Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,"

Transcription

1 JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina EL KHAMLICHI* * Service d Imagerie Médicale ** Service d Orthopédie et Traumatologie Hôpital Militaire d Instruction Mohammed V, Rabat, Maroc

2 Introduction Les tumeurs glomiques sont des tumeurs bénignes se développant aux dépens du glomus neuromyoartériel du tissu dermo-épidermique épidermique. D évolution très lente, cette pathologie est souvent méconnue, et touche l adulte jeune avec une prédominance féminine. Localisation préférentielle : région péri et sous unguéale de la phalange distale. À côté de l écho-doppler, l IRM est l examen de choix pour le diagnostic de ces tumeurs et la surveillance post-opératoire.

3 Objectif Décrire les aspects en imagerie, notamment échographiques et IRM, des tumeurs glomiques des doigts.

4 Matériels et méthodes Etude rétrospective sur 15 patients présentant une tumeur glomique histologiquement confirmée ( ). Techniques d imagerie : Tous les patients ont été explorés par des radiographies standard comprenant un cliché de face, de profil parfois des obliques avec des clichés comparatifs controlatéraux. 7 patients ont bénéficié d une échographie avec Doppler pulsé ou couleur.

5 Matériels et méthodes Techniques d imagerie : Seuls 4 patients ont bénéficié d une IRM réalisée en acquisitions : * axiales en séquences pondérées T1 et T2 * coronales en séquences pondérées en STIR et T2 * séquences pondérées T1 FAT SAT et injection de gadolinium dans les 3 plans de l espace.

6 Matériels et méthodes Paramètres analysés à la radiographie : Présence ou non d une encoche osseuse. Son siège. Son homogénéité. Ses contours. Présence d un amincissement diaphysaire. Épaississement ou non des parties molles.

7 Matériels et méthodes Paramètres échographiques et IRM analysés : Présence ou non d une image tumorale. Taille maximale. Localisation dans les plans axial et sagittal. Échogénicité et signal. Analyse des contours. Signal Doppler gadolinium. et rehaussement après Siège des tumeurs : sous-unguéalunguéal ou pulpaire. injection de

8 Résultats Description des données épidémiologiques de la population: Graphique 1 : Répartition par groupe d âge 7% 33% 20% Moins de 29 ans Entre 30 et 39 ans Entre 40 et 49 ans Plus de 50 ans 40%

9 Résultats Description des données épidémiologiques de la population: Graphique 2 : Répartition par sexe 7% 20% 20% Hommes Femmes 80% 80%

10 Résultats Description des données cliniques de la population: Graphique 3 : Localisation tumorale 13,3% 20% 46,7% Sous-unguéale Pulpaire Autres 40%

11 Résultats Description des données cliniques de la population: Tableau 1. Répartition des tumeurs glomiques sur les différents doigts Total (N=15) Main droite (N=7) Main gauche (N=8) Pouce 5 33,3 % 2 3 Index 6 40 % 4 2 Majeur 1 6,7 % 1 - Annulaire 2 13,3 % - 2 Auriculaire Commissure 1 6,7 % 0 1

12 Tableau 2. Observations cliniques Cas Âge/ Sexe 1 34/F 2 40/F RAS Antécédents Traumatisme du pouce gauche par coup de marteau Localisations Sous-unguéale unguéale Pouce gauche 1 ère commissure de la main gauche Latence diagnosti que Douleur Sensibilit é au froid 2 ans ans Signes physiques Immersion ++ Tache blanchâtre sous unguéale + Tuméfaction sous cutané de 1 cm de diamètre bleuâtre +moiteur de la main Tests Hildreth Love Non fait /F RAS Sous-unguéale unguéale Annulaire gauche 2 ans Tache rouge bleuâtre sous unguéale /H RAS Sous-unguéale unguéale Annulaire gauche 20 ans Tache bleuâtre sous unguéale /F RAS Latéro- pulpaire. Bord 1 an cubital de Tuméfaction Non Non fait bleuâtre pulpaire fait + l index droit 6 28/F RAS Face palmaire de l index gauche 3 ans Tuméfaction du bord interne en regarde la 1 ère phalange H RAS Sous-unguéale unguéale Index droit 4 ans Tache bleuâtre sous unguéal Non fait Non fait + + : discrète, ++ : modérée, +++ : intense

13 Tableau 2. Observations cliniques (suite) Cas Âge/ Sexe 8 51/F 9 47/F RAS 10 58/F 11 54/F RAS 12 35/F RAS Antécédents Opéré pour une tumeur glomique du pouce gauche 13 mois auparavant Traumatisme de l index Localisations Sous-unguéale unguéale Pouce gauche Pulpaire Index gauche Latéro-pulpaire Bord radial de l index droit Sous-unguéale unguéale Pouce droit Sous-unguéale unguéale Majeur droit Latence diagnosti que Douleur Sensibilit é au froid 2 ans an Signes physiques Cicatrice opératoire au niveau du pouce gauche Tuméfaction indurée +++ avec moiteur de la main Immersion 1,5 an Non fait 3,5 ans ++ + Tests Hildreth Love Non fait + Petite tache bleuâtre sous unguéale ,5 an /F 14 43/F RAS 15 32/H RAS Traumatisme Latéro-pulpaire du pouce Bord cubital du gauche pouce gauche Face palmaire du pouce droit Articulation interphalangien ne distale Index droit + : discrète, ++ : modérée, +++ : intense 6 ans an +++ Non précisée 3 ans Tuméfaction de face palmaire de PII du pouce de 1,5/1cm avec paresthésie locale Tuméfaction polylobée de 1 cm sur bord médial de l index en regard de l interphalangienne distale Non fait Non fait Non fait + Non fait +

14 Résultats Tableau 3. Type d intervention et caractéristiques de la tumeur Observation Voie d abord Aspect macroscopique 1 Péri unguéale antérieure Tumeur nodulaire d environ 4,5/3mm d aspect blanchâtre 2 Directe Masse de 1 cm de diamètre rouge foncé encapsulée 3 Péri unguéale latérale l Masse de 5 mm rouge bleuâtre 4 Péri unguéale latérale Tumeur de 6 mm bleuâtre 5 Directe Tumeur de 8 mm de diamètre bleuâtre de forme arrondie 6 Directe Formation ovalaire de 8mm de grand axe de couleur blanchâtre 7 Latéro-unguéale Tumeur difficile à être localisée: excision large de la zone présumée de la tumeur 8 Péri unguéale latérale Formation nodulaire de 4 mm 9 Directe Tumeur arrondie de 5 mm encapsulée rouge foncée 10 Directe Tumeur arrondie de 6 mm rouge 11 Péri unguéale latérale Masse arrondie bien limitée de 4,5 mm 12 Trans unguéale Formation arrondie de 5 mm de diamètre de couleur rouge foncée 13 Directe Tumeur bleutée de 9 mm de diamètre 14 Directe Nodule bien limité grisâtre de 15 mm 15 Directe Nodule bien limité de 10 mm

15 Résultats Tableau 4. Résultats des radiographies standard Cas 1 Normale 2 Discret épaississement des parties molles 3 Normale 4 Encoche au niveau de la 3 ème phalange 5 Empreinte discrète au niveau de la 3 ème phalange Radiographie standard 6 Épaississement des parties molles en regard de la 1 ère phalange avec petite encoche corticale radiale 7 Épaississement des parties molles dorsales et latérales en regard de la 3 ème phalange avec scalloping du bord dorsal de cette phalange 8 Discrète érosion régulière de la 2 ème phalange 9 Normale 10 Normale 11 Petite érosion au niveau de la 2 ème phalange 12 Normale 13 Normale 14 Masse des parties molles au niveau de la pulpe en regard de la 2 ème phalange, pas de lyse osseuse ou de scalloping 15 Épaississement des parties molles en regard de l extrémité distale de la 2 ème phalange, pas de lésion osseuse

16 Résultats Tableau 5. Description échographique des tumeurs glomiques Cas Axe échographique optimal axial/sagittal Taille tumorale (mm) Contours tumoraux Homogénéité Échogénicité Signal Doppler 1 Sagittal 4,2/4 Bien définis Hétérogène Hyperéchogène Hypervasculaire 2 Sagittal 11 Nets Discrètement hétérogène Anéchogène - 8 Sagittal 5/4 - Homogène Hypoéchogène - 11 Axial 5 Assez nets Légèrement hétérogène Hypoéchogène - 12 Sagittal 5 Nets Homogène Hyperéchogène - 14 Sagittal et axial 14 Nets Hétérogène Échogène Hypervasculaire 15 Sagittal et axial 10 Nets Hétérogène Échogène -

17 Résultats Tableau 6. Description IRM des tumeurs glomiques Cas Siège tumoral Taille tumorale (mm) Contours tumoraux Homogénéité T1 Signal T2 STIR Rehaussement 4 En regard du bord cubital de 3 ème phalange de l annulaire gauche. Sous unguéal latéral 5 mm Nets Homogène - Hyper signal Hyper signal En regard du bord cubital de la 3 ème phalange de lindex l index gauche Juxta osseux en regard du bord radial de la 1 ère phalange de l index gauche En regard du bord cubital de la 2 ème phalange du pouce droit 7 mm Nets Homogène 8 mm Nets Homogène Iso signal Hypo signal - - Hyper signal franc 8 mm Nets Homogène - - Fort et homogène - - Hyper signal franc -

18 Observation n 1 : Figure 1 Figure 1 : Echo doppler du pouce droit en mode spectral en coupe sagittale: masse hétérogène assez bien limitée avec une hyper vascularisation de type veineuse.

19 Observation n 4 : Figure 2 Figure 2 : IRM en coupes coronales, en T2 (a) et STIR (b): Image nodulaire, ovalaire, en hypersignal en regard du bord cubital de la troisième phalange du 4ème doigt.

20 Observation n 5 : Figure 3 Figure 3 : IRM en coupes coronales, en séquences pondérées en T1 avec saturation de graisses avant et après injection de gadolinium : petite image nodulaire, ovalaire, bien limitée, en regard du bord cubital de la 3ème phalange de l index, en iso signal T1 et qui se rehausse fortement et d une façon homogène après injection du produit de contraste.(voir flèches).

21 Observation n 6 : Figure 4a : Radiographie de la main de face montrant un épaississement des parties molles en regard de la première phalange de l index avec une petite encoche corticale radiale (flèche). Figure 4b Figure 4b : IRM du même patient, en coupes axiales pondérées en T1 et T2 : Image nodulaire juxta-osseuse en regard du bord palmaire de la 1ère phalange de l index, bien limitée et homogène en hypo signal T1 et hyper signal franc en T2

22 Observation n 7 : Figure 5a : Radiographie de face et profil de l index montrant un épaississement des parties molles dorsales et latérales en regard de la 3ème phalange avec scalloping du bord dorsal de cette phalange (Flèche). Figure 5b Figure 5b : Artériographie de la main en incidence de face : hyper vascularisation nodulaire en regard du bord latéral de l index (flèche).

23 Observation n 13 : Figure 6 Figure 6 : IRM en coupe coronale, en séquences pondérées en STIR: Image nodulaire pulpaire, bien limitée, ovalaire, en hyper signal franc en regard de la 2ème phalange du pouce (flèche).

24 Observation n 14 : Figure 7a :Radiographie de profil du pouce droit montrant une masse des parties molles en regard de la deuxième phalange (flèche). Figure 7b Figure 7b :Echographie du pouce droit en coupe longitudinale: nodule échogène et hétérogène bien limité, sans renforcement postérieur.

25 Observation n 15 : Figure 8a : Radiographie de la main de face montrant un Épaississement des parties molles en regard de l extrémité distale de PII sans lésion osseuse. (Flèche).. Figure 8b Figure 8b : Echographie de l index droit en coupe longitudinale: nodule échogène et hétérogène bien limité, avec discret renforcement postérieur.

26 Discussion Épidémiologie : Les tumeurs glomiques représentent 1 à 5% de toutes les tumeurs des parties molles de la main. Localisation la plus fréquente : sous-unguéaleunguéale comme c est le cas de notre série. Prédominance féminine :57 à87%. Chez l homme : atteinte souvent extra-digitale. Adulte d âge moyen (moyenne ans). Les résultats de notre étude rejoint ceux rapportés dans la littérature. Souvent uniques chez l adulte Formes multiples fréquentes chez l enfant

27 Discussion Clinique : Douleur au niveau du doigt spontanée ou provoquée aux choc ou au froid. Coloration bleutée ou rougeâtre au lit unguéal ou de la lunule de l ongle ou pulpaire, voire commissurale peut être observée. Trois tests cliniques, de sensibilité assez élevée, sont utilisés pour le diagnostic de tumeur glomique de la main : * Test de Love * Test d Hildreth * Test de sensibilité au froid

28 Imagerie : Radiographie standard : Discussion Signes non spécifiques dans 50% des cas : o Érosion régulière de la phalange sous-jacente à la tumeur encoche unguéale ± large en périphérie :signe plus fréquent o Amincissement de la diaphyse unguéale o Parfois asymétrie de la houppe phalangienne o Exceptionnellement : siège intra osseux lacune à l emporte pièce Dans notre série : * encoche dans 33,3% des cas. * scalloping dans 6,7%. Épaississement ou masse des parties molles (retrouvé dans 33,3% de nos patients)

29 Discussion Imagerie : Échographie / Doppler : Masse ronde ou ovoïde ± limitée Homogène Hypoéchogène voire anéchogène par rapport soit au tissu de soutien, soit au lit unguéal pour les tumeurs sous unguéales Seuil de détection échographique aves sondes de haute fréquence : 2 mm ; dans notre série : 4,2 mm Signe indirect non spécifique : encoche hyperéchogène érosion osseuse Doppler couleur ou énergie rechercher hypervascularisation lésionnelle (retrouvés dans 13,3% de nos patients).

30 Discussion Imagerie : Tomodensitométrie : Pas d intérêt en dehors de certaines situations où le diagnostic différentiel d ostéome ostéoïde est soulevé Artériographie : Intérêt seulement en cas de : * Tumeurs glomiques à expression atypiques * Récurrence des symptômes après exérèse

31 Discussion Imagerie : Imagerie par résonance magnétique : Examen de choix dans la détection et la caractérisation des tumeurs glomiques et la recherche de récidive tumorale. Image nodulaire Hyposignal T1, hypersignal T2 et STIR Capsule caractérise les tumeurs glomiques, mieux individualisée en T2, et fortement rehaussée après injection de gadolinium

32 Discussion Imagerie : Imagerie par résonance magnétique : ARM : rehaussement nodulaire précoce à la phase artérielle après injection de gadolinium très évocateur de tumeur glomique Dans notre série, 2 lésions sur 4 étaient visibles en T2, les 2 autres en STIR Association des séquences T2 et STIR détection d une petite tumeur de 5mm dans notre série

33 Discussion Diagnostics différentiels : Kyste mucoïde Ostéome ostéoïde Hémangiome Exostose sous unguéale Corps étrangers des parties molles des doigts Mélanome Neurinome, neurofibrome, nervrome ou schwannome

34 Conclusion Les tumeurs glomiques des doigts sont des tumeurs bénignes et rares, représentant 1,2% des tumeurs des parties molles de la main. L imagerie joue un rôle primordial dans le diagnostic et le suivi postopératoire de ces tumeurs. L IRM reste le meilleur examen permettant un topographique et morphologique précis de la lésion. bilan

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie

JFR 2006 PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM. Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie PAPILLOME INVERSÉ EVALUATION PAR LA TDM ET L IRM Service d Imagerie Médicale- EPS Charles Nicolle Tunis -Tunisie INTRODUCTION Tumeur naso sinusienne rare : 0,5 à 4% de l ensemble des tumeurs naso sinusiennes

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE S.EL HADDAD, Z.JAMALEDDINE, A.EL QUESSAR, M.M.CHERKAOUI SERVICE D IMAGERIE MÉDICALE HÔPITAL UNIVERSITAIRE CHEIKH ZAID INTRODUCTION 1 Creux axillaire compartiment

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS )

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES OSTEONECROSES EPIPHYSAIRES DE L ADULTE ( A PROPOS DE 30 CAS ) H. Mrabti fassi, N.Bnouachir,H.Enneddam, M. Ouali Idrissi, N. Cherif El guanouni,s.alj, O.Essadki, A.

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne

Généralités. Imagerie du cancer de l endomètre. Diagnostic. Echographie pelvienne. Métrorragies : étiologie? Echographie pelvienne Généralités Imagerie du cancer de DES de gynécologie 09 février 2007 Edouard Poncelet, Pr D Vinatier Service d Imagerie médicale, JDF Service de Chirurgie gynécologique, JDF 3 cancer chez la femme (sein,

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI.

SOMMAIRE MATERIELS ET METHODES RAPPEL ANATOMIQUE ASPECTS IRM CONCLUSION I. INTRODUCTION II. III. IV. V. DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL VI. ASPECT IRM DES METASTASES LEPTOMENINGEES A L ETAGE DORSO-LOMBAIRE Hôpital européen Georges Pompidou H.GHANNEM; V.BRUN; C.MUTSCHLER; L.FOURNIER; P.HALIMI; G.FRIJA SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. III. IV. MATERIELS

Plus en détail

Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied

Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Examen d Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) du pied Hallmarq Veterinary Imaging Ltd Unit 5 Bridge Park Guildford, Surrey GU4 7BF Tel : + 44

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas)

L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas) L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas) N. Cherif Idrissi El Ganouni1, L. Akka1, H. Jaafari2, N. Kissani2, O. Essadki1, A.Ousehal1. (1) Service de radiologie, (2) service

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS

Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm, U889,Université Bordeaux 2 et * Inserm U674, PARIS H Laumonier, P Bioulac-Sage, Christophe Laurent, Antonio Sa Cunha, J Zucman-Rossi*, C Balabaud, H Trillaud Services de radiologie, Anatomie Pathologique, Chirurgie et Hépatologie- CHU BORDEAUX GREF,Inserm,

Plus en détail

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas

Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas Aspect en IRM des lésions kystiques du pancréas G.Piana (1), O.Turrini (2), M.Giovannini (3), J-R.Delpero (2), A.Sarran (1) (1) Service d imagerie médicale (2) Service de chirurgie digestive (3) Service

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural.

Embolie pulmonaire. Dg positif. Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural. Embolie pulmonaire Dg positif Image/Défect endoluminal/intravasculaire Unilatéral/bilatéral Épanchement pleural Signes cardiaques droits: Signes de gravité - Dilatation de l artère pulmonaire - Dilatation

Plus en détail

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER

Sarcomes des tissus mous Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Liposarcome Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Cellule adipeuse Source de cellules souches Source de facteurs de croissance Possibilité

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE

RAPPEL PHYSIOPATHOLOGIQUE INTRODUCTION Les tendinopathies englobent toutes les souffrances du tendon: atteinte de l enveloppe du tendon (ténosynovite), souffrance du tendon luimeme (tendinite),pathologie d insertion (enthésopathies)

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE NEURINOME DE L ACOUSTIQUE. Service Central de Radiologie CHU Ibn Rochd de Casablanca- Maroc

APPORT DE L IRM DANS LE NEURINOME DE L ACOUSTIQUE. Service Central de Radiologie CHU Ibn Rochd de Casablanca- Maroc APPORT DE L IRM DANS LE NEURINOME DE L ACOUSTIQUE Naciri C., Moubachir.N, Essodegui.. F, Kadiri R. Service Central de Radiologie CHU Ibn Rochd de Casablanca- Maroc SOMMAIRE INTRODUCTION RAPPEL ANATOMIQUE

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

SEMEIOLOGIE RADIOLOGIQUE ET ITINERAIRES D IMAGERIE DE LA MAIN ET DU POIGNET J.BUSSON

SEMEIOLOGIE RADIOLOGIQUE ET ITINERAIRES D IMAGERIE DE LA MAIN ET DU POIGNET J.BUSSON 2 0 0 1 5 0 1 0 0 5 0 0 1 er trim. 2 e trim. 3 e trim. 4 e trim. SEMEIOLOGIE RADIOLOGIQUE ET ITINERAIRES D IMAGERIE DE LA MAIN ET DU POIGNET J.BUSSON UN PEU D HISTOIRE 22 DECEMBRE 1895: RADIOGRAPHIE DE

Plus en détail

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs des parties molles chez l enfant

Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs des parties molles chez l enfant Imagerie des tumeurs et pseudotumeurs des parties molles chez l enfant W. Hizem-Harzallah, R. Salem, M.A. Jalleli, A. Zrig, W. Mnari, J. Saad, M. Maatouk, M. Golli. CHU Fattouma Bourguiba- Monastir-TUNISIE

Plus en détail

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas

Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas Les tumeurs des nerfs périphériques A propos de huit cas B RADOUANE, M JIDAL, J EL FENNI, B ZAINOUN, S CHAOUIR, T AMIL, A HANINE, M BEN AMEUR Service d Imagerie Médicale Hôpital militaire d instruction

Plus en détail

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires

Surveillance par imagerie des seins et des ovaires GENEPY Réseau de prise en charge des personnes à risque GENEtique de Cancer en Midi-Pyrénées Référentiel Régional Syndrome Seins - Ovaires Surveillance par imagerie des seins et des ovaires Janvier 2016

Plus en détail

SARCOMES DES PARTIES MOLLES ET HÉMATOMES MUSCULAIRES SPONTANÉS

SARCOMES DES PARTIES MOLLES ET HÉMATOMES MUSCULAIRES SPONTANÉS SARCOMES DES PARTIES MOLLES ET HÉMATOMES MUSCULAIRES SPONTANÉS S TAIEB, N PENEL, L VANSEYMORTIER, L CEUGNART CENTRE OSCAR LAMBRET LILLE - FRANCE RÉSUMÉ Sur 487 sarcomes des parties molles pris en charge

Plus en détail

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville

Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville Imagerie et diagnostic différentiel de l algodystrophie du pied et de la cheville JB Pialat Jean-baptiste.pialat@chu-lyon.fr Radiologie, Hôpital E Herriot, Hospices Civils de Lyon Décembre 2014 Plan Peut-on

Plus en détail

Le poignet douloureux chronique. Philippe SAMSON Institut de la Main et du Membre Supérieur Clinique Monticelli - Marseille

Le poignet douloureux chronique. Philippe SAMSON Institut de la Main et du Membre Supérieur Clinique Monticelli - Marseille Le poignet douloureux chronique Philippe SAMSON Institut de la Main et du Membre Supérieur Clinique Monticelli - Marseille Squelette Squelette! Avant-bras: -! Radius Squelette! Avant-bras: -! Radius -!

Plus en détail

Item 288 Troubles des phanères : onyxis

Item 288 Troubles des phanères : onyxis Item 288 Troubles des phanères : onyxis PATHOLOGIE UNGUÉALE DES DOIGTS Objectif pédagogique Recueillir les données sémiologiques d un onyxis et orienter le diagnostic étiologique. La pathologie unguéale

Plus en détail

I a - Radio-Anatomie du Massif Facial. 1. Quels sont les plans de coupe? 2. Nommez les structures signalées

I a - Radio-Anatomie du Massif Facial. 1. Quels sont les plans de coupe? 2. Nommez les structures signalées I a - Radio-Anatomie du Massif Facial 1. Quels sont les plans de coupe? 2. Nommez les structures signalées 6 9 7 8 3 2 5 10 12 1 11 4 13 14 I a - Radio-Anatomie du Massif Facial - Quels sont les plans

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

Masses kystiques compliquées et complexes du sein de l image échographique à l histologie S.Kechaou, M.Jrad, A.Ayedi,M.Chaabane Ayedi Service de radiologie de l hôpital de l Ariana. Tunis.Tunisie INTRODUCTION

Plus en détail

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH

Tumeur du Sein. Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Tumeur du Sein Service de Pathologie Hôtel-Dieu de France Beyrouth- Liban Juillet 2007 Julien DAHDAH Cas Clinique En Juillet 2006, Patiente de 34 ans, mariée, mère d un enfant de 5 ans, se plaint depuis

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Imagerie des tendons du poignet et de la main

Imagerie des tendons du poignet et de la main Imagerie des tendons du poignet et de la main Philippe MATHIEU G.Morvan, M.Wybier Wybier,, V.Vuillemin-Bodaghi Vuillemin-Bodaghi, J.Busson 5 rue Alfred Bruneau, Paris Imagerie des tendons du poignet et

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Item 5 : IRM Hypophysaire

Item 5 : IRM Hypophysaire Item 5 : IRM Hypophysaire Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Indications et contre-indications...1 1. 1 Indications...1 1. 2 Contre-indications... 1 2 Technique...2

Plus en détail

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal.

ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES. S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. ATLAS D IMAGERIE DES TUMEURS MALIGNES MAXILLO-FACIALES S. Semlali, I. Skiker, K. El Khatib, A. Rzin, M. Benameur, A. El Kharras, M. Jidal. Introduction Les tumeurs malignes du massif facial:

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

Imagerie du lymphome des tissus mous (LTM)

Imagerie du lymphome des tissus mous (LTM) Imagerie du lymphome des tissus mous (LTM) C. Barcelo (1), A. Ponsot (1), H. Chiavassa (1), F. Lapegue (2), J. Vial (1), G. Moskovitch (1), J. Giron (1), JJ. Railhac (1), N. Sans (1) (1) Toulouse - France,

Plus en détail

A PROPOS D'UNE TUMEUR GLOMIQUE DU MOLLET

A PROPOS D'UNE TUMEUR GLOMIQUE DU MOLLET A PROPOS D'UNE TUMEUR GLOMIQUE DU MOLLET N. ECH-CHERIF EL KETTANI, I. NASSAR, S. BOUKLATA, L. HAMMANI, N. KABBAJ, F.Z. GUEDDARI, A. AJANA, F. IMANI. Service de Radiologie Centrale. Hôpital Ibn Sina. CHU

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées

Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées Diagnostic radiologique des tumeurs parapharyngées I. Achour, M. Sellami, z. B Rhaiem, MA. Chaabouni, I. Charfeddine, B. Hammami, A. Ghorbel Service ORL CHU Habib Bourguiba, Sfax Tunisie Introduction Tumeurs

Plus en détail

LES TRAUMATISMES OSTEO-ARTICULAIRES DE LA MAIN

LES TRAUMATISMES OSTEO-ARTICULAIRES DE LA MAIN LES TRAUMATISMES OSTEO-ARTICULAIRES DE LA MAIN Dr. D. Guinard Au niveau de la main, nous pouvons rencontrer des lésions analogues à celles rencontrées au niveau de toutes les articulations ainsi qu'au

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Pas de consigne particulière en dehors de rapporter les mammographies antérieures.

Pas de consigne particulière en dehors de rapporter les mammographies antérieures. Sénologie 705 Sein Fiche 1 Mammographie de dépistage organisé Introduction Examen réalisé chez les femmes de 50 à 74 ans répondant aux critères d inclusion du Dépistage Organisé (Bulletin Officiel n 2001-43,

Plus en détail

Les tendinopathies du membre supérieur. Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz

Les tendinopathies du membre supérieur. Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz Les tendinopathies du membre supérieur Dr Streit Gérald Service de rhumatologie CHU Minjoz Définition Tendinite : atteinte du tendon Ténosynovite: gaine synoviale, et modification des trajets tendineux.

Plus en détail

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS RUPTURE DE LA COIFFE DES ROTATEURS Solution de continuité partielle ou totale d un ou de plusieurs tendons de la coiffe Origine traumatique, micro traumatique ou dégénérative INTERET Fréquence Causes multifactorielles

Plus en détail

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014

Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Élaboré par : Francine Roy, t.i.m. Julie Morin, t.i.m. Mars 2014 Adopté par le comité d inspection professionnelle : le 12 mars 2014 Adopté par le conseil d administration : le 14 mars 2014 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Atlas radio- anatomie de la cheville en IRM du normal au pathologique

Atlas radio- anatomie de la cheville en IRM du normal au pathologique Atlas radio- anatomie de la cheville en IRM du normal au pathologique S. Wakrim, O. Traoré, Z. Regragui, N. Moussali, N. El Benna, A. Gharbi Service de radiologie 20 aout, CHU Ibn Rochd CASABLANCA Plan

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Atteintes osseuses dans la maladie de von recklinghausen

Atteintes osseuses dans la maladie de von recklinghausen Atteintes osseuses dans la maladie de von recklinghausen A propos de 30 cas S. Lezar, A. Sif, N. Elghazouli, R. Kadiri SCR - CHU Ibn Rochd Casablanca-Maroc INTRODUCTION La maladie de Von Recklinghausen

Plus en détail

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle

Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde. Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Sémiologie médicale Endocrinologie Glande thyroïde Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud- Charles Mérieux Pr Christiane Broussolle Goitres, nodules Hypothyroïdies Hyperthyroïdies Goitres Goîtres

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Introduction. Fractures des Métacarpiens et des Phalanges. Anatomie. Physiologie. Anatomie. Anatomie. Fréquence+++ Bénins / Séquelles Fonctionnelles

Introduction. Fractures des Métacarpiens et des Phalanges. Anatomie. Physiologie. Anatomie. Anatomie. Fréquence+++ Bénins / Séquelles Fonctionnelles Fractures des et des Phalanges Introduction Fréquence+++ Bénins / Séquelles Fonctionnelles Anatomie: Rapports Os, Tendons, Dynamique articulaire Ph SCHIELE H.I.A. Clermont Tonnerre - C.H.U. Cavale Blanche

Plus en détail

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Imagerie par résonance magnétique (IRM) Imagerie par résonance magnétique (IRM) SÉMIOLOGIE S N C JY GAUVRIT I- IRM généralités Méthode numérique d imagerie Principe de la Résonance Magnétique Nucléaire Basée sur la richesse du corps en eau Et

Plus en détail

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2)

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) 1 Plan Introduction Généralités Anatomie et radio-anatomie Embryologie Etat de l art sur

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes Docteur P. CHASTANET Service de Radiologie Ostéo-Articulaire - Hôpital Roger

Plus en détail

Syndrome du canal carpien

Syndrome du canal carpien Syndrome du canal carpien Dr Xavier Martinache Qu est ce que le syndrome du canal carpien? Le syndrome du canal carpien correspond à une compression d un gros nerf situé dans la paume de votre main :le

Plus en détail

Thyroide? Nodule?? Cancer???

Thyroide? Nodule?? Cancer??? Thyroide? Nodule?? Cancer??? Plan 1. Anatomie 2. Histologie 3. Cancer 4. Echographie Données de tt CR TIRADS ANATOMIE HISTOLOGIE 2 types d hormones: - H. thyroidiennes: T3 et T4: métabolisme énergétique,

Plus en détail

A BERRICH, H ZAGHOUANI, S BOUGUIZENE, M MISSAOUI, S SRIDI, S MAJDOUB, H AMARA, H KHAIRI, D BEKIR, C KRAIEM SOUSSE - TUNISIE

A BERRICH, H ZAGHOUANI, S BOUGUIZENE, M MISSAOUI, S SRIDI, S MAJDOUB, H AMARA, H KHAIRI, D BEKIR, C KRAIEM SOUSSE - TUNISIE A BERRICH, H ZAGHOUANI, S BOUGUIZENE, M MISSAOUI, S SRIDI, S MAJDOUB, H AMARA, H KHAIRI, D BEKIR, C KRAIEM SOUSSE - TUNISIE INTRODUCTION : Devant une masse pelvienne, il faut tenter de préciser : La localisation

Plus en détail

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée

RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée RADIOANATOMIE DES ESPACES PROFONDS DE LA FACE : une approche simplifiée I. Fauquet, F.Bonodeau, L. Deschildre, L. Ceugnart, G. Hurtevent-Labrot JFR 2006 Lille, France Intérêt de connaître l anatomie 1

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE

IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG IMAGERIE CELLULAIRE PAR IRM DE LA SYNOVITE INFECTIEUSE G BIERRY, F JEHL, A NEUVILLE, P ROBERT, S KREMER, A GANGI, JL DIETEMANN Services de Radiologie, de Bactériologie,

Plus en détail

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales

Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Exemples didactiques de dysfonctions : signes associés aux entorses, luxations, fractures, atteintes vertébrales Pr Jean-Michel Laffosse, Pr Arnaud Constantin Individu sain, âgé de 35 ans, aucun symptôme

Plus en détail

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie

Plus en détail

IRM DU GENOU TRAUMATIQUE. Comment éviter la méniscectomie. A. Lesavre, A. Miquel, C. Phan, Y. Menu CHU du Kremlin Bicêtre

IRM DU GENOU TRAUMATIQUE. Comment éviter la méniscectomie. A. Lesavre, A. Miquel, C. Phan, Y. Menu CHU du Kremlin Bicêtre IRM DU GENOU TRAUMATIQUE Comment éviter la méniscectomie : A. Lesavre, A. Miquel, C. Phan, Y. Menu CHU du Kremlin Bicêtre Introduction Toutes les lésions méniscales ne relevant pas d un traitement chirurgical,

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES

PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES PANARIS ET PHLEGMONS DES GAINES DIGITALES 1 C. LAZERGES, B. COULET, M. CHAMMAS Service de chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Montpellier Les infections de la main se présentent soit sous

Plus en détail

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum Patient de 30 ans, sportif de haut niveau, marathonien. Présente des épisodes répétés de douleurs du mollet droit, survenant environ après une demie heure de course. Une échographie hauterésolution de

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou

Sémiologie du genou. Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Sémiologie du genou Rappels anatomiques participant à la stabilité du genou Eléments passifs - Ligaments o Croisés : antérieur et postérieur = Stabilité antéro-postérieure o Latéraux : interne et externe

Plus en détail

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE

LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE LYSES ISTHMIQUES ET SPONDYLOLISTHESIS PAR LYSE ISTHMIQUE Aspects cliniques et radiologiques P. Guigui, Hôpital Beaujon Paris Introduction Affection fréquente 5% à 7% Homme 2% à 5% Femme Le plus souvent

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Organisation de la cavité pelvienne féminine (II)

Organisation de la cavité pelvienne féminine (II) Léon Doriane et Saudreau Blandine 01/12/10 Anatomie, Organes génitaux féminins, Dr Millon Organisation de la cavité pelvienne féminine (II) Introduction L ovaire, gonade féminine, est situé dans le petit

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Le genou de l! enfant et de l! adolescent

Le genou de l! enfant et de l! adolescent Le genou de l! enfant et de l! adolescent Pierre Mary Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l! enfant Hôpital d! enfants A. Trousseau - Paris Potentiel de croissance du genou Le genou 34cm

Plus en détail

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM)

Guide de priorités pour les Demandes d examens en Résonance magnétique (IRM) Niveau 1 (P1) Niveau 2 (P2) Niveau 3 (P3) Niveau 4 (P4) Guide de priorités pour les Examen nécessaire immédiatement pour diagnostiquer un état qui met en danger la survie du patient. Type d examen qui

Plus en détail

TUMEURS FIBREUSES SOLITAIRES DES PARTIES MOLLES : À PROPOS DE 4 CAS

TUMEURS FIBREUSES SOLITAIRES DES PARTIES MOLLES : À PROPOS DE 4 CAS TUMEURS FIBREUSES SOLITAIRES DES PARTIES MOLLES : À PROPOS DE 4 CAS C Duffaut-Andreux, G De Pinieux, H Guerini, S Malan, E Pessis, D Godefroy, J-L Drapé, B Toméno, A Chevrot SERVICE DE RADIOLOGIE B HÔPITAL

Plus en détail

Intérêts de l'irm corps entier avec

Intérêts de l'irm corps entier avec Intérêts de l'irm corps entier avec séquences de diffusion en Oncolgie JC JOUVET 1, V THOMSON 1, M YANES 1, C JOURNE 1, M BAKIR 1,M DURIEUX 1, F DURUPT 2, Y BERTHEZENE 1 1. Service de Radiologie, Hôpital

Plus en détail

Atlas interactif sur iphone : principe et application

Atlas interactif sur iphone : principe et application Atlas interactif sur iphone : principe et application M. Louis (1), N. Labonne (1), R. Wach (2), P. Gondim-Teixeira (1), A. Blum (1) (1) Nancy - France, (2) Paris - France J. F. R. Octobre 2010 Imagerie

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré

TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie. Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré TRAUMATOLOGIE PEDIATRIQUE Sémiologie Dr Frank Fitoussi Hôpital Robert Debré Structure osseuse de l enfant épiphyse métaphyse Diaphyse Traumatismes de l enfant Interrogatoire Age de l enfant Antécédents

Plus en détail

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM MDCT and MRI evaluation of cervical spine trauma Michael Utz & Shadab Khan & Daniel O Connor & Stephen Meyers Elsa Meyer 24/04/14 A. Introduction

Plus en détail