Projet éducatif, plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet éducatif, plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative 2015-2016"

Transcription

1 Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Projet éducatif, plan de réussite et convention de gestion et de réussite éducative École Carle Au service de la réussite de chacun 306, Jacques-Buteux, Gatineau, Qc, J8P 6A2 École primaire/jlaberge Résolution # CE passée au conseil d établissement le

2 Table des matières Projet éducatif A1 Les références au cadre légal et réglementaire A2 Le projet éducatif : contexte général de l école ou portrait du milieu A3 Le projet éducatif : orientations et objectifs Plan de réussite B1 Les références au cadre légal et réglementaire B2 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels Convention de gestion et de réussite C1 Le but de la convention de gestion et de réussite éducative C2 Les références au cadre légal et réglementaire C3 L arrimage du projet éducatif de l école, du plan de réussite et des cinq buts ministériels C4 Les mécanismes de suivi et de reddition de comptes C5 Les engagements des parties

3 Table des matières Convention de gestion et de réussite C6 La durée de la convention C7 Les signataires de la convention

4 PROJET ÉDUCATIF

5 A1 Les références au cadre légal et réglementaire Selon l article 37 de la Loi sur l instruction publique, le projet éducatif de l école contient les orientations propres à l école et les objectifs pour améliorer la réussite des élèves. Il peut inclure des actions pour valoriser ces orientations et les intégrer dans la vie de l école. Ces orientations et ces objectifs visent l application, l adaptation et l enrichissement du cadre national défini par la loi, le régime pédagogique et les programmes d études établis par la ministre. Le projet éducatif de l école doit respecter la liberté de conscience et de religion des élèves, des parents et des membres du personnel de l école.

6 A2 Le projet éducatif : contexte général de l école ou portrait du milieu Particularités de notre école Notre école est située dans le secteur Du Moulin de Gatineau, soit à l ouest de la ville. Elle accueille une clientèle de 2 secteurs distincts de la Commission scolaire des Draveurs. Le quartier à proximité de l établissement est définit par un bassin d élèves à caractéristiques et besoins très variés qui est, depuis maintenant 9 ans, associé aux élèves du secteur de la zone blanche de la ville de Gatineau. Les familles du quartier jumelées à la clientèle de notre école sont plutôt aisées et habitent, en grande majorité, des maisons unifamiliales. Ce secteur est toujours en expansion. Indice de défavorisation selon les données du MEESR pour l année scolaire (à changer pour l année ) Indice faible revenu décile Indice socioéconomique décile 12, ,80 10, À l école Carle, nous recevons une clientèle variée comptant 415 élèves, dont environ 20% de celle-ci a un plan d intervention structurant les services éducatifs en adaptation scolaire au niveau des apprentissages ou du comportement. Pour répondre aux besoins diversifiés de cette clientèle, nous offrons plusieurs services complémentaires en collaboration avec la commission scolaire des Draveurs. L équipe-école est composée d une direction, 18 enseignants titulaires de classes régulières, 4 spécialistes et une équipe multidisciplinaire composée d une technicienne en éducation spécialisée au centre d aide, d une orthopédagogue et d une psychologue. Chaque membre du personnel actualise son engagement auprès des élèves à travers différents comités et programmes. Comme l école a architecture proposant de nombreuses classes à aires ouvertes, il est important de se donner une organisation structurelle assurant la gestion délicate des équipes de travail, il faut s assurer d avoir des équipes d enseignants prêts à travailler ensemble. Forces de l école Pour faire face aux nombreux défis, notre école s appuie sur les forces qui lui sont reconnues : le climat paisible qui règne; l entraide entre les membres du personnel enseignant, professionnel et de soutien; la compétence et la stabilité du personnel enseignant, professionnel et de soutien; la complicité tangible entre les parents et le personnel enseignant, professionnel et de soutien; la participation active des parents; le bon fonctionnement du service de garde et la grande satisfaction des parents utilisateurs.

7 Services offerts à notre école Pour répondre aux besoins diversifiés de notre clientèle, notre établissement offre des services : d éducation préscolaire dans deux classes de maternelle ; d une entrée progressive à la maternelle; d éducation de la 1re à la 6e année regroupant 16 classes ordinaires; d un centre d aide avec une technicienne en éducation spécialisée; d un service de psychologie à raison d une journée et demie par semaine; d un service en orthopédagogie à raison de cinq jours par semaine; du service d une orthopédagogue enseignante à raison de trois journées par semaine; du service d une animatrice de vie spirituelle et d engagement communautaire une journée par semaine; d un encadrement de à la bibliothèque et de ses parents bénévoles par une bénévole responsable; 3 chariots informatiques comptant 20 ordinateurs portables chacun pour les élèves; d ordinateurs portables via la mesure pour les élèves en difficulté d apprentissage; d un service de garde regroupant 195 élèves réguliers et 111 élèves sporadiques (12 éducatrices et d une technicienne); d un service de surveillantes de dîneurs regroupant les 135 élèves; d un traiteur pour les repas chauds durant la semaine (5 jours par semaine); d un programme d aide aux devoirs comptant près de 65 élèves; de récréations animées et encadrées par des jeux structurés; de santé et de services sociaux donnés par le C.L.S.C. (infirmière, hygiéniste dentaire, travailleuse sociale); de sécurité publique (brigadiers, policier-éducateur); d un plan de lutte pour contrer la violence et l intimidation, d un encadrement disciplinaire et pédagogique adapté et d un système d émulation et conforme à la loi 56.

8 Compétences Cible École Cible CSD Lire 80,00% 81,00% 75,00% 79,99% 74,99% 76,00% 80,99% 75,99% -0,01% Écrire 90,00% 86,00% 85,00% 89,99% 84,99% 81,00% 85,99% 80,99% -0,01% Résoudre une situation problème 86,00% 81,00% 85,99% 80,99% Utiliser un raisonnement mathématique * Le résultat au bilan comprend le résultat de l'examen MELS qui a une valeur de 20% Français BILAN - École Taux de réussite Bilan BILAN - CSD Taux de réussite Taux réussite École Taux réussite CSD BILAN - École Taux de réussite Bilan BILAN - CSD Taux de réussite École Carle Taux de réussite par compétence 2e Année - 3e cycle Taux réussite École Taux réussite CSD Nombre d'élèves Lire 98,11% 2e 92,12% 88,68% 5e 80,90% 92,00% 16e 93,38% 86,00% 17e 87,60% 1 51 Écrire 98,11% 3e 90,33% 94,34% 4e 85,87% 96,00% 6e 92,08% 90,00% 13e 88,82% 1 51 exemptés Nombre d'élèves Total Étape 1 Étape 2 Étape 2 Étape 1 BILAN - École BILAN - CSD Nombre d'élèves Nombre CSD Nombre d'élèves Nombre d'élèves École CSD Nombre d'élèves Nombre d'élèves Taux réussite Taux réussite École Taux de réussite Bilan Taux de réussite exemptés d'élèves Total Étape 1 Taux de exemptés Total Taux de Étape 2 Taux de exemptés Total École CSD Taux de réussite réussite réussite réussite Lire 85,71% *18 91,88% 89,80% 6 82,66% ,74% 4 89,60% ,49% 4 91,09% 0 57 Écrire 95,92% 8 93,79% 89,80% 12 90,67% ,00% 1* 92,49% ,00% *1 93,23% 0 57 *Ex Aequo avec une école * Ex Aequo avec trois autres écoles * Ex Aequo avec 6 autres écoles Mathématique BILAN - École Taux de réussite Bilan BILAN - CSD Taux de réussite Taux réussite École Taux réussite CSD BILAN - École Taux de réussite Bilan BILAN - CSD Taux de réussite Taux réussite École Taux réussite CSD Nombre d'élèves Résoudre 96,30% 5e 88,38% 83,33% 11e 82,78% 94,00% 7e 90,17% 84,00% 17e* 88,96% 1 51 Raisonner 96,30% 5e 90,08% 85,19% 4e 73,57% 94,00% 7e 91,56% 84,00% 8e 79,90% 1 51 * Ex Aequo avec une école exemptés Nombre d'élèves Total BILAN - École Taux de réussite Bilan BILAN - CSD Taux de réussite Taux réussite École Taux réussite CSD Nombre d'élèves exemptés Nombre d'élèves Total Étape 1 École Taux de réussite Résoudre 85,71% 14 89,11% 89,80% 8 84,23% ,00% 12 88,86% ,23% 11 88,71% 0 57 Raisonner 89,80% 13 90,87% 71,43% 13 71,28% ,47% 16 92,24% ,49% 8 91,84% 0 57 Étape 1 Étape 1 CSD Taux de réussite Nombre d'élèves exemptés Nombre d'élèves Total Étape 2 École Taux de réussite Étape 2 Étape 2 CSD Taux de réussite Nombre d'élèves exemptés Nombre d'élèves Total Légende Bilan - École (Taux de réussite) : Nombre de réussites/(nombre de réussites + nombre d'échecs) au bilan de l'école pour la compétence nommée. Bilan : La position où se trouve l'école, au bilan de la compétence, par rapport à l'ensemble des écoles primaires de la commission scolaire. Bilan - CSD (Taux de réussite) : Nombre de réussites/(nombre de réussites + nombre d'échecs) au bilan de l'ensemble des écoles primaires de la commission scolaire pour la compétence nommée. (Taux de réussite) - École : Nombre de réussites/(nombre de réussites + nombre d'échecs) de l'école pour l'examen ministériel. (Taux de réussite) - CSD : Nombre de réussites/(nombre de réussites + nombre d'échecs) de l'ensemble des écoles primaires de la commission scolaire pour l'examen ministériel. : La position où se trouve l'école, à l'examen ministériel, par rapport à l'ensemble des écoles primaires de la commission scolaire. Étape - École (Taux de réussite) : Nombre de réussites/(nombre de réussites + nombre d'échecs) à l'étape de l'école pour la compétence nommée. Étape : La position où se trouve l'école, à l'étape mentionnée, par rapport à l'ensemble des écoles primaires de la commission scolaire. Étape - CSD (Taux de réussite) : Nombre de réussites/(nombre de réussites + nombre d'échecs) à l'étape de l'ensemble des écoles primaires de la commission scolaire pour la compétence nommée. Cible atteinte 5% sous la cible Plus de 5% sous la cible

9 PLAN DE RÉUSSITE

10 B1 Les références au cadre légal et réglementaire Selon l article 37.1 de la Loi sur l instruction publique, le plan de réussite de l école est établi en tenant compte du plan stratégique de la commission scolaire et comporte : 1. Les moyens à prendre en fonction des orientations et des objectifs du projet éducatif, notamment les modalités relatives à l encadrement des élèves; 2. Les modes d évaluation de la réalisation du plan de réussite. Le plan de réussite est révisé annuellement et, le cas échéant, il est actualisé.

11 Nous croyons que pour faire vivre son projet éducatif et actualiser son plan de réussite, il est essentiel que tous les membres de l équipe-école Carle apportent leur contribution professionnelle à la réussite de tous les élèves qui leur sont confiés, et ce vers une vision commune : la réussite pour tous! Orientation 1 Projet éducatif PLAN DE RÉUSSITE ORIENTATIONS OBJECTIFS MOYENS Favoriser le développement des différentes habilités reliées à la maîtrise de la langue française. Développer l intérêt des élèves pour la lecture. Améliorer la maîtrise de l orthographe. Période de lecture quotidienne. Achats de nouveaux livres à la bibliothèque et pour les bibliothèques dans les classes. Permettre d apporter des livres de la maison sous la responsabilité des titulaires. Club de lecture, Tournée littéraire auteur à l école. Accentuer la conscience phonologique au préscolaire avec la forêt de l alphabet et le sentier de l alphabet Procédure commune d autocorrection Rencontres hebdomadaires des enseignants par cycle; Participation active de l orthopédagogue dans la confection d outils et la stimulation de réflexion pédagogique en lien avec les pratiques d enseignement Instauration du projet «Les 5 au quotidien» et de la «méthode Café» Implantation graduelle du RAI Orientation 2 Évoluer dans un milieu sain et sécuritaire en acceptant les différences et en respectant les autres. Orientation 3 Favoriser l engagement de l élève et de ses parents dans son cheminement scolaire. Orientation 4 Voir l école comme étant un milieu favorisant les talents des élèves en fonction de leurs capacités et selon leurs besoins diversifiés Améliorer l estime de soi des élèves. Favoriser les apprentissages liés à la gestion des émotions et les apprentissages des habiletés reliées aux relations interpersonnelles chez les élèves. Créer les conditions favorisant l implication des parents pour assurer la réussite de leur enfant Publiciser les évènements, les réalisations qui ont lieu à l école. Créer un environnement qui favorise l engagement de l élève dans ses réussites Développer la motivation et la persévérance scolaire Favoriser le développement du potentiel de chacun Questionnaire auprès du personnel et les élèves (université Laval) Revoir le système de discipline des élèves. Augmenter le nombre de certificats remis aux élèves de la 1re année à la 6e année. Mise sur pied du système du savoir-vivre (Politesse) Publiciser régulièrement les communications sur le site web de l école et par communiqués aux parents Faire participer les parents activement dans l élaboration des règles de l école (CÉtabl.) Publiciser annuellement les normes et modalités de l école. Signaler les bons coups des élèves sur le site web de l école; Préparer des activités favorisant la participation de tous. Participation des élèves et du personnel à l élaboration d un vidéo publicitaire Approche orientante (3e cycle); Aide aux devoirs; Exposition de projets ou de travaux; Présentation d ateliers AVSEC Mise sur pied d un comité pour promouvoir les activités sur la persévérance.

12 CONVENTION DE GESTION ET DE RÉUSSITE ÉDUCATIVE

13 C1 Le but de la convention de gestion et de réussite éducative Le but de la convention de gestion et de réussite éducative est de convenir entre la commission scolaire et les établissements des mesures requises pour assurer la mise en œuvre de la convention de partenariat convenue antérieurement avec le ministère de l Éducation, de l enseignement supérieur et de la recherche ainsi que la réalisation du projet éducatif de l école ou des orientations et objectifs des centres et du plan de réussite des établissements.

14 C2 Les références au cadre légal et réglementaire Selon l article de la Loi sur l instruction publique, la commission scolaire et la direction de chacun de ses établissements conviennent annuellement, dans le cadre d une convention de gestion et de réussite éducative, des mesures requises pour assurer l atteinte des buts fixés et des objectifs mesurables prévus à la convention de partenariat conclue entre la commission scolaire et la ministre. Un projet de la convention de gestion et de réussite éducative doit être soumis pour approbation au conseil d établissement après consultation du personnel de l établissement. La convention de gestion et de réussite éducative est établie en tenant compte du plan de réussite de l établissement et de sa situation particulière. Elle porte notamment sur les éléments suivants : - Les modalités de la contribution de l établissement; - Les ressources que la commission scolaire alloue spécifiquement à l établissement pour lui permettre d atteindre les buts fixés et les objectifs mesurables prévus; - Les mesures de soutien et d accompagnement mises à la disposition de l établissement; - Les mécanismes de suivi et de reddition de comptes mis en place par l établissement.

15 C3 L arrimage du projet éducatif de l école, du plan de réussite et des cinq buts ministériels Projet éducatif Buts ministériels Orientation 1 Favoriser le développement des différentes habiletés reliées à la maîtrise de la langue française. L augmentation de la diplomation et de la qualification avant l âge de 20 ans. Orientation 2 Évoluer dans un milieu sain et sécuritaire en acceptant les différences et en respectant les autres. Orientation 3 Favoriser l engagement de l élève et de ses parents dans son cheminement scolaire. L amélioration de la maîtrise de la langue française. L amélioration de la persévérance et de la réussite scolaires chez certains groupes cibles, les élèves HDAA. L amélioration de l environnement sain et sécuritaire dans les établissements. Orientation 4 Voir l école comme étant un milieu favorisant les talents des élèves en fonction de leurs capacités et selon leurs besoins diversifiés. L augmentation du nombre d élèves de moins de 20 ans en formation professionnelle. Au service de la réussite de chacun

16 ÉTABLISSEMENT MELS-CSD. C3 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels But ministériel 1 Arrimage au plan stratégique Objectif Objectif 1 L augmentation de la diplomation et de la qualification avant l âge de 20 ans. Augmenter le taux de diplomation et de qualification. Augmenter le taux de diplomation et de qualification au secondaire avant l âge de 20 ans. Orientation du projet éducatif : Créer un environnement qui favorise l engagement de l élève dans ses réussites Éléments contextuels de l établissement : Taux de réussite aux épreuves obligatoires de nos élèves en mathématique 3 e cycle dans la compétence 1 «Résoudre» Juin 2013 : 84,00 %, Juin 2014 : 86,00 %, Juin 2015 : Zones de performance Zones de vulnérabilité Objectif de l établissement Cible Indicateur Malgré tout, les élèves démontrent une curiosité intellectuelle et un intérêt grandissant à l exécution de situations complexes d apprentissage en mathématique. Toutefois, dès le 1 er cycle, l ensemble des élèves doit développer davantage leurs stratégies en résolution de problème. Pour certains profils d élèves, l apprentissage des concepts mathématiques par manipulation doit être développé. Maintenir le taux de réussite des élèves du 3 e cycle aux épreuves obligatoires MEESR dans la compétence résoudre % ou % ou + Taux de réussite des élèves aux épreuves obligatoires MEESR du 3 e cycle, pour la compétence résoudre. Moyens retenus Poursuivre les situations d entraînement pour les SAÉ, particulièrement aux 2 e et 3 e cycles. Appliquer une procédure commune en résolution de problèmes à tous les cycles. Arrimer les progressions des apprentissages inter-cycles en mathématique. Offrir de la récupération aux élèves en difficulté pour cette compétence.

17 ÉTABLISSEMENT MELS-CSD. C3 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels But ministériel 1 Arrimage au plan stratégique Objectif Objectif 2 L augmentation de la diplomation et de la qualification avant l âge de 20 ans. Augmenter le taux de diplomation et de qualification. Diminuer le taux d abandon scolaire en formation générale des jeunes. Orientation du projet éducatif : Favoriser l engagement de l élève et de ses parents dans son cheminement scolaire. Éléments contextuels de l établissement : Plusieurs parents croient que le fait de choisir les collèges privés pour leurs enfants les amèneront directement vers la réussite. Nous nous devons de changer cette mentalité en leur présentant les bienfaits de l école publique en offrant aux élèves des activités préparées pour ce but. Depuis quelques années, nous observons une diminution du nombre d élèves inscrits au privé. Zones de performance Il existe une multitude de concentrations que nous offrons dans nos écoles secondaires. Plusieurs familles sont tentées d inscrire les élèves dans des écoles privées car ils connaissent mal les programmes Zones de vulnérabilité offerts dans le secteur public. Plusieurs collèges offrent leurs services (4) dans la région. Maintenir le nombre d activités vécues en 5e et en 6e années pour mousser l école publique lors du passage primairesecondaire. Objectif de l établissement Cible Au moins 4 activités par année Indicateur Nombres d activités réalisées en au 3e cycle. Moyens retenus Développer des activités reliées au passage primaire-secondaire. Collaborer avec les écoles secondaires ou les intervenants scolaires (AVSEC, directions, et enseignants) en participant à des activités ou à des évènements. Rencontres annuelles des écoles secondaires pour la promotion de l école publique. Poursuivre les stratégies gagnantes proposées par le conseiller pédagogique à faire en classe avec les élèves. Avec la participation des enseignants, amener les élèves à développer des stratégies leur permettant d envisager le secondaire comme étant une continuité de l école primaire. (activités de casier et cadenas). Visites organisées dans les écoles secondaires. Etc.

18 ÉTABLISSEMENT MELS-CSD 3 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels But ministériel 2 Arrimage au plan stratégique Objectifs L amélioration de la maîtrise de la langue française. Initier et soutenir les pratiques qui permettent d augmenter les résultats scolaires dans l ensemble des disciplines. Augmenter le taux de réussite en français lecture des élèves à la fin du 3 e cycle du primaire. Augmenter le taux de réussite en français écriture des élèves à la fin du 3 e cycle du primaire. Orientation du projet éducatif : Favoriser le développement des différentes habiletés reliées à la maîtrise de la langue française. Éléments contextuels de l établissement : Lecture Écriture Juin 2013 : 92,00 % Juin 2014 : 68,00% Juin 2015 : juin 2013: 96,00% Juin 2014 : 82,00% Juin 2015 : Zones de performance Zones de vulnérabilité Zones de performance Zones de vulnérabilité Les élèves démontrent de belles connaissances en lecture (richesse du vocabulaire) La grande majorité des élèves sont capables d utiliser leurs stratégies, leurs connaissances et leurs techniques en situation de lecture. Les élèves plus faibles doivent s appuyer davantage sur le texte et sur leurs connaissances générales lorsqu ils sont invités à extraire des informations implicites, à réagir, à interpréter et à exercer un jugement critique. Les élèves font preuve de créativité et d imagination lors des situations d écriture; Les élèves sont performants dans 4 compétences sur 5 Ce ne sont pas tous les élèves qui utilisent la procédure d autocorrection qui leur est enseignée. L orthographe et l usage grammatical sont à travailler Objectif de l établissement Cible Indicateur Augmenter les taux de réussite de l école des élèves de fin de 3 e cycle en lecture et le taux de réussite en écriture Lecture : 80 % ou + Écriture : 85 % ou + Le taux de réussite de l école au 3 e cycle en lecture et en écriture en juin 2015 aux épreuves ministérielles. Moyens retenus Utiliser la pratique guidée avec modelage à l aide d anciens exemplaires d épreuves obligatoires du MEESR Inciter les élèves en difficulté à assister au projet d aide aux devoirs. Privilégier l enseignement stratégique et l enseignement explicite de la lecture et de l écriture. Garnir la bibliothèque de l école et les bibliothèques de classe de nouvelles collections de livres selon l intérêt des élèves. Poursuivre l appropriation de la progression des apprentissages en lecture et en écriture du programme de formation du MEESR Aménager le temps assigné pour permettre des rencontres régulières par niveau et par cycle. Varier les approches pédagogiques afin de maintenir l intérêt de l élève à lire et à écrire des textes. Offrir le soutien de l orthopédagogue professionnel. Se servir de méthodes efficaces, tels les 5 au quotidien et la méthode Café.

19 ÉTABLISSEMENT MELS-CSD C3 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels But ministériel 3 Arrimage au plan stratégique Objectifs L amélioration de la persévérance et de la réussite scolaire chez certains groupes cibles, particulièrement les élèves HDAA. Initier et soutenir les pratiques qui permettent d augmenter les résultats scolaires dans l ensemble des disciplines. Mettre en œuvre de nouveaux modes d organisation des services éducatifs, adaptés aux besoins spécifiques des élèves. Mettre en place, avec les établissements, des pratiques de transition harmonieuses pour les élèves du préscolaire au primaire, des classes spécialisées aux classes régulières, du primaire au secondaire et entre le secteur des jeunes et des adultes en formation générale et de la formation professionnelle. Augmenter le taux de qualification des élèves inscrits dans le parcours de formation axé sur l emploi au secondaire. Augmenter le taux de participation des écoles aux activités proposées dans le plan de la Stratégie régionale d amélioration de la persévérance scolaire en Outaouais. Orientation du projet éducatif : Voir l école comme étant un milieu favorisant les talents des élèves en fonction de leurs capacités et selon leurs besoins diversifiés. Éléments contextuels de l établissement : - 58 plans actifs (sans compter les élèves à risque) 17 au 1er cycle, 26 au 2e cycle et 15 au 3e cycle Zones de performance Zones de vulnérabilité L équipe école engagée dans la recherche de solutions pour aider les élèves en difficulté. (baisse du nombre de plans 66 en à 58 en ). Effectuer les suivis efficaces en lien avec les taux de réussite des élèves qui ont un plan d intervention. Objectif de l établissement Augmenter le taux de réussite des élèves qui ont un plan d intervention en apprentissage (français) Cible 75 % ou + Indicateur Taux de réussite des élèves qui ont un plan d intervention. Moyens retenus - Promouvoir et maintenir les mécanismes de dépistage précoce et d intervention rapide. - Maintenir les mesures d encadrement, d émulation, d accompagnement et de suivis adaptés pour les élèves à risque (centre d aide, projet de médiateurs, récupération, aide aux devoirs, ) - Implication des spécialistes selon les besoins lors de l élaboration et l actualisation des PI. - Implication du service de garde selon les besoins lors de l élaboration et l actualisation des PI. - Concertation de tous les acteurs concernés en lien avec la mise en œuvre de mesures de soutien en fonction de la situation de chaque élève HDAA. - Soutenir les actions d accompagnement pour les élèves ayant un parcours différencié en distribuant les ressources (mesures du MEESR $$$) équitablement dans l école. - Favoriser les projets novateurs pour la clientèle HDAA présentés lors des rencontres du comité EHDAA. - Poursuivre les projets qui fonctionnent bien et qui donnent des résultats positifs. - Implantation graduel du modèle RAI (Réponse à l intervention)

20 ÉTABLISSEMENT MELS-CSD C3 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels But ministériel 4 Arrimage au plan stratégique Objectifs L amélioration de l environnement sain et sécuritaire dans les établissements. Soutenir les écoles dans les améliorations à mettre en place pour s assurer d un environnement sain et sécuritaire. Réduire le nombre d actes de violence et d intimidation retenus dans chaque établissement et signalés à la Direction générale. Que chaque établissement ait élaboré et mis en œuvre un plan d action pour promouvoir les saines habitudes de vie et un mode de vie physiquement actif. Orientation du projet éducatif : Évoluer dans un milieu sain et sécuritaire en acceptant les différences et en respectant les autres. Éléments contextuels de l établissement : Restructuration du modèle d intervention disciplinaire à l école (Plan de lutte) Se baser sur les données amassées durant l année pour déterminer la cible pour De manière générale, un bel esprit de camaraderie règne entre les élèves à l école. Zones de performance De manière générale, ceux-ci démontrent une belle ouverture sur les différences de leurs pairs. Milieu sain et sécuritaire (sentiment d appartenance) Les élèves manquent de stratégies pour régler de manière plus autonome leurs conflits relationnels lors des Zones de vulnérabilité périodes de jeux (récréations, arrivées du matin et à l heure du midi). Objectif de l établissement Diminuer de 20 % le nombre de signalements d incidents à caractère violent et intimidant Cible Indicateur Passant de 200 à 180 billets rouges (billets d infraction) Le nombre de signalements faits à chaque trimestre à la direction générale. Moyens retenus Un sondage a été fait auprès du personnel, des parents et des élèves du 2 e et du 3 e cycle. Nous attendons les résultats. Nous appliquerons des modifications à notre modèle d interventions disciplinaires après l étude des résultats. Analyser et répertorier le type d incidents lors des périodes non-structurées. Définir les zones de surveillance, établir un horaire pour les espaces de jeux et définir une zone de résolution de conflit dans la cour. Privilégier le pairage de plus vieux avec des plus jeunes lors des sorties et entrées. Garnir les classes de matériel sportif. Offrir à tout le personnel enseignant, de soutien, y compris le personnel du service de garde, de l accompagnement par le centre d aide. Équiper toutes les classes et le service de garde de matériel en lien avec le développement de comportements pacifiques. Bonifier l offre d ateliers sur la résolution de conflits par le service du centre d aide. Établir un partenariat avec Québec en forme via la table de communautaire CVQ du vieux GATINEAU. Mettre en place un système de prêts de matériel. Mettre en place une animation de récréation «Ma cour un monde de plaisir». Mettre en place le plan de lutte pour contrer l intimidation à l école et réaliser un sociogramme deux fois au cours de l année.

21 ÉTABLISSEMENT MELS-CSD. C3 Le contexte et l engagement au regard des cinq buts ministériels But ministériel 5 Arrimage au plan stratégique Objectif L augmentation du nombre d élèves de moins de 20 ans en formation professionnelle. Promouvoir la formation professionnelle auprès de l ensemble des élèves et des intervenants scolaires. Augmenter le nombre d élèves de moins de 20 ans inscrits en formation professionnelle en situation de continuité avec la formation générale des jeunes. Orientation du projet éducatif : Voir l école comme étant un milieu favorisant les talents des élèves en fonction de leurs capacités et selon leurs besoins diversifiés. Éléments contextuels de l établissement : Divers ateliers sont offerts par l animatrice du service AVSEC à tous les élèves du 3e cycle en lien avec l approche orientante. La création du comité «Approche orientante» à l école offre, à tous les élèves, l animation d un thème de l année en lien avec la persévérance scolaire, la connaissance de soi et l orientation scolaire et professionnelle. Finalement, les enseignants du 3e cycle profitent de l accompagnement d une CISEP afin de les soutenir dans l organisation de visites de centres de formation professionnelle. Nous comptons également sur la participation des parents pour présenter leur métier dans les classes de 2e et 3e cycles. Les élèves du 3 Zones de performance e cycle répondent bien aux différentes activités proposées afin de se découvrir (passation de tests de profil professionnel, offre d activités variées susceptibles de favoriser l éclosion de talents particuliers chez nos élèves). Zones de vulnérabilité Les élèves sont peu exposés à la formation professionnelle comme choix de carrière. Objectif de l établissement Faire connaître davantage la formation professionnelle aux élèves du 3 e cycle Cible Continuer d offrir un minimum de 2 activités reliées à la formation professionnelle pour les élèves du 3 e cycle Indicateur Offrir un minimum de 2 activités aux élèves du 3 e cycle afin de les sensibiliser à formation professionnelle. Moyens retenus Offrir différents ateliers aux élèves par le biais du service AVSEC (trouver la source en soi, structurer son identité et connaissance de soi) dès le préscolaire. Valoriser la semaine de la persévérance scolaire et en faire un tremplin pour susciter l intérêt des élèves aux différents programmes offerts en formation professionnelle. Création du comité sur la persévérance scolaire. Accompagner le personnel enseignant via le service de la CISEP pour l élaboration d activités en lien avec l approche orientante en classe. Visiter les différents centres de formation professionnelle de la commission scolaire et autres commissions scolaires de la région. Informer les élèves des différents parcours scolaires et valoriser les parcours de la formation professionnelle. Amener les élèves à découvrir leur profil vocationnel afin de voir toutes les avenues possibles pour eux. Intégrer le thème des métiers dans les différentes disciplines scolaires au 3 e cycle afin que chacun puisse trouver un sens à ses études.

22 C4 Les mécanismes de suivi et de reddition de comptes La commission scolaire met en œuvre un processus de suivi soutenu auprès de ses directions d établissement afin de vérifier la progression des cibles identifiées pour chacun des buts ministériels préalablement définis. Pour ce faire, elle entend mettre en œuvre le cycle de régulation suivant : - Collecter des données sur les résultats obtenus; - Comparer ces résultats à ceux recherchés; - Analyser les pratiques associées aux résultats; - Identifier les pratiques gagnantes ou déterminer les correctifs requis; - Mettre en application les correctifs retenus; - Superviser les directions d établissement dans la mise en œuvre de leur convention de gestion et de réussite éducative. De plus, elle fait état auprès de la population, dans son rapport annuel et lors d une assemblée publique, des résultats obtenus face aux objectifs et aux cibles préétablis.

23 C5 Les engagements des parties Considérant que la convention de partenariat vise à accroître la persévérance scolaire et la réussite des élèves; Considérant que l école Carle contribue à la mise en œuvre de la convention de partenariat entre la ministre de l Éducation, de l enseignement supérieur et de la recherche et la Commission scolaire des Draveurs; Considérant que, pour réaliser ses engagements de la convention de gestion et de réussite, l école Carle dispose des ressources prévues à la politique Répartition des ressources financières aux unités administratives et aux comités incluant les mesures de soutien et d accompagnement; Considérant que l école contribuera, s il y a lieu, à des travaux qui seront mis en place par la commission scolaire afin de définir de nouveaux indicateurs. Les parties conviennent des engagements suivants. La Commission scolaire des Draveurs s engage à : - Soutenir l école Carle dans la mise en œuvre et le suivi de sa convention de gestion et de réussite et dans le processus de reddition de comptes; - Fournir, au fur et à mesure de leurs disponibilités, des données statistiques, de l information ou des analyses pertinentes permettant de soutenir la mise en œuvre de la convention de gestion et de réussite. L école Carle s engage à : - Mettre en œuvre la convention de gestion et de réussite; - Assurer un processus de reddition de comptes.

24 C6 La durée de la convention La convention de gestion et de réussite s échelonnera sur l année scolaire Une révision sera faite après le dépôt du rapport de reddition de comptes.

25 C7 Les signataires de la convention La présente entente entre en vigueur à la date de la signature par les parties pour une durée d une année scolaire, c est-àdire jusqu au 30 juin En foi de quoi, ont signé, à Gatineau, le POUR LA COMMISSION SCOLAIRE La directrice générale adjointe de la Commission scolaire des Draveurs, Madame Julie Laberge POUR L ÉCOLE Carle Le directeur, Monsieur René Rondeau C:\Users\Andreegendron\Desktop\Convention Carle Avec Résolution.Doc

22 2011 (CC-20111-110)

22 2011 (CC-20111-110) Politiquee linguistique Adoptée : En vigueur : Amendement : 22 mars 2011 (CC-2011-110) 22 mars 2011 Table des matières 1. PRÉAMBULE... 1 2. CHAMP D APPLICATION... 1 3. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Plan Réussir Pour la réussite et la persévérance scolaires

Plan Réussir Pour la réussite et la persévérance scolaires Plan Réussir Pour la réussite et la persévérance scolaires Table des matières 1. Introduction...1 2. Mise en contexte...2 3. Élaboration du plan Réussir...3 3.1 Plan stratégique...3 3.2 Parc immobilier...3

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle

Programme Transit. Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Programme Transit Visant à soutenir les apprentissages à la vie autonome des personnes adultes présentant une déficience intellectuelle Développé par l Association des personnes handicapées de la rive-sud

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

Le Complément. Le nouveau journal des complémentaires. Dossiers. Novembre 2011. Année scolaire 2011-2012. Pour un développement global des jeunes

Le Complément. Le nouveau journal des complémentaires. Dossiers. Novembre 2011. Année scolaire 2011-2012. Pour un développement global des jeunes Le Complément Pour un développement global des jeunes Novembre 2011 Dossiers La collaboration école famille- communauté La santé et le bien- être L éducation à la sexualité L approche orientante L interculturalisme,

Plus en détail

Présentation du projet éducatif

Présentation du projet éducatif Présentation du projet éducatif Mot du président du conseil d établissement - M. Steve Labranche Le conseil d'établissement tient à remercier toutes les personnes qui ont contribué à la conception, à l'analyse

Plus en détail

École Le Petit Prince

École Le Petit Prince École Le Petit Prince 44, rue de Juan-les-Pins, Gatineau (Québec) J8T 6H2 CONSEIL D ÉTABLISSEMENT Procès verbal Mercredi 9 octobre 2013, à 19 h Sont présents : André Côté Parent Katya Coulombe Parent Martine

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Message du président

Message du président Vol. 23 numéro 8 8 avril 2008 Message du président Intégration des élèves et plan d action de la Ministre Courchesne La Presse présentait au cours des derniers jours, des articles sur les difficultés reliées

Plus en détail

4.12 Normes et modalités des services de garde

4.12 Normes et modalités des services de garde 4.12 Normes et modalités des services de garde (Résolution : C.C.2014-030) Page 1 sur 22 TABLE DES MATIÈRES 1. NATURE ET OBJECTIFS DES SERVICES DE GARDE 3 2. INSCRIPTION ET PRÉINSCRIPTION 3 2.1 Journée

Plus en détail

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212)

3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) 3 SOUTIEN À L ÉDUCATION INTERCULTURELLE (allocation supplémentaire 30212) Le Ministère apporte un soutien financier aux commissions scolaires pour favoriser le développement de l éducation interculturelle.

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Avril 2009. École secondaire de la Rivière-des-Français. Muskies Supers Partenaires (MSP)

RAPPORT FINAL. Avril 2009. École secondaire de la Rivière-des-Français. Muskies Supers Partenaires (MSP) La corporation des services en éducation de l Ontario Projet de prévention de l intimidation et de la violence RAPPORT FINAL Avril 2009 École secondaire de la Rivière-des-Français Muskies Supers Partenaires

Plus en détail

Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES

Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES Proposition d un MODÈLE D ORGANISATION DE SERVICES JUIN 2007 Nous tenons à remercier Madame Suzanne Nicolas, consultante en santé primaire et gestion, pour la consultation qu elle a effectué et le rapport

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

CONTENU DU CAHIER DE GESTION

CONTENU DU CAHIER DE GESTION COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP CONTENU DU CAHIER DE GESTION SECTION I CONSEIL DES COMMISSAIRES Règlement fixant le jour, l heure et le lieu des séances ordinaires du conseil des commissaires

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES ADE08-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Collectes de fonds

RECUEIL DES POLITIQUES ADE08-DA ADMINISTRATION DES ÉCOLES Collectes de fonds RÉSOLUTION 87-07 C.E. Date d adoption : 20 mars 2007 16 avril 2014 En vigueur : 21 mars 2007 16 avril 2014 À réviser avant : OBJECTIF 1. Préciser les modalités rattachées à la sollicitation et à la collecte

Plus en détail

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES

POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES POLITIQUE D OCTROI DES DONS ET COMMANDITES Groupe Affaires corporatives et secrétariat général 19 avril 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. CADRE GÉNÉRAL...3 1.1 Politique NOTRE RÔLE SOCIAL...3 1.2 Imputabilité...3

Plus en détail

Code de vie St-Norbert

Code de vie St-Norbert Code de vie St-Norbert 1. Tenue vestimentaire Je suis propre et je porte des vêtements et accessoires convenables, de bon goût et décents. Pour les journées chaudes, je porte un chandail à manches courtes

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Les moyens mis en place par le SDG pour répondre aux grandes orientations du projet éducatif de l école

Les moyens mis en place par le SDG pour répondre aux grandes orientations du projet éducatif de l école Autonomie d utilisation des outils face à leurs apprentissages. Projets à long terme: couture, papier mâché, cinéma, robotique. à FAVORISER LA RÉUSSITE chez l ensemble des élèves en respectant leurs différences.

Plus en détail

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017

Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale. Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Unis contre la violence conjugale et intrafamiliale Plan d action stratégique en matière de violence conjugale et intrafamiliale 2013-2017 Mise en contexte Au SPVM Environ 18 000 appels de service au 911

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE POLITIQUE POLITIQUE RELATIVE AUX CRITÈRES RÉGISSANT L ADMISSION ET L INSCRIPTION DES ÉLÈVES PRÉSCOLAIRE, PRIMAIRE ET SECONDAIRE Responsabilité Direction générale adjointe aux affaires administratives Direction

Plus en détail

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort

TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort TEMPS D ACTIVITÉ PÉRISCOLAIRE (TAP) RÈGLEMENT INTÉRIEUR Commune de Mallemort Année 2014-2015 Contact Service Éducation : 04 90 59 11 05 A. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 - Objet du règlement A compter

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

PROSPECTUS INTERNATIONAL. International FRANÇAIS LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA

PROSPECTUS INTERNATIONAL. International FRANÇAIS LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA FRANÇAIS PROSPECTUS INTERNATIONAL LETHBRIDGE, ALBERTA, CANADA International LETHBRIDGE COLLEGE Lethbridge College, le plus important collège communautaire subventionné par l État, est ouvert depuis 1957.

Plus en détail

@ Présence de madame Diane Charbonneau Adoptée à l unanimité

@ Présence de madame Diane Charbonneau Adoptée à l unanimité PAGE 51 Procès-verbal de la 10 e séance ordinaire du comité exécutif de la Commission scolaire des Draveurs, tenue au centre administratif, situé au 225, rue Notre-Dame à Gatineau, le lundi à compter de,

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire

PRÉSENTATION DU PROGRAMME. Le cœur à l école. PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire PRÉSENTATION DU PROGRAMME Le cœur à l école PROGRAMME DE PRÉVENTION DE L ÉCHEC SCOLAIRE ET SOCIAL Volets préscolaire et 1 er cycle du primaire Le programme Le coeur à l école s adresse aux parents d enfants

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

STAGE : TECHNICIEN EN BUREAUTIQUE

STAGE : TECHNICIEN EN BUREAUTIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION STAGE

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES ET DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES INTERVENANTS DANS LES ECOLES, COLLEGES, LYCEES Août 2013 PREAMBULE L École est un lieu d

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

Référence : F-600-2. Références : Autres :

Référence : F-600-2. Références : Autres : Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique 180 10200 Shellbridge Way Richmond (Colombie-Britannique) V6X 2W7 Téléphone (604) 214 2600 Télécopieur (604) 214 9881 Ligne gratuite 1 (888) 715

Plus en détail

Infographie. Objectifs du programme : Conditions d'admission :

Infographie. Objectifs du programme : Conditions d'admission : Infographie Secteur de formation : Communications et documentation Sanction des études : DEP Numéro du programme : 5344 Nombre d'unités : 120 unités Durée de la formation : 1 800 heures Objectifs du programme

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution #

GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE. Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # PROCÉDURE GESTION DU DOSSIER SCOLAIRE DE L ÉLÈVE # 40-02 Adoption le Amendement le Mise en vigueur le 6 mai 2004 Résolution # Autorisation Susan Tremblay Directrice générale Page 1 de 10 1. Préambule Le

Plus en détail

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences

L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences L école maternelle et le socle commun de connaissances et de compétences Animation pédagogique Mise en œuvre du LPC 87 Un principe majeur! L école maternelle n est pas un palier du socle commun de connaissances

Plus en détail

Abteilung für schulische Evaluation

Abteilung für schulische Evaluation Questionnaire pour les parents type d enseignement de votre enfant/vos enfants: (si vous avez plusieurs enfants dans cette école, remplissez svp pour l enfant aîné) école fondamentale: école maternelle

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE Impasse Manificat ECOLE MATERNELLE ET ELEMENTAIRE ALICE SALANON ECOLE PRIMAIRE SAINTE ANNE

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE Impasse Manificat ECOLE MATERNELLE ET ELEMENTAIRE ALICE SALANON ECOLE PRIMAIRE SAINTE ANNE REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE Impasse Manificat ECOLE MATERNELLE ET ELEMENTAIRE ALICE SALANON ECOLE PRIMAIRE SAINTE ANNE Approuvé par délibération du Conseil Municipal du 29 juin 2015 Chaque

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

7h00 à 18h00 7.00$ Pour tous. Maximum de 5 heures de garde 7.00$

7h00 à 18h00 7.00$ Pour tous. Maximum de 5 heures de garde 7.00$ Régie interne Chers parents, Le personnel du service de garde de l école Notre-Dame d Etchemin est heureux d accueillir votre enfant. Notre service s inscrit dans la continuité des services pédagogiques

Plus en détail

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires

Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Questionnaire sur les nouveaux rythmes scolaires Un questionnaire a été remis aux familles courant décembre avec le double objectif de relayer le ressenti des parents sur les nouveaux rythmes scolaires

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

Plan d enseignement individualisé

Plan d enseignement individualisé Ministère de l Éducation Plan d enseignement individualisé Normes pour l élaboration, la planification des programmes et la mise en œuvre 2000 TABLE DES MATIÈRES Introduction.............................................

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

RESPONSABLE RELATIONS PUBLIQUES

RESPONSABLE RELATIONS PUBLIQUES RESPONSABLE RELATIONS PUBLIQUES DÈS JANVIER 2015 POUR 6 MOIS MINIMUM Opérant depuis les années 2000, la mission du Groupe Esprit de corps Inc. est : «Contribuer à rendre les équipes et individus plus performants

Plus en détail

Conseil de la. MRC de. du FIER au de la MRC. taxes. Autorisation de. la MRC à

Conseil de la. MRC de. du FIER au de la MRC. taxes. Autorisation de. la MRC à Conseil de la MRC de La Vallée-de-la-Gatineau Séance ordinaire du 19 mai 2015 Administration général le Retour sur un investissement Affectation d une somme FIER au Fonds Hydro-Québec de 80 000 $ reçue

Plus en détail

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015

LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser, éduquer,

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

COUP DE POUCE POUR L ENVIRONNEMENT

COUP DE POUCE POUR L ENVIRONNEMENT Chers parents, Plus vite, plus haut, plus fort! L année 2014-2015 réserve assurément de beaux défis aux élèves, aux parents et à l ensemble du personnel de l école. Notre première mission sera de développer

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

Politique de sécurité de l information

Politique de sécurité de l information 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de sécurité de l information Émise par la Direction, Gestion des

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Ensemble vers de saines habitudes de vie!

Ensemble vers de saines habitudes de vie! Ensemble vers de saines habitudes de vie! Du plan d action gouvernemental «Investir«pour l avenir» et du Fonds pour la promotion des saines habitudes de vie aux balises de déploiement du soutien de Québec

Plus en détail

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés

Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir les élèves et les établissements défavorisés Equity and Quality in Education. Supporting Disadvantaged Students and Schools Summary in French Accédez au texte intégral: 10.1787/9789264130852-en Equité et qualité dans l'éducation. Comment soutenir

Plus en détail

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE

GUIDE DE SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE Direction générale adjointe Planification, qualité et mission universitaire Coordination de l enseignement et de la recherche 1250, rue Sanguinet, Montréal, QC H2X 3E7 Tél. : (514) 527-9565 / Téléc. :

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS

RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS RÈGLEMENT NUMÉRO 10 SUR LES CONDITIONS D ADMISSION AUX PROGRAMMES ET D INSCRIPTION AUX COURS Adopté par le conseil d'administration lors de sa 224 e assemblée, le 11 décembre 2001 (résolution n o 1857)

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes

Attentes et transitions vers les études postsecondaires : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes : sondage auprès des élèves de 12 e année des Maritimes Introduction Collaboration CESPM N.-B. N.-É. Î.-P.-É. Description du projet Dans le cadre de son programme de sondages auprès des diplômés, la Commission

Plus en détail

Charte de vacation. ENTRE LES SOUSSIGNES: D une part : L Ecole Supérieure de Technologie de Meknès, représentée par Monsieur le Directeur.

Charte de vacation. ENTRE LES SOUSSIGNES: D une part : L Ecole Supérieure de Technologie de Meknès, représentée par Monsieur le Directeur. Charte de vacation ENTRE LES SOUSSIGNES: D une part : L Ecole Supérieure de Technologie de Meknès, représentée par Monsieur le Directeur... Et D autre part «L ENSEIGNANT Vacataire» - Monsieur (Madame):

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI)

BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS DU VALAIS ROMAND (CPI) Département de l'éducation, de la culture et du sport Service de l enseignement Inspectorat de la scolarité obligatoire BILAN DE L EDUCATION PHYSIQUE A L ECOLE PRIMAIRE RAPPORT DE LA COMMISSION DES INSPECTEURS

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE

POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE POLITIQUE RELATIVE À L EMPLOI ET À LA QUALITÉ DE LA LANGUE FRANÇAISE (Adoptée par le Conseil d administration lors de son assemblée régulière du 2 juin 2004) 1. PRINCIPE DIRECTEUR LE COLLÈGE, UN MILIEU

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE

Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Bilan de l an 1 de SOMMAIRE RAPPORT DU COMITÉ AVISEUR DE SOLIDARITÉ JEUNESSE Le Sommaire constitue un abrégé du document intitulé Bilan de l an I de Solidarité jeunesse : Rapport du Comité aviseur de Solidarité

Plus en détail

Ce que les parents devraient savoir

Ce que les parents devraient savoir Renvoi : Ce que les parents devraient savoir Un climat positif à l école et un milieu d apprentissage et d enseignement sécuritaire sont indispensables à la réussite scolaire des élèves. Un climat positif

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DU SERVICE DE GARDE ÉCOLE NOTRE-DAME-DE-L ASSOMPTION ANNÉE 2012-2013

RÉGLEMENTATION DU SERVICE DE GARDE ÉCOLE NOTRE-DAME-DE-L ASSOMPTION ANNÉE 2012-2013 RÉGLEMENTATION DU SERVICE DE GARDE ÉCOLE NOTRE-DAME-DE-L ASSOMPTION ANNÉE 2012-2013 NOM DE LA DIRECTION : Manon Gélinas TÉLÉPHONE DE L ÉCOLE : 514 596-5046 TÉLÉCOPIEUR DE L ÉCOLE : 514 596-7756 TECHNICIENNE

Plus en détail

ENTRE-NOUS Janvier 2015 École des Sept-sommets Rossland, C.-B.

ENTRE-NOUS Janvier 2015 École des Sept-sommets Rossland, C.-B. ENTRE-NOUS Janvier 2015 École des Sept-sommets Rossland, C.-B. Dates importantes 13 janvier: Réunion de l APÉ (19h, bibliothèque de l école) 14, 21, 28 janvier: Dîners chauds 14, 28 janvier: Bouts de choux

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si :

COLLECTE DE FONDS. 3.1. Les écoles élémentaires et secondaires peuvent entreprendre des activités de collecte de fonds si : DOMAINE : ADMINISTRATION En vigueur le : 25 janvier 2005 (SP-05-15) POLITIQUE : Révisée le : 22 juin 2015 (CF-DA) L usage du masculin a pour but d alléger le texte. 1. ÉNONCÉ COLLECTE DE FONDS Le Conseil

Plus en détail

Résultats du Sondage sur le recrutement et la rétention des officiels

Résultats du Sondage sur le recrutement et la rétention des officiels Résultats du Sondage sur le recrutement et la rétention des officiels Nombre total de réponses : 811 Nombre de réponses complètes : 543 Section 1 : Questions générales (n 1 n 2) 1. Quelle section représentez-vous?

Plus en détail

Ministère des sports. Le ministre des sports

Ministère des sports. Le ministre des sports Ministère des sports Direction des sports Mission sport et développement durable Personnes chargées du dossier : Arnaud JEAN Tél. : 01 40 45 96 74 Mel: arnaud.jean@jeunesse-sports.gouv.fr Fabienne COBLENCE

Plus en détail

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine.

Les plans de menus sont fournis par le prestataire de service à la semaine et sont affichés à l entrée de la cantine. RESTAURANT SCOLAIRE D HABERE LULLIN REGLEMENT INTERIEUR Article préliminaire La cantine scolaire n a pas de caractère obligatoire et a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions possibles d hygiène

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence 2011-2012 Comport-action Nom 1 2 3 4 Court retrait en classe 5 Récréation guidée 6 Billet d information 7 Retrait en classe ou interclasse 0-1-2-3 Aucune conséquence Il peut être intéressant de renforcir

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail