Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006"

Transcription

1 Tribunal de première instance de Bruxelles - Jugement du 8 novembre 2006 Exercices d'imposition 1998 à 2002 Arrêt Avocats: Maître Nathalie Hollasky, loco Maître Gérard van den Berg - pour les requérants III. Discussion 1.Les demandeurs ont conclu le 24 septembre 1987, un premier bail de location d un immeuble situé à Uccle, rue..., 46 (pièce B1 85 du dossier administratif). Un second bail portant sur cet immeuble a été conclu le 12 septembre 1996 par le seul demandeur, outre le bailleur (pièce B1 76 du dossier administratif). Le 25 juin 1996, les demandeurs ont sous-loué une partie de cet immeuble à la SPRL S dont la demanderesse était la gérante. Ils ont déclaré le revenu provenant de la sous-location à titre de revenus divers. Par des avis de rectification des 7 août 2000 et 26 juin 2003, (pièces B1 61 et B1 33 dans la cause RG n 2004/6880/A du dossier administratif), le fonctionnairetaxateur a estimé que les loyers provenant de la sous-location d une partie de l immeuble sont imposables à titre de rémunérations de dirigeant d entreprise, sur base des articles 32 et 33 du CIR Après avoir cité l article 344, 1er, du CIR 1992, les avis de rectification de la déclaration mentionnent que la sous-location avait pour but d éluder l impôt ou d en réduire la charge et considèrent, sur base des éléments de fait qui y sont mentionnés, que le contrat de sous-location est simulé et qu il sera dès lors, considéré comme inexistant. 2.Les demandeurs soutiennent que les avis de rectification de la déclaration sont nuls pour défaut de motivation, en ce que le fonctionnaire-taxateur, après avoir cité l article 344, 1er, du CIR 1992, ne fait pas application de cette disposition, mais de la théorie de la simulation. Les avis de rectification précités fondent les taxations litigieuses sur la théorie de la simulation, en ce qu ils précisent, sur base des éléments de fait qui y sont mentionnés, que le contrat de sous-location sera considéré comme inexistant.

2 La circonstance que le fonctionnaire-taxateur cite de manière superflue l article 344, 1er, du CIR 1992 puisqu il fait application de la simulation, n implique pas nécessairement que les avis de rectification de la déclaration ne sont pas légalement motivés. Ces avis en l espèce, mentionnent les éléments de fait sur base desquels le fonctionnaire-taxateur a considéré le contrat de sous-location comme simulé, ce qui permettait aux demandeurs de comprendre le point de vue de l administration et d exercer leurs droits de la défense. Ils ont d ailleurs répondu à ces avis de rectification de la déclaration en faisant valoir que d une part, le contrat de sous-location a une existence réelle et n a pas été conclu pour éviter l impôt et que d autre part, l article 344, 1er, du CIR 1992 ne peut s appliquer en l absence d une autre qualification possible pour les loyers de la sous-location. Les avis de rectification de la déclaration sont en conséquence, suffisamment motivés, en ce qu ils ont permis aux demandeurs de comprendre la position de l administration et d y opposer la leur. 2.Le défendeur soutient que le contrat de sous-location entre les demandeurs et la SPRL S est simulé, en ce qu ils n ont pas respecté toutes les conséquences juridiques des actes qu ils ont conclus. Tant le bail principal du 24 septembre 1987 que celui du 12 septembre 1986 interdit la sous-location, de sorte que le contrat de sous-location du 25 juin 1996 conclu par les demandeurs viole cette interdiction. La simulation suppose l existence de deux actes concomitants : un acte apparent, destiné à être opposé aux tiers, et un acte secret qui seul correspond à la volonté des parties et détruit tout ou partie des effets juridiques de l acte apparent. Lorsque les tiers ont démontré que l acte apparent ne correspond pas à la volonté réelle des parties parce qu elles n en acceptent pas toutes les conséquences juridiques, ils peuvent se prévaloir de l acte secret. En l espèce, le défendeur admet la réalité de l occupation d une partie de l immeuble par la SPRL S. La violation de l interdiction de sous-louer l immeuble qui fait l objet du bail principal implique que les demandeurs n ont pas respecté cette obligation prévue dans le bail principal, ce qui peut éventuellement engager leur responsabilité contractuelle vis-à-vis de leur bailleur, mais ne signifie pas que le contrat de

3 sous-location ne correspond pas à la réalité, d autant plus que le défendeur ne conteste pas que la SPRL S a obtenu la jouissance d une partie de cet immeuble. Il en va de même de l interdiction d affecter le bien à l exercice d une activité professionnelle prévue par le second bail principal. D après le défendeur, le contrat de sous-location conclu avec la SPRL S le 25 juin 1996, est antérieur au second bail principal conclu le 12 septembre 1996, de sorte qu une partie de l immeuble a été sous-louée par les demandeurs pour une période non encore couverte par un bail principal avec le propriétaire. Le contrat de sous-location du 25 juin 1996 couvre la période du 1er juillet 1996 au 28 février 2005 (pièce B1 93 du dossier administratif). Le premier contrat de bail principal couvre la période du 1er mars 1988 au 28 février 1997 (pièce B1 86 du dossier administratif). Le second bail principal a été signé le 12 septembre 1996 et couvre la période du 1er mars 1997 au 28 février 2005 (pièce B1 78 du dossier administratif). Pour la période du 1er juillet 1996, date à laquelle le contrat de sous-location a pris cours, au 28 février 1997, les demandeurs disposaient de la jouissance de l immeuble dont ils ont sous-loué une partie, en vertu du premier contrat de bail principal. A partir du 1er mars 1997 jusqu au 28 février 2005, ils avaient la jouissance de cet immeuble sur base du second contrat de bail. Ainsi, pour la période couverte par le contrat de sous-location, les demandeurs avaient la jouissance de l immeuble sous-loué en vertu de premier, puis du second contrat de bail principal. Ils n ont dès lors pas concédé plus de droits qu ils n en possédaient eux-mêmes en sous-louant une partie de ce bien. Le défendeur relève qu un loyer a été payé par la SPRL S alors que le contrat de sous-location n était pas encore en cours et que les modalités de payement des loyers prévues par le contrat de sous-location n ont pas été respectées, au moins pour les années 1997 et Ces constatations ne signifient pas que le contrat de sous-location est simulé. En effet, la simulation implique que les tiers, dont l administration fiscale, peuvent écarter l acte apparent dont les parties n ont pas respecté les effets juridiques et se prévaloir de l acte secret qui correspond à la volonté réelle des parties.

4 La violation des modalités de payement des loyers n autorise pas en l espèce, le défendeur à écarter le contrat de sous-location (acte apparent) pour se prévaloir de l absence de sous-location (acte secret), à défaut de démontrer que ce contrat n a pas d objet réel, à savoir, l absence d une réelle mise à disposition de la SPRL S d une partie de l immeuble. Le défendeur soutient encore que les loyers payés par la SPRL S en vertu du contrat de sous-location sont une fois et demi plus élevés que la quote-part du loyer payée au propriétaire pour la partie de l immeuble sous-loué. Ce loyer serait donc manifestement excessif et une partie de celui-ci viserait autre chose que la mise à disposition d une partie de l immeuble. Le défendeur peut se prévaloir de la simulation de la cause du payement de tout ou partie du loyer par la SPRL S, à la condition de démontrer qu il n a pas été payé en contre-partie de la jouissance d une partie de l immeuble mais pour une autre cause. Le contrat de sous-location prévoit que le loyer mensuel est de anciens francs toutes charges comprises, telles que les consommations d eau, de gaz et d électricité, les impôts et taxes, les assurances, l entretien et le nettoyage (pièce B1 93 du dossier administratif). Le loyer prévu par le contrat de bail principal ne comporte pas les coûts des consommations ni les taxes relatives au bien loué, qui sont à la charge du preneur (pièces B1 79 et B1 87 du dossier administratif). Les loyers prévus par le contrat de bail principal et par le contrat de souslocation ne peuvent pas être comparés sans déduire les frais de consommations du loyer versé par la SPRL S puisque le bail de sous-location fixe le montant du loyer toutes charges comprises, ce qui n est pas le cas du bail principal. Il n est dès lors pas établi que le loyer de la sous-location serait une fois et demi plus élevé que la quote-part du loyer du bail principal qui correspond à la partie sous-louée de l immeuble. Le défendeur ne démontre pas davantage que le loyer de la sous-location serait excessif, ce qui ne résulte pas du seul fait qu il est plus élevé que le loyer principal, ni que tout ou partie du loyer de la sous-location aurait une autre cause que la contre-partie de la jouissance de l immeuble par le SPRL S, dont il reconnaît la réalité.

5 3.Le défendeur demande que le contrat de sous-location ne lui soit pas opposé en ce qu il viole plusieurs dispositions légales. Il s agit de l article 1717 du Code civil, suivant lequel le preneur peut sous-louer le bien sauf si cette faculté lui a été interdite, et de l article 1728 du même Code suivant lequel, le preneur doit user de la chose suivant la destination qui lui a été donnée par le contrat de bail. Le défendeur soulève encore la violation de l article 4, 2, de la loi du 20 février 1991 concernant les règles particulières aux baux relatifs à la résidence principale du preneur, suivant lequel le preneur peut sous-louer une partie du bien avec l accord du bailleur, et la violation de l article 19 du Code des droits d enregistrement. D après la jurisprudence de la Cour de cassation dont le défendeur se prévaut, " l administration peut demander qu un acte juridique ne lui soit pas opposé lorsqu il viole une règle de droit d ordre public en vue d éluder des impôts " (Cass., 5 mars 1999, Les dispositions précitées du Code civil et de la loi du 20 février 1991 ne sont pas d ordre public, de sorte que cette jurisprudence n est pas applicable. Le bail de sous-location ne peut être inopposable à l administration du seul fait qu il n a pas été enregistré. Contrairement à ce que soutient le défendeur, il n y a pas simulation lorsque les parties accomplissent des actes dont elles acceptent toutes les conséquences, en vue de bénéficier d un régime fiscal plus favorable, mais qui violent une disposition légale. Cette thèse se fonde sur une interprétation de l arrêt de la Cour de cassation du 8 juin 1961, suivant lequel, " il n y a ni simulation prohibée à l égard du fisc, ni partant fraude fiscale, lorsque, en vue de bénéficier d un régime fiscal plus favorable, les parties, usant de la liberté des conventions, sans toutefois violer aucune obligation légale, établissent des actes dont elles acceptent toutes les conséquences, même si la forme qu elles leur donnent n est pas la plus normale " (Cass., 8 juin 1961, Pas., 1961, I, p.1083). Cet attendu ne vise pas la violation d une disposition légale, mais d une obligation légale. Il signifie que les parties ne violent aucune obligation légale lorsque, usant de la liberté des conventions, elles établissent des actes dont elles

6 acceptent toutes les conséquences en vue de bénéficier d un régime fiscal plus favorable. Si les parties acceptent toutes les conséquences de leurs actes, mais que ceux-ci violent une disposition légale, il ne peut se déduire de cet arrêt qu il y a simulation (J. Kirkpatrick, " L opposabilité au fisc des conventions illicites non simulées ", J.T. 2000, p. 193). 4.Le défendeur soutient sur base de l article 344, 1er, du CIR 1992 que le contrat de sous-location lui est inopposable, à savoir qu il peur agir comme si ce contrat n existait pas, sans qu il soit nécessaire de requalifier cet acte. D après l article 344, 1er, du CIR 1992, " n est pas opposable à l administration des contributions directes, la qualification juridique donnée par les parties à un acte ainsi qu à des actes distincts réalisant une même opération lorsque l administration constate, par présomptions ou par d autres moyens de preuve visés à l article 340, que cette qualification a pour but d éviter l impôt, à moins que le contribuable ne prouve que cette qualification réponde à des besoins légitimes de caractère financier ou économique ". Pour faire usage de cette disposition, l administration doit donner à l acte une autre qualification que celle choisie par les parties qui respecte les effets juridiques de cet acte. En effet, " il découle de ce texte, comme des travaux préparatoires de la loi du 22 juillet 1993 qui a introduit cette disposition dans le Code des impôts sur les revenus 1992, que seule la qualification d un acte peut être rendue inopposable à l administration fiscale et que celle-ci ne peut, partant, lui donner une autre qualification qu en respectant les effets juridiques de cet acte ; Attendu que l arrêt énonce que l article 344, 1er, " ne prévoit pas l identité des effets juridiques entre l opération requalifiée et l opération présentée au fisc " ; Qu en s abstenant de vérifier si les effets de l opération nouvellement qualifiée et ceux de l opération initialement qualifiée étaient similaires, l arrêt ne justifie pas légalement sa décision de faire application de l article 344, 1er ; " (Cass., 4 novembre 2005, n F F, A défaut de donner à l acte une autre qualification que celle choisie par les parties et de démontrer que les effets juridiques de cette autre qualification respectent les effets juridiques de cet acte, le défendeur ne peut faire application de l article 344, 1er, du CIR 1992 afin que la qualification du contrat de souslocation lui soit inopposable.

7 En conséquence, les demandes seront déclarées fondées. ** ** ** PAR CES MOTIFS, LE TRIBUNAL, siégeant en premier ressort, Statuant contradictoirement, Vu la loi du 15 juin 1935 sur l emploi des langues en matière judiciaire; Joint les causes inscrites au rôle général sous les numéros 2001/5549/A, 2001/8997/A et 2004/6880/A ; Déclare les demandes recevables et fondées; Ordonne de recalculer les suppléments de cotisation à l impôt des personnes physiques des exercices d imposition 1998, 1999, 2001 et 2002, établis dans le chef des demandeurs sous les articles de rôle , , et , en considérant que les loyers perçus du chef de la sous-location litigieuse sont imposables à titre de revenus divers ; Ordonne de recalculer la cotisation primitive à l impôt des personnes physiques de l exercice d imposition 2000, établie dans le chef des demandeurs sous l article de rôle , en considérant que les loyers perçus du chef de la sous-location litigieuse sont imposables à titre de revenus divers ; Ordonne le dégrèvement de ce qui a été enrôlé en excédent ; Condamne le défendeur à restituer, avec les intérêts moratoires, toutes sommes indûment payées du chef des cotisations ainsi dégrevées; Condamne le défendeur aux dépens de l instance Tribunal : Mme M. MORIS, juge unique

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles

Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Tribunal de Ière Instance de Bruxelles Jugement du 17 novembre 2004 - Rôle n 2001/15288/A Exercice d'imposition 1992 Arrêt Avocats: Maître Benoît Philippart de Foy - pour la requérante I. Objet et recevabilité

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

Maître Raphaël Alvarez, loco Maître Gérard Martin - pour la requérante Maître Vincent Bodson, loco Maître Marc Libert - pour l Etat Belge

Maître Raphaël Alvarez, loco Maître Gérard Martin - pour la requérante Maître Vincent Bodson, loco Maître Marc Libert - pour l Etat Belge Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 2 février 2005 Rôle n 1998/8003/A Arrêt Avocats: Maître Raphaël Alvarez, loco Maître Gérard Martin - pour la requérante Maître Vincent Bodson, loco

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 8 novembre 2006 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 8 novembre 2006 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 8 novembre 2006 - Rôle n 1997/FR/345 - Exercices d'imposition 1993 et 1994 Arrêt Avocats: Maître André Bailleux - pour les requérants Maître Olivier Slusny - pour l

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Numéro du rôle : 3892. Arrêt n 182/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3892. Arrêt n 182/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3892 Arrêt n 182/2006 du 29 novembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 57 du Code des impôts sur les revenus 1992, tel qu'il était en vigueur avant

Plus en détail

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant

Ci-après désigné «le preneur» ET : Cas de figure : M.., demeurant CONVENTION DE LOCATION AUX FINS D UN HEBERGEMENT TEMPORAIRE (convention tripartite entre un bailleur privé 1 fournissant le logement, le logeur 2 tenu de l obligation d hébergement, et l occupant hébergé)

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 DECEMBRE 2007 F.05.0098.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N F.05.0098.F ETAT BELGE, représenté par le ministre des Finances, dont le cabinet est établi à Bruxelles, rue de la Loi, 12, poursuites

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 11 JUIN 2007 C.06.0255.N/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.06.0255.N D. J., Me Paul Wouters, avocat à la Cour de cassation, contre KBC ASSURANCES, société anonyme. I. La procédure devant la Cour

Plus en détail

Numéro du rôle : 4721. Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4721. Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4721 Arrêt n 58/2010 du 27 mai 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 11, III, de la section IIbis («Des règles particulières aux baux commerciaux») du

Plus en détail

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s)

M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président. SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 11 avril 2012 N de pourvoi: 11-15429 Publié au bulletin Rejet M. Gérard (conseiller doyen faisant fonction de président), président SCP Boré et

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars

L an deux mil quatorze Et le dix-huit mars KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE du 18 mars 2014 RG N 402/14 --------------- La Société Immobilière de Gestion et de Management

Plus en détail

FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 "LE BAIL A LOYER"

FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 LE BAIL A LOYER FORMATION DE BASE RBDH 22 OCTOBRE 2012 "LE BAIL A LOYER" Par Mme Jémy NZEYIMANA Juriste, Coordinatrice Table du Logement Habitat et Rénovation asbl 1 I. INTRODUCTION II. CONTRAT DE BAIL EN GENERAL III.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 10 mars 2010 N de pourvoi: 09-10793 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats, président Mme Proust, conseiller apporteur M. Petit, avocat général SCP

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 8 JANVIER 2015 C.14.0268.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.14.0268.F ELECTRABEL CUSTOMER SOLUTIONS, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Simon Bolivar, 34, demanderesse

Plus en détail

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE COUR DE CASSATION BURKINA FASO ------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ Dossier n 104/08 ---------- Arrêt n 24 du 07 juillet 2011 AUDIENCE PUBLIQUE du 07 juillet 2011

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Yves TAPELLA d Esch-sur-Alzette du 6 mai 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Yves TAPELLA d Esch-sur-Alzette du 6 mai 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du vingt-et-un octobre deux mille dix. Numéro 34827 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller,

Plus en détail

Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010. Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations

Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010. Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations Délibération n 2010-296 du 13 décembre 2010 Origines ultramarines Cautions Accès aux crédits Rappel à la loi Recommandations Le réclamant, d origine antillaise souhaitait souscrire un prêt afin de financer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ ENTRE LES SOUSSIGNÉS : annexe 4 Modèles de convention d occupation précaire 1. Convention d hébergement ENTRE L HÉBERGEANT ET L HÉBERGÉ CAS DE FIGURE Le propriétaire des locaux frappés d un arrêté de police tenu à l obligation

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIETE CREDIT LYONNAIS AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Ouillon Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 0902989 SOCIETE CREDIT LYONNAIS M. Ouillon Rapporteur M. Toutain Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 16/03/2014 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 février 2014 N de pourvoi: 13-10174 ECLI:FR:CCASS:2014:C300128 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

AXA ROYALE BELGE, société anonyme, anciennement dénommée Royale. Belge 1994, dont le siège social est établi à Watermael-

AXA ROYALE BELGE, société anonyme, anciennement dénommée Royale. Belge 1994, dont le siège social est établi à Watermael- 16 NOVEMBRE 2001 C.00.0139.F/1 N C.00.0139.F AXA ROYALE BELGE, société anonyme, anciennement dénommée Royale Belge 1994, dont le siège social est établi à Watermael- Boitsfort, boulevard du Souverain,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 -

Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Cour d'appel de Bruxelles - Arrêt du 12/10/2000 - Objet du litige. Le litige concerne la taxation par l'administration d'avantages en nature, à savoir le paiement par l'employeur du requérant de primes

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame...

CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame... CONTRAT DE BAIL POUR UN APPARTEMENT Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilies a... ci-apres denomme bailleur - et 2. Monsieur... et madame... domicilie actuellement a... ci-apres denomme locataire

Plus en détail

N 10/00111 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00111 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00111 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDEUR : M. X Nationalité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. N 30 / 11. du 5.5.2011. Numéro 2854 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente de

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

Numéro du rôle : 4672. Arrêt n 7/2010 du 4 février 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4672. Arrêt n 7/2010 du 4 février 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4672 Arrêt n 7/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 96, deuxième tiret, du décret flamand du 19 décembre 2008 contenant diverses mesures d

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Pour qu il y ait location d immeuble, il faut qu il y ait un «bail» Le bail est le contrat par lequel une personne (appelée le bailleur) s engage à faire jouir une autre personne

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD. Cinquième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Frédéric MIRA Mise à jour de Nathalie GIRAUD SAVOIR LOUER Cinquième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2005, 2007 De Particulier à Particulier,

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS

CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS CONTRAT DE LOCATION LOCAUX VACANTS D après la loi n 89-462 du 6 juillet 1989 (JO 08/07 /89) modifiée par la loi du 21 juillet 1994 (JO 24/07/94) Le présent contrat de location est composé: d'une première

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Boré et Salve de Bruneton, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Boré et Salve de Bruneton, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 22 novembre 2011 N de pourvoi: 10-23125 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Favre (président), président SCP Baraduc et Duhamel, SCP

Plus en détail

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre.

N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. N 12 / 08. du 6.3.2008. Numéro 2485 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, six mars deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de la Cour,

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

CONTRAT DE SOUS-LOCATION D UN LOCAL D HABITATION

CONTRAT DE SOUS-LOCATION D UN LOCAL D HABITATION CONTRAT DE SOUS-LOCATION D UN LOCAL D HABITATION Le présent contrat est exclu du champ d'application des lois N 48-1360 du 01.09.1948 et 89-462 du 06.07.1989 modifiée à l'exception de l'article 8 Entre

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

L an deux mil quatorze. Et le vingt-trois juillet. Nous, DJEDJET-GOLLY Séraphin, Viceprésident

L an deux mil quatorze. Et le vingt-trois juillet. Nous, DJEDJET-GOLLY Séraphin, Viceprésident REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ---------------- ORDONNANCE DE REFERE ---------------- RG N 1962/14 du 23/7/2014 ------------------- Société

Plus en détail

L an deux mil quatorze Et le quatorze août

L an deux mil quatorze Et le quatorze août KF/AN REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE - COUR D APPEL D ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE ---------------- RG N 2127/ 2014 MONSIEUR ANTHONY ELIJAH C/ MONSIEUR KAMAGATE IBRAHIM ------

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Garreau, Bauer-Violas et Feschotte-Desbois, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 14 mai 2014 N de pourvoi: 13-10180 ECLI:FR:CCASS:2014:C100517 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 27 MAI 2013 S.11.0060.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0060.F A. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010)

Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) Fiche pratique n 12 : la location meublée (1/03/2010) La location meublée consiste à mettre à la disposition d un locataire un logement comportant des meubles indispensables à la vie quotidienne. Le régime

Plus en détail

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 8 Septembre / octobre 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT :

IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : GUIDE DE L HÉBERGEMENT ET DU LOGEMENT L occupant hébergé Ci-après désigné par les mots «L occupant hébergé» IL A ÉTÉ CONVENU CE QUI SUIT : CONDITIONS PARTICULIERES Article 1 - Objet de la convention La

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 27/04/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 11 avril 2012 N de pourvoi: 11-15548 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Piwnica et Molinié, SCP

Plus en détail

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier?

La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? La taxe foncière est-elle une charge récupérable par le propriétaire immobilier? par Maître Philippe Imbert Avocat à la Cour www.atelier-taxeslocales.fr Résumé : le bail d habitation (loi du 6 juillet

Plus en détail

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux

Stage de Préparation à l Installation 4. Les différents baux Stage de Préparation à l Installation 4. 4.1. Le Bail Commercial 4.2. Convention Précaire et Bail de trois ans ans 4.3. Bail Professionnel et Bail Mixte 4.4. Pas de Porte et Droit au Bail 4.1. Le bail

Plus en détail

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4

1. Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux?... 4 Table des matières Introduction 1 Note préliminaire : la réforme institutionnelle 2 1 Quel commerce est visé par la loi sur les baux commerciaux? 4 11 Existence d un bail 4 12 Le commerce de détail 5 121

Plus en détail

Numéro du rôle : 4100. Arrêt n 84/2007 du 7 juin 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4100. Arrêt n 84/2007 du 7 juin 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4100 Arrêt n 84/2007 du 7 juin 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12, 1er, et 253 du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par la Cour d appel

Plus en détail

Création d entreprise & locaux

Création d entreprise & locaux Création d entreprise & locaux 1. Achat ou location Achat d'un local Le droit de propriété offre un avantage évident pour l'entrepreneur : celui d'être chez lui! Sous réserve des réglementations telles

Plus en détail

Service des Litiges de BRUGEL

Service des Litiges de BRUGEL Service des Litiges de BRUGEL X / SIBELGA (dossier R12-0014) DECISION La plainte, introduite pour X par Infor GazElec, le... 2012, porte sur le tarif «bris de scellés», choisi par Sibelga pour le calcul

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX NEWSLETTER N 5 Février 2010 / mars 2010 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris I / Etude La saisie conservatoire sur les comptes bancaires

Plus en détail

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION

CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION CONTRAT DE BAIL POUR UNE MAISON D HABITATION Entre : 1. Monsieur... et Madame... domicilié(s) à... - ci-après dénommé bailleur - et 2. Monsieur... et Madame... domicilié(s) actuellement à... - ci-après

Plus en détail

Fiscalité. «Vous, votre entreprise et votre patrimoine face aux nouveaux moyens d actions du fisc» Présentation à la demande de la Banque ING

Fiscalité. «Vous, votre entreprise et votre patrimoine face aux nouveaux moyens d actions du fisc» Présentation à la demande de la Banque ING Fiscalité «Vous, votre entreprise et votre patrimoine face aux nouveaux moyens d actions du fisc» Présentation à la demande de la Banque ING Ans 12 juin 2012 Liège 18 juin 2012 Jean-Luc Wuidard Avocat

Plus en détail

Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant. Etude

Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant. Etude Fotolia Le respect de l usage d habitation de la résidence principale PAR Victoire DE BARY Avocat Associé Océan avocat www.oceanavocats.com Dans son article 2, la loi 89-462 du 6 juillet réglementant les

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s)

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 8 juillet 2010 N de pourvoi: 08-45287 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq juillet deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq juillet deux mille douze. N 44 /12. du 5.7.2012. Numéro 3013 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, cinq juillet deux mille douze. Composition: Léa MOUSEL, conseillère à la

Plus en détail

Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 13 mars 2012 N de pourvoi: 11-12232 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE MEUBLES DE TOURISME

CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE MEUBLES DE TOURISME CONTRAT DE LOCATION SAISONNIERE MEUBLES DE TOURISME Madame, Monsieur, Nous avons le plaisir de vous proposer la réservation de notre meublé de tourisme. Espérant que cette proposition retiendra votre attention,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4299. Arrêt n 127/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T

Numéro du rôle : 4299. Arrêt n 127/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T Numéro du rôle : 4299 Arrêt n 127/2008 du 1er septembre 2008 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 75, 3, du Code des impôts sur les revenus 1992, posée par le Tribunal de

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 novembre 2014 N de pourvoi: 13-16378 ECLI:FR:CCASS:2014:C101416 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Célice, Blancpain

Plus en détail

Contrat de sous-location

Contrat de sous-location Contrat de sous-location Description : Une sous-location est une opération dans laquelle le locataire d un logement accepte de louer une pièce du logement qu il occupe ou ce logement dans son ensemble.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 373858 ECLI:FR:CESSR:2015:373858.20150605 Mentionné dans les tables du recueil Lebon 9ème / 10ème SSR M. Julien Anfruns, rapporteur Mme Emilie Bokdam-Tognetti, rapporteur public SCP ORTSCHEIDT,

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

Requalification d'un contrat de travail - lien de subordination - assujettissement à la sécurité sociale des travailleurs salariés - indépendants

Requalification d'un contrat de travail - lien de subordination - assujettissement à la sécurité sociale des travailleurs salariés - indépendants Requalification d'un contrat de travail - lien de subordination - assujettissement à la sécurité sociale des travailleurs salariés - indépendants Cour du travail de Bruxelles (8e ch.) - Arrêt du 4 septembre

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence

Droit du travail - Jurisprudence. Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Contentieux ARTT : revirement de jurisprudence Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 24 novembre 2010 N de pourvoi : 08-44181 08-44182 08-44184 08-44185 08-44186 Cassation Dans un arrêt

Plus en détail

Rémunérations alternatives et flexibles Le plan cafétéria: la solution?

Rémunérations alternatives et flexibles Le plan cafétéria: la solution? Rémunérations alternatives et flexibles Le plan cafétéria: la solution? Jean-Paul Lacomble Avocat associé Nadège Toussaint Avocat senior associate Les petits déjeuners de l ADP, Liège, le 10 octobre 2014

Plus en détail

Numéro du rôle : 5830. Arrêt n 25/2015 du 5 mars 2015 A R R E T

Numéro du rôle : 5830. Arrêt n 25/2015 du 5 mars 2015 A R R E T Numéro du rôle : 5830 Arrêt n 25/2015 du 5 mars 2015 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 42, alinéas 1er et 2, de la loi du 30 juillet 2013 portant des dispositions diverses et de

Plus en détail

Contrat de bail de parking et garage

Contrat de bail de parking et garage Contrat de bail de parking et garage CONTRAT DE BAIL DE PARKING ET GARAGE 2/7 Bail de parking et garage entre (nom(s), prénom(s), adresse, raison sociale, siège social) : 1... Soussigné(e)(s) de première

Plus en détail

Contrat de bail commercial

Contrat de bail commercial Lettres & contrats pour les entrepreneurs indépendants Louer Contrat de bail commercial Un contrat de bail commercial ne doit pas nécessairement être aussi étendu qu on le croit généralement. En effet,

Plus en détail

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T

Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454. Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T Numéros du rôle : 4381, 4425 et 4454 Arrêt n 137/2008 du 21 octobre 2008 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l article 1258 du Code judiciaire, tel qu il a été remplacé par l

Plus en détail

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES

LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES LA VIE DE L ENTREPRISE, ASPECTS JURIDIQUES SOMMAIRE I. Le contrat de travail II. Le bail à loyer III. Le contrat de prestation de services IV. Le recouvrement de créances V. La protection du contenu d

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E COUR DE CASSATION SOC. PRUD'HOMMES Audience publique du 3 novembre 2010 Mme PERONY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président Arrêt no 2037 F-D Pourvoi no Y 09-67.493 Aide juridictionnelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons

Commentaire. Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011. (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Commentaire Décision n 2011-132 QPC du 20 mai 2011 (M. Ion C.) Incapacité et interdiction d exploiter un débit de boissons Par arrêt en date du 24 mars 2011 (n 490), la troisième chambre civile de la Cour

Plus en détail

COUR DU TRAV AIL DE BRUXELLES

COUR DU TRAV AIL DE BRUXELLES .. : ' ";: F>:.. ' li!' R.G. NO2009/AB/52348 1er feuillet Rep.N 20111 YG:/l.. COUR DU TRAV AIL DE BRUXELLES ARRET AUDIENCE PUBLIQUE DU 16 FEVRIER 2011 8ème Chambre CPAS - intégration sociale Notification:

Plus en détail