Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Environnement Economique de l Entreprise. Cas 2 : Les décisions des entreprises"

Transcription

1 Environnement Economique de l Entreprise Cas 2 : Les décisions des entreprises

2 Objectifs du cas : Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment produire?) - Choix de production (combien produire?) - Choix des prix (à qui vendre et à quel prix?) - Les économies d échelle

3 Introduction : Profit Le profit d une entreprise - But de l entreprise : maximiser leurs profits. - Comment écrit-t-on très simplement, le profit d une entreprise en économie? - Profit = Recettes totales Coûts totaux - π = RT CT - A quoi correspondent les recettes totales?

4 Introduction : Profit Le profit d une entreprise - But de l entreprise : maximiser leurs profits. - Comment écrit-t-on très simplement, le profit d une entreprise en économie? - Profit = Recettes totales Coûts totaux - π (Q) = RT CT = P*Q - CT - Recettes totales = Nb. de B&S vendus (Q) * Prix de vente (P) - Quels sont les différents coûts compris dans les coûts totaux? -> Exercice 1.1

5 Ex 1.1 : Les coûts des entreprises Comment décompose-t-on sur le premier graphique le coût total? - Il est décomposé entre coûts fixes et coûts variables. - On a la relation : Coût total = coûts fixes + coûts variables, soit : CT(Q) = CF + CV(Q) - Qu est-ce qu un coût fixe, un coût variable? - Coûts fixes : ce sont des coûts indépendants du nombre d unités produites par une firme. - Exemples? Location ou achat du bâtiment, achat des machines, etc. - Coûts variables : ce sont les coûts qui varient proportionnellement à l activité des firmes. - Exemples? Achat de matières premières, frais d expédition, de transport, etc.

6 Ex 1.1 : Les coûts des entreprises Qu a-t-on représenté sur le deuxième graphique? - Le coût moyen de l entreprise : c est le coût de l entreprise par unité produite. - On a la formule : CM(Q) = CT / Q - Que remarque-t-on? - Le coût moyen commence par être décroissant, puis à partir de Q=3, il est croissant du nombre d unités produites. - Qu est-ce que ça veut dire?

7 Ex 1.1 : Les coûts des entreprises Le concept d économie d echelle : - On parle d économies d échelle lorsque le coût moyen, c est à dire le coût par unité produite, décroit avec la quantité produite. - A quoi cela peut-il être dû? (P. 128/129) - Taille du site de production : Spécialisation et division du travail, Indivisibilité, Principe du contenant, Efficacité plus importante des grandes machines, Produits dérivés, Production en plusieurs étapes - Taille de l entreprise : Economies organisationnelles, Dépenses générales, Économies financières, Economies de variété. - Et lorsque le coût moyen est croissant du nombre d unités produites?

8 Ex 1.1 : Les coûts des entreprises Le concept de déséconomies d échelle : - On parle de déséconomies d échelle lorsque le coût moyen d une entreprise augmente suite à une augmentation du nombre d unités produites. En général, à partir d un certain niveau de production, la firme souffre de déséconomies d échelle. - Quelles peuvent être les raisons? (P.130) - Des problèmes de management et de coordination - La répétitivité du travail

9 Ex 1.1 : Les coûts des entreprises Comment déterminer la taille optimale de l entreprise? - On parle de niveau de production efficient lorsque l entreprise produit au minimum de ses coûts moyens. La taille minimale optimale pour une entreprise sera donc la taille au-delà de laquelle il n est plus possible de réaliser des économies d échelle. - Dans le cas étudié, quel serait le niveau de production efficient pour l entreprise? - Le niveau de production efficient pour l entreprise serait une production de 3 unités. En effet, c est le niveau de production pour lequel les coûts moyens sont minimaux.

10 Ex 1.1 : Résumé Coût total : c est l ensemble des coûts supportés par l entreprise, soit la somme des coûts fixes et des coûts variables. Coûts fixes : ce sont les coûts qui ne varient pas avec le niveau de production. Coûts variables : ce sont les coûts qui varient avec le niveau de production. Coût moyen : c est le coût par unité produite, soit le coût total divisé par le nombre d unités produites. Niveau de production efficient : c est le niveau de production qui minimise les coûts moyens. Taille minimale optimale de l entreprise : taille au delà de laquelle il n est plus possible pour l entreprise de réaliser des économies d échelle.

11 Ex 1.2 : Introduction Pour minimiser ses coûts de production, l entreprise peut également devoir choisir entre plusieurs alternatives pour produire ses B&S. On parle alors d un choix de technique de production. L exercice 1.2 propose d étudier deux techniques de production différentes et de déterminer quelle technique sera plus avantageuse pour l entreprise en fonction du nombre d unités produites.

12 Ex 1.2 : Choix de la technique de production La technique de production 1: - A combien s élèvent les salaires? Le salaire mensuel est de et il faut 10 employés, soit un total de salaires à pour l entreprise. - Quels sont les coûts fixes? C est le coût des machines (dans ce cas, les salaires pourraient être compris dans les coûts fixes). 10 machines à , soit CF = Quels sont les coûts variables pour 0 unités, pour unités produites? Le coût variable est de 4 euros par unité produite. CV(0) = 0 et CV(2 000) = Quel est le coût total pour l entreprise? CT2(Q) = Salaires + CF + CV(Q) = Q

13 Ex 1.2 : Choix de la technique de production La technique de production 2: - A combien s élèvent les salaires? Le salaire mensuel est de et il faut 10 employés, soit un total de salaires à pour l entreprise. - Quels sont les coûts fixes? C est le coût des machines (dans ce cas, les salaires pourraient être compris dans les coûts fixes). 1 chaîne de montage à , soit CF = Quels sont les coûts variables pour 0 unités, pour unités produites? Le coût variable est de 1 euro par unité produite. CV(0) = 0 et CV(2 000) = Quel est le coût total pour l entreprise? CT1(Q) = Salaires + CF + CV(Q) = Q

14 Ex 1.2 : Choix de la technique de Choix de la technique de production. production - Comment l entreprise arbitre-t-elle entre les deux techniques de production? - L entreprise cherche à minimiser ses coûts pour un niveau de production donné. Si le prix des B&S produits par l entreprise est constant, minimiser les coûts revient à maximiser les profits des entreprises. - Cherchons pour quel niveau de production la technique de production 1 sera moins coûteuse pour l entreprise : - Façon 1 : par le tableau. On regarde les colonnes de coûts totaux. On remarque que la technique de production 1 est moins coûteuse jusqu à un niveau de production inférieur à unités. A partir de ce niveau, la technique de production 2 est moins coûteuse pour l entreprise. - Façon 2 : par le calcul. On cherche Q tel que : CT1(Q) < CT2(Q) Soit Q < Q Soit 3Q < => Q < unités. Donc si l entreprise veut produire moins de unités, elle devra choisir la technique de production 1, si l entreprise souhaite produire plus de unités, elle devra choisir la technique de production 2 pour minimiser ses coûts.

15 Ex 1.2 : Choix de la technique de production Choix de la technique de production. - Quel impact d une baisse du salaire mensuel? Les deux techniques de production nécessitent d embaucher un nombre égal de travailleurs. Une baisse du salaire mensuel n aurait alors aucun impact sur le choix des entreprises. Ex : Avec salaire mensuel = 0. CT1(Q) < CT2(Q) => Q < Q => 3Q < => Q < unités.

16 Ex 1.2 : Résumé Technique de production : on appelle techniques de production les différentes alternatives qu une entreprise possède pour produire ses B&S. Choix de la technique : Une entreprise étant rationnelle, elle va choisir la technique de production qui maximise ses profits. Or pour un niveau de production et de prix donnés des B&S produits par une entreprise, maximiser les profits revient à minimiser les coûts de l entreprise (i.e. minimisation du coût total ou du coût moyen).

17 2/5 Ex 2 On distingue les coûts fixes des coûts irrécupérables (sunk costs) Les coûts fixes ne sont pas nécessairement irrécupérables Investissements spécifiques vs. standards Si les investissements sont standard, il est parfois possible de les revendre. Loyer vs. équipements Il est important d ignorer les coûts irrécupérables lors des prises de décision concernant la production de l entreprise. Un agent rationnel ne tient pas compte des coûts irrécupérables dans sa prise de décision Exemple du mauvais film au cinéma, de l achat d un mauvais joueur en NBA ou d un mauvais choix d investissement. Allez-vous continuer dans une mauvaise voie simplement parce que vous avez déjà investi beaucoup?

18 Ex 2 P.Q C(Q) = P.Q (CFR + CFI + CV(Q)) Le profit de l entreprise est égal à zéro lorsque : P= C(Q)/Q = Coût moyen Le profit de l entreprise est égale à - CFI quand : PQ-CFR-CV(Q)=0! P=(CV(Q)+CFR)/Q Donc tant que le prix est supérieur au coût variable moyen (incluant les CFR) il vaut mieux produire, même à perte car l activité permet de couvrir une partie des coûts moyens d exploitation A long terme cette situation est bien sûr intenable

19 Texte 3 : Délocalisation et relocalisation Certaines entreprises peuvent faire le choix, pour minimiser leurs coûts de production, de délocaliser leur production à l étranger. Le texte traite principalement des cas où les entreprises ont relocalisé leur production, c est à dire les cas où les entreprises sont revenues produire dans leur pays d origine (dans ce cas, la France). Nous allons voir que les justifications des délocalisations et celles des relocalisations peuvent être différentes.

20 Texte : Délocalisation et relocalisation Discuter des raisons des délocalisations - Coût de la main d œuvre étrangère par rapport à la main d œuvre française - Investissements productifs des sous-traitants (idem) - Coût des matières premières inférieur dans les PVD Autres arguments? - Fiscalité (impôts et cotisations sociales) - Avant : le prix du pétrole et donc les faibles coûts de transports - Main d œuvre abondante et «docile» - Flexibilité des sous-traitants. F - ET VOIR LA VIDEO DE WIM ELFRINK (4 ) A CE SUJET - On délocalise là où sont les clients, les talents, pas seulement pour réduire les coûts salariauxsous-traitants.

21 Texte : Délocalisation et relocalisation Discuter les raisons possibles des relocalisations - Qualité de la main d œuvre / expérience (productivité) - Equipements de qualité - La localisation géographique permet des adaptations rapides à la demande et facilite la coordination des activités. De plus, elle réduit les délais et les coûts de transport notamment si dans une période de flambée du prix du pétrole (qui a augmenté les coûts de transport). - La mondialisation gomme les écarts de prix des matières premières Eviter le plagiat des produits et la contrefaçon des produits, l espionnage industriel - Problèmes de qualité des produits - «Patriotisme économique» D autres arguments? - L effet néfaste des délocalisations sur la réputation des entreprises (reportages TV, films et livres de M. Moore, N. Klein, etc.). - Main d œuvre des pays dans lequel les entreprises délocalisent plus aussi «docile» qu avant? («problèmes» de grèves en Chine). - Différences culturelles et problèmes de communication avec les soustraitants.

22 Texte : Délocalisation et relocalisation Comparez les raisons qui ont poussé les entreprises à délocaliser leur production et celles qui ont poussé les entreprises à relocaliser leur production. Que remarquez-vous? Les justifications des délocalisations sont principalement liées aux coûts de production (coût de la main d œuvre, fiscalité avantageuse, faibles coûts des matières premières). A l opposé, les raisons qui ont poussé les entreprises à relocaliser leur production en France ont peu à voir avec les coûts de production (problèmes de qualité, de communication, de délais, de plagiat, etc.).

23 Texte : Délocalisation et relocalisation Pour aller plus loin : qu est-ce qui peut influencer les coûts de production d un pays? - Le coût de la main d œuvre - Les productivités, notamment celle du travail - D autres coûts, comme : le coût des matières premières / machines, etc. Nous allons rapidement étudier les deux premiers.

24 Texte : Délocalisation et relocalisation La productivité : c est le rapport, en volume, entre une production et les ressources mises en œuvre pour l obtenir (INSEE) On distingue plusieurs types de productivité : du travail, du capital, des investissements, des matières premières, etc. Comment se place la France dans le monde en terme de productivité du travail?

25 Texte : Délocalisation et relocalisation La France a une productivité du travail élevée par rapport à d autres pays. Cependant, depuis les années 90, nous avons eu des gains de productivité moins importants que d autres pays.

26 Texte : Délocalisation et relocalisation Explications de la faiblesse des gains de productivité? - Insuffisance des efforts d innovation - Insuffisance de la qualification de la population active par rapport à d autres pays - Faiblesse du secteur des nouvelles technologies (qui connaît des gains de productivité importants). - En général, poids plus faible des secteurs les plus productifs.

27 Texte : Délocalisation et relocalisation Pour parler du coût de la main d œuvre et permettre des comparaisons internationales, nous devons parler de CSU (coût salarial unitaire : rapport entre coût salarial de la production et sa valeur) CSU = coût salarial total / quantités produites = coût horaire moyen de la main d œuvre / productivité horaire du travail Le principal intérêt du CSU est de pouvoir faire des comparaisons internationales. En effet, certains pays ont des coûts salariaux faibles mais avec des productivités faibles (plutôt Chine). En fait, des coûts salariaux élevés ne sont pas un obstacle si la productivité est élevée. -> Calculez le CSU pour chaque Pays. Que remarquez vous?

28 Texte : Résumé Les justifications des délocalisations sont principalement liées aux coûts de production (coût de la main d œuvre, fiscalité avantageuse, faibles coûts des matières premières). A l opposé, les raisons qui ont poussé les entreprises à relocaliser leur production en France ont peu à voir avec les coûts de production (problèmes de qualité, de communication, de délais, de plagiat, etc.). Pour permettre des comparaisons internationales sur les coûts salariaux, on utilise le coût salarial unitaire (le rapport entre le coût salarial d un production et sa valeur) pour prendre en compte à la fois les salaires et la productivité.

Environnement économique de l entreprise. Séance 2. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr

Environnement économique de l entreprise. Séance 2. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Environnement économique de l entreprise Séance 2 Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Les délocalisations Quelques chiffres Salaire brut horaire moyen dans le textile Moyenne UE: 14 $ US : 20 $ Turquie:

Plus en détail

Cas 3 : Les décisions des entreprises

Cas 3 : Les décisions des entreprises Cas 3 : Les décisions des entreprises Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment produire?) - Choix de production (combien produire?) - Choix

Plus en détail

Les coûts de production

Les coûts de production Les coûts de production Chapitre 1 Faculté des sciences économiques et de gestion Le sens de la concurrence Un marché parfaitement concurrentiel a les caractéristiques suivantes: Un grand nombre d!offreurs

Plus en détail

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant :

La firme cherche les qtés q, K et L, solutions du programme d équilibre suivant : Chapiitre 8 :: La fonctiion d offre Ce chapitre analyse l objectif d une firme qui ne produit qu un seul produit, fourni en qté q, avec 2 facteurs de production K et L. On écrit : q = F (K,L) On suppose

Plus en détail

Maximisation du profit et concurrence parfaite

Maximisation du profit et concurrence parfaite Maximisation du profit et concurrence parfaite Chapitre 2 Faculté des sciences économiques et de gestion Le sens de la concurrence Un marché parfaitement concurrentiel a les caractéristiques suivantes:

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012. Corrigé EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Corrigé Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante?

Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Chapitre II Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une demande insuffisante? Introduction : Les chômeurs se sont les personnes qui n ont pas d emploi et qui en recherchent un. Nous avons vu que

Plus en détail

EXAMEN FINAL - SOLUTIONNAIRE Samedi 16 avril 2011, de 10h00 à 13h00 ECN 1000A PRINCIPES D'ÉCONOMIE HIVER 2011

EXAMEN FINAL - SOLUTIONNAIRE Samedi 16 avril 2011, de 10h00 à 13h00 ECN 1000A PRINCIPES D'ÉCONOMIE HIVER 2011 Faculté des arts et des sciences Département de sciences économiques Total: / 100 points EXAMEN FINAL - SOLUTIONNAIRE Samedi 16 avril 2011, de 10h00 à 13h00 ECN 1000A PRINCIPES D'ÉCONOMIE HIVER 2011 Professeur:

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

Les déterminants de l investissement

Les déterminants de l investissement Les déterminants de l investissement Après avoir expliqué ce qu est l investissement et montré ses effets sur l économie via l offre et la demande (article du 25 octobre sur ce blog), nous allons nous

Plus en détail

SES, Première, 2011-2012 Chapitre 2 : Comment l'entreprise produit-elle? Durée : 4h½ + ½h test = 5 heures Raphaël Pradeau, Académie de Nice

SES, Première, 2011-2012 Chapitre 2 : Comment l'entreprise produit-elle? Durée : 4h½ + ½h test = 5 heures Raphaël Pradeau, Académie de Nice SES, Première, 2011-2012 Chapitre 2 : Comment l'entreprise produit-elle? Durée : 4h½ + ½h test = 5 heures Raphaël Pradeau, Académie de Nice Problématiques : - De quoi a-t-on besoin pour produire? Comment

Plus en détail

RAPPELS : LE MARCHÉ. Prix. Demande. Quantité demandée

RAPPELS : LE MARCHÉ. Prix. Demande. Quantité demandée PC 3 Typologie des marchés et structures de la concurrence : théories et pratiques RAPPELS : LE MARCHÉ Fonctionnement du marché Demande Préférences Ressources financières Prix du bien Demande = quantité

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

«L efficacité des EHPAD en France» auteurs: Brigitte DORMONT et Cécile MARTIN

«L efficacité des EHPAD en France» auteurs: Brigitte DORMONT et Cécile MARTIN «L efficacité des EHPAD en France» auteurs: Brigitte DORMONT et Cécile MARTIN JESF 2011 1 er et 2 décembre à Clermont-Ferrand Discutant: Charline Mourgues (CERDI- PhD Student). Introduction 1. Présentation

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 Les courbes de coût Considérons la fonction de coût qui donne le coût minimum de production d un niveau d output y: c(w 1, w 2, y) Considérons les prix des facteurs

Plus en détail

Croissance, fluctuations et crises

Croissance, fluctuations et crises Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? FICHE 2 LA PRODUCTIVITE La productivité fait partie des mécanismes les plus importants de l économie. Produire

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

Sixième partie: Les structures de marché et les stratégies des firmes. Remy Katshingu. Collège de Saint-Jérôme

Sixième partie: Les structures de marché et les stratégies des firmes. Remy Katshingu. Collège de Saint-Jérôme Sixième partie: Les structures de marché et les stratégies des firmes Remy Katshingu Introduction Structures de marché: Définition Les principales structures de marché Définition Les structures de marché

Plus en détail

Alan Fustec Dominique Sappey-Marinier Manager la génération Y avec les neurosciences

Alan Fustec Dominique Sappey-Marinier Manager la génération Y avec les neurosciences Alan Fustec Dominique Sappey-Marinier Manager la génération Y avec les neurosciences, 2011 ISBN : 978-2-212-54841-9 Chapitre 2 Identifier les pertes de richesses liées à un mauvais management des Y PRÉSENTATION

Plus en détail

OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES

OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES OPTIMISATION SOUS CONTRAINTES Sommaire 1. Optimisation entre des bornes... 1 2. Exercice... 4 3. Optimisation sous contrainte à variables multiples... 5 Suite à une planification de la production, supposons

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (48 points) M. Smith, responsable des investissements obligataires dans une société de conseil en investissements, a analysé la courbe des taux des obligations

Plus en détail

L Agent économique # 3. L entreprise. La production & les coûts à court terme. Remy Katshingu

L Agent économique # 3. L entreprise. La production & les coûts à court terme. Remy Katshingu L Agent économique # 3 L entreprise La production & les coûts à court terme Remy Katshingu 1 Objectifs d apprentissage : Intro: L entreprise: un système complexe ( voir notes de cours) 1. la fonction de

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS FIN1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : INFORMATION FINANCIÈRE PERSONNELLE Débutant Aucun L élève explore les concepts qui touchent aux finances des particuliers, y compris le code

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE DANS UNE ENTREPRISE SOCIALE GUIDE DE L'ENTREPRENEUR PREMIER EDITION

FORMATION PROFESSIONNELLE DANS UNE ENTREPRISE SOCIALE GUIDE DE L'ENTREPRENEUR PREMIER EDITION FORMATION PROFESSIONNELLE DANS UNE ENTREPRISE SOCIALE GUIDE DE L'ENTREPRENEUR PREMIER EDITION AVANT-PROPOS VOULEZ-VOUS DONC ÊTRE UN ENTREPRENEUR SOCIAL? Ce cours vous aidera à développer vos compétences

Plus en détail

CULTURE-ACTIONS. Les projets sont instruits, sélectionnés et le niveau de subvention déterminé, en plusieurs étapes :

CULTURE-ACTIONS. Les projets sont instruits, sélectionnés et le niveau de subvention déterminé, en plusieurs étapes : CULTURE-ACTIONS Culture-Actions est un dispositif national d aide financière pour des projets portés par un ou des étudiants. Les projets peuvent être déposés à titre individuel ou associatif. Critères

Plus en détail

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY

CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY CREER UNE ENTREPRISE A JERSEY Avant toute autre démarche, il faut avoir un «business plan» (projet professionnel) solide et bien conçu. Pour cela, il vous suffit de suivre les instructions ci-dessous :

Plus en détail

Chapitre 3 L offre et la demande

Chapitre 3 L offre et la demande Chapitre 3 L offre et la demande 1. Les marchés et les prix 2. La demande 3. L offre 4. L équilibre du marché 5. La prédiction des variations de prix et de quantité 1 Objectifs du chapitre Décrire un marché

Plus en détail

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011

Analyse Microéconomique. Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 Francesco Quatraro L1 AES 2010/2011 1 L objectif de la firme est la maximisation du profit Les profits sont définis comme la différence entre les recettes et le coûts Supposons que la firme produise n

Plus en détail

Connaissance de l entreprise

Connaissance de l entreprise Connaissance de l entreprise Qu est-ce que l entreprise? Sur la place du marché : L entreprise est une organisation dont la fonction principale est de produire des biens et des services destinés à la vente,

Plus en détail

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French)

ZA5211. Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) ZA5211 Flash Eurobarometer 271 (Access to Finance) Country Specific Questionnaire Luxembourg (French) FLASH 271 ACCESS TO FINANCE OF EU SMES Bonjour, je suis et je vous appelle de Efficience3. Votre entreprise

Plus en détail

LA PRODUCTION DANS L'ENTREPRISE

LA PRODUCTION DANS L'ENTREPRISE THEME 2 LA PRODUCTION DANS L'ENTREPRISE 2.1 : Comment l'entreprise produit-elle? Année 2012-13. classe de 1 ES. Guy Vassallucci 1/10 Programme officiel : FEUILLE DE ROUTE Thèmes Notions essentielles Indications

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi

Economie découverte. Plan thème 2. L emploi I. Chômage et marché du travail 1/ le schéma standard Economie découverte. Plan thème 2. L emploi - Définitions et graphiques : offre et demande de travail ; prix ou coût du travail. - Déterminants de

Plus en détail

Les coûts et les frais selon Vanguard

Les coûts et les frais selon Vanguard Les coûts et les frais selon Vanguard Nous pensons que vous devez savoir exactement ce que vous payez, raison pour laquelle nous sommes complètement transparents sur les frais que nous facturons. Cela

Plus en détail

1 Programmation linéaire

1 Programmation linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2012 2013 Master d économie Cours de M. Desgraupes Méthodes Numériques Document 4 : Corrigé des exercices d optimisation linéaire

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

La gestion financière des chantiers dans les petites entreprises

La gestion financière des chantiers dans les petites entreprises La gestion financière des chantiers dans les petites entreprises 1 Introduction L étude de cas (fondation d un mur antibruit) retenue pour développer la gestion financière est caractérisée par : Durée

Plus en détail

D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR

D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR Document de travail METHODES ETUDES - SYNTHESES D 4 ε QU EST-CE QU UN MARCHE DE PERMIS D EMISSIONS? ADAPTATION DU JEU DE SIMULATION DE L ENSAE A UN MARCHE DE CREDITS «AZOTE» AUTEUR Site internet : http://www.ecologie.gouv.fr

Plus en détail

INTRODUCTION À OMP PROBLÈME D USINAGE 1 Préambule

INTRODUCTION À OMP PROBLÈME D USINAGE 1 Préambule 1 Préambule 1 sur 7 Le logiciel OMP est un produit de OM Partners. Le version mise à disposition est la version 9.27. OMP comporte : un compilateur de modèles et de données ; un optimiseur ; un générateur

Plus en détail

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle

INTRODUCTION. Logique financière vs logique industrielle INTRODUCTION Logique financière vs logique industrielle Multiplication des faillites de PME/ difficultés d accès au crédit bancaire. Difficultés de grands groupes pourtant performants au niveau industriel

Plus en détail

Objectif plein emploi

Objectif plein emploi Synthèse Objectif plein emploi Les Etudes sur la situation de l entreprise avaient déjà consacré son édition 2007 au thème «Entreprises et marché du travail» en Wallonie. En substance, les études contenues

Plus en détail

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre.

Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Rencontre des cadres du secteur, Alger, 25 mai 2015. Allocution introductive de M. le Ministre. Nous sommes honorés de la tenue de cette rencontre présidée par M. le Premier Ministre et qui dénote l importance

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

SESP 1100 - Economie Politique Résumé du livre "Fondements d'économie politique"

SESP 1100 - Economie Politique Résumé du livre Fondements d'économie politique SESP 1100 - Economie Politique Résumé du livre "Fondements d'économie politique" Introduction : le problème économique fondamental Chapitre 1 : qu est-ce que l économie politique? Section 1.1 : la conception

Plus en détail

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité

Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité 1 / 12 Chap.4 : Les charges variables et le seuil de rentabilité La comptabilité analytique (à partir de ce chapitre et surtout dans le P8 et P9) propose des modèles de gestion i.e. des représentations

Plus en détail

Mondialisation et Disparité des Revenus

Mondialisation et Disparité des Revenus Université de la Colombie Britannique Introduction Des années 50 jusqu au début des années 70, la croissance du commerce mondial était semblable à la croissance á celle du PIB mondial. Depuis le milieu

Plus en détail

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM

Chapitre I :Seuil de rentabilité. Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM Chapitre I :Seuil de rentabilité Encadré par: Dr. HOURIA ZAAM PLA N I- Introduction II- Charges 1- Charges variables 2- Charges fixes 3- Charges mixtes III- Le compte de résultat différentiel IV- Seuil

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

La ventilation hommes-femmes dans le bilan social

La ventilation hommes-femmes dans le bilan social La ventilation hommes-femmes dans le bilan social Colloque du 12 février 2015 Comment lutter contre l écart salarial entre hommes et femmes? Pierrette Heuse Service Analyse micro-économique Structure de

Plus en détail

Chapitre 2 : Les facteurs de production

Chapitre 2 : Les facteurs de production Chapitre 2 : Les facteurs de production Introduction Introduction (1) Production : Emploi des ressources nécessaires à la création des biens et des services => Combinaison des facteurs de production Travail,

Plus en détail

LE CALCUL DES ELASTICITES

LE CALCUL DES ELASTICITES LE CALCUL DES ELASTICITES L élasticité est un outil dont se sert l économiste pour, entre autre, mesurer les effets d une variation des prix sur la consommation des individus. L objet de ce TD est de vous

Plus en détail

Assurez l avenir des études de vos enfants

Assurez l avenir des études de vos enfants Ensemble, c est sûr. Assurez l avenir des études de vos enfants p.2 Financer les études p.2 L avenir de votre famille, le meilleur investissement p.4 Les atouts d une assurance décès p.4 Calculez vous-même

Plus en détail

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus

Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Préparation CCF n 2 : APS La compagnie des hôtels bleus Introduction La compagnie des hôtels bleus est une société qui gère un grand nombre d hôtels répartis sur tout le territoire français. Vous venez

Plus en détail

Les fonctions d entreprises

Les fonctions d entreprises Chapitre 3 : Les fonctions d entreprises Réalisé par : Dr. ACHELHI HICHAM achelhihicham@yahoo.fr Chap 4 : les fonction de l'entreprise Dr ACHELHI Hicham 1 Introduction Direction Fournisseurs Services équipements

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

CHAPITRE III : L EQUILIBRE DU MARCHE

CHAPITRE III : L EQUILIBRE DU MARCHE CHAPITRE III : L EQUILIBRE DU MARCHE L équilibre de marché traduit généralement la confrontadon de l offre et de la demande. La courbe de demande globale des consommateurs permet de connaître la quandté

Plus en détail

Axe Informatique. Mise en place des frais de santé. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans

Axe Informatique. Mise en place des frais de santé. Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Mise en place des frais de santé Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 25 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance AXE Mise en place des frais de santé

Plus en détail

DM 1 Théorie du consommateur et théorie du producteur

DM 1 Théorie du consommateur et théorie du producteur Marianne Tenand - Département d'économie ENS Microéconomie 1 (2015-2016) DM 1 Théorie du consommateur et théorie du producteur A remettre au plus tard vendredi 20 novembre à 19h dans mon casier à Jourdan.

Plus en détail

Chapitre 1 : Les grandes questions que se posent les économistes : choix et échanges

Chapitre 1 : Les grandes questions que se posent les économistes : choix et échanges Chapitre 1 : Les grandes questions que se posent les économistes : choix et échanges INTRODUCTION : QU EST-CE QUE L ECONOMIE? Organisation : - Les trois opérations économiques fondamentales ; - Qu est-ce

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

(Attention : il peut y avoir un calcul du type «Qté C.U.» mais le montant est affecté sans difficulté, sans arbitraire, à un coût déterminé.

(Attention : il peut y avoir un calcul du type «Qté C.U.» mais le montant est affecté sans difficulté, sans arbitraire, à un coût déterminé. 1 / 5 Chap. 2 : Le calcul des coûts (complets constatés) par la méthode des centres d analyse 1 re partie : Les fondements de la méthode des centres d analyse Cf. Chap.1 Applications 1 et 2 : Les achats

Plus en détail

Entreprendre au féminin

Entreprendre au féminin FÉVRIER 2015 ENTREPRENEURS N 14 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Entreprendre au féminin Réalisé dans le cadre d un partenariat

Plus en détail

PLAN I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING

PLAN I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING PLAN INTRODUCTION I-LA METHODE DU COUT VARIABLE OU DIRECT COSTING A- DEFINITION ET PRINCIPE B- CONDITION D APPLICATION C- LES INDICATEURS DE GESTION D- AVANTAGES ET LIMITES II-METHODE DU COUT SPECIFIQUE

Plus en détail

Comptabilité appliquée à l officine

Comptabilité appliquée à l officine Comptabilité appliquée à l officine I. Le compte de résultat spécifique Rappel ; qu est ce qu un compte de résultat? Il sert à analyser le résultat de l activité : PRODUIT 7. CHARGES 6. = résultat Il sert

Plus en détail

Questions repères pour situer mon entreprise dans la transition juste vers une économie bas carbone MODE D EMPLOI

Questions repères pour situer mon entreprise dans la transition juste vers une économie bas carbone MODE D EMPLOI Questions repères pour situer mon entreprise dans la transition juste vers une économie bas carbone MODE D EMPLOI Une série d entreprises repositionnent leur activité pour s adapter à un contexte industriel

Plus en détail

Exercices de Programmation Linéaire Modélisation

Exercices de Programmation Linéaire Modélisation Modélisation exercice 1 : On veut préparer 500 litres de punch à partir de cinq boissons A, B, C, D et E. Le punch doit comporter au moins 20% de jus d orange, 10% de jus de pamplemousse et 5% de jus de

Plus en détail

CHAPITRE 7 : L analyse des écarts. A. Définition de l écart global

CHAPITRE 7 : L analyse des écarts. A. Définition de l écart global Les différents coûts que nous avons analysés jusqu au là étaient des coûts réels calculés à posteriori. Or, les systèmes basés sur ces coûts ne permettent pas toujours d exercer un contrôle valable. En

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen: ELEIE111-I.E.S. UPC-S1-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par

Plus en détail

AES 1 - Economie générale -

AES 1 - Economie générale - AES 1 - Economie générale - Chapitre 0 - Analyse des comportements modèles micro et macroéconomiques - AES L1 - Université de Tours, Arnold Chassagnon, Septembre 2012 PLAN DU COURS Introduction à l Analyse

Plus en détail

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition

Le contrôle budgétaire. Le contrôle budgétaire 1. Définition. Le contrôle budgétaire 1. Définition Le contrôle budgétaire Définition Les différents budgets, leur enchaînement La validation des budgets Le Contrôle budgétaire Le contrôle budgétaire 1. Définition Un budget est établi à partir d une prévision,

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

Chapitre 14 La concurrence monopolistique

Chapitre 14 La concurrence monopolistique Chapitre 14 La concurrence monopolistique 1. Qu est-ce que la concurrence monopolistique? 2. La production et le prix dans la concurrence monopolistique 3. Le développement de produit et le marketing 1

Plus en détail

1 Introduction. 2 Fonctions linéaires, fonctions affines. 2.1 Définitions. Fonctions linéaires et fonctions affines Cours. Objectifs du chapitre

1 Introduction. 2 Fonctions linéaires, fonctions affines. 2.1 Définitions. Fonctions linéaires et fonctions affines Cours. Objectifs du chapitre Fonctions linéaires et fonctions affines Cours Objectifs du chapitre Connaitre le sens de variation d une fonction affine. Connaitre le signe d une fonction affine. 1 Introduction Activité 2 Fonctions

Plus en détail

Choisir une politique de prix

Choisir une politique de prix Questions abordées Chapter 6 Choisir une politique de prix Comment les consommateurs analysent-ils et évaluent-ils les prix? Comment fixer un prix de vente pour un nouveau produit? Quand prendre l initiative

Plus en détail

Économie Générale Commerce International

Économie Générale Commerce International Économie Générale Commerce International La théorie du commerce international s intéresse à la modélisation des échanges de B&S (biens et services) entre États. Elle se penche aussi sur les questions d

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

Fiche 2.1.2.1. Le libre-échange.

Fiche 2.1.2.1. Le libre-échange. Fiche 2.1.2.1. Le libre-échange. Questions : Qu est-ce que le libre-échange? Quels sont les avantages du libre-échange? Quelles en sont les limites? Exercice 1 : Doc. 1, p. 70 : Définissez le libre-échange.

Plus en détail

: «coûts complets et seuil de rentabilité

: «coûts complets et seuil de rentabilité : «coûts complets et seuil de rentabilité L entreprise GAILLAC est une entreprise industrielle qui réalise deux types de coffres de sécurité en acier : Le modèle BASICAL et le modèle LUXUAL. Elle commercialise

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Chapitre 2: Comment et combien produire?

Chapitre 2: Comment et combien produire? Chapitre 2: Comment et combien produire? 1. Quels facteurs l entreprise mobilise-t-elle pour produire? a. Le facteur travail -L entreprise embauche des personnes pour pouvoir produire des biens et des

Plus en détail

... ... ... intermédiaires, consommation finale socialisée (ou collective), consommation finale individuelle.

... ... ... intermédiaires, consommation finale socialisée (ou collective), consommation finale individuelle. 10 La consommation Vivre, c est manger, se vêtir, se déplacer Chacun de nous consomme des biens ou des services pour satisfaire des besoins primaires et secondaires. Au fil des temps, le budget consacré

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION

SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION SESSION 2015 UE 11 CONTRÔLE DE GESTION Éléments indicatifs de corrigé Dossier 1 1) Quel est le bénéfice courant de l activité bières Grand Houblon? R = CA CV CF R = [(400 000 * 110) (400 000 *84.5) 1 400

Plus en détail

Taux horaires de référence

Taux horaires de référence Chapitre 5 Taux horaires de référence Taux horaires de référence Un des éléments les plus difficiles à établir pour un entrepreneur est le taux horaire qu il doit facturer à ses clients. S il est trop

Plus en détail

Plus500UK Limited. Politique d'exécution d un ordre

Plus500UK Limited. Politique d'exécution d un ordre Plus500UK Limited Politique d'exécution d un ordre Politique d'exécution d un ordre Introduction Nous avons un devoir général de mener nos affaires avec vous honnêtement, équitablement et professionnellement

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

Pourquoi est-il essentiel d investir?

Pourquoi est-il essentiel d investir? Pourquoi est-il essentiel d investir? L actualité économique de ces derniers mois renvoie sans cesse à l insuffisance voire l absence de croissance économique et d investissements dans les pays de la zone

Plus en détail

PARTIE 1 (4 POINTS) PARTIE 2: (4 POINTS)

PARTIE 1 (4 POINTS) PARTIE 2: (4 POINTS) REPUBLIQUE TUNISIENNE Année Universitaire : 2014/2015 MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Examen de CES Révision Comptable Session de rattrapage Epreuve : Finance Durée

Plus en détail

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N

C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Lamine LAKHOUA Lic. ès Sciences Commerciales et Industrielles C O M P T A B I L I T E A N A L Y T I Q U E D E X P L O I T A T I O N Maturité Suisse I M P O R T A N T Ce document est un support de cours.

Plus en détail