAU ET DE L ASSINISSEMENT ------------- DIRECTION NATIONALE DE L HYDRAULIQUE -------------- TERMES DE REFERENCE : RECRUTEMENT

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1

CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS. Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 CAHIER DES CHARGES POUR L EVALUATION DU PROJET EDUCATIF LOCAL BRESTOIS Mission Projet Educatif Local Direction Education Enfance Socioculturel Page 1 SOMMAIRE I / Préambule II/ Remarques générales et préalables

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08 La Banque mondiale au Maroc Activités en bref Oct. 08 1 La Stratégie de coopération Maroc/Banque mondiale La nouvelle Stratégie de Coopération approuvée le 19 mai 2005 par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

Session 1 : Enjeux de la gestion et l entretien des installations d assainissement en Afrique de l Ouest

Session 1 : Enjeux de la gestion et l entretien des installations d assainissement en Afrique de l Ouest Atelier International Novembre 2013 - Ouagadougou Session 1 : Enjeux de la gestion et l entretien des installations d assainissement en Afrique de l Ouest Date : 27 novembre 2013 - matinée Problématique

Plus en détail

ORIENTATIONS SECTORIELLES 2014-2016 PÔLE DE COMPÉTENCES CULTURE BIBLIOTHÈQUES ET PATRIMOINES

ORIENTATIONS SECTORIELLES 2014-2016 PÔLE DE COMPÉTENCES CULTURE BIBLIOTHÈQUES ET PATRIMOINES ORIENTATIONS SECTORIELLES 2014-2016 PÔLE DE COMPÉTENCES CULTURE BIBLIOTHÈQUES ET PATRIMOINES Contexte et principales évolutions - Bibliothèques et patrimoines Le rôle et les missions des bibliothèques

Plus en détail

«Réflexion exploratoire sur un référentiel de formation des acteurs du CAR pour la région de Diourbel»

«Réflexion exploratoire sur un référentiel de formation des acteurs du CAR pour la région de Diourbel» Direction Régionale de Diourbel «Réflexion exploratoire sur un référentiel de formation des acteurs du CAR pour la région de Diourbel» L ANCAR est responsable de l ensemble de l exécution de la Composante

Plus en détail

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation

L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L approche budgétaire au Burkina Faso : situation actuelle et innovations en vue de la responsabilisation L objet de cette communication est de décrire brièvement l approche budgétaire comme instrument

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation

PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation CONSEIL D'ADMINISTRATION PLAN PLURIANNUEL D ÉVALUATION 2014 2016 DES PROGRAMMES D INTERVENTION DE L AGENCE ------ Rapport de présentation L évaluation des politiques publiques a été introduite au sein

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI

EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI EVOLUTION DU CHAMP DE LA FORMATION EN TRAVAIL SOCIAL AU MALI Sidiki TRAORE Professeur Directeur Général de l Institut National de Formation des Travailleurs Sociaux INFTS Bamako,Mali INTRODUCTION Deux

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire

Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire Restitution du rapport final Orléans, 2 mai 2013 Sommaire

Plus en détail