La compétition entre les modes de traction est à peu près aussi ancienne que la mécanisation du

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La compétition entre les modes de traction est à peu près aussi ancienne que la mécanisation du"

Transcription

1 Spécial Électro Mobilité : Évolution ou Révolution? Évolution ou Révolution? L électricité et les transports urbains : que nous apprend l histoire? Jean LATERRASSE professeur émérite, université Pars Est, Laboratoire Ville Mobilité Transport La compétition entre les modes de traction est à peu près aussi ancienne que la mécanisation du transport elle-même : les premières voitures dotées de moteur à vapeur font leur apparition en Angleterre dans les années 1830 ; le célèbre moteur à deux temps de l ingénieur belge Étienne Lenoir est expérimenté en 1859 ; la voiture conçue par Amédée Bollée pour transporter une douzaine de personnes à 40 km/h («l Obéissante») roule en 1873 et son omnibus à vapeur en 1876 ; le premier carburateur est inventé par Georges Brayton en 1872, tandis que le moteur à pétrole de Rudolph Diesel fait son apparition en Du côté des véhicules électriques, le parallélisme des dates est saisissant : les premiers essais de voiture électrique ont lieu en Écosse dans les années 1830 ; l invention décisive de la batterie rechargeable au plomb par Gaston Planté intervient en 1859 ; les premières voitures électriques (notamment celle présentée par Gustave Trouvé à l Exposition Internationale d Électricité à Paris) apparaissent en 1881 ; le premier tramway électrique circule en 1873 à Cincinnati, le métro commence à s électrifier à Londres en 1890 Et c est en 1899 qu une voiture électrique (la «Jamais Contente») de l inventeur Camille Jenatzy franchit pour la première fois sur route, la vitesse mythique de 100 km/h. Ce record sera rapidement dépassé d abord par des véhicules à vapeur puis par des véhicules à pétrole : la vitesse de 200 km/h est atteinte en 1909 par un véhicule équipé d un puissant moteur Benz. L électrification du transport urbain : prémisses d une histoire tumultueuse De fait, le développement du transport urbain moderne va être largement dominé par ces deux inventions majeures que sont le moteur à explosion et la traction électrique. Et si la traction électrique s impose pour le transport collectif, son avènement n a rien de linéaire, et est semé de crises, de bifurcations et de conflits. Plusieurs étapes vont marquer cette histoire : tout d abord, la reconnaissance du transport de personne comme un service d intérêt public. Elle se concrétise en France par des lois réglementant son exercice et visant à assurer sa sécurité (ordonnance de 1829), puis par la préoccupation des pouvoirs publics, singulièrement à Paris, de favoriser le regroupement des entreprises au sein de consortiums suffisamment puissants pour assurer la Figure 1 Tramway à traction animale aux USA à la fin du XIX e siècle continuité et la cohérence du service. C est ainsi que sera créée dans la capitale en 1865 la Compagnie Générale des Omnibus (CGO), émanation de 11 compagnies qui se partageaient auparavant non sans conflits le pavé parisien. La CGO devra exploiter le réseau à ses «risques et périls» et s engager à maintenir des lignes déficitaires, avec en contrepartie une concession exclusive (monopole) qui court en principe jusqu en 1910! La deuxième étape significative, d ordre technique celle-là, est due à Alphonse Loubat, un français vivant aux États-Unis, à qui revient l idée d utiliser un rail à gorge enfoui dans la chaussée et ne dépassant pas de celle-ci pour faire circuler les tramways à traction animale. Cette solution est mise en œuvre avec succès sur le tramway de Broadway, et sera par la suite largement diffusée (figure 1). Rentré en France, Loubat obtient en 1851 l exploitation d une première ligne entre Sèvres et Vincennes. Grâce à cette technique, les compagnies d omnibus vont augmenter significativement leur productivité. Mais ces évolutions ne peuvent suffire à assurer le développement des transports devant l industrialisation et ses besoins de maind œuvre, qui dans cette seconde partie du XIX e siècle vont progressivement imposer des migrations pendulaires de plus en plus importantes. La traction hippomobile atteint vite ses limites, ne serait-ce que par les problèmes posés par la gestion d un nombre de plus en plus important de chevaux : ils sont , dans Paris en 1877, répartis dans une cinquantaine de dépôts. La mécanisation devient indispensable, d autant que les techniques de base sont prêtes à prendre le relais de la traction animale. 50 [TEC 220] octobre-décembre 2013

2 Le chemin de fer à vapeur s est imposé pour l interurbain, aussi bien pour le transport des marchandises (qui en a été au début le principal vecteur), que pour le transport de personnes. Dans un premier temps, c est lui qui va servir de référence au plan technique, mais aussi souvent au plan de l organisation. Le métro de Londres, premier métro au monde, est inauguré en 1863, après cinq ans de travaux. Son creusement fait appel à la technique du «cut and cover» : la voie ferrée est construite dans une tranchée, qui peut éventuellement être ensuite couverte. L utilisation de la traction vapeur, alors la seule à offrir la puissance suffisante pour tracter un train, limite la possibilité d utiliser un tracé souterrain et a aussi pour conséquence que les wagons sont démunis de fenêtres. Le métro de Londres, surnommé le «Tube», n en connaît pas moins un succès convaincant, et son exemple sera suivi dans plusieurs grandes métropoles, dont Berlin. De manière assez paradoxale, le tramway à vapeur aura du mal à s imposer, notamment en France. La raison est vraisemblablement à en rechercher du côté des conflits d environnement et surtout de sécurité qu il génère avec les autres modes de transports de surface. Des articles de presse font état de manifestations dans le Nord de la France où le tramway à vapeur est accusé à la fois de répandre de mauvaises odeurs et de faire peur aux chevaux, encore utilisés en nombre De fait, ce mode de transport peine alors à se développer, en dehors des jonctions avec les banlieues, où il commence à dessiner des extensions du tissus urbain «en doigts de gant» (figure 2). Il est clair que la maîtrise de la traction électrique pour le mode ferroviaire va changer la donne, tant pour le métro que pour le tramway. Mais là encore, l aventure n ira pas sans difficultés. L avènement de la traction électrique et son succès avec la construction du métro de Paris On devra attendre l exposition universelle de 1900, soit 37 ans après l inauguration du métro de Londres et dix ans après celle dans cette ville d une ligne de métro électrifiée, pour qu enfin la première ligne du métro de Paris entre en fonction. La gestation aura été particulièrement longue et difficile : plusieurs plans se sont succédés pendant 40 ans, et le processus de décision a été marqué par des débats conflictuels, débats qui portaient autant sur le contenu du projet que sur son financement, entre l État, le Département de la Seine et la Ville de Paris. Cette dernière a fini par imposer largement son point de vue (notamment par le choix d un gabarit excluant la possibilité pour les trains des lignes interurbaines de circuler sur le futur réseau urbain). Comme pour Londres, l ouverture de la première ligne à Paris entre la Porte de Vincennes et la Porte Maillot sera un succès, entraînant rapidement la construction de nouvelles lignes. Cet élan sera pourtant un temps compromis par un dramatique accident qui survient en 1903 à la station Couronnes. L accident «fondateur» de la station Couronnes L accident de Couronnes, qui fait plus de quatre-vingt victimes, va profondément émouvoir l opinion, ravivant les polémiques qui ont émaillé la construction du métro. Embarrassé, le gou- vernement de l époque va charger le Préfet de police de mettre en place et de présider une commission d enquête. Celle-ci fait un travail d analyse remarquable ; il débouchera sur des préconisations qui vont durablement contribuer à la définition de règles spécifiques d exploitation. L accident de Couronnes a été consécutif à une série d incidents et de défaillances techniques mal gérés, marquée notamment par la tentative de faire pousser une rame en panne par une autre rame après qu on en ait fait descendre les voyageurs. Il va s ensuivre un court-circuit, et pour finir un incendie (les wagons sont partiellement en bois) qui se terminera par une panique généralisée. L analyse de l accident conduit la commission d enquête à identifier deux causes principales : la première consiste dans l arrêt inopiné suite à une avarie de la première rame ; la seconde dans l improvisation qui a suivi et dans les tentatives malheureuses des agents de conduite pour résoudre l incident initial par leurs propres moyens. À la première cause va être apporté un ensemble de réponses techniques : le métro doit être conçu pour que tout arrêt accidentel d une rame sur la voie devienne sinon totalement impossible tout au moins fortement improbable. Progressivement, la norme qui s imposera pour la composition des rames sera de cinq voitures 1, dont trois motrices, de sorte qu en cas de panne, la rame puisse être acheminée jusqu au garage le plus proche et mise à disposition de la maintenance, sans bloquer la voie. On retrouve bien ici la démarche taylorienne : bien concevoir le système pour éviter qu un aléa ne puisse en perturber le fonctionnement. Parallèlement, des progrès techniques sont recherchés aussi bien pour sécuriser l alimentation électrique que pour prémunir les rames contre des risques d incendie ; à partir de 1908, sera choisi pour équiper le métro un matériel Sprague-Thomson qui s avérera particulièrement fiable et robuste. La deuxième cause de l accident (liée à des facteurs humains et organisationnels), va conduire à une refonte complète de l organisation de l exploitation. La commission d enquête voit dans le fait que l exploitation du métro reproduise celle du chemin de fer de l époque une des causes de l accident. Plus précisément, le métier d agent de conduite a été calqué sur celui du machiniste des chemins de fer, machiniste qui est aussi chargé de ce qu on appellerait aujourd hui des tâches de maintenance en ligne. Or, la structure d une ligne de métro est très différente de celle d une voie ferrée interurbaine : la distance entre stations 1. La rame à l origine du drame de la station Couronnes était composée de huit voitures! Figure 2 Prolongement de la ligne de Sceaux dans Paris au niveau de l actuelle station Luxembourg (1891) octobre-décembre 2013 [TEC 220] 51

3 n a rien à voir avec la distance entre deux gares, qui est bien supérieure. La commission en tirera comme conséquence que l exploitation des métros nécessite de la part des conducteurs que la fonction de conduite soit exclusive de toute autre, et donc en particulier que les conducteurs soient exonérés de toute tâche de maintenance. Sur le plan organisationnel, les préconisations de la commission, qui seront suivies par l exploitant 2 à l époque la Compagnie du Métro Parisien (CMP), aboutissent à une séparation nette des fonctions d exploitation et de maintenance. L ancienne division «Matériel et Traction» sera ainsi divisée entre «Matériel» (Maintenance) et «Traction» (Exploitation). Le personnel des stations sera lui réuni dans une division «Mouvement». Cette organisation va perdurer pendant plus de soixante ans. Le système ainsi conçu s avère particulièrement adapté et performant : il aboutit à une forte cohérence entre les éléments techniques et les éléments organisationnels. Cette longue période de stabilité, confortée par un statut favorable au personnel, va se traduire par une culture d entreprise qui renforcera encore le modèle de fonctionnement mis en place. Le cadencement du métro, avec sa «pointe du matin» et sa «pointe du soir», va ainsi rythmer la vie de la capitale. Certains historiens parlent alors, pour rendre compte de manière imagée de cette cohérence entre le volet technique, le volet organisationnel et le volet social, de «bloc socio-technique» (figure 3). arrivent en station sont prises d assaut et ont les pires difficultés pour repartir. Les temps d arrêt des rames en station ne sont plus maîtrisés, la régulation devient inopérante et le cadencement théorique ne peut plus être respecté, ce qui dégrade encore les performances et accroît le mécontentement des usagers. En bref, c est lorsqu on a besoin de mobiliser toutes les capacités du système que celui-ci fonctionne le plus mal. On peut alors parler de crise, au sens où aucune solution ne permettra sans remise en cause du système de surmonter les difficultés qui ne feront que s aggraver : on essaiera par exemple de mettre en circulation des rames plus longues qui s avéreront mal adaptées à la configuration des stations Les portillons, placés à l entrée des stations, qui permettent, lorsque la rame entre en station, de cantonner les usagers dans les couloirs d accès, ne suffisent plus à gérer l afflux des voyageurs sur les quais aux heures de pointe. C est vers un changement de technologie que se porteront alors les espoirs. Les ingénieurs de l époque partent du constat que le métro est le mode de transport mécanisé le plus simple qu on puisse imaginer : il fonctionne comme une sorte de carrousel, entre deux terminus, séparés par des stations dont la distance varie généralement entre 1 et 2 km. Nous sommes à la fin des années cinquante et au début des années soixante, à une époque où l électronique et les télécommunications pour la télétransmission à distance commencent à apporter des solutions opérationnelles. La voie choisie par les ingénieurs de la compagnie du métro, devenue en 1949 la RATP, sera celle d une semi-automatisation du mouvement des rames. L objectif est d augmenter la capacité du métro par une accélération sensible du cadencement en heure de pointe. Le triptyque de l innovation : technologies, organisation, métiers Figure 3 Passage de la ligne 5 du métro dans la gare d Austerlitz La première vague d automatisation Au milieu des années 1950, le métro parisien va être victime de son succès. Celui-ci s est notamment dessiné pendant la Seconde Guerre mondiale. Les transports de surface sont alors durement affectés par les restrictions d approvisionnement : les pneus et l essence font défaut pour les bus, dont certains sont réquisitionnés pour d autres usages que le transport des parisiens. Dans la tourmente de la guerre et de l occupation, le métro gardera l essentiel de sa capacité de fonctionnement. De plus, ses stations serviront de refuge pendant les alertes aériennes. Après la Libération, le succès du métro ne se démentira pas et il deviendra vraiment le transport de masse des parisiens, toutes catégories sociales confondues. La croissance démographique de la capitale et l augmentation de la mobilité feront que les limites de capacité du système seront alors atteintes. Elles apparaissent tout particulièrement aux heures de pointe : l afflux des passagers sur les quais fait alors que les rames qui 2. D autres préconisations concernent l aménagement des stations, comme par exemple la nécessité qu elles soient pourvues de deux issues. En 1965, la RATP va expérimenter sur la ligne 11 un système technique révolutionnaire, qui repose sur deux concepts d avantgarde : le pilotage automatique des rames (PA) et la centralisation de toute l information nécessaire à l exploitation dans des «postes de commandement centralisés» (PCC). La mise en œuvre de cette expérimentation soulève une première difficulté auprès des agents de conduite et de leurs syndicats : le pilotage automatique des rames est vécu comme une déqualification et à terme, une menace de disparition du métier. Les agents soulèvent également des problèmes de sécurité : en cas de panne du PA, ils «perdront la main» et seront incapables de reprendre le pilotage de la rame en conduite manuelle. On va alors aboutir à un compromis, selon lequel à l heure de pointe, le PA sera la règle, mais en heure creuse, où l espacement des rames est beaucoup moins critique, les conducteurs pourront débrayer le PA et reprendre le pilotage de la rame en conduite manuelle. Cette difficulté surmontée, l expérimentation s avérera tout à fait concluante : les performances du nouveau système technique sont nettement améliorées par rapport à celles de l ancien, aussi bien pour ce qui est de la réduction de l espacement des rames en circulation aux heures de pointe que pour la gestion des incidents d exploitation. Le nouveau système va être, avec des adaptations mineures, progressivement généralisé à l ensemble 52 [TEC 220] octobre-décembre 2013

4 Au lendemain de la première Guerre Mondiale, le département devient seul autorité concédante et confie l exploitation à une société unique, la Société des Transports en Commun de la Région Parisienne (STCRP), sous statut de Régie intéressée. Durant la décennie , le réseau connaît une forte extension en banlieue. Il compte alors km, répartis en 124 lignes. À l instar de la Compagnie du Métro, la STCRP pratique une politique exemplaire en matière d embauche et de formation. C est aussi la période où s échafaudent des projets ambitieux de cités satellites à la périphérie de Paris reliés par le tramway (Sceaux, La Courneuve, Belle Épine ). Le partage institutionnel entre le département et la Ville de Paris (le transdes lignes. Signe des temps, l ensemble des PCC est rassemblé dans un même local, ce qui apparaît aujourd hui contestable, mais qui témoigne de la confiance qu on avait à l époque dans le développement d une automatisation centralisée 3, telle que les progrès de la cybernétique semblent la laisser présager. Le succès technique n en sera pas moins bien réel : en particulier, on pourra abandonner les impopulaires portillons placés à l entrée des stations, et le nouveau système va faire référence au plan international. Le tramway, son développement, sa disparition, sa renaissance L histoire du tramway est plus singulière : imaginons notre embarras si nous devions expliquer à l habitant d une autre planète qu un mode de transport important ait pu disparaître de manière radicale, avec ses infrastructures, de nos villes pour réapparaître quelques décennies plus tard et être alors perçu comme un indispensable sauveur! En fait, plus que l histoire d un mode de transport, l histoire du tramway est celle des relations complexes entre le transport et l aménagement urbain, et plus généralement, entre le transport et la ville. La période de développement Figure 4 La station de la Bibliothèque F. Mitterrand, sur la ligne du métro automatique Météor (ligne 14 du métro parisien) Cependant, un problème nouveau devra être surmonté : l adaptation de la maintenance à cette mutation technologique. La nécessité en apparaît d autant plus forte que les bonnes performances du nouveau système technique nécessitent pour être réalisées qu un nombre suffisant de rames en état de bon fonctionnement soit disponible aux heures de pointe. Dans un premier temps, on va rechercher la réponse dans une formation adaptée des agents de maintenance aux technologies nouvellement mises en œuvre. Le problème va en réalité s avérer plus subtil, et lié à deux facteurs concomitants : d une part, l évolution de la nature des pannes, moins «visibles» avec les composants électroniques que sur l ancien système «mécanique-électrique» ; elle va nécessiter la mise au point de nouvelles techniques de maintenance davantage basées sur la prévention, voire la prédiction ; d autre part, l organisation elle-même devra être repensée : dans un premier temps, le cloisonnement entre fonctions d «exploitation» et de «maintenance» se trouve en effet renforcé par la centralisation de l information au niveau de l exploitation, alors que la nature des avaries exige une meilleure circulation de l information entre ces deux fonctions. En clair, dans un système aussi cohérent que celui du métro parisien, les ingénieurs apprennent que l innovation technologique ne se suffit pas à elle-même : sa pleine réussite suppose des évolutions cohérentes entre les technologies, l organisation et les métiers. Des enseignements qui vaudront pour la vague suivante d automatisation intégrale : celle-ci sera en 1983 initiée par le VAL, le métro automatique léger de Lille, bientôt suivi d autres spécimens, à Vancouver, Londres, et dans une trentaine d autres sites, dont en France Lyon, Rennes, Toulouse et Paris (figure 4). 3. On imagine alors que dans un second temps, un PCC unique permettra de piloter l ensemble des lignes et par exemple, de gérer de manière centralisée les correspondances. La maîtrise de la traction électrique va impulser fortement à la fin du XIX e siècle le développement du tramway. À Paris, la ligne Bastille-Charenton est la première électrifiée : la vitesse commerciale est doublée, le nombre de voyageurs multiplié par 4 et les bénéfices augmentent malgré une baisse des tarifs. La CGO, forte du monopole que lui a attribué l État, a rétrocédé l exploitation des lignes de banlieue à des compagnies soustraitantes, qui vont connaître une dynamique nouvelle en programmant une trentaine de nouvelles lignes, tangentielles et pénétrantes. Cet épisode est en même temps marqué par le conflit qui n a cessé d opposer la CGO et la Ville de Paris. Celleci va notamment interdire l exploitation du tramway par câble d alimentation aérien, et dans un contexte de négociations difficiles avec l État pour la construction du métro, obtenir de celui-ci qu il mette fin au monopole de la CGO. Malgré ces difficultés, le réseau de tramway va plus que doubler son linéaire en quelques années, pour atteindre 600 km en Ce développement va toutefois être entravé par l imposition d un tarif unique, mesure économiquement discutable en l absence de subvention, qui va à nouveau replonger les compagnies concédantes dans des difficultés financières. Les compagnies électriques, pour lesquelles le tramway constituait un marché important et prometteur, vont alors apporter un soutien appuyé aux compagnies concessionnaires, en demandant une modification des règles d exploitation. Un compromis intervient en 1910 au terme duquel on en revient au fractionnement tarifaire en fonction de la distance ; la durée des concessions est allongée et se prête mieux aux investissements ; la Ville devient autorité concédante pour le réseau principal et le Département de la Seine pour la périphérie. Mais si l alimentation par fil aérien est autorisée en banlieue, elle reste interdite dans Paris (figure 5). octobre-décembre 2013 [TEC 220] 53

5 Figure 5 Trafic des lignes de tramway parisien en D après M. Daumas, Analyse de l évolution des transports en commun dans la Région parisienne de 1855 à 1939, port de surface pour le Département, le métro pour la Ville) n en a pas moins fragilisé la situation du tramway, comme on ne va pas tarder à s en apercevoir. Le déclin du tramway Dans Paris intra muros, le tramway, pénalisé par l interdiction de l alimentation aérienne et par la concurrence du métro, est la cible de toutes les critiques. Une campagne de presse le désigne comme responsable des encombrements et des accidents de voirie. Un rapport de la Préfecture de Police va dans le même sens. Le processus de démontage dans Paris va commencer dès 1922, à l occasion de la réfection des rues Réaumur et du 4 septembre : l alimentation par le sol ne sera pas réinstallée. Une nouvelle étape sera franchie en 1929 lorsque le Préfet de Police, le Préfet Naudin, devenu entre-temps Préfet de la Seine, défend l idée que les tramways devraient être cantonnés à la périphérie de Paris. De fait, peu d oppositions s élèvent contre cette vision pourtant contestable, y compris de la part des élus de banlieue. Seule la STCRP va essayer de se battre, avec des arguments de bon sens. À partir de 1930, le mouvement de démantèlement va s accélérer et gagner progressivement la banlieue. La STCRP et la Compagnie du métro sont en effet des compagnies concurrentes, et la rupture de charges à l entrée dans Paris entre les tramways de banlieue et les bus qui à Paris les ont progressivement remplacés lui font perdre nombre de ses clients au profit du métro. La STCRP n aura bientôt d autre choix que de conclure un contrat d exclusivité avec Renault pour la production de bus modernes, plus confortables et plus spacieux, et d abandonner le tramway, dont le démontage est pratiquement terminé lorsqu éclate la Deuxième Guerre mondiale. Cette décision à courte vue, même si elle est argumentée autour de l intérêt général, aura pour conséquence de créer une césure durable entre Paris et sa banlieue. Sur le plan des transports d abord : Paris profite du maillage du métro, mode urbain par excellence, tandis que la banlieue va rester à la traîne, le déficit étant particulièrement sensible sur les liaisons entre banlieues, pour lesquelles on constate déjà dans les années 1930 une demande en forte croissance. Sur le plan de l urbanisme ensuite : le réseau de tramway se développait dans une logique de continuum entre Paris et sa banlieue ; il y aura désormais deux réalités, selon qu on est en deçà ou au-delà de l ancien mur de fortification, dont le boulevard périphérique reprendra le tracé dans les années soixante. Comprendre cette décision n est pas simple, d autant que d autres pays européens, notamment en Europe du Nord, ont fait d autres choix. Un premier constat est qu en France, le tramway s est moins développé que dans d autres villes européennes : lorsque ce mode de transport est à son apogée, 97 villes françaises en sont équipées, pour 175 en Allemagne et 195 en Grande Bretagne. La disparition du tramway en région parisienne aura un effet d entraînement sur les villes de province qui, au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale, l abandonneront les unes après les autres au profit de l autobus. La relative faiblesse du marché français, l effet de mode suscité par l exemple de la capitale, un modèle de financement qui continue à faire appel au seul principe de l «usager payeur», des politiques de sous investissement et l obsolescence progressive des matériels sont autant d éléments qui peuvent être invoqués. On peut penser qu en toile de fond, deux autres éléments expliquent de manière importante la quasi disparition des tramways du territoire français : la première, c est que, en particulier dans la période de crise des années trente, le souci de favoriser une industrie nationale à fort potentiel de main d œuvre a lourdement pesé dans les décisions politiques, à droite comme à gauche. La seconde, qui n est pas sans corollaire avec la première, est liée au fait que l image de l automobile est porteuse d une certaine conception de la liberté de circulation et d un progrès qu on souhaite partagé par l ensemble de la société. Il est remarquable que les deux pays qui ont connu de la manière la plus radicale le déclin puis la disparition du tramway, sont précisément ceux où l industrie automobile est à la fois la plus ancienne et la plus prometteuse : la France et les États-Unis 4. La résurrection Cette vision va se trouver remise en cause au début des années soixante-dix. Entre-temps, les grandes villes françaises ont connu à la fois une forte poussée démographique et un étalement important. L agglomération francilienne a vu sa population multipliée par trois depuis 1880, et sa superficie a quant à elle, été multipliée par 5. Cet étalement favorise l utilisation de la voiture au détriment de celle des transports collectifs, et en retour, la voiture le facilite, en permettant que soit maintenu des temps de déplacement sensiblement constants, en dépit de l accroissement tendanciel des distances. Les progrès accomplis par l industrie automobile, le prix relativement bas du carburant malgré un niveau élevé de taxes, vont progressivement instaurer un modèle de mobilité dont l automobile est désormais la pièce maîtresse, au point d être massivement utilisée comme moyen individuel de déplacement, ce pour quoi a priori elle n était pas conçue notamment pour les déplacements domicile/travail. S agissant de l équipement des ménages en véhicules particuliers, les chiffres parlent d eux-mêmes : l enquête transport de 1975 en Ile-de-France indique que le taux d équipement des 4. On peut ici évoquer le référendum par lequel les habitants de Los Angeles ont à se prononcer sur le choix entre un système de transport collectif en site propre et un réseau d autoroutes, organisé en [TEC 220] octobre-décembre 2013

6 ménages est de 0,5 à Paris où le métro offre une desserte efficace, mais de 0,75 en petite couronne et de 1,0 en grande couronne, progression inverse de celle que laisserait attendre le revenu des ménages concernés. L engorgement des centres urbains, la prise de conscience des dangers de la pollution des villes où les nuisances liées aux déplacements quotidiens tendent à devenir plus importantes que celles liées aux activités industrielles, la crise pétrolière de 1973, vont changer la donne et contraindre les pouvoirs publics nationaux et locaux d interroger un modèle de mobilité difficilement tenable. C est dans ce contexte qu en 1975, le ministre des transports de l époque, J.C. Cavaillé, demande aux maires des grandes agglomérations françaises d engager une réflexion en vue de la réinstallation de systèmes de transports guidés performants (toutefois, le mot «tramway» n est pas prononcé dans la lettre du ministre) dans les centres urbains. Un concours international est lancé, au terme duquel Alstom propose un tramway standard. Les premières lignes sont construites à Nantes (1985), à Grenoble, (1987), puis en région parisienne, entre Saint-Denis et Bobigny (1992) (figure 6). Figure 6 Le tramway Saint-Denis Bobigny en 1992 Un élément important pour le retour du tramway est le choix du site propre. C est ce choix qui va s avérer structurant pour la suite : plus qu un simple mode de transport, le tramway apparaît alors comme une façon de partager différemment la voirie et de limiter la place de l automobile dans la ville. D une certaine façon, c est le choix inverse de celui qui avait été fait quelques décennies auparavant avec le démontage des tramways. Ce choix de limitation de la place de la voiture est assumé, parfois non sans débats, par les villes qui adoptent le tramway. De nombreuses autres villes vont suivre : Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, Valenciennes, Nice, Reims et aussi Paris, sur le boulevard des Maréchaux. Si les premiers spécimens de ce tramway rappellent fortement le système ferroviaire interurbain, les rames de deuxième génération vont s affranchir de cette image, avec des matériels à planchers bas et au design engageant. Les projets de lignes nouvelles sollicitent le concours d architectes, qui repensent l agencement des axes empruntés par le tramway de façades à façades. En bref, le nouveau tramway n est plus simplement un moyen de se déplacer entre plusieurs sites : il devient un outil de «reconstruction de la ville sur la ville». Un rapide regard international confirme que cette tendance n est pas propre à la France : on en trouve depuis une quinzaine d années de nombreux témoignages en Europe et un peu partout dans le monde, y compris aux États-Unis (figure 7). Figure 7 Le dernier-né, le T7 entre Villejuif, Orly et Athis Mons en banlieue parisienne (photo Ville Rait &Transport). Quels enseignements tirer de l histoire? Le premier enseignement est que, s agissant singulièrement des transports urbains, les choix techniques ne sont qu un élément parmi d autres. Un élément certes important, mais un élément qui doit s insérer dans des systèmes complexes, le système de déplacements, le système de transport, le «méta-système» de la ville, avec d autres éléments, dont certains, via des décisions d ordre politique, peuvent relever de rationalités contestables. La difficulté pour cerner les apports potentiels d une innovation et en gérer le développement tient à ce que tous ces éléments interagissent, sans qu il soit toujours possible d en prévoir et a fortiori d en maîtriser les termes. Ce qu on peut simplement affirmer est qu un projet de système urbain de transport, pour avoir des chances de succès, doit réaliser une cohérence entre une technologie, une organisation, un ensemble de besoins et d usages, une politique d allocation de l espace public et un modèle économique, cohérence qui suppose généralement une vision claire et des choix assumés de la puissance publique. Les technologies faisant appel à l électricité pour la traction ont sans nul doute des atouts majeurs, à la fois parce que, même si elles ne suppriment pas la pollution, elles la déplacent hors de la ville, et aussi par leur connivence avec les technologies informatiques. Elles ne pourront toutefois s imposer, notamment pour les modes individuels, qu à condition d être en capacité de susciter cette cohérence. Bibliographie D. Larroque, M. Margairaz, P. Zembri, Paris et ses transports, XIX e et XX e siècle, Éditions Recherches, K. Bowie et S. Texier (sous la direction de), Paris et ses chemins de fer, Paris et son patrimoine, (nous avons notamment tiré de cet ouvrage les figures 3 et 4). Cheminots et Chemins de fer en Nord Pas de Calais, Identités régionales et professionnelles, ouvrage collectif, Ed. La Vie du rail, J. Lebreton, F. Beaucire, Transports publics et gouvernance urbaine, Les Essentiels Milan, S. Bellu, Histoire mondiale de l automobile, Flammarion, A. Masbougi, Projets urbains en France, Ed. du Moniteur, J.L. Cohen, Des fortifs au Périf, Paris, les seuils de la ville, Picard Ed., octobre-décembre 2013 [TEC 220] 55

ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART?

ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART? ET SI ON PRENAIT UN NOUVEAU DÉPART? 1 2 MAÎTRES MOTS POUR LE PROJET... EFFICACE ET RAISONNABLE «Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c est parce que nous n'osons pas

Plus en détail

Forum THNS 2012 Shanghai

Forum THNS 2012 Shanghai Forum THNS 2012 Shanghai Études sur les éléments et l aménagement d un hub de transports intégré Yang Lixin, Troisième Institut d inspection et de design du Groupe des chemins de fer Co., Ltd, Université

Plus en détail

UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES

UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES HISTOIRE DE RENNES DOSSIER UN SIÈCLE DE TRANSPORTS URBAINS À TRAVERS LES ARCHIVES JULIETTE PATRON - MARS 2002 www.archives.rennes.fr LE TEMPS DES VÉLOCIPÈDES ET DES VOITURES HIPPOMOBILES Archives de Rennes,

Plus en détail

1 Communiqué de presse... p.2 2 Rappel des principaux aspects du projet... p.3 à 5

1 Communiqué de presse... p.2 2 Rappel des principaux aspects du projet... p.3 à 5 Première en France Réouverture de la ligne ferroviaire Nantes- Châteaubriant au trafic voyageurs par tram-train : ouverture commerciale le 28 février 2014 Conférence de presse Région-RFF-SNCF 15 mars 2013

Plus en détail

Ligne Paris Granville

Ligne Paris Granville Ligne Paris Granville Travaux entre Dreux et Surdon 11/06/2015 Frédéric Davanture Ingénieur Consultant Table des matières 1. Introduction... 3 2. Travaux prévus en Dreux et Surdon... 3 2.1. Description

Plus en détail

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE SUITE AU PROCES VERBAL DE SYNTHESE ETABLIE PAR LA COMMISSION D ENQUETE A L ISSUE DE L ENQUETE PUBLIQUE DU PROJET REMIS LE 25 JUILLET

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

- 23 - TABLEAU COMPARATIF

- 23 - TABLEAU COMPARATIF - 23 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88 4 de la Constitution, Vu le traité instituant la Communauté européenne et notamment ses articles 5 et 16, Le Sénat, Vu l article 88 4 de la Constitution,

Plus en détail

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions»

«Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» «Les défis du développement durable des transports dans les villes des pays en développement : les bonnes solutions» L exemple Sem Charles DESCOURS Président d honneur délégué aux transports, sénateur

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 22 & 23 janvier 2008, Skhirat, Maroc UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 Marc le Tourneur, Directeur Général SOMMAIRE 1. L ORGANISATION DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

LA STM: ACTEUR-CLÉ DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS AU QUÉBEC

LA STM: ACTEUR-CLÉ DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS AU QUÉBEC LA STM: ACTEUR-CLÉ DE L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS AU QUÉBEC Michel Labrecque, Président du conseil d administration Présenté à l Institut de recherche en économie contemporaine Le 10 septembre 2013

Plus en détail

Les tramways au début du XX e siècle

Les tramways au début du XX e siècle Les tramways au début du XX e siècle SAINT-OUEN - Place de la Mairie. L'Abeille. (2Fi Saint-Ouen 61-1914/1927) Source Une histoire de la Seine-Saint-Denis au XX e siècle, CD-Rom édité par le Conseil général

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

REUNION D OUVERTURE 6 FEVRIER 2006 ESPACE REUILLY > PARIS 12 e

REUNION D OUVERTURE 6 FEVRIER 2006 ESPACE REUILLY > PARIS 12 e REUNION D OUVERTURE 6 FEVRIER 2006 ESPACE REUILLY > PARIS 12 e Présentation générale du projet Le projet d extension en débat Pourquoi un projet de transports en commun en rocade

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

fiche depresse Réseau de tramway Des rames multi-lignes pour une continuité de service aux usagers

fiche depresse Réseau de tramway Des rames multi-lignes pour une continuité de service aux usagers fiche depresse Cabinet du Président Service presse Montpellier Agglomération MARDI 26 AOÛT 2014 Réseau de tramway Édito «Jusqu à aujourd hui pour les jeunes, les étudiants et les plus défavorisés, les

Plus en détail

Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A6a

Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A6a SENS PROVINCE > PARIS Dossier de presse Une voie dédiée aux bus et aux taxis sur l autoroute A6a Juin 2015 Contact presse : Mission communication de la DiRIF Robin LEROY : 01 46 76 87 80 MINISTÈRE DE L

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015

Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Gestion et exploitation d un réseau de transport en commun du 18 mai au 21 mai 2015 Recommandations générales Bernard Rivalta Ancien Président du SYTRAL Laurent Sénigout Directeur de l exploitation KEOLIS

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris 1 2 Avec des solutions françaises et une expertise mondiale dans le domaine du transport, Thales se positionne comme un acteur clé

Plus en détail

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien?

Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? Les déplacements domicile-travail des habitants des grandes aires urbaines : quels nouveaux services pour améliorer le quotidien? DOSSIER DE PRESSE Ipsos pour Février 2014 UNE PERCEPTION NEGATIVE DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.6/AC.4/2008/1/Add.2 19 août 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

FACTURATION DU STATIONNEMENT A LA MINUTE Les Sénateurs ne doivent pas manquer le créneau de la loi Conso

FACTURATION DU STATIONNEMENT A LA MINUTE Les Sénateurs ne doivent pas manquer le créneau de la loi Conso FACTURATION DU STATIONNEMENT A LA MINUTE Les Sénateurs ne doivent pas manquer le créneau de la loi Conso zuchero - Fotolia.com UFC-Que Choisir - Département des études 2 Résumé Alors que le stationnement

Plus en détail

AVIS de la CCIP relatif à la desserte de l aéroport de Roissy CDG par le projet «CDG Express»

AVIS de la CCIP relatif à la desserte de l aéroport de Roissy CDG par le projet «CDG Express» AVIS de la CCIP relatif à la desserte de l aéroport de Roissy CDG par le projet «CDG Express» présenté par Bernard IRION Assemblée Générale du 23 juin 2005 Les enjeux d une desserte ferroviaire directe

Plus en détail

MÉMOIRE. Présenté à la Ville de Québec Dans le cadre de la consultation sur l avenir du transport en commun

MÉMOIRE. Présenté à la Ville de Québec Dans le cadre de la consultation sur l avenir du transport en commun Comité des citoyens et citoyennes du quartier Saint-Sauveur 301, rue Carillon, Québec, Qc G1K 5B3, Tél.:529-6158 courriel: cccqss@globetrotter.net MÉMOIRE Présenté à la Ville de Québec Dans le cadre de

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Monsieur le Président,

Monsieur le Président, Monsieur le Président, Le projet de liaison entre Paris et l aéroport de Roissy le CDG Express n a pas cessé de faire polémique depuis qu il a été annoncé en 1998. Les Franciliennes et les Franciliens

Plus en détail

La Voiture. Le métro

La Voiture. Le métro Les transports parisiens Pour se déplacer à Paris, il existe plusieurs moyens de transports. Voici un petit aperçu pour s y retrouver. La Voiture Comme dans beaucoup d autres villes, le trop grand nombre

Plus en détail

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE

COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE 12 nov. 2014 COMMISSION DÉPLACEMENT DU SCOT DE LA RÉGION GRENOBLOISE Elu référent : Luc Rémond Le 12 novembre 2014 Voreppe Hôtel de ville Sommaire de l intervention 1. Chiffres-clé sur les déplacements

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

La problématique climat-énergie

La problématique climat-énergie La problématique climat-énergie 80 % de l énergie qu utilise l humanité provient des fossiles Si l effet de serre n existait pas l humanité pourrait disposer de plus de 150 ans d énergie fossiles. 80 %

Plus en détail

PRES DE 100 KM DE NOUVELLES LIGNES DE TRAMWAYS :

PRES DE 100 KM DE NOUVELLES LIGNES DE TRAMWAYS : Date : 14/12/2012 En 2012, SYSTRA aura mis en service près de 100 kilomètres de nouvelles lignes de tramways en France mais aussi à Casablanca et à Alger. Une grande année pour le leader mondial de l ingénierie

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

Information du public sur la pollution générée par chaque moyen de transport de passagers.

Information du public sur la pollution générée par chaque moyen de transport de passagers. JeanFrançois Wolffhugel 18 Rue du Docteur Marius Pélissier 11480 La Palme Tel : 04 68 48 15 39 wolffhugeljf@cegetel.net La Palme, le 14 juillet 2006 Politique des transports dans la vallée du Rhône, arc

Plus en détail

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui

Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui Les questions stratégiques pour La Poste aujourd hui 1 Une entreprise singulière Une grande entreprise, présente dans la vie des Français, et dans l inconscient national Mais assez méconnue Forte dimension

Plus en détail

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar

Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lima Bogota (avant) I-1 Transport urbain: Vision de l avenir Ajay Kumar Lagos Dar es Salaam Impacts profonds du Transport I-2 Le transport touche presque chaque aspect de la vie urbaine Économique, développement

Plus en détail

Carte bretonne des déplacements KorriGo s étend à toute la Bretagne

Carte bretonne des déplacements KorriGo s étend à toute la Bretagne Carte bretonne des déplacements KorriGo s étend à toute la Bretagne Avec plus de 250 000 cartes émises à ce jour, la carte multimodale KorriGo - lancée en 2006 - est entrée dans le quotidien des utilisateurs

Plus en détail

CHAPITRE G2 AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS

CHAPITRE G2 AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS CHAPITRE G2 AMENAGER ET DEVELOPPER LE TERRITOIRE FRANCAIS I Le territoire français : entre potentialités et contraintes? II La France n existe-t-elle aujourd hui qu à travers ses villes? A) Quelles sont

Plus en détail

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas)

Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) Géographie Thème 2, question 4, cours 1 Roissy : plate- forme multimodale et hub mondial (étude de cas) I. Le fonctionnement d un hub mondial 1. L un des sept premiers aéroports mondiaux Situé à 25 km

Plus en détail

Casablanca - Maroc Pour un système de Transport moderne

Casablanca - Maroc Pour un système de Transport moderne Casablanca - Maroc Pour un système de Transport moderne 1 GRANDE METROPOLE AFRICAINE Grands projets de développements Cité Financière Internationale. Hub Pour l Afrique 1 200 Km² avec 70 Km de littoral

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique.

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. Direction de la Voirie et des Déplacements 2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. PROJET au 16 / 07 / 08 Version

Plus en détail

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet

Pour un Futur [simple] du Véhicule Electrique. Téléchargez le rapport complet Pour un Futur [simple] Téléchargez le rapport complet Entreprise, collectivité : vous souhaitez en savoir plus et rentrer dans la dynamique du véhicule électrique? Retrouvez dans le rapport complet du

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

TRANSPORT EN COMMUN EN SITE PROPRE DU VAL DE SEINE

TRANSPORT EN COMMUN EN SITE PROPRE DU VAL DE SEINE SYNDICAT DES TRANSPORTS D ÎLE-DE-FRANCE TRANSPORT EN COMMUN EN SITE PROPRE DU VAL DE SEINE Projet inscrit pour les études au Contrat de Plan 2000-2006 entre l État et la Région Ile de France Schéma de

Plus en détail

L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007

L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007 L expérience d une SEM de transport française: «Transports de l Agglomération de Montpellier» (TaM) 1978-2007 RABAT JOURNEE D ETUDE DU 27 NOVEMBRE 2007 Marc le Tourneur Directeur Général de TaM SOMMAIRE

Plus en détail

Le Transport en commun public urbain et Son impact sur l économie le cas de Tunis "résumé"

Le Transport en commun public urbain et Son impact sur l économie le cas de Tunis résumé Le Transport en commun public urbain et Son impact sur l économie le cas de Tunis "résumé" Dans nos pays et depuis longtemps, les questions de financement direct du transport en commun public ont monopolisé

Plus en détail

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile

Engineering a Connected World. Des voitures connectées et l'avenir de l'automobile Avant-propos Le monde du transport automobile est prêt pour une révolution. Internet a transformé nos maisons et nos lieux de travail, mais il a eu un impact limité sur l élément qui les relie : nos moyens

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Communauté Urbaine de Strasbourg Un esprit pionnier pour des transports toujours en pointe

Communauté Urbaine de Strasbourg Un esprit pionnier pour des transports toujours en pointe Capitale européenne Communauté Urbaine de Strasbourg Un esprit pionnier pour des transports toujours en pointe Tramway Vélo Véhicules innovants Et demain? Située au cœur de l Europe, sur le Rhin, la capitale

Plus en détail

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010

Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 Atelier de travail Lyon Confluence et Plan de Déplacement Entreprise 21 septembre 2010 On ne peut parler parking sans parler de Déplacement. Le besoin de places n est que la résultante du mode de transports

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LE PROJET MUNICIPAL DE VÉHICULES EN LIBRE-SERVICE (VLS) MÉMOIRE SOUMIS PAR BLUE SOLUTIONS, GROUPE BOLLORÉ 2 OCTOBRE, 2014

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LE PROJET MUNICIPAL DE VÉHICULES EN LIBRE-SERVICE (VLS) MÉMOIRE SOUMIS PAR BLUE SOLUTIONS, GROUPE BOLLORÉ 2 OCTOBRE, 2014 COMMISSION SUR LE TRANSPORT ET LES TRAVAUX PUBLICS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LE PROJET MUNICIPAL DE VÉHICULES EN LIBRE-SERVICE (VLS) MÉMOIRE SOUMIS PAR BLUE SOLUTIONS, GROUPE BOLLORÉ 2 OCTOBRE, 2014 «Bénéfices

Plus en détail

Une alternative au tout-voiture en péri-urbain Présentation de la 1 ère rame du Tram-train au grand public

Une alternative au tout-voiture en péri-urbain Présentation de la 1 ère rame du Tram-train au grand public Communiqué de presse Nantes, le 6 février 2010 Une alternative au tout-voiture en péri-urbain Présentation de la 1 ère rame du Tram-train au grand public Choisie en avril 2007 dans le cadre d un appel

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

LE GRAND REFERENDUM POUR LA MOBILITE EN ÎLE-DE-FRANCE

LE GRAND REFERENDUM POUR LA MOBILITE EN ÎLE-DE-FRANCE DOSSIER DE PRESSE LE GRAND REFERENDUM POUR LA MOBILITE EN ÎLE-DE-FRANCE LES RESULTATS COMMUNIQUÉ Paris, le 29/06/2016 «40 MILLIONS D AUTOMOBILISTES» PUBLIE LES RÉSULTATS DE SON GRAND RÉFÉRENDUM POUR LA

Plus en détail

Réunion publique Réunion publique. Sorgues Septèmes-les-Vallons 15 décembre 2014

Réunion publique Réunion publique. Sorgues Septèmes-les-Vallons 15 décembre 2014 Réunion publique Réunion publique Sorgues 9 Les Décembre Pennes-Mirabeau 2010 - Cabriès Septèmes-les-Vallons Notre réunion aujourd hui Pourquoi sommes-nous réunis ce soir? Qui fait quoi? Quels déplacements

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS

TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT DANS LES PAYS EUROPÉENS François JEGER La comparaison des composantes de la demande de transport par mode entre les quinze pays de l Union européenne fait apparaître certains

Plus en détail

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1?

Les travaux. Comment vont se dérouler les travaux du prolongement du Métro ligne 1? Les travaux Il est important de rappeler que la nature des nuisances liées aux travaux du projet sera précisée dans l étude d impact produite en vue de l enquête publique, dans une phase d études ultérieures

Plus en détail

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre)

Typologie des lignes au sein d un réseau. Centre et Hyper centre. Centre (hors hyper centre) MESURE DE LA PERFORMANCE DES LIGNES DE TRANSPORT PUBLIC URBAIN APEROL Amélioration de la Performance Economique des Réseaux par l Optimisation des Lignes Rapport PREDIT GO 6 Politiques de Transport Faivre

Plus en détail

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne

Un objectif prioritaire : désaturer la ligne Un objectif prioritaire : désaturer la ligne UNE LIGNE 13 AUJOURD HUI SURCHARGÉE La ligne 13 est aujourd hui une ligne surchargée qui accueille près de 610 000 voyageurs par jour. C est la 3 ème ligne

Plus en détail

Aménagement ligne existante vs Construction ligne nouvelle et Maintien ligne existante. Analyse comparative des deux solutions.

Aménagement ligne existante vs Construction ligne nouvelle et Maintien ligne existante. Analyse comparative des deux solutions. Aménagement ligne existante vs Construction ligne nouvelle et Maintien ligne existante Analyse comparative des deux solutions décembre 2010 Ordre du jour - Origine de la LGV Bordeaux-Toulouse - Comparaison

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

1 - L enquête s est déroulée dans de bonnes conditions

1 - L enquête s est déroulée dans de bonnes conditions Conclusions motivées de la commission d enquête - page 1/4 Cette enquête, publique environnementale, concerne le projet de construction d'un bâtiment de jonction entre les terminaux Sud et Ouest de la

Plus en détail

Autobus hybride : futur ou transition?

Autobus hybride : futur ou transition? Autobus hybride : futur ou transition? C est la grande tendance depuis plusieurs années notamment lors des salons Transport Public Expo et des Rencontres Nationales du GART : la question environnementale

Plus en détail

Eurotunnel Estimation du trafic potentiel 2020 (extrait)

Eurotunnel Estimation du trafic potentiel 2020 (extrait) Strategy Estimation du trafic potentiel 2020 (extrait) Décembre 2013 Synthèse (1/3) Contexte et objectif Le trafic ferroviaire voyageur dans le Tunnel Sous La Manche était de 9,91mpax en 2012, constitué

Plus en détail

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco

7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE. Présenté par Transpoco 7 ASTUCES POUR L ACHAT DE VOTRE FUTURE VOITURE Présenté par Transpoco Après un énième passage chez le garagiste en moins de deux mois, vous avez décidez qu il était temps de vous séparer de votre vieille

Plus en détail

Mobilité et temporalités

Mobilité et temporalités Mobilité et temporalités L origine et la diffusion politiques temporelles Les origines en Italie 1990 : la loi de réforme de l administration italienne permet aux maires d harmoniser les horaires services

Plus en détail

LUTTER CONTRE LA POLLUTION DE L AIR. Mots clés : Planification ; Politique environnementale ; Systèmes de transports artisanaux

LUTTER CONTRE LA POLLUTION DE L AIR. Mots clés : Planification ; Politique environnementale ; Systèmes de transports artisanaux LE CAIRE LE RENOUVELLEMENT DU PARC DE TAXIS POUR LUTTER CONTRE LA POLLUTION DE L AIR Mots clés : Planification ; Politique environnementale ; Systèmes de transports artisanaux Monographie rédigée par Charles

Plus en détail

Les transports ferroviaires régionaux en Île de France

Les transports ferroviaires régionaux en Île de France Les transports ferroviaires régionaux en Île de France Dossier de presse mercredi 17 novembre 2010 SOMMAIRE 1. Les déplacements des Francilien en transports collectifs 2 2. Part des transports collectifs

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

LE DOUBLEMENT DU TUNNEL CHATELET GARE DU NORD : UN PROJET A SAUVER

LE DOUBLEMENT DU TUNNEL CHATELET GARE DU NORD : UN PROJET A SAUVER LE DOUBLEMENT DU TUNNEL CHATELET GARE DU NORD : UN PROJET A SAUVER C est en 1995, avec le percement du tunnel du RER D entre Gare de Lyon et Châtelet Les Halles, que le tronçon Châtelet Les Halles - Gare

Plus en détail

ITS Switzerland - EPFL 29/10/2014 La stratégie d information multimodale du Grand Lyon : la coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l

ITS Switzerland - EPFL 29/10/2014 La stratégie d information multimodale du Grand Lyon : la coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l ITS Switzerland - EPFL 29/10/2014 La stratégie d information multimodale du Grand Lyon : la coopération public/privée pour la mobilité urbaine et l innovation Contexte de la mobilité urbaine Besoins Population

Plus en détail

Bienvenue. Abc. Découvrez la tablette. pour une éducation. www.cg71.fr. 9 3 x 5 x 2 y. 9 3 x 5 x 2 y

Bienvenue. Abc. Découvrez la tablette. pour une éducation. www.cg71.fr. 9 3 x 5 x 2 y. 9 3 x 5 x 2 y Bienvenue! D E T à T Découvrez la tablette Abc pour une éducation digitale 0 9 3 x 5 x 2 y T Abc 0 www.cg71.fr 9 3 x 5 x 2 y e s s re p e d r e i ss o D TED arrive au collège Des tablettes numériques

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc?

Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Pourquoi la Grande Vitesse au Maroc? Au cours de la dernière décennie, la politique des grands chantiers initiée et conduite par SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI que dieu l assiste a permis de développer

Plus en détail

Le vélo chez Keolis : une offre sur mesure intégrée au réseau de transport collectif

Le vélo chez Keolis : une offre sur mesure intégrée au réseau de transport collectif Juin 2010 D O S S I E R D E P R E S S E Le vélo chez Keolis : une offre sur mesure intégrée au réseau de transport collectif Contacts Presse Direction de la Communication Lucile Chevallard, 01 71 18 00

Plus en détail

Chapitre 7, page 1 de 18 Système de mesure des itinéraires de facteur et factrice Chapitre 7

Chapitre 7, page 1 de 18 Système de mesure des itinéraires de facteur et factrice Chapitre 7 Chapitre 7, page 1 de 18 Chapitre 7 Allocation pour le transport sur un itinéraire de facteur (Formulaire 33-082-079 et 098) Chapitre 7, page 2 de 18 Introduction Ce chapitre explique les divers modes

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Pour une gestion responsable des investissements dans le secteur des transports

Pour une gestion responsable des investissements dans le secteur des transports Pour une gestion responsable des investissements dans le secteur des transports Proposition de moratoire sur le développement du réseau routier au profit de la réfection des infrastructures existantes

Plus en détail

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS

LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS LES HABITUDES DE DEPLACEMENTS DES HABITANTS Principaux résultats de l enquête ménages déplacements de la Communauté urbaine d Arras - 2014 Introduction Cette enquête a été réalisée de janvier à février

Plus en détail

Propulsions alternatives

Propulsions alternatives Propulsions alternatives Huit formes de propulsion alternative existent aujourd hui à côté des moteurs à essence et au diesel classiques. Nous les passons en revue ici avec à chaque fois une définition,

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

PRESENTATION DU PROJET METRO D ALGERD

PRESENTATION DU PROJET METRO D ALGERD PRESENTATION DU PROJET METRO D ALGERD 89 eme Edition du comptoir SUISSE Lausanne, le 24/09/2008 Sommaire 1. Introduction 1. Transports publics dans la capitale 2. Le métro d Alger 3. Caractéristiques générales

Plus en détail

Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE

Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE LA NOUVELLE VOITURE CABRIOLET 100% ÉLECTRIQUE UN NOUVEAU SENTIMENT DE LIBERTÉ Derrière son design résolument innovant, la Bluesummer s adapte à toutes les

Plus en détail

Le PDU de Montpellier Agglomération Présentation : Célinda RIBEYRE Chargée d études déplacements

Le PDU de Montpellier Agglomération Présentation : Célinda RIBEYRE Chargée d études déplacements Journée COTITA du 21 juin 2011 Club déplacements intermodalité Planification des déplacements : où en sommes nous? 1 Le PDU de Montpellier Agglomération Présentation : Célinda RIBEYRE Chargée d études

Plus en détail

Une nouvelle route littorale sécurisée entre Saint-Denis et La Possession sur l île de la Réunion

Une nouvelle route littorale sécurisée entre Saint-Denis et La Possession sur l île de la Réunion Une nouvelle route littorale sécurisée entre Saint-Denis et La Possession sur l île de la Réunion 1. Un axe essentiel pour la vie économique de l île de la Réunion fortement perturbé par les risques naturels

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF DANS LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL. Forum sur l état des infrastructures

LE TRANSPORT COLLECTIF DANS LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL. Forum sur l état des infrastructures LE TRANSPORT COLLECTIF DANS LA GRANDE RÉGION DE MONTRÉAL Forum sur l état des infrastructures Le transport collectif : Une responsabilité partagée Des responsabilités assumées par trois paliers : Palier

Plus en détail

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins

1946-1996. une tarification au service de la réponse aux besoins 1946-1996 Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement de Gaulle une tarification au service de la réponse aux besoins Le 8 avril 1946 sous l impulsion de Marcel Paul, ministre communiste du gouvernement

Plus en détail

Audition de Pierre Mongin devant le Conseil d Administration du STIF 06 novembre 2013

Audition de Pierre Mongin devant le Conseil d Administration du STIF 06 novembre 2013 Audition de Pierre Mongin devant le Conseil d Administration du STIF 06 novembre 2013 1 Sommaire 1. Investissements 2. Indicateurs du contrat : Production et qualité de service 2 2013: une nouvelle année

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche!

Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Communiqué de synthèse Paris, jeudi 26 mai 2011 Schéma d ensemble du réseau de transport : Le Grand Paris démarre, voit large et agit proche! Maurice Leroy, ministre de la ville, chargé du Grand Paris,

Plus en détail

Baromètre mensuel janvier 2015

Baromètre mensuel janvier 2015 SECURITE ROUTIERE TOUS RESPONSABLES Meurthe-et-Moselle Observatoire Départemental de la Sécurité Routière Baromètre mensuel janvier 2015 www.meurthe-et-moselle.gouv.fr DONNÉES DÉPARTEMENTALES Bilan de

Plus en détail

Observatoire de la Mobilité 2015

Observatoire de la Mobilité 2015 Observatoire de la Mobilité 2015 Septembre 2015 Contexte, objectifs et méthodologie de l étude Ce document présente les principaux résultats de l Observatoire de la Mobilité 2015 réalisée par l IFOP pour

Plus en détail