N0TE DE SYNTHESE SUR L EVALUATION DU 4 ème CREDIT D AJUSTEMENT STRUCTUREL (CAS IV)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N0TE DE SYNTHESE SUR L EVALUATION DU 4 ème CREDIT D AJUSTEMENT STRUCTUREL (CAS IV)"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU TCHAD ============== MINISTERE DU PLAN, DU DEVELOPPEMENT ET DE LA COOPERATION ============== CELLULE ECONOMIQUE UNITE TRAVAIL PROGRES N0TE DE SYNTHESE SUR L EVALUATION DU 4 ème CREDIT D AJUSTEMENT STRUCTUREL (CAS IV) Dans le cadre de la préparation d un nouveau programme glissant appuyé par la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance, le Gouvernement du Tchad a organisé du 23 au 24 octobre 2002 un séminaire d information et de sensibilisation à l Hôtel Novotel. Les Directeurs Généraux des services centraux de l Administration, du secteur privé et la société civile (CELIAF, UST, SET, CLTT) ont participé à cet atelier au cours duquel un bilan à mi-parcours a été dressé. Placé sous le patronage du Ministre du Plan, du Développement et de la Coopération et présidé par le Coordonnateur de la Cellule Economique, ce séminaire d information et de sensibilisation avait pour objectif principal l évaluation du CAS IV au travers de l exécution du plan d action du programme correspondant. Il s agissait de mesurer l impact des progrès réalisés tout en identifiant les obstacles à la bonne exécution des reformes afin de formuler des suggestions et/ou recommandations pour les futures opérations de la Banque Mondiale. I DE LA FASR AUX REFORMES DE LA FRPC 2. Après le discours d ouverture du Ministre du Plan, du Développement et de la Coopération qui a fait la genèse de la FASR et de la FRPC et des résultats positifs réalisés grâce à l appui des partenaires en développement notamment la Banque Mondiale, le FMI, la BAD, l Union Européenne, le PNUD et les autres bailleurs de nombreux sujets ont tour à tour été abordés. Le Point d achèvement de l IPPTE est le thème important qui a focalisé l attention des participants. Dans un premier temps l orateur a expliqué et donné les raisons de l engagement du Gouvernement à appuyer le programme de la Facilité d Ajustement Structurel (FAS ), la Facilité d Ajustement Structurel Renforcée (FASR ) et la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et de la Croissance (FRPC ). Ce dernier accord, à l opposé des deux premiers dont les principaux objectifs sont la stabilité macro économique, les équilibres financiers et monétaire en vue de créer les conditions d une croissance durable, est fondé sur la prise en compte de la dimension sociale à travers la Stratégie de Réduction de la Pauvreté. 3. L élaboration du DSRP à travers une approche participative est une condition préalable pour accéder au point de décision de l Initiative PPTE. L orateur a d abord défini les étapes pour boucler un DSRP avant de présenter les différentes étapes à

2 franchir pour la mise en œuvre de l IPPTE à savoir l accès au point de décision, l assistance intérimaire et l accès au point de d achèvement Au titre des Réformes de la FRPC 4. Le processus d élaboration de la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance (SNBG) a été confié en octobre 2000 à un Comité paritaire (représentants de l administration, de la société civile et du secteur privé ). Ce comité après avoir adopté la méthodologie de travail et son agenda a dans une approche participative élaboré la SNBG adopté le 28 août 2002 par le Haut Comité Interministériel. Ce document d une soixantaine de pages non compris la matrice et le plan d action, comporte 5 chapitres traitant des questions de Finances Publiques, des Droits de l homme, Genre, Communication et Résolution des Conflits, Administration Publique, Secteurs Prioritaires et Sécurité des biens et services.. Au niveau des progrès réalisés, sur la base du plan d action, l audit organisationnel de la douane a eu lieu et les recommandations de cet audit sont exécutoires. Plusieurs actes sont pris et des institutions ont été créées allant dans le sens de la démocratisation et de la bonne gouvernance notamment l adoption de la loi N 001/PR/99 portant gestion des revenus pétroliers, la loi portant répression des détournements des deniers publics, la création de la Chambre des Comptes de la Cour Suprême, l Inspection Générale des Finances, la mise en place du Collège de Contrôle et Surveillance des Revenus Pétroliers (CCSRP) qui sont opérationnels en dépit de l insuffisance des moyens de fonctionnement dont ils avaient rencontré au début de leur création. 5. En ce qui concerne les reformes du cycle budgétaire, la République du Tchad s est engagée dans un processus de réformes économiques et de modernisation de ses principales administrations financières notamment les Finances Publiques. En effet les reformes fiscales et des dépenses publiques s inscrivent dans le cadre de la préparation d un cadre de dépenses à moyen terme pour tirer tous les bénéfices de l Ere pétrolière liée à l exploitation des gisements de Doba 6. Ces reformes ont permis au niveau des Impôts et Taxes d élargir l assiette fiscale par l introduction de l IGL, la TVA et le Numéro d Identifiant Fiscal (NIF) qui s est traduit par l augmentation du nombre des contribuables et l amélioration substantielle des recettes qui ont dépassé de loin les prévisions budgétaires( 60 milliards contre 49 milliards prévus).. 7. Au niveau de la Douane, le processus de modernisation s est traduit par l installation du logiciel SYDONIA à Nguéli, au bureau aéroport et à la base aérienne pour faciliter les transactions internationales. Mais les difficultés d approvisionnement en énergie pour le poste de Nguéli et la non extension du logiciel sydonia en province risque d avoir des effets positifs limités si aucun effort n est fait pour y remédier 8.Quant aux dépenses publiques, la reforme a permis de refondre la classification budgétaire et son harmonisation avec le plan comptable. Ensuite la classification 2

3 fonctionnelle est introduite dans la structure budgétaire en Ce processus a conduit : à alléger le circuit des dépenses publiques, à la rédaction de la lettre de cadrage budgétaire pour la loi de finances 2003, à la création des commissions de revue et de suivi des dépenses jusqu à destination (SSDD) dans l Education et la Santé Publique, à l élaboration du cadre de dépenses à moyen terme et de budget de programme tant au Ministère de l Economie et des Finances que dans les secteurs prioritaires. 9. S agissant des Marchés Publics, le Gouvernement a entrepris depuis 1999 une vaste reforme dont l objectif global est la refonte de tous les textes ainsi que l amélioration des pratiques de passation de marchés publics en vue d assurer la transparence dans l attribution des marchés et de mettre en confiance les partenaires en développement. Les progrès enregistrés dans cette reforme est la finalisation du nouveau code de marchés publics dont l adoption par le Parlement est attendu au cours de la présente session, la publication régulière du bulletin des marchés publics pour informer, sensibiliser les soumissionnaires. Les séries de rencontres sont prévues pour préparer les documents standards du dossier d appel d offres dont le but est d accélérer le processus de passation afin d augmenter la capacité d absorption des ressources publiques. 10. Au niveau de la reforme des entreprises, il importe de rappeler qu une cinquantaine d unités ont fait l objet de reforme de 1995 à 1999 dont 13 sociétés d économie mixte, 4 banques toutes privatisées et 25 sociétés d Etat ( voir détail dans le bilan de FASR. Dans le cadre de CAS IV d autres entreprises encore dans le pipe line ont été privatisées notamment la SONASUT devenue CST (compagnie sucrière du Tchad), la SNER et bientôt la Direction de l Huilerie et de la Savonnerie (DHS) dont la convention est en cours de négociation.. Des difficultés demeurent pour la privatisation de l Office National de Postes et Télécommunication (ONPT) éclaté en Société des Postes et d Epargne (STP) et SOTELTCHAD. Ceci est du à la suspension de l appui de la Banque Mondiale au processus de privatisation de ce secteur pourtant vital pour le développement économique du pays. Des contacts sont pris avec la Société Financière Internationale (SFI) pour la reprise du processus de privatisation de SOTELTCHAD. 11. Reforme de l Administration Présentée par le Coordonnateur de la Cellule Technique chargée du Suivi et de la mise en œuvre de la Reforme de l Administration Publique (CESRAP), elle a pour objectif principal de redéfinir les rôles et missions de l Etat et de ses structures d intervention. Pour le réaliser, le gouvernement a mis en place en 1997 un dispositif comprenant une commission technique et un comité de pilotage comprenant respectivement 15 et 8 membres. Le comité technique est une instance politique ayant pour rôle de superviser et contrôler les activités de la Commission Technique. Des sous commissions comprenant 60 membres représentant les ministères, la société civile et la magistrature et répartis par thèmes suivants ont été mises en place : - Cadre juridique et institutionnel de l Administration Publique ; - Politique de rémunération et professionnalisme de la Fonction Publique ; - Gestion des ressources de l Administration Publique ; 3

4 - Participation de la femme dans l Administration Publique. De la phase diagnostique à la phase d esquisse des stratégies et de plan d action, les travaux ont duré un an pour sortir deux documents intitulés bilan diagnostic et stratégie et plan d actions qui sont adoptés par le gouvernement en Sous l impulsion de la CESRAP, plusieurs actions de reforme ont été lancées dont les plus importantes sont : a) la refonte du cadre statutaire et réglementaire qui s est traduit par l adoption du nouveau statuts de la Fonction Publique et de la nouvelle grille salariale comportant trois grade initiale, normale et terminale et la nouvelle classification des corps selon les catégories A,B et C ; b) la reforme du système de gestion du personnel civil de l Etat qui s est traduit par un second recensement des agents de l Etat d octobre à novembre 2000 pour faciliter la mise en place du système intégré de gestion (SIG) ; c) la rationalisation des structures et de l organisation qui a débouché sur l audit des 9 ministères pilotes en cours ; d) le développement des ressources humaines a conduit à l étude d un nouveau système d appréciation de performance (SAP) et à l élaboration d un rapport d orientation ayant fait l objet d un atelier de validation du 02 au 04 septembre Ce document sera soumis à l appréciation du gouvernement. Par contre la mise en œuvre du SAP sera subordonnée aux résultats de l audit des ministères pilotes. 12. Reforme du secteur coton La reforme engagée par le gouvernement dans la filière coton s est confirmée en 1998 avec l adoption de la stratégie de la filière coton. Depuis lors des séries d actions et de mesures prises dans le cadre des différents crédits d ajustement structurel ont permis de faire des grandes avancées malgré la complexité du dossiers. Au niveau de la Cotontchad, la séparation de la Direction de l Huilerie et Savonnerie est acquise et on s attèle au processus de désengagement de l Etat de la sociétés avec une approche graduelle appuyée par des études bien ciblées. Pour ce qui concerne les cotonculteurs, le comité paritaire est créé et s occupe chaque année du mécanisme de détermination de prix du coton. Pour améliorer les conditions sociales, économiques, matérielles et financières des producteurs afin de les préparer à devenir partenaire de la nouvelle Cotontchad, des Comités de Coordinations Locaux ( CCL) ont été créés dont les représentants sont élus démocratiquement par les membres du CCL. Par ailleurs le don japonais géré par la CTRC a permis de renforcer les CCL. Ce Fonds Japonais de Développement Social (FJDS) a été très apprécié par les producteurs. Les actions dans le pipe line sont entre autres : - la mise en place des structures décentralisées de vulgarisation et de formation ; - la mise en place des caisses sous régionales d appui aux initiatives des producteurs ; - la mise en place d un réseau de centres de gestion et de services ; Toutefois il y a des contraintes et obstacles à cette reforme tels que : 4

5 - La baisse du cours mondial delà fibre de coton ; - Le retard de paiement du prix d achat aux cotonculteurs du à la crise financière structurelle ; - La lenteur avec laquelle la Cotontchad apporte de soutien aux producteurs et CCL ; - La résistance à la reforme par certains membres du mouvement des producteurs de la zone sud (MPZS). Il faut dorénavant mettre en place un mécanisme de stabilisation plus adapté pour les cotonculteurs et l Etat. 13. De la Stratégie de Réduction de la Pauvreté La stratégie nationale de réduction de la pauvreté qui est adopté par le comité technique du PAS en août dernier. Il comprend cinq chapitres : - l état de pauvreté qui présente l analyse quantitative et qualitative de la pauvreté au Tchad ; - les contraintes et opportunités qui énumèrent d une part les obstacles à la croissance économique et sa mauvaise répartition et d autre part présente les potentialités naturelles du Tchad ; - les axes stratégiques et actions prioritaires qui concernent l amélioration de l environnement juridique, social, politique et économique, la croissance forte et soutenue, le capital humain, les conditions de vie des groupes vulnérables et victimes de VIH/SIDA, la restauration et la sauvegarde de l écosystème ; - le cadrage macroéconomique comportant trois période de forte croissance tirée par les investissements pétroliers en 2001 à 2003 ; croissance plus forte que la précédente en 2004 à 2010 liée à l effet de ressources pétrolières ; fléchissement de la croissance en 2011 à 2015 due à l épuisement des réserves de 301 puits. ; - la mise en œuvre, le suivi et l évaluation à assumer par les départements ministériels sectoriels. La programmation des secteurs prioritaires dans l établissement de leurs actions méritent d être revu pour tenir compte des réalités sur le terrain. II OBJECTIFS DU CAS IV DANS LES SECTEURS PRIORITAIRES Le CAS IV dont le but principal est d appuyer les priorités identifiées dans le document intérimaire vise les objectifs suivants : (i) renforcer la bonne gouvernance et la transparence en renforçant les institutions publiques : (ii) améliorer l impact des dépenses sur la réduction de la pauvreté ; (iii) éliminer les contraintes à la croissance surtout en milieu rural. II1. EDUCATION NATIONALE 14. Dans le secteur de l Education Nationale la politique du gouvernement vise à réaliser pour la période les objectifs suivants : 5

6 - Accroître le taux de scolarisation à au moins 61 % des filles et 89 % pour les garçons comparés à 50 et 84 % en 1998/1999 ; - Réduire le taux de redoublement de 26 % en 1998/1999 à 22 %. Pour atteindre ses objectifs indicateurs de quantité et de qualités le gouvernement s engage à : - Augmenter de 20 % les crédits alloués aux dépenses de fonctionnement ; - Recruter pour la loi de 2002 au moins 120 enseignants du secondaire et 400 maîtres au profit de l enseignement de base ; - Le paiement d un supplément de F CFA par mois à 1500 maîtres communautaires. II2. SANTE PUBLIQUE 15. Le gouvernement compte réaliser pour la même période les investissements pour : - rendre opérationnel 75 % de tous les districts et centres sanitaires ; - atteindre un taux de vaccination de DTC 3 d au moins 40 % comparé à 35 % en 1999 et atteindre un taux d accouchement assisté par un personnel qualifié d au moins 20 % comparé à 15 % en Accroître en 2001/2002 les ventes de préservatifs par MASOCOT d au moins 25 % ; - Accroître le traitement des ulcérations génitales à au moins cas et les urétrites purulentes à au moins cas. Pour atteindre ces objectifs le Gouvernement s engage à - augmenter chaque année de 20 % les crédits alloués aux dépenses de fonctionnement ; - recruter 80 agents de santé qualifiés et 10 assistants sociaux. II3. DEVELOPPEMENT RURAL 16. Le gouvernement table sur un gain de productivité de 10 % en 2002 sur l ensemble des produits moins le coton. Pour réaliser cela le gouvernement compte : - accroître l accès à l eau potable à au moins 32 % de la population ; - augmenter le taux d équipement en charrues d exploitations agricoles à au moins 26 % ; - accroître d au moins 10 % le nombre des points d eau pastoraux pour l élevage comparé à 1138 points en

7 II4. TRANSPORTS 17. Le gouvernement entend travailler en partenariat avec les bailleurs de fonds afin d atteindre le point où 50 % du réseau National permanent est accessible tout au long de l année. Le désenclavement intérieur et extérieur, l amélioration de la sécurité routière, la réduction des coûts de transport l obtention de km. II.2 EVALUATION DES MODALITES DE MISE EN ŒUVRE 18. L augmentation de l équité des dépenses ainsi que leur impact sur le bien être de la population se fait à travers le Système de Suivi des Dépenses jusqu à Destination (SSDD). Le système donne des informations précises et détaillées sur les faiblesses dans le système d acheminement de certains flux de ressources. L efficacité des établissements scolaires et donc la qualité des services éducatifs offerts dépend du système d acheminement des ressources. L exposé sur le SSDD à l Education et à la Santé a suscité un débat passionné de l assistance. Les constats sont les suivants : - les écoles primaires n ont pas de ressources propres et dépendent de l administration centrale ; - les moyens de fonctionnement effectifs de écoles proviennent des APE et des groupements communautaires ; - les écoles ne sont pas impliquées dans la définition de leurs besoins ; - les allocataires se font par projection par rapport au passé ; - les livraisons des ressources n atteignent pas correctement les écoles, seules celles provenant de l Union Européenne ; - les effectifs des enseignants ne sont pas maîtrisés sur le terrain. II.2.1 SANTE PUBLIQUE 19. A travers la réduction de la pauvreté la réforme au Ministère de la santé vise aussi : - la revue des dépenses publiques ; - le système de suivi de dépenses jusqu à leur destination ; - le cadre des dépenses triennales. 7

8 20. La revue des dépenses publiques a été faite pour la première fois en 2001, c est un exercice annuel d évaluation ex-post. Les résultats sont : - la dépense publique de santé par habitant est une des plus faibles de l Afrique Subsaharienne (2 000 frs CFA en 1999 et frs CFA en 2000) ; - l insuffisance du personnel de santé est un obstacle essentiel à l amélioration des services publics de santé au Tchad (un médecin pour habitant alors que la norme OMS est de un médecin pour habitants) ; - une inégalité importante dans la distribution des ressources ; - une incidence défavorable aux plus pauvres ; - une gestion budgétaire fortement concentrée au niveau central ; - une accessibilité physique aux services publics sanitaires inégale. 21. Le suivi des dépenses jusqu à destination comporte deux volets : Le volet suivi pas à pas et un volet enquête auprès des établissements sanitaires. Les résultats du suivi par l enquête pas à pas obtenus sont : - les établissements sanitaires n ont pas de budget propre ; - une forte centralisation du processus budgétaire ; - les livraisons aux établissements primaires dépendent directement des administrations ; - le délai de livraison des fournitures sont longs ; - les livraisons/réceptions qui ont pu être suivi n ont pas fourni d écarts exceptionnel ; - les systèmes manuels de gestion de stock. II.2.2 DEVELOPPEMENT RURAL 22. Le gouvernement a espéré une augmentation de la productivité de 10 %. - l accès à l eau potable a été effectué à au moins 29 % de la population ; - l absence d équipement de charrue n a pas permis d augmenter le taux d équipement de charrue à 26 %, comme souhaité. L exécution du marché d achat des équipements n est pas arrivé à son terme ; - les consultations sectorielles ont permis de confirmer l option politique et les stratégies correspondantes ; 8

9 - l accroissement du volume de production se fera autour de cinq axes stratégiques ; a) l augmentation de la production ; b) l émergence des filières compétitives ; c) la gestion et la valorisation des ressources naturelles ; d) la promotion du monde rural ; e) l amélioration de l efficacité des interventions publiques. II.2.3 TRANSPORTS 23. Dès les consultations sectorielles l administration a entamé le processus de mise en œuvre. Les résultats à ce jour sont : - La création du Fonds d Entretien Routier (FER) ; - La réorganisation de la Direction des Routes ; - L élaboration d un guide de soumissionnaire pour les marchés financés par l extérieur ; - La procédure dérogatoire des marchés publics pour le ministère ; - La privatisation de la Société Nationale d Entretien Routier (SNER) ; - Appui institutionnels à la Direction des routes, au FER, Audit technique et financier de certains projets. II.2.4 JUSTICE 24. Le secteur de la justice joue un rôle important dans la bonne gouvernance. Certaines réalisations sont effectives et le constat dénote : - la faiblesse du renforcement des capacités ; - la préparation pour l organisation des Etats généraux de la justice ; - les textes sont dépassés ; - la lenteur et la complexité des procédures judiciaires et administrative ; - la vétusté et le délabrement des palais de justice ; - l insuffisance des ressources humaines qualifiées ; - le système judiciaire dans son ensemble ne dispose que de 120 magistrats. II.3 IMPACT DU PROJET ET SUGGESTIONS 25. Au niveau du Ministère de l Education Nationale le processus d élaboration du budget programme a été entamé. Ce budget programme s inscrit dans le cadre de dépenses à moyen termes. Le rapport a été adopté au niveau du ministère. 9

10 En plus l équipe de Revue des Dépenses Publiques a reconstitué les budgets antérieurs de l Education selon une répartition faisant ressortir la structure du budget par niveau d enseignement, niveau d engagement et par nature de dépenses. Dans le cadre de la préparation interne du budget, il convient d allouer un budget propre à chaque Direction du Ministère de l Education Nationale et à chaque inspection, voire chaque école. Des sessions budgétaires internes seront organisés. Un certain nombre de dispositions sont prises pour améliorer l exécution budgétaire en termes d efficacité, de délai de consommation de crédits. - groupage des achats par appels d offres ; - préparation des documents et sélection des fournisseurs sur la base du budget prévisionnel ; - affectation préférentielle des financements extérieurs aux acquisitions d équipements spécialisés par voie d appels d offres. Dans le cadre de la gestion de stock les Directions du Ministère de l Education Nationale doivent être dotés de magasins fonctionnels, et d équipements informatique à court et moyen terme puis tenir une comptabilité matière. Suite à cette revue de dépenses publiques un plan d action est donc élaboré pour corriger les imperfections. Il sera organisé une enquête auprès des établissements sanitaires pour étudier les retards et pertes d efficacité et de la qualité des services reçus par les usagers, diagnostiquer les problèmes de pertes, retard, absence des travailleurs, qualité, coût, efficacité. Un cadre de dépenses à moyen terme du secteur vient d être élaboré pour la période et a été structuré autour de quatre programmes liés aux objectifs du développement des ressources humaines et formation, administration et gestion du secteur, développement du secteur pharmaceutique et amélioration de la couverture sanitaire. Il est mis en place un comité chargé de suivi des indicateurs et de la performance dans le cadre de la reforme entamée. II.3.1 DEVELOPPEMENT RURAL 26. Il a été mis en place deux programmes qui sont : 1. LE PRODEL axé sur le développement local et qui vise l émergence et la responsabilité des communautés locales sur leur propre développement. La maîtrise d ouvrage est confiée au Ministère de la Promotion Economique et du Développement. 10

11 2. LE PROSE orienté sur le renforcement de capacités et des moyens du secteur privé et associatif ainsi que le renforcement de l Etat dans ses fonctions régaliennes. La maîtrise d ouvrage est partagée entre le Ministère de l Agriculture et le Ministère de l Elevage. Ces deux organes sont assortis d un mécanisme de suivi commun au secteur et d un volet micro finance dont les enjeux dépassent le cadre rural II.3.2 TRANSPORTS 27. Poursuivre les efforts avec les partenaires en développement afin de trouver le financement pour les opérations de : - réhabilitation des principaux aéroports en compléments des actions prévues par l ASECNA ; - bitumage des routes Abéché-OumHadjer (26 milliards) et Massaguet- Massakory (14 milliards) ; - réhabilitation du réseau National routier saisonnier (12 milliards) ; - construction d ouvrage d art (3 milliards). II.3.3 JUSTICE 28. Pour rendre la justice plus performante et rapide, et pour redonner confiance aux investisseurs nationaux et internationaux, le gouvernement et ses partenaires ont pris des mesures et d autres sont en voie de l être. Il s agit notamment : 1. la tenue des Etats généraux de la Justice ; 2. la construction des bâtiments servant de PALAIS de JUSTICE ; 3. l adoption des textes à fondre pour rapprocher la JUSTICE des Justiciables ; 4. la création de cinq tribunaux de Commerce et des tribunaux de première instance ; 5. la formation du personnel judiciaire et des gardiens de prison. III PERFORMANCE REALISE POUR LA MISE EN ŒUVRE ET LE SUIVI DES PROJETS ET LES LECONS A TIRER 29. Les structures de la Cellule Economique ont été les instruments de suivi de l ensemble des projets et programmes du CAS IV. En effet un tableau matriciel de l état d avancement de ses projets est établi mensuel pour se faire une idée des progrès mais aussi informer les partenaires. Ce tableau synoptique note également les obstacles qui alourdissent ou empêchent la réalisation de ses projets. Des réunions mensuelle des différentes agences de l Etat impliquées dans le programme se tiennent régulièrement à la Cellule Economique pour apprécier l etat d avancement et les progrès réalisés. 11

12 La plupart des actions préconisées durant le CAS IV ont été dans leur grande majorité réalisées dans les délais. Des contraintes indépendantes de la partie Tchadienne (moyens financier, coopération ou assistance technique) font défaut et retardent ou rallonge la durée des projets. Des actions souvent mal analysées ou subissant des évènements extérieurs s estompent ou bien trouvent difficilement des solutions. Au niveau de la Banque Mondiale, la question de l obtention de la non objection posait d énormes difficultés. Mais actuellement il y a une nette amélioration dans le délai d avis de non-objection. Nous suggérons que les responsables du siège de la Banque Mondiale évitent la très forte mobilité du personnel affecté aux programmes du Tchad qui perturbe la bonne exécution des projets. Aussi depuis la désignation d un coordonnateur (expert de la Banque Mondiale) chargé des projets liés au pipe line Tchad Cameroun, le dialogue entre la Banque Mondiale et la partie Tchadienne s est nettement améliorée. Le CAS IV a permis de financer un bon nombre d actions destinées à améliorer la performance du gouvernement en matière de bonne gouvernance (audits), les reformes structurelles (éducation, santé, marchés publics, circuit budgétaire, etc.). Cette approche de la Banque Mondiale dont l objectif ultime est d appuyer les actions du gouvernement pour la réduction de la pauvreté et le développement durable du pays devra se poursuivre dans le même esprit et avec le même appui technique et financier. 12

L AFD AU CAMEROUN. La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D)

L AFD AU CAMEROUN. La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) L AFD AU CAMEROUN La mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) LUTTER CONTRE LA PAUVRÉTÉ ET FAVORISER UNE CROISSANCE ÉCONO Le groupe de l AFD intervient au Cameroun depuis les

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT -------

LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT ------- MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE CHARGE DU BUDGET --------- CABINET REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ------------ Union-Discipline- Travail LES RENDEZ-VOUS DU GOUVERNEMENT ------- Présenté par Monsieur

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au Bénin

Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au Bénin Formation Commune sur un Partenariat pour la Réduction de la Pauvreté MODULE 2: DSRP, BUDGETS ET INSTRUMENTS DE FINANCEMENT Session 2 : Étude de cas: Implication du DSRP dans le Processus Budgétaire au

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

La Banque mondiale et ses interventions. Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011

La Banque mondiale et ses interventions. Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011 La Banque mondiale et ses interventions Par Hervé Assah, Représentant Résident de la Banque mondiale au Togo Lomé, 17 février 2011 Banque mondiale : Généralités Institution financière internationale, ayant

Plus en détail

UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Par

UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE. Par Boko 1 UN APERCU SUR LA DECENTRALISATION FISCALE ET LES FINANCES LOCALES EN AFRIQUE FRANCOPHONE Par Dr. Sylvain H. Boko Professeur Agrégé des Sciences économiques Wake Forest University Winston-Salem,

Plus en détail

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2

SOMMAIRE. 1 Opération de passation des marchés publics à fin mars 2014 Communication en Conseil des Ministres INTRODUCTION... 2 333 Mars 2014 MINISTERE AUPRES DU PREMIER MINISTRE, CHARGE DU BUDGET MARCHES PUBLICS COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES RELATIVE A LA SITUATION DES OPERATIONS DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS A FIN

Plus en détail

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF

Loi Organique relative aux Lois de Finances. La LOLF Loi Organique relative aux Lois de Finances La LOLF 1 La LOLF Réforme budgétaire la plus vaste jamais réalisée depuis les débuts de la V ème République Consensus exceptionnel 2 - Pourquoi fallait-il réformer

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016

Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 Note de synthèse du Projet du Budget Citoyen de l année 2016 L élaboration du Projet de Budget Citoyen au titre de l année 2016 s inscrit dans le cadre de la consécration des droits garantis par la Constitution

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Projet de feuille de route pour l élaboration d une stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) au Cameroun

Projet de feuille de route pour l élaboration d une stratégie nationale de développement de la statistique (SNDS) au Cameroun ATELIER PARIS21 - STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS BAMAKO, FÉVRIER 2005, SIÈGE D AFRISTAT. Atelier PARIS 21 sur la Stratégie nationale de Développement de la Statistique SNDS

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 259 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de l Espagne pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

La maitrise d ouvrage communautaire dans le cadre d un projet de développement décentralisé participatif (DDP-CDD) : Le cas du PNIR au Sénégal

La maitrise d ouvrage communautaire dans le cadre d un projet de développement décentralisé participatif (DDP-CDD) : Le cas du PNIR au Sénégal La maitrise d ouvrage communautaire dans le cadre d un projet de développement décentralisé participatif (DDP-CDD) : Le cas du PNIR au Sénégal 1. Résumé Par Mamadou Kane 1 et Dienaba Wane 2 L approche

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

SEMINAIRE REGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA SURVEILLANCE MULTILATERALE EN ZONE CEAMC (Yaoundé, du 21 au 23 juillet 2015)

SEMINAIRE REGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA SURVEILLANCE MULTILATERALE EN ZONE CEAMC (Yaoundé, du 21 au 23 juillet 2015) SEMINAIRE REGIONAL DE HAUT NIVEAU SUR LA SURVEILLANCE MULTILATERALE EN ZONE CEAMC (Yaoundé, du 21 au 23 juillet 2015) RELEVÉ DES CONCLUSIONS La commission de la CEMAC, en collaboration avec la Fondation

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Formation sur les instruments budgétaires

Formation sur les instruments budgétaires REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Ministère des Affaires Economiques et du Développement Centre Mauritanien d Analyse de Politiques CMAP Termes de références Formation sur les

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ------------------ DECRET N 2012-045 du 17 janvier 2012 Fixant les attributions du Ministre des Finances

Plus en détail

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest

Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Alliance Globale pour la Résilience AGIR Sahel et Afrique de l Ouest Guide Méthodologique de Conduite du Dialogue Inclusif Pays «Formulation des Priorités Résilience Pays (PRP-AGIR)» Version Finale (Septembre

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX

RAPPORT DE SYNTHESE DES TRAVAUX ATELIER DE VALIDATION DU PROJET DE PLAN D ACTIONS POUR LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DE BASE A ACCES UNIVERSEL AU CAMEROUN YAOUNDE, HOTEL MONT FEBE 05-06 FEVRIER 2015 Yaoundé, Cameroun, 04-06

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Le Fonds d entretien routier du Tchad : Présentation

Le Fonds d entretien routier du Tchad : Présentation Financement de l entretien routier et gestion des Fonds d entretien routier Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Paris, 30 juin-4 juillet Le Fonds d entretien routier du Tchad : Présentation Ahmed DJAMALLADINE

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1

ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 ANNEXE 6 CADRE D ASSISTANCE DES NATIONS UNIES AU DEVELOPPEMENT D HAÏTI (UNDAF) ET AGENDAS DES PARTENAIRES EN HAITI 1 Cadre Stratégique Intégré des Nations Unies en Haïti (ISF) Le Cadre Stratégique Intégré

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

L égalité des sexes, un atout économique

L égalité des sexes, un atout économique L égalité des sexes, un atout économique Un plan d action du Groupe de la Banque mondiale Banque mondiale l accès aux marchés foncier, du travail, des produits et des capitaux est indispensable pour accroître

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I LA GESTION BUDGETAIRE CLASSIQUE ET SES LIMITES II LA NOUVELLE APPROCHE DE GESTION AXEE SUR LES RESULTATS (GAR) III L EXPERIENCE MAROCAINE EN MATIERE DE GAR IV LES

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale

Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale Directives pour la rédaction des notes méthodologiques de comptabilité nationale La publication des Nations Unies : «Statistiques de comptabilité nationale : principaux agrégats et tableaux détaillés»

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS

1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS 1er SEMINAIRE TECHNIQUE AISS Séminaire technique sur l extension de la couverture de la sécurité sociale en Afrique centrale : Défis, Solutions, et Perspectives. PRESENTATION DE LA CAISSE NATIONALE DE

Plus en détail

Plan de travail ITIE Niger (2014-2016)

Plan de travail ITIE Niger (2014-2016) Plan de travail ITIE Niger (2014-2016) 1. Contexte Depuis la 5 ème Conférence Mondiale de l ITIE à Paris en mars 2011 et sa validation comme pays conforme à la norme ITIE, le Niger s est davantage attelé

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

République d Haïti Bureau du Premier Ministre Office de Management et des Ressources Humaines

République d Haïti Bureau du Premier Ministre Office de Management et des Ressources Humaines République d Haïti Bureau du Premier Ministre Office de Management et des Ressources Humaines PROJET DE PROGRAMME-CADRE DE RÉFORME DE L ETAT : RÉFORME ADMINISTRATIVE ET DÉCENTRALISATION Octobre 2012-Septembre

Plus en détail

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques

Altaïr Conseil. Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Gestion des risques et pilotage des projets informatiques Altaïr Conseil 33, rue Vivienne 75 002 Paris - Tél. : 01 47 33 03 12 - Mail : contact@altairconseil.fr Constats Des projets de plus en plus nombreux

Plus en détail

DE LA FORMATION A L EXPERTISE PROGRAMME DES CYCLES 2016

DE LA FORMATION A L EXPERTISE PROGRAMME DES CYCLES 2016 FINANCES PUBLIQUES F10 S10 F11 F1 F1 F14 F15 F16 F17 F18 C18 F19 Méthodes et outils d élaboration des CDMT (global et sectoriels) dans le cadre de la réforme des finances publiques Programmation macroéconomique

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES.

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES. I. INTRODUCTION GENERALE 1 RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA STRATEGIE DE GESTION DES FINANCES PUBLIQUES. Le Gouvernement du Burundi s est doté d une Stratégie de Gestion des Finances Publiques () pour

Plus en détail

Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires

Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires Bulletin du FMI LE FMI ET LES PAYS À FAIBLE REVENU Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires Marijn Verhoeven et Alonso Segura Département des finances publiques du FMI 5 septembre 2007 École

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE

PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE PRESENTATION GENERALE DU MASTER MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations

Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations Royaume du Maroc Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations Observatoire Marocain de l Administration Publique(OMAP) Rabat 1997 1. Introduction Depuis

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

L évaluation et le suivi de la performance

L évaluation et le suivi de la performance Royaume du Maroc MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU BUDGET Upscaling Gender Responsive Budgeting for Accelerated Action on Gender Equality GRB Phase III Mars 2010 L évaluation et le suivi

Plus en détail

La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique (CAS)

La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique (CAS) Atelier AFRISTAT-INSEE - Produire les indicateurs statistiques nécessaires au suivi des OMD Du 4 au 8 juillet 2011 à Libourne. La qualité des données analysée à partir de la Chartre africaine de la statistique

Plus en détail

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES

SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION DU SECTEUR DES ASSURANCES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- La Commission 35 e ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE DE LA FANAF Dakar du 21 au 24 février 2011 SYSTÈME FINANCIER DE L UEMOA ET CONTRIBUTION

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3"

République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3 République Islamique de Mauritanie Ministère des Finances Projet "Initiative Pauvreté-Environnement Phase 3" Termes de référence Pour le recrutement d un consultant spécialisé en Gestion Axée sur les Résultats

Plus en détail

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES LES INDUSTRIES EXTRACTIVES 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre Depuis son accession à l indépendance, le Mali, à travers ses différents plans de

Plus en détail

EXERCICE DE SUIVI 2008 DE LA DECLARTION DE PARIS RAPPORT DE MARS 2008 SUR L EVALUATION DU SYSTEME DES MARCHES PUBLICS EXPERIENCE CAMEROUNAISE

EXERCICE DE SUIVI 2008 DE LA DECLARTION DE PARIS RAPPORT DE MARS 2008 SUR L EVALUATION DU SYSTEME DES MARCHES PUBLICS EXPERIENCE CAMEROUNAISE ACTIVITE CONJOINTE DU CAD-OCDE SUR LA PASSATION DES MARCHES EXERCICE DE SUIVI 2008 DE LA DECLARTION DE PARIS RAPPORT DE MARS 2008 SUR L EVALUATION DU SYSTEME DES MARCHES PUBLICS EXPERIENCE CAMEROUNAISE

Plus en détail

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport

Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport ---------------------------------- ---------------------------------- ------------------------------ Mesurer le développement durable pour l après-2015 au Sénégal Points saillants du rapport Dr Maam Suwadu

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire

Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire Assemblées Annuelles de la BAD: mot introductif de la ministre Kaba Nialé lors de la journée promotionnelle dédiée à la Côte d Ivoire (source abidjan.net) La Ministre auprès du Premier Ministre chargée

Plus en détail

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs

LA POLITIQUE AGRICOLE DE. un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs LA POLITIQUE AGRICOLE DE l UEMOA: un enjeu pour le développement de l agriculture régionale et l appui aux producteurs Plan de l exposé 1. Un rappel sur l espace UEMOA et sur le Traité 2. L importance

Plus en détail

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011

RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 MINISTERE DU PLAN, DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT PROGRAMME CONJOINT MARADI Niger RAPPORT DES PROGRES ANNUELS 2011 Janvier

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Commande publique et développement durable LA DÉMARCHE DE GESTION DE PROJETS APPLIQUÉE AUX ACHATS RESPONSABLES

Commande publique et développement durable LA DÉMARCHE DE GESTION DE PROJETS APPLIQUÉE AUX ACHATS RESPONSABLES LA DÉMARCHE DE GESTION DE PROJETS APPLIQUÉE AUX ACHATS RESPONSABLES ARPE Octobre 2007 1 Plan I. Le cadre de la commande publique durable Le code des marchés publics II. Votre contexte local III. La politique

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES

PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES PLAN D ACTION CSRP GROUPES VULNERABLES Objectifs clés CSRP 1 Actions préalables en gras CSRP II Déclencheurs en gras CSRP III Déclencheurs en gras CSRP IV Résultats de moyen terme/indicateurs Global :

Plus en détail

Projet pôles régionaux de développement / Appui au développement urbain décentralisé (PRD)

Projet pôles régionaux de développement / Appui au développement urbain décentralisé (PRD) MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA SECURITE --------------- SECRETARIAT GENERAL --------------- PROJET POLES REGIONAUX DE DEVELOPPEMENT / APPUI AU DEVELOP- PEMENT

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM

4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM 4 ème SESSION DU CAMEROON BUSINESS FORUM (CBF) DOUALA-HOTEL SAWA, 21 FEVRIER 2013 RAPPORT GENERAL DU SECRETAIRE PERMANENT DU CAMEROON BUSINESS FORUM Excellence, Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

Présentation Burkina Faso

Présentation Burkina Faso SEMINAIRE SUR LE RENFORCEMENT DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT HUMAIN DANS LES DSRPs EN AFRIQUE Présentation Burkina Faso Addis-Abeba, 15 novembre 2002 Présentatrice : Madame Bernadette BONKOUNGOU Directrice

Plus en détail

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE 1 FORUM ECONOMIQUE NATIONAL DU TOGO SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE «PROMOTION D UNE CROISSANCE FORTE, DURABLE ET INCLUSIVE AU TOGO» Lomé, les 27, 28 et

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail