L'homme consensuel. Humeur vagabonde. D'Allemagne à Genève... quelle prévenance pour les chômeurs. Entretien avec Pascal, un jeune de 21 ans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'homme consensuel. Humeur vagabonde. D'Allemagne à Genève... quelle prévenance pour les chômeurs. Entretien avec Pascal, un jeune de 21 ans"

Transcription

1 outil d'expression des membres de l'alcip N 5 - Décembre 2013 P.P Vernier CHF 3.50 Humeur vagabonde L'homme consensuel Aux arcs-en-ciel et aux oiseaux multicolores, il préfère le gris de l'ennui; à l'odeur du foin et du bon pain, il préfère le rance de la naphtaline; aux joies et aux souffrances, aux rires et aux pleurs, il préfère la fadeur de l'acquiescement. A ses états d'âme, à ses sentiments, à ses passions, il préfère la pensée "raisonnable", "objective". Aux cicatrices et aux rides, il préfère la rondeur lisse d'une pierre aplatie par la chirurgie esthétique. C'est l'homme nouveau, l'homme libéral ou l'homme sans profondeur; homme rachitique, homme diminué, ombre d'une ombre, spectre d'un spectre. Lecteur de journaux de l'establishment (notamment du journal de gare Le Temps) et dédaigneux des journaux d'opinion, adepte de la pensée unique, il rôde à côté de nous dans l'espoir de glaner quelques informations susceptibles d'interdire un concert ou une manifestation non politiquement correcte. L'homme polichinelle s'essaie à sa tentative macabre et morbide de chasser la vie, de chasser l'instinct, de chasser les perceptions au profit d'une existence molle et conforme à la dictature du bon goût érigée en système de droit divin par nos censeurs attitrés. Le puritanisme de sa pensée (criminalisation des fumeurs, psychiatrisation des objecteurs de conscience, médicalisation des homosexuels, etc.) n'a d'égal que son intelligence d'esclave. Quant à son pauvre vocabulaire que - sous d'aucunes latitudes l'on qualifie de "rectitude politique" - il est son Asugrin quotidien. L'homme consensuel est partout: à la télévision d'etat, dans les journaux de l'establishment, chez nos historiens fédéraux et chez nos politiciens-membresde-conseils-d'administration. A nous de lui opposer l'ivresse et les joutes de la vie, les paradis terrestres et les cieux d'amour et la tendresse d'un monde d'idées et non de consensus. Le Sagittaire Noir Entretien avec Pascal, un jeune de 21 ans Le jour où le "mais" a remplacé le "donc" D'Allemagne à Genève... quelle prévenance pour les chômeurs P.2 P.3 P.4

2 Page : 2 Le RAT L BOL Le Rat-porteur N 5 - Décembre 2013 Entretien avec Pascal, un jeune de 21 ans Sujet délicat qui commence de plus en plus à être discuté Pascal a fait ses écoles à Genève, il a fait partie des élèves moyens, ni bon, ni mauvais! Après le cycle il a commencé un apprentissage de construction métallique, anciennement appelé serrurier. Pascal: «J ai arrêté après une année, l ambiance n était pas sympa et les discussions tournaient toujours autour de l argent. Parfois, je me sentais mobbé, rabaissé, en tous les cas pas du tout soutenu en tant que jeune apprentis. J ai changé d apprentissage en espérant que je me sente mieux dans un autre lieu. Le métier de logistique m a tenté, ou anciennement appelé magasinier où je suis resté 3 ans à l économat du DIP. Surcharge de travail, mobbing était l ambiance du quotidien. J ai fini mon apprentissage avec le CFC». Pascal a cherché du travail en 3ème année pour se retrouver au chômage au lendemain de son CFC. Pascal: «Au début, je n ai pas été m inscrire au chômage, je pensais que je trouverai un travail assez vite». Ensuite en décembre je me suis dit que j avais le droit quand-même! J habite chez mes parents qui font partie de la classe moyenne, ils sont déçu que le monde du travail devienne aussi exigent. Pas de jeune sans expérience, pas d ancien qui pourrait coûter trop cher, voire être plus performant que le chef..souvent j ai pensé à ce que me disait mon père «il y a encore peu de temps, les employés qui avaient plus d expérience épaulaient les jeunes dans le contexte professionnelle.» Je me suis dit que l idée était intéressante. Bref, une histoire du «bon vieux temps». Pascal sans un travail se sent «hors société» Pascal: «Je fini par me demander si je peux trouver une place dans la société.» «J aime la nature, les discussions, je me sens assez proche de ce que peut dire le Dalaï Lama. Je me sens touché par ce que les autres peuvent, je sens ce monde du travail plutôt agressif et trop compétitif. Je songe au métier de policier pour le contact avec les autres et j ai des valeurs humaines que je pense pouvoir mettre en pratique dans ce travail qui est pourtant difficile. Je fais partie de cette génération où l on n a pas appris à se battre dans ce monde du travail pour lequel nous sommes tellement peu outillés!» Ce témoignage montre combien il difficile pour un jeune de faire son entrée dans la vie professionnelle. Je souhaite à Pascal et à tous ces jeunes qui galèrent de garder la force, le courage pour leur avenir et que le monde du travail s ouvre un peu plus à eux! Texte: Pascal et Chantal Le RAT L BOL est édité par l ALCIP - 5, rue Liotard Genève Tél: Mail: - Site: Impression: Atar Roto Presse.SA - 13, rue des Sablières - Zimeysa voie 11A - Cp CH 1214 Vernier Illustration et mise-en-page: Sadia.ch - Périodicité: 3 numéros / an - Abonnement : ALCIP Toute reproduction est interdite - Droits réservés à l ALCIP

3 N 5 - Décembre 2013 Le RAT L BOL Page : 3 Le Rat-ton flingueur Le jour où le «mais» a remplacé le «donc» Notre société actuelle utilise le verbe «comprendre» (utilisé ici pour comprendre quelqu un) uniquement dans un souci de politesse, voire même de gain de paix dans le but de mettre fin à une discussion dans laquelle la personne en difficulté se voit priée de ne rien demander de plus, d arrêter de se plaindre et surtout ne pas faire de scandale. De plus en plus de lois et règlements, fondés sur des jugements hâtifs et des préjugés, portent atteinte à la dignité humaine et précarisent durablement des personnes qui sont déjà mises à mal par une situation économique et sociale difficile Indifférente aux malheurs des autres, complètement déresponsabilisée des lois et règlements qu elle émet sans se soucier nullement des conséquences néfastes qu ils peuvent entraîner, cette politique irresponsable conditionne de plus en plus d employés administratifs ou sociaux, soucieux de garder leur emploi, à un processus de déshumanisation qui cause des dégâts psychologiques constatés dans diverses associations. Aujourd hui, on se contente d appliquer, sans état d âme et sans aucun esprit critique ces lois en se donnant bonne conscience en répondant «je vous comprends mais je ne peux rien faire». La sympathie (faculté de participer, d être avec la personne, dans sa joie comme dans sa peine) et l empathie (la faculté de ressentir les émotions de l autre) ont semble-t-il disparu de notre conscience collective pour ne survivre qu à travers des phrases toutes faites dans le but d apaiser l autre sans lui offrir de solutions. je vais m employer à trouver une solution à votre problème». Car tout est dans le langage vrai et sincère. La personne qui souffre n est pas dupe, elle attend beaucoup de la compréhension de l autre à son égard. Aujourd hui, le nombre de personnes précaires et à l aide sociale augmente, sans compter celles et ceux qui n ont plus droit à rien parce qu ils ne sont juste pas assez pauvres. L empathie et la sympathie sont aujourd hui considérées comme les ennemis de l économie libérale alors même que les coûts de la santé liés aux conséquences psychologiques qu entraîne la précarité augmentent. Investir d avantage de moyens financiers dans l aide administrative et sociale et opter pour une attitude plus humaniste permettront à long terme aux personnes en difficultés de reprendre les forces nécessaires à une bonne intégration dans la société contribuant de façon pérenne à l économie de celle-ci. Texte: Anne-Marie Peysson Les coûts liés au chômage, à l aide sociale ou à l immigration demandent une politique d optimisation des résultats, non liés à la personne en difficulté mais résultant d objectifs de réductions des coûts sociaux. Il est tout de même curieux de croire qu il suffit d effacer les liens humains les plus importants au profit d une politique toujours plus méprisante d autrui pour imaginer que les êtres humains n ont plus besoin de se sentir compris et qu à long terme, les personnes en difficultés vont finir par se contenter du fameux «je vous comprends mais.» * Alors que l on entend souvent dire qu il faut responsabiliser d avantage les citoyens (surtout les plus démunis), on est en droit d attendre une politique tout aussi responsable que respectueuse d autrui, qui va enfin dire: «Je vous comprends donc *"La loi est dure, mais c'est la loi..et toujours la loi"

4 Page : 4 Le RAT L BOL Le Rat-porteur N 5 - Décembre 2013 D'Allemagne à Genève... quelle prévenance pour les chômeurs De plus en plus de conseils sont envoyés aux chômeurs sur la "toile", dans les médias et ceux-ci se révèlent le plus souvent "inutiles, ridicules, ringards" Voici la teneur des deux derniers articles parus récemment, le 1er dans le "Matin Orange" de ce printemps et intitulé "Nourrissez-vous pour Fr. 1,50 par jour", le second dans le journal portuguais "Avante" qui traitait d'un guide destinés aux chômeurs allemands en fin de droit. Qu'avons-nous à l'achat et que cuisinons-nous pour cette modique somme de Fr, 1,50. Eh bien pas grand-chose. Vous pourrez vous confectionner quelques soupes à base de fanes de carottes ou de raves, éventuellement utiliser aussi les épluchures de pommes de terre et légumes genre courgettes, concombres. Nous pourrions appeler l une de ces recettes «la soupe au mépris» qui rappelle hélas un processus de déshumanisation qui a été instauré en d autres temps et lieux plus horribles. Dans cette optique, il serait beaucoup plus sain d'inciter les chômeurs à brouter l'herbe des alpages l'été et à se contenter l'hiver de quelques brassées de foin. L autre côté du Rhin, un livret destiné aux chômeurs en fin de droit fait polémique, et lorsqu'on prend connaissance de quelquesuns des conseils prodigués, on frémit: - ne pas manger de viande pendant une semaine - mettre des pierres dans le réservoir des toilettes pour économiser l'eau - vendre ses vieux meubles et boire l'eau du robinet. A qui s'adressent ces précieuses recommandations? Aux fins de droit sous le régime de la réforme Harz IV initiée il y a dix ans par le chancelier social-démocrate G.Schroeder, qui percoivent une allocation mensuelle de CHF 280.-,le paiement d'un logement "décent" mais avec une allocation maximale de CHF 224.-! Ces bienheureux ne peuvent en outre gagner plus de CHF 75.- par mois, ni se faire aider par leur famille ou leurs amis. Des controleurs vont même jusqu'à perquisitionner leur logement à la quête d'éventuels objets de valeur...on peut parler sans outrance de pratiques de basse police. L'ironie de cette triste histoire est que Peter Harz, inspirateur des quatre réformes qui portent son nom et lui-même ancien directeur du personnel de Volkswagen, a démissionné en juillet 2005 à la suite d'une affaire de corruption... Heureusement, il existe d'autres alternatives pour se nourrir sainement et à petit prix. Caritas par exemple, qui met sur pied 4 fois l'an des ateliers cuisine qui apprennent à confectionner un repas de A à Z, càd avec entrée, met principal et dessert pour env. CHF 6,50 par personne; c'est bon, bien fait et équilibré au point de vue nutritif. Rien à voir donc avec ces soupes "eau de vaisselle" qui n'entraînent que carences alimentaires et fatigue. Les légumes sont chers dans les magasins et marchés de Genève, allez faire un tour à l'union maraîchère à Carouge, vous en aurez pour CHF par personne pour une semaine et c'est frais frais frais. Texte: Danielle Gallaz et Henri Clairembault

5 N 5 - Décembre 2013 Le RAT L BOL Page : 5 Le Rat-mène-sa-fraise En attendant que En attendant que d autres arnaques, liées au manque de législation efficace et cohérente, soient résolues Monte Cristo décide de se pencher sur une autre incongruité qui touche directement, la tranche de population la plus affaiblie: L impôt Billag. Voyez-vous, dans une attitude d une infinie magnanimité, les autorités ont décidé il y a déjà quelque temps, que les personnes à l AVS et à l AI, seraient exonérées de la redevance, ce qui est très noble en soi mais il se trouve qu il existe une catégorie de la population, encore plus précaire, ceux qui ne reçoivent que le minimum vital de l aide sociale, c est-à-dire, d après les barèmes en vigueur, tous ceux qui sont en dessous du seuil de pauvreté, et vu la conjoncture, un chômeur de longue durée ou de fraîche durée (Vite expédiés à l aide sociale après un délai éclair) tombent déjà dans cette catégorie Que dans le système de castes indiennes, on appelle les «Intouchables» Et bien, cela veut dire en concret, que bien que les rentes AI ou AVS soient supérieures au minimum vital, les personnes à l Hospice Général, elles ne sont pas exonérées de cet impôt, aberrant! Il y a deux cas de figure: Ceux qui ne paient pas (car ils ont déjà fichés aux poursuites) et donc qui laissent venir les commandements à payer, qui se transforment en Actes de défaut de biens car le minimum vital est insaisissable Résultat? Dans l hypothèse la plus folle Si un jour ils retrouvent du travail, ils vont devoir faire face à des dettes de plus de CHF 10'000.- de redevance en retard, frais et intérêts moratoires en plus. Absurde! Le deuxième cas (c est ceux qui peuvent tout faire basculer ) ce sont ceux qui, malgré leur situation précaire, n ont pas de dettes et ne veulent pas en avoir, donc ils vont demander à Billag naïvement, des arrangements de paiement.des arrangements qui leur sont REFUSES. Quelques irréductibles, vont déposer plainte à l Office Fédéral des Communications, qui va leur répondre : «L aide sociale prend en charge la redevance, si ce n est pas le cas, en parlez avec votre assistant social» Sauf que l Hospice Général s en lave les mains en déclarant: "Oui c est DEJA compris dans le minimum vital, sous la rubrique divers." Attendez là? Comment ça divers? Le minimum vital n est pas taxable La redevance est un impôt Donc c est techniquement impossible d appliquer dans la pratique un tel raisonnement contradictoire. Et d ailleurs, les vrais irréductibles feront opposition systématique, et n ayant pas refusé de payer, ayant demandé un arrangement qui ne leur a pas été octroyé, aucun Juge de Paix ne pourra admettre de frais, des intérêts ni de poursuite, après de tels agissements. Etant donné que les personnes au Minimum Vital sont les plus démunies sur l échelle sociale, c est carrément de l harcèlement gratuit et de l enrichissement frauduleux opéré sur leur dos. Billag doit disparaitre pour tous, vu que la qualité de la programmation télévisuelle laisse de plus en plus à désirer, mais surtout,billag doit cesser d étrangler les populations les plus précarisées! Leur hypnose ne marche plus! Je rappelle que peu importe que vous n'ayez aucune TV puisque Billag estime qu'un ordinateur ou une tablette représentent une tv pour eux! Copyright MonteCristo Initiative à signer :

6 Page : 6 Le RAT L BOL N 5 - Décembre 2013 Le Rat-fûté L économie du partage Quand nous en avons l occasion, ma fille de 13 ans et moi-même, nous voyageons pour presque rien. La fois dernière nous nous sommes rendues chez la famille sur Paris pour un montant de 172 chf (ce prix est un trajet aller/retour pour 2 personnes) Beaucoup d entre nous désire voyager mais aussi être amené à se déplacer pour une journée, un week-end dans une autre commune, canton ou pays, étant donné les tarifs exorbitant cela s avère beaucoup plus difficile de réserver un billet de train ou d avion pour une ou plusieurs personne. Evidemment nombreux sont les ménages qui vivent avec des ressources financières en dessous de la moyenne, la plupart d entre eux restent prisonniers de leur quartier et ville. Il existe pourtant une solution: BLABLA CAR un site de covoiturage sécurisé Les avantages de ce site est de voyager à un niveau mondial à travers l Europe, c est une autre manière de se rendre là où nous allons sans attendre une réservation de longue durée et tout en minimisant les frais de billet de train ou d avion mais aussi d usure de la voiture, de payer les autoroutes, etc. LA SOLUTION IDEALE plus sympa, plus économique et surtout vous participez à l écologie de notre planète. VOUS avez besoin d une connexion internet et d une carte Prépaie et Bon voyage! Texte: Jamila Dradri ALCIP Association de Lutte Contre les Injustices sociales et la Précarité Tél: Mail :

7 N 5 - Décembre 2013 Le RAT L BOL Page : 7 Le Rat-ta-tam Supplément d intégration La loi n est pas toujours claire et c est pourquoi il faut l interpréter. L adage veut qu en demandant leur avis à deux juristes, ils produisent trois opinions. Voici le mien sur la problématique du supplément d intégration mensuel de 200 francs pour les personnes seules, sans activité lucrative, ayant à charge un enfant de moins de 2 ans. Cette aide est prévue dans le Règlement genevois d'exécution de la loi sur l'insertion et l'aide sociale individuelle (RIASI). La question précise porte sur la possibilité d obtenir cette somme en plus d un contrat d aide sociale individuel (CASI) ou si elle est incluse dans celui-ci. Généralités sur le supplément d intégration mensuel Une définition du supplément d intégration peut être trouvé dans les normes CSIAS, qui ne sont pas obligatoires mais servent de base à de nombreuses législations cantonales. Ces normes le qualifient de récompense financière pour qualification professionnelle, scolarisation et formation, des activités d utilité publique ou de voisinage et de soins qu il entend ainsi promouvoir. Il est précisé que le supplément d intégration doit être fixé en fonction de l effort fourni et de l importance de l activité d intégration sociale. Différence entre supplément d intégration et prestations circonstancielles Contrairement aux suppléments d intégration qui sont des prestations liées aux personnes et non pas aux besoins et pouvant être accordées à plusieurs personnes vivant dans le même ménage, les prestations circonstancielles sont octroyées en raison de problèmes particuliers en rapport avec l état de santé, la situation économique et familiale du bénéficiaire. Le supplément d intégration mensuel en droit genevois En droit genevois le supplément d intégration mensuel de l'art. 7A al. 2 RIASI pour personne seule, sans activité lucrative, ayant à charge un enfant de moins de deux ans révolus est, conformément à la systématique légale, placé dans la catégorie des prestations à caractère incitatif. Celles-ci sont fondées sur l'art. 25 LIASI, permettant au Conseil d Etat de fixer leur règlement et leur montant. Il est précisé à l'art. 6 RIASI qu il ne peut être alloué plus d'une prestation à caractère incitatif par personne. À première vue donc, on ne saurait exiger ce supplément d intégration en plus des sommes prévues pour la conclusion d un CASI. Pourtant, les normes CSIAS prévoient un supplément d intégration de 200 francs au moins pour les personnes seules avec enfant(s) à charge ne pouvant exercer d activité lucrative ou une activité d intégration en dehors de la famille en raison de leur charge familiale. Il s agit de la norme ayant probablement servi de base à l'art. 7A al. 2 RIASI. La justification de cette aide est la prise en compte du fait qu on ne saurait exiger d une personne vivant seule ayant au moins un enfant à charge en bas âge qu elle exerce une activité lucrative ou fournisse une prestation d intégration extra-familiale. La différence littérale entre la norme CSIAS et celle du droit genevois se trouve au niveau de l absence d activité lucrative. Dans le premier cas («ne pouvant exercer d activité lucrative ou une activité d intégration en dehors de la famille»), elle ne doit pas être possible, alors que dans le second, tiré du règlement genevois («sans activité lucrative»), il est simplement question de l absence d activité lucrative, sans qu il soit question des possibilités d en exiger une. Ainsi, il n est pas possible d appliquer la justification prévue par les normes CSIAS au supplément prévu par le droit genevois. L'art. 7A al. 2 RIASI comme prestation circonstancielle Compte tenu de l interprétation littérale (en partant du texte) et téléologique (à la lumière de son but) de la disposition genevoise, il est possible de l interpréter comme une prestation circonstancielle, celle-ci n étant pas en rapport avec un effort à fournir par la personne bénéficiaire mais par la situation familiale et économique du bénéficiaire. En effet, il ne s agit pas d un remplacement de l effort d intégration pouvant être demandé habituellement, mais bien d une prestation permettant de palier aux frais importants liés à un enfant en bas âge. On constate d ailleurs que les prestations circonstancielles prévues à l'art. 9 al. 12 RIASI pour les frais liés aux activités des enfants concernent principalement des situations où l enfant est scolarisé. Une prestation circonstancielle pour les frais liés à un enfant en bas âge n est pas prévue ailleurs et ne constituerait pas une prestation «doublon». Sans conditions sur un effort à fournir, mais uniquement basé sur la situation de la personne, la prestation répond à la définition de la prestation circonstancielle. Suite en page 8

8 Page : 8 Le RAT L BOL N 5 - Décembre 2013 Cette interprétation est renforcée par le fait qu en pratique des CASI sont proposés à des personnes dans la situation visée par l'art. 7A al. 2 RIASI. Si le législateur était parti du principe, comme c est le cas dans les normes CSIAS, qu un effort d intégration n est pas exigible de personnes dans cette situation, de tels contrats ne leur seraient pas proposés. Conclusion Bien que placée dans le chapitre des prestations à caractère incitatif, la prestation de l'art. 7A al. 2 RIASI doit être considérée comme une prestation circonstancielle, liée à la situation de la personne, et par là, non soumise à la limite d une prestation de ce type par personne, prévue à l'art. 6 RIASI. Elle n est donc pas incluse dans le CASI mais doit être allouée en plus de celui-ci. Texte: Maxime NOM : INSCRIPTION pour: Devenir membre de l ALCIP (vous recevez automatiquement notre journal) CHF 30.- par année (à discuter selon les cas) Juste recevoir notre journal (3 publications annuelles) CHF 10.- par année - soutien: CHF 20.- PRéNOM : ADRESSE : TéLéPHONE : MAIL : CONTACT : ALCIP 5, rue Liotard Genève Téléphone : Site internet : Mail : CCP :

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage)

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage) A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE Résumé par Olivier Descamps (Manage) Ceci n est qu un résumé des discussions très intéressantes et très interactives de l atelier 2. J ai préféré garder

Plus en détail

COMMENT MAIGRIR EFFICACEMENT

COMMENT MAIGRIR EFFICACEMENT RESUME 1. D abord, vous devez DEFINIR ce que VOUS recherchez OBJECTIF 2. Ensuite, vous contrôlez si ce but CONTROLE est sain pour vous DE L OBJECTIF 3. Puis, vous prévoyez un plan et une échéance pour

Plus en détail

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion

Plus en détail

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Définition des cas types étudiés Afin de pouvoir analyser et comparer entre elles les particularités

Plus en détail

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise Caisse cantonale genevoise de compensation Assurance-maternité cantonale genevoise Etat au 1 er juillet 2001 Introduction L'assurance-maternité est une assurance perte de gain obligatoire dans le Canton

Plus en détail

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005

Irina L. Irina d ici. Témoignage recueilli en juin 2005 Irina L. Irina d ici Témoignage recueilli en juin 2005 Production : atelier du Bruit Auteur (entretiens, récit de vie, module sonore) : Monica Fantini Photos : Xavier Baudoin 197 7 Naissance à Caransebes,

Plus en détail

BMS Bern Aufnahmeprüfung 2007. Alle Abteilungen. Nom: Numéro : Points : Note :

BMS Bern Aufnahmeprüfung 2007. Alle Abteilungen. Nom: Numéro : Points : Note : BMS Bern Aufnahmeprüfung 2007 Französisch Alle Abteilungen Zeit: 45 Minuten Nom: Numéro : Points : Note : Compréhension : 22 points Vocabulaire / Production écrite : 12 points Grammaire : 15 points Total

Plus en détail

intégration adultes collaboration soutien travail formation

intégration adultes collaboration soutien travail formation adultes collaboration travail intégration formation soutien L association Actifs Actifs est née en mai 2009 du regroupement de deux associations s occupant de la prise en charge de personnes avec des limites

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Leçon 18 L anniversaire de Charlotte Trois amis sont dans un café. Ils discutent d un sujet important: comment célébrer l anniversaire de leur copine

Leçon 18 L anniversaire de Charlotte Trois amis sont dans un café. Ils discutent d un sujet important: comment célébrer l anniversaire de leur copine Leçon 18 L anniversaire de Charlotte Trois amis sont dans un café. Ils discutent d un sujet important: comment célébrer l anniversaire de leur copine Charlotte. Celle-ci va avoir vingt ans mercredi prochain.

Plus en détail

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation

JEF. Programme pour les Jeunes en Formation 1 JEF Programme pour les Jeunes en Formation 2, un programme du BCAS, fondation privée reconnue d utilité publique, qui agit : Pour les enfants et les jeunes : SOS-Enfants Genève Le Biceps Pour les adultes

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

Good practice: aide sociale

Good practice: aide sociale Good practice: aide sociale Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes cantonaux de transferts

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE

S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE Service de psychologie et d orientation S ENGAGER DANS UN PROCESSUS DE CONSULTATION PSYCHOLOGIQUE Ce feuillet a pour but de vous renseigner sur le processus d aide que vous allez entreprendre au Service

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Nom : Prénom : Date : Mode d emploi Des situations en contexte professionnel ont été élaborées sous forme de questions à choix multiples.

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Si vous êtes à la recherche d un business, que vous souhaitez arrondir vos fins de mois, ce guide s adresse directement à vous.

Si vous êtes à la recherche d un business, que vous souhaitez arrondir vos fins de mois, ce guide s adresse directement à vous. Ce e-book vous a été offert par Stéphane. En aucun cas il ne peut être vendu. Je suis heureux de vous offrir ce petit book qui je l espère vous aidera dans le développement de votre activité à domicile.

Plus en détail

Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements.

Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements. Les jeunes dans le move : actualité de leurs déplacements. Une enquête comparative Lyon-Montréal Nathalie Ortar, Claudio Ribeiro, Stéphanie Vincent-Geslin Julie-Anne Boudreau, Pascal Pochet, Louafi Bouzouina,

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Analyses et témoignages issus de nos rassemblements

Analyses et témoignages issus de nos rassemblements Journée mondiale du refus de la misère 14 octobre 2015 Analyses et témoignages issus de nos rassemblements Les exclusions du chômage 2015, c est l année de l exclusion du bénéfice de l allocation dite

Plus en détail

Destinataires: Directions et responsables du personnel d entreprises-membres

Destinataires: Directions et responsables du personnel d entreprises-membres Destinataires: E-MAIL info@aza.ch ZURICH 15 septembre 2011 Directions et responsables du personnel d entreprises-membres dont le siège de l entreprise et/ou les succursales se trouvent dans le canton de

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218

Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Secrétariat du Grand Conseil PL 10218 Projet présenté par les députés: M me et MM. Olivier Jornot, Jean-Michel Gros, Ivan Slatkine, Michèle Ducret, Jacques Jeannerat, Guillaume Barazzone, Alain Meylan

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

FICHE SUR LA PENSION ALIMENTAIRE POUR ENFANT

FICHE SUR LA PENSION ALIMENTAIRE POUR ENFANT FICHE SUR LA PENSION ALIMENTAIRE POUR ENFANT La loi exige que les deux parents contribuent au soutien financier de leurs enfants, quelle que soit la personne qui vit avec les enfants, La plupart du temps,

Plus en détail

L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE

L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE L ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE À préparer : Liste de présences Cartes d aliments des 4 groupes alimentaires Affiches du «Guide de formation» : o Saine alimentation (annexe B) o Les calories (annexe C) o Guide

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil M 2157. Proposition de motion Pour des soins dentaires accessibles à toutes et tous!

Secrétariat du Grand Conseil M 2157. Proposition de motion Pour des soins dentaires accessibles à toutes et tous! Secrétariat du Grand Conseil M 2157 Proposition présentée par les députés : M mes et M. Anne Emery-Torracinta, Roger Deneys, Prunella Carrard, Marie Salima Moyard, Irène Buche, Marion Sobanek, Lydia Schneider

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION EN SUISSE

INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION EN SUISSE INFORMATIONS IMPORTANTES SUR LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION EN SUISSE La diversité suisse, à regarder et écouter À QUOI SERVENT LES REDEVANCES DE RADIO ET DE TÉLÉVISION? En payant les redevances

Plus en détail

Étude sur les services et l assistance sans hébergement contre la violence familiale Formulaire de retour d information sur le programme

Étude sur les services et l assistance sans hébergement contre la violence familiale Formulaire de retour d information sur le programme Code de programme : Code de l état : Étude sur les services et l assistance sans hébergement contre la violence familiale Formulaire de retour d information sur le programme Instructions : Veuillez répondre

Plus en détail

Bâtissez-vous un avenir certain

Bâtissez-vous un avenir certain 1 1 Etape 1 Etape 2 Bâtissez-vous un avenir certain AUTEUR LEADER SYDNEY Adresse email imygpc@gmail.com Contact téléphonique +225 41 52 92 06 2 Bâtissez-vous un avenir certain Vous en avez rêvé, créer

Plus en détail

Conseils pratiques pour le stage à Dublin

Conseils pratiques pour le stage à Dublin Conseils pratiques pour le stage à Dublin Ces conseils sont basés sur l expérience des 9 instits partis en avril 2008 à Dublin. Ne soyez donc pas surpris si vous constatez des différences entre notre expérience

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

Bien vivre. son année scolaire. Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école

Bien vivre. son année scolaire. Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école Bien vivre son année scolaire Guide pour les parents afin de favoriser le bien-être à l école La rentrée scolaire peut être une source de stress pour bien des enfants, des adolescents et leurs parents.

Plus en détail

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie

Alphonse, République démocratique du Congo. famille Slava, Estonie Dorjaa, Mongolie J ai 19 ans. Mes parents ont décidé de me marier avec le fils d une famille du village voisin. Ma famille a donné son accord mais je ne connais pas mon futur mari. J ai dit à ma famille

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Enquête sur le coût de la nourriture au N.- B. Par le Front commun pour la justice sociale U de M 7 oct. 2010

Enquête sur le coût de la nourriture au N.- B. Par le Front commun pour la justice sociale U de M 7 oct. 2010 Enquête sur le coût de la nourriture au N.- B. Par le Front commun pour la justice sociale U de M 7 oct. 2010 1 État de la situa+on Article 25 de la Charte des droits de l'homme Toute personne a droit

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

case postale 17, 1627 vaulruz WEB : www.association- mady- haiti.ch Centre d accueil de jour destiné aux enfants dès 3 ans

case postale 17, 1627 vaulruz WEB : www.association- mady- haiti.ch Centre d accueil de jour destiné aux enfants dès 3 ans Centre d accueil de jour destiné aux enfants dès 3 ans Haïti 2012 1 1. INTRODUCTION 3 2. CONDITION SOCIOÉCONOMIQUE DES BÉNÉFICIAIRES 3 3. JUSTIFICATION DU PROJET 3 4. OBJECTIF GÉNÉRAL 4 4.1. OBJECTIFS

Plus en détail

Donner aux jeunes adultes l opportunité de rattraper une formation professionnelle et d obtenir un diplôme

Donner aux jeunes adultes l opportunité de rattraper une formation professionnelle et d obtenir un diplôme Berufsbildungsprojekte Dr. Emil Wettstein GmbH Girhaldenweg 8, 8048 Zürich T +41 (0)44 350 55 15, F +41 (0)44 350 55 16 ewettstein@bbprojekte.ch Donner aux jeunes adultes l opportunité de rattraper une

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

BAUMANN Régis BLASZIC Pascal GIANNINI Antonio GIANNINI David GOFFINET Nicolas HENKINET Aland KOWALIK Stéphane MAJTLOCH Daniel ROSSIGNON Didier

BAUMANN Régis BLASZIC Pascal GIANNINI Antonio GIANNINI David GOFFINET Nicolas HENKINET Aland KOWALIK Stéphane MAJTLOCH Daniel ROSSIGNON Didier BAUMANN Régis BLASZIC Pascal GIANNINI Antonio GIANNINI David GOFFINET Nicolas HENKINET Aland KOWALIK Stéphane MAJTLOCH Daniel ROSSIGNON Didier ROZMANOWSKY Marc SAINT-REMY Sébastien SCHNEIDER Christian

Plus en détail

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait?

L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? L école maternelle est un coffre aux trésors et si on l ouvrait? Approchez, tendez l oreille, écoutez notre petit lapin et vous saurez comment l école maternelle transforme les bébés en écoliers. C est

Plus en détail

As-tu envie d aller aujourd hui? Auras-tu envie d aller travailler demain? Auras-tu le goût de te rendre encore au travail la semaine prochaine?

As-tu envie d aller aujourd hui? Auras-tu envie d aller travailler demain? Auras-tu le goût de te rendre encore au travail la semaine prochaine? As-tu envie d aller aujourd hui? Auras-tu envie d aller travailler demain? Auras-tu le goût de te rendre encore au travail la semaine prochaine? Advenant que tu traverses une période plus sombre ou moins

Plus en détail

Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel

Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel Rapport final destiné à l Administration fédérale des contributions

Plus en détail

confiance Amma, l'amour absolu numéro 8 féminin positif inspirant Le rire est la musique de l'âme Le miracle de l'eau

confiance Amma, l'amour absolu numéro 8 féminin positif inspirant Le rire est la musique de l'âme Le miracle de l'eau féminin positif inspirant LE PREMIER MINDSTYLE MAGAZINE numéro 8 En cadeau Paulo Coelho la malle aux trésors de sagesse Guy Corneau BEL : 5,90 - DOM/S : 5,90 - CH : 9,30 FS L 14655-8 - F: 4,95 - RD confiance

Plus en détail

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement

B. Charte, règlements, sanctions, encadrement B. Charte, règlements, sanctions, encadrement «le futur citoyen n a pas seulement à apprendre à obéir à la loi mais aussi à la faire avec les autres. Dès lors, du coté de l élève, il ne s agit pas de se

Plus en détail

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC

LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC LES OUTILS DU COACHING (partie 2) Par Robert Gingras, CRHA, ACC Voici une série de courts articles que j ai eu le plaisir de rédiger pour le journal La Voix de l Est sur le thème du COACHING : une profession

Plus en détail

Revenu déterminant unifié

Revenu déterminant unifié Revenu déterminant unifié Document de base de la CSIAS 1. Situation de départ L interconnexion étroite entre système fiscal et système de prestations sous condition de ressources représente un défi particulier

Plus en détail

INFORMATIONS 2016. 1.1 Pour les indépendants - Facturation et perception des cotisations personnelles au 1 er janvier 2016

INFORMATIONS 2016. 1.1 Pour les indépendants - Facturation et perception des cotisations personnelles au 1 er janvier 2016 Genève, décembre 2015 INFORMATIONS 2016 Madame, Monsieur, Comme chaque année, nous avons le plaisir de vous faire parvenir notre lettre d informations dans laquelle vous trouverez les principaux renseignements

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices

Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Quelques résultats de l an 2 : les Éducatrices Nous vous présentons quelques résultats issus de notre collecte de données auprès de 325 éducatrices qui a eu lieu lors du printemps 2010. Les objectifs de

Plus en détail

Solution 6.02.07. BMS Bern Aufnahmeprüfung 2007. Alle Abteilungen. Nom: Numéro : Points : Note :

Solution 6.02.07. BMS Bern Aufnahmeprüfung 2007. Alle Abteilungen. Nom: Numéro : Points : Note : Solution 6.02.07 BMS Bern Aufnahmeprüfung 2007 Französisch Alle Abteilungen Zeit: 45 Minuten Nom: Numéro : Points : Note : Compréhension : 22 points Vocabulaire / Production écrite : 12 points Grammaire

Plus en détail

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore.

À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. À toutes les femmes qui sont des princesses, mais qui ne le savent pas encore. «Tu seras aimée le jour où tu pourras montrer ta faiblesse, sans que l autre s en serve pour affirmer sa force.» Cesare PAVESE.

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

Avertissement aux acheteurs individuels

Avertissement aux acheteurs individuels Avertissement aux acheteurs individuels N achetez pas ce cours si à partir de maintenant vous n êtes pas prêt à toujours lire, en tout temps et en toute circonstance, avec un pointeur. Sinon, vous allez

Plus en détail

Le SPC. un service de l'administration cantonale (DEAS) sa mission réside dans l'exécution d'une action administrative et financière

Le SPC. un service de l'administration cantonale (DEAS) sa mission réside dans l'exécution d'une action administrative et financière Le SPC un service de l'administration cantonale () sa mission réside dans l'exécution d'une action administrative et financière son efficacité sociale repose sur son organisation permettant le traitement

Plus en détail

Caisse d allocations familiales PROMEA. Règlement

Caisse d allocations familiales PROMEA. Règlement Caisse d allocations familiales PROMEA Ifangstrasse 8, Postfach, 8952 Schlieren Tél. 044 738 53 53, Fax 044 738 54 73 info@promea.ch, www.promea.ch Caisse d allocations familiales PROMEA Règlement valable

Plus en détail

Informations pour la déclaration des salaires. Carnet des salaires 2015

Informations pour la déclaration des salaires. Carnet des salaires 2015 Informations pour la déclaration des salaires Carnet des salaires 2015 Contenu Nouveautés AVS/AI/APG 1 Caisse de pension 1 Assurance-maladie et accidents (SWICA) 1 Attestation des salaires 1 Annonce des

Plus en détail

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées.

Élève 1 Nombre total Prestation globale de points Devoir 1: Peut répondre de façon structurée et précise en développant ses Entretien idées. Élève 1 Nombre total de points 2 (77%) Devoir 1: Entretien 5 points Devoir 2 : Jeu de rôle 5 points Devoir 3 : Commentaire 4 points Transcription du commentaire (Temps de production 1:32 min) Prestation

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football Je vais profiter de ce rapport pour, toutes et tous, nous ramener 14 ans en arrière et à la période de l adoption de la loi SRU en décembre 2000. En 2000, comme pour nous aujourd hui dans cette assemblée,

Plus en détail

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009

Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 L amour du prochain : réfléchir, s engager. Conférence StopPauvreté / ChristNet 2009 Atelier 5 Injustice et justice dans notre consommation Exposé d Elisabeth Hardmeier, enseignante en musicologie de la

Plus en détail

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE

LE FUNAMBULE LES PROCHAINS TOURS DE PISTE 1 «Je n ai pas le temps de m arrêter pour penser à ma retraite. Je dois continuer à avancer pour ne pas tomber!» LE FUNAMBULE En équilibre au-dessus du vide! Le type funambule a devant lui un rêve lointain,

Plus en détail

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2012 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE : MALE : FEMALE : MALE : Heureusement que nous sommes très en avance.

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Aide sportive - Promotion des athlètes Mémento sur l imposition des sportifs professionnels

Aide sportive - Promotion des athlètes Mémento sur l imposition des sportifs professionnels Aide sportive - Promotion des athlètes Mémento sur l imposition des sportifs professionnels 1. Remarques préliminaires 1.1 Champ d application Les explications suivantes portant sur le traitement des revenus

Plus en détail

Je gère mon budget! La banque

Je gère mon budget! La banque Je gère mon budget! Depuis 2001, nous partageons l Euro avec d autres pays d Europe et le coût de la vie s'harmonise. Cependant chaque pays a ses spécificités, vous verrez dans cette rubrique quelles sont

Plus en détail

Beaucoup d internautes réussissent, alors pourquoi pas vous?

Beaucoup d internautes réussissent, alors pourquoi pas vous? Beaucoup d internautes réussissent, alors pourquoi pas vous? Accordez-moi seulement 90 jours et je vous prouverais qu en travaillant avec méthode, on peut facilement arriver à gagner plusieurs centaines

Plus en détail

Café 2030 22 Novembre 2011

Café 2030 22 Novembre 2011 Café 2030 22 Novembre 2011 Ne pas oser à porter le sac d une personne âgée N a rien dit sur une attitude méprisante vis-à-vis d une femme voilée et âgée Ne rien dire aux cyclistes sur les trottoirs Le

Plus en détail

L assurance générale du revenu AGR Introduction au modèle et son financement. Congrès INSOS, le 1 er septembre 2011 Beat Ringger

L assurance générale du revenu AGR Introduction au modèle et son financement. Congrès INSOS, le 1 er septembre 2011 Beat Ringger L assurance générale du revenu AGR Introduction au modèle et son financement Congrès INSOS, le 1 er septembre 2011 Beat Ringger Programme 1. Présentation du Réseau de réflexion 2. Mises au point 3. L assurance

Plus en détail

http://forum.afrh.fr Forum d information sur la maladie de Verneuil et son traitement, soutien aux malades et leurs familles.

http://forum.afrh.fr Forum d information sur la maladie de Verneuil et son traitement, soutien aux malades et leurs familles. http://forum.afrh.fr Forum d information sur la maladie de Verneuil et son traitement, soutien aux malades et leurs familles. Instructions basiques à lire dans tous les cas Ce forum n est pas un lieu de

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 11533 Projet présenté par les députés : M mes et MM. Ronald Zacharias, Pascal Spuhler, André Python, Jean-Marie Voumard, Jean-François Girardet, Thierry Cerutti, Henry Rappaz,

Plus en détail

Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise

Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise Imas09 : Module "La Suisse, entre richesse et exclusions" Chômage et insertion à Genève : l action de Réalise Christophe Dunand Directeur de Réalise Chargé de cours à la Hes/SO, Genève Mars 2009 1 Plan

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

Taxes universitaires

Taxes universitaires Taxes universitaires Les prestations sociales de la Division administrative et sociale des étudiants sont regroupées au 4, rue de Candolle. Ouverture des bureaux de 10h00 à 13h00 et de 14h00 à 16h00 les

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales TRAPPES À INACTIVITÉ --- DU RMI AU RSA LES ÉVALUATIONS AU COURS D UNE RÉFORME Du RMI au RSA : supprimer les trappes à inactivité 2 La problématique des trappes

Plus en détail

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1

DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 DES CREPES POUR CONTEXTE, DANS UNE CLASSE DE CE1 Marie-Ange Côte, Ecole Albert Bezançon, Boulogne 92 Mireille Guillou, CPC Boulogne 92 Dominique Valentin A l occasion du Mardi-Gras, nous avons décidé de

Plus en détail

DEMANDE DE LOGEMENT. Nom... Prénom... Nom de jeune fille... N AVS 13... Date de naissance... Nationalité (canton)... Date d arrivée à Genève...

DEMANDE DE LOGEMENT. Nom... Prénom... Nom de jeune fille... N AVS 13... Date de naissance... Nationalité (canton)... Date d arrivée à Genève... DEMANDE DE LOGEMENT 1. DEMANDEUR DEMANDERESSE Nom de jeune fille... Nationalité (canton)... Date d arrivée à Genève... Etat civil célibataire marié(e) séparé(e) divorcé(e) veuf(ve) partenaire enregistré(e)

Plus en détail

Protégez son actif - une «assurance» que vous comprendrez

Protégez son actif - une «assurance» que vous comprendrez Chapitre 13 Protégez son actif - une «assurance» que vous comprendrez Rien n est plus frustrant que de travailler d arrache-pied pour obtenir quelque chose, d y parvenir, puis de le perdre. Ceci est vrai

Plus en détail

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante

Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU. Observatoire de La Vie Etudiante Réflexivité et Méthode Qualitative : Enquête DAEU / Pré-DAEU Observatoire de La Vie Etudiante 1. Présentation 1. Dispositif : DAEU & Pré-DAEU - DAEU : Diplôme d Accès aux Études Universitaires, un équivalent

Plus en détail

Développement durable et Alimentation : Mieux consommer

Développement durable et Alimentation : Mieux consommer Développement durable et Alimentation : Mieux consommer RAPPORT DE PROJET n 4.14 Présenté par le groupe de travail «Développement Durable» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 19

Plus en détail