La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois"

Transcription

1 La Société de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) en droit luxembourgeois Sommaire: 1. Introduction page 1 2. Constitution de la SPF page 1 3. Surveillance et contrôle de la SPF page 3 4. Activité et Gestion de la SPF page 4 5. Régime fiscal page 4 6. Sanctions du non-respect de la loi page 7 7. Considérations sur le contexte européen page 7 1. Introduction La loi du 11 mai 2007 parue au Mémorial A n 75 du 14 mai 2007 a créé un nouveau type de société à fiscalité attractive appelée Société de Gestion de Patrimoine Familial, en abrégé SPF. Cette loi fait suite à la Décision de la Commission Européenne de juillet 2006 retenant que le régime luxembourgeois de la Holding 1929 constitue une aide étatique incompatible avec le Marché Commun au sens du Traité de l Union Européenne (cf notre brochure «Les Sociétés Holding au Luxembourg : régime transitoire »). La loi de 2007 vise à l évidence à combler, dans la mesure du possible, le vide qui sera laissé à terme par l abolition du régime Holding en Constitution de la SPF 2.1. Forme juridique La SPF doit adopter la forme d une société de capitaux. Elle peut dès lors choisir entre la forme d une société à responsabilité limitée, d une société anonyme, d une société en commandite par actions ou d une société coopérative organisée sous forme d une société anonyme. La loi ne précise pas spécifiquement que la loi modifiée du 1915 sur les sociétés commerciales s appliquerait aux SPF ; toutefois l économie même du texte de 2007 impose de penser que tel sera le cas Statuts La SPF doit expressément prévoir dans ses statuts qu elle se soumet aux dispositions de la loi relative à la SPF Objet social L objet social exclusif de la SPF est l acquisition, la détention, la gestion et réalisation d actifs financiers, à l exclusion de toute activité commerciale. 1

2 La SPF profite dès lors de la responsabilité limitée de la personne morale. Le caractère privé de la SPF permet par ailleurs aux personnes physiques concernées de prévoir pour les actifs de la SPF le mode de gestion qu elles souhaitent et de s affranchir, le cas échéant, du principe de répartition des risques imposé aux organismes de placement collectif. Les actifs financiers sont définis comme étant des instruments financiers au sens de la loi du 08 août 2005 transposant la Directive UE sur les contrats de garantie financière et les espèces et avoirs détenus en compte. La SPF peut donc investir dans des actions et autres valeurs mobilières, obligations et autres instruments de dette, contrats à terme, swaps, options et produits structurés Dénomination de la SPF La forme juridique de la société doit être complétée par la mention «société de gestion de patrimoine familial», en abrégé «SPF» Capital minimum La loi de 2007 ne comportant pas de règle à cet égard, c est le droit commun de la loi de 1915 qui s applique : ,- EUR pour les sociétés anonymes et ,- EUR pour les sociétés à responsabilité limitée. Pour ce qui est du capital libéré, le droit commun s applique également Actionnaires de la SPF La loi de 2007 impose que les actions ou parts soient réservées à des investisseurs limitativement définis : Il s agit en premier lieu de toute personne physique agissant dans le cadre de la gestion de son patrimoine privé. Ensuite, la SPF est ouverte aux entités dites patrimoniales agissant exclusivement dans l intérêt du patrimoine privé de personnes physiques. Sont visées ici les entités pourvues ou non de la personnalité juridique, telles que les trusts, les fondations privées, les «stichting administratiekantoors» ou entités similaires dont l objet ou la fonction est la gestion de tout ou partie du patrimoine privé de personnes physiques, à l exclusion de toute société ou entreprise commerciale. Il convient de noter que, suivant les auteurs de la loi, la notion d entité patrimoniale doit s entendre au sens large et que donc une telle entité patrimoniale vise toute personne morale, résidente ou non résidente, dès lors qu elle n exerce aucune activité économique ou commerciale. Une pure société holding n exerçant aucune activité économique au sens du droit communautaire pourra dès lors être actionnaire d une SPF à condition d être détenue elle-même par des investisseurs éligibles au sens de a loi, à l exclusion de toute entreprise commerciale. Finalement sont également éligibles les intermédiaires détenant les actions de la SPF à titre fiduciaire ou dans une capacité comparable, pour le compte d investisseurs eux-mêmes éligibles. 2

3 La loi précise enfin que les titres émis par une SPF (actions et obligations) ne peuvent pas faire l objet d un placement public ou être admis à la cotation d une bourse de valeurs. 3. Surveillance et contrôle de la SPF La mission de surveillance et de contrôle de la SPF est confiée à l Administration de l Enregistrement et des Domaines. Le droit de contrôle et d investigation s exerce sous l autorité du Directeur de cette Administration et se limite à la recherche et à l examen des faits et données concernant le statut fiscal de la SPF ainsi que des éléments requis pour vérifier la perception exacte des taxes et droits à charge de la SPF. Dans ce contexte, les livres de la SPF peuvent être inspectés à son siège social. A relever que l article 178 bis nouveau A.O. (Loi Générale sur les Impôts) a étendu le secret bancaire applicable en matière fiscale aux SPF, déjà en vigueur pour les holdings 1929 et les organismes de placement collectif, en prévoyant qu aucun renseignement aux fins d imposition du contribuable ne peut être demandé aux SPF. Afin d alléger la tâche de cette Administration, le domiciliataire de la société, ou un expert comptable, ou un réviseur d entreprises doit vérifier et certifier ce qui suit sur base annuelle : respect par la SPF des conditions légales relatives à la qualité de ses investisseurs et à la limitation à 5% des revenus de dividendes de la part de sociétés non soumises à un impôt comparable à l impôt luxembourgeois par rapport au total des revenus de dividendes; respect des obligations d agent payeur incombant à la SPF en rapport avec la retenue à la source luxembourgeoise libératoire sur certains intérêts produits par l épargne mobilière et avec la fiscalité européenne des revenus de l épargne sous forme de paiements d intérêts ou, à défaut, confirmation que la SPF a chargé un établissement de crédit de remplir ces obligations pour son compte. Les certificats visés ci-avant seront transmis annuellement, pour le 31 juillet au plus tard, à l Administration. La SPF devra tenir à la disposition de l Administration tout document permettant de déterminer si la société attribuant les dividendes à la SPF est soumise à un impôt comparable à l impôt luxembourgeois. Lorsque l Administration constate que l un quelconque des certificats en cause n a pas été communiqué, elle en informe l Administration des Contributions Directes. 4. Activités et Gestion de la SPF Nous avons vu ci-avant sub 2.2. que la SPF a comme objet exclusif d acquérir, de détenir, de gérer et de réaliser des actifs financiers. Toute une série de précisions s imposent pour mieux circonscrire le champ d activité de la SPF. Ces précisions se dégagent des réflexions et commentaires des auteurs et des commentateurs de la loi 3

4 (Conseil d Etat, Commission des Finances et du Budget de la Chambre des Députés). La SPF ne saurait exercer une quelconque activité commerciale, même celle relative aux différents types d actifs qu elle est autorisée à acquérir et à détenir ; ainsi toute activité de négoce d actifs financiers et de services financiers est exclue. La SPF est également admise à détenir une participation dans une société à la condition de ne pas s immiscer dans la gestion de cette société. Dès lors, la SPF peut seulement exercer ses droits d actionnaire au titre des participations détenues (droit de vote, droit au dividende). La SPF ne peut pas exercer une fonction de dirigeant dans un quelconque organe de sa filiale ou affiliée. La SPF n est pas autorisée à octroyer des prêts rémunérés ni à fournir un quelconque service rémunéré, même aux sociétés dans lesquelles elle détient une participation. Toutefois, à titre tout à fait accessoire et purement gratuit, la SPF peut octroyer des avances ou garantir les engagements pris par ses sociétés affiliées. La SPF ne peut pas détenir directement des immeubles, sauf à travers des sociétés non transparentes, puisqu elle serait alors considérée comme exerçant une activité économique. La SPF a la possibilité d emprunter auprès d un tiers, par exemple d une banque. La SPF pourra de même emprunter auprès de son actionnaire contre rémunération. Il y a lieu cependant de préciser que dans l hypothèse où l actionnaire principal n est pas une personne physique mais une société non résidente, cette activité de prêt pourra le cas échéant constituer un indice d activité économique dans son chef et partant la disqualifier en tant qu investisseur éligible. 5. Régime fiscal 5.1. Principe général D un point de vue du droit fiscal luxembourgeois, la SPF est exonérée de l impôt sur le revenu des collectivités, de l impôt communal commercial et de l impôt sur la fortune. Il est important de retenir que la SPF ne saurait recevoir 5% ou plus du montant total des dividendes de la part de participations dans des sociétés non résidentes, ou non cotées qui ne seraient pas soumises à un impôt comparable à l impôt sur le revenu des collectivités luxembourgeois. Une société résidente d un Etat membre de l UE et figurant sur la liste dressée sur base de la Directive modifiée 90/435/CEE remplit d office la condition de l imposition comparable. La pratique admet pour le reste que l impôt étranger comparable à l impôt luxembourgeois doit être perçu à un taux effectif au moins égal à la moitié du taux luxembourgeois, soit 11%. Pour le cas où la SPF ne respecterait pas cette limitation, elle serait exclue, pour l exercice au cours duquel ce manquement serait constaté, de l exonération fiscale. Il faut souligner que cette sanction fiscale n entraîne pas la perte du statut de SPF Droit d apport 4

5 En matière de droit d apport, c est le droit commun qui s applique (0.50% ou 1%) sur l apport de capital ou d augmentation de capital Taxe d abonnement La SPF est soumise à une taxe d abonnement au taux annuel de 0.25% sans que cette taxe ne puisse être inférieure à 100,- EUR ni supérieur à un maximum de ,- EUR. La taxe d abonnement est assise sur le montant du capital social libéré et des primes d émission et de la partie des dettes qui excéderaient l octuple du capital social libéré et des primes d émission. Les distributions effectuées par la SPF ne sont pas prises en compte dans le calcul de la taxe. Le coefficient de 1 à 8 qui se dégage de cette règle de calcul de la taxe est uniforme et donc simplifié par rapport à l ancienne pratique des holdings 1929 : il s articule entre capital social libéré augmenté des primes d émissions (une unité) et l endettement (8 unités). Aucune distinction n est à opérer selon la nature de la dette (ordinaire ou obligataire) Taxe à la Valeur Ajoutée Dans la mesure où la SPF ne poursuit aucune activité commerciale, la SPF ne sera pas assujettie à la TVA Aspects de droit fiscal international La SPF est exclue du bénéfice des conventions fiscales bilatérales de non double imposition. La SPF est également hors du champ d application du régime instauré par la Directive 90/435/CEE concernant le régime fiscal commun applicable aux sociétés mère et filiales d Etats membres de l UE. Il revient donc à l Etat de résidence de l investisseur d imposer ou non les revenus de la SPF Retenue à la source sur les dividendes L article 147, al 3 nouveau L.I.R. prévoit que les dividendes distribués par la SPF ne sont pas soumis à la retenue à la source de 15%, «sans préjudice toutefois de l imposition desdits revenus dans le chef des bénéficiaires résidents». Pour ce qui est des personnes physiques résidentes, les dividendes reçus de la part d une SPF sont imposables au taux plein, sans bénéficier de l exemption de 50% prévue à l article 115, al. 15,litt. a L.I.R. En effet, l exemption subjective de la SPF exclut l application du système de demi-dividende Imposition des plus-values de cession Les plus-values réalisées lors de la cession de leur participation dans une SPF (vente d actions) ne sont pas imposables au Luxembourg dans le chef d un investisseur non-résident, le tout suivant l article 156, n 8, litt. c L.I.R. Le produit de liquidation n est pareillement pas imposable dans le chef du 5

6 non- résident. Pour ce qui est de l actionnaire résident d une SPF, les plus-values réalisées lors de la vente d une participation importante (c est-à-dire détention de 10% au moins du capital) et les produits de liquidation alloués à des actionnaires résidents détenant une participation importante sont imposables au demi-taux global. Les plus-values et produits de liquidation réalisés par ou allouées à des détenteurs de participations sont imposables au taux plein si le délai entre la date d acquisition et la date de cession ou de liquidation n excède pas 6 mois. Au-delà de ce délai de 6 mois, ces plus-values ou produits de liquidation ne sont pas imposables, à condition bien entendu qu il n y ait pas de participation importante. 5.8 Retenue à la source sur les intérêts et revenus d épargne et autres impôt directs La SPF est soumise aux autres impôts directs non énumérés à l article 4, al. 1 de la loi SPF de Ainsi, les salaires et tantièmes versés par la SPF sont soumis à la retenue à la source de droit commun. La SPF est soumise à l obligation de prélever une retenue à la source sur les paiements d intérêts (15% jusqu au 30 juin 2008, 20% jusqu au 30 juin 2011 et 35% après) au sens de la directive européenne sur la fiscalité de l épargne (Directive 2003/48/CE) lorsque ces paiements sont effectués au profit de personnes physiques résidant dans un Etat membre de l UE ainsi que dans certains territoires dépendants ou associés avec lesquels le Luxembourg a conclu des accords bilatéraux prévoyant la réciprocité. La SPF est encore soumise à l obligation de prélever une retenue à la source libératoire de 10% sur les paiements d intérêts au profit des personnes physiques résidentes au Luxembourg. 6. Sanctions du non-respect de la loi Le Directeur de l Administration de l Enregistrement et des Domaines a le droit de prononcer le retrait du bénéfice des dispositions fiscales de la loi de 2007 lorsqu il constate que la SPF n observe pas les dispositions légales, réglementaires ou statutaires la concernant. Le retrait pourra être prononcé également lorsque les certifications annuelles requises (cf point 3 ci-avant) sur l éligibilité des investisseurs et la mesure anti-abus à l égard des dividendes perçus n auraient pas été communiquées à l Administration dans le délai de 7 mois. Le Directeur de l Administration dispose d une certaine marge de manœuvre pour apprécier et décider de retirer le statut fiscal à une SPF. A compter de la date de la notification de la décision de l Administration (par lettre recommandée à la Poste) le retrait deviendra effectif et la SPF sera soumise au droit fiscal commun. 7. Considérations sur le contexte européen Les auteurs de la loi de 2007 ont pris soin et la Commission Européenne a marqué son accord de principe que le régime de la SPF soit en pleine conformité avec le 6

7 texte et l esprit de l article 87, al. 1 du Traité CE. Ce but est atteint du fait que la SPF est conçue comme un véhicule passif d investissement et qu elle est réservée aux personnes physiques agissant dans le cadre de la gestion de leur patrimoine privé. Par ailleurs, le régime de la SPF ne devrait pas seulement être réservé aux sociétés résidentes au Luxembourg, mais pourrait également être appliqué aux sociétés non résidentes exerçant des activités au Luxemburg et qui remplissent les conditions requises pour le régime SPF. JUIN

La Société de Gestion de Patrimoine Familial luxembourgeoise

La Société de Gestion de Patrimoine Familial luxembourgeoise La Société de Gestion de Patrimoine Familial luxembourgeoise Introduite par la loi du 11 mai 2007, la société de Gestion de Patrimoine Familial, communément appelée SPF, est le fruit de la réactivité de

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

STRUCTURATION DE GROUPES EN EUROPE

STRUCTURATION DE GROUPES EN EUROPE STRUCTURATION DE GROUPES EN EUROPE SOCIÉTÉ EUROPÉENNE ET SOPARFI LUXEMBOURGEOISE : LE TICKET GAGNANT Laurence CALLAMARD Mars 2010 Depuis le 27 juillet 2005 1, il est possible de créer en France une société

Plus en détail

La société de gestion de patrimoine familial "SPF"

La société de gestion de patrimoine familial SPF La société de gestion de patrimoine familial "SPF" 3 Sommaire Introduction 4 Régime juridique 5 A. Forme sociale B. Objet social C. Actionnaires Régime fiscal 6 A. Régime d exemption B. Taxe d abonnement

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

La Société de gestion de Patrimoine Familial («SPF») de droit luxembourgeois

La Société de gestion de Patrimoine Familial («SPF») de droit luxembourgeois La Société de gestion de Patrimoine Familial («SPF») de droit luxembourgeois Remarque préliminaire Le présent document est publié à titre d information et à l usage exclusif de la personne à qui il a été

Plus en détail

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A.

FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. FINANCIÈRE CENTURIA LUXEMBOURG S.A. Le nouveau régime fiscal luxembourgeois sur les revenus de propriété intellectuelle Sommaire : Préambule I) Champ d application du régime de propriété intellectuelle

Plus en détail

L évitement de l impôt et la voie grand- ducale : contexte général... 5. Section 1. La société de gestion de patrimoine familial...

L évitement de l impôt et la voie grand- ducale : contexte général... 5. Section 1. La société de gestion de patrimoine familial... Table des matières CHAPITRE 1 L évitement de l impôt et la voie grand- ducale : contexte général... 5 Section 1. La société de gestion de patrimoine familial... 6 1. Le charme des SPF... 6 2. Points d

Plus en détail

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014

Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg. BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Fiscalité liée à la résidence principale au Luxembourg BIL IMMO Day 02 Octobre 2014 Sommaire I. Notion de résidence fiscale II. Acquisition III. Détention IV. Cession V. Structuration 2 1. Notion de résidence

Plus en détail

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES

DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES DIRECTION Circulaire du directeur des contributions DES L.I.R. n 22bis/1 du 27 novembre 2002 CONTRIBUTIONS DIRECTES L.I.R. n 22bis/1 Objet: Opérations d échange. [art. 22, 22bis, 25 et 102 L.I.R.] Sommaire:

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005

R E S U M E NOTE COMMUNE N 21/ 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 21/ 2005 OBJET: Commentaire des dispositions des articles 39 et 40 de la loi n 2004-90

Plus en détail

LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE

LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE LA SOCIETE DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL UN EXCELLENT OUTIL DE PLANIFICATION PATRIMONIALE ET FISCALE Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information

Plus en détail

COMMENTARY. Résumé JONES DAY

COMMENTARY. Résumé JONES DAY Mars 2008 JONES DAY COMMENTARY La Réforme du Régime de la Taxe de 3% Conformément aux articles 990 D à 990 H du code général des impôts ( CGI ), toutes les entités, françaises ou étrangères qui, directement

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

RCSF du 26 novembre 2015 (Mém. n 224 du 02 décembre 2015, p.4827)

RCSF du 26 novembre 2015 (Mém. n 224 du 02 décembre 2015, p.4827) Règlement CSSF N 15-03 - Fonds d'investissement alternatifs Règlement CSSF N 15-03 arrêtant les modalités d'application de l'article 46 de la loi du 12 juillet 2013 relative aux gestionnaires de fonds

Plus en détail

TETRALERT TAX LE TAX SHIFT : TAXE DE SPÉCULATION, TAXE CAÏMAN, PRÉCOMPTE MOBILIER À 27% ETC. VS. AUGMENTATION DU POUVOIR D ACHAT

TETRALERT TAX LE TAX SHIFT : TAXE DE SPÉCULATION, TAXE CAÏMAN, PRÉCOMPTE MOBILIER À 27% ETC. VS. AUGMENTATION DU POUVOIR D ACHAT TETRALERT TAX LE TAX SHIFT : TAXE DE SPÉCULATION, TAXE CAÏMAN, PRÉCOMPTE MOBILIER À 27% ETC. VS. AUGMENTATION DU POUVOIR D ACHAT I. Le tax shift pour les investisseurs particuliers 1.1. LA TAXE DE SPÉCULATION

Plus en détail

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre des Finances (5 septembre 2007) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 30 novembre 2007. Objet: Projet de loi modifiant la loi du 23 décembre 2005 portant introduction d une retenue à la source libératoire sur certains intérêts produits par l épargne mobilière

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 246 24 décembre 2015. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 246 24 décembre 2015. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 5999 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 246 24 décembre 2015 S o m m a i r e Résolution et liquidation

Plus en détail

IMPOT SUR LES SOCIETES

IMPOT SUR LES SOCIETES ACTUALITE FISCALE IMPOT SUR LES SOCIETES JURISPRUDENCE Intégration fiscale Subventions indirectes entre sociétés membres d un groupe fiscal intégré Le Conseil d État se prononce sur les modalités de neutralisation,

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Banque dépositaire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 33 DU 20 MARS 2012 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-3-12 INSTRUCTION DU 8 MARS 2012 PLAN D EPARGNE EN ACTIONS (PEA). CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT DU PLAN. CONSEQUENCES

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge

I. Opérations pour lesquelles un assujetti exempté est redevable de la TVA belge Taxe sur la valeur ajoutée. Modification, à partir du 1er janvier 2010, des règles de localisations des prestations de services et des obligations qui en résultent. Assujettis qui effectuent uniquement

Plus en détail

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction

Fiche. Introduction. Fiche 1. Introduction Introduction Fiche 1 Il est nécessaire de distinguer entre le droit fiscal interne, le droit fiscal international et le droit fiscal international comparé. Le premier s applique à des agents (personnes

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/06/16 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/59 NOTE COMMUNE N 37/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014

RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION. du 17.12.2014 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.12.2014 C(2014) 9656 final RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION du 17.12.2014 complétant la directive 2004/109/CE du Parlement européen et du Conseil en

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy

LE STATUT FISCAL DE L ORDRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy LE STATUT FISCAL DE L ORDRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Thierry FARIGOULE, Bâtonnier de l Ordre des avocats de Cusset-Vichy Session de formation Tours Les 4, 5 et 6 juin 2015 I) FONCTIONS ET ACTIVITES

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014

Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Aperçu du nouveau droit des sociétés commerciales OHADA applicable au Congo depuis le 5 mai 2014 Article juridique publié le 12/05/2014, vu 6711 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. Liminaires Dans notre

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination

STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE. Article 1 - Constitution, dénomination Services médicaux interentreprises Bâtiment Travaux Publics et activités annexes de l Oise STATUTS TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 - Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-7-06 N 126 du 27 JUILLET 2006 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS PASSIF ASSIETTE DU DROIT DE DONATION. (C.G.I., art. 776 bis et L.P.F., art.

Plus en détail

L AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LES SOCIÉTÉS DE CAPITAUX

L AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LES SOCIÉTÉS DE CAPITAUX L AFFECTATION DU RÉSULTAT DANS LES SOCIÉTÉS DE CAPITAUX Quel que soit le statut d une société de capitaux (société anonyme, société à responsabilité limitée, société en commandite par actions), les dirigeants

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2008-556 du 13 juin 2008 transposant

Plus en détail

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable

GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE. Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE Un partenaire fiable GUIDE DE LA CRÉATION D ENTREPRISE EN SERBIE CADRE JURIDIQUE PROCÉDURE BELGRADE 2014 Sommaire 1 2 INFORMATIONS

Plus en détail

RÈGLEMENT (UE) N o 1163/2014 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 octobre 2014 sur les redevances de surveillance prudentielle (BCE/2014/41)

RÈGLEMENT (UE) N o 1163/2014 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 octobre 2014 sur les redevances de surveillance prudentielle (BCE/2014/41) 31.10.2014 L 311/23 RÈGLEMENT (UE) N o 1163/2014 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 22 octobre 2014 sur les redevances de surveillance prudentielle (BCE/2014/41) LE CONSEIL DES GOUVERNEURS DE LA BANQUE

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Une SCPI, c est quoi? Les SCPI. OCTOBRE 2004 S informer sur...

Une SCPI, c est quoi? Les SCPI. OCTOBRE 2004 S informer sur... OCTOBRE 2004 S informer sur... Une SCPI, c est quoi? Les SCPI Une Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) a pour objet exclusif l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif. Les

Plus en détail

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * *

Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés * * Projet d avis relatif aux principes comptables généraux applicables aux instruments financiers dérivés Table des matières 1. Introduction a. Absence de cadre conceptuel applicable au traitement comptable

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT

COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT COMMUNIQUE DE PRESSE DEPOT D UN PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS ET OBLIGATIONS REMBOURSABLES EN ACTIONS DE LA SOCIETE INITIÉE PAR CONSEILLÉE PAR PRÉSENTÉE PAR Prix de l Offre : 3,20

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2011-121

BULLETIN FISCAL 2011-121 BULLETIN FISCAL 2011-121 Novembre 2011 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

STRUCTURES DE DÉTENTION LUXEMBOURGEOISES

STRUCTURES DE DÉTENTION LUXEMBOURGEOISES STRUCTURES DE DÉTENTION LUXEMBOURGEOISES ANTWERP, BARCELONA, BEIJING, BORDEAUX, BRATISLAVA, BRUSSELS, FRIBOURG, GENEVA, HONG KONG, LAUSANNE, LIÉGE, LISBON, LONDON, LUGANO, LUXEMBOURG, LYON MADRID, MARSEILLES,

Plus en détail

Luxempart S.A. Page 1

Luxempart S.A. Page 1 LUXEMPART S.A. 2014 RAPPORT DE GESTION SUR LES COMPTES SOCIAUX AU 31 DÉCEMBRE 2014 12 rue Léon Laval, L-3372 LEUDELANGE Tel : +352 420 947 Fax : +352 425 462 R.C.S. Luxembourg B 27846 www.luxempart.lu

Plus en détail

IMPACT DES MODIFICATIONS PROCHAINES ET POT-POURRI CONCERNANT LES SUCCESSIONS ET AUTRES FIDUCIES TESTAMENTAIRES

IMPACT DES MODIFICATIONS PROCHAINES ET POT-POURRI CONCERNANT LES SUCCESSIONS ET AUTRES FIDUCIES TESTAMENTAIRES IMPACT DES MODIFICATIONS PROCHAINES ET POT-POURRI CONCERNANT LES SUCCESSIONS ET AUTRES FIDUCIES TESTAMENTAIRES 13 novembre 2015 Midi-conférence de la Fondation Canadienne de fiscalité présenté par: Marie-France

Plus en détail

BTP IMMOBILIER. ACTUALISATION DE LA NOTE D'INFORMATION au 1 er Juillet 2013

BTP IMMOBILIER. ACTUALISATION DE LA NOTE D'INFORMATION au 1 er Juillet 2013 BTP IMMOBILIER Société Civile de Placement Immobilier à Capital Variable Régie par la partie législative et règlementaire du Code monétaire et financier, les textes subséquents et les articles 1832 et

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

De quelle façon exercer l activité

De quelle façon exercer l activité Page 1 De quelle façon exercer l activité commerciale? Certains aspects juridiques et fiscaux Février 2011 1 Les premiers pas, le premier choix Vous avez une idée, un projet d entreprise. Quel cadre juridique

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF

LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1/6 NOTE JURIDIQUE LE REGIME FISCAL DES ORGANISMES A BUT NON LUCRATIF 1. Les enjeux. En principe, les associations relevant de la loi du 1er juillet 1901, et plus généralement les organismes à but non

Plus en détail

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg

sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg 96. Loi du novembre 988 sur la Banque cantonale de Fribourg Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du mai 988 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers»

Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» POLYMEN FONDS IMMOBILIER Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Février 2016 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

Art. 49 Définition de la fortune (art. 71, al. 1, LPP) 1 La fortune au sens des art. 50 à 59 comprend la somme des actifs inscrits au bilan

Art. 49 Définition de la fortune (art. 71, al. 1, LPP) 1 La fortune au sens des art. 50 à 59 comprend la somme des actifs inscrits au bilan Ce texte est une version provisoire. Seule la version publiée dans le Recueil officiel des lois fédérales fait foi (www.admin.ch/ch/f/as). Ordonnance sur la prévoyance professionnelle vieillesse, survivants

Plus en détail

Décide : Article 1 er

Décide : Article 1 er Décision du 16 février 2016 relative aux modifications des règles de fonctionnement d Euroclear France en sa qualité de dépositaire central de titres concernant la désignation du dépositaire central de

Plus en détail

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres F R A N C E Index Aperçu des effets de la convention 1 Formule 5003 12 Formule 5000 7 Notice (5000NOT-FR) 13 «5001 9 Feuille complémentaire R F a 17 Formule 5002 11 ««R F b 19 Imputation forfaitaire d

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1812 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 février 2014. PROPOSITION DE LOI REJETÉE PAR LE SÉNAT, visant

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 151 31 décembre 2002. S o m m a i r e ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 151 31 décembre 2002. S o m m a i r e ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3659 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 151 31 décembre 2002 S o m m a i r e ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

Plus en détail

Projet d avis. Le traitement comptable des indemnités de transfert payées en cas de mutation de footballeurs (non-amateurs et professionnels)

Projet d avis. Le traitement comptable des indemnités de transfert payées en cas de mutation de footballeurs (non-amateurs et professionnels) Projet d avis Le traitement comptable des indemnités de transfert payées en cas de mutation de footballeurs (non-amateurs et professionnels) Mots-clés Immobilisations incorporelles indemnité de transfert

Plus en détail

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500

31 Pacte fiscal PACTE FISCAL. Présentation du régime d exonération partielle... 2500 31 Pacte fiscal Présentation du régime d exonération partielle... 2500 L engagement collectif de conservation Titres pouvant faire l objet d un pacte... 2501 Personnes physiques ou morales signataires

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 I-10-06 N 183 du 9 NOVEMBRE 2006 IMPOT SUR LE REVENU. IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE (ISF). CONSEQUENCES FISCALES DE L HARMONISATION DES

Plus en détail

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015.

STREETBOX REAL ESTATE FUND PROSPECTUS SIMPLIFIE. Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» Août 2015. STREETBOX REAL ESTATE FUND Fonds de placement de droit suisse relevant du type «fonds immobiliers» PROSPECTUS SIMPLIFIE Août 2015 Direction SOLUFONDS SA Rue des Fléchères 1274 Signy-Avenex Gestionnaire

Plus en détail

aolfq=cfp`^i= SOCIETES DE PERSONNES FRANÇAISES : UN INSTRUMENT D OPTIMISATION FISCALE, A UTILISER A BON ESCIENT Philippe DROUILLOT Juin 2009

aolfq=cfp`^i= SOCIETES DE PERSONNES FRANÇAISES : UN INSTRUMENT D OPTIMISATION FISCALE, A UTILISER A BON ESCIENT Philippe DROUILLOT Juin 2009 aolfq=cfp`^i= SOCIETES DE PERSONNES FRANÇAISES : UN INSTRUMENT Philippe DROUILLOT Juin 2009 Translucides - mais pas transparentes - les sociétés de personnes françaises non soumises à l impôt sur les sociétés

Plus en détail

Tax shelter PROJET D AVIS CNC

Tax shelter PROJET D AVIS CNC COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Tax shelter PROJET D AVIS CNC 1. Introduction Le Tax shelter est un incitant fiscal mis sur pied par le législateur en 2002 1 qui vise à encourager la production d œuvres

Plus en détail

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation

Caractéristiques Associations loi 1901 Associations RUP Fondations RUP Fondation d entreprise Fonds de dotation Tableau comparatif des régimes des associations loi 1901, des associations et fondations reconnues d utilité publique, des fonds de dotation et des fonds d entreprise Dispositions fiscales Dons manuels

Plus en détail

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale Projet de loi (89) accordant une autorisation d emprunt de 6 00 000 F au Conseil d Etat pour financer l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale de Genève et ouvrant un crédit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/68 NOTE COMMUNE N 45/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/68 NOTE COMMUNE N 45/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/38 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/68 NOTE COMMUNE N 45/2002 O B J E T: Commentaire des dispositions

Plus en détail

Les sociétés commerciales *

Les sociétés commerciales * Les sociétés commerciales * Chapitre 1 AVERTISSEMENT La loi relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives du 22 mars 2012 est intitulée loi Warsmann. Les numéros

Plus en détail

LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES

LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES N 93 FISCAL n 17 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 2 septembre 2015 ISSN 1769-4000 LOI «MACRON» DISPOSITIONS FISCALES L essentiel : La loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances

Plus en détail

L incorporation des réserves Que faire avec le patrimoine de votre société?

L incorporation des réserves Que faire avec le patrimoine de votre société? L incorporation des réserves Que faire avec le patrimoine de votre société? Jean-Sébastien Schnackers Responsable conseil fiscal Bruxelles - Wallonie Banque J.Van Breda & C SA 1 Introduction : Pourquoi

Plus en détail

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres

Genre de revenus Impôt français Dégrèvement conventionnel Remarques Désignation Taux % de % à % Formules voir chiffres F R A N C E Index Aperçu des effets de la convention 1 Formule 5003 12 Formule 5000 7 Notice (5000NOT-FR) 13 «5001 9 Feuille complémentaire R F a 17 «5002 11 ««R F b 19 Imputation forfaitaire d impôt (Partie

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

Assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances

Assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances Projet No 79/2011-3 6 octobre 2011 Assistance mutuelle en matière de recouvrement des créances Résumé 2 du projet Projet de loi portant transposition de la directive 2010/24/UE du Conseil concernant I'assistance

Plus en détail

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011...

G Annexe. RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011. Résolutions soumises à l Assemblée générale mixte du 24 mai 2011... G Annexe RÉSOLUTIONS SOUMISES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE du 24 mai 2011...514 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2010 EDF 513 G ANNEXE Ordre du jour À TITRE ORDINAIRE : Approbation des rapports et comptes annuels

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE ASSURANCE DROIT DU DIRIGEANTS

EPARGNE SALARIALE ASSURANCE DROIT DU DIRIGEANTS repères d experts LA LETTRE D INFORMATION AUX EXPERTS COMPTABLES NUMÉRO 9 / MARS-AVRIL 2012 à la une DÉCRET N 2012-25 DU 9 JANVIER 2012 RELATIF AU CARACTÈRE COLLECTIF ET OBLIGATOIRE DES GARANTIES DE PROTECTION

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction Le choix d une structure sociétaire 9 La holding belge, utilisation par les résidents et les non-résidents 15 Jacques Malherbe et Daphné de Laveleye

Plus en détail

Service de Santé au Travail du Bâtiment. 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne STATUTS

Service de Santé au Travail du Bâtiment. 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne STATUTS Service de Santé au Travail du Bâtiment Et des Travaux Publics de la Loire 19 rue de l Apprentissage 42000 Saint-Etienne La Santé au Travail 42 LOIRE STATUTS TITRE I - CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article

Plus en détail

Avec KPMG, sécurisez vos investissements

Avec KPMG, sécurisez vos investissements SOMMAIRE MESURES DU PROJET DE LOI DE FINANCES 2007 1. Introduction 2.. Réévaluation des immobilisations corporelles amortissables et non amortissables 3. durée d imposition des subventions d équipement

Plus en détail

Le règlement général des subventions départementales

Le règlement général des subventions départementales Le règlement général des subventions départementales Les règles d ordre général Article 39. Le cadre général des subventions 39-1 - Définitions Une subvention se définit de la façon suivante : - Un concours

Plus en détail

BELFIUS LIFE VALUES. Règlement de gestion des fonds

BELFIUS LIFE VALUES. Règlement de gestion des fonds BELFIUS LIFE VALUES Règlement de gestion des fonds Dans ce règlement on entend par: La Compagnie: S.A., Belfius Insurance. L agence: l agence bancaire de Belfius Banque & Assurances S.A. Le souscripteur:

Plus en détail

TOTAL S.A. 2 place Jean Millier La Défense 6 92400 COURBEVOIE 542 051 180 RCS Nanterre

TOTAL S.A. 2 place Jean Millier La Défense 6 92400 COURBEVOIE 542 051 180 RCS Nanterre TOTAL S.A. 2 place Jean Millier La Défense 6 92400 COURBEVOIE 542 051 180 RCS Nanterre Assemblée Générale Mixte du 17 mai 2013 Rapport du Conseil d'administration sur les résolutions présentées à l'assemblée

Plus en détail

Sommaire CODE GENERAL DES IMPOTS...9 LIVRE 1 - REGLES D ASSIETTE ET DE RECOUVREMENT...9. Partie 1 - Règles d assiette... 9

Sommaire CODE GENERAL DES IMPOTS...9 LIVRE 1 - REGLES D ASSIETTE ET DE RECOUVREMENT...9. Partie 1 - Règles d assiette... 9 Sommaire CODE GENERAL DES IMPOTS...9 LIVRE 1 - REGLES D ASSIETTE ET DE RECOUVREMENT...9 Partie 1 - Règles d assiette... 9 Titre 1 - L impôt sur les sociétés... 9 Chapitre 1 - Champ d application... 9 Chapitre

Plus en détail

DES ATOUTS EXCLUSIFS. La mutualisation du patrimoine réparti sur l Ile de France et les métropoles de province les plus dynamiques ;

DES ATOUTS EXCLUSIFS. La mutualisation du patrimoine réparti sur l Ile de France et les métropoles de province les plus dynamiques ; DES ATOUTS EXCLUSIFS La mutualisation du patrimoine réparti sur l Ile de France et les métropoles de province les plus dynamiques ; La gestion assurée par des professionnels de l immobilier et les garanties

Plus en détail

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES 1. APERÇU REDEVANCES AURIFÈRES OSISKO LTÉE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Redevances Aurifères Osisko Ltée (la «Société») offre

Plus en détail

Population : 14,125 millions d habitants (2014) Taux de croissance : 3,5% en 2013, 4,5% prévus en 2014. CLASSEMENT 2014 (vs.

Population : 14,125 millions d habitants (2014) Taux de croissance : 3,5% en 2013, 4,5% prévus en 2014. CLASSEMENT 2014 (vs. Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 72 11 août 2000. S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1421 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 72 11 août 2000 S o m m a i r e INDEMNISATION DES INVESTISSEURS Loi

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

Fairness Tax Liste des problèmes en suspens

Fairness Tax Liste des problèmes en suspens Fairness Tax Liste des problèmes en suspens Les problèmes posés par la loi du 30 juillet 2013 peuvent être classés en 4 catégories : - confirmations souhaitées - précisions souhaitées - modifications souhaitées

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail