L ordonnance désignant un mandataire ad hoc sera communiquée pour information aux commissaires aux comptes.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ordonnance désignant un mandataire ad hoc sera communiquée pour information aux commissaires aux comptes."

Transcription

1 FLASH INFO BRUNSWICK Présentation de l ordonnance n du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention des difficultés des entreprises et des procédures collectives : Après la présentation, à l occasion d un précédent flash info, du projet d ordonnance qui avait fait l objet des consultations en fin d année 2013, la présente note propose une synthèse par grands thèmes de l ordonnance finalement adoptée en conseil des ministres le 12 mars 2014 et publiée le 14 mars Sauf exceptions, l ensemble des dispositions procédant de cette ordonnance entreront en vigueur et seront applicables aux dossiers ouverts à partir du 1 er juillet Compte tenu de ce délai, la consolidation officielle du texte ne devrait être publiée qu à partir de cette date. Aussi trouverez-vous ci-joint une approche de consolidation du texte dans l actuel livre VI du Code de commerce. I En matière de procédures amiables : La procédure de convocation par le président du tribunal lorsqu il a connaissance des difficultés d une entreprise pour évoquer avec ses dirigeants les mesures propres à redresser la situation est étendue aux professions agricoles, indépendantes et libérales, y compris réglementées. Les administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires sont également partiellement concernés puisque le président informera leur ordre professionnel des difficultés dont il aurait connaissance. L ordonnance désignant un mandataire ad hoc sera communiquée pour information aux commissaires aux comptes. Jusque-là réservée aux demandes d homologation de l accord, la prorogation de la durée de la procédure de conciliation est étendue à la demande de constatation de l accord. Les demandes de renseignements du président du tribunal pour obtenir une information exacte sur la situation économique et financière de l entreprise jusque là limitées aux établissements bancaires sont étendues aux commissaires aux comptes, expert comptables, notaires, représentants du personnel, caisses sociales, établissements de crédit, sociétés de financement, établissements de monnaie électronique, établissements de paiement et aux services des incidents de paiement. A la demande du débiteur et après avis des créanciers participant à la conciliation, le conciliateur pourra être investi d une mission de cession partielle ou totale de l entreprise qui pourra, le cas échéant, être mise en œuvre dans le cadre d une procédure collective ultérieure. Dans l exercice de son pouvoir de faire application des dispositions des articles à du Code civil, le juge qui a désigné le conciliateur pourra subordonner la mesure à la conclusion d un accord de conciliation. Le créancier intéressé sera informé de la décision selon des modalités à fixer par décret en Conseil d Etat. Les coobligés et personnes ayant consenti une sûreté personnelle pourront se prévaloir de ces délais. Lorsqu il est mis fin à la mission du conciliateur en l absence d accord, l ordonnance sera communiquée au ministère public qui pourra ainsi, le cas échéant, saisir le tribunal d une demande d ouverture d une procédure collective. Le conciliateur pourra, à la demande du débiteur, être désigné en qualité de mandataire à l exécution de l accord constaté ou homologué pour la durée de son exécution. En cas de difficulté dans l exercice de sa mission, le mandataire pourra saisir le président du tribunal ou le tribunal qui pourra alors mettre fin à sa mission. Le débiteur pourra également, à tout moment, solliciter qu il soit mis fin à sa mission (sur quels critères? Le texte ne le dit pas). Les représentants du personnel seront informés par le débiteur du contenu de l accord uniquement lorsque son homologation est sollicitée. Ce n est pas prévu pour une demande de constatation. Le pouvoir du président du tribunal d imposer des délais au cours de la conciliation est étendu à la période d exécution de l accord et ce, à l encontre des créanciers appelés à la conciliation - à l exception des créanciers publics - au titre des créances qui ne font pas l objet de l accord. De même que pour les délais consentis en cours de période de conciliation, la déchéance de ces délais consentis en cours d exécution de l accord pourra être prononcée par le juge qui décidera la résolution de l accord de conciliation. Le bénéfice du privilège de new money jusque là réservé aux apports et prestations consentis en exécution de l accord homologué bénéficie désormais aux seuls apports consentis dans le cadre des négociations de l accord. Il 1

2 semble que les apports réalisés en application de l accord ne bénéficient plus du privilège, mais cela reste à confirmer selon l interprétation qui sera faite du texte. En matière de rémunération du mandataire ad hoc, du conciliateur et du mandataire à l exécution de l accord, de nouvelles règles sont instituées : - l avis du parquet devra être recueilli en matière de conciliation et de mandat à l exécution de l accord ; - La rémunération des mandataire ad hoc, conciliateur et mandataire à l exécution de l accord sera arrêtée à l issue de leur mission par une ordonnance qui est communiquée au ministère public ; - Elle ne devra pas comporter de frais d ouverture de dossier ou être déterminée en considération des abandons de créance obtenus. En matière contractuelle, sont réputées non écrites les clauses qui, du seul fait de l ouverture d un mandat ad hoc ou d une conciliation : Modifient les conditions de poursuite d un contrat en cours en diminuant les droits ou en aggravant les obligations du débiteur ; Mettent à la charge du débiteur les honoraires de conseils du créancier excédant un plafond qui doit être fixé par arrêté du ministère de la justice. II En matière de procédures collectives : 2.1 Procédures nouvelles : Le texte introduit deux nouvelles procédures : - Une procédure dite de sauvegarde accélérée, qui est en fait une adaptation de la SFA (2.1.1) ; - Une procédure de rétablissement professionnel (2.1.2) la Sauvegarde accélérée : Seront éligibles les débiteurs : - dont les comptes ont été certifiés par un commissaire aux comptes ou établis par un expert-comptable et dont le nombre de salariés, le chiffre d affaires et le total de bilan seront fixés par décret en conseil d état ; ou qui ont établi des comptes consolidés (sans critères tenant à la taille de l entreprise) ; - qui font déjà l objet d une conciliation et qui peuvent justifier de ce que leur projet de plan, au regard de l adhésion vraisemblable des créanciers, est susceptible d être adopté dans un délai court porté, par rapport au délai prévu pour la SFA, de un à trois mois correspondant à la durée de cette nouvelle procédure. Tous les créanciers dont la créance est née antérieurement au jugement d ouverture (et non plus seulement ceux appartenant au comité des établissements de crédit) seront concernés, ainsi que tous les cocontractants. La constitution des comités sera en tous cas ordonnée dans le jugement d ouverture de la sauvegarde accélérée, peu important que les seuils tenant à la taille de l entreprise rendant leur constitution obligatoire ne soient pas atteints. La sauvegarde financière accélérée est conservée puisque le tribunal pourra ouvrir une procédure limitée aux seuls membres du comité des établissements de crédit et à la masse des obligataires. Dans ce cas, la durée de la procédure sera limitée à un mois renouvelable une fois. Pour favoriser le respect de ce délai, le délai réduit de réponse des membres du comité sera ramené de quinze à huit jours Procédure de rétablissement professionnel: Cette nouvelle procédure sera ouverte à tout débiteur personne physique qui : ne fait pas l objet d une procédure collective en cours ; n a employé aucun salarié au cours des six derniers mois ; n est impliqué dans aucune instance prud homale ; dont la valeur de l actif est inférieure à un montant fixée par décret ; n a pas affecté à l activité professionnelle en difficulté un patrimoine séparé de son patrimoine personnel ; n a pas fait l objet, depuis moins de cinq ans, au titre de l un quelconque de ses patrimoines, d une liquidation judiciaire clôturée pour insuffisance d actif ou d une autre procédure de rétablissement professionnel. Le débiteur qui sollicite l ouverture d une liquidation judiciaire pourra, par le même acte, solliciter l ouverture de la procédure rétablissement professionnel. Le jugement d ouverture désignera un juge commis chargé de recueillir les éléments sur la situation patrimoniale du débiteur, assisté d un mandataire judiciaire notamment chargé d informer les créanciers connus de l ouverture de la procédure et de recueillir leurs déclarations de créances qui devront être régularisée dans un délai de deux mois. Sa durée sera de quatre mois. 2

3 La clôture de la procédure aura pour effet de suspendre l interdiction d émettre des chèques. Le juge-commis sera investi des pouvoirs : d enquête identiques à ceux du juge-commissaire en procédure collective. d ordonner, pour une durée limitée à quatre mois, le report du paiement des sommes dues à un créancier poursuivant ou la suspension des mesures d exécution initiées par un créancier poursuivant. Le mandataire pourra prendre des mesures conservatoires des droits du débiteur et en rendra compte au juge. La clôture de la procédure de rétablissement professionnel aurait pour effet d effacer les dettes à l égard des créanciers qui ont été portées à la connaissance du juge-commis par le débiteur. 2.2 Modifications et adaptation des procédures existantes : Le projet introduit notamment des modifications spécifiques en matière : - de procédure (2.2.1) ; - de désignation des organes des procédures (2.2.2) ; - de déroulement et de clôture de la procédure (2.2.3) ; - de déclaration des créances et de droits des créanciers (2.2.4) - d issues de la procédure (plan, fonctionnement des comités de créanciers, cession) (2.2.5) ; - de sanctions (2.2.6) Points spécifiques de procédure: La décision de dépaysement rendue pour l ouverture d un mandat ad hoc ou d une conciliation emportera prorogation de compétence au profit de la même juridiction saisie d une demande d ouverture d une procédure collective qui fait immédiatement suite à la procédure de prévention. Lorsque des sociétés d un même groupe saisissent plusieurs tribunaux, un administrateur et un mandataire judiciaire communs pourront être désignés et une mission de coordination pourra leur être confiée selon des modalités à fixer par décret. La possibilité pour le tribunal d entendre toute personne dont l audition lui paraît utile jusque là prévue pour la seule ouverture de la procédure - sera étendue à toute la procédure. Sans préciser duquel il s agit (vraisemblablement le commissaire au redressement productif), le tribunal pourra entendre le «représentant de l Etat». Pour les procédures avec état de cessation des paiements (redressement et liquidation judiciaire), toute notion à une saisine d office du tribunal sera supprimée. Elle sera également supprimée pour l extension de procédure pour confusion de patrimoines ou fictivité de la personne morale, en particulier en matière de sauvegarde. Elle est en revanche maintenue pour convertir la sauvegarde en redressement judiciaire lorsqu il apparaît après l ouverture de la procédure que l entreprise était déjà en état de cessation des paiements au moment du prononcé du jugement. A noter cependant que si le président du tribunal est informé de ce que les conditions d ouverture, selon le cas, du redressement ou de la liquidation judiciaires, sont réunies, il en informera le parquet par une note sur les faits de nature à motiver la saisine du tribunal. Lorsque le tribunal sera saisi par le parquet, le président ne pourra siéger dans la formation ou participer aux délibérés, à peine de nullité du jugement. Le débiteur pourra prendre l initiative de la saisine du tribunal à fin : - d extension de la procédure en cas de confusion des patrimoines ou de fictivité de la personne morale ; - de conversion de la procédure en redressement judiciaire s il apparaît après l ouverture de la sauvegarde que l entreprise était déjà en état de cessation des paiements au moment du prononcé du jugement. Le juge-commissaire ne pourra siéger dans les formations de jugement ni participer au délibéré de la procédure dans laquelle il a été désigné et ce, à peine de nullité du jugement. Cette disposition désormais insérée au chapitre relatif à la procédure est donc générale et ne se limite plus aux sanctions. Elle a consécutivement été supprimée des chapitres relatifs aux sanctions Sur la désignation des organes de la procédure : La désignation des mandataires de justice pourra intervenir sur proposition : - du ministère public qui, même en sauvegarde, pourra soumettre le nom d un ou plusieurs administrateurs et mandataires judiciaires, sur quoi les observations du débiteur seront sollicitées ; le rejet de sa proposition devra être spécialement motivé ; en liquidation judiciaire, il pourra proposer le nom d un administrateur judiciaire (pour les besoins de la mise en œuvre de la cession, notamment) ; - en sauvegarde uniquement, du débiteur qui pourra proposer le nom d un ou plusieurs administrateurs ; Par ailleurs, le tribunal sollicitera les observations : 3

4 - des AGS sur la désignation du mandataire judiciaire ou du liquidateur (selon le cas), lorsque le nombre des salariés sera au moins égal à un seuil à fixer par décret en Conseil d Etat ; - du débiteur : en redressement judiciaire, sur la désignation de l administrateur judiciaire ; et - du créancier poursuivant en redressement judiciaire sur la désignation du mandataire judiciaire (la même disposition n est pas prévue pour ce qui concerne le liquidateur judiciaire). Les conditions de remplacement des mandataires de justice sont élargies en matière de sauvegarde et de redressement judiciaire : - le mandataire judiciaire (et non plus seulement l administrateur) pourra être remplacé par le tribunal à l initiative du débiteur. - l administrateur judiciaire (et non plus seulement le mandataire) pourra être remplacé à l initiative de tout créancier. Il est expressément prévu que les organismes centralisés par la CCSF et les AGS pourront être désignés contrôleurs. Il semble qu il s agisse d une réserve de postes spécifique à ces deux types d organismes qui s ajouteraient aux 5 postes prévus jusque-là pour l ensemble des créanciers Sur le déroulement de la procédure et sa clôture : Si l acte de disposition, le compromis ou la transaction sont susceptibles d avoir une incidence déterminante sur l issue de la procédure, le juge-commissaire ne pourra les autoriser qu après avoir recueilli l avis du ministère public. S agissant du paiement des créances antérieures pour permettre la levée de l option autorisée par le jugecommissaire, la référence à la valeur vénale des biens est supprimée, de sorte qu il semble que le paiement des créances antérieures pourra être supérieur à cette valeur. La demande de conversion de la procédure de sauvegarde en redressement judiciaire jusque là réservée au débiteur pourra être demandée, lorsqu aucun plan n a pu être adopté par les comités, par l administrateur judiciaire, le mandataire judiciaire ou le ministère public. La référence à des paiements systématiquement au comptant sauf accord particulier pour les prestations réalisées au cours de la période d observation sera supprimée en matière de sauvegarde. Elle sera en revanche introduite expressément en matière de redressement judiciaire. Le jugement d ouverture rendra immédiatement exigible le montant non libéré du capital social et le mandataire judiciaire aurait qualité pour mettre un associé en demeure de payer les souscriptions en capital non libérées. Sur le dessaisissement du débiteur en liquidation judiciaire : les dispositions de l article du Code civil sont modifiées et la personne morale ne prendra plus fin par l effet du jugement d ouverture de la liquidation judiciaire mais par celui d un jugement ordonnant la clôture de la procédure pour insuffisance d actifs. Les dispositions spéciales du livre VI relatives aux dirigeants sociaux et au siège social sont consécutivement supprimées. La clôture de la procédure de liquidation judiciaire pourra être prononcée lorsque l intérêt de la poursuite est disproportionné par rapport aux difficultés de réalisation des actifs résiduels. La clôture de la procédure pourra être prononcée même en présence de litiges en cours, le tribunal désignant alors un mandataire avec pour mission de poursuivre les instances et, le cas échéant, d en répartir le produit. Cette mesure sera d application immédiate aux procédures en cours au 1 er juillet Diverses mesures améliorant l efficacité de la procédure de liquidation judiciaire simplifiée sont également intégrées Sur la déclaration de créance et les droits des créanciers : Le débiteur, partie à une instance interrompue par l effet du jugement d ouverture, sera tenu d informer le créancier poursuivant dans les dix jours dudit jugement et ce, à peine d interdiction de gérer s il a sciemment manqué à cette obligation (en cas de redressement ou de liquidation judiciaire). Le débiteur qui aura porté une créance à la connaissance du mandataire judiciaire (dans le cadre de la liste de créanciers remise dans les huit jours de l ouverture de la procédure?), sera présumé avoir agi pour le compte du créancier tant que celui-ci n aura pas adressé la déclaration de créance. Le créancier pourra ratifier la déclaration faite en son nom jusqu à ce que le juge statue sur l admission de la créance. Cette disposition est la consécration de l évolution jurisprudentielle récente qui permet au créancier de justifier du pouvoir du préposé ou du mandataire jusqu au jour où le juge statue. Le créancier relevé de sa forclusion devra déclarer sa créance dans un délai d un mois à compter de la notification de la décision. 4

5 En matière de déclaration provisionnelle, en cas de procédure administrative d établissement de l impôt, l établissement définitif des créances devra être effectué avant le dépôt au greffe du compte rendu de fin de mission du mandataire. Lorsque la commission départementale est saisie d un désaccord entre le redevable et l administration, le délai est suspendu jusqu à réception de l avis de la commission. La réforme prévoit que la déclaration de créance interrompra la prescription jusqu à la clôture de la procédure et vaudra acte de poursuites, dispensant donc le créancier de toute mise en demeure. A contrario, le créancier qui n a pas déclaré verra sa créance prescrite à l expiration du délai de droit commun. En matière de relevé de forclusion, la référence au caractère volontaire de l omission de la créance sur la liste de créanciers remise dans les huit jours de l ouverture de la procédure sera supprimée. La démonstration de la seule omission suffira donc. L extension à un an du délai pour introduire l action en relevé de forclusion pour les créanciers placés dans l impossibilité de connaître l existence de la créance avant l expiration du délai de six mois de principe sera supprimée, mais le point du délai sera la date à laquelle il est établi que le créancier ne pouvait ignorer l existence de sa créance. En matière de contestation des créances, l absence de réponse dans le délai de trente jours à réception de la proposition du mandataire judiciaire n emportera plus interdiction de contestation de cette proposition si la discussion porte sur la régularité de la déclaration Sur l issue de la procédure: Sur l élaboration du projet de plan En matière de sauvegarde, lorsque le plan prévoit une augmentation du capital social, les clauses d agrément retrouveraient leurs effets puisque leur caractère non écrit est supprimé. En revanche, elles demeurent écartées en matière de plan présenté en redressement judiciaire. Lorsque, dans le jugement qui arrête le plan, le tribunal donne mandat à l administrateur de convoquer l assemblée générale extraordinaire pour la mise en œuvre des modifications prévues par le plan, il pourra décider que l assemblée statuera sur première convocation à la majorité des voix présentes ou représentées dès lors qu elles représentent au moins la moitié des titres ayant le droit de vote. En redressement judiciaire, à défaut de reconstitution des capitaux propres, l administrateur aura qualité pour demander la désignation d un mandataire chargé de convoquer l assemblée et de voter à la place des associés opposants lorsque le projet de plan prévoit une modification du capital ou des cessions de titres au profit de personnes s engageant à respecter le plan. Les créances bénéficiant du privilège de new money ne pourront plus se voir imposer les délais uniformes par le tribunal, à l instar des créances superprivilégiées et des créances dont le montant est le plus faible Dans le cadre des comités, en sauvegarde, Les créanciers pourront présenter leur propre projet de plan à l administrateur qui devra en faire rapport. En présence d un tel projet concurrent proposé par les créanciers, les comités seront consultés sur chacun des projets. En l absence de proposition du débiteur, l administrateur, pourra fixer le délai dans lequel les comités devront se prononcer le cas échéant sur le seul projet de plan des créanciers, donc. Les créanciers tenus par des conventions de vote conditionnel, ayant pour objet le paiement de leurs créances par des tiers ou par des accords de subordination seront tenus d en informer l administrateur. Ce dernier leur soumettra des modalités de calcul des voix correspondant aux créances leur permettant d exprimer un vote et pourra saisir le président du tribunal en référé en cas de désaccord. En cas d adoption en comités d un plan différent de celui proposé par le débiteur, celui-ci sera soumis, le cas échéant, au vote de l assemblée générale et fera l objet des consultations des représentants du personnel et des communications aux contrôleurs, à l inspection du travail et au ministère public. Lorsque le plan a été adopté par chacun des comités de créanciers, le tribunal statuera sur ledit plan, ainsi que sur le plan dit «de droit commun» proposé aux créanciers non membres des comités. Il semble que la juridiction disposera alors d un choix entre les différents plans proposés pour retenir celui qui lui paraît le mieux à même d assurer la pérennité de l entreprise. Dans le cadre de l assemblée des obligataires convoquée pour délibérer sur le projet de plan adopté par les comités, comme dans le cadre du comité des établissements de crédit, sont seules prises en compte les créances obligataires qui ne sont pas assorties d une fiducie constituée à titre de garantie. Et les conventions de vote doivent être déclarées à l administrateur dans les mêmes conditions que celles existantes en matière de comité des établissements de crédit. 5

6 Si le plan n a pu être adopté dans le délai de 6 mois faute pour les comités ou l assemblée des obligataire de s être prononcés, le tribunal pourra, à la demande de l administrateur, fixer un nouveau délai dans la limite de la durée de la période d'observation Dans le cadre des comités en redressement judiciaire En plus des dispositions applicables à la sauvegarde, les aménagements spécifiques au redressement judiciaire seront les suivants. Une consultation des représentants du personnel avant le vote des comités est instituée. Lorsque des personnes tierces à l actionnariat s engagent à exécuter le plan sous condition d une participation au capital, le projet de plan voté par les comités sera soumis à l assemblée générale Sur l exécution et la résolution du plan : Le commissaire à l exécution du plan pourra saisir le tribunal pour obtenir une modification substantielle du plan au profit des créanciers lorsque la situation du débiteur permettra de l envisager. La mission du commissaire à l exécution du plan ne prendra fin qu au paiement de la dernière échéance prévue par le plan si celle ci est postérieure à celle stipulée avant l ouverture de la procédure. La réforme comporte également des précisions quant à la mise en œuvre des licenciements prévus dans ou consécutifs au plan de sauvegarde ou de redressement ou à la mise en œuvre du plan de cession Dispositions spécifiques à la cession : En matière de redressement judiciaire, si le ou les plans proposés apparaissent insusceptibles de permettre le redressement de l entreprise ou en l absence de tels plans, le tribunal pourra, sur demande de l administrateur, ordonner la cession totale ou partielle de l entreprise. Après avis du ministère public, le tribunal pourra décider de ne pas fixer le délai limite de dépôt des offres si les offres formulées dans le cadre du mandat ad hoc ou de la conciliation remplissent les conditions de recevabilité de toute offre de cession. La quote-part de prix affectée aux créanciers titulaires de sûretés spéciales devra correspondre au rapport entre la valeur de l actif grevé et la valeur totale des actifs cédés figurant à l inventaire. En matière de cession d actifs isolés : l exception aux incompatibilités du dirigeant et de ses parents et alliés pour les autoriser à acquérir sera étendue, moyennant une décision spécialement motivée du juge-commissaire, aux immeubles sur requête du ministère public ; et aux actifs mobiliers de faible valeur il statuera dans ce cas après avis du parquet Sur les sanctions : La réforme introduit de nouveaux cas de : - faillite personnelle à l encontre du dirigeant ayant déclaré sciemment, au nom d un créancier, une créance supposée ; - interdiction de gérer à l encontre du débiteur partie à une instance interrompue par le jugement d ouverture qui aurait sciemment manqué à l obligation d en informer le créancier. * * * Le texte finalement adopté est donc fidèle, dans ses grandes orientations à celui qui avait fait l objet des consultations, même si certains points qui avaient soulevé beaucoup d interrogations voire d inquiétudes (notamment la cession forcée des titres ou de l entreprise en l absence de vote de l assemblée générale conforme au plan adopté en comités ou les recours suspensifs contre la désignation des mandataires de justice) n ont finalement pas été retenus. Nous sommes à votre disposition pour évoquer les différents points de cette réforme. Serge Pelletier * * * 6

7 38 rue de Bassano Paris Tél : Fax : IMPORTANT : le présent mail et son contenu sont protégés par les règles de confidentialité de la profession d Avocat. Toute communication, copie ou révélation de son contenu à d'autres personnes que son destinataire est strictement interdite. Si ce mail ne vous est pas destiné, nous vous remercions de nous en avertir immédiatement par téléphone au ou par retour de mail et de le détruire sans en conserver de copie. The information transmitted is intended only for the person to whom or entity to which it is addressed and may contain confidential and/or privileged material. Any review, retransmission, dissemination or other use of, or taking of any action in reliance upon, this information by persons or entities other than the intended recipient is prohibited. If you received this in error, please contact the sender by reply or by phone and delete all copies of the material 7

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L

C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L 1 C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L Note de présentation de la loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises portant réforme des procédures collectives et du décret

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2005-1677 du 28 décembre 2005 pris en application de la loi n o 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

La prévention des difficultés des entreprises

La prévention des difficultés des entreprises La prévention des difficultés des entreprises Le Tribunal de Commerce et la prévention judiciaire : - Convocation par le TC - Le Mandat Ad Hoc - La conciliation Anciens Juges du TC, Experts- Comptables,

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009

L ENTREPRISE FACE A LA CRISE. Entreprises en difficulté 2009 L ENTREPRISE FACE A LA CRISE 1 I] Les outils pour réagirr #La mensualisation des remboursements de crédit de TVA #Le remboursement anticipé des créances de carry back #Le remboursement accéléré des excédents

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015

L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR. ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 L atelier «copropriétés en difficulté» de l ORHL Actualités Loi ALUR ADIL Métropole de Lyon Département du Rhône Juin 2015 Loi ALUR et copropriété. Introduction Objectif de la loi ALUR en matière de copropriété

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2010-1512 du 9 décembre 2010 portant adaptation du

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

I. LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE

I. LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE 1. Préambule L'ouverture de la sauvegarde est subordonnée à la démonstration par l'entreprise qu'elle n'est pas en mesure de surmonter, seule, ses difficultés. Cette procédure

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

GESTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA

GESTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA Manuel pratique du recouvrement des créances sur les entreprises en difficulté en zone Ohada MANUEL PRATIQUE de GESTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA Manuel à l usage des

Plus en détail

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)

Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) Entreprise en difficulté : L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL) L EIRL est une entreprise individuelle. Elle permet aux entrepreneurs individuels de mettre leur patrimoine personnel

Plus en détail

Fiche pratique : CIDUNATI

Fiche pratique : CIDUNATI CIDUNATI. Fiche pratique : CIDUNATI Titre I : Tribunal de Commerce La procédure de conciliation Une procédure trop méconnue En France une entreprise sur 2 disparaît moins de 5 ans après sa création, les

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Le surendettement des particuliers

Le surendettement des particuliers Note d information Le surendettement des particuliers La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement des particuliers et des familles», dite «loi Neiertz»,

Plus en détail

Multirisque Professionnelle

Multirisque Professionnelle Multirisque Professionnelle Dispositions Générales DG 2012 Des Intermédiaires en Assurances Des Intermédiaires en Opérations de Banque & Services de Paiement Des Démarcheurs Bancaires et Financiers Des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Bordeaux statuant au contentieux N 04BX02064 Inédit au Recueil Lebon M. Jean-Michel BAYLE, Rapporteur M. PEANO, Commissaire du gouvernement M. LEPLAT, Président CABINET D

Plus en détail

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel 325 MANUEL DES NORMES TITRE 6 NORMES RELATIVES AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE 326 6000. NORMES ET COMMENTAIRES DES NORMES RELATIFS AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE SOMMAIRE

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire

Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Je suis créancier d une société en procédure de réorganisation judiciaire Droits moyens d actions Stéphane Dantinne 1 Objectif préserver, sous le contrôle du juge, la continuité de tout ou partie de l

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

sur 100 entreprises défaillantes : en état de cessation des paiements dépôt de bilan de l'entreprise jugement d'ouverture du tribunal de commerce

sur 100 entreprises défaillantes : en état de cessation des paiements dépôt de bilan de l'entreprise jugement d'ouverture du tribunal de commerce Prévenir les difficultés des entreprises www.oise.cci.fr Anticipez les difficultés la prévention des difficultés constat Les très petites entreprises (TPE, soit 2,3 millions d'entreprises de 0 à 19 salariés)

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

Entreprises en Difficultés. Propositions d amendements du Livre V du Code de Commerce. Avril 2007

Entreprises en Difficultés. Propositions d amendements du Livre V du Code de Commerce. Avril 2007 Entreprises en Difficultés Propositions d amendements du Livre V du Code de Commerce Avril 2007 Cette publication a été développée pour revue par l Agence Américaine pour le Développement International

Plus en détail

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise I Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 2 PERENNITE ENTREPRISE I : Être acteur au moment critique Pour

Plus en détail

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective Lettre d information N 5 Sous l empire de l ancienne loi, les créanciers postérieurs dits «de l article 40» (art. L. 631-32 du Code de

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement.

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement. redressement immatriculation majorité copropriété syndic conseil par Vincent Faurie Christine Foury Sonia Hermès GROUPE immobilier 12. LA LOI ALUR : RECENSER - PRÉVENIR - LUTTER CONTRE LES COPROPRIÉTÉS

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN ESPAGNE PROCEDURE UNIQUE DE CONCOURS

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN ESPAGNE PROCEDURE UNIQUE DE CONCOURS L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES EN ESPAGNE PROCEDURE UNIQUE DE CONCOURS I. L OUVERTURE DE LA PROCEDURE... 3 A. LES CONDITIONS DE L'OUVERTURE... 3 B. LES EFFETS DE L OUVERTURE... 4 II. LES ISSUES DE LA

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, Jean Louis MENUDIER, FOLOU IGNACE et Jacob AMEMATEKPO, Assesseurs,

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, Jean Louis MENUDIER, FOLOU IGNACE et Jacob AMEMATEKPO, Assesseurs, KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1018/13 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 12 /12/2013

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

LE DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE L APPORT DE LA LOI DE SAUVEGARDE

LE DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE L APPORT DE LA LOI DE SAUVEGARDE LE DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE L APPORT DE LA LOI DE SAUVEGARDE Maître Jean-François TOGNACCIOLI Avocat au Barreau de Nice Président de la Commission de Droit de la Faillite de l Union des Avocats

Plus en détail

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée L E.I.R.L. Novembre 2013 L Entrepreneur Individuel à Responsabilité limitée 2 Nouveautés À qui s adresse se statut d EIRL? Quelle procédure accomplir?

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle?

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle? Pratique d experts 9 Assemblées générales 2014 (sociétés cotées et sociétés non cotées) Toutes les nouveautés pour la préparation de vos assemblées générales : rapports à présenter, décisions à prendre,

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété.

Le recours à ce progiciel est destiné aux syndics de copropriété et aux syndicats de copropriété. CONVENTION D ASSISTANCE ADMINISTRATIVE, INFORMATIQUE, TECHNIQUE ET FINANCIERE SOUMISE A L ASSEMBLEE GENERALE DES COPROPRIETAIRES, EN CAS DE CHARGES IMPAYEES, APRES MISE EN DEMEURE PAR LE SYNDIC ARTICLE

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

PROCEDURES D ALERTE, AMIABLES & COLLECTIVES

PROCEDURES D ALERTE, AMIABLES & COLLECTIVES PROCEDURES D ALERTE, AMIABLES & COLLECTIVES 1 PROCEDURE D ALERTE 1.1 Par les commissaires aux comptes S il y a des faits de nature à compromettre la continuité de l exploitation, 1.1.1 Dans une SA, 1.1.1.1

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

REGLEMENT DE LA DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTROLE DE GESTION (DNACG) DE LA FFVB. Edition Juillet 2015

REGLEMENT DE LA DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTROLE DE GESTION (DNACG) DE LA FFVB. Edition Juillet 2015 TABLE DES MATIERES Pour accéder directement aux chapitres, cliquez sur le chapitre puis Ctrl + clic DNACG DE LA FFVBDNACG DE LA FFVB Article 1 Définition Article 2 Rôle Article 3 - Organisation Article

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières

Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières (Ordonnance sur la faillite bancaire, OFB) du 30 juin 2005 La Commission fédérale des

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur

TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS. Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction du tuteur Ces dispositions ne concernent pas les renouvellements à l identique des mesures de tutelle. Par contre, si

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine Conditions Générales d Utilisation du Service «Nom de domaine pro» Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles le Relais Internet, département

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

INFORMATIONS PREALABLES

INFORMATIONS PREALABLES CENTRE PLUS Annonces des entreprises à reprendre Data room : 9 rue Camille Desmoulins CS 60013 www.ajsamson.com 66026 PERPIGNAN CEDEX Tél. 04.68.51.31.86 Télécopie 04.68.35.55.02 E-mail : andre.samson@etude-samson.fr

Plus en détail

REGLEMENT DE LA DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTROLE DE GESTION DE LA FFVB Edition Juillet 2013 - Application à partir de la Saison 2013/2014 -

REGLEMENT DE LA DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTROLE DE GESTION DE LA FFVB Edition Juillet 2013 - Application à partir de la Saison 2013/2014 - 1 1.1. Définition 1 DNACG DE LA FFVB En application de l'article L 132-2 du code du sport, il est institué une Direction Nationale d Aide et de Contrôle de Gestion (DNACG), chargée d'assurer le contrôle

Plus en détail

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme

La loi ALUR (accès au logement et urbanisme La loi ALUR réforme notamment la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. En voici les principales nouveautés. ALUR et statut de la copropriété Par Séverine Antunes, consultante à la

Plus en détail

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI),

le Fichier central des chèques (FCC) et le Fichier national des chèques irréguliers (FNCI), Le rôle du Fichier central des chèques et du Fichier national des chèques irréguliers Note d information La Banque de France a reçu du législateur la mission de «veiller au bon fonctionnement et à la sécurité

Plus en détail

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014.

Rappel chronologique. Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Information Atelier PLH Grand Avignon 7 octobre 2014 Rappel chronologique Projet de loi présenté au Conseil des ministres du 26 juin 2013. Loi votée les 20 et 21 février 2014. Décision du Conseil constitutionnel

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

ne restez pas seuls face à vos difficultés!

ne restez pas seuls face à vos difficultés! Pour plus d informations : www.tribunauxdecommerce.fr www.cngtc.fr www.infogreffe.fr www.service-public.fr www.redressement-productif.gouv.fr www.cip-national.fr ENTREPRENEURS ne restez pas seuls face

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée.

PROJET DE LOI. relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée. PROJET DE LOI adopté le 5 mai 2010 N 96 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 PROJET DE LOI relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée. Le Sénat a adopté, dans les conditions prévues à

Plus en détail

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012

LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 LA CAUTION SOLIDAIRE ASSOCIATION DE CAUTIONNEMENT MUTUEL Autorisée par arrêtés ministériels du 1 er mai 1931 et du 25 octobre 1937 STATUTS 2012 Chapitre 1 - OBJET DE L ASSOCIATION ADHÉSIONS DÉMISSIONS

Plus en détail

Les dispositions à prendre en cours de fonction

Les dispositions à prendre en cours de fonction TRIBUNAL D INSTANCE D AMIENS Les dispositions à prendre lors de la prise de fonction de Curateur dans le cadre d une curatelle dite renforcée (article 472 du code civil) Ces dispositions ne concernent

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES

LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES LA PREVENTION DES DIFFICULTES DANS LES ENTREPRISES AGRICOLES La CAVB est propriétaire des droits de ce répertoire d information non exhaustif et sa responsabilité ne serait être engagée en cas d erreurs

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail