I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS"

Transcription

1 1 I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS Définition Un semi-conducteur est un solide qui est isolant au zéro absolu et conducteur à la température ambiante. Propriétés Dans un semi-conducteur, tout se passe comme si la conduction du courant était due à deux types de particules : les électrons (comme dans un métal) les trous, de charge opposée à celle de l électron. Dans un semi-conducteur parfaitement pur (semi-conducteur «intrinsèque») la densité d électrons n est égale à la densité de trous p : pour le silicium n = p = cm -3. Définition Un semi-conducteur dopé est un semi-conducteur dans lequel on a ajouté délibérément des très petites quantités d impuretés bien choisies (typiquement à cm -3 ) qui modifient complètement les propriétés de conduction du matériau.

2 2 Deux types d impuretés : les donneurs (impuretés pentavalentes dans Si tétravalent), par exemple P, les accepteurs (impuretés trivalentes dans Si), par exemple B. Propriétés Les donneurs ont un électron de valence en surnombre qui est «libre» à la température ambiante, donc susceptible de participer à la conduction. Les accepteurs ont un déficit d électrons de valence par rapport aux atomes de Si ; cette lacune ou trou est susceptible de se déplacer sous l effet d un champ électrique comme si c était une particule chargée positivement. Dans un semi-conducteur à l équilibre thermodynamique (dopé ou intrinsèque), la loi d action de masse s écrit : n p = n i 2 ( = cm -6 pour Si à la température ambiante) Définitions Un semi-conducteur où les donneurs sont majoritaires est dit «semi-conducteur n». Un semi-conducteur où les accepteurs sont majoritaires est dit «semi-conducteur p». Définition La mobilité d un porteur de charge libre (électron ou trou) est le rapport de sa vitesse v au champ électrique E qui lui est appliqué : v = µ E Ordre de grandeur à connaître par cœur : dans le silicium à la température ambiante µ p 500 cm 2 V -1 s -1 µ n 1000 cm 2 V -1 s -1 II. TRANSISTORS MOS 1) Généralités Transistors NMOS et PMOS Dans un transistor NMOS en fonctionnement normal, un courant d électrons est susceptible de passer dans le canal, de la source vers le drain. Dans un transistor PMOS en fonctionnement normal, un courant de trous est susceptible de passer dans le canal, de la source vers le drain.

3 3 Figure 1 Figure 2 Propriété fondamentale des transistors MOS Le passage du courant entre le drain et la source est commandé par la tension grillesubstrat et par la tension drain-source (Figure 3). Sens conventionnel du courant : Transistor NMOS : I ds > 0 Transistor PMOS : I ds < 0

4 4 Régimes de fonctionnement Un transistor MOS peut être en régime bloqué, en régime actif (Figure 4). Si le transistor est en régime actif, il peut être (voir section II.4) en régime actif linéaire, en régime actif saturé. Figure 3 2) Polarisation du substrat Pour que le transistor fonctionne normalement, il faut s'assurer que les diodes sourcesubstrat et drain-substrat ne sont jamais polarisées en direct. Très souvent, le substrat est connecté à la source, pour les NMOS comme pour les PMOS (Figure 5). 3) Transistors à enrichissement et à appauvrissement Propriétés (Figure 6) Un transistor à enrichissement est bloqué (canal non conducteur) si V GS = 0. Un transistor à appauvrissement est actif (canal conducteur) si V GS = 0.

5 5 Figure 4 Figure 5

6 6 Figure 6 4) Caractéristiques statiques des transistors MOS à enrichissement a/ Gain β = K p W L avec K P = µε e Figure 7 b/ Modèle de Shichman et Hodges Transistors NMOS Transistors PMOS Si 0 V gs < V tn Si V t V p gs 0 régime bloqué I ds = 0, sinon :

7 7 Transistors NMOS Transistors PMOS si 0 < V ds < V gs (V tn > 0) si V gs V tp < V ds < 0 (V t < 0) p régime actif linéaire I ds = β n ( V gs )V ds V 2 ds I 2 ds = β p V gs V t p ( ) V V 2 ds ds 2 sinon : Transistors NMOS V ds > V gs Transistors PMOS V ds < V gs V tp I ds = β n 2 ( ) 2 V gs régime actif saturé I ds = β p 2 ( ) 2 V gs V t p Figure 8 On dispose donc de trois grandeurs (V gs, V ds, I ds ), qui, en régime actif, sont reliées par une relation. On a donc deux degrés de liberté que l on peut mettre en œuvre pour imaginer des circuits. Le plus souvent (mais pas toujours) on utilise la tension grille-source V gs et la tension drain-source V ds pour commander le courant drain-source I ds. La tension de seuil V t n est pas une tension de commande : c est une caractéristique physique du transistor. Animations :

8 8 c/ Transconductance Définition La transconductance d un transistor MOS exprime le fait que le courant drainsource peut être commandé par la tension grille-source à tension drain-source constante : g m = I ds V gs V ds d/ Effet EARLY Définition Contrairement à ce qui est exprimé par le modèle de Shichman et Hodges, un transistor MOS en régime saturé n est pas un générateur de courant idéal : le courant drain source n est pas complètement indépendant de la tension drain source : ( ) I ds = β 2 V V gs t 2 ( 1+ λv ds ) avec λ 0,02 0,04 V-1 (1) Figure 9 Auto-évaluation : établir les éléments I 0 (V gs, V t, λ, β, V DD ) et R 0 (V gs, V t, λ, β) du schéma équivalent selon Norton d un transistor MOS saturé auquel on applique une tension V gs et une tension V ds. III. INVERSEUR CMOS : CARACTÉRISTIQUE STATIQUE Définition Un inverseur est un circuit à une entrée et une sortie qui réalise l opération booléenne de négation.

9 9 1) Inverseur NMOS Un inverseur NMOS (Figure 10) est constitué d un transistor NMOS et d une résistance («résistance de charge»). Figure 10 Principe Lorsque l entrée est à 0, le transistor de signal est bloqué ; la sortie est reliée à la tension d alimentation (1 logique) par l intermédiaire de la résistance de charge, et elle est isolée de la tension de référence (0 logique) par le transistor de signal. Lorsque l entrée est à 1, le transistor de signal est actif ; la sortie est reliée à la tension de référence (0 logique) par l intermédiaire du transistor de signal, et à la tension d alimentation (1 logique) par la résistance de charge. Caractéristique statique Désignant par f V gs,v ds ( ) la caractéristique statique du transistor de signal, la caractéristique statique de l inverseur V out = g V in l équation ( ) est déterminée par les solutions de f ( V in,v out ) = V V DD out R qui exprime la conservation du courant : le transistor de signal et la résistance de charge sont parcourus par le même courant car la charge de l inverseur infinie.

10 10 Figure 11 La caractéristique statique de l inverseur peut être établie soit graphiquement point par point (Figure 11), soit analytiquement à l aide des équations du modèle de Shichman et Hodges (Figure 12). Trois zones de fonctionnement T.S. bloqué V in < V t V out = V DD T.S. saturé V t < V in < V out + V t V out = V DD βr 2 ( ) 2 V in V t T.S. linéaire V in > V out + V t V out = 1 βr + ( V V in t ) 1 βr + V V ( in t ) 2 2 βr V DD Figure 12

11 11 Le détail des calculs est décrit en annexe 1. Inconvénient Le circuit dissipe de l énergie en permanence lorsque la sortie est dans l état 0 (Figure 13). Figure 13 2) Inverseur CMOS Un inverseur CMOS est constitué de deux transistors MOS complémentaires : Un transistor NMOS (transistor «de signal»), Un transistor PMOS (transistor «de charge). Figure 14

12 12 a/ Principe de fonctionnement Principe Lorsque l entrée est à 0, le transistor de signal est bloqué et le transistor de charge est actif ; la sortie est reliée à la tension d alimentation (1 logique) par l intermédiaire du transistor de charge, et isolée de la tension de référence (0 logique) par le transistor de signal. Lorsque l entrée est à 1, le transistor de signal est actif et le transistor de charge est bloqué ; la sortie est reliée à la tension de référence (0 logique) par l intermédiaire du transistor de signal, et isolée de la tension d alimentation (1 logique) par le transistor de charge. Avantage Dans les deux états (entrée à 1 et entrée à 0), un des deux transistors est bloqué, donc le circuit ne consomme aucune énergie. Propriété De manière générale, un circuit logique en technologie CMOS ne consomme aucune énergie au repos. L énergie n est dissipée qu au moment des changements d état de la (des) sortie(s). b/ Caractéristique statique de l inverseur Principe Désignant par f n ( V gsn,v dsn ) l équation des caractéristiques du transistor de signal, et par f p ( V gsp,v dsp ) l équation des caractéristiques du transistor de charge, la caractéristique statique de l inverseur V out = g V in ( ) est déterminée par la solution de l équation f n ( V in,v out ) = f p V in V DD,V out V DD ( ) qui exprime la conservation du courant : les deux transistors sont parcourus par le même courant, la charge de l inverseur étant supposée infinie. c/ Caractéristique statique : modélisation analytique En utilisant les formules du modèle de Shichman et Hodges pour f n et f p dans les équations précédentes, on peut résoudre celles-ci de manière exacte ; on obtient ainsi les équations qui décrivent la caractéristique statique d un inverseur CMOS

13 13 constitué de transistors décrits par le modèle de Shichman et Hodges. On rappelle que ce modèle est approché : il ne tient notamment pas compte de l effet Early. Cinq zones de fonctionnement (Figure 15) T.S. bloqué, V in < V tn V out = V DD T.C. linéaire T.S. saturé, T.C. linéaire (Figure 16) V tn V in V DD + V tp + V tn β n β p 1+ β n β p V out = V in V tp + ( V in V DD V tp ) 2 β n β p ( V in V tn ) 2 T.S. et T.C. saturés (Figure 17) V in = V DD + V tp + V tn β n β p 1+ β n β p V in < V out < V in V tp T.S. linéaire, T.C. saturé V DD + V tp + V tn β n β p 1+ β n β p < V in < V DD + V tp V out = ( V in ) ( V in ) 2 β p V β in V DD V tp n ( ) 2 T.S. linéaire, T.C. bloqué V DD + V tp < V in < V DD V out = V DD Figure 15 Figure 16 Figure 17

14 14 On vérifiera que ces cinq équations décrivent une courbe continue et dérivable (Figure 18). Ces équations sont établies dans l annexe 2. Figure 18 d/ Immunité au bruit La sensibilité de la sortie à un bruit présent dans le signal d entrée est caractérisée par la marge de bruit. Définitions (Figure 19 La marge de bruit basse est la gamme de valeurs de la tension d entrée pour laquelle la tension de sortie est voisine de V DD et pour laquelle la pente de la caractéristique est inférieure à 1 en valeur absolue. La marge de bruit haute est la gamme de valeurs de la tension d entrée pour laquelle la tension de sortie est voisine de 0 et pour laquelle la pente de la caractéristique est inférieure à 1 en valeur absolue.

15 15 L immunité au bruit est d autant meilleure que les seuils des transistors sont grands en valeur absolue. Figure 19 3) Inverseur CMOS à sortie tri-state Une sortie tri-state se réalise facilement en technologie CMOS, en interposant un transistor PMOS entre le transistor de charge et la tension d alimentation, et un transistor NMOS entre le transistor de signal et la tension de référence ; ces transistors sont commandés par des tensions de grille complémentaires. Figure 20 Simulation : switched/40-cmos/tristate.html

16 IV. INTERRUPTEUR CMOS : caractéristique statique 16 Un interrupteur logique peut être réalisé facilement en technologie CMOS en associant un transistor NMOS et un transistor PMOS en parallèle, commandés par des tensions de grille complémentaires. Figure 21 Propriété Lorsqu il est actif, le transistor NMOS assure la transmission du signal logique 0 sans dégradation. Lorsqu il est actif, le transistor PMOS assure la transmission du signal logique 1 sans dégradation. Lorsque les deux transistors sont bloqués, l interrupteur est ouvert. Le détail du fonctionnement est décrit dans l annexe 3. Figure 22 V. ÉLÉMENTS DE TECHNOLOGIE Le matériau de base est une tranche («wafer») de Si monocristallin ayant environ 500 µ d épaisseur, 15 à 30 cm de diamètre, dopée n ou p, dont la surface est traitée de manière à présenter un poli optique (rugosité de quelques dixièmes de nanomètres). L ensemble des traitements se fait en surface : oxydation gravure diffusion d impuretés dépôt de Si polycristallin métallisation

17 17 Figure 23 1) Oxydation Le silicium présente trois avantages sur les autres semi-conducteurs : il s oxyde facilement, l oxyde est un excellent isolant électrique, l oxyde constitue un masque pour les impuretés autres que l oxygène luimême. L oxydation s effectue à C en présence de O 2 ou de vapeur d eau. 2) Gravure (lithographie) Voir Figure 24. Une résine photosensible est déposée à la surface de la tranche de silicium. Elle est exposée à un rayonnement ultra-violet à travers un «masque». Dans le cas d une résine «négative», les régions exposées deviennent plus résistantes aux solvants que les régions non exposées (réticulation du polymère). Dans le cas d une résine «positive», les régions exposées deviennent plus solubles que les régions non exposées (destruction de liaisons entre les chaînes). La résine est ensuite plongée dans un solvant de manière à éliminer les régions non exposées (pour une résine négative) ou les régions exposées (pour une résine positive). Les schémas du cours illustrent l utilisation d une résine négative. La tranche de silicium est ensuite plongée dans un bain acide (HF+NH 4 F) si l on utilise une technique de gravure «humide», ou est soumise à un plasma si l on utilise une technique de gravure «sèche». Dans un cas comme dans l autre, l oxyde est attaqué aux endroits où il n est pas protégé par la résine. Enfin, la résine restante est éliminée par passage dans un solvant (acétone). Compléments : 3) Diffusion d impuretés Pour doper le silicium, on met la tranche dans un four à C, en atmosphère inerte contenant les impuretés que l on souhaite introduire (B, P). La profondeur de diffusion dépend de la mobilité des impuretés, donc de la température.

18 18 Figure 24 4) Dépôt de Si polycristallin Le silicium polycristallin peut être dopé comme le silicium monocristallin, mais il a une plus grande résistivité, donc il peut être utilisé pour constituer des résistances plus élevées. Il est surtout utilisé pour réaliser les grilles des transistors MOS car il constitue un masque pour les impuretés et pour l oxygène. 5) Métallisation Les interconnexions entre composants sont généralement réalisées en aluminium déposé par pulvérisation cathodique. 6) Étapes de fabrication d un transistor MOS Figure 25 Animation :

19 19 7) Fabrication d un inverseur CMOS Figure 26 VI. PARAMÈTRES ÉLECTRIQUES 1) Résistance par carré Définition La résistance par carré d une couche conductrice rectangulaire de conductivité ρ, d épaisseur e, est définie par R S = ρ e.

20 20 Figure 27 Propriété Toutes les couches conductrices carrées de même épaisseur et de même conductivité ont la même résistance, quelles que soient leurs dimensions latérales. Ordres de grandeur : Al : 0,03 Ω / carré Si diffusé : 3 Ω / carré Si polycristallin : 50 Ω / carré Canal d un MOS en régime linéaire : à Ω / carré 2) Capacités parasites Capacité grille-substrat : due à la présence de l oxyde de grille Capacités diffusion-substrat : capacité différentielle due à la présence des jonctions source-substrat et drain-substrat (polarisées en inverse). Capacités connexions-substrat : due à l oxyde qui isole les connexions du substrat. Ordres de grandeur : quelques centièmes de pf/µ 2. Propriété Ce sont les capacités parasites qui déterminent les caractéristiques dynamiques des circuits logiques : vitesse de réponse et consommation.

21 21 VII. CARACTÉRISTIQUES DYNAMIQUES DES CIRCUITS MOS : EXEMPLE DE L INVERSEUR Les performances en termes de vitesse de réponse sont caractérisées par trois paramètres. Définitions Temps de descente («fall time») : temps nécessaire pour que la tension de sortie d un circuit logique passe de 90% de la tension d alimentation à 10% de la tension d alimentation, en réponse à une variation infiniment rapide d une tension d entrée du circuit. Temps de montée («rise time») : temps nécessaire pour que la tension de sortie d un circuit logique passe de 10% de la tension d alimentation à 90% de la tension d alimentation en réponse à une variation infiniment rapide d une tension d entrée du circuit. Retard («delay») : temps nécessaire pour que la tension de sortie d un circuit logique passe de la tension d alimentation à 50% de celle-ci. Figure 28 1) Temps de descente d un inverseur CMOS : modélisation On suppose que l entrée de l inverseur passe instantanément de 0 à 1. On analyse la réponse de l inverseur en fonction du temps, en modélisant la charge de l inverseur par un condensateur de capacité C L. Ce condensateur représente l ensemble des condensateurs grille-substrat des composants logiques CMOS vers lesquels est acheminé le signal de sortie de l inverseur, ainsi que les capacités connexion-substrat.

22 22 Deux phases (Figure 29) T.S. saturé ; V out décroît de 0,9 V DD à V DD C L dv out dt I dsn + I dsn = 0 ( ) 2 = β n 2 V V DD t n T.S. linéaire ; V out dv C out L + I dt dsn = 0 décroît de V DD I à 0,1 V dsn = β n V DD DD ( )V out V 2 out 2 t 1 = V DD V tn t f t 1 = 0,1V DD V DD V tn 0,9V DD C L I dsn C L I dsn ( ) ( ) 2 2C dv L V tn 0,1V DD = out V DD dv = out β n β n C L ( V DD ) ln 19V DD 20V tn V DD Figure 29 Si V tn = V tp = 0,2V DD, on obtient t f 4C L β n V DD ; t r 4C L β p V DD. La Figure 30 montre la caractéristique dynamique d un inverseur CMOS pour C L = 0,1 pf, V tn = 1 Volt, V DD = 5 Volts, β n = 50 µa / V 2. Conséquence très importante Un circuit est d autant plus rapide que la capacité de charge, donc les dimensions des grilles des transistors, est petite (C L varie comme le carré des dimensions latérales), le gain du transistor est grand, la tension d alimentation est grande.

23 23 Figure 30 Les équations ci-dessus sont établies dans l annexe 4. 2) Puissance dissipée Puissance statique : négligeable. Puissance dynamique : exemple d un inverseur soumis à un signal carré de période T (Figure 31). Figure 31

24 24 Puissance moyenne dissipée Décharge du condensateur de charge Charge du condensateur de charge 1 T 1 T T T / 2 T / 2 0 C L dv out dt C L dv out dt V t out ( )dt ( V V out DD )dt = C V 2 L DD 2T = C V 2 L DD 2T Conséquences À surface totale de circuit constante, la puissance varie comme l inverse du carré de la résolution spatiale du procédé de fabrication. La puissance dissipée est donc un facteur limitant pour l intégration des circuits. Il faut réaliser un compromis entre la vitesse et la puissance. Si l on diminue la tension d alimentation, on diminue la puissance, mais on diminue aussi la fréquence limite de fonctionnement puisque le temps de montée ou de descente varie comme 1/V DD. VIII. CONCEPTION DES CIRCUITS COMBINATOIRES CMOS 1) Structure générale Un circuit combinatoire CMOS est constitué d un réseau de transistors NMOS et d un réseau de transistors PMOS. Principe (Figure 32) Le réseau de transistors PMOS doit relier à V DD les sorties qui doivent être à 1, isoler de V DD les sorties qui doivent être à 0. Le réseau de transistors NMOS doit relier à V SS les sorties qui doivent être à 0, isoler de V SS les sorties qui doivent être à 1. Réalisation (Figure 33) Les sommes logiques (OU) sont réalisées par des blocs de transistors en parallèle. Les produits logiques (ET) sont réalisés par des transistors en cascade. Le réseau NMOS réalise la fonction complémentaire de celle que réalise le réseau PMOS.

25 25 Figure 32 Figure 33 2) Exemples : a/ Porte NAND CMOS Figure 34 Simulation : switched/40-cmos/nand.html

26 26 b/ Exemple de conception Figure 35 3) Mise en œuvre d interrupteurs CMOS a/ Multiplexeur CMOS Figure 36 Simulation : switched/40-cmos/aoi22.html Simulation : switched/40-cmos/mux-tgate.html

27 27 b/ OU exclusif Figure 37 Simulation : switched/40-cmos/xor-tgate.html Simulation d une autre réalisation : switched/40-cmos/xor-mux.html

28 28 ANNEXE 1 : modélisation de l inverseur NMOS On considère le schéma de la Figure 10. La tension d entrée de l inverseur est la tension grille-source du transistor : V in = V gs. La tension de sortie de l inverseur est la tension drainsource : V out = V ds. La charge de l inverseur étant supposée infinie, le courant dans la résistance est égal au courant drain-source du transistor : I ds = V DD V out R Lorsque V in croît de 0 à V DD, le transistor passe successivement par trois régimes : 0 < V in < V t : régime bloqué V t < V in < V out + V t : régime saturé V out + V t < V in < V DD : régime linéaire Régime bloqué : le transistor étant bloqué, le courant dans le transistor est nul, donc V out = V DD. Régime saturé : ( ) 2 I ds = β 2 V V in t V out = V DD βr 2 = V V DD out R ( ) 2 V in V t V out décroît lorsque V in augmente, donc on arrive à la situation où le transistor passe du régime saturé au régime linéaire, ce qui se produit lorsque V out = V in V t. Néanmoins, la valeur de V in est limitée par la tension d alimentation V DD. Il faut donc que la quantité βr (en Volts -1 ) soit suffisamment grande pour que le passage en régime linéaire se produise pour une tension d entrée inférieure à V DD. Soit V L la valeur de la tension de sortie lorsque le transistor passe en régime linéaire ; elle obéit à l équation V L = V DD βr 2 V 2 L Cette équation admet toujours la solution positive V L = 1 βr + 1 ( βr) βr V DD Pour un fonctionnement normal de l inverseur, il faut donc que cette solution soit telle que V in < V DD, donc que l on ait : V L < V DD - V t

29 29 soit 1 βr + 1 βr ( ) βr V DD < V DD V t 1 ( βr) βr V < 1 DD βr + V V DD t 1 ( βr) βr V < 1 DD βr + V V ( DD t ) Tous calculs faits on trouve la condition : βr > 2 2V t ( V DD V t ) (2) 2 Régime linéaire : On suppose que la résistance R a été choisie suffisamment grande pour la condition précédente soit vérifiée. Comme précédemment, on écrit que le courant dans la résistance est égal au courant drain-source du transistor : β ( V in V t )V out V 2 out 2 = V V DD out R Cette équation du second degré admet toujours une solution positive si la condition (2) est respectée : V out = 1 βr + ( V V in t ) 1 βr + V in V t ( ) 2 2 βr V DD On vérifie que V out 0 si βr. On peut vérifier que la continuité et la dérivabilité de V out (V in ) sont assurées.

30 30 ANNEXE 2 : modélisation de l inverseur CMOS On considère le schéma représenté sur la Figure 14. Le transistor NMOS est appelé «transistor de signal», et le transistor PMOS est appelé «transistor de charge». Équations du circuit : La tension d entrée est la tension de grille du transistor de signal : V in = V gsn La tension de sortie est la tension de drain du transistor de signal : V out = V dsn Les grilles des deux transistors sont au même potentiel ; la source du transistor de signal est au potentiel de référence et celle du transistor de charge est au potentiel de l alimentation : V gsn = V DD + V gsp. Les drains des deux transistors sont au même potentiel : V dsn = V DD + V dsp ( ). Caractéristique statique du transistor de signal : I dsn = f n V gsn,v dsn ( ). Caractéristique statique du transistor de charge : I dsp = f p V gsp,v dsp Les deux transistors sont parcourus par le même courant : I dsn = I dsp. Toutes ces équations peuvent être résumées en une seule : f n ( V in,v out ) = f p V in V DD,V out V DD ( ) (3) Régimes de fonctionnement des transistors : Transistor de signal : o Bloqué : V gsn < V tn soit V in < V tn o Linéaire : V dsn < V gsn soit V out < V in o Saturé : V dsn > V gsn soit V out > V in Transistor de charge : o Bloqué : V gsp > V t p soit V in V DD > V t p soit encore V in > V DD + V t p o Linéaire : V dsp > V gsp V t p soit V out V DD > V in V DD V t p soit encore V out > V in V t p o Saturé : V dsp < V gsp V t p soit V out V DD < V in V DD V t p soit encore V out < V in V t p Comme pour l inverseur MOS, les transistors passent par plusieurs régimes différents lorsque V in passe de 0 à V DD. Ces régimes sont résumés ci-dessous, puis seront décrits en détail :

31 31 A. 0 < V in < V tn : transistor de signal bloqué, transistor de charge linéaire B. V tn < V in < V out + V t : transistor de signal saturé, transistor de charge linéaire p C. V in < V out < V in V t : deux transistors saturés p D. V out + V tn < V in < V DD + V t : transistor de signal linéaire, transistor de charge saturé p E. V DD + V t < V : transistor de signal linéaire, transistor de charge bloqué p in < V DD Caractéristique de l inverseur dans les différents régimes : A. 0 < V in < V tn Le transistor de signal est bloqué, donc I dsn = I dsp = 0. Le transistor de charge n est pas bloqué : en effet on a typiquement V tn = 0,2 V DD et V t p = 0,2 V DD, donc (4) V in < 0,2 V DD et V DD + V t p = 0,8 V DD : la condition pour que le transistor de charge soit bloqué (V in > V DD + V t p ) n est pas remplie. Le transistor de charge est parcouru par un courant nul, et il n est pas bloqué, donc il est nécessairement en régime linéaire avec V dsp = 0, soit encore V out = V DD. B. V tn < V in < V out + V t p (5) Le transistor de signal n est plus bloqué ; au moment où il se débloque, on a V dsn = V DD et V gsn = V tn, donc la condition de saturation V dsn > V gsn est satisfaite pour le transistor de signal. Le transistor de charge reste linéaire (V out > V in V t p ). Le transistor de signal joue donc le rôle d une source de courant idéale commandée par V in ; il impose son courant au transistor de charge, qui est en régime linéaire et dont la tension grille-source vaut V in V DD : la tension drain-source du transistor de charge est donc imposée. Elle ne peut qu augmenter puisqu elle était initialement nulle, donc V out diminue. L équation (3) s écrit : ( ) 2 = β p V in V DD V t p β n 2 V in V t n ( ) V out V DD ( ( ) V V out DD ) 2 Cette équation du second degré en V out V DD admet une solution positive : 2 V out = V in V t p + ( V in V DD V t p ) 2 β n β p ( V in V tn ) 2 (6) si la condition suivante est réalisée :

32 32 ( V in V DD V t p ) 2 β n β p ( V in V tn ) 2 0 soit V in V DD +V t p +V tn 1+ β n β p β n β p (7) Cette condition est bien réalisée dans tout l intervalle qui définit le régime B : en effet, lorsque V in atteint la valeur limite (7), on a V out = V in V t d après la relation (6), ce qui p est la limite du régime B (relation (5)) : au-delà de cette valeur, le transistor de charge passe en régime saturé. C. V in < V out < V in V t p (8) Les deux transistors sont en régime saturé. Chacun d eux joue le rôle d un générateur de courant qui impose son courant à l autre ; ceci n est possible que si les deux générateurs fournissent le même courant : ( ) 2 = β p ( ) 2 β n 2 V V in t n 2 V V V in DD t p Cette équation ne fait pas intervenir V out ; elle a pour solution V in = V DD +V t p +V tn 1+ β n β p β n β p ce qui n est autre que le cas limite de la relation (7). Ainsi, de manière paradoxale ce régime C n existe que pour une seule valeur de la tension d entrée, dans ce régime, la tension de sortie n est pas définie : elle peut varier arbitrairement dans l intervalle décrit par la relation (8). Il va de soi que cette situation est absurde d un point de vue physique. Elle résulte du fait que l on atteint ici une limite de validité du modèle de Shichman et Hodges, qui considère que le transistor MOS saturé se comporte comme un générateur de courant idéal : comme indiqué dans la section II.4)b/, un transistor MOS en saturation se comporte comme un générateur de courant réel, avec une résistance interne non infinie due à l effet Early. Si l on tient compte de cet effet, décrit par la relation (1), l équation (3) devient une équation linéaire en V out : le paradoxe disparaît. D. V out + V tn < V in < V DD + V t (9) p Cette situation est symétrique de celle décrite dans le régime B ; c est à présent le transistor de signal qui est linéaire et le transistor de charge qui est saturé. L équation (3) s écrit :

33 33 β n qui a pour solution ( ) 2 ( V in )V out V 2 out 2 = β p 2 V V V in DD t p V out = ( V in ) ( V in ) 2 β p β n ( V in V DD V t p ) 2. E. V DD + V t < V p in < V DD (10) Cette situation est symétrique de celle décrite dans le régime A ; c est à présent le transistor de charge qui est bloqué et le transistor de signal qui est linéaire. On a alors V out = 0.

34 34 ANNEXE 3 : modélisation de l interrupteur CMOS On considère l interrupteur CMOS représenté sur la Figure 21. On envisage deux cas : la transmission d un signal logique 0 et la transmission d un signal logique 1, par le transistor NMOS seul (Figure 22). Le condensateur de charge C L modélise l ensemble des condensateurs grille-substrat auxquels est transmis le signal de sortie. Supposons que le condensateur C L soit chargé, c est-à-dire que le signal de sortie de l inverseur soit 1 : V out = V DD. o Supposons que le signal d entrée soit 0 : V in = 0. Le potentiel au point A étant inférieur au potentiel en B, c est A qui joue le rôle de la source et B celui du drain. Par conséquent la tension grille-source du transistor est V G V A. Si le signal de commande φ vaut 0, on a V G V A = 0 : le transistor est bloqué, donc il joue le rôle d un interrupteur ouvert qui isole l entrée de la sortie : le signal d entrée reste 0 et le signal de sortie reste 1. Si le signal de commande φ vaut 1, on a V G V A = V DD > V tn : le transistor est actif. Le condensateur C L se décharge jusqu à ce que sa charge soit nulle. Lorsqu il est déchargé, la tension à ses bornes est nulle, donc le signal de sortie vaut 0. Le signal logique 0 est donc transmis sans dégradation par le transistor NMOS. o Supposons que le signal d entrée soit un 1 logique : V in = V DD. Les tensions d entrée et de sortie étant identiques, elles restent identiques quelle que soit la valeur du signal de commande φ. Supposons à présent que le condensateur C L soit déchargé, c est-à-dire qu il y ait un 0 logique à la sortie de l inverseur : V out = 0. o Supposons que le signal d entrée soit un 1 logique : V in = V DD. Le potentiel au point A étant supérieur au potentiel en B, c est à présent B qui joue le rôle de la source et A celui du drain. Par conséquent la tension grille-source du transistor est V G V B. Si le signal de commande φ vaut 0, on a V G V B = 0 : le transistor est bloqué, donc il joue le rôle d un interrupteur ouvert : le signal d entrée reste 1 et le signal de sortie reste 0. Si le signal de commande φ vaut 0, on a V G V B = V DD > V tn : le transistor est actif. Le condensateur C L se charge donc à travers le transistor : la tension V B à ses bornes augmente, donc la tension V G V B diminue. Elle finit par atteindre la valeur V tn, ce qui bloque le transistor :

35 35 le condensateur cesse donc de se charger, et la tension à ses bornes ne peut dépasser la valeur V DD, donc le signal de sortie ne correspond pas à un 1 logique. Le signal logique 1 n est donc pas transmis sans dégradation par le transistor NMOS. o Supposons que le signal d entrée soit un 0 logique : V in = 0. Les tensions d entrée et de sortie étant identiques, elles restent identiques quelle que soit la valeur du signal de commande φ. On démontrera de même que le transistor PMOS transmet sans dégradation le signal logique 1, mais ne transmet pas sans dégradation le signal logique 0. Ainsi, la combinaison d un transistor NMOS et d un transistor PMOS en parallèle, commandés par des signaux complémentaires, permet de transmettre indifféremment les signaux logiques 0 ou 1 sans dégradation.

36 36 ANNEXE 4 : modélisation des caractéristiques dynamiques d un inverseur CMOS On considère les schémas de la Figure 28. La tension d entrée passe «instantanément» de 0 à 1 logique, donc de 0 Volt à V DD. Initialement, la tension de sortie est égale à V DD. On étudie le régime transitoire pendant lequel la tension de sortie passe de 1 logique à 0 logique ; plus précisément, on cherche à calculer le temps de descente, c est-à-dire le temps nécessaire pour que le signal de sortie passe de 0,9 V DD à 0,1 V DD. Le condensateur C L modélise toutes les capacités grilles-substrats des transistors vers lesquels le signal V out est acheminé, ainsi que toutes les capacités parasites des connexions. La tension grille-source du transistor de signal étant égale à V DD, le transistor de signal est actif. La tension grille-source du transistor de charge étant égale à zéro, le transistor de charge est bloqué. Pendant le transitoire, le point de fonctionnement du transistor de signal se déplace sur la caractéristique V gs = V DD. On distingue donc deux phases : Première phase : V out > V DD : le transistor de signal est saturé. Seconde phase : V out < V DD : le transistor de signal est linéaire. Pendant les deux phases, l équation de décharge du condensateur est C L dv out dt + I dsn = 0 Première phase : V DD < V out < 0,9V DD Le transistor de charge étant en régime saturé, il se comporte comme un générateur de courant ; comme ce courant est commandé par V gs = V DD, il est constant. Le condensateur se décharge donc à courant constant : la tension à ses bornes varie linéairement (résultat à connaître par cœur : la tension aux bornes d un condensateur qui est chargé ou déchargé sous

37 37 un courant constant varie linéairement en fonction du temps ; c est d ailleurs ainsi que l on crée des signaux triangulaires, par une succession de charges et de décharges sous courants constants). Le transistor étant en régime saturé, le courant de décharge du condensateur est qui est bien un courant constant. On a donc I dsn ( ) 2 = β n 2 V DD V t n C L dv out dt + β n ( 2 V V DD t n ) 2 = 0 Le temps t 1 nécessaire pour que la tension de sortie varie de 0,9 V DD à V DD est donc donné par : t 1 = V DD V tn 0,9V DD C L I dsn dv = out ( ) ( V DD ) 2 2C L V tn 0,1V DD β n Seconde phase : 0,1V DD < V out < V DD Le transistor étant passé en régime linéaire, on a maintenant I dsn = β n ( V DD )V out V 2 out 2 Cette fois le courant dépend de V out, qui n est plus constant. La durée t f t 1 de cette phase est donc donnée par t f t 1 = 0,1V DD V DD V tn C L I dsn dv out En décomposant la fraction rationnelle en éléments simples et en intégrant on obtient : C 19V t f t 1 = L DD 20V tn V DD V V tn DD Donc finalement t f = Généralement on choisit V tn β n β n C L ( V DD V tn ) ( ) ln 2( V tn 0,1V DD ) + ln 19V 20V DD tn V DD V DD = αv DD avec α 0,1 à 0,2. On a alors t f C L β n V DD. Le coefficient de proportionnalité varie de 2 à 8 environ quand α varie de 0 à 0,5.

38 38 Exemple : pour α = 0,2 on obtient t f 4 C L β n V DD. Ordre de grandeur (à connaître) : de quelques dizaines de picosecondes à une nanoseconde. La Figure 38 montre la caractéristique dynamique d un inverseur CMOS pour C L = 0,1 pf, V tn = 1 Volt, V DD = 5 Volts, β n = 50 µa / V 2. Figure 38 Donc un circuit est d autant plus rapide que V DD est grand, que le gain du transistor est grand et que la capacité de charge est petite. Plus les dimensions des grilles des transistors sont petites, plus cette capacité est petite : c est la diminution des dimensions grâce aux progrès de la technologie de fabrication qui permet l augmentation de la vitesse de fonctionnement des circuits.

39

Microélectronique. TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3. 1.1 Définition 3 1.2 Bref historique 3 1.3 Les étapes de la conception d un circuit intégré 3

Microélectronique. TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3. 1.1 Définition 3 1.2 Bref historique 3 1.3 Les étapes de la conception d un circuit intégré 3 Microélectronique TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction 3 1.1 Définition 3 1.2 Bref historique 3 1.3 Les étapes de la conception d un circuit intégré 3 2. Organisation du cours 4 3. Les transistors MOS 5

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

Composants à semi conducteurs : Transistor à effet de champ MOS

Composants à semi conducteurs : Transistor à effet de champ MOS Électronique 1 Composants à semi conducteurs : Transistor à effet de champ MOS 1 Transistor MOS (ou MOS FET) MOS : Metal Oxyde Semi-conducteur FET : Field Effect Transistor Transistor à canal N : Transistor

Plus en détail

Transistor à effet de champ

Transistor à effet de champ 5. Le transistor à effet de champ 5.1. INTRODUCTION Dans le chapitre sur le transistor bipolaire (Bipolar junction transistor, BJT), non avons vu que le courant de sortie sur le collecteur est proportionnel

Plus en détail

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ TRANSSTORS bipolaires, MOS et à effet de champ Deux transistors sont principalement utilisés en électronique : le transistor bipolaire et le transistor MOS. Dans une proportion moindre, on trouvera également

Plus en détail

L inverseur. Chapitre 4. 4.1 Opération DC

L inverseur. Chapitre 4. 4.1 Opération DC Chapitre 4 L inverseur L inverseur est la composante la plus simple des circuits numériques : il n y a que deux transistors. Une analyse en détail de l inverseur permettra de présenter les concepts qui

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques

J AUVRAY Systèmes Electroniques LE TRANITOR MO Un transistor MO est constitué d'un substrat semiconducteur recouvert d'une couche d'oxyde sur laquelle est déposée une électrode métallique appelée porte ou grille (gate).eux inclusions

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

Chapitre III : Le transistor MOS

Chapitre III : Le transistor MOS Chapitre III : Le transistor MOS L'idée de base du transistor MOS est due à J.E. Lilienfeld en 1930. Les premières recherches en laboratoires datent de la fin des années 40, mais il resta dans les laboratoires

Plus en détail

EP 2 141 741 A2 (19) (11) EP 2 141 741 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.01.2010 Bulletin 2010/01

EP 2 141 741 A2 (19) (11) EP 2 141 741 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.01.2010 Bulletin 2010/01 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 141 741 A2 (43) Date de publication: 06.01. Bulletin /01 (21) Numéro de dépôt: 0916496.0 (1) Int Cl.: H01L 27/07 (06.01) H01L 21/761 (06.01) H01L 29/861 (06.01)

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i)

Les symboles des deux types de transistors sont représentés sur la figure 3.1. (i) hapitre 3 Les transistors bipolaires 3.1 Introduction Les transistors bipolaires ont été très utilisés au début (années 60, 70). Leur importance a diminuée avec l apparition des transistors à effet de

Plus en détail

Composants à semi conducteurs : Transistor bipolaire

Composants à semi conducteurs : Transistor bipolaire Électronique 1 Composants à semi conducteurs : Transistor bipolaire 1 Structure d un transistor bipolaire Constitué de 2 Jonctions PN 2 types de transistors : PNP et NPN Base : peu dopée, très mince, quelques

Plus en détail

DIODES ET TRANSISTORS

DIODES ET TRANSISTORS 73 E4 DIODE ET TRANITOR I. INTRODUTION Dans cette expérience, nous allons étudier deux éléments qui sont à la base de la majorité des montages électroniques modernes; la diode et le transistor. es éléments

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

LE BRUIT COMPOSANTS ELECTRONIQUES

LE BRUIT COMPOSANTS ELECTRONIQUES LE BRUIT DANS LES COMPOSANTS ELECTRONIQUES Richard HERMEL LAPP Ecole d électronique INP3 : Du détecteur à la numérisation Cargèse Mars 004 Sommaire Introduction Sources physique du bruit Influence des

Plus en détail

Lois de l électrocinétique

Lois de l électrocinétique Retour au menu! Lois de l électrocinétique 1 Courant électrique 1.1 Notion de courant n conducteur est un matériau contenant des charges libres capables de se déplacer. Dans les électrolytes les charges

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

Les transistors bipolaires

Les transistors bipolaires Les transistors bipolaires I. Introduction: Définitions: Le transistor bipolaire est un composant à 3 électrodes comportant 2 jonctions PN. C est un cristal de semi-conducteur dans lequel on peut distinguer

Plus en détail

1 Conducteurs et semi-conducteurs

1 Conducteurs et semi-conducteurs Séance de Spécialité n o 20 Diode et redressement Mots-clefs «conducteurs» et «semi-conducteurs». 1 Conducteurs et semi-conducteurs Les semi-conducteurs sont des matériaux qui ont une conductivité électrique

Plus en détail

III.1. Introduction III.2. Théorie du transistor bipolaire III.2.1. Principe de fonctionnement [74-75]

III.1. Introduction III.2. Théorie du transistor bipolaire III.2.1. Principe de fonctionnement [74-75] III.1. Introduction Depuis sa première réalisation en 1947 par J. Bardeen et W. H. Brattain, et le développement théorique et physique de son fonctionnement par W. B. Shockley, le transistor bipolaire

Plus en détail

Leçon IX : SEMICONDUCTEURS ET DIODES

Leçon IX : SEMICONDUCTEURS ET DIODES Leçon IX: SEMICONDUCTEURS ET DIODES Page 1 de 29 Leçon IX : SEMICONDUCTEURS ET DIODES (pleine page / avec sommaire) Le but de cette leçon est d'introduire la notion de semiconducteur, de se familiariser

Plus en détail

TRANSISTORS BIPOLAIRES

TRANSISTORS BIPOLAIRES TRANSISTORS BIPOLAIRES Licence Physique et Application - Semestre 4 1. L effet transistor 2. Polarisation d un transistor 3. Montages de base 4. Classes d amplification 5. transistor à effet de champ Attention,

Plus en détail

TRANSISTORS A EFFET DE CHAMP DE TYPE MOS. Réalisation d une résistance active de valeur moyenne

TRANSISTORS A EFFET DE CHAMP DE TYPE MOS. Réalisation d une résistance active de valeur moyenne TRANITOR A EFFET E CHAMP E TYPE MO MO de type N à enrichissement du canal Fonctionnement et équations MO de type N à appauvrissement du canal Fonctionnement et équations ilan : Comparaison entre les deux

Plus en détail

1 Les familles logiques

1 Les familles logiques 1 Les familles logiques 1.1 Fonctions logiques câblées Avec l invention de la diode, et longtemps avant la mise au point du transistor et du circuit intégré, il fut possible de câbler directement certains

Plus en détail

LE TRANSISTOR MOS. Introduction. Description structurelle. Description comportementale. Quelques développements Analytiques. Exemples d'utilisation

LE TRANSISTOR MOS. Introduction. Description structurelle. Description comportementale. Quelques développements Analytiques. Exemples d'utilisation LE TRANSISTOR MOS Introduction Description structurelle Description comportementale Quelques développements Analytiques Exemples d'utilisation 1 INTRODUCTION Avant Actuellement Transistor à effet de champ:

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 3: Le MOSFET

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 3: Le MOSFET GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 3: Le MOSFET Contenu du chapitre Fonctionnement du MOSFET On verra comment le MOSFET fonctionne, et comment l utiliser dans des circuits simples. Fonctionnement dynamique

Plus en détail

Transistors à effet de champ (FET)

Transistors à effet de champ (FET) Composants de l'électronique Transistors à effet de champ (FET) 1ère année IFIPS Département Electronique 2008-2009 Cédric KOENIGUER Composants de l'électronique 1 Introduction à l'effet de champ Type

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures

ÉCOLE POLYTECHNIQUE Promotion 2009. CONTRÔLE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 Lundi 12 juillet 2010, durée : 2 heures ÉCOE POYTECHNIQUE Promotion 2009 CONTRÔE DU COURS DE PHYSIQUE PHY311 undi 12 juillet 2010, durée : 2 heures Documents autorisés : cours, recueil de problèmes, copies des diapositives, notes de PC Indiquer

Plus en détail

1. TRANSISTOR BIPOLAIRE

1. TRANSISTOR BIPOLAIRE Inventé en 1948 par les Américains J. Bardeen, W. Brattain et W. Shockley, le transistor est un composant à semi-conducteur qui remplit deux fonctions vitales en électronique: celles d'amplificateur (c'est

Plus en détail

Le transistor bipolaire

Le transistor bipolaire Le transistor bipolaire Présentation générale Transistor bipolaire : élément actif à 3 accès (Base (B), ollecteur (), metteur ()) constitué de 3 couches semiconductrices NPN et PNP. Transistor NPN B I

Plus en détail

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES

CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES CHAPITRE IV: ONDES DE CHOCS DROITES Nous avons souligné au chapitre II, ainsi qu au chapitre III, que pour les écoulements à grande vitesse le modèle continu ne permettait pas de décrire la totalité des

Plus en détail

Mesure du rythme cardiaque

Mesure du rythme cardiaque (correcteur : Jean Gasc http://jeaga.voila.net/) Mesure du rythme cardiaque I - Étude du détecteur de flux sanguin 1. Étude de la source lumineuse Loi de la maille : U cc = R 1. I d + U f R 1 = (U cc -

Plus en détail

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur

Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Cours 7. Introduction des composants à semiconducteur Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Rappel sur la structure atomique des isolants

Plus en détail

Int 1 2 R. Int 2. Figure 1

Int 1 2 R. Int 2. Figure 1 Examen partiel Electronique I 19.03.2003 Systèmes de Communications (Prof. A.M. Ionescu) Durée : 1h45 heures P1 : Soit le circuit de la Figure 1, ci-dessous : 2 M Int 1 A 2 2 N 2 Int 2 U U Figure 1 B Q1

Plus en détail

Lois générales dans le cadre de l ARQS

Lois générales dans le cadre de l ARQS MPS - Électrocinétique - Lois générales dans le cadre de l AQS page /6 Lois générales dans le cadre de l AQS AQS=Approximation des égimes Quasi Stationnaires, consiste à négliger les temps de propagation

Plus en détail

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)».

1.1. Remplacer le début des phrases suivantes par : «La tension aux bornes d un(e)» ou «L intensité du courant dans un(e)». BTS 2003 Le problème porte sur l impression de tickets de caisse du système de distribution de cartes d entrée de piscine. Dans la première partie, on étudiera l impression thermique de tickets de caisse,

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent

PHYSIQUE. Lampe à incandescence et bilans thermiques. Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent PHYSIQUE Lampe à incandescence et bilans thermiques Partie I - Lampe à incandescence en régime permanent IA - Détermination de la température du filament Le filament d une ampoule à incandescence est constitué

Plus en détail

Analogie avec le transistor bipolaire : Grille = Base, Source = Emetteur, Drain = Collecteur.

Analogie avec le transistor bipolaire : Grille = Base, Source = Emetteur, Drain = Collecteur. MOS = Metal Oxyd Silicium 1 ) LES TRANSISTORS E-MOS : Il s'agit d'un transistor à effet de champ dont la grille est isolée du canal par un isolant. A l'état repos : sans alimentation de l'électrode de

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

7ème leçon : Le transistor à effet de champ à grille isolée : le MOSFET. » Régime linéaire ou ohmique» Régime saturé ou transistor

7ème leçon : Le transistor à effet de champ à grille isolée : le MOSFET. » Régime linéaire ou ohmique» Régime saturé ou transistor 7ème leçon : Le transistor à effet de champ à grille isolée : le MOFET I. MO à enrichissement tructure et symbole Comportement du MOFET» Régime linéaire ou ohmique» Régime saturé ou transistor Courbes

Plus en détail

ETUDE D UN THERMOELEMENT

ETUDE D UN THERMOELEMENT TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble ETUDE D UN THERMOELEMENT BUT DU T.P. Mettre en évidence et comprendre les effets thermoélectriques. On cherchera

Plus en détail

Mesure de la conductivité des eaux

Mesure de la conductivité des eaux Mesure de la conductivité des eaux La conductivité est utilisée pour la détermination de quantité de matière dans une solution (nombre de moles dissoutes par litre). Les applications industrielles de mesure

Plus en détail

Conductivité conductimétrie

Conductivité conductimétrie Conductivité conductimétrie I. Généralités sur les milieux conducteurs Le courant électrique est dû à un mouvement d'ensemble des porteurs de charges sous l'action d'un champ électrique. Ils sont de trois

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

ER/EN1- IUT GEII Juan Bravo 1

ER/EN1- IUT GEII Juan Bravo 1 1 Objectifs Connaitre le principe de fonctionnement de la diode de la diode zéner du transistor Maîtriser et manipuler des modèles équivalents statiques de la diode de la diode zéner Du transistor Etre

Plus en détail

ETUDE DE LA JONCTION PN D UN SEMI-CONDUCTEUR A L EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE

ETUDE DE LA JONCTION PN D UN SEMI-CONDUCTEUR A L EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE Journal of Electron Devices, ol. 5, 2007, pp. 22-26 JED [ISSN: 682-3427 ] Journal of Electron Devices ETUDE DE LA JONCTION PN D UN SEMI-CONDUCTEUR A L EQUILIBRE THERMODYNAMIQUE I. Sari-Ali, B. Benyoucef,

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

Transistor bipolaire

Transistor bipolaire Transistor bipolaire I. Introduction : Le transistor fait partie des composants que l'on retrouve sans exception dans toutes les applications de l'électronique. Amplification de tension, amplification

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS?

Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS? Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS? C MOS (Complementary MOS) = assemblage technologique permettant de réaliser sur un même substrat des transistors N MOS et P MOS N+ N+ P+ P+ Caisson NECESSITE DE CREER

Plus en détail

Transistors, amplificateur à transistors.

Transistors, amplificateur à transistors. Chapitre 6 Transistors, amplificateur à transistors. 6.1 Histoire de transistors. Au cours de la deuxième moitié du XXème siècle, l Electronique a connu un développement sans précédent sur le plan technologique.

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Transmission FM sur fibre optique

Transmission FM sur fibre optique Transmission FM sur fibre optique L utilisation d une fibre optique permet de transporter un signal sur de grandes distances avec une très bonne immunité aux parasites. Le signal optique qui y transite

Plus en détail

Atelier Inter Universitaire de Microélectronique

Atelier Inter Universitaire de Microélectronique J3eA - Vol. 4 (2005) DOI : 10.1051/bib-j3ea:2005015 Initiation à la simulation bidimensionnelle Environnement SILVACO ( ATHENA ATLAS) A. CAZARRE, N. NOLHIER, F.MORANCHO, P. AUSTIN, P.CALMON Université

Plus en détail

DS3 de physique-chimie

DS3 de physique-chimie MPSI1 le 24/10/09 exercice 1 : défibrillateur cardiaque DS3 de physique-chimie 4 heures En 1947, le Dr Claude BECK invente dans l Hôpital Universitaire de Cleveland le défibrillateur fonctionnant avec

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES TRANSDUCTEURS I DEFINITIONS 1 Exemple E x O X B V Le potentiomètre convertit une grandeur d entrée mécanique, la distance x en une grandeur de sortie électrique, la tension

Plus en détail

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 6-7 Epreuve du 6 mars 7 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES GENIE PARASISMIQUE Sujet No, durée : heures Les copies doivent être rédigées en français et écrites

Plus en détail

Chapitre 3 : l énergie électrique

Chapitre 3 : l énergie électrique STI2D Chapitre 3 : l énergie électrique Partie 6 : les composants de l électronique Pré-requis : Connaissance générales sur l'électricité Connaissances générales sur l'énergie Compétences visées : Être

Plus en détail

Introduction au cours de physique (1)

Introduction au cours de physique (1) Introduction au cours de physique () Exercices : Petites variations, valeurs moyennes Calculs de petites variations Méthode De manière générale : il est souvent plus simple de faire une différentiation

Plus en détail

GENERER UNE TENSION CONSTANTE

GENERER UNE TENSION CONSTANTE GENERER UNE TENSION CONSTANTE ALIMENTATIONS STABILISÉES Page 1 I/ INTRODUCTION ET RAPPELS Le système de distribution électrique en France géré par Electricité de France assure la distribution d'une tension

Plus en détail

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement

CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement BTS électrotechnique 2 ème année - Sciences physiques appliquées CH2 : Les mécanismes de transmission du mouvement Motorisation des systèmes. Problématique : En tant que technicien supérieur il vous revient

Plus en détail

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs

Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Conception de circuits numériques et architecture des ordinateurs Frédéric Pétrot et ébastien Viardot Année universitaire 2011-2012 tructure du cours C1 C2 C3 C4 C5 C6 C7 C8 C9 C10 C11 C12 Codage des nombres

Plus en détail

Corps remorqué dans l eau

Corps remorqué dans l eau ACCUEIL Corps remorqué dans l eau Frédéric Elie, août 2007 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Les composants électroniques de commutation

Les composants électroniques de commutation Les composants électroniques de commutation Chapitre IV LE TRANSISTOR MOSFET Sommaire 1 PRINCIPE... 40 1.1 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 41 1.2 COMPOSANTS PARASITES DU MOSFET... 42 1.2.1 Les capacités

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

Carte de Pilotage des Bras

Carte de Pilotage des Bras Carte de Pilotage des Bras But : Cette carte est destinée à piloter (rentrer / sortir) les deux bras du robot : Le bras latéral permettant de faire tomber les quilles ; Le bras permettant de ramasser les

Plus en détail

Adaptation à une ligne téléphonique (RTCP)

Adaptation à une ligne téléphonique (RTCP) SYSTEME POINTEL Adaptation à une ligne téléphonique (RTCP) Ce document prend support sur un extrait du sujet national d Etude de Système Technique du BTS électronique (2000), merci aux auteurs pour le

Plus en détail

TP-cours n 7 : Câble coaxial

TP-cours n 7 : Câble coaxial TP-cours n 7 : Câble coaial Matériel disponible : Câble coaial enroulé de 100m, GBF Centrad, adaptateurs BNC-banane, boite à décade de résistances. I Équation de propagation dans le câble coaial I.1 Introduction

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial

Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Travaux pratiques Série 2 Physique des Ondes : Propagation d ondes électrocinétiques dans un câble coaxial Objectifs du TP : Mesurer la vitesse de propagation d un signal dans un câble coaxial. Observer

Plus en détail

Electronique de puissance et vitesse variable

Electronique de puissance et vitesse variable L électronique de puissance au service de la vitesse variable Ce cours utilise de nombreux ouvrages et sites web sur lesquels j ai repris des photos ou des diagrammes. Je tiens à remercier toutes les personnes

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Chapitre 1. Les composants de puissance en SiC

Chapitre 1. Les composants de puissance en SiC Chapitre 1 Les composants de puissance en SiC Ce chapitre décrit les propriétés électriques du carbure de silicium et montre les avantages d'employer le SiC à la place d'autres matériaux semiconducteurs.

Plus en détail

Les calculatrices sont interdites.

Les calculatrices sont interdites. Les calculatrices sont interdites. NB. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui peut lui

Plus en détail

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S

ETUDE DES E VI V B I RATIO I N O S ETUDE DES VIBRATIONS 1 Chapitre I - Présentation et définitions 2 Les objectifs à atteindre: 1) Savoir décrire le modèle de l'oscillateur harmonique et savoir l'appliquer à l'étude des systèmes physiques

Plus en détail

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie

MEÉF 1 - Mathématiques DS2-5 octobre 2015 Analyse - Géométrie MEÉF - Mathématiques DS2-5 octobre 25 Analyse - Géométrie Eercice Soit E un K-espace vectoriel (K étant le corps R ou C). Deu normes N et N 2 sur E sont dites équivalentes s il eiste deu constantes réelles

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE CONTRÔLE MI-SESSION

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE CONTRÔLE MI-SESSION ELE2302 Circuits électroniques Solution contrôle, Hiver 2006 Durée : 2h00 Feuilles manuscrites et calculatrices autorisées ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE

Plus en détail

LES MONTAGES AMPLIFICATEURS FONDAMENTAUX A TRANSISTORS BIPOLAIRES

LES MONTAGES AMPLIFICATEURS FONDAMENTAUX A TRANSISTORS BIPOLAIRES LS MONTAGS AMPLIFIATURS FONDAMNTAUX A TRANSISTORS IPOLAIRS Philippe ROUX 2005 AMPLIFIATUR A TRANSISTOR NPN MONT N MTTUR OMMUN 1 PARTI : ONPTION DU MONTAG MTTUR OMMUN On considère le montage donné en figure

Plus en détail

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 8: Mémoires semi-conducteur

GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 8: Mémoires semi-conducteur GELE5340 Circuits ITGÉ (VLSI) Chapitre 8: Mémoires semi-conducteur Contenu du chapitre Ce chapitre comprend une introduction aux mémoires à base de semi-conducteurs dans les circuits intégrés. ROM ROM

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

Electronique ultime. Sylvie Galdin-Retailleau, Arnaud Bournel, Philippe Dollfus

Electronique ultime. Sylvie Galdin-Retailleau, Arnaud Bournel, Philippe Dollfus Electronique ultime Sylvie Galdin-Retailleau, Arnaud Bournel, Philippe Dollfus Institut d'electronique Fondamentale - Bât. 220 - Université Paris Sud - 91405 Orsay Cedex Tél. : 01 69 15 40 25, Fax : 01

Plus en détail

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS En classe de 5 ème : Comprendre, réaliser et représenter un circuit électrique simple Comprendre ce qu est un courant électrique et déterminer le sens du courant dans un circuit électrique Distinguer conducteur

Plus en détail

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Exercices E. On donne R 4Ω et V 9,5 V, la différence de potentiel aux bornes de cette résistance, et R 6Ω et V 0V. Le courant qui parcourt chacune des résistances

Plus en détail

2. Circuits à diodes. 2.1. Description d'une jonction semi-conductrice

2. Circuits à diodes. 2.1. Description d'une jonction semi-conductrice 2.1. Description d'une jonction semi-conductrice On sait que l'atome de silicium possède quatre électrons de valence sur sa couche périphérique. Comme ceux-ci ne sont pas libres de circuler, le silicium,

Plus en détail

Le transistor MOS en mode commuté et l interface numérique à analogique

Le transistor MOS en mode commuté et l interface numérique à analogique Laboratoire 4 ELE2302 - Circuits électroniques Département de Génie Electrique Hiver 2012 Titre Le transistor MOS en mode commuté et l interface numérique à analogique Chargé de laboratoire Nom Mohammed

Plus en détail

Visiter notre Forum : http://prepa-book.forummaroc.net/ Visiter notre page : https://www.facebook.com/bibliotheque.electronique.des.classes.

Visiter notre Forum : http://prepa-book.forummaroc.net/ Visiter notre page : https://www.facebook.com/bibliotheque.electronique.des.classes. Visiter notre Forum : http://prepa-book.forummaroc.net/ Visiter notre page : https://www.facebook.com/bibliotheque.electronique.des.classes.prepa https://www.facebook.com/groups/bibliotheque.electronique.des.classes.prepa/

Plus en détail

Devoir Surveillé n 2

Devoir Surveillé n 2 Devoir Surveillé n 2 Les candidat(e)s veilleront à exposer leurs réponses avec clarté et rigueur, rédiger avec soin dans un français correct et reporter dans la marge les numéros des questions traitées.

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Notes provisoires LE202

Notes provisoires LE202 Chapitre 5 Capteurs et conditionneurs 5.1 Introduction Exemples 5.1.1 Terminologie Le mesurandem est la grandeur physique à mesurer, par exemple un déplacement, une vitesse, une pression, une température,

Plus en détail

Les transistors et leurs applications

Les transistors et leurs applications Les transistors et leurs applications PLAN 1. Les amplificateurs 2. Les transistors Bipolaires 2.1. Définition 2.2. La commutation 2.3. L amplification 3. Les transistors à effet de champs 3.1. Définition

Plus en détail

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier

embrayage ou transmission hydraulique (frottements visqueux) ex. : engin de chantier G. Pinson - Physique Appliquée Machine asynchrone - C34 / 1 C34 - Machine Asynchrone (MAS) Moteur asynchrone Transmissions mécaniques asynchrones (transmissions de couple) : P m s bain d huile ailettes

Plus en détail