Dette et portrait financier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dette et portrait financier"

Transcription

1

2 L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par la réalisation des projets inscrits aux programmes triennaux d immobilisations (PTI) passés et présents. Exceptionnellement, la Ville peut aussi recourir à l emprunt pour financer d autres types de dépenses afférentes à ses champs de compétence. Ce fut le cas notamment pour le dossier du refinancement de la dette actuarielle initiale de l ancienne Ville de Montréal entamé en Ainsi, au 31 décembre 2003, la dette brute émise par la Ville de Montréal atteignait 6,3 milliards de dollars. En excluant la dette émise aux fins du refinancement de la dette actuarielle de quatre régimes de retraite des employés de l ancienne Ville de Montréal, la dette à long terme oscillait autour de 5,4 milliards de dollars. Compte tenu des dépenses d investissement réalisées en 2004, du niveau du Programme triennal d immobilisations et de la stratégie de financement afférente au PTI, la dette devrait atteindre 5,5 milliards de dollars à la fin de 2007, soit en légère hausse par rapport à la dette de 2003 mais en baisse par rapport à la dette constatée au 1 er janvier 2002, lors du regroupement municipal, alors qu elle atteignait 5,9 milliards de dollars. Cette baisse depuis 2002 est principalement attribuable aux fortes échéances annuelles de la dette contractée antérieurement. Les dépenses d immobilisations affectent le niveau d endettement de la Ville. Elles influent également le budget de fonctionnement en ce qui a trait non seulement aux dépenses d exploitation, mais aussi au coût de la dette. Par conséquent, il est important de fixer le niveau des investissements avec le souci constant de contenir l ampleur de la dette obligataire et de restreindre la pression qu exerce le coût de la dette sur le budget de fonctionnement de la Ville. Le tableau de la page suivante permet de mieux saisir l impact de l endettement sur le budget de fonctionnement de la Ville en distinguant le coût brut de la dette du coût net. 1 À cet égard, mentionnons qu une nouvelle entente est intervenue entre le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal relativement au dossier du refinancement de la dette actuarielle initiale. D un commun accord, les parties confirment leur volonté de réduire de façon importante cette dette, sans les inconvénients liés au transfert de propriété de l Île Notre-Dame tel qu il était convenu au contrat de ville. Selon cette nouvelle entente, la Ville de Montréal a réalisé, en 2004, un emprunt obligataire de 240 M$ qui sera à la charge exclusive du gouvernement du Québec. 253

3 Budget de 2005 Au budget de 2005, le coût brut de la dette, soit 860,3 M$, représente 21,6 % de l ensemble des dépenses de fonctionnement. Toutefois, il faut considérer qu une partie importante de ce coût n est pas à la charge des contribuables, puisque la dette est en partie financée par plusieurs programmes de subventions du gouvernement du Québec, ainsi que par les tarifs commerciaux de la Commission des services électriques de Montréal et d Hydro Westmount. De plus, en fonction des montants réservés au fonds d amortissement pour pourvoir au remboursement futur des emprunts, des placements ont permis de générer des revenus d intérêts; ces revenus permettent une réduction du coût que doivent assumer les contribuables. Pour 2005, le coût net atteint 591,1 M$, soit 14,9 % de l ensemble des dépenses de fonctionnement. Il est à noter qu une partie du coût brut de la dette pour 2005, soit 83,1 M$, est attribuable au refinancement de la dette actuarielle initiale de quatre des six régimes de retraite de l ancienne Ville de Montréal, qui atteignait 1 192,2 M$ au 1 er juillet Ce montant remplace les contributions spéciales que la Ville devait verser aux divers régimes de retraite. En excluant les frais financiers associés au refinancement de la dette actuarielle initiale, les frais financiers bruts s élèvent à 777,2 M$, soit 19,5 % de l ensemble des dépenses. Quant au coût net, il atteint 529,1 M$, soit 13,3 % de l ensemble des dépenses. Tableau 63 Coût de la dette de 2005 ( en milliers de dollars) Refinancement Coût total Coût de la dette excluant la total actuarielle dette actuarielle Coût brut de la dette Intérêts et autres frais , , ,1 Remboursement de capital et contributions aux fonds d'amortissement , , , , , ,3 Moins : Revenus de placement des fonds d'amortissement ,5 144, ,1 Subventions à recevoir du gouvernement du Québec , , , , , ,5 Moins : Recouvrement sous la forme de redevances du fonds des conduits souterrains , ,9 Montant à la charge des contribuables , , ,9 Proportion du coût de la dette par rapport à l'ensemble des dépenses de fonctionnement et des autres activités financières Coût brut de la dette 21,6 % 2,1 % 19,5 % Coût net (montant à la charge des contribuables) 14,9 % 1,6 % 13,3 % 254

4 Gestion de la dette Le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateur de fonds publics, doit accorder une place prépondérante à la saine gestion financière des affaires de la Ville. L un des éléments importants d une telle gestion concerne évidemment la dette. Il s agit de gérer de telle sorte que l endettement public soit raisonnable, c est-à-dire à la mesure de la capacité de payer des contribuables (coût de la dette nette), tout en offrant des services de qualité aux citoyens et citoyennes. À cet égard, mentionnons que la firme Moody s, en 2003, a revu à la hausse la perspective associée à la cote de crédit de la Ville, celle-ci étant fixée à «A2 positive». Cette cote a été maintenue en Pour sa part, la firme Standard and Poor s a donné la cote de crédit «A+ stable» à la Ville de Montréal pour les années 2003 et Il a déjà été mentionné que la Ville de Montréal a recours à l emprunt pour financer la majeure partie de ses investissements. Or, il est généralement reconnu que les investissements requis sont élevés et qu ils dépassent nettement la capacité de payer des contribuables. Cela implique que la Ville fasse des choix, parce qu elle ne peut pas s endetter outre mesure, bien qu il n y ait pas de limite légale à son niveau d emprunt. La Ville a donc élaboré une stratégie financière qui tient compte notamment de son endettement. C est dans cet esprit qu elle a présenté au budget de 2004 sa politique de gestion de la dette. Rappelons que cette politique vise à : définir les objectifs de la gestion de la dette; rendre plus systématique le processus de prise de décision; assurer la cohérence des décisions en matière d endettement, en introduisant discipline et continuité dans le processus de décision; se doter d un encadrement visant à assurer le maintien, voire l amélioration de la situation financière de Montréal. Par la politique de gestion de la dette, la Ville entend poursuivre les objectifs suivants : gérer de façon responsable et prudente la dette de la Ville, ce qui implique de se donner un cadre formel balisant le recours à l endettement; se donner des pratiques qui permettent de corriger la situation d endettement élevé de la Ville; s assurer un accès stable aux marchés des capitaux et surtout à un coût avantageux; s assurer d une amélioration de la situation financière et ainsi maintenir la cote de crédit de la Ville ou encore, l améliorer si possible. Les pratiques adoptées dans le contexte de la politique de gestion de la dette publique de Montréal sont regroupées sous cinq énoncés généraux. Toute dérogation à cette politique devra faire l objet d une autorisation du conseil municipal. 255

5 Budget de 2005 Plusieurs mesures de la politique de gestion de la dette ont été intégrées au budget de Profitant d une bonne conjoncture qui a permis de refinancer des emprunts à des taux moins élevés et de contributions volontaires dédiées au remboursement accéléré de la dette, la Ville utilisera 11,2 M$ pour réduire la dette municipale. Une première tranche de 2,5 M$ provient des gains liés aux emprunts effectués antérieurement, la seconde tranche de 8,7 M$ sera produite par des contributions volontaires et des économies associées aux emprunts pour Il ne faut pas perdre de vue que le niveau d endettement de la Ville est élevé par rapport aux autres grandes villes nord-américaines. La mise en œuvre de la politique de gestion de la dette devrait permettre d améliorer cette situation et, le cas échéant, d améliorer la cote de crédit de la Ville. La politique de gestion de la dette stipule aussi certaines balises relatives à l endettement et au poids du service de la dette. La prochaine section brosse un portrait financier de la Ville qui permet notamment de faire le point sur la situation de l endettement. 256

6 LE PORTRAIT FINANCIER Depuis sa création, l actuelle Ville de Montréal a adopté un cadre de gestion. Elle a également implanté des politiques et des encadrements de nature financière et budgétaire dans le but d améliorer sa situation financière. Le présent texte démontre que ces outils permettent aux gestionnaires d exercer une saine gestion des fonds publics municipaux. Diminution du poids de la dette directe et indirecte 1 nette par rapport aux revenus La politique de gestion de la dette, annoncée au budget de 2004, a fixé un certain nombre de paramètres afin de guider les actions de la municipalité relativement à sa dette. Un de ces paramètres a pour but de limiter le niveau de la dette directe et indirecte nette à un maximum de 100 % des revenus de la Ville, une fois le refinancement de la dette actuarielle initiale (D.A.I.) exclus. L analyse des données permet de constater que cet indicateur est effectivement inférieur à 100 %. De plus, le poids de la dette directe et indirecte nette diminue progressivement par rapport aux revenus de la Ville, passant de 95 % au 31 décembre 2001 à 90 % en Graphique 15 Dette directe et indirecte nette (excluant la dette actuarielle initiale) en pourcentage des revenus (données en pourcentage au 31 décembre de chacune des années) 100 % Politique de gestion de la dette : ratio maximal de 100 % 80 % 60 % 40 % 95 % 91 % 92 % 90 % 90 % 20 % 0 % La dette indirecte représente la dette des organismes compris dans le périmètre comptable. Ces organismes sont les suivants : Société de transport de Montréal, Société d habitation et de développement de Montréal, Société de développement de Montréal et Anjou

7 Budget de 2005 Une diminution du poids relatif du service de la dette Le graphique suivant présente le coût net du service de la dette 1 par rapport à l ensemble des dépenses. La politique de gestion de la dette fixe le poids relatif du service de la dette à un maximum de 16 % de l ensemble des dépenses de la Ville. En 2001, le service de la dette représentait 16,2 % de l ensemble des dépenses de fonctionnement et des autres activités financières. Au budget de 2005, ce ratio est de 14,9 %, et ce, malgré le fait que le coût du service de la dette prend en compte les frais financiers associés au refinancement de la dette actuarielle initiale (D.A.I.). Graphique 16 Coût net du service de la dette en pourcentage des dépenses de fonctionnement et autres activités financières (données budgétaires en pourcentage) 18 % 16 % 14 % 1,5 % 1,5 % 1,4 % 0,6 % 1,6 % Politique de gestion de la dette : seuil de 16 % 0,6 % 1,6 % 12 % 10 % 8 % 6 % 16,2 % 15,8 % 15,2 % 13,9 % 13,3 % 14,9 % 4 % 2 % 0 % Dette directe nette usuelle Dette directe nette : refinancement (D.A.I.) Solde (D.A.I.) 1 Dans cette section, à moins d avis contraire, la dette totale nette comprend : 1) la dette directe nette usuelle, composée essentiellement des emprunts réalisés afin de financer les dépenses d immobilisations, 2) la dette directe nette découlant de l opération de refinancement de la dette actuarielle initiale des régimes de retraite de l ancienne Ville de Montréal qui ont accepté la proposition de la Ville et 3) la dette actuarielle initiale des deux autres régimes que nous désignons comme le solde de la dette actuarielle initiale. 258

8 Une diminution du recours aux affectations de surplus Le graphique suivant montre le recours aux affectations de surplus à des fins d équilibre budgétaire annuel. Celui-ci est passé de 77,4 M$ en 2001 à 35,3 M$ en La Ville de Montréal s emploie à réduire le recours à l affectation de surplus afin de financer entièrement ses dépenses dans l année où celles-ci sont entreprises. Graphique 17 Affectation des surplus 1 (données budgétaires - en millions de dollars) 100,0 80,0 77,4 75,3 60,0 55,2 40,0 42,3 35,3 20,0 0, Pour 2004 et 2005, une somme annuelle de 15 M$ qui provient de l'ancienne Ville de Montréal est utilisée afin d'atténuer l'impact fiscal de la dette initiale pour les contribuables de l'ancienne Ville de Montréal. 259

9 Budget de 2005 Amélioration du bilan financier en raison du refinancement de la dette actuarielle initiale Au 31 décembre 2001, la dette directe nette de la Ville de Montréal atteignait 3,0 milliards de dollars. L ancienne Ville de Montréal avait aussi une obligation (la dette actuarielle initiale) à l égard de ses régimes de retraite de 1,6 milliard, pour un total de 4,6 milliards. La dette actuarielle initiale avait la particularité d augmenter au fil des ans, jusqu en 2011, puisque les cotisations spéciales prévues aux actes notariés étaient insuffisantes pour payer les intérêts sur cette dette. Ainsi, la dette actuarielle initiale devait atteindre 1,8 milliard de dollars en 2005, ce qui aurait porté la dette directe totale à 4,8 milliards (voir graphique ci-après). La mise en œuvre de la stratégie de refinancement de la dette actuarielle a permis de corriger en grande partie cette situation et d améliorer le bilan financier de la Ville de 402 M$, notamment par : la réduction de 240 M$ de la dette actuarielle initiale à la charge des contribuables de l ancienne Ville de Montréal, grâce au contrat de ville où le gouvernement du Québec prend à sa charge cette composante; le gain de 162 M$ résultant de plusieurs éléments de la stratégie, notamment : - la cristallisation de la dette actuarielle initiale qui a permis d éviter, en bonne partie, la croissance future de cette dette; - les modifications apportées à la structure de remboursement, permettant d amorcer dès 2004 le remboursement de cette dette; - la structure de financement qui profite de la faiblesse des taux d intérêt. Graphique 18 Évolution de la dette directe nette et de la dette actuarielle initiale (D.A.I.) avec et sans la stratégie de refinancement (données au 31 décembre de chacune des années - en millions de dollars) M$ Dette directe nette sans le refinancement de la dette actuarielle initiale (D.A.I.) M$ Dette directe nette avec le refinancement de la dette actuarielle initiale (D.A.I.)

10 Endettement sous contrôle La dette directe nette émise, c est-à-dire qui a fait l objet d emprunts et qui est à la charge des contribuables, atteignait 3,8 milliards de dollars 1 selon les états financiers de Rappelons que depuis 2003, les emprunts réalisés dans le cadre du refinancement de la dette actuarielle initiale (D.A.I.) de certains régimes de retraite de l ancienne Ville de Montréal (868 M$) se sont ajoutés à la dette usuelle de la Ville de Montréal (2 944 M$). Comme l indique le graphique suivant, depuis 2003, la dette directe nette, qui est de l ordre de 3,8 milliards de dollars, affiche une relative stabilité. Graphique 19 Évolution de la dette directe nette et de la dette actuarielle initiale (D.A.I.) (données au 31 décembre de chacune des années - en millions de dollars) M$ , ,2 536,5 548,1 559,0 867,8 861, , , , , , ,1 855, , ,0 Solde (D.A.I.) Dette directe nette : refinancement (D.A.I.) Dette directe nette usuelle Des dépenses d investissement ou d activités financières à financer à long terme ne sont pas considérées dans cette section. Au 31 décembre 2003, ces dépenses étaient de l ordre de 470 M$. Depuis cette date, un financement de plus de 240 M$ a été réalisé pour le refinancement de la dette actuarielle initiale. En vertu de la convention de subvention découlant du contrat de ville, cet emprunt est à la charge exclusive du gouvernement du Québec, de sorte que la dette nette de la Ville n est pas modifiée par ce nouvel emprunt. Le solde des dépenses à financer à long terme se situera autour de 300 M$ à la fin de

11 Budget de 2005 Réduction du poids de la dette directe par rapport à la valeur foncière Le graphique ci-dessous présente l évolution, en pourcentage, de la dette directe nette par rapport à l évaluation imposable équivalente uniformisée. On y observe que le poids de la dette directe nette diminue depuis 2001, et ce, même en tenant compte du refinancement de la dette actuarielle initiale (D.A.I.) de certains régimes. En effet, le poids de la dette directe nette est passé de 3,3 %, en 2001, à 2,6 % en Cette réduction est attribuable à trois facteurs principaux : une dette directe nette, excluant le refinancement, relativement stable sur la période; l appréciation de la valeur des immeubles sur le territoire de la Ville de Montréal; la stratégie de refinancement de la dette actuarielle initiale de Montréal. Graphique 20 Dette directe nette et dette actuarielle initiale en pourcentage de l évaluation imposable équivalente uniformisée (données en pourcentage au 31 décembre de chacune des années) 5 % 4 % 3 % 2 % 1 % 1,8 % 3,3 % 1,7 % 0,5 % 0,8 % 2,8 % 2,8 % 3,6 % 0,5 % 0,7 % 2,4 % 3,1 % 0,4 % 0,6 % 2,0 % 2,6 % 0 % Dette directe nette usuelle Dette directe nette : refinancement (D.A.I.) Solde (D.A.I.) 262

12 Dette directe nette par citoyen relativement stable Le prochain graphique indique que la dette directe nette par citoyen, en excluant le refinancement de la dette actuarielle initiale, a légèrement diminué depuis Elle est passée de $ en 2001 à environ $ en Pour les années 2004 et 2005, cette dette devrait demeurer relativement stable. Par ailleurs, le coût de la dette actuarielle initiale par citoyen est passé de 919 $ en 2002 à près de 760 $ en 2005 qui se partage ainsi : 459 $ en frais de financement et 300 $ en cotisations spéciales. Graphique 21 Dette directe nette et dette actuarielle initiale par citoyen (en dollars au 31 décembre de chacune des années) $ $ $ $ $ $ $ $ 888 $ 919 $ 288 $ 294 $ 300 $ 466 $ 463 $ 459 $ $ $ $ $ $ $ $ 500 $ 0 $ Dette directe nette usuelle Dette directe nette : refinancement (D.A.I.) Solde (D.A.I.) Une hausse de la valeur foncière Le graphique suivant montre l évolution de l assiette montréalaise de l impôt foncier. Comme les revenus des municipalités proviennent essentiellement de l impôt foncier, la valeur foncière imposable est donc un indicateur important. Entre 2001 et 2003, soit au cours du précédent rôle triennal, les valeurs foncières imposables ont augmenté de 3 545,1 M$, passant de ,2 M$ en 2001 à ,2 M$ en Selon les valeurs consignées dans le nouveau rôle, déposé le 13 septembre 2003, les valeurs totales atteignent 129,3 milliards de dollars, soit une croissance de 24,8 % par rapport au précédent rôle d évaluation. En 2005, les valeurs totales du rôle sont en progression et totalisent 131,4 milliards de dollars, dont 111,8 milliards sont imposables. 263

13 Budget de 2005 Graphique 22 Évaluation imposable et non imposable (en millions de dollars) Imposable Non imposable Conclusion Au cours des années 2001 à 2005, plusieurs éléments ont favorablement influencé la situation financière de la Ville de Montréal. Les principaux éléments sont les suivants : le contrôle du niveau d endettement, tout en augmentant les investissements pour maintenir les infrastructures en bon état; le refinancement de la dette actuarielle initiale et l apport financier du gouvernement du Québec découlant du contrat de ville; la conjoncture économique qui a permis de profiter de la faiblesse des taux d intérêt; la croissance significative de l assiette de l impôt foncier, qui découle principalement du dépôt du rôle triennal d évaluation ; l implantation de la politique de gestion de la dette qui permet d accélérer le remboursement de la dette; l utilisation minimum des surplus aux fins de l atteinte de l équilibre budgétaire. 264

Programme triennal d immobilisations 2012-2014

Programme triennal d immobilisations 2012-2014 Programme triennal d immobilisations 2012-2014 Adopté par le conseil municipal et le conseil d agglomération le 6 décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES Faits saillants... 1 i Programme triennal d immobilisations

Plus en détail

Politique de gestion de la dette

Politique de gestion de la dette SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2011-12-06 CA-2011-0482 Date de modification : N o de résolution : Date d abrogation :

Plus en détail

Politique de la gestion de la dette. POLITIQUE

Politique de la gestion de la dette. POLITIQUE Encadrements administratifs Politique de la gestion de la dette. POLITIQUE Date d'entrée en vigueur: 09/01/16 Date de fin: Commentaire: Service émetteur: Finances Service du signataire: Direction générale,

Plus en détail

LE BUDGET 2015 EN BREF. Le budget de fonctionnement 2015 1 365,7 M$ Le budget d investissement (PTI) 2015-2017 1 583 M$

LE BUDGET 2015 EN BREF. Le budget de fonctionnement 2015 1 365,7 M$ Le budget d investissement (PTI) 2015-2017 1 583 M$ C est avec fierté que nous vous présentons le budget de fonctionnement et d investissement 2015 de la Ville de Québec, qui est axé vers la poursuite de la saine gestion des finances de l administration

Plus en détail

Rapport financier 2013

Rapport financier 2013 Rapport financier 2013 Salaberry-de-Valleyfield, le 17 juin 2014 Madame la Conseillère et Messieurs les Conseillers, Chères Concitoyennes, Chers Concitoyens, Conformément à l exigence de la Loi sur les

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME

POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME PRÉAMBULE POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME Le conseil municipal et l ensemble des gestionnaires de la Ville de Lac-Mégantic doivent accorder une place prépondérante à la gestion financière

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME VILLE DE BELOEIL

POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME VILLE DE BELOEIL POLITIQUE DE GESTION DE LA DETTE À LONG TERME VILLE DE BELOEIL 1. PRÉAMBULE Le conseil municipal et tous les gestionnaires de la ville de Beloeil, à titre de gestionnaires de fonds publics, portent une

Plus en détail

Politique de gestion de la dette à long terme

Politique de gestion de la dette à long terme Politique de gestion de la dette à long terme Ville de Waterloo Mise en vigueur 16 septembre 2013 1 POLITIQUE D UNE SAINE GESTION DE LA DETTE PRÉAMBULE : Le conseil municipal, le comité des finances et

Plus en détail

Seul le prononcé fait foi. Rapport de la Mairesse sur la situation financière de la Ville de Baie-Comeau

Seul le prononcé fait foi. Rapport de la Mairesse sur la situation financière de la Ville de Baie-Comeau Seul le prononcé fait foi Rapport de la Mairesse sur la situation financière de la Ville de Baie-Comeau Le 19 novembre 2012 Chères citoyennes, chers citoyens, Conformément à l article 474.1 de la Loi sur

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

212, rue Dupont Pont-Rouge (Québec) G3H 1A1. Téléphone : 418 873-4481 Télécopie : 418 873-3494 Courriel : info@ville.pontrouge.qc.

212, rue Dupont Pont-Rouge (Québec) G3H 1A1. Téléphone : 418 873-4481 Télécopie : 418 873-3494 Courriel : info@ville.pontrouge.qc. 212, rue Dupont Pont-Rouge (Québec) G3H 1A1 Téléphone : 418 873-4481 Télécopie : 418 873-3494 Courriel : info@ville.pontrouge.qc.ca B UD GE T 2013 POINTS SAILLANTS DU BUDGET DE 2013 Conformément aux dispositions

Plus en détail

La dette. du gouvernement du Québec

La dette. du gouvernement du Québec La dette du gouvernement du Québec La dette du gouvernement du Québec Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec Décembre 2007 ISBN 978-2-550-51547-0 (Imprimé) ISBN 978-2-550-51548-7 (PDF)

Plus en détail

Avantages sociaux futurs

Avantages sociaux futurs Avantages sociaux futurs Traitement comptable des obligations émises en vertu du projet de loi (PL) 54 État de la situation L article 255 du PL 54 (voir l annexe A) permet l émission d une obligation municipale

Plus en détail

Communiqué de presse pour publication immédiate

Communiqué de presse pour publication immédiate Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar Expansion et performance records en 2007 Augmentation de 43,7 % des produits d exploitation et 42,5 % du bénéfice d exploitation net Un bénéfice

Plus en détail

Sainte-Agathe-des-Monts

Sainte-Agathe-des-Monts Direction générale des finances municipales 23 octobre 2012 Profil financier 2012 Sainte-Agathe-des-Monts Code géographique : 78032 MRC : Les Laurentides Désignation : Ville CM : S.O. Classe de population

Plus en détail

BUDGET 2015. Présenté le 8 décembre 2014 BUDGET 2015 2

BUDGET 2015. Présenté le 8 décembre 2014 BUDGET 2015 2 BUDGET 2015 BUDGET 2015 Présenté le 8 décembre 2014 BUDGET 2015 2 La préparation d un budget municipal LE PROCESSUS Conseil municipal : Orientations et directives CADRE BUDGÉTAIRE 2015 Budget base zéro

Plus en détail

É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013

É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013 É T A T S F I N A N C I E R S de la CAISSE D ASSISTANCE AU PERSONNEL DES FORCES CANADIENNES Pour l exercice clos le 31 DÉCEMBRE 2013 RAPPORT DU VÉRIFICATEUR Au conseil des Biens non publics Nous avons

Plus en détail

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR

Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Rapport trimestriel 31 mars 2002 FONDS DE PLACEMENT Message aux détenteurs de parts Au nom des fiduciaires et de tous les employés de Cominar, il me fait plaisir de vous présenter les résultats du premier

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX

RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX PRB 06-40F RÉSUMÉ DES BAISSES D IMPÔTS ET DES CHANGEMENTS FISCAUX FÉDÉRAUX INTRODUITS ENTRE 1998 ET 2005 Alexandre Laurin Alexandre Martin Division de l économie Le 28 août 2006 PARLIAMENTARY INFORMATION

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

du groupe de travail sur la comptabilité du gouvernement

du groupe de travail sur la comptabilité du gouvernement RapPort du groupe de travail sur la comptabilité du gouvernement RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA COMPTABILITÉ DU GOUVERNEMENT Rapport de Groupe de travail sur la comptabilité du gouvernement Dépôt

Plus en détail

Des fondations pour réussir. des infrastructures

Des fondations pour réussir. des infrastructures Des fondations pour réussir PLAN québécois des infrastructures Le contenu de cette publication a été rédigé par le Secrétariat du Conseil du trésor. Cette édition a été produite par la Direction des communications.

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7

Demande R-3549-2004 RÉGIME DE RETRAITE. Original : 2004-09-27 HQT-7, Document 2.1 Page 1 de 7 RÉGIME DE RETRAITE Page de 0 0 Le Régime de retraite d Hydro-Québec est un régime de retraite contributif à prestations déterminées, de type fin de carrière. Ce régime est enregistré auprès de la Régie

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

États financiers consolidés

États financiers consolidés Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour l exercice terminé Impression Autorisée par l Assemblée législative Fredericton, (N.-B.) Volume 1 États financiers consolidés Comptes publics pour

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? La dette du Québec est-elle légitime? Louis Gill le 1 er avril 2012 La dette totale du gouvernement du Québec, désignée comme sa dette brute, était de 184 milliards de dollars (55 % du PIB) le 31 mars

Plus en détail

La situation financière des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal

La situation financière des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal La situation financière des municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal Colloque des Élus de la CMM 9 Octobre, 2003 Mario Lefebvre Directeur Le Conference Board du Canada À propos du Conference

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

P6C10 Le financement externe de l entreprise

P6C10 Le financement externe de l entreprise P6C10 Le financement externe de l entreprise I. Les emprunts indivis Emprunts indivis : souscrit par une seule personne juridique. Emprunt obligataire : souscrit par plusieurs personnes juridiques (hors

Plus en détail

BUDGET 2013. Contenu

BUDGET 2013. Contenu Budget 2013 Contenu Pages Budget 2013 Faits saillants 3 Sommaire par activité 4 Revenus 5 Dépenses par fonction 6 Dépenses par objet 7 Nouveau rôle d évaluation 2013-2014-2015 Définition 8 Augmentation

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

2014-2015. Analyse des états financiers

2014-2015. Analyse des états financiers 2014-2015 Analyse des états financiers Analyse des états financiers Introduction On trouvera une analyse plus poussée des résultats financiers du gouvernement dans le Rapport financier annuel du gouvernement

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

L INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES

L INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES États financiers de L INSTITUT NATIONAL CANADIEN POUR LES AVEUGLES RAPPORT DES AUDITEURS INDÉPENDANTS Au conseil national et aux membres de l Institut national canadien pour les aveugles Nous avons effectué

Plus en détail

Les comptes de l année

Les comptes de l année Fondation Mouvement pour les Villages d Enfants Reconnue d utilité publique Les comptes de l année LE MOT DU TRÉSORIER Pour ce deuxième exercice en tant que Fondation, l année se présente sous le signe

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Analyse de la demande L'entreprise qui désire obtenir un financement de la SODEC doit déposer un plan d'affaires.

Analyse de la demande L'entreprise qui désire obtenir un financement de la SODEC doit déposer un plan d'affaires. APPROCHE D AFFAIRES En matière de financement des entreprises, l'intervention de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) s effectue dans les différents domaines du secteur de la

Plus en détail

CLUB DE GOLF DE JOLIETTE INC. Réunion des actionnaires du 3 mai 2015

CLUB DE GOLF DE JOLIETTE INC. Réunion des actionnaires du 3 mai 2015 CLUB DE GOLF DE JOLIETTE INC. Réunion des actionnaires du 3 mai 2015 Document d information INTRODUCTION Au cours de la dernière année, une grande réflexion a été amorcée au Club de Golf de Joliette Inc.

Plus en détail

ALERTE budget provincial

ALERTE budget provincial Mars 2015 ALERTE budget provincial présence locale portée mondiale Dans un premier budget équilibré depuis des années, le ministre des Finances Carlos Leitão a introduit plusieurs changements qui affectent

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

049-2009 OUVERTURE DE LA SÉANCE ET CONSTAT DU QUORUM ADOPTÉ

049-2009 OUVERTURE DE LA SÉANCE ET CONSTAT DU QUORUM ADOPTÉ PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE CRABTREE Procès-verbal de la séance extraordinaire du Conseil de la municipalité de Crabtree, pour, tenue le 10 février au lieu ordinaire des séances de ce Conseil, au

Plus en détail

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement)

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) Ce document est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) MARS 2015 TOUT-EN-UN... 3 REMISE

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

Guide du rapport financier 2014

Guide du rapport financier 2014 Guide du rapport financier 2014 Décembre 2014 Direction générale des finances municipales TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION... 3 1. ATTESTATION DU TRÉSORIER OU DU SECRÉTAIRE-TRÉSORIER (page S3)... 5

Plus en détail

RÉSEAU DE TRANSPORT DE LONGUEUIL

RÉSEAU DE TRANSPORT DE LONGUEUIL États financiers de RÉSEAU DE TRANSPORT DE LONGUEUIL Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 1 Rapport de la vérificatrice générale... 2-3 État des résultats... 4 État de la variation de

Plus en détail

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch

Les prêts hypothécaires. Habiter chez soi. www.bcn.ch Les prêts hypothécaires Habiter chez soi www.bcn.ch Les financements hypothécaires Vu la valeur généralement élevée des biens immobiliers, il est usuel de faire appel à une banque, afin de participer au

Plus en détail

PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES

PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES AVIS N O 2 RELATIF AU RISQUE DE MARCHÉ Août 2014 PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES Contraintes réglementaires en vertu de la Loi sur les caisses populaires

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT

POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT Page 1 de 7 POLITIQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION EN MATIÈRE DE RISQUE DE CRÉDIT 1.0 CONTEXTE La présente politique est établie conformément au principe 16 b) de la Charte du conseil d administration.

Plus en détail

Le 14 janvier 2003 N o de dossier : R-3504-2002 Demande de renseignement no 1 de la Régie à Hydro Québec (le Transporteur) Page 1 de 5

Le 14 janvier 2003 N o de dossier : R-3504-2002 Demande de renseignement no 1 de la Régie à Hydro Québec (le Transporteur) Page 1 de 5 Page 1 de 5 DEMANDE DE RENSEIGNEMENT NO 1 DE LA RÉGIE DE L ÉNERGIE («LA RÉGIE») SUITE À LA DEMANDE D AUTORISATION DU BUDGET DES INVESTISSEMENTS 2003 POUR LES PROJETS DU TRANSPORTEUR DONT LE COÛT INDIVIDUEL

Plus en détail

Diagnostic financier Cours 8: Analyse de crédit. HEC MONTRÉAL - Diagnostic Financier et son utilisation

Diagnostic financier Cours 8: Analyse de crédit. HEC MONTRÉAL - Diagnostic Financier et son utilisation Diagnostic financier Cours 8: Analyse de crédit La perspective du Banquier Jusqu à maintenant, pour faire le diagnostic financier d une entreprise, on s est placé davantage dans la peau des actionnaires

Plus en détail

Préavis No 22-2006 au Conseil communal

Préavis No 22-2006 au Conseil communal VILLE DE PULLY Municipalité Direction Administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 22-2006 au Conseil communal Fixation du plafond d endettement et du plafond pour les cautionnements

Plus en détail

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER

COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER RAPPOR T TRIMESTRIEL 30 SEPTEMBRE 1998 Message aux détenteurs de parts Au nom des Fiduciaires, des officiers et employés du Fonds de placement immobilier Cominar (le

Plus en détail

Le secrétaire-trésorier et directeur général, M. Michel Dufort, est aussi présent. VÉRIFICATION DU QUORUM

Le secrétaire-trésorier et directeur général, M. Michel Dufort, est aussi présent. VÉRIFICATION DU QUORUM MRC DE D AUTRAY MUNICIPALITÉ DE LANORAIE PROCÈS-VERBAL de la séance extraordinaire des membres du conseil de la municipalité de Lanoraie tenue au 57, rue Laroche, lundi le 20 janvier 2014 à 20 h, à laquelle

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

Caractéristiques et Règlement du Régime

Caractéristiques et Règlement du Régime Caractéristiques et Règlement du Régime En tout temps, les dispositions du Régime ainsi que celles de la Loi ont préséance sur toute information contenue dans le présent document. Il vous est possible

Plus en détail

BUDGET du QUÉBEC 2015

BUDGET du QUÉBEC 2015 BUDGET du QUÉBEC 2015 Services économiques TD BUDGET 2015 DU QUÉBEC : LE GOUVERNEMENT MAINTIENT LE CAP FISCAL Faits saillants Le gouvernement du Québec a déposé son deuxième budget depuis son arrivée au

Plus en détail

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle janvier 2010 Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle a été adoptée en loi de finances pour 2010. Le texte comporte, d une part, un volet «entreprises»

Plus en détail

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE

L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE L ASSURANCE PRÊT HYPOTHÉCAIRE POUR FACILITER LA PRODUCTION D ENSEMBLES DE LOGEMENTS LOCATIFS À COÛT ABORDABLE Ligne de conduite de la SCHL en matière d assurance prêt hypothécaire pour les ensembles de

Plus en détail

La dette du Québec est-elle légitime?

La dette du Québec est-elle légitime? Louis GILL Économiste, retraité de l UQÀM (1 er avril 2012) La dette du Québec est-elle légitime? Un document produit en version numérique par Jean-Marie Tremblay, bénévole, professeur de sociologie au

Plus en détail

États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone

États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone États financiers de la Caisse de retraite Régime des Bénéfices Autochtone Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 Déclaration des gestionnaires sur la responsabilité des états financiers de la Caisse

Plus en détail

Rapport des vérificateurs

Rapport des vérificateurs Rapport des vérificateurs Aux membres de la Caisse d'économie des employés de la S.T.C.U.M., Nous avons vérifié, en vertu de l article 139 de la Loi sur les coopératives de services financiers, le bilan

Plus en détail

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France

CPOM 2013-2018. Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France CPOM 2013-2018 Guide méthodologique d élaboration et de suivi des contrats pluriannuels d objectifs et de moyens en Ile-de-France FICHE D AIDE AU DIAGNOSTIC ET A LA NEGOCIATION Annexe 2 Moyens Volet 3

Plus en détail

Table des matières. Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5

Table des matières. Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5 Table des matières Chapitre 1 Commentaire d introduction Le volume I rend compte de nos audits financiers... 3 Remerciements... 5 Chapitre 2 Commentaires sur la situation financière de la province Des

Plus en détail

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT

I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT I. S. F. ET DELOCALISATIONS FISCALES UN IMPACT DIFFICILE A MESURER FAUTE D UN TABLEAU DE BORD SATISFAISANT Communication de M. Philippe Marini Rapporteur général I. LES DERNIERES DONNEES SUR LES DELOCALISATIONS

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003

AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 AIDE FINANCIÈRE AUX ÉTUDES STATISTIQUES RAPPORT 2002-2003 Symboles et abréviations % : pourcentage $ : en milliers de dollars ou moins M $ : en

Plus en détail

Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations, des

Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations, des Un nouveau programme de prêt hypothécaire pour les coopératives de l Article 95 But du programme Les coopératives d habitation vieillissantes ont besoin de nouveaux capitaux pour effectuer des réparations,

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014

PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015. novembre 2014 PARAMÈTRES DU RÉGIME D IMPOSITION DES PARTICULIERS POUR L ANNÉE D IMPOSITION 2015 novembre 2014 4. COMPARAISON DES TAUX D INDEXATION DES RÉGIMES D IMPOSITION QUÉBÉCOIS, FÉDÉRAL ET PROVINCIAUX En 2015,

Plus en détail

Prêts hypothécaires. Des financements sur mesure

Prêts hypothécaires. Des financements sur mesure Prêts hypothécaires Des financements sur mesure Vous projetez d acheter un logement? Si vous rêvez de devenir propriétaire, vous allez commencer par rechercher le bien immobilier approprié. L analyse détaillée

Plus en détail

Document d information

Document d information Document d information Direction des finances municipales Mars 2008 ISBN 978-2-550-52630-8 (3 e édition Mars 2008) ISBN 978-2-550-51867-9 (1 ère édition Janvier 2008) Les particularités comptables de la

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JUILLET 2014 Résultats semestriels 2014 PARIS, le 30 JUILLET 2014 - Le Directoire de Foncière de Paris s est réuni le 30 juillet 2014 et a arrêté les comptes semestriels de la société

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

GUIDE DE REDRESSEMENT

GUIDE DE REDRESSEMENT GUIDE DE REDRESSEMENT BASCULEMENT AUX NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) LIÉS PAR UNE CONVENTION AVEC LA SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT (SCHL)

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Résumé du budget fédéral 2015

Résumé du budget fédéral 2015 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Résumé du budget fédéral 2015 Un large éventail de mesures fiscales a été annoncé dans le plus récent budget fédéral, alors que le gouvernement conservateur approche des élections

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié)

Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié) Déclaration de responsabilité de la direction (non vérifié) CONDITION FÉMININE CANADA La responsabilité de l intégrité et de l objectivité des états financiers ci joints pour l exercice terminé le 31 mars

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC.

États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. États financiers consolidés résumés intermédiaires du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés intermédiaires du résultat Pour les périodes de trois et de six mois closes les 3 mars (en milliers

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE/ROUYN-NORANDA 7 janvier 2014 À une séance spéciale du conseil municipal tenue au lieu habituel des délibérations, mardi le 7 janvier 2014 à 18h30, à laquelle

Plus en détail

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2014 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2014 s inscrit dans un contexte économique et social encore difficile. Aussi, avec

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL. Capital Desjardins inc.

RAPPORT ANNUEL. Capital Desjardins inc. RAPPORT ANNUEL Capital Desjardins inc. RAPPORT ANNUEL ANALYSE PAR LA DIRECTION Nous avons le plaisir de vous livrer le rapport financier de l'exercice terminé le 31 décembre. Capital Desjardins inc., filiale

Plus en détail

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus

La retraite. n est pas un privilège! Avant-propos. Qu est-ce que le RREGOP? En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus En savoir plus sur le RREGOP pour mettre fin aux malentendus La retraite n est pas un privilège! Fascicule 1 Avantpropos Depuis plusieurs mois déjà, de grands médias tirent à boulets rouges sur les régimes

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail