Visages de l intérim, en France et dans le monde

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Visages de l intérim, en France et dans le monde"

Transcription

1 Sous la direction de Rachid Belkacem, Cathel Kornig et François Michon Visages de l intérim, en France et dans le monde Ouvrage publié avec le concours de l université Paris 1 Panthéon Sorbonne et de l université de Nancy 2 Éditions L Harmattan 1

2 Sommaire Belkacem R., Kornig C. et Michon F., Introduction 1 Belkacem R., Kornig C. et Michon F., L intérim, ses origines, son institutionnalisation sur ses principaux marchés 1 ère partie L intérim en France 2 Michon F. et Belkacem R., L intérim en France. Où en est-on? 3 Gorgeu A. et Mathieu R., Intérim, conditions de travail et santé. Une étude de cas dans la filière automobile en France 4 Kornig C., Intérim de masse versus intérim individualisé, une gestion différenciée du personnel intérimaire 5 Papinot C., Le «chômage intérim» des jeunes diplômés : une logique de petit boulot en attendant 6 Puissant L., Intérim cadres et professions intermédiaires : nouvelles conditions d accès à l emploi et nouvelles pratiques de travail 7 Arborio A.-M., Des professionnels en intérim, les infirmiers diplômés d État 8 Belkacem R. et Clément F., L intérim transfrontalier entre Lorraine, Sarre et Luxembourg 2 ème partie Les grands marchés nationaux de l intérim 9 Sol E. et Engelsman S., L intérim aux Pays-Bas 10 Mason G. et Osborne M., Des destins contrastés : rémunération et qualité de l emploi des salariés temporaires au Royaume-Uni 11 Carré F. et Valiorgue B., L institutionnalisation de l intérim aux États- Unis : de l agence privée autonome au partenaire du service public de l emploi 2

3 12 Nakamichi A. et Sano Y., L intérim au Japon 13 Weinkopf C., Les agences de travail temporaire en Allemagne. Les effets des récentes déréglementations 14 Palmas L. et Poli S., Les transformations du travail intérimaire en Italie 15 Andreo-Tudela J. C., Le développement de l intérim en Espagne 3 ème partie Les stratégies des acteurs en France et en Europe 16 Roux F., Développement de l intérim et sécurisation des intérimaires : les choix du PRISME 17 Fribourg B., Le travail intérimaire comme défi posé au syndicalisme. L exemple du SNSETT-CGT 18 Denys J., Une histoire de l intérim belge 19 Rouyer R., La gestion des ressources humaines en intérim. L exemple des entreprises de travail temporaire luxembourgeoises 20 Arrowsmith J., L intérim en Union Européenne. Les stratégies des acteurs sociaux Conclusions 21 Belkacem R., Kornig C. et Michon F., Quel avenir pour l intérim? L agence d emploi privée, intermédiaire ou employeur? 3

4 Introduction Rachid Belkacem, Cathel Kornig, François Michon Dans la dernière décennie, le travail intérimaire a rapidement progressé. Il restait encore modeste en terme de poids dans l emploi et comparé à d autres statuts précaires. Mais son importance dans les flux de main-d œuvre était d une toute autre ampleur, en particulier concernant les transferts entre chômage et emploi et vice versa. Il n échappe pas à la crise aujourd hui, pas plus d ailleurs que les autres formes d emploi temporaire ou surtout que l emploi dit «standard» ou «permanent», à temps plein et sur contrat à durée indéterminée. En termes de chiffre d affaires, les principaux marchés de l intérim sont connus. Par ordre d importance : les États-Unis (28 % du chiffre d affaires mondial du secteur), le Royaume-Uni (16 %), le Japon (14 %), la France (9 %), l Allemagne (6 %), les Pays-Bas (5 %). Mais ceci mélange évidemment un effet de taille du pays, et un effet de pénétration de l intérim. Aux États-Unis, l intérim ne représente que 2 % de l emploi. L Allemagne reste encore assez peu utilisatrice d intérim (l intérim n y représente que 1,6 % de l emploi), comparée au Royaume-Uni (4,8 %), aux Pays-Bas (2,8 %), à la France (2,5 %) ou encore à la Belgique (2,2 %) 1. L intérim était pratiquement absent de certains pays européens jusqu en Il était même parfois très sévèrement limité à quelques activités ou professions précises (Finlande) voire non reconnu par la loi (Italie, Espagne). Ces marchés sont maintenant ouverts à l intérim. La croissance du secteur se module selon les aléas conjoncturels de l activité économique et de l emploi. Son histoire montre qu il bénéficie aussitôt du moindre frémissement favorable à tel point que ce sont peut être plus les reprises de l emploi que les situations de très forte croissance qui lui sont le plus bénéfiques. Le patronat du secteur n est pas le dernier à le signaler haut et fort, 1 Données 2007 citées par la CIETT (Confédération Internationale des Agences d Emploi Privées), fédération des organisations patronales du secteur. Cf. CIETT [2009]. «Agences d emploi privées» est la nouvelle dénomination des entreprises de travail temporaire adoptée par l organisation patronale du secteur depuis

5 l intérim est un «indicateur avancé» de la situation de l emploi, à la hausse comme à la baisse. Ainsi en France en 2006 : après quelques années de stagnation, l intérim retrouve une croissance très rapide de + 10,5 %. Ainsi la crise économique actuelle : elle a très rapidement et très fortement affecté l activité du travail temporaire. Sur l année 2008, en France toujours, le nombre d intérimaires en mission a chuté de 8,3 %. Entre les 3 è trimestres 2008 et 2009, il a baissé de plus de 20 % 1. En 2009 par rapport à l année précédente, le chiffre d affaires de l intérim a baissé de plus de 26 %. Par comparaison, le même chiffre était de près de 22 % en Europe, d environ 21 % aux États-Unis 2. Cette crise n est évidemment pas la première que traverse le secteur (on pense notamment à 1993 en France, où le chiffre d affaires du secteur avait régressé de 16 %). Par son ampleur, elle est néanmoins sans précédent. Sur le long terme pourtant, la tendance générale est indiscutablement à la hausse, à la fois sans doute par intensification de l appel à l intérim et par généralisation de son usage, à tous les secteurs, à tous les pays où le marché du travail est structuré, soumis à des règles formalisées. Cela ne devrait pas changer. Fin 2009 en France, alors que la création d emploi ne paraissait pas reprendre, l intérim paraissait déjà «rebondir nettement» [Domens, 2009]. S il est vrai que les agences d emploi privées développent des activités d intermédiation qui favorisent la fluidité du marché du travail, on comprend facilement que l intérim est parmi les premiers à bénéficier des moindres rebonds de la conjoncture économique. La sortie de crise devrait permettre aux agences d emploi privées de s imposer encore plus qu avant. Mais s imposer sur quelles bases? Quelles traces laissera la crise? Un nouveau développement de la précarité sous couvert de flexibilité, ou la généralisation de nouvelles relations d emploi plus flexibles en même temps que plus sécurisées? L intérim restera-t-il l activité principale des agences d emploi privées comme cela reste le cas en France, au moins statutairement, à la suite de la réforme de 2005 qui leur autorise une activité de recrutement direct pour le compte des entreprises clientes, mais à titre d activité secondaire seulement? Verra-t-on se généraliser au contraire, autour des agences d emploi privées et pour le compte de leurs clients, une activité d intermédiation sur le marché du travail et de gestion externalisée des ressources en main-d œuvre, l intérim proprement dit ne constituant plus pour ces agences privées qu une activité très secondaire? Le secteur de l intérim a déjà largement diversifié ses activités. En France comme dans de nombreux autres pays, les entreprises de travail temporaire 1 Source : UNEDIC. 2 Données citées par le PRISME dans son rapport économique et social pour l année

6 proposent aujourd hui une palette d activités qui dépassent largement leur rôle initial d intermédiaire de recrutement temporaire. Non seulement, l activité de placement permanent se développe dans les grandes entreprises d intérim, mais pour les plus grandes d entre elles, il s agit également et depuis longtemps de proposer des services plus larges de gestion des ressources humaines pour les entreprises utilisatrices. Par ailleurs, le secteur du travail intérimaire s institutionnalise dans le paysage de l emploi pour devenir un partenaire privilégié et reconnu du service public de l emploi. Cet ouvrage fait le choix de s intéresser à divers visages de l intérim : non seulement à l intérim comme figure de proue de la précarité mais aussi à ses facettes moins connues, en tout cas en France (l intérim infirmier, l intérim professionnel, l intérim transfrontalier, etc.) ; ainsi qu à la situation de l intérim dans les différents pays industriels qui constituent jusqu à aujourd hui les principaux marchés du travail intérimaire (on le sait, la configuration type de l intérim peut énormément varier d un pays à l autre). Il propose un état des connaissances sur le sujet. Des résultats de recherche sont présentés. La parole est également donnée à quelques acteurs patronaux. Trois dimensions sont ainsi valorisées : - une approche pluridisciplinaire d une part, faisant intervenir juristes, sociologues, économistes, gestionnaires, tous spécialistes de Relations Industrielles ; - un regard plurisectoriel d autre part, décrivant non seulement l intérim de masse des gros utilisateurs industriels, mais aussi d autres intérims, plus spécialisés, plus professionnels et qualifiés ; - un regard international enfin, montrant à quel point les modes de régulation de l intérim et de l emploi temporaire varient d un pays à l autre, et quels effets sensibles cela ne manque pas d engendrer sur la réalité économique et sociale de cette forme d emploi et plus généralement sur les formes de la précarité et les modes de flexibilité qu adoptent les entreprises. Sont abordés les aspects institutionnels (statut, protection sociale à cet égard l approche comparative est indispensable), les populations concernées, les modes d usage de l intérim et du travail temporaire par les entreprises clientes et les orientations stratégiques qui s offrent aujourd hui aux principaux acteurs du secteur (entreprises de travail temporaire et syndicats). 6

7 Le chapitre 1 préliminaire qui suit cette introduction, rappelle l histoire du secteur, l élargissement de ses activités, commune à de nombreux pays industrialisés, et dans le même temps l extrême diversité de ses régulations nationales. Rachid Belkacem, Cathel Kornig et François Michon montrent comment l intérim était cantonné au départ à un simple service d intermédiation de prestations temporaires ; comment il est devenu aujourd hui un intermédiaire central sur le marché de l emploi, jusqu à devenir, par exemple en France, un partenaire incontournable du service public de l emploi. Ils rappellent cependant que les divers pays, soit ont réglementé l intérim de façon très stricte et très précoce et par la suite ont beaucoup assoupli leurs réglementations ; soit ont fini par accepter l intérim qu ils avaient longtemps interdit, et tentent aujourd hui d introduire un cadre réglementaire pour canaliser un phénomène qui s avère parfois «explosif». Les contributions réunies dans cet ouvrage s efforcent d abord de montrer la diversité des facettes de l intérim en France (1 ère partie). Rachid Belkacem et François Michon dressent un état des lieux de l intérim en France : qui sont les intérimaires et leurs utilisateurs, comment le secteur de l intérim est-il structuré? Ils rappellent ensuite les principales explications de la diffusion de l intérim, tant du point de vue économique le besoin croissant de flexibilité que du point de vue sociologique l intérim choix de vie ou précarité subie. Enfin, ils abordent deux questions importantes : d une part la qualité de l emploi intérimaire (l équivalence de traitement qu impose la législation française assure-t-elle des emplois de qualité acceptable?) ; d autre part la formation des intérimaires, un enjeu clé pour le secteur et ses personnels (et l on sait qu en France, en ce domaine, la loi impose aux entreprises de travail temporaire des obligations supérieures à celles des entreprises ordinaires). Armelle Gorgeu et René Mathieu insistent sur toutes les dimensions de la précarité que subissent les intérimaires dans le secteur automobile, le premier secteur utilisateur d intérim en France. Précarité des emplois et des revenus certes, mais également des conditions de travail difficiles, aux effets dommageables sur la santé des intérimaires. Cathel Kornig met en évidence quelques autres facettes de l intérim. Elle montre que les intérimaires ne gravitent pas tous dans cet univers de haute précarité. Une partie minoritaire est fidélisée par les agences de travail temporaire et bénéficie de conditions de travail et d emploi bien différentes de celles de la grande majorité des intérimaires non fidélisés. L intérim n est pas uniforme. 7

8 Christian Papinot s intéresse aux jeunes diplômés contraints de recourir à l intérim pour rentrer dans le monde du travail. Il analyse l ambivalence de cette forme de mise au travail. La socialisation au travail par le biais de l intérim permet en effet l amorce d un processus de construction d identité d actif, mais engendre aussi l intériorisation de nouvelles dispositions d allégeance salariale. Les modes d usage de l emploi intérimaire témoignent bien qu existent quelques «retournements» de la précarité, dont certains peuvent bénéficier. Le plus souvent pourtant, l intérim compose la forme paroxystique de l emploi précaire par la fragilité du lien salarial qui le caractérise, le manque de sécurité et de perspectives. En s intéressant à l intérim des cadres et professions intermédiaires, Laurence Puissant poursuit l analyse de la diversité des facettes de l intérim. Elle montre comment les grandes entreprises françaises se sont adaptées à l utilisation de cet intérim qualifié, comment un certain nombre de cadres et professions intermédiaires s organisent, comment ils adoptent différentes stratégies face à ces nouvelles conditions d accès à l emploi et à cette transformation de leur carrière. Anne-Marie Arborio observe le développement de l intermittence au sein de la profession des infirmier(e)s. Les raisons en sont simples. Elles tiennent aux contraintes d un marché du travail très tendu, d une activité hautement marquée par les urgences et par l impératif absolu de remplacer les absences. L intérim s y développe rapidement, mais n est pourtant qu une figure de précaire parmi d autres formes de travail temporaire. C est aussi vrai au sein des établissements publics du secteur de la santé que dans le privé. Rachid Belkacem et Franz Clément s intéressent enfin à l intérim transfrontalier, aux intérimaires lorrains travaillant pour le compte d entreprises de travail temporaire luxembourgeoises au sein d entreprises belges luxembourgeoises ou allemandes. Ils montrent comment les détachements frontaliers sont devenus pour la région Lorraine un véritable phénomène économique, social et humain Ils en décrivent les diverses réalités : secteurs d activité des entreprises utilisatrices, types d emploi concernés, qualifications des travailleurs détachés. Les expériences étrangères sont ensuite abordées (2 ème partie). Ce qui frappe ici, c est bien l extrême diversité des réglementations et des figures de l intérim d un pays à l autre. Aux Pays-Bas, l intérim est une activité ancienne, très implantée, qui a maintes fois changé de règles. C est aujourd hui une activité qu Els Sol et Suzanne Engelsman jugent mature, placée au cœur d une stratégie de flexibilité largement diffusée au sein des entreprises. Les auteures discutent d abord du rôle du secteur du travail temporaire comme baromètre de la 8

9 situation économique dans le contexte de la crise financière et économique actuelle. Elles s intéressent ensuite à la place de l intérim au sein des outils de flexibilité dont disposent les entreprises, ainsi qu aux stratégies que développent les entreprises de travail temporaire auprès de leurs clients utilisateurs. Enfin elles proposent un aperçu du cadre réglementaire néerlandais et des innovations récentes qui l ont considérablement modifié. Par rapport aux standards internationaux, l emploi temporaire (sous toutes ses formes) ne constitue au Royaume-Uni qu une relativement faible proportion de l emploi total. Matthew Osborne et Geoff Mason montrent que c est en partie parce que la protection de l emploi des travailleurs permanents est comparativement faible. De ce fait, les employeurs ont moins besoin d utiliser des contrats temporaires pour obtenir une flexibilité numérique satisfaisante. Dans les années 1990, l intérim a pris rapidement de l importance, par rapport aux contrats à durée déterminée, à l emploi saisonnier et aux autres types d emploi temporaire. Mais dans les années 2000, la croissance des effectifs d intérimaires s est arrêtée. En revanche les possibilités de promotion sur emploi permanent se sont accrues. Cela pèse manifestement sur les rémunérations et les conditions d emploi, de façon très défavorable dans certaines professions. À partir des années 1970, les États-Unis ont connu un développement important de l emploi temporaire et plus particulièrement de l intérim. Françoise Carré et Bertrand Valiorgue rappellent que les vives critiques dont l intérim fait l objet n ont pas empêché que cette forme d emploi parvienne à une «relative» institutionnalisation. Ils décrivent les spécificités de ce cadre institutionnel de l emploi, bien éloigné ce de que l on connaît en France. Ils positionnent l intérim au sein de ce cadre, et retracent les différentes phases de l institutionnalisation du secteur. Ils identifient les différentes pistes sur lesquelles le secteur peut s appuyer afin de renforcer son institutionnalisation. Au Japon, l intérim s est développé tardivement, à partir de la fin des années 1990 seulement, mais à vitesse accélérée. Asako Nakamichi et Yoshihide Sano retracent les changements subis par le cadre réglementaire auquel est soumise cette forme d emploi. Ils rappellent les principales questions aujourd hui en débat. Les grandes caractéristiques de l intérim sont analysées : entreprises utilisatrices, profil des personnes en intérim, raisons et motifs du recours à l intérim. Sur cette base, les auteurs s efforcent de tracer quelles directions pourrait suivre dans l avenir l intérim japonais. On connaît l importance des relations professionnelles au sein du modèle d emploi allemand. Claudia Weinkopf montre comment l intérim s est pourtant développé hors système des relations professionnelles. Les syndicats allemands ont longtemps plaidé pour une interdiction générale de l intérim. Il a fallu attendre les années 1990 pour qu ils s intéressent sérieusement à 9

10 l amélioration des conditions de travail et d emploi des travailleurs intérimaires. Ce chapitre décrit d abord les modalités et les structures de l intérim allemand puis les profonds changements qui ont récemment modifié la réglementation du travail intérimaire : en particulier l introduction des principes d «égalité de traitement» qui s avèrent avoir eu peu d effets puisque la possibilité était offerte d y déroger par accords collectifs au sein du secteur de l intérim. L auteure se demande enfin si le rôle de l intérim au sein du modèle d emploi allemand peut changer significativement après de telles réformes. L Italie et l Espagne n ont admis l intérim que relativement récemment, 1997 pour l Italie, 1994 pour l Espagne. Le premier cadre juridique italien, très restrictif a ensuite été assoupli, engendrant une forte progression de l intérim. Luca Palmas et Stephano Poli décrivent ces changements réglementaires, les principales dimensions socio-économiques et géographiques de l intérim italien et constatent alors la faible efficacité de l intérim comme outil de lutte contre le chômage. Juan Carlos Andreo-Tudela rappelle le contexte réglementaire de l intérim espagnol. Il retrace le développement de cette forme d emploi et ses principales dimensions socio-économiques. Enfin (3 ème partie), les stratégies des acteurs en Europe et en France, sont analysées sous divers angles. Au nom du PRISME, l organisation patronale française des «Professionnels de l intérim, services et métiers de l emploi», François Roux montre comment les entreprises de travail temporaire ont été force de proposition pour construire en France les fondements d un statut social de l intérim qui permette tout à la fois plus de flexibilité pour les entreprises utilisatrices et une couverture sociale meilleure pour les salariés intérimaires, en particulier parce que transférable d un contrat à l autre. Il souligne en particulier l enjeu stratégique que constitue la formation des intérimaires, dans la perspective d une sécurisation des trajectoires professionnelles. Le chapitre détaille les points saillants du long chemin parcouru par les entreprises de travail temporaire pour développer les services proposés aux entreprises utilisatrices comme aux intérimaires, et en particulier les nouvelles compétences que leur donne la loi de cohésion sociale de janvier François Roux trace enfin quelles perspectives de développement sont aujourd hui envisagées par le PRISME afin que les entreprises de travail temporaire deviennent, comme il le formule, «des plateformes d expertise globale dans les domaines de l emploi». Bertrand Fribourg interroge les difficultés de l action syndicale concernant l intérim et les questions que se pose la CGT française. Comment un syndicalisme se réclamant de la lutte des classes peut-il trouver des appuis dans une forme nomadisée d emploi? Ou encore, le combat contre la précarité passet-il par une lutte pied à pied pour le retour à l emploi sur contrat à durée indéterminée ou faut-il sécuriser socialement le travail temporaire au risque 10

11 d institutionnaliser toujours plus l intérim? Une enquête menée auprès de militants du Syndicat national des salariés des entreprises de travail temporaire (SNSETT-CGT) met à jour des expériences syndicales capables de donner quelques éléments de réponse. Jan Denys mobilise sa double expérience d expert et de cadre responsable au sein d un des majors mondiaux de l intérim pour témoigner qu en Belgique, aux yeux des professionnels de l intérim et de la majorité des acteurs politiques, l «émancipation» de l intérim est presqu achevée. Dans ce pays, une réglementation stricte de l activité des entreprises de travail temporaire ne paraît pas avoir nui à son développement. L intérim y serait aujourd hui clairement positionné comme un outil de politique d emploi utilisé par les pouvoirs publics et comme une activité socialement utile. L auteur souligne alors deux limitations que la profession de l intérim essaie de réduire : la fermeture de l emploi public à l intérim ; l interdiction faite aux entreprises de travail temporaire de procéder à des opérations de recrutement sur emploi standard. Régis Rouyer souligne combien la Gestion des Ressources Humaines est un levier stratégique de communication des entreprises de travail temporaire. Travaillant leur image sociale et la confiance, cette intégration du discours de la GRH est censée accompagner de façon naturelle les enjeux stratégiques du développement de ces sociétés. Ce chapitre analyse les pratiques des entreprises de travail temporaire luxembourgeoises sur les différents axes classiques de la Gestion des Ressources humaines. De fait, ces pratiques répondent d abord à une logique de constitution et de fidélisation d un vivier de personnels intérimaires, plus qu à des logiques plus sociales de construction de carrières, de développement de la formation, de politiques de rémunération très sophistiquées. Jim Arrowsmith dresse enfin le tableau de la croissance et des réglementations de l intérim en Europe, de son émergence comme secteur autonome et des implications que cela a sur les stratégies des acteurs sociaux. Il décrit brièvement les points de vue des employeurs et des syndicats. Il examine les réglementations du secteur dans les États membres, qu il s agisse de législation ou de négociation collective, ainsi que les développements qui ont eu lieu au niveau européen, dans le cadre des mécanismes de dialogue social et des discussions sur le projet de Directive européenne sur l intérim. En conclusion de cet ouvrage Rachid Belkacem, Cathel Kornig et François Michon esquissent très brièvement l avenir, ou plus exactement les avenirs possibles de l intérim. Ces avenirs se dessinent dans les évolutions d aujourd hui. Celles-ci modifient en effet l image classique qui en France, reste attachée à l intérim : un intérim toujours majoritairement peu qualifié, soit limité aux missions de 11

12 courte durée, en remplacement ou en complément du personnel permanent, soit au contraire en présence quasi permanente au sein de l entreprise, malgré les limites réglementaires des durées de mission. Cet ouvrage suggère d autres images. Sur l une, les agences d emploi privées assurent une fonction d intermédiaire de référence sur le marché du travail. Elles en améliorent la transparence. Elles en assurent ainsi un meilleur fonctionnement. C est pratiquement tout le recrutement, temporaire ou permanent, qui passe entre leurs mains. Sur l autre, l intérim devient en quelque sorte la forme suprême du travail salarié. L agence d emploi privée se fait employeur d une main-d œuvre, temporaire ou permanente pour l utilisateur, selon les besoins. Elle en assure toute la gestion, de la recherche du candidat à la fin du contrat de travail. Elle en organise le travail pour le compte des utilisateurs. Elle est en charge de la trajectoire professionnelle des travailleurs. Ces deux images peuvent-elles fonder deux scénarios alternatifs, tout aussi vraisemblables l un que l autre, même si le second est sans doute plus radical? Pour l un comme pour l autre, on en observe d ores et déjà plus que des traces, en France ou à l international. Les lignes ultimes de cet ouvrage soulignent alors d une part que rien n est jamais joué, que la conjoncture économique n est jamais maîtresse du jeu, et que les choix socio politiques seront déterminants ; et d autre part que les deux scénarios risquent de coexister, chacun sur ses propres marchés, par exemple l un sur les marchés excédentaires des basses qualifications, et l autre sur les marchés tendus des hautes qualifications. 12

13 Liste des auteurs ANDREO-TUDELA Juan Carlos, Chercheur, Université Pablo de Olavide, (Espagne) ARBORIO Anne-Marie, Maître de conférences, Université de Provence et Laboratoire d Economie et de Sociologie du Travail (LEST-CNRS) ARROWSMITH James, Professeur, Department of Management and International Business, Massey University (New Zealand) BELKACEM Rachid, Maître de conférences, Université Henri Poincaré de Nancy, IUT Henri Poincaré de Longwy, chercheur au GREE-2L2S, Université de Nancy 2 CARRE Françoise, Directrice de recherche, Center for Social Policy, J. W. McCormack, Graduate School of Policy Studies, Université du Massachusetts, Boston (USA) CLEMENT Franz, Conseiller scientifique à l institut CEPS-INSTEAD (Luxembourg) DENYS Jan, Responsable corporate communication and public affairs et spécialiste du marché du travail chez Randstad (Belgique) ENGELSMAN Suzanne, Hugo Sinzheimer Institute, University of Amsterdam (Pays-Bas) FRIBOURG Bertrand, Docteur en sociologie, chargé de mission, Conseil Régional PACA GORGEU Armelle, Chercheure associée, Genre Travail et Mobilité, Université de Paris X Nanterre KORNIG Cathel, Sociologue indépendante, Chercheure associée au Laboratoire d Economie et de Sociologie du Travail (LEST-CNRS) MASON Geoff, National Institute of Economic and Social Research, London (Royaume-Uni) MATHIEU René, Chercheur associé, Genre Travail et Mobilité, Université de Paris X - Nanterre MICHON François, Directeur de recherches émérite, Centre d Économie de la Sorbonne, CNRS - Université de Paris 1 13

14 NAKAMICHI Asako, Chercheure associée, Institut de Recherche en Administration des Entreprises, Université de Waseda, Tokyo (Japon) OSBORNE Matthew, National Institute of Economic and Social Research, London (Royaume-Uni) PALMAS Luca, Chercheur, Dipartimento di Scienze Antropologiche, Facoltà di Scienze della Formazione, Università degli Studi di Genova (Italie) PAPINOT Christian, Maître de conférences, ARS, Université de Bretagne occidentale POLI Stephano, Dipartimento di Scienze Antropologiche, Facoltà di Scienze della Formazione, Università degli Studi di Genova (Italie) PUISSANT Laurence, Sociologue, Chercheure au GRIS, Université de Rouen ROUX François, Délégué général du PRISME (Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi) ROUYER Régis, Maître de conférences, Université Henri Poincaré de Nancy, IUT Henri Poincaré de Longwy, Chercheur au GREE-2L2S, Université de Nancy 2 SANO Yoshihide, Professeur associé, Faculté d Administration des Entreprises, Université de Hosei (Japon) SOL C.C.A.M. (Els), Professeure associée, Hugo Sinzheimer Institute, University of Amsterdam (Pays-Bas) VALIORGUE Bertrand, ESC Clermont CRCGM, chercheur associé à l Institut Français de Gouvernement des Entreprises Lab Ho (ADECCO) WEINKOPF Claudia, Directrice de recherche, IAQ, Duisburg-Essen University (Allemagne) 14

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi

Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Le travail intérimaire comparé aux autres formes d emploi Rapport final Mars 2015 Pour le compte de: Eurociett UNI Europa Projet n VS/2013/0389 With financial support from the European Union Document

Plus en détail

BAROMÈTRE PRISM EMPLOI BILAN ANNUEL 2014

BAROMÈTRE PRISM EMPLOI BILAN ANNUEL 2014 BAROMÈTRE PRISM EMPLOI BILAN ANNUEL 2014 Paris, le 3 février 2015 COMMENTAIRE GÉNÉRAL POUR L ANNÉE 2014 En 2014, la France enregistre une baisse de l emploi intérimaire pour la troisième année consécutive

Plus en détail

Ressources humaines et gestion

Ressources humaines et gestion Ressources humaines et gestion EDUCAPÔLE gestion des personnes Jean-Marie Peretti 9 e édition u Fonction RH et management des personnes u GPEC u Recrutement, appréciation et gestion des carrières u Formation

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets

Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets NON PAPIER FRANCAIS Proposition pour la mise en place d un Fonds européen des brevets 1- Une économie de la connaissance en transformation profonde L économie de la propriété intellectuelle subit des modifications

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020?

Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? Le tertiaire supérieur : Un potentiel de création de 20 000 emplois sur la métropole d ici 2020? 28 novembre 2013 Le Tertiaire Supérieur sur Lille Métropole? Les sources? Le Contrat d Etude Prospective

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion

Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Mobiliser les entreprises : un nouveau défi pour les acteurs de l insertion Léopold GILLES Directeur du Département «Evaluation des politiques sociales» - CREDOC SOMMAIRE RAPPEL : entreprises solidaires

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail

Le secteur informatique

Le secteur informatique Mai 2014 Le secteur informatique Service Etudes CCI Indre Le secteur informatique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR INFORMATIQUE EN FRANCE Etablissements

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière

Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion ou reprise d une PME hôtelière Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes

ENQUÊTE. Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes ENQUÊTE Auprès des courtiers et des assureurs sur le rôle et la valeur ajoutée des courtiers grossistes INTRODUCTION Jean-Paul Babey Président du Syndicat 10 PRÉSENTATION DU SYNDICAT 10 : LES MEMBRES Enquête

Plus en détail

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion

L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2012 11, novembre 2012 www.ftu.be/ep L emploi intérimaire, entre risque de précarité et opportunité d insertion Une analyse des

Plus en détail

Renforcer l action du médecin du travail

Renforcer l action du médecin du travail 1 Réforme de la médecine du travail : l avis du Conseil Économique et social mars 2008, par serge cannasse Le Conseil économique et social a rendu son avis sur la médecine du travail. Son diagnostic est

Plus en détail

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org

ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION CLIENT 3 cité Férembach 75017 PARIS http://afrc.org LABORATOIRE D'ECONOMIE ET DE SOCIOLOGIE DU TRAVAIL Unité Mixte de Recherche 6123 35 Avenue Jules Ferry - 13626 Aix-en-Provence Cedex http://www.univ-aix.fr/lest ASSOCIATION FRANÇAISE DES CENTRES DE RELATION

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Ingénierie et management de projets en communication et industries graphiques de l Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Thème 4 : Gestion des compétences

Thème 4 : Gestion des compétences Thème 4 : Gestion des compétences La gestion des compétences consiste à comprendre, à développer et à déployer les individus et leurs compétences. Bien qu elle puisse se focaliser sur les compétences en

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir

Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir Conférence de Presse 2014, année pivot pour l emploi à domicile? Les chiffres et les faits à retenir 1. Introduction : - par Marie Béatrice Levaux, présidente de la FEPEM 2. Chiffres et données clés :

Plus en détail

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de la mise en œuvre de l obligation de négocier sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Bilan de l année 2008 -- Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines.

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP 16/11/2006 Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP - 2 - Annexe 1 Éléments constitutifs du dossier de conférence de gestion prévisionnelle

Plus en détail

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle

Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle Repères revendicatifs Fiche n 15 : Droit à l éducation et à la formation professionnelle La CGT propose Un droit à l éducation permanente pour une formation émancipatrice tout au long de la vie. Ce droit

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

Devenir docteur. Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA. Institut de mathématique de Bordeaux.

Devenir docteur. Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA. Institut de mathématique de Bordeaux. Devenir docteur Pourquoi et comment bien choisir sa thèse? Association LAMBDA Institut de mathématique de Bordeaux 10 décembre 2008 Lambda (IMB) Devenir docteur 10 décembre 2008 1 / 18 Plan Qu est ce qu

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines?

Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Qu est-ce que la Gestion des Ressources Humaines? Chapitre 1 La gestion des ressources humaines (GRH) peut être définie comme la gestion des hommes au travail dans des organisations (Martory et Crozet,

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil

Politique d emploi. des personnes. handicapées : le diagnosticconseil Politique d emploi des personnes handicapées : le diagnosticconseil Ce document s adresse particulièrement aux établissements, entreprises et groupes de plus de 250 salariés qui souhaitent s engager dans

Plus en détail

Introduction. D EPUIS plus de vingt ans, le régime d emploi-chômage

Introduction. D EPUIS plus de vingt ans, le régime d emploi-chômage Introduction D EPUIS plus de vingt ans, le régime d emploi-chômage des artistes, des cadres, des techniciens et des ouvriers intermittents qui sont salariés dans les spectacles, le cinéma et l audiovisuel,

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI

ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI ECARTS DE COMPETENCES, MIGRATIONS, MOBILITES : TENDANCES et ROLE DES SERVICES PUBLICS DE L EMPLOI Congrès Mondial de l AMSEP Annie GAUVIN- Istanbul- le 6 mai 2015 Faits et tendances actuels 200 millions

Plus en détail

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE

LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE LE PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE 21/10/2014 Unité territoriale de Paris 21/10/2014 2 Qu est ce que le pacte de responsabilité et de solidarité? Un engagement réciproque de l Etat et des partenaires

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

OBJECTIFS DU PROJET LEONARDO DA VINCI COPILOTE

OBJECTIFS DU PROJET LEONARDO DA VINCI COPILOTE OBJECTIFS DU PROJET LEONARDO DA VINCI COPILOTE I - CONTEXTE, PUBLIC CIBLE ET ANALYSE DES BESOINS Le bâtiment est un secteur professionnel fortement pourvoyeur d emplois dans la plupart des pays européens,

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contacts Presse Pierre de LA CROIX delacroix@abcportage.fr 01 43 80 50 05 Caroline PORTIER cportier@abcportage.

DOSSIER DE PRESSE. Contacts Presse Pierre de LA CROIX delacroix@abcportage.fr 01 43 80 50 05 Caroline PORTIER cportier@abcportage. DOSSIER DE PRESSE Contacts Presse Pierre de LA CROIX delacroix@abcportage.fr 01 43 80 50 05 Caroline PORTIER cportier@abcportage.fr 01 43 80 93 62 SOMMAIRE PORTAGE SALARIAL.... 3 Rappel des principes du

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

L impact du Congé individuel de formation. Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE

L impact du Congé individuel de formation. Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE L impact du Congé individuel de formation Seconde évaluation nationale SYNTHESE DES RESULTATS DE L ENQUETE REALISEE PAR IPSOS SUR LES PARCOURS ACHEVES EN 2010 Sommaire Préambule... 1 Le contexte... 2 Les

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres

FIDELITY PERCO. Conférence de presse 22 mai 2008. Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FIDELITY PERCO Conférence de presse 22 mai 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres Fiche technique Échantillon : Cible : DRH et DAF en entreprises d au moins 200 salariés Échantillon

Plus en détail

«Quelle mobilité pour les cadres territoriaux à l'international?»

«Quelle mobilité pour les cadres territoriaux à l'international?» «Quelle mobilité pour les cadres territoriaux à l'international?» Atelier n 22 Henri BEGORRE, Vice-président de la Communauté urbaine du Grand-Nancy, Maire de Maxéville, Président de la Commission eau

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE

Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE LE PORTAGE SALARIAL...3 Rappel des principes du portage...3 Une reconnaissance dans le droit du travail français....4 Historique, un secteur jeune qui se structure....4

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Master Comptabilité et contrôle

Master Comptabilité et contrôle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Comptabilité et contrôle Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

MEDECIN DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE : Statuts, carrière et salaire

MEDECIN DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE : Statuts, carrière et salaire DOCUMENTATION MEDECIN HOSPITALIER 05 49 44 57 96 www.cgtlaborit.fr Email : contact@cgtlaborit.fr MEDECIN DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE : Statuts, carrière et salaire DOCUMENT EDITE PAR LE SYNDICAT

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

Le c o m m e r c e d e d é ta i l

Le c o m m e r c e d e d é ta i l Le c o m m e r c e d e d é ta i l d a n s l Un i o n Eu r o p é e n n e Le commerce de détail regroupe toutes les entreprises dont l activité principale est la revente (sans transformation) de biens neufs

Plus en détail

Le secteur de la logistique

Le secteur de la logistique Mai 2014 Le secteur de la logistique Service Etudes CCI Indre Le secteur de la logistique Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE SECTEUR DE LA LOGISTIQUE EN FRANCE

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés

Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Gestion informatisée des organisations - progiciels de gestion intégrés Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources humaines dans

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire

Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire Enquête sur les besoins de compétences dans les secteurs Cosmétique Pharmaceutique Agroalimentaire du bassin d emploi de Blois. Etude réalisée par Jean Luc VEZON et Manuel CASIMIRO 41 janvier 2008 Objectifs

Plus en détail

Livre blanc du management de transition

Livre blanc du management de transition Livre blanc du management de transition Livre blanc du management de transition édité par la Fédération Nationale du Management de Transition e management de transition Qu est-ce que c est exactement

Plus en détail