IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES"

Transcription

1 MINISTERE DES FINANCES LE MINISTRE IMPÔT DES PERSONNES PHYSIQUES PROJET DE RÉFORME FISCALE DIDIER REYNDERS SEPTEMBRE 2000

2 2

3 Introduction 7 Chapitre I. Contexte national et international Mise en perspective internationale de la fiscalité 15 a. Pression fiscale particulièrement élevée 15 b. Poids pesant lourdement sur les revenus du travail 19 c. Forte augmentation de la fiscalité en période de réduction des déficits budgétaires 24 d. Tendance à la baisse de la pression fiscale dans les pays voisins Caractéristiques de l'impôt des Personnes Physiques en Belgique 29 a. Résumé des principales règles fiscales 29 b. Prélèvements sur les revenus du travail 31 c. Fiscalité et choix de vie Décisions prises par le Gouvernement préalablement à la réforme fiscale 41 a. Rupture avec le passé : marquer un stop fiscal 42 b. Rétablissement de l indexation des barèmes fiscaux 42 c. Suppression de la Contribution Complémentaire de Crise 45 d. Perception plus exacte et plus juste du précompte professionnel 46 e. Autres mesures fiscales favorables 47 Chapitre II. Objectifs de la réforme fiscale Grandes Orientations des Politiques Economiques des Etats Membres et de la Communauté Rapport du Fonds Monétaire International 52 3

4 3. Accord de gouvernement Présentation des axes de la réforme 53 4

5 Chapitre III. Premier axe de la réforme fiscale : diminution de la pression fiscale sur le travail Crédit d impôt Modification du barème Suppression des taux marginaux les plus élevés Impact des mesures prévues dans le premier axe de la réforme 72 Chapitre IV. Deuxième axe de la réforme fiscale : neutralité vis-à-vis des choix de vie Augmentation du minimum imposable Double réduction pour les revenus de remplacement Décumul des revenus autres que professionnels Conséquences fiscales du contrat de vie commune (cohabitation légale) Impact des mesures prévues dans le deuxième axe de la réforme 81 Chapitre V. Effet de la réforme fiscale Répartition de l effet de la réforme fiscale par type de ménage (axes I et II) Cas de quelques contribuables 91 Chapitre VI. Aller plus loin 103 Annexes : caractéristiques des contribuables 105 5

6 Synthèse 111 6

7 7

8 Introduction Contexte favorable pour une réforme indispensable La pression fiscale et parafiscale s'élève en Belgique à plus de 46% du Produit Intérieur Brut (PIB), soit l un des niveaux les plus élevés au monde. Elle pèse lourdement sur les revenus du travail, ce qui explique en partie notre très faible niveau d emploi. Cette situation défavorable est largement due au poids de notre dette publique. Le niveau de nos dépenses primaires (hors charges d intérêt) est depuis quelques années proche de la moyenne européenne. Notre écart de fiscalité par rapport aux autres pays de l Union européenne (UE) s explique donc par les charges d intérêt de la dette. La politique d assainissement des finances publiques menée depuis 20 ans et les marges de manœuvre découlant de la réduction de notre dette nous permettent de retrouver progressivement une situation fiscale moins pénalisante. Les réformes fiscales ambitieuses annoncées dans les pays voisins renforcent la nécessité de réduire rapidement le poids de nos prélèvements. Nous devons en effet nous rapprocher d une cible qui, loin d être immobile, a tendance à s éloigner de nous. Dans cette perspective, l Accord de gouvernement du 7 juillet 1999 constate : La pression fiscale et parafiscale générale trop élevée et la fiscalité sur le travail en particulier doivent être réduites de façon continue jusqu au niveau de nos pays voisins. Le Gouvernement s est donc engagé à élaborer au cours de la législature une réforme générale de l Impôt des Personnes Physiques (IPP). * * * Stratégie en six étapes La pression fiscale et parafiscale a connu une progression constante au cours de la précédente décennie. La réforme fiscale présentée dans ce document constitue l élément central d un renversement de tendance amorcé dès la mise en place du Gouvernement. Elle s inscrit dans une stratégie en six étapes. Il s imposait d abord de marquer un véritable stop fiscal. Depuis son entrée en fonction, le Gouvernement n a plus soumis au Parlement aucun projet de loi visant à créer de nouveaux impôts ou à augmenter les impôts existants. Cette seule étape ne pouvait suffire. Il fallait concrétiser la reprise de l'indexation des barèmes fiscaux prévue de longue date mais sans cesse reportée. 8

9 Après ces deux premières étapes, le Gouvernement a lancé une première vague de réduction de l impôt en supprimant progressivement les mesures d exception et autres emprunts forcés. La croissance économique (2,5% en 1999 et près de 4% en 2000) et l équilibre budgétaire à portée de main ont permis la suppression de la Contribution Complémentaire de Crise (CCC) (lois des 24 décembre 1999 et 12 août 2000). Dans le même esprit, la réduction du précompte professionnel l a rendu plus exact et plus juste. L absence de nouveaux impôts, la réindexation effective des barèmes fiscaux, la suppression de la CCC et la réduction du précompte professionnel constituent les quatre étapes préalables à la réforme fiscale. Cette réforme ne marquera cependant pas le terme de la réduction de la pression fiscale sur le travail en Belgique. Même après sa mise en œuvre, notre handicap fiscal restera substantiel. Il atteint actuellement environ 450 milliards de francs belges (BEF) par rapport à la moyenne européenne. Audelà des mesures ambitieuses prises et à prendre dans le courant de la présente législature, l'effort de convergence fiscale vers les pays voisins devra être poursuivi dans le cadre d une stratégie budgétaire de moyen et long terme. Cette sixième étape devrait permettre d'amplifier la présente réforme en relevant à nouveau le minimum imposable, en renforçant le crédit d'impôt et en diminuant le nombre de taux du barème qui pourrait se limiter à l avenir à 3, par exemple : 25%, 35% et 45%. * * * Réforme fiscale en deux axes Tant les institutions internationales que l'accord de gouvernement se rejoignent sur la nécessité de réduire la pression fiscale sur les revenus du travail - en particulier sur les bas salaires - en vue de répondre aux effets potentiellement désincitatifs des impôts et des systèmes sociaux. Ces préoccupations sont largement confirmées par les éléments de constats présentés dans la première partie de ce document : le niveau particulièrement élevé de la pression fiscale sur les revenus du travail dans notre pays par rapport à l'étranger; des taux marginaux explicites élevés sur les revenus du travail supérieurs; des taux marginaux implicites élevés sur les bas salaires. * * * 9

10 Axe I : Diminution de la pression fiscale sur les revenus du travail Le premier axe de la réforme fiscale s'inscrit dans la perspective de développement d'un Etat social actif, soucieux de l'intégration du plus grand nombre d'hommes et de femmes dans la société, notamment par un accès plus large à des emplois mieux rémunérés. Il prévoit un effort important de réduction de la fiscalité sur les revenus du travail, en accordant une attention particulière aux extrêmes de la distribution des revenus. Cet axe comprend les trois mesures suivantes, dont l impact budgétaire total est estimé à environ 67 milliards de BEF : introduction d'un crédit d'impôt remboursable de BEF par an, ciblé sur les bas revenus du travail; réduction de la pression fiscale par une modification du barème; suppression des taux de 52,5 et 55 %. La première mesure - l'introduction d'un crédit d'impôt remboursable ciblé sur les bas revenus du travail - est la plus novatrice. Elle implique un effort budgétaire estimé à environ 28 milliards de BEF. Le crédit d impôt part du constat que l'organisation de la solidarité doit dépasser l'indemnisation passive des personnes sans emploi et s'élargir aux situations de travail faiblement rémunéré. Il s'agit d'un instrument à la fois de promotion de l'emploi et de lutte contre la pauvreté. En dessous d'un certain niveau, le crédit d impôt se transforme en un complément de revenu. Il s'apparente donc à d autres systèmes d'impôt négatif tels que le Working Families Tax Credit (WFTC) instauré en Grande-Bretagne par le Gouvernement Blair. Le crédit d'impôt conduit à une revalorisation substantielle du revenu des travailleurs dont le salaire est proche du salaire minimum ou qui travaillent à temps partiel. Couplé aux autres mesures de la réforme, il permet notamment à un travailleur dont le conjoint ne perçoit pas de revenu et qui a un enfant à charge de ne plus payer d impôt jusqu'à un revenu brut annuel de BEF. Enfin, le crédit d'impôt favorise l'accès des jeunes et des femmes au marché du travail. La deuxième mesure de l axe I - la révision du barème - est plus générale. Elle touche 83% des contribuables. Elle compense partiellement les hausses d'impôts résultant de la nonindexation des barèmes jusqu'en Son impact budgétaire est estimé à 31 milliards de BEF. 10

11 La dernière mesure de l axe I - la suppression des taux de 52,5 et 55 % - répond au double objectif de réduction du nombre de taux du barème et de diminution du coin fiscal sur les revenus supérieurs. Elle permet de réduire le handicap de compétitivité dont souffre la Belgique en ce qui concerne les travailleurs les plus qualifiés. L impact budgétaire de cette mesure est estimé à environ 7 milliards de BEF. * * * Axe II : Neutralité visà-vis des choix de vie L'Accord de gouvernement prévoit explicitement le développement d'un système fiscal neutre vis-à-vis des choix de vie. L'évolution de la société fait clairement apparaître des inégalités de traitement fiscal qui reposent uniquement sur des différences de statut juridique et non sur des différences de situation de fait. Sauf à vouloir intervenir dans les choix de vie individuels, rien ne justifie une différence de pression fiscale entre couples mariés et cohabitants. Les divergences entre l'évolution sociologique et la législation fiscale sont de plus en plus perçues comme illégitimes par le citoyen. Pour retrouver la confiance du contribuable, la fiscalité doit s'adapter à la société. Cette adaptation passe par la simplification, la transparence et la neutralité. La réforme fiscale proposée consiste à supprimer les mesures défavorables aux couples mariés et à permettre aux cohabitants de bénéficier des avantages liés au mariage. Concrètement, la réforme implique : des tranches exonérées d'impôt identiques pour les mariés et les cohabitants. L impact budgétaire est estimé à 44 milliards de BEF; une réduction pour revenus de remplacement calculée par individu. Cette mesure est évaluée à 21 milliards de BEF; le décumul des revenus autres que professionnels qui coûte environ 2 milliards de BEF; une extension du quotient conjugal aux personnes s engageant dans un contrat de vie commune. Cette dernière mesure n'aurait pratiquement pas d'incidence budgétaire. L impact du deuxième axe de la réforme est évalué à 64 milliards de BEF. 11

12 * * * Regroupement des déductibilités dans un nombre limité de catégories L'Accord de gouvernement prévoit aussi le regroupement des déductibilités dans un nombre limité de corbeilles. Cette mesure tend à simplifier le système fiscal. Elle devrait s articuler autour de trois corbeilles : une pour l épargne à long terme, une pour les investissements en immobilier et une pour les dépenses liées à l emploi. Cette problématique sera traitée dans une phase ultérieure à la lumière du rapport demandé au Conseil Supérieur des Finances (CSF), installé le 10 juillet * * * Impact budgétaire de la réforme fiscale L impact budgétaire de la réforme est estimé, à l'horizon 2001, à l aide du modèle de micro-simulation, dénommé Simulateur de l Impôt sur les Revenus (SIRe), à 131 milliards de BEF, ce qui correspond à 10,7% du produit de l'ipp 1 et à 1,3% du PIB. Cette réforme pourrait être pleinement réalisée sur une période de 3 ans portant sur les revenus des années 2001, 2002 et Tableau 1 Impact budgétaire de la réforme fiscale Mesures fiscales Impact budgétaire à l'horizon 2001 En milliards de BEF En % de l'impôt (hors CCC) Axe I : Diminution de la pression fiscale sur le travail Crédit d'impôt 28 2,3% Modification du barème 31 2,5% Taux maximum = 50% 7 0,6% Total I 67* 5,5% Axe II : Neutralité vis-à-vis des choix de vie Alignement de la quotité exemptée des mariés 44 3,6% sur celle des isolés Double réduction d'impôt pour les revenus de 21 1,7% remplacement Décumul des revenus autres que professionnels 2 0,2% Octroi du quotient conjugal aux cohabitants légaux p.m. p.m. 1 Hors précomptes mobilier (Pr.M) et immobilier (Pr.I) 12

13 Total II 64** 5,2% Réforme fiscale = Axe I + Axe II ,7% * L impact budgétaire total diffère de la somme des coûts distincts à cause des arrondis. **Etant donné les interactions des mesures fiscales, l impact de toutes les mesures intégrées est différent de la somme des coûts des mesures prises isolément. * * * Financement de la réforme fiscale Dans son Rapport annuel de 2000, la Section Besoins de financement des Pouvoirs Publics du CSF indique l'ordre de grandeur des marges budgétaires à moyen terme. Dans son estimation, elle tient compte des décisions politiques prises pour la période , en ce compris la réindexation des barèmes fiscaux et la suppression de la CCC. D ici 2005, le pouvoir politique devra faire un choix équilibré entre trois objectifs : la réduction du taux d endettement pour relever le défi du vieillissement; la mise en œuvre d'une politique budgétaire visant à renforcer la croissance de l économie belge par une augmentation ciblée des investissements publics dans le capital humain (éducation et formation) et physique et par la poursuite de la diminution de la pression fiscale et parafiscale en général et de celle du travail en particulier ; la réponse à un certain nombre de besoins de société urgents dans les domaines de la sécurité, de l'environnement, de la fonction publique et de la mobilité. 2 En restant dans une norme de croissance réelle des dépenses primaires de 1,5% par an, les marges budgétaires cumulées sont estimées à 3% du PIB en Le CSF recommande de consacrer 1% du PIB au dégagement d un surplus budgétaire. Il évoque la possibilité de réserver 0,5% du PIB pour une augmentation des dépenses primaires par un relèvement de leur norme de croissance réelle de 1,5% à 1,8% par an. Dans cette hypothèse, il resterait environ 1,5 % du PIB de marges de 2 Source : Rapport annuel 2000, section Besoins de financement des pouvoirs publics, juillet 2000, Bruxelles, p

14 manœuvre disponibles pour réduire la pression fiscale, soit plus que l impact budgétaire de la réforme fiscale. Les marges estimées par le CSF permettent même d envisager la réalisation de la sixième étape, à savoir la convergence fiscale vers les pays voisins. * * * Réforme fiscale inscrite dans un cadre plus large La réforme fiscale constitue une étape indispensable dans la réduction du poids de nos prélèvements obligatoires. Elle permet de revaloriser substantiellement le revenu des travailleurs et de supprimer une série de discriminations inacceptables. A l instar des réformes menées dans les pays voisins, cette réforme de l IPP s'inscrit dans un cadre plus vaste de réduction des prélèvements. Ainsi, le CSF a été invité à soumettre des propositions en matière de fiscalité des sociétés. Un avis est attendu pour la fin de l'année En ce qui concerne la fiscalité de l'épargne, le Conseil Ecofin de Feira du 18 au 20 juin 2000 a défini les objectifs à atteindre, la méthode à adopter ainsi que le calendrier de l'harmonisation européenne. Un projet de directive devra être présenté au Sommet de Nice de décembre Les aspects fiscaux du développement durable sont actuellement examinés, en préparation de la présidence belge de l UE. Plusieurs mesures ont déjà été évoquées dans le Plan Fédéral de Développement Durable. 14

15 Chapitre I. Contexte national et international Cette première partie décrit le contexte national et international dans lequel s'opère la réforme fiscale. Elle résume par ailleurs certains aspects pertinents de l'ipp, en les mettant en relation, si nécessaire, avec la parafiscalité et les prestations sociales. Elle présente enfin un bref rappel des mesures fiscales et parafiscales prises par le Gouvernement, préalablement à la réforme de l'ipp proprement dite. 1. Mise en perspective internationale de la fiscalité a. Pression fiscale particulièrement élevée Pression fiscale belge de plus de 46% du PIB La Belgique connaît une pression fiscale particulièrement élevée, représentant plus de 46 % du PIB. De tous les pays de l'organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE), seuls les pays scandinaves ont un niveau de prélèvements obligatoires plus important. Par rapport à la moyenne européenne, l écart atteint 4,5 % du PIB, soit pas moins de 450 milliards de BEF. Par rapport à la moyenne de l'ocde, il s'établit à près de 9 % du PIB, ou encore environ 900 milliards de BEF. Tableau 2 Comparaison de la pression fiscale totale en 1998 (% du PIB) Belgique Pays-Bas Allemagne France UE - 15 OCDE Pression fiscale totale 46,3 41,0 37,1 45,2 41,6 37,2* * Les données pour l'ocde portent sur 1997 Source : OCDE, Revenue Statistics , moyennes pondérées pour l'ocde et l'ue. Les concepts OCDE correspondent à des réalisations budgétaires et non pas à l'impôt se rapportant aux revenus perçus pendant une année particulière. C'est l IPP qui supporte l'essentiel de la différence de pression fiscale. Il s'établit en effet à 14,3 % du PIB dans notre pays, contre une moyenne d'environ 10 à 11 % dans l'ue et l'ocde et 6,5 % en France et aux Pays-Bas. Tableau 3 15

16 Comparaison de l IPP en 1997 (% du PIB) Belgique Pays-Bas Allemagne France UE - 15 OCDE IPP 14,3 6,5 8,9 6,3 10,9 10,2* * Les données pour l OCDE portent sur Source : OCDE, Revenue statistics , moyennes non pondérées pour l'ocde et l'ue. Les concepts OCDE correspondent à des réalisations budgétaires et non pas à l'impôt se rapportant aux revenus perçus pendant une année particulière. L'IPP comprend selon les définitions de l'ocde l'impôt perçu sur les revenus des personnes y compris le précompte mobilier et le précompte immobilier. Pour les Pays-Bas, les chiffres relatifs à l'ipp ne comprennent pas le prélèvement des travailleurs pour la sécurité sociale intégré depuis peu dans le barème de l'impôt. Pour la France, le produit de la contribution sociale généralisée est lui aussi exclu du produit de l'ipp. Lien entre la pression fiscale et la dette publique Plus en amont, le poids de notre fiscalité est largement lié à celui de notre dette publique. Le niveau de nos dépenses primaires (dépenses hors charges d'intérêt) est depuis quelques années proche de la moyenne européenne. L écart de fiscalité par rapport aux autres pays de l UE s explique donc par le poids des charges d intérêt de la dette. Le débat sur la réduction de la pression fiscale est indissociable de celui de l'affectation des marges découlant de la diminution de notre dette. Vu le lien étroit existant entre les finances publiques et la pression fiscale, il est nécessaire d avoir un aperçu clair de l évolution budgétaire en Belgique. Le graphique 1 présente un tel aperçu depuis Graphique 1 16

17 Evolution de la dette publique et du solde de financement en Belgique depuis 1960 (en % du PIB) dette (en % du PIB) solde de financement (en % du PIB) Source : Banque Nationale de Belgique, Bureau fédéral du Plan (2000), Rupture dans la série du taux d endettement en 1970 et 1980, date à partir de laquelle les données sont exprimées suivant la définition Maastricht. Rupture dans la série du déficit en Ainsi les données antérieures à 1980 illustrent les grandes tendances, et à partir de 1980, les données sont plus cohérentes. Le degré d endettement de la Belgique se situait déjà dans les années 60 à un niveau relativement élevé sur le plan international, avoisinant les 60% du PIB. Jusqu au début des années 70, les budgets présentaient un déficit encore relativement limité de 2 à 4% du PIB, mais après le premier et surtout le second choc pétrolier, le déficit commença à fortement augmenter. De 1977 à 1981, le déficit passa même de 6,3% à 13,7% du PIB, tandis que la dette montait de 66% à 85% du PIB. C est alors que débuta une période d austérité de presque deux décennies, qui ne fut interrompue que de 1988 à Assainissement des finances publiques Dès 1988, le déficit budgétaire était ramené à environ 7% du PIB, mais le ratio d endettement continuait d augmenter, 17

18 depuis 1980 principalement à cause de l effet boule de neige 3 des intérêts, pour atteindre un niveau d environ 130% du PIB. La période de forte conjoncture qui suivit ne fut pas mise à profit pour poursuivre l assainissement des finances publiques et après la récession de 1993, le ratio d endettement atteignit même un taux record de plus de 135% du PIB. L assainissement fut ensuite remis sur les rails, notamment du fait du strict carcan budgétaire fixé dans le cadre de l Unification européenne, et fut principalement orienté vers la perception de davantage de recettes (instauration de la CCC, suspension de l indexation des barèmes fiscaux), ce qui eut pour effet d alourdir de manière constante la pression (para)fiscale en Belgique pour la porter à un niveau très élevé. Après le contrôle budgétaire 2000, le déficit budgétaire a été ramené à 0,7% du PIB et pour 2002 au plus tard, voire même déjà en 2000 si les prévisions favorables de croissance se réalisent, le Gouvernement a manifesté son intention d'atteindre l'équilibre budgétaire et ce pour la première fois depuis plus de 45 ans. Un surplus sera ensuite créé afin de pouvoir accélérer le remboursement de la dette publique, qui se situe toujours à un niveau très élevé. Tout cela entraînera pour 2003 la baisse du taux d endettement sous la barre psychologique des 100% du PIB, et ce pour la première fois depuis Nouvelles marges pour une nouvelle politique La situation s étant ainsi améliorée, il est temps de récompenser les efforts continus de ceux qui ont été le plus durement touchés par les diverses mesures d augmentation des impôts, et en premier lieu les personnes qui recueillent des revenus du travail. La dette diminuant, les coûts qui y sont liés baissent également et une marge est actuellement disponible pour la mise en place d une nouvelle politique. Cette politique doit se réaliser dans un cadre plus large où il est tenu compte du fait que le degré d activité en Belgique est très peu élevé et que la structure économique belge repose d avantage qu ailleurs sur le facteur capital. Afin de rendre le facteur travail plus attrayant pour les entreprises, le Gouvernement a prévu pour le budget 2000 une baisse structurelle supplémentaire des charges sociales, représentant environ 0,5% du PIB en vitesse de croisière. Elle devrait stimuler la demande de travail. Mais dans la période de haute conjoncture que nous connaissons actuellement et qui occasionne une certaine pénurie de main-d œuvre, l attention doit également être portée sur la stimulation de l offre de travail. C est la raison pour laquelle il est nécessaire de prendre des initiatives afin 3 L effet boule de neige est défini comme étant la différence entre le surplus primaire effectif d'une année et le surplus primaire exigé pour maintenir constant le taux d endettement (ce qui dépend du taux d intérêt implicite de la dette et de la croissance nominale du PIB). Dans le cas où cette différence est positive le taux d endettement diminue et on parle de l effet boule de neige inversé. 18

19 d augmenter les salaires nets des personnes actives. Une progression du revenu net pour les personnes actives peut être réalisée par la voie fiscale, sans devoir passer par de fortes augmentations de salaire qui pourraient avoir un effet négatif sur la position concurrentielle des entreprises belges. Une politique de maîtrise des salaires peut donc aller de pair avec une augmentation sensible des revenus nets du travail et du pouvoir d achat. b. Poids pesant lourdement sur les revenus du travail Pression fiscale effective plus élevée Les chiffres de l OCDE repris dans les tableaux 2 et 3, qui expriment les recettes fiscales en pourcentage du PIB, indiquaient déjà clairement la lourde charge que représente l IPP en Belgique. Il faut toutefois veiller à ne pas en tirer de conclusions trop hâtives car les pourcentages des recettes fiscales par rapport au PIB ne reflètent pas de manière correcte et complète la pression fiscale. Il n est en effet pas tenu compte de l ampleur de la base imposable. Ainsi, une période de croissance d emploi accompagnée de baisses d impôt peut engendrer une augmentation de la masse salariale générant malgré tout davantage de recettes fiscales ce qui, en apparence, alourdit la pression fiscale. C est la raison pour laquelle il faut examiner la charge effective, qui tient également compte de la base imposable. Le graphique 2 présente la pression fiscale sur le travail comme la somme, exprimée en pourcentage de la masse salariale brute, des cotisations de sécurité sociale (y compris celle des indépendants) et de la part de l IPP touchant les revenus du travail. Graphique 2 Taux d imposition effectif sur le travail en 1999 (en % de la masse salariale brute) 19

20 Suède Belgique Danemark Allemagne Finlande France Autriche UE-15 Pays-Bas Italie Luxembourg Espagne Grèce Portugal Royaume-Uni Irlande Source : Services de la Commission européenne (2000) On constate que la charge pesant sur le travail en Belgique se situe bien au-delà de la moyenne de l Europe des Quinze : 44,8% contre 37,6%. Seule la Suède présente une charge plus élevée que chez nous. Pression fiscale microéconomique très élevée Des données micro-économiques 4 confirment le poids très élevé des prélèvements sur le travail dans notre pays. Selon l'ocde, le coin fiscal et parafiscal total 5 belge serait même le plus élevé de tous les pays développés. Il s'établit à 57 % en Belgique, contre 52 % en Allemagne, 51 % en Suède, 43 % en Europe, et moins de 35 % au Portugal, au Luxembourg, en Irlande et en Grande-Bretagne. Tableau 4 Ensemble des prélèvements sur les revenus d'un travailleur moyen, en % du coût employeur, Comparaisons effectuées sur base de cas types, en l'occurrence le taux moyen d'impôt et de cotisations sociales d'application pour un travailleur moyen. 5 Soit, la différence entre le coût employeur et le salaire net (poche) ou encore la somme de l'ipp et des cotisations personnelles et patronales. 20

21 Impôt des personnes physiques Cotisations sociales Travailleurs Cotisations sociales Employeurs Total* Belgique Allemagne Suède Finlande France Italie Autriche Pays-Bas Danemark Espagne Grèce Portugal Luxembourg Irlande Grande-Bretagne * La raison pour laquelle le total ne correspond pas toujours à la somme des différentes rubriques est dû à l arrondi. Source : OCDE, 2000 La hauteur des prélèvements sur le travail en Belgique est attribuable au niveau élevé des cotisations patronales de sécurité sociale et de l'ipp 6. Outre la pression fiscale et parafiscale moyenne, il importe de distinguer la situation des différents niveaux de revenu et d'examiner la progressivité de la fiscalité. Dans notre pays, les prélèvements sur le travail touchent fortement tous les salaires, y compris les plus faibles. Ainsi, un travailleur belge dont le barème se situe à environ 110 % 7 du salaire minimum intersectoriel coûte BEF par mois à son employeur, alors que son revenu net n'atteint que BEF. En Grande-Bretagne, suite aux mesures prises par le Gouvernement Blair, un travailleur dont le coût employeur est comparable, ne supporte pratiquement aucun prélèvement, de sorte que son salaire poche est de près de 50 % supérieur à celui du travailleur belge. Les comparaisons internationales disponibles indiquent par ailleurs, que le niveau du coin fiscal est très élevé en Belgique pour les revenus moyens et supérieurs. D après l OCDE, pour un travailleur isolé dont le revenu est égal à 167 % 8 du salaire moyen, le coin fiscal atteint 70,8 % à la marge en Belgique, contre 63,9 % en Allemagne, 51,1 % en France, 50 % aux Pays- Bas et 30 % au Royaume-Uni. Le taux le plus élevé en dehors de la Belgique est atteint en Suède avec un niveau de 66,7 % 6 Les cas du Danemark et des Pays-Bas suggèrent cependant que le choix entre différentes sources d'imposition relève plus de contingences historiques que de divergences économiques fondamentales. A long terme, c'est le niveau du coin fiscal et parafiscal total, plus que la répartition entre différents types d impôts, qui est déterminant. D'autant plus que la sécurité sociale acquiert un caractère de plus en plus universel et que le lien entre cotisations sociales et prestations devient très faible au-delà d'un certain niveau de revenu. 21

22 Tableau 5 Coin fiscal et parafiscal marginal pour un revenu égal à 167 % du revenu moyen d un travailleur, en % du coût employeur, 1998 Travailleur isolé Belgique 70,8 Suède 66,7 Finlande 65,1 Allemagne 63,9 Autriche 61,5 Danemark 61,5 Luxembourg 58,1 Italie 55,6 Irlande 54,6 Grèce 54,0 France 51,1 Pays-Bas 50,0 Portugal 48,3 Grande-Bretagne 30,0 Espagne 26,6 Source : OCDE (2000) Perte de compétitivité à cause de la pression fiscale très élevée Cette situation constitue un handicap pour la compétitivité de notre pays. Elle implique que les entreprises implantées en Belgique peuvent difficilement offrir à leurs employés les mêmes conditions salariales nettes que celles offertes dans les pays voisins. Il devient dès lors plus difficile d attirer des entreprises internationales sur notre territoire. De plus, dans un monde où la mobilité des personnes est croissante, en particulier au sein de l Union européenne, le risque est réel de voir une partie de nos travailleurs qualifiés quitter le pays. Baisse des taux marginaux dans les Ce poids de la fiscalité et de la parafiscalité sur les revenus du travail supérieurs est d autant plus préoccupant que les pays voisins sont en train de mettre en œuvre des réformes fiscales impliquant des diminutions très substantielles des taux d imposition maximaux et que ces pays connaissent généralement des prélèvements sociaux plafonnés. Aux Pays-Bas, il est prévu de baisser le taux marginal de 60% actuellement à 52% à partir de 2001 (- 8 points de 7 Comparaison basée sur un cas type présenté dans le cadre de l introduction du WFTC en Grande-Bretagne. Cas d'un chef de ménage avec un enfant à charge. Situation début OCDE (2000), Les impôts sur les salaires , p. 50. Les données ne sont pas disponibles pour des revenus supérieurs à 167 % du revenu du travailleur moyen. 22

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

Les principes et propositions d une fiscalité juste et leurs effets sur les finances de l Etat Fédéral et des Entités Fédérées

Les principes et propositions d une fiscalité juste et leurs effets sur les finances de l Etat Fédéral et des Entités Fédérées Annexe 1 (doc. IW/13/CM.08) Beez, le 4 octobre 2012 IW/12/NB.040 TB/MM/GI/AK A u x m e m b r e s d u B u r e a u d e l I W Les principes et propositions d une fiscalité juste et leurs effets sur les finances

Plus en détail

L expérience belge. Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique

L expérience belge. Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique Evaluation des dépenses fiscales L expérience belge Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique Evaluation des dépenses fiscales L expérience belge Historique Définitions de base et contenu

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

SYNTHESE. Structure des prélèvements, tax shifting et réforme fiscale : les termes du débat

SYNTHESE. Structure des prélèvements, tax shifting et réforme fiscale : les termes du débat SYNTHESE En novembre 2012, le Ministre des Finances a chargé la Section «Fiscalité et Parafiscalité» (ciaprès «La Section») de s engager dans une réflexion profonde sur «la façon dont la règlementation

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50

Calcul de l impôt. Tranche de revenus Taux Impôt dû par tranche Impôt total. de 0 à 8.070 25 % 2.017,50 2.017,50 Calcul de l impôt Le décumul des revenus des conjoints est total mais l imposition est établie au nom des deux conjoints. La loi assimile les cohabitants légaux aux conjoints. Les cohabitants de fait font

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004

Droit comparé : Loi de finances françaises pour 2004 Loi de finances pour 2004 et loi de finances rectificative de 2003 : principales dispositions fiscales Bernard PLAGNET Professeur à l Université des Sciences Sociales de Toulouse Malgré un contexte budgétaire

Plus en détail

A V I S N 1.426 -------------------------

A V I S N 1.426 ------------------------- A V I S N 1.426 ------------------------- Séance du jeudi 21 novembre 2002 ----------------------------------------------- Réduction des cotisations personnelles de sécurité sociale Renforcement à partir

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info

Aspects fiscaux de l assurance vie. Brochure d info Aspects fiscaux de l assurance vie Brochure d info 2 Aspects fiscaux de l assurance vie Préambule La rédaction de cette brochure a été achevée au 31/01/2015 et tient compte de la législation fiscale telle

Plus en détail

LES MESURES DU PLAN DE RETOUR A L EQUILIBRE DES FINANCES PUBLIQUES

LES MESURES DU PLAN DE RETOUR A L EQUILIBRE DES FINANCES PUBLIQUES LES MESURES DU PLAN DE RETOUR A L EQUILIBRE DES FINANCES PUBLIQUES Afin de consolider notre trajectoire de finances publiques et d atteindre nos objectifs de réduction des déficits, dans un contexte de

Plus en détail

Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014

Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFRSS 2014 Mercredi 18 juin 2014-1 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 3 Les dates clés du Pacte

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME

QUESTIONS REPONSES sur la REFORME QUESTIONS REPONSES sur la REFORME Age de départ à la retraite Je suis à la retraite. Est ce que je suis concerné par la réforme? Si vous êtes déjà à la retraite. Vous n êtes pas concerné par la réforme.

Plus en détail

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les mesures de recettes prévues dans le cadre de la réforme. des retraites de 2010. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 9 février 2011-9h30 «Rappel des principales mesures de la réforme de 2010 Préparation du rapport sur les transferts de compensation démographique»

Plus en détail

LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION

LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION LIVRET FISCAL 2012 PRESSION FISCALE TOTALE FISCALITÉ DU TRAVAIL FISCALITÉ DU CAPITAL FISCALITÉ DE LA CONSOMMATION FEB ASBL Rue Ravenstein 4, 1000 Bruxelles T + 32 2 515 08 11 F + 32 2 515 09 99 info@vbo-feb.be

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE

Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Dossier de référence L ASSURANCE CHÔMAGE Janvier 2014 Eclairages européens Eclairages européens 1. Les conceptions Les systèmes d indemnisation du

Plus en détail

Version 8.1 Mars 2013

Version 8.1 Mars 2013 Version 8.1 Mars 2013 Principales évolutions 1 Evolutions législatives... 2 1.1 Fiscalité Impôt sur le revenu... 2 1.1.1 Gel du barème 2013 appliqué aux revenus de 2012, revalorisation de la décote et

Plus en détail

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise

Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Colloque Protection sociale d entreprise IRES, CNAM, IRDES Paris, 25-26 mars 2010 Le système de retraite britannique : réformes en cours et défis de la crise Florence Lefresne (IRES) et Catherine Mathieu

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Simulation et première évaluation de ce dispositif

Simulation et première évaluation de ce dispositif les notes N 2 / 29 septembre 2011 Faut il revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires? Simulation et première évaluation de ce dispositif Éric Heyer Parmi les mesures du plan d économies

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES

SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES Luxembourg, le 21 novembre 2013 SIMULATIONS CONCERNANT LES PRESTATIONS FAMILIALES 1/17 SOMMAIRE 1. Remarques préliminaires : 3 2. Introduction 4 3. Simulations 5 3.1 Le modèle de microsimulation et les

Plus en détail

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10 Juin 1999 n 10 La diversité des marchés du travail en Europe : Quelles conséquences pour l Union Monétaire Première partie : La diversité des marchés du travail dans les pays de l Union Européenne Loïc

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

note documentaire Cce 2012-0224 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites

note documentaire Cce 2012-0224 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites note documentaire Cce 2012-0224 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites MR/CB/VD/SL 2 mars 2012 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites

Plus en détail

1. Embaucher davantage de jeunes

1. Embaucher davantage de jeunes 11 octobre 2005 Le contrat de solidarité entre générations La présente synthèse est établie sur base de la note du Gouvernement fédéral du 11 octobre 2005. Elle reprend de manière succincte les différentes

Plus en détail

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975

13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 13.1. L évolution de l emploi des seniors depuis 1975 Stable entre 1975 et 1980, la proportion des seniors (55-64 ans, cf. encadré) qui occupent un emploi a diminué de manière continue jusqu en 1998, passant

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution

Économie Chapitre 6 La répartition des richesses. I) Les objectifs et les instruments de la redistribution Revenu du travail et du capital = Revenus bruts (répartition primaire du revenu) cf. Ch 5 Revenus bruts cotisations sociales impôts + prestations = Revenu disponible (répartition secondaire du revenu,

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Octobre 1999 IMPACT DE LA NON-INDEXATION DU RÉGIME D IMPOSITION

Plus en détail

COMITE CONSULTATIF POUR LE SECTEUR DES PENSIONS

COMITE CONSULTATIF POUR LE SECTEUR DES PENSIONS COMITE CONSULTATIF POUR LE SECTEUR DES PENSIONS Le Comité consultatif pour le secteur des pensions, créé en vertu de l arrêté royal du 5 octobre 1994 portant création d un Comité consultatif pour le secteur

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015

en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 en avant pour l'emploi et le pouvoir d'achat voor werk en koopkracht Samedi 10.10.2015 soutenir l'emploi et augmenter le pouvoir d'achat objectifs 1 2 3 4 5 6 7 Respecter nos engagements budgétaires Soutenir

Plus en détail

L impôt sur le revenu

L impôt sur le revenu L impôt sur le revenu Henri Sterdyniak, Paola Veroni To cite this version: Henri Sterdyniak, Paola Veroni. L impôt sur le revenu. 2003. HAL Id: hal-00972841 https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-00972841

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique?

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Fiscalité de l'épargne (1/2) Le Belge est, d'après les statistiques disponibles, un des meilleurs épargnants d'europe. Pourtant, plus d'un quart

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne Le financement de la Sécurité Sociale Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, CRESS PACA Date & Lieu : 20 avril 2011, Marseille Nombre de participant-e-s

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique

La sécurité sociale en Belgique La sécurité sociale en Belgique Séminaire d économie publique deuxième master en sciences politiques et économiques 4 décembre 2014 Jean-Marc Laasman Directeur - Service d études Solidaris Mutualité Socialiste.

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?»

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Réception de Nouvel An «Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Bruno Colmant Administrateur délégué d Euronext Belgique, Docteur en Economie Appliquée (ULB) Membre du Conseil Supérieur des Finances,

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures

Gouvernement fédéral 27/11/2014. Loi-Programme : principales mesures Gouvernement fédéral 27/11/2014 Loi-Programme : principales mesures FINANCES 1. Frais professionnels forfaitaires Les charges sur le travail sont trop élevées en Belgique. On a veillé à une augmentation

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes

Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Réforme III de la fiscalité des entreprises Les enjeux pour la Confédération, le Canton de Vaud et ses communes Pascal Broulis, chef du DFIRE Présentation à l ASMV, le 3 octobre 2014 Contexte international

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

www.bredbanqueprivee.com

www.bredbanqueprivee.com www.bredbanqueprivee.com BRED Banque Populaire - Société anonyme coopérative de banque populaire régie par les articles L 512-2 et suivants du code monétaire et financier et l ensemble des textes relatifs

Plus en détail

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE

DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE DEFIS DE LONG TERME POUR LA SOCIETE BELGE Etienne de Callataÿ UWE Liège, le 28 octobre 2010 LES DEFIS 1. La croissance économique durable 2. La cohésion sociale 3. Les finances publiques 4. La structure

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu

NOTE D INFORMATION. Les principales mesures qui concernent votre patrimoine sont les suivantes : Gel du barème de l impôt sur le revenu 36, rue de Monceau 75008 Paris 61, rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone-finance.fr NOTE D INFORMATION Date : 14 janvier 2013 Objet : Loi de finances pour 2013, loi de finances rectificative

Plus en détail

Négociation assurance-chômage

Négociation assurance-chômage Négociation assurance-chômage Proposition de document-cadre pour l accord national interprofessionnel relatif à l indemnisation du chômage 1 Eléments synthétiques de diagnostic Créé et géré par les partenaires

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Panorama de la fiscalité des retraites

Panorama de la fiscalité des retraites DIRECTION DE LA PRÉVISION SOUS-DIRECTION D Paris, le 28 novembre 2002 BUREAU DES ÉTUDES FISCALES 139, RUE DE BERCY - TÉLÉDOC 75572 PARIS CEDEX 12 Référence : D2-02-044 Damien ECHEVIN Dominique BRIAIRE

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc. Mise à jour : 15/07/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be L impôt des personnes physiques

Plus en détail

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015)

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) 1. COMMENT UTILISER LE BARÈME FISCAL?... 4 2. RÉDUCTION POUR ENFANTS À CHARGE ET AUTRES CHARGES FAMILIALES... 5 2.1. Réduction pour

Plus en détail

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES?

BUDGET 2014 : QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? QUEL EST L IMPACT DES NOUVELLES MESURES FISCALES? Les notes de l IPP n 9 Novembre 2013 Antoine Bozio Malka Guillot Marianne Tenand www.ipp.eu Résumé Rendu public fin septembre, le projet de loi de finances

Plus en détail

Accord de gouvernement

Accord de gouvernement Titel Subtitel + auteur 1 Accord de gouvernement 2 12-2014 1 Saut d index Modération salariale Réduction des charges sociales Mesures fiscales Crédit-temps temps RCT Pension Pensions complémentaires Modernisation

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013

Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 Synthèse de la loi de Finances pour 2014, du 29 décembre 2013 La loi de finances pour 2014 a été publiée le 30 décembre 2013 au Journal Officiel de la République Française. Nous verrons dans les développements

Plus en détail