La question agraire en Afrique du Sud ou l échec d une réforme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La question agraire en Afrique du Sud ou l échec d une réforme"

Transcription

1 La question agraire en Afrique du Sud ou l échec d une réforme Hubert Cochet UFR Agriculture Comparée et Développement Agricole AgroParisTech Nogent-sur-Marne - 22 janvier 2014

2 Ségrégation spatiale

3 Crédit Photo: H. Cochet

4 Crédit Photo: H. Cochet

5 Crédit Photo: H. Cochet

6 Crédit Photo: H. Cochet

7 Crédit Photo: H. Cochet

8

9 Land grab et charcutage ethnique

10 La réforme agraire sud-africaine : principes et outils Situation «de départ» (1994): exploitants agricoles (blancs) occupaient 87 millions d hectares 14 millions de sud-africains (noirs) se partageaient les 13 millions d hectares programme de restitution (land restitution) programme de redistribution (land redistribution) premier programme de financement (Settlement/Land Acquisition Grant SLAG) deuxième phase (programme Land Redistribution for Agricultural Development LRDA) troisième programme de financement (Proactive Land Acquisition Strategy PLAS) >2006 programme de réforme de la tenure foncière

11 La réforme agraire sud-africaine : résultats chiffrés fin 2005 (d après bilan établi par Ward Anseeuw, 2005) Programme de restitution: familles hectares Programme de redistribution familles au titre du programme SLAG (pour ha) familles au titre du programme LRAD (pour un total de ha. Au total, seuls 3.1 % des 87 millions d ha détenus par les Blancs ont été redistribués 2006 (d après bilan établi par E. Lahiff, 2007) 3.4 millions d ha transférés (4.1 % de la surface totale détenue en propriété par les Blancs en 1994).

12 La destruction planifiée de l agriculture «noire» Aperçu sur les systèmes agraires anciens

13 dit Photo: H. Cochet

14 Crédit Photo: H. Cochet

15 Crédit Photo: H. Cochet ancien chariot des années cinquante, vestige d une agriculture paysanne aujourd hui disparue (ancienne Healdtown location, au nord de Fort Beaufort (mai 2012)

16 La destruction planifiée de l agriculture «noire» Aperçu sur les systèmes agraires anciens Les premiers signes d affaiblissement de l agriculture africaine. Land grabbing massif land Act de 1913 et transformation des «réserves» en Bantustans Le Land Act de 1936 Le «développement agricole» planifié pour les Noirs Betterment Plan et planification normative de l agriculture Promouvoir une petite élite agricole noire dans les bantustans

17 Crédit Photo: H. Cochet

18 Des écarts de productivité de 1 à 100 et + Exemples en agriculture «d entreprise» en production sucrière : /actif.an en arboriculture irriguée: /actif.an en maraîchage de plein champs irrigué: /actif.an en grandes cultures irriguée motorisée (maïs OGM et céréales d hivers sous pivot d irrigation): et /actif.an. en élevage extensif : /actif.an Dans l agriculture paysanne résiduelle. agriculture vivrière manuelle en sec : /actif.an maraîchage irrigué : /actif.an + élevage maraîchage irrigué 1 ha 2 cycles/an : /actif.an

19 Rand Déconnection salaire/productivité et inégale répartition de la valeur ajoutée Très faible productivité du travail pour une très large majorité d actifs agricoles SP1 SP2 SP3A SP3B SP4 SP5 SP6A SP6B SP7A SP7B SP8 SP9A SP9B SP10 VAN/Jw Salaire minimum d'une journée de travail Salaire minimum et productivité journalière du travail pour différents systèmes de production exemple dans la région de Hazyview, Mpumalanga (source : Regourd, 2012)

20 Un partage de la valeur ajoutée très défavorable au travail Type d exploitations Intérêt (%) Salaires (%) Rémunération du capital et du dirigeant de l entreprise (%) 1/ Grande culture moto-mécanisée sous irrigation (Jacobsdal, Free State) ; ha ; maïs OGM/céréales d hivers ; 2 cycles/an ; 1 actif familial, 4 ouvriers permanents / Grande culture moto-mécanisée sous irrigation (Jacobsdal, Free State) ; ha ; maïs OGM/céréales d hivers ; 2 cycles/an + élevage extensif sur savane / Arboriculture irriguée. Banane-fruit (Hazyview, Mpumalanga) ; ha ; salariés permanents / idem + conversion banane! noix de macadamia / Arboriculture irriguée. Agrumes (Kat river, Eastern Cape) ; ha ; salariés permanents + saisonniers pour la récolte / Maraîchage de plein champs irrigué (Brits, North West Province) ; sous contrat avec les supermarchés ; ha ; ouvriers saisonniers / Canne à sucre (Sézéla, KZN), exploitations patronales de ha de canne ; travailleurs Source : H. Cochet, d après les travaux réalisés par les étudiants AgroParisTech.

21 Evolution du revenu agricole par actif familial en fonction de la surface par actif familial pour différents types d exploitations agricoles patronales. SP1 Maraîchers + conditionnement et emballage, contrat super-marché (Brits, North West) SP2 Maraîchers + emballage, marché de gros (Brits, North West) SP3 Monoculture de bananiers + conditionnement chambre froide (Hazyview, Mpumalanga) SP4 Arboriculteurs avocat et noix de macadamia (Hazyview, Mpumalanga) SP5 Arboriculteurs spécialisés en noix de macadamia (Hazyview, Mpumalanga) SP6 Petits producteurs d'agrumes et de litchis, pluriactifs (Hazyview, Mpumalanga) SP7 Producteurs d'agrumes (en irrigué) et élevage extensif bovin (broutards) (Kat river, Eastern Cape) SP8 Producteurs spécialisés en canne à sucre (Sezela, KZN) SP9 Céréaliculture irriguée maîs et blé (Jacobsdal, Free State) SP10 Producteurs de luzerne et de maïs (Jacobsdal, Free State) SP11 Polyculture irriguée et engraissement de bovins (Jacobsdal, Free state) SP12 Producteurs de mangues, agrumes et élevage bovin naisseur-engraisseur (Nwanedzi river, Limpopo) RAF / actif familial (milliers de rands) /actif.an /actif.an Surface / actif familial (ha) (source : H. Cochet, d après résultats des études régionales)

22 Des écarts de revenus de 1 à !!!

23 Exemple de restitution (Périmètre irrigué de Hartbeesport) Land claim portant sur 9367 ha 4000 ha restitués à la communauté (Tribal Authorities) Attribution, par le CPA (Communal Property Association) de lots en location moyennant un loyer de 500 rands ( 45 euros/an), avec bail de 1 à 5 ans renouvelable et possibilité de transmission à un héritier. Choix de bénéficiaires sur 843 demandes «validées» par le CPA

24 Crédit Photo: H. Cochet

25 Crédit Photo: H. Cochet

26 Exemple de restitution (Périmètre irrigué de Hartbeesport) Pillage et friche (10 bénéficiaires sur exploitent en FVD leur lot) Ou Restitution formelle et reprise en location du bien par l ancien propriétaire Reprise de l exploitation en prestation de service par un voisin Sous-traitance à des entreprises de services

27 Crédit Photo: H. Cochet

28 Exemple de redistribution (Périmètre irrigué de Jacobsdal)

29 Le périmètre irrigué de Jacobsdal (rivière Riet)

30 La réforme agraire dans le périmètre irrigué de Jacobsdal (source : Arrazat et Périnelle 2012)

31 Exemple de redistribution (Périmètre irrigué de Jacobsdal) Impact très limité: 10 cas pour 4 familles de bénéficiaires et 6 petits collectifs 24 ha irrigués + 60 parcours sec, 13 bénéficiaires, polyculturepolyélevage, 1 tracteur + petit équipement, revenu/actif : /an Prestation de service sur gde culture + Mo familiale sur élevage Cession en FVI à un voisin équipé et poursuite du même système de production

32 Exemple dans une région sucrière du KZN (région de Sézéla, sud-ouest Durban) Au centre: l entreprise Illovo: ha de canne + sucrerie

33 Crédit Photo: H. Cochet

34 Exemple dans une région sucrière du KZN (région de Sézéla, sud-ouest Durban) Au centre: l entreprise Illovo: ha de canne + sucrerie Anticipation de la RA 3000 ha vendus (sauf matériel)! une dizaines d exploitations de ha + engagement de livraison de la canne pendant 20 ans 2 autres unités vendues dans le cadre de la RA (Redistribution) + 3 projets de Restitution: En tout: 43 planteurs noirs bénéficiaires Constitution d un trust (leaders de la communauté) et cession à une société de gestion Engagement de livraison à Illovo et rétention à la source pour financer la culture de la canne selon un cahier des charges imposé par Illovo Payement de salaires élevés aux gestionnaires (extérieurs à la communauté)! O retour vers les «bénéficiaires»

35 Un modèle de développement non questionné : la grande exploitation à salariés Le poids du passé Exemple Bophutaswana Exemple Kat river et «consolidation» du Ciskeï Exemple New Forest Restitution et Redistribution: la promotion du même modèle Transfert d entreprise (non division du bien) Reconduction à l identique du même système de production Le mythe de la supériorité technique et économique de la grande exploitation à salariés «accompagnement technique»: business plan et parrainage.

36 L impasse? Remise en cause du caractère «assisté par le marché» de la RA sud-africaine. Voir propositions de la société civile (National land Summit juillet 2005) Changer de paradigme en matière de développement agricole

37 Merci de votre attention

38 Crédit Photo: H. Cochet

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage

Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Extrait de la revue Pour, décembre 2013 (http://www.grep.fr/pour/) Un essai de synthèse statistique sur le foncier agricole en France Une situation de plus en plus complexe dominée par le fermage Maurice

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie.

Autres utilisations : ouvrages de protection des berges de rivières, ou aménagements paysagers (barrières vivantes) ou encore en vannerie. Les TTCR, impacts environnementaux Colloque 23/11/2007 filière multi-produits, traitant de grandes quantités de bois regroupé sur des plates formes de stockage/séchage, qui peuvent livrer des chaufferies

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Micro-irrigation à Madagascar

Micro-irrigation à Madagascar P R AVSF - J. Mas A X IS LES EXPÉRIENCES I N N O VA N T E S D AV S F PAYS Madagascar TITRE DU PROJET SCAMPIS Développement des Systèmes de Micro-irrigation BÉNÉFICIAIRES DIRECTS Plus de 10 000 familles

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade

Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques. Michael Andrade Financement de la chaîne logistique possible grâce aux banques Michael Andrade 1INCE FARMERS) L agriculture en Inde 10 % tranche supérieure Progressif & inclus Plus grand groupe d exploitants Exploitants

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles?

Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Acquisitions foncières à grande échelle dans le secteur agricole : une montée en puissance de (nouvelles) firmes agricoles? Perrine Burnod CIRAD UMR TETIS Observatoire du foncier à Madagascar Ward Anseeuw

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA

Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA Version 13 février 2015 DDT Yvelines Fevrier 2015 Le régime de paiement de base (RPB) Le paiement vert, Le paiement redistributif La majoration JA 1 Sommaire 1. le RPB «régime de paiement de base», paiement

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Investissement, mot magique mais mot piège

Investissement, mot magique mais mot piège POSSIBLES, ÉTÉ 2013 121 Investissement, mot magique mais mot piège Par Michel Merlet Tous semblent reconnaître le besoin de plus d investissements dans l agriculture pour lutter contre la faim dans le

Plus en détail

DUXTON ASSET MANAGEMENT

DUXTON ASSET MANAGEMENT DUXTON ASSET MANAGEMENT Afrique : Un élément clef dans un (ou environnement) agricole global et diversifié Point de vue des investisseurs sur les potentialités de l agriculture africaine et problèmes à

Plus en détail

Les aides régionales pour les ENTREPRISES

Les aides régionales pour les ENTREPRISES Les aides régionales pour les ENTREPRISES Regroupement Développement Financement Immobilier Embauche Conseil Difficulté Export Reprise Cession Création Accompagner l entreprise dans les différentes phases

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

La petite agriculture mexicaine face à l ouverture

La petite agriculture mexicaine face à l ouverture La petite agriculture mexicaine face à l ouverture des marchés agricoles Documents : Virginie Brun AgroParisTech, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Centre d Études Mexicaines et Centraméricaines

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Sondage auprès des entreprises en production agricole sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi

Sondage auprès des entreprises en production agricole sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi Sondage auprès des entreprises en production agricole sur l impact des modifications au régime de l Assurance-Emploi Présenté par Robert Ouellet, CRIA Coordonnateur à l emploi agricole AGRIcarrières Le

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT)

Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) Conférence ALINE GRENIER, AGR. ET PIERRE MASSIE PROGRAMME D APPRENTISSAGE EN MILIEU DE TRAVAIL (PAMT) 38 Programme d apprentissage en milieu de travail (PAMT) ALINE GRENIER ET PIERRE MASSIE POURQUOI LE

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

Depuis déjà plusieurs années, consommation et production mondiales évoluent quasiment au même rythme.

Depuis déjà plusieurs années, consommation et production mondiales évoluent quasiment au même rythme. 37 Introduction Introduite en 1638, la culture de la canne connaît son apogée dans les années 60 avec une production annuelle de plus de 1,5 millions de tonnes. Depuis 1965, l'évolution de la filière est

Plus en détail

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION

République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION République de Côte d Ivoire NOTE D INFORMATION UN INSTRUMENT PROFESSIONNEL AU CŒUR DU DEVELOPPEMENT AGRICOLE ET DES FILIERES DE PRODUCTION Investir pour le futur Anticiper - Innover 01 BP 3726 ABIDJAN

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an

1. Fonds propres, provisions et impôts différés, dettes à plus d un an Plan Comptable Minimum Normalisé (PCMN) des services résidentiels, d accueil de jour et de placement familial pour personnes handicapées Mise à jour au 01.01.2002 1. Fonds propres, provisions et impôts

Plus en détail

1 - Perspectives historiques et réalités actuelles de l agriculture familiale en France

1 - Perspectives historiques et réalités actuelles de l agriculture familiale en France LES FACTEURS ÉCONOMIQUES ET POLITIQUES DE LA CONSOLIDATION DE L AGRICULTURE FAMILIALE EN FRANCE Gilles BAZIN 1 Introduction Cette communication propose, dans une première partie, de retracer les grandes

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Atelier Payer pour l environnement? Le mécanisme REDD+ et les PSE permettront-ils de s attaquer aux causes sous-jacentes de la déforestation?

Atelier Payer pour l environnement? Le mécanisme REDD+ et les PSE permettront-ils de s attaquer aux causes sous-jacentes de la déforestation? Efficacité de REDD+ et le rôle des PSE Atelier Payer pour l environnement? Le mécanisme REDD+ et les PSE permettront-ils de s attaquer aux causes sous-jacentes de la déforestation? Thomas Sembres, Facilité

Plus en détail

PRÉSENTATION DES DPU

PRÉSENTATION DES DPU PRÉSENTATION DES DPU ACTUALITÉ DE 2014 L année 2014 constitue une année de transition avant la mise en œuvre de la réforme de la PAC en 2015. D une part, certaines évolutions (baisse du budget, évolutions

Plus en détail

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles

Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Les impacts des modifications au Programme d assurance stabilisation des revenus agricoles Alain Pouliot Vice-président Assurances et protection du revenu Sommaire Évolution des coûts ASRA Orientations

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE

ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE ACTIONS ET POLITIQUES SUR L'INVESTISSEMENT DANS L'AGRICULTURE 1. Les investissements doivent contribuer à et être compatibles avec la réalisation progressive du droit à une alimentation suffisante et nutritive

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest

Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Transformation agraire sous le radar : Acquisitions foncières par investisseurs nationaux en Afrique de l Ouest Etude au Bénin, Burkina, Mali et Niger Avril 2011 Présentation à Nyeleni, Mali, novembre

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

Références technico-économiques

Références technico-économiques Références technico-économiques Palmipèdes gras Année 2009 TERRES d avenir Les Chambres d agriculture du Sud-Ouest (CEPSO), en liaison avec l ITAVI, analysent chaque année les résultats techniques et économiques

Plus en détail

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013

EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 EVALUATION DE LA SITUATION HUMANITAIRE SUR L AXE KONNA-DOUENTZA 7 au 10 FEVRIER 2013 Contexte et Objectifs de l évaluation rapide Le cercle de Douentza, se situe dans la région de Mopti et a été depuis

Plus en détail

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD septembre 2013 Tableau de bord de la Population des chefs d exploitations agricoles et des chefs d entreprise agricoles en 2012

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS

LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS > Les synthèses de FranceAgriMer février 2013 numéro LAIT / 1 LA DYNAMIQUE DES TROUPEAUX LAITIERS FRANÇAIS À L APPROCHE DE LA FIN DES QUOTAS 12 12 rue rue Henri Henri Rol-Tanguy / TSA / TSA 20002 20002

Plus en détail

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements

Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements PREFET DE LA REGION LIMOUSIN Autodiagnostic d'exploitation préalable aux demandes d'aides aux investissements A remplir par tous les demandeurs sauf les JA et les CUMA/ASA DEMANDEUR Numéro OSIRIS :...

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE Présentation générale Mise à jour : Décembre 2004 Rédacteurs : Benoît PIQUET, ADEFA Tarn-et-Garonne et Christian BADOC, Chambre d'agriculture du Tarn-et-Garonne

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale

Universita Degli Studi di Milano. Facoltà di Agraria. Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Universita Degli Studi di Milano Facoltà di Agraria Dipartimento di Economia e Politica Agraria Agro-alimentare e Ambientale Seminari del CICSAA Centro Interuniversitario per la Cooperazione allo Sviluppo

Plus en détail

Typologie à dire d expert des systèmes de production agricole du district de Cho Don, province de Bac Kan

Typologie à dire d expert des systèmes de production agricole du district de Cho Don, province de Bac Kan Typologie à dire d expert des systèmes de production agricole du district de Cho Don, province de Bac Kan Jean-Christophe Castella Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et International Rice

Plus en détail

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives

La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives La Bio pour quoi faire? Une vision du monde de la Bio et quelques perspectives Juin 2012 Lionel FRANCOIS Sommaire La Bio, pourquoi? La Bio c est quoi? La situation de la Bio Les acteurs du Bio Le paysan

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Définition des variables présentées dans le RICA

Définition des variables présentées dans le RICA Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V

Plus en détail

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020

Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 Annexe 1 b : Description des actions de l opération 0412 Maîtrise de l énergie Programmation 2014 2020 CADRE REGLEMENTAIRE : FEADER, PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL 2014 2020, REGION LIMOUSIN Cette annexe

Plus en détail

Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture. Quel risque?

Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture. Quel risque? Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture Frédéric Hamel, CFA, GSPD Consultant en mise en marché des grains, Rédacteur de la Lettre financière des marchés

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN. Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe

UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN. Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe FONDS DE GARANTIE: UN INSTRUMENT FINANCIER POUR L AGRICULTURE EN AMÉRIQUE LATINE Wilfredo Necochea Président FOGAL sosf@amauta.rcp.net.pe FONDS DE GARANTIE Encourager les banques et/ou entités de financement

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014

ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC. Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 ABATTAGE ET COMMERCIALISATION DU BŒUF AU QUÉBEC Direction : Développement des secteurs agroalimentaires Par : Hervé Herry Date : le 5 mars 2014 1 LES ABATTOIRS DE BOVINS AU QUÉBEC Sous inspection fédérale:

Plus en détail

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse

ExPost. Aménagements de bas-fonds. septembre 2007. Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse Division Évaluation et capitalisation Série Note de Synthèse n 02 septembre 2007 expost ExPost Aménagements de bas-fonds en Guinée forestière ExPost est une note de synthèse qui présente sur un thème ou

Plus en détail

GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE

GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE - Circulaire

Plus en détail

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN

PLAN DE SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNE RURALE DE TOMINIAN PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DU MALI ---------------------- Un Peuple Un But Une Foi Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA) ----------------------- Projet de Mobilisation des Initiatives

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011

PLANIFICATION REGIONALE DE AProCA 2007-2011 ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE COTON AFRICAINS BP 1799 Bamako / Mali Tel: + (223) 222 63 67 Quartier Sema 1, rue 50, Porte 1107 Email: communication@aproca.net, sp@aproca.net Site: www.aproca.net PLANIFICATION

Plus en détail

Les matériels de votre parc sont-ils bien assurés?

Les matériels de votre parc sont-ils bien assurés? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller Agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Les matériels de votre parc sont-ils bien assurés? Tous les véhicules terrestres à moteur sont soumis à obligation

Plus en détail

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats Analyses et résultats Numéro 84 - mai 2014 La production agricole est par nature soumise aux aléas climatiques. Le phénomène n est pas nouveau. Toutefois, au cours des vingt dernières années, le profil

Plus en détail

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL

RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL Faits et chiffres de l aviculture CH 2.6 RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE MODÈLES DE CALCUL 1. Généralités sur les coûts de production et la rentabilité économique Les modèles de calcul en annexe sont à interpréter

Plus en détail

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Si les répercussions économiques annuelles devaient se prolonger à long terme, et compte tenu du potentiel

Plus en détail

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux?

Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? 1 Minimiser vos impôts sur votre rémunération d entrepreneur : pouvez vous faire mieux? Présenté par France Gagnon, CPA, CA, M.FISC. Le 26 novembre 2014 Agenda Introduction Qu en est il du REÉR? Taux d

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012.

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012. Communiqué de presse Lille, le 29 juin 2012 Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014 Pour le semestre clos au 31 mars 2012. L Entreprise organise une conférence téléphonique

Plus en détail

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE

NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE Carte : articque Crédit photos : Chambre régionale d'agriculture du Centre et FNASAVPA NOS OFFRES D'EMPLOI EN PRODUCTION AGRICOLE n 445 Edition dépt. 28 du 4 octobre 2013 Pour obtenir les coordonnées d'une

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

ITALIE. LA REFORME AGRAIRE.

ITALIE. LA REFORME AGRAIRE. ITALIE. LA REFORME AGRAIRE. Une expérience significative de modernisation des structures agraires en Europe du Sud au XXe siècle. (2/3) La mise en œuvre. Marta Fraticelli (AGTER) Août 2008 L'organisation

Plus en détail

Qu est-ce que l agriculture familiale?

Qu est-ce que l agriculture familiale? PREMIER CHAPITRE Qu est-ce que l agriculture familiale? I. Diversité des agricultures familiales 1. Autant d agricultures familiales que de contextes L expression «agriculture familiale» recouvre des réalités

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE de l ECO-CONTRIBUTION APE

GUIDE PRATIQUE de l ECO-CONTRIBUTION APE Alliance pour Nature GUIDE PRATIQUE de l ECO-CONTRIBUTION APE Document à destination des entreprises metteurs en marché Version Janvier 2015 125, rue Aristide Briand 92300 Levallois Perret - Tél : +33

Plus en détail

Nouveau portrait de l agriculture québécoise?

Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Nouveau portrait de l agriculture québécoise? Colloque Établissement et retrait de l agriculture Comment s établir autrement Jean Philippe Perrier Traget Laval Université laval Drummondville 8 mai 2013

Plus en détail

LES ZONES FRANCHES URBAINES

LES ZONES FRANCHES URBAINES LES ZONES FRANCHES URBAINES HIDS 26 juin au 1 er juillet 2011 Consolide les données de suivi socioéconomique à l échelle des 4 ZFU. Tableau de bord des ZFU ZFU La Duchère (Lyon 9) 10 200 hab ts en 2006

Plus en détail

pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014

pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014 pour le trimestre qui a pris fin le 30 juin 2014 De la recherche à l action Le CRDI finance des travaux de recherche appliquée dans les pays en développement afin d y accroître la prospérité et la sécurité

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

«Développement de l assurance agraire en Russie»

«Développement de l assurance agraire en Russie» «Développement de l assurance agraire en Russie» Conférence Internationale «Gestion des risques et des crises dans l assurance agraire» 15,16 et 17 mars 2010 Liudmila Kosholkina Directrice du Département

Plus en détail

Fonds de Developpement Agricole

Fonds de Developpement Agricole Fonds de Developpement Agricole Edition Avril 2013 Lancement par Sa Majesté Le Roi que Dieu l Assiste, le 10 novembre 2009 à Errachidia, du projet de développement de la filière dattes au Tafilalet. Une

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Controverse documentée à propos de quelques idées reçues sur l agriculture, l alimentation et la forêt

Controverse documentée à propos de quelques idées reçues sur l agriculture, l alimentation et la forêt Mission n 13083 Controverse documentée à propos de quelques idées reçues sur l agriculture, l alimentation et la forêt Europe Direct en PACA Centre d information et d animation officiel de l Union européenne

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Economie Agricole Février 213 N 133 Regards sur les installations d agriculteurs entre 1997 et 21 L observatoire national des installations et transmissions s inscrit dans un cycle

Plus en détail

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE.

2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE. 2013 DECLARATION DU PROFESSIONNEL DE L'EXPERTISE COMPTABLE OGBA00 Je soussigné(e), IDENTIFICATION DU PROFESSIONNEL DE COMPTABILITE Numéro SIRET Déclare que la comptabilité de : IDENTIFICATION DU DECLARANT

Plus en détail