Les fonds d investissement dans les actifs carbone : état des lieux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fonds d investissement dans les actifs carbone : état des lieux"

Transcription

1 Note d étude n 1 du 10 janvier 2005 Ariane de Dominicis Tél : Les fonds d investissement dans les actifs carbone : état des lieux Depuis le lancement en 1999 du premier fonds par la Banque Mondiale, les mécanismes d achat d actifs carbone issus des projets Kyoto se sont multipliés jusqu à atteindre aujourd hui un volume de plus de 1,5 milliards d euros. Les acteurs veulent se fournir dès aujourd hui en réductions d émissions à bas prix, anticipant sur l insuffisance des réductions d émissions par des mesures et politiques nationales. Aujourd hui, les gouvernements européens sont les investisseurs largement majoritaires de cette finance carbone en déploiement, tandis que le secteur privé reste encore timide. La Banque Mondiale s affirme d autre part comme le principal gestionnaire de fonds. Le paysage est donc relativement concentré malgré la multiplicité des initiatives. L entrée en application prochaine du protocole de Kyoto pourrait élargir ce champ et introduire plus de concurrence sur ce marché naissant. Fonds multiinvestisseurs 36% Importance relative des différents fonds dans les actifs carbone Fonds Banque Mondial e ouvert (PCF,CDCF,Bio CF,ICF) 17% Belgique 8% Danemark 8% Japan GHG Reduction Fund 7% Baltic Sea Region Testing Ground Facility 2% KFW- Klimashutzfonds 3% Spanish Carbon Fund 11% Suède 1% Fonds Carbone Européen 7% Fonds néerlandais 22% Autriche 14% Fonds gouvernementaux 64% 1

2 Devant la structuration progressive des accords sur le changement climatique et l approche de la première période d application du protocole de Kyoto, certains acteurs ont choisi de se fournir dès à présent en crédits carbone, anticipant une hausse des prix après Ces investissements se font pour l instant principalement dans le cadre de mécanismes «de projet» définis par le protocole de Kyoto : Mécanisme de Développement Propre (MDP) pour les projets réalisés dans les pays en développement, Mise en Œuvre Conjointe (MOC) pour ceux effectués en Europe de l Est et en Russie. Les crédits associés à ces projets peuvent déjà, au moins pour le MDP, être délivrés une fois les projets validés par lonu, et seront valorisables dans le système européen d échange de quotas à partir de Le prix des réductions d émissions par ces mécanismes est bas (4-5 /tco2e 1 ) en comparaison de celui des réductions d émissions domestiques (8-9 /tco2e sur le marché européen actuellement, ce prix étant susceptible de monter à l avenir). Trois types d acteurs sont concernés par l achat précoce de réductions d émissions. Les gouvernements de l annexe B 2, tout d abord, qui ont souscrit à des objectifs de réductions d émissions dans le cadre du protocole de Kyoto, peuvent en effet anticiper qu ils auront des difficultés à atteindre ces objectifs sans recourir à l achat de réductions d émissions sur le marché international, et vouloir réaliser ces achats le plus tôt possible pour éviter de les payer trop cher. D autre part, les entreprises soumises à des obligations de réductions nationales (notamment au sein de l Union Européenne) ou à des objectifs de réductions volontaires (comme au Japon) peuvent vouloir réaliser une partie de ces objectifs via les mécanismes projets. Enfin, les investisseurs financiers achètent des réductions d émissions en espérant une plus-value après Le déploiement de la finance carbone Un développement accéléré des mécanismes d achat En 1999, la Banque Mondiale s est positionnée comme pionnière dans le domaine de l investissement carbone en créant le «Prototype Carbon Fund» (PCF). Elle a été rejointe quelques mois plus tard par les Pays-Bas avec le lancement du programme «ERUPT». Il s agissait alors de deux programmes novateurs, visant à défricher les possibilités naissantes d achats d actifs carbone dans un contexte incertain. Début 2002, on pouvait recenser quatre fonds d achat de carbone ; fin 2004 on en dénombre une vingtaine, représentant plus d 1,5 milliards d euros d investissement. Les avancées dans les négociations Kyoto et la mise en place du système européen d échanges de quotas ont favorisé cette multiplication, qui risque de s accentuer encore avec la ratification de la Russie et l entrée en application prochaine du protocole. 1 Le Protocole de Kyoto concerne 6 gaz, dont l action réchauffante peut être mesurée en équivalent CO2 (CO2e). Par exemple, le méthane ayant un pouvoir réchauffant 21 fois supérieur à celui du CO2, une tonne de méthane correspondra à 21 tonnes d équivalent CO2 (21 tco2e) 2 Pays industrialisés 2

3 Montant total (millions d' ) Année Nombre de fonds 5 0 Montant total (millions d' ) Nombre de fonds Graphique : évolution du nombre de fonds d investissement en actifs carbone et du montant total alloué depuis 1999 La montée en puissance des investissements en actifs carbone, et principalement en mécanismes projet, aura deux conséquences immédiates. La première est une concurrence entre fonds pour les fonds ouverts - dans la recherche d investisseurs. La seconde est la recherche par les gestionnaires des fonds d un nombre croissant de projets MDP ou MOC pour générer les réductions d émissions. Si le potentiel des pays en développement et des pays en transition semble énorme, la difficulté provient essentiellement des démarches administratives à effectuer pour faire valider un projet : à ce jour, un seul projet MDP a été approuvé par le Comité Exécutif du MDP. Quant à la MOC, il faudra attendre 2008 pour pouvoir faire valider un projet. On peut donc s attendre à deux goulets d étranglement ralentissant l activité des fonds d investissement. D autre part, le manque de visibilité sur l après 2012 joue sur les politiques d investissement des fonds : la quasi-totalité d entre eux n envisage aucun investissement postérieur à la première période de mise en œuvre du protocole de Kyoto. Cet horizon trop court limite donc l ampleur de l investissement en actifs carbone. Deux types de fonds On peut distinguer deux principaux types de fonds : les fonds ouverts à des investisseurs multiples (gouvernementaux ou non), et les fonds uniquement gouvernementaux. Ces derniers représentent 63% des investissements. Seuls deux fonds sont aujourd hui ouverts uniquement au secteur privé : le Fonds Carbone Européen et le Japan GHG Reduction Fund. Ces fonds ont des stratégies différentes, la premier cherchant à réaliser de plus-values sur les actifs carbone achetés, le deuxième achetant ces actifs pour le compte d entreprises devant réaliser des réductions d émission. 3

4 2- Un paysage dominé par les investisseurs gouvernementaux européens Les gouvernements sont les investisseurs largement majoritaires dans les mécanismes d achat d actifs carbone : ils représentent 71% des investissements recensés, soit plus de 1,1 milliards d euros 3. En effet, face à la perspective d un dépassement de leur objectif d émissions, certains pays prévoient qu une partie de leur engagement sera réalisée par le biais des mécanismes de flexibilité du protocole, et en particulier par le MDP et la MOC. L investissement peut alors être réalisé soit à travers des fonds multi-investisseurs, comme ceux de la Banque Mondiale ou celui lancé par les pays de la mer Baltique («Baltic Sea Region Testing Ground Facility»), soit par la création d un mécanisme d achat national. Une grande majorité de ces mécanismes nationaux est gérée par des agences nationales dépendantes du gouvernement, cependant de plus en plus de pays font appel à des institutions internationales (Banque Mondiale, BERD,..) voire à des structures privées (comme la Rabobank aux Pays-Bas). L Europe tient une place prépondérante parmi les gouvernements investisseurs : en dehors d elle, seul le gouvernement canadien réalise un investissement dans les mécanismes de projet, via les fonds de la Banque Mondiale. Les Pays-Bas : un investisseur majeur Les Pays-Bas sont à la fois les précurseurs en la matière et l investisseur majeur dans le paysage actuel de la finance carbone, représentant à eux seuls 22% des investissements dans des fonds d achat. Ce pays a en effet un coût de réduction d émissions estimé à 100 euros par tonne évitée, soit le double de la moyenne européenne, et a annoncé son intention de remplir la moitié de ses engagements de Kyoto (soit 100 millions de tco2e) par l achat de réductions d émissions issues du MDP ou de la MOC. Le gouvernement a donc lancé le programme ERUPT d achat de crédits issus de la MOC quelques mois seulement après le PCF, et a constitué une réserve de 736 millions d euros pour l acquisition d actifs carbone. Cette dotation est répartie entre différentes modalités d achats dont sept mécanismes gérés par différents types de structures (Banque Mondiale, agences gouvernementales, banque privée,..). La montée en puissance des investissements européens D autres gouvernements européens sont très actifs dans la finance carbone, que ce soit par leur participation à des fonds mixtes (Banque Mondiale ou autres) ou par la création de mécanismes d achats gouvernementaux : on citera, sans être exhaustif, le Danemark, la Suède, l Italie, l Autriche ou l Allemagne (qui participe au fonds lancé par la KfW). L Espagne vient de lancer un fonds de 170 millions d euros géré par la Banque Mondiale, le Spanish Carbon Fund, en plus de sa participation à d autres fonds mixtes (CDCF et BioCF). Il est probable que ces mécanismes s étendent à d autres pays dans les années qui viennent (le Portugal a par exemple annoncé récemment son intention de recourir aux crédits MDP et MOC pour couvrir ses engagements). Quelques pays sont notoirement absents du paysage de la finance carbone : le Royaume Uni, qui semble pouvoir se contenter de réductions domestiques pour être en conformité avec ses engagements, et la France, qui n a pas encore affiché de volonté d achat de réductions d émissions malgré les risques de dépassement de son plafonds d émissions en Ce chiffre comprend à la fois les fonds gouvernementaux et les participations des pays à des fonds multi-investisseurs type Banque Mondiale. 4

5 Implication des gouvernements dans les mécanismes d achats d actifs carbone Pays Allemagne Autriche Belgique Canada Danemark Espagne Finlande France Islande Italie Japon Norvège Pays-Bas Royaume Uni Suède Modalités d implication Participation au KfW Klimaschutzfonds et au Baltic Sea Region Testing Ground Facility Programme gouvernemental et participation au CDCF Programme gouvernemental Participation au PCF, CDCF et BioCF Programme gouvernemental Programme gouvernemental Programme gouvernemental et participation au PCF Aucun programme d achat gouvernemental connu Participation au Baltic Sea Region Testing Ground Facility Programme gouvernemental et participation au CDCF et BioCF Aucun programme d achat gouvernemental connu Participation au PCF Sept programmes gouvernementaux et participation au PCF et au CDCF Aucun programme d achat gouvernemental connu Programme gouvernemental et participation au PCF Des investisseurs privés encore timides Les investisseurs privés représentent moins de 30% des fonds dédiés aux actifs carbone. Ils sont principalement japonais : les compagnies nippones sont très présentes dans les fonds de la Banque Mondiale, et le Japan GHG Reduction Fund, lancé le 1 er décembre 2004, réunit plus de 140 millions de dollars par 31 entreprises japonaises. En effet, le coût de réduction des émissions au Japon est estimé à 90 $/tco2e, et les entreprises japonaises, qui se sont massivement engagées à réduire leurs émissions dans le «Keidanren Voluntary Plan» comptent réaliser une partie de ces réductions volontaires via les mécanismes projet. De plus, le gouvernement Japonais pourrait racheter par la suite une partie de leurs crédits aux entreprises. Les investisseurs privés européens sont quant à eux beaucoup moins nombreux : on trouve principalement des institutions financières (KfW, Deutsche Bank, CDC, Fortis,..), et quelques compagnies assujetties aux quotas européens. Plusieurs fonds sont ouverts au secteur privé européen (Fonds Carbone Européen, fonds de la KfW, Italian Carbon Fund), mais ils trouvent encore peu de réponses venues de l industrie. Le manque de visibilité et l abondance des quotas européens peuvent être des raisons de cet immobilisme ; la ratification du protocole de Kyoto, en renforçant l assise institutionnelle du marché européen, pourrait modifier la donne. 5

6 3- La gestion des mécanismes d achat Un acteur précurseur : la Banque Mondiale La Banque Mondiale a lancé en 1999 le Prototype Carbon Fund, premier instrument d achat de réductions d émissions au monde. Son savoir-faire en la matière est aujourd hui reconnu, et les gouvernements des Pays-Bas, d Italie et récemment d Espagne lui ont confié l achat de réductions d émissions pour leur compte. Le Danemark envisage également de faire appel à cette institution pour gérer le «Denmark Carbon Facility», et la Banque Européenne d Investissement est en train de monter un fonds (le «Pan European Carbon Fund») dont elle lui confiera la gestion. La Banque Mondiale gère ainsi aujourd hui sans y être investisseur - sept fonds d achat d actifs carbone, représentant au total près de 580 millions de dollars, soit 37% des investissements. Elle représente donc le gestionnaire de fonds le plus important en matière d actifs carbone. Le rôle des institutions financières publiques Les organismes financiers publics ont un rôle particulièrement important dans la constitution et la gestion des mécanismes d achat : trois fonds ont ainsi été créés par de tels organismes (le Fonds Carbone Européen par la CDC, le Japan GHG Reduction Fund par la JBIC et la DBJ, et le KfW- Klimaschutzfonds par la KfW), parmi lesquels les deux seuls fonds entièrement non-gouvernementaux (FCE et fonds japonais). Politiques d investissement La nature des actifs carbone achetés varie suivant les fonds. La plupart d entre eux achètent des réductions d émissions issus du MDP et de la MOC, sauf certains fonds qui se spécialisent dans l un ou l autre des deux actifs (le Baltic Sea Region Testing Ground Facility investit uniquement dans la MOC, le Community Development Carbon Fund (CDCF) de la Banque Mondiale dans le MDP, et chacun des sept mécanismes néerlandais se spécialise dans l un ou l autre des deux mécanismes). Certains fonds envisagent plus ou moins fortement l achat de quotas européens dès 2005 ou de crédits de Kyoto, mais sans objectif clair dans la plupart des cas. La plupart des fonds n ont pas de critères particuliers sur la nature des projets générant les réductions d émissions, hors ceux de l UNFCCC. Un seul point les divise nettement : l achat ou non de crédits issus de projets de séquestration forestière de CO 2. Certains fonds ont malgré tout une politique sectorielle ou géographique spécifique : le CDCF achète des crédits issus de petits projets communautaires dans les pays les moins avancés, le BioCarbon Fund est spécialisé dans les projets sylvicoles, le Baltic Sea Region Testing Ground Facility investit uniquement dans les pays de la mer Baltique, etc. Le critère géographique inclut à la fois des questions de géopolitique (relation privilégiée entre un pays et une zone géographique, comme l Espagne et l Amérique Latine ou le Japon et l Asie du Sud-Est) et des questions de risque-pays. Les pays attirant le plus d investissement MDP sont actuellement le Brésil, l Inde et le Chili. Il faut noter enfin que la grande majorité des mécanismes d achat recensés ici transfère les réductions d émissions acquises à ses investisseurs, qui sont des entités soumises aux objectifs de Kyoto. Seul le Fonds Carbone Européen a une politique de fonds d investissement plus classique, avec une remise sur le marché des réductions d émissions après

7 Tableau récapitulatif des fonds d investissement en actifs carbone 7

8 Annexe I : Recensement des fonds d achat d actifs carbone On distinguera dans ce recensement les deux types de fonds : multi-investisseurs et gouvernementaux. Au sein de chaque catégorie, les fonds seront classés suivant leur composition et/ou leur gestion. I - Mécanismes ouverts à des investisseurs multiples: A- Les fonds mixtes gouvernements / investisseurs privés Le Prototype Carbon Fund (PCF) : Créé en juillet 1999 par la Banque Mondiale pour explorer les possibilités naissantes de la finance carbone et démontrer la possibilité de partenariats public-privé en la matière. Le PCF a pour investisseurs six gouvernements et dix-sept entreprises, dont six compagnies electriques régionales japonaises, les groupes Mitsubishi et Mitsui, British Petroleum, Gaz de France, cinq autres compagnies du domaine de l énergie et trois banques. Il est conçu pour arrêter ses activités en Le Community Development Carbon Fund (CDCF) regroupe cinq gouvernements et dix entreprises (dont la banque allemande KfW et le réassureur Suisse Swiss-Re) parmi ses investisseurs. Lancé en juillet 2003 par la Banque Mondiale, ce fonds a pour objectif d investir dans des projets MDP énergétiques, de petite taille et participant au développement des populations locales, principalement dans les Pays les Moins Avancés (PMA). Le BioCarbon Fund est le fonds de la Banque Mondiale dédié aux «puits de carbone» (séquestration de CO2 par les végétaux en croissance ou par les sols). Créé en novembre 2003 et opérationnel en mai 2004, il réunit aujourd hui trois gouvernements (Italie, Canada et Espagne), deux compagnies japonaises d électricité, la société française EcoCarbone et l Agence Française de Développement. Ce fonds participera au financement de projets entrant dans le cadre du protocole de Kyoto (boisement et reboisement), mais également en dehors de ce cadre (conservation, gestion durable de la forêt, agroforesterie,..), et donc non susceptibles pour l instant de recevoir des crédits. Les projets devront prendre en compte des composantes de biodiversité, de conservation des sols et de développement, notamment en faveur des communautés vivant en milieu rural. Le fonds aura une durée de vie de 15 à 18 ans. L Italian Carbon Fund a été lancé à l automne 2003 par la Banque Mondiale et le gouvernement italien, qui a d ors et déjà investi 15 millions de dollars. Contrairement aux fonds néerlandais gérés par la Banque Mondiale (voir infra), ce fonds est ouvert aux investisseurs du secteur public et privé italien. Le KfW-Klimaschutzfonds : La KfW, institution financière allemande détenue à 80% par le gouvernement fédéral et à 20% par les Länder, a monté un fonds dont l objectif est de réunir dans un premier temps 50 millions d euros avec des investisseurs venant des secteurs privé et public, allemands ou européens. Ces investisseurs ont jusqu à fin 2004 pour se faire connaître. KfW mettra jusqu à 10 millions d euros dans ce fonds qui comprendra également une participation de 8 millions d euros du gouvernement allemand. Une fois le fonds opérationnel, son montant pourra être porté à 100 millions d euros. Le fonds achètera des crédits issus de mécanismes projets (pour l instant seulement MDP et MOC). Le Baltic Sea Region Testing Ground Facility : Ce fonds fait suite à la signature entre différents gouvernements de la mer Baltique, en septembre 2003, du «Baltic Sea Region Testing Ground Agreement» (TGA) visant à permettre à ces pays de se positionner par rapport au protocole de Kyoto et à ses mécanismes. Le fonds a été créé en décembre 2003 et lancé début 2004 par les gouvernements du Danemark, de la Finlande, de l Islande, de la Norvège et de la Suède, avec un apport initial total de 10 millions d euros par ces gouvernements. Le gouvernement allemand a annoncé en décembre 2004 qu il participait au fond à hauteur de 5 millions d euros. A partir de 2005, une seconde souscription sera ouverte au secteur privé ainsi qu à d autres gouvernements, visant à atteindre 30 millions d euros au total. Ce fonds est géré par NEFCO (Nordic Environment Finance Corporation). Il sera acheteur de crédits MOC issus de projets de préférence des petits projets énergétiques mis en œuvre dans les pays baltes, en Russie ou en Pologne, pays membres du TGA. 8

9 Le Denmark Carbon Facility : Dans le cadre de sa politique d achats de crédits, le gouvernement danois a récemment monté en avril 2004 le «Denmark Carbon Facility», géré conjointement par EcoSecurities et par Standard Bank London Limited. Ce mécanisme est ouvert à d autres investisseurs, entreprises ou gouvernements, et, s il a été conçu initialement pour un transfert des crédits aux investisseurs, pourrait intégrer une partie spéculative. Le gouvernement danois a déjà investi 8 millions d euros dans ce fonds. Il n y a pas d objectif exact de levée de fonds pour l instant. Le fonds pourrait être géré par la Banque Mondiale. La Banque Européenne d Investissement est en train de monter le Pan European Carbon Fund qui pourrait être lancé mi-2005 pour rassembler 100 millions d euros. Ce fonds serait destiné à aider les pays de l Union Européenne à atteindre leurs objectifs de Kyoto, et la gestion en serait confiée à la Banque Mondiale. B- Les fonds entièrement non-gouvernementaux Le Fonds Carbone Européen (FCE) : lancé par la Caisse des Dépôts et Consignations, ce fonds vise une souscription 100 millions d euros. La Caisse des Dépôts y a investi 25 millions d euros et a confié sa gestion financière à la banque d investissement Ixis. Contrairement à la plupart des autres fonds, qui ont pour but le transfert des crédits acquis à leurs investisseurs, le FCE revendra ses crédits sur le marché européen. Les investisseurs ne seront donc pas nécessairement des structures émettrices de gaz à effet de serre. La rentabilité prévue est de 15 à 20% dans l hypothèse d une tonne de CO2 valorisée à à l horizon Les achats de crédits se dérouleront dans la période , leur vente entre 2008 et Le fonds a été récemment rejoint, à hauteur de 15 millions d euros, par la banque néerlandaise Fortis qui en est désormais co-sponsor. Le Japan GHG Reduction Fund : Initié par deux grandes banques japonaises, la Japan Bank for Investment and Cooperation (JBIC) et la Development Bank of Japan (DBJ), ce fonds a été lancé le 1 er décembre A l origine de 100 M US $, le closing a été porté à 140 M US$ devant l afflux des investisseurs. Il est à présent terminé. Les investisseurs sont une trentaine d entreprises japonaises, parmi lesquelles on trouve des compagnies régionales d électricité, des grands groupes comme Mitsubishi, des entreprises pétrolières et d électroniques. La JBIC et la DBJ représentent les principaux investisseurs, à hauteur de 10 millions de dollars chacune. Pour être éligibles au fonds, les projets devront faire l objet d une étude déterminant leur compatibilité avec les normes environnementales japonaises. Les projets seront choisis dans un but de diversification géographique et sectorielle. Les investissements auront lieu jusqu en II - Mécanismes gouvernementaux : A- Mécanismes gérés par des institutions internationales Les Pays Bas ont investi dans quatre mécanismes d achat de crédits gérés par des institutions internationales. Tout d abord, deux fonds d achat sont gérés par la Banque Mondiale : il s agit du Netherlands Clean Development Mechanism Facility et le Netherlands European Carbon Facility, créés en D autre part, un mécanisme d achat a été créé avec la Corporación Andina de Fomento (CAF): le CAF- Netherlands CDM Facility, qui vise à acquérir des réductions d émissions issues de projets situés dans des pays d Amérique Latine ou des Caraïbes. Le montant n est pas précisé. Il faut enfin mentionner, toujours pour les Pays-Bas, le Netherlands EBRD Carbon Fund, géré par la BERD. Créé en octobre 2003, ce fonds investira dans des projets MOC entre 2004 et Par ailleurs, en décembre 2004, l Espagne a annoncé la création du Spanish Carbon Fund, un fonds de 170 millions d euros géré par la Banque Mondiale. Ce fonds investira prioritairement dans les pays d Amérique Latine (l Espagne est en train de signer une série d accords-cadre avec des pays latinoaméricains concernant la mise en place de projets MDP). 9

10 B- Mécanismes gérés par des agences nationales Pays-Bas : Les Pays Bas ont deux programmes d achat de réduction d émissions gérés par Senter Internationaal, agence néerlandaise mandatée par différents ministères. Ce sont les programmes ERUPT (Emission Reduction Units Procurement Tender) et CERUPT (Certified Emission Reduction Units Procurement Tender, contractés respectivement avec le ministère de l économie et celui de l environnement. Autriche : L Autriche a comme objectif de Kyoto une réduction d émissions de 13% par rapport à celles de Pour remplir cet objectif, elle a mis en place le «JI/CDM programme», doté de 12 M pour 2004, 24 M pour 205 et 36 M /an à partir de Le but est d acheter entre 3 et 5 MtCO2e /an pour la période Ce programme d investissement comporte trois parties : - un investissement dans le CDCF - le «Austrian CDM Small-Scale Project Facility», un mécanisme visant à l achat de crédits issus de projets à petite échelle en Amérique Centrale et dans les Caraïbes. Le but est d acquérir 1,25 millions de tonnes de CERs entre 2006 et Ce mécanisme d achat est géré par EcoSecurities et Kommunalkredit Public Consulting (KPC). - des accords bilatéraux d achats Plus de cinquante projets sont actuellement à l étude. Suède : La Suède a lancé en 2002 un programme nommé SICLIP (Swedish International Climate Investment Programme), géré par la Swedish Energy Agency. Il est à noter que la Suède ne compte pas utiliser de crédits issus des mécanismes projets pour atteindre ses objectifs de Kyoto pour la première période : le but du programme est avant tout d acquérir de l expérience et de faciliter la mise en place de ces mécanismes. Les crédits acquis seront donc probablement mis de côté pour la période post Danemark : Pour atteindre son objectif de Kyoto de 21% de réductions d émissions, le Danemark a prévu d investir 935 millions de couronnes danoises (125 millions d euros) pour acheter des crédits issus du MDP et de la MOC entre 2003 et Une partie de ce montant est placé dans le Denmark Carbon Facility (voir plus haut). Belgique : Le gouvernement régional de Flandres a lancé en septembre 2004 un appel d offre pour l achat de crédits issus du MDP et de la MOC. C- Mécanismes d achat gouvernementaux gérés par le secteur privé Les Pays-Bas, après avoir créé leurs fonds gérés par des institutions multilatérales et des agences nationales, ont voulu faire appel au secteur privé pour gérer l achat de crédits. La Rabobank a été retenue et est mandatée par le gouvernement depuis janvier 2003 pour acheter 10 millions de tonnes de CO2, à un prix maximum de 4,5 /tonne. Les projets auront lieu de préférence dans les pays où Rabobank a une agence (la majorité des projets étudiés concernent la Chine, l Inde, le Brésil et le Mexique). 10

11 Annexe II : Typologie des mécanismes d investissement MECANISMES PLURI-INVESTISSEURS MECANISMES GOUVERNEMENTAUX Entièrement privés Mixtes (gouvernements et secteur privé) Gestion par une institution internationale Gestion par une agence gouvernementale - European Carbon Fund - Japan GHG Reduction Fund - KfW-Klimaschutzfond - 4 fonds de la Banque Mondiale (PCF, CDCF, BioCF, ICF) - Baltic Sea Region TGF - Denmark Carbon Facility - Netherland/World Bank facilities (CDM et JI) - CAF-Netherlands CDM Facility - The Netherlands EBRD Carbon Fund - Spanish Carbon Fund - ERUPT - CERUPT - Austrian JI/CDM programme - Programme SICLIP (Suède) Gestion par le secteur privé - Rabobank Carbon Procurement Department 11

12 Cette note d étude a été réalisée dans le cadre de la Mission Climat de la Caisse des Dépôts. Les analyses et opinions exprimées n engagent pas la Caisse des Dépôts. La Mission Climat de la Caisse des Dépôts est une structure transversale qui anime et coordonne les travaux de recherche et de développement dans le champ de l action contre le changement climatique. Directeur de la Publication : Christian de Perthuis Contacts Mission Climat : Emmanuel Arnaud : Ariane de Dominicis : Stéphane Hayez : Céline Lauverjat : Lê anh Pham : Christian de Perthuis : Caisse des dépôts et consignations Département développement durable 56, rue de Lille PARIS 07 SP - Tel :

Développement durable en Afrique Centrale. Lier l atténuation des changements climatiques à l accès à l énergie

Développement durable en Afrique Centrale. Lier l atténuation des changements climatiques à l accès à l énergie Développement durable en Afrique Centrale Lier l atténuation des changements climatiques à l accès à l énergie Appels à projets pour le soutien du marché carbone Yaoundé, Cameroun, 22-24 juillet 2014 Evolution

Plus en détail

LES FONDS CARBONE EN 2010 : INVESTISSEMENT DANS LES CREDITS KYOTO ET REDUCTIONS D EMISSIONS

LES FONDS CARBONE EN 2010 : INVESTISSEMENT DANS LES CREDITS KYOTO ET REDUCTIONS D EMISSIONS n 23 mai 2010 LES FONDS CARBONE EN 2010 : INVESTISSEMENT DANS LES CREDITS KYOTO ET REDUCTIONS D EMISSIONS Emilie Alberola 1 et Nicolas Stephan 2 Initié en 1999 par la création du Prototype Carbon fund

Plus en détail

LES FONDS CARBONE EN 2010 : INVESTISSEMENT DANS LES CREDITS KYOTO ET REDUCTIONS D EMISSIONS

LES FONDS CARBONE EN 2010 : INVESTISSEMENT DANS LES CREDITS KYOTO ET REDUCTIONS D EMISSIONS n 23 mai 2010 LES FONDS CARBONE EN 2010 : INVESTISSEMENT DANS LES CREDITS KYOTO ET REDUCTIONS D EMISSIONS Emilie Alberola 1 et Nicolas Stephan 2 Initié en 1999 par la création du Prototype Carbon fund

Plus en détail

Fonds d investissement CO 2 :

Fonds d investissement CO 2 : Note d étude n 12, novembre 2007 Ian Thomas Cochran Benoît Leguet +33 (0)1 58 50 41 77 +33 (0)1 58 50 98 18 ian.cochran@caissedesdepots.fr benoit.leguet@caissedesdepots.fr Fonds d investissement CO 2 :

Plus en détail

La Chine et le marché international des crédits carbone

La Chine et le marché international des crédits carbone La Chine et le marché international des crédits carbone Xuan Wang Économie Avril 2010 Le China Institute est un groupe de réflexion français qui se consacre aux questions de civilisation, d économie, de

Plus en détail

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO)

CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) CILSS - PREDAS FICHE NORMATIVE FINANCEMENTS MDP 1/5 FONDS DE RACHAT D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE (PROTOCOLE DE KYOTO) MECANISMES DE DEVELOPPEMENT PROPRE (MDP) ETAT ACTUEL TUTELLE INTERNATIONALE

Plus en détail

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche

Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche Un fonds climat énergie au GL? Présentation de la démarche 1 1 1 Contexte et enjeux Un engagement territorial pour le climat Objectifs du plan climat d ici 2020 : les 3x20-20% des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Les normes de la durabilité

Les normes de la durabilité & Les normes de la durabilité Intervenants : Et la participation de : Sommaire Les enjeux/marchés Définitions Les référentiels La mise en place Les exigences réglementaires Les aides La position de l ICC

Plus en détail

Les mécanismes de projet

Les mécanismes de projet Les mécanismes de projet Changement climatique du protocole de Kyoto Franck Jésus Conseiller Environment du Directeur des Relations Internationales DGTPE MINEFI 04 juillet 2005 Le protocole de Kyoto: limiter

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

L'OCDE en graphiques

L'OCDE en graphiques Extrait de : L'OCDE en chiffres 2007 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/oif-2007-fr L'OCDE en graphiques Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2008), «L'OCDE en graphiques»,

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN

AUGMENTATION DE CAPITAL 2014 RESERVEE AUX ADHERENTS DU PLAN D EPARGNE DU GROUPE SAINT-GOBAIN Compagnie de Saint-Gobain Les Miroirs 18, avenue d'alsace (92400) Courbevoie France S.A. au capital de 2 220 707 160 542 039 532 R.C.S. Nanterre Le 21 mars 2014 Communiqué AUGMENTATION DE CAPITAL 2014

Plus en détail

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE

ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE ÉNERGIE ET GÉOPOLITIQUE DONNÉES DE BASE SUR L ÉNERGIE DANS LE MONDE Les réserves La production La consommation Les prix du pétrole Les routes de l énergie LES RESERVES Région du monde LES RÉSERVES ÉNERGÉTIQUES

Plus en détail

LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE. Arnaud VAN WAEYENBERGE

LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE. Arnaud VAN WAEYENBERGE LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE Arnaud VAN WAEYENBERGE LA LUTTE INTERNATIONALE ETAT DES LIEUX BREF RAPPEL Lutte contre la pollution: Convention de Genève (1979), Convention de Vienne (1985) et

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011

Efficacité énergétique. Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Efficacité énergétique Conférence Green Univers Le 13 octobre 2011 Plan Une vision globale de la consommation d'énergie des entreprises Les pays leaders et les grandes décisions en faveur des entreprises

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

Association Québécoise de Vérification Environnementale

Association Québécoise de Vérification Environnementale Le Marché Climatique de Montréal (MCeX) La Bourse du Carbone AQVE Association Québécoise de Vérification Environnementale Le 22 novembre 2007 Pé t ti d Lé Bitt Présentation de Léon Bitton Vice-président,

Plus en détail

Description du Service

Description du Service Description du Service Qu'est-ce que PayPal? PayPal permet à des particuliers et des entreprises d envoyer et de recevoir de la monnaie électronique en ligne. Il offre par ailleurs d autres services de

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie M. Simone Targetti Ferri PHD University of Basilicata Consultant FAO Maroc Prof. Severino Romano School of Agricultural,

Plus en détail

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG

LA PRATIQUE DES CREDITS CARBONE EN CHINE CONTINENTALE ET A HONG KONG Dans le cadre de notre engagement pour l environnement et de l accompagnement de nos clients dans ce sens, nous sommes fiers de pouvoir traiter dans cette nouvelle newsletter trimestrielle de la pratique

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

De succès dans l internationalisation des entreprises

De succès dans l internationalisation des entreprises De succès dans l internationalisation des entreprises Présence Internationale 50 Pays Afrique du Sud Algérie Allemagne Angola Arabie Saoudite Argentine Autriche Azerbaïdjan Belgique Brésil Bulgarie Canada

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Le nucléaire, un allié pour le climat

Le nucléaire, un allié pour le climat 1 Claude Fischer - mars 2015 1 er Directrice d ASCPE Les Entretiens Européens Le nucléaire, un allié pour le climat La limitation du réchauffement climatique ne pourra pas être obtenue sans le nucléaire

Plus en détail

Programme du voyage d affaires AHK

Programme du voyage d affaires AHK Programme du voyage d affaires AHK Instruments de soutien et de financement des projets d éfficacité énergétique au Maroc Martin Burian, GFA ENVEST Casablanca, Octobre 2012 Aperçu Conseil financier pour

Plus en détail

CarbonValue4Business «Donner un prix au carbone»

CarbonValue4Business «Donner un prix au carbone» Donner un prix au carbone Pourquoi? Comment? CarbonValue4Business «Donner un prix au carbone» Une initiative collective à but pédagogique pour la décarbonation de l économie Dans le contexte de la COP21

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

L électricité verte, un produit comme les autres?

L électricité verte, un produit comme les autres? La traçabilité de l électricité verte : enjeux et opportunités du dispositif de certificats verts Jérôme Simon Dirigeant Fondateur Watt Value, France Conférence EFE «Energie solaire photovoltaïque» 24

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX (OREI) L Observatoire régional des échanges internationaux (OREI) dresse, chaque année

Plus en détail

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre

WP Board No. 972/05. 29 avril 2005 Original : anglais. Projets/Fonds commun. Comité exécutif 258 e réunion 17 19 mai 2005 Londres, Angleterre WP Board No. 972/05 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 29 avril 2005 Original : anglais Projets/Fonds

Plus en détail

3 ème Forum régional des ANDS africaines Marrakech, 08 09 juillet 2011

3 ème Forum régional des ANDS africaines Marrakech, 08 09 juillet 2011 Royaume du Maroc Secrétariat d Etat chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement 3 ème Forum régional des ANDS africaines Marrakech, 08 09 juillet 2011 PLAN Mise en place de l AND

Plus en détail

Allocation de Quotas pour les entreprises wallonnes et relance du HF6

Allocation de Quotas pour les entreprises wallonnes et relance du HF6 Bruxelles, le 2 juin 2008. NOTE D INFORMATION AUX MEMBRES DU BUREAU DE L IW CEP/08/NB.I.04 TB/SI/DDe/CS Allocation de Quotas pour les entreprises wallonnes et relance du HF6 1. Contexte Pour rappel, le

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

LES SYSTEMES DE QUOTAS AU SERVICE DE LA REDUCTION

LES SYSTEMES DE QUOTAS AU SERVICE DE LA REDUCTION LES SYSTEMES DE QUOTAS AU SERVICE DE LA REDUCTION DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RESUME POUR DECIDEURS Au delà de l enjeu climatique, la réduction des émissions de carbone peut être un levier puissant

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

D Environnement pédagogique

D Environnement pédagogique Chapitre D Environnement pédagogique et organisation scolaire Regards sur l éducation OCDE 2011 407 Combien de temps les élèves passent-ils en classe? Dans les pays de l OCDE, les élèves sont censés suivre

Plus en détail

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE

FRÉQUENTATION TOURISTIQUE 12 Février 2014 FRÉQUENTATION TOURISTIQUE En février 2014, 12 410 touristes ont visité la Polynésie française, soit une hausse de 11 % par rapport à février 2013. Le nombre de touristes originaires d Asie

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base PAYS Durée minimale OUVERTURE DE DROIT Age normal de liquidation à la retraite DUREE DE VALIDATION MAXIMALE CALCUL DE PENSION ALLEMAGNE

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET CRISE DE L'ÉNERGIE: Que peut-on faire aujourd'hui en Belgique

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET CRISE DE L'ÉNERGIE: Que peut-on faire aujourd'hui en Belgique Institut d Astronomie et de Géophysique G. Lemaître Chemin du Cyclotron, 2 1348 Louvain-la-Neuve CHANGEMENT CLIMATIQUE ET CRISE DE L'ÉNERGIE: Que peut-on faire aujourd'hui en Belgique A. Berger Cercle

Plus en détail

Le marché du carbone État de le situation et Projets concrets

Le marché du carbone État de le situation et Projets concrets Le marché du carbone État de le situation et Projets concrets Guy Drouin ing., Président Biothermica Carbone Inc Sommet national 2010 en droit de l environnement, de l énergie et des ressources Château

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Le mécanisme de Changement climatique développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Quelles opportunités offrent le MDP? Quels instruments français d appui? Franck Jésus, Conseiller Environnement, DGTPE

Plus en détail

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011

Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Le coût du rachat de trimestres pour carrière à l étranger multiplié par 4 au plus tard le 1 er janvier 2011 Un article de la loi de financement de la sécurité sociale 2010 aligne le coût de ce rachat

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Le marché européen de quotas d émission

Le marché européen de quotas d émission Le marché européen de quotas d émission 1. Le marché européen de quotas d émission : genèse, fonctionnement et objectif 1.1. Origine Le Protocole de Kyoto prévoit en son article 17 la mise en place d un

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

: énergie, conversion photovoltaïque, solaire

: énergie, conversion photovoltaïque, solaire Ambassade de France au Japon Service pour la Science et la Technologie 4-11-44, Minami-Azabu, Minato-ku, Tokyo, 106-8514, Japon Tél. : 81-3-5798-6034 Fax : 81-3-5798-6050 http://www.ambafrance-jp.org Domaine

Plus en détail

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier.

L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. VACANZA L assurance voyage complémentaire pour une protection dans le monde entier. Judicieuse et fiable. L assurance voyage de SWICA. L envie d ailleurs vous a pris, et les valises sont bouclées. Vous

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

Solutions de financement novatrices pour les projets d efficacité énergétique Congrès 2015 - Conseil de l'industrie forestière du Québec

Solutions de financement novatrices pour les projets d efficacité énergétique Congrès 2015 - Conseil de l'industrie forestière du Québec Solutions de financement novatrices pour les projets d efficacité énergétique Congrès 2015 - Conseil de l'industrie forestière du Québec Geneviève Gauthier Directrice nationale, Econoler 1 ECONOLER 2 Firme

Plus en détail

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat

Atelier «énergie, climat et développement durable : quels rôles pour les collectivités locales?» Eléments de contexte et de débat 1 INTRODUCTION Par la loi du 13 juillet 2005, la France s est dotée d une nouvelle stratégie énergétique. Dès 2010, 10% de ses besoins devront être couverts par des sources renouvelables, contre 7% aujourd

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Baromètre du marché de l investissement immobilier France 2012

Baromètre du marché de l investissement immobilier France 2012 Baromètre du marché de l investissement immobilier France 2012 Principales observations pour 2012 Selon les participants : 77 % des participants considèrent la France comme un territoire attractif Les

Plus en détail

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada

«Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Newsletter n 2 «Shining examples» : des exemples à suivre la Casa Municipal Do Ambiente, Almada Prix «Towards Class A» Editorial La Towards Class A newsletter électronique vous informera sur les activités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/2012/4 Distr. générale 13 septembre 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Vingt et unième

Plus en détail

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger

module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger module 5 LES POLITIQUES CANADIENNES DE RÉDUCTION D ÉMISSIONS DE GES par Sebastian Weissenberger 2 ENV 1110 CHANGEMENTS CLIMATIQUES SOMMAIRE 1. Le Plan vert de 1990........................................

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA TRANSITION ENERGETIQUE

ACCOMPAGNER LA TRANSITION ENERGETIQUE Conséquence d une consommation d énergie croissante et d une augmentation des coûts, la facture énergétique de la France s est élevée à 2,4 % du PIB en 2011, contre 1 % en 1990. L enjeu de la transition

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2012

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2012 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2012 L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX (OREI) L Observatoire régional des échanges internationaux (OREI) des CCI dresse, chaque

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

Les ETF immobiliers dans le monde au 28 février 2011, par zone d exposition, en milliards d euros. Nombre Actif net Poids Nombre Actif net

Les ETF immobiliers dans le monde au 28 février 2011, par zone d exposition, en milliards d euros. Nombre Actif net Poids Nombre Actif net ÉTUDE EN BREF Juin 2011 Les ETF immobiliers dans le monde et en France Les ETF ou Exchange-Traded Funds immobiliers sont des produits financiers cotés en Bourse répliquant la performance d un indice immobilier

Plus en détail

L acceptabilité des fonds souverains

L acceptabilité des fonds souverains L acceptabilité des fonds souverains Pierre-Ignace Bernard Directeur Associé, McKinsey Ce rapport est exclusivement réservé au personnel de notre client. Il ne peut être diffusé, cité ni reproduit, intégralement

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1470 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 17 février 2009. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Allianz Suisse Communication Communiqué de presse «Global Wealth Report» d Allianz: progression du patrimoine la plus élevée depuis 2003 Les actifs financiers bruts ont atteint un nouveau record en 2013,

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014

Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Quelle forme choisir pour sa gestion active? IST INSIGHT Genève Le 9 octobre 2014 Qu est ce que la gestion active? Définition de Wikipédia La «gestion d'actifs», sous entendu d'actifs financiers (aussi

Plus en détail

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1109806L/Bleue-1 PROJET DE LOI autorisant l approbation du protocole d amendement à la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales

Les tendances du marché de. la production d électricité. dans le monde. participation d entreprises privées locales ou internationales Les tendances du marché de la production d électricité dans le monde Samir Allal La globalisation économique a favorisé une plus grande expression des mécanismes concurrentiels. Désormais la concurrence

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE

TAXE D APPRENTISSAGE En 2010, le Pôle Universitaire Léonard de Vinci fêtera ses 15 ans! Avant même cette date anniversaire s impose aujourd hui le constat d un pari gagné, celui de la proximité avec les entreprises : plus

Plus en détail

La «compensation carbone» comme mécanisme! au service des politiques d atténuation,! pour quels objectifs et pour quels effets?!

La «compensation carbone» comme mécanisme! au service des politiques d atténuation,! pour quels objectifs et pour quels effets?! La «compensation carbone» comme mécanisme au service des politiques d atténuation, pour quels objectifs et pour quels effets? Cycle Climat IméRA Marseille 31/03/2015 Roman de Rafael, Doctorant Sciences

Plus en détail