PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DES MINIMA SOCIAUX EXPOSÉ DES MOTIFS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DES MINIMA SOCIAUX EXPOSÉ DES MOTIFS"

Transcription

1 - 1 - PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DES MINIMA SOCIAUX EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, On entend souvent dire que le dispositif français des minima sociaux n inciterait pas à la reprise d activité et, tout au contraire, encouragerait ceux qui en bénéficient à s abstenir d entrer ou de retourner sur le marché du travail. Cette observation avec les vérités qu elle recouvre certainement, mais aussi toutes les caricatures qu elle comporte a conduit la commission des affaires sociales du Sénat à établir, en mai 2005, un rapport d information 1 sur ce sujet afin d étudier la manière dont les minima sociaux s articulent entre eux et s insèrent plus globalement dans notre système de protection sociale. Ce rapport a mis en lumière les grands principes, mais aussi les incohérences, du dispositif français des minima sociaux ; il a souligné les effets pervers nés de la combinaison des différentes allocations existantes, de leurs droits connexes et des prestations sociales de droit commun. Il a enfin démontré comment, du fait de ces incohérences et de ces effets pervers, certains bénéficiaires de minima sociaux peuvent se trouver pris au piège de leur statut, le retour à l'activité présentant alors toutes les caractéristiques d'un parcours du combattant ou d un pari à la mise très - trop - élevée. La vocation première de ce rapport n était pas de proposer des pistes de réforme mais de constituer une sorte de «mémento» à l usage des parlementaires, afin qu à l occasion de toute réforme touchant les minima sociaux, ils puissent en apprécier les conséquences sur l équilibre de notre dispositif de protection sociale. 1 «Minima sociaux : mieux concilier équité et reprise d activité», rapport n 334 ( ) de Valérie Létard, fait au nom de la commission des Affaires sociales, le 11 mai 2005.

2 - 2 - Mais ses conclusions ont été suffisamment fortes pour que la commission des affaires sociales décide de mandater un groupe de travail pour approfondir les pistes de réforme ébauchées par le rapport et les traduire en une proposition de loi. Le texte qui vous est présenté ici est donc l aboutissement de ces dix-huit mois de réflexion. * * * Trois principes ont guidé l élaboration de cette proposition de loi : d abord, assurer une certaine équité entre bénéficiaires des différents minima sociaux et entre bénéficiaires de ces allocations et salariés à bas revenus. Il n a jamais été question pour le groupe de travail de fusionner purement et simplement les différents minima sociaux : si leur multiplicité, qui résulte de l histoire de notre protection sociale, est source de complexité, elle en fait également toute la richesse et permet d apporter une réponse adaptée à des situations particulières (rupture par rapport au monde du travail, isolement familial, handicap, vieillesse ). La présente proposition de loi fait donc le choix de préserver la spécificité de chaque régime de minimum social mais elle souhaite en contrepartie donner davantage de cohérence à un aspect trop souvent oublié de nos politiques sociales : celui des droits connexes c est-à-dire des prestations et avantages liés de façon plus ou moins automatique au bénéfice des minima sociaux. Mais il ne suffit pas d harmoniser les droits connexes auxquels peuvent prétendre les bénéficiaires des différents minima sociaux. L équité commande en effet que ces prestations soient également accessibles aux personnes qui, au regard de leur ressources, sont dans une situation identique bien qu elles soient salariées. En pratique, ces exigences conduisent le groupe de travail à proposer deux séries de mesures : - la suppression des aides liées au «statut», c est-à-dire des aides attribuées par référence au bénéfice de tel ou tel minimum social. Elles sont en effet l une des premières sources d iniquité au sein de la population bénéficiaire des minima sociaux et entre bénéficiaires de ces prestations et salariés à bas revenus. Elles engendrent en outre des effets pervers redoutables à l occasion d une reprise d activité ; - l affirmation du principe «à ressources égales, droits égaux» : la présente proposition de loi remplace ainsi, pour tous les droits connexes, les conditions d attribution liées au statut par une simple condition de ressources, rapportée au quotient familial.

3 - 3 - ensuite, éviter que notre système de protection sociale ajoute paradoxalement des obstacles supplémentaires à la reprise d activité des bénéficiaires de minima sociaux. La complexité actuelle du dispositif des minima sociaux et de leurs droits connexes et leur insertion dans le système plus général de protection sociale engendrent des ruptures de droits et des effets de seuil préjudiciables à la reprise d activité. Celle-ci est d ailleurs d autant plus découragée que ces effets pervers ont tendance à se répéter au cours du parcours de réinsertion professionnelle, souvent chaotique, des bénéficiaires de minima sociaux. Quel que soit le jugement que l on peut porter sur cette situation, force est de constater que la réinsertion professionnelle des personnes les plus éloignées de l emploi passe presque obligatoirement par une succession de contrats de travail à durée déterminée ou d intérim, conduisant les personnes concernées à faire des allers-retours répétés entre monde du travail, chômage et bénéfice des minima sociaux. Prenant acte de l existence de cette phase de précarité professionnelle dans le parcours de la plupart des bénéficiaires de minima sociaux, le groupe de travail a considéré qu il convenait d éviter que celle-ci ne s accompagne d une précarité sociale. C est la raison pour laquelle il a souhaité renforcer la sécurisation du parcours de réinsertion professionnelle. Ainsi, pour ne pas décourager les personnes qui souhaitent tenter une expérience professionnelle, même de courte durée, le présent texte s attache d abord à supprimer les délais de carence qui existent aujourd hui entre la fin d une période de travail et le retour aux minima sociaux. Il pose en particulier le principe d une neutralisation systématique des ressources devenues inexistantes pour le calcul des droits aux minima sociaux et à leurs droits connexes. Par ailleurs, pour consolider la réinsertion professionnelle des bénéficiaires de minima sociaux, il est important que le soutien de la collectivité à leur égard ne cesse pas brutalement lors de leur reprise d activité mais s éteigne progressivement au fur et à mesure de leur intégration dans le monde du travail. A cet effet, la présente proposition de loi se fixe pour objectif de supprimer, autant que possible, les effets de seuil liés aux minima sociaux et à leurs droits connexes. Elle prévoit en conséquence de mettre en place une sortie progressive des droits connexes au fur et à mesure de l augmentation des revenus de la personne. enfin, renforcer l accompagnement social et professionnel des bénéficiaires de minima sociaux. Le rapport publié en mai dernier par la commission des affaires sociales montre à quel point l existence d un accompagnement des bénéficiaires de minima sociaux peut influencer leur retour à l emploi : ainsi, les bénéficiaires du revenu minimum d insertion (RMI) - pour lesquels il

4 - 4 - existe un dispositif d accompagnement systématique à travers le mécanisme des contrats d insertion - connaissent mieux leurs droits, mobilisent plus souvent le dispositif d intéressement à la reprise d activité et sont beaucoup plus souvent bénéficiaires d une mesure d emploi aidé que les allocataires de l allocation de parent isolé (API) qui ne font l objet d aucun programme d accompagnement particulier. C est d ailleurs la raison pour laquelle la présente proposition de loi souhaite rendre obligatoire la conclusion d un contrat d insertion pour les allocataires de l API. Le groupe de travail a enfin également estimé que des formules innovantes d intéressement et d accompagnement des bénéficiaires de minima sociaux pourraient utilement être expérimentées : tel est notamment le cas du revenu de solidarité active proposé par le rapport de la commission «Famille, vulnérabilité, pauvreté» présidée par Martin Hirsch et publié au printemps dernier. * * * Le titre premier vise à garantir l équité dans les conditions d accès aux différents minima sociaux, notamment lorsque ceux-ci s adressent aux mêmes publics. Le chapitre premier se rapporte aux minima sociaux d insertion que sont le revenu minimum d insertion (RMI), l allocation de parent isolé (API) et l allocation de solidarité spécifique (ASS). L article premier vise à rapprocher, autant que possible, les ressources prises en compte pour la détermination du droit à ces trois allocations. Afin de ne pas pénaliser les personnes qui reprennent une activité professionnelle, même pour une courte durée, cet article prévoit également un mécanisme de neutralisation des ressources devenues inexistantes. Enfin, pour encourager la formation des adolescents et des jeunes adultes vivant dans des foyers bénéficiaires de minima sociaux, cet article exclut les salaires et indemnités perçus dans le cadre d un parcours de formation des ressources prises en compte pour la détermination du droit aux minima sociaux. Le chapitre II concerne les minima sociaux servis aux personnes âgées et handicapées. Sur le modèle adopté pour les minima sociaux d insertion, l article 2 tend à rapprocher les ressources prises en compte pour l attribution de l allocation aux adultes handicapés (AAH), du minimum invalidité et du minimum vieillesse. Il crée ainsi un mécanisme de neutralisation des ressources devenues inexistantes. Un tel mécanisme est d autant plus important que la période de référence retenue pour le décompte des ressources est, pour ces trois

5 - 5 - allocations, la dernière année fiscale connue et qu en un an, les changements de situation ont pu être nombreux. Pour des raisons d équité par rapport aux bénéficiaires de l AAH et pour faciliter le retour à l emploi des allocataires du minimum invalidité, l article 3 met en place un mécanisme d intéressement à la reprise d activité pour ces derniers. L article 4 vise à rendre plus équitable le régime du minimum invalidité, pension au moins partiellement contributive, par rapport à celui de l AAH, paradoxalement plus favorable bien que reposant entièrement sur la solidarité nationale. En conséquence, il aligne le régime de cette pension sur celui de l AAH en matière de récupération sur succession, d incessibilité et d insaisissabilité. L article 5 étend aux bénéficiaires du minimum invalidité la possibilité de prétendre à la majoration pour la vie autonome et à la garantie de ressources des personnes handicapées, créées dans le cadre de l AAH. Le titre II traite de la question primordiale des droits connexes. Il vise à sécuriser le parcours de réinsertion professionnelle des personnes titulaires de minima sociaux, en rendant l accès à ces droits connexes indépendant du statut de bénéficiaires de telle ou telle prestation et en instaurant, chaque fois que possible, une sortie progressive de ces dispositifs de soutien. Le chapitre premier s attache aux avantages fiscaux accordés aux bénéficiaires de minima sociaux. L article 6 vise d abord à harmoniser le régime fiscal des différents minima sociaux à l impôt sur le revenu et à la contribution sociale généralisée (CSG). L article 7 tend à rendre le régime d exonération et de dégrèvement à la taxe d habitation neutre par rapport au statut. A cet effet, il remplace l actuel régime d exonération de taxe d habitation en fonction du statut par un régime d exonération en fonction du quotient familial. La condition de ressources est fixée de telle sorte que l exonération soit totale pour les foyers dont les ressources sont inférieures à douze fois le montant du RMI. Le plafond de cette exonération est porté à douze fois le montant du minimum vieillesse pour les personnes âgées ou handicapées. Afin d encourager, chaque fois que possible, la reprise d activité professionnelle, le bénéfice de l exonération serait maintenu pendant un an lorsque le retour à l emploi entraîne un dépassement du plafond de ressources. Cet article prévoit enfin un mécanisme de plafonnement du montant de la taxe d habitation pour les personnes dont les ressources sont de peu supérieures au plafond de l exonération totale.

6 - 6 - L article 8 vise également à rendre le régime d exonération et de dégrèvement de redevance audiovisuelle neutre par rapport au statut. Sur le modèle adopté pour la taxe d habitation, il prévoit un régime d exonération totale en deçà d un certain seuil de revenu, puis un abattement de 50 % sur le montant de la redevance audiovisuelle pour les personnes qui dépassent de peu le plafond de ressources. Le chapitre II traite de la prise en charge des frais de santé pour les personnes à bas revenus. L article 9 vise à améliorer la couverture de la population par la couverture maladie universelle (CMU) de base et à permettre le maintien, quelle que soit la situation de l intéressé par rapport à l emploi, d une couverture maladie de base pour les personnes dont l insertion professionnelle est discontinue. A cet effet, il prévoit de moduler le plafond de ressources ouvrant droit à la CMU de base en fonction de la composition du foyer, de façon à mieux tenir compte des charges de famille. Pour ne pas pénaliser les personnes qui tentent de se réinsérer professionnellement et qui connaissent des échecs, il met également en place, comme pour toutes les prestations sous condition de ressources, un mécanisme de neutralisation des ressources devenues inexistantes. L article 10 vise à lever les obstacles à la reprise d activité et à lisser les effets de seuil liés au bénéfice de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC). Dans la mesure où la CMUC n est pas une aide financière mais un avantage en nature, il n a pas été possible de prévoir un mécanisme simple de sortie progressive de ce dispositif en fonction des revenus. Seules deux mesures concernent donc directement ce dispositif : la mise en place d un mécanisme de neutralisation des ressources devenues inexistantes et la suppression de l attribution de la CMUC en fonction du statut. Pour lisser les effets de seuils en matière d accès à la protection complémentaire santé, cet article fait donc le choix de modifier le dispositif qui prend le relais de la CMUC pour les personnes dont les revenus dépassent de peu son plafond de ressources, à savoir l aide à l acquisition d une protection complémentaire santé. Ainsi, pour supprimer les effets de seuil, le montant de ce crédit d impôt ne sera plus forfaitaire, mais dégressif en fonction des revenus. Son montant maximum est revalorisé et l aide s annule pour un revenu égal au plafond de la CMUC majoré de 30 %, contre 15 % actuellement.

7 - 7 - Cet article prévoit en outre un mécanisme d incitation à la reprise d activité, sur le modèle retenu dans le cadre de la réforme de l intéressement mise en place par la loi du 23 mars 2006 relative au retour à l emploi et sur les droits et les devoirs des bénéficiaires de minima sociaux : - si les ressources de l intéressé qui reprend un emploi dépassent le plafond de la CMUC, son bénéfice lui sera maintenu pendant trois mois ; - au terme de cette période, il bénéficiera automatiquement pendant neuf mois du crédit d impôt pour l acquisition d une complémentaire santé, sans condition de ressources, afin de lui laisser le temps de consolider sa situation professionnelle ; - enfin, s il remplit les conditions de ressources pour bénéficier du crédit d impôt, il continuera naturellement de bénéficier de celui-ci au delà des neuf mois et aussi longtemps que lesdites conditions sont remplies. Le chapitre III rassemble les dispositions relatives aux autres droits connexes liés au bénéfice des minima sociaux. L article 11 supprime toute référence au statut d allocataire de tel ou tel minimum social pour l accès aux tarifications sociales électricité et téléphone : ces avantages seront désormais octroyés sur la base d une simple condition de ressources, celle-ci étant modulée en fonction de la composition familiale. L article 12 met fin aux délais de carence dans le versement des allocations logement et autorise une révision immédiate du montant de cellesci en cas de dégradation brutale de la situation du ménage. Cette dernière mesure vise à éviter que la peur d un échec de l insertion professionnelle ne vienne entraver les tentatives de retour à l activité des bénéficiaires de ces allocations. L article 13 pose le principe d une attribution des aides individuelles extralégales par les centres communaux d action sociale et les fonds de secours des caisses de sécurité sociale ou de mutualité sociale agricole sur la base du quotient familial et non plus du statut d allocataire d un minimum social. Le titre III vise à améliorer les conditions de la réinsertion professionnelle des bénéficiaires de minima sociaux, à travers un renforcement de leur accompagnement et l expérimentation de solution innovantes pour la sécurisation de leur parcours professionnel. L article 14 supprime le délai de carence de sept jours dans le versement des allocations d assurance chômage, afin d éviter les ruptures de ressources entre période de travail et de chômage. L article 15 crée un contrat d insertion au profit des bénéficiaires de l API. Il s agit de mettre fin à l absence totale de suivi professionnel et social de ces personnes qui sont trop souvent oubliées par la politique de l emploi. Calqué sur le modèle existant pour les allocataires du RMI, ce contrat

8 - 8 - d insertion aura toutefois pour spécificité de comporter obligatoirement des dispositions de nature à faciliter l accès aux modes de garde pour les jeunes enfants des allocataires de l API. La responsabilité de la signature de ces contrats reposera, comme pour le RMI, sur les conseils généraux qui ont fait la preuve de leur compétence et de leur engagement en matière d insertion. Les charges qui en résulteront pour les départements seront naturellement compensées par l Etat. L article 16 vise à autoriser les départements qui en feront la demande à expérimenter des outils innovants pour améliorer la réinsertion professionnelle des bénéficiaires de minima sociaux. Ainsi, pour garantir aux allocataires du RMI et de l API que toute reprise d emploi se traduira par un gain financier net pour leur foyer, ils pourront expérimenter un «revenu de solidarité active» (RSA), sur le modèle proposé par le rapport de la commission «Famille, vulnérabilité, Pauvreté» présidée par Martin Hirsch : à cet effet, ils pourront déroger aux règles de droit commun de l intéressement. Le titre IV comporte un article unique, l article 17, qui constitue le gage du présent texte. * * * Cette proposition de loi est assurément ambitieuse et elle ne pourra prendre toute son ampleur ni déployer tous ses effets sans un important volet réglementaire. Le rapport établi en mai dernier par la commission des affaires sociales met notamment en lumière la complexité des règles qui régissent à la fois la détermination des ressources retenues pour le calcul des droits aux différentes allocations, les périodes de références ou les dates de versement des prestations. Il est évident qu il ne relève pas du domaine de la loi d énumérer les prestations sociales inclues ou exclues des ressources pour l accès aux neuf minima sociaux que compte notre système de protection sociale. Pour autant, il est difficilement justifiable, par exemple, que les prestations familiales prises en compte ou que le montant du forfait logement soient différents entre le RMI et l API alors que ces deux allocations ont un fonctionnement presque identique et concernent des publics très proches. De même, comment expliquer qu on tienne compte du patrimoine des intéressés, voire des donations qu ils ont faites, pour le calcul des droits au minimum invalidité et pas pour celui des droits à l AAH? La présente proposition fixe les grands principes applicables en la matière, notamment celui de la neutralisation des ressources devenues inexistantes ou encore celui de la suppression des délais de carence dans le versement des allocations et de leurs droits connexes. Elle encadre, autant que

9 - 9 - possible, les futurs décrets. Pour le reste, elle ne peut qu insister auprès du pouvoir réglementaire pour qu il achève, dans le domaine qui est le sien, l œuvre de mise en cohérence des minima sociaux que cette proposition de loi amorce. * * * Tels sont, Mesdames et Messieurs, les motifs de la présente proposition de loi que nous vous demandons de bien vouloir adopter.

10 PROPOSITION DE LOI PORTANT REFORME DES MINIMA SOCIAUX Titre premier Accès équitable aux minima sociaux Chapitre premier Minima sociaux d insertion Article premier I. - L article L du code de l action sociale et des familles est ainsi modifié : 1 La dernière phrase du deuxième alinéa est complétée par les mots : «ou de l avantage en nature procuré par un hébergement au titre duquel aucune de ces aides n est due» 2 L article est complété par trois alinéas ainsi rédigés : «Il n est pas tenu compte des salaires ou indemnités perçus par les enfants ou les jeunes majeurs de moins de vingt-six ans à la charge de l allocataire, lorsque ceux-ci résultent d une activité exercée dans le cadre d un contrat d apprentissage, d un contrat de formation en alternance ou d un stage et que leur montant est inférieur ou égal au salaire minimum prévu par l article L du code du travail. «La pension alimentaire ou la prestation compensatoire fixée par une décision de justice devenue exécutoire est déduite des ressources de celui qui la verse. Elle est incluse dans les ressources de celui qui la perçoit, sauf si l intéressé apporte la preuve que tout ou partie de cette pension ou de cette prestation ne lui est pas effectivement versée. «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que le bénéficiaire de ces ressources ne

11 peut prétendre à un revenu de substitution. Si le bénéficiaire peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» II. - Après le deuxième alinéa de l article L du code de la sécurité sociale, il est inséré quatre alinéas ainsi rédigés : «Les avantages en nature procurés par un jardin exploité à usage privatif ne sont pas pris en compte pour déterminer le montant des ressources servant au calcul de l allocation. «Il n est pas tenu compte des salaires ou indemnités perçus par les enfants ou les jeunes majeurs de moins de vingt-six ans à la charge de l allocataire, lorsque ceux-ci résultent d une activité exercée dans le cadre d un contrat d apprentissage, d un contrat de formation en alternance ou d un stage et que leur montant est inférieur ou égal au salaire minimum prévu par l article L du code du travail. «La pension alimentaire ou la prestation compensatoire fixée par une décision de justice devenue exécutoire est déduite des ressources de celui qui la verse. Elle est incluse dans les ressources de celui qui la perçoit, sauf si l intéressé apporte la preuve que tout ou partie de cette pension ou de cette prestation ne lui est pas effectivement versée. «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que le bénéficiaire de ces ressources ne peut prétendre à un revenu de substitution. Si le bénéficiaire peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» III. - Après le premier alinéa de l article L du code du travail, il est inséré quatre alinéas ainsi rédigés : «Les ressources prises en compte pour l attribution de l allocation de solidarité spécifique sont définies par décret en Conseil d Etat. «Il n est pas tenu compte des salaires ou indemnités perçus par les enfants ou les jeunes majeurs de moins de vingt-six ans à la charge de l allocataire, lorsque ceux-ci résultent d une activité exercée dans le cadre d un contrat d apprentissage, d un contrat de formation en alternance ou d un stage et que leur montant est inférieur ou égal au salaire minimum prévu par l article L «La pension alimentaire ou la prestation compensatoire fixée par une décision de justice devenue exécutoire est déduite des ressources de celui qui la verse. Elle est incluse dans les ressources de celui qui la perçoit, sauf si l intéressé apporte la preuve que tout ou partie de cette pension ou de cette prestation ne lui est pas effectivement versée.

12 «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que le bénéficiaire ne peut prétendre à un revenu de substitution. Si le bénéficiaire peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» Chapitre 2 Minima sociaux servis aux personnes âgées ou handicapées Article 2 I. - L article L du code de la sécurité sociale est complété par quatre alinéas ainsi rédigés : «Les ressources prises en compte pour l attribution de l allocation de solidarité aux personnes âgées sont définies par décret en Conseil d Etat. «Il n est pas tenu compte des salaires ou indemnités perçus par les enfants ou les jeunes majeurs de moins de vingt-six ans à la charge de l allocataire, lorsque ceux-ci résultent d une activité exercée dans le cadre d un contrat d apprentissage, d un contrat de formation en alternance ou d un stage et que leur montant est inférieur ou égal au salaire minimum prévu par l article L du code du travail. «La pension alimentaire ou la prestation compensatoire fixée par une décision de justice devenue exécutoire est déduite des ressources de celui qui la verse. Elle est incluse dans les ressources de celui qui la perçoit, sauf si l intéressé apporte la preuve que tout ou partie de cette pension ou de cette prestation ne lui est pas effectivement versée. «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que le bénéficiaire ne peut prétendre à un revenu de substitution. Si le bénéficiaire peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» II. - L article L du même code est complété par trois alinéas ainsi rédigés : «Il n est pas tenu compte des salaires ou indemnités perçus par les enfants ou les jeunes majeurs de moins de vingt-six ans à la charge de l allocataire, lorsque ceux-ci résultent d une activité exercée dans le cadre d un contrat d apprentissage, d un contrat de formation en alternance ou d un stage et que leur montant est inférieur ou égal au salaire minimum prévu par l article L du code du travail.

13 «La pension alimentaire ou la prestation compensatoire fixée par une décision de justice devenue exécutoire est déduite des ressources de celui qui la verse. Elle est incluse dans les ressources de celui qui la perçoit, sauf si l intéressé apporte la preuve que tout ou partie de cette pension ou de cette prestation ne lui est pas effectivement versée. «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que le bénéficiaire ne peut prétendre à un revenu de substitution. Si le bénéficiaire peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» Article 3 I. - Le dernier alinéa (3 ) de l article L du code de la sécurité sociale est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés : «En outre, les invalides qui sont dans l obligation d avoir recours à l assistance d une tierce personne pour effectuer les actes ordinaires de la vie perçoivent, qu ils soient ou non capables d exercer une activité rémunérée, une majoration pour tierce personne. «Les invalides relevant du 2 qui reprennent une activité professionnelle ou un stage de formation rémunéré voient le montant de leur pension maintenu pendant une période dont la durée est définie par décret. Au terme de cette période, ils sont reclassés parmi les invalides désignés au 1 et le montant de leur pension est progressivement ramené au niveau résultant de ce reclassement, selon des conditions définies par décret.» II. - L article L du même code est complété par un alinéa ainsi rédigé : «Les revenus d activité professionnelle de l intéressé sont en partie exclus des ressources servant au calcul de l allocation supplémentaire.» Article 4 I. - Les deux derniers alinéas de l article L du code de la sécurité sociale sont remplacés par un alinéa ainsi rédigé : «Cette allocation est incessible et insaisissable, sauf pour le paiement des frais d entretien de son bénéficiaire et dans des limites fixées par décret.» II. - L article L du même code est ainsi rédigé : «Art. L Il n est exercé aucun recours en récupération de l allocation supplémentaire mentionnée à l encontre de la succession du bénéficiaire décédé, ni sur le légataire, ni sur le donataire.

14 «Les sommes versées au titre de cette allocation ne font pas l objet d un recouvrement à l encontre du bénéficiaire revenu à meilleure fortune.» Article 5 I. - L article L du code de la sécurité sociale est modifié comme suit : 1 Il est complété par un paragraphe ainsi rédigé : «II. - Le complément de ressources est également versé aux titulaires de l allocation supplémentaire mentionnée à l article L lorsqu ils remplissent les conditions mentionnées au I.» ; 2 En conséquence, le texte de l article L est précédé de la mention : «I. -». II. - L article L du même code est ainsi modifié : 1 Au premier alinéa, après les mots : «de l article L » sont insérés les mots : «ou de l allocation supplémentaire mentionnée à l article L » ; 2 Le troisième alinéa est complété par les mots : «ou perçoivent l allocation supplémentaire mentionnée à l article L ;».

15 Titre II Droits connexes Chapitre premier Avantages fiscaux accordés aux bénéficiaires de minima sociaux Article 6 I. - Après le 9 quinquies de l article 81 du code général des impôts, il est inséré un 9 sexies ainsi rédigé : «9 sexies L allocation de solidarité spécifique mentionnée à l article L du code du travail ;» II. - Dans le quatrième alinéa (3 ) du III de l article L du code de la sécurité sociale, après la référence «9 quinquies» est ajoutée la référence : «9 sexies,». Article 7 I. - L article 1414 du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Le I est ainsi rédigé : «I. - Sont exonérés de la taxe d habitation afférente à leur habitation principale lorsqu ils l occupent dans les conditions prévues à l article 1390 : «1 Les contribuables dont les revenus de l année précédant celle au titre de laquelle l imposition est établie n excèdent pas la somme de euros pour la première part de quotient familial, majorée de euros pour les deux premières demi-parts, euros pour la troisième demi-part, euros pour la quatrième demi-part et euros à compter de la cinquième demi-part supplémentaire, retenues pour le calcul de l impôt sur le revenu afférent auxdits revenus ; «2 Les contribuables âgés de plus de soixante ans ou titulaires de la carte d invalidité mentionnée à l article L du code de l action sociale et des familles dont les revenus de l année précédant celle au titre de laquelle l imposition est établie n excèdent pas la somme de euros pour la première part de quotient familial, majorée de euros pour les deux premières demi-parts, euros pour la troisième demi-part, euros pour la quatrième demi-part et euros à compter de la cinquième demipart supplémentaire, retenues pour le calcul de l impôt sur le revenu afférent auxdits revenus.

16 «Les montants de revenus prévus aux 1 et 2 sont indexés, chaque année, comme la limite supérieure de la première tranche du barème de l impôt sur le revenu. «Les majorations mentionnées aux 1 et 2 sont divisées par deux pour les quarts de part. «Pour l application du présent I, le montant des revenus pris en compte est celui défini au IV de l article 1417.» 2 Le III est ainsi rédigé : «III. - Les bénéficiaires du I dont les revenus dépassent les seuils mentionnés par ce paragraphe en raison de la prise ou de la reprise d une activité professionnelle continuent de bénéficier de l exonération prévue au I au titre de l année suivant celle au cours de laquelle ils reprennent cette activité.» 3 Le IV est supprimé. II. - Le I de l article 1414 A du même code est ainsi modifié : 1 Au premier alinéa, les mots : «autres que ceux mentionnés à l article 1414» sont supprimés ; 2 Au même alinéa, les mots : «n excède pas» sont remplacés par les mots : «est supérieur aux seuils fixés par le I de l article 1414 sans toutefois excéder» ; 3 Le deuxième alinéa (a) est ainsi rédigé : «a euros pour la première part de quotient familial, majoré de euros pour les deux premières demi-parts, euros pour la troisième demi-part, euros pour la quatrième demi-part et euros à compter de la cinquième demi-part supplémentaire, en France métropolitaine ;». III. - Dans le premier alinéa du I de l article 1417 du même code, les mots : «, des 1 bis, des 2 et 3 du I de l article 1414» sont supprimés. IV. - Les dispositions du présent article sont applicables aux impositions établies au titre des années 2007 et suivantes. Article 8 I. - Dans le troisième alinéa (2 ) de l article 1605 bis du code général des impôts, les mots : «des I, III et IV» sont remplacés par les mots : «des I et III». II. - Après le troisième alinéa (2 ) du même article, il est inséré un alinéa ainsi rédigé : «2 bis Les personnes qui remplissent les conditions de revenus prévues au II de l article 1417 bénéficient d un dégrèvement de 50 % de leur redevance audiovisuelle ;»

17 III. - Dans le premier alinéa du II de l article 1417 du même code, après les mots : «de l article 1414 A» sont insérés les mots : «et du 2 bis de l article 1605 bis». IV. - Les dispositions du présent article sont applicables aux impositions établies au titre des années 2007 et suivantes. Chapitre II Accès à la couverture maladie universelle Article 9 I. - Dans le premier alinéa de l article L du code de la sécurité sociale, après les mots : «fixé par décret» sont insérés les mots : «en tenant compte de la composition de leur foyer». II. - Cet alinéa est complété par deux phrases ainsi rédigées : «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que l intéressé ne peut prétendre à un revenu de substitution. S il peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» Article 10 I. - L article L du code de la sécurité sociale est complété par un alinéa ainsi rédigé : «Les bénéficiaires du présent article dont les ressources viennent à dépasser le plafond mentionné au premier alinéa en raison de la prise ou de la reprise d une activité professionnelle continuent de bénéficier du droit à la protection complémentaire en matière de santé pendant une période dont la durée est définie par décret. Au terme de cette période, ils bénéficient automatiquement du crédit d impôt prévu par le troisième alinéa de l article L sans qu aucune condition de ressources ne leur soit opposable pendant une période dont la durée est définie par décret.» II. - L article L du même code est ainsi modifié : 1 Dans la première phrase du premier alinéa, les mots : «et de tout ou partie des rémunérations de nature professionnelle lorsque celles-ci ont été interrompues» sont supprimés ; 2 Après la première phrase du premier alinéa, il est inséré deux phrases ainsi rédigées : «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que l intéressé ne

18 peut prétendre à un revenu de substitution. S il peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue.» ; 3 Dans la deuxième phrase du premier alinéa, le mot : «rémunération» est remplacé par le mot : «ressources» ; 4 Le deuxième alinéa est supprimé. III. - L article L du même code est modifié comme suit : 1 Dans le premier alinéa, les mots : «dont les ressources, appréciées dans les conditions fixées à l article L , sont comprises entre le plafond prévu à l article L et ce même plafond majoré de 15 %» sont supprimés ; 2 Dans le deuxième alinéa, après les mots : «varie selon» sont insérés les mots : «les ressources et selon» ; 3 Le troisième alinéa est remplacé par cinq alinéas ainsi rédigés : «Si les ressources des personnes concernant le foyer sont comprises entre le plafond prévu à l article L et ce même plafond majoré de 5 %, le montant du crédit d impôt est égal à 300 euros par personne âgée de vingtcinq à cinquante-neuf ans, 200 euros par personne âgée de moins de vingt-cinq ans et 500 euros par personne âgée de soixante ans et plus. «Si les ressources des personnes composant le foyer sont comprises entre le plafond prévu à l article L majoré de 5 % et ce même plafond majoré de 10 %, il est égal à 250 euros par personne âgée de vingt-cinq à cinquante-neuf ans, 150 euros par personne âgée de moins de vingt-cinq ans et 450 euros par personne âgée de soixante ans et plus. «Si les ressources des personnes composant le foyer sont comprises entre le plafond prévu à l article L majoré de 10 % et ce même plafond majoré de 20 %, il est égal à 200 euros par personne âgée de vingt-cinq à cinquante-neuf ans, 100 euros par personne âgée de moins de vingt-cinq ans et 400 euros par personne âgée de soixante ans et plus. «Si les ressources des personnes composant le foyer sont comprises entre le plafond prévu à l article L majoré de 20 % et ce même plafond majoré de 30 %, il est égal à 150 euros par personne âgée de vingt-cinq à cinquante-neuf ans, 50 euros par personne âgée de moins de vingt-cinq ans et 350 euros par personne âgée de soixante ans et plus. «L âge des personnes est apprécié au 1 er janvier de l année.»

19 Chapitre III Autres droits connexes Article 11 L article L du code des postes et télécommunications électroniques est modifié comme suit : 1 Dans l avant-dernier alinéa, les mots : «, en raison notamment de leur niveau de revenu» sont supprimés ; 2 Ce même alinéa est complété par la phrase suivante : «Les tarifs tiennent notamment compte des difficultés d accès au service téléphonique pour les usagers dont les revenus du foyer sont, au regard de la composition familiale, inférieurs à un plafond fixé par décret, en instaurant à leur profit une tarification sociale téléphonique.» Article 12 I. - Le code de la construction et de l habitation est ainsi modifié : 1 Après le sixième alinéa de l article L , il est inséré deux alinéas ainsi rédigés : «Il n est pas tenu compte des ressources perçues pendant la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que l intéressé ne peut prétendre à un revenu de substitution. S il peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue. «Le montant de l aide personnalisée au logement peut être révisé en cours d année, à la demande du bénéficiaire, pour tenir compte de changements importants dans sa situation financière, professionnelle ou familiale.» ; 2 Dans le premier alinéa du I de l article L , les mots : «suivant celui» sont supprimés ; 3 Les deux dernières phrases du dernier alinéa du III du même article sont supprimées. II. - Le code de la sécurité sociale est modifié comme suit : 1 L article L est ainsi modifié : a) Dans la première phrase du quatrième alinéa, les mots : «suivant celui» sont supprimés ; b) Le cinquième alinéa est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés : «Pour le calcul du montant de l allocation, il n est pas tenu compte des ressources perçues au cours de la période de référence lorsqu il est justifié

20 que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que l intéressé ne peut prétendre à un revenu de substitution. S il peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue. «Le montant de l allocation peut être révisé en cours d année, à la demande du bénéficiaire, pour tenir compte de changements importants dans sa situation financière, professionnelle ou familiale.» ; 2 Dans la première phrase du premier alinéa de l article L , après les mots : «de l allocation de parent isolé,» sont insérés les mots : «de l allocation de logement familiale,» ; 3 Après le premier alinéa de l article L , il est inséré deux alinéas ainsi rédigés : «Pour le calcul du montant de l allocation, il n est pas tenu compte des ressources perçues au cours de la période de référence lorsqu il est justifié que leur perception est interrompue de façon certaine à la date de la demande et que l intéressé ne peut prétendre à un revenu de substitution. S il peut prétendre à un revenu de substitution, un abattement défini par décret est appliqué aux ressources auxquelles ce revenu se substitue. «Le montant de l allocation peut être révisé en cours d année, à la demande du bénéficiaire, pour tenir compte de changements importants dans sa situation financière, professionnelle ou familiale.» ; 4 L article L est modifié comme suit : a) Dans la première phrase du premier alinéa, les mots : «suivant celui» sont supprimés ; b) Le second alinéa est supprimé. Article 13 I. - Le code de la sécurité sociale est modifié comme suit : 1 L article L est complété par une phrase ainsi rédigée : «Lorsqu elles décident d attribuer des aides à caractère individuel, elles s assurent que leurs conditions d attribution n entraînent pas de discrimination à l égard de personnes ayant les mêmes ressources rapportées à la composition du foyer.» ; 2 L article L est complété par une phrase ainsi rédigée : «Lorsqu elles décident d attribuer des aides à caractère individuel, elles s assurent que leurs conditions d attribution n entraînent pas de discrimination à l égard de personnes ayant les mêmes ressources rapportées à la composition du foyer.»

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE

LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE LES GARANTIES DU REGIME CONVENTIONNEL DES CADRES DE LA PRODUCTION AGRICOLE Dernière mise à jour : avril 2010 CPCEA 1 2 Préambule Le régime conventionnel des cadres de la production agricole est institué

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale

Direction de la sécurité sociale. Personne chargée du dossier : Huguette Hatil. La ministre des solidarités et de la cohésion sociale MINISTERE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT MINISTERE DES SOLIDARITES ET DE LA COHESION SOCIALE Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION 2041 GZ N 51109#01 DOCUMENT D INFORMATION CONTRIBUTION À L'AUDIOVISUEL PUBLIC Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. Depuis

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012

France. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. France : le système de retraite en 2012 France France : le système de retraite en 212 Dans le secteur privé, le système de retraite repose sur deux piliers obligatoires : un régime général lié à la rémunération et des dispositifs professionnels

Plus en détail

LES TYPOLOGIES DE LOCATAIRES ELIGIBLES AUX OFFRES LOGIS-ZEN GRL & LOGIS ZEN GRL PLUS

LES TYPOLOGIES DE LOCATAIRES ELIGIBLES AUX OFFRES LOGIS-ZEN GRL & LOGIS ZEN GRL PLUS 1 LES TYPOLOGIES DE LOCATAIRES ELIGIBLES AUX OFFRES LOGIS-ZEN GRL & LOGIS ZEN GRL PLUS Seuls les locataires définis comme «nouveaux locataires» sont éligibles à ces offres. Notion de «nouveau locataire»

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

TEXTE ADOPTE n 796 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2001-2002 21 février 2002 PROPOSITION DE LOI tendant à la création d un régime

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

La rémunération de l apprenti :

La rémunération de l apprenti : F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L.

Commentaire. Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013. Mme Annick D. épouse L. Commentaire Décision n 2013-301 QPC du 5 avril 2013 Mme Annick D. épouse L. (Cotisations et contributions sociales des travailleurs non salariés non agricoles outre-mer) La Cour de cassation a renvoyé

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI N 728 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au statut juridique des gens du voyage et à la sauvegarde de leur mode

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4

AVANTAGES EN NATURE 4 AVANTAGE EN NATURE REPAS 4 TITRES - RESTAURANT 4 AVANTAGE EN NATURE LOGEMENT (EVALUE FORFAITAIREMENT) 4 LETTRE D ACTUALITE SOCIALE GROUP S MANAGEMENT SERVICES DONNEES ET CHIFFRES CLES POUR 2015 SOCIAL : GENERALITES ET ELEMENTS DE COTISATIONS 2 SMIC ET MINIMUM GARANTI 2 PLAFOND DE LA SECURITE SOCIALE 2 FORFAIT

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 150 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 décembre 2010 PROPOSITION DE LOI tendant à sécuriser le régime du portage salarial, PRÉSENTÉE Par M. Alain HOUPERT, Sénateur

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

La protection sociale des professions indépendantes

La protection sociale des professions indépendantes La protection sociale des professions indépendantes Artisan Commerçant Industriel Janvier 2009 1 SOMMAIRE 1. L organisation des Régimes 2. Les cotisations 3. Les cas particuliers 4. Les formalités 5. Les

Plus en détail

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Article liminaire La prévision de solde structurel et de solde effectif de l ensemble des administrations publiques pour 2014

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France

Protection sociale. 1 Les différents régimes de protection sociale en France Protection sociale La multiplicité des régimes de protection sociale conduit les pluriactifs à des situations administratives complexes : chacune de leurs activités les rattache à une caisse spécifique.

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Guide de l allocation Revenu de solidarité active (RSA)

Guide de l allocation Revenu de solidarité active (RSA) n o i t a c o l l a l ) G ui de de A S R ( e v i t c a é t i r a d i l o s e d u Reven SOMMAIRE P 3 Préambule P 4 P 18 P 28 P 100 1 ère PARTIE CADRE GENERAL DU RSA 1 Qu est-ce que le RSA? 2 A qui s adresse-t-il?

Plus en détail

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS)

CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) CONTRIBUTION SOCIALE GÉNÉRALISÉE (CSG) CONTRIBUTION AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE SOCIALE (CRDS) La Contribution Sociale Généralisée (CSG) sur les revenus d'activité et de remplacement a été instituée par

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

CIRCULAIRE N 13 du 22 octobre 2002

CIRCULAIRE N 13 du 22 octobre 2002 ministère de l Équipement des Transports du Logement du Tourisme et de la Mer Paris, le 22 octobre 2002 direction de l établissement national des invalides de la marine sous-direction des affaires juridiques

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité

Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité vous guider Avec la MSA, préparez votre retraite en toute tranquillité n Non-salariés agricoles www.msa.fr Sommaire Comprendre votre retraite Votre carrière 4 Vos cotisations 4 Le droit à l information

Plus en détail

DATE : Levallois, le 4 septembre 2006. REFERENCES : Circulaire n 18/2006 DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses

DATE : Levallois, le 4 septembre 2006. REFERENCES : Circulaire n 18/2006 DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses DATE : Levallois, le 4 septembre 2006 REFERENCES : Circulaire n 18/2006 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons agréées par la Mutuelle Saint-Martin OBJET

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti...

44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... FONCTIONNAIRES : FICHE 44 44 Taux de liquidation, calcul de la pension, décote, surcote, minimum garanti... Le principe de calcul de la pension de retraite repose sur trois éléments principaux : le nombre

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

GRL PROPRIETAIRE BAILLEUR INDEPENDANT Bulletin d adhésion locataire entrant

GRL PROPRIETAIRE BAILLEUR INDEPENDANT Bulletin d adhésion locataire entrant GRL PROPRIETAIRE BAILLEUR INDEPENDANT Bulletin d adhésion locataire entrant Références Courtier Date d effet :... Echéance principale :... UN DEUX TROIS ASSURANCES Nîmes Metropole B.P.18 30320 MARGUERITTES

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Le congé de présence parentale

Le congé de présence parentale Le congé de présence parentale 1. Définition Ce congé non rémunéré est prévu par l article 60 sexies de la loi du 26 janvier 1984 qui dispose que le congé de présence parentale est accordé au fonctionnaire

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 537 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 mai 2014 PROPOSITION DE LOI tendant à interdire la compensation entre les commissions perçues par les établissements

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Nouveautés au 1er janvier 2015

Nouveautés au 1er janvier 2015 Nouveautés au 1er janvier 2015 Urssaf.fr vous propose une présentation générale des principales dispositions de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 *, de la loi de finances pour 2015**

Plus en détail

La retraite et l inaptitude au travail

La retraite et l inaptitude au travail La retraite et l inaptitude au travail 1 Le calcul de la retraite Salaire annuel moyen X Taux X Trimestres du RG Calculé sur les 25 meilleures années Varie entre 160 25% minimum et 50% maximum 2 Le taux

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Déclaration de ressources Complément (12 mois)

Déclaration de ressources Complément (12 mois) RETRAITE DE Déclaration de ressources Complément (12 mois) Professionnel libéral (art. L. 643-7 du code de la Sécurité sociale) Salarié du régime général et du régime agricole (art. L. 353-1 et suivants

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

1. Procédure d admission

1. Procédure d admission Direction générale de l action sociale SD2/SD3 Document de travail MESURE 18 : HEBERGEMENT DES MALADES JEUNES ADMISSION D UNE PERSONNE AGEE DE MOINS DE 60 ANS DANS UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X

BIC Bénéfices Industriels et Commerciaux. BA Bénéfices Agricoles X X X Quel que soit son régime d imposition, chaque exploitant a le choix entre 2 assiettes pour le calcul de ses cotisations sociales : soit la moyenne triennale des revenus professionnels des années N-3 /

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) INDEMNISATION L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans Pour qui? Pour vous si : vous avez travaillé

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel

ACTUALITES FISCALES. Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel ACTUALITES FISCALES Loi de finances 2014 : les censures du Conseil Constitutionnel Dans sa décision n 2013-685 DC du 29 décembre 2013, le Conseil Constitutionnel a censuré plusieurs mesures fiscales prévues

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS?

Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Rémunération du Dirigeant : Faut il transformer les SARL en SAS? Quel est l'impact des nouvelles mesures au 1er janvier 2013 pour le DIRIGEANT TNS? Modifications sociales pour les TNS (Dirigeants assimilés

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

CHAPITRE XIII PRÉVOYANCE

CHAPITRE XIII PRÉVOYANCE CHAPITRE XIII PRÉVOYANCE Préambule Conformément à la loi n 89-1009 du 31 décembre 1989 dite «loi Evin», il a été choisi d instituer un régime de prévoyance obligatoire et collectif au profit de l ensemble

Plus en détail

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE

F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE F I C H E 57: L A RÉCUPÉRATION DES CRÉANCES D AIDE SOC I ALE Code de l action sociale et des familles Articles L 132-8 et suivant Articles L 132-9 R 132-13 à R 132-16 Article L 344-5 Article L 351-1 Code

Plus en détail

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Historique : Créée par Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail