LES CONSOMMATIONS EN COMBUSTIBLES DOMESTIQUES DANS LA RÉGION DE FATICK

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES CONSOMMATIONS EN COMBUSTIBLES DOMESTIQUES DANS LA RÉGION DE FATICK"

Transcription

1 En collaboration avec LES CONSOMMATIONS EN COMBUSTIBLES DOMESTIQUES DANS LA RÉGION DE FATICK Taux d'utilisation des combustibles (niveau régional) 58,57 % 31,03 % 91,77 % 6,50% Mode d'utilisation des combustibles 1 seul combustilbe 2 combustibles 3 combustibles 17% 26% Consommations totales annuelles en tonnes Combustibles Zones Urbaine Rurale Régionale Gaz 1543, , ,58 Charbon 5334, , ,22 Bois 12352, , ,04 57% Autres 195, , ,47 1

2 Publication : PERACOD Hann Maristes B.P Dakar T F I. Rédaction: Magatte FALL DIOP, Chargée de la capitalisation / pérennisation des acquis du PERACOD Dakar, Juin

3 Le présent document détermine de façon plus précise la demande en combustibles domestiques (bois de chauffe, charbon de bois, gaz, bouses de vache, résidus agricoles) et décrit la structure des consommations dans la région de Fatick. A terme, un tel document pourra servir de base de réflexion pour l élaboration d une stratégie pérenne et durable d approvisionnement en combustibles domestiques de la région de Fatick. Ce document est le fruit d une collaboration entre le Programme pour la promotion des énergies renouvelables, de l électrification rurale et de l approvisionnement durable en combustibles domestiques (PERACODII) et ses partenaires à savoir essentiellement : - Le Conseil régional de Fatick qui a rendu possible ce travail par la mise à disposition des préalables et leur vif intérêt à l avancement de ce travail, ainsi que par leurs contributions techniques et financières ; - L Agence régionale de développement de Fatick, le Service régional de la statistique et de la démographie, le Service des eaux et forêts, la Chambre des métiers, les Collectivités locales concernées par la mise à disposition des informations permettant de mieux cerner l étude et de déterminer l échantillon ; Ont également pris part à la réalisation de ce travail, Le SIE, et la Division des combustibles domestiques qui ont manifesté leur disponibilité durant la phase préparatoire de l étude notamment en ce qui concerne l élaboration de la méthodologie, le choix et la validation des fiches d enquêtes. 3

4 Sommaire Liste des tableaux... 6 Liste des figures... 7 RESUME... 8 CHAPITRE I. CONTEXTE GENERAL DE L ETUDE... 9 CHAPITRE II. INTRODUCTION, JUSTIFICATION ET OBJECTIFS DE L ETUDE 12 I. Introduction II. Justifications de l étude III. Objectif de l étude CHAPITRE III. METHODOLOGIE I. La phase exploratoire II. La phase de terrain II.1 Les outils de collecte de données (les questionnaires) II. 2. L échantillonnage II. 3. La pré enquête II.4. Le déroulement des enquêtes III. Traitement et analyse des données III.1. Méthode de traitement utilisée CHAPITRE IV. DONNEES DE BASE SUR LES MENAGES I. Taille des ménages II. Les activités des ménages III. Revenus des ménages III.1. Distribution des classes de revenu des ménages III.2. Influence du niveau de revenus sur les consommations en combustibles domestiques IV. Taux d électrification V. Mode de consommation en combustibles domestiques V. 1. Taux d utilisation des combustibles V. 2. Mode de consommation des combustibles V. 3. Les pratiques d usage des combustibles CHAPITRE V. LES ESTIMATIONS DE LA CONSOMMATION EN COMBUSTIBLES DOMESTIQUES I. Consommations moyennes journalières des combustibles II. Consommations suivant les zones

5 III. Estimation des consommations en combustibles domestiques I.1. le bois de chauffe I.2. Le charbon de bois I.3. le Gaz I.4. Les autres combustibles CHAPITRE VI. ACCESSIBILITE DES COMBUSTIBLES DOMESTIQUES I. Mode d acquisition des combustibles domestiques II. Difficultés d accès aux combustibles domestiques CHAPITRE VII. LES EQUIPEMENTS DE CUISSONS I. Taux d équipement des ménages urbains et ruraux II. Les foyers améliorés CHAPITRE VIII. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS I. Développer et vulgariser l utilisation des foyers améliorés II. L aménagement participatif des forêts pour un approvisionnement durable en combustibles domestiques ligneux III. Développement des combustibles alternatifs ANNEXES Zone urbaine Zone rurale FICHE ENQUETE : CONSOMMATION DES ACTIVITÈS À USAGE PRODUCTIF EN ENERGIE FICHE ENQUETE : CONSOMMATION DES MENAGES EN COMBUSTIBLES DOMESTIQUES

6 Liste des tableaux Tableau 1 : Échantillon par zone Tableau 3 : Activités génératrices de revenus Tableau 2 : Activités développées par les ménages Tableau 4 : Consommation moyenne journalière en kilogramme des ménages selon les modes d utilisation des combustibles Consommation moyenne par ménage pour chaque combustible dans chaque classe de ménage (Zone urbaines) Consommation moyenne par ménage pour chaque combustible dans chaque classe de ménage (Zone rurale) Tableau 7 : Consommations moyennes par jour par ménage pour chaque combustible suivant le département et la zone Tableau 8 : Consommations moyennes journalières en kilogramme par ménage (zone urbaine) Tableau 9 : Consommations moyennes journalières en kilogramme par ménage (zone rurale) Tableau 10 : Consommations totales annuelles en tonnes Tableau 11 : Consommations moyennes journalières en kilogramme (activités à usage Tableau 12 : Estimation de la consommation de la région de Fatick en tonne et en tep Tableau 13 : Mode d approvisionnement en bois de chauffe Tableau 14 : Mode d approvisionnement en charbon de bois Tableau 15 : Distribution des ménages selon le nombre et ce, pour chaque type d équipement Tableau 16 : Nombre d équipement dans la région selon les types Tableau 17 : Connaissez-vous les foyers améliorés Tableau 18 : Consommation des ménages selon des foyers utilisés Tableau 19 : Les obstacles et mesures à prendre pour une meilleure diffusion vulgarisation des FA

7 Liste des figures Figure 1 : Classification des ménages selon le nombre de Figure 2: Consommation journalière en Kg en COD suivant les groupes de ménages Figure 3 : Pourcentage des ménages dans chaque classe de revenus Figures 4, 5, 6 Corrélations entre revenu et niveau de consommation des combustibles (bois, charbon, gaz) suivant les zones Figure 7 : Taux d électrification Figure 8, 9,10 Taux d utilisation des combustibles par les ménages suivant les zones Figure 11, 12,13 : Mode de consommation des combustibles suivants les zones Figure 14, 15,16 : Combustibles uniques Figure 17, 18, 19 Combustibles principaux Figure 20, 21, 22 Combustibles secondaires Figure 23, 24, 25 Combustibles tertiaires Figure 26 : Conception des populations sur les augmentations des prix du gaz Figure 27 : Provenance du bois collecté Figure 28 : Taux d équipement des ménages Figure 29 : les raisons qui expliquent le faible taux de pénétration des foyers améliorés Les figures 30 et 31 ci-dessous présentent le taux de ménages disposés à l achat d un foyer amélioré et les raisons qui poussent les ces derniers à vouloir acheter les Foyers améliorés Figure 30 : Seriez-vous disposés à l achat d un foyer amélioré Figure 31 : Pourquoi seriez-vous intéressé à l achat d un foyer amélioré Figure 32 : Pouvoir d achat de FA des ménages

8 RESUME Cette étude consiste à évaluer la consommation des différents combustibles domestiques de cuisson dans la région de Fatick. L étude est menée à partir de deux enquêtes réalisées, d une part auprès de 1750 ménages urbains et ruraux, et d autre part auprès de 100 exerçant des activités à usage productif (boulangeries traditionnelles, fours de fumage de poisson parmi tant d autres). La méthodologie utilisée pour estimer la demande en combustibles domestiques à partir des données collectées a consisté à répartir les ménages en classes les plus homogènes possibles vis-à-vis de la consommation en combustibles domestiques. Il s agit, d une part de distinguer les ménages suivant des critères qui sont susceptibles d influencer la consommation et d autre part d approcher des valeurs de moyennes proches de la réalité. Les critères de classification choisis sont : la zone d habitation, le revenu, la taille du ménage et le mode de consommation. Les résultats obtenus confirment la place importante du bois de feu comme source d énergie non seulement en milieu rural mais aussi en milieu urbain. En effet, les consommations en bois de chauffe, charbon de bois et gaz sont respectivement de tonnes, tonnes et tonnes en zone urbaine et de 120 tonnes, tonnes et tonnes en zone rurale. L analyse spatiale montre que la consommation du bois de feu est plus importante dans les zones les moins boisées (département de Gossas). Dans ces zones, la consommation moyenne par ménage par jour est de 3 kg contre 5g dans les départements de Fatick et Foundiougne. L analyse économique à travers les courbes de corrélations entre le revenu et le niveau de consommation des combustibles montre que la consommation en bois de chauffe diminue au fur et à mesure que le revenu augmente. Les ménages de la région de Fatick utilisent généralement les foyers traditionnels qui ont un faible rendement énergétique. Le taux d utilisation en foyers améliorés dans la zone reste encore très faible. En effet, 5,4% et 3,25% des ménages de la région disposent respectivement les foyers Sakhanal et Djambar. Cette situation combinée avec la dominance des combustibles domestiques ligneux dans la consommation des ménages contribue largement à la diminution des espaces forestiers liée à la déforestation et à la surexploitation des ressources forestières. Ceci rend l accès aux services énergétiques de cuisson difficiles et voire même impossible dans l avenir. Tenant compte de ces résultats, des recommandations ont été formulées afin d assurer un approvisionnement durable en combustibles domestiques dans la région. De manière générale, ces recommandations portent essentiellement sur l aménagement participatif des forêts, la diffusion et la vulgarisation des foyers améliorés et le développement de combustibles domestiques alternatifs. 8

9 CHAPITRE I. CONTEXTE GENERAL DE L ETUDE L énergie est un facteur de production de biens et de services et, d amélioration des conditions de bien-être. Aussi, elle constitue un indicateur «fiable» pour la caractérisation du niveau de développement et de classification des pays à travers l indicateur «consommation énergétique en Tep/habitant». Au Sénégal, le secteur de l énergie occupe une des priorités majeures de l Etat dans la politique de développement social et économique. C est ainsi qu elle fait l objet d une attention particulière de la part des pouvoirs publics et d autres acteurs, notamment les ONG, programmes et projets. Le secteur énergétique national se caractérise par : - un taux d indépendance énergétique très faible de l ordre de 42% si on y intègre la consommation en bois - énergie et de 1,78% si on se limite aux énergies modernes (SIE-Sénégal 2005) ; - une faible diversification des sources d approvisionnement du pays en énergie primaire qui se résume en bois énergie issu des massifs forestiers locaux et des produits pétroliers importés; - une forte dépendance aux importations en produits pétroliers pour garantir les activités économiques modernes qui pèsent lourdement sur les finances publiques et contribuent largement à la dégradation de la balance commerciale du pays; - une part prépondérante du bois énergie dans le bilan énergétique national qui contribue à l accélération de la détérioration du couvert forestier national - Une utilisation traditionnelle de la biomasse énergie avec un recours à des équipements de faibles rendements tant aux niveaux de l offre que de la demande.. Pour améliorer l accès aux services énergétiques et booster l économie du pays, d énormes efforts sont et doivent être consentis. Ceux-ci constituent la grille de lecture des nombreuses réformes institutionnelles entreprises dans le secteur énergétique afin d atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il s agit principalement des Lettres de politique du secteur énergétique (LPDSE) élaborées après l adoption du Document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP), qui constituent la base pour l élaboration des programmes sectoriels de développement et des programmes d investissement. 9

10 D autres mesures gouvernementales ont été également édictées pour favoriser un approvisionnement durable des ménages en combustibles domestiques, il s agit notamment : - la décision de généraliser les aménagements forestiers pour améliorer la production durable de combustibles ligneux entre autres ; - l arrêté portant abandon de la répartition des quotas de charbon aux organismes d exploitation du charbon de bois (datée du 30 mars 2009) au profit de prélèvements en adéquation avec les possibilités d offres des formations forestières ; - la lettre de Politique de Développement du sous-secteur des Combustibles Domestiques signée en Février 2008 ; - La suppression de la subvention résiduelle allouée au gaz butane en Juin 2009 ; - l institution d une nouvelle Direction chargé des Hydrocarbures et des Combustibles Domestiques en 2009 Toutefois, malgré les efforts consentis, le taux d accès aux services énergétiques modernes reste encore faible et constitue toujours un enjeu majeur pour asseoir les bases d un développement économique et social durable. Cela nécessitera particulièrement une amélioration de la sécurité énergétique en mettant davantage l accent sur : - la diversification des ressources énergétiques par l utilisation des énergies renouvelables (solaire, éolienne) pour les quelles le Sénégal dispose d un potentiel important ; - la promotion de l efficacité énergétique ; - l utilisation optimale de la biomasse qui constitue la principale source d énergie domestique de cuisson utilisée par les ménages sénégalais ; - l amélioration de l accès à des services énergétiques en quantité et qualité et à des prix acceptables C est sur ce schéma que reposent les interventions du PERACOD qui vise à participer à l amélioration à l accès aux services énergétiques. Le programme sénégalo-allemand des énergies renouvelables, de l électrification rurale et de l approvisionnement durable en combustibles domestiques (PERACOD) est placé sous la tutelle du ministère de l énergie qui reçoit les collaborations de la direction des eaux et forêts, de la chasse et de la conservation des sols (DEFCCS) et de l agence sénégalaise d électrification rurale (ASER). Le PERACOD a pour objectif principal, dans sa deuxième phase d exécution ( ), d améliorer les conditions cadres et les capacités de mise en oeuvre pour l accès durable aux services énergétiques modernes, en particulier pour les couches sociales 10

11 défavorisées qui concernent plus de 70% de la population sénégalaise vivant en milieu rural et périurbain.. Le PERACOD intervient dans trois zones écologiquement différentes, mais toutes marquées par des conditions climatiques aléatoires. Il s agit de la zone du Bassin arachidier limitée aux régions de Kaolack et Fatick ; de la région de Saint-Louis et de la région de la Casamance naturelle (Ziguinchor, Kolda et Sédhiou). Pour mieux atteindre son objectif, le PERACOD développe une approche, qui met en exergue le caractère transversal de l énergie dans le processus de développement à travers trois composantes : - C1 Appui conseil à la politique sectorielle énergétique, - C2 Approvisionnement durable en combustibles domestiques, - C3 Electrification rurale 11

12 CHAPITRE II. INTRODUCTION, JUSTIFICATION ET OBJECTIFS DE L ETUDE I. Introduction La connaissance et la fiabilité des données relatives aux consommations en combustibles domestiques apparaissent comme une priorité pour définir une stratégie optimale d approvisionnement durable en combustibles domestiques ligneux destinés aux ménages pour la cuisson des aliments. Un tel impératif s impose à tous les intervenants dans le sous-secteur des combustibles domestiques, notamment les pouvoirs publics en premier lieu, les operateurs économiques et les acteurs de la société civile que sont les ONG, programmes, projets sans oublier les collectivités locales. En effet, c est par la connaissance de l état présent du marché de la consommation et de la ressource qu il est possible d entrevoir les grandes tendances et d envisager des choix pertinents pour le futur. Ainsi, les données et informations statistiques sur les forêts et sur l utilisation de ses produits (bois de chauffe, charbon de bois) deviennent nécessaires pour la prise de décisions publiques ou privées, mais aussi pour le suivi évaluation de ces décisions. Durant, de longues années, le sous secteur des combustibles domestiques au Sénégal a souffert de manque de données fiables et actualisées. Aujourd hui, pendant que de nombreux programmes et projets internationaux, nationaux et locaux s activent autour des questions de l énergie, la disponibilité de données et d informations statistiques devient une condition sine qua non pour assurer une meilleure efficacité des interventions. De ce fait, pour mieux assurer un approvisionnement durable en combustibles domestique ligneux, il est utile d avoir des statistiques fiables sur le sous secteur des combustibles domestiques. C est dans ce cadre que se situe la présente étude portant sur «l estimation de la consommation en combustibles domestiques dans la région de Fatick». Le choix de la région de Fatick se justifie par le fait que la région concernée fait partie des zones d intervention du PERACOD où toutes les composantes sont présentes. L étude sera conduite dans les autres zones d intervention du PERACOD. La méthodologie d étude procède d une démarche raisonnée afin de cerner au mieux les déterminants du sous-secteur des combustibles domestiques et le modèle d évaluation des besoins. 12

13 II. Justifications de l étude La satisfaction durable de l approvisionnement en services énergétiques de cuisson est un des problèmes majeurs au Sénégal et constitue une des causes de la déforestation accélérée des massifs forestiers du pays. Le bois de chauffe et le charbon de bois sont les combustibles les plus utilisés par les ménages sénégalais pour la préparation des aliments. Ils représentent 45% du bilan énergétique national (SIE/Sénégal 2007). Le recours à ces sources d énergie est devenu un des facteurs déterminant pour la détérioration de l environnement et participe à la disparition d un grand nombre d espèces floristiques, l érosion des sols, l ensablement des rivières, etc. Il est donc urgent et capital de définir des stratégies éfficace permettant une meilleure utilisation des ressources forestières pour la satisfaction des besoins énergétiques des ménages sénégalais, tout en veillant à la préservation des écosystèmes. Ainsi, la maîtrise des données sur les consommations en combustibles domestiques apparaît comme une priorité pour définir une stratégie pérenne d approvisionnement durable en combustibles domestiques ligneux. III. Objectif de l étude L objectif principal de cette étude, consiste à établir une situation acceptable de la demande en combustibles domestiques ligneux dans les zones d intervention du PERACOD, particulièrement dans la région de Fatick. L étude vise les objectifs spécifiques suivants : - faire une évaluation de la consommation en combustibles domestiques ligneux (bois de chauffe et charbon de bois) pour les utilisations domestiques (ménages) et pour les activités économiques dans la région de Fatick ; - estimer les quantités des autres combustibles utilisés par les ménages (gaz butane, bouses de vache, résidus agricoles) ; - déterminer les liens entre la consommation en combustibles domestiques ligneux et les variables suivantes : o socio économie du milieu (revenus et taille des ménages); o disponibilité locale de combustibles ; o équipements de cuisson utilisés ; o pratiques d usage des combustibles ; o mode d approvisionnement (achat / collecte). 13

14 CHAPITRE III. METHODOLOGIE La méthodologie utilisée détermine la démarche suivie et les moyens déployés pour mener à bien cette étude. Elle a permis de mieux atteindre les objectifs fixés. Elle est basée, de façon logique, sur quatre (4) phases essentielles. - une phase exploratoire qui, pour l essentiel, constitue en une revue documentaire des différentes études déjà réalisées dans le domaine de l évaluation de la consommation en combustibles domestiques. - une phase de terrain et de collecte qui consiste à l élaboration d un dispositif de recherche. Il s agit de procéder à une étude exploratoire du champ d étude, au choix des unités à enquêter auxquelles sont administrés des outils tels que les questionnaires -. une phase de traitement et d analyse des données recueillies. Celle-ci constitue l essentielle de l étude. - Une phase d exploitation et d analyse des données ayant permis de formuler des recommandations. Ces différentes phases identifiées feront l objet de détails ci dessous : I. La phase exploratoire Comme toute investigation scientifique, cette étude est partie d informations existantes avant de s inscrire dans la perspective d une nouvelle production de la connaissance. Cette phase a consisté à : - collecter et analyser les informations sur le sujet, à savoir les rapports et les études déjà réalisées ; - réaliser des entretiens avec des institutions partenaires au niveau national (SIE, Division des combustibles domestiques ) dans le but de recueillir leurs préoccupations, avis et suggestions. - réaliser des entretiens avec des institutions partenaires au niveau local (Conseil régional, Agence régionale de développement, Service des statistiques, Service des eaux et forêts, la Chambre des métiers, les Conseils ruraux ) à l effet de faire le point sur l échantillon à prendre pour évaluer la consommation en combustibles domestiques dans la région de Fatick. Les rapports et documents obtenus ont permis, en plus des échanges avec des ressources et institutions partenaires, de mieux cerner les contours de l étude et d évaluer la pertinence de la stratégie développée. 14

15 II. La phase de terrain Cette phase a permis de collecter des données quantitatives et qualitatives, permettant d estimer la consommation en combustibles domestiques (bois de chauffe, charbon de bois, gaz, autres combustibles). Dans ce cadre, un certain nombre d outils tels que des questionnaires, ont été élaborés et administrés. II.1 Les outils de collecte de données (les questionnaires) Les outils de collecte de données utilisés sont les questionnaires (voir annexes). Ils sont en rapport avec les postulats de départ. Cette option a permis de produire deux questionnaires à partir desquels il est relativement aisé de faire un traitement de l information. Il s agit : - d un questionnaire sur la consommation en combustibles (bois de chauffe, charbon de bois, gaz) - d un questionnaire sur les usages productifs (boulangeries traditionnelles, fumage de poisson ) L approche quantitative a permis de procéder à des appréciations du niveau de consommation des ménages et des activités à usage productif en charbon de bois, bois de chauffe, gaz et autres combustibles domestiques utilisés. En outre, les questionnaires ont permis : - d évaluer la consommation en combustibles domestiques ligneux (bois de chauffe et charbon de bois) pour les ménages et pour les activités économiques ; - d évaluer la consommation des autres combustibles utilisés (gaz butane, bouse de vache, résidus agricoles) ; - déterminer les modes de consommation (pratiques d usage des combustibles) ; - d identifier les équipements de cuisson utilisés et leur taux de pénétration ; - déterminer les modes d approvisionnement (achat collecte). II. 2. L échantillonnage Le processus d échantillonnage a consisté en une division géographique de la région de Fatick ainsi qu un sondage des ménages. 15

16 - Répartition géographique Dans le cadre de l étude, il a fallu choisir un échantillon aussi représentatif que possible des ménages, afin de pouvoir aboutir à des conclusions sur les caractéristiques de ces derniers. De ce fait, la région a été divisée en trois zones écologiquement différentes (voir la carte cidessous). Il s agit de : - la zone 1 : département de Foundiougne qui est la zone la plus riche en ressources forestières, - la zone 2 : le département de Fatick qui constitue la zone intermédiaire - la Zone 3 : le département de Gossas qui est la zone la moins boisée. - Sondage La méthode de sondage utilisé pour estimer la consommation en combustibles domestiques dans la région de Fatick est à mi - chemin entre la méthode par strate et celle dite méthode de sondage aléatoire. - les strates sont constituées des zones éco - géographiques (les 3 départements) et du milieu de résident (rural et urbain), - la taille globale de l échantillon est déterminée en fonction des ressources financières disponibles et du temps. Ainsi a-t-elle couvert un peu plus de 2% des ménages, soit 1570 ménages, - le nombre de ménages à enquêter, au sein de chaque strate, est choisi proportionnellement au nombre de ménages total de la strate, 16

17 - le choix des localités à enquêter dans chaque strate est aléatoire, - le choix des ménages à enquêter est aléatoire à l intérieur de chaque localité, une fois la taille de l échantillon choisie. Voir le tableau suivant pour avoir plus de détails sur la répartition de l échantillonnage Tableau 1 : Échantillon par zone Départements Nombre de ménages à Nombre de ménages à enquêter en zone urbaine enquêter en zone rurale Fatick Gossas Foundiougne Total Le sondage sur les activités à usages productifs (boulangers, forgerons, fumage de poisson etc.) obéit à la méthode décrite ci-dessus. Une visite in situ est réalisée pour avoir une idée de la consommation en combustibles domestiques de certaines de ces activités. Les données obtenues ont fait l objet de comparaison avec les données d enquêtes. II. 3. La pré enquête Avant le démarrage de la collecte des données, une pré enquête a été réalisée. Ce contact exploratoire avec le milieu d étude a été une occasion de s imprégner des réalités des localités ciblées, mais aussi d identifier les questions à ne pas occulter. Cette pré enquête a duré une journée. La pré enquête a permis de tester la pertinence des outils élaborés. II.4. Le déroulement des enquêtes C est une démarche systématique de collecte d informations auprès des ménages et des usages productifs. Cette phase consiste à la collecte de données sur le terrain, à l administration des questionnaires sur le terrain. 17

18 Ainsi vingt (20) enquêteurs ont été recrutés et formés pour assurer le travail de collecte de données. La durée totale de la prestation pour chaque enquêteur est de 15 jours, y compris la formation. Deux équipes de superviseurs ont encadré les enquêteurs durant toute la durée d enquête. Les superviseurs sont chargés de s assurer du bon déroulement de l enquête et de la qualité des données recueillies. L administration des questionnaires est faite en parallèle avec des enquêtes pesées qui ont permis d avoir plus d exactitudes sur les quantités consommées. III. Traitement et analyse des données Cette phase est consacrée au traitement et à l organisation de l ensemble des informations. Ces tâches permettent, à partir d une approche logique, de procéder à leur analyse qui conduit vers les résultats. Les données sont traitées par deux (2) logiciels performants et appropriés (SPSS - EXCEL). L exploitation des données par ces logiciels a permis de dégager des tableaux et des graphiques pour une meilleure visibilité de la réalité et des résultats. III.1. Méthode de traitement utilisée La méthode utilisée pour le traitement des données collectées a consisté à repartir les ménages en classes les plus homogènes possibles vis-à-vis de la consommation en combustibles domestiques. Il s agit, d une part de distinguer les ménages suivant des critères qui sont susceptibles d influencer la consommation et d autre part d approcher des valeurs de moyennes proches de la réalité. Les critères de classification suivants sont choisis: 1. La zone d habitation : zone rurale ou zone urbaine La zone d habitation a une influence très importante sur le mode, le niveau et la structure de consommation des ménages en combustibles domestiques. En effet, si on se réfère aux enquêtes réalisées par certains comme le SEMIS «étude sur les énergies domestiques au Sénégal 1998», on note que le mode d usage des combustibles domestiques diffère selon la zone d habitation (zone urbaine - zone rurale). 2. Le niveau de revenu du ménage 18

19 Le niveau de revenu influe sur le recours à un type de combustible utilisé lorsqu il est disponible. En effet, le choix du type de combustible pour la consommation d un ménage dépend du milieu d habitation (rural, urbain), mais aussi et surtout du revenu. 3. La taille du ménage La taille du ménage influe substantiellement sur le niveau de consommation. En effet, les ménages qui comptent plus de ont tendance à consommer plus de combustibles, d où la classification des ménages suivant le nombre de pour mieux appréhender les impacts de ce critère sur la consommation. 4. Le mode de consommation : combustible unique, combustible principale, combustibles secondaire. Le mode de consommation qui est une pratique à usage par les ménages des combustibles domestiques peut influer largement sur la quantité utilisée pour chaque type de combustibles. En effet, les ménages qui ont comme combustible principal le bois ont tendance à utiliser plus de bois que les ménages qui l utilisent secondairement. Ceci pousse à considérer ce facteur comme déterminant qui influe sur les quantités totales consommées par types de combustibles. Les tableaux réalisés 1. la classification des ménages par zone - zone rurale - zone urbaine 2. la classification des ménages par revenu dans chaque zone suivant leur nombre de (mois de 5 5 à à à 20 plus de 20 ) 3. la classification des ménages par pratique d usage pour chaque revenu et chaque classe de ménage dans chaque zone (ceci constitue les classes ou strates). Données recherchées : Consommation = Annotation Combustibles : i = 1.I ; Mode de consommation : j = 1.J ; Groupe de ménages : m = 1.M ; Classe de revenus : k = 1.K ; Cons_moy = consommation moyenne de combustible (i) dans un mode de consommation (j) de groupe de ménage (m) de classe de revenu (k). 19

20 CHAPITRE IV. DONNEES DE BASE SUR LES MENAGES I. Taille des ménages Les ménages de la région de Fatick sont repartis en 5 groupes selon le nombre de résidents dans le ménage. Il s agit : - Groupe 1 : les ménages qui comptent moins de 5 - Groupe 2 : les ménages qui comptent 5 à 10 - Groupe 3 : les ménages qui comptent 10 à 15 - Groupe 4 : les ménages qui comptent 15 à 20 - Groupe 5 : les ménages qui comptent plus de 20 45,00% 40,00% 35,00% 30,00% 25,00% 20,00% 15,00% 10,00% 5,00% 0,00% Figure 1 : Classification des ménages selon le nombre de moins de 5 5 à á á 20 plus de 20 Urbaine 6,70% 38,76% 31,10% 15,79% 7,66% Rurale 4,26% 32,72% 34,71% 15,81% 12,50% Régionale 4,59% 33,52% 34,23% 15,81% 11,85% Les ménages appartenant aux groupes 2 et 3 prédominent avec des pourcentages de : - 69,86 % en milieu urbain, - 67,4 % en milieu rural, - 67,75% au niveau régional (Voir figure 1). Les ménages de moins de 5 constituent les ménages les moins représentés, ils représentent environ 5%. Le nombre de composant les ménages de la région de Fatick oscillent autour de 12 par ménage. La taille moyenne des ménages varie selon les zones. Elle est de : - 11 en zone urbaine 20

21 - 13 en zone rurale Le tableau suivant montre les nombres moyens de par groupe de ménages au niveau régional et selon les zones. Nombre moyens de dans chaque groupe de ménages Nombres moyens de par groupe de ménages Groupes de ménages Zone urbaine Zone rurale Régionale Moins de à à à Plus de La figure 2 ci-dessous démontre la pertinence d un des critères de classification surtout pour le combustible bois qui est plus utilisé dans la zone «La taille du ménage influence le niveau de consommation. En effet, les ménages qui comptent plus de ont tendance à consommer plus de combustible» Figure 2: Consommation journalière en Kg en COD suivant les groupes de ménages 8 Cons. journalière en COD Cons.par jour en kg GAZ CHARBON DE BOIS 0 BOIS moins de 5 10 á 15 plus de 20 5 à á 20 Groupes de ménages 21

22 II. Les activités des ménages Les enquêtes montrent la diversification des activités des ménages. Les principales activités sont : l agriculture, le commerce et les autres activités réunies que sont en général l artisanat (menuisiers, maçons, mécaniciens, tôliers, plombiers, tailleurs, boulangers,.), l enseignement (professeur, vacataire, volontaire), le fumage de poisson, le gardiennage. - En milieu urbain, l artisanat et l enseignement représentent les principales activités et sources de revenus. - En milieu rural, 65% des ménages ont comme activité principale l agriculture et 50% des revenus viennent de cette activité. En termes de genre, les femmes s investissent particulièrement dans le fumage de poisson et le petit commerce. Toutefois, les femmes justifient le faible niveau d activités dans ces domaines par l absence ou l insuffisance de moyens financiers et d appui technique. Les deux tableaux ci-dessous illustrent les domaines d activités et les sources de revenus des ménages de la région. Tableau 2 : Activités développées par les ménages Zone Agricul ture Ele vage Pêche Com merce Activités liées à la forêt I. Taux d électrification Autres Urbaine 26,79% 1,44% 1,91% 21,53% 0,48% 47,85% Rurale 64,73% 2,20% 7,06% 6,83% 0,15% 19,03% Région 59,68% 2,10% 6,37% 8,79% 0,19% 22,87% Tableau 3 : Activités génératrices de revenus Zone Agricul ture Ele vage Pêche Com merce Autres Urbaine 17,22 4,78 1,44 22,49 54,07 Rurale 51,95 3,89 7,20 10,73 26,23 Région 47,33 4,01 6,43 12,29 29,94 III. Revenus des ménages III.1. Distribution des classes de revenu des ménages Il est en général difficile de cerner les niveaux de revenu, à cause des réticences que les ménages éprouvent à déclarer leur budget. Au cours de l'enquête, quelques éléments d appréciation ont permis d avoir des indications sur les revenus annuels des ménages. La figure 3 ci dessous la répartition des ménages selon les classes de revenus. 22

23 Figure 3 : Pourcentage des ménages dans chaque classe de revenus urbaine rurale Régionale 65,6 20,3 23,1 41,6 37,9 6,7 6,6 7,7 6,6 18,6 7,2 21,0 6,2 6,7 6,5 5,6 5,7 6,6 moins à à à à plus Les ménages qui ont un revenu de plus de FCFA pris isolément sont assez représentatifs. La figure 3 sur la répartition des ménages selon les classes de revenus montre que 65,5 % des ménages urbains et 37,5% des ménages ruraux ont un revenu de plus de FCFA. En zone urbaine, l ensemble des classes de revenus de moins de FCFA représentent 34,5% avec des pourcentages par classe qui varient de 6 à 8%. En zone rurale, les ménages qui se situent dans les classes de revenu de moins de FCFA représentent 62,1% des ménages ruraux. III.2. Influence du niveau de revenus sur les consommations en combustibles domestiques L aspect qualitatif (pratique d usage) de la consommation en combustibles domestiques est privilégié dans cette partie. Ainsi, il s agit de constater les types d énergies les plus utilisées selon les classes de revenus identifiés. Figures 4, 5, 6 Corrélations entre revenu et niveau de consommation des combustibles (bois, charbon, gaz) suivant les zones 23

24 Les figures ci dessus montrent les corrélations entre le revenu, le choix et niveau de consommation des combustibles par les ménages. Les ménages qui ont des revenus élevés ont tendance à utiliser moins de bois et plus de gaz (voir les figures suivantes). Ceci confirme Les figures ci dessus montrent les corrélations entre le revenu, le choix et niveau de consommation des combustibles bles par les ménages. Les ménages qui ont des revenus élevés ont tendance à utiliser moins de bois et plus de gaz (voir les figures suivantes). Ceci confirme Les figures ci dessus montrent les corrélations entre le revenu, le choix et niveau de consommation des combustibles par les ménages. Les ménages qui ont des revenus élevés ont tendance à utiliser moins de bois et plus de gaz (voir les figures suivantes). Ceci confirme l une des hypothèses de départ «le choix du type de combustible pour la consommation d un ménage dépend du milieu d habitation (rural, urbain), mais aussi et surtout du revenu» IV. Taux d électrification En termes d accès à l électricité, le taux global dans la région de Fatick est de 41,46%. Le taux d électrification est de 80,86% en zone urbaine et de 35, 42 % en zone rurale (voir la figure ci dessous). Il ressort de la figure 7 que le niveau d électrification est différent selon les départements. Si on prend l exemple du département de Gossas, il enregistre le taux d électrification rurale le plus élevé et un taux faible d électrification au niveau urbain. À l heure actuelle, le taux d électrification rurale à Fatick est largement supérieur à la moyenne nationale qui est environ de 20%. 24

25 Figure 7 : Taux d électrification 82,22 70,37 82,61 80,86 32,15 48,87 33,59 35,42 41,46 Fatick Gossas Foundiougne taux global urbain Fatick Gossas Foundiougne taux global rural taux global régional urbaine rurale régional V. Mode de consommation en combustibles domestiques V. 1. Taux d utilisation des combustibles Figure 8, 9,10 Taux d utilisation des combustibles par les ménages suivant les zones Figure 8 : Taux d'utiliusation des combustibles (niveau régional) 91,77% 58,57% 31,03% 6,50% GAZ CHARBON DE BOIS BOIS DE CHAUFFE AUTRES 25

26 Il ressort des résultats d enquêtes sur la consommation des ménages que les taux d utilisation des combustibles sont différents. La figure 8 ci-dessus montre que le combustible le plus utilisé par les ménages est le bois (91,77% des ménages de la région l utilisent). Ensuite vient le gaz (58,57% des ménages de la région l utilisent). Excepté les autres combustibles (bouse de vache, résidus agricoles ) le charbon de bois constitue le combustible le moins utilisé dans la région (31, 03% des ménages l utilisent). Les taux d utilisation des combustibles varient en fonction des milieux (milieu rural, milieu urbain). Les figures 9 et 10 ci-dessus montrent les disparités entre zone rurale et zone urbaine. V. 2. Mode de consommation des combustibles Le mode de consommation est la manière dont les ménages utilisent les combustibles en combinaison ou en unique. Les figures ci dessous illustrent les pourcentages par mode de consommation. Figure 11, 12,13 : Mode de consommation des combustibles suivants les zones 26

27 74% des ménages de la région de Fatick associent au moins deux combustibles pour la cuisson de leurs aliments (voir figure 11). Des disparités sont notées entre zone urbaine et zone rurale : - 94% des ménages urbains combinent au moins 2 combustibles - 71% des ménages ruraux associent au moins 2 combustibles Les ménages qui utilisent un seul combustible sont peu représentatifs. Ils représentent 6% des ménages ruraux et 29% des ménages urbains (voir figures 12 et 13). L utilisation de plusieurs combustibles s accompagne d une amélioration du confort des ménages qui disposent de plusieurs solutions pour répondre à leurs besoins en énergie domestiques. V. 3. Les pratiques d usage des combustibles Les pratiques d usage des combustibles font référence à la manière dont les combustibles sont utilisés suivant les modes de consommation. Plus de 90% des ménages de la région de Fatick utilisent les combustibles d origine ligneuse pour la cuisson de leurs aliments. Ceci constitue un facteur déterminant pour la dégradation des ressources forestières. Les figures 14,15,16,17,18,19,20,21,22,23,24,25 suivantes déterminent la répartition des combustibles suivant les pratiques d utilisation. Figure 14, 15,16 : Combustibles uniques le groupe de ménages utilisant un seul combustible pour la cuisson des aliments, le bois prédomine avec un taux global d utilisation d un peu plus de 90% (voir figure 14). Ce taux est de moins de 50% en zone urbaine et plus de 90% en zone rurale (voir figures 15 et 16). Les enquêtés ont montré que le bois est utilisé comme combustible principal (voir figure 17). Seuls 14 % des ménages l utilisent secondairement (voir figure 20). 27

28 En ce qui concerne le groupe de ménages utilisant un seul combustible pour la cuisson des aliments, le bois de chauffe prédomine avec un taux global d utilisation de 91% (voir figure 14). Ce taux est de moins de : - 47% en zone urbaine - 93% en zone rurale (voir figures 15 et 16). Figure 17, 18, 19 Combustibles principaux Figure 20, 21, 22 Combustibles secondaires Figure 23, 24, 25 Combustibles tertiaires 28

29 Pour les groupes de ménages utilisant au moins deux combustibles pour la cuisson des aliments : - Le bois est le principal combustible utilisé (voir figure 17, 18, 19) seuls 14% de ces ménages l utilisent secondairement (voir figure 20, 21,22), - Le taux global d utilisation de gaz est de 16% comme combustible principal, 59% comme combustible secondaire et 27% comme combustible tertiaire. - Le taux global d utilisation du charbon comme combustible principal est faible par rapport au bois et gaz. Il est de 5%. Cependant 21% des ménages l utilisent comme combustible secondaire et 60% comme troisième combustible. 29

30 CHAPITRE V. LES ESTIMATIONS DE LA CONSOMMATION EN COMBUSTIBLES DOMESTIQUES I. Consommations moyennes journalières des combustibles Pour satisfaire les besoins en énergie de cuisson, 74% des ménages de la région de Fatick associent au moins deux combustibles (voir figure 11). Le tableau suivant illustre les consommations moyennes des combustibles suivant les modes d utilisation dans chaque zone (urbaine, rurale). Tableau 4 : Consommation moyenne journalière en kilogramme des ménages selon les modes d utilisation des combustibles Zone urbain Saison sèche saison hivernale combustibles Unique Principale Secondaire Tertiaire Unique Principale Secondaire Tertiaire Bois 8 5,08 4,07 2,72 8 4,91 4,15 2,04 Charbon 0 3,78 2,62 2,11 0 4,03 2,25 2,21 Gaz 0,73 0,5 0,32 0,26 0,73 0,54 0,35 0,3 Autres 0 0 2, Bois 5,55 4,83 3,54 2,94 5,81 5 3,9 2,88 Rural Charbon 2 2,97 1,77 1,54 2 2,93 1,92 1,62 Gaz 0,56 0,48 0,32 0,24 0,56 0,52 0,34 0,24 Autres 3,25 3,08 3,88 5,34 2,25 2 1,42 1,5 Au regard des données sur les consommations moyennes des combustibles selon les modes d usage (voir tableau ci dessous) et sur les consommations moyennes par pratique d usage pour chaque groupe de ménage dans chaque classe de revenu dans chaque zone (voir annexes 1,3,5,7,9,11,13,15,13,19,21,23) on constate que : - l utilisation d un ou des combustibles d appoint ne fait presque pas diminuer la consommation en combustible principal, - l utilisation de plusieurs combustibles ne fait qu accroître les consommations globales d énergie, - la consommation en bois de chauffe baisse en saison sèche contrairement aux consommations en charbon de bois et gaz qui augmentent, 30

31 - la consommation moyenne en bois de chauffe par ménage est plus importante quand il est associé au gaz que quand il est associé au charbon de bois, - le charbon est moins consommé quand il est combiné avec le gaz - la consommation moyenne en charbon de bois et en bois de chauffe est moins importante lorsque le gaz est utilisé comme combustible principal (voir annexes) - la consommation moyenne en bois, combustible le plus utilisés par les ménages (70,33% des ménages urbains 95,66% des ménages ruraux utilisent le bois) augmentent en fonction de la taille des ménages (voir tableaux ci-dessous). Tableau 5 : Consommation moyenne par ménage pour chaque combustible dans chaque classe de ménage (Zone rurale) classes de ménages moins de 5 5 à à à 20 plus de 20 combustibles Cons. Moyenne saison saison sèche hivernale Bois 2,77 2,85 Charbon 1,6 1,7 Gaz 0,36 0,36 Autres 3,25 0 Bois 3,95 4,23 Charbon 1,95 2 Gaz 0,36 0,38 Autres 5,14 0,25 Bois 4,41 4,62 Charbon 1,92 1,97 Gaz 0,36 0,37 Autres 4,71 1,88 Bois 5,78 5,96 Charbon 1,87 1,95 Gaz 0,34 0,36 Autres 6,82 1,88 Bois 7,06 7,44 Charbon 1,65 1,85 Gaz 0,36 0,4 Autres 4,21 2 Tableau 6 : Consommation moyenne par ménage pour chaque combustible dans chaque classe de ménage (Zone urbaines) classes de ménages combustibles moins de 5 5 à à à 20 plus de 20 Cons. Moyenne saison saison sèche hivernale Bois 3,33 3,17 Charbon 1,62 1,83 Gaz 0,34 0,34 Autres 0 0 Bois 3,7 3,27 Charbon 2,19 2,22 Gaz 0,43 0,45 Autres 0 0 Bois 5,52 5,37 Charbon 2,51 2,75 Gaz 0,38 0,41 Autres 2,33 2 Bois 5,26 5,18 Charbon 2,29 2,46 Gaz 0,35 0,36 Autres 2 2 Bois 6,98 6,86 Charbon 2,97 2,69 Gaz 0,45 0,58 Autres

32 II. Consommations suivant les zones Les consommations moyennes en combustibles domestiques d origine ligneuse (bois de chauffe et charbon de bois) sont moins élevées dans le département de Gossas que dans les deux autres départements (voir le tableau suivant sur les consommations suivant les zones et les localités). Cela se justifie par le fait que ce département constitue la zone la moins boisée de la région. Les ressources forestières sont moins accessibles dans ce département. Par contre, cela est compensé par l utilisation du gaz. Le département de Foundiougne est la zone la plus riche en ressources forestières. Cependant les difficultés liées à l accès à la ressource et au transport constituent les problèmes d approvisionnement en combustibles domestiques ligneux dans la zone. Le tableau ci-dessous illustre les disparités entre les consommations moyennes journalières par ménage pour chaque combustible dans chaque département et dans chaque zone. Tableau 7 : Consommations moyennes par jour par ménage pour chaque combustible suivant le département et la zone consommation moyenne suivant les zones et les localités Saison sèche Saison hivernale Zone Département Gaz Charbon Bois Gaz Charbon Bois Fatick 0,46 1,97 5,18 0,50 1,93 5,35 Gossas 0,41 1,25 3,03 0,47 1,53 2,73 urbaine Foundiougne 0,37 2,64 4,66 0,41 2,89 4,64 Fatick 0,35 2,31 5,27 0,36 2,32 5,31 Gossas 0,39 1,14 4,51 0,47 1,35 4,65 rurale Foundiougne 0,34 1,78 5,38 0,37 1,91 5,53 III. Estimation des consommations en combustibles domestiques Les sources d approvisionnement en combustibles domestiques ligneux dans la région sont variées : I.1. le bois de chauffe Le bois reste la principale source d énergie domestique aussi bien en milieu rural qu en milieu urbain. La quantité moyenne en bois consommée par ménage est plus élevée que les quantités 32

33 moyennes consommées pour le charbon de bois et le gaz (voir les tableaux suivants sur les consommations journalières en combustibles domestiques). Le bois de feu est utilisé dans une forte proportion par les ménages ruraux et urbains pour la cuisson des aliments. Cela se justifie en partie par le fait que le bois est le combustible le moins cher et reste encore suffisamment disponible. Tableau 8 : Consommations moyennes journalières en kilogramme par ménage (zone urbaine) Combustibles Consommation Moyenne Saison sèche Saison hivernale Bois de chauffe 4,95 4,77 Charbon de bois 2,32 2,39 Gaz 0,39 0,43 Autres 2,44 2 Tableau 9 : Consommations moyennes journalières en kilogramme par ménage (zone rurale) Combustibles Consommation Moyenne Saison sèche Saison hivernale Bois de chauffe 4,8 5,02 Charbon de bois 1,8 1,9 Gaz 0,36 0,37 Autres 5,83 1,5 La consommation totale annuelle en bois dans la région pour la consommation des ménages s élève à ,04 tonnes. Elle est de : ,05 tonnes en milieu rural soit 90,67 % de la consommation totale régionale annuelle ; ,99 tonnes en milieu urbain 9,33% de la consommation totale régionale annuelle. Le tableau ci-dessous illustre les consommations totales pour chaque combustible ; Tableau 10 : Consommations totales annuelles en tonnes Combustibles Zones Urbaine Rurale Régionale Gaz 1543, , ,58 Charbon 5334, , ,22 Bois 12352, , ,04 Autres 195, , ,47 33

34 Outre, la cuisson domestique, le bois de feu est le combustible de choix dans l artisanat (voir tableau ci-dessous). Les usages productifs utilisateurs de bois sont en particulier : - les boulangeries traditionnelles, - les fours de fumage de poisson, - Les dibiteries. Le tableau suivant montre les consommations journalières en bois des activités à usages productifs notamment les boulangeries traditionnelles et les fours de fumage de poissons. Tableau 11 : Consommations moyennes journalières en kilogramme (activités à usage Activités Equipements Combustibles utilisés Fumage de poisson Boulangerie Four traditionnel Four amélioré Boulangerie traditionnelle Quantités moyenne utilisées par jours Productif) Mode d'approvisionn ement Remarques Bois 893 kg Achat La pénurie de combustibles bloque souvent l activitè La présence de cette activité dans Bois 446,5 kg la zone a contribué fortement à la dégradation de l environnement Bois 208 kg Achat Le bois de chauffe devient inaccessible dans la zone L approvisionnment en combustible devient difficile à cause de la surexploitation. La rareté du bois de chauffe ralentit parfois l activitès Les équipements utilisés font gaspiller beaucoup de bois I.2. Le charbon de bois Le charbon de bois est généralement utilisé en complément avec les autres combustibles (bois de chauffe et gaz). Globalement 0,13% des ménages de la région l utilisent comme combustible unique et 3,89% comme combustible principal. Ces taux sont respectivement de : - 0,15% et 2,06 % en milieu rural, - 0% et 15,79% en milieu urbain. La cherté et parfois la rareté du charbon de bois surtout en milieu rural justifient, selon les ménages de la région, les faibles taux d utilisation du charbon comme combustible unique ou principal. Toutefois, les difficultés d accès au bois en saison hivernale font augmenter la consommation en charbon bois et en gaz pendant cette saison (voir tableau 8et 9). 34

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR?

EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? EVOLUTION ET PERSPECTIVES EN MATIERE DE GESTION DES FORETS NATURELLES AU NIGER : QUELS PROGRES ET QUEL AVENIR? DAN BARIA Soumaila Ingénieur des Eaux et Forêts Coordonnateur d Antenne régionale PNEDD- Haute

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation

Planification Mise en œuvre Evaluation Programmation Suivi TRF Grille d évaluation 1- La place du Suivi dans un cycle de projet Le suivi est un processus continu prenant en compte la dimension dynamique du cycle de projet. Le contexte change, l exécution des activités modifie la réalité

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE

CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE CAS DE LA VULGARISATION DU GAZ BUTANE Présenté par Mr Coulibaly Davy Wohary, Action en Faveur de l Homme et de la Nature Côte D Ivoire (AFHON_CI) GENERALITES SUR LA COTE D IVOIRE SITUATION ENERGETIQUE

Plus en détail

ONG AMADE PELCODE Point Focal Clacc Fellow Mali Chef de File Groupe DD ET ECONOMIE VERTE Reso

ONG AMADE PELCODE Point Focal Clacc Fellow Mali Chef de File Groupe DD ET ECONOMIE VERTE Reso LES ENERGIES ALTERNATIVES AUX COMBUSTIBLES TRADITIONNELLES POUR LA SAUVEGARDE DU CAPITAL FORESTIER Mouhamadou Farka Maiga ONG AMADE PELCODE Point Focal Clacc Fellow Mali Chef de File Groupe DD ET ECONOMIE

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel

Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel. Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Evolutions internationales dans la mesure du secteur informel et de l emploi informel Notes Techniques N 01 : Cadre conceptuel Février 2010 SOMMAIRE Page Introduction... 2 I. Recentrage des cadres conceptuels

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

SOMMAIRE. vii. REMERCIEMENTS... iii. LISTE DES SIGLES... v. LISTE DES TABLEAUX... ix. LISTE DES DIAGRAMMES... x. LISTE DES FIGURES...

SOMMAIRE. vii. REMERCIEMENTS... iii. LISTE DES SIGLES... v. LISTE DES TABLEAUX... ix. LISTE DES DIAGRAMMES... x. LISTE DES FIGURES... Sommaire SOMMAIRE REMERCIEMENTS... iii LISTE DES SIGLES... v LISTE DES TABLEAUX... ix LISTE DES DIAGRAMMES... x LISTE DES FIGURES... xii LISTE DES ENCADRÉS... xii PRÉFACE... xiii AVANT-PROPOS... xv BUDGÉTISER

Plus en détail

Présenté par: Amara luck camara - Consultant national MAMADI KOUMBA DIAWARA CONSULTANT BIOENERGIE MINISTERE AGRICULTURE

Présenté par: Amara luck camara - Consultant national MAMADI KOUMBA DIAWARA CONSULTANT BIOENERGIE MINISTERE AGRICULTURE Présenté par: Amara luck camara - Consultant national MAMADI KOUMBA DIAWARA CONSULTANT BIOENERGIE MINISTERE AGRICULTURE Introduction Superficie : 245 857 km2 Capitale : Conakry Potentiel hydroélectrique

Plus en détail

Séminaire Genre et Changements Climatiques

Séminaire Genre et Changements Climatiques Séminaire Genre et Changements Climatiques Genre et Changements Climatiques : une réalité, un défi Yacine DIAGNE GUEYE ENDA Energie, Environnement, Développement Paris 27 et 28 janvier 2011 Plan de la

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service?

Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif en tant que prestataires de service? La pauvreté peut prendre différentes formes et nécessite donc de disposer d un éventail de réponses

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux

Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux Manuel de consultation publique sur les plans d aménagement forestier intégré et les plans d aménagement spéciaux Dernière mise à jour : 15 mars 2016 i Table des matières Introduction 1 Mise en contexte

Plus en détail

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives?

Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? Accès à l Énergie et Microfinance Quelles perspectives? AIE - Agence Internationale de l Energie Paris, 4 Juin 2009 Pascale Geslain Sommaire I. A propos de la microfinance 1. Au sujet de PlaNet FiNance:

Plus en détail

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration

Rapport synthèse. Du 06 au 10 avril 2009. Rapport synthèse du Séminaire régional de formation aux outils et méthodologies pour l intégration 01 BP. 6269, Ouagadougou 01, Burkina Faso; Tel: (226) 50 36 98 21; GSM: (226) 70 80 64 52 Email: iavs_mail@yaho.fr; iavs.refer.ne http:// iavs.6mablog.com Agreement n 2001-1080/MESSR/AG/SG/DGESRS Rapport

Plus en détail

Présentations. de la Direction Générale du MEF et du Service d Economie de la santé de l UEP/MSPP

Présentations. de la Direction Générale du MEF et du Service d Economie de la santé de l UEP/MSPP Présentations de la Direction Générale du MEF et du Service d Economie de la santé de l UEP/MSPP Les dépenses de santé dans le contexte général des dépenses publiques et de l economie 2015-2016 Proclamation

Plus en détail

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement

4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement 4. Création des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement La mise en place des cadres de concertation des acteurs de l eau et de l assainissement dans les communes contribue à

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée

Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée PRÉSENTATION POWERPOINT Méthodes, forces et faiblesses de l inventaire des gaz à effet de serre dans le secteur du transport en Guinée Mamadou Lamarana DIALLO et Zoumana BAMBA, Centre de Recherche Scientifique

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

A L G E R I E ---------- ooo ----------

A L G E R I E ---------- ooo ---------- A L G E R I E ---------- ooo ---------- TROISIEME SESSION FORUM DES NATIONS UNIES SUR LES FORETS DECLARATION DE Mohamed MEZALI DIRECTEUR DE LA GESTION DU PATRIMOINE FORESTIER MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004

GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004 GROUPE DE TRAVAIL GAZ 2004 GROUPE DE TRAVAIL N 2 «GESTION DE L ACHEMINEMENT» ADMINISTRATION DE L ACTIVITE DE PROFILAGE DES CONSOMMATIONS DE GAZ NATUREL APRES LE 1 ER JUILLET 2004 VERSION V0 Date 2 mai

Plus en détail

FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement

FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement FGC: Aide pour le questionnaire de projet de développement Les zones grisées correspondent aux endroits où vous compléterez le questionnaire à partir du modèle fgc_questionnaire_projet_sud_2013-09.docx

Plus en détail

EVALUATION DES IMPACTS ECONOMIQUES DE LA PHASE DE SORTIE DU PROJET D APPUI AU SECTEUR DE L ENERGIE (PASE Ω)

EVALUATION DES IMPACTS ECONOMIQUES DE LA PHASE DE SORTIE DU PROJET D APPUI AU SECTEUR DE L ENERGIE (PASE Ω) Programme du Burkina Faso Tel. +226 50 32 85 06 01 BP 3133 + 226 50 31 31 54 Ouagadougou 01 Fax + 226 50 30 75 61 Burkina Faso Mail: uicnbf@iucn.org EVALUATION DES IMPACTS ECONOMIQUES DE LA PHASE DE SORTIE

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE V - GÉRER L ÉNERGIE ET LUTTER CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LA SITUATION À PARIS V.1 - FAVORISER LA SOBRIÉTÉ ÉNERGÉTIQUE La maîtrise de l énergie et plus largement la politique de lutte contre les changements

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information

Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information Fiche mesure FEADER 2014-2020 Article 15 - Transfert de connaissances et actions d information 1. Cadre et justification de la mesure 1.1 Base légale Article 15 du projet de Règlement du Parlement Européen

Plus en détail

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports

ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI. Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports ROYAUME DU CAMBODGE NATION RELIGION ROI Ministère de l Éducation, de la Jeunesse et des Sports Politique sur la vision pour 2030 de l enseignement supérieur Mars 2014 Préface L enseignement supérieur joue

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015

Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT. 10 septembre 2015 Révision du SCOT du Pays de Brest DIAGNOSTIC ÉNERGIE - CLIMAT 10 septembre 2015 Diagnostic Énergie Climat du territoire : 1 Les objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte et

Plus en détail

EXPÉRIENCES PROGRAMME FEMMES ET ENTREPRENARIAT RESPONSABLE (FER) Mme Fatou NDOYE Juin 2010

EXPÉRIENCES PROGRAMME FEMMES ET ENTREPRENARIAT RESPONSABLE (FER) Mme Fatou NDOYE Juin 2010 EXPÉRIENCES PROGRAMME FEMMES ET ENTREPRENARIAT RESPONSABLE (FER) Mme Fatou NDOYE Juin 2010 I. Présentation d Enda Graf sahel 1.1 Bref exposé de l histoire d Enda Graf Sahel Créé en 1975 sous le nom de

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

Comment mieux valoriser le Patrimoine Foncier Non Bâti de la Commune d Hourtin?

Comment mieux valoriser le Patrimoine Foncier Non Bâti de la Commune d Hourtin? Mairie d Hourtin Comment mieux valoriser le Patrimoine Foncier Non Bâti de la Commune d Hourtin? Rapport d étude réalisé à la Mairie d Hourtin Septembre 2006 Julie THOUY Master II Gestion des Ressources

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation de bois énergie et l usage des foyers améliorés dans la ville de Mopti.

Enquête sur les habitudes de consommation de bois énergie et l usage des foyers améliorés dans la ville de Mopti. Enquête sur les habitudes de consommation de bois énergie et l usage des foyers améliorés dans la ville de Mopti. Septembre 2009 I- Introduction Planète Urgence intervient depuis 2007 sur le projet «Un

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara

Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara 02mars 2009 PacepaS Gret/Semis Benoît Paldrup Termes de référence de l étude de faisabilité pour le projet d eau potable de Diawara Le présent document a pour objet de définir les modalités de réalisation

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada

Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada F É D É R A T I O N D E L H A B I T A T I O N C O O P É R A T I V E D U C A N A D A Ampleur des besoins impérieux de logement au Canada Rapport produit par Will Dunning Inc. pour la Fédération de l habitation

Plus en détail

ÉTUDE DE MARCHÉ DONNÉES PRIMAIRES

ÉTUDE DE MARCHÉ DONNÉES PRIMAIRES ÉTUDE DE MARCHÉ DONNÉES PRIMAIRES TABLE DES MATIÈRES ÉTAPES POUR EFFECTUER UNE ÉTUDE DE MARCHÉ... 3 1) COLLECTE DE DONNÉES PRIMAIRES :...3 2) CONSULTEZ INTERNET :...3 3) ENTREZ EN CONTACT AVEC DES PERSONNES-CLÉS

Plus en détail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail

FORMASTAT 2007. * Section 2 du chapitre II du titre IV du livre V du Code du travail rapport d analyse FORMASTAT 2007 Analyse quantitative de l activité de formation des entreprises bénéficiaires de l aide financière de l État en matière de formation professionnelle continue en 2007 I

Plus en détail

Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003

Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003 Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003 Introduction Le Bureau de statistique du BIT et PARIS21 (Partenariat

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE

COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTEXTE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE COOPERATION TECHNIQUE EN MATIERE DE SANTE DANS LE CONTETE MIGRATOIRE DANS LE ROYAUME HASHEMITE DE JORDANIE Type de projet : Type de projet secondaire : Couverture géographique : Organisme d exécution :

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives

Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation. Séminaire international sur les infrastructures éducatives Programme de l OCDE pour la construction et l équipement de l éducation Séminaire international sur les infrastructures éducatives Guadalajara, Jalisco, Mexique, 24-27 février 2002 Organisé par le Programme

Plus en détail

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013)

«Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) 1 «Twitter : un outil éducatif dans le cadre scolaire?» (Enquête 2013) ANALYSE DES RESULTATS : DOCUMENT DE TRAVAIL Enquête INJEP, réalisée en 2013 1 : questionnaire en ligne auprès de 130 répondants (dont

Plus en détail

Novembre 2004. Unité Progrès - Justice COMITE INTER ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL CILSS - BURKINA FASO

Novembre 2004. Unité Progrès - Justice COMITE INTER ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL CILSS - BURKINA FASO COMITE INTER ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL CILSS - BURKINA FASO SECRETARIAT EXECUTIF =-=-=-=-=-=- PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION DES ENERGIES DOMESTIQUES ET ALTERNATIVES AU SAHEL (PREDAS)

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication

REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE. Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal. Plan de visibilité et stratégie de communication REPUBLIQUE DU SENEGAL MINISTERE DE L AGRICULTURE Projet de Facilité Alimentaire au Sénégal Plan de visibilité et stratégie de communication OCTOBRE 2010 A. Contexte 1. Face à la crise alimentaire qui a

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1423395D Intitulé du texte : Décret relatif aux normes de performance énergétique minimale des logements collectifs faisant l objet d une vente par

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre

Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Améliorer l'accès aux services de base : eau et assainissement en milieu urbain en Afrique 2 septembre Présidence : J.-P. Elong M'Bassi (PDM) Intervenants: A. Mathys (Ondeo) /E. Tanawa (ENSP Yaoundé) /

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable *******************

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* STRATEGIE NATIONALE EN MATIERE D EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE **************************

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

Sénégal : la formation technique, un moyen de structurer le secteur artisanal

Sénégal : la formation technique, un moyen de structurer le secteur artisanal Sénégal : la formation technique, un moyen de structurer le secteur artisanal La formation comme vecteur de la transformation sociale / Capitalisation de l expérience de la Kora-PRD la synthèse Sénégal

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI)

INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne INDICE DE PRIX DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE (IPPI) Méthodologie et lien avec l indice de la production industrielle (IPI) Atelier sur les

Plus en détail

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE

COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE COMMISSION AGREMENT DES ORGANISMES DE FORMATION MEDICALE CONTINUE Docteur Gérard ALEXANDRE Professeur François BLANC Docteur Christian JEAMBRUN Docteur Yannick MARTIN Professeur Bernard NEMITZ Docteur

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

Guide Stage d initiation

Guide Stage d initiation Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Direction générale des études technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Djerba Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES

LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES LES PERSPECTIVES MONDIALES DES TECHNOLOGIES ENERGETIQUES A L'HORIZON 2050 (WETO-H2) MESSAGES CLES L étude WETO-H2 a permis d élaborer une projection de référence du système énergétique mondial ainsi que

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

La Grille, moyen fondamental de l analyse

La Grille, moyen fondamental de l analyse Fiche méthodologie #1 La Grille, moyen fondamental de l analyse Cette rubrique présente des notes et documents publiés par Philippe Latour, enseignant au Master Géomarketing et stratégies territoriales

Plus en détail

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007 1 URD Université de Lomé Unité de Recherche Démographique B.P. 12971 Tél. (228) 221-17-21 Fax : (228) 222-08-89 E-ma il : urd@tg-refer.org ; urdlome@yahoo.fr http\\ : www.urd-lome.org Lomé TOGO ENQUETE

Plus en détail

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire)

L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) L entreprise B R A D E S: (Bureau de Recherche/Action pour le Développement Solidaire) Partenaires : Un opérateur engagé dans la production et la commercialisation de briquettes de biocharbon à partir

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU COORDONNATEUR DU PROJET DE MISE EN PLACE DES DISPOSITIFS NATIONAUX D EVALUATION Novembre 2008 1. Contexte La gestion des systèmes d éducation et de formation

Plus en détail

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients.

3. et enfin, comment la prise en compte de ces relations annexes peut aider à comprendre les comportements de respect des échéances des clients. Conclusion Cette thèse a interrogé le fonctionnement de l intermédiation microfinancière dans les institutions de microfinance en Afrique de l Ouest. La question centrale qui l a animée consiste à interroger

Plus en détail

Etat des lieux sur l utilisation des foyers améliorés au Burkina Faso ETAT DES LIEUX SUR L UTILISATION DES FOYERS AMELIORES AU BURKINA

Etat des lieux sur l utilisation des foyers améliorés au Burkina Faso ETAT DES LIEUX SUR L UTILISATION DES FOYERS AMELIORES AU BURKINA ETAT DES LIEUX SUR L UTILISATION DES FOYERS AMELIORES AU BURKINA Octobre 2013 1 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION DE L ETUDE 1. Contexte environnemental du Burkina et foyers améliorés

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail