Intervention du Premier ministre, François FILLON. Séminaire Ambrosetti «Une stratégie économique pour l Europe» Cernobbio, samedi 5 septembre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intervention du Premier ministre, François FILLON. Séminaire Ambrosetti «Une stratégie économique pour l Europe» Cernobbio, samedi 5 septembre 2009"

Transcription

1 PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Intervention du Premier ministre, François FILLON Séminaire Ambrosetti «Une stratégie économique pour l Europe» Cernobbio, samedi 5 septembre 2009 EMBARGO AU PRONONCE SEUL LE PRONONCE FAIT FOI Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne PARIS

2 Monsieur le Président de la République italienne, Madame la Présidente de la République de Lettonie, Monsieur le Président du conseil espagnol, Felipe Gonzales, Monsieur le Président du conseil italien, Massimo d Alema, Monsieur le Chancelier, Wolfang Schüssel, Monsieur le Ministre, cher Mario Monti, Mesdames et Messieurs, La crise n a pas seulement des conséquences économiques, elle a modifié le paysage idéologique de l Europe. Si, il y a deux ans, vous aviez entendu le Premier ministre français parler de stratégie économique, vous vous seriez dit : voilà encore une idée bien française, voilà encore, à peine déguisées, leurs idées fixes, la politique industrielle, l intervention des pouvoirs publics, etc. Ces préventions n ont plus lieu d être: la crise a forcé les Etats du monde entier à intervenir, même les Etats-Unis. Elle a rendu indispensables les stratégies volontaristes. J ai lu récemment un document consacré à «l avenir de la compétitivité de l Union européenne». Il disait que l ouverture des marchés ne suffit plus, qu il faut des investissements nationaux et européens dans la recherche et l innovation, et qu une politique ambitieuse de normalisation doit compléter ces investissements. Qui a écrit cela? Le gouvernement britannique. Les temps changent. Quand un responsable politique français peut reprendre à son compte des passages entiers d un document officiel britannique sur l économie européenne, on se dit que le monde n est plus le même! Avec l Allemagne aussi, nos accords se sont multipliés. Accord sur la supervision et la régulation financière c était loin d être évident il y a seulement quelques mois. Accord sur la nécessité d une politique commerciale fondée sur la réciprocité c est une vraie nouveauté. Accord sur l importance de l énergie et de la croissance verte en particulier, sur le rôle crucial que jouera le véhicule électrique dans les années qui viennent. L Italie et la France, quant à elles, n ont jamais été très éloignées sur ces sujets. Mais je remarque aussi que les débats italiens concernant la politique économique européenne ressemblent de plus en plus à ceux que nous avons en France. Tout conduit à faire de la stratégie économique le thème essentiel du moment. Le calendrier aussi. Avec la mise en place de la nouvelle Commission, des engagements seront pris, devant le Parlement européen, sur les objectifs économiques. Dans cet esprit, le programme que le Président Barroso vient d envoyer au Parlement européen insiste sur une «stratégie économique vigoureuse et coordonnée à l Echelle de l Union européenne». Au printemps 2010, nous redéfinirons les orientations de la stratégie de Lisbonne la seule stratégie économique dont l Europe dispose officiellement à ce jour. 2

3 Le contexte des efforts de sortie de crise donne à ce rendez-vous une portée exceptionnelle. Nous savons que la future présidence espagnole est convaincue de l importance de cette échéance. La stratégie de Lisbonne était un beau projet, plein d ambition, mais il faut reconnaître son échec au moment de redéfinir notre méthode. Pour relancer l Europe, je vous propose une stratégie économique volontariste qui s articule autour de trois idées : l investissement dans la recherche et l innovation, la réorientation des politiques communautaires au service de la croissance et de la compétitivité européenne dans la mondialisation, le rétablissement de nos finances publiques par une programmation concertée. Le premier de ces axes, je l ai dit, c est l investissement, la recherche et l innovation. C est le plus crucial. Depuis les années 1970, l Europe a été confrontée à trois chocs qui ont à chaque fois divisé par deux son rythme de croissance. Nous aurons accompli un grand pas, si, tous ensemble, nous empêchons la crise d affaiblir durablement notre productivité et donc notre potentiel de croissance pour les prochaines années. Nous ne sommes pas désarmés. Ayons confiance dans tout ce que nos politiques publiques peuvent réaliser en faveur de la recherche, de l innovation, de l enseignement supérieur. C est là que nous ressourcerons notre croissance. La France a décidé d identifier les secteurs stratégiques qui porteront la croissance de demain et de concentrer ses moyens sur eux. Nous avons confié cette tâche à deux anciens Premiers ministres. C est une nécessité vitale, car s il est vrai que les perspectives économiques s améliorent à court terme, grâce aux différents plans de relance, les prévisions plus lointaines ne sont pas favorables à l Europe. Elles ne nous donnent que 1% de croissance du PIB en Aux Etats-Unis : plus de 2%. Et en Asie : plus de 4%. C est malheureusement une perspective de croissance molle. Et avec cette croissance molle, nous ne pourrons pas préserver le modèle social européen, ni réduire notre endettement public. C est pourquoi il est nécessaire de créer du «nouveau PIB» et de développer de «nouveaux produits de croissance». Cela veut dire, en particulier, investir davantage dans la recherche et l innovation pour les secteurs les plus stratégiques. Et en complément des efforts fournis par les Etats et les entreprises, il ne faut pas craindre de recourir ici à l aide du budget communautaire. Cela veut dire aussi poursuivre et renforcer les excellents travaux sectoriels déjà lancés par la Commission ces «tables rondes» industrielles organisées depuis plusieurs années à Bruxelles, qui n ont malheureusement pas souvent abouti à des décisions. Qui saurait, en effet, définir la politique européenne de l automobile? Au moment de développer à grande échelle la voiture électrique, où sont les mesures de normalisation nécessaires? Que sont devenues les recommandations de la table ronde ELECTRA? Elles annonçaient pourtant deux ou trois projets-phare dans le secteur de l électricité et de l électronique. 3

4 Et qu ont donné celles de la table ronde «chimie européenne»? Faute de volonté, bien des actions nécessaires sont restées dans les cartons. J entends bien que la naissance d une stratégie industrielle en Europe suscite des inquiétudes et des craintes et risque de se heurter au dogme de la «neutralité technologique». Mais qu est-ce que cela signifie, alors que les concurrents de l Union organisent de vastes partenariats Etat-entreprises par exemple pour la voiture électrique? Alors que le gouvernement britannique n hésite pas à désigner les secteurs industriels les plus stratégiques pour la croissance européenne véhicules sans CO2, ingénierie aérospatiale, biotechnologies et nanotechnologies? Bruxelles est-il devenu le seul endroit au monde où l on s interdit de penser à l avenir? L histoire de l Europe plaide pour qu il n en soit rien! En vérité, l Union n a cessé de faire du sectoriel. Dès les origines, avec la CECA et EURATOM ; plus récemment, avec les grands programmes technologiques comme ITER ou GALILEO. L Union européenne a toujours été le niveau pertinent pour accompagner le développement des secteurs stratégiques. L un de ces secteurs stratégiques, c est celui de l énergie et du climat. L Union européenne, fort heureusement, ne l a pas ignoré. Beaucoup de choses ont déjà été faites : un plan européen très ambitieux de lutte contre les émissions de CO2 a été adopté ; des efforts en faveur de l efficacité énergétique ont été engagés ; la Commission a émis des propositions visant à renforcer la sécurité de notre approvisionnement en gaz naturel ; l élaboration de normes communes de sûreté nucléaire a été relancée. Je crois qu il faut aller encore plus loin. Nous devons assurer à l économie européenne des fournitures d énergie à un coût raisonnable. Ce qui implique de coordonner nos investissements de capacité; d améliorer le transport de l électricité et du gaz; de définir une véritable politique d approvisionnement, comprenant notamment des achats groupés de gaz. Cela même doit faire partie d un plan global de «croissance verte», dont le potentiel est gigantesque, à condition que l Union sache l entourer de politiques d accompagnement. Prenons garde à un éventuel «dumping environnemental», venant de pays tiers exportateurs qui n accepteraient pas de réduire substantiellement leurs émissions de CO2. Sans un mécanisme d inclusion carbone aux frontières, une prime inacceptable pourrait être donnée, après Copenhague, à ceux qui refuseraient de jouer le jeu. Ce serait mauvais pour le climat et mauvais pour l économie européenne. La stratégie économique européenne, c est l investissement dans des secteurs d innovation qui bénéficient à notre croissance et à notre environnement. Mais cet investissement n a de sens que s il est inséparable d une coordination des politiques communautaires : c est le deuxième volet de notre stratégie. L un des échecs de la stratégie de Lisbonne, c est d avoir négligé ce point. Elle insistait sur la coordination des politiques propres aux Etats, mais elle n appelait pas assez les politiques communautaires à contribuer à la stratégie économique européenne. Et pourquoi les «tables rondes» sectorielles dont j ai déjà parlé à propos de l automobile, de l électronique ou de la chimie, n ont-elles pas véritablement débouché sur des actions concrètes? 4

5 Parce qu il manque une capacité de coordination et de suivi à Bruxelles. La nouvelle Commission devra s en saisir. Cette coordination concerne bien évidemment, en particulier, la politique commerciale de l Union. La prospérité européenne s est construite sur un marché intérieur fort, mais aussi sur l ouverture des marchés internationaux. Cela reste plus vrai que jamais. La tentation protectionniste serait suicidaire. Mais l ouverture des marchés doit être réciproque! Quand certains des grands partenaires de l Union introduisent de nouvelles mesures de discrimination dans leurs marchés publics, quand ils continuent à violer massivement les règles de protection de la propriété intellectuelle, nous ne pouvons rester sans réagir! La compétence commerciale des Etats est depuis longtemps transférée à l Union européenne : c est le devoir de l Union européenne de garantir à ces Etats une ouverture véritablement réciproque. J approuve le Président Barroso quand il indique que dans ce domaine «nous ne pouvons être naïfs». Notre coordination doit faire notre force dans les relations extérieures. Elle doit l assurer aussi au sein de l Union. Toutes les politiques communautaires qui structurent le marché intérieur requièrent la réunion de nos volontés pour être réorientées en faveur de la croissance. Car la croissance doit être notre règle d or. Réglementation, formation, concurrence, financement : c est à chaque fois la croissance qui doit nous guider. Toute nouvelle proposition réglementaire devra faire la preuve de son apport pour la croissance. Evitons à nos entreprises les charges injustifiées! Nombreux sont les secteurs qui réclament un moratoire réglementaire de deux ans. Les PME sont de loin le premier employeur de l Europe : ne les asphyxions pas! Sachons faire de la directive services un instrument de croissance, sans rouvrir un débat anxiogène, qui a fait tant de ravages dans nos Etats, et pour tout dire inutile, sur les secteurs sociaux des Etats membres. Adaptons le Fonds social européen, essentiel dans l organisation des politiques de formation, aux profonds changements qui accompagneront la sortie de crise. Reconsidérons notre politique de concurrence à la lumière de la situation actuelle. Soyons attentifs, enfin, à l accès de nos entreprises au financement. Le sujet est plus actuel que jamais. Les derniers chiffres montrent que, en juillet, l évolution du crédit au secteur privé dans la zone euro a enregistré la croissance annuelle la plus faible de son histoire. Je souhaite que la Commission réfléchisse, en liaison avec les Banques Centrales des pays de l Union, aux moyens d encourager la distribution de crédits à l économie et d éviter que les établissements financiers ne thésaurisent inutilement des dépôts. Par ailleurs, le risque systémique qui pèse sur le système financier est loin d avoir disparu. Les erreurs dénoncées par tous il y a six mois sont de retour notamment l octroi inconsidéré de rémunérations extravagantes qui favorisent la prise de risques excessifs. Des efforts de régulation et de supervision sont en cours à l échelle européenne ; ils doivent être menés à bien et étendus à tous les partenaires du G20. Les récentes déclarations de Lord Turner m apparaissent comme une source d espoir. Et en définitive, ne redoutons pas de recourir aux ressources communautaires pour soutenir la croissance. 5

6 La Banque européenne d investissement a beaucoup fait, en particulier pour les PME et le secteur automobile : mobilisons-la davantage encore! Le budget communautaire devra aussi jouer son rôle dans cet investissement en faveur de la croissance. Ce sera l occasion pour nous tous de réfléchir à la structure de ce budget et aux méthodes de gestion de la Commission. Il faudrait en particulier que les programmes européens de recherche reçoivent des priorités mieux définies et moins nombreuses, et que l on simplifie les procédures. «Mieux dépenser» : cela doit être notre mot d ordre. Cela doit être notre ambition au moment de négocier de nouvelles perspectives financières. La stratégie économique européenne, c est le déploiement de toutes nos forces actuelles afin de retrouver la croissance. Mais pour être sûrs de nos forces, nous devons être sûrs de nos finances publiques. C est le troisième volet de notre stratégie. La situation est sérieuse. La dette publique des dix pays les plus riches du G20 est passée de 78% de leur PIB en 2008 à près de 100% cette année. Une partie de cette dette se résorbera mécaniquement avec la reprise économique. Mais il est indispensable que les autorités communautaires engagent avec les Etats membres une programmation concertée du rétablissement de leurs finances publiques. Si nous demandons aux pays de suivre des programmes qui ne seraient pas réalistes, nous risquons d être confrontés à une spirale d endettement qui nous ôtera bientôt toute emprise sur notre destin. En France, le gouvernement ne concède rien sur ce point. Certes, le déficit a été ponctuellement creusé par les dépenses d investissement du plan de relance : déjà 18,2 milliards d euros injectés dans l économie. Mais les premiers résultats sont là : l activité a augmenté au deuxième trimestre après une année de repli. Le combat pour la maîtrise des finances publiques n a jamais été abandonné. La hauteur de nos déficits structurels menace la pérennité de notre économie. Pour les réduire, nous n augmenterons pas nos prélèvements, qui sont déjà parmi les plus importants d Europe ; mais nous ferons un effort continu de réduction des dépenses de l Etat. Pour 2010, les dépenses de l Etat sont maintenues à zéro volume et la règle du non remplacement d un fonctionnaire sur deux partant à la retraite sera respectée. Avec le Président Sarkozy, nous avons décidé de favoriser les investissements qui font la preuve de leur rendement futur et de tenir sérieusement les dépenses de l Etat. Cette maîtrise nationale des dépenses publiques, il faut qu elle s inscrive dans un mouvement européen. Prenons garde à toute tension éventuelle. Nous avons tous le même objectif : rétablir l équilibre de nos finances publiques. Il serait dangereux que nous le manquions en ne coordonnant pas assez nos actions. Si la France et l Allemagne s expriment parfois différemment à ce propos, il n existe aucune divergence idéologique entre nos deux pays, ni sur l importance de la maîtrise des déficits publics, ni sur la nécessité, souvent rappelée par Mme Merkel, d investir toujours davantage dans les secteurs qui feront la croissance de demain. 6

7 Nous devons en débattre au sein de la zone euro, mais aussi à l extérieur de la zone euro. Nous mettrions en péril la cohérence de notre marché intérieur si nous faisions diverger les trajectoires respectives de nos finances publiques. La stratégie économique européenne, c est la lutte concertée contre toute dérive incontrôlée de l endettement public. Mesdames et Messieurs, La grande leçon que j ai tirée de mon expérience de la Présidence française, en 2008, c est que l Union européenne dispose de beaucoup plus de moyens qu on ne le croit en général. Ce qui lui manque, c est trop souvent la volonté politique d agir. Notre présidence a su, je crois, relever le défi de la lui donner. Dans la crise que nous traversons, c est en matière d économie et de finances que cette volonté est indispensable. Tous les instruments de la croissance sont là, en Europe. N ayons pas peur de les utiliser résolument et collectivement. En 2008, l Europe a sauvé le système financier international, qui était au bord du gouffre. Elle a renoué avec la volonté. N oublions pas ce sursaut et cette puissance que nous nous sommes découverts en plein désarroi! Nous en avons encore besoin pour sortir de la crise et pour assurer, demain, nos emplois, notre croissance et notre rayonnement commun. 7

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

Intervention du Premier ministre, François FILLON. - Sauveterre-de-Guyenne, mardi 8 septembre 2009 -

Intervention du Premier ministre, François FILLON. - Sauveterre-de-Guyenne, mardi 8 septembre 2009 - PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Intervention du Premier ministre, François FILLON - Sauveterre-de-Guyenne, mardi 8 septembre 2009 - Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne 75007 PARIS Mesdames et messieurs

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013

PREMIER MINISTRE. Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17 juin 2013 PREMIER MINISTRE Pôle Stratégie, Médias et Communication Hôtel de Matignon, le 17 juin 2013 Discours de Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, pour le lancement de la plateforme dédiée à la RSE, Lundi 17

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL

DISCOURS de Sylvia PINEL Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le mardi 26 mai 2015 DISCOURS de Sylvia PINEL Lancement du nouveau cadre de référence

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Monsieur le président de l Association des diplômés, Monsieur le président du Club Finance, banque et assurance, Mesdames et messieurs,

Monsieur le président de l Association des diplômés, Monsieur le président du Club Finance, banque et assurance, Mesdames et messieurs, Intervention d Alain Lambert, Ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Groupe professionnel ESSEC Finance Banque et Assurance mardi 13 mai 2003 Monsieur le président de l Association des diplômés,

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Réponse à la consultation publique française sur le projet d accord de libre-échange entre l Union européenne et les Etats-Unis

Réponse à la consultation publique française sur le projet d accord de libre-échange entre l Union européenne et les Etats-Unis 27/02/2013 Réponse à la consultation publique française sur le projet d accord de libre-échange entre l Union européenne et les Etats-Unis American Chamber of Commerce in France 77 rue de Miromesnil, 75008

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Philippe MARTIN, Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Paris, le jeudi 6 février 2014 Discours de Philippe MARTIN Ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie

Plus en détail

Discours de clôture d Alain Vidalies Conférence nationale logistique Mercredi 8 juillet 2015

Discours de clôture d Alain Vidalies Conférence nationale logistique Mercredi 8 juillet 2015 Discours de clôture d Alain Vidalies Conférence nationale logistique Mercredi 8 juillet 2015 Monsieur le député François-Michel Lambert, président des travaux de la conférence nationale logistique, Mesdames

Plus en détail

Prise de position sur le financement et la gestion des politiques climatiques

Prise de position sur le financement et la gestion des politiques climatiques EC188/EN/6 COMITÉ EXÉCUTIF Bruxelles, 1-2 juin 2010 Point 6 de l'ordre du jour Prise de position sur le financement et la gestion des politiques climatiques Le Comité exécutif est invité à approuver la

Plus en détail

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise

Le billet de Michel Fried. L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise Le billet de Michel Fried novembre 2009 L Allemagne n offre pas de modèle de «sortie» de crise La question qui agite aujourd hui les responsables des politiques économiques des grands pays industrialisés

Plus en détail

Service de presse Paris, le 30 mai 2013 LA FRANCE ET L ALLEMAGNE ENSEMBLE POUR RENFORCER L EUROPE DE LA STABILITE ET DE LA CROISSANCE

Service de presse Paris, le 30 mai 2013 LA FRANCE ET L ALLEMAGNE ENSEMBLE POUR RENFORCER L EUROPE DE LA STABILITE ET DE LA CROISSANCE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 30 mai 2013 LA FRANCE ET L ALLEMAGNE ENSEMBLE POUR RENFORCER L EUROPE DE LA STABILITE ET DE LA CROISSANCE La France et l Allemagne s accordent pour

Plus en détail

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée»

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» CONVENTION INTERNATIONALE DES JURISTES DE L UNION POUR LA MEDITERRANEE NICE, LE 28 JUIN 2008 «Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» Henry Marty-Gauquié, Représentant du Groupe BEI

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014

Forum Paris Europlace. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Pavillon d Armenonville. Mercredi 9 juillet 2014 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum Paris Europlace Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Pavillon d Armenonville Mercredi 9 juillet 2014

Plus en détail

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes au sujet de l accord de partenariat économique global (APEG) Canada-Inde Ailish Campbell, vice-présidente,

Plus en détail

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Madame Hélène CONWAY-MOURET Ministre déléguée chargée des Français de l Etranger ; Madame et Messieurs les Ministres ; Excellences,

Plus en détail

Discours du Premier ministre François FILLON Inauguration de l usine Saint-Gobain Isover. Chemillé, mercredi 14 avril 2010

Discours du Premier ministre François FILLON Inauguration de l usine Saint-Gobain Isover. Chemillé, mercredi 14 avril 2010 PREMIER MINISTRE SERVICE DE PRESSE Discours du Premier ministre François FILLON Inauguration de l usine Saint-Gobain Isover Chemillé, mercredi 14 avril 2010 Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne 75007 PARIS

Plus en détail

Le développement des effacements

Le développement des effacements Le développement des effacements LA CAPACITE, OU COMMENT GARANTIR LA SECURITE D APPROVISIONNEMENT Afin d assurer la sécurité d alimentation en électricité, l UFE milite depuis plusieurs années pour la

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

La mixité énergétique en Europe

La mixité énergétique en Europe La mixité énergétique en Europe Toute l'europe, le Mouvement Européen - France et la Commission Europe du MEDEF organisaient ce jeudi 16 avril un débat «Quel mix énergétique pour l Europe en 2020?»" dans

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

PETROLE ET ECONOMIE ALGERIENNE. Rachid Sekak. Economiste

PETROLE ET ECONOMIE ALGERIENNE. Rachid Sekak. Economiste Les politiques d utilisation des ressources énergétiques: Entre les exigences du PETROLE ET ECONOMIE ALGERIENNE Rachid Sekak Economiste HSBC France Direction de la Stratégie Depuis plusieurs mois, on observe

Plus en détail

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement PREMIER MINISTRE Service Communication Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement Paris, jeudi 26

Plus en détail

Bruxelles, le 22 janvier 2007 CONSEIL DE L UNION EUROPÉENNE

Bruxelles, le 22 janvier 2007 CONSEIL DE L UNION EUROPÉENNE CONSEIL DE L UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22 janvier 2007 VISITE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL ENVIRONNEMENT, MONSIEUR SIGMAR GABRIEL, À LA COMMISSION DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ÉNERGIE DU PARLEMENT

Plus en détail

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi

Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint. Actes du Colloque Xerfi Sous la direction de Laurent Faibis avec la collaboration de Jean-Michel Quatrepoint Finance emploi relocalisations Actes du Colloque Xerfi Michel Aglietta Eric Bourdais de Charbonnière Jérôme Cazes Louis

Plus en détail

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV

9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV 63((&+ 3KLOLSSH%XVTXLQ Commissaire européen chargé de la Recherche 9HUV XQH SODWHIRUPH LQGXVWULHOOH SRXU OHVQDQRWHFKQRORJLHV Conférence "Production durable : le rôle des nanotechnologies" &RSHQKDJXHRFWREUH

Plus en détail

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation.

La dernière fois que nous nous sommes vus, c était le 4 octobre 2014, pour le lancement de la concertation. Seul le prononcé fait foi Présentation de la stratégie numérique du gouvernement Gaité Lyrique 18 juin 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Mesdames, messieurs les ministres, Mesdames, messieurs

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN,

Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011. Intervention de M. François BAROIN, Agenda social de la Fonction publique pour l année 2011 Intervention de M. François BAROIN, Ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l Etat, Porte-parole du

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D

L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique. Le bouclage macroéconomique. Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D L'apport des sciences sociales aux exercices de prospective énergétique Le bouclage macroéconomique Mourad AYOUZ Chercheur EDF- R&D INTRODUCTION Question traitée dans cette présentation On se propose de

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL

Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL Seul le prononcé fait foi Intervention de M. Marc René BAYLE, préfet du Cantal lors de l'assemblée générale de la Chambre de métiers et de l'artisanat du CANTAL à Saint-Flour le jeudi 16 juin 2011 M. le

Plus en détail

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne

Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Traduction Questions fréquemment posées au sujet de la sortie du nucléaire en Allemagne Pour quelles raisons décisives le gouvernement fédéral veut-il sortir complètement du nucléaire d ici à 2022? Décisif

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique

Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Présentation de la stratégie nationale pour la sécurité du numérique Maison de la chimie Paris 16 octobre 2015 Allocution de Manuel VALLS, Premier ministre Seul le prononcé fait foi Madame la ministre,

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

Violences envers les femmes : La formation des professionnel-les, une urgence de santé publique

Violences envers les femmes : La formation des professionnel-les, une urgence de santé publique Violences envers les femmes : La formation des professionnel-les, une urgence de santé publique * * * Intervention de Madame Najat VALLAUD-BELKACEM Ministre des droits des femmes, Porte-parole du Gouvernement

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA

ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ALLOCUTION DE S.E.M. SIDIKI KABA GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE DE LA REPUBLIQUE DU SENEGAL REUNION DU BUREAU DE L ASSEMBLEE DES ETATS PARTIES AU

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Restera-t-il une place pour l éolien dans le futur marché énergétique?

Restera-t-il une place pour l éolien dans le futur marché énergétique? Restera-t-il une place pour l éolien dans le futur marché énergétique? France Energie Eolienne Mars 2014 Le marché de l électricité traverse aujourd hui une crise sans précédent. La crise économique engendre

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE?

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? C O M P T E - R E N D U UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE-DÉBAT ORGANISÉE LE 2 DÉCEMBRE 2014 À PARIS, PAR L IRIS ET LA MAISON DE L EUROPE. autour

Plus en détail

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature

Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse de l homme et de la nature Didier Janci Didier Janci, Caisse des Dépôts, membre du Conseil Economique pour le développement durable (CEDD) Du partage public-privé du financement de la transition vers une économie plus respectueuse

Plus en détail

la création d une compagnie maritime régionale

la création d une compagnie maritime régionale Intervention de M. Jean Claude de l Estrac, Secrétaire général de la Commission de l Océan Indien sur la création d une compagnie maritime régionale 10 11 septembre 2012, Hôtel Hennessy, Ebène, Ile Maurice

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI. Monsieur le Président du Syndicat de la librairie française, cher Matthieu de Montchalin, Mesdames et Messieurs les élus,

SEUL LE PRONONCE FAIT FOI. Monsieur le Président du Syndicat de la librairie française, cher Matthieu de Montchalin, Mesdames et Messieurs les élus, Discours Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à l occasion des 3 e Rencontres nationales de la librairie, à Lille, le lundi 22 juin 2015 Monsieur le Président du Syndicat

Plus en détail

Coups de ciseaux verts : où couper et où investir

Coups de ciseaux verts : où couper et où investir COMMUNIQUÉ DE PRESSE Pour diffusion immédiate 26 mars 2012 Coups de ciseaux verts : où couper et où investir OTTAWA - Éliminer le gaspillage et renforcer l économie doit être le principal objectif de prochain

Plus en détail

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise

Premier chapitre : l hétérogénéité de la zone euro est la cause profonde de la crise La zone euro est depuis le début de la crise grecque au bord de l implosion. Un doute profond s est progressivement généralisé à l ensemble des pays, et une question a émergé : la création d une monnaie

Plus en détail

l économie se mobilise pour une protection active du climat

l économie se mobilise pour une protection active du climat 23 OCTOBRE 2011 FICHES THEMATIQUES: POLITIQUE CLIMATIQUE l économie se mobilise pour une protection active du climat La loi sur le CO 2 est la base de référence pour l application du Protocole de Kyoto

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30

DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 PREFET DU LANGUEDOC-ROUSSILLON DOSSIER DE PRESSE Le pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi le lundi 18 mars à 17h30 1. Point Presse Lundi 18 mars à 17h30 Amphi Philippe Lamour

Plus en détail

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature

Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature Mesures centrales relatives à la Transition énergétique pour la 18e législature (L Agenda Énergie en 10 points du Ministère fédéral de l Économie et de l Énergie [BMWi]) 1. Énergies renouvelables, loi

Plus en détail

71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales

71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE 71 ème Congrès du syndicat national des directeurs généraux des collectivités territoriales Discours de M. François Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Jeudi 13

Plus en détail

ALLOCUTION PAR KRIS PEETERS VICE-PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DE L EMPLOI, DE L ECONOMIE, ET DES CONSOMMATEURS, CHARGE DU COMMERCE EXTERIEUR

ALLOCUTION PAR KRIS PEETERS VICE-PREMIER MINISTRE ET MINISTRE DE L EMPLOI, DE L ECONOMIE, ET DES CONSOMMATEURS, CHARGE DU COMMERCE EXTERIEUR Vice- Eerste Minister en Minister van Werk, Economie en Consumenten, Belast met Buitenlandse Handel Vice- Premier Ministre et Ministre de l Emploi, de l Economie et des Consommateurs, Chargé du Commerce

Plus en détail

La crise Où en sommes-nous?

La crise Où en sommes-nous? COMITÉ DE DIRECTION Bruxelles, le 5 février 2009 SC. 125 Point 3 de l ordre du jour La crise Où en sommes-nous? Le comité de direction est invité : à prendre note de ce document ETUC/ SC125/JM/lw-03/02/2009

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

La stratégie de Lisbonne en quelques mots

La stratégie de Lisbonne en quelques mots La stratégie de Lisbonne en quelques mots Juin 2005 Pascal Nonat La politique de l Union Européenne, dite «Stratégie de Lisbonne», a été adoptée en 200o pour doter l UE d une économie forte et hautement

Plus en détail

Quelle soutenabilité pour notre modèle de croissance?

Quelle soutenabilité pour notre modèle de croissance? DOROTHEE PINEAU PARIS, LE 26/11/2013 NOTE RELATIVE AU DEBAT DU CGSP Quelle soutenabilité pour notre modèle de croissance? Jeudi 24 octobre 2014 I. SUR LA PARTIE CONSTATS. 1) Aspects économiques La définition

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 février 2015 Séance de 12 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 12 février 2015 Séance de 12 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 12 février 2015 Séance de 12 heures 15 Compte rendu n 6 Audition, ouverte à la presse, de M. Fabrice

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services

Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services SPEECH/13/XXX Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Dématérialisation de la commande publique : un levier de modernisation de l administration publique

Plus en détail

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013

Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Industrie: quelles réformes ambitieuses pour relancer l investissement? Conférence de presse du GFI Jeudi 28 novembre 2013 Bilan à l An 1 du Rapport Gallois et du Pacte de compétitivité La plupart des

Plus en détail

Discours du Premier ministre devant le BDI à Berlin le 23 septembre 2014. Seul le prononcé fait foi

Discours du Premier ministre devant le BDI à Berlin le 23 septembre 2014. Seul le prononcé fait foi Frankreich Info Herausgeber : Französische Botschaft - Presse- und Kommunikationsabteilung - Pariser Platz 5-10117 Berlin info@ambafrance-de.org www.ambafrance-de.org 29/09/2014 Discours du Premier ministre

Plus en détail

Jeudi 20 Novembre 2014.

Jeudi 20 Novembre 2014. www.economie.gouv.fr Paris le 20 novembre 2014 Intervention d Emmanuel MACRON Ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique Audition par Commission d enquête sur l impact sociétal, social, économique

Plus en détail

Comité technique paritaire ministériel du 1er octobre 2009 Discours - Luc Chatel 01/10/2009

Comité technique paritaire ministériel du 1er octobre 2009 Discours - Luc Chatel 01/10/2009 Comité technique paritaire ministériel du 1er octobre 2009 Discours - Luc Chatel 01/10/2009 Luc Chatel a proposé aux enseignants un nouveau "pacte de carrière" lors du comité technique paritaire ministériel

Plus en détail

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 6221 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 6221 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 4 mai 2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 mai 2011 TEXTE

Plus en détail

L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ

L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ 1 L UNION EUROPÉENNE, SYSTÈME LE PLUS SOPHISTIQUÉ AU MONDE POUR CONSTRUIRE UNE CIVILISATION PAR LE MARCHÉ Jacques Nikonoff Ce qui est appelé la «construction» européenne repose en réalité sur la marchandisation

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail