EDITO LA BATAILLE ENGAGEE N EST PAS JOUEE D AVANCE!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "EDITO LA BATAILLE ENGAGEE N EST PAS JOUEE D AVANCE!"

Transcription

1 EDITO LA BATAILLE ENGAGEE N EST PAS JOUEE D AVANCE! Alors que les banques et les marchés financiers responsables de la crise financière sont portés à bout de bras à coups de centaines de milliards d euros, la pression la plus abominable est mise sur les salariés. Sur ceux qui espèrent pouvoir profiter de leur temps pour eux et leur famille, tout ça non plus sous l autorité d un employeur! Les cures d austérité se succèdent, se ressemblent et s aggravent. Salaires des fonctionnaires en berne, voire en réduction, retraites au rabais, dépenses sociales et déficits sont dans le collimateur du gouvernement et du Medef. Elle a bon dos la crise, alors que la CGT considère que la solution au problème de financement posé, passe d abord par le développement de l emploi ainsi que d une politique industrielle et d une politique salariale dynamique. La CGT est opposée aux solutions que Gouvernement et Patronat s apprête a adopté pour la retraite, à savoir le recul de l âge légal de départ à la retraite et l allongement de la durée de cotisations. Nous considérons qu à ce stade les syndicats avec les salariés ont des cartes en mains et peuvent bousculer les plans gouvernementaux s ils poursuivent et renforcent leur démarche unitaire. Il est urgent que les salariés entrent en résistance contre ce monde injuste de la finance!!!! Les salariés ne doivent pas payer pour la finance. NON à l allongement de la durée de cotisation, du report de l âge légal de départ en retraite etc.. OUI au tous ensemble à travers une nouvelle journée d action qui appel l ensemble des salariés qu ils soient des secteurs publics, privés, privés d emploi, retraite sou jeunes à se mobiliser le 24 juin, pour garantir le droit à la retraite à 60 ans, la pénébilité par un départ anticipé, une pension au moins égale à 75 % de salaire (en aucun cas inférieure au SMIC), stopper l allongement de la durée des cotisations.

2 ÇA MARCHE! Le mouvement social, comme celui que nous vivons dans les Sections Locales d Architectures, peut-il créer pour la suite des solidarités? Pour notre organisation syndicale, la réponse est claire, face à «l individualisme triomphant, voulu, que ce soit au niveau gouvernemental, municipal ou de notre direction. LA SOLIDARITE EST BIEN A L ORDRE DU JOUR POUR AVANCER ET GAGNER SUR NOS RE- VENDICATIONS Pour cela, ne devons-nous pas tous ensemble salariés, syndiqués, syndicats GAGNER SUR LA CONFIANCE GAGNER SUR LA CONSCIENCE, Réfléchissons tout haut : «Lorsqu il y a un conflit dans une entreprise, qu elle soit privée ou publique, n y a-t-il pas besoin, d avoir l EXIGENCE que nos lieux de travail deviennent d authentiques lieux de citoyenneté?» Premièrement : Seule la mise en débat peut permettre à chacun des intéressés de se forger une opinion dans l écoute et la confrontation des points de vue. Cela permet de gagner entre autre sur la confiance du «tous ensemble» pour mener à bien la lutte, si elle est nécessaire, pour obtenir satisfaction sur les revendications adoptées collectivement. Deuxièmement : Seule la contestation collective et solidaire, à travers les propositions revendicatives, peut permettre une discussion et l action avec la direction concernée, pour avancer sur nos revendications. Cela évite d être confiné à la défensive ou acculé à l improvisation. Il nous faut tous ensemble anticiper pour convaincre et convaincre pour gagner. Et c est bien par la mobilisation que l on détermine ce qui est souhaitable, que l on mesure ce qui est possible dans le moment présent, pour la négociation. «Et c est bien par la consultation, que l on détermine avec les salariés et pour les salariés ce qui est positif, ce qui est amendable, ce qui est inacceptable.» En toute conscience. Et vous l avez fait, dans le mouvement déclenché par le personnel des SLA, pour soumettre vos revendications à la DPA, comme à la mairie de Paris : Uniformité des primes de rendement 200 pour tous. Revalorisation de la prime d objectif de 600. NBI pour les zones urbaines sensibles (Z.U.S). Effectif et moyens supplémentaires. Amélioration des carrières. Respect de l ARTT. Cycles de travail, etc.. Avec à vos côtés, une seule organisation syndicale, la CGT

3 Un mouvement qui s est amplifié de jour en jour. Pour rappel : à partir du 8 mars : Pour montrer leur mécontentement, des agents décident dans certains ateliers de cesser de conduire les véhicules de service, ils sont suivis, quelques jours après, par l ensemble des ateliers (sauf un). L audience avec la direction de l architecture du avec des salariés de chacune de nos sections locales n apporte aucune réponse à l attente des personnels. La CGT, dès le 9 mars envoie un courrier à Madame HIDALGO (première adjointe au maire de Paris) pour discuter des revendications exprimées par le personnel. Puis un autre courrier le , courriers restés sans réponses. Ce qui a amené la CGT à faire une déclaration préliminaire lors du CHSCT de notre direction, le Pendant tout ce temps, la lutte s amplifie. Vous êtes enfin reçus avec la CGT, le par Madame HIDALGO. «Plus de 100 personnes se sont déplacées à l Hôtel de Ville pour soutenir la délégation.» Quelques réponses à nos 4 grands axes revendicatifs : 1/ Amélioration des carrières : Que ce soit sur le passage des échelons, dans un temps minimum, comme sur la question des ratios promus/promouvables et l indice terminal à 544 : pas de réponse immédiate lors de cette réunion. Mais à travers la discussion que nous avons eu avec Madame HIDALGO, nous avons rappelé que les personnels ouvriers des sections locales d architectures étaient bien des salariés professionnels du bâtiment, avec des diplômes. Qu ils passaient un concours professionnel pour exercer leur métier à la Ville de Paris et qu ils «méritaient à ce titre, une autre prise en compte de leur déroulement de carrière par la municipalité.» Madame HIDALGO s est engagée à regarder de plus près avec Madame ERRECART, s il était possible à travers la notion de nos «métiers techniques» d avancer sur ces questions de déroulement de carrière. A suivre.!!!! 2/ Effectifs et moyens : De suite, on nous explique l importance du travail que font les SLA, que les métiers exercés sont importants pour la Ville de Paris, mais que dans la conjoncture actuelle : Difficultés budgétaires. Que l Etat ne rembourse pas sa dette à la municipalité. Que l ensemble des collectivités territoriales s engage sur un plan de diminution d effectifs. La municipalité parisienne s engagerait à ne pas supprimer d emplois à la DPA. La délégation dans son intervention, a bien montré que la question d effectifs supplémentaires dans tous les corps de métiers, était bien d actualité et plus particulièrement en direction des peintres, menuisiers, serruriers, pour que nous puissions répondre aux missions de service public d architecture, que ce soit en terme : De maintenance, dépannage et de travaux. Entre parenthèse, notre intervention syndicale, de vouloir rencontrer l ensemble des maires d arrondissements de Paris, s inscrit bien dans cette démarche. Celle du développement, en terme d emplois et de moyens budgétaires pour notre direction, dans le cadre de la décentralisation, puisque les mairies d arrondissements ont aujourd hui des budgets de fonctionnement. Sont-ils suffisants, pour qui? Le Privé ou le Public? 3/ Primes : Sur la PR2, non aux 200 par mois. Mais une étude est proposée pour une attribution équitable pour chaque agent, pour un montant minimum de 100 par mois (ouvriers, administratifs, techniques). La recherche de cet équilibre se ferait avec un budget maire de Paris, n amputant pas ainsi le solde de la PR2 de fin d année de notre direction, permettant une évolution de celle-ci. Sur la PR3, un protocole d accord va être présenté : 500 pour fin 2010, 600 pour fin 2011.

4 Sur la NBI, pour les agents travaillant en Z.U.S., la question est à l étude, réponse début mai. Mais des possibilités existent, pour les ateliers concernés. Sur les 120 d indemnités de résidence et son intégration dans le salaire, pas de réponse. 4/ Respect ARTT et le cycle de travail actuel : La délégation, par l intervention des salariés présents, émanant de chaque section locale, a bien montré que l ensemble des salariés de nos ateliers ne souhaitait absolument pas changer ce qu ils avaient gagné dans la lutte. Là aussi, question à suivre, puisqu il y a un CTP Central sur ces questions et des retombées dans chacune des directions de notre administration parisienne. Pour finir, la CGT a demandé la possibilité de tenir une assemblée générale pour informer l ensemble du personnel ouvrier des SLA. Celle-ci s est tenue le vendredi 9 avril Pour rappel, l intervention des salariés présents émanant des différentes sections locales (environ 100 personnes) a montré dans son ensemble, que les réponses apportées aux différentes revendications exprimées n étaient pas du tout à la hauteur souhaité par le personnel. L assemblée a donc voté tout en assurant leur travail de dépannage, maintenance, urgence, permanence mais en le faisant sans utiliser les véhicules de service. LA LUTTE CONTINUE Le syndicat CGT de l entretien et du matériel interpelle par courrier en date du 12 avril 2010, le directeur de l architecture. Le 20 avril 2010, monsieur MONTHIOUX (directeur de l architecture), reçois une délégation. De suite, il nous dit clairement, «après six semaines de non conduite de véhicules, ça suffit» (exprime même des menaces disciplinaires ou financière à l encontre du personnel qui ne reprendrait pas la conduite des véhicules). Cela en envoyant un courrier aux différents ingénieurs de nos sections locales. Pas de réponse nouvelle sur nos dossiers revendicatifs, seulement qu il y aura dès la première semaine de mai, une nouvelle rencontre pour discuter de ces points. Nous obtenons la possibilité de faire des réunions dans l ensemble des ateliers de SLA, pour faire un point de cette audience avec le personnel, permettant ainsi que le courrier ne soit pas envoyé avant le lundi 26 avril Des réunions ont donc eu lieu dans chaque section locale d architecture pour que les salariés décident en toute conscience comment continuer le mouvement. Continuation du mouvement dans les formes actuelles, auquel cas Monsieur MONTHIOUX prendra des décisions disciplinaires. Suspension du mouvement dans l attente de la suite des négociations. Grève reconductible. La rencontre avec l ensemble des salariés, a montré une nouvelle fois que les réponses apportées par la direction ne satisfait pas le personnel. C est pourquoi certains ateliers ont décidé de continuer le mouvement, d autres de la suspendre jusqu à nouvelle rencontre avec la direction. Le 22 avril, de nouveau le Syndicat CGT de l entretien et du matériel interpellait par courrier le directeur de l architecture, Madame HIDALGO et les maires d arrondissements. Dans la semaine du 26 avril 2010, les quelques ateliers qui continuaient le mouvement, après concertation entre les salariés concernés suspendent celui-ci.

5 Pour information, la CGT de l Entretien et du Matériel est interpellé par la direction de l architecture, sur le contenu du courrier. Nous informons celle-ci, que si des sanctions étaient prises au travers de ce courrier, la direction prenait le risque que le conflit prenne d autres dimensions dans la lutte. Et en tout cas, notre organisation syndicale avec les salariés concernés mettrait tout en œuvre, tous les moyens nécessaires de solidarité entre ateliers pour qu il n y ait aucune répercussion pour eux. A ce jour, pas de nouvelle de ce courrier. Aurions-nous gagner ensemble un rapport de force, face à la direction, si nécessaire pour la suite (restons attentifs dans chacun de nos ateliers). Où en est-on? Pour finir, comme chacun d entre nous, nous avons pu mesurer, que prendre des décisions dans nos ateliers, pour gagner sur le tous ensemble et dans la continuité, n était pas facile. Que des décisions prises et votées en assemblée générale, pouvaient être remises en cause quelques jours après. La lutte est ainsi faite de moments forts, solidaire. Et aussi d attente et de doutes quand les réponses n arrivent pas de suite. Il peut donc y avoir parfois des interrogations, et c est légitime, dans la tête de chacun d entre nous, pour continuer ou pas un mouvement revendicatif. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts, mais ne faut-il pas aller plus loin, par l action en adhérent au syndicat. Se syndiquer, n est-ce pas tout simplement un choix individuel, citoyen, pour gagner ensemble, dans l entreprise où règne trop souvent l arbitraire. La solidarité est nécessaire, pour avancer collectivement en toute conscience sur les luttes à venir : Emploi Salaire - Retraite - Etc Posons-nous la question ensemble, Syndiqué et non Syndiqué. LANTRAIN Christian

6 TOUCHE PAS A MA RETRAITE, SAUF POUR L AMELIORER!!! DES SOLUTIONS IL Y EN A! Après avoir asséché les ressources de l assurance vieillesse, en comprimant le coût du travail et en obtenant diverses exonérations, le patronat veut maintenant racketter la RETRAITE des salariés. Ce sont des sommes gigantesques qui échappent aux marchés financiers et aux spéculateurs en tout genre. Les banques et les sociétés d assurances en salivent d envie depuis des années. Il n y a qu à voir le tapage publicitaire relayé par tous les médias et certaines stars (télé, radio, journaux, dans la rue, dans le métro, bref partout!!!). Leur rêve, récupérer notre argent et lancer à l assaut des places boursières les capitaux de fonds de pension à la française. Pour les dégâts, ils seront réglés par les salariées des entreprises sacrifiées par la voracité des traders et par les retraités qui se verront perdre leur mise au gré des crises et des dépressions financières. Aujourd hui le capitalisme continu à privatiser les profits et veut socialiser les pertes. En exemple les Milliards prêtés aux banques en une nuit et leur difficulté pour trouver de l argent pour les retraites???? Comme en 2005 pour le référendum, la communication gouvernementale au service du grand patronat, n y va pas avec le dos de la cuillère, pour conditionner l opinion publique sur le dossier des retraites. «Il n y a pas d autres solutions!!», «on vit plus longtemps, on doit travailler plus longtemps!!», «Vous ne serez pas les seuls à payer, les riches seront mis à contribution!!». Ceci constitue une double arnaque : «celle qui consiste à faire croire que les riches seront mis a contribution et l autre de faire croire que les seules solutions sont d allonger la durée de cotisations, de reculer le départ effectif à la retraite et de réduire le niveau des pensions. Le prélèvement sur les plus fortunés est un leurre visant à nous faire avaler la couleuvre, que dis-je une couleuvre, un boa constrictor pour mettre à bien la casse du régime par répartition!!!. La répartition, système de solidarité intergénérationnelle et interprofessionnelle, se fonde sur le versement immédiat des cotisations des actifs employés pour financer les retraites. La capitalisation est un gâchis car les fonds capitalisés à partir de l épargne individuelle vont à la finance et à la spéculation.

7 La capitalisation est un risque car ses fonds dépendent de la rentabilité des marchés financiers et sont soumis à leurs aléas. Le krak boursier de 2008 a fait baisser les pensions de 23% ou mis en faillite certains retraités dans les pays où domine ce système. A l opposé de la répartition, ces fonds n offrent aucune garantie sur le montant de sa future retraite. La capitalisation n est pas un complément à la répartition mais une arme pour la détruire. Le Gouvernement Sarkozy et ses amis du patronat font tout pour mettre à bas le régime de retraite par répartition. De sorte, que ceux qui le peuvent, capitalisent une partie de leur revenu pour leur retraite à leur risque et péril et pour ceux qui ne le peuvent pas, à cause de leur salaire de misère, de travailler plus longtemps, voire beaucoup plus longtemps pour espérer une pension décente et encore!!!. Cela s appelle l EQUITE???? Alors que le vrai débat sur les retraites n a de sens que si on ouvre aussi un débat sur l emploi. Il n y aura pas de solution au problème des retraites si on laisse fermer les usines, les entreprises etc Les données de 2009 montrent que le déficit de la Sécurité Sociale est dû à une réduction de recettes consécutives à la diminution de l emploi et de la masse salariale. Les salaires et l emploi sont au cœur du financement des retraites. Avec la course de «l argent pour l argent», les énormes potentiels de productivité sont gâchés.cela détruit l emploi, augmente le chômage et tire les salaires vers le bas, d où l insuffisance de recettes sociales, tandis que l argent récolté par les groupes capitaliste va de plus en plus à la spéculation et cela depuis des lustres et des lustres, d où les problèmes rencontrés par de nombreux pays à qui on demande au peuple de se sacrifier au bénéfice du capitalisme et à leur détriment. Comme, veut nous le faire croire Sarkozy et sa bande «un capitalisme à visage humain». Est-ce que cette course de «l argent pour l argent» peut engendrer quelque chose de favorable pour les salariés?????. Une fausse idée sur les cotisations sociales patronales, dénommés «charges patronales» pour mieux faire croire que ce sontelles qui étouffent les entreprises. En vérité, ce sont les charges financières du crédit aux banques et les dividendes versées aux actionnaires qui sont écrasantes pour elles. Celles-ci s élevait en 2008 à 359 Milliards d euros soit 36,2% de la Valeur ajoutée des sociétés non financière contre 15,2% seulement pour les cotisations sociales (151 Milliards). Toutes ces mesures sont inspirées par la vue et les dictats du Medef. En ce qui concerne le point de vue de la CGT, ce projet de réforme ne vise qu à réduire les droits existants et à réfuter toutes les solutions alternatives telles que : La prise en compte de la pénibilité et des carrières longues. A savoir, l écart d espérance de vie est de six ans entre les cadres supérieurs et les ouvriers. Cette écart, du à la pénibilité au travail, doit être pleinement prise en compte financièrement par le Medef, car le patronat s enrichit avec cette force de travail.

8 Le maintien de l âge légal à 60 ans avec les garanties pour une retraite à taux plein avec les dix dernières années pour le privé et les six derniers mois pour les fonctionnaires. Le retour aux 37,5 annuités pour tous. La revalorisation des basses retraites. L intégration des primes et leur assujettissement complet aux cotisations pour les fonctionnaires. La prise en compte des années de formation pour la durée de cotisation. Faire exploser le bouclier fiscal. Répondre aux besoins de la démographie non comme un handicap, mais comme un fait positif. En effet l accroissement de l espérance de vie est facteur de création d emplois, mais pour cela, il faut y mettre de la formation et de bons salaires. Créer une véritable politique familiale moderne. Faire cotiser les revenus financiers des entreprises et des banques aux mêmes taux que la cotisation patronale assise sur les salaires. (ces revenus financiers sont faramineux et ne demandent pas beaucoup de travail à ceux qui se mettent ces bénéfices dans la poche.) Au lieu de cela et au nom des déficits, sont imposés aux fonctionnaires : Les salaires bloqués, les suppressions d emplois, la mise en place de la révision générale des politiques publiques (RGPP), le non remplacement d un fonctionnaire qui part à la retraite sur deux, la baisse du taux de remplacement des pensions, la remise en cause des droits familiaux liés à la maternité qui pénalise encore plus les femmes déjà touchées durement par les lois Fillion et Balladur. Et tout ça au moment où l on devrait maintenir, développer et créer de grands Services Publics à la hauteur des enjeux qui nous attendent. Notamment pour prendre en compte le vieillissement de la population, qui comme je le disais plus haut n est pas un danger mais bien une tache à laquelle il faut s atteler en toute sérénité. Si l accroissement de la part des plus de soixante ans est une réalité, il faut sortir du fatalisme des projections démographiques catastrophiques. Le bien-être des individus doit être garanti pour tous, tout au long de la vie et non uniquement pour ceux qui en ont les moyens. C est cela être solidaire. Patrick AMIABLE

9 BONNEUIL Un atelier où le mouvement syndical a gagné beaucoup de revendications Il y a dix ans, lorsque je suis arrivé à Bonneuil, nous travaillions dans des conditions lamentables. Je m explique : Nous avions des vieux chariots élévateurs qui n avaient pratiquement pas de freins et qui n étaient jamais révisés, A cause des pavés, il y avait énormément de poussière sur le dépôt, Le temps d habillage et de déshabillage était pris sur notre temps personnel et nous n avions plus assez de temps pour prendre une douche, Lors du chargement des camions après l heure, nous n avions pas d heure supplémentaire, Il n y avait pas de société de nettoyage pour le linge de travail, Nous conduisions les chariots élévateurs, sans CACES, ni d autorisation de conduite. Bref, nous venions travailler à reculons. Aujourd hui, Bonneuil, c est 50 % de syndiqués. Grâce au syndicat de l entretien, nous avons effectué un très gros travail syndical. Nous travaillons avec des chariots neufs, avec chauffage qui sont révisés régulièrement, Nous n avons pratiquement plus de poussière car nous avons une balayeuse qui vient régulièrement, Nous avons du temps pour nous déshabiller le matin ainsi que le soir et pour prendre une douche sur nos horaires de travail, Un camion après l heure, c est payé en heure supplémentaire, Notre linge est nettoyé par une société de nettoyage, Nous avons tous le CACES. Ceci est le résultat de toutes les luttes que nous avons gagné grâce au syndicat de l entretien dont je fais partie et que je remercie. Maintenant, il nous reste encore d autres luttes à gagner, comme par exemple : Une prime pour les personnes conduisant le bull. Surtout ne pas oublier que c est tous ensemble que nous avons gagné toutes ces luttes et que c est tous ensemble que nous gagnerons les autres luttes. Donc fait comme nous, syndiquez-vous et travaillez tous ensemble Pascal COLOMBAT

10 LE MARDI 11 MAI : Audience à la DPA : Premièrement, sur l attribution d une NBI pour les agents intervenant dans les équipements situés en ZUS (SLA 10 ème, 11 è- me, 17 ème, 18 ème, 19 ème et 20 ème ). L étude réalisée a consisté à comptabiliser le nombre d interventions sur l année. Il en ressort que les agents des SLA concernés, n interviennent pas à titre principal, soit à minima à 50 % de leur activité dans ces équipements situés en zones urbaines sensibles. Les conditions ne sont donc pas remplies pour que l attribution d une NBI ZUS puisse être envisagée. Deuxièmement, sur l augmentation de la prime d objectifs, la revalorisation de la prime d objectifs pourrait intervenir en deux temps : un avenant à l actuel contrat d objectif portant, dès 2010, l assiette servant au calcul de la prime d objectifs annuelle, à 500. Négociation en 2010 de nouveaux contrats pour 2011 et les années suivantes afin d y intégrer notamment les objectifs quantifiables d économies (consommation d eau, l extension de la maîtrise de la demande d énergie éclairage) avec pour cible, une assiette fixée à 600. Troisièmement, sur la prime de rendement 2, la direction veut atténuer les inégalités, avoir une plus grande transparence, sur l attribution de cette prime autour d un taux moyen ; celui-ci est calculé sur la base moyenne des PR2 de l ensemble des directions de notre municipalité. Soit un taux moyen réglementaire Pour un ATP1 122 ATP2 120 AT1 120 AT2 115 La direction de l architecture propose une règle de gestion, pour les attributions de la PR2 pouvant varier entre + 15 % et - 15 % par rapport «à la manière de servir» de l agent. Il est bien stipulé par notre direction «Toute dérogation à la hausse ou à la baisse par rapport à cet écart type devra donner lieu à la rédaction d un rapport par le chef de service justifiant la mesure proposée. La revalorisation de la PR2 mensuelle sera applicable pour l ensemble des salariés ouvriers, administratifs, techniques, des SLA, SABF, Hôtel de Ville, génie civil, dès le mois de juillet. Pour un ATP1 Taux moyen % % 104 Pour un ATP2 et AT1 Taux moyen % % 102 Pour un AT2 Taux moyen % % 98 La direction de l architecture, au travers un budget supplémentaire, obtenu à la DRH Central a effectué un rattrapage pour les agents étant en dessous du seuil de 15 % de leur grade professionnel (cela concerne 64 agents des SLA).

11 COMMISSION OUTRE-MER CONCERNANT LES CONGES BONIFIES : La Commission Outre-Mer était reçue en audience par la DRH le 6 mai 201, à sa demande. Le débat a été orienté sur les congés bonifiés, les primes de déménagement et d aménagement, la prise en compte des pupilles de la nation, 10 jours pour évènements familiaux en Outre-Mer. Pour la DRH : sur dossiers déposés pour les congés 2010, seul 10 ont été refusés. Pour la CGT : le nombre de refus ne correspond pas à la réalité des réclamations faites par les agents à la C.G.T. La Commission a demandé que tous les dossiers soient examinés en final par le bureau des congés bonifiés. La CGT a demandé une réunion technique sur l application du droit aux congés bonifiés. La DRH nous proposera une date courant septembre La C.G.T. souhaite que l attestation d hébergement soit prise en compte pour les conditions permettant de bénéficier de ces primes. Concernant les 10 jours pour évènements familiaux : la DRH va étudier la proposition Une proposition de discussion au Comité des Pupilles sera faite au mois de décembre 2010.

12 .162ème ANNIVERSAIRE DE L ABOLITION DE L ESCLAVAGE : Le 10 mai est la journée nationale de la commémoration de l Abolition de l esclavage et de la traite Négrière. 162 ans après la 2ème abolition de l esclavage, les jeunes français et originaires d Outre-Mer s interrogent sur leur place dans la société! Comment ressentent t ils ce passé historique, celui de leurs parents forcés à l exil (BUMIDOM), ou la contrainte de la migration pour trouver du travail et une vie meilleure dans l hexagone? Confrontés aux discriminations, à la précarité, sont t-ils prêts à s engager dans l action et dans une organisation syndicale pour obtenir la prise en compte de leurs aspirations, le respect, la satisfaction de leurs besoins et la reconnaissance du préjudice pour leurs familles? Le 10 mai 2010, la CGT a participé avec les associations à la marche des réparations pour des excuses officielles du Président de la République. Que le 10 mai soit une journée chômée et payée pour tous les français. Des droits pour le peuple d Outre-Mer L éradication du racisme et les discriminations. DENYS OUANNA

13 LES MOYENS EXISTENT POUR REPONDRE A NOS REVENDICATIONS

14 INSALUBRITE GAGNEE OU STRATEGIE DE FERMETURE DE SERVICE? L histoire démontre que les luttes sont payantes mais à quel prix? 1979 / 2009 : 30 ans de courriers, de photos, de palabres, de bronca, pour arriver à la reconnaissance à l insalubrité. Un nombre limité d agents des ateliers de la Voirie, sur une section de maintenance, bénéficie aujourd hui de l insalubrité. Mais le départ se fait à minima et la Ville de Paris et ses D.R.H. n accordent à ces agents en insalubrité que les décades émanant du code du travail et celles des codes des collectivités territoriales. Le temps effectif de ces personnels n est pas pris dans sa totalité. L Administratif à mis un curseur bloqué à une date définie en 1987 lors de la création effective de l atelier maintenance, sachant que derechef les interventions se faisaient depuis 1979, la question est : De 1979 à 1987, pour les agents présents à cette époque et travaillant dans ces sites, ce temps est-il considéré comme pertes et profits? L Administration n a-t-elle pas appliquée, à travers la réduction des personnels de moitié, la possibilité de répondre à l économie mise en place dans la politique de la Ville? Pour des personnels bénéficiant de l insalubrité, ce sera l hémorragie car pour cet atelier la moyenne d âge est de 52 ans. En 2013, pour la liquidation possible!!! De leur retraite, c est 13 agents de moins dans le service. Benjamin

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA)

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PAR : Alain Proulx, président Syndicat National des employés de l aluminium d Arvida (FSSA) et Pierre Bergeron, actuaire

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

L avenir de nos retraites n est pas une question anecdotique, ni une affaire d experts. Il s agit d un choix de société qui nous concerne toutes et tous, jeunes et vieux, femmes et hommes, salarié.e.s,

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Siège National : 35 Rue Jules Verne 83220 - LE PRADET

Siège National : 35 Rue Jules Verne 83220 - LE PRADET Syndicat Autonome de la Fonction Publique Territoriale Siège National : 35 Rue Jules Verne 83220 - LE PRADET Site Internet : WWW.SAFPT.ORG SAFPT NATIONAL : 35 RUE JULES VERNE - 83220 - LE PRADET SITE INTERNET

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

- M. PENON ) - M. VILNET ) Suppléants. - Mme COHEN ) - Mme LELARGE ) Experts - M. ENGUEHARD ) ORDRE DU JOUR

- M. PENON ) - M. VILNET ) Suppléants. - Mme COHEN ) - Mme LELARGE ) Experts - M. ENGUEHARD ) ORDRE DU JOUR - Président du CTP : Mme HIDALGO - Directeur de la DPA : M. MONTHIOUX et ses collaborateurs - Représentants CGT : - M. KURNIKOWSKI ) - M. AMIABLE ) Titulaires - M. DUCHENE ) - M. AVARE ) - M. PENON ) -

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT?

COMMENT LA PENSION DE RETRAITE EST-ELLE CALCULÉE ACTUELLEMENT? Introduction : Le 17 décembre 2002, la Commission européenne a adopté un «rapport d'évaluation des stratégies nationales en matière de pensions adéquates et viables» (1). Ce rapport indique que «Le rythme

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre

Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre Compte Epargne Temps : Les tours de bonneteau du Ministre A la suite du Conseil Supérieur de la Fonction Publique du 9 avril 2009, le décret 2009-1065 du 28 août 2009 portant modifications du Compte Epargne

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE --------------------------------

PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- PÉTITION NATIONALE ADRESSÉE AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE -------------------------------- Retraités agricoles: non à l injustice et à l inéquité! Confrontés à la faiblesse des retraites agricoles, à la

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales L ÉCHO Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales édito SAVOIR DIRE NON AU RECUL SOCIAL! EDITO : Savoir dire non au recul social! P. 1 OFFICINES : Compte rendu de la paritaire mixte du 2 juillet

Plus en détail

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Paris, le 31 août 2010 SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Avant la réforme FILLON (votée fin 2003), un retraité de la fonction publique (ISPV,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

La rémunération. Échelonnement indiciaire de 1 re classe

La rémunération. Échelonnement indiciaire de 1 re classe Bernard LEPREUX La rémunération Cet article contient de nombreuses références à des numéros de Direction plus anciens. Si vous n avez pas (ou plus) ces numéros, ils sont tous consultables et téléchargeables

Plus en détail

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014 JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES Bulletin périodique d'information de la Fédération des Employés et Cadres : 28 rue des Petits Hôtels 75010 Paris - : www.fecfo.fr : 01.48.01.91.90 - : 01.48.01.91.92 secretariat@fecfo.fr

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012

CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 CPE: audience Vie Scolaire, le 6 juillet 2012 FO a été reçu à sa demande par le doyen de l inspection générale Vie scolaire, monsieur Bisson-Vaivre et monsieur Goyheneix, Inspecteur général, le 6 juillet

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon

Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon Alain Carrupt, Président syndicom, syndicat des médias et de la communication Fleurier 11.30 et Yverdon 18.30 Discours 1 er mai 2014 Fleurier et Yverdon (Seul le texte parlé fait foi!) Les travailleuses

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

BULLETIN DE LA CENTRALE

BULLETIN DE LA CENTRALE BULLETIN DE LA CENTRALE N 229 - JUIN-JUILLET 2010-30ème année RÉFORME 2010 DU RÉGIME DES RETRAITES M. Éric WOERTH, alors ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante.

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Cher-e-s camarades, cher-e-s ami-e-s, chers invités, Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Une CGT

Plus en détail

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ

LA CESSATION PROGRESSIVE D'ACTIVITÉ Circulaire n 24/2006 Cl. C 477 Colmar, le 29 juin 2006 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68000 COLMAR 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE La Ville de Montréal et le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP) LE 9 FÉVRIER 2011 Dans le cadre du deuxième affichage faisant

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ

7 RÈGLES D OR POUR CONSTRUIRE UNE SOCIÉTÉ ÉLECTIONS 2012 : LA FNATH INTERPELLE LES CANDIDATS Le prochain quinquennat sera marqué par la crise sociale et économique. Pleinement touchés, les accidentés de la vie ne devront pas être sacrifiés sur

Plus en détail

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLEE NATIONALE AMENDEMENT Finalité de la prime d activité Article 24 Rédiger ainsi l alinéa 6 : «Art. L. 841-1. La prime d activité a pour objet de soutenir le pouvoir d achat des travailleurs modestes, qu ils soient salariés ou

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Abécédaire du statut de la fonction publique territoriale

Abécédaire du statut de la fonction publique territoriale détaillé Partie 1 Abécédaire du statut de la fonction publique territoriale A Abandon de poste.......................................................................5849 15 Absence de service fait................................................................5850

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Bilan du dispositif de LABELLISATION au 10 mai 2014

Bilan du dispositif de LABELLISATION au 10 mai 2014 Rappel du Contexte Le CTP Central réuni le 17 décembre 2012 a émis un avis favorable sur le choix du dispositif de la LABELLISATION (choix des salariés parmi les contrats agréés). Après avis des CTP du

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité

Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité Infos, Intox et Alternative pour le financement des retraites et de la protection sociale et la compétitivité Contribution au débat Daniel SANCHIS Paris mai 2010 La part de la richesse nationale produite

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010

AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3173 Convention collective nationale IDCC : 1810. ENTREPRISES DE PROPRETÉ AVENANT N 3 DU 6 JUILLET 2010

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS

PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS C.C.A.S PROTOCOLE SUR LE COMPTE-EPARGNE TEMPS Vu : - le décret n 2004-878 du 26 août 2004 relatif au c ompte-épargne temps dans la Fonction Publique Territoriale, modifié par le décret n 2010-531 du 20

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre compte individuel 4 Votre relevé de carrière 4 Vos cotisations

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Gratification en France

Gratification en France Gratification en France L article L. 124-6 du code de l Education précise expressément que la gratification n a pas le caractère d un salaire au sens de l article L. 3221-3 du code du travail 1. La gratification

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT

ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT ARTISAN COMMERÇANT CONJOINT Présentation Gan Prévoyance Un spécialiste de la protection sociale complémentaire Depuis plus de 65 ans, Gan Prévoyance est dédiée à la protection sociale, individuelle et

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail