FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE?"

Transcription

1 ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE septembre 1 N 7 Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? Le canal de transmission «normal» de la politique monétaire à l économie réelle est que la baisse des taux d intérêt conduise à la reprise du crédit aux ménages et aux entreprises. Là où ce canal de transmission normal apparaît aujourd hui, on doit être plus positif sur les perspectives de croissance. Les politiques monétaires très expansionnistes mises en place depuis ont conduit sauf en Italie à l inversion de la hiérarchie normale entre croissance et taux d intérêt, ceux-ci devenant inférieurs à la croissance nominale. Cette configuration est très favorable au désendettement d abord puis à la reprise du crédit. Nous nous demandons, en examinant les situations des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l Allemagne, de la France, de l Espagne et de l Italie où il y a reprise du crédit, si la reprise du crédit vient bien du niveau faible des taux d intérêt par rapport à la croissance, et si dans certains cas malgré le bas niveau des taux d intérêt le crédit ne repart pas. Le crédit réagit au niveau bas des taux d intérêt aux Etats-Unis, en Allemagne et en France, mais pas (encore) au Royaume-Uni, en Espagne et en Italie, ce qui s explique, selon les pays, par le niveau encore élevé des taux d endettement, par la faiblesse de l investissement en logements, par la capacité élevée d autofinancement des entreprises. Rédacteur : Patrick ARTUS

2 Hiérarchie entre taux d intérêt et croissance nominale Nous regardons les situations des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de l Allemagne, de la France, de l Espagne, de l Italie. Nous comparons d abord la croissance nominale de ces pays au taux d intérêt à long terme sur la dette publique et aux taux d intérêt sur les crédits à taux fixe aux ménages et aux entreprises. Aux Etats-Unis (graphiques 1a/1b), les taux d intérêt à long terme sont passés en dessous du niveau de la croissance nominale en 1 pour les taux d intérêt sur la dette publique ; les taux d intérêt des crédits sont à peu près au niveau de la croissance. Graphique 1a Etats-Unis : PIB valeur et taux d'intérêt à 1 ans sur les emprunts d'etat Graphique 1b Etats-Unis : PIB valeur et taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages et aux entreprises PIB valeur (GA en %) Taux 1 ans Gov. (en %) PIB valeur (GA en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux entreprises - BEA, NATIXIS BEA, Fed, NATIXIS Au Royaume-Uni (graphiques a/b), les taux d intérêt à long terme sur la dette publique et sur les crédits passent en dessous de la croissance en 1 et surtout à partir de 13. Graphique a Royaume-Uni : PIB valeur et taux d'intérêt à 1 ans sur les emprunts d'etat Graphique b Royaume-Uni : PIB valeur et taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages et aux entreprises PIB valeur (GA, en %) Taux 1 ans Gov. (en %) PIB valeur (GA en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux entreprises - - ONS, NATIXIS BOE, ONS, NATIXIS En Allemagne (graphiques 3a/3b), les taux d intérêt à long terme sont inférieurs à la croissance en 1-11 et depuis 13. Flash 1 7-

3 Graphique 3a Allemagne : PIB valeur et taux d'intérêt à 1 ans sur les emprunts d'etat PIB valeur (GA en %) Taux 1 ans Gov. (en %) Graphique 3b Allemagne : PIB valeur et taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages et aux entreprises PIB valeur (GA en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages (en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux entreprises (en %) Destatis, NATIXIS Destatis, BCE, NATIXIS En France (graphiques a/b), il faut attendre 1 pour que les taux d intérêt à long terme deviennent inférieurs à la croissance. Graphique a France : PIB valeur et taux d'intérêt à 1 ans sur les emprunts d'etat Graphique b France : PIB valeur et taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages et aux entreprises PIB valeur (GA en %) Taux 1 ans Gov. (en %) PIB valeur (GA en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages (en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux entreprises (en %) Insee, NATIXIS Insee, BCE, NATIXIS En Espagne (graphiques a/b), comme en France, ce n est qu en 1 que les taux d intérêt à long terme deviennent inférieurs à la croissance Graphique a Espagne : PIB valeur et taux d'intérêt à 1 ans sur les emprunts d'etat Ine, NATIXIS PIB valeur (GA en %) Taux 1 ans Gov. (en %) Graphique b Espagne : PIB valeur et taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages et aux entreprises PIB valeur (GA en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages (en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux entreprises (en %) Ine, BCE, NATIXIS Flash 1 7-3

4 En Italie (graphiques a/b), les taux d intérêt à long terme restent, depuis 7, supérieurs à la croissance. - - Graphique a Italie : PIB valeur et taux d'intérêt à 1 ans sur les emprunts d'etat Istat, NATIXIS PIB valeur (GA en %) Taux 1 ans Gov. (en %) Graphique b Italie : PIB valeur et taux d'intérêt sur les crédits à taux fixe aux ménages et aux entreprises PIB valeur (GA en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux ménages (en %) Taux d'intérêt sur les crédits à taux fixes aux entreprises (en %) Istat, BCE, NATIXIS Lorsque la politique monétaire expansionniste réussit à faire passer les taux d intérêt en dessous de la croissance nominale : dans un premier temps, elle facilite le désendettement ; dans un second temps, elle facilite la reprise du crédit. Cette hiérarchie inversée entre la croissance nominale et les taux d intérêt à long terme s observe, on l a vu : depuis 1 aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne ; depuis 1 en France et en Espagne ; elle ne s observe pas en Italie. Redémarrage du crédit? Regardons maintenant l évolution du crédit, des taux d endettement, de la de crédit dans les six pays de l OCDE analysés. 1. Etats-Unis Aux Etats-Unis (graphiques 7a/7b/7c), on a surtout observé depuis 1 une reprise des crédits aux entreprises et une hausse à nouveau du taux d endettement des entreprises. Graphique 7a Etats-Unis : crédits au secteur privé (GA en %) Graphique 7b Etats-Unis : dette privée 3 Crédits aux ménages Dette des ménages (en % du RDB des ménages) Dette des entreprises (en % du PIB valeur) Fed, NATIXIS BEA, Fed, NATIXIS Flash 1 7-

5 - - - Graphique 7c Etats-Unis : enquête de la Banque centrale sur les évolutions de de crédit Grandes et moyennes entreprises Ménages : crédit immobilier Ménages : Subprime Ménages : crédit à la consommation Ménages : cartes de crédit Ménages : autres crédits à la consommation Fed, NATIXIS Décélération de la Accélération de la Royaume-Uni Au Royaume-Uni (graphiques a/b/c), la reprise du crédit est faible et ne concerne que les ménages depuis 1, même si les perspectives pour la de crédit sont aussi positives pour les crédits aux entreprises. Graphique a Royaume-Uni : crédits au secteur privé (GA en %) Graphique b Royaume-Uni : dette privée 1 1 Crédits aux ménages Dette des ménages (en % du RDB des ménages) Dette des entreprises (en % du PIB valeur) BOE, NATIXIS ONS, NATIXIS Graphique c Royaume-Uni : enquête de la Banque centrale sur les évolutions de de crédit - Grandes entreprises Petites et moyennes entreprises Hausse de la Ménages : de crédit immobilier Ménages : de crédit à la consommation Baisse de la BoE, NATIXIS Flash 1 7 -

6 3. Allemagne En Allemagne, on voit une reprise depuis 1 des crédits immobiliers aux ménages (graphiques 9a/9b/9c), qui est forte pour l Allemagne mais reste modeste dans l absolu. Graphique 9a Allemagne : crédits au secteur privé (GA en %) Graphique 9b Allemagne : dette privée 1 9 Crédits aux ménages Dette des ménages (en % du RDB des ménages) Dette des entreprises (en % du PIB valeur) Bundesbank, NATIXIS Bundesbank, NATIXIS Graphique 9c Allemagne : enquête de la Banque centrale sur les évolutions de la de crédit Demande de crédit des entreprises Ménages : de crédit immobilier Ménages : de crédit à la consommation Accélération de la - - Décélération de la - - Bundesbank, NATIXIS France En France (graphiques 1a/1b/1c), on voit une hausse depuis 1 des crédits aux entreprises, dans la période récente des crédits aux ménages. Flash 1 7-

7 Graphique 1a France : crédits au secteur privé (GA en %) Graphique 1b France : dette privée 1 1 Crédits aux ménages Dette des ménages (en % du RDB des ménages) Dette des entreprises (en % du PIB valeur) Banque de France, NATIXIS Banque de France, NATIXIS Graphique 1c France : enquête de la Banque centrale sur les évolutions de de crédit 1 Demande de crédit des entreprises Ménages : de crédit immobilier Ménages : de crédit à la consommation Accélération de la BdF, NATIXIS Décélération de la Espagne En Espagne (graphiques 11a/11b/11c), même si les enquêtes montrent une hausse de la de crédit, les encours de crédit sont toujours en croissance négative. Graphique 11a Espagne : crédits au secteur privé (GA en %) Graphique 11b Espagne : dette privée 3 3 Crédits aux ménages Dette des ménages (en % du RDB des ménages) Dette des entreprises (en % du PIB valeur) Banque d'espagne, NATIXIS Banque d'espagne, NATIXIS Flash 1 7-7

8 7 - Graphique 11c Espagne : enquête de la Banque centrale sur les évolutions de de crédit Demande de crédit des entreprises Ménages : de crédit immobilier Ménages : de crédit à la consommation Accélération de la Décélération de la BDE, NATIXIS Italie En Italie (graphiques 1a/1b/1c), les crédits aux ménages reprennent faiblement dans la période la plus récente. Graphique 1a Italie : crédits au secteur privé (GA en %) Graphique 1b Italie : dette privée 1 1 Crédits aux ménages Dette des ménages (en % du RDB des ménages) Dette des entreprises (en % du PIB valeur) Banque d'italie, NATIXIS Banque d'italie, NATIXIS Graphique 1c Italie : enquête de la Banque centrale sur les évolutions de de crédit Demande de crédit des entreprises Ménages : de crédit immobilier Ménages : de crédit à la consommation 1 7 Accélération de la Décélération de la Banca d'italie, NATIXIS Hiérarchie entre taux d intérêt et croissance et reprise du crédit Comme il a été dit plus haut, le passage des taux d intérêt en dessous du taux de croissance est d abord favorable au désendettement, puis à la reprise du crédit. Qu observe-t-on aujourd hui dans les six pays? Flash 1 7-

9 des taux d intérêt inférieurs à la croissance et une reprise nette du crédit : depuis plusieurs années aux Etats-Unis, en Allemagne ; dans la période récente en France ; des taux d intérêt inférieurs à la croissance et pourtant l absence de reprise nette du crédit au Royaume-Uni (faible reprise du crédit aux ménages), en Espagne ; des taux d intérêt supérieurs à la croissance et une faible (et concernant seulement les ménages) reprise du crédit en Italie. La situation a priori anormale où, malgré les taux d intérêt inférieurs à la croissance, le crédit ne repart pas ou repart peu s observe donc au Royaume- Uni et en Espagne. Cette situation s explique : par un niveau encore trop élevé des taux d endettement, ce qui est le cas au Royaume-Uni et en Espagne (graphiques b/11b plus haut) ; par une restriction de l offre de crédit par les banques (graphiques 13a/b/c/d/e/f)? Dans les six pays étudiés, les conditions de l offre de crédit s assouplissent ; du côté des ménages, par la faiblesse de l investissement en logements (graphiques 1a/1b), ce qui peut expliquer la faiblesse des crédits aux ménages aux Etats-Unis (graphique 7a), en Espagne et en Italie (graphiques 11a/1a) mais pas au Royaume-Uni (graphique a) ; du côté des entreprises, par la capacité à autofinancer les investissements (graphiques 1a/1b), qui peut expliquer la faiblesse des crédits aux entreprises au Royaume-Uni (graphique a), en Allemagne (graphique 9a), en Espagne (graphique 11a), en Italie (graphique 1a). Graphique 13a Etats-Unis : enquête de la Banque centrale sur les évolutions des conditions de l'offre de crédits Graphique 13b Royaume-Uni : enquête de la Banque centrale sur les évolutions des conditions de l'offre de crédits 1 (grandes et moyennes) Crédits aux ménages (immobilier) Crédit aux ménages (consommation) 1 Crédits des entreprises Crédits aux ménages (consommation) Crédits aux ménages (immobilier) Assouplissement Durcissement - Durcissement - - FeD, NATIXIS Assouplissement BoE, NATIXIS Flash 1 7-9

10 3 1 Graphique 13c Allemagne : enquête de la Banque centrale sur les évolutions des conditions de l'offre de crédits Durcissement Crédits aux ménages (consommation) Crédits aux ménages (immobilier) Graphique 13d France : enquête de la Banque centrale sur les évolutions des conditions de l'offre de crédits Durcissement Crédits aux ménages (consommation) Crédits aux ménages (immobilier) Assouplissement - -3 Bundesbank, NATIXIS Banque de France, NATIXIS Assouplissement Graphique 13e Espagne : enquête de la Banque centrale sur les évolutions des conditions de l'offre de crédits Graphique 13f Italie : enquête de la Banque centrale sur évollutions des conditions de l'offre de crédits 1 Crédits aux ménages (consommation) Crédits aux ménages (immobilier) 1 1 Crédits aux ménages (consommation) Crédits aux ménages (immobilier) 1 Durcissement Durcissement - Assouplissement BDE, NATIXIS Banca d'italia, NATIXIS Assouplissement Graphique 1a Investissement en logement des ménages (en % du PIB valeur) Graphique 1b Investissement en logement des ménages (en % du PIB valeur) 7 Etats-Unis Royaume-Uni Allemagne France Espagne Italie BEA, Eurostat, NATIXIS Eurostat, NATIXIS Flash 1 7-1

11 Graphique 1a Taux d'autofinancement (en %) Graphique 1b Taux d'autofinancement (en %) 1 1 Etats-Unis Royaume-Uni Allemagne France Espagne Italie BEA, ONS, Destatis, NATIXIS Insee, INE, Istat, NATIXIS Synthèse : retour au canal «normal» de transmission de la politique monétaire Le canal «normal» de la transmission de la politique monétaire consiste en une reprise du crédit déclenchée par la baisse des taux d intérêt. Les politiques monétaires expansionnistes ont fait apparaître des taux d intérêt inférieurs à la croissance nominale depuis longtemps aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, plus récemment en France et en Espagne, pas encore en Italie, et ceci conduit aujourd hui à une reprise nette du crédit aux Etats-Unis, en Allemagne, en France. La reprise du crédit, ce canal normal de transmission de la politique monétaire expansionniste, va soutenir l activité dans les pays où elle a lieu (3 pays sur analysés). Par contre, on observe que, malgré le bas niveau des taux d intérêt le crédit ne redémarre pas ou peu au Royaume-Uni, en Espagne et en Italie, ce qu on peut attribuer : au niveau élevé des taux d endettement (Royaume-Uni, Espagne) ; à la faiblesse de l investissement en logements (Espagne, Italie) ; à la capacité élevée d autofinancement des entreprises (Royaume-Uni, Espagne, Italie). Flash

12 c Flash 1 7-1

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui

Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui 23 février - N 27-72 Le multiplicateur monétaire (de crédit) : hier et aujourd'hui Le multiplicateur monétaire (de crédit) est la théorie qui explique quel montant de crédit (de masse monétaire) peut être

Plus en détail

«Le pilotage en période de taux bas»!!! Patrick ARTUS! Directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis!

«Le pilotage en période de taux bas»!!! Patrick ARTUS! Directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis! Table Ronde 1! «Le pilotage en période de taux bas»!!! Patrick ARTUS! Directeur de la Recherche et des Etudes de Natixis! Marie LEMARIÉ! Directeur Financement et Investissement de Groupama SA!! Mikaël

Plus en détail

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste 1 avril 9 - N 17 Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste Des indices multiples montrent que la tentation protectionniste est de plus en

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

ASSISES DE L INVESTISSEMENT DIAGNOSTIC

ASSISES DE L INVESTISSEMENT DIAGNOSTIC ASSISES DE L INVESTISSEMENT DIAGNOSTIC Bpifrance ASSISES DE L INVESTISSEMENT 1 SYNTHESE L insuffisance de l investissement des entreprises, tant en volume qu en productivité, fait peser des menaces sur

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics

Plus en détail

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007

Le Marché du à la consommation en Europe à fin 2007 Le Marché du Crédit à la consommation en Europe à fin 7 Une étude de SOFINCO Evry, le juin 8 Nicolas Pécourt Le crédit à la consommation en Europe Synthèse (/) Cette étude porte sur le marché du crédit

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles N 24 MAI 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS : UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL AU SEIN DE LA ZONE EURO Les entreprises

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

Zone euro Indicateur d impact du QE

Zone euro Indicateur d impact du QE N 1/263 1 er septembre 21 Zone euro Indicateur d impact du Avec l annonce d un programme étendu d achats d actifs non stérilisés (quantitative easing, ), portant essentiellement sur des titres souverains,

Plus en détail

Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE?

Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? Y A-T-IL UNE EXCEPTION FRANÇAISE DES COMPORTEMENTS D EPARGNE? mercredi 21 avril 2004 Rapport final Table des matières Résumé 3 Introduction 4 Première partie : la France en Europe, cadrage macro-économique

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Le financement de l économie Jézabel Couppey- Soubeyran PSE Université Paris 1. Journée PAF, académie de Versailles

Le financement de l économie Jézabel Couppey- Soubeyran PSE Université Paris 1. Journée PAF, académie de Versailles Le financement de l économie Jézabel Couppey- Soubeyran PSE Université Paris 1 Journée PAF, académie de Versailles Plan de la présenta-on 1. Financement : no

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE DOIT-ELLE INTERVENIR POUR AIDER LES PAYS DE LA ZONE EURO A SORTIR DE LA CRISE ACTUELLE DES DETTES SOUVERAINES?

LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE DOIT-ELLE INTERVENIR POUR AIDER LES PAYS DE LA ZONE EURO A SORTIR DE LA CRISE ACTUELLE DES DETTES SOUVERAINES? LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE DOIT-ELLE INTERVENIR POUR AIDER LES PAYS DE LA ZONE EURO A SORTIR DE LA CRISE ACTUELLE DES DETTES SOUVERAINES? I- UNE SITUATION MACROECONOMIQUE PREOCCUPANTE 1) Une croissance

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014

oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014 oobservatoire du numérique OBSERVATOIRE DU NUMÉRIQUE CHIFFRES CLÉS MAI 2014 oobservatoire du numérique USAGES DES TIC - ENTREPRISES ÉQUIPEMENT NUMÉRIQUE Utilisation des TIC en 2013 des entreprises France

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France

Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France Choc pétrolier et pause conjoncturelle en France Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr Juillet 8 1 Sommaire 1. Environnement international 1.1. La crise financière reléguée

Plus en détail

Réduire la dette publique, une priorité?

Réduire la dette publique, une priorité? Réduire la dette publique, une priorité? Henri STERDYNIAK La priorité est, nous dit-on, de réduire les dettes publiques, pour rétablir la confiance, faire baisser les impôts, relancer la croissance. Selon

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

Quel est l impact des prix de l immobilier sur la compétitivité en France et sur le comportement de dépense des ménages?

Quel est l impact des prix de l immobilier sur la compétitivité en France et sur le comportement de dépense des ménages? Paris, le 18 septembre 2013 Quel est l impact des prix de l immobilier sur la compétitivité en France et sur le comportement de dépense des ménages? Résumé introductif Le thème de la compétitivité s est

Plus en détail

Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement

Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement Les prix immobiliers en France : une évolution singulière Mickaël Clévenot Division Synthèse conjoncturelle Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement augmenté entre 2000

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Olivier GARNIER. Conférence de l Observatoire de l Epargne Européenne 19 janvier 2010

Olivier GARNIER. Conférence de l Observatoire de l Epargne Européenne 19 janvier 2010 Olivier GARNIER Conférence de l Observatoire de l Epargne Européenne 19 janvier 2010 20.0% Etats-Unis: rentabilités réelles annuelles moyennes en 2008 selon l'année d'investissement 15.0% 10.0% 5.0% 0.0%

Plus en détail

RESULTATS DE L EXERCICE 2014

RESULTATS DE L EXERCICE 2014 Communiqué de presse Paris, le 11 mars 2015 RESULTATS DE L EXERCICE 2014 EBITDA : 26,3 M, +20% RESULTAT NET : 14,3 M, + 10 % aufeminin (ISIN : FR0004042083, Mnemo : FEM), annonce ce jour ses résultats

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique OFCE le 10 novembre 2003 Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique Valérie Chauvin, Catherine Mathieu, Henri Sterdyniak. Version provisoire En ce qui concerne l organisation de leur système de retraite,

Plus en détail

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers

Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Epargner à long terme et maîtriser les risques financiers Olivier GARNIER David THESMAR 2 juin 2009 Le champ du rapport Point de vue des ménages-épargnants, plutôt que celui du financement de l économie

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Consolidation budgétaire et croissance économique

Consolidation budgétaire et croissance économique Consolidation budgétaire et croissance économique Gilbert Koenig * La stratégie européenne fondée exclusivement sur des mesures d assainissement des finances publiques s est révélée peu efficace. En effet,

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

La crise des «subprimes» : de la crise financière à la crise économique Entre 3 et 7 points de croissance en moins pour les économies avancées en 2009

La crise des «subprimes» : de la crise financière à la crise économique Entre 3 et 7 points de croissance en moins pour les économies avancées en 2009 Dossier : de la crise financière à la crise économique Entre 3 et 7 points de croissance en moins pour les économies avancées en 2009 Jean-Charles Bricongne Vincent Lapègue Olivier Monso Divisions : -

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

L impact macroéconomique des crises bancaires

L impact macroéconomique des crises bancaires L impact macroéconomique des crises bancaires Les banques sont au cœur du financement des économies et lorsque leur situation financière ne leur permet plus d assurer cette mission, la distribution du

Plus en détail

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique

OBservatOire du numérique. chiffres clés 2013. oobservatoire du numérique OBservatOire du numérique chiffres clés 2013 oobservatoire du numérique oobservatoire du numérique usages des tic - entreprises équipement NUMéRIQUE Utilisation des TIC en 2012 des entreprises * Enquête

Plus en détail

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE > ARGU FLASH < LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE 3 Janvier 2012 Le PS vient de sortir une campagne mensongère et outrancière sur les prétendus «15 chiffres de l échec de Nicolas Sarkozy». Nous réfutons

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

La jeunesse française a-t-elle encore un avenir?

La jeunesse française a-t-elle encore un avenir? La guerre des générations n aura pas lieu La jeunesse française a-t-elle encore un avenir? Nicolas Bouzou Économiste La campagne présidentielle n a fait qu effleurer la question de la jeunesse. Certes,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN

EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES L ESSENTIEL EN EN FINIR AVEC LES IDÉES REÇUES 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 LA FRANCE EST EN PERTE DE VITESSE La France est la 5 e puissance économique mondiale et la 2 e europé enne en termes de PIB, avec un marché de

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE 214 TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE Comité de suivi de la réforme de l usure Code courrier : 43-253 31 rue Croix-des-Petits-Champs

Plus en détail

Espagne : un retour à l équilibre laborieux (Tome 2) L obstacle incontournable du désendettement

Espagne : un retour à l équilibre laborieux (Tome 2) L obstacle incontournable du désendettement Apériodique n 13/1 19 février 13 Espagne : un retour à l équilibre laborieux (Tome ) L obstacle incontournable du désendettement Nous poursuivons notre analyse des déséquilibres macroéconomiques espagnols

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015

Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 2015 Trimestriel n 42 Octobre 214 Immobilier en France : Léger mieux dans le neuf en 21 Le marché résidentiel continue à se corriger lentement. La baisse reste modérée, beaucoup plus que dans la plupart des

Plus en détail