A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire."

Transcription

1 A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire. Sarah Sawma, Thierry Levy-Tadjine To cite this version: Sarah Sawma, Thierry Levy-Tadjine. A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire.. Ce texte qui valorise le mémoire de Master de Sara SAWMA (Co-Auteur) dans le cadre des MBA de l U <hal > HAL Id: hal Submitted on 25 Jul 2013 HAL is a multi-disciplinary open access archive for the deposit and dissemination of scientific research documents, whether they are published or not. The documents may come from teaching and research institutions in France or abroad, or from public or private research centers. L archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion de documents scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, émanant des établissements d enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés.

2 LAAS 17, Novembre 2010 A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire. Sarah SAWMA, Titulaire d un DEA en Sciences de Gestion, Université St Esprit de Kaslik (USEK, Liban), Thierry LEVY- TADJINE, HDR Professeur à l Université St Joseph et à l ISAE CNAM- Beyrouth Membre du Laboratoire ICI - Université de Bretagne Occidentale, Résumé : Initiant un programme de recherches visant à étudier l intention entrepreneuriale des femmes sur l ensemble du Moyen-Orient tout en tenant compte du facteur religieux, ce travail préliminaire s intéresse au contexte libanais et s appuie sur une enquête par questionnaire conduite auprès de 140 étudiants au Liban. Les résultats recueillis reflètent la persistance de préjugés socioculturels susceptibles de freiner l entrepreneuriat féminin ainsi que l importance de discriminations perçues. Pour autant, les conclusions de cette étude sont plus nuancées que ne le laisse présager le sens commun et traduisent sans doute une évolution progressive des mentalités. Mots-clés : Entrepreneuriat féminin; Intention entrepreneuriale ; Discriminations perçues ; Liban ; Environnement socio-culturel.

3 A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire. Résumé : Initiant un programme de recherches visant à étudier l intention entrepreneuriale des femmes sur l ensemble du Moyen-Orient tout en tenant compte du facteur religieux, ce travail préliminaire s intéresse au contexte libanais et s appuie sur une enquête par questionnaire conduite auprès de 140 étudiants au Liban. Les résultats recueillis reflètent la persistance de préjugés socioculturels susceptibles de freiner l entrepreneuriat féminin ainsi que l importance de discriminations perçues. Pour autant, les conclusions de cette étude sont plus nuancées que ne le laisse présager le sens commun et traduisent sans doute une évolution progressive des mentalités. Mots-clés : Entrepreneuriat féminin; Intention entrepreneuriale ; Discriminations perçues ; Liban ; Environnement socio-culturel. 2

4 A propos de la désirabilité et de la faisabilité entrepreneuriales perçues pour les jeunes femmes libanaises: une enquête exploratoire. Alors même que l intuition et quelques observations suggèrent que la place de la femme dans les sociétés orientales y différent des économies occidentales, rares sont les études consacrées à l intention ou aux pratiques entrepreneuriales des femmes dans les pays arabes. Le travail de EROGUL et Mc CROHAN (2008) sur les entrepreneuses des Emirats Arabes Unis semble faire exception. De ce fait, initiant un programme de recherches visant à étudier ce phénomène sur l ensemble du Moyen-Orient tout en tenant compte du facteur religieux, ce travail préliminaire s intéresse à un pays arabe particulier, le Liban, considéré souvent comme porte entre l Orient et l Occident. Pour HOFSTEDE 1 qui n isole pas le Liban des autres pays de la péninsule arabique, ces pays sont notamment caractérisées par un indice de «masculinité» élevé rendant compte de societes patriarcale dans lesquelles les hommes détiennent le pouvoir. Dans cette perspective, quelle est la désirabilité entrepreneuriale des femmes libanaises? Comment les hommes libanais envisagent-ils que des femmes deviennent entrepreneuses et ce faisant, autonomes? Derrière ces questionnements, l enjeu est la promotion et l accompagnement de l entrepreneuriat féminin au pays des cèdres. Pour éclairer ces problématiques, une enquête qualitative exploratoire a d abord été conduite sous la forme d entretiens auprès de deux accompagnatrices de femmes entrepreneurs au Liban. Il s agissait d une des intervenantes du seul incubateur libanais, le Berytech, et de la présidente de la Lebanese League for Women in Business (LLWB). Ces entretiens confirmaient l intuition initiale. Ainsi, T. Mazraani, conseillère du Bérytech, estime que de son point de vue, les femmes libanaises sont moins désireuses d entreprendre que les hommes car «elles estiment que ce rôle n est pas fait pour elles». Afin d approfondir la réalité de ces intuitions et des préjugés qui les sous-tendent, nous avons bâti un questionnaire qui a été administré dans un second temps auprès de 140 étudiants de trois universités au Liban (l Université St-Esprit de Kaslik, l Université St-Joseph et l Académie Libanaise des Beaux Arts). Apres un bref rappel des modèles de l intention entrepreneuriale sous-jacents à cette recherche, nous en présenterons les principaux résultats quand à la faisabilité et à la désirabilité entrepreneuriales perçues par les jeunes femmes libanaises, en en tirant des conclusions plus nuancées que ne le laisse présager le sens commun. 1 D après Hofstede, la masculinité dans le monde arabe atteint un niveau de 52 ce qui est supérieur à la moyenne de 50. Cf HOFSTEDE (1994) et son site internet: Cultural dimensions. URL: 3

5 1. Un indice global d intention entrepreneuriale comparable à celui des hommes libanais Comme le montrent KRUEGER (2000) ou EMIN (2003, 2004), la théorie du comportement planifié de AJZEN (1991) et le modèle de SHAPERO et SOKOL (1982) peuvent être combinés pour proposer un cadre explicatif intégrateur de l intention entrepreneuriale. La théorie du comportement planifié postule que l intention est déterminée par la perception par l individu, de la disponibilité des ressources et des opportunités ou, au contraire, des obstacles anticipés (Perceived behavioral control), ainsi que par son degré personnel d aspiration pour l acte entrepreneurial (Attitude toward the behavior) et par les normes sociales perçues (Subjective norms) qui renvoient à la désirabilité du projet entrepreneurial pour le réseau social de l individu (l environnement de proximité avec la famille, les amis, l employeur, etc.). Dans la théorie de l événement entrepreneurial de SHAPERO et SOKOL (1982), le premier élément qui, pour la femme, peut renvoyer à la perception éventuelle de discriminations 2, fait écho au concept de faisabilité perçue de l acte entrepreneurial tandis que les deux autres se réfèrent aux perceptions de désirabilité. Les auteurs rajoutent l idée selon laquelle certains entrepreneurs ont une disposition psychologique plus favorable au passage à l acte que d autres. Elle correspond à la propension à l action qui est relative aux «déplacements» que connaissent les individus. Il peut s agir de déplacements négatifs comme un licenciement, un divorce, la mort des parents ou un échec dans les études qui vont pousser l individu à sauter le pas et, parfois, à entreprendre par dépit. L obtention d un héritage, un gain à la loterie sont, au contraire, des exemples de «déplacements positifs» qui poussent l entrepreneur en herbe à oser, tandis que des tournants dans la vie comme une libération après une période d emprisonnement, la fin des études ou l acquittement de ses obligations de service militaire (selon les pays) sont considérés comme des «déplacements neutres» qui incitent l individu à «rebondir». Ces deux perspectives laissent une grande place à l influence du milieu socioculturel sur l intention entrepreneuriale ce qui fonde l intérêt de notre recherche. Il est avéré, notamment, que le milieu influence l aversion au risque entrepreneurial et, par suite, la faisabilité perçue de l intention. BOISSIN, EMIN et HERBERT (2007) montrent ainsi l intention entrepreneuriale plus marquée des étudiants américains par rapport à leurs homologues français par le fait qu ils associent l entrepreneuriat à une aventure moins risquée que le salariat, à la différence des hexagonaux qui inversent les perceptions. Dans la même veine, une étude exploratoire sur l intention entrepreneuriale de 110 étudiants libanais tend à expliquer leur plus grande propension à l engagement en affaires par leur goût du risque prononcé (LEVY-TADJINE, 2008). 87% des étudiants interrogés déclaraient avoir le goût du risque. Le fait que dans ce travail, avec un échantillon construit aléatoirement en le distribuant dans les salles de classe des institutions universitaires précitées, nous retrouvions des scores comparables, prouve la validité externe de notre 2 LEVY-TADJINE (2004) montre d ailleurs, à propos des immigrés, que la perception de discriminations est plus importante encore sur la conduite et sur la désirabilité du projet que la réalité de celles-ci. 4

6 enquête (la composition de l échantillon est résumée dans le tableau 1). En effet, 70% des répondants de notre enquête, hommes et femmes confondus, préféreraient créer leur entreprise que devenir salarié (ou femme au foyer) s ils en avaient le choix. La désirabilité entrepreneuriale demeure très comparable suivant le sexe puisque 51 des76 jeunes femmes interrogées (67%) et 46 des 64 hommes (72%) se sentent plus enclins à la création d entreprise qu au salariat reflétant dans leur réponse, les difficultés du marche de l emploi libanais et les incertitudes qu il représente pour eux. Age Femmes Hommes Total Formation Licence Master Total Tableau 1 : Echantillon de l enquête (USEK, USJ, ALBA, Automne 2008) Pourtant, malgré des indices globaux d intention entrepreneuriale proches, les hommes et les femmes ne perçoivent pas la faisabilité de l acte entrepreneurial ni sa représentation sociale de la même manière comme l illustrent les résultats complémentaires de nos travaux. Afin d instrumentaliser les modèles d intention dont la philosophie a été rappelée plus haut et qu illustre la Figure 1, nous avons, en effet, cherché à identifier les représentations qu attribuaient les hommes et les femmes à l entrepreneuriat et ce qu ils en attendaient en termes de statut et d avantage (afin d appréhender les fondements de la désirabilité entrepreneuriale), les freins possibles qu ils percevaient globalement ou singulièrement pour les femmes (notamment, la possibilité de discriminations dans l accès au crédit) et enfin, les normes sociales relatives à l engagement en affaires des femmes au Liban. Pour cette dernière variable, nous interrogions les répondants sur la façon dont ils percevraient que les familles libanaises accueilleraient et soutiendraient l entrepreneuriat de l une des leurs et sur la vraisemblance perçue de la transmission d une entreprise familiale à une fille. Dans un but exploratoire, les trois variables clefs des modèles d intention, se trouvaient ainsi, opérationnalisées au moyen de questions simples. Si l on peut reprocher le réductionnisme qui en résulte par rapport aux modèles de base, il n en demeure pas moins que ce dispositif permet une différenciation statistiquement significative des perceptions des hommes et des femmes. 5

7 Figure 1: L intention envers le comportement entrepreneurial suivant le modèle unificateur de Krueger et Carsrud (1993 :323) 2. De profondes différences dans la représentation et dans la faisabilité perçue de l événement entrepreneurial Hommes et femmes libanais semblent, en effet, ne pas attribuer la même signification au statut d entrepreneur comme l illustrent les résultats rapportés dans le tableau 2. Genre Etre entrepreneur c est : Prendre des risques Etre autonome Réaliser ses rêves Femmes Hommes Total Tableau 2 : Lien entre le genre et la signification donnée au statut d entrepreneur 6

8 La sensibilité des réponses au genre est confirmée par le test de Khi 2 (P-Value = 0.02) même si en appliquant le test de CRAMER (Cramer V = 0.295), on constate que la dépendance est modérée. En envisageant l entrepreneuriat, les femmes seraient d abord en quête d autonomie tandis que les hommes associent l aventure entrepreneuriale à la prise de risque. On retrouve les mêmes démarcations lorsqu on interpelle les jeunes sur les avantages imputables à l engagement en affaires (Tableau 3). Genre Quel est l avantage essentiel de créer son entreprise? Devenir son propre patron Gagner de l estime et un bon statut social Choisir un domaine qui vous intéresse Femmes Hommes Total Tableau 3 : La perception des avantages de l entrepreneuriat selon le genre Ainsi, si globalement comme nous le mentionnions plus haut, l intention entrepreneuriale des jeunes femmes et des jeunes gens est comparable, les scores renvoient en fait à des représentations très différentes du phénomène. L influence socioculturelle joue également lorsqu on essaie d interroger les uns et les autres sur la «normalité» et la faisabilité de l entrepreneuriat féminin au Liban. Les réponses reflètent un certain doute (plus marquée chez les hommes) sur la possibilité qu une femme puisse devenir entrepreneuse au Liban (Figure 2). Ce doute provient autant de facteurs culturels que de la faisabilité économique du projet comme le suggèrent les résultats relatifs aux discriminations perçues. 7

9 Count La femme peut entreprendre 10 Evidemment Selon les cas 0 Femme Homme Non Genre Figure 2 : La possibilité qu une femme soit entrepreneuse au Liban. La perception de discrimination sexuelle dans le monde du travail est affirmée par les femmes interrogées (Tableau 4) même si, comme le confirme le test du Khi-Deux (P- Value 0 ; indice Cramer V de ce qui prouve effectivement l existence d une relation significative entre le genre de la personne et sa perception de l existence de discrimination sur le marché de travail), les hommes n en n ont pas la même conscience. D après vous, au Liban, les femmes souffrent-elles de discrimination professionnelle? Genre Oui Non Femmes 68 8 Hommes Total Tableau 4 : La discrimination contre les femmes sur le marché du travail Les résultats concernant la perception de discriminations dans l accès au crédit bancaire sont du même ordre (Tableau 5). 8

10 Les hommes obtiennent-ils des crédits plus facilement que les femmes? Genre Oui Non Femmes Hommes Total Tableau 5 L obtention de crédits par les femmes Ces données suggèrent que malgré sa désirabilité, l entrepreneuriat revêt pour les jeunes libanaises, une faisabilité faible. Pour elle, celle-ci proviendrait surtout des obstacles d ordre socioculturels ou discriminatoires, ces éléments devançant largement l évocation de la situation politique et sécuritaire du pays lorsqu on leur demande ce qui risque de les dissuader de s engager en affaires (Tableau 6). Pourtant, le soutien unanimement souligné des familles aux projets entrepreneuriaux (Tableau 7) et surtout repreneuriaux (Tableau 8) pourrait rendre les femmes optimistes. Quel est l obstacle essentiel face à l entrepreneuriat féminin au Liban? Situation Politique Instable Situation Socioculturelle & Mentalité Libanaise Situation Financière Femmes Tableau 6 : L obstacle essentiel face à l entrepreneuriat des femmes En effet, seuls 23% des jeunes étudiants (33/140) pensent que leur famille dissuaderait une fille de s engager en entrepreneuriat et 31% (44/140) qu un père ne transmettrait pas son affaire à sa fille. Comment réagissent les parents face à la désirabilité de leur fille d entreprendre? Genre Ils l encouragent Ils lui laissent la liberté et le choix Ils la découragent Femme Homme Total Tableau 7. La réaction familiale face à la désirabilité d entreprendre des filles 9

11 D après vous, un père libanais accepterait-t-il de transmettre son entreprise à sa fille? Genre Oui Non Femme Homme Total Tableau 8. Reprise d une entreprise familiale par la fille Conclusions L enquête exploratoire rapportée dans ces lignes s achève donc sur une note optimiste pour la promotion de l équité entrepreneuriale entre hommes et femmes au Liban. Pourtant, nos résultats attestent qu à désirabilité égale, la faisabilité entrepreneuriale perçue est moindre pour les femmes que pour les hommes, en raison notamment de la perception de discriminations et de la difficulté pour les femmes, d accéder à des ressources financières. L échantillon traité demeure toutefois limité et un élargissement de l enquête sur de plus grands effectifs serait utile pour mieux asseoir les résultats et permettre le test d un modèle d équations structurelles reliant entre elles, les variables de faisabilité et les variables de désirabilité comme le font par exemple ALIOUAT et BEN-CHEIKH (2009). Références ALIOUAT B., BEN CHEIKH A. (2009), Les déterminants environnementaux de l intention de créer une start-up en TIC: cas des ingénieurs tunisiens, Colloque de l Académie de l Entrepreneuriat, Sophia-Antipolis, octobre, CD-Rom. BOISSIN J.-P., EMIN S., HERBERT J.-I. (2007), Les étudiants et la création d entreprise ; une étude comparée France/Etats-Unis, Communication au colloque de l Association Internationale de Management Stratégique, juin, Montréal. EMIN S. (2003), L intention de créer un entreprise des chercheurs publics : le cas français, Thèse de Doctorat en Sciences de Gestion, Université Pierre-Mendes-France Grenoble II. Prix FNEGE de la meilleure thèse transversale en Sciences de Gestion. EMIN, S. (2004), Les facteurs déterminant la création d entreprise par les chercheurs publics : application des modèles d intention. Revue de l entrepreneuriat, Vol.3, no1. EROGUL M.S., Mc CROHAN D. (2008), Preliminary investigation of Emirati women entrepreneurs in the UAE, African Journal of Business Management, 2, (10),

12 HOFSTEDE G. (1994), Vivre dans un monde multiculturel ; comprendre nos programmations mentales, Editions d Organisation, Paris. KRUEGER, N. F. (2000), The cognitive infrastructure of opportunity emergence. Entrepreneurship Theory and Practice, Spring, KRUEGER N. F., CARSRUD A.L. (1993), Entrepreneurial intentions, Applying the theory of planned behavior, Entrepreneurship and Regional Development, 5, LEVY-TADJINE, T. (2004), L entrepreneuriat immigré et son accompagnement en France, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Université du Sud Toulon-Var, octobre [consultable sur URL : et LEVY-TADJINE T. (2008), Le Liban est-il un mauvais élève du point de vue de la relation Université-Entrepreneuriat, in C. Schmitt (ed), Université et Entrepreneuriat : un panorama international, Tome 2, Presses Universitaires de Nancy. SHAPERO A., SOKOL L. (1982), The social dimensions of entrepreneurship, in KENT C. A., SEXTON D. L., VESPER K. H. (eds), The encyclopedia of Entrepreneurship, Prentice Hall, Englewood Cliffs, NJ,

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale

La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale La voix en images : comment l évaluation objectivée par logiciel permet d optimiser la prise en charge vocale Stéphanie Perriere To cite this version: Stéphanie Perriere. La voix en images : comment l

Plus en détail

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales

Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Système de diffusion d information pour encourager les PME-PMI à améliorer leurs performances environnementales Natacha Gondran To cite this version: Natacha Gondran. Système de diffusion d information

Plus en détail

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence

Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence Gwenole Fortin To cite this version: Gwenole Fortin. Notes de lecture : Dan SPERBER & Deirdre WILSON, La pertinence. 2006.

Plus en détail

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne

L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne L indice de SEN, outil de mesure de l équité des systèmes éducatifs. Une comparaison à l échelle européenne Sophie Morlaix To cite this version: Sophie Morlaix. L indice de SEN, outil de mesure de l équité

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017

statique J. Bertrand To cite this version: HAL Id: jpa-00237017 https://hal.archives-ouvertes.fr/jpa-00237017 Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique J. Bertrand To cite this version: J. Bertrand. Quelques théorèmes généraux relatifs à l électricité statique. J. Phys. Theor. Appl., 1874,

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel

Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel Bernard Dauga To cite this version: Bernard Dauga. Dessin assisté par ordinateur en lycée professionnel. Bulletin de l EPI (Enseignement Public et Informatique),

Plus en détail

Peut-on perdre sa dignité?

Peut-on perdre sa dignité? Peut-on perdre sa dignité? Eric Delassus To cite this version: Eric Delassus. Peut-on perdre sa dignité?. 2013. HAL Id: hal-00796705 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00796705 Submitted

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique.

Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. Sensibilisation à la sécurité informatique Jean-Luc Archimbaud To cite this version: Jean-Luc Archimbaud. Sensibilisation à la sécurité informatique. lieux en France, 1997, pp.17. École

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI

Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Les intermédiaires privés dans les finances royales espagnoles sous Philippe V et Ferdinand VI Jean-Pierre Dedieu To cite this version: Jean-Pierre Dedieu. Les intermédiaires privés dans les finances royales

Plus en détail

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge

Les déterminants du volume d aide professionnelle pour. reste-à-charge Les déterminants du volume d aide professionnelle pour les bénéficiaires de l APA à domicile : le rôle du reste-à-charge Cécile Bourreau-Dubois, Agnès Gramain, Helen Lim, Jingyue Xing, Quitterie Roquebert

Plus en détail

Le marketing direct responsable

Le marketing direct responsable Le marketing direct responsable Béatrice Parguel To cite this version: Béatrice Parguel. Le marketing direct responsable. 50 fiches sur le marketing durable, Bréal, pp.144-147, 2010.

Plus en détail

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire

Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Étude des formes de pratiques de la gymnastique sportive enseignées en EPS à l école primaire Stéphanie Demonchaux To cite this version: Stéphanie Demonchaux. Étude des formes de pratiques de la gymnastique

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud

Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Budget Constrained Resource Allocation for Non-Deterministic Workflows on a IaaS Cloud Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian Muresan, Frédéric Suter To cite this version: Eddy Caron, Frédéric Desprez, Adrian

Plus en détail

Doctorate of Business Administration Programme francophone

Doctorate of Business Administration Programme francophone Mis à jour le 11-10-13 Doctorate of Business Administration Programme francophone 1. Présentation du programme DBA(F) Le programme Doctorate of Business Administration (DBA) assuré à distance par l American

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages

Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal Languages Albert Cohen To cite this version: Albert Cohen. Program Analysis and Transformation: From the Polytope Model to Formal

Plus en détail

Hommes / Femmes, vos stratégies de développement d entreprise.

Hommes / Femmes, vos stratégies de développement d entreprise. Hommes / Femmes, vos stratégies de développement d entreprise. Étude 2014 Synthèse des résultats de l étude réalisée par Réseau Entreprendre et Grenoble École de Management avec le soutien de Fédération

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

Présentation du programme de Master en gestion

Présentation du programme de Master en gestion Présentation du programme de Master en gestion Faculté de Gestion et de Management Université Saint Joseph 2015-2016 Le Concours d entrée se passera le Samedi 9 Mai Cette présentation se trouve aussi sur

Plus en détail

L analyse de la gestion de la clientèle

L analyse de la gestion de la clientèle chapitre 1 - La connaissance du client * Techniques utilisées : observation, recherche documentaire, études de cas, études qualitatives (entretiens de groupes ou individuels, tests projectifs, analyses

Plus en détail

ESSEC Business School - 38030312 - Mai 2012 - *La réponse est en vous - Panorama des programmes

ESSEC Business School - 38030312 - Mai 2012 - *La réponse est en vous - Panorama des programmes ESSEC Business School - 38030312 - Mai 2012 - *La réponse est en vous - Panorama des programmes Nos fondamentaux L excellence L ouverture L engagement L entrepreneuriat L innovation L humanisme La responsabilité

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

Les Français et le handicap visuel

Les Français et le handicap visuel Janvier 015 Enquête TNS Sofres pour la Fédération des Aveugles de France Rapport de résultats 48UA53 Rappel méthodologique Echantillon Enquête réalisée par téléphone auprès d un échantillon de 1005 personnes

Plus en détail

Réseaux sociaux virtuels et création de valeur

Réseaux sociaux virtuels et création de valeur Réseaux sociaux virtuels et création de valeur Olivier Hueber To cite this version: Olivier Hueber. Réseaux sociaux virtuels et création de valeur. 2010. HAL Id: hal-00487695 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00487695

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

EMLYON Business School Préparer des entrepreneurs pour le monde

EMLYON Business School Préparer des entrepreneurs pour le monde EMLYON Business School Préparer des entrepreneurs pour le monde Mission EMLYON est une institution européenne dans la tradition des «Grandes Écoles Françaises» dédiée à l apprentissage du management entrepreneurial

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement

L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement L évaluation du transfert des apprentissages suite à un programme de perfectionnement Johann Jacob, M.A.P. et Richard Marceau, Ph. D. Centre de recherche et d expertise en évaluation (CREXE) Colloque annuel

Plus en détail

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif.

Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie. Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif. Un SIG collaboratif pour la recherche historique Partie 1 : Naissance et conception d un système d information géo-historique collaboratif Claire-Charlotte Butez, Francesco Beretta To cite this version:

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Tremplin pour l Entrepreneuriat Étudiant

Tremplin pour l Entrepreneuriat Étudiant Tremplin pour l Entrepreneuriat Étudiant Date limite d envoi des dossiers : 31 mars 2014 INFORMATION RÈGLEMENT DOSSIER DE PARTICIPATION TÉLÉCHARGEABLES www.enseignementsup-recherche.gouv.fr Dossier de

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Qu est-ce qu un programme de dons?

Qu est-ce qu un programme de dons? 1 Qu est-ce qu un programme de dons? Le terme «programme de dons» réfère à votre approche politique, stratégique, active visant à construire une relation durable avec vos abonnés et les donateurs. Tout

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA)

Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Note détaillée L image des ambulanciers Etude Harris Interactive pour la Chambre Nationale des Services d Ambulances (CNSA) Enquête réalisée en ligne du 17 au 19 septembre 2013. Echantillon de 985 personnes

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

LES FACTEURS DETERMINANT LA CREATION D ENTREPRISE PAR LES CHERCHEURS PUBLICS : application des modèles d intention

LES FACTEURS DETERMINANT LA CREATION D ENTREPRISE PAR LES CHERCHEURS PUBLICS : application des modèles d intention LES FACTEURS DETERMINANT LA CREATION D ENTREPRISE PAR LES CHERCHEURS PUBLICS : application des modèles d intention Sandrine EMIN Maître de Conférences à l'université d'angers Institut Universitaire de

Plus en détail

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3 Sommaire Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec Présentation de l étude 3 Jean-Marie Blanc, Directeur des Relations institutionnelles et partenariats de l'apec Pierre Lamblin,

Plus en détail

Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage

Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage Béatrice Parguel To cite this version: Béatrice Parguel. Un exemple spécifique de collaboration : Le produit-partage. 50 fiches sur le marketing

Plus en détail

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes Introduction Collaboration CESPM N.-B. N.-É. Î.-P.-É. Description du projet Dans le cadre de son programme de sondages auprès des diplômés, la Commission

Plus en détail

L excellence dans le contexte de la recherche inspirée par l utilisation : points de vue des pays du Sud Résumé

L excellence dans le contexte de la recherche inspirée par l utilisation : points de vue des pays du Sud Résumé ÉVALUATION DES RÉSULTATS DU CRDI Excellence en recherche L excellence dans le contexte de la recherche inspirée par l utilisation : points de vue des pays du Sud Résumé par Suneeta Singh, Priyanka Dubey,

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

AICp. Vincent Vandewalle. To cite this version: HAL Id: inria-00386678 https://hal.inria.fr/inria-00386678

AICp. Vincent Vandewalle. To cite this version: HAL Id: inria-00386678 https://hal.inria.fr/inria-00386678 Sélection prédictive d un modèle génératif par le critère AICp Vincent Vandewalle To cite this version: Vincent Vandewalle. Sélection prédictive d un modèle génératif par le critère AICp. 41èmes Journées

Plus en détail

Bienvenue à l UCL, dans une

Bienvenue à l UCL, dans une Bienvenue à l UCL, dans une des 9 universités de la Communauté française des 3300 universités de l Union européenne des 4000 universités européennes (4194 aux USA) des 17000 universités dans le monde Bologne

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées

Evaluation Agi Son 2005. Agi son 2005. Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées Agi son Evaluation de la campagne de sensibilisation aux risques auditifs liés à l écoute de musiques amplifiées 1 Introduction p. 3 Méthode p.4 1. Le public p.5 A. Caractéristique des personnes interrogées

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES FONDATION J. ARMAND BOMBARDIER

PROGRAMME DE BOURSES FONDATION J. ARMAND BOMBARDIER PROGRAMME DE BOURSES FONDATION J. ARMAND BOMBARDIER DESCRIPTION GÉNÉRALE DU PROGRAMME Ce programme s adresse aux étudiants qui poursuivent, à temps plein, un programme d études reconnu au Canada et conduisant

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec

Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Information, confiance et cohésion sociale dans un conflit environnemental lié à un projet de parc éolien au Québec Résumé des résultats et conclusions de la recherche Marie-Ève Maillé, Ph. D. Centre de

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université ParisDauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Conférence de presse 8 juin 2011

Conférence de presse 8 juin 2011 Conférence de presse 8 juin 2011 Conférence de presse 8 juin 2011 1. Objectifs & fonctionnement de l Observatoire des femmes et de l assurance Marie-Louise Antoni et Véronique Morali 3. Principaux éclairages

Plus en détail

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010

La pratique du coaching en France. Baromètre 2010 SFCoach : crée du lien entre le monde du travail et les professionnels de l accompagnement La pratique du coaching en France Baromètre 2010 Fondée en 1996 22, Bd Sébastopol 75004 Paris Association 1901

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

CONGRES PARIS-VENISE 2004

CONGRES PARIS-VENISE 2004 CONGRES PARIS-VENISE 2004 26-27 novembre 2004 Universita Ca Foscari Venezia Bulletin-Réponse M. Mme Prénom : Gilles Nom :_ROEHRICH Université/ Ecole : Ecole Supérieure de Affaires de Grenoble Adresse :

Plus en détail

Formulaire de demande d inscription. Licence. 1. Identité. Vos études à l Université Paris-Sorbonne Abou Dhabi. Réservé à l administration :

Formulaire de demande d inscription. Licence. 1. Identité. Vos études à l Université Paris-Sorbonne Abou Dhabi. Réservé à l administration : Formulaire de demande d inscription Licence Réservé à l administration : Date de réception: Lettre envoyée le: 1. Identité (Veuillez remplir en respectant les indications exactes de votre passeport) Nom

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat

CERTIFICATION DE SERVICES FORMATION RECHERCHE. www.qualicert.fr. 12, rue de Kergoat Poursuites d études La sortie de cette formation est l insertion professionnelle même si une poursuite d études en M2 recherche en Sciences de Gestion et/ou en thèse peut être envisagée. insertion professionnelle

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM La formule Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Nous contacter : Monique Cumin, monique.cumin@lasting-success.com Tel : 06 95 09 10 31 La formule Formation-action : entraînement

Plus en détail

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010

MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 E MRK -6081 A : Méthodes d Analyse de Données en Marketing Automne 2010 Professeure :Elissar Toufaily Plage horaire du cours : Cours en salle Jeudi 15h 30-18h30 Local 4221 PAP Du 2 septembre. 2010 au 9

Plus en détail

L entreprise familiale, un modèle pour l avenir et pour tous

L entreprise familiale, un modèle pour l avenir et pour tous L entreprise familiale, un modèle pour l avenir et pour tous ÉDITIONS LIGNES DE REPÈRES Valérie TANDEAU DE MARSAC Préface de Blandine Mulliez, présidente de la Fondation Entreprendre 210 pages 22, octobre

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous.

Les stéréotypes sont aussi vieux que l'humanité et reflètent l'idée que nous nous faisons de ceux qui sont différents de nous. Qu'est-ce qu'un stéréotype? (by Krystyna Szymankiewic) Stéréotype : idée ou image populaire et caricaturale que l'on se fait d'une personne ou d'un groupe, en se basant sur une simplification abusive de

Plus en détail

MASTER EN MANAGEMENT 2014-2015 LEADERS DE DEMAIN

MASTER EN MANAGEMENT 2014-2015 LEADERS DE DEMAIN MASTER EN MANAGEMENT 2014-2015 LEADERS DE DEMAIN MARIE-PIERRE FENOLL-TROUSSEAU Marie-Pierre Fenoll-Trousseau est professeur de droit au sein d ESCP Europe. Elle coordonne le département Sciences Juridiques,

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements

Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Métriques, classements et politique scientifique des Etablissements Michel Blanc Bayesté Leclaire Ecole polytechnique, Palaiseau Quelques références clés Rapport au Sénat sur le défi des classements dans

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure.

Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa microstructure Sylvain Meille To cite this version: Sylvain Meille. Étude du comportement mécanique du plâtre pris en relation avec sa

Plus en détail

ETUDIER, TRAVAILLER ET VIVRE AUX EMIRATS ARABES UNIS.

ETUDIER, TRAVAILLER ET VIVRE AUX EMIRATS ARABES UNIS. ETUDIER, TRAVAILLER ET VIVRE AUX EMIRATS ARABES UNIS. Les Emirats Arabes Unis ; notamment Dubaï et Sharjah, offrent un cadre idéal pour poursuivre les études universitaires aux différents niveaux, licence,

Plus en détail

Parmi les nombreuses expériences qui transforment

Parmi les nombreuses expériences qui transforment DES ÉTUDES À L ÉTRANGER Parmi les nombreuses expériences qui transforment votre curriculum vitae de petit franchouillard en celui de véritable citoyen du monde, le passage par un séjour d études est une

Plus en détail

Calculer les coûts ou bénéfices de pratiques sylvicoles favorables à la biodiversité : comment procéder?

Calculer les coûts ou bénéfices de pratiques sylvicoles favorables à la biodiversité : comment procéder? Calculer les coûts ou bénéfices de pratiques sylvicoles favorables à la biodiversité : comment procéder? H. Chevalier, M. Gosselin, Sebastian Costa, Y. Paillet, M. Bruciamacchie To cite this version: H.

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010

Projet de Portail des thèses. SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 Projet de Portail des thèses SYNTHESE DE L ENQUETE DESTINEE AUX DOCTORANTS août 2010 1. Introduction Ce document synthétise les principaux résultats d une enquête qui a été menée auprès de deux panels

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

[Etude de marché] Crowdfunding, Financement participatif d entreprise: Qui sont les investisseurs?

[Etude de marché] Crowdfunding, Financement participatif d entreprise: Qui sont les investisseurs? [Etude de marché] Crowdfunding, Financement participatif d entreprise: Qui sont les investisseurs? Contexte : Cette étude de marché avait pour objet d analyser les réactions des individus vis-à-vis du

Plus en détail

LES ÉTUDES DE MASTER EN ISRAËL PLANIFIEZ VOTRE AVENIR

LES ÉTUDES DE MASTER EN ISRAËL PLANIFIEZ VOTRE AVENIR LES ÉTUDES DE MASTER EN ISRAËL PLANIFIEZ VOTRE AVENIR המינהל לסטודנטים עולים Israel Student Authority Ministry of Immigrant Absorption PARFAIRE SA FORMATION DANS L UNE DES PRESTIGIEUSES UNIVERSITÉS D ISRAËL

Plus en détail

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France

L Avenir des Retraites. Après la vie active? Rapport France L Avenir des Retraites Après la vie active? Rapport France Sommaire 4 5 6 7 9 11 14 16 Avant-propos Introduction Principaux résultats Partie 1 - Le départ à la retraite Partie 2 - Les aspirations à la

Plus en détail

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle

Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle COMMUNIQUE DE PRESSE Les défauts et «fautes impardonnables» des candidats à l élection présidentielle Sondage Harris Interactive pour M6-MSN-RTL Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive

Plus en détail