I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant. II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL"

Transcription

1 LA REFORME DE L AIDE A L ACCESSION Un premier bilan Résumé I. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant II. Élargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL III. Un essai de prospective : l impact de la réforme sur les différents modèles d accession Annexes A.N.I.L. Janvier 1996

2 Un premier bilan de la réforme de l aide à l accession peut certes paraître prématuré, après quelques mois de mise en oeuvre. Au-delà de l effet du lancement du prêt à 0 % sur le volume des projets, aisément perceptible dans les statistiques des ADIL et des établissements prêteurs, après une longue période d attentisme, il n est cependant pas trop tôt pour étudier de façon plus prospective son impact éventuel sur le profil des accédants et leur projet. Cette analyse est fondée sur les éléments suivants. Avec la collaboration des organismes prêteurs, l ANIL a dressé un premier état des dossiers de prêts au 31 décembre 1995, ainsi que des principales caractéristiques des emprunteurs et de leurs projets. L évolution du public des ADIL au cours du dernier trimestre 1995 est de même étudiée. Un retraitement des données recueillies au second trimestre 1995, dans le cadre de l enquête «localisation», a par ailleurs permis de mesurer l impact du nouveau dispositif sur les différents profils de ménages et par là-même, sur la structure de la demande d accession. Les dossiers de prêt à la fin de l année 1995 : un premier bilan encourageant De 28 à offres de prêt à 0 % étaient émises par les prêteurs et acceptées au 31 décembre dernier, soit pour une période de deux mois et demi de mise en oeuvre effective du nouveau dispositif. Parmi les financements complémentaires, les PAS sont très nombreux ; les organismes prêteurs notent en outre une forte proportion de prêts épargne-logement dans les plans de financement. 75 à 80 % des emprunteurs bénéficient d un différé de remboursement total ou partiel du prêt à 0 %, ce qui signifie que leur revenu de référence (année n-2) est inférieur à 3 SMIC, soit F par mois. Il s agit surtout de ménages d ouvriers et d employés avec 1 ou 2 enfants. Les projets sont d un montant modeste, de l ordre de 450 à F. Dans l ensemble, 16 à 18 % des opérations se font en ancien avec travaux ; mais cette proportion est encore très inégale selon les organismes prêteurs et les régions. Peu de données sont disponibles ANIL - 11/04/2012 2

3 pour l Ile-de-France ; en province, les régions de l ouest et du sud de la France semblent les plus dynamiques (Bretagne, Languedoc-Roussillon, par exemple). Elargissement du public et fréquentation en hausse dans les ADIL Pour les 20 départements étudiés, les projets faisant appel au prêt à 0 % ont représenté un cinquième des consultations financières de l année 1995 et plus de la moitié de l activité du dernier trimestre. Les trois quarts de ces projets concernent un logement neuf, et 25 % un logement ancien avec travaux. Le profil des consultants susceptibles de bénéficier d un prêt à 0 % diffère peu de celui de l ensemble du public des ADIL. La comparaison avec la clientèle du PAP est en revanche très éloquente, et traduit bien l élargissement du dispositif d aide à l accession. Cinq points retiennent principalement l attention : la progression de la part de petits ménages et de consultants disposant de revenus un peu plus élevés qu auparavant, celle des locataires HLM dans quelques départements, le retour de candidats sans apport personnel et la forte augmentation des simulations effectuées en neuf. Le prêt à 0 % semble en fait avoir attiré - ou «réveillé» - deux types de candidats à l accession : une clientèle dotée d un apport conséquent, voire très important, qui avait différé son projet d acquisition d un logement neuf ; une clientèle disposant de moins de F d apport, qui s est tournée beaucoup plus massivement que par le passé vers des projets en ancien avec travaux et surtout, en neuf. Les montages financiers des projets «0 %» - éligibles au PAS ou au PC dans les trois quarts des cas - associent majoritairement 3 ou 4 prêts, si ce n est plus. Les financements «d appoint» (épargne-logement et prêt employeur, pour l essentiel) sont tout aussi largement mobilisés que dans les anciens dossiers PAP. ANIL - 11/04/2012 3

4 Un essai de prospective : l impact de la réforme sur les différents modèles d accession Au cours de l étude sur le choix de la localisation des ménages, les ADIL avaient interrogé, au second trimestre 1995, quelques 2400 candidats à l accession dans 46 départements. Afin de mesurer l impact de la réforme de l accession sur les différents profils d accédants, leurs plans de financement ont été reconstitués en fonction du nouveau dispositif. L impact du prêt à 0 % sur la capacité d investissement des ménages a ainsi pu être évalué toutes choses égales par ailleurs, c est-à-dire indépendamment de la baisse des taux intervenue depuis lors, de la baisse des droits de mutation en ancien et de la suppression de divers avantages fiscaux (TVA, TFPB, déduction des intérêts d emprunt). L incidence de ces derniers n étant pas négligeable pour le neuf, seuls les écarts les plus importants - supérieurs à F notamment - peuvent pour ceux-ci être considérés comme significatifs. Mais, plus encore que le montant des écarts entre capacité initiale et finale d investissement, c est leur hiérarchie qui importe, en ce que qu elle permet d analyser la déformation potentielle de la demande des différents types de ménages. Il apparaît d emblée que le public des ADIL se confond largement avec la clientèle du prêt à 0 %, et plus particulièrement avec sa frange la plus sociale : 95 % des ménages interrogés sont éligibles, et les deux tiers d entre eux bénéficieraient d un différé de remboursement. L amélioration théorique de la solvabilité est importante par rapport aux projets initiaux : les écarts sont supérieurs à F pour près de la moitié des consultants. Elle est surtout remarquable pour la clientèle qui s orientait jusqu alors, par défaut et non sans un taux de perte très élevé, vers de modestes opérations en ancien sans travaux : les jeunes ménages et les familles à faibles revenus et surtout, l ensemble des petits ménages. Les catégories de ménages pour lesquelles la solvabilisation n est pas significative sont, en fait, celles qui paraissent traditionnellement les plus motivées et les mieux préparées en vue de l accession individuelle en neuf. Leur comportement ne devrait pas en être modifié. ANIL - 11/04/2012 4

5 L introduction du prêt à 0 % permet ainsi à près de 8 % des ménages de passer le seuil des 450 à F d investissement. Pour les autres ménages, l éventail des capacités d investissement se resserre, de à F au plus. La réforme opère en définitive un élargissement de l aide publique vers de nouveaux profils d accédants. Celui-ci devrait surtout bénéficier, compte tenu de la structure de l offre, à deux modèles radicalement opposés : l accession «citadine» de petits ménages urbains qui ne constitue pas une clientèle traditionnelle, et l accession individuelle des jeunes ménages et familles modestes dans les zones de marché les moins tendues. Pour ces ménages, l extension provisoire du dispositif au marché de l ancien avec 25 % de travaux est susceptible d améliorer la qualité des projets et de limiter les risques en diversifiant les possibilités de choix sur le marché local. Ceci suppose toutefois que les prix des logements anciens concernés n augmentent pas, et que les acteurs - les agents immobiliers en premier lieu - assument un rôle de prescripteur pour ce type de projet, comme cela se pratique en neuf. Il sera toutefois plus long de mobiliser, qui plus est pour une mesure temporaire, ce secteur marqué par une forte inertie des pratiques professionnelles. ANIL - 11/04/2012 5

6 I. LES DOSSIERS DE PRÊT A LA FIN DE L ANNÉE 1995 : UN PREMIER BILAN ENCOURAGEANT De 28 à offres de prêt à 0 % étaient émises et acceptées au 31 décembre dernier, soit pour une période de deux mois et demi de mise en oeuvre effective du nouveau dispositif. Le montant moyen des prêts à 0 % s élève à F et celui des financements complémentaires est de près de F. Les PAS sont très majoritaires ; les organismes prêteurs notent en outre une forte proportion de prêts épargne-logement dans les plans de financement. 75 à 80 % des emprunteurs bénéficient d un différé de remboursement total ou partiel du prêt à 0 %, ce qui signifie que leur revenu de référence (année n-2) est inférieur à 3 SMIC, soit F par mois. Il s agit surtout de ménages d ouvriers et d employés avec 1 ou 2 enfants. Les projets sont d un montant modeste, de l ordre de 450 à F. Dans l ensemble, 16 à 18 % des opérations se font en ancien avec travaux ; mais cette proportion est encore très inégale selon les organismes prêteurs (10 % au Crédit Foncier, 25 % pour la Caisse d Épargne et le Crédit Mutuel) et les régions : si globalement, leur production en ancien est encore marginale, les Caisses d Épargne comptent ainsi 30 % de projets de ce type en Champagne, en Lorraine et dans le Limousin. Peu de données géographiques sont disponibles à ce jour, en particulier pour l Ile-de-France. En province, il apparaît néanmoins que les régions de l ouest et du sud de la France ont été les plus dynamiques (Bretagne, Languedoc-Roussillon, par exemple). ANIL - 11/04/2012 6

7 Prêteur Principales caractéristiques des dossiers Situation au ( 1 ) Crédit Agricole Financements Montant moyen du prêt à 0 % : F Durée moyenne : 19 ans ; 40 % des dossiers en 19 ans Prêts complémentaires : en moyenne F ; PAS surtout et accessoirement PC. Moins de 1 % de prêts-relais Projets 75 % des dossiers en neuf, 25 % en ancien 93 % maison individuelle en diffus Investissement moyen : F Emprunteurs Marié, 32 ans, 2 enfants, 31 % d ouvriers 8 % en provenance du secteur HLM 13 % revendent leur logement antérieur ; 17 % d entre eux ont plus de 55 ans Caisse d Épargne Financements Prêt à 0 % de F en moyenne ( F en province, F en Île-de-France) 80 % des prêts avec un différé d amortissement partiel Montant moyen du financement par opération : F Les 2/3 des prêts complémentaires sont des PAS voire des PC (16%) Les dossiers avec prêt à 0 % ont représenté 40 % de la production globale des Caisses d Épargne au 4 ème trimestre 95 Projets : 97 % en neuf - toutefois plus de 30 % de projets en ancien dans certaines régions : Champagne, Lorraine, Limousin Des projets de 450 à F en moyenne Emprunteurs : Ménages avec 1 enfant, plutôt salariés du privé, revenus inférieurs à F net - Apport personnel de l ordre de 10 % ( F) Il s agit du nombre d offres de prêt à 0 % émises et acceptées au ANIL - 11/04/2012 7

8 Prêteur Principales caractéristiques des dossiers Situation au ( 2 ) Crédit Mutuel Financements Prêt à 0 % moyen de F - 70 % avec différé Les financements complémentaires sont de F en moyenne - 45 à 50 % de PAS Au moins un PEL dans 60 % des projets et uniquement de l épargne logement dans 10 % des cas. Le montant moyen des PEL est de F Projets : 75 % en neuf, 25 % en ancien Emprunteurs : 36 % ont un revenu (N-2) inférieur à 2 SMIC ( 3 ) Crédit Immobilier de France Montant moyen des prêts à 0 % : F 90 % des prêts avec un différé total ou partiel Prêts complémentaires : 80 % de PAS 80 à 90 % des PAP non servis ont été récupérés en dossiers de prêts à 0 % Montant moyen des opérations : F Développement récent des projets en ancien Emprunteurs : cible classique du C.I.F - 2 à 3 SMIC et demi Production importante dans l ouest Crédit Foncier Montant moyen des prêts à 0 % : F - 75 % avec différé Financement complémentaire de F - 93 % de PAS 70 % des PAP non servis ont été récupérés en prêt à 0 % Des projets de 450 à F - 90 % en neuf, 10 % en ancien Répartition géographique : forte production au sud et à l ouest, 20 % en Île-de-France (2 ème couronne) et dans l Oise Banque Hypothécaire Européenne (BHE) Montant moyen du prêt 0 % : F Financement complémentaire : F 90 % des projets en neuf Il s agit du nombre d offres de prêt à 0 % émises et acceptées au offres émises au , dont offres acceptées et déclarables au FGAS. ANIL - 11/04/2012 8

9 Prêteur Principales caractéristiques des dossiers Situation au ( 4 ) U.C.B montant moyen F, 56 % avec différé dont 46 % total 270 pas de PAS en prêt complémentaire ; clientèle jeune et modeste : 23 % moins de 30 ans, 47 % moins de 35 ans ; 26 % des ressources n-2 inférieures à 2 SMIC ; 56 % ont des ressources inférieures à 3 SMIC ; l apport personnel moyen est de F (19 %) ; 33 % d appartements, 89 % d opérations neuves, 46 % des projets en Ile-de-France ; nombreux dossiers dans le sud-est de la France Banque La Hénin Montant moyen des prêts à 0 % : F % des dossiers : durée de 20 à 21 ans 58 % des dossiers en Île-de-France Les emprunteurs ont en moyenne 36 ans - ouvriers, employés, fonctionnaires - revenu imposable moyen (N-2) de F Banques AFB Ensemble à Banque Nationale de Paris : 320 offres émises et acceptées Crédit Lyonnais : 360 offres émises et acceptées montant moyen F, 50 % avec différé dont 30 % total 10 % des emprunteurs ont au plus 25 ans, 25 % de 25 à 30 ans, 45 % de 30 à 40 ans, 20 % plus de 40 ans ; 40 % des projets sont situés en Ile-de-France Banque Populaire Montant moyen des prêts à 0 % : F Financement complémentaire : F en moyenne 28 % des projets en ancien à TOTAL (sur 2 mois et demi de mise en oeuvre effective) Montant moyen des prêts à 0 % de F 75 à 80 % avec différé total ou partiel - ce qui correspond à des revenus inférieurs à 3 SMIC en (N-2) Des projets de l ordre de 450 à F - 16 à 18 % en ancien Production importante dans l ouest et le sud, démarrage plus lent dans le centre et le nord. 28 à Il s agit du nombre d offres de prêt à 0 % émises et acceptées au ANIL - 11/04/2012 9

10 II. ÉLARGISSEMENT DU PUBLIC ET FRÉQUENTATION EN HAUSSE DANS LES ADIL L analyse est fondée sur près de consultations financières effectuées dans 20 ADIL au cours de l année Près de projets comportent un prêt à 0 %, dont 1278 au cours du dernier trimestre 1995, ce qui représente, pour les ADIL étudiées, 19 % des consultations financières de l année 1995 et plus de la moitié de l activité du dernier trimestre. ADIL 3 premiers trimestres 95 Dernier trimestre 95 Total 1995 Ardennes Corrèze Corse du sud Côtes d Armor Finistère Hérault Ille-et-Vilaine Jura Landes Loir-et-Cher Lot Puy-de-Dôme Bas-Rhin Rhône Saône-et-Loire Haute-Savoie Somme Vienne Yonne Essonne Total L évolution du public des ADIL au dernier trimestre 1995 Cinq points retiennent principalement l attention : la progression de la part de petits ménages et de consultants disposant de revenus un peu plus élevés qu auparavant, celle des locataires HLM dans quelques départements, le retour de candidats sans apport personnel et la forte augmentation des simulations effectuées en neuf. ANIL - 11/04/

11 La proportion de petits ménages (isolés et couples sans enfants) a sensiblement progressé au dernier trimestre 1995, par rapport aux profils habituels de couples avec 1 ou 2 enfants. Type de ménage Isolés avec ou sans enfants Couples sans enfants Couples + 1 enfant Couples + 2 enfants Couples + 3 enfants et plus 1 er au 3 eme trim % 20 % 22 % 27 % 13 % 4 eme trimestre % 22 % 21 % 25 % 12 % Année % 20 % 22 % 26 % 13 % Cette évolution est plus nette pour certains départements, dans le Rhône par exemple, où la part des personnes seules passe de 15 à 19 %, et celle des couples sans enfants, de 15 à 19 % également. C est aussi le cas dans les Côtes d Armor et le Loir-et-Cher : ce mouvement n est donc pas l apanage des départements les plus urbanisés. Dans d autres départements, seuls sont en progression les isolés (Ille-et-Vilaine) ou les couples sans enfants (Finistère, Jura, Bas- Rhin, Saône-et-Loire, Haute-Savoie, Essonne). La réforme a par ailleurs conduit dans les ADIL des ménages disposant d un revenu un peu supérieur à l accoutumée, le plus souvent dans le cadre d un simple diagnostic. Cette évolution est particulièrement sensible pour les couples avec un ou deux enfants. Revenu moyen par catégorie, en diagnostic Isolés sans enfants Couples sans enfants Couples + 1 enfant Couples + 2 enfants Ensemble des ménages 1 er au 3 eme trim F F F F F 4 eme trimestre F F F F F Tranches de revenu en F : F F plus de F plus de F plus forte augmentation de 24 à 28 % de 39 à 44 % de 24 à 32 % de 34 à 41 % de 28 à 32 % des ménages Dans les départements pour lesquels cette information est disponible, un accroissement de la proportion de cadres et de professions intermédiaires est de même constaté. Dans le Finistère, ces deux catégories représentent près de 60 % des consultants en diagnostic (dont 24 % de cadres) au dernier trimestre, contre 54 % auparavant. ANIL - 11/04/

12 Les locataires HLM ne sont venus plus nombreux que dans certains départements ; dans l ensemble, ils représentent toujours de l ordre de 19 % des candidats à l accession. Les départements dans lesquels la progression des visites de locataires HLM est la plus sensible sont le Loir-et-Cher (de 27 à 42 % des consultants), le Puy-de-Dôme, le Rhône, et dans une moindre mesure, la Saône-et-Loire (de 25 à 27 %), la Somme et l Essonne. Les consultants sans aucun apport personnel représentent 12 % des candidats au dernier trimestre 1995 ; ils sont deux fois plus nombreux qu au cours des trois trimestres précédents. Fait nouveau, les ménages disposant de moins de F d apport, ont souvent des revenus plus élevés que par le passé. En définitive, la proportion de consultants dotés de moins de F d apport s élève de 26 % à 32 % au quatrième trimestre 1995 ; ils sont ainsi presque aussi nombreux que les consultants disposant de à F : 35 % au dernier trimestre, contre 43 % auparavant. Quels sont ces nouveaux consultants, a priori mal préparés? Comme par le passé, 22 % d entre eux sont des isolés avec ou sans enfants, et 16 %, des couples sans enfants ; un peu plus d un sur cinq est issu du secteur HLM et les deux tiers, du locatif privé. Ces consultants se distinguent surtout de ceux qui venaient jusqu à présent par un niveau de revenu un peu plus élevé. Au cours des trois premiers trimestres 1995, 27 % des ménages ayant un faible apport gagnaient plus de F par mois ; ils sont 38 % au dernier trimestre de l année. En termes de revenu par unité de consommation (UC), l évolution apparaît tout aussi claire : un tiers de ces ménages disposaient de plus de F par UC au dernier trimestre, contre un quart au cours de la période précédente. On constate par ailleurs une légère progression des consultants dotés de gros apports personnels, imputable au report de plusieurs projets, dans l attente de la réforme : 18 % disposent de plus de F, contre 15 % au cours de la période précédente. ANIL - 11/04/

13 Les simulations financières effectuées en neuf, et plus particulièrement en neuf groupé, sont en forte progression ; elles sont relativement stables en acquisition-amélioration. Le report vers le neuf est particulièrement net pour les diagnostics financiers. Type d opération Neuf Neuf groupé / neuf Ancien sans travaux Acquisitionamélioration 1 er au 3 eme trim % 14 % 43 % 20 % diagnostics seuls 40 % 15 % 44 % 16 % 4 eme trimestre % 25 % 31 % 21 % diagnostics seuls 53 % 25 % 30 % 18 % Année % 21 % 39 % 20 % Dans l ensemble, la faisabilité des projets est inchangée, et le taux de perte reste de l ordre de 30 %. On constate une légère dégradation de la faisabilité des diagnostics en neuf, dont le taux de perte passe de 32 à 34 %. Ceci est dû à l arrivée de nombreux ménages disposant de moins de F d apport, dont le taux de perte reste élevé, même si la faisabilité des projets de ce type de ménage s améliore par rapport à la période précédente (elle passe de % à 50 %). En revanche, la faisabilité des plans de financement en neuf s améliore par rapport aux trois trimestres précédents : le taux de perte passe de 25 à 18 %. De même que la progression des apports très importants, il faut voir ici une conséquence de l attentisme de nombreux ménages qui ont repoussé leur projet jusqu à la fin de l année, et sont en mesure à présent de la réaliser dans de meilleurs conditions. La forte proportion de projets neufs de plus de F - de 27 % des opérations neuves au cours des trois premiers trimestres à 36 % au quatrième trimestre - en est un autre signe. ANIL - 11/04/

14 2. Les caractéristiques des opérations financées à l aide d un prêt à 0 % Pour les 20 départements étudiés, plus de la moitié des projets du dernier trimestre 1995 font appel au prêt à 0 %. Les ménages sont souvent venus pour une première information : il s agit dans 68 % des cas de diagnostics financiers - proportion qui n est que de 61 % pour les consultations des trois premiers trimestres. 75 % des projets étudiés concernent un logement neuf, et 25 % un logement ancien avec travaux ; la part de l acquisition-amélioration est donc légèrement plus importante que pour les projets «PAP» étudiés avant la réforme (22 %). Le profil des consultants susceptibles de bénéficier d un prêt à 0 % diffère peu de celui de l ensemble du public des ADIL. La comparaison avec la clientèle du PAP au cours des trois premiers trimestres de l année est en revanche très éloquente, et illustre bien l élargissement du dispositif d aide à l accession à de nouvelles catégories de ménages. Celui-ci se traduit d abord, et sans surprise, par la progression des consultants disposant de revenus plus élevés : le revenu moyen est de F pour les projets «0 %», contre F pour les projets PAP. Surtout, la proportion de personnes isolées et de couples sans enfants atteint 40 %, contre 30 % des projets susceptibles d être financés à l aide d un PAP au cours des trois premiers trimestres Sur ce point, la clientèle du prêt à 0 % s apparente largement à celle du PAS avant la réforme. Type de ménage Isolés avec ou sans enfants Couples sans enfants Couples + 1 enfant Couples + 2 enfants Couples + 3 enfants et plus Projets avec prêt 0 % 18 % 22 % 22 % 25 % 13 % Projets PAP 13 % 17 % 20 % 34 % 16 % Projets PC/PAS des 3 premiers trim % 20 % 24 % 25 % 12 % En revanche la part des locataires HLM est identique et égale à 18 % pour les projets «0 %» et les projets PAP des trois premiers trimestres de l année. L apport personnel moyen est de F pour les projets «0 %», comme pour l ensemble des projets. Il importe toutefois de distinguer neuf et acquisition-amélioration. En neuf, on ANIL - 11/04/

15 constate naturellement, par rapport à la clientèle PAP, une progression des ménages disposant d un apport très faible (24 % des bénéficiaires du prêt à 0 % ont moins de F), mais aussi de ménages disposant de plus de F. L apport moyen s établit ainsi à F, contre F pour les projets PAP. En ancien avec travaux en revanche, seuls progressent les ménages disposant de moins de F d apport (61 % des projets) ; on peut penser que les mieux dotés se sont de plus reportés sur le neuf. L apport moyen s établit donc à F pour ces projets, contre F pour les projets d acquisition-amélioration «PAP». Le prêt à 0 % a en fait attiré - ou «réveillé» - deux types de clientèles : une clientèle dotée d un apport conséquent, voire très important, qui avait différé son projet en neuf ; une clientèle disposant de moins de F d apport, qui s est tournée beaucoup plus massivement que par le passé vers des projets en ancien avec travaux et surtout, en neuf. Au cours des trois premiers trimestres 1995, 50 % des consultants disposant de moins de F s orientaient vers l ancien, 33 % vers l ancien avec travaux, 17 % vers le neuf. Au dernier trimestre, 39 % ont demandé une simulation pour un logement neuf, 31 % pour un logement ancien avec travaux, 30 % pour un logement ancien sans travaux. La faisabilité des projets de ces mêmes ménages peu préparés s est-elle améliorée? Oui, bien que le taux de perte reste très élevé. Au dernier trimestre 1995, le taux de projets différés ou déconseillés a diminué de 61 à 53 % pour les projets d acquisition de logement neuf, alors qu il s est élevé de 53 à 57 % en ancien sans travaux. Pour les seuls ménages ne déclarant aucun apport, le taux de perte est réduit de 70 à 50 % environ, en neuf comme en ancien avec travaux. Des projets éligibles au PAS ou au PC dans 75 % des cas, et dont les montages financiers associent 3 ou 4 prêts, si ce n est plus. Le prêt principal est un PC ou un PAS pour les trois quarts des simulations «0 %», puis un prêt épargne-logement dans 10 % des cas. En moyenne, 3,5 prêts sont mobilisés dans chaque dossier. Le nombre de prêts «d appoint» - hors prêt 0 % et prêt principal - est sensiblement le même que pour les dossiers PAP étudiés jusqu alors. Prêts d appoint (1) Tous prêts 0 % Prêt 0 % + PC/PAS PAP 1 er /3 ème trim 1995 ANIL - 11/04/

16 Aucun 14 % 10 % 15 % 1 prêt 45 % 43 % 37 % 2 prêts 34 % 39 % 39 % 3 prêts et plus 7 % 9 % 9 % Type de prêts d appoint présent dans le montage Prêt employeur 27 % 24 % Prêt(s) épargne-logement 24 % 22 % Prêt 1 % + épargne-logement 29 % 28 % (1) Les prêts épargne-logement ont dû être regroupés En définitive, 43 % des dossiers associant PC ou PAS et prêt à 0 % comptent au total trois types de financement différents et près de la moitié d entre eux, au moins 4 sources de financement. Les financements «d appoint» (épargne-logement et prêt employeur, pour l essentiel) sont donc tout aussi largement mobilisés que dans les anciens dossiers PAP. ANIL - 11/04/

17 III. UN ESSAI DE PROSPECTIVE : L IMPACT DE LA REFORME SUR LES DIFFÉRENTS MODÈLES D ACCESSION Au cours de l étude sur le choix de la localisation des ménages, les ADIL avaient interrogé, au second trimestre 1995, quelques 2400 candidats à l accession dans 46 départements. Afin de mesurer l impact de la réforme de l accession sur les différents profils d accédants, leurs plans de financement ont été reconstitués en fonction du nouveau dispositif. L impact du prêt à 0 % sur la capacité d investissement des ménages a ainsi pu être évalué toutes choses égales par ailleurs, c est-à-dire indépendamment de la baisse des taux intervenue depuis lors, de la baisse des droits de mutation en ancien, ni surtout de la suppression des divers avantages fiscaux (TVA, TFPB, déduction des intérêts d emprunt). Leur incidence n étant pas négligeable pour les projets en neuf, seuls les écarts les plus importants - supérieurs à F notamment - peuvent pour ceux-ci être considérés comme significatifs. Plus encore que le montant des écarts entre capacité initiale et finale d investissement, c est leur hiérarchie qui importe, en ce que qu elle permet d analyser la déformation potentielle de la demande des différents types de ménages. Le public des ADIL se confond pratiquement avec la clientèle du prêt à 0 %, et plus particulièrement avec sa frange la plus sociale : 95 % des ménages interrogés sont éligibles, et les deux tiers d entre eux bénéficieraient d un différé de remboursement. L amélioration théorique de la solvabilité est importante par rapport aux projets initiaux : les écarts sont supérieurs à F pour près de la moitié des consultants. Elle est surtout remarquable pour la clientèle qui s orientait jusqu alors, par défaut et non sans un taux de perte très élevé, vers de modestes opérations en ancien sans travaux. La réforme opère en définitive un élargissement de l aide publique vers de nouveaux profils d accédants. Celui-ci devrait surtout bénéficier, compte tenu de la structure de l offre, à deux modèles radicalement opposés : l accession «citadine» de petits ménages urbains qui ne constitue pas une clientèle traditionnelle, et l accession individuelle des jeunes ménages et familles modestes dans les zones de marché les moins tendues. ANIL - 11/04/

18 1. Un public qui se confond largement avec la clientèle la plus sociale du prêt à 0 % Les consultants des ADIL sont pour la plupart éligibles au prêt à 0 %, sous sa forme la plus avantageuse puisque les deux tiers d entre eux bénéficieraient d un différé de remboursement, total ou partiel. 94 % des ménages interrogés ( 5 ) sont des bénéficiaires potentiels du prêt à 0 %. Les consultants inéligibles se recrutent sans surprise parmi les jeunes ménages et les familles les plus aisées, dans les grandes villes de province et dans une moindre mesure en Ile-de-France. Type de ménage % inéligibles Jeunes ménages aisés, grande ville 15 % Familles aisées, grande ville 39 % Jeunes ménages aisés, agglo. paris. 14 % Familles aisées, agglo. paris. 21 % Les deux tiers des consultants éligibles bénéficieraient d un différé de remboursement total (28 %) ou partiel (39 %). Profil de remboursement % des éligibles 7 ans 2 % 10 ans 6 % 14 ans 10 % 17 ans 16 % 19 ans - différé partiel 19 % 20 ans - différé partiel 20 % 21 ans - différé total 28 % La baisse de taux d effort occasionnée est donc très importante pour la plupart des ménages. Dans leur plan de financement initial, 56 % des consultants avaient un taux d effort brut ( 6 ) inférieur à 30 % ; cette proportion est de 85 % dans les simulations effectuées avec le prêt 5 L échantillon utilisé pour cette étude compte 2099 ménages candidats à l accession. ANIL - 11/04/

19 à 0 %. La réduction du taux d effort est au minimum de 5 points pour la moitié d entre eux, et de plus de 7 points dans 25 % des cas. Les écarts de montant d investissement par rapport au projet initial sont donc appréciables. Compte non tenu de la suppression des avantages fiscaux (TVA, TFPB et intérêts d emprunt), ils sont supérieurs à F pour près de la moitié des ménages étudiés. Écart hors incidence de la fiscalité % des ménages éligibles moins de F 21 % de 25 à moins de F 31 % de 50 à moins de F 32 % Plus de F 16 % Cet avantage représente plus de 10 % du montant de l investissement initial pour 51 % des consultants, plus de 20 % pour 14 % d entre eux. Écart / montant du projet initial % des ménages éligibles moins de 5 % 21 % de 5 % à moins de 10 % 28 % de 10 % à moins de 15 % 17 % de 15 % à moins de 20 % 19 % Plus de 20 % 14 % 2. Une amélioration de la solvabilité très inégale selon les ménages La solvabilisation n est significative que pour la clientèle qui s orientaient jusqu alors, par défaut, vers de modestes opérations en ancien sans travaux : les jeunes familles à faibles revenus et surtout, l ensemble des petits ménages. Les candidats qui s orientaient déjà vers une accession individuelle en neuf ne bénéficient logiquement que d un avantage limité par rapport à leur projet initial, a fortiori s il étaient 6 Il s agit ici du taux d effort brut, recalculé hors assurance, avant et après introduction du prêt à 0 % dans le plan de financement ; plus que le niveau des taux d effort ainsi obtenus, c est leur différentiel qui importe ici. ANIL - 11/04/

20 déjà susceptibles de bénéficier d un PAP. Ainsi 38 % des candidats au neuf, 53 % des PAPistes, ont-ils un avantage inférieur à F, et 61 % d entre eux (82 % des PAPistes), un écart inférieur à F. En revanche, les ménages qui s orientaient d emblée vers l ancien, du fait de la modestie de leur ressources et des conditions du marché, bénéficient d une forte progression de leur solvabilité. Les écarts d investissement sont supérieurs à F pour 68 % des ménages qui s orientaient auparavant vers l ancien, voire de plus de F pour 23 % d entre eux. La solvabilisation est particulièrement importante pour la clientèle PAS (78 % d écarts supérieurs à F). En ancien avec travaux, la situation est intermédiaire entre celle des projets en neuf et en ancien. L écart est de à F dans 56 % des cas. Son impact est par ailleurs plus important qu en neuf puisque ces projets ne sont pas concernés par la disparition des avantages fiscaux. En définitive, les catégories de ménages pour lesquelles l impact du dispositif est le plus limité sont les jeunes ménages et les familles relativement aisés, notamment ceux qui représentaient traditionnellement «l aristocratie de l accession sociale» en individuel neuf. Écart < F Jeunes ménages aisés en zone rurale 66 % en petites villes 61 % en grandes villes 61 % en agglo. parisienne 75 % Jeunes ménages intermédiaires en grandes villes 73 % Familles aisées en zone rurale 61 % en grandes villes 74 % en agglo. parisienne 76 % et dans une moindre mesure en petites villes : 58 % Ces ménages représentent 44 % des consultants étudiés ; 64 % d entre eux ont un écart d investissement inférieur à F par rapport à leur projet initial. Compte tenu de la perte ANIL - 11/04/

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Le Prêt Social de Location Accession PSLA

Le Prêt Social de Location Accession PSLA Le Prêt Social de Location Accession PSLA LES OBJECTIFS Favoriser l accession sociale à la propriété Faciliter le parcours résidentiel Permettre aux ménages à revenus modestes de devenir propriétaires

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

PASS-FONCIER DISPOSITIFS & SIMULATIONS

PASS-FONCIER DISPOSITIFS & SIMULATIONS PASS-FONCIER DISPOSITIFS & SIMULATIONS 1 Le PASS-FONCIER du 1% logement Deux formules Portage du foncier par le collecteur 1% (individuel seulement) Prêt à remboursement différé (collectif et individuel)

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Les aides à l accession. Le prêt à taux zéro (PTZ) Les prêts conventionnés et les prêts à l accession sociale

Les aides à l accession. Le prêt à taux zéro (PTZ) Les prêts conventionnés et les prêts à l accession sociale Les aides à l accession Le prêt à taux zéro (PTZ) o Réglementation p.47 o Eléments statistiques p.55 Les prêts conventionnés et les prêts à l accession sociale o Réglementation p.59 o Eléments statistiques

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France

L évolution du pouvoir d achat immobilier selon l âge des ménages. Paris et 12 communes d Ile-de-France c re di tfo nc i e r.c o m U N E É T U D E I S S U E D U PA R T E N A R I AT C H A I R E V I L L E E T I M M O B I L I E R E N T R E L U N I V E R S I T É PA R I S - D A U P H I N E E T L E C R É D I T

Plus en détail

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers

Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers PROPOSITION Projet de loi Logement et Urbanisme LOCATION Le «bail solidaire» : une alternative à l encadrement des loyers loi 1989 C.C.H. Une proposition pour accroître l offre locative à loyers maîtrisés.

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat?

A PLUS FINANCE. A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? A PLUS FINANCE A Plus Finance A 7 mois des Présidentielles, Réforme fiscale 2007 : Quel accueil par les particuliers? Quelle place pour la fiscalité dans le débat? 26 septembre 2006 Philippe TABOUIS :

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 22ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mardi 16 mars 2010 - Les faits marquants en 2009

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL*

DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* DES LOYERS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES AU CADRE DE VIE Virginie CHRISTEL* En 2002, en métropole, quatre ménages sur dix sont locataires de leur résidence principale. Ils occupent un logement de 68 m 2 en

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Guide Prêt Locatif Social (PLS)

Guide Prêt Locatif Social (PLS) Investir dans un logement destiné à la location. Qu est-ceque c est? Le prêt locatif social (PLS) s adresse à tout investisseur qui achète un logement pour le louer. Le PLS est destiné à financer des appartements

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents

Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents CONDITIONS DE VIE Accession à la propriété : des acquéreurs plus nombreux mais prudents Jean Bosvieux* Après une pause qui aura duré près de dix ans, la part de propriétaires occupants a de nouveau augmenté

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT IMMOBILIER RÉSIDENCE PRINCIPALE

DEMANDE DE PRÊT IMMOBILIER RÉSIDENCE PRINCIPALE Cachet Partenaire Id Prescripteur Collaborateur : DEMANDE DE PRÊT IMMOBILIER RÉSIDENCE PRINCIPALE Cadre réservé au Crédit Foncier Nom du client: N de dossier : B20030-07/14 - imphelde Point de vente :

Plus en détail

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée?

Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Crédit à la consommation, un bon outil pour la rentrée? Contexte Empruntis intervient sur le crédit depuis 15 ans 370 000 ménages nous sollicitent chaque année pour leur besoin en crédit à la consommation

Plus en détail

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître.

Prêt Logement 92. 1. Les familles résidant dans les Hauts-de-Seine ayant au moins un enfant né ou à naître. ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Prêt Logement 92 05/08 Dans le cadre de sa politique en faveur de l accession à la propriété, le Conseil Général des Hauts de Seine a mis en place depuis novembre

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

VOUS ACHETEZ AVEC LE PRÊT À TAUX ZÉRO - PTZ+

VOUS ACHETEZ AVEC LE PRÊT À TAUX ZÉRO - PTZ+ Février 2015 VOUS ACHETEZ AVEC LE PRÊT À TAUX ZÉRO - PTZ+ LES CONDITIONS LIÉES À L'EMPRUNTEUR Le PTZ+ est accessible au primo-accédant candidat à l'acquisition de sa résidence principale, dont le montant

Plus en détail

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014

Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 2014 Le marché locatif privé sur Lille et la métropole lilloise Les loyers de marché à fin novembre 214 par Michel MOUILLART, Professeur d'economie à l'université Paris Ouest, FRICS CLAMEUR analyse chaque année

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL Mis à jour par Laurent LAMIELLE. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL Mis à jour par Laurent LAMIELLE. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL Mis à jour par Laurent LAMIELLE SAVOIR ACHETER Quatrième édition Éditions d Organisation, 1998, 2000, 2003, 2005 De Particulier

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales

CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE. Bulletin des interpellations et des questions orales CONSEIL DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE Bulletin des interpellations et des questions orales Commission du logement et de la rénovation urbaine REUNION DU MARDI 23 AVRIL 2002 Conseil de la Région de

Plus en détail

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants

Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants Baromètre CSA/Crédit agricole Les parents et l argent de poche des enfants n 0900922 V3 Juillet 2009 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier

Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier Convention entre l Etat, l UESL et la CDC sur le développement de l accession sociale par portage foncier Entre l Etat, représenté par le ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement, le

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

L assurance-emprunteur

L assurance-emprunteur 26 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES L assurance-emprunteur présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Vendredi 24 janvier 214-1 L Observatoire

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

LE PASS-GRL du 1 % Logement

LE PASS-GRL du 1 % Logement LE PASS-GRL du 1 % Logement UN NOUVEL OUTIL POUR FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT A l initiative des partenaires sociaux du 1 % Logement, le PASS-GRL est opérationnel depuis le 1er janvier 2007 Nouvel outil

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE

OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE OBSERVATOIRE UFF / IFOP DE LA CLIENTÈLE PATRIMONIALE Edition 2013 Perception du risque et comportement d investissement (point 5) 16 octobre 2013 Pourquoi un Observatoire UFF/IFOP de la clientèle patrimoniale?

Plus en détail

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu.

DIRECTIVE. Le Prêt Locatif Social (PLS) finance des logements locatifs situés en priorité dans les zones dont le marché immobilier est tendu. DIRECTIVE PERSONNES MORALES PRODUCTION DE LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX Construction ou acquisition-amélioration de logements locatifs sociaux, logements en structures collectives et logements meublés pour

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier SOMMAIRE PAGE 02 SYNTHÈSE PAGE 03 L INVESTISSEMENT LOCATIF DES MÉNAGES EN FRANCE

Plus en détail

Garder et faire garder son enfant

Garder et faire garder son enfant Garder et faire garder son enfant Nathalie Blanpain* L arrivée d un enfant au sein d un foyer est pour ses parents un événement majeur générateur de changements en termes de rythme de vie et d organisation,

Plus en détail

Le Conseil Municipal,

Le Conseil Municipal, MF/EG SEANCE DU 16 SEPTEMBRE 2002 2002/1561 - PRÉSENTATION DU RAPPORT ANNUEL 2001 DE LA CAISSE DE CRÉDIT MUNICIPAL DE LYON (DIRECTION DES FINANCES) Le Conseil Municipal, Vu le rapport en date du 20 août

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Comment cibler les aides locales à l accession à la propriété. Guide à l attention des collectivités locales.

ANIL HABITAT ACTUALITE. Comment cibler les aides locales à l accession à la propriété. Guide à l attention des collectivités locales. Mars ANIL 2011 HABITAT ACTUALITE Comment cibler les aides locales à l accession à la propriété Guide à l attention des collectivités locales Sommaire du guide de la mise en place d aides locales à l accession

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Dans le 2,99 % Achat immobilier : le bon moment. billet

Dans le 2,99 % Achat immobilier : le bon moment. billet TODAY HORS SÉRIE 2014 Achat immobilier : le bon moment La stabilité des prix de l immobilier, le bas coût de l argent, font que la période est plutôt propice à l achat. Si vos revenus sont suffisants,

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact

DOSSIER DE PRESSE. Dispositif d aide à l investissement locatif. Paris, le 30 décembre 2012. Contact DOSSIER DE PRESSE Dispositif d aide à l investissement locatif Paris, le 30 décembre 2012 Contact Service de presse du ministère de l Égalité des territoires et du Logement 72, rue de Varenne, 75007 Paris

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Les Français et l assurance santé

Les Français et l assurance santé Mai 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Jérôme Fourquet Magalie Gérard prénom.nom@ifop.com Les Français et l assurance santé pour Note méthodologique Etude réalisée pour : Groupama Assurances Echantillon :

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Tarif des mutuelles santé : Communiqué de presse Lille, le 1er septembre 2011 Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Le cabinet de conseil Fact&Figures prévoyait en juillet

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques.

L observation du parc existant et de ses évolutions récentes informe sur les équilibres sociaux et démographiques. LE PARC DE LOGEMENTS À PARIS Le parc existant La construction neuve Le marché immobilier Juillet 2007 Préfecture de Paris / DULE / Bureau de l habitat Section analyse et prospective habitat 1. INTRODUCTION

Plus en détail

FAQ n 67 bis L accession à la propriété : une solution pour certains ménages refugiés?

FAQ n 67 bis L accession à la propriété : une solution pour certains ménages refugiés? Direction de l Intégration Emploi/Logement Projet national : Réseau pour l Emploi et le Logement des Réfugiés - RELOREF N/REF : DIEL/RELOREF/ABY/2012-526 Rédacteur : Alice Bouvier d Yvoire FAQ n 67 bis

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011.

Le nombre de cotisants de solidarité agricoles diminue de 2 % entre 2010 et 2011. Synthèses Mars 2012 L Observatoire Economique et Social Les cotisants de solidarité en 2011 Le nombre de cotisants solidaires s élève à 110 106 en 2011, en baisse de 2,3 % par rapport à 2010. Toutefois,

Plus en détail

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise

NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise NOUVEAUX ENJEUX FAMILIAUX & GESTION DE PATRIMOINE Evolution des structures familiales, préparation au vieillissement & impacts de la crise Frédéric ALBERT f.albert@institut-think www.institut-think.com

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Les Français et le pouvoir d achat

Les Français et le pouvoir d achat Contacts CSA Pôle Opinion Corporate : Jérôme Sainte-Marie, Directeur général adjoint Yves-Marie Cann, Directeur d études Les Français et le pouvoir d achat Sondage CSA pour Cofidis Septembre 2012 Sommaire

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Les salariés du transport et de la logistique

Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du transport et de la logistique Les salariés du secteur Transport-Logistique sont essentiellement des hommes (82%), exerçant un métier d ouvrier (68%), qualifié pour la plupart. Globalement,

Plus en détail