Association France apprentissage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association France apprentissage"

Transcription

1 Contribution et propositions de mode opératoire pour une réforme efficiente et globale de l apprentissage M. Jean-Marie Dusseigneur Octobre 2013

2 SOMMAIRE AVANT-PROPOS Page 2 PREMIÈRE PROPOSITION : Réforme de la taxe d apprentissage Pages 3-4 Mode opératoire Page 5 Bénéfices ou avantages pour les centres de formation Page 6 Bénéfices ou avantages pour les entreprises Page 7 Bénéfices ou avantages pour l Etat Page 7 Conséquences pour les régions Page 8 Le financement des filières technologiques et professionnelles Page 9 SECONDE PROPOSITION : Enregistrements des contrats d apprentissage auprès des DIRECCTE Page 10 TROISIÈME PROPOSITION : Accorder davantage d autonomie à chaque centre de formation Page 11 QUATRIÈME PROPOSITION : Contrôle de gestion d un CFA et simplification des procédures pour la création de nouveaux CFA ou de nouvelles filières Page 12 CINQUIÈME PROPOSITION : Création d un nouveau crédit d impôt pour financer l apprentissage Abrogation du crédit d impôt existant Page 13 SIXIÈME PROPOSITION : Insertion des décrocheurs par l apprentissage Page 14 SEPTIÈME PROPOSITION : Suppression du contrat de professionnalisation pour les jeunes âgés de 15 à 26 ans Page 15 CONCLUSION Pages ANNEXE Graphique comparatif des entrées en apprentissage sur les cinq dernières années Page

3 AVANT-PROPOS Comment est-il possible qu un pays démocratique, développé, cinquième puissance mondiale en 2012, puisse ainsi depuis des décennies abandonner une partie de ses forces vives sur le bord du chemin? Cet amer constat conduit à un suicide social et économique. Notre pays ne devrait-il pas effectivement s attacher à ce que 80% des jeunes décrochent un diplôme en formation initiale? Depuis six ans, le nombre annuel de contrats signés plafonne à sans jamais dépasser ce seuil. Pourquoi? Le modèle pédagogique de l apprentissage est bien connu et particulièrement apprécié pour son efficacité grâce à son système dual dans la lutte contre le chômage des jeunes. Malheureusement l image de l apprentissage est brouillée par le foisonnement de contrats aidés : contrats de professionnalisation, contrats d avenir, contrats de génération qui se substituent aux contrats d apprentissage. L intelligence collective ne permettrait-elle pas de réfléchir à l élaboration d un contrat d apprentissage (formation initiale) unique et innovant pour favoriser la formation, l'insertion et l'emploi de nos jeunes qui demeure une cause nationale primordiale. Grâce aux liens tissés sur sa plate-forme nationale et gratuite exclusivement dédiée à l apprentissage et avec le concours de tous les acteurs de l apprentissage, l association a pu grâce à cet observatoire : Rassembler diverses sources d information spécifiques à ce secteur. Acquérir une expertise fondamentale et prendre connaissance de nombreuses problématiques terrain. C est ainsi qu elle vous apporte sa contribution globale à la réflexion sur la réforme de l apprentissage en France qui ne devrait pas, selon nous, se limiter à la seule réforme de la taxe d apprentissage. Cette réforme doit être aussi ambitieuse que courageuse pour innover et adapter les formations en apprentissage aux nouvelles réalités ou contraintes économiques du XXI ème siècle. Il est indispensable de projeter une vision stratégique à long terme sur la formation par l apprentissage dans un monde en évolution technologique croissante et continue. L éducation de nos enfants est une mission essentielle de l Etat et l apprentissage en fait aujourd hui partie au tout premier chef. Contrairement au Rapport d information pour une réforme de la taxe d apprentissage (du sénateur François Patriat) très complet et particulièrement technique sur la taxe d apprentissage, l association vous suggère une approche transverse fondée sur la réalité terrain, avec sept propositions pragmatiques et concrètes pour vous aider à légiférer dans le sens de l intérêt général. C est l ensemble du système qu il est nécessaire de refonder. La réforme doit par conséquent être globale. Une bonne réforme est, selon nous, avant tout une réforme innovante, lisible, pragmatique, compréhensible de tous, le moins contestable et facilement applicable par tous les acteurs (organismes de formation, entreprises et apprentis) avec un souci d égalité

4 PREMIÈRE PROPOSITION RÉFORME DE LA TAXE D APPRENTISSAGE Définition : «La taxe d apprentissage a pour objet de favoriser L ÉGAL ACCÈS à l apprentissage sur le territoire national et de contribuer au financement d actions visant au développement de l apprentissage.» Généralités La taxe d apprentissage représente en 2011, 2 milliards/an, 2,7 milliards si on intègre la CDA - Contribution pour le Développement de l Apprentissage - et la CSA - Contribution Supplémentaire à l Apprentissage = bonus - malus pour non quota d embauche d apprentis, sur les 8 milliards consacrés à l apprentissage. La taxe d apprentissage proprement dite comprend aujourd hui deux parties communément identifiées comme le «quota» et le «hors quota». Le quota est la fraction de la taxe d apprentissage obligatoirement réservée au développement de l apprentissage. Il était fixé à 55 % du montant de la taxe en Le hors quota, également dénommé «le barème», permet d assurer le financement des premières formations technologiques et professionnelles. Il était égal à 45 % de la taxe en Les flux de répartition de la taxe aboutissent à ce que l apprentissage soit en réalité destinataire de près de 1,2 milliard d euros soit 62 % des fonds de la taxe d apprentissage par un report de fonds issus du «hors quota» vers le «quota». Propositions L association se mobilise depuis plusieurs années pour que le produit de cette taxe soit intégralement et exclusivement redistribué aux acteurs de l apprentissage. Lors de la dernière campagne présidentielle, avait déjà proposé aux candidats 6 mesures en faveur de l apprentissage, dont une réforme de la taxe d apprentissage (http://www.franceapprentissage.fr/franceapprentissage/actions.html?selectedmenu=284). privilégie la piste de la différenciation entre plusieurs taxes ou contributions, plutôt qu une taxe fourre-tout (véritable usine à gaz) difficilement lisible et incontrôlable. Plutôt que d artificiellement tenter de replâtrer un système complexe peu compréhensible dont les dérives ne sont plus à démontrer, prône une réforme ambitieuse qui remettrait complètement à plat le système. Nous rappelons que l Education en formation initiale, dont l apprentissage devient année après année une composante absolument essentielle, est une mission fondamentale de l Etat, au même titre que les formations générales, technologiques ou professionnelles. Comme son nom l indique, la taxe d apprentissage est une taxe fiscale qui doit être collectée par l Etat et concerner uniquement l apprentissage. milite pour un seul collecteur centralisateur qui serait l URSSAF et suggère de longue date la suppression pure et simple des OCTA

5 Les formations technologiques et professionnelles seraient donc exclues du champ de la taxe d apprentissage. En effet, le hors quota serait supprimé du calcul de la taxe (voir page 9 les propositions d organisation et de financements). Sur la base du sytème actuel, le coût de collecte se monte aujourd hui à 28 millions d euros pour une collecte de millions en 2011, soit 1,4%. Si le Rapport pour une réforme de la taxe d apprentissage du sénateur François Patriat considère qu il ne faut pas déroger au sacro saint principe fondateur de la taxe d apprentissage qui érige le principe de libre affectation des fonds par les entreprises car celles-ci y sont très attachées, a une vision différente au seul fait que le système est tellement contraignant et peu lisible que les entreprises s en désintéressent. Environ 300 millions n ont pas été affectés du tout. Ils constituent les fonds libres gérés par les OCTA dont la répartition est bien souvent affectée à leur propre profit. Néanmoins, dans sa 5 ème proposition, prévoit de maintenir le lien entre entreprises et les centres de formation uniquement pour celles qui souhaiteraient vraiment s impliquer dans le développement de l apprentissage dans le cadre de leur RSE. Enfin, le rapport du sénateur François Patriat propose de réduire le nombre de collecteurs pour limiter les coûts de collecte. Sur les 141 OCTA en activité, 63 sont des établissements consulaires, 23 sont des organismes ayant une habilitation régionale et 55 ont une habilitation nationale. En effet, réduire le nombre d OCTA diminuerait certes les coûts de gestion (28 millions), mais augmenterait les recettes des plus gros collecteurs qui ne peuvent que soutenir une telle proposition. Les 10 plus importantes OCTA collectent à elles seules 51% de la taxe (la CCI d Ile-de-France et AGEFA PME à eux-seuls collectent 30% de la taxe pour un total de 571,9 millions d euros). s interroge sur la répartition qui doit être simple, impartiale, lisible, transparente et équitable avec une application des MÊMES RÈGLES sur tout le territoire. UN COLLECTEUR NE PEUT SELON NOUS, ÊTRE JUGE ET PARTIE. Les URSSAF sont neutres et impartiales par essence, car elles ne sont pas parties prenantes du secteur de l apprentissage et peuvent donc collecter et redistribuer le produits de la taxe selon des règles définies par la loi et identiques pour tous. Quelles que soient les études menées, s il est certain que le coût de collecte par les URSSAF sera moindre avec une mécanique rodée et parfaitement connue des entreprises, C EST SURTOUT LE MODE DE REDISTRIBUTION QUI EST L ENJEU MAJEUR DE LA RÉFORME. se propose donc de vous convaincre du bien-fondé du choix de l URSSAF comme UNIQUE collecteur de la taxe d apprentissage

6 Mode opératoire Pour la collecte Elle consiste à ajouter sur le formulaire de la DADS-U (Déclaration Automatisée des Données Sociales Unifiée), adressée par les entreprises à l URSSAF, une ligne supplémentaire indiquant le montant à payer au titre de la taxe d apprentissage puisque également basée sur la masse salariale. Le mode de calcul annuel serait notablement simplifié : Masse salariale x un coefficient constant ou variable*, identique sur tout le territoire national y compris le Bas Rhin, le Haut Rhin et la Moselle. Cette DADS-U qui est envoyée le 15 janvier au plus tard de l année suivante par les entreprises, permettrait d avancer d un mois et demi la date de paiement de la taxe d apprentissage. En effet, aujourd hui la date limite de versement aux organismes collecteurs (OCTA) a lieu le 28 février. Une seconde ligne supplémentaire pourrait par ailleurs être ajoutée si l on souhaite intègrer séparément la CSA (bonus-malus) avec son mode de calcul. *Le coefficient peut varier à la hausse ou à la baisse chaque année, en fonction de la variation de la demande en formation provenant des entreprises en matière d apprentissage. Il est en effet improductif de collecter une taxe de manière excessive par rapport aux coûts et investissements nécessaires, sauf à diminuer le coût salarial d un apprenti (par des soutiens à l embauche) pour favoriser son développement en profitant de l assiette large de la taxe. Pour une redistribution selon 2 critères aux Centres de formation 1 ) Au prorata du nombre d apprentis dans les CFA selon le type de formation suivie. Le coût par type de formation est connu. Il sera donc nécessaire d établir un barème du CAP au BAC + 5. Ainsi les établissements ou grandes écoles ne percevraient plus des sommes aussi importantes pour une section de quelques apprentis. Les fédérations puissantes, CCI ne pourraient plus non plus affecter le produit de leurs versements de taxes à leurs propres écoles voire à des affectations autres... puisque ce seraient les URSSAF qui seraient responsables de la redistribution. Ce mode de calcul permettrait de garantir simplicité et équité sur tout le territoire, favorisant l égalité pour les jeunes comme pour les centres de formation. En effet, la répartition ne dépendrait donc plus du lieu géographique ou de la branche professionnelle. Elle préviendrait également du fait que certaines formations avec peu d élèves ne soient trop fortement dotées au détriment d autres très demandées qui ne disposent pas, à ce jour des fonds nécessaires à leur développement. 2 ) Une incitation financière à l innovation et à la croissance des effectifs Si certains centres de formation particulièrement dynamiques prennent à bras le corps la formation de nos jeunes par conviction, d autres demeurent bien moins efficients ne souhaitant véritablement pas s y atteler, occasionnant un frein au développement de l apprentissage. Si l on veut accroître le nombre d apprentis notamment dans les secteurs de production de même que les niveaux V et IV qui sont en constante régression, il est indispensable de créer une émulation au sein des CFA et entre les CFA. On ne pourra en effet augmenter le nombre d apprentis s il n y a pas adhésion forte des centres de formation pour accroître leur nombre de places disponibles. Pour encourager cette augmentation, des incitations financières (coûts prospection jeunes et entreprises, communication, primes aux salariés du CFA, aide à l investissement ) s avèrent absolument indispensables. En conséquence l Etat se doit donc d impulser une dynamique de croissance en amont (à l échelon des CFA) permettant d ouvrir de nouvelles sections et d accroître le nombre d apprentis en attribuant une prime incitative à chaque CFA, calculée en fonction du nombre d apprentis supplémentaire avec une pondération éventuelle par filière

7 Bénéfices ou avantages pour les centres de formation La déclaration de même que le paiement de la taxe d apprentissage aux URSSAF se ferait dorénavant en même temps que la déclaration des charges des entreprises du 4 ème trimestre de l année N-1 qui a lieu le 15 janvier de l année N+1 avec la DADS-U récapitulative, au lieu d une déclaration séparée et un paiement aux OCTA le 28 février. Ce principe induit : Un montant de versement de taxe connu, grâce à la nouvelle formule de calcul, dès le 31 décembre au lieu du mois de juin de l année suivante, puisqu il est directement fonction du nombre d apprentis au sein du CFA en fin d année. Une date de versement de la taxe anticipée d un mois et demi. Une optimisation de gestion dès le début de l année civile, levée par la certitude du montant collecté. Le gain de productivité Il est également une source formidable d économies pour les centres de formation. En effet, chaque année entre janvier et fin février chaque CFA mobilise ses forces vives pour prospecter les entreprises et augmenter sa collecte de taxe. Cette tâche fort contraignante car longue et difficile disparaîtrait pour laisser place à une prospection permettant d une part le recrutement d apprentis au sein des collèges et lycées et de l autre, la recherche de nouvelles entreprises. La principale mission d un centre de formation n est elle pas prioritairement de former et de trouver des entreprises pour nos apprentis plutôt que de chercher des financements. Par ailleurs les coûts de prospection et de communication (impression et expédition de plaquettes, imprimés, formulaires) sont impressionnants et se chiffrent en dizaines de millions ce qui produit l effet pervers d instiller de la concurrence entre les CFA mais également entre les OCTA. Toutes ces contraintes disparaîtraient devenant sources d économies financières colossales et d augmentation de productivité. Ces économies pouvant permettre de redéployer des fonds pour investir, attribuer des aides ciblées, jusqu à abaisser le taux de la taxe d apprentissage permettant consécutivement de réduire le coût du travail de nos entreprises. Enfin, tous les dysfonctionnements connus seront erradiqués et remplacés par un système vertueux, simple et compréhensible de chacun. Trois phases de versement 30 mars au plus tard : versement par les URSSAF de la taxe liée au nombre d apprentis sur le compte personnel de chaque CFA (voir 3 ème proposition sur la nécessité d indépendance des CFA). 30 août au plus tard : versement par les URSSAF de la prime à la croissance d effectifs après contrôle que les effectifs des sorties au 30 juin de l année n+1, coincident bien avec les effectifs annoncés le 31 décembre de l année n-1 par les CFA, par un croisement des chiffres des URSSAF avec les diplômes de sorties des CFA enregistrée par les DIRECCTE (voir proposition n 2). Si le différentiel entre les entrées déclarées par les CFA aux URSSAF en décembre, qui servent de base de calcul pour le versement de la taxe aux CFA, et les sorties constatées en juin par les DIRECCTE est négatif, le CFA sera alors débiteur vis-à-vis de l URSSAF. La régularisation se faisant sur le versement de la prime à la croissance, si le trop perçu est supérieur à la prime, ce dernier sera alors déduit sur le versement dû l année suivante. La 3 ème phase dédiée aux investissements lourds de rénovation ou de création de sections sera versée ou financée par les Conseils régionaux via une dotation de l Etat identique à celle dédiée aux lycées

8 Bénéfices ou avantages pour les entreprises La déclaration et le paiement de la taxe d apprentissage aux URSSAF se ferait en même temps que la déclaration des charges du 4 ème trimestre de l année N-1 qui a lieu le 15 janvier de l année N+1 avec la DADS-U récapitulative, grâce à la ou les lignes ajoutées, pour y faire figurer la taxe d apprentissage et la CSA. Les gains de productivité Ils sont indéniables grâce à la simplification du mode de calcul (masse salariale x coefficient) + CSA et au regroupement unifié de la déclaration et du paiement avec la déclaration des charges aux URSSAF. Il n y a plus de calculs compliqués et conflits ou de problèmes d affectation CFA et OCTA. La taxe d apprentissage étant comme sont nom l indique une taxe fiscale, elle est d autant comprise dans ce sens que 300 millions (soit 16 % du total de la taxe) demeurent en absence d indication sans affectation. La diminution des charges administratives sera, à n en pas douter, très appréciée par les entreprises dans le contexte économique actuel. Un certain nombre d articles du code du travail devront être abrogés compte tenu de ces propositions induisant de notables simplifications pour nos entreprises. Bénéfices ou avantages pour l Etat Le versement de la taxe au FNDMA (Fonds National de Développement et de Modernisation de l Apprentissage), sera, lui aussi, perçu avec au moins un mois et demi d avance par rapport au versement actuel par les OCTA. L affectation de la taxe faite au prorata du nombre d apprentis permet une répartition égalitaire sur tout le territoire en fonction des besoins en apprentis des entreprises et du dynamisme local. Ainsi, la mission de l Etat en matière d éducation et de formation initiale de la jeunesse, permettra un contrôle systématique de l utilisation des fonds, aujourd hui perdu, tout en étant assuré d une significative et beaucoup plus juste répartition. En effet ce système sera simple et lisible, avec deux intermédiaires seulement, les URSSAF et les DIRECCTE) Cf 2 ème proposition. Les deux premiers versements effectués aux CFA, le solde restant de la taxe collectée devrait alors être affecté et géré par le FNDMA. En effet, le système actuel apparaît à l usage pervers et inégalitaire. Les OCTA ne peuvent, à notre avis être, juges et parties. La collecte et la redistribution. Comment peut-on contrôler que les demandes des affectations de reversements demandées par les entreprises soient réellement distribuées selon les souhaits de ces dernières. Il est aujourd hui impossible de le savoir ni de le vérifier. L OPACITÉ ET LA COMPLEXITÉ DU SYSTÈME ACTUEL INCITE À SA SUPPRESSION PURE ET SIMPLE. Il serait totalement vain et contre-productif d essayer de le replâtrer, lorsque d autres solutions émergent pour simplifier le millefeuille que constitue désormais l apprentissage dont les effectifs ne progressent plus depuis six ans (voir annexe). - 7-

9 Conséquences pour les Régions Outre les financements de l Etat, les Régions percevront également des fonds en provenance du solde de la taxe d apprentissage non versé, géré par le FNDMA. Si l Etat prône la décentralisation et l augmentation des pouvoirs vers les régions, France apprentissage émet beaucoup de réserves et milite pour la DÉCONCENTRATION POUR FAVORISER UNE JUSTE RÉPARTITION DES FONDS FAVORISANT L ÉGALITÉ DES CHANCES. C EST L AVENIR D UN PAYS ET DE SES JEUNES QUI EST EN JEU. En effet trop d exemples par le passé nous ont démontré que le clivage majorité et opposition engendrait des non applications de la loi ou la non distribution des crédits alloués pour annihiler telle ou telle mesure. Si l exécutif et les régions sont de la même sensibilité, le système peut fonctionner. Imaginons que la moitié des régions soient dans la majorité et l autre dans l opposition, qu en sera-t-il de l application des lois ou des crédits alloués? Enfin, la sensibilité en faveur de l apprentissage variant d une région à l autre, elle engendre des inégalités territoriales et par la même des inégalités socioprofessionnelles en fonction du lieu de naissance du jeune. PEUT-ON PARLER ALORS DE DISCRIMINATION? La question est clairement posée car aujourd hui, il s avère bien plus avantageux de résider en Poitou Charentes qui dispose d une politique agressive en faveur de l apprentissage qu en Picardie. Pour que les aides soient homogènes sur tout le territoire (dans le but d assurer l égalité des chances comme de moyens), les régions ne détiendraient plus qu un rôle d exécution et d application des lois selon les affectations des crédits. Le ministère de l Education nationale fixerait, en effet au plan national, les règles en matière de formation initiale pour les jeunes âgés de 15 à 26 ans. Le rôle des régions serait alors, à priori analogues à celui des conseils généraux (collèges) et conseils régionaux (lycées). Néanmoins, il faut tenir compte de la spécificité des formations en apprentissage de même que du dynamisme local. C est le conseil régional qui sera responsable des projets liés aux besoins des entreprises en matière de formation puis de leur suivi. Ces projets sont au prélable, soumis à l Education nationale ou directement au FNDMA pour validation et accord des crédits demandés. La loi du 7 janvier 1983 qui a opéré le transfert de l Etat aux régions des compétences en matière de formation professionnelle continue et d apprentissage devrait alors être amendée pour sortir partiellement l apprentissage de la compétence des régions qui ne conserverait alors que la formation professionnelle ainsi qu un rôle de répartition et de contrôle de la bonne utilisation des fonds liés à l apprentissage. La loi du 16 juillet 1971 qui demeure le fondement juridique de l architecture de collecte et de répartition de la taxe sous la tutelle des conseils régionaux, qui perçoivent 22 % de la taxe d apprentissage via le FNDMA (Fonds National de Développement et de Modernisation de l Apprentissage)», devra elle aussi être amendée

10 Le financement des filières technologiques et professionnelles Comment financer les lycées professionnels et les filières technologiques si le hors quota disparaissait. Néanmoins, certaines de ces formations qui sont possibles à suivre en apprentissage seront financées sur la taxe d apprentissage selon les règles énoncées précédemment. Les formations technologiques et professionnelles qui étaient éligibles au hors quota, ce qu elle ne pourront plus être, doivent-elles être financées par les entreprises ou bien par la collectivité? suggère pour sa part UN FINANCEMENT PAR LA NATION analogue à celui des formations générales. En effet, si tel était le cas, le taux de la taxe d apprentissage diminuerait d autant, puisque le hors quota disparaitrait du calcul de la taxe allégeant dans le même temps le coût du travail de nos entreprises. L alignement des premières formations technologiques et professionnelles sur l enseignement général des lycées et collèges devrait constituer à l avenir une priorité. La mixité sociale de nos jeunes favoriserait de ce fait un véritable changement de mentalités de la part des parents et des jeunes si ces types de formations étaient effectivement dispensés dans les collèges et lycées plutôt que dans des centres de formation dédiés (disparition du phénomène de ghettoïsation). Ainsi, les jeunes ne se sentiraient plus exclus puisqu ils seraient au contact de jeunes de leurs âges sans distinction d appartenance sociale. Cette mixité nous apparait absolument indispensable pour la cohésion de notre pays et ce d autant plus, depuis la disparition de la conscription qui permettait auparavant cet essentiel brassage. Le clivage actuel s avère dévalorisant pour nos jeunes, les prévenant ou les empêchant dans certains cas de suivre ces filières en raison de leur image dévalorisée, préférant suivre l enseignement général jusqu au Bac, qui nous le regrettons, repose sur une conception standardisée et réductrice du talent. Vient alors quelquefois le constat de l impasse, l heure des choix de réorientation et malheureusement le plus souvent du décrochage scolaire. Les formations technologiques et professionnellles deviendraient alors DES SECTIONS À OPTION dans un lieu commun sans clivage. La perception de ces formations serait ainsi revalorisée suscitant certainement davantage de vocations et d orientations vers ces filières. L Education nationale se doit de veiller à un équilibre entre les formations générales et techniques pour prodiguer à la jeunesse un avenir épanouissant adapté au projet de chacun. Si le financement de ce type de formations devait néanmoins rester à la charge des entreprises pour des raisons pratiques, préconise de créer une 3 ème ligne sur la DADS. Il est en effet indispensable de dissocier le financement de ces formations par souci de clarté et de lisibilité. Cette contribution au financement des formations technologiques et professionnelles fonctionnerait selon le même principe que la taxe d apprentissage avec un taux fixe ou variable, selon les orientations des jeunes et les demandes des entreprises, mais gérée INDÉPENDAMMENT de la taxe d apprentissage. Les budgets de ces formations indispensables à nos entreprises ne seraient plus une variable d ajustement en faveur de l apprentissage (transfert du hors quota vers le quota) puisque gérés indépendamment et à part entière

11 SECONDE PROPOSITION ENREGISTREMENTS DES CONTRATS D APPRENTISSAGE AUPRÈS DES DIRECCTE. La recommandation que nous proposons tendant vers davantage de simplification et d opérationnalité, France apprentissage suggère que l enregistrement des contrats d apprentissage présentement répartis entre les chambres de métiers, chambres d agriculture, CCI, soit dorénavant regroupé au sein d un organisme unique «les DIRECCTE» qui dépendent directement de l Etat. Il s agit là encore de simplifier tout en facilitant le contrôle. Le contrat d apprentissage, placé sous l égide du Ministère du travail dont les DIRECCTE dépendent, représente la partie pratique de la formation en apprentissage (contrat de travail). Il apparaît par conséquent plus cohérent que ce soient les DIRECCTE qui en assurent l enregistrement. Les URSSAF et les DIRECCTE dépendent par ailleurs toutes les deux du même ministère, ce qui facilite leurs interrelations. Le versement de la seconde phase de la taxe liée à la croissance des effectifs auprès des CFA au plus tard le 30 août de chaque année sera déclenchée par les DIRECCTE après contrôle et croisement des chiffres des entrées énoncés par les CFA en décembre aux URSSAF de l année N-1 et ceux des sorties enregistrés par les DIRECCTE en juillet de l année N+1. Si le différentiel entre les entrées déclarées en décembre servant de base de calcul pour le versement de la taxe par les URSSAF et les sorties constatées par la DIRECCTE en juillet est négatif, le CFA sera alors débiteur vis-à-vis de l URSSAF. Si la prime à la croissance se révèle nulle ou ne couvre pas le différentiel, le trop perçu par le CFA sera déduit l année suivante. L Etat pourra ainsi aisément contrôler la juste utilisation des fonds dédiés à l apprentissage au moyen de procédures simples et rapides grâce à des entités dépendant du même ministère. Les CFA seront davantage incités à déclarer de meilleurs chiffres et à tout faire pour que leurs apprentis entrés en fin d année, figurent encore dans leurs effectifs à la sortie en juin de l année suivante. Il y aurait alors assurément moins de décrochages scolaires et les CFA seraient davantage responsabilisés

12 TROISIÈME PROPOSITION DONNER DAVANTAGE D AUTONOMIE À CHAQUE CENTRE DE FORMATION. Chaque centre de formation doit posséder une autonomie financière effective, lui permettant d innover, d investir dans des projets sous l égide et la responsabilité de son directeur. Certains CFA sont gérés et dirigés par les organismes de tutelle ou les branches professionnelles. Le directeur n est alors le plus souvent pas aussi impliqué pour développer ou améliorer les performances de son CFA. Si le système de répartition que propose de généraliser devait susciter l adhésion, il est indispensable que chaque CFA détienne un compte bancaire propre, géré par un comptable propre, plutôt qu un compte géré par un organisme de tutelle (CCI, fédérations ) qui répartit les sommes selon des critères parfois sujets à caution. Un directeur d établissement doit être autonome, maître de son budget et libre de son affectation. Il n a plus dans ce cas qu un seul organisme de tutelle : L Education nationale ou un ministère dédié, au même titre qu en ce qui concerne l enseignement supérieur

13 QUATRIÈME PROPOSITION CONTRÔLE DE GESTION D UN CFA SIMPLIFICATION DES PROCÉDURES POUR LA CRÉATION DE NOUVEAUX CFA OU DE NOUVELLES FILIÈRES. Outre des procédures lourdes et complexes, freinant le dynamisme et réduisant l esprit d entreprendre, France apprentissage propose une simplification de la réglementation. Le paritarisme ayant totalement disparu de la collecte, de la gestion et des affectations de la taxe d apprentissage, FRANCE APPRENTISSAGE EST FAVORABLE À L INTRODUCTION DE DAVANTAGE DE PARITARISME AU SEIN DE L ORGANE DE DÉCISION DE CHAQUE CFA. L organisation administrative, pédagogique et financières d un CFA s articule autour d un conseil de perfectionnement d un conseil d administration Le conseil de perfectionnement Il est en effet indispensable de préserver un lien étroit entre les entreprises demandeuses de qualifications et les organismes de formation sur des territoires de proximité. propose que le conseil de perfectionnement* d un CFA, soit élargi et composé d un représentant de la région, d un représentant de l Education nationale, d apprentis, de plusieurs entreprises locales, d élus du CFA et d élus des différentes branches professionnelles concernées par les formations dispensées, selon une pondération à définir. Il est en effet vital, que les entreprises soient davantage associées et impliquées dans le contenu des formations et de l organisation pratique de l alternance en fonction de leurs besoins. Le conseil d administration Le conseil d administration, qu il soit privé ou public sera renforcé et se composera d au moins : un directeur d établissement, un représentant de la région, un représentant de l Education nationale (partie théorique), de plusieurs entreprises locales et d élus des différentes branches professionnelles (partie pratique), un représentant du personnel du CFA. Il pourra ainsi contrôler la gestion du CFA de même que son développement, bien que l organisme de tutelle reste l Education nationale. Tous les acteurs concernés faisant partie du processus de décision en amont, il apparaîtrait naturel d alléger les procédures dans leur mise en application avec le ministère de tutelle. * Le conseil de perfectionnement se réunit au moins trois fois dans l année et est saisi sur des questions relatives à l organisation et au fonctionnement du CFA. Les perspectives d'ouverture et de fermeture des sections, Les conditions générales d'admission des apprentis, L'organisation et le déroulement de la formation, Les modalités des relations entre les entreprises et le Centre, Le contenu des conventions conclues dans le cadre de l'apprentissage

14 CINQUIÈME PROPOSITION CRÉATION D UN NOUVEAU CRÉDIT D IMPÔT POUR FINANCER L APPRENTISSAGE. ABROGATION DU CRÉDIT D IMPÔT EXISTANT. Cette mesure inciterait par conséquent les entreprises ayant un résultat bénéficiaire à contribuer davantage au développement de la formation de nos jeunes par affectation de sommes supplémentaires au secteur de l apprentissage plutôt que de payer leur IS à l Etat. Son fonctionnement serait comparable à la réduction d ISF pour les particuliers qui choisissent d investir au capital de PME et/ou de verser ou d'octroyer des dons à certains organismes d intérêt général. Sous réserve de plafonnement à définir pour les entreprises (de par exemple à x% du bénéfice avant impôt) auquel s'ajoutent les conditions suivantes : Investissements directs dans des appels à projets de CFA, Participation financière à la mobilité et/ou à l hébergement d apprentis, Octroi ou versement de dons à certains organismes qui œuvrent au développement et à la promotion de l apprentissage, la réduction d IS serait alors possible. Les entreprises deviendraient de ce fait davantage solidaires de la formation de nos jeunes au plan national à l'appui d'actions plus lisibles. La traçabilité accrue de l'adéquate utilisation des financements par les entreprises représenterait un atout majeur. Celui-ci permettrait en effet de réintroduire dans la loi ou dans le droit LE PRINCIPE DE LIBRE AFFECTATION DE FONDS PAR LES ENTREPRISES" puisque celles-ci y seraient d'autant plus attentives, que s'instaureraient entre le monde de l entreprise et celui de la formation en apprentissage des liens durablement restaurés. La vérification de ce postulat serait validée, en fonction du succès éventuel, rencontré par ce crédit d impôt revisité. L introduction d une telle mesure conduirait par conséquent à l abrogation du crédit d impôt existant à ce jour car par trop complexe autant que particulièrement contraignant pour les entreprises et l administration. Ce crédit n'intervenant qu à la fin du contrat d apprentissage, il induisait par ailleurs une avance de trésorerie par les entreprises

15 SIXIÈME PROPOSITION INSERTION DES DÉCROCHEURS SCOLAIRES PAR L APPRENTISSAGE Dans le but de permettre à nos jeunes décrocheurs de s insérer plus aisément sur le marché du travail, France apprentissage propose de supprimer le différentiel de rémunération lié à l âge en ce qui concerne les niveaux III, IV et V (métiers de production). Aujourd hui, force est de contater qu une entreprise préfère privilégier l embauche d un jeune de 16 ans à 25% du smic, plutôt qu un décrocheur de 23 ans à 53% du SMIC qui rencontre des problèmes d insertion. Dans le cas selon lequel ce différentiel subsisterait, il serait alors financé comme suit : Soit par les Conseils régionaux (sur leurs ressources évaluées à 2 milliards en 2011), Soit à partir des fonds générés par la taxe d apprentissage (FNDMA), Soit par le crédit d impôt que des entreprises auraient affecté à des projets régionaux incitatifs favorisant l embauche d un décrocheur avec le cas échéant une prime complémentaire à la clé. Enfin, mesure le risque supplémentaire encouru par les entreprises qui embaucheraient un décrocheur. Pour en atténuer les effets et favoriser l insertion de ces jeunes, il nous semble PRIMORDIAL D ASSOUPLIR les conditions de rupture du contrat de travail liant l apprenti à l entreprise. La sécurisation du parcours du jeune ne pourra être assuré que s il manifeste un intérêt et une implication manifeste pour la formation suivie en entreprise. Les contrats d avenir et de génération seraient alors supprimés dans leur forme actuelle, autorisant la réaffectation des fonds vers des contrats d apprentissage qui les remplaceraient avantageusement pour chacune des trois parties, Etat, entreprise et apprenti

16 SEPTIÈME PROPOSITION SUPPRESSION DU CONTRAT DE PROFESSIONALISATION POUR LES JEUNES ÂGÉS DE 15 À 26 ANS EN FORMATION INITIALE Les formations par l apprentissage sont des formations initiales diplômantes qui devraient exclusivement dépendre du ministère de l Education nationale pour des jeunes âgés de 15 à 26 ans. Ces formations rentrent pleinement dans le cadre de la mission de l Etat en matière d éducation tout en garantissant la qualité de l enseignement de même que la validité du diplôme au même titre que les formations générales ou technologiques. A la différence des contrats de professionnalisation qui sont des formations professionnalisantes dépendant des branches professionnelles et exclusivement financées par la formation professionnelle. Les jeunes de 15 à 26 ans ne devraient pas être concernés par le contrat de professionnalisation qui n offre pour la plupart d entre eux pas de garanties suffisantes, ni sur la qualité de l enseignement ni sur la finalisation réussie de la formation. Tandis qu il demeure un enjeu financier majeur pour les organismes de formation. Serait ainsi rétabli le principe d égalité sur tout le territoire en garantissant à tous nos jeunes un niveau homogène de formation comme de qualité d'enseignement grâce à des diplômes visés par l Etat, pareillement au secondaire ou au supérieur. Cela constituerait selon nous, une avancée sociale significative. Au contraire de l accentuation actuelle des inégalités au sein de la tranche des 15 à 26 ans. Le contrat de professionnalisation ne devrait plus être considéré comme une formation initiale. Il ne concernerait désormais plus que LA POPULATION ÂGÉE DE 26 À 65 ANS. Ainsi le nombre de jeunes de moins de 26 ans qui suivraient des contrats de professionnalisation diminuerait significativement au profit de l'accroissement des formations en apprentissage

17 CONCLUSION Notre système éducatif par l apprentissage se doit de se placer dans une perspective de logique d organisation et de performance. Tels sont les objectifs auxquels l association apporte sa contribution au premier rang desquelles : L'adaptation des formations par l apprentissage aux nouvelles contraintes économiques du XXI ème siècle. La nécessité de donner à l apprentissage unité et cohérence sur le plan national. Il apparaît donc absolument indispensable que l organisation ainsi que le financement de l apprentissage retrouvent rapidement un cycle vertueux. La réforme de l apprentissage défendue par est certes à ce titre résolument ambitieuse. Selon nous stratégiquement nécessaire, la revalorisation de ce type de formation lui restituerait enfin toutes ses lettres de noblesse. En recentrant en tout premier lieu davantage l'apprentissage dans le champ de compétences de l Education nationale comme nous l avons évoqué plus haut, nous visons la réduction des réticences ou autres idées reçues qui malheureusement de nos jours perdurent à son propos. En second lieu, si le paritarisme concerne prioritairement les contrats de professionnalisation gérés dès l origine par les branches professionnelles (23 millards en 2011), celles-ci en ont progressivement profité pour s immiscer dans la formation initiale diplômante qui devrait continuer de totalement dépendre de l Education nationale délivrant des diplômes reconnus et respectés. Cette distorsion n'a plus lieu d'être, car on en arrive à l'heure actuelle à la financiarisation croissante de l éducation couplée à la déresponsabilisation correspondante de l Etat sur les formations en apprentissage de nos jeunes ; l'une de ses missions prioritaires par le Président Hollande récemment réitérée (1 er budget de l Etat). L Education nationale a petit à petit perdu ou s'est progressivement désengagée du contrôle financier de l apprentissage, tout en acceptant à la fois de valider ses contenus comme de contribuer financièrement chaque année davantage, sans résultats probants. Nous en tenons pour preuve la stagnation du nombre d entrées d apprentis plafonnant à seulement depuis 5 ans (voir annexe). La création de croissance par la pertinence de l éducation n est plus à démontrer. C est toute la collectivité nationale qui en tirera bénéfice, à l'aide d investissements judicieux, transparents et équitablement répartis sur tout notre territoire. Le malade Apprentissage est-il atteint d un mal incurable? Si c'est le cas préconise un électrochoc d'urgence. N est-il pas indispensable et raisonnable de tester l ensemble de ces mesures sur une ou plusieurs régions avant sa généralisation sur tout le territoire avant de légiférer?

18 Nos élus et décideurs devront ces prochaines semaines engager de profondes réformes structurelles avec pragmatisme pour que les acteurs de l apprentissage retrouvent une vision moderne et pérenne à l'appui d'une réforme innovante, simple, impartiale, efficace, lisible, compréhensible de tous, la moins contestable et facilement applicable de tous. Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre et membres du gouvernement, Mesdames et Messieurs les parlementaires de la République, gardons s'il vous plaît bien présent à l esprit que LA COMPLEXITÉ FAVORISE L OPACITÉ TANDIS QUE LA SIMPLICITÉ ENGENDRE LA CLARTÉ. La créativité et l innovation de chacun doivent ce faisant être mises au service de la simplification et de la réduction de la pesanteur ou de la lourdeur des procédures, normes et coûts, qui constituent de sévères entraves à la croissance pour l'ensemble de nos concitoyens. C est ainsi que vous permettrez à l apprentissage de voir enfin son nombre d apprentis croître, au moyen de formations en adéquation avec les besoins de nos entreprises, grâce à une stratégie de long terme luttant durablement contre le chômage de masse des jeunes par libération de toutes les énergies

19 Comparatif et évolution du nombre de signatures de contrats d apprentissage entre 2008 et Source : selon les chiffres communiqués par la DARES. Nb de contrats Mensuel Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sept Oct Nov Déc Nb de contrats Cumulé Janv Févr Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sept Oct Nov Déc Zéro charges si apprenti supplémentaire embauché avant le 30 juin (Ent - 10 salariés) Coût = 100 Millions. Prime de par personne (Ent - 50 salariés) Coût = 70 Millions. (Ent salariés) Coût =?

20 6 rue Pernety PARIS Tél. : Courriel : SIREN : APE : 9499Z

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières

EXPERTS-COMPTABLES. La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières EXPERTS-COMPTABLES La réforme de l apprentissage L accueil des stagiaires Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Entreprises La réforme de l apprentissage L ACCUEIL DES STAGIAIRES Les aides financières Focus sur la réforme de l apprentissage La loi du 5 mars 2014 sur la réforme de l apprentissage et de l enseignement

Plus en détail

Réforme Taxe d'apprentissage

Réforme Taxe d'apprentissage La loi N 2014-288 du 5 Mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l'emploi et la démocratie sociale La loi n 2014-891 du 8 août 2014 de finances rectificative pour 2014 Réforme Taxe d'apprentissage

Plus en détail

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA)

Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-04 du 1 er avril 2003 Relative aux obligations comptables des centres de formation des apprentis (CFA) Sommaire 1 - Le dispositif

Plus en détail

Impact de la réforme de la taxe d apprentissage dans les entreprises

Impact de la réforme de la taxe d apprentissage dans les entreprises Impact de la réforme de la taxe d apprentissage dans les entreprises Objectifs de la réforme et nouvelles modalités d affectation de la taxe d apprentissage Objectifs de la réforme Objectif principal :

Plus en détail

d une unité de formation par apprentissage

d une unité de formation par apprentissage d une unité de formation par apprentissage Centre de Formation des Apprentis de l académie d Orléans-Tours 2 rue du carbone - CS 80017 45 072 ORLEANS CEDEX 2 02 38 83 48 26 MAIL : cfaacademique@ac-orleans-tours.fr

Plus en détail

Taxe. 1 Une nouvelle obligation : le versement de la taxe d apprentissage à un seul collecteur

Taxe. 1 Une nouvelle obligation : le versement de la taxe d apprentissage à un seul collecteur LA REFORME DE LA TAXE D APPRENTISSAGE LES NOUVEAUTES DE LA COLLECTE 2015 (SUR LES SALAIRES 2014) La taxe d'apprentissage a pour but de financer le développement des formations technologiques et professionnelles.

Plus en détail

QUESTIONS. (collecte ta 2015) questions-réponses CONCERNANT LA MISE EN OEUVRE DE LA RéFORME DE LA TAXE D APPRENTISSAGE

QUESTIONS. (collecte ta 2015) questions-réponses CONCERNANT LA MISE EN OEUVRE DE LA RéFORME DE LA TAXE D APPRENTISSAGE QUESTIONS RéPONSES CONCERNANT LA MISE EN OEUVRE DE LA réforme de la taxe d apprentissage (collecte ta 2015) questions-réponses CONCERNANT LA MISE EN OEUVRE DE LA RéFORME DE LA TAXE D APPRENTISSAGE i/la

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE CE QUI CHANGE EN 2015

TAXE D APPRENTISSAGE CE QUI CHANGE EN 2015 TAXE D APPRENTISSAGE CE QUI CHANGE EN 2015 Loi de finances rectificative 2013 du 29 décembre 2013 Loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, l emploi et la démocratie sociale Loi de finances

Plus en détail

VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE

VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE "LA TAXE D APPRENTISSAGE NE SERT PAS LE FINANCEMENT DE L APPRENTISSAGE" FAUX La vocation initiale de la taxe d apprentissage est de financer

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE

INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE INFORMATIONS RELATIVES À LA TAXE D APPRENTISSAGE Ces informations prennent en compte la refonte de la taxe d apprentissage à compter de la campagne 2015, suite à la loi du 5 mars 2014. Les principaux changements

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA

LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA LES PRINCIPALES MESURES DE LA LOI RELATIVE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE À L EMPLOI ET LA DÉMOCRATIE SOCIALE IMPACTANT LES MISSIONS SOCIALES DES CABINETS Nicolas GALLISSOT Responsable social Infodoc-Experts

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 7 JUIN 2011 SUR L ACCES DES JEUNES AUX FORMATIONS EN ALTERNANCE ET AUX STAGES EN ENTREPRISE Considérant que l alternance est un moyen particulièrement adapté, à tous

Plus en détail

la vérité sur La taxe d apprentissage

la vérité sur La taxe d apprentissage VRAI-FAUX la vérité sur La taxe d apprentissage "La taxe d apprentissage ne sert pas le financement de l apprentissage" La vocation initiale de la taxe d apprentissage est de financer l ensemble des formations

Plus en détail

Réunion des. Observatoires des métiers. Présentation du projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale

Réunion des. Observatoires des métiers. Présentation du projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale Réunion des Observatoires des métiers Présentation du projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale Contexte d élaboration du projet de loi Projet de loi Groupe

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE

TAXE D APPRENTISSAGE NOUVELLE RÉGLEMENTATION 2015 TAXE D APPRENTISSAGE FICHES PRATIQUES Des CCI partout en France, une CCI près de chez vous pour vous simplifier la taxe. À L ÉCOUTE AU QUOTIDIEN Nos conseillers vous renseignent

Plus en détail

L apprentissage dans l enseignement supérieur. une ressource pour votre avenir

L apprentissage dans l enseignement supérieur. une ressource pour votre avenir L apprentissage dans l enseignement supérieur une ressource pour votre avenir qu est-ce que L apprentissage? quels avantages? L apprentissage est un dispositif de formation en alternance qui associe l

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Pour verser votre taxe, nous sommes à vos côtés et simplifions votre démarche : Vous calculez en ligne le montant de votre taxe d apprentissage

Pour verser votre taxe, nous sommes à vos côtés et simplifions votre démarche : Vous calculez en ligne le montant de votre taxe d apprentissage NOTICE EXPLICATIVE BORDEREAU JOINT TAXE D APPRENTISSAGE Date limite de versement 28 Février 2015 Madame, Monsieur, Vous versez chaque année votre taxe d apprentissage à un organisme collecteur agréé. En

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

La Taxe d apprentissage

La Taxe d apprentissage La Taxe d apprentissage Sommaire Qu'est-ce que la taxe d'apprentissage?... 2 Choisir son OCTA... 2 A qui peut-on verser?... 3 Comment optimiser son versement?... 3 Les modalités de versements aux établissements...

Plus en détail

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT

RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT 1 Le 11 mars 2015 RELEVÉ DE CONCLUSIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA GOUVERNANCE DU SÉNAT Le groupe de travail sur la gouvernance du Sénat présidé par M. Gérard LARCHER, Président du Sénat, propose, sur

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE

TAXE D APPRENTISSAGE NOUVELLE RÉGLEMENTATION 2015 TAXE D APPRENTISSAGE FICHES PRATIQUES Des CCI partout en France, une CCI près de chez vous pour vous simplifier la taxe. À L ÉCOUTE AU QUOTIDIEN Nos conseillers vous renseignent

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014)

Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) Les aides à l embauche des entreprises (avril 2014) CATEGORIE AIDE CONDITIONS/MODALITES/FORMALITES EXONERATION/REDUCTION DE COTISATIONS SOCIALES Réduction générale de cotisations dite «FILLON» Réduction

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Taxe d apprentissage 2013

Taxe d apprentissage 2013 Taxe d apprentissage 2013 2 PAGES Généralités 3-5 La taxe d apprentissage 6-8 La contribution au développement de l apprentissage (CDA) 9 La contribution supplémentaire à l apprentissage (CSA) 10-11 Formalités

Plus en détail

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi

Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Communiqué de presse Saint-Denis Le 19 février 2015 Douzième réunion de la commission de la transparence sur les dispositifs d'aide de l'etat à l'insertion et à l'accompagnement dans l'emploi Dominique

Plus en détail

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles

Le système de la formation professionnelle en France. Mars 2010 AEFP Bruxelles Le système de la formation professionnelle en France Mars 2010 AEFP Bruxelles sommaire La formation tout au long de la vie Le cadre réglementaire L historique La réforme de 2009 Les principaux dispositifs

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle

Pour une réforme structurelle. de la formation professionnelle Pour une réforme structurelle de la formation professionnelle L accord du 14 décembre 2013 : ce qu il changera, au quotidien, pour les entreprises, les salariés et les demandeurs d emploi 20 13 POUR L

Plus en détail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail

FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail FICHE PRATIQUE L entretien professionnel intégré dans le code du travail Créé par l ANI du 05 décembre 2003, l entretien professionnel est intégré en 2014, pour la première fois, dans le Code du travail.

Plus en détail

La Grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 : contribution aux ateliers 1 et 2

La Grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 : contribution aux ateliers 1 et 2 Paris, le 2 juillet 2014. La Grande conférence sociale des 7 et 8 juillet 2014 : contribution aux ateliers 1 et 2 Cette contribution vise à mettre en valeur l entreprenariat comme moyen de lutte contre

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE

LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE LOI FORMATION, EMPLOI ET DEMOCRATIE SOCIALE L essentiel La loi n 2014-288 du 5 mars 2014 est très dense et comporte 3 volets bien distincts : - L un sur la réforme de la formation professionnelle, reprenant

Plus en détail

La formation professionnelle des demandeurs d'emploi. État des lieux, faiblesses et pistes de progrès

La formation professionnelle des demandeurs d'emploi. État des lieux, faiblesses et pistes de progrès La formation professionnelle des demandeurs d'emploi État des lieux, faiblesses et pistes de progrès Conseil d orientation pour l emploi 9 janvier 2008 Intervention Françoise Bouygard, 1 État des lieux

Plus en détail

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION

LÉGISLATION/RÉGLEMENTATION Infodoc Législation/Réglementation Formation Continue et Professionnelle Mai 2015 n 96 michele.wendling@univ-paris-diderot.fr Service de la Formation Continue, Professionnelle et Permanente (SeFoCoPP)

Plus en détail

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation

Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Note à l attention des OPCA relative aux incitations financières en contrat de professionnalisation Depuis la parution de la circulaire du 23 juillet 2007, le paysage des incitations financières a fortement

Plus en détail

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet :

Horizon PME. Synthèse. Etude des besoins pour la croissance des PME. Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Horizon PME Etude des besoins pour la croissance des PME Synthèse Croissance des PME de l Edition de logiciels et Solutions internet : Quels besoins pour financer leurs activités innovantes? Auteurs :

Plus en détail

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion»)

Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Loi n 2011-893 du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels (dite loi «Cherpion») Titre I : développement de l alternance Titre II : encadrement

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE)

Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le Crédit d Impôt pour la Compétitivité et l Emploi (CICE) Le crédit d impôt compétitivité emploi (CICE) est la première mesure prévue par le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation

Appel d offres. Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Appel d offres Accompagnement des PME-TPE de la métallurgie en région parisienne à la GPEC et à l analyse des besoins de formation Le GIM, chambre syndicale territoriale de l UIMM en région parisienne,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation

Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation LETTRE D INFORMATIONS JURIDIQUES N 48 Le 4 juin 2010 REFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Organismes de formation : précisions sur les nouvelles modalités de contractualisation Un décret du 20 mai 2010

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

La formation professionnelle continue. -enjeu stratégique -quelques chiffres

La formation professionnelle continue. -enjeu stratégique -quelques chiffres La formation professionnelle continue -enjeu stratégique -quelques chiffres LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE EST UN ENJEU STRATÉGIQUE POUR NOTRE PAYS, NOTRE ÉCONOMIE ET NOS CONCITOYENS! Dans une économie

Plus en détail

LA TAXE D APPRENTISSAGE EN 2016 : RÉFORME DES OCTA ET NOUVEL ENVIRONNEMENT

LA TAXE D APPRENTISSAGE EN 2016 : RÉFORME DES OCTA ET NOUVEL ENVIRONNEMENT LA TAXE D APPRENTISSAGE EN 2016 : RÉFORME DES OCTA ET NOUVEL ENVIRONNEMENT Mardi 1er Septembre 2015 de 13h30 à 15h00 RÉFORME EN PROFONDEUR DE LA TAXE D APPRENTISSAGE DEPUIS 1971 Objectifs des différentes

Plus en détail

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2 2.2 Les impôts et taxes PARTIE 2 L avis de l expert-comptable La plupart des taxes sont dues à partir d un certain seuil d effectif (avec une période de franchise totale de 3 ans puis partielle : formation

Plus en détail

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE

LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE LES MODALITÉS DE CALCUL ET DE COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE Les objectifs de la réforme Faire progresser le nombre d apprentis de 435 000 à 500 000, Développer, en priorité, l apprentissage aux premiers

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas Taxe d Apprentissage Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours Présentation : DPMA CLOUET Thomas Définition Impôt versé par les entreprises afin de financer le

Plus en détail

REFORME DE L APPRENTISSAGE

REFORME DE L APPRENTISSAGE REFORME DE L APPRENTISSAGE TAXE D APPRENTISSAGE FINANCEMENT DE LA FORMATION INITIALE MODIFICATIONS DU CONTRAT D APPRENTISSAGE Jeudi 4 septembre 2014 Universités d été de l Ordre des Experts-Comptables

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Impact de la réforme sur votre taxe d apprentissage

Impact de la réforme sur votre taxe d apprentissage Impact de la réforme sur votre taxe d apprentissage 1 Université janvier 2015 d été Impact de l ordre de la réforme des Experts-Comptables Intervenants : Thierry Laurent, Directeur de la DFCTA Hélène Clédat,

Plus en détail

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE

CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE CONTRAT D OBJECTIFS ET DE MOYENS VISANT À LA MODERNISATION ET AU DÉVELOPPEMENT DE L APPRENTISSAGE EN RÉGION LORRAINE VU l article L 118-1 du code du travail, VU la loi n 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation

Plus en détail

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque

Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque PROFESSIONNALISATION, UN ENJEUX NATIONAL, UNE «PRIORITÉ» POUR LES CCI Avec une jeunesse confrontée à un taux de chômage qui avoisine les 20% et chaque année plus de 160 000 jeunes quittant le système scolaire

Plus en détail

Aide entreprise. Employeur. Salarié

Aide entreprise. Employeur. Salarié Employeur Entreprise (raison sociale) : Nom du responsable du dossier à contacter : Adresse (numéro et nom de rue) : Commune de l entreprise : Code postal : Tél.: Courriel : N SIRET : Code APE/ NAF : N

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

Pour le versement de votre Taxe d Apprentissage 2014

Pour le versement de votre Taxe d Apprentissage 2014 Pour le versement de votre Taxe d Apprentissage 2014 VOUS AVEZ LE CHOIX! Entreprises, pour savoir comment faire du Interpro le destinataire de votre taxe d apprentissage, consultez les pages suivantes

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE.

CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE. CRÉDIT D IMPÔT COMPÉTITIVITÉ ET EMPLOI (CICE) : BÉNÉFICIEZ D UN AVANTAGE EN TRÉSORERIE! BDO vous accompagne pour préfinancer votre CICE. Tout ce que vous devez savoir sur le CICE et sur son dispositif

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

CONTRAT DE GESTION DURABLE DE LA ZONE de CHARTRETTES PASSÉ ENTRE LE DEPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE ET LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE SEINE

CONTRAT DE GESTION DURABLE DE LA ZONE de CHARTRETTES PASSÉ ENTRE LE DEPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE ET LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE SEINE CONTRAT DE GESTION DURABLE DE LA ZONE de CHARTRETTES PASSÉ ENTRE LE DEPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE ET LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE SEINE ENTRE, D UNE PART Le Département de Seine-et-Marne représenté

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales LA SPECIALITE DES CREDITS Grand principe de droit budgétaire il est appliqué dans les budgets locaux comme dans le budget de l Etat. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

Aide entreprise. Employeur. Salarié

Aide entreprise. Employeur. Salarié Employeur Entreprise (raison sociale) : Nom du responsable du dossier à contacter : Adresse (numéro et nom de rue) : Commune de l entreprise : Code postal : Tél.: Courriel : N SIRET : Code APE/ NAF : N

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat

La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur. Contribution à la mission de contrôle du Sénat La dévolution du patrimoine aux établissements d enseignement supérieur Contribution à la mission de contrôle du Sénat Avril 2010 Avant-propos La présente contribution est issue des travaux effectués par

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management de la qualité : Industrie, services, santé de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Mai 2015 Version 1.4 avec mise à jour le 20.05.

Déclaration Sociale Nominative. Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Mai 2015 Version 1.4 avec mise à jour le 20.05. Déclaration Sociale Nominative Guide Acoss : comment déclarer les cotisations Urssaf en DSN Mai 2015 Version 1.4 avec mise à jour le 20.05.2015 Modifications par rapport à la version précédente du 16 avril

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C

Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1404604C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation, de la réforme de l État et de la fonction publique Circulaire du 22 avril 2014 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR :

Plus en détail