Finance. denis karpicek. Les Anges, les Dragons et les Requins Les défis financiers d une PME LE DÉFENSEUR DES PME. selon l approche MBA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Finance. denis karpicek. Les Anges, les Dragons et les Requins Les défis financiers d une PME LE DÉFENSEUR DES PME. selon l approche MBA"

Transcription

1 mai-juin 2012 volume xxx n 3 Finance Les Anges, les Dragons et les Requins Les défis financiers d une PME gérer des portefeuilles selon l approche MBA le prêt commercial implication pour vous et votre entreprise denis karpicek LE DÉFENSEUR DES PME

2 mai-juin 2012 MBA 5 Finance dossier Les Anges, les Dragons et les Requins Hugues Lacroix MBA, CA, IAS.A blogspot.com Président de Lacroix Groupe Conseil, une firme de conseils stratégiques en gouvernance et gestion d entreprise, il est Administrateur Accrédité de l Institut des Administrateurs de Société, pour lequel il était vice-président au Québec. Il est également co-auteur de deux cours sur la «Gouvernance des PME» qu il enseigne via le programme «MPA» du MDEIE, à l OCAQ, aux MBA de diverses universités et à l École Supérieure de Régie d Entreprise (IAS). Les défis financiers d une PME Plusieurs raisons amènent un entrepreneur ou son CFO à vouloir lever des fonds pour répondre aux besoins de son entreprise. Généralement, les éléments de base qui supportent la décision sont soit : un plan stratégique (vision long terme) avec des axes nécessitant de nouveaux capitaux ; un plan d affaires (vision plus court/moyen terme) avec des objectifs de croissance établis ; une opportunité inattendue, mais qui survient au bon moment ; et même parfois une réorganisation difficile. Les alternatives disponibles pour y arriver dépendront des enjeux spécifiques au projet, mais ce dont il faut surtout se rappeler, c est que plus l opération sera planifiée, plus il y aura d options pour la réaliser. Au Québec, et ce depuis plusieurs années, la grande disponibilité du capital a été plutôt favorable aux entreprises. Bien qu il demeure complexe de lever des fonds, les divers joueurs de l industrie financière offrent généralement l ensemble des outils nécessaires pour financer la très grande majorité des projets mis sur pied. L écosystème financier québécois Il faut cependant admettre que pour plusieurs d entre nous, la connaissance que nous avons des différents joueurs-investisseurs est souvent limitée et erronée. Du coté bancaire, on comprend parfois mal le niveau de spécialisation de certaines équipes au sein des grandes banques qui, outre le financement traditionnel, offriront des financements adaptés

3 6 MBA mai-juin 2012 Financement Le projet est financé par l accroissement d un passif non-convertible. Investissement Le projet est financé par un instrument convertible en capital action. aux circonstances, qu ils soient basés sur les flux monétaires actifs (cash flow lending), adossés sur actifs (asset based), ou encore des prêts participatifs. Le tout parfois segmenté selon l ampleur des sommes impliquées ou encore la région où le projet est initié. Du coté capital, on confond fréquemment les institutions qui s affichent comme faisant du capital de développement, patient, ou de transmission (relevant du placement privé) et qui visent principalement les secteurs traditionnels (tels que : industriel, manufacturier, distribution et services), des institutions beaucoup moins nombreuses qui font des investissements en «capital de risque», aussi appelé capital de démarrage, d amorçage et de croissance, qui se concentrent essentiellement le secteur des technologies (TIC, santé, innovation, cleantech). Une fois cet aspect sémantique compris, il est important de tenter d apparier les objectifs du projet avec les solutions appropriées. Le tableau A répertorie les principaux instruments financiers disponibles pour lever des fonds (que ce soit de financement ou d investissement). On verra donc dans un premier temps à identifier ce qui semble convenir le mieux au projet. Le prochain défi revient aux propriétaires qui doivent décider si, dans le cadre de la réalisation du projet, ils veulent rester totalement en contrôle ou partager les risques et la propriété de l entreprise avec d autres. Dit simplement, cette dernière recherche-t-elle du financement ou un investissement? Le tableau B résume les principaux éléments qui devront être considérés pour finaliser une telle décision et l adapter à son contexte. tableau A instruments disponibles Capital requis dette Autres Court terme Long terme Prêts «subventions» n Lettre de crédit n Garantie de prêt (Investissement Québec) n Assurance créance ou débiteur (SEE) n Marge de crédit (Comptes-recevoir ; stock) n Billet à demande n Crédit d impôts R&D n Hypothèque/Débenture (avec/sans garantie) n Dette adossée sur actifs (asset backed) n Prêt participatif n Location-acquisition n Prêt participatif (remboursement «aléatoire») quasi-équité équité Titres convertibles > Argent personnel > «Love money» > Subventions > Anges & équité privée > Capitaux de risque > Appel public à l épargne > Fonds auto générés n Débentures n Mezzanine ou Venture loan n Dette subordonnée n Actions privilégiées (avec droits conversion) n Actions ordinaires n Actions privilégiées n Droits d achat d actions n Options d achat d actions n Bénéfices non répartis Lacroix Groupe Conseil inc.

4 De plus, dans la mesure où on décide de suivre la voie plus complexe de l investissement en équité ou d une dette convertible, les critères additionmai-juin 2012 MBA 7 Par la suite, l entrepreneur se devra de trouver des réponses aux autres éléments essentiels concernant le dossier de recherche de financement, à savoir : De combien de fonds externes avons-nous besoin? Est-ce un projet qui est «finançable» pour nous en ce moment? Aurons-nous à élaborer un plan d affaires ou un dossier de financement? Les échéanciers et les coûts pour l obtention des fonds sont-ils à notre portée? Avec quelle institution ou partenaire financier devrions-nous nous aligner? Concernant le dernier point, les critères utilisés pour le choix d un banquier demeurent trop souvent au niveau du relationnel, on a évidemment tendance à discuter avec les gens qui nous ont approchés par le passé. Cependant une démarche planifiée reposera d abord sur l évaluation de critères objectifs et de qualités à rechercher et qui incluent : Le volume et la taille des transactions réalisées par l institution ; Les termes et conditions rattachés aux fonds recherchés (incluant les garanties exigées) ; La durée de la relation passée (s il s agit actuellement d un partenaire). tableau B Situations propices financement n Fonds de roulement pour expansion n Acquisition de nouveaux équipements n Acquisition de nouveaux sites d opération n Travaux en cours pour contrats majeurs n Retrait d un partenaire n Financement de la R&D et crédits d impôts investissement n Acquisition d actifs pour expansion n Acquisition de concurrents (consolidation) n Développement ou commercialisation de nouveaux produits ou technologies n Changement de propriété/retrait n Achat par achat adossé/management («L/MBO») n Démarrage ou réorganisation Situations moins propices n Incertitude des flux monétaires n Garanties collatérales insuffisantes n Certains secteurs d activités évités par cap. risque n Taille de l entreprise (trop petite ou grande) n Capacité financière insuffisante (projet trop gros) n Absence de revenus, profits ou flux monétaires Principales causes de refus n Risques perçus comme trop élevés n Mauvaise présentation du dossier n Refus de céder des garanties n Équipe incomplète ou pas assez qualifiée n Relations interpersonnelles difficiles n Entrepreneur pas assez engagé financièrement n Plan d'affaires peu convaincant ou irréaliste n Marché restreint, croissance faible, concurrence n Incompatibilité des objectifs avec l investisseur n Participation ou rendement offert insuffisant Principaux avantages d une option sur l autre n Pas de partage de la propriété/décisions n Pas de convention d actionnaires n Moins de rigueur administrative (dont CA) n Perception de coûts financiers moins élevés n Efforts requis moindre pour financement n Négociation privée et généralement flexible n Plus de souplesse financière (termes négociés) n Complémente bien un financement conventionnel n Équilibre financier et réduction des risques Lacroix Groupe Conseil inc.

5 8 MBA mai-juin 2012 nels suivants s ajoutent pour arriver au choix d une institution comme partenaire 1, soit : L accessibilité et la vision des professionnels et leur capacité de s engager à long terme ; L étendue du réseau de contacts pertinents des professionnels au dossier ; La compréhension des enjeux de l entreprise et de son industrie ; La capacité à contribuer à la création de valeur au sein de l entreprise. Il se peut que ce soit là un agenda très chargé pour l équipe en place. Dans un tel cas, n hésitez pas à vous faire assister par un professionnel qui s affiche comme intermédiaire de marché. S il est bien choisi, il vous aidera à naviguer au travers de ce labyrinthe d options et de démarches à effectuer et devrait à la fois optimiser votre transaction et en réduire les coûts. Les nouveautés Depuis quelques temps, à l exception des scandales éthiques au sein des FIER s et de la fusion de la SGF avec Investissement Québec, il y avait peu d annonces significatives pour les entrepreneurs en quête de capitaux. La dernière année a été plus fertile pour les PME. Parmi les annonces qui ont retenu mon attention on notera plus particulièrement celles-ci : Teralys Capital 2 qui investira 75 M $ dans deux fonds dédiés aux technologies et établis au Québec (Rho Capital II et Celtic House Venture Partners IV) ; Fonds Relève Québec 3, un fonds de 50 M $ établit en partenariat avec le Fonds de Solidarité FTQ, pour appuyer les acquéreurs et les repreneurs en processus de transfert d entreprise ; Fonds d investissement Cycle Capital III 4, crée un nouveau fonds de 50 M$ pour les entreprises à l étape de la commercialisation dans le domaine des technologies propres ; Fonds «Anges Québec Capital» 5, qui met sur pied un fonds à la hauteur de 30 M $ ; BDC Capital de risque, qui consacrera 6 M $ en technologie 6 au profit des diplômés du programme FounderFuel 7, un accélérateur d entreprises en démarrage établi à Montréal Bien que de taille modeste (30M $), l annonce récente de la mise sur pied du fonds «Anges Québec Capital» ayant pour but de co-investir et d ac compagner certains dossiers d investissement faits par des anges. Ce fonds met particulièrement en lumière les efforts déployés par ce groupe pour introduire une nouvelle alternative dans le marché pour le financement des projets moins matures. Avec près de 15 transactions récentes, ils sont en train de créer un momentum pour les investissements de plus petites tailles, qui serviront de précurseurs pour les autres joueurs situés en aval des dossiers de démarrage. Incidemment, l arrivée de l émission «Dans l œil du Dragon» 8 à permis au grand public d apprécier une partie du raisonnement que font des Anges lorsqu ils analysent un dossier. Il faut évidemment dissocier la partie spectacle du processus normal, mais l approche générale et les réflexes des anges sont les mêmes. Savoir apprécier l entrepreneur, son projet, ses ressources et le deal qui leur est offert requiert une bonne dose d expérience et d audace. Au-delà de l aspect ludique de l émission, et bien qu elle ne couvre qu une petite partie du processus de levée de fonds, son coté éducatif demeure intéressant pour les néophytes. Cependant, comme pour toute chose, ce n est qu une fois que le temps aura fait son œuvre que nous saurons si les transactions auront été bénéfiques pour les entrepreneurs. Ou, si par malheur, les dragons se sont métamorphosés en requins. 1. Pour une liste des principaux intervenants consulter le répertoire membres de Pages/bdc_capital_risque_founderfuel.aspx «Dans l œil du Dragon» est une nouvelle émission diffusée par Radio-Canada (un concept repris des réseaux anglais) et mettant en vedette cinq Anges investisseurs, qui évaluent l opportunité de faire un investissement dans divers projets présentés par des entrepreneurs, eux-mêmes à la recherche de partenaires.

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec

Consultations sur la. Banque de développement économique. du Québec Consultations sur la Banque de développement économique du Québec Commission de l économie et du travail Assemblée nationale du Québec 15 mai 2013 Table des matières Recommandations de Réseau Capital 3

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL FINANCEMENT

RÉFÉRENTIEL FINANCEMENT GÉNÉRALE Lexique et abréviations utilisées par l auteur MODULE 1 Introduction MODULE 2 Compréhension de l environnement MODULE 3 Établissement d une stratégie de financement MODULE 4 Planification de la

Plus en détail

MODÈLE D APPLICATION MONTAGE FINANCIER ET PLAN D AFFAIRES

MODÈLE D APPLICATION MONTAGE FINANCIER ET PLAN D AFFAIRES MODÈLE D APPLICATION MONTAGE FINANCIER ET GÉNÉRALE Liste des abréviations PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES Section 1 Section 2 Section 3 Section 4 Section 5 Section 6 Section 7 Section 8 Section 9 Section 10

Plus en détail

(RIC, RID, RÉER-COOP)

(RIC, RID, RÉER-COOP) Plan de présentation 1. Définition et Modèle 2. Objectifs (Capitalisation et Relève PME) 3. Avantages 4. Obligations légales 5. Conditions de succès 6. Entreprise type - future 7. Démarche d implantation

Plus en détail

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 Faits saillants MÉTHODOLOGIE 140 professionnels provenant d

Plus en détail

MODÈLE D'APPLICATION GESTION DE LA TRÉSORERIE

MODÈLE D'APPLICATION GESTION DE LA TRÉSORERIE GÉNÉRALE PARTIE 1 NOTIONS THÉORIQUES PARTIE 2 CAS PRATIQUES PARTIE 3 MODÈLE D APPLICATION Bibliographie Annexes PAGE VII Notions théoriques 1 INTRODUCTION... 1 1.1 Qu est-ce que la gestion de trésorerie?...

Plus en détail

Financer la transmission de votre entreprise

Financer la transmission de votre entreprise Financer la transmission de votre entreprise Laurent Genest Directeur principal, Transfert d entreprises Banque Nationale Claude Lafond Directeur principal, Investissements Caisse de dépôt et placement

Plus en détail

Offre de financement Desjardins

Offre de financement Desjardins Offre de financement Desjardins Sylvain Limoges Directeur investissement Capital régional et coopératif Desjardins Marco Poulin Directeur transfert d entreprises Desjardins entreprise Vallée du Richelieu

Plus en détail

LES VC ET LES FONDS DE BUYOUT

LES VC ET LES FONDS DE BUYOUT LES VC ET LES FONDS DE BUYOUT Le rôle du gestionnaire Journée Tendances Réseau Capital 2 avril 2003 INDEX Critères investissement / Novacap Compagnies en portefeuille Capital de risque Buyout Relations

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Les stratégies de financement gagnantes

Les stratégies de financement gagnantes Les stratégies de financement gagnantes Symposi-AL 2008, Sept-Îles Annie Thabet Associée, Celtis Capital Gouverneure, Réseau Capital 1 Place Ville Marie, bureau 2001, Montréal, (Québec), H3B 2C4 T_ 514

Plus en détail

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout

Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout Réseau Capital Journée Tendance 2011 Démystifier le Buyout 16 novembre 2011 Le concept structurel Le rachat d entreprises («buyout») est une transaction qui prend forme dans le transfert du contrôle de

Plus en détail

SAJE accompagnateur d entrepreneurs Financement

SAJE accompagnateur d entrepreneurs Financement Geneviève Grandbois Propriétaire de Chocolats Geneviève Grandbois Janvier 2014 SAJE accompagnateur d entrepreneurs Financement 1 Contenu de la présentation: Les entrepreneurs et la gestion financière Les

Plus en détail

Une autre façon de financer le développement

Une autre façon de financer le développement Une autre façon de financer le développement Nos origines Il est né grâce à l initiative de Fondaction CSN avec qui il partage les mêmes objectifs de démocratisation économique, de participation, de solidarité

Plus en détail

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 Jean Robert Lacasse, vice-président et directeur de secteur Ouest du Québec Le 8 décembre 2004, Montréal S adresser aux investisseurs et aux prêteurs

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Sources de financement corporatif à long terme dans le cadre d un projet de transfert d entreprise

Sources de financement corporatif à long terme dans le cadre d un projet de transfert d entreprise Sources de financement corporatif à long terme dans le cadre d un projet de transfert d entreprise Mars 2014 Sources de financement à long terme Il existe cinq principales sources de financement externe

Plus en détail

Grâce à l effet de levier: à gauche et droite du bilan COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009

Grâce à l effet de levier: à gauche et droite du bilan COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009 COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009 Présentation de Robert Théorêt, Directeur général Investissement Roynat > Capital Roynat Capital aura 47 ans cette année Plus important prêteur à terme privé

Plus en détail

Le Financement des PME et des Start-Up

Le Financement des PME et des Start-Up Le Financement des PME et des Start-Up : Le rôle d une banque commerciale et les différents types de crédits aux PME Christian Turbé, Membre de la Direction, BCGE Petit- Déjeuner des PME et des Start-Up,

Plus en détail

PROGRAMME ENTREPRENEURSHIP

PROGRAMME ENTREPRENEURSHIP PROGRAMME ENTREPRENEURSHIP 12 ateliers 48 heures en partenariat avec Pour information ou inscription : Chambre de commerce du Saguenay 418 543.5941 poste 221 194, rue Price Ouest, Chicoutimi, G7J 1H1 info@ccsaguenay.ca

Plus en détail

INTEMA'SOLUTIONS'INC.' ' États'financiers''' Intermédiaires''' POUR'LE'TROISIÈME'TRIMESTRE'TERMINÉ'LE'30'SEPTEMBRE'2013' (NON'AUDITÉS)''

INTEMA'SOLUTIONS'INC.' ' États'financiers''' Intermédiaires''' POUR'LE'TROISIÈME'TRIMESTRE'TERMINÉ'LE'30'SEPTEMBRE'2013' (NON'AUDITÉS)'' INTEMA'SOLUTIONS'INC.' ' États'financiers''' Intermédiaires''' POUR'LE'TROISIÈME'TRIMESTRE'TERMINÉ'LE'30'SEPTEMBRE'2013' (NON'AUDITÉS)'' 1 Avis au lecteur Les états financiers intermédiaires résumés d'intema

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE FORME JURIDIQUE DE L LE CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE DE L Démarche à effectuer Exploitation de par l entrepreneur sous ses noms et prénoms complets Aucune démarche particulière Exploitation de par l entrepreneur

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes?

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Démarrage d entreprise Novembre 2013 Bulletin Focus Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Bien souvent considéré à tort comme une suite de chiffres plus ou moins fictifs

Plus en détail

Analyse Financière Les ratios

Analyse Financière Les ratios Analyse Financière Les ratios Présenté par ACSBE Traduit de l anglais par André Chamberland andre.cham@sympatico.ca L analyse financière Les grandes lignes Qu est-ce que l analyse financière? Que peuvent

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif :

YMCA Canada. Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : YMCA Canada ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT I. FONDS DE PLACEMENT CONSOLIDÉ Le fonds de placement consolidé de YMCA Canada englobe plusieurs types d actif : Actif en dotation comprenant : a. des contributions

Plus en détail

Le profit net de Keyware double presque en 2014

Le profit net de Keyware double presque en 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 12 mars 2015 21.00 hr Le profit net de Keyware double presque en 2014 Bruxelles, Belgique le 12 mars 2015 Keyware (EURONEXT Brussels : KEYW), fournisseur de premier plan de solutions

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

étapes du financement d un transfert d entreprise 1. Documentation du projet et réalisation du plan d affaires

étapes du financement d un transfert d entreprise 1. Documentation du projet et réalisation du plan d affaires 4 FINANCEMENT DU PROJET Le montage financier d un projet de transfert diffère d une entreprise à une autre. Contrairement à la croyance populaire, il n y a pas de produit financier universel en transfert

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Glossaire financier. pour les entrepreneurs. Accélérateurs d entreprises

Glossaire financier. pour les entrepreneurs. Accélérateurs d entreprises A Glossaire financier pour les entrepreneurs Accélérateurs d entreprises Acceptation de prêt Acid test ratio Acquisition par emprunt (LMBO) Actif Actif à court terme Actif à long terme Actif disponible

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

ÉTAT ANNUEL À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS

ÉTAT ANNUEL À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Société de fiducie Société d épargne NEQ 052 Numéro d entreprise du Québec : 054 À L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS Pour l exercice du : 058 (AAAAMMJJ) au : 059 (AAAAMMJJ) Autres provinces ou territoires

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Lexique des termes de l industrie *

Lexique des termes de l industrie * Lexique des termes de l industrie * Ac t i o n o r d i n a i r e Action détenue dans une enterprise Ac t i o n s p r i v i l é g i é e s Actions d une compagnie qui comprennent les droits préférentiels

Plus en détail

Forum Financement Panel Liquidité accrue pour soutenir la croissance. 4 décembre 2013

Forum Financement Panel Liquidité accrue pour soutenir la croissance. 4 décembre 2013 Forum Financement Panel Liquidité accrue pour soutenir la croissance 4 décembre 2013 BDC Solutions secteur aérospatial BDC Aerospace Solutions > BDC a analysé les besoins en financement pour le secteur

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière L établissement, la présentation et l intégrité des états financiers consolidés ci-joints, du rapport de gestion

Plus en détail

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO CRA Paris, le 22 octobre 2012 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr La transmission/

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec STRATÉGIES D ÉVALUATION DE LA VALUER D UNE ENTREPRISE POUR MAXIMISER LES RETOMBÉES DE VOS TRANSACTIONS ET NÉGOCIATIONS par Richard M. Wise, FCA, FEEE,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

TABLE DES MATIÈRES COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS COMMENTAIRES GÉNÉRAUX SUR LES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS Application... 1 Normes comptables canadiennes pour les entreprises à capital fermé... 2 Applicabilité pour toutes les entreprises à capital fermé...

Plus en détail

Diagnostic financier Cours 8: Analyse de crédit. HEC MONTRÉAL - Diagnostic Financier et son utilisation

Diagnostic financier Cours 8: Analyse de crédit. HEC MONTRÉAL - Diagnostic Financier et son utilisation Diagnostic financier Cours 8: Analyse de crédit La perspective du Banquier Jusqu à maintenant, pour faire le diagnostic financier d une entreprise, on s est placé davantage dans la peau des actionnaires

Plus en détail

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015 Priorité au développement : Korian accélère PARIS 17 SEPTEMBRE 2015 1 Un leader européen bien en place Leader du Bien Vieillir implanté dans des pays à fort potentiel BELGIQUE 55 établissements 6 176 lits

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT

Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Chronique Gouvernance et Économie Hugues Lacroix, CA, MBA, IAS.A LA GESTION DES RISQUES 1. DES EXEMPLES QUI FRAPPENT Spécial catastrophe ou simple malheur! Ce ne sont pas les exemples d évènements inusités

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

Programme de crédit d impôt à l investissement pour les PME.

Programme de crédit d impôt à l investissement pour les PME. Programme de crédit d impôt à l investissement pour les PME. Démarrage, acquisition et développement d entreprised Obtenir l effet l de levier maximal Financement d entreprised Investir dans son entreprise

Plus en détail

LE FONDS DE SOLIDARITÉ FTQ PRÉSENTATION À LA CEIC. Version 7 octobre 2013

LE FONDS DE SOLIDARITÉ FTQ PRÉSENTATION À LA CEIC. Version 7 octobre 2013 LE FONDS DE SOLIDARITÉ FTQ PRÉSENTATION À LA CEIC Version 7 octobre 2013 1 L HISTORIQUE DU FONDS DE SOLIDARITÉ FTQ 2 UN FONDS NÉ D UNE CRISE ÉCONOMIQUE Début des années 80 : Un taux de chômage à 14 % et

Plus en détail

I. Description de Industrielle Alliance Assurance et Services Financiers Inc. I. Description de Industrielle Alliance Valeurs Mobilières Inc.

I. Description de Industrielle Alliance Assurance et Services Financiers Inc. I. Description de Industrielle Alliance Valeurs Mobilières Inc. Octobre 2012 Table de matières I. Description de Industrielle Alliance Assurance et Services Financiers Inc. I. Description de Industrielle Alliance Valeurs Mobilières Inc. II. 2012-2013: enjeux et perspectives

Plus en détail

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA

Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA Susan Gerrett, Pl. Fin. Maurice Gosselin, DBA, CA, FCMA Carl Thibeault, CMA, MBA 1 L ensemble des concepts élaborés n ont pas pour but de remplacer l expertise de vos professionnels dont votre fiscaliste.

Plus en détail

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 3 JUIN 212 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 ETAT DE RESULTAT GLOBAL SEMESTRIEL... 2 RESULTAT NET HORS ELEMENTS NON RECURRENTS...

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 9 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 9 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 266 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 14 Exercices 11. La comptabilisation des créances 19. La

Plus en détail

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A

Catherine Tremblay, CA, EEE, ASA Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A L INSTITUT CANADIEN NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS Québec NOTIONS DE MBA POUR AVOCATS par Richard M. Wise, FCA, FEEE, FASA, CA EJC, Arb.A Wise, Blackman SENCRL Évaluateurs d entreprises/juricomptables Montréal

Plus en détail

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque

VIII. financement. Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque VIII. financement Comment financer son entreprise et quels documents présenter à un investisseur ou à une banque Ce chapitre expose les différentes sources de financement à disposition ainsi que leurs

Plus en détail

Succès du plan Digital 2015 Accélération de la croissance Internet en 2015

Succès du plan Digital 2015 Accélération de la croissance Internet en 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 10 février 2015 Succès du plan Digital 2015 Accélération de la croissance Internet en 2015 Reprise de la croissance Internet au 4 ème trimestre 2014: +2% qui s accélérera

Plus en détail

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE

DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE Pour diffusion immédiate DOLLARAMA ANNONCE DE SOLIDES RÉSULTATS POUR SON DEUXIÈME TRIMESTRE MONTRÉAL (Québec), le 12 septembre 2012 Dollarama inc. (TSX : DOL) («Dollarama» ou la «Société») fait état aujourd

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society

États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society États financiers de Société de recherche sur le cancer/cancer Research Society 31 août 2015 Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4

Plus en détail

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante

9 octobre 2014. Acquérir et redresser une cible sous-performante Acquérir et redresser une cible sous-performante , des compétences multiples, un partenaire unique au service de vos transactions Banquier d affaire Avocats Commissaires aux comptes Consultants en stratégie

Plus en détail

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014 Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME CISIT 6 novembre 2014 01. Qui sommes-nous? Bpifrance plus près des entrepreneurs 42 implantations régionales 90% des décisions prises dans les

Plus en détail

Plan d affaires. 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000

Plan d affaires. 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000 Plan d affaires 102, rue Nadeau, case postale 5030 Carleton-sur-Mer (secteur Saint-Omer) (Québec) G0C 2Z0 - Tél. : 418 364-2000 info@cldavignon.com - www.cldavignon.com Ce document est disponible en version

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS D AFFACTURAGE

FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS D AFFACTURAGE BALANCE DES PAIEMENTS - RECUEIL DES MODALITES DECLARATIVES QUATRIEME PARTIE : COMPLEMENTS D INFORMATION RELATIFS AUX CRP FICHE 42 - LES INVESTISSEMENTS DIRECTS, LES PRÊTS, PLACEMENTS ET OPÉRATIONS 1. OBJET

Plus en détail

BULLETIN Automne 2012

BULLETIN Automne 2012 BULLETIN Automne 2012 5 solutions de financement pour votre entreprise Fig Clothing choisit Capital Conseil Human ID choisit Capital Conseil OPC Événements choisit Capital Conseil Événement Bénéfice pour

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 Juillet 2014 RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients Forte

Plus en détail

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005

Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 Foire aux questions Quatrième trimestre 2005 1. Quels sont les objectifs financiers de la CIBC pour l exercice 2006? Le 12 décembre, nous avons publié la version intégrale de la Reddition de comptes annuelle

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE

GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE ISCAE Rabat CSG année : 2001-2002 Fiche de lecture: GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE Editions d organisation, 1999 AUTEURS : Stéphane GRIFFITHS Jean Guy DEGOS Présentée par: Mohammed IZOUGARHANE

Plus en détail

Rapport de la direction

Rapport de la direction Rapport de la direction Les états financiers consolidés de Industries Lassonde inc. et les autres informations financières contenues dans ce rapport annuel sont la responsabilité de la direction et ont

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?

Interview. «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels? Interview «Dr Mader et Mme Braun-Cangl, les investissements en non coté sont-ils adaptés à tous les portefeuilles institutionnels?» 34 Update I/2014 Le rédacteur en chef, Marty-Jörn Klein, s est entretenu

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Numéro 13 Impôts sur les bénéfice Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie.

Avis de la direction : Ces états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen par les vérificateurs externes de la compagnie. PricewaterhouseCoopers s.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard Laurier, bureau 1700 Sainte-Foy (Québec) Canada G1V 5C2 Téléphone +1 (418) 522 7001 Télécopieur +1 (418) 522

Plus en détail

Cominar annonce d excellents résultats et réalisations pour son deuxième trimestre terminé le 30 juin 2007

Cominar annonce d excellents résultats et réalisations pour son deuxième trimestre terminé le 30 juin 2007 Communiqué de presse pour publication immédiate Cominar annonce d excellents résultats et réalisations pour son deuxième trimestre terminé le 30 juin 2007 Clôture de l acquisition du portefeuille industriel

Plus en détail

TROUSSE DE REDRESSEMENT

TROUSSE DE REDRESSEMENT TROUSSE DE REDRESSEMENT Par Dominic Deveaux Table des Matières Page 2 Transformez votre entreprise Page 3 La fabrique d une compagnie Page 4 Le contexte pour le leadership Page 5 Responsabilité la distinction

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

6 financement du projet

6 financement du projet 6 financement du projet Le montage financier d un projet de transfert diffère d une entreprise à l autre. Contrairement à la croyance populaire, il n y a pas de produit financier universel en ce qui concerne

Plus en détail

LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014

LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014 LE CAPITAL DE DÉVELOPPEMENT, UN OUTIL ADAPTÉ AU FINANCEMENT DU SECTEUR MANUFACTURIER EN 2014 LE 21 FÉVRIER 2014 1 CONSTATS SUR LES VARIATIONS DES DÉPENSES EN MODERNISATION ET ACQUISITION D ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

L état des flux de trésorerie

L état des flux de trésorerie CHAPITRE 2 L état des flux de trésorerie 9 RECUEIL DE SOLUTIONS POUR ÉTUDIANTS CHAPITRE 2 LIBRAIRIE LACOSTE INC. chap. 2, n o 1 CHIFFRIER DE L ÉTAT DES FLUX DE TRÉSORERIE pour l exercice terminé le 31

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

La transmission d entreprises

La transmission d entreprises La transmission d entreprises www.interface-entreprises.com Janvier 2013 Plan 1 2 3 4 5 1 Contexte et enjeux de la transmission d entreprises 2 Les motivations de la transmission 3 Les points clés du processus

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail