Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel"

Transcription

1 Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel Dans ce chapitre, nous couvrons : Les connaissances fondamentales du domaine ; La représentation SWEBOK de la maintenance ; Les références importantes du domaine.

2 2 Améliorer la maintenance du logiciel Le développement de logiciels, lorsqu il est mené à terme avec succès, se termine par la livraison d un logiciel qui devrait satisfaire les exigences initiales du client. Par la suite, après sa mise en service, le logiciel devra évoluer pour répondre aux nouveaux besoins d un environnement en constante évolution. De plus, c est pendant l opération du logiciel que l organisation découvrira des anomalies, ainsi que de nouveaux besoins d affaires qui feront surface, et qu il faudra, après un certain nombre d années, en modifier la plate-forme technologique. Enfin, il est bon de souligner que le cycle de vie de la maintenance ne devrait pas débuter lors de la mise en service du logiciel, mais, en réalité, bien avant par une participation active des responsables de la maintenance tout au long du processus de développement, quand c est possible. Jusqu à tout récemment, le thème de la maintenance était peu abordé dans les cursus universitaires d informatique et de génie logiciel, et c était en travaillant dans les organisations elles-mêmes que les ingénieurs logiciels s initiaient aux spécificités de la maintenance et y développaient une expertise spécifique. Ce livre vise à combler un vide important dans l enseignement de la maintenance. La maintenance du logiciel est un des dix grands thèmes de connaissance reconnus comme faisant partie de la discipline de l ingénierie du logiciel, tel que cela a été décrit dans ISO TR 19759, ainsi que dans le guide au corpus des connaissances en génie logiciel [Abr05] (Software Engineering Body of Knowledge SWEBOK). Ces documents confirment ce qui avait déjà été identifié par Victor Basili en 1996 : «La maintenance du logiciel est un domaine spécifique du génie logiciel, et conséquemment, il est donc nécessaire de se pencher sur des processus et les méthodologies qui tiennent compte des caractéristiques spécifiques de la maintenance du logiciel.» [Bas96]. Dans le Guide SWEBOK (disponible au l éditeur du chapitre de la maintenance est Thomas Pigoski ; et le coéditeur, Alain April. Il est à noter que M. Pigoski a piloté le développement de la norme internationale ISO sur la maintenance du logiciel. Il est à noter également que plusieurs des concepts utilisés dans le modèle de la maturité de la maintenance SP3mP (Software Maintenance Maturity Model) ont été incorporés à la version 2005 du Guide SWEBOK. Le modèle de maturité de la maintenance SP3mP s aligne donc, dans toutes ses perspectives, sur l ensemble des connaissances décrites dans le chapitre Maintenance du Guide SWEBOK. Le Guide SWEBOK présente une taxonomie des connaissances nécessaires à l ingénieur logiciel travaillant en maintenance du logiciel (figure 1.1). Cette taxonomie de la maintenance comprend quatre axes : Concepts de base ; Processus de la maintenance ; Préoccupations clés de la maintenance ; Techniques de maintenance.

3 1 Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel 3 Faites la lecture du Guide SWEBOK pour approfondir vos connaissances en maintenance du logiciel. Figure 1.1 Taxonomie de la maintenance du logiciel selon le Guide SWEBOK [Abr05] La littérature sur la maintenance du logiciel est beaucoup moins abondante que celle sur le développement du logiciel [Pig97, s2]. Les livres les plus récents sont ceux de Khan et Zhang [Khao5], Polo, Piattini et Ruiz [Pol02], de Grubb et Takang [Gru03] et de Seacord et al. [Sea03]. D ailleurs, les publications en maintenance souvent citées dans les articles scientifiques ont été publiées il y a 15 ans, ou parfois même il y a 25 ans (Lientz et Swanson 1980 ; Martin et McClure 1983 ; Arthur 1988). Certains autres livres ne font qu introduire la thématique de la maintenance du logiciel (Boehm [Boe81], Dorfman et Thayer [Dor02], Pfleeger [Pfl01], Pressman [Pre05]).

4 4 Améliorer la maintenance du logiciel 1.1 LA DÉFINITION DE LA MAINTENANCE DU LOGICIEL Le cycle de vie du logiciel peut être divisé en deux parties distinctes selon Moriguchi [Mor96, s19.1] : 1. Le développement initial du logiciel ; 2. La maintenance et l opération du logiciel. Un survol des définitions proposées pour la maintenance du logiciel est présenté au tableau 1.1 : Tableau 1.1 Les définitions généralement acceptées de la maintenance du logiciel Définition - Interprétation Auteurs des références Année «Les changements qui doivent être effectués à un logiciel après sa livraison à l utilisateur.» «L ensemble des activités requises afin de garder le logiciel en état d opération suite à sa livraison opérationnelle.» «La maintenance couvre le cycle de vie du logiciel à partir de son installation jusqu à sa mise à la retraite.» «La modification d un logiciel, après sa livraison, afin de corriger des défaillances, d améliorer sa performance ou d autres attributs ou de l adapter suite à des changements d environnements.» «Les changements au logiciel et à sa documentation causés par un problème ou le besoin de l améliorer.» «La totalité des activités qui sont requises afin de procurer un support, au meilleur coût possible, d un logiciel. Certaines activités débutent avant la livraison du logiciel, donc pendant sa conception initiale, mais la majorité des activités ont lieu après sa livraison finale (l équipe de développement ayant maintenant terminé son travail et étant affectée à d autres travaux).» Martin et McClure [Mar83] 1983 FIPS [FIP84] 1984 Von Mayrhauser [Von90] 1990 IEEE [IEEE90] 1993 ISO12207 [ISO95] 1995 SWEBOK [Abr05, s3.1.1] 2005 Lehman mentionne d autre part que «les changements étant inévitables, ils forcent les logiciels opérationnels à évoluer, sinon ils deviennent progressivement moins utiles et désuets» [Leh80]. Il s ensuit que la maintenance est donc considérée comme inévitable pour les logiciels opérationnels utilisés quotidiennement dans nos organisations. Il est important de préciser que la maintenance du logiciel est nécessaire autant pour les logiciels applicatifs que pour les logiciels d infrastructure (par exemple : de télécommunications, de systèmes d opérations et de gestion des bases de données). Le logiciel applicatif, lui, contient

5 1 Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel 5 des règles d affaires traduites et insérées dans les fonctionnalités du logiciel. Ce sont ces règles d affaires qui évoluent, changent et disparaissent pour supporter les opérations quotidiennes des organisations. La maintenance du logiciel est définie dans la norme IEEE pour la maintenance du logiciel, IEEE 1219 [IEEE98], comme la modification d un logiciel après la livraison pour corriger les fautes, pour améliorer la performance ou les autres attributs, ou pour adapter le produit à un environnement modifié. La norme couvre aussi les activités d avant la livraison, mais seulement dans un appendice d information de la norme. La norme ISO pour les processus de cycles de vie décrit essentiellement la maintenance comme l un des processus de cycles de vie primaires et aussi comme le processus d un produit logiciel subissant «une modification du code et de la documentation associée due à un problème ou au besoin d amélioration. L objectif est de modifier le produit logiciel existant tout en préservant son intégrité.» [ISO95]. ISO décrit aussi «l implémentation de processus». Cette activité établit le plan de maintenance et les procédures qui sont utilisées plus tard, durant le processus de maintenance. ISO [ISO98], la norme internationale pour la maintenance du logiciel, définit la maintenance du logiciel dans les mêmes termes que l ISO et met l accent sur les aspects de prélivraison de la maintenance, la planification par exemple. Un mainteneur est définit par l ISO comme une organisation qui effectue des activités de maintenance [ISO95]. Finalement, ISO identifie les activités primaires de maintenance du logiciel comme l implémentation de processus, l analyse de problème et de modification, l implémentation de modification, la révision ou l acceptation de maintenance, la migration et la mise à la retraite. Ces activités sont discutées dans une section ci-après. Elles sont définies plus en détail dans la norme ISO LES DIFFÉRENCES ENTRE OPÉRATIONS, DÉVELOPPEMENT ET MAINTENANCE Il est tout d abord nécessaire d établir une distinction claire entre l opération d un logiciel et sa maintenance [ISO98, s1]. Ainsi, il est précisé dans la norme ISO que les activités d opération (copies de sécurité, recouvrement et administration des ordinateurs) sont effectuées par le personnel d opération des systèmes informatiques et sont exclues de la portée de la norme ISO sur la maintenance des logiciels. Cette distinction de concepts est aussi exprimée dans la littérature qui décrit qu il est peu commun qu un gestionnaire confonde les opérations informatiques et la maintenance des logiciels. Il existe une interface importante entre la maintenance et les opérations qui vise surtout à s assurer que les infrastructures, qui supportent les logiciels applicatifs, soient opérationnelles et efficaces (gestion des changements,

6 6 Améliorer la maintenance du logiciel appels concernant une défaillance en production, recouvrement du logiciel et des données, et reprise des travaux suite à une panne ou à un désastre, investigation des temps de traitements, copies de sécurité, gestion des systèmes d horaires automatisées, gestion de l espace disque et de bandothèques) [ITi01]. La gestion de cette interface est un rôle unique de mainteneurs. Qu en est-il des différences entre la maintenance et le développement du logiciel? Le développement du logiciel possède, lui aussi, une interface avec la maintenance, mais elle est un peu plus difficile à différencier [Abr05, s3.2.2]. Cette différenciation est encore plus difficile à observer si, dans une organisation, le développeur du logiciel effectue aussi la maintenance de celui-ci. En effet, un certain nombre des activités de la maintenance sont similaires à celles du développement de logiciels (analyse, conception, codage, gestion de la configuration, essais, revues et documentation technique). Ces activités doivent toutefois être adaptées au contexte spécifique de la maintenance, où le travail est souvent effectué par un ou deux programmeurs pour des travaux exécutés à très court terme, et non par une équipe de projet comme dans la majorité des projets de développement. Un employé de la maintenance du logiciel développera donc une partie de son expertise à partir des mêmes sources d enseignement et de formation que ses collègues du développement. Quelques auteurs ont étudié les activités qui sont uniques à la maintenance et qui ne se retrouvent pas dans un cycle de vie de développement de logiciels. Certaines des caractéristiques qui sont propres au domaine de la maintenance du logiciel sont [Abr93] : «les requêtes de modifications (RM) parviennent d une manière plus ou moins aléatoire et ne peuvent pas être planifiées individuellement dans un processus annuel de budgétisation ; les RM sont évaluées et classées par ordre de priorité (par le programmeur ou son patron, ou parfois par un comité de priorités) ; aucune RM ne fait l objet d une autorisation spécifique par un gestionnaire en chef ; la charge de travail de la maintenance n est pas gérée par des techniques de gestion de projet, mais plutôt par l utilisation des techniques de gestion des files d attente, souvent supportées par un logiciel de bureau d aide help desk ; la taille et la complexité des requêtes de la maintenance font en sorte que le travail peut être, généralement, effectué par un ou deux programmeurs ; les travaux sont ordonnés de manière à satisfaire l utilisateur, à court terme, et à s assurer du bon fonctionnement quotidien des logiciels en opérations ; les priorités peuvent changer rapidement, à toute heure du jour, et les rapports de problèmes (RP) nécessitant des corrections de l application de production auront la priorité sur n importe quel autre travail en cours.»

7 1 Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel 7 L équipe de maintenance doit faire face aux événements et aux requêtes journalières de sa clientèle tout en maintenant un service continu des applications opérationnelles sous sa responsabilité. Figure 1.2 Processus d acceptation ou de refus du travail de la maintenance [Apr01] L organisation des travaux de maintenance doit tenir compte de ces impératifs, et tant les travaux que l équipe de maintenance doivent se structurer pour répondre aux exigences de ce type de travail dont les éléments individuels arrivent de façon aléatoire. Par contraste, un projet de développement est prévu à plus long terme, planifié, typiquement créé avec un échéancier déterminé, puis s achève avec la livraison du logiciel. Pour bien mener à terme un projet, une structure d équipe de projet est créée pour la durée du projet seulement, et c est cette équipe de projet qui développe un plan de ressources qui vise à atteindre des objectifs fixes d une livraison dans les limites du délai planifié de fin du projet. Lorsque l utilisateur fait une requête de modification, il est nécessaire d estimer l effort qui sera requis pour modifier le logiciel existant. L étude de Dorfman et de Thayer [Dor02] indique que les requêtes de modification (RM) passent par une étape d investigation et d impact qui est unique à la maintenance du logiciel. Si l effort estimé est peu élevé et peut être satisfait à l intérieur des ressources et des disponibilités de l équipe de maintenance, la requête est alors placée en ordre

8 8 Améliorer la maintenance du logiciel de priorité et exécutée à partir du processus de la gestion de la file d attente. Toutefois, si l effort estimé est supérieur à une limite établie, propre à chaque organisation, et à sa marge de manœuvre budgétaire, la requête sera réacheminée à une équipe de développement et traitée comme un petit projet qui devra être autorisé avec son budget spécifique et une allocation précise des ressources requises pour le mener à terme en fonction des nouveaux objectifs fixés. Il y a donc, pour la maintenance du logiciel, un processus unique d acceptation ou de rejet du travail, pour les requêtes de modifications (RM) des logiciels opérationnels. Ce processus tient compte de la taille estimée de la modification et de la capacité à la réaliser à l intérieur des contraintes de coûts et de qualité de fonctionnalité. April [Apr01] présente comme exemple le processus utilisé par une société membre de Cable & Wireless, où l effort maximal d une requête adaptative qu un programmeur de la maintenance accepte est de cinq jours (figure 1.2). On y note que tout rapport de problème (RP), quel que soit l effort estimé, sera pris en charge par l équipe de maintenance en priorité avant les requêtes de modifications. Cette limite de cinq jours d effort est aussi reconnue par l association de la mesure du Royaume- Uni (UKSMA) et le groupe de normalisation de l étalonnage du logiciel (ISBSG) : «On observe dans la pratique la distinction entre l activité de maintenance des améliorations mineures et l activité de développement du logiciel. Les auteurs ont observé que quelques organisations possèdent des activités de maintenance qui comptent jusqu à 80 jours d effort, alors que dans d autres le seuil est de cinq jours. L ISBSG et l UKSMA adoptent, actuellement, la convention qu une amélioration de cinq jours ou moins sera considérée comme une activité de maintenance.» [ISB05]. Ce seuil correspond à de la petite maintenance effectuée par des individus, et non pas par des équipes de projet qui peuvent entreprendre de grands projets. Cette notion de seuil est très importante, car elle dicte le seuil des travaux entre les développeurs et les mainteneurs. Cette limite de cinq jours ne doit pas être utilisée avec dogmatisme. Ce qui est essentiel, c est qu une limite du travail de maintenance soit identifiée clairement dans l organisation, quelle que soit la valeur d effort choisie, et reflète bien le travail d individus, et non pas d équipes de projet. Bennett [Ben00] identifie d autres activités uniques à la maintenance : «l étude des différents types de requêtes de changements supportées par un centre d appel help desk et son logiciel de support, les activités d évaluation d impact d un changement, et la spécialisation en essais et vérification de régression». Zitouni [Zit96] identifie sept processus clés et certains rôles qui sont spécifiques de la maintenance du logiciel : «Gestion des requêtes de changement et de demandes de modifications. Un processus de gestion des problèmes utilisé par les mainteneurs pour établir la priorité, documenter et acheminer les demandes qu ils reçoivent [Ben00] ; Acceptation du logiciel ;

9 1 Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel 9 Gestion de la transition du développement au groupe de maintenance, qui est une séquence contrôlée et coordonnée d activités durant laquelle le système est progressivement transféré du développeur vers le mainteneur ; Rôle des utilisateurs, des opérations et des employés de la maintenance ; Planification de la maintenance ; Gestion des employés de la maintenance ; Gestion du logiciel (améliorations et performances).» La dernière version du chapitre de la maintenance du Guide SWEBOK identifie aussi un bon nombre de processus spécifiques à la maintenance, soit : Gestion et planification annuelle de la maintenance [Pig94 ; Zit96] ; Ententes de services et contrats spécifiques de la maintenance [Mue94 ; Apr01 ; Bou99 ; Mcb90 ; Mcb96 ; Kar05 ; COB00] ; Interception et surveillance des applications en production (prévention de problèmes) [ITI01] ; Mesure d indicateurs de services spécifiques aux activités du support et de la maintenance [Abr91 ; Abr93 ; Sta94 ; McG01] ; Soutien à la clientèle (système de réponses aux problèmes) concernant une panne, une maintenance préventive et un retour en service après panne [Apr01] ; Études de différents types de requêtes de changements supportées par un centre d appel help desk et son logiciel de support [Ben00] ; Activités d évaluation d impact d un changement [Ben00] ; Spécialisation en essais et en vérifications de régression [Ben00] ; Investigations et réponses aux questions concernant les règles d affaires des systèmes opérationnels [Pre05 ; Apr01] ; Processus unique d acceptation et de rejet du travail, pour les requêtes de modifications (RM) des logiciels opérationnels selon leur taille [Apr01] ; Gestion de l horaire de support aux opérations 24 heures sur 24 et du processus d escalade en cas de problèmes [ITi01 ; Mcb90 ; Mcb96] ; Gestion de l interface et du rôle des opérations portant sur : la gestion du changement, les appels concernant une faute en production, le recouvrement de l environnement et des données suite à un désastre, le recouvrement des données et reprise des travaux, l investigation des temps de traitements, les cédules automatisées, les copies de sécurité, la gestion des systèmes, de l espace disque et de la bandothèque [ITi01] ;

10 10 Améliorer la maintenance du logiciel Gestion de la sous-traitance, des contrats de services de maintenance, de licences, d entiercement et d impartition [Car94 ; Apr01 ; McC02] ; Obligation de rendre le portefeuille d application plus performant (gestion du logiciel) [Zit96]. La définition du service rendu par la maintenance peut aussi aider à identifier des différences avec les autres activités informatiques. Ainsi, Bouman [Bou99] décrit la maintenance du logiciel comme un service. Les caractéristiques d un service peuvent généralement être reconnues ainsi : «L insistance de la vente directe avec le client ; Un contact fréquent et direct avec le client ; Un service rendu immédiatement plutôt que plusieurs mois après ; Un temps de service court ; Le produit n est pas toujours un bien physique ; Le produit ne peut pas toujours être remisé ou transporté ; Les services sont plus spécialisés et façonnés que les biens physiques.» En résumé, la maintenance du logiciel possède un certain nombre de processus et d activités qui ne sont pas effectués par les groupes de développement du logiciel. La maintenance du logiciel fait aussi appel à des processus et à des activités du développement du logiciel, et ce, plus particulièrement dans l étape d implémentation d une modification au logiciel existant [ISO95, s5.5.3]. 1.3 QUELLE ORGANISATION EFFECTUE LA MAINTENANCE DU LOGICIEL? Les aspects organisationnels décrivent comment identifier quelle organisation ou quelle fonction de l entreprise sera responsable pour la maintenance du logiciel. L équipe qui développe le logiciel n est pas toujours assignée à sa maintenance. Pour décider où la fonction de maintenance sera localisée, les organisations d ingénierie logicielle peuvent, par exemple, demeurer avec le développeur original ou s adresser à une équipe indépendante spécialisée en maintenance. Souvent l option du mainteneur spécialisé est préférée. Il y a beaucoup d arguments pour et contre chacune de ces deux options [Par83 ; Pig97] ; la décision devrait être prise en étudiant chaque cas. L important, c est que la délégation ou l assignation de la responsabilité à un groupe ou à une personne [Pig97], quelle que soit la structure de l organisation, soit claire, planifiée et bien communiquée. Dans l industrie, on peut retrouver deux modèles organisationnels pour la fonction de maintenance du logiciel. Dans un premier modèle organisationnel, c est le développeur, qui a développé ou acquis le logiciel, qui en effectue la maintenance. Dans un second modèle, c est

11 1 Les connaissances fondamentales en maintenance du logiciel 11 l organisation de la maintenance du logiciel qui effectue la maintenance des logiciels de l organisation, et ce, indépendamment des développeurs. Bennett [Ben00] énonce que le développement logiciel initial est habituellement basé par projet, avec une période de temps et un budget défini. L accent est mis sur la livraison dans les délais et dans le budget pour remplir les besoins de l utilisateur. En contraste, la maintenance de logiciel a souvent comme objectif de s assurer de l adaptabilité du logiciel aux changements nécessaires. La maintenance corrige les pannes et s assure de satisfaire la demande de l utilisateur pour des mises à jour et des améliorations. Le retour sur investissement des activités de la maintenance est souvent difficile à démontrer clairement, donc la vue par les gestionnaires en chef est souvent celle d un centre de coûts consommant de grandes ressources sans grands bénéfices, pour l organisation. Certaines organisations vont opter pour laisser les développeurs maintenir les logiciels. Il est clair que le personnel de développement du logiciel n aime pas faire sa maintenance. La maintenance n est pas souvent vue comme un travail séduisant. Deklava fournit une liste de problèmes liés au personnel basée sur des données de sondage [Dek92]. Le personnel de maintenance est souvent vu comme des citoyens de seconde classe [Lie81], et peu de développeurs aiment ce travail. Pigoski décrit ces deux modèles organisationnels plus en détail, de même que leurs avantages et désavantages respectifs [Pig97]. Par exemple, il y a un certain nombre de désavantages à laisser l équipe de développement maintenir le logiciel à la suite de sa mise en production. Ces désavantages sont : 1. «Les développeurs n aiment pas effectuer la maintenance et sont plus enclins à quitter la société pour du travail plus intéressant ; 2. Les nouveaux employés embauchés dans l équipe de développement seront surpris et insatisfaits de voir qu ils doivent aussi maintenir les logiciels existants ; 3. Les experts développeurs sont souvent réassignés à d autres projets de développement et préfèrent le développement à la maintenance ; 4. Lors du départ de l expert qui a développé le logiciel, les autres employés ne seront probablement pas qualifiés, initialement, pour maintenir le logiciel.» De plus, il y a une perception de manque de transparence dans les organisations de développement qui effectuent leur propre maintenance, avec comme conséquence une perception générale que les logiciels livrés sont de faible qualité et ne sont pas documentés adéquatement, laissant peu de flexibilité pour le transfert des connaissances et la rotation des programmeurs de la maintenance.

Systèmes d information dans les entreprises (GTI515)

Systèmes d information dans les entreprises (GTI515) Systèmes d information dans les entreprises (GTI515) Chargé: JF Couturier Cours # 12 MTI515 Automne 2013 JF Couturier 1 Retour sur le dernier cours ITIL Service Strategy Service Design Service Transition

Plus en détail

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques.

pratiques. Nous avons abondamment illustré l'application correcte et efficace des nombreuses pratiques en assurance qualité par des cas pratiques. Cet ouvrage s inscrit dans le cadre d une problématique globale portant sur l amélioration de la qualité du logiciel pour des organismes qui ont atteint un certain niveau de maturité. Il cherche à rapprocher

Plus en détail

L architecture d entreprise

L architecture d entreprise BABoK Business Analyst Body of Knowledge «Référentiel d architecture d entreprise» L architecture d entreprise Introduction à l architecture d entreprise Référentiel ou méthodologie? Historique La base

Plus en détail

L assurance qualité logicielle 1

L assurance qualité logicielle 1 L assurance qualité logicielle 1 concepts de base Alain April Claude Y. Laporte L assurance qualité logicielle 1 concepts de base Alain April Claude Y. Laporte A Rosalia, Philippe, Vincent, Mélanie, Yan

Plus en détail

CMMI et la maintenance logiciel

CMMI et la maintenance logiciel CMMI et la maintenance logiciel Sujet : Faites une comparaison des activités contenues dans le CMMI et celles trouvées dans l exercice2. Le CMMI stipule qu il couvre la maintenance du logiciel. Expliquez

Plus en détail

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL

DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL DOCUMENTATION ASSOCIEE A UN PROJET LOGICIEL 31 août 2004 Plate-Forme Opérationnelle de modélisation INRA ACTA ICTA http://www.modelia.org FICHE DU DOCUMENT 10 mai 04 N.Rousse - : Création : version de

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen A, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

Le développement des logiciels - les défis

Le développement des logiciels - les défis Le triangle de la qualité des logiciels: le personnel, le processus et le produit Claude Y Laporte Professeur Département de génie électrique Le développement des logiciels - les défis 2 1 Le triangle

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE

DIRECTIVE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE DIRECTIVE SUR LA GESTION DES PROJETS MAJEURS D INFRASTRUCTURE PUBLIQUE Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme

Plus en détail

Systèmes d information dans les entreprises (GTI515)

Systèmes d information dans les entreprises (GTI515) Systèmes d information dans les entreprises (GTI515) Chargé: JF Couturier Cours # 11 MTI515 Automne 2013 JF Couturier 1 Plan Audit Gestion des services Développement Opération et maintenance Introduction

Plus en détail

ADOPTER DES CONCEPTS ITIL en planifiant des gains rapides. Une approche plus réaliste

ADOPTER DES CONCEPTS ITIL en planifiant des gains rapides. Une approche plus réaliste ADOPTER DES CONCEPTS ITIL en planifiant des gains rapides Une approche plus réaliste Agenda Introduction Accompagnement personnalisé Plan de gains rapides Ateliers Intégration de l outil Octopus Gain rapide

Plus en détail

Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien

Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien Brevet + Diplôme fédéraux d Informaticienne / Informaticien F i c h e d i n f o r m a t i o n 01.2008 1/8 Brevet fédéral: profil Développement Domaines de qualification Business Engineering Data Management

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien d évaluation et de certification selon les critères

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL 804 RÉALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N O 4 ÉVALOUER ET IMPLÉMANTER LE PROCESSUS DE MAINTENACE

Plus en détail

L assurance qualité logicielle 2

L assurance qualité logicielle 2 L assurance qualité logicielle 2 processus de support Claude Y. Laporte Alain April À Mélanie, Yan, Émy, Rosalia, Philippe et Vincent LAVOISIER, Paris, 2011 LAVOISIER 11, rue Lavoisier 75008 Paris www.hermes-science.com

Plus en détail

Service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000

Service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000 Données techniques Service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau HP StoreEasy 1000/3000 Services HP Le service d installation et de démarrage pour solution de stockage réseau

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du produit EMC Symmetrix VMAX Series with Enginuity Operating Environment 5875, Solutions Enabler 7.2.0 and Symmetrix Management Console 7.2.0 Préparé par :

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER A Demande R-3491-2002 RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER HYDRO-QUÉBEC ÉVALUATION DU PROJET SIC ET RECOMMANDATIONS, 7 AOÛT 2002 Original : 2002-09-20 HQD-2, Document 1 (En liasse) Rapport

Plus en détail

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations

ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations ITIL V2 Processus : La Gestion des Configurations Auteur: Fabian PIAU, Master 2 MIAGE, Nantes La Gestion des Configurations est un processus issu d ITIL version 2 qui aide au soutien du service («Service

Plus en détail

Professeur superviseur Alain April

Professeur superviseur Alain April RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 COMPARAISON ENTRE S3M ET ITIL V3 RÉVISION CHAPITRE 7 DU LIVRE AMÉLIORER LA MAINTENACE DO LOGICIEL IISSAM EL

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

La gestion de la maintenance assistée par ordinateur et la maintenance des logiciels

La gestion de la maintenance assistée par ordinateur et la maintenance des logiciels Présentation finale de l'activité de synthèse La gestion de la maintenance assistée par ordinateur et la maintenance des logiciels Nicolas BUCHY Directeur : Alain ABRAN Plan de la présentation 1. Présentation

Plus en détail

Cloud Service Management

Cloud Service Management Cloud Service Management HEAT Help Desk SOLUTION BRIEF 1 MODERNISEZ LES OPERATIONS DE GESTION DES SERVICES ET OFFREZ PLUS DE VALEUR STRATEGIQUE A L ENTREPRISE HEAT Cloud Service Management est un ensemble

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification McAfee Enterprise Mobility Management 12.0 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Symantec Network Access Control Version 12.1.2 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification NetIQ Secure Configuration Manager 5.9.1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien d évaluation

Plus en détail

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques?

Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? DOSSIER SOLUTION Programme de rationalisation des logiciels pour mainframe (MSRP) Est-il possible de réduire les coûts des logiciels pour mainframe en limitant les risques? agility made possible Le programme

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification NetScout ngeniusone Unified Performance Management Platform V5.2.1 and ngenius InfiniStream V5.2.1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme

Plus en détail

CA Mainframe Chorus for Security and Compliance Management version 2.0

CA Mainframe Chorus for Security and Compliance Management version 2.0 FICHE PRODUIT CA Mainframe Chorus for Security and Compliance CA Mainframe Chorus for Security and Compliance Management version 2.0 Simplifiez et rationalisez vos tâches de gestion de la sécurité et la

Plus en détail

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI

Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI Panorama général des normes et outils d audit. François VERGEZ AFAI 3 Système d information, une tentative de définition (1/2) Un système d information peut être défini comme l ensemble des moyens matériels,

Plus en détail

Structure organisationnelle de la maintenance

Structure organisationnelle de la maintenance Structure organisationnelle de la maintenance La mission et les objectifs d un département de maintenance Contexte: Peu d attention au département de maintenance par la direction Visibilité accrue lors

Plus en détail

curité des TI : Comment accroître votre niveau de curité

curité des TI : Comment accroître votre niveau de curité La sécurits curité des TI : Comment accroître votre niveau de maturité en sécurits curité Atelier 315 Par : Sylvain Viau Luc Boudrias Plan de la présentation Qui sommes-nous? Pourquoi la sécurité de vos

Plus en détail

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper

ISO 17799 : 2005/ISO 27002. Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information. White Paper White Paper ISO 17799 : 2005/ISO 27002 Bonnes pratiques pour la gestion de la sécurité de l information Éric Lachapelle, CEO Veridion René St-Germain, Président Veridion Sommaire Qu est-ce que la sécurité

Plus en détail

L innovation technologique au quotidien dans nos bibliothèques

L innovation technologique au quotidien dans nos bibliothèques L innovation technologique au quotidien dans nos bibliothèques 1. Intro ITIL 2. Concept de base 3. Cycle de vie des services 4. Vue intégrée des processus 1. Stratégie 2. Conception 3. Transition 4. Exploitation

Plus en détail

Professeur-superviseur Alain April

Professeur-superviseur Alain April RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS GTI792 PROJET DE FIN D ÉTUDES EN GÉNIE DES TI MISE EN PLACE D UN ENVIRONNEMENT TECHNIQUE PROJET ETS-PACIQ (APPLICATION

Plus en détail

VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV)

VÉRIFICATION DES PRÊTS À L AFFECTATION. 31 janvier 2001. Direction de la vérification (SIV) Contenu archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du produit RSA Archer egrc Platform v5.0 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans le cadre

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Examen du Manifeste électronique. Mission d examen

Examen du Manifeste électronique. Mission d examen Examen du Manifeste électronique Mission d examen Décembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 2 2.0 IMPORTANCE DE L EXAMEN... 2 3.0 ÉNONCÉ DE CONFORMITÉ... 2 4.0 PRINCIPALES CONSTATATIONS...

Plus en détail

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D

CobiT. Implémentation ISO 270. Pour une meilleure gouvernance des systèmes d'information. 2 e édition D O M I N I Q U E M O I S A N D D O M I N I Q U E M O I S A N D F A B R I C E G A R N I E R D E L A B A R E Y R E Préface de Bruno Ménard, président du Cigref CobiT Implémentation ISO 270 2 e édition Pour une meilleure gouvernance des

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

ITIL Examen Fondation

ITIL Examen Fondation ITIL Examen Fondation Échantillon d examen B, version 5.1 Choix multiples Instructions 1. Essayez de répondre aux 40 questions. 2. Vos réponses doivent être inscrites sur la grille de réponses fournie.

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Service HP Support Plus Services contractuels d assistance clientèle HP

Service HP Support Plus Services contractuels d assistance clientèle HP Service HP Support Plus Services contractuels d assistance clientèle HP Des services complets pour matériel et logiciels vous permettent d améliorer la disponibilité de votre infrastructure informatique.

Plus en détail

Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca

Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca Domaine de la modélisation des processus pour le génie logiciel. Noureddine Kerzazi noureddine.kerzazi@polymtl.ca DSL4SPM Domain-Specific-Language for Software Process Modeling Il s agit d un nouveau cadre

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Commutateur de services photonique 1830 Photonic Service Switch (PSS) R7.0 Préparé par le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans

Plus en détail

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes 2012 Pour de plus amples renseignements au sujet

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI MM/A/42/3 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION PARTICULIÈRE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES (UNION DE MADRID)

Plus en détail

MV Consulting. ITIL & IS02700x. Club - 27001- Toulouse Sébastien Rabaud Michel Viala. Michel Viala

MV Consulting. ITIL & IS02700x. Club - 27001- Toulouse Sébastien Rabaud Michel Viala. Michel Viala MV Consulting Michel Viala ITIL & IS02700x Club - 27001- Toulouse Sébastien Rabaud Michel Viala ITIL & ISO2700x : Présentation Intervenants Michel VIALA : Consultant ITIL confronté à la prise en compte

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

FAQs des Règles 2ème édition pour les certificateurs tierce partie

FAQs des Règles 2ème édition pour les certificateurs tierce partie FAQs des Règles 2ème édition pour les certificateurs tierce partie Les Règles pour les certificateurs tierce partie, 2 ème édition, ont été publiées en 2004. En réponse à des questions de certificateurs

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

Consultation sur le processus de gestion des demandes visant les additifs alimentaires, les

Consultation sur le processus de gestion des demandes visant les additifs alimentaires, les Consultation sur le processus de gestion des demandes visant les additifs alimentaires, les préparations pour nourrissons et les aliments nouveaux proposé par la Direction des aliments octobre 7 2014 Direction

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2004 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. Projet IRIS. I. Introduction

Conseil d administration Genève, novembre 2004 PFA. Fonds pour les systèmes informatiques. Projet IRIS. I. Introduction BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.291/PFA/3/2 291 e session Conseil d administration Genève, novembre 2004 Commission du programme, du budget et de l administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU

Plus en détail

Nb de Pages : 11 Taille : 250 368 octets Version : 1.0. Référence : oepa_ieee730_20050120. Auteurs : Pierre Gallice

Nb de Pages : 11 Taille : 250 368 octets Version : 1.0. Référence : oepa_ieee730_20050120. Auteurs : Pierre Gallice OEPA Traduction de la norme IEEE 730 Nb de Pages : 11 Taille : 250 368 octets Version : 1.0 Référence : oepa_ieee730_20050120 Auteurs : Pierre Gallice Validé par : Antoine Tallon, chef de projet Destinataires

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du système d exploitation Data Domain version 5.2.1.0 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ

Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ AVERTISSEMENT Le présent document est une version à jour de AGR/CA/T(99)21 préparée par le Secrétariat

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Memory Arrays avec Memory Gateways Version 5.5.2 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges

Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Fiche de l'awt Rédiger un cahier des charges Quels sont les éléments principaux dont il faut tenir compte pour la rédaction d'un cahier des charges dans le cadre d'un projet lié aux TIC (technologies de

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets)

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets) Livre Blanc Oracle Mars 2013 Le kit de démarrage d un PMO (Bureau des Projets) Présentation générale 1 Introduction 1 Phase de planification 2 Établir les objectifs 2 Définir le champ d application et

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Utilitaire ConfigXpress dans CA IdentityMinder Ma solution de gestion des identités peut-elle rapidement s adapter à l évolution des besoins et des processus métier? agility made possible

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification NetApp Data ONTAP, version 8.2.1 7-Mode Préparé par le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien d évaluation

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Trustwave AppDetectivePRO Version 8.3.1 préparé par le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien d évaluation

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

COURS GENERAL PARTIE 2 APMGroup accredited training material version S1.2/2013 Antoine Breton

COURS GENERAL PARTIE 2 APMGroup accredited training material version S1.2/2013 Antoine Breton PRINCE2 is a registered trade mark of the Cabinet Office United Kingdom. PRINCE2 est une marque déposée du Cabinet Office Royaume Uni. The Swirl logo is a trade mark of the Cabinet Office. COURS GENERAL

Plus en détail

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015)

Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA (2015) Public Works and Government Services Canada Canadian General Standards Board Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Office des normes générales du Canada Norme relative au système de gestion

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Plan de formation - Partie B

Plan de formation - Partie B Plan de formation - Partie B Objectifs de formation et orientations 1. Concept de formation 1.1. La formation à la pratique professionnelle dans les entreprises formatrices, les écoles de métiers et les

Plus en détail

Versions et statuts 1.1.0 - en vigueur (comprend les changements aux dates de remise des rapports) 1.0.0 version initiale en date du 2010-01-11

Versions et statuts 1.1.0 - en vigueur (comprend les changements aux dates de remise des rapports) 1.0.0 version initiale en date du 2010-01-11 Plan de cours IFT 754 Gestion de projets (hiver 2010) Enseignant Luc LAVOIE Courriel :Luc.Lavoie@USherbrooke.ca Bureau : D4-2006 Téléphone : (819) 821-8000 poste 62015 Site : http://pages.usherbrooke.ca/llavoie/

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

juin 2003 Programmes d accréditation des Systèmes de management de la qualité (PASMQ)

juin 2003 Programmes d accréditation des Systèmes de management de la qualité (PASMQ) Guide du SCECIM Politique et méthode relatives à la qualification sectorielle dans le cadre du système canadien d évaluation de la conformité des instruments médicaux (SCECIM) juin 2003 Programmes d accréditation

Plus en détail

Système d information VERSION : 4.00

Système d information VERSION : 4.00 METHODE ET ORGANISATION VERSION : 4.00 Jean-Michel Grandclément Confidentiel Reproduction Interdite Page 1 sur 21 Auteur Jean-Michel Grandclément Version / Date Version : 4.0 Date : 04/04/04 E-mail jean-michel.grandclement@grandclement.fr

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du produit Data Loss Prevention Version 11.1.1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans

Plus en détail

Services technologiques mondiaux IBM Canada Services de personnel d appoint. Catalogue des fonctions techniques

Services technologiques mondiaux IBM Canada Services de personnel d appoint. Catalogue des fonctions techniques technologiques mondiaux IBM Canada de personnel d appoint Catalogue des fonctions techniques de personnel d appoint Catalogue des postes techniques de personnel d appoint Postes techniques Table des matières

Plus en détail

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 530 SONDAGES EN AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail