OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT)"

Transcription

1 OPTIMISATION DE LA MAINTENANCE DES EQUIPEMENTS DE MANUTENTION DU TERMINAL A CONTENEURS DE BEJAIA (BMT) LAGGOUNE Radouane 1 et HADDAD Cherifa 2 1,2: Dépt. de G. Mécanique, université de Bejaia, Targa-Ouzemour Bejaia, Résumé : Dans ce travail, nous avons proposé une politique de maintenance préventive pour les équipements de manutention du Terminal à Conteneurs de Bejaia (BMT). Nous avons adopté la politique de maintenance préventive périodique imparfaite, avec réparation minimale à la défaillance. Le modèle utilisé est basé sur les processus stochastiques afin de tenir compte de l efficacité de la maintenance, ce qui permet d obtenir la nouvelle intensité de défaillance après chaque action de maintenance préventive. Le problème est formulé sous forme d un programme mathématique non linéaire sans contraintes, la fonction objective, à minimiser, représente l espérance du coût total de maintenance par unité de temps. L objectif est de trouver les périodicités optimales de maintenance préventive pour les principaux sous-systèmes du système étudié, une règle est ensuite introduite pour coordonner ces périodicités afin de tenir compte du système global, ce qui permet de proposer un plan de maintenance pour le système permettant de minimiser les coûts tout en améliorant sa disponibilité. L approche est illustrée par une application sur la grue portuaire mobile de BMT. Mots clés : Processus stochastique, maintenance imparfaite, coût par unité de temps, réduction d intensité de défaillance. 1 Introduction Dans un contexte économique fortement concurrentiel, la maintenance de l outil de production constitue un enjeu décisif pour les entreprises. L arrêt ou le fonctionnement anormal de l outil de production, et le non respect des délais qui s en suit, engendrent en effet des coûts que les entreprises ne sont plus en état de supporter. Ces préoccupations se sont traduites par un intérêt croissant, et des industriels et des académiciens, pour les modèles de maintenance, c est ainsi que des milliers de modèles sont publiés, ces dernières années, dans la littérature spécialisée [1-6]. Classiquement, on suppose soit que la maintenance est inefficace, soit qu'elle remet les matériels a neuf, la première hypothèse est certainement trop pessimiste, la deuxième hypothèse est valide pour les composants défaillants remplacés par des neufs, mais ce n'est plus le cas pour les systèmes constitués de plusieurs composants, le remplacement d'un composant entraine un rajeunissement du système global mais pas une remise à neuf. Il est donc important de construire des modèles réalistes des effets des actions de maintenance et de les intégrer dans l optimisation de la maintenance des systèmes réparables [7]. Dans ce travail, nous avons proposé une 64

2 politique de maintenance préventive périodique imparfaite avec réparation minimale à la défaillance. L approche adoptée est basée sur les processus stochastiques afin de tenir compte de l efficacité de la maintenance, ce qui permet d obtenir la nouvelle intensité de défaillance après chaque action de maintenance préventive, le modèle utilisé est celui de la réduction de l»intensité de défaillance proposé par Gertsbakh [8]. Les résultats obtenus, dans l application au matériel de manutention du Terminal à Conteneurs de Bejaia, montrent clairement la pertinence de notre approche. 2 Formalisme du modèle de la politique de maintenance adoptée Suivant les pratiques de la maintenance suivies à BMT, il s avère qu une politique de maintenance périodique imparfaite avec réparation minimale à la défaillance est la plus appropriée pour l entreprise. Le modèle de coût correspondant à la dite politique est donné par [8] : ( ) (1) Le numérateur donne l espérance du coût total de maintenance durant un cycle de renouvellement, le dénominateur représente l espérance de la longueur du cycle de renouvellement, où : C c : Coût d une réparation minimale (coût de la maintenance corrective) C p : Coût de maintenance préventive périodique (coût d une révision partielle) C ov : Coût d une révision complète (coût du renouvellement) H(T) : Nombre de défaillance (de réparations minimales) durant l intervalle de temps T e a : Facteur d amélioration de la fiabilité du système après une révision partielle k : Nombre de révisions partielles avant que le système subisse un renouvellement. Sous l hypothèse de réparation minimale après défaillance, le processus de défaillance caractérisé sera un processus de poisson non homogène (NHPP pour Non Homogenous Poisson Process). Par conséquent le nombre de défaillances, dans l intervalle de temps T, sera donné par le taux cumulé de défaillance H(T) comme suit : (2) Si la loi de distribution de défaillance du système est de type Weibull, alors le taux de défaillance instantané est donné par : (3) 65

3 En remplaçant (3) dans (2) puis le tout dans (1), nous obtenons l expression analytique du coût par unité de temps comme suit : ( ) (4) L objectif est de trouver T * correspondant à la valeur qui minimiserait l expression (4), pour cela il suffit de résoudre l équation : (5) Ce qui donnera : ( ) (6) Notons que pour : ; ; ; ; et a, ( ), par conséquent T * est un minimum global. 3 Application industrielle La présente approche a été appliquée pour l optimisation de la maintenance préventive de la grue portuaire mobile (MGHK) du terminal à conteneurs de Bejaia. La grue est constituée de quatre sous-systèmes essentiels : La partie levage, la partie rotation, la partie translation et le groupe électrogène. Dans la première phase, le modèle (4) est appliqué séparément pour chaque sous-système, puis une règle de coordination sera introduite afin de ne pas pénaliser la disponibilité du système global. 3.1 Analyse de la fiabilité des sous-systèmes Les données de défaillances et de maintenance, relatives à chaque sous-système, ont été collectées au niveau de BMT. Sachant que le temps à la défaillance (TTF pour Time To Failure) est une variable aléatoire, des échantillons statistiques ont été obtenus, iles renferment les données de défaillances et les censures ; dans notre cas les censures sont essentiellement engendrées par les actions de maintenance préventive. Nous avons ensuite procédé à l ajustement de loi de Weibull sur ces échantillons, l identification des paramètres et de Weibull a été réalisée par la méthode de Maximum de vraisemblance sur Matlab, les résultats sont consignés dans le tableau 1. Notons qu après concertation avec les responsables de la maintenance de BMT, nous avons choisi le facteur d efficacité de maintenance a = 0.7, ce qui signifie que les révisions partielles restaurent 70 % du potentiel du sous-système concerné. 66

4 Tableau 1 Identifications des paramètres de Weibull. levage translation rotation Groupe électrogène Paramètre de forme Paramètre d échelle Nous constatons que la valeur du paramètre de forme est supérieure à l unité pour les quatre soussystèmes, ce qui signifie que ces parties vieillissent avec le temps, cela justifie techniquement le recours à la maintenance préventive. Néanmoins pour l optimisation, il est indispensable d intégrer le critère économique, ce qui est pris en charge par le modèle (4). 3.2 Données de coût Les coûts de maintenance corrective, de la maintenance préventive et celui d une révision générale ont été estimés en collaboration avec les responsables de la maintenance de BMT, leurs estimations ainsi que le nombre de révisions partielles (k) avant un renouvellement sont donnés dans le tableau Optimisation de la périodicité de chaque sous-système Le modèle (4) a été donc appliqué séparément pour chaque partie de la grue. La périodicité optimale, pour maintenance préventive imparfaite (révision partielle avec une efficacité de 0.7), est obtenue pour chaque partie de la grue, les résultats sont résumés dans le tableau 3. Tableau 2 Données de coût. Sous-système levage translation rotation Groupe électrogène Coût de la maintenance préventive (DA)

5 Coût de la maintenance corrective (DA) Coût de la révision générale (DA) Nombre de révisions partielles k Tableau 3 Résultats de l optimisation individuelle. sous systèmes levage translation rotation Groupe électrogène Période optimale T * [jours] Le tableau 3 montre que la partie levage doit subir une révision partielle tous les 83 jours de fonctionnement, après dix révisions partielles elle subira une révision générale soit environ après deux ans et demi de fonctionnement. La partie translation quant à elle doit subir une révision partielle chaque 42 jours, et une révision générale après cinq ans de fonctionnement. La partie rotation subira une révision partielle chaque 83 jours et une révision générale après deux ans et demi. Le groupe électrogène subira une révision partielle chaque 21 jours, et après deux ans et demi de fonctionnement il subira une révision générale. Notons que si nous appliquons ce plan de maintenance tel quel, le système global (la grue) fera l objet d arrêts fréquents pour maintenance préventive (MP), c est pour cela que nous allons introduire une règle permettant de coordonner les MP en créant des occasions pour exécuter la MP sur plus d un sous-système à la fois, c est ce qui sera développer dans la prochaine section. 4 Optimisation du système global La règle introduite consiste à réarranger les périodicités, obtenues précédemment, de telle sorte à ce que toutes les périodicités soient multiples de la plus petite. Dans notre cas, nous choisissons 20 jours pour le groupe électrogène et toutes les autres seront multiples de 20. Notons qu aux alentours immédiats du point optimum le coût total varie peu avec la variation du temps, c est ce qui nous autorise à effectuer ces petits réajustements, les nouvelles périodicités (tenant compte du système global) sont résumé dans le tableau 4. Tableau 4 Résultats de l optimisation après prise en compte de l effet du système. sous systèmes levage translation rotation Groupe électrogène 68

6 Période optimale T [jours] Conclusion L objectif de ce travail était de formuler un modèle de maintenance préventive pour les équipements de manutention de BMT. Après concertation avec la direction technique, nous avons opté pour la politique de maintenance préventive périodique imparfaite avec réparation minimale à la défaillance. L analyse des données de retour d expérience, données brutes de défaillances collectées sur site, nous ont permis d obtenir les lois de survie (de fiabilité) des parties essentielles de la grue portuaire mobile. L intégration de ces informations ainsi que l efficacité de la maintenance dans un modèle de coût, nous ont permis ensuite de trouver les périodicités optimales des révisions partielles. Néanmoins l application des optimums obtenus tels quels pourraient pénaliser le système global (la grue) en terme de disponibilité, nous avons introduit une règle permettant de coordonner les révisions partielles en créant des occasions de réaliser les révisions partielles de plus d une partie à la fois. Ce plan de maintenance permettrait à BMT d améliorer la disponibilité de sa grue tout en réduisant les coûts de maintenance, notamment ceux relatives aux défaillances. Remerciements Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet de recherche PNR «Technologies industrielles» sous le code «13_u » en partenariat avec l entreprise Bejaia Mediterranean Terminal (BMT). Nous tenons à remercier les responsables de BMT pour leur collaboration et surtout pour nous avoir faciliter l accès aux données nécessaires pour l application de ce travail. Références [1] Wang, H. A Survey of Maintenance Policies of Deteriorating Systems, European Journal of Operational Research, Vol. 139, pp , [2] Dekker, R., Wildeman, R.E., and Van Der Duyn Schouten, F.A. A Review of Multi-component Maintenance Models with Economic Dependence, Mathematical Methods of Operational Research, Vol. 45, pp [3] Laggoune, R., Chateauneuf, A. & Aissani, D. Opportunistic policy for optimal preventive maintenance of a multi-component system in continuous operating units. Computers and Chemical Engineering, Vol. 33, pp , [4] Laggoune R., Chateauneuf A. & Aissani D. Impact of few failure data on the opportunistic replacement policy for multi- component systems. Reliability Engineering & System Safety, Vol. 95, pp ,

7 [5] Laggoune R., Chateauneuf A. & Aissani D. Preventive maintenance scheduling for a multi-component system with non negligible replacement time. International Journal of Systems Science, Vol. 41: 7, pp , [6] Laggoune R., Chateauneuf A. & Aissani D. Maintenance opportune des systèmes multi-composants : Modélisation, optimisation, incertitudes et applications industrielles. Editions universitaires européennes, Sarrebruck, Allemagne Avril [7] Laggoune R., Chateauneuf, A. A new Approach to Assess the Maintenance Efficiency For a Repairable System Under Periodic Partial Overhauls. In Proceedings of 39th ESReDA Seminar on Challenges in Structural Safety & Risk Analysis, Coimbra (Portugal), October 19-21, [8] Gertsbakh.I. Reliability theory with applications to preventive maintenance. Springer

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels

Modélisation aléatoire en fiabilité des logiciels collection Méthodes stochastiques appliquées dirigée par Nikolaos Limnios et Jacques Janssen La sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques est aujourd hui un enjeu économique et sociétal majeur.

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre.

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Isabelle Bombard, Bruno da Silva, Pascal Dufour *, Pierre Laurent, Joseph Lieto. Laboratoire d Automatique

Plus en détail

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites

TP N 57. Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites TP N 57 Déploiement et renouvellement d une constellation de satellites L objet de ce TP est d optimiser la stratégie de déploiement et de renouvellement d une constellation de satellites ainsi que les

Plus en détail

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production

Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production Revue des Sciences et de la Technologie RST- Volume 4 N 1 /janvier 2013 Etude d un cas industriel : Optimisation de la modélisation de paramètre de production A.F. Bernate Lara 1, F. Entzmann 2, F. Yalaoui

Plus en détail

Mémoire d Actuariat Tarification de la branche d assurance des accidents du travail Aymeric Souleau aymeric.souleau@axa.com 3 Septembre 2010 Plan 1 Introduction Les accidents du travail L assurance des

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation

Fonction maintenance. Gestion des pièces de rechange. Les leviers de l optimisation Fonction maintenance Gestion des pièces de rechange Les leviers de l optimisation Optimiser la gestion des pièces de rechange de maintenance : comment identifier les leviers permettant à la fois de réduire

Plus en détail

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction

mais on suppose maintenant que ses préférences sont représentées par la fonction Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique 2ème année, 1er semestre, 2007/2008 Examen de Macroéconomie Stéphane Gauthier 2 heures, sans document ni calculatrice 1. Questions de

Plus en détail

MODELES DE DUREE DE VIE

MODELES DE DUREE DE VIE MODELES DE DUREE DE VIE Cours 1 : Introduction I- Contexte et définitions II- Les données III- Caractéristiques d intérêt IV- Evènements non renouvelables/renouvelables (unique/répété) I- Contexte et définitions

Plus en détail

Simulation d un système d assurance automobile

Simulation d un système d assurance automobile Simulation d un système d assurance automobile DESSOUT / PLESEL / DACHI Plan 1 Introduction... 2 Méthodes et outils utilisés... 2.1 Chaines de Markov... 2.2 Méthode de Monte Carlo... 2.3 Méthode de rejet...

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation

Sujets de stage. Sciences de la Fabrication et Logistique. Génie Industriel. Optimisation. Recherche opérationnelle. Simulation 2011 2012 Sujets de stage Génie Industriel Optimisation Recherche opérationnelle Simulation Sciences de la Fabrication et Logistique Table des matières Problème de planification de production avec des

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp SYPIM Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la performance énergétique Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp Fédération des Services

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Quinzième cours Détermination des valeurs actuelle et accumulée d une annuité de début de période pour laquelle la période de paiement est plus courte que la période de capitalisation

Plus en détail

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV)

Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un poste électrique (60/10KV) Quatrième Conférence Internationale sur le Génie Electrique CIGE 10, 03-04 Novembre 2010, Université de Bechar, Algérie Méthode de sureté de fonctionnement pour une maintenance efficace Application à un

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Introduction à la théorie des files d'attente. Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr

Introduction à la théorie des files d'attente. Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr Introduction à la théorie des files d'attente Claude Chaudet Claude.Chaudet@enst.fr La théorie des files d'attente... Principe: modélisation mathématique de l accès à une ressource partagée Exemples réseaux

Plus en détail

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation

Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Health Monitoring pour la Maintenance Prévisionnelle, Modélisation de la Dégradation Laurent Denis STATXPERT Journée technologique "Solutions de maintenance prévisionnelle adaptées à la production" FIGEAC,

Plus en détail

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D

Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Cari 2004 7/10/04 14:50 Page 67 Approche hybride de reconstruction de facettes planes 3D Ezzeddine ZAGROUBA F. S.T, Dept. Informatique. Lab. d Informatique, Parallélisme et Productique. Campus Universitaire.

Plus en détail

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques

Modèles à Événements Discrets. Réseaux de Petri Stochastiques Modèles à Événements Discrets Réseaux de Petri Stochastiques Table des matières 1 Chaînes de Markov Définition formelle Idée générale Discrete Time Markov Chains Continuous Time Markov Chains Propriétés

Plus en détail

Chapitre 7 Solutions des exercices de révision

Chapitre 7 Solutions des exercices de révision Chapitre 7 Solutions des exercices de révision Section 7.2 La construction du réseau 1. Construction du réseau représentant un projet. La figure de gauche ci-dessous donne un réseau qui représente le projet

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Ordonnancement robuste et décision dans l'incertain

Ordonnancement robuste et décision dans l'incertain Ordonnancement robuste et décision dans l'incertain 4 ème Conférence Annuelle d Ingénierie Système «Efficacité des entreprises et satisfaction des clients» Centre de Congrès Pierre Baudis,TOULOUSE, 2-4

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Fiabilité des Systèmes et des Logiciels

Fiabilité des Systèmes et des Logiciels Ensimag - 3ème année Fiabilité des Systèmes et des Logiciels Notes de cours Olivier Gaudoin 2 Table des matières 1 Problématique de la sûreté de fonctionnement des systèmes informatiques 5 1.1 Contexte.....................................

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Évaluation des risques de la réplique d une option asiatique en temps discret

Évaluation des risques de la réplique d une option asiatique en temps discret COLLECTION FEUILLE D ARGENT TRAVAUX DE RECHERCHE 2004-001 Évaluation des risques de la réplique d une option asiatique en temps discret Olivier Lussier Jean-Pierre Paré ÉVALUATION DES RISQUES DE LA RÉPLIQUE

Plus en détail

OPTIMISATION À UNE VARIABLE

OPTIMISATION À UNE VARIABLE OPTIMISATION À UNE VARIABLE Sommaire 1. Optimum locaux d'une fonction... 1 1.1. Maximum local... 1 1.2. Minimum local... 1 1.3. Points stationnaires et points critiques... 2 1.4. Recherche d'un optimum

Plus en détail

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes

Contents. 1 Introduction Objectifs des systèmes bonus-malus Système bonus-malus à classes Système bonus-malus : Principes Université Claude Bernard Lyon 1 Institut de Science Financière et d Assurances Système Bonus-Malus Introduction & Applications SCILAB Julien Tomas Institut de Science Financière et d Assurances Laboratoire

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématiques financières Arnaud Triay Table des matières 1 Introduction Position du problème.1 Pricing des options........................................... Formalisme..............................................

Plus en détail

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS)

Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring. Saintis Laurent Laboratoire LASQUO (futur LARIS) 2ème Colloque National de la Performance Industrielle LA MAINTENANCE A DISTANCE & E-MAINTENANCE Intégration des paramètres de maintenance dans la conception du Health Monitoring Saintis Laurent Laboratoire

Plus en détail

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques

IFT6561. Simulation: aspects stochastiques IFT 6561 Simulation: aspects stochastiques DIRO Université de Montréal Automne 2013 Détails pratiques Professeur:, bureau 3367, Pav. A.-Aisenstadt. Courriel: bastin@iro.umontreal.ca Page web: http://www.iro.umontreal.ca/~bastin

Plus en détail

Résumé des communications des Intervenants

Résumé des communications des Intervenants Enseignements de la 1ere semaine (du 01 au 07 décembre 2014) I. Titre du cours : Introduction au calcul stochastique pour la finance Intervenante : Prof. M hamed EDDAHBI Dans le calcul différentiel dit

Plus en détail

Contrôle stochastique d allocation de ressources dans le «cloud computing»

Contrôle stochastique d allocation de ressources dans le «cloud computing» Contrôle stochastique d allocation de ressources dans le «cloud computing» Jacques Malenfant 1 Olga Melekhova 1, Xavier Dutreilh 1,3, Sergey Kirghizov 1, Isis Truck 2, Nicolas Rivierre 3 Travaux partiellement

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Processus aléatoires avec application en finance

Processus aléatoires avec application en finance Genève, le 16 juin 2007. Processus aléatoires avec application en finance La durée de l examen est de deux heures. N oubliez pas d indiquer votre nom et prénom sur chaque feuille. Toute documentation et

Plus en détail

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale

Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Hedging delta et gamma neutre d un option digitale Daniel Herlemont 1 Introduction L objectif de ce projet est d examiner la couverture delta-gamma neutre d un portefeuille d options digitales Asset-Or-Nothing

Plus en détail

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST

pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST GUIDE PRATIQUE pour les compagnies d assurances non-vie relatif à l estimation des paramètres du modèle standard SST Edition du 16 décembre 2011 But Le présent guide pratique s entend comme une aide pour

Plus en détail

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques?

Session de rattachement : comment faire parler vos données géographiques? Contributions pratiques d une géostatistique raisonnée en environnement : méthodes et application à la cartographie nationale de la pollution par l ozone en France Nicolas Jeannée, GEOVARIANCES 49bis av.

Plus en détail

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net

Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Vérification Formelle des Aspects de Cohérence d un Workflow net Abdallah Missaoui Ecole Nationale d Ingénieurs de Tunis BP. 37 Le Belvédère, 1002 Tunis, Tunisia abdallah.missaoui@enit.rnu.tn Zohra Sbaï

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 4 Mouvement Brownien et modèle de Black-Scholes Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Lagrange, où λ 1 est pour la contrainte sur µ p ).

Lagrange, où λ 1 est pour la contrainte sur µ p ). Chapitre 1 Exercice 1 : Portefeuilles financiers Considérons trois types d actions qui sont négociées à la bourse et dont les rentabilités r 1, r 2 et r 3 sont des variables aléatoires d espérances µ i

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Samuel Bassetto 04/2010

Samuel Bassetto 04/2010 Industrialisation Lean manufacturing 4.2 Réalisé avec V. FIGENWALD - SIEMENS Samuel Bassetto 04/2010 Plan de la partie 2 : Vers une production Lean 1. Valeur Ajoutée et Gaspillages Muda walk 2. Temps de

Plus en détail

Fiabilité et durabilité d un système complexe dédié aux énergies renouvelables Application à un système photovoltaïque

Fiabilité et durabilité d un système complexe dédié aux énergies renouvelables Application à un système photovoltaïque Année 2011 N 1175 Fiabilité et durabilité d un système complexe dédié aux énergies renouvelables Application à un système photovoltaïque THESE DE DOCTORAT Spécialité : Sciences de l ingénieur ECOLE DOCTORALE

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

4.2 Unités d enseignement du M1

4.2 Unités d enseignement du M1 88 CHAPITRE 4. DESCRIPTION DES UNITÉS D ENSEIGNEMENT 4.2 Unités d enseignement du M1 Tous les cours sont de 6 ECTS. Modélisation, optimisation et complexité des algorithmes (code RCP106) Objectif : Présenter

Plus en détail

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles

Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles Incertitude et variabilité : la nécessité de les intégrer dans les modèles M. L. Delignette-Muller Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive VetAgro Sup - Université de Lyon - CNRS UMR 5558 24 novembre

Plus en détail

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus.

Processus de comptage, Poisson mélange, fonction de perte exponentielle, système bonus-malus. JF WALHIN* J PARIS* * Université Catholique de Louvain, Belgique Le Mans Assurances, Belgique RÉSUMÉ Nous proposons une méthodologie générale pour construire un système bonus-malus équilibré basé sur une

Plus en détail

Sujet 1 : Diagnostique du Syndrome de l apnée du sommeil par des techniques d analyse discriminante.

Sujet 1 : Diagnostique du Syndrome de l apnée du sommeil par des techniques d analyse discriminante. Sujet 1 : Diagnostique du Syndrome de l apnée du sommeil par des techniques d analyse discriminante. Objectifs et formulation du sujet Le syndrome de l apnée du sommeil (SAS) est un problème de santé publique

Plus en détail

Algorithme de recherche locale pour la résolution d un problème réel de tournées d inventaires

Algorithme de recherche locale pour la résolution d un problème réel de tournées d inventaires Algorithme de recherche locale pour la résolution d un problème réel de tournées d inventaires Thierry Benoist Frédéric Gardi Antoine Jeanjean Bouygues e-lab, Paris { tbenoist, fgardi, ajeanjean }@bouygues.com

Plus en détail

FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR

FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR FINANCEMENT OPTIMAL DE LA SOLVABILITE D UN ASSUREUR Guillaume PLANTIN GREMAQ Université Toulouse I 1 La détermination d un plan de réassurance optimal est une des applications les plus classiques de la

Plus en détail

Les débats sur l évolution des

Les débats sur l évolution des D o c u m e n t d e t r a v a i l d e l a B r a n c h e R e t r a i t e s d e l a C a i s s e d e s d é p ô t s e t c o n s i g n a t i o n s n 9 8-0 7 C o n t a c t : La u re nt V e r n i è r e 0 1 4

Plus en détail

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES

MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Annals of the University of Craiova, Electrical Engineering series, No. 30, 006 MODÉLISATION DU FONCTIONNEMENT EN PARALLELE À DEUX OU PLUSIEURS POMPES CENTRIFUGES IDENTIQUES OU DIFFERENTES Daniela POPESCU,

Plus en détail

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites

La problématique des tests. Cours V. 7 mars 2008. Comment quantifier la performance d un test? Hypothèses simples et composites La problématique des tests Cours V 7 mars 8 Test d hypothèses [Section 6.1] Soit un modèle statistique P θ ; θ Θ} et des hypothèses H : θ Θ H 1 : θ Θ 1 = Θ \ Θ Un test (pur) est une statistique à valeur

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

Gestion des stocks et des approvisionnements

Gestion des stocks et des approvisionnements Les stocks représentent dans le bilan des entreprises de 20 à 80% du total de l actifs. Engendrent un important besoin de financement. Les stocks remplissent d importantes fonctions. Bien gérer les stocks

Plus en détail

Annexe 6. Notions d ordonnancement.

Annexe 6. Notions d ordonnancement. Annexe 6. Notions d ordonnancement. APP3 Optimisation Combinatoire: problèmes sur-contraints et ordonnancement. Mines-Nantes, option GIPAD, 2011-2012. Sophie.Demassey@mines-nantes.fr Résumé Ce document

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading

Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading Prise en compte de la liquidité dans les algorithmes de trading clehalle@cheuvreux.com Resp. de la Recherche Quant., Atelier Trading & Micro Structure 10 décembre 2008 Contenu La liquidité en Europe Les

Plus en détail

Projetde SériesTemporelles

Projetde SériesTemporelles COMMUNAUTE ECONOMIQU E ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (CEMAC) INSTITUT SOUS REGIONAL DE STATISTIQUES ET D ECONOMIE APPLIQUEE (ISSEA) Projetde SériesTemporelles MODELISATION DE LA RENTABILITE DE L INDICE

Plus en détail

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique.

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique. Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique Alexandre SOKI cole Supérieure du ois Atlanpôle P 10605 Rue hristian Pauc 44306

Plus en détail

Application de la méthode QFD comme outil d'extraction des connaissances métier en conception intégrée

Application de la méthode QFD comme outil d'extraction des connaissances métier en conception intégrée Application de la méthode QFD comme outil d'extraction des connaissances métier en conception intégrée Estelle FREY, Samuel GOMES, Jean-Claude SAGOT Laboratoire Systèmes et Transports Equipe ERgonomie

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

Exercices du Cours de la programmation linéaire donné par le Dr. Ali DERBALA

Exercices du Cours de la programmation linéaire donné par le Dr. Ali DERBALA 75. Un plombier connaît la disposition de trois tuyaux sous des dalles ( voir figure ci dessous ) et il lui suffit de découvrir une partie de chacun d eux pour pouvoir y poser les robinets. Il cherche

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options

Activités d encadrement et de recherche - Membre du projet PREMIA (1999-2003), logiciel d évaluation d options Stéphane VILLENEUVE Né le 25 Février 1971 Marié, 2 enfants GREMAQ Université des Sciences Sociales Manufacture des Tabacs 21 allée de Brienne 31000 TOULOUSE Tél: 05-61-12-85-67 e-mail: stephane.villeneuve@univ-tlse1.fr

Plus en détail

Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité

Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité Segmentation en assurance et problématiques de gestion des risques associées en mortalité 13 septembre 2013, version 1.0 Aymric Kamega, Actuaire aymric.kamega@univ-brest.fr www.euria.univ-brest.fr Sommaire

Plus en détail

Les travaux doivent être remis sous forme papier.

Les travaux doivent être remis sous forme papier. Physique mathématique II Calendrier: Date Pondération/note nale Matériel couvert ExercicesSérie 1 : 25 septembre 2014 5% RH&B: Ch. 3 ExercicesSérie 2 : 23 octobre 2014 5% RH&B: Ch. 12-13 Examen 1 : 24

Plus en détail

TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES

TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES TSTT ACC OUTILS DE GESTION COMMERCIALE FICHE 1 : LES MARGES Coût de revient du produit + Marge du fabricant = Prix de vente HT au distributeur Prix d'achat HT du distributeur + Marge du distributeur =

Plus en détail

Objectifs. Gestion de la qualité des logiciels. Principaux facteurs influençant la qualité du logiciel. Concepts en gestion de la qualité

Objectifs. Gestion de la qualité des logiciels. Principaux facteurs influençant la qualité du logiciel. Concepts en gestion de la qualité Objectifs décrire le de gestion de la qualité des logiciels Gestion de la qualité des logiciels introduire la notion de norme de qualité décrire la relation entre la qualité du logiciel et la qualité des

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

Le point de vue du certificateur

Le point de vue du certificateur Le point de vue du certificateur Sépia «Certification des tables d expérience» Paris, mardi 23 novembre 2010 Pierre Thérond Actuaire Associé ptherond@galea-associes.eu PROJET / CONFIDENTIEL Sommaire 1.

Plus en détail

Examen d accès - 1 Octobre 2009

Examen d accès - 1 Octobre 2009 Examen d accès - 1 Octobre 2009 Aucun document autorisé - Calculatrice fournie par le centre d examen Ce examen est un questionnaire à choix multiples constitué de 50 questions. Plusieurs réponses sont

Plus en détail

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du problème de sac à dos bi-objectif unidimensionnel en variables binaires

Nouvelles propositions pour la résolution exacte du problème de sac à dos bi-objectif unidimensionnel en variables binaires Nouvelles propositions pour la résolution exacte du problème de sac à dos bi-objectif unidimensionnel en variables binaires Julien Jorge, Xavier Gandibleux Laboratoire d Informatique de Nantes Atlantique

Plus en détail

Prédiction et Big data

Prédiction et Big data Prédiction et Big data Mitra Fouladirad Institut Charles Delaunay - UMR CNRS 6281 Université de Technologie de Troyes 29 avril 2015 1 1 Sujet Motivation Le pronostic ou la prédiction du comportement futur

Plus en détail

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,!

!-.!#- $'( 1&) &) (,' &*- %,! 0 $'( 1&) +&&/ ( &+&& &+&))&( -.#- 2& -.#- &) (,' %&,))& &)+&&) &- $ 3.#( %, (&&/ 0 ' Il existe plusieurs types de simulation de flux Statique ou dynamique Stochastique ou déterministe A événements discrets

Plus en détail

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances

Utiliser les propriétés Savoir réduire un radical savoir +,-,x,: Utiliser les propriétés des puissances Calculer avec des puissances ARITHMETIQUE 1 C B A Numération Ecrire en lettres et en chiffres Poser des questions fermées autour d un document simple (message, consigne, planning ) Connaître le système décimal Déterminer la position

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Exercices corrigés

Probabilités conditionnelles Exercices corrigés Terminale S Probabilités conditionnelles Exercices corrigés Exercice : (solution Une compagnie d assurance automobile fait un bilan des frais d intervention, parmi ses dossiers d accidents de la circulation.

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012

BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 BTS OPTICIEN LUNETIER Economie et Gestion de l Entreprise SESSION 2012 Note : ce corrigé n a pas de valeur officielle et n est donné qu à titre informatif sous la responsabilité de son auteur par Acuité.

Plus en détail

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions :

Probabilités. I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : ShotGun. 1- Définitions : Probabilités I- Expérience aléatoire, espace probabilisé : 1- Définitions : Ω : Ensemble dont les points w sont les résultats possibles de l expérience Des évènements A parties de Ω appartiennent à A une

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER

ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ECOLE SUPERIEURE DE COMMERCE D ALGER PROGRAMME DE LICENCE EN SCIENCES COMMERCIALES ET FINANCIERES OPTION : FINANCE ( applicable à partir

Plus en détail

Modélisation de la relation entre le comportement au volant et la consommation de carburant

Modélisation de la relation entre le comportement au volant et la consommation de carburant ÉTUDE TECHNIQUE Modélisation de la relation entre le comportement au volant et la consommation de carburant De nombreuses entreprises investissent dans des services d accompagnement destinés aux conducteurs

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Démarches de réduction des risques technologiques lors de la conception des terminaux GNL

Démarches de réduction des risques technologiques lors de la conception des terminaux GNL Journées Annuelles du Pétrole Démarches de réduction des risques technologiques lors de la conception des terminaux GNL Mathieu Bertrane Bureau Veritas Mathieu.Bertrane@fr.bureauveritas.com Sommaire Quels

Plus en détail

Séminaire Valorisation des Instruments Complexes 09/03/2012

Séminaire Valorisation des Instruments Complexes 09/03/2012 Du Bon Usage de la Valorisation Eric Benhamou Séminaire Valorisation des Instruments Complexes 09/03/2012 Plan Méthode de valorisation Problématiques actuelles Analyse de Cas Réconciliation avec d autres

Plus en détail

Principales caractéristiques de Mixmod

Principales caractéristiques de Mixmod Modèle de mélanges Principales caractéristiques de Mixmod Gérard Govaert et Gilles Celeux 24 octobre 2006 1 Plan Le modèledemélange Utilisations du modèle de mélange Les algorithmes de Mixmod Modèle de

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail