La gestion de projet est importante pour : Les services comptables et financiers, qui pilotent le financement des nouvelles acquisitions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La gestion de projet est importante pour : Les services comptables et financiers, qui pilotent le financement des nouvelles acquisitions"

Transcription

1 Chapitre 3 Gestion de projet Au sein de l organisation La gestion de projet est importante pour : Les services comptables et financiers, qui pilotent le financement des nouvelles acquisitions de l entreprise. Les services des ressources humaines, qui mettent en place les programmes de formation et de développement personnel. Les services informatiques, qui conçoivent les nouveaux systèmes informatiques pour prendre en charge les processus reconfigurés. Les services marketing, qui conçoivent et mettent en œuvre les campagnes publicitaires pour les nouveaux produits. Les services opérationnels, qui gèrent l introduction de nouvelles technologies pour la production des biens et des services. Objectifs d apprentissage À l issue de ce chapitre, vous serez capable : D identifier les trois activités principales nécessaires à la réussite d un projet. De présenter sous forme de schéma le flux des activités interdépendantes d un projet. D identifier la séquence des activités critiques déterminant la durée d un projet. De calculer la probabilité d achèvement d un projet dans le délai imparti. De comprendre comment surveiller et contrôler un projet. L a gestion de projet, à un tel niveau de complexité, exige une excellente organisation et une grande qualité de la communication afin d assurer la coordination des nombreuses parties prenantes qui contribuent à former un ensemble en perpétuelle évolution. Les entreprises telles que Eiffage et ses partenaires rassemblent des experts en gestion de projet, qui sont aptes à planifier des activités et à en contrôler l avancement par rapport à des délais, des coûts et des performances strictement déterminés.

2 72 Management des opérations Cas d entreprise Le viaduc de Millau Le projet du contournement de Millau commence en 1987 par la recherche des différents tracés possibles. Ses objectifs étaient multiples : achever l autoroute A75, pour favoriser la circulation nord-sud sur le territoire français mais aussi au niveau européen ; réaliser une intégration paysagère et économique de l ouvrage, en mettant en valeur son aspect touristique ; désengorger la vallée du Tarn en période estivale ; compenser les éventuelles pertes économiques pour les entreprises locales par la mise en place d un plan d accompagnement. Quatre propositions de tracés ont été avancées : «Grand est». Passerait à l est de Millau et franchirait à grande hauteur les vallées du Tarn et de la Dourbie par deux grands ponts (portées de 800 à m). La construction de ces ouvrages apparaît difficile. «Grand ouest». Plus long que le précédent d une douzaine de kilomètres, il emprunterait la vallée du Cernons. D une réalisation technique plus aisée (nécessitant quatre viaducs), cette solution entraîne des effets importants sur l environnement «Proche de la RN9». Ce projet, qui desservirait bien Millau, présente des difficultés techniques et ayant un fort impact sur le milieu bâti, existant ou à venir. «Médiane» (solution retenue). À l ouest de Millau, il suscite une assez large approbation locale malgré des contraintes de réalisation d ordre géologique. Des associations s opposent alors au projet, avec différents arguments : Le tracé plus à l ouest serait un meilleur tracé : plus long de trois kilomètres mais trois fois moins cher avec ses trois ouvrages d art classiques. L objectif ne serait pas atteint : du fait du péage, le viaduc sera peu emprunté et il ne sera pas la solution aux célèbres embouteillages de Millau. L équilibre financier serait impossible : les revenus du péage ne permettront jamais le retour sur investissement et la société concessionnaire devra être soutenue par des subventions. La réalisation technique sera imparfaite, donc dangereuse et peu pérenne : les piles ne seront pas solides du fait qu elles s assoient sur la marne de la vallée du Tarn. Le viaduc serait une déviation de la ville de Millau : la fréquentation touristique diminuera, ce qui freinera l économie de la cité. Après quatorze ans de procédures, la solution médiane fut retenue, bien qu elle présentât de sérieuses difficultés géologiques, notamment le franchissement de la vallée du Tarn. C est cette problématique qui donna lieu à la naissance d un ouvrage surprenant en raison de son gabarit hors normes et des contraintes qu il devait surmonter. Une fois le tracé choisi, deux familles de solutions sont comparées par les services du ministère de l Équipement : une famille «haute», avec un viaduc long de m et passant à plus de 300 m au-dessus du Tarn, et une famille «basse», descendant dans la vallée, franchissant le Tarn grâce à un ouvrage de 600 m puis atteignant le Larzac par un viaduc de m prolongé par un tunnel. Moins longue, moins chère et offrant de meilleures conditions de sécurité pour les usagers, la première solution apparaît la plus intéressante. /

3 Chapitre 3 Gestion de projet 73 Le viaduc de Millau (suite) Il faudra oser défier les lois de la physique : un pont plus haut que la tour Eiffel, des techniques et des matériaux innovants (mise en place du tablier à l aide de translateurs, un système mis au point pour pousser le tablier : 7 m de long sur 1 m de haut pour un poids de 14 t et une pression de 700 bars, chaque poussée se déroulant sur deux jours et guidée par GPS et laser), des bitumineux aux caractéristiques élastiques pour supporter les mouvements du pont et un béton à séchage ultrarapide. Après l approbation ministérielle du 12 juillet 1993, cinq équipes de bureau d études et d architectes ont planché sur cinq dispositifs différents : viaduc à arc central, viaduc sous haubané, viaduc à épaisseur constante, viaduc multi-haubané, viaduc à épaisseur variable. C est la solution de viaduc multi-haubané qui a été finalement choisie. Les travaux se sont déroulés sur trente-neuf mois. L entreprise Setec et la SNCF, en partie, se sont occupées de la maîtrise d ouvrage. La société Eiffage TP fut chargée de la partie béton, la société Eiffel, du tablier métallique, et, enfin, l AIOA (arrondissement interdépartemental des ouvrages d art) rattaché à la DDE de l Aveyron, supervisa les travaux. Cinq cents personnes ont été en permanence employées à la construction de l ouvrage. Avec le recul, il semble que les décisions prises ont été les bonnes. Les résultats sont au rendez-vous pour : L exploitation du viaduc. En 2007, près de 4,7 millions de véhicules par an, soit véhicules par jour en moyenne en = véhicules/an soit le double de ce qui est annoncé pour 2007, à camions par semaine, un record de véhicules le 1 er août La Compagnie Eiffage du viaduc de Millau a dépassé ses objectifs de 20 % pour les véhicules légers et de 5 à 7 % pour les poids lourds. L environnement. Les solutions techniques retenues ont permis une bonne gestion de l environnement en amont. La construction d usines sur le site a permis de limiter le transport de matériaux dans la région. Les retombées touristiques. Les chiffres parlent d eux-mêmes : visiteurs dans l aire de repos de Brocuéjouls sur l A75, visiteurs en 2009 sur le site de Cazalous, au pied du viaduc ; hausse de 22 % des recettes versées par les autocaristes aux hôtels, restaurants et sites visités ; explosion de la fréquentation de l office de tourisme de Millau avec visites par an depuis le début 2005 ; hausse de 5 à 30 % du chiffre d affaires de l activité touristique annuelle. Les retombées économiques. Elles concernent divers secteurs : 140 emplois créés ; hausse de 5 à 35 % du chiffre d affaires des commerçants de Millau ; allongement de deux à six mois de leur activité saisonnière. En dix-huit mois, cent permis de construire dont trois hôtels ont été accordés. / Cas d entreprise

4 74 Management des opérations Cas d entreprise Le viaduc de Millau (suite) Le viaduc de Millau, c est : un pont à haubans de m de longueur, et d une hauteur maximale de 343 m, soit 23 m de plus que la tour Eiffel, d un poids total de tonnes, une route à 270 m de hauteur, un tablier de 32 m de large qui accueille une autoroute de deux fois deux voies et deux voies de secours, sept piles prolongées chacune par un pylône de 87 mètres, la hauteur de la plus haute pile étant de 245 mètres, onze paires de haubans par piliers pour un total de 154 haubans supportant une tension de 900 tonnes pour les plus longs, un pont avec un rayon de courbure de 20 km, ce qui permet aux véhicules d avoir une trajectoire plus précise qu en ligne droite (sensation de flottement dans la direction), des structures de béton assurent l ancrage du tablier pour un volume de béton de m3, soit tonnes. La durée de la concession est de 78 ans (3 ans de construction et 75 ans d exploitation) et la garantie de l ouvrage porte sur 120 ans. Le coût de la construction s élève à 394 millions d euros. Le déroulement du projet : 1991 : Le ministère de l équipement réalise des études préliminaires et vérifie la faisabilité d un ouvrage unique franchissant la vallée du Tarn. Juillet 1993 : 17 bureaux d études et 38 architectes se portent candidats pour la réalisation des premières études. Juin 1999 : La compagnie Eiffage est finalement choisie au terme d un appel d offres international. Mai 2000 : Confection des éléments du tablier par la société Eiffel (durée 20 mois). Décembre 2001 : Pose de la première pierre du viaduc de Millau par le ministre Jean- Claude Gayssot. Juillet 2003 : Une fois que tous les pieds se sont élevés, l avancement du tablier, de chaque côté du Tarn, peut débuter. 28 mai 2004 : Jonction des deux demi-tabliers longs de m. Fin septembre 2004 : Les pylônes et leurs haubans sont achevés et peuvent laisser place aux travaux de voirie. 14 décembre 2004 : Inauguration du viaduc qui sera suivi de l ouverture au trafic deux jours plus tard. Ce chantier est un projet modèle, dont les trois «livrables» qualité, coût et délai ont été entièrement respectés. Par ailleurs, le viaduc de Millau séduit de nombreux responsables politiques étrangers (États-Unis, Chine, etc.) en raison de ses prouesses techniques, de son mode de financement et du consensus qu il a su obtenir. Sources Préfecture de l Aveyron

5 Chapitre 3 Gestion de projet 75 Les projets peuvent être complexes et délicats à gérer. Souvent, ils nécessitent les compétences d un large éventail de professions et d organisations au-delà des frontières de l entreprise. En outre, chaque projet est unique et demande de nouvelles combinaisons de compétences et de moyens. Des incertitudes, liées par exemple à l avènement de nouvelles technologies ou au comportement de la concurrence, sont susceptibles de modifier les caractéristiques des projets et d exiger des contremesures parfois radicales. Enfin, les projets sont par nature temporaires, puisque le personnel, le matériel et les installations nécessaires sont démantelés lorsque le chantier est terminé. 1. Définition et organisation d un projet Un projet correspond à toute activité non répétitive visant à atteindre un objectif défini (concevoir et lancer en fabrication un produit, mettre au point un nouveau procédé industriel, mais aussi par extension la conception et la mise en œuvre d une nouvelle organisation). La réussite d un projet dépend avant tout d une définition claire de sa portée, de ses objectifs, ainsi que des activités à réaliser. Pour qu un processus de conduite de projet ait toutes les chances d aboutir, sa structure et la manière dont le personnel va collaborer pour mener le projet à terme doivent être appréhendées précisément Sélection du chef de projet et de son équipe Le chef de projet doit savoir motiver son équipe, être un bon formateur, savoir apprécier les risques, savoir décider et avoir le sens de la communication. Il doit être capable d organiser un ensemble d activités disparates et de travailler avec des personnes issues d un large éventail de disciplines. Il est chargé de définir les objectifs du projet et de proposer les moyens de les atteindre. Il est tenu de spécifier les méthodes de travail et de s assurer que la formation adéquate est prodiguée. Enfin, il évalue la progression et prend les mesures appropriées lorsque le respect du planning est menacé. Les membres de l équipe chargée du projet peuvent être issus des services de l entreprise (marketing, finances, comptabilité, opérations, etc.) mais également d entités externes (clients, fournisseurs, etc.). Il est important de définir clairement les rôles et les responsabilités de chacun au sein de l équipe, comme la participation à la création du plan du projet, l accomplissement d activités spécifiques ou l élaboration des rapports concernant la progression du projet et les problèmes rencontrés. Toute personne travaillant pour le projet fait partie de l équipe. En conséquence, la taille et la composition de celleci peuvent varier au cours de la durée de vie du projet Portée et objectifs du projet Pour gérer un projet, il est important de définir avec soin sa portée, son planning et les ressources qui lui sont allouées. La portée est un bref énoncé des objectifs, qui restitue l essence des résultats attendus sous forme de délivrables (project deliverables), ces derniers représentant les résultats concrets à obtenir tout au long du processus de conduite de projet. Pendant la durée de vie du projet, la direction se focalise sur ces délivrables. La réussite de chacun

6 76 Management des opérations d eux est liée à des activités. Ainsi, les changements de portée qui interviennent après le démarrage du projet accroissent inévitablement les coûts et les durées. Le glissement de la portée du projet (scope creep) est une des principales causes d échec. Le planning d un projet doit être aussi précis que possible. Ainsi, la notation «le premier trimestre 2010» est trop vague pour la plupart des objectifs. Bien qu à ce stade du projet le planning ne soit qu estimatif, il doit être précis (par exemple, «le projet devra être achevé le 1 er janvier 2010»). Il est essentiel d estimer les ressources nécessaires au projet, même si c est difficile à cette étape. On peut allouer des ressources sous forme de budget, par exemple ou un équivalent personnel. Il faut éviter de déclarer que le projet sera conduit «dans la mesure des ressources disponibles». Cette formulation suppose que l on dispose des ressources suffisantes alors que ce n est peut-être pas le cas. Une liste détaillée des ressources allouées permet d ajuster la portée du projet en cours de route. 2. Planification de projet Une fois le projet défini et le processus organisé, l équipe doit élaborer un plan identifiant les activités à accomplir et un calendrier d achèvement. La planification se fait en cinq étapes : 1. Définition d un organigramme technique. 2. Établissement du diagramme du projet. 3. Développement du calendrier. 4. Analyse des compromis coût/temps. 5. Évaluation des risques Organigramme technique L organigramme technique (WBS, Work Breakdown Structure) est un état de l ensemble du travail à accomplir. Lorsque des projets prennent du retard, c est le plus souvent parce qu on a oublié de mentionner des activités à ce stade précoce du programme. Le chef de projet doit travailler en étroite collaboration avec son équipe pour toutes les identifier. Au fur et à mesure qu il les répertorie, l équipe hiérarchise leur répartition. Les activités principales sont ensuite scindées en opérations plus petites. Il faut procéder avec soin pour intégrer toutes les activités importantes dans l organigramme technique, sinon des retards sont à redouter. Dans le cadre d un projet d amélioration des délais de réception des achats, la tâche principale peut être, par exemple, la construction d un entrepôt. Naturellement, il faut la décomposer en un certain nombre de travaux (coulée de la dalle, installation du câblage électrique, etc.). Mais attention à ne pas oublier des procédures comme l obtention de l agrément de sécurité ou la préparation des rapports finaux, susceptibles de peser lourdement sur la date d achèvement du projet. On appelle activité la plus petite unité de travail, consommant à la fois du temps et des ressources, que le chef de projet peut programmer et contrôler. Dans l organigramme technique, chacune d elles doit avoir un «propriétaire» chargé de la réaliser. La propriété

7 Chapitre 3 Gestion de projet 77 d une activité évite toute confusion concernant l exécution de cette tâche et la personne responsable de son achèvement dans les délais. L équipe doit définir une procédure d assignation des activités à ses membres, qui peut être démocratique (par consensus) ou autocratique (imposée par le chef de projet) Diagramme du projet Le diagramme en réseau permet au responsable de surveiller et de contrôler le projet, qui apparaît alors comme un ensemble d activités étroitement liées. On peut le représenter sous forme de cercles (appelés nœuds) et de flèches, illustrant respectivement les activités et les relations entre elles. On utilise en réalité deux méthodes qui datent des années La méthode de programmation optimale (PERT, Program Evaluation and Review Technique) a été conçue pour la gestion du projet de missile Polaris de la Marine américaine, qui a nécessité l intervention de trois mille sous-traitants et fournisseurs. La méthode du chemin critique (CPM, Critical Path Method) visait, elle, à planifier les interruptions pour maintenance dans les usines chimiques. Ces deux formules, qui diffèrent dans la manière d évaluer les activités et leur durée, ne sont finalement pas si éloignées l une de l autre. Au long de cet ouvrage, nous évoquerons indifféremment la méthode PERT ou la méthode CPM (PERT/CPM). L une comme l autre présentent les avantages suivants : Elles permettent de visualiser le projet sous la forme d un diagramme en réseau et contraignent les équipes à identifier et à organiser les données nécessaires, ainsi qu à mettre en relief les corrélations entre les activités. Ce processus engage les responsables des différents services dans un débat ouvert pour traiter de la nature des activités et des besoins en termes de ressources. Les responsables peuvent évaluer la durée d un projet, ce qui leur permet de planifier d autres événements et de négocier des contrats avec les clients et les fournisseurs. Les rapports mettent en évidence les activités critiques pour les délais et celles qu il est possible de reporter sans affecter les dates d achèvement prévues. On libère ainsi des moyens pour les activités plus décisives. Elles permettent au chef de projet d analyser les conséquences (retards, surcoûts) des compromis concernant les ressources. Relations de priorité Définir le projet sous forme de diagramme en réseau impose l établissement d une relation de priorité entre les activités. Ainsi, pour imprimer une brochure (activité 2), il faut auparavant la concevoir (activité 1). En d autres termes, l activité 1 a la priorité sur l activité 2. L établissement des relations de priorité est d autant plus important qu une erreur ou un oubli à ce niveau peut se traduire par des retards très coûteux. Le diagramme en réseau permet de mettre ces relations en évidence. Méthode des antécédents La méthode des antécédents (ou AON, Activity-on-Node) permet d ajouter des informations intéressantes au diagramme en réseau. Les nœuds représentent les activités et les flèches, les relations de priorité. Cette méthode est orientée activité. Dans ce cas, les relations de priorité et la direction d une flèche représentent la séquence des activités. Dans

8 78 Management des opérations un diagramme en réseau AON, on fait partir d un nœud commun, appelé Début, les activités qui n ont pas de prédécesseur ; lorsqu elles n ont pas de successeur, on les connecte à un autre nœud, appelé Fin. Nous utiliserons ultérieurement les diagrammes en réseau AON pour décrire des chaînes de montage (voir chapitre 7). Exemple Établissement d un diagramme en réseau pour un projet de construction de clinique Pour offrir un meilleur service aux patients, les responsables de la clinique Sainte-Lucie de Beauvais ont décidé qu il fallait déménager. Cette relocalisation suppose la construction d un nouveau bâtiment et sa mise en service. Sophie Vienne, directrice exécutive et présidente du conseil d administration de Sainte-Lucie, doit se préparer pour une consultation publique au cours de laquelle elle présentera le projet dans son ensemble et plus précisément les coûts et les délais. Avec l aide de son équipe, Mme Vienne a développé un organigramme technique, composé de onze activités principales. L équipe a également identifié les prédécesseurs immédiats (les activités qui devront être achevées avant qu une autre ne puisse commencer) de chaque activité (voir tableau suivant). Dessinez le diagramme en réseau. Activité Description Prédécesseur(s) immédiat(s) A Recrutement du personnel administratif et médical B Choix du site C Sélection des équipements A D Préparation des plans de construction et d implantation finalisés B E Viabilisation du site B F Entretiens d embauche et recrutement des infirmiers, des aidessoignants A et du personnel de maintenance et de sécurité G Achat et réception des équipements C H Construction du bâtiment D I Développement d un système d information A J Installation des équipements E, G, H K Formation des infirmiers et du personnel soignant F, I, J Solution La figure 3.1 présente le diagramme en réseau AON du projet de relocalisation de la clinique, fondé sur les onze activités définies par la direction et leurs relations de priorité. Les activités sont représentées par des cercles et les flèches indiquent l ordre selon lequel elles doivent être réalisées. Les chiffres définissent le délai estimé, en semaines, pour chaque activité. Les activités A et B proviennent d un nœud de début, car elles n ont pas de prédécesseur immédiat. Les flèches qui connectent l activité A aux activités I, F et C

9 Chapitre 3 Gestion de projet 79 montrent que ces trois dernières requièrent l achèvement de l activité A avant de pouvoir commencer. De même, l activité B doit être terminée avant que D et E ne puissent débuter, et ainsi de suite. L activité K est liée à un nœud de fin, car elle n est suivie d aucune autre. Les nœuds de début et de fin ne représentent donc pas des activités, mais uniquement des points de début et de terminaison du réseau. I 15 A 12 F 10 K 6 Début C 10 G 35 Fin B 9 D 10 H 40 J 4 E 24 Figure Diagramme en réseau du projet de construction de la nouvelle clinique Sainte-Lucie, avec les délais en semaines associés aux activités. Pour modéliser un projet de grande envergure sous forme de réseau, l équipe doit identifier les activités et les relations de priorité. Si cette planification préalable est omise, des retards sont à craindre Développement du calendrier L équipe chargée du projet doit évaluer la durée impartie à chaque activité. Pour les tâches connues et maîtrisées, cette évaluation présente un degré de certitude élevé. Il y a plusieurs manières d obtenir des estimations. Si l équipe a accès aux données concernant la durée réelle d activités expérimentées par le passé, elle peut travailler à partir de statistiques existantes. Si la durée d une activité diminue progressivement à mesure que l opérateur acquiert de l expérience, on a la possibilité de créer un modèle pondéré par une courbe d apprentissage. Pour les nouvelles activités, on recense les avis de personnes compétentes ayant mené au préalable des expériences similaires (voir chapitre 8). En cas de fort degré d incertitude, on fera appel aux lois de la probabilité. Nous verrons deux manières d intégrer l incertitude dans les diagrammes en réseau lorsque nous traiterons de l évaluation des risques, plus loin dans ce chapitre. Pour l heure, nous supposerons que la durée des activités est connue avec certitude et nous utiliserons les estimations présentées à la figure 3.1.

10 80 Management des opérations Évaluer un délai d achèvement est un aspect crucial de la gestion de projet. Dans le cas de la relocalisation de la clinique, si chaque activité se déroulait de manière séquentielle, sur la base d une activité à la fois, la date d achèvement correspondrait à la somme des durées de toutes les activités, soit 175 semaines. Toutefois, à la figure 3.1, on note que certaines activités peuvent se dérouler simultanément à condition qu elles disposent des ressources adéquates. On appelle chemin la séquence des activités qui ont lieu entre le début et la fin d un projet. Le diagramme en réseau du projet de relocalisation de la clinique contient cinq chemins : A I K, A F K, A C G J K, B D H J K et B E J K. Le chemin critique est la séquence qui met le plus de temps à arriver à son terme. Les activités qui le jalonnent déterminent ainsi le délai d achèvement du projet. Cela signifie que si l une d elles prend du retard, il en ira de même pour l ensemble du projet. Voici les durées prévues de ces chemins : Chemin Délai prévu (en semaines) A F K 28 A I K 33 A C G J K 67 B D H J K 69 B E J K 43 La durée de la séquence d activités B D H J K est estimée à 69 semaines : c est la plus longue et, donc, le chemin critique. Mme Vienne et son équipe doivent concentrer leur attention sur les activités qui s y trouvent. Toutefois, certains projets peuvent comprendre plusieurs chemins critiques. Si d ici deux semaines, les activités A, C ou G devaient prendre du retard, la chaîne A C G J K deviendrait un second chemin critique. En conséquence, l équipe doit être consciente que les retards pris dans des activités n appartenant pas au chemin critique sont susceptibles d entraîner des retards de l ensemble du projet. Pour des petits projets, il est aisé de déterminer manuellement le chemin critique, mais pour les projets plus importants, il faut faire appel à l informatique. Des logiciels spécialisés calculent les marges de manœuvre et élaborent des rapports périodiques, ce qui permet aux responsables de contrôler l avancement du projet. La marge de manœuvre correspond au retard maximal qu une activité peut subir sans retarder l ensemble du projet. Les activités qui composent le chemin critique ont une marge de manœuvre égale à zéro. Une surveillance constante de leur progression est indispensable pour identifier celles qu il faut accélérer pour respecter le calendrier. Pour chaque activité, on calcule la marge de manœuvre en fonction de quatre dates : les dates de début et de fin au plus tôt, les dates de début et de fin au plus tard. Dates de début et de fin au plus tôt On calculera les dates de début et de fin au plus tôt ainsi : La date de début au plus tôt (ES, Earliest Start Time) d une activité correspond à la date de fin au plus tôt de l activité qui la précède immédiatement. Pour les activités

11 Chapitre 3 Gestion de projet 81 qui ont plusieurs prédécesseurs simultanés, il s agit de la plus tardive des dates de fin au plus tôt des activités précédentes. La date de fin au plus tôt (EF, Earliest Finish Time) d une activité égale sa date de début au plus tôt, ES, plus sa durée estimée, t, soit EF = ES + t. Pour calculer la durée totale du projet, on détermine la date de fin au plus tôt de la dernière activité se trouvant sur le chemin critique. Dates de début et de fin au plus tard Pour obtenir les dates de début et de fin au plus tard, il faut procéder à l inverse en partant du nœud de fin. La date de fin au plus tard du projet est égale à la date de fin au plus tard de la dernière activité sur le chemin critique. La date de début au plus tard (LS, Latest Start Time) d une activité est égale à sa date de fin au plus tard, LF, moins sa durée estimée, t, ou LS = LF t. La date de fin au plus tard (LF, Latest Finish Time) d une activité correspond à la date de début au plus tard de l activité qui la suit immédiatement. Pour les activités suivies immédiatement de plusieurs autres, la date de fin au plus tard est la plus proche de leurs dates de début au plus tard. Exemple Calcul des dates de début et de fin d une activité Calculez les dates ES, EF, LS et LF de chaque activité. Dans le projet de construction de la clinique Sainte-Lucie, quelle est l activité qui doit débuter immédiatement? Solution Pour calculer les dates de début au plus tôt et de fin au plus tôt, nous partons du nœud de début à la date 0. Comme les activités A et B n ont pas de prédécesseur, leurs dates de début au plus tôt sont également 0. Leurs dates de fin au plus tôt sont : EF A = = 12 et EF B = = 9 Comme la date de début au plus tôt des activités I, F et C, est la date de fin au plus tôt de l activité A : De même : ES 1 = 12, ES F = 12, et ES C = 12 ES D = 9 et ES E = 9 Après avoir placé ces valeurs sur le diagramme en réseau (voir figure 3.2 pour l ensemble des dates de début et de fin), nous déterminons les dates de fin au plus tôt des activités I, F, C, D et E : ES 1 = = 27, EF F = = 22, EF C = = 22 EF D = = 19 et EF E = = 33 La date de début au plus tôt de l activité G est la date de fin au plus tôt de toutes les activités immédiatement antérieures.

12 82 Management des opérations Donc : ES G = EF C ES H = EF D = 22 = 19 EF G = ES G + t EF H = ES H + t = = = 57 = 59 Comme l activité J a plusieurs prédécesseurs, sa date de début au plus tôt correspond à la date de fin au plus tôt de la plus tardive des activités qui la précèdent : EF G, EF H, EF E. Donc, EF J = = 63. De même, ES K = 63 et EF K = = 69. Comme l activité K est la dernière sur le chemin critique, la date au plus tôt d achèvement du projet correspond à la semaine 69. Toutes les dates de début au plus tôt et de fin au plus tôt de ces activités apparaissent à la figure 3.2. Date de début au plus tôt Date de début au plus tard 12 I Date de fin au plus tôt Date de fin au plus tard 0 A F K Début 12 C G Fin Chemin critique 0 B 9 9 D H J E Figure Diagramme en réseau du projet de construction de la clinique montrant les données nécessaires pour calculer la marge de manœuvre.

13 Chapitre 3 Gestion de projet 83 Pour calculer les dates de début et de fin au plus tard, nous commençons par définir la date de fin au plus tard de l activité K à la semaine 69, sa date de fin au plus tôt : LS K = LF K t = 69 6 = 63 Si l activité K doit débuter dès la semaine 63, tous ses prédécesseurs doivent s achever au plus tard à cette date. En conséquence : LF I = 63, LE F = 63, et LF J = 63 Pour obtenir les dates de début au plus tard de ces activités (voir figure 3.2), on procède ainsi : LS I = = 48 LS F = = 53 et LS J = 63 4 = 59 Après avoir obtenu LS J, nous pouvons calculer les dates de début au plus tard des prédécesseurs immédiats de l activité J : LS G = = 24 LS H = = 19 et LS E = = 35 De même, nous pouvons à présent calculer les dates de début au plus tard des activités C et D : LS C = = 14 et LS D = = 9 L activité A a plusieurs successeurs immédiats : I, F et C. Pour l activité C, la semaine 14 est la date la plus avancée des dates de début au plus tard. Donc : LS A = = 2 De même, l activité B a deux successeurs immédiats, D et E. Comme la date la plus avancée des dates de début au plus tard de ces activités est 9 : LS B = 9 9 = 0 Décision On peut utiliser les dates de début au plus tôt ou au plus tard pour bâtir le calendrier d un projet. Ainsi, Mme Vienne doit lancer l activité B immédiatement, car la date de début au plus tard de cette activité est 0 ; si elle ne le fait pas, le projet ne sera pas terminé pour la semaine 69. Lorsque pour une activité donnée, la date de début au plus tard est ultérieure à la date de début au plus tôt, on peut programmer cette activité n importe quand entre ces deux dates. C est d ailleurs le cas pour l activité E, dont on peut planifier le début entre la semaine 9 et la semaine 35 selon la disponibilité des ressources. Calendrier du projet Le chef de projet crée le calendrier, souvent en s appuyant sur l informatique, en superposant les activités du projet avec leurs relations de priorité et les estimations de durée, selon une chronologie. Le graphique qui en résulte est appelé diagramme de Gantt. Celui du projet de construction de la clinique est visible à la figure 3.3. Il a été créé avec Microsoft Project, l un des logiciels de gestion de projet les plus populaires. Le chemin critique apparaît nettement. Le graphique montre bien les activités qu on peut effectuer simultanément et le moment où elles doivent débuter. Dans cet exemple de calendrier, toutes

14 84 Management des opérations doivent commencer aux dates de début au plus tôt. Les diagrammes de Gantt rencontrent un franc succès, car ils sont intuitifs et faciles à établir. Figure Diagramme de Gantt élaboré avec Microsoft Project, correspondant au calendrier du projet de construction de la clinique Sainte-Lucie. Marge de manœuvre d une activité Les informations concernant la marge de manœuvre peuvent être utiles car elles mettent en évidence les activités qui demandent une attention particulière. En effet, la marge de manœuvre correspond au retard admissible d une activité par rapport au calendrier sans que l ensemble du projet soit retardé. Celle des activités présentes sur le chemin critique est de zéro. Celle des activités qui ont dépassé leur durée estimée, ou dont on a repoussé la date de début au plus tôt pour des questions de disponibilités des ressources, est réduite. Ainsi, la marge de manœuvre de l activité G du projet de construction de la clinique est estimée à deux semaines. Supposons que les livraisons du nouveau matériel soient prévues à la semaine 22, c est-à-dire la date de début au plus tôt de la tâche. Si le fournisseur annonce un retard de deux semaines, la durée de cette activité passe alors à 37 semaines : toute la marge est consommée et l activité G devient critique. Par conséquent, la direction doit suivre avec soin la livraison du matériel pour éviter de retarder l ensemble du projet. On peut parfois jouer sur les marges de manœuvre dont on dispose pour résoudre des problèmes de planification. Les informations de marge permettent à l équipe du projet de se prononcer sur la réattribution des ressources. Lorsque certaines ressources sont communes à plusieurs activités, il est possible de les répartir. On les retire aux activités disposant d une marge de manœuvre pour les attribuer à celles qui sont en retard sur le calendrier, jusqu à épuisement de cette marge.

15 Chapitre 3 Gestion de projet 85 Il y a deux sortes de marges : totale (total slack) et flottante ou marge libre (free slack). La première se calcule de deux manières : S = LS ES ou S = LF EF La seconde correspond au retard admissible d une activité par rapport à sa date de fin au plus tôt, lequel ne doit pas repousser la date de début au plus tôt de l activité prévue immédiatement après. Il est important de bien distinguer ces deux types de marges dans le processus décisionnel d attribution des ressources. Si une activité dispose d une marge totale mais pas de marge flottante, tout retard concernant sa date de début au plus tôt affectera la marge des autres activités. Néanmoins, on peut retarder la date de début au plus tôt d une activité à une marge flottante sans affecter le calendrier des autres activités. Exemple Calcul de la marge de manœuvre d une activité Calculez la marge des activités du projet de construction de la clinique Sainte-Lucie (reprenez les données de la figure 3.2). Solution À la figure 3.4, le tableau illustre les marges totale et flottante (marge libre) de chaque activité. Les activités B, D, H, J et K se trouvent sur le chemin critique car leur marge de manœuvre est égale à zéro. Figure Calendrier illustrant la marge totale et la marge flottante des activités du projet de construction de la clinique.

16 86 Management des opérations Décision La marge totale d une activité dépend de la performance des activités qui lui sont liées. Si l équipe décide de planifier le début de l activité A à la semaine 2 plutôt qu immédiatement, la marge totale des activités C et G sera de zéro. En conséquence, la marge totale est répartie entre toutes les activités qui se trouvent sur un chemin particulier. Le tableau montre également que plusieurs activités disposent d une marge flottante. Par exemple, celle de l activité G est de deux semaines. Si le calendrier se déroule comme prévu jusqu à la semaine 22, où l activité G est censée débuter, et que le fournisseur demande un délai de livraison supplémentaire de deux semaines, ce retard n affectera pas le calendrier des autres activités. L activité G se trouvera malgré tout sur le chemin critique Analyse des compromis coût/temps Les compromis coût/temps sont intrinsèques à la gestion de projet. Ainsi, un projet peut s achever plus tôt que prévu grâce à l embauche de personnel. Une telle démarche est avantageuse si elle permet de réaliser des économies ou de générer des bénéfices supplémentaires. Le coût total d un projet correspond à la somme des coûts directs, des coûts indirects et des pénalités de retard. Il dépend de la durée des activités ou du délai d achèvement du projet. Les coûts directs regroupent la main-d œuvre, les matières et les autres coûts liés aux activités. Les responsables ont la possibilité d écourter au cas par cas la durée des activités en recourant aux heures supplémentaires ou en allouant du personnel ou des équipements en renfort. Les coûts indirects se composent des frais administratifs, des provisions pour amortissement, des frais financiers, ainsi que d autres frais généraux variables que l on peut éviter en réduisant la durée totale du projet. Plus un projet est court et moins les coûts indirects sont importants. Enfin, un projet est susceptible d entraîner des pénalités de retard après une date précise, mais une prime vient parfois récompenser son achèvement avant l heure. Le chef de projet peut envisager de compresser ou d accélérer des activités pour avancer la date d achèvement globale du projet et réduire le coût total. Cas d entreprise Les dépassements de budget et de délai de l avion de combat Eurofighter deviennent critiques Les projets de défense sont connus pour leurs dépassements budgétaires et leurs retards et pour être de véritables bombes politiques que l on se renvoie. Les exigences divergentes des différents interlocuteurs mettent souvent en péril leur réussite. Pour des raisons économiques, ces projets sont en outre contraints de partager des plates-formes communes. Autre problème spécifique : les gouvernements européens qui ont accepté de partager les coûts du projet Eurofighter ont chacun des besoins différents et, de surcroît, fluctuants. Eurofighter, né d une collaboration entre la France, la Grande-Bretagne, l Allemagne, l Italie et l Espagne, est devenu un des projets militaires le plus coûteux de l histoire. Entre sa conception, au début des années 1980, et sa livraison, intervenue en 2003, il a été grevé par des retards et des désaccords et a subi une très nette augmentation des coûts. Après quelques querelles acerbes sur la spécification, les Français se sont retirés en D après le journal The Economist, «Eurofighter incarne tous les travers de la collaboration à l européenne». /

17 Chapitre 3 Gestion de projet 87 Les dépassements de budget et de délai de l avion de combat Eurofighter deviennent critiques (suite) D aucuns ont décrit le chameau comme un cheval conçu par un groupe de travail Eurofighter relève un peu de cette métaphore. Il est né d un consortium. Des entreprises britanniques et allemandes ont contribué à sa construction, respectivement à hauteur de 37 % et 30 %. La contribution des Italiens et des Espagnols a été de 19 % et 14 %. La multiplication des installations et le transport des pièces ont occasionné un surcoût de 20 %, au lieu d engendrer des économies d échelle. British Aerospace a construit le nez, le cockpit, les gouvernes canards, les volets hypersustentateurs et le train de freinage équipé d un gouvernail. La société Rolls-Royce s est chargée des moteurs. Le fuselage provient des lignes d assemblage de la société EADS (European Aeronautic Defence and Space Company). L aile droite de l avion de combat ainsi que le bord d attaque des deux ailes ont été fabriqués par EADS en Espagne. La société italienne Aliena a réalisé l aile gauche et les volets extérieurs. La construction de la partie arrière du fuselage revient conjointement à la Grande-Bretagne et à l Italie. L équipe d Eurofighter avait une mission de grande envergure : concevoir et réaliser un avion souple et polyvalent, capable de livrer des attaques au sol comme de remplir sa tâche première de défense aérienne. Il n est pas étonnant que, depuis ses débuts, le projet ait rencontré des problèmes. À plusieurs reprises, et à juste titre, il a fait l objet de violentes critiques en raison du dépassement budgétaire et du délai de développement, considéré comme beaucoup trop long. Ces dernières années, ses détracteurs ont insinué que l appareil n avait pas passé l épreuve des tests. On a mis en doute sa maniabilité et son efficacité. Ses rivaux commerciaux sont le F-16 et le futur Joint Strike Fighter F-35 pour les États-Unis, le Gripen pour la Suède et le Rafale pour la France. Le problème du financement s est posé : la facture totale, avoisinant les 60 milliards d euros, est trois fois supérieure à celle du tunnel sous la Manche, par ailleurs le plus important projet civil de construction en Europe. Les partisans d Eurofighter justifiaient cette dépense par les milliers d emplois que l appareil devrait générer dans les pays concernés. Ses fabricants prétendent qu il s agit de l avion de combat le plus sophistiqué au monde. Les coûts de maintenance devraient être faibles. Capable de voler à deux fois la vitesse du son, Eurofighter est réalisé en matériaux composites. Des ordinateurs, de l électronique, des interfaces pilotes, des systèmes d acquisition de cible et des radars ultramodernes se trouvent à bord. Néanmoins, ses détracteurs avancent qu une configuration remontant au début des années 1980 en fait d ores et déjà un appareil obsolète. Les projets financés avec l argent du contribuable sont trop souvent le cadre de dépassements de budget et de délais. Toutefois, la réussite de projets complexes montre que ces problèmes ne sont pas une fatalité. En revanche, l échec et les surcoûts sont inévitables dès qu on perd de vue la réalité, qu on impose des mécanismes de contrôle trop lourds ou qu on assiste à un glissement de l objectif et à un défaut de responsabilisation des dirigeants. Cas d entreprise Sources Divers

18 88 Management des opérations 2.5. Évaluation des risques Le risque donne une indication sur les conséquences possibles si un projet n atteint pas son objectif. Il rejoint la notion d incertitude quand il est associé au calendrier et aux coûts du projet. L incertitude couvre la pénurie de main-d œuvre, les intempéries, les retards d approvisionnement ou les résultats décevants des tests critiques. La principale tâche d un chef de projet consiste à développer, au tout début, un plan de gestion des risques (ou plan de continuité). Les membres de l équipe doivent pouvoir décrire les principaux risques susceptibles de compromettre la réussite et les méthodes pour les éviter. Le plan de gestion des risques définit les principales activités et recense des solutions préventives pour parer aux imprévus en cas de problèmes. Un plan bien conçu quantifie le risque et prévoit son impact, acceptable ou non, sur le projet. On peut utiliser le diagramme en réseau PERT/CPM pour quantifier les risques associés à la chronologie d un projet. La durée affectée à une activité peut refléter la part d incertitude que cette dernière revêt. Prenons l exemple d un projet de développement d un nouveau produit et d une activité de ce projet : la mise au point de la technologie permettant de le fabriquer. Pour intégrer la notion d incertitude dans le diagramme en réseau, il est possible de recourir à une distribution de probabilité des durées. Deux méthodes existent pour cela : la simulation informatique et l analyse statistique. Avec la simulation informatique, la durée de chaque activité est définie de manière aléatoire à partir de sa distribution de probabilité. On détermine le chemin critique du réseau et on calcule la date d achèvement du projet. Cette procédure est réitérée pour obtenir une distribution de probabilité de la date d achèvement. Dans l analyse statistique, on trouve trois estimations de durée : Optimiste (a). Durée minimale permettant l achèvement d une activité, à condition que tout se déroule exceptionnellement bien. Probable (m). Laps de temps probable nécessaire pour mener à terme une activité. Pessimiste (b). Estimation de la plus longue durée nécessaire à l achèvement d une activité. Calcul des statistiques de durée Grâce aux trois estimations (optimiste, probable et pessimiste), le chef de projet dispose de suffisamment de données pour évaluer la probabilité de voir l activité s achever dans les délais. Il doit commencer par calculer l écart type et la variance d une distribution de probabilité pour chaque activité. Avec la méthode PERT/CPM, on traite chaque durée comme une variable aléatoire dérivée d une loi de distribution de probabilité bêta. Cette distribution peut revêtir plusieurs formes, ce qui permet de situer la durée probable (m) n importe où entre les estimations de durée pessimiste (b) et optimiste (a). L estimation de la durée probable est le mode de la loi bêta, où la durée dont la probabilité d occurrence est la plus élevée. Cette condition n est pas possible avec une distribution normale, qui est symétrique, car son mode doit être équidistant des points d arrivée de la distribution. Deux autres hypothèses sont nécessaires. En premier lieu, nous partirons du principe qu il est possible d estimer avec précision les durées a, m et b. Il est préférable que le chef de projet et les membres de l équipe se concertent sur la valeur de ces estimations. Cellesci doivent définir la durée de l activité dans une plage de temps raisonnable. En second

19 Chapitre 3 Gestion de projet 89 lieu, nous supposerons que la déviation standard s de la durée de l activité correspond à un sixième de la plage b a. Ainsi, il y a une probabilité élevée pour que la durée des activités en cours se situe entre a et b. Cette hypothèse s appuie sur le fait que si la durée de l activité suivait la distribution normale, on trouverait six déviations standard qui occuperaient environ 99,74 % de la distribution normale. Même à partir de ces hypothèses, le calcul de l écart type et de la variance (déviation standard au carré) de la distribution de probabilité de chaque activité est complexe. Ces déviations montrent qu on peut évaluer l écart type de la distribution bêta grâce à la moyenne pondérée des trois estimations de durée suivantes : a t + 4m + b e = La variance de la distribution bêta pour chaque activité est : σ 2 = b a 2 6 La variance augmente en même temps que la différence entre b et a. C est-à-dire que plus un membre de l équipe est incertain de son estimation de la durée réelle d une activité, plus la variance est élevée. Analyse des probabilités Étant donné l incertitude des estimations de durée d une activité, le chef de projet a tout intérêt à déterminer la probabilité de respect des délais d achèvement. Pour développer la distribution de probabilité de la date d achèvement d un projet, nous supposerons que la durée d une activité ne dépend d aucune autre activité. Nous pourrons ainsi évaluer l écart type et la variance de la distribution de probabilité de la durée totale du projet en additionnant les durées et les variances des activités présentes sur le chemin critique. Toutefois, si l on assigne à une équipe deux activités pouvant se dérouler simultanément, ces durées seront interdépendantes. En outre, si d autres chemins du diagramme en réseau présentent une marge réduite, l un d eux peut se transformer en chemin critique avant la fin du projet. Dans ce cas, il faut également calculer une distribution de probabilité pour ces chemins. En raison de l hypothèse selon laquelle les durées des activités sont des variables aléatoires interdépendantes, nous pouvons utiliser le théorème de la limite centrale, qui énonce que la somme d un groupe de variables aléatoires indépendantes et identiquement distribuées approche une distribution normale au fur et à mesure que le nombre de variables aléatoires augmente. L écart type de la distribution normale est la somme des durées d activité attendues sur le chemin. Dans le cas du chemin critique, il s agit de la date d achèvement attendue au plus tôt pour le projet : T E = Σ (durées des activités sur le chemin critique) = écart type de la distribution normale De même, en vertu de l hypothèse de l indépendance des durées, nous utilisons la somme des variances des activités présentes sur le chemin comme variance de la distribution de durée pour ce chemin soit : σ 2 = Σ (variances des activités sur le chemin critique)

20 90 Management des opérations Pour analyser les probabilités d achèvement d un projet à une date précise à partir d une distribution normale, nous utilisons la formule de transformation z : où : T = échéance du projet T E = date d achèvement attendue au plus tôt du projet On utilise la même procédure pour évaluer la probabilité qu une activité soit achevée à une date donnée. Néanmoins, au lieu du chemin critique, on se sert du chemin d activités le plus long entre le nœud de début et le nœud de l activité en question. 3. Suivi de projet Une fois la planification du projet terminée, il s agit de respecter le calendrier en fonction du budget consacré aux ressources attribuées. Dans cette section, nous étudierons la façon de surveiller l état du projet et l utilisation des ressources. Nous identifierons également les fonctionnalités des logiciels de gestion de projet conçus pour suivre et surveiller le bon déroulement des projets Contrôle de l état du projet z T T = E Grâce à un système de suivi efficace, l équipe du projet pourra atteindre ses objectifs. Souvent, le fait même de surveiller la progression du projet est source de motivation pour ses membres, car ils peuvent voir que leurs efforts de planification portent leurs fruits. La gestion des décisions à prendre au fur et à mesure que le projet se déploie en est facilitée. Les systèmes de suivi efficaces collectent trois types d informations : les problèmes non résolus, les risques et l état du calendrier. Problèmes non résolus et risques Le chef de projet a le devoir de s assurer que les problèmes qui surviennent en cours de projet sont résolus efficacement. Le système de suivi répertorie les échéances auxquelles les problèmes doivent être réglés et indique la personne chargée de veiller à leur résolution. Il fournit aussi l état de chaque risque de retard spécifié dans le plan de gestion des risques de sorte que l équipe puisse les passer en revue à chaque réunion. Le chef de projet doit également enregistrer dans le système les nouveaux problèmes ou risques au fur et à mesure qu ils se présentent. Pour que le système de suivi soit opérant, chaque membre de l équipe est tenu de l actualiser périodiquement avec ses propres informations. Bien qu il soit possible d informatiser ce système, courriels, messagerie vocale ou réunions peuvent suffire pour échanger les informations nécessaires. Suivi du calendrier Même les plans de projet les mieux construits peuvent s écarter du calendrier initialement prévu. En connaissant bien ses marges de manœuvre, le chef de projet contrôle mieux les activités qui jalonnent le chemin critique. Dans le cas du projet de construction de la clinique Sainte-Lucie, supposons que l activité A se soit achevée en seize σ 2

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

PLANIFICATION DE PROJET ET METHODES D ORDONNANCEMENT

PLANIFICATION DE PROJET ET METHODES D ORDONNANCEMENT P a g e 1 PLANIFICATION DE PROJET ET METHODES D ORDONNANCEMENT NOTION DE PROJET ET D ORDONNANCEMENT Lors de la réalisation d un projet industriel (construction d usine, d autoroute, recherche et développement

Plus en détail

Plan du cours. Vocabulaire. Définitions d un projet. Les cinq phases de la Gestion de Projets. 1- Conception

Plan du cours. Vocabulaire. Définitions d un projet. Les cinq phases de la Gestion de Projets. 1- Conception Plan du cours Vocabulaire Définitions d un projet Les cinq phases de la Gestion de Projets 1- Conception Planification du Projet Ingénierie du projet Ordonnancement des activités Estimation des durées

Plus en détail

FORMAT FORMA ION SUR LA ION SUR LA GESTION DE PROJET & MS PROJECT

FORMAT FORMA ION SUR LA ION SUR LA GESTION DE PROJET & MS PROJECT FORMATION SUR LA GESTION DE PROJET & MS PROJECT Présentation rapide Jamal Achiq Consultant - Formateur sur le management de projet, MS Project, et EPM Certifications: Management de projet : «PRINCE2, Praticien»

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE GESTION DE PROJET

ÉLÉMENTS DE GESTION DE PROJET ÉLÉMENTS DE GESTION DE PROJET Gilles Boulet PMP gb@gillesboulet.ca Mai 2006 Révision Février 2009 Le management de projet est composé de 5 grands processus faisant chacun appel à 9 domaines de connaissances

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3

Réussir. un projet de site web. 6 e édition. Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 N i c o l a s C h u Réussir un projet de site web 6 e édition Groupe Eyrolles, 2003, 2004, 2005, 2006, 2008 et 2010 pour la présente édition, ISBN : 978-2-212-12742-3 annexe D Les indicateurs de pilotage

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LA PROGRAMMATION DES DÉPENSES MILITAIRES n LC 174 Juillet 2007 - 3 - LA PROGRAMMATION DES DÉPENSES MILITAIRES Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE...

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Gestion de projet. Définition. Caractérisation

Gestion de projet. Définition. Caractérisation Gestion de projet Définition «un projet est un processus unique qui consiste en un ensemble d'activités coordonnées et maîtrisées, comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d'atteindre

Plus en détail

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples

La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : quatre moyens d accroître le retour sur investissement dans les industries gérant de multiples actifs Livre Blanc Oracle Octobre 2009 Livre Blanc Oracle

Plus en détail

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV CONSTRUCTION FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS MAINTENANCE INDUSTRIELLE BUREAUX D'ÉTUDES SERVICES INFORMATIQUES NETTOYAGE «NaviOne n est pas

Plus en détail

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333)

PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) PROJET DE CONCEPTION (6GIN333) Cours #7 Hiver 2012 Ordre du jour Gestion des risques Introduction Concepts & définitions Processus d analyse Outils & méthodes Résultats Pause de 15 minutes Suivit des coûts

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

Gestion de projet Gestion de configuration Gestion de Conflits. Lydie du Bousquet Philippe Lalanda

Gestion de projet Gestion de configuration Gestion de Conflits. Lydie du Bousquet Philippe Lalanda Gestion de projet Gestion de configuration Gestion de Conflits Lydie du Bousquet Philippe Lalanda Sommaire Gestion de projet Un projet Le chef de projet La planification Gestion de configuration Gestion

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

1- Enregistrer le nouveau planning

1- Enregistrer le nouveau planning La planification est un outil indispensable de management de projet, un moyen essentiel de prise de décisions pour le chef de projet : pour définir les travaux à réaliser, fixer des objectifs, coordonner

Plus en détail

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités

LIVRE BLANC. Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Mise en œuvre d un programme efficace de gestion des vulnérabilités Sommaire Les défis de la gestion des vulnérabilités 3 Identification des principales faiblesses 3 Développement d un programme efficace

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

OMNIS LA MAITRISE DE LA TECHNOLOGIE DE LOCALISATION CONFIGURATION DESTINEE AU SECTEUR PRIVE

OMNIS LA MAITRISE DE LA TECHNOLOGIE DE LOCALISATION CONFIGURATION DESTINEE AU SECTEUR PRIVE OMNIS LA MAITRISE DE LA TECHNOLOGIE DE LOCALISATION CONFIGURATION DESTINEE AU SECTEUR PRIVE 2 NOTRE VISION: RENDRE LE TRANSPORT DE MARCHANDISES PLUS EFFICACE Le développement considérable du transport

Plus en détail

Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports.

Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports. Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports. Cette publication a été produite par la Direction du soutien aux opérations Ministère des Transports 700, boul. René-Lévesque

Plus en détail

Planifier et contrôler un projet avec Microsoft Project

Planifier et contrôler un projet avec Microsoft Project Planifier et contrôler un projet avec Microsoft Project Martin Schmidt Anteo-consulting.fr 27/02/2009 Principes de base Copyright Anteo-Consulting Page 2 Saisir des tâches Tout nouveau projet commence

Plus en détail

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale

Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Équipes de santé familiale Améliorer les soins de santé familiale Liste de vérification de la mise en œuvre d une équipe de santé familiale Juillet 2009 Version 2.0 Table des matières Introduction...3

Plus en détail

TUTORIAL Microsoft Project 2010 Fonctionalités de base

TUTORIAL Microsoft Project 2010 Fonctionalités de base TUTORIAL Microsoft Project 2010 Fonctionalités de base Microsoft Project est un logiciel de la suite Microsoft Office. Il s agit d un logiciel de gestion de projet et plus précisement de gestion de planning

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT

ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT ORACLE PRIMAVERA PORTFOLIO MANAGEMENT FONCTIONNALITÉS GESTION DE PORTEFEUILLE Stratégie d approche permettant de sélectionner les investissements les plus rentables et de créer de la valeur Paramètres

Plus en détail

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.

MS PROJECT 2000. Prise en main. Date: Mars 2003. Anère MSI. 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere. DOCUMENTATION MS PROJECT 2000 Prise en main Date: Mars 2003 Anère MSI 12, rue Chabanais 75 002 PARIS E mail : jcrussier@anere.com Site : www.anere.com Le présent document est la propriété exclusive d'anère

Plus en détail

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5

Situation actuelle : Sommaire d une recommandation Page 1 de 5 Le but de l entreprise est d offrir la meilleure qualité de service dans la vente de pièces automobiles. Les clients de Pintendre on besoin de se procurer les pièces automobiles rapidement afin de changer

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV. www.navione.fr

LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV. www.navione.fr LE LOGICIEL DE GESTION D AFFAIRES CONÇU POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV www.navione.fr Un ERP est un logiciel de gestion unique, partagé par tous les collaborateurs, qui couvre tous les domaines de l entreprise,

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1.4 - Remplacement d instruments CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Réponse aux questions pratiques liées à l application du règlement CRC n 2002-09 relatif à la comptabilisation des instruments financiers à terme par les entreprises

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

D1.2 Management (MGMT) Exploiting the Cloud to make sensor data collection scalable

D1.2 Management (MGMT) Exploiting the Cloud to make sensor data collection scalable Projet de fin d'études [E] 2012-2013 D1.2 Management (MGMT) Exploiting the Cloud to make sensor data collection scalable Participants : Robin Monjo, robinmonjo@gmail.com, SI5 / Architecture Logicielle

Plus en détail

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne IBM Software Business Analytics IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne 2 IBM Cognos - FSR Automatisation des processus de reporting interne IBM Cognos Financial Statement Reporting

Plus en détail

Ministère de l intérieur --------

Ministère de l intérieur -------- Ministère de l intérieur -------- Examen professionnel d ingénieur principal des systèmes d information et de communication du ministère de l intérieur Session 2013 Meilleure copie Sujet n 1 - Réseaux

Plus en détail

Vue d'ensemble OBJECTIFS

Vue d'ensemble OBJECTIFS Vue d'ensemble Créez des plans de projet plus aboutis en apprenant à utiliser les interdépendances (ou liens) des tâches, les retards et les avances dans Microsoft Office Project 2007. OBJECTIFS À la fin

Plus en détail

M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR

M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR M&A AGIR SUR LA CULTURE D ENTREPRISE POUR ACCÉLÉRER LA CRÉATION DE VALEUR Les approches gagnantes Nous avons récemment conduit une étude qualitative aux États-Unis auprès de «serial acquirers» américains.

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Projets - Gestion des Projets

Projets - Gestion des Projets Projets - Gestion des Projets p. 217 à 222 Projets - Gestion des Projets PGP / GPP PGP / GPP-E Gestion des petits projets Travaux neufs 5 Jours Niveau : Fondamentaux Améliorer la compréhension de la conduite

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Séance 4. Gestion de la capacité. Gestion des opérations et de la logistique 4-530-03

Séance 4. Gestion de la capacité. Gestion des opérations et de la logistique 4-530-03 Gestion des opérations et de la logistique Séance 4 4-530-03 Gestion de la capacité Points importants présentés au dernier cours Les principaux types d aménagement Étude du travail et l amélioration des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3240 Convention collective nationale IDCC : 1487. HORLOGERIE-BIJOUTERIE (Commerce

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

Analyse en temps réel du trafic des Internautes

Analyse en temps réel du trafic des Internautes Analyse en temps réel du trafic des Internautes Toute entreprise doit être en mesure d analyser le trafic de son site web et d obtenir une vue précise de son efficacité en temps réel SOMMAIRE Aperçu p.

Plus en détail

Service On Line : Gestion des Incidents

Service On Line : Gestion des Incidents Service On Line : Gestion des Incidents Guide de l utilisateur VCSTIMELESS Support Client Octobre 07 Préface Le document SoL Guide de l utilisateur explique comment utiliser l application SoL implémentée

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

1- Enregistrer le nouveau planning

1- Enregistrer le nouveau planning Guide d utilisation MindView Formation BTSET Ce document est le complément au TP projet maison simplifié, vous guidera pour réaliser la planification (partie 1). Les étapes sont : A : Planifier par les

Plus en détail

1- Enregistrer le nouveau planning

1- Enregistrer le nouveau planning MSproject :Guide d utilisation MSProject Formation BTS Ce document ressource, complément au TP projet maison simplifié, vous guidera pour réaliser la planification (partie 1). Les étapes sont : A :Planifier

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

Les tâches d un projet

Les tâches d un projet TD N 1 Les tâches d un projet Sommaire 1. - CREER NOUVEAU PROJET... 2 1.1. - DEFINIR NOUVEAU PROJET... 2 1.1.1. - Initialisation des propriétés d un projet... 2 1.1.2. - Initialisation des informations

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Analyse des risques financiers

Analyse des risques financiers Analyse des risques financiers Version du 1 er octobre 2014 Cette fiche s'adresse aux services de l État mandatés pour mener une analyse financière et est susceptible de contribuer à la définition du niveau

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels

Livre Blanc Oracle Mars 2009. Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Livre Blanc Oracle Mars 2009 Rationaliser, Automatiser et Accélérer vos Projets Industriels Introduction Pour relancer l économie, le gouvernement des États-Unis, l Union Européenne et la Chine ont développé

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

Gestion de projets. avec. Microsoft Office PROJECT 2003

Gestion de projets. avec. Microsoft Office PROJECT 2003 Gestion de projets avec Microsoft Office PROJECT 2003 Décembre 2006 1 Sommaire 1. Présentation de MS Office Project 2003 2. Aperçu général de l interface 3. Elaboration d un plan de projet 4. Gestion des

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

PRINCE2 Vs PMI Comparaison & Complémentarité

PRINCE2 Vs PMI Comparaison & Complémentarité PRINCE2 Vs PMI Comparaison & Complémentarité Antoine BRETON Antoine Breton a débuté le métier de chef de projet en 1984 dans le secteur du bâtiment. Entre 1986 et 1991 il fait partie de l équipe projet

Plus en détail

SEANCE 2 INTRODUCTION

SEANCE 2 INTRODUCTION SEANCE 2 INTRODUCTION Types de développement des SI Développement sur mesure SI développé from scratch par des pro de SI en fonction des besoins d utilisateur. o Coût o Temps o Erreur o + Besoins Développement

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION Amélioration de la planification de la capacité à l aide de la gestion des performances applicatives Comment assurer une expérience utilisateur exceptionnelle pour les applications métier

Plus en détail

RÉNOVATION D UN BÂTIMENT COMMERCIAL POUR FOREVER 21

RÉNOVATION D UN BÂTIMENT COMMERCIAL POUR FOREVER 21 RÉNOVATION D UN BÂTIMENT COMMERCIAL POUR FOREVER 21 Adriana Del Chiappa Monica Frutos-Campo Anna Kreplak Le projet porte sur la rénovation d un bâtiment commercial existant au centre ville de Montréal,

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

On site CRM ou SaaS : quel est le bon choix pour votre entreprise?

On site CRM ou SaaS : quel est le bon choix pour votre entreprise? LIVRE BLANC On site CRM ou SaaS : quel est le bon choix pour votre entreprise? Une comparaison détaillée pour vous guiderau travers le processus de sélection d uneplateforme CRM. INTRODUCTION Un survol

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

Cycle de formation Gestion de projet

Cycle de formation Gestion de projet Cycle de formation Gestion de projet Mener avec succès la conduite d un projet nécessite, pour son responsable, une expertise technique mais également un management efficace par la prise en compte globale

Plus en détail

Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise

Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise David Autissier et Thierry Meslin Réussir un grand projet de transformation : 20 bonnes pratiques pour changer l entreprise Le projet OEEI du parc nucléaire d EDF Préface de Dominique Minière et de Philippe

Plus en détail

Anticipation active un nouveau régulateur de vitesse assisté par GPS économise du carburant

Anticipation active un nouveau régulateur de vitesse assisté par GPS économise du carburant PRESS info P11Z01FR / Per-Erik Nordström 2 décembre 2011 Anticipation active un nouveau régulateur de vitesse assisté par GPS économise du carburant Scania innove avec un nouveau système avancé de régulation

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET D ENTRAINEMENT

PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET D ENTRAINEMENT FÉDÉRATION FRANÇAISE DE BILLARD Fondée en 1903 AGRÉÉE PAR LE MINISTÈRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MEMBRE DU COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET D ENTRAINEMENT NIVEAU

Plus en détail

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA

M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense. Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA MINISTÈRE DE LA DÉFENSE M. Jean-Yves Le Drian, Ministre de la défense Discours pour les vingt ans du lancement du satellite Hélios IA A Toulouse, le 9 juillet 2015 Seul le prononcé fait foi Page 1 sur

Plus en détail

LES OUTILS DE GESTION DE PROJET

LES OUTILS DE GESTION DE PROJET LES OUTILS DE GESTION DE PROJET 1 Qu est-ce qu un projet? Quelle est la définition? En quoi diffère-t-il de l activité d une entreprise, d un ensemble de personnes? Listez tous les ingrédients, aspects,

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction :

TUTORIEL Qualit Eval. Introduction : TUTORIEL Qualit Eval Introduction : Qualit Eval est à la fois un logiciel et un référentiel d évaluation de la qualité des prestations en établissements pour Personnes Agées. Notre outil a été spécifiquement

Plus en détail