Le froid. JLH Cmas *** 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le froid. JLH Cmas *** 1"

Transcription

1 Le froid JLH Cmas *** 1

2 Plan Objectif Mécanisme La régulation thermique La neutralité thermique Les sources de chaleur Production de chaleur (thermogenèse) La déperdition de chaleur en plongée thermolyse) Les échanges thermiques Refroidissement La thermorégulation Conséquences du refroidissement en plongée Rôle du guide de palanquée (protection) avant et après la plongée Rôle du guide de palanquée (protection) pendant la plongée Rôle du guide de palanquée (comportement) avant, pendant et après la plongée Rôle du guide de palanquée / diététique Conduite à tenir Déshydratation en plongée Généralités La diurèse d immersion La diurèse de lutte contre le froid Rôle du guide de palanquée dans la prévention de la déshydratation JLH Cmas *** 2

3 Objectifs Connaître les circonstances possibles de ses situations. Savoir reconnaître les manifestations observables et les conséquences. Savoir faire les liens entre la physiologie de l organisme et l adaptation à la plongée. Insister sur le rôle de prévention du guide de palanquée et sa capacité à mettre en place les gestes de secours adaptés à ces situations. Les incidences du froid en plongée Le froid est une agression qui ne doit pas être négligée: en plongée, il n est jamais responsable d hypothermie vraie mais il représente un facteur de risque dans la genèse des accidents de plongée. JLH Cmas *** 3

4 La régulation thermique La température centrale de l organisme se situe autour de 37 (foie, cœur, reins, cerveau), Autour se trouve une zone de température variable (membres, peau..). La température central doit restée stable et admet de faibles variations sinon grave perturbation de leur fonctionnement. JLH Cmas *** 4

5 La régulation thermique JLH Cmas *** 5

6 La régulation thermique JLH Cmas *** 6

7 La neutralité thermique C est la température à laquelle un corps nu ne perd ni ne gagne de chaleur : 25 dans l air (en l absence de vent) dans l eau (refroidissement y compris dans les mers chaudes) Pour maintenir cette température centrale l organisme va production de la chaleur correspondant au métabolisme de base (1600 à 1800 Kcal/24 heures). JLH Cmas *** 7

8 Les sources de chaleur Production de chaleur (thermogenèse) Au repos, la thermogenèse est due : * pour plus de 50 % aux organes internes, * pour 1/5ième à la musculature et à la peau. L activité physique augmente la production de chaleur 90 % produit par la musculature. La déperdition de chaleur en plongée (thermolyse) Les échanges thermiques Lorsque deux corps, de température différente sont en présence, un échange de chaleur va se produire selon 3 mécanismes. Sachant que la chaleur se déplace toujours du point le plus chaud vers celui le plus froid c est-à-dire de l organisme du plongeur vers la couche d eau en contact avec son corps. JLH Cmas *** 8

9 Conduction C est un échange de chaleur de proche en proche à travers un solide ou un fluide immobile. L eau est 25 fois plus conductrice que l air un plongeur se refroidit 25 fois plus vite dans l eau que dans l air. En plongée, le corps réchauffe la fine couche d eau quasiment immobile, située entre la peau et la combinaison humide ou bien l eau ne pénètre pas du tout (combinaison sèche). L épaisseur du néoprène diminue les échanges entre la pellicule emprisonnée et l eau environnante. Sachant que plus la pression est importante (profondeur) plus l épaisseur du néoprène diminue. JLH Cmas *** 9

10 Convection C est l échange de chaleur entre un corps et un fluide ambiant (eau) en mouvement. En plongée, les pertes de chaleur par ce mécanisme interviennent à plusieurs niveaux : Lorsque le vêtement humide est trop grand ou mal ajusté (poches d eau), la fine couche située entre la peau et la combinaison devient mobile, d où accroissement des pertes de chaleur. Les mouvements d eau créés autour du plongeur par le courant. L inspiration d air froid : l air respiré est détendu donc froid et la température de l air inspirée est identique à la température de l eau. Le masque et le détendeur impliquent une respiration exclusivement par la bouche. Sachant que sur terre, l air inspiré par le nez se réchauffe dans les fosses nasales avant de pénétrer dans les voies aériennes. JLH Cmas *** 10

11 La respiration de certains gaz (Hélium), contenu dans le mélange trimix favorise le refroidissement du corps. A l inverse, l utilisation d un recycleur permet de réduire les déperditions de chaleur par la respiration (air chaud et sec). Hors de l eau, le vent provoque un renouvellement de l air au contact du corps, avec un refroidissement parfois important même si la température extérieure est élevée. JLH Cmas *** 11

12 Le rayonnement C est la transmission de chaleur par l émission ou la réception d une radiation, principalement des infrarouges. En plongée, l utilisation d une combinaison noire permet d améliorer en surface (bateau) la réception de chaleur. Le refroidissement est d autant plus important que la surface de contact est importante. La réaction naturelle consiste à se mettre en position fœtale (se recroqueviller). Les enfants, ayant un rapport surface corporelle/poids et un panicule adipeux moins élevés que les adultes se refroidissent plus rapidement. JLH Cmas *** 12

13 Le refroidissement La régulation est assurée par des capteurs externes, situés au niveau de la peau et interne au niveau des gros vaisseaux et des viscères, qui envoient des informations au niveau d une zone du cerveau, appelée hypothalamus (présence de récepteurs sensibles à la température). Il va jouer le rôle de thermostat. Cela va servir à lutter contre les risques de refroidissement et contre les excès de chaleur. JLH Cmas *** 13

14 La thermorégulation Vasoconstriction périphérique (fermeture des vaisseaux sanguins) au niveau de la peau et des extrémités (doigts, orteils, lèvres ) qui limite les échanges par conduction et convection. Peu de vasoconstriction au niveau de la tête. Vasodilatation centrale : permet de conserver les calories et d augmenter la production de chaleur. Cela va entraîner aussi une diminution du débit cardiaque. JLH Cmas *** 14

15 Conséquences du refroidissement en plongée Augmentation du rythme respiratoire : elle a pour but d augmenter la quantité d O2 disponible pour permettre à l organisme d utiliser ses réserves pour produire de la chaleur. Réactions cutanées : chair de poule, frissons, extrémités blanches. Doigts engourdies : limite l efficacité des gestes (gonflage de la stab) Baisse de la concentration et de la vigilance. Crampes Envie d uriner Tout ces facteurs peuvent favoriser l apparition de : l essoufflement, l accident de décompression, la surpression pulmonaire, la narcose, la noyade. JLH Cmas *** 15

16 Rôle du guide de palanquée avant et après la plongée Si la combinaison humide est revêtue à quai, prévoir une vêtement coupe-vent et étanche style ciré ou Kway et un bonnet (diminue la convection et augmente le rayonnement). Une sensation de froid en surface ne peut que s aggraver dans l eau. Consommation de boissons chaudes non alcoolisées : limite la perte de chaleur et prévient la déshydratation. Les boissons alcoolisées entraînent une vasodilatation périphérique déperdition de chaleur. Rôle du guide de palanquée pendant la plongée Le guide doit informer et conseiller le plongeur : Type de combinaison : shorty, humide, semi-étanche, étanche. JLH Cmas *** 16

17 Attention, un plongeur bien équipé en eau froide (étanche + vêtement thermique dessous) va peu souffrir du froid. Alors qu à l inverse dans une eau dite chaude (25 à 28 ), mais source de refroidissement, le plongeur va avoir tendance à utiliser une combinaison de faible épaisseur (shorty 1,5 mm et sans cagoule), à séjourner longtemps et à faire plusieurs plongées dans la journée. Il aura en finalité froid. Épaisseur du néoprène de la combinaison : à adapter suivant la température de l eau. de la coupe et des «poches d eau» : privilégier le «sur mesure». Ajustement au niveau des entrées d eau potentielles (poignet, chevilles, face.) Résistance à l écrasement du néoprène. Protection des extrémités (gants, chaussons). Protection de la nuque (cagoule) car le bulbe rachidien est le centre nerveux des principales fonctions vitales. JLH Cmas *** 17

18 Rôle du guide de palanquée avant, pendant et après la plongée Conseiller au plongeur de préparer et de ranger son matériel de plongée en vêtements chauds et non pas en combinaison de plongée. Faire le briefing au chaud. L augmentation de l activité musculaire (exp : accélération du palmage) va produire plus de chaleur mais va puiser dans ses réserves et les mouvements peuvent également provoquer la circulation d eau dans la combinaison. L observation par le guide palanquée de sa palanquée est importante. JLH Cmas *** 18

19 Un plongeur qui a froid peut : Se désintéresser de la plongée, Avoir une respiration rapide (chapelet de bulles sortant du détendeur), Augmentation de la consommation, Avoir une position recroquevillée, Avoir des débuts de tremblement (perceptibles au niveau des lèvres et des bras) Le guide doit limiter la durée de la plongée en eau froide et ne pas hésiter à remonter au premier signe de froid émis par un des plongeurs de la palanquée. JLH Cmas *** 19

20 Rôle du guide de palanquée / diététique Alimentation riche en sucres lents absorbés la veille au soir (pâtes, céréales, semoule ) et en protéines. Ne pas négliger le petit déjeuner. Avant l immersion : fruits secs, barres de céréales.. Proscrire les sucres rapides (chocolat, sucre..) qui risque d entraîner rapidement une hypoglycémie. Apport journalier : 4500 à 5000 kcalories/jour JLH Cmas *** 20

21 Conduite à tenir Sortir la victime de l eau en position allongée et la déséquiper le plus rapidement possible. Sécher sans frictionner Réchauffer (vêtements chauds, couverture de survie), mettre à l abri du vent. Boissons chaudes et sucrées. Administration d oxygène et évacuation si nécessaire Le froid a entraîné une vasoconstriction périphérique et le fait de réchauffer trop rapidement va entraîner une vasodilatation brusque et un afflux de sang trop rapide vers la périphérie du corps, au détriment des organes centraux, avec un risque de malaise cardiaque. C est pour cela qu il ne faut pas passer ses mains sous l eau chaude, ne pas prendre de douche très chaude, ne pas se frictionner. JLH Cmas *** 21

22 Déshydratation en plongée Elle peut être due à plusieurs facteurs : La diurèse due au froid, La diurèse d immersion, Sudation due à une chaleur excessive, La sécheresse de l air inspiré. JLH Cmas *** 22

23 La diurèse de lutte contre le froid Pour diminuer la déperdition, l organisme ramène par vasoconstriction périphérique, le sang vers les organes profonds et diminue son volume sanguin par élimination rénale. Les mécanismes des différents types de diurèse sont différents mais les effets se cumulent en plongée et entraînent la déshydratation. La déshydratation est un facteur aggravant des accidents de décompression par l augmentation de la viscosité sanguine. JLH Cmas *** 23

24 La diurèse d immersion La pression hydrostatique et la compression de la combinaison entraîne une redistribution du volume sanguin des membres inférieurs vers le thorax et l abdomen. Ceci va provoquer une augmentation du volume sanguin et l organisme va compenser en éliminant par les reins afin de diminuer ce volume et de retrouver un équilibre (d où l envie d uriner bien connue en plongée). Dès la remontée et le retour en surface, la pression ambiante diminuant, le volume sanguin reprend sa répartition habituelle dans le corps, mais du fait de la diurèse d immersion, le volume sanguin dans la circulation générale s avère insuffisant. JLH Cmas *** 24

25 Rôle du guide de palanquée dans la prévention de la déshydratation Inciter les plongeurs à boire avant et après la plongée (avoir systématiquement une bouteille d eau dans son sac de plongée). Dans le cadre de la plongée, l eau reste la meilleure des boissons car le thé et la café favorisent la sécrétion d urine. JLH Cmas *** 25

26 Prochain cours : La noyade Des questions JLH Cmas *** 26

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net

10 Novembre 2010. Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Froid, noyade 10 Novembre 2010 Nathalie PERON pn.peron@laposte.net Le froid Le froid L homme = homéotherme : Thermostat pour le maintien de la température centrale T centrale 37 C normalement T cutanée

Plus en détail

Connaître les circonstances possibles de ses situations. Savoir faire les liens entre la physiologie de l organisme et l adaptation à la plongée.

Connaître les circonstances possibles de ses situations. Savoir faire les liens entre la physiologie de l organisme et l adaptation à la plongée. Objectifs Connaître les circonstances possibles de ses situations. Savoir reconnaître les manifestations observables et les conséquences. Savoir faire les liens entre la physiologie de l organisme et l

Plus en détail

Le froid et les dangers du milieu

Le froid et les dangers du milieu Le froid et les dangers du milieu Table des matières I]Le froid...2 a)le refroidissement du corps en plongée...2 1)Éléments favorisants...2 2)Symptômes...2 3)Prévention...3 4)Comportement...3 b)le givrage

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011

LA THERMOREGULATION. IFSI 1ère année promotion 2008 2011 IFSI 1ère année promotion 2008 2011 NP Plan du cours LA THERMOREGULATION Définition de l homéothermie Définition de la thermorégulation Les modes de transmission de la chaleur Régulation de la température

Plus en détail

HYPOTHERMIE. - a) la conduction: par contact direct, exp. : patient sur la table d'opération

HYPOTHERMIE. - a) la conduction: par contact direct, exp. : patient sur la table d'opération HYPOTHERMIE DEFINITION Un organisme homéotherme présente une hypothermie lorsque la température profonde est inférieure de plus d'une déviation standard à la température moyenne soit en pratique une température

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

Claude ZION Novembre 2011 1

Claude ZION Novembre 2011 1 FROID DANGERS DU MILIEU COMPORTEMENT & SÉCURITÉ COURBE DE SÉCURITÉ 1 LE FROID Réchauffement climatique Pas vraiment d actualité en plongée sous nos latitudes. Notions de base : La température du corps

Plus en détail

IFSI de Versailles : 1 ère année Promotion 2001-2004. La thermorégulation

IFSI de Versailles : 1 ère année Promotion 2001-2004. La thermorégulation La thermorégulation L homme est un homéotherme : capable de maintenir sa T centrale constante malgré les variations de T ambiante : 37 C Seuls les viscères profonds (foie, cerveau, sont a T constante.

Plus en détail

Anat-Physio : divers. Question 1

Anat-Physio : divers. Question 1 Question 1 05ANA-DI-4-01(1) Pourquoi avez-vous besoin d uriner pendant ou après une plongée? Expliquez le mécanisme. L'augmentation de pression sur l'organisme d'une part, les vasoconstrictions périphériques

Plus en détail

Ambiances thermiques. La surveillance médicale

Ambiances thermiques. La surveillance médicale Ambiances thermiques La surveillance médicale 1. Quels sont les effets du travail au froid ou à la chaleur?...2 2. Quelle est la perte hydrique maximale sur une journée?...2 3. Qu'est-ce l'acclimatement

Plus en détail

Prévention des accidents en plongée 2

Prévention des accidents en plongée 2 Accidents 2 Préparation Niveau II Prévention des accidents en plongée 2 Accidents biophysiques Autres accidents Vincent BONNEMAISON Club Subaquatique de Charenton 1/14 Version 1 : Vincent Bonnemaison 22.01.2003

Plus en détail

Le froid en plongée Cours de Niveau 4. 21/08/2016 Version 1

Le froid en plongée Cours de Niveau 4. 21/08/2016 Version 1 Cours de Niveau 4 21/08/2016 Version 1 Historique du document Date version auteur changement/ajout 21/08/2016 1 Création 2 of 11 Table des matières 1 Introduction... 4 2 Rappel... 5 2.1 La composition

Plus en détail

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1

PREMIERS SECOURS EN ÉQUIPE DE NIVEAU 1 PARTIE 8 L ARRÊT CARDIAQUE 1. OBJECTIFS A la fin de cette partie, vous serez capable de prendre en charge, seul ou au côté d un équipier secouriste, avec ou sans matériel minimum de premiers secours, une

Plus en détail

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression

Dissolution des Gaz & Accidents de décompression Dissolution des Gaz & Accidents de décompression 1 Plan du cours Introduction Rappels Pression Composition de l air Pression partielle Courbe de sécurité Anatomie Dissolution des Gaz (Loi de Henry) Mise

Plus en détail

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents

THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents THEORIE N1-2014-2015 1 partie Les accidents 1 Les différents types d accidents Les barotraumatismes L essoufflement L accident de décompression Le froid 2 Les différents types d accidents de plongée 1

Plus en détail

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes :

barotraumatismes Physiologie et Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée La physiologie et les barotraumatismes : Théorie Niveau 2 ASCSB Plongée Physiologie et barotraumatismes La physiologie et les barotraumatismes : Physiologie : L oreille La petite et la grande circulation Les accidents barotraumatiques La surpression

Plus en détail

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION

GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Inf. M.P GILLES - Exp. S. GUINARD - JNISP 2008 FICHE DE GESTION DES TEMPS DE PAUSE ET DE RECUPERATION Le personnel SSSM s appuie sur différents paramètres:

Plus en détail

Thermorégulation et exercice physique

Thermorégulation et exercice physique Thermorégulation et exercice physique Généralités L activité physique en ambiance chaude ou froide augmente les charges pour l organisme Dans des conditions extrêmes, l organisme doit s adapter Mécanismes

Plus en détail

Givrage des détendeurs

Givrage des détendeurs COMMISSION TECHNIQUE REGIONALE EST Givrage des détendeurs Recommandations issues d un groupe de travail des Instructeurs de la CTR EST Pourquoi aborder ce sujet? Accidents fréquents dans nos eaux intérieures

Plus en détail

Préparation à l examen de plongeur Niveau 2. Flottabilité Autonomie Vision Acoustique Noyade Froid

Préparation à l examen de plongeur Niveau 2. Flottabilité Autonomie Vision Acoustique Noyade Froid Préparation à l examen de plongeur Niveau 2 Flottabilité Autonomie Vision Acoustique Noyade Froid Dominique STEINMETZ janvier 2011 Flottabilité Qu est ce qui nous fait flotter? Combinaison Poumons Gilet

Plus en détail

CPR Réanimation cardio-pulmonaire

CPR Réanimation cardio-pulmonaire Thème 04 CPR Réanimation cardio-pulmonaire N d article 1401 CSauv Thème 04 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Schéma ABCD Respiration artificielle Contexte initial / Position du patient Si au point A

Plus en détail

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 Objectif : La formation a pour objet l'acquisition des connaissances nécessaires à la bonne exécution des gestes de secours seul ou au côté d'un équipier secouriste,

Plus en détail

Qualification NITROX. Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231

Qualification NITROX. Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231 Qualification Jean MARCILLY MF1 15775 Moniteur Nitrox 3231 PLAN Plus d oxygène : 2 Qu est-ce que le Nitrox? Plus d oxygène : Mélange d oxygène et d azote dont le pourcentage en O 2 est supérieur à celui

Plus en détail

Les risques du milieu

Les risques du milieu Quels sont-ils? Le départ : embarcation, départ du bord, le matériel Les vagues La visibilité Le courant Le froid Les épaves Les grottes, tunnels Les zanimos La noyade L apnée Le départ : Assurer la sécurité

Plus en détail

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Plan du cours. 1. Les termes savants utilisés! 1.1 La Force. 1.2 La Température. 1.3 La Pression. 1.4 Le Volume. 2. Variations de volumes et de pression. 2.1

Plus en détail

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique.

Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Bilan n 5 Le corps humain et santé : l exercice physique. Objectifs de cette partie du programme : - (TP n 21) découvrir les modifications physiologiques du système cardiorespiratoire lors d un effort.

Plus en détail

Cours Niveaux 3 LA REMONTEE - 1ère partie CB/03-2012

Cours Niveaux 3 LA REMONTEE - 1ère partie CB/03-2012 Cours iveaux 3 LA REMOTEE - 1ère partie Plan du cours La remontée est un moment crucial de la plongée puisque nous allons subir, comme à la descente, des variations de volumes mais nous devrons aussi veiller

Plus en détail

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012

Objectifs. Définition AGIR DEVANT UN MALAISE 28/10/2012 1 AGIR DEVANT UN MALAISE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Effectuer des gestes simples pour mettre en confiance la victime et: Luiproposerdesemettreaurepos Écouter ses plaintes

Plus en détail

NOYADE EN PLONGEE 1. DEFINITION 2. MECANISMES 3. CONSEQUENCES. Laurent MARCOUX Thomas ANTH

NOYADE EN PLONGEE 1. DEFINITION 2. MECANISMES 3. CONSEQUENCES. Laurent MARCOUX Thomas ANTH NOYADE EN PLONGEE Laurent MARCOUX Thomas ANTH 1. DEFINITION C est l irruption d eau dans les voies aériennes qui entraîne une privation d oxygène, en particulier, au niveau du cerveau et du cœur. En l

Plus en détail

Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d et noyade

Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d et noyade Accidents Barotraumatismes, accident de décompression d (ADD) et noyade Club du CSA de Ruelle Cours niveau 2 et 3 PSM - CSA Ruelle 2009 1 / 29 Introduction Sujets : les accidents liés à la pression. La

Plus en détail

Contrainte thermique Les effets sur le corps

Contrainte thermique Les effets sur le corps Un partenariat Contrainte thermique Les effets sur le corps La contrainte thermique, par la chaleur ou par le froid, enclenche des mécanismes physiologiques de régulation permettant au corps de maintenir

Plus en détail

QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2

QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2 QCM / Q. OUVERTES PREMIERS SECOURS NIVEAU 1 ET 2 Les atteintes liées aux circonstances 1. En cas de morsure de serpent, quelle est la conduite à tenir avant de demander un avis médical? a) Aspirer le venin

Plus en détail

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES...

LES ACCIDENTS BAROTRAUMATIQUES... Cours prépa niveau 1 La Pression et ses effets sur l'organisme (Les barotraumatismes et la surpression pulmonaire) SITUATION : début de formation N1, 3 ème cours théorique. Cours n 1 : Le matériel de plongée

Plus en détail

LES VAISSEAUX SANGUINS

LES VAISSEAUX SANGUINS LES VAISSEAUX SANGUINS PLAN DU COURS: LES VAISSEAUX SANGUINS (chap.20) STRUCTURE ET FONCTIONS DES VAISSEAUX SANGUINS introduction structure des parois vasculaires réseau artériel capillaires réseau veineux

Plus en détail

BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression

BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression - 1 - BAROTRAUMATISMES N4 PLAN Introduction : barotraumatisme = accident lié à la pression I Rappels 1. Mariotte PV=constante 2. mécanisme des barotraumatismes changement rapide de profondeur 3. localisations

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

Le Froid. L homme est homéotherme : Il doit maintenir sa *température centrale autour de 37 C. Formation N CoDep 50

Le Froid. L homme est homéotherme : Il doit maintenir sa *température centrale autour de 37 C. Formation N CoDep 50 Le Froid L homme est homéotherme : Il doit maintenir sa *température centrale autour de 37 C. Formation N4 2010 CoDep 50 * Cerveau, Organes du thorax et Abdomen Causes et mécanismes Neutralité thermique

Plus en détail

Conseils pour un sommeil réparateur

Conseils pour un sommeil réparateur Prévention Conseils pour un sommeil réparateur Au même titre qu une alimentation équilibrée ou que l activité physique, un bon sommeil est indispensable à notre santé. Insuffisant ou de mauvaise qualité,

Plus en détail

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante!

Ne jamais prendre de bain de pied chaud et ne jamais appliquer de pommade chauffante! CONDUITE A TENIR SUR LE TERRAIN DANS LES SITUATIONS LES PLUS URGENTES. Toutes les équipes n'ont pas un kinésithérapeute ou un médecin dans leur staff. Les dirigeants d'équipe amateur, mais surtout les

Plus en détail

Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur

Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur Construire une stratégie pour l enseignement du système gonflable de sécurité dans le cursus de formation du plongeur I Introduction 1-Généralités Le SGS permet : -la mise en sécurité du plongeur en surface

Plus en détail

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications

D 0 S_20 Sommaire : Anatomie de la peau II. Epidémiologie des brûlures III. Etiologie des brûlures IV. Estimation de la gravité Complications Référence Référence : : Version : Date : Les brûlures DOSSIER Sommaire : I. Anatomie de la peau II. III. IV. Epidémiologie des brûlures Etiologie des brûlures Estimation de la gravité V. Complications

Plus en détail

Partie D : Régulation de la pression artérielle systémique.

Partie D : Régulation de la pression artérielle systémique. Partie D : Régulation de la pression artérielle systémique. La principale variable cardiovasculaire régulée est la pression artérielle moyenne (PAM), dans la circulation systémique. Cette pression est

Plus en détail

I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES

I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES I-1-1 FICHE DESTINEE AU GRAND PUBLIC MESSAGES CLES Votre santé est en danger lorsque la température extérieure est plus élevée que la température habituelle dans votre région. La chaleur fatigue toujours

Plus en détail

Comment sauver un chien en cas d'urgence

Comment sauver un chien en cas d'urgence Comment sauver un chien en cas d'urgence 1 Conseils de base S i le chien est victime d un accident ou d une maladie soudaine, nous devrons d abord conserver notre calme. Les numéros de téléphone du vétérinaire

Plus en détail

Connaissances théoriques élémentaires

Connaissances théoriques élémentaires NIVEAU 1 Théorie Connaissances théoriques élémentaires Principe des barotraumatismes et prévention. L'essoufflement. Le froid, les dangers du milieu naturel. Le principe de l'accident de décompression,

Plus en détail

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique»

Théorie Niveau 2. Les barotraumatismes. 2 Démonstration loi physique : «la bouteille en plastique» Théorie Niveau 2 Les barotraumatismes 1 Principe général Les barotraumatismes sont des accidents qui peuvent survenir lorsque des volumes d air présents dans l'organisme du plongeur subissent la loi de

Plus en détail

LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ

LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ FICHE N LA REMONTÉE D UN PLONGEUR EN DIFFICULTÉ Les termes «remontée gilet», «assistance gilet», «sauvetage gilet» sont désormais remplacés par «remontée d un plongeur en difficulté». Description du geste

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Noyade. Rémy HELLER MF2

Noyade. Rémy HELLER MF2 Noyade Rémy HELLER MF2 12 février 2014 Plan Définition Mécanismes Classification CAT Prévention Définition La noyade est une asphyxie aiguë consécutive à l irruption de liquide dans l arbre respiratoire

Plus en détail

Consommation d air et autonomie

Consommation d air et autonomie Consommation d air et autonomie Cours N3 09/12/2013 François KERISIT E2 Tek Plongée Odyssée 09/12/2012 Consommation d air et autonomie 2 Objectif Autonomie : jusqu à 40m, entre N3 jusqu à 60m, avec un

Plus en détail

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE

PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE PARTIE A : FONCTIONNEMENT DE L ORGANISME ET BESOIN EN ENERGIE Introduction : Copier/coller dans la barre d adresse internet : http://www.youtube.com/watch?v=ehynwvndugc Christophe Lemaître 100m, 9.98 secondes,

Plus en détail

Cours N2 : Dissolution des gaz

Cours N2 : Dissolution des gaz Sommaire Cours N2 : Dissolution des gaz Justification ADD et tables de décompression Rappels Physique : la pression Composition de l air Mise en évidence Ennoncé de la loi de Henri Application à la plongée

Plus en détail

Mémento Formation PSC 1

Mémento Formation PSC 1 Mémento Formation PSC 1 (Formation Prévention et Secours Civiques de niveau 1) Document réalisé à partir du Référentiel National de compétences de Sécurité Civile défini par l arrêté du Ministère de l

Plus en détail

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE

MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE MEMENTO DU SAUVETEUR Prévention et Secours Civiques niveau 1 MEMENTO DU SAUVETEUR SOMMAIRE 1-Alerte des populations. 3 2-Protection.... 4 3-Alerter les secours.... 5 4-Obstruction des voies aériennes..

Plus en détail

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ

4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 4.0 : LE STRESS, L ANXIÉTÉ 13-14 (gestion) 4.1 L IMPORTANT EST DE 1) identifier les facteurs de stress 2) reconnaître ses propres symptômes 3) identifier ses propres déclencheurs de stress, 4) gérer son

Plus en détail

FICHE 2.1 : SE PREPARER A D EVENTUELLES FORTES CHALEURS

FICHE 2.1 : SE PREPARER A D EVENTUELLES FORTES CHALEURS FICHE 2.1 : SE PREPARER A D EVENTUELLES FORTES CHALEURS L exposition prolongée à la chaleur est un stress important pour l organisme, il peut être la cause initiale d accidents graves tels que le coup

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie

Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie Thème 05 Système cardio-vasculaire Anatomie Physiologie Physiopathologie N d article 1401 CSauv Thème 05 Séquence 01 Page 01 Version 200610f Infarctus Généralités Lors d un infarctus du myocarde, le muscle

Plus en détail

Les molécules des gaz considérés.

Les molécules des gaz considérés. Comité RABA GUC plongée Mars 2009 Support de cours N1 N2 Apnée Philippe Péan MEF1 www.apnealp.fr.nf La respiration en apnée 1) O2 et CO2 a) Définition Le dioxygène (noté O 2 ) et le dioxyde de carbone

Plus en détail

CURSUS FEDERAL DE PLONGEE EN VETEMENT SEC

CURSUS FEDERAL DE PLONGEE EN VETEMENT SEC DEFINITION CURSUS FEDERAL DE PLONGEE EN VETEMENT SEC Formation aboutissant à une aptitude (ou qualification) fédérale à la plongée pour les plongeurs formés à l utilisation de tels équipements. OBJECTIF

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

LE MATERIEL DE PLONGEE...

LE MATERIEL DE PLONGEE... Cours prépa niveau 1 Le matériel de plongée individuel et collectif, critères de choix et entretien. Sommaire 1. OBJECTIFS... 2 2. LE MATERIEL DE PLONGEE... 2 2.1 LE MASQUE... 2 2.2 LES PALMES... 2 2.3

Plus en détail

Le barostat. Régulation de la pression artérielle

Le barostat. Régulation de la pression artérielle Le barostat Régulation de la pression artérielle Le barostat est l homéostat qui assure la régulation de la pression artérielle moyenne à court terme et dans des conditions physiologiques normales. système

Plus en détail

Lʼeau est indispensable au processus de transpiration : 1 litre est nécessaire à chaque fois que 580 kcal sont dégagées sous forme de chaleur.

Lʼeau est indispensable au processus de transpiration : 1 litre est nécessaire à chaque fois que 580 kcal sont dégagées sous forme de chaleur. Eau et sport A. UN PEU DE THEORIE 1. Thermorégulation et perte hydrique au cours de l'effort Seuls 20 à 25 % de lʼénergie produite par la dégradation des substrats est utilisée pour la contraction musculaire.

Plus en détail

Controle de la temperature du nouveau-né. Dr. Chiara Mezzalira Dr. Benedetta Allais

Controle de la temperature du nouveau-né. Dr. Chiara Mezzalira Dr. Benedetta Allais Controle de la temperature du nouveau-né Dr. Chiara Mezzalira Dr. Benedetta Allais Controle de la temperature du nouveau-né 1) Perte de la chaleur et temperature corporelle normale 2) Protection thermique

Plus en détail

Pression, volume et barotraumatismes. Pression, volume et barotraumatismes 1

Pression, volume et barotraumatismes. Pression, volume et barotraumatismes 1 Pression, volume et barotraumatismes Pression, volume et barotraumatismes 1 Pression, volume et barotraumatisme La pression et le volume d un gaz sont étroitement liés. Le plongeur respire de l air à pression

Plus en détail

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT

TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1 TENSION MAMMAIRE ET PRÉVENTION DE L ENGORGEMENT 1- DESCRIPTION Le terme de «montée de lait» est souvent interprété par les mères comme le moment à partir duquel elles commencent à avoir du lait dans

Plus en détail

Pharmacie et protocoles d urgence

Pharmacie et protocoles d urgence Pharmacie et protocoles d urgence SOMMAIRE Fiche.0 : Composition de la trousse de secours Fiche. : Soin d une petite plaie Fiche. : Soin d une petite brûlure thermique ou chimique Fiche. : Conduite à tenir

Plus en détail

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS.

UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. UE 2.2.S1 - COURS MAGISTRAL N 8 : LES VAISSEAUX SANGUINS. 1) LA PAROI VASCULAIRE. Les capillaires qui sont les vaisseaux les plus petits présentent une paroi simple qui est appelée endothélium. La paroi

Plus en détail

Cours Accidents Biochimiques

Cours Accidents Biochimiques Toxicité des gaz en plongée Justification Rappels Plongée à l air Intoxication O 2 Effet Paul Bert Effet Lorrain Smith Hyperoxie Hypoxie Intoxication N 2 Intoxication CO 2 Intoxication CO Intoxication

Plus en détail

Le Froid. Cours Niveau 4 Février 2012

Le Froid. Cours Niveau 4 Février 2012 Le Froid Cours Niveau 4 Février 2012 Plan I. Objectif II. Introduction III. Mécanismes de perte de chaleur IV. Mécanismes de défense V. Cas particulier VI. Comportement du guide de palanquée I. Objectif

Plus en détail

NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION

NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION NUTRITION NATATION SECTION LUC NATATION SOMMAIRE LA RATION DE RECUPERATION LA RATION DE PRE-COMPETITION LA RATION D ATTENTE HYDRATATION ET DESHYDRATATION DE RECUPERATION LA RATION Elle se décompose en

Plus en détail

1 SUBAQUA LA ROCHELLE

1 SUBAQUA LA ROCHELLE Théorie niveau 1 SUBAQUA LA ROCHELLE Subaqua17.com Sommaire subaqua la rochelle... 1 1. La règlementation... 4 _ OBJECTIFS DE LA FORMATION DU PLONGEUR NIVEAU 1... 4 _ CONDITIONS DE CANDIDATURE ET OBTENTION

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

18 La plongée sous-marine - l adaptation de l organisme et ses limites

18 La plongée sous-marine - l adaptation de l organisme et ses limites 18 La plongée sous-marine - l adaptation de l organisme et ses limites C est la pression qui est lue sur le profondimètre (ou gauge pressure des Anglo- Saxons). La plupart des profondimètres sont étalonnés

Plus en détail

PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS

PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS PLONGEUR (P1) Plongeur CMAS 1* Plongeur Encadré NBN EN 14153-1 STANDARDS (Version 2012/01) Table des matières 1 Généralités... 4 1.1 Compétences du plongeur 1*... 4 1.2 Prérogatives du plongeur 1*... 4

Plus en détail

La mise en attente d un blessé en canyon La réalisation d un «point chaud»

La mise en attente d un blessé en canyon La réalisation d un «point chaud» Janvier 2012 GROuPE d études techniques Par : L Ecole française de canyonisme La Commission médicale La mise en attente d un blessé en canyon La réalisation d un «point chaud» 1/5 Rappels physiologiques

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

FORMATION "VÊTEMENT SEC" (Combinaison étanche) Avec le CIP le froid n'est plus!... IL FAUT TORDRE LE COU AUX IDEES REÇUES

FORMATION VÊTEMENT SEC (Combinaison étanche) Avec le CIP le froid n'est plus!... IL FAUT TORDRE LE COU AUX IDEES REÇUES FORMATION "VÊTEMENT SEC" (Combinaison étanche) Avec le CIP le froid n'est plus!... IL FAUT TORDRE LE COU AUX IDEES REÇUES "Plonger au SEC" n est pas l apanage des scaphandriers et des corps d élite de

Plus en détail

Service communication Tél. : 24 66 40 Mardi 02 février 2016

Service communication Tél. : 24 66 40 Mardi 02 février 2016 Service communication Tél. : 24 66 40 Mardi 02 février 2016 COMMUNIQUÉ ------------------------------------------- De fortes chaleurs touchent actuellement la Nouvelle Calédonie. Les prévisions météorologiques

Plus en détail

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Gérer la MPOC DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Je sais que j aurai toujours la MPOC. Que puis-je faire pour la gérer? La MPOC est une maladie chronique, c est-à-dire qu elle ne se guérit pas. Il existe

Plus en détail

Plan. 1 Définition de la thermorégulation

Plan. 1 Définition de la thermorégulation Thermorégulation Plan 1 Définition de la thermorégulation Thermorégulation (1) Deux classes d espèces animales - Poïkilothermes = ectothermes (espèces primitives) température centrale varie avec conditions

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. MAL des TRANsPORTs

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009. MAL des TRANsPORTs Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 MAL des TRANsPORTs MAL des TRANSPORTS Ce qu il faut savoir Pathologie fréquente et bénigne, le mal des transports (cinétose)

Plus en détail

Attention vague. de très grand froid

Attention vague. de très grand froid Attention vague VAGUE DE TRÈS GRAND FROID COMPRENDRE & AGIR de très grand froid Les conseils du Ministère de la Santé et de l Inpes Comprendre ce qui se passe dans mon corps en cas de vague de très grand

Plus en détail

LE FROID 1. NOTIONS GENERALES 2. LE FROID EN PLONGEE

LE FROID 1. NOTIONS GENERALES 2. LE FROID EN PLONGEE LE FROID 1. NOTIONS GENERALES L être humain maintient sa température interne à une valeur constante de 37 C grâce à un mécanisme de défense contre les variations de température du milieu ambiant. Ce mécanisme,

Plus en détail

deuxième Leçon Les jambes & les pieds Le partenaire est allongé sur le ventre série 3 Les jambes face postérieure

deuxième Leçon Les jambes & les pieds Le partenaire est allongé sur le ventre série 3 Les jambes face postérieure MEP_AROMES_04_Mise en page 1 27/04/11 11:42 Page132 arômes Massage Technique de Massage Thaï Les jambes & les pieds Le partenaire est allongé sur le ventre série 3 Les jambes deuxième Leçon face postérieure

Plus en détail

La sécurité est l affaire de tous!

La sécurité est l affaire de tous! Document d Informatiion Communall sur lles Riisques Majeurs OUILLON Notre commune n est, hélas, pas à l abri de catastrophes naturelles ou industrielles. Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM)

Plus en détail

LIVRET RAPPEL PSC1. Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe.

LIVRET RAPPEL PSC1. Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe. LIVRET RAPPEL PSC1 Validé par l équipe académique de Formateur de formateur à partir du document de MR BEAUGRAND Christophe. L ALERTE ET PROTECTION DES POPULATIONS Signal National d'alerte Réaction Immédiate

Plus en détail

INTRODUCTION. CTD 29 / Formation N4 23/10/2010. Physique Cours n 1 (Pression, Mariotte, Charles)

INTRODUCTION. CTD 29 / Formation N4 23/10/2010. Physique Cours n 1 (Pression, Mariotte, Charles) INTRODUCTION 1 Éléments de physique & rappels 2 Compressibilité des gaz : principe et applications à la plongée 3 Influence de la température : principe et application à la plongée 4 Exercices complémentaires

Plus en détail

Cours de Niveau 1. Sehvo

Cours de Niveau 1. Sehvo Fédération Française d Etudes de Sports Sous-Marins Cours de Niveau 1 Sehvo Subaquatique Evolution Hydrospeed Vallée Oyonnaxienne SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLEMENTATION La FFESSM La CMAS Conditions de candidatures

Plus en détail

Dossier spécial Hyperthermie Enfant en voiture & chaleur : danger!

Dossier spécial Hyperthermie Enfant en voiture & chaleur : danger! Dossier spécial Hyperthermie Enfant en voiture & chaleur : danger! Régulièrement, de jeunes enfants laissés sans surveillance dans un véhicule sont victimes d un coup de chaleur. Les nourrissons et les

Plus en détail

Registre d accidents, d incidents et de premiers secours

Registre d accidents, d incidents et de premiers secours Registre d accidents, d incidents et de premiers secours Premiers secours Nom de l entreprise Service ou unité Adresse N o de téléphone Ambulance Police Service d incendie Appels d urgence 911 (Si le service

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau

Hydratation - eau. Alimentation du sportif: apports en eau Alimentation du sportif: apports en eau 1 L eau représente 40 à 70% de la masse corporelle (selon son âge, son sexes et sa composition corporelle). Elle représente 65 à 75 % de sa masse musculaire et environ

Plus en détail

PLONGEUR EN AUTONOMIE 20 m

PLONGEUR EN AUTONOMIE 20 m PROFIL GENERAL Le plongeur titulaire de la qualification Plongeur Autonome 20 m (PA20) est capable de réaliser des plongées d exploration : Jusqu à 20 m de profondeur, au sein d une palanquée, en autonomie,

Plus en détail

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT

Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT CYCLES 2 et 3 Reconnaître une situation d urgence Connaître les règles de base pour porter secours Minimum à savoir (enseignant) Situation 3 : LA VICTIME SAIGNE ABONDAMMENT Définition : On observe une

Plus en détail

LES BAROTRAUMATISMES

LES BAROTRAUMATISMES LES BAROTRAUMATISMES Généralités Le Placage de Masque Les Sinus L'Estomac et les Intestins Les dents L'Oreille La Surpression Pulmonaire Tableau Récapitulatif Généralités Baro signifie pression et traumatisme

Plus en détail

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION

Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION Jean-Jacques Menuet, médecin du sport, nutritionniste du sport, Amiens L HYDRATATION, LA DESHYDRATATION Août 2007 article BOXE Pendant un effort physique les muscles se contractent, un dégagement de chaleur

Plus en détail

Feuille d'exercices : Diusion thermique

Feuille d'exercices : Diusion thermique Feuille d'exercices : Diusion thermique P Colin 2014/2015 1 Diusion thermique dans une barre * On considère une barre cylindrique de longueur l et de section S constituée d un matériau de conductivité

Plus en détail