n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3"

Transcription

1 Bulle nmensuel n 91 Août 1 Directeur de publica on : Ambroise Fayolle Rédac on : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais Bloomberg TREX<GO> Reuters <TRESOR> Actualité de l Agence France Trésor Actualité économique Données générales sur la de e Marché secondaire De e négociable de l État Économie française et comparaisons interna onales page 1 page page 3 page 5 page 6 page 8 L Agence France Trésor a pour mission de gérer la de e et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures condi ons de sécurité Actualité de l Agence France Trésor Les inves sseurs à la recherche de rendement se reportent sur des maturités plus longues La France a pris de l avance dans l exécu on de son programme d émission 1. À fin juillet, l Agence France Trésor a déjà émis 1,5 Mds de de es à moyen et long terme, à comparer à 13,9 Mds l année dernière à la même période. À ceci s ajoute un environnement d infla on et de taux bas qui permet de bénéficier d un faible coût de financement. De fait, la loi de finances rec fica ve adoptée par le Parlement en juillet prévoit une annula on de 1,8 Md sur la charge de la de e par rapport à la loi de finances ini ale. Ce e annula on est le reflet d une infla on (1 Md d allègement) et de taux d intérêt (,8 Md d allègement) plus faibles que prévu en loi de finances ini ale pour 1. Le coût moyen à l émission des tres de de e à moyen et long terme s établit à 1,51% fin juillet 1, plus bas encore que le coût moyen de financement de 1,5% a eint en 13. L environnement de taux bas associé à une pen fica on de la courbe sur la zone 1 ans depuis fin 13 (+18 points de base entre le 31 décembre 13 et le 1 er août 1 alors que, sur la zone 1 ans, la courbe s est apla e de 8 points de base sur ce e même période) conduit certains inves sseurs à acheter des maturités plus longues pour accroître leurs rendements. Volumes émis (en mds d'euros) Janvier-Juillet 13 Janvier-Juillet 1,5 17,9 9,9 5,9 1,5 35,9 33,5 18,1 6,6 3,3 ans 5 ans 6-7 ans 1 ans 15 ans et plus Ainsi, sur les sept premiers mois de l année, les volumes émis sur la zone 6 7 ans ont fortement reculé par rapport à la même période en 13 (- 9,1 Mds) au profit de maturités plus longues (1 ans et surtout 15 ans) dont les volumes émis ont augmenté de 11, Mds. Ce e dynamique est favorisée par le principe de flexibilité de la stratégie d émission de l AFT, qui, allié à la régularité et la transparence de sa poli que, lui permet d éme re sur des secteurs où la demande s exprime de façon la plus importante. En effet, l AFT n a pas de cible de durée de vie moyenne de la de e négociable, d autant que ce e dernière demeure rela vement stable autour de 7 ans, soit un niveau supérieur ou égal à celui des grands éme eurs de la zone euro (Allemagne, Italie, Espagne). 1

2 Actualité économique Évolu on de la déten on de de e publique française par les non résidents en 13 La Banque de France a publié en juin son rapport annuel 13 de la balance des paiements et la posi on extérieure de la France. Outre une légère améliora on du solde des transac ons courantes, à -1,% du PIB contre -1,5% en 1, le rapport compile les données rela ves aux achats et à la déten on de la de e publique française par les nonrésidents. En 13, les inves sseurs étrangers ont été acheteurs nets de tres publics français : les flux d inves ssement nets totaux s élèvent à 81 Md. Ces chiffres montrent un regain d appé t des inves sseurs étrangers pour la de e publique française, avec des achats nets davantage en ligne avec les montants qui prévalaient avant la crise de la zone euro (graphique 1 ci-dessous) Graphique 1 : Opérations des non résidents sur titres des administrations publiques françaises (Md euros) Source: Banque de France La déten on de la de e publique française par les nonrésidents s établit à fin 13 à 1 155, Md, en hausse de 6% par rapport à 1. Obligations à moyen/long terme Total Cet appé t pour les obliga ons françaises, notamment celles à moyen et long terme, peut s expliquer par leur statut de valeur refuge au sein de la zone euro dans un contexte de reprise économique modérée, avec une forte corréla on des taux français et allemands (graphique cidessous), et par une rémunéra on des tres français significa vement supérieure à celle des tres allemands (le taux à 1 ans des obliga ons du Trésor français s établit au 19 août à 1,39% contre 1% pour les obliga ons allemandes). 1% 8% 6% % % % -% juin-11 nov.-11 avr.-1 sept.-1 févr.-13 juil.-13 déc.-13 mai-1 Source: Bloomberg Au total, au 1er trimestre 1, la part des non-résidents dans la déten on de la de e négociable de l État s établit à 6,6% (graphique 3 ci-dessous). Au cours de la crise, ce e part a été assez stable. Elle a a eint un pic en juin 1 à 7,6% et est en hausse depuis le 1 er trimestre 13. 8% 7% 6% 5% % 3% % 1% Graphique : Corrélation sur 1 jours glissants entre les taux d'intérêt français et allemand à 1 ans Graphique 3 : part des investisseurs non résidents dans la détention de la dette négociable de l'etat % déc.-93 juil.-96 févr.-99 sept.-1 avr.- nov.-6 juin-9 janv.-1 Source: Banque de France La part importante des non résidents reflète l a rait que présente la France aux yeux des inves sseurs interna onaux, elle est également un facteur posi f dans la ges on de la de e de l État dans la mesure où la diversifica on de la base des inves sseurs permet une moindre dépendance à l égard d une zone géographique ou d une catégorie spécifique d inves sseurs données, ainsi qu une moindre vola lité du taux d emprunt.

3 Données générales sur la de e Calendrier indica f d adjudica on Court terme Moyen terme Long terme Indexés Septembre 1 date d adjudication date de règlement oct Octobre 1 date d adjudication // date de règlement // 7 De e négociable à moyen et long terme de l État au 31 juillet 1 Encours actualisé par ligne, en milliards d euros Moyen et Long Terme : émissions de l année et cumul au 31 juillet OAT /16 BTAN 7/16 BTANi 7/16 OAT 11/16 OAT /17 BTAN 7/17 OAT 1/17 OAT 5/18 OAT i 7/18 OAT 5/19 OATi 7/19 OAT 11/19 OAT 1/ OAT /1 OATi 7/1 OAT / OAT 1/ OATi 7/3 OAT 5/ OAT i 7/ OAT 11/ OAT 1/7 OATi 7/9 OAT i 7/3 OAT 11/3 OAT 1/3 OAT 5/5 OAT /6 émis avant 1 émis en 1 Émissions ne es des rachats au 31 juillet , 39, 55,1 7,5 85, 15, 11, jan. fév. mars avr. mai juin juil. août sept. oct. nov. déc. Moyen et Long Terme : échéancier prévisionnel au 31 juillet 1 Mois Intérêts Amortissements août-1 sept oct nov-1. déc-1 janv févr mars-15 avr mai-15.1 juin-15 juil

4 Données générales sur la de e Déten on par les non résidents des tres de la de e négociable de l État : 1 er trimestre 1 En % de la de e négociable exprimée en valeur de marché Déten on des tres de la de e négociable de l État par groupe de porteurs : 1 er trimestre 1 Structure en % exprimée en valeur de marché ,3 65, 66, 67,8 69,3 7,6 67,8 67, 65,3 66, 65,7 6, 63,6 63,9 6,7 61,9 61,7 63, 6,5 65,1 6,6 18,7 11, 1,8 3,7 non résidents assurances françaises établissements de crédit français OPCVM français 3/9** 6/9** 9/9** 1/9** 3/1** 6/1** 9/1** 1/1** 3/11* 6/11* 9/11* 1/11* 3/1* 6/1* 9/1* 1/1* 3/13 6/13 9/13 1/13 3/1 6,6 autres (français) * Chiffres établis avec les posi ons tres trimestrielles ** Chiffres révisés avec la posi on tres défini ve Source : Banque de France Source : Banque de France De e négociable de l État au 31 juillet 1 En euros Total Dette à Moyen et Long Terme Encours démembré Durée de vie moyenne 7 ans et 353 jours Total Dette à Court Terme Durée de vie moyenne 13 jours ENCOURS TOTAL Durée de vie moyenne 7 ans et 11 jours De e négociable de l État et contrats d échanges de taux d intérêt («swaps») au 31 juillet 1 Fin 11 Fin 1 Fin 13 Fin juin 1 Fin juillet 1 Encours de la dette négociable dont titres indexés Moyen et Long Terme Court Terme Encours de swaps Durée de vie moyenne de la dette négociable avant swaps 7 ans 7 ans 7 ans 6 ans 7 ans 57 jours 37 jours 5 jours 33 jours 11 jours après swaps 7 ans 7 ans 7 ans 6 ans 7 ans 5 jours 3 jours jours 31 jours 9 jours

5 Marché secondaire Courbe des taux sur tres d État français Valeur en fin de mois, en % Volume moyen des transac ons quo diennes sur les tres à moyen et long terme an5 ans1 ans ans 3 ans 5 ans 7/1 7/13 7/1 6/1 8/1 1/1 1/1 /13 /13 6/13 8/13 1/13 1/13 /1 /1 6/1 Source : Bloomberg Montant des opéra ons de démembrement et de remembrement Source : déclara ons des SVT 5 remembrement démembrement encours démembré (->) Source : Euroclear Encours des pensions des SVT en fin de mois taux fixe taux variable autres /1 8/1 1/1 1/1 /13 /13 6/13 8/13 1/13 1/13 /1 /1 6/1 Source : déclara ons des SVT 5

6 De e négociable de l État De e à court terme au 31 juillet 1 Échéance Encours ( ) BTF 7 août BTF 1 août BTF 1 août BTF 8 août BTF septembre BTF 11 septembre BTF 18 septembre BTF 5 septembre BTF octobre BTF 9 octobre BTF 16 octobre BTF 3 octobre BTF 3 octobre BTF 13 novembre BTF 7 novembre BTF 11 décembre BTF décembre BTF 8 janvier BTF 5 février BTF 5 mars BTF avril BTF 3 avril BTF 8 mai BTF 5 juin BTF 3 juillet De e à moyen et long terme (échéances 1 18) au 31 juillet 1 code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR1639 BTAN,75% 5 septembre 1 15 FR1115 OAT % 5 octobre Échéance FR BTAN,5% 15 janvier FR OAT 3,5% 5 avril FR BTAN % 1 juillet FR OAT i 1,6% 5 juillet (1) 1, FR11681 OAT 3% 5 octobre FR11571 OAT,5% 5 novembre Échéance FR BTAN,5% 5 février FR OAT 3,5% 5 avril FR BTAN,5% 5 juillet FR BTANi,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT 5% 5 octobre FR OAT,5% 5 novembre Échéance FR17353 BTAN 1,75% 5 février 17 3 FR OAT 3,75% 5 avril FR17669 BTAN 1% 5 juillet FR OATi 1% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre Échéance FR16983 OAT % 5 avril FR OAT 1% 5 mai FR OAT i,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre FR OAT 1% 5 novembre (1) valeur nominale x coefficient d indexa on (valeur nominale si le coefficient est inférieur à 1) 6

7 De e négociable de l État De e à moyen et long terme (échéances 19 et plus) au 31 juillet 1 code libellé encours ( ) coeff. ind. encours nomi. ( ) démembrés ( ) Échéance FR OAT,5% 5 avril FR11788 OAT 1% 5 mai FR1853 OATi 1,3% 5 juillet (1) 1, FR5791 OAT 8,5% 5 octobre FR OAT 3,75% 5 octobre FR OAT,5% 5 novembre FR5795 OAT cap. 9,8% 31 décembre () Échéance FR18518 OAT 3,5% 5 avril 36 3 FR15559 OAT i,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre 3 81 Échéance FR OAT 3,75% 5 avril FR11376 OATi,1% 5 juillet (1) 1, FR OAT 3,5% 5 octobre Échéance FR571 OAT 8,5% 5 avril FR OAT 3% 5 avril 3 3 FR OAT i 1,1% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre 957 Échéance FR57185 OAT 8,5% 5 avril FR OAT 1,75% 5 mai FR OATi,1% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 octobre Échéance FR OAT,5% 5 mai 8 18 FR11788 OAT i,5% 5 juillet (1) 1, FR OAT 1,75% 5 novembre 1 1 Échéance FR57115 OAT 6% 5 octobre Échéance FR19169 OAT 3,5% 5 avril Échéance FR11875 OAT i 1,85% 5 juillet (1) 1, FR OAT,75% 5 octobre Échéance FR5716 OAT zéro coupon 8 mars (3) Échéance FR57118 OAT 5,5% 5 avril FR18613 OATi 3,% 5 juillet (1) 1, Échéance 3 et plus FR OAT,5% 5 mai FR OAT i,7% 5 juillet (1) 1,6 3 5 FR OAT i 3,15% 5 juillet (1) 1, FR OAT 5,75% 5 octobre FR176 OAT,75% 5 avril FR13711 OAT % 5 octobre FR17367 OAT i 1,8% 5 juillet (1) 1, FR OAT,5% 5 avril FR OAT 3,5% 5 mai 5 11 FR OAT % 5 avril FR OAT % 5 avril (1) valeur nominale x coefficient d indexa on (valeur nominale si le coefficient est inférieur à 1) () y.c. intérêts capitalisés au 31/1/13 ; non offerte à la souscrip on (3)valeur actualisée au 8/3/13 ; non offerte à la souscrip on 7

8 Économie française et comparaisons interna onales Derniers indicateurs conjoncturels Situa on mensuelle du budget de l État Production industrielle, glissement annuel -,% 6/1 Consommation des ménages*, glissement annuel,% 6/1 Taux de chômage (BIT) 1,1% 3/1 Prix à la consommation, glissement annuel ensemble,5% 7/1 ensemble hors tabac,3% 7/1 Solde commercial, fab-fab, cvs -5, Md 6/1 " " -,9 Md 5/1 Solde des transactions courantes, cvs -7, Md 6/1 " " -3,3 Md 5/1 Taux de l'échéance constante 1 ans (TEC1) 1,7% 31/7/1 Taux d intérêt à 3 mois (Euribor),9% 31/7/1 Euro / dollar 1, /7/1 Euro / yen 137,66 31/7/1 * produits manufacturés Sources : Insee, Minefi, Banque de France Solde du budget général ,16-75, -39,9-3,55 -,78 Recettes 86,1 31,5 15,3 15,65 151,57 Dépenses 37,17 376,68 185,1 196,1 19,35 Solde des comptes spéciaux du Trésor Solde général d exécution Source : Minefi niveau à la fin juin 1,1,56-16,78-15,76-16,6 87,15 7,87 56,68 59,31 59,1 Finances publiques : déficit et de e En % du PIB ,5 3,1,1 3,6,9,3,7 3,3 7,5 7, 5,,9, Déficit (échelle gauche) Dette (échelle droite) hors impact des garanties européennes Dette (échelle droite) avec impact des garanties européennes Sources : Insee, Programme de stabilité 1 17 De e des administra ons publiques en 13 En % du PIB 3, ,1 93,5 78, 13,6 9,7 1,5 Sources : Eurostat (/1), FMI (/1) 8

9 Économie française et comparaisons interna onales Calendriers des indicateurs économiques français Septembre 1 Octobre 1 / 9/ 1 Demandeurs d emploi 1 T (BIT) Eurozone economic outlook - ème trimestre 13 9/ 9/ 1 Commerce extérieur en juillet 9/1 Commerce extérieur en août 1/ 9/ 1 Production industrielle en juillet 1/1 Production industrielle en août 1/ 9/ 1 Emploi salarié : 1 T 1/1 Balance des paiements en août 11/ 9/ 1 Prix à la consommation : indice d'août 1/1 Prix à la consommation : indice de septembre 1/ 9/ 1 Balance des paiements en juillet 16/1 Inflation (IPCH) indice de septembre 16/ 9/ 1 3/ 9/ 1 3/ 9/ 1 / 9/ 1 Inflation (IPCH) : indice d'août 3/1 Conjoncture dans l industrie : enquête trimestrielle d'octobre Comptes nationaux trimestriels : résultats détaillés 1 T Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle de septembre 3/1 Conjoncture dans l industrie : enquête mensuelle d'octobre /1 Demandeurs d emploi en septembre Demandeurs d emploi en août 8/1 Construction neuve en septembre 3/ 9/ 1 3/ 9/ 1 3/ 9/ 1 Construction neuve en août 9/1 Conjoncture auprès des ménages : enquête d'octobre Prix à la production dans l industrie : indice de Investissements dans l industrie : enquête de août 31/1 septembre Consommation des ménages en produits manufacturés Réserves nettes de change en août 31/1 en septembre Sources : Insee, Eurostat 9

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 BulletinMensuel n 3 1 M a r s 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais et russe http://www.aft.gouv.fr

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 2009

BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 2009 BULLETIN MENSUEL - N 229 Juin 29 DONNEES GENERALES SUR LA DETTE... 1 MARCHE PRIMAIRE... 2 MARCHE SECONDAIRE... 4 TRIBUNE LIBRE... 6 ECONOMIE FRANCAISE... 7 COMPARAISONS INTERNATIONALES... 8 DETTE NEGOCIABLE

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1) Evolution des principaux indicateurs macroéconomiques Indicateurs 2010 2011 2012 (p) 2013 (p) 2014 (p) 2015 (p) Croissance du PIB à prix constants (%

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

EURO-BULLETIN EURO FLASH J -273 L ÉCONOMIE FRANÇAISE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE

EURO-BULLETIN EURO FLASH J -273 L ÉCONOMIE FRANÇAISE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE INNOVATION SIMPLICITÉ LIQUIDITÉ TRANSPARENCE 99 OAT 8, % 11- OAT 7, % - OATi % 7-9 OAT,% -8 OAT TEC 1 1-9 OAT 6, % -11 OAT 8, % - OAT, % -9 BTAN 7,7 % - OAT % EURO-BULLETIN -9 BTAN, % 7- BTF /11/99 BTF /9/99 OAT 8, % 11- OAT 7, % - OATi % 7-9 OAT,%

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH MARCHÉS. La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de 2008-2009 RECHERCHE ÉCONOMIQUE MARCHÉS RECHERCHE ÉCONOMIQUE décembre N 99 La prochaine crise sur les marchés financiers risque d être encore plus violente que celle de -9 Nous pensons que la prochaine crise sur les marchés financiers

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 8_1 8_ 8_7 8_1 9_1 9_ 9_7 9_1 1_1 1_ 1_7 1_1 11_1 11_ 11_7 11_1 1_1 1_ 1_7 1_1 13_1 13_ 13_7 13_1 1_1 1_ 1_7 1_1 15_1 15_ 15_7 15_1 16_1 16_ 16_7 16_1 17_1 17_ 17_7 17_1 18_1 18_ 18_7 18_1 BulletinMensuel

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 3 au 7 décembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 3 au 7 décembre 212 SOMMAIRE FRANCE 1. Prix des appartements anciens au 3 ème trimestre 212 : -,5% sur un an, première baisse depuis fin 29, tensions persistantes à Paris 2. Crédits

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Publication du Bulletin BCL 2014/1

Publication du Bulletin BCL 2014/1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Luxembourg, le 20 mars 2014 Publication du Bulletin BCL 2014/1 Le présent communiqué comporte un survol de la situation macroéconomique, une brève présentation des projections d inflation

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements

Essentiel Cliquet. Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Essentiel Cliquet Commerzbank Partners, vos solutions d investissements Instrument financier garanti en capital à l échéance* Une durée d investissement conseillée de 8 ans Indexation à l indice de référence

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION

L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION L ACTIVITÉ DE LA CONSTRUCTION LA CONJONCTURE DU BÂTIMENT Activité en baisse en 2003, vive reprise fin 2003 et début 2004 Activité prévue Activité passée Enquête INSEE : l opinion des chefs d entreprise

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 903. «Gestion de la dette et de la trésorerie de l État» Ministère : 07 «Économie et finances»

Nomenclature d exécution. Compte non doté de crédit 903. «Gestion de la dette et de la trésorerie de l État» Ministère : 07 «Économie et finances» Nomenclature d exécution Compte non doté de crédit 903 «Gestion de la dette et de la trésorerie de l État» Ministère : 07 «Économie et finances» (Version du 13/05/2013 à 09:29:45 ) 1 903 - Gestion de

Plus en détail

DEA de finances publiques. La gestion de trésorerie de l État : une mission assurée par l Agence France Trésor

DEA de finances publiques. La gestion de trésorerie de l État : une mission assurée par l Agence France Trésor DEA de finances publiques La gestion de trésorerie de l État : une mission assurée par l Agence France Trésor 1 1. Les missions et l organisation de l AFT 2. Principales caractéristiques de la dette française

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse

L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse 27 février 2012 1 L assurance vie en janvier 2012 une remontée

Plus en détail

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011 "Un retour sur les causes profondes de la crise de la zone euro". Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 11 Emploi manufacturier

Plus en détail

Données générales sur la dette. page 3

Données générales sur la dette. page 3 Source : AFT, Banque de France BulletinMensuel n 3 1 M a i 1 6 Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en anglais, arabe, chinois, espagnol, français, japonais

Plus en détail

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise»

«Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» 1 «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise» Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Le luxembourg sort du top 10 du classement

Le luxembourg sort du top 10 du classement bilan de Compétitivité 2012 Le luxembourg sort du top 10 du classement l édition 2012 du bilan de Compétitivité positionne le luxembourg au 11 e rang parmi les 27 pays européens. le luxembourg perd non

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Actualité de la dette française

Actualité de la dette française OAT 7,5 % 425 OATi 3 % 729 OAT 5,25 % 428 OAT TEC 1 129 OAT 4 % 129 OAT 5 % 1216 OAT 8,5 % 4223 OAT 5,5 % 4229 OAT 4 % 129 OAT 5,5 % 421 OATi 3,4 % 7229 BTAN 4 % 122 BTAN 4,5 % 722 BTAN 3,5 % 724 BTAN

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N 79 Les marchés financiers ignorent les effets de la hausse future du prix du pétrole Nous pensons que le scénario le plus probable pour le prix du pétrole est : - une

Plus en détail

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE

État de la conjoncture économique de la zone Euro au 31 Octobre 2015. Source: Bloomberg. LÉGENDE Dashboard Economique de la zone Euro Notre tableau de bord vise à aider les investisseurs à comprendre l état de santé économique de la zone Euro. Ce document ne saurait et n a pas vocation à prédire la

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA

1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 4 points à retenir 1 Une croissance plus solide de l'économie mondiale tirée par les USA 2 Réduction du risque de rupture systémique 3 La zone Euro sera en croissance lente, la France aussi. Peu de tensions

Plus en détail

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014

PARAMETRES DE MARCHE. Rapport au 30 Juin 2014. Paramètres de marché au 30 juin 2014 PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 30 Juin 2014 Paramètres de marché au 30 juin 2014 Malgré la publication de chiffres de croissance du 1 er trimestre décevants en zone euro et, plus encore, aux Etats-Unis,

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014. trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1

BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014. trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014 trimestrielle de conjoncture dans l'uemoa 1 BULLETIN MENSUEL DE STATISTIQUES ECONOMIQUES DE L'UEMOA A FIN MARS 2014 (*) Avril 2014

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE er juillet N 78 L anticipation de l action des Banques Centrales l emporte sur les mécanismes normaux de l économie L exemple présent du Royaume-Uni montre à nouveau le rôle

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 15, 13 avril 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La crise redémarre en Europe Création des OAT futures, le 16 avril Profitez

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 50 : T4 2015 Points saillants : Hausse de 10, de la part C sur le trimestre et de 28,5% sur l

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998

Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Moneta Micro Entreprises Codes ISIN parts C : FR0000994980 / parts D : FR0000994998 Lettre trimestrielle n 47 : T1 2015 Points saillants : Hausse de 16,7% de la part C sur le trimestre à 769,43. Encours

Plus en détail

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance PRIVALTO OPPORTUNITÉ ALLEMAGNE Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

Charte SVT. Toute révision ou modification de cette charte fait l objet d une consultation des SVT.

Charte SVT. Toute révision ou modification de cette charte fait l objet d une consultation des SVT. Charte SVT 16 novembre 2012 Introduction Les «Spécialistes en Valeurs du Trésor» (SVT) sont les partenaires privilégiés de l agence France Trésor (AFT) pour la gestion de la dette et de la trésorerie de

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

L interprétation des émissions obligataires sur le Forex

L interprétation des émissions obligataires sur le Forex L interprétation des émissions obligataires sur le Forex Par Philippe Lhermie Trader institutionnel Forex Conférence du 30 mars 2012 Organisée par Lors de cette conférence, nous détaillerons : Pourquoi

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Savoir-faire applicables aux données statistiques. Donnez 3 synonymes de taux de variation...

Savoir-faire applicables aux données statistiques. Donnez 3 synonymes de taux de variation... Savoir faire exigibles Lire et comprendre les taux de variation Application Savoir-faire applicables aux données statistiques Formule pour calculer un taux de croissance à partir de 2 grandeurs G 1 et

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Lettre trimestrielle n 37 : T2 2015 Points saillants : Baisse de 2,1% de la part C sur le trimestre à 220,77. Encours de 2 274

Plus en détail

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts)

I. Conjoncture, budget et politique budgétaire (5 + 8 + 7 = 20 pts) ÉPREUVE ÉCRITE Ministère de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES TECHNIQUES Division administrative et commerciale Section : CG / CC BRANCHE : ECONOMIE

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change

Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & Juin 2013 Les rendez-vous de l Institut Confluences Monnaies & compétitivité Commerce extérieur français & Mardi 11

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 22 juin 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO - AVRIL 2015 En avril 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009

Informations Rapides ISSN 0151-1475 11 février 2009 - n 44 INSEE 2009 INSEE CONJONCTURE Informations Rapides ISSN 151-14 11 février 9 - n 44 INSEE 9 Enquêtes européennes trimestrielles de conjoncture* Janvier 9 Thème «International» DANS L'INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE** Au quatrième

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance Journées de l économie Lyon 10 novembre 011 La soutenabilité de la croissance Quel business plan pour la politique économique de la France? 1 La France en 00 suivant les tendances actuelles Le business

Plus en détail

Contexte de marché au 30 juin 2010

Contexte de marché au 30 juin 2010 DeriveXperts Spécialiste de la valorisation indépendante des produits structurés Contexte de marché au 30 juin 2010 Le second trimestre 2010 a vu se développer une crise dont le déclenchement a été une

Plus en détail

Eclairage sur les PME et ETI

Eclairage sur les PME et ETI Avril 14 Eclairage sur les PME et ETI Un certain nombre d éléments semblent aujourd hui favorables aux Petites et Moyennes Entreprises (PME) et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI). L amélioration

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

BULLETIN MENSUEL AVRIL 2012 N 263 DONNÉES GÉNÉRALES SUR LA DETTE

BULLETIN MENSUEL AVRIL 2012 N 263 DONNÉES GÉNÉRALES SUR LA DETTE L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité. HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 6 N 68 Il faudrait que les Banques Centrales sortent du suivi à court terme de l économie La Réserve Fédérale et la BCE, probablement parce que cela rend leur communication

Plus en détail

L Etat et le financement de l économie

L Etat et le financement de l économie L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi Le financement de l économie Intermédiation Epargne ménages secteur financier Etat sociétés non financières ménages

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national

1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1. L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 1 L environnement financier et macroeconomique international, europeen et national 10 1.1 L environnement macroéconomique

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

La France après un an de crise

La France après un an de crise 1 La France après un an de crise Une crise sans précédent En France, une chute d activité un peu moins prononcée qu ailleurs 0% -1% -2% -3% -4% -5% Baisse cumulée du PIB trimestriel (2ème trimestre 2009

Plus en détail