Bonjour, Ce dossier de P.D.U.C. est mis à libre disposition et gratuitement en remerciement à l engagement de Web, gestionnaire du site MyBTS.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bonjour, Ce dossier de P.D.U.C. est mis à libre disposition et gratuitement en remerciement à l engagement de Web, gestionnaire du site MyBTS."

Transcription

1 Bonjour, Ce dossier de P.D.U.C. est mis à libre disposition et gratuitement en remerciement à l engagement de Web, gestionnaire du site MyBTS. Toute revente de ce dossier est donc interdite. Merci de respecter le travail de chacun. Ce dossier n a pas pour but d être copié mais de vous inspirer. Le dossier PDUC est avant tout un travail personnel et qui demande un investissement. Lorsque le jury vous questionnera, votre projet et votre façon de faire seront mis en cause : non ce que vous pourriez prendre sur le dossier de X ou Y. Comprendre l épreuve de PDUC, c est se donner une chance de réussir. Vous êtes en BTS Management des Unités Commerciales. Le jury va alors vous tester et chercher à savoir si vous croyez ou non à votre projet. Il est impératif qu une fois rentré(e) dans la salle, vous vous devez d avoir une âme de battant. Attention, personne ne vous a demandé de sortir vos arcs et vos flèches! Mais croyez en votre projet, connaissez-le sur le bout des doigts et vous devriez sans doute vous en sortir. A la fin de ce dossier est présente la grille d évaluation du jury d examen. J ai pu me procurer cette grille sur simple demande auprès de l académie. Il s agit de la véritable note acquise par ce dossier et non d un examen blanc. Prenez en compte, avant de subir l épreuve, des points sur lesquels vous êtes évalués. Lors de vos entrainements (car ils sont indispensables à l épreuve), essayez de remplir vous-même cette grille en vous auto-évaluant. Pour ce faire, vous filmer vous-même serait l idéal. Attention au temps : vous disposez de 15 minutes de présentation Tâchez à ne pas les dépasser de trop, certains jury peuvent être pointilleux. Pour des raisons de confidentialité évidentes, toutes données concernant l unité commerciale ont été supprimées ou remplacées par des termes généralistes, ne permettant pas une identification propre de l unité (localisation, etc.). Cela ne retire en rien le sens des propos que j ai pu tenir dans mon dossier. Certaines données chiffrées ont été remplacées et/ou supprimées pour renforcer l effort de confidentialité. Jusqu à la session 2014 (incluse), le dossier et votre oral se forment autour de 5 parties clés. Pour chacune d elles, référez-vous aux conseils mis en ligne par Web sur son site MyBts. Je ne vais faire que rappeler quelques uns en les personnalisant. Conseils globaux : Attention à la présentation. La communication écrite est évaluée. Evitez donc les fautes d orthographes, symbole d un manque de relecture. Aérez votre dossier et personnaliser sa présentation. Il doit être attractif, agréable à lire, comme tout document commercial à présenter.

2 Partie 1 : Cette partie est avant tout introductive puisqu elle a valeur de présenter l entreprise, voir le département/rayon concerné par votre diagnostic, et le réseau de l unité (si présent). Cette partie à mon goût ne doit pas excéder deux pages. Les parties suivantes sont beaucoup plus importantes. Soyez bref et simple dans vos propos et allez directement dans le vif du sujet. Cette présentation n est pas identique à la présentation que vous pourriez faire dans l ACRC. Le PDUC se base avant tout sur le marketing, en plus des connaissances pluridisciplinaires commerciales qu il demande. Concernant le réseau, quelques données sont indispensables : son positionnement, quelques chiffres, son organisation et les apports et contraintes pour l unité. Concernant l unité, vous devez passez rapidement sur la localisation et son organisation, sans toutefois en négliger. Le jury doit connaitre au moins un minimum sur ce point. Ensuite, parlez de la zone de chalandise et de la concurrence. Enfin, présentez l offre présente en adoptant le Mix Marketing : Quels types de produits présentez-vous? Sur quel positionnement en termes de prix? Comment communiquez-vous? Comment votre offre est mise en valeur? N hésitez pas à faire des liens avec la concurrence pour démontrer le positionnement de l unité. On termine généralement cette partie par un problème de management ou un contexte qui ouvre vers le diagnostic et qui justifie sa présence. Partie 2 : Cette partie est capitale. C est la source de votre dossier. Avant de la commencer, il vous faut un plan de travail. C'est-à-dire, élaborer des études ou prendre connaissances des ressources internes/externes à l entreprise pour pouvoir élaborer votre diagnostic. Commencez généralement par analyser les performances pour détecter une défaillance (ralentissement des ventes ou bien inversion des tendances, etc.). L enquête de satisfaction et l étude de concurrence sont la base de votre diagnostic à mon simple avis. En faire des missions d ACRC en première année en fait d une pierre deux coups, car c est un gain de temps formidable. Ne sous-estimez pas non plus la recherche documentaire. Il est intéressant de savoir comment se porte le marché, quelles sont ses nouvelles tendances et s il y a des liens avec les performances de l unité. Par exemple, des tendances de marché en hausse avec un chiffre d affaires de l unité en difficulté démontrent bien un problème interne. Le jury va chercher à connaitre de véritables arguments, basés sur des preuves des études des recherches (interviews de la force de vente, de fournisseurs, managers, étude de marchandisage, etc.). Si le jury a le sentiment que vous avez travaillé cette partie, il sera plus apte à s intéresser à ce que vous dites et la partie sera à votre avantage. Le diagnostic, c est ce qui va vous donner votre problématique. Et votre problématique donnera naissance à votre projet. De plus, les recherches documentaires pourraient vous inspirer pour des idées mises en place ailleurs (d où l utilité d aller voir ce que fait la concurrence et ainsi connaitre vos points forts et vos points faibles). Cette partie, c est minimum 2 pages. 3 pages, c est encore mieux mais cela doit s arrêter là. Vous devez commencer par présenter vos études et quel en a été les objectifs (voir même les résultats). La méthodologie sera plus demandée à l oral. Ensuite, passez à votre diagnostic, qui prend la plupart du temps, la forme SWOT. Partie 3 : Le diagnostic débouche donc sur une problématique. Cette problématique est le résultat du diagnostic. Plusieurs points de ce dernier doivent donc appuyer la problématique. Elle n arrive pas au hasard. Si la problématique n a aucun rapport avec votre diagnostic, alors le jury vous demandera pourquoi et le piège se tournera contre vous. Votre diagnostic sera affaibli et donc votre projet. Si le diagnostic a été 1

3 suffisamment élaboré et travaillé, toute la suite du travail découlera toute seule. La problématique doit donc être simple, en lien avec le diagnostic et surtout ne pas être bateau ou trop typique. Ensuite, il vous est demandé (jusqu à la session 2014, incluse), de présenter au minimum deux préconisations. Vraiment, l idéal, c est d en présenter trois. Cela laisse beaucoup plus de choix et donne une impression d un travail plus abouti. Présentez la préconisation, ses objectifs, points forts, points faibles, comment répond-elle à la problématique et enfin, votre choix (retenu ou non). Ne bâclez pas les préconisations que vous ne retenez pas. Le jury jugera votre curiosité. Ensuite, nous passons à la justification du projet, un autre point crucial du dossier. Vous devez dire pourquoi vous avez retenu ce projet et pas un autre. Choisissez des critères de sélection. Par exemple : la faisabilité, le délai de réalisation, les coûts, est-il adapté à la politique du réseau? Vous pouvez également adopter la méthode du scoring mais vous devez justifier, par des arguments, votre projet. A ce titre, présentez un projet de votre envergure. C'est-à-dire, ne présentez pas un projet trop imposant voir irréaliste pour un stagiaire. Précision au passage, la réalisation du projet n est pas obligatoire. Le projet présenté dans ce dossier n a pas été mis en place par exemple. Néanmoins, vous devez le préparer et le chouchouter. Une fois la justification mise en place, vous présentez en quoi consiste précisément le projet et présentez la note de cadrage. Cette note est quasi indispensable à votre projet : réalisé ou non. Il valide l approbation de votre tuteur. Soit vous l incluez dans le dossier de manière succincte, soit vous en faites mention dans le dossier mais se transformera en document de communication à l oral. Les éléments du contenu d une note de cadrage se trouvent sur une simple recherche sur Google ou bien sur MyBts. Cette partie doit se voir consacrer 2 pages. 4 ème partie : Avant dernière partie, l analyse des répercussions. Commencez tout d abord par l analyse des répercussions marketing, stratégiques et commerciales. Evaluez les impacts pour les différentes parties : quels avantages pour le client? Quel impact pour l unité? Quel impact sur la concurrence? Etc. Le but est-il de repositionner l unité face à la concurrence, de présenter une offre plus lisible ou bien de répondre directement aux attentes des clients? Prenez en compte tous les éléments. Avant de rédiger cette partie, faites un listing de tous ces impacts. Même démarche concernant les répercussions organisationnelles et humaines. Prenez le dossier en référence. Enfin, les répercussions financières. Certains jury sont très axés niveau chiffre et il va falloir être rodé. On vous demande quatre choses : les coûts du projet, l impact sur les performances (les prévisions des ventes), le point mort et le seuil de rentabilité. Etablissez des devis, prenez en compte les partenaires habituels de l unité, faites des recherches pour voir s il n y a pas des moins chers. Etablissez des critères de sélection : qualité des produits, prix, localisation du fournisseur, conditions commerciales et financières (notamment délai et moyen de paiement), etc. Montrez que vous avez pris en compte le maximum de points entourant votre projet et ainsi vous montrerez que vous avez anticipé les choses et que votre projet a fait l objet d une véritable réflexion. Cette partie, c est minimum 1 page. Le mieux, ce serait une page et demi à deux pages. Vous pouvez faire mention dans cette partie d un cahier des charges (à présenter à l oral), si vous en avez effectué un. Le contenu des éléments du cahier de charges se trouve sur simple recherche sur Google ou bien sur MyBTS. 2

4 5 ème partie : La dénomination de la 5 ème partie va dépendre de la réalisation de votre projet ou non. Par exemple, si le projet n a pas été réalisé, on parlera de «premières réflexions pour la mise en œuvre du projet». Dans le cas contraire où le projet a été réalisé, on parlera alors de «Mise en œuvre du projet et premiers résultats». Si vous n avez pas réalisé votre projet, présentez tout d abord dans cette partie l ordonnancement des tâches, voir le diagramme de GANTT ou de PERT (ces derniers peuvent être simplement présentés à l oral). On risquera d ailleurs de vous demander leur utilité et de vous questionner sur le chemin critique de votre projet (définition et présentation). Ensuite, présentez les outils de réalisation du projet. Pour le suivi des résultats, on parle bien sûr de tableaux de bord. Enfin, imaginez des mesures correctrices en cas de faiblesse des résultats de votre projet ainsi qu une préparation d études à mettre en place après votre projet (exemple : une enquête de satisfaction pour voir si la satisfaction de la clientèle a évolué ou connaitre simplement son avis sur le projet). Le dossier ci-après présente quelques idées. Si vous avez réalisé votre projet, la présentation du projet sera sensiblement la même, auquel cas on vous demandera les premiers résultats de votre projet, ainsi que de faire un bilan personnel et professionnel. Les éléments ci-dessus «Si vous n avez pas réalisé votre projet», doivent être également présents dans cette partie, quoiqu il advienne. Cette dernière partie doit faire entre 1 page et 1 page et demi. En suivant les conseils concernant la longueur de chaque partie, vous arrivez à 10 pages. Il est très important de ne pas les dépasser (concernant la conformité) et de les respecter (faire moins de 10 pages laisse une mauvaise impression que vous n avez plus rien à dire). Hors, 10 pages devrait, en théorie, faire travailler notre esprit synthétique. Mes conseils concernant l oral sont présentés dans l article mettant à disposition ces dossiers, sur MYBTS. Bon courage et n hésitez pas à passer sur le forum! Nous sommes là pour vous conseiller et vous aider! Unbainfou DU FAIT D UN SOUHAIT DE PROTECTION ET DE GRATUITE DE CE DOCUMENT, UN FILIGRANE «MY BTS» A ETE INTRODUIT DANS CE DOSSIER. CE DERNIER ENTRAINE DES DECALAGES DE PRESENTATION A PARTIR DE LA PARTIE 3 RENDANT LE DOSSIER PLUS LONG. NE SOUHAITANT PAS REDUIRE LES PROPOS DE MON DOSSIER, J AI SOUHAITE CONSERVER L ENSEMBLE DU TEXTE. SACHEZ QUE MALGRE LA PRESENTATION, LE NOMBRE REGLEMENTAIRE DE 10 PAGES A ETE RESPECTE. PARTIE 1 = 2 PAGES ; PARTIE 2 = 3 PAGES ; PARTIE 3 = 2 PAGES ET DEMI ; PARTIE 4 : 1 PAGE ET DEMI ; PARTIE 5 = 1 PAGE. VOIR SOMMAIRE. MERCI DE VOTRE COMPREHENSION 3

5 NOM PRENOM DOSSIER PDUC 5 NOM DU MAGASIN BTS Managementt des Uniittés Commerrciialles Sessiion XXXX 4

6 SOMMAIRE PPARTIIE II :: ANALLYSSE SSTRUCTUREE DE LL UNIITE COMMERCIIALLE ((PPaaggeess 22 àà 33)) 1.1 L unité commerciale dans son réseau Page L unité commerciale dans son contexte local Page 2 PPARTIIE IIII :: DIIAGNOSSTIIC PPARTIIELL DE LL UNIITE COMMERCIIALLE ET DU RAYON FFRUIITSS ET LLEGUMESS ((PPaaggeess 44 àà 66)) 2.1 Emergence du projet Page Plan du diagnostic Page Diagnostic externe du rayon : Opportunités et Menaces Page Diagnostic interne du rayon : Forces et Faiblesses Page 5 PPARTIIE IIIIII :: LLA PPROBLLEMATIIQUE ET LLESS PPRECONIISSATIIONSS ((PPaaggeess 77 àà 99)) 3.1 Les principaux résultats issus du diagnostic Page Les préconisations Page Justification de la préconisation retenue Page Présentation synthétique du projet Page 9 PPARTIIE IIV :: ANALLYSSE DESS REPPERCUSSSSIIONSS DU PPROJJET RETENU ((PPaaggeess 99 àà 1100)) 4.1 Répercussions commerciales, mercatiques et stratégiques Page Répercussions financières Page Répercussions organisationnelles Page Répercussions humaines Page 10 PPARTIIE V :: PPREMIIERESS REFFLLEXIIONSS PPOUR LLA MIISSE EN ŒUVRE DU PPROJJET ((PPaaggee 1111)) 5.1 Ordonnancement des tâches Page Suivi du projet Page 11 5

7 Partiie 1 : Anallyse structurée de ll uniité commerciialle 1.1 L unité commerciale dans son réseau A Présentation générale du réseau SUPER U fait partie du groupe Système U. C est un groupement coopératif de commerçants indépendants, réunis sous une même enseigne. Chaque propriétaire de magasin reste donc indépendant et gère ainsi son activité commerciale librement (gestion, décisions ), en collaboration avec le réseau. Système U, c est 1423 unités sous 5 enseignes : Hyper U, Super U, Marché U, U express et Utile. Le réseau U se place en 4 ème position des réseaux de distribution français, avec 9,3% de part de marché, derrière les groupes Carrefour, Leclerc et Intermarché. Depuis 1999, Super U est désigné comme l enseigne de supermarché préférée des français, du fait de sa stratégie de proximité et de localité. Le réseau Système U a fait de la valeur humaine un point stratégique commercial important : partenariat avec «Action contre la faim», participation au développement durable (préservation de l environnement ), etc. En appartenant au réseau, les magasins U profitent de nombreux services commerciaux et organisationnels permettant à la fois de développer leurs offres commerciales mais aussi de développer leurs structures. B L organisation du réseau - La tête du réseau : sous la direction de M. Papin, les magasins U vont pouvoir profiter de la stratégie marketing adoptée par le Système U (image générée, etc.) de façon nationale. La tête du réseau joue également un rôle de coordination entre les différents échelons du groupe. - Les centrales régionales : Quatre centrales régionales se partagent le travail sur le territoire français (Super U Commune est rattaché à la centrale xxx, basée à Ville). Leur première fonction est de sélectionner les fournisseurs pour le magasin et de négocier les conditions d achat. Elles commandent, réceptionnent puis préparent les commandes pour chaque unité et les livrent. Les centrales régionales vont pouvoir également assister les magasins U dans divers domaines, sur demande : Géomarketing, demande d étude, maintenance informatique, etc. Enfin, elles participent à la stratégie marketing de proximité, en collaboration avec les associés. - les unités commerciales : l associé gère donc de façon indépendante son unité, en adaptant son offre et sa stratégie de façon locale. Il va participer activement au développement du réseau sous forme d idées et d échanges de données. C Les apports et les contraintes du réseau APPORTS - Réduction des coûts d achat de marchandises grâce à la commande en gros volumes par la centrale d achat (meilleure marge) - Communication de masse de l enseigne : image, radio, télévision, prospectus, site internet, publipostage, etc. - Offre variée permettant de gérer librement son assortiment - Indépendance de l associé lui permettant de piloter librement son unité. CONTRAINTES - Forte dépendance en termes d approvisionnement pouvant être contraignante lors de ruptures de stock de la centrale - Stratégie du magasin conditionnée : elle doit être à la fois cohérente avec la stratégie nationale mais aussi avec la stratégie de proximité (centrale régionale) - Obligation du respect de certains engagements du réseau notamment de contraintes légales/politiques (exemple : engagement de mettre des portes aux rayons frais d ici 2020) 1.2 L unité commerciale dans son contexte local A Présentation générale de l unité SUPER U XXX est un supermarché à prédominance alimentaire. Il est situé à XXX (ville), (adresse), à XX kms de [Grande ville]. C est une SARL dont X est le propriétaire, avec un capital de XX XXX. Le magasin dispose d une équipe de 100 employés pour une surface de vente de XX00 m² consacrée à l alimentaire et de XX00 m² au non-alimentaire. En octobre 20XX, le magasin va connaitre une extension de XXX m² environ représentant 7 % de sa surface. L ensemble de la surface va être réaménagée et modernisée pour répondre à une demande en forte croissance. J ai principalement effectué mon stage dans le rayon fruits et légumes. B Le marché local de l unité Le magasin dispose d une zone de chalandise très développée sur 4 zones. 88% du chiffre d affaires est concentré sur la zone primaire et secondaire alors que 69% de la population se trouve dans les deux dernières zones. 6

8 La concurrence est très forte avec pas moins de X grandes surfaces alimentaires situées dans la zone de chalandise, et 4 en dehors détenant une influence sur le magasin (forte proximité avec des communes de la zone secondaire et tertiaire). Les principales enseignes présentes sont : SUPER U, Intermarché, Auchan, Leclerc, Lidl, Casino et Géant. Les petites enseignes de proximité sont fortement représentées dans cette zone semi-rurale. SUPER U veut se positionner en tant que leader du marché sur l ensemble de la zone primaire et secondaire et adopte une stratégie de challenger dans la zone tertiaire. L impact dans la zone quaternaire, dite «de flux» n est que très faible : 2.1% du chiffre d affaires en 20XX. C L offre commerciale de l unité commerciale et du rayon fruits et légumes Le magasin dispose d une offre large et profonde pour répondre aux différents types de clients de sa zone de chalandise (les études INSEE démontrent une population très hétérogène : CSP, âge, taille des ménages ). Pour cela le magasin propose des produits de différents formats : de l individuel au pack familial avec une offre diverse dans chaque rayon. Pour compléter l offre d achat, le magasin adopte une vingtaine de services associés : courses en ligne, locations, billetterie, etc. SUPER U adopte une stratégie de diversité : on recense aux rayons frais 53% de marques nationales, 34% de marques distributeur (U), 7% de produits locaux et 6% de 1 er prix (Bien Vu!). La diversité des prix permet d attirer une clientèle vaste, même si le principal concurrent de SUPER U (Nom du magasin) est axé sur les prix bas grâce à l intensive campagne de son réseau. Le rayon fruits et légumes représente 4.78% du chiffre d affaires en 20XX, se classant 9 ème sur 16 des rayons les plus puissants. A l intérieur même du rayon, les légumes représentent 45.1% du chiffre d affaires, les fruits 42.1%, la 4 ème gamme 5.5%, les fruits secs 5%, les produits biologiques 1.4% et la 5 ème gamme 0.9% (sur un chiffre d affaires en 20xx de X millions d euros). Les fleurs et plantes sont indépendantes du rayon fruits et légumes. L offre commerciale de la 1 ère gamme (fruits et légumes) varie très fortement en fonction des saisons. Le positionnement du rayon s engage surtout sur la qualité gustative et marchande des produits, tout en essayant de proposer des prix peu élevés pour contrer la stratégie offensive de {concurrent} sur ce domaine. Carte zone de chalandise et concurrence Au niveau de la politique d achat, le rayon se fournit principalement auprès de la centrale d achat. Néanmoins, pour adapter sa stratégie et son assortiment de façon locale, il est fourni par quelques entreprises régionales : [noms de 4 à 5 entreprises locales]... Afin de dynamiser son offre commerciale, le manager et les 3 employés du rayon s efforcent de théâtraliser régulièrement l offre, d utiliser certaines techniques de marchandisage telles que facing, effets de masse, de miroir, etc. En termes de communication, les affiches, publicités dans les journaux locaux, panneaux d affichages, prospectus, les sites vitrines et marchands, le sponsoring sont les principaux outils de communication de l unité de façon locale (médias et hors médias). Le réseau complète la stratégie avec les médias de masse (télévision, radios, site internet national, presse, etc.). D La demande de l unité commerciale La typologie de la clientèle est de type rural et familial. Dans le rayon fruits et légumes, la clientèle est surtout composée de femmes (69%) pour une catégorie d âge plutôt âgée (51.8% de plus de 50 ans contre 48.2% de moins de 50 ans). En conséquence, les retraités sont majoritaires (27%) suivis par les employés (23%), les ouvriers (12%), les femmes/hommes au foyer (10%) et les cadres et professions libérales (9%). Au niveau global, 82% des clients détiennent la carte U soit XXXX porteurs. Le taux d inactivité de la carte pour le magasin est de 17.72% soit une clientèle très fidèle. Le nombre de passages en caisse mensuels contenant des fruits et légumes est de XXXXX en moyenne (sur XXXXX clients sur l ensemble du magasin soit un rapport de 44%). Le panier moyen s élève à 5.29 pour les fruits et légumes en 20XX contre pour le magasin. Synthèse : SUPER U XXX s impose comme le leader de son marché local grâce à une offre de plus en plus conséquente et adaptée aux besoins. Cependant, en se développant, le magasin s attire de nouveaux concurrents puissants tels que SUPER U xxx ou [enseigne 2]. Le rayon fruits et légumes sera prochainement concerné par la modernisation du magasin. Néanmoins, les performances du rayon s avèrent instables et certains segments sont boudés de la part de la clientèle. 7

9 Partiie 2 : Diiagnostiic Partiiell de ll uniité commerciialle et du rayon ffruiits et llégumes 2.1 Emergence du projet Lors de mon stage (décembre 20XX), les premières bases du plan de modernisation du magasin ont été posées. Néanmoins, aucune idée concrète pour le rayon fruits et légumes n avait encore été prise. Les premières idées concrètes ne se sont fait connaitre que vers janvier-février 20XX. M. XX, responsable fruits et légumes, m a alors demandé de réfléchir et d étudier sur plusieurs idées de projets viables à la problématique pour à l issue, n en sélectionner qu une afin étudier une éventuelle mise en place. 2.2 Plan du diagnostic Etape Objectifs du diagnostic Etudes mises en œuvre pour collecter ces informations Evaluer les performances du rayon et de l unité 1 - Analyse des ventes et des performances commerciale et identifier les segments en difficulté - Recherches et analyses documentaires (internes) Identifier les causes des performances instables - Enquête de satisfaction et/ou en chute (pour certains segments) du rayon - Entretiens avec la responsable du secteur FRAIS, le responsable 2 du rayon fruits et légumes et la force de vente du rayon Evaluer le fonctionnement organisationnel du rayon - Evaluation du rayon selon la grille d évaluation du Système U pouvant avoir des répercussions sur les résultats - Observations du fonctionnement du rayon (horaires, etc.) Evaluer le potentiel du marché fruits et légumes Identifier l évolution et le développement du marché (niveau national) Evaluer le positionnement des concurrents/enseignes (local et national) et étudier l impact des stratégies commerciales sur l unité et le rayon Identifier l impact du micro et macro-environnement pouvant jouer un rôle sur les performances de l unité et du rayon Evaluer l attractivité de l offre présente dans le rayon fruits et légumes 2.3 Diagnostic externe du rayon : Opportunités et Menaces OPPORTUNITES - Hausse du pouvoir d achat en 2011 : le pouvait d achat a augmenté légèrement de 0.4% après avoir stagné en Préférence des consommateurs pour les produits locaux : 49% déclarent en acheter ou en consommer régulièrement. - Le snacking devient un phénomène de consommation répandu : +7.8% en valeur et +5.4% en volume en Situation géographique attractive : la zone bénéficie de forts passages grâce aux nombreuses entreprises environnantes, implantées dans cette même zone : loisirs, informatique, etc. - Augmentation de la population : de % entre 1999 et 2008 dans la zone de chalandise (de à habitants) - Hauts revenus : compris en moyenne entre et (soit jusqu à 2000 de plus que la moyenne nationale). - Pays local commercialement attractif MACROECONOMIE ET CONSOMMATION - Recherches documentaires (Sources principales : Distri Gratuit Pro, LSA, Point de Vente, Linéaires, Internet, Presse généraliste, documents fournis par la centrale d achat, INTERFEL, CTIFL) - Entretien avec le distributeur Florette (leader 4 e gamme) - Etude de concurrence incluant analyse visuelle, visite mystère, relevé de prix et Benchmarking (comparaison) - Etudes documentaires (revues professionnelles, internet, etc.) - Recherches et analyse documentaires (Sources principales : CCI régional, INSEE, Mairie, Communauté locale, etc.) - Observations de l environnement externe - Etude de marchandisage (Fruits secs et 5 ème gamme) - Etude des ventes, comparaison des linéaires avec ceux préconisés par le réseau et observations du comportement de la clientèle (tous les segments) MENACES - Indicateurs économiques en berne : baisse du moral des ménages, augmentation des prix des produits alimentaires, forte sensibilité aux prix, hausse du chômage, inflation (2.1%) - Les consommateurs en 2011 sont des consommateurs pressés : 59% d entre eux minimisent le temps accordé aux courses, cela ayant une influence sur les quantités achetées, etc. MICROECONOMIE (MARCHE LOCAL) - Très forte concurrence locale : puissance de grandes surfaces dans la zone de chalandise (avec une politique commerciale axée sur le prix, l offre, l innovation de concepts fruits et légumes concernés et la qualité). Forte expansion des petits magasins de proximité (supérettes et petites surfaces spécialisées). - Affaiblissement des magasins U locaux : l évolution du chiffre d affaires (fruits et légumes) en (département) est de 0.23% (maintien dû aux extensions et ouvertures entre 2010 et 2011). - Fort agrandissement de [Principal concurrent] à l horizon 20X-XX - Taux Evasion commerciale vers l agglomération [Ville] : 36.5% 8

10 SITUATION DU MARCHE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET DU RESEAU SYSTEME U - Expansion du drive : 1 million de consommateurs en Le réseau U est le plus développé (leader) dans ce domaine. - Nouvelle organisation à Système U [Région] : un nouveau découpage géographique interne permet d avoir des intermédiaires plus proches des associés en cas de projet. - Réseau U performant : Depuis 2010, les objectifs sont atteints : +23% de chiffre d affaires, +328 points de vente, +1% de part de marché. Les objectifs pour 2015 sont les 12% de part de marché et la 3 e place sur le marché national. - Le marché 4 ème gamme se réveille de nouveau : Après avoir chuté lourdement en 2009, le marché reprend des couleurs en 2010 (+5%) grâce à un travail des marques, une forte campagne promotionnelle et d innovations (snacking ). L année 2011 connait un léger recul en raison des conditions climatiques, mais laisse présager une année 2012 fructueuse. - De nouvelles stratégies d enseigne : Les GMS développent pour leurs rayons des innovations stand de fraiche découpe, changement de mobilier orienté «dépoté à plat» avec système de nébulisation fort privilège à l approvisionnement local stratégie axée sur la qualité avec des testeurs, etc. - Les fruits secs en bonne forme : + 6.2% des ventes entre 2011 et 2012 (en hausse continue depuis 2009). Les rayons sont mieux organisés, structurés et segmentés. Les marques travaillent sur l innovation afin d attirer de nouveaux clients. - Forte évolution des fruits et légumes bios : + 6.3% en volume en 2011 avec une consommation en [Région] bondissant de 36% en 5 ans. Prix entre 2010 et 2011 : - 3%. - Fermeture des meubles frigorifiques : d ici 2020, toutes les enseignes (sauf E. Leclerc) devront fermer 75% des meubles frigorifiques par un système de porte. Ceci permet l économie d énergie et de coût et un meilleur confort personnel/clients. - Fort intérêt des consommateurs au développement durable - Bataille des prix entre les enseignes : Elles se battent à coup de baisse des prix et de violentes campagnes publicitaires. Leclerc lance une application mobile «Qui est le moins cher?». - Stagnation des ventes des marques distributeurs : Après 15 ans de croissance, les ventes de MDD ralentissent en raison d une inflation plus forte que les marques nationales (4.8% contre 2.4%). - Année 2011 difficile pour la grande distribution : croissance en volume des grandes surfaces quasi-nulle, hausse des prix des produits alimentaires, baisse de consommation des produits frais SITUATION DU MARCHE ET TENDANCE DES FRUITS ET LEGUMES - Un marché dépendant de la météo : une période estivale amène une forte consommation et inversement. Le rayon fruits et légumes en devient très dépendant en matière de performances. - E.Coli limite la consommation : l ensemble des gammes du secteur fruits et légumes a été touché par la peur de consommer, en raison de la bactérie qui a provoqué la crainte en juin Les fruits et légumes en grande difficulté en 2011 : Après une année fructueuse en 2010, le marché des fruits a chuté de 5.1% et des légumes de 2.3% en volume du à une météo maussade et à la conjoncture économique défavorable. Dans de nombreux points de vente, le chiffre d affaires a chuté de 5 à 10%. La part de voix des fruits et légumes dans les prospectus entre 2008 et 2010 a augmenté de 21% pour chuter de 6% entre 2010 et ème gamme à demi-teinte : Dynamique aux rayons réfrigérés mais en difficulté en rayon ambiant. Certaines marques s efforcent d investir dans la recherche, la communication et un travail sur les prix. Des effets sont attendus en 2013 et/ou 2014 grâce aux lancements de nouveaux produits. CONTEXTE POLITIQUE, TECHNOLOGIQUE ET ECOLOGIQUE 2.4 Diagnostic interne du rayon : Points forts et Points faibles POINTS FORTS - Performances commerciales positives : + 14% de chiffres d affaires entre 2008 et 2011 ; +15.7% de marge commerciale ; du panier moyen (33.67 à ). - Magasin bien situé avec un assortiment complet - Fermeture des meubles frigorifiques : perte de productivité lors de la mise en rayon, du nettoyage, perte d espace et risque de frein d achat pour les clients. - Projet de taxe sur les sacs plastiques pour fruits et légumes : ceci entrainerait une hausse des prix pour les distributeurs et clients. LE MAGASIN POINTS FAIBLES - Nombre de passages en caisse à tendance négative : cumul des variations entre 2008 et 2011 négatif (- XXXXX passages) - Agencement contraignant : Surface de vente parfois trop encombrée et allées très étroites, avec erreurs de balisage. PERFORMANCES DU RAYON FRUITS ET LEGUMES ENTRE 2008 ET Augmentation de la clientèle : le nombre de passages en caisse pour le rayon a bondi de 4.61%. Plus de clients achètent des fruits et légumes (44% des achats). - Augmentation de la politique de marge : passant d un taux de marque moyen de 33.22% à 33.76%. - Bonne situation du rayon face au réseau : 8 ème des magasins U de [département] sur 52 en termes de chiffre d affaires - La 1 ère gamme tient le choc : malgré de fortes variations identiques au rayon, les fruits et légumes classiques voient leurs chiffres d affaires se stabiliser à un niveau supérieur. C est le segment le plus porteur du rayon, représentant 87% du chiffre d affaires et de la marge. - Performances très variables à tendance négative : cumul négatif des variations du chiffre d affaires ( ) et de la marge ( ) entre 2008 et Affaiblissement du rayon dans les performances du magasin : % de participation au chiffre d affaires et -0.6% à la marge. - Objectifs non remplis en 2011 : retard de 7% au niveau du chiffre d affaires et du montant des achats, taux de démarque, etc. PERFORMANCES DE L OFFRE COMMERCIALE - Les gammes annexes en chute libre : les produits biologiques voient ses performances diminuer de 50% entre 2008 et 2011, la 4 ème gamme de -21% et la 5 ème gamme de -42%. - Les fruits secs réagissent modérément : de la même façon que les variations du rayon. Néanmoins, son chiffre d affaires chute à son plus bas niveau en 2011 passant sous la barre des

11 - Poids des distributeurs locaux plus importants dans la politique d achat : +8.75% d achats entre xxxx et xxxx. - Force de vente polyvalente, qualifiée et de qualité : 83% de satisfaction et 1 ère place aux visites mystères en termes de relation clientèle (renseignement, amabilité, tenue, etc.). - Management à forte valeur participative et délégatrice - Equipe récente avec la volonté d améliorer le rayon : l équipe a complètement été renouvelée en 20xx. Elle se montre motivée à vouloir participer à l amélioration du rayon avec un échange d idées grâce à un œil nouveau. - Suivi très régulier des fruits secs : Ce dernier est approvisionné très régulièrement et bénéficie d un suivi quotidien par un employé, rendant le rayon présentable grâce au facing. Très peu de ruptures sont dénombrées. - Très bon respect des mesures d hygiène réglementaires : contrôlé par un audit extérieur avec un score maximum - Bonne qualité des produits : 80% des clients satisfaits - Rayon jugé propre: 84.9% de satisfaction, score maximal aux études (qualimètrie, audit, étude de concurrence) ORGANISATION DU RAYON ET FORCE DE VENTE - Objectifs qualitatifs non mesurables : Plusieurs objectifs qualitatifs sont fixés. Néanmoins, seuls deux indicateurs permettent de mesurer les performances. - Effectif limité : L effectif du rayon est jugé trop faible selon l ensemble de l équipe. Le suivi du rayon ne peut être fait correctement et le manager n a plus le temps de piloter le rayon. - Mal organisation du temps de travail : Les employés travaillent souvent seuls les après-midi. Ils ne peuvent alors s occuper que de la 1 ère gamme en délaissant les autres provoquant des ruptures. - Approvisionnement irrégulier de la 5 ème gamme : aucun programme fixe de commande n est mis en place sur cette gamme provoquant un linéaire vide et pas assez suivi régulièrement. - Stock à flux tendu au niveau de la 4 ème /5 ème gamme : ne permettant pas de remplir le rayon lors de fortes affluences. HYGIENE ET QUALITE MARCHANDISAGE ET ASSORTIMENT - Zone de promotion attractive : Le dernier aménagement de 20xx a beaucoup mis en valeur la 1 ère gamme. Grâce à la nouvelle disposition des gondoles, une place non-négligeable en plein cœur du rayon s est dégagée. Celle-ci permet de mettre plus en valeur l offre promotionnelle mais aussi les produits du plan commerce, préconisés par la centrale. La zone est balisée, théâtralisée et communicatrice. Elle permet d attirer l œil de la clientèle. - Richesse de l assortiment global : le rayon présente l un des assortiments globaux les plus développés de la zone. - Techniques de marchandisage appliquées avec force : effets de masse, de miroir, théâtralisation de l offre, etc. - Implantation dynamique de la 1 ère gamme et 4 ème gamme : la 1 ère gamme est le point central du rayon avec un fort taux de passage et une large place tandis que la 4 ème gamme, située juste en face des salades, joue avec une complémentarité (pas de cannibalisation remarquée). - Respect de la taille d assortiment pour les fruits secs : les préconisations du réseau sont respectées quantitativement. - Nombreuses références sur le drive : le magasin présente l assortiment le plus large en fruits et légumes face à ces concurrents proposant le service (269 références). - La 4 ème et 5 ème gamme, secteurs les plus rentables : malgré de faibles performances, les taux de marque restent élevés (36.57% et 36.41% respectivement, entre 2008 et 2011) - Politique de prix ordinaire/moyenne face aux concurrents - Forte campagne publicitaire pour la 1 ère gamme : Une campagne toutes les semaines avec présence dans la presse. - Clientèle plutôt consommatrice et fidèle : 90% des clients font au moins leurs courses 3-4 fois par mois et 65.5% déclarent SUPER U Ville comme leur magasin principal. - Forte sensibilité aux produits biologiques et 4 ème gamme : respectivement 61.8% et 53.6% de clients sensibles. Les produits bios remportent un vif attrait de la part des clients. - Clientèle sensible aux produits locaux et régionaux - Fraicheur des produits insatisfaisante : tri des produits aléatoire limitant les achats des clients et cassant l image de qualité - Mal organisation de la réserve et du travail le matin : les employés commencent directement par le nouvel arrivage le matin, faisant mal ainsi la rotation des stocks dans la réserve. - Assortiment instable, implantation variable et absence de segmentation de l offre : pas d implantation fixe en 4 ème gamme provoquant des changements réguliers de place avec erreurs dans l étiquetage. L offre n est pas segmentée visuellement pour les fruits secs et 4 ème gamme (contrairement à certains concurrents). - Assortiment déclaré comme trop restreint en 4 ème et 5 ème gamme (78.57% et 87% des acheteurs) et pour les produits bios (82.25%). - Mobilier inadapté (1 ère gamme) : rayon oblique limitant les effets de présentation des produits, parfois sombre et peu adapté à la manutention. Le réseau préconise un mobilier «dépoté à plat». - Indisponibilité des produits fréquente : en 1 ère, 4 ème et 5 ème gamme due à un manque de suivi, de stock et de place. Les commandes sont faites «de tête» sans utiliser des outils adaptés. - Les fruits secs et 5 ème gamme n utilisent pas de façon optimale son linéaire : certains segments/produits se retrouvent surreprésentés et inversement. L assortiment (et segmentation) présenté ne représente pas toujours celui préconisé par le réseau. - Dernier Aménagement du rayon semi-concluant: En 20xx, celui-ci a réduit certaines gammes provoquant des chutes dans les ventes (bio, 4 ème et 5 ème gamme). La 5 ème gamme ne profite plus d un emplacement attractif (peu visible), tout comme le bio. - Balisage en 1 ère gamme peu visible et parfois absent/incomplet POLITIQUE DE PRIX ET COMMUNICATION - Une clientèle mal informée : 51.8% des clients se sentent mal informés sur les produits, notamment sur les conseils d utilisation. - Les services proposés ne sont pas mis en valeur dans le rayon, ne permettant pas à la clientèle de les connaitre. - Faible campagne des fruits secs : Les fruits secs ne disposent presque jamais d opérations pouvant dynamiser les ventes. DEMANDE DU RAYON FRUITS ET LEGUMES - Clientèle du rayon plutôt âgée (achats + restreints) : 28.2% de + de 60 ans ; 23.6% de 51 à 59 ans et 20% de 41 à 50 ans. Les moins de 40 ans ne représentent que 28.2% de la population. - Catégories socioprofessionnelles à revenus modestes : une majorité de retraités (27.3%), suivi des employés (22%), des ouvriers (11.8%) et de femmes et hommes au foyer (10%). - Clientèle exigeante en termes de prix, de choix et de qualité 10

12 Partiie 3 : La Probllématiique et lles Préconiisatiions 3.1 Les principaux résultats issus du diagnostic DIAGNOSTIC EXTERNE : L environnement microéconomique est plutôt favorable à l unité : implantation attractive, population en hausse, forts revenus Tous ces facteurs intéressent fortement la concurrence et notamment [Principal concurrent], qui prévoit de s agrandir dans les années à venir. Pour contrer cette menace, il est important de réagir afin d anticiper les décisions. Le marché des fruits et légumes, malgré les variations météorologiques contraignantes, offrent de belles opportunités. De nombreux segments se développent et les innovations sont présentes aussi bien du côté des fabricants que des distributeurs. Le groupe Système U se montre comme un réel soutien pour ses associés tandis que les modes de consommations évoluent. Le moral économique des français est cependant maussade et la grande distribution se livre alors à une véritable guerre des prix. DIAGNOSTIC INTERNE : Face à une concurrence novatrice et puissante, les performances du rayon réagissent négativement depuis ces dernières années (chiffre d affaires en chute, objectifs quantitatifs non atteints...). Deux problèmes majeurs semblent perturber la vie du rayon. Le premier correspond à une offre insuffisante, pas assez dynamique, mal segmentée ou bien tout simplement mal implantée. Le second correspond à un lourd problème d organisation au niveau du management de l équipe (horaires), de la répartition des tâches et du réapprovisionnement. Ces deux faiblesses influencent négativement la qualité du rayon, dégradant peu à peu la satisfaction de la clientèle. La dynamisation de l offre semble être la solution. Néanmoins, cette dernière doit inclure des mesures résolutives organisationnelles pour être efficace, quelque soit le projet retenu. Le diagnostic fait alors ressortir une problématique : «Comment redynamiser l offre présente dans le rayon fruits et légumes, en perte de vitesse?» 3.2 Les préconisations INTITULE COMMENT LA PRECONISATION REPOND-ELLE AUX POINTS RELEVES PAR LE DIAGNOSTIC? OBJECTIFS GRANDES LIGNES DE LA PRECONISATION AVANTAGES PRECONISATION 1 PRECONISATION 2 PRECONISATION 3 Mise en place d un stand de Changement de mobilier de rayon Développement des gammes fraiche découpe vers un concept «dépoté à plat». annexes du rayon fruits et légumes Le mobilier actuel n est pas Les gammes annexes sont les Le rayon fruits et légumes ne adapté à une mise en rayon aisée segments les plus touchés par les convient pour l instant pas les pour la force de vente et ne met mauvaises performances clients en termes de fraicheur. pas en valeur les produits Les implantations de ces [Concurrent X] obtient le Ce type de rayon oblige la force produits sont très variables, monopole de ce marché sur la zone de vente à faire obligatoirement la insuffisantes ou bien nonsegmentées de chalandise rotation (amélioration de la La clientèle actuelle est une fraicheur) Les gammes annexes sont des clientèle pressée, voguant sur le Seul [Concurrent X] bénéficie de marchés porteurs pour le rayon et phénomène du «snacking» ce concept qui lui vaut une répondent à la praticité, qui est excellente image de marque. recherchée par la clientèle. Améliorer l image «fraicheur» du rayon Attirer une nouvelle demande en levant les freins tels que la préparation des produits Compléter l assortiment 4 ème et 5 ème gamme en perte de vitesse Restructuration du rayon Recrutement et formation de nouveaux employés Définition de l assortiment Installation du stand et du laboratoire de découpe Image de professionnalisme pour le rayon Permet de générer une nouvelle source de chiffre d affaires et une nouvelle cible de clients Renforcement de l équipe Améliorer la rotation et la fraicheur des produits Développer et faire redécouvrir la gamme de produits Donner envie d acheter Améliorer la qualité visuelle du rayon par un mobilier neuf Changement du mobilier du rayon 1 ère gamme avec mise en place d un système de nébulisation Redéfinition de l assortiment Formation des employés et mise en place de nouvelles méthodes Nouvelle organisation du travail Employés motivés par un nouveau challenge Amélioration de l aspect fraicheur du rayon Augmentation de l assortiment Améliorer les performances des segments en difficulté Modifier les méthodes organisationnelles par l élargissement des gammes Redresser la satisfaction de la clientèle sur l assortiment Réimplantation de certaines gammes Elargissement de l assortiment Réorganisation et segmentation de certains linéaires Coûts modérés Délais de réalisation raisonnables Amélioration de la qualité de choix pour la clientèle Amélioration du confort d achat par la segmentation 11

13 INCONVENIENTS FAISABILITE commerciale par le recrutement Permet de compléter la gamme de services proposés par le rayon Coûts très élevés Normes d hygiène très strictes Stand encombrant nécessitant beaucoup de place Risque très élevé sans une réelle étude approfondie de la demande Risque de cannibalisation avec la 1 ère gamme. QUASI NULLE : le rayon doit disposer de beaucoup de place ce qui n est actuellement pas le cas. Des études doivent être menées pour connaitre le réel intérêt de la demande à ce type de service. Ces dernières coûtent très chères et les moyens logistiques et d hygiène à mettre en œuvre sont colossaux. Le délai de réalisation sera très long. 1 ère gamme Amortissement des coûts à long terme Coûts très élevés Demande des méthodologies de travail réfléchies Demande de l attention, risque de maintenance (nébulisation) Travail de mise en rayon plus long et plus contraignant Suivi continu du rayon indispensable (coût salarial) CORRECTE : le changement de mobilier nécessite de la place. Il y en aura assez pour ce projet. Néanmoins, il demande de fortes connaissances techniques. Le rayon gagnera beaucoup en image auprès de la clientèle, si le tri des produits est effectué correctement par la force de vente. Le délai de conception sera très long. Nouvelle organisation de travail Réduit les indisponibilités et les ruptures de stock Perturbation des clients habitués à l implantation Rigueur dans la mise en place pour ne pas déranger la clientèle Nouvelle organisation des employés pouvant les perturber Nécessite de nouveaux matériels de présentation SATISFAISANTE : Il s agit de la préconisation qui présente à la fois le délai le plus court et les coûts les moins élevés. Le contexte et la disposition du rayon permet ce type de changement. Les études effectuées préalablement démontrent un malaise dans ces gammes et préparent déjà une première réflexion pour une mise en place de projet. DECISION PROJET NON RETENU PROJET VIABLE MAIS NON RETENU PROJET RETENU 3.3 Justification de la préconisation retenue Projet choisi : Développement des gammes annexes du rayon fruits et légumes Les critères de choix du projet : faisabilité, coûts et délais du projet. Les gammes annexes du rayon fruits et légumes sont composées de 4 segments : les fruits secs, la 4 ème et 5 ème gamme et les produits biologiques. Ces derniers connaissent de lourdes chutes dans leurs chiffres d affaires alors que leurs marchés indiquent soit une stagnation ou au contraire, un fort développement. En cumulant les variations négatives, ce sont plus de de manque à gagner, au minimum, en moins de 4 ans qui se sont échappés. Ce montant aurait pu par exemple stabiliser la place du rayon dans la contribution au chiffre d affaires du magasin. Les produits biologiques : Les fruits et légumes biologiques sont plébiscités par la clientèle. En 5 ans, en [Région], la consommation s est accrue de plus de 36%. 62% des clients sont sensibles aux fruits et légumes biologiques et seulement 31.8% en achètent. Le problème de l offre a rapidement été diagnostiqué par ces derniers (82.85% des acheteurs la trouvent insuffisante et 34.7% des non-acheteurs déclarent le manque de choix comme leur principal frein d achat). L offre manque de visibilité dans le rayon (confondue avec la 1 ère gamme) et est très instable. Un plan fixe avec un assortiment complet permettrait de capter la clientèle perdue. Sa différenciation dans un mobilier balisé (PLV), à part de l offre 1 ère gamme, la mettrait davantage en valeur. La 4 ème gamme : Depuis 20XX, la gamme a perdu une part de son linéaire et en a subit les conséquences dans ses performances. Le même constat que les produits bios est dressé au niveau du manque d offre. De plus, ce rayon change régulièrement d implantation en fonction des stocks. Ce problème inquiète d ailleurs les représentants des marques nationales du marché puisque les produits ne sont pas segmentés par catégorie. Le manque de temps, d organisation ou d effectif ne permet pas au personnel de s occuper parfaitement de l assortiment. Une implantation fixe limiterait alors les changements réguliers, l élargissement de l offre satisferait davantage la clientèle et une nouvelle organisation permettrait un meilleur suivi. La 5 ème gamme : De nombreuses similitudes avec la 4 ème gamme peuvent être effectuées : pas de stock, peu de suivi. La 5 ème gamme est un secteur qui a lui aussi subit les changements d implantation de 20XX en se retrouvant à une place peu attractive, n attirant presque pas l attention de la clientèle. Cette gamme n est pourtant pas en phase de déclin puisque les distributeurs lancent de nouveaux produits. L approvisionnement est en plus très irrégulier alors que le système de commande permet d être livré régulièrement. L étude de marchandisage a mis en valeur un manque de segmentation et d adaptation du linéaire. Les fruits secs : Ce secteur n est pas non plus en manque d innovation. Néanmoins, le chiffre d affaires subit lui aussi de lourdes chutes, se retrouvant à son plus bas niveau. La qualité de l offre n est néanmoins pas principalement pointée du doigt par la 12

14 clientèle. De plus, c est un rayon qui est suivi régulièrement par l un des employés. Le problème se trouve plus au niveau de l organisation et de l implantation qui parait parfois confuse. Les concurrents tels que (Concurrent X) l ont bien compris en balisant l offre de façon claire permettant un confort d achat aux clients, pouvant relancer ainsi les ventes. 3.4 Présentation synthétique du projet Le projet se déroule en plusieurs volets : - 4 ème gamme : 1. Agrandissement naturel de la gamme grâce au départ d un autre segment lui prenant 63 cm de linéaire au sol. 2. Adoption d un assortiment fixe et choix d outils logistiques et merchandising pour forcer à le respecter 3. Implantation fixe de l offre (bannissement des implantations variables et changements par les employés) avec segmentation (code couleurs avec bandes de rive et frontons de segmentation, barres séparatrices et étiquetage électronique) - Fruits secs et 5 ème gamme : 1. Déplacement et agrandissement de l offre (la 5 ème gamme prendra une part de l ancien linéaire des fruits secs et les fruits secs prendront place sur un linéaire anciennement attribué aux produits locaux) 2. Ajustement des assortiments en fonction des indices de sensibilité et ajout de références (en fonction des préconisations du réseau). Le linéaire des fruits secs augmentera de 7.98m de linéaire développé (+50 %) et la 5 ème gamme de 2.84m (+ 40.6%) 3. Implantation fixe des deux gammes et segmentation des fruits secs avec visuels (système identique à la 4 ème gamme) - Produits bios : 1. Déplacement de l offre (départ du rayon 1 ère gamme vers une gondole particulière avec tomates cerises) 2. Implantation fixe de l assortiment (élargi) avec balisage (l assortiment sera modifié au cours des saisons et des récoltes) Une note de cadrage, validée par le tuteur, a été présentée. Voici les éléments synthétiques de la présentation du projet : Contexte - Modernisation du rayon et du magasin menant vers une hausse de la demande - Forte concurrence qui se situe en avance sur les segments en question (organisation du linéaire, proposition d assortiment, etc.) - Insatisfaction de la clientèle - Chute de performances des gammes Objectifs & Résultats attendus - Augmentation des performances (rayon et segments concernés) : chiffre d affaires, panier moyen et marge chiffres mentionnés sur la note de cadrage - Veille des indices d attractivité de certains segments (fruits secs et 5 ème gamme) - Augmenter la satisfaction de la clientèle par une meilleure qualité de choix - Réduire le rapport de force avec la concurrence sur ces segments - Améliorer le confort d achat de la clientèle - Améliorer l organisation du travail - Eviter les ruptures de stock et les manques de suivi des segments cités ci-dessus. Acteurs Contraintes Budget prévisionnel de Commanditaires (managers Frais et FL) - Chef de projet (stagiaire) - 4 employés + service informatique - Fournisseurs/centrale (mobilier et merchandising ; PLV ; produits) - Budget à déployer à l avance - Nécessité de personnel pour le déplacement de l offre (installation ) - Temps : retard inenvisageable pour ne pas trop perturber la clientèle, etc. Marchandises : TTC Merchandising : TTC Achat PLV + Impression : TTC Mobilier : TTC Coûts salariaux : Management Matériel utilisé Délais Entrainera un changement d organisation à court et long terme - Ordinateur, téléphone, fax, internet - GanttProject, GIMA, Unisvers, etc. 84 jours environ + 4 mois de suivi des résultats et de mesures correctives La préconisation numéro 2 (nouveau mobilier du rayon 1 ère gamme) sera finalement mise en place par le magasin, mais ne fera pas partie de ce PDUC. Partiie 4 : Anallyse des répercussiions du projjet retenu 4.1 Répercussions commerciales, mercatiques et stratégiques La nouvelle implantation des produits 4 ème gamme et fruits secs va permettre à la clientèle de se retrouver plus facilement et de pouvoir comparer les produits de façon plus aisée. La signalétique rendra le linéaire à la fois plus lisible et plus clair, tout en permettant d apporter un dynamisme. Les couleurs de la PLV et des frontons de segmentation sont des couleurs primaires vives et attractives. Celles-ci donneront une image moderne avec un design sobre, ton choisi pour la modernisation de l unité. 13

15 La segmentation permettra de donner une image plus professionnelle afin de démontrer la connaissance des produits. Au niveau de la concurrence, le poids du rayon deviendra plus important et sera peut-être l objet d étude de leur part, en cas de réussite. Il faudra alors de nouveau anticiper leurs décisions. Au niveau de l assortiment, le nombre de références augmentera donc forcément et permettra une meilleure qualité de choix pour la clientèle et de nouvelles ressources financières pour le rayon. Les performances devraient réagir de façon corrective face aux années précédentes et réagir de façon plus ou moins proche, aux préconisations du réseau et aux tendances des marchés. Grâce aux indices de sensibilités, les fruits secs et la 5 ème gamme utiliseront leurs linéaires de façon optimale en ayant une place proportionnelle à la fois aux quantités vendues, à la marge générée et au chiffre d affaires. La 4 ème gamme axe une partie de son assortiment sur les spécialités (dominées notamment par les crudités) permettant de naviguer sur le phénomène du snacking. Le nouveau mobilier de rayonnage (noir) pour les produits bios et tomates cerises est un choix à la fois volontaire et stratégique. Volontaire pour être accolé avec la nouvelle couleur du mobilier du rayon 1 ère gamme (choisi en avril XXXX préconisation 2) et le jeu de lumière associé. Stratégique pour faire ressortir la couleur des produits (ces derniers étant de couleurs vives, cela attirera l œil). Les segments en difficulté et mal placés auparavant (5 ème gamme et produits bios) pourront retrouver des couleurs grâce à une implantation centrale dans le rayon. Enfin, au niveau de la communication, le projet profitera du plan de communication globale du magasin afin d attirer une nouvelle clientèle : journaux locaux, prospectus, site internet, affiches, etc. Quelques PLV pourront être mises pour dynamiser le projet cependant. 4.2 Répercussions financières Éléments Coûts des investissements Coûts d exploitation Coûts totaux Stock d implantation TTC TTC Communication (PLV) TTC TTC Matériel de Rayonnage TTC TTC Matériel de marchandisage TTC TTC Coûts salariaux (charges incluses) (charges incluses) Coûts totaux TTC Le détail et la répartition des coûts, le seuil de rentabilité et le point mort du projet vous seront présentés lors de l entretien. A long terme, les quantités commandées auprès de la centrale d achat devraient s accroître sur les segments en question, liant ainsi une hausse de la marge totale. Les coûts d exploitation sont largement majoritaires. Le coût du matériel de rayonnage est divisé par deux en raison de sa semi-utilisation (gondole double, un côté utilisé pour les fruits et légumes, l autre pour un autre rayon). 4.3 Répercussions organisationnelles La mise en place du projet devra se faire le soir après la fermeture et le matin avant l ouverture, pour éviter tout dérangement de la clientèle. Le réassort des fruits secs et 5 ème gamme entraine la suppression de certains produits et l introduction de nouveaux. L implantation des produits se fera en plusieurs étapes : vidage de la gondole, montage du nouveau mobilier si nécessaire (bios et tomates cerises), mise en place des produits, de la PLV, de l étiquetage, de la segmentation, etc. Cette charge de travail entraine un surcroit d activité pour les employés qu il faudra prévoir (heures supplémentaires) et tempérer par des réunions d informations pour une meilleure efficacité et éviter le stress. L élargissement de la gamme entraîne une nouvelle répartition des tâches. Le diagnostic ayant relevé une trop forte charge de travail au sein de l équipe, le segment 5 ème gamme sera confié à l employé s occupant des fruits secs. Ses horaires permettent cette modification. Ce même segment bénéficiera à présent d une livraison fixe le lundi après commande le samedi. Un classeur crée dans GIMA pour la 4ème gamme deviendra un outil d aide à la commande. En effet, ce progiciel permet le calcul du stock théorique, la prévision des ventes, etc. Néanmoins, le support de commande habituel restera le même. Afin de ne pas délaisser les produits biologiques et la 4 ème gamme et de ne rien laisser au hasard, un cadencier sera conçu pour suivre les achats et les ventes. L élargissement de la 4 ème gamme nécessite un suivi, qui, avec les horaires actuels n est pas possible. Du lundi au jeudi, une seule personne est là l après-midi et ne peut s occuper que de la 4 ème gamme. Afin d éviter des ruptures, la mise en place de nouveaux horaires doit résoudre ce problème, notamment en permettant un réapprovisionnement grâce à un renforcement de l effectif sur certaines plages. Enfin, des stocks de sécurité seront aussi mis en place pour éviter de travailler à stock à flux tendu (ou zéro). 14

16 4.4 Répercussions humaines Aucun recrutement n est prévu pour le projet. En cas d absence éventuelle ou bien de manque de main d œuvre, une mutation interne et temporaire devra être mise en place uniquement lors des tâches importantes. La nouvelle mise en place de procédures au niveau des commandes (utilisation de GIMA comme outil d aide) ne devrait pas poser problème, étant donné que l outil est maitrisé par le personnel. Le stress pouvant être accumulé par les employés devra être tempéré par des outils de management adapté : travail en binôme, briefing, réunions d informations évitant une éventuelle surprise. Aucun outil de motivation financier (prime, etc.) n est néanmoins envisagé. La collaboration avec des fournisseurs locaux et nationaux va permettre à l unité commerciale de nouer de nouveaux liens de partenariat. Les changements apportés permettront d établir une nouvelle relation plus proche avec la clientèle, en répondant notamment aux besoins signalés lors des études menées. Une fois les répercussions évaluées, un cahier des charges a pu être dressé (présentation lors de l entretien). Il reprend notamment les principales notions évoquées précédemment, ainsi que les outils de suivi et d organisation du projet. Partiie 5 : PREMIERES REFLEXIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROJET 5.1 Ordonnancement des tâches Tâches Temps nécessaire Antériorité Etude du rayon fruits et légumes A 30 jours - Création du nouveau plan du rayon fruits et légumes (segments concernés) B 2 jours A Création des plans de masse de chaque segment (définition des linéaires) C 12 jours B Recherche de fournisseurs/concepteurs PLV-imprimeurs et demandes de devis D 10 jours C Comparaison des devis et commande du matériel/plv nécessaire au projet E 2 jours D Livraison du matériel/plv prête F 14 jours E Commande des produits sélectionnés nouveaux et/ou manquants G 1 jour C Réception des produits de la centrale H 2 jours G Réimplantation des segments avec mise en place des outils : PLV + segmentation I 3 jours F Inventaire des segments via MSI J 1 jour I Mise à jour des classeurs «Fruits Secs» et «5 ème Gamme» sur GIMA Graphique et Ajout d un classeur «4 ème gamme» pour le suivi des ventes et outil d aide à la commande (par vidage MSI) K 1 jour J Réflexion sur de nouvelles procédures organisationnelles L 18 jours C Rédaction de la nouvelle organisation M 1 jour L Remise des nouveaux horaires de travail en fonction de la nouvelle organisation N 1 jour M Mise en place de la nouvelle organisation O 6 jours K Le projet est d une durée totale de 84 jours (soit environ deux mois et demi). Un suivi des résultats de 4 mois sera au minimum nécessaire. Les tâches surlignées ne doivent donc pas prendre de retard puisque ce sont sur celles-ci que le projet va principalement reposer (chemin critique). Pour cette étape, un diagramme de GANTT a été créé (présenté lors de l entretien). 5.2 Suivi du projet Le suivi des performances doit se faire tout d abord à partir d un tableau de bord pour chaque gamme de produit : Sem. XX Sem. XX Sem. XX Sem. XX CA MARGE PM Clients Démarque % CA Rayon Actions correctives à mener O R E O R E O R E O R E O R E O R E 15

17 Sem. XX Sem. XX Sem. XX Pour ce projet, d autres tableaux de bord sont pertinents. En ce qui concerne la mise en place du projet par exemple, un premier tableau de suivi et d ordonnancement des tâches doit être mis en place pour évaluer tout retard. Au niveau commercial, un second tableau de bord interne qui, à chaque gamme, présente les ventes de chaque produit. Il est intéressant de savoir ce qui fonctionne ou ce qui ne fonctionne pas dans les O : Objectifs R : Réalisé E : Ecart en % nouveautés. La mévente d un produit pourrait provoquer sa suppression du linéaire au profit d un autre qui fonctionne mieux. Enfin, le troisième correspond au tableau de bord général du rayon puisque le but ultime de ce PDUC est de redresser, en partie, les performances du rayon. Idées de mesures correctives aux résultats : théâtralisation de l offre, opération commerciale, réajustement de l offre commerciale, message radio du magasin, publicité (prospectus local), etc. Pour suivre efficacement ce projet, d autres études devront être mise en place : - une enquête de satisfaction : afin d évaluer le nouveau taux de satisfaction de la clientèle par rapport au changement - mesure des indices d attractivité : sur les segments ayant changé de place afin d évaluer la force des répercussions - une étude de linéaire réactualisée : notamment pour les fruits secs afin de corriger quelques anomalies et la 4 ème gamme - une nouvelle étude de concurrence : ciblée sur les segments travaillés, afin d évaluer le nouveau positionnement du rayon. 16

18 17

19 18

PARTIE 1 : Diagnostic partiel de l unité commerciale

PARTIE 1 : Diagnostic partiel de l unité commerciale PLAN TYPE DU PDUC v2 Miniintroduction : nom de l UC, lieu, rayon (GMS/GSS) ou service (banque/assurance), tuteur et sa fonction. PARTIE 1 : Diagnostic partiel de l unité commerciale A. Présentation de

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année

GUIDE DU TUTEUR ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC. Management des Unités Commerciales. Stage de 1ère année GUIDE DU TUTEUR Ce guide est complété par le tuteur durant la première année de BTS. Une copie doit être fournie au professeur et à l étudiant ACCUEIL D UN ETUDIANT EN BTS MUC Management des Unités Commerciales

Plus en détail

DOSSIER D ANIMATION Terminale Bac Pro Commerce

DOSSIER D ANIMATION Terminale Bac Pro Commerce E11 DOSSIER D ANIMATION Terminale Bac Pro Commerce Coefficient 4 Les élèves effectuent une animation en magasin durant leur premier stage de terminale. A leur retour au lycée ils travaillent sur leur dossier

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices.

Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Bien comprendre la démarche du PDUC : exercices. Exercice 1 : la différence entre missions et projet. 1. A partir des extraits du référentiel (doc 1) et des exemples de projet (doc 2), compléter le tableau

Plus en détail

I. Identification du groupe Le groupe. II. Identification de l unité commerciale Nom. Activité Tendances du marché. Tendance de l unité commerciale

I. Identification du groupe Le groupe. II. Identification de l unité commerciale Nom. Activité Tendances du marché. Tendance de l unité commerciale I. Identification du groupe Le groupe II. Identification de l unité Nom Activité Tendances du marché Tendance de l unité Taille de l unité Système U : groupement de commerçants indépendants. Enseignes

Plus en détail

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact

Sia Conseil. Les Drive : situation et perspectives. Avril 2012. Votre contact Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-conseil.com Paris Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï Sia Conseil Avril 2012 Votre contact

Plus en détail

ACTIVITE. principal Animation Fournisseur C54 Participer à une animation fournisseur Mise en rayon et analyse de rayon

ACTIVITE. principal Animation Fournisseur C54 Participer à une animation fournisseur Mise en rayon et analyse de rayon Vademecum de toutes les missions 2006-2014 Règle des 70/30 Exemple d'activité «Vendre» ACTIVITES Exemple d'activité «Assurer la qualité de service à la clientèle» OM Exemple d'activité «Mettre en place

Plus en détail

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle»

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» Exemple de dossier de PDUC L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» NB1 : Le dossier doit comporter 10 pages : passer en annexes les documents qui prennent trop de place dans le dossier (ex : Etude

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise.

Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. Ouverture d'un point de vente L étude de la zone de chalandise. La zone de chalandise : une zone géographique de captation La zone de chalandise, ou zone d attraction, est le territoire géographique dans

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Métro Cash and Carry France

Métro Cash and Carry France Métro Cash and Carry France Présentation de l unité commerciale Les quatre enseignes du groupe Métro Grossiste alimentaire CA 2010: 33 milliards d euros CA Metro Groupe: 68 milliards d euros Commerce électronique

Plus en détail

Synopsis : Introduction : - L étude de la zone de chalandise doit tenir compte de la concurrence

Synopsis : Introduction : - L étude de la zone de chalandise doit tenir compte de la concurrence S422-3 L ETUDE DE LA CONCURRENCE LOCALE S422 La relation commerciale et son marché S42 La relation commerciale la concurrence Identifier les caractéristiques de la concurrence locale. Caractériser les

Plus en détail

ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE

ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE ANALYSE COMMERCIALE STRUCTUREE ET ACTUELLE DE L ENTREPRISE CAMIF : Coopérative des Adhérents de la Mutualité des Instituteurs de France 1.1-Présentation de CAMIF Habitat La CAMIF Habitat a été créée en

Plus en détail

COURS DE MARKETING LE MERCHANDISING

COURS DE MARKETING LE MERCHANDISING COURS DE MARKETING LE MERCHANDISING Disponible en PPT sur www.layebamba.com DEFINITIONS ET CONCEPTS CLE DU MERCHANDISING L Institut français du merchandising définit le merchandising comme «un ensemble

Plus en détail

Lʼ épreuve PDUC. Projet de Développement de lʼ Unité Commerciale. BTS MUC Lycée de Bras Fusil

Lʼ épreuve PDUC. Projet de Développement de lʼ Unité Commerciale. BTS MUC Lycée de Bras Fusil Lʼ épreuve PDUC Projet de Développement de lʼ Unité Commerciale BTS MUC Lycée de Bras Fusil Généralités sur l épreuve Généralités sur lʼ épreuve L épreuve est évaluée en CCF: le contrôle en cours de formation

Plus en détail

/10 /10 /20. Épreuve E2 Contrôle en cours de formation Action de promotion animation en unité commerciale. Annexe IV

/10 /10 /20. Épreuve E2 Contrôle en cours de formation Action de promotion animation en unité commerciale. Annexe IV Annexe IV Recto BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Épreuve E2 Contrôle en cours de formation Action de promotion animation en unité commerciale Académie de : Centre d examen : Session : Nom du candidat

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012 Numéro 1 / 14 novembre 2012 Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges Contributeurs : Julie Blanchot, Philippe Boyer Les travaux de l observatoire de la

Plus en détail

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC

CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC CONSEILS METHODOLOGIQUES POUR LA REDACTION DU SUPPORT POWER POINT POUR L EPREUVE CPPC I. Introduction Comme nous vous l avons expliqué dans le support «Déroulement de l épreuve de CPPC», vous devez produire

Plus en détail

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE

COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE COMMENT IMPLANTER LES RAYONS D UN MAGASIN POUR AMELIORER SA RENTABILITE La rentabilité d un point de vente est très souvent lié à l implantation des rayons de ce magasin et de la gestion des produits dans

Plus en détail

Quant à notre clientèle actuelle nous pouvons identifier les principales motivations et freins

Quant à notre clientèle actuelle nous pouvons identifier les principales motivations et freins 1 DESCRIPTION DU RESEAU ET DE L UC Acteur majeur de la distribution spécialisée du bricolage en France, le groupe Mr Bricolage a été crée en 1980, il compte 521 magasins dont 17 dans les DOM-TOM, 37 à

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité!

Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! Futurs chefs d entreprise, v ous allez aimer le Discount de proximité! La franchise DIA, deux opportunités Pour parfaire votre parcours d intégration dans le réseau, vous rejoindrez un centre de formation

Plus en détail

A. Qui est City Sport? B. Une offre complète et variée

A. Qui est City Sport? B. Une offre complète et variée PARTIE 1 : ANALYSE COMMERCIALE A. Qui est City Sport? Mon projet de développement a été réalisé dans une grande surface spécialisée en vente d articles et Accessoires de sport. Le réseau de distributeur

Plus en détail

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Construire son magasin

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Construire son magasin PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI Construire son magasin Construire son magasin > Sommaire Les fonctions du merchandising Organiser Gérer Séduire Communiquer Schéma global Segmenter l offre disponible

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 1 : Présentation de votre projet 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet

Plus en détail

C2 : INTERVENIR DANS LA GESTION ET LA PRESENTATION MARCHANDE DES PRODUITS

C2 : INTERVENIR DANS LA GESTION ET LA PRESENTATION MARCHANDE DES PRODUITS C1 : PARTICIPER A L APPROVISIONNEMENT DU POINT DE VENTE 1.1/ Réaliser tout ou partie des opérations liées à la réception des produits! Identifier les documents liés à la réception des produits et les acteurs

Plus en détail

CALENDRIER DES EPREUVES

CALENDRIER DES EPREUVES Annexe 1 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES SESSION 2014 CALENDRIER DES EPREUVES CALENDRIER DES EPREUVES ORALES PONCTUELLES: Pour toutes les académies, sauf pour la Nouvelle

Plus en détail

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché

B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales. Proposition de Corrigé JAMPI Dossier 1 L entreprise et son marché B.T.S. N.R.C. SESSION 2006 Management et gestion d'activités commerciales Proposition de Corrigé "JAMPI" Dossier 1 L entreprise et son marché Première partie : Analyse du marché à partir des annexes 1

Plus en détail

Analyse et Conduite de la Relation Commerciale

Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Analyse et Conduite de la Relation Commerciale Présentation de l Unité Commerciale «L histoire commence en 1968» (1968) Naissance (1990 s) Segmentation E-Réservation (2009) Internationalisation (1970 s)

Plus en détail

P ROJET DE DEVELOPPEMENT DE L UNITE COMMERCIALE. Varela Ribeiro Dilson. BTS Management des Unités Commerciales. Numéro matricule : M312095240

P ROJET DE DEVELOPPEMENT DE L UNITE COMMERCIALE. Varela Ribeiro Dilson. BTS Management des Unités Commerciales. Numéro matricule : M312095240 P ROJET DE DEVELOPPEMENT DE L UNITE COMMERCIALE Varela Ribeiro Dilson Numéro matricule : M312095240 BTS Management des Unités Commerciales SESSION 2006 ANNEXE 13 BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES

Plus en détail

Objectifs de formation

Objectifs de formation Dossier 7 C22 - Présenter les produits à la vente C24 - Maintenir l attractivité de la surface de vente Objectifs de formation Objectifs de formation C22 - Identifi er les objectifs de vente du point de

Plus en détail

Le merchandising dans un commerce indépendant

Le merchandising dans un commerce indépendant Le merchandising dans un commerce indépendant CCI du Gers 24 Février 2014 www.lemoineconseil.fr Arnaud Lemoine Définition du merchandising Le bon produit > notion d assortiments Au bon endroit > notion

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005)

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE. Cahier des charges. Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL COMMERCE Cahier des charges Action «Promotion - Animation» (en application à la rentrée de septembre 2005) Participants : Christiane DUPONT IEN-ET Économie Gestion Rosine REGNAULT

Plus en détail

ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE

ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E2 ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE SOUS-ÉPREUVE E2 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE CORRIGÉ Le corrigé comporte 13 pages Partie 1 :

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Le marketing 4P 5P 6P. Olivier Gareau 16 octobre 2012

Le marketing 4P 5P 6P. Olivier Gareau 16 octobre 2012 Le marketing 4P 5P 6P Olivier Gareau 16 octobre 2012 Au menu ce midi Test marketing Pourquoi un plan de marketing... stratégique? Composantes et phases Le Centre d entrepreneuriat ESG UQÀM Un petit test

Plus en détail

ACQUERIR LES FONDAMENTAUX DU MARKETING

ACQUERIR LES FONDAMENTAUX DU MARKETING ACQUERIR LES FONDAMENTAUX DU MARKETING Définir les notions de base du marketing : besoin, marché, segmentation, positionnement Diagnostiquer la position de son entreprise dans son environnement concurrentiel

Plus en détail

Gestionnaire d unité commerciale Diplôme d état homologué de niveau III sur 2 ans en formation initiale

Gestionnaire d unité commerciale Diplôme d état homologué de niveau III sur 2 ans en formation initiale Commerce, vente Gestionnaire d unité commerciale Diplôme d état homologué de niveau III sur 2 ans en formation initiale Aujourd hui, les compétences attendues pour exercer ce métier doivent allier non

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Le diagnostic de projet

Le diagnostic de projet Le diagnostic de projet Une démarche et une éthique Définition du problème Que recherche-t-on? Plan d étude Comment va-t-on s y prendre? Recueil d informations Quelles informations? Analyse des données

Plus en détail

LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure)

LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure) LA CHAUSSURE DE VILLE HOMME, UN MARCHÉ À FORT POTENTIEL Quelques chiffres et points de repère (source : Fédération Française de la Chaussure) Un marché dynamique Le marché général de la chaussure homme

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne

Le commerce alimentaire en Val-de-Marne n 33 Mai 2013 Le commerce alimentaire en Val-de-Marne Ce Flash Eco est issu de l étude «le tissu commercial du Val-de-Marne : rétrospectives et perspectives «réalisée par la CCI Val-de-Marne. Crise économique,

Plus en détail

L enquête Nationale Drive 2.0,

L enquête Nationale Drive 2.0, Dossier de presse L enquête Nationale Drive 2.0, des résultats surprenants Sommaire I- A propos de Parabellum II- Contexte : Le Drive en France III- Enquête Nationale Drive 2.0 - Méthodologie de l enquête

Plus en détail

> ÉDITION mars 2013 DONNÉES 2012. Achats de fruits et légumes frais par les ménages français

> ÉDITION mars 2013 DONNÉES 2012. Achats de fruits et légumes frais par les ménages français > ÉDITION mars 2013 DONNÉES Achats de fruits et légumes frais par les ménages français Rappel méthodologique Depuis le 1 er janvier 2008 le panel Kantar Worldpanel mesure les achats de 12 000 ménages représentatifs

Plus en détail

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq

qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzx cvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq CONSTRUIRE SON DOSSIER E6 CPPC wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui BTS

Plus en détail

PAPETERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PAPETERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PAPETERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PAPETERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PAPETERIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PAPETERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PAPETERIE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau secteur géographique

MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau secteur géographique Session 2013 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR NÉGOCIATION ET RELATION CLIENT Corrigé E5 : Management et gestion d activités commerciales VERSION 23 MAI 2013 MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau

Plus en détail

CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS.

CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS. CHAPITRE 15 LES RELATIONS ENTRE PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS. Le choix de la stratégie de distribution s effectue dans le cadre d une réflexion stratégique générale, car il conditionne toute l organisation

Plus en détail

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution

Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution Rentrée scolaire 2013 : Prix des fournitures dans la grande distribution GC - Observatoire de la consommation OA - Service Etudes UFC-Que Choisir - Juillet 2013 2 Résumé Alors qu à l approche de la rentrée,

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution

L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution L impact de l évolution de la population sur les réseaux de distribution par Didier Robert et Laurent Pianese Étude géomarketing des évolutions de la population au sein des grands réseaux de la distribution

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Fiche descriptive d activités

Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités Fiche descriptive d activités (FDA) La fiche descriptive d activités (FDA) dresse la liste de l ensemble des activités, recensées lors d enquêtes, exercées par des titulaires

Plus en détail

Technicien Logistique CQPM 0121 -

Technicien Logistique CQPM 0121 - Technicien Logistique CQPM 0121 - Public concerné Agent logistique confirmé Méthode et moyens Théorie en salle, Travaux pratiques Exposé, exercices, conduite de projet Validation du CQPM Technicien Logistique

Plus en détail

Le géomarketing - Page 1 sur 7

Le géomarketing - Page 1 sur 7 Le géomarketing - Page 1 sur 7 LES DOSSIERS MADWATCH.net méthodes Le Géomarketing Novembre 2003 Nb de pages : 7 Le géomarketing - Page 2 sur 7 Créé dans les années 80, la plupart des applications du géomarketing

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Module : Audit. Marketing. Audit Merchandising. Master Intelligence Marketing Et Veille Stratégique. Institut des Hautes Études Commerciales Carthage

Module : Audit. Marketing. Audit Merchandising. Master Intelligence Marketing Et Veille Stratégique. Institut des Hautes Études Commerciales Carthage Institut des Hautes Études Commerciales Carthage Master Intelligence Marketing Et Veille Stratégique Marketing Module : Audit Audit Merchandising KHADRI HACHICHA Asma Darine Emna PLAN I)DEFINITION DU MERCHANDISING

Plus en détail

FONDAMENTAUX DU MARKETING Séance 2. Masters Sciences-Po 2009 KFGM 2035 Marc-André Allard

FONDAMENTAUX DU MARKETING Séance 2. Masters Sciences-Po 2009 KFGM 2035 Marc-André Allard FONDAMENTAUX DU MARKETING Séance 2 Masters Sciences-Po 2009 KFGM 2035 Marc-André Allard 1 L'ELABORATION DE LA STRATEGIE MARKETING 2 QU'EST-CE QUE LA STRATEGIE MARKETING? Une combinaison cohérente des différents

Plus en détail

1/ MISSIONS PREPARATOIRES ET DE SUIVI. 2/ PERIODES D IMMERSION TOTALE Rappel: 5 semaines au minimum NOM : NOM :. PRENOM(S) : TELEPHONE:.

1/ MISSIONS PREPARATOIRES ET DE SUIVI. 2/ PERIODES D IMMERSION TOTALE Rappel: 5 semaines au minimum NOM : NOM :. PRENOM(S) : TELEPHONE:. Annexe 4 CERTIFICAT DE STAGE «A.C.R.C» POUR LES CANDIDATS SCOLAIRES STAGIAIRE : NOM :. PRENOM(S) : Né(e) le :.../ /.à :. SIGNATURE : ETABLISSEMENT SCOLAIRE : NOM : ADRESSE : TELEPHONE:. FAX :.. (apposer

Plus en détail

Les dossiers GRANDE CONSO. DRIVE Les chiffres clés pour comprendre un phénomène [JANVIER 2012]

Les dossiers GRANDE CONSO. DRIVE Les chiffres clés pour comprendre un phénomène [JANVIER 2012] [JANVIER 2012] 2011, le décollage du drive (Sources : lesitemarketing, Kantar WorldPanel) Le parc Déjà plus de 850 drives (incluant points retrait) à fin décembre 2011 1 400 drives prévus en novembre 2012

Plus en détail

Le profil des acheteurs à distance et en ligne

Le profil des acheteurs à distance et en ligne Le profil des acheteurs à distance et en ligne Étude réalisée pour le compte de La FEVAD, La Poste, Reed Exhibitions, CCI Grand Lille 24 octobre 2012 Synthèse de l étude - 1 LES HABITUDES DE CONSOMMATION

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING

INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING INTRODUCTION GENERALE AU MARKETING 1. La notion de marché 2. La définition du Marketing et du Marketing - Mix 3. Les fonctions de l entreprise 4. La stratégie push ( fonction de production ) 5. La stratégie

Plus en détail

Le déroulement de l animation

Le déroulement de l animation 10020_GererAnimer_p076p087 Page 83 Vendredi, 12. août 2005 9:00 09 Le déroulement de l animation DOSSIER 15 Correspondance référentiel Dossier Page livre élève Compétences professionnelles Savoirs associés

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale

Le plan d action marketing et commercial : De la réflexion marketing à l action commerciale Le plan d action marketing et : De la réflexion marketing à l action e Un document qui oblige à réfléchir et à prendre du recul sur l activité, en mêlant l analyse marketing à l action e 1 L analyse marketing

Plus en détail

Gestion de l activité commerciale

Gestion de l activité commerciale 12 13 Gestion de l activité commerciale Gérez efficacement votre activité de négoce, services ou industrie L activité commerciale, c est le nerf de la guerre : prospection, réalisation de devis, facturation,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Distribution, mention management et gestion de rayon de l Université de Lille1 - Sciences et technologies - USTL

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

OBSERVATOIRE TENDANCES DU MARCHE ALIMENTAIRE

OBSERVATOIRE TENDANCES DU MARCHE ALIMENTAIRE OBSERVATOIRE TENDANCES DU MARCHE ALIMENTAIRE ETAT des LIEUX SEPTEMBRE 2014 ZOOM GRANDE DISTRIBUTION SOMMAIRE 1. La consommation alimentaire 2. Les circuits 3. L offre 4. Les enseignes 1-Consommation alimentaire

Plus en détail

Directeur de magasin (h / f )

Directeur de magasin (h / f ) Les métiers du Groupe Carrefour Directeur de magasin (h / f ) 2 e enseigne de supermarchés en France 900 magasins en France prêts à vous accueillir (dont 45 % de franchisés) 34 % des femmes dans l encadrement

Plus en détail

DOSSIER PDUC. DELFAU MARINE Mr BRICOLAGE

DOSSIER PDUC. DELFAU MARINE Mr BRICOLAGE DOSSIER PDUC DELFAU MARINE Mr BRICOLAGE DOSSIER 1-1 : Analyse commerciale et structurée de l unité commerciale 1-a Analyse de l UC dans le contexte de son réseau La structure du réseau Mr Bricolage est

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales MERCATIQUE GRC-DUC. Prép a rat io n au x épre u ve s ora le s d ACRC e t de P DUC.

BTS Management des Unités Commerciales MERCATIQUE GRC-DUC. Prép a rat io n au x épre u ve s ora le s d ACRC e t de P DUC. BTS Management des Unités Commerciales MERCATIQUE GRC-DUC Prép a rat io n au x épre u ve s ora le s d ACRC e t de P DUC Nathalie HOUVER Sommaire GRC - DUC 1 re PARTIE : Les savoirs associés - Référentiel

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Harvest. l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial. Admission sur Alternext juin 2005

Harvest. l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial. Admission sur Alternext juin 2005 Harvest l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial Admission sur Alternext juin 2005 Sommaire 1. Harvest : un éditeur de référence 2. Un marché porté par une demande croissante 3. Une offre

Plus en détail

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher

Forum de la Création Reprise d entreprise du Cher La naissance de l idée Activité Bilan personnel Contraintes Etude de marché Le marché et la concurrence La politique commerciale Construire son projet Les moyens commerciaux Les moyens de production Les

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Schéma du plan d affaires

Schéma du plan d affaires Plan d affaires Schéma du plan d affaires SOMMAIRE EXÉCUTIF DESCRIPTION DU PROJET OBJECTIFS FORME JURIDIQUE ÉQUIPE DIRIGEANTE MARKETING PRODUCTION SOUTIEN ADMINISTRATIF ANALYSE MARCHÉ ANALYSE MARKETING

Plus en détail

Epreuve E5 CCF : ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE JARDIN LOISIRS

Epreuve E5 CCF : ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE JARDIN LOISIRS Éléments de corrigé BTS Management des Unités Commerciales Epreuve E5 CCF : ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE JARDIN LOISIRS Q1 : 1 ) Question 1 Présentez les enjeux et les moyens de l analyse

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ COMMERCE ÉPREUVE E1 ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE SOUS-ÉPREUVE E11 PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ DE L UNITÉ COMMERCIALE Le corrigé comporte 17 pages CORRIGÉ

Plus en détail

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014

COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014 COMPTE-RENDU UTILISATION JEU D ENTREPRISE KALYPSO ANNEE 2013/2014 Contexte Jeu choisi 34 étudiants de DCG3 Jeu KALYPSO proposé par la société ARKHE Chaque équipe gère une société qui fabrique 3 modèles

Plus en détail

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin

CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin CQP Inter-branches Vente Conseil en magasin Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise Une copie

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais

Création du modèle Tanga en 1979, 9 collections par an. - Cahque produit Aubade est crée, recherché et fabriqué sur le sol francais I) Diagnostic Stratégique a) Diagnostic Interne Diagnostique interne : Les Points forts : Politique innovatrice : 1 er a osé les couleurs, le concept des parrures coordonées, Création du modèle Tanga en

Plus en détail

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :...

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :... Procédure de qualification Gestionnaire du commerce de détail CFC CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Série 1B, 2013 Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :............

Plus en détail

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :...

Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :... Procédure de qualification Gestionnaire du commerce de détail CFC CONNAISSANCE DU COMMERCE DE DÉTAIL Gestion des marchandises Série 1A, 2013 Nom : Prénom : No de candidat : Date d'examen :............

Plus en détail

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau

THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1. Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau THEME 2 LA STRATEGIE DE DISTRIBUTION * * * * * Chapitre 1 Etudes et critères de choix pour la mise en place d un réseau La mise en place d un réseau de distribution est une opération complexe. Le fabricant

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS

REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS Réalité, tendances et comparaisons des marchés publicitaires espagnols et français en. ETUDE 2005 REALITE, TENDANCES & COMPARAISONS DES INVESTISSEMENTS MEDIAS ET HORS-MEDIAS ESPAGNOLS ET FRANÇAIS - 1 -

Plus en détail

Patron de votre centre Midas? > http://franchise.midas.fr

Patron de votre centre Midas? > http://franchise.midas.fr Franchise Midas Et si vous deveniez, vous aussi Patron de votre centre Midas? > http://franchise.midas.fr Pourquoi choisir la Franchise Midas? 50 ans d expérience 1 er réseau mondial de la Franchise Automobile.

Plus en détail