Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016"

Transcription

1 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire [1], coordonnée par l'institut de veille sanitaire, et sur la surveillance virologique, réalisée par le CNR du VIH, au CHU de Tours. Les données, corrigées pour les délais de déclaration, la sous-déclaration et les données manquantes, sont mises à jour et diffusées annuellement. Les modalités de recueil et de correction des données ont été décrites précédemment [2]. Le bilan ci-dessous est issu de l ensemble des déclarations parvenues à l'invs au 31/12/2014. Près de personnes (IC95% : [ ]) ont découvert leur séropositivité VIH en 2014 (fig.1), dont 30% ont été diagnostiquées en ville et 70% à l'hôpital. Le nombre de découvertes est stable depuis Figure 1 Nombre estimé de découvertes de séropositivité VIH par année de diagnostic (Données au 31/12/2014 corrigées pour les délais de déclaration et la sous-déclaration) I Caractéristiques sociodémographiques Parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2014, 31% étaient des femmes, proportion qui, après avoir diminué de 2003 (43%) à 2012, s'est stabilisée depuis. L'âge médian au diagnostic était de 38 ans (36 ans chez les femmes et 39 ans chez les hommes). La proportion de jeunes de moins de 25 ans était de 11% (proportion stable depuis 2003) et celle des seniors de 50 ans et plus, de 20%, en augmentation progressive depuis 2003 (13%). Le nombre de personnes déclarées comme transgenres était de 32 sur la période (données non corrigées 1 ), dont 30 dans le sens homme vers femme. Ils étaient âgés de 17 à 61 ans (médiane de 35 ans) et nés pour la majorité d entre eux en Amérique du sud, notamment au Brésil (33%) et au Pérou (27%). 1 Les calculs de correction sont impossibles à mettre en œuvre sur des effectifs très faibles. Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 1

2 La majorité (52%) des personnes ayant découvert leur séropositivité en 2014 étaient nées en France, un tiers (32%) en Afrique subsaharienne, 7% sur le continent américain ou en Haïti, 4% dans un pays européen en dehors de la France, et 5% dans une autre région du monde. Cette répartition est inchangée depuis 2012, après avoir évolué entre 2003 et 2012, période qui avait vu augmenter la part des personnes nées en France (de 42% à 54%) et diminuer celle des personnes nées en Afrique subsaharienne (de 43% à 31%). La part des personnes nées en Europe, qui avait doublé entre 2003 (2%) et 2010 (4%), est stable depuis. Un quart (26%) des personnes ayant découvert leur séropositivité en 2014 étaient sans profession, un quart (25%) étaient employés, 17% ouvriers, 12% exerçaient une profession intermédiaire, 10% une profession intellectuelle supérieure, 8% étaient commerçants ou chefs d'entreprise, et moins de 1% agriculteurs. Cette répartition est stable depuis II Mode de contamination probable Les rapports hétérosexuels restent le mode de contamination prépondérant des personnes diagnostiquées en 2014 (56%). Les contaminations par rapports sexuels entre hommes représentent 42% des découvertes en 2014 et l'usage de drogues injectables, 1% (fig.2). Une stabilité des découvertes de séropositivité VIH est observée dans tous les groupes sur les dernières années, sauf chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), pour lesquels le nombre augmente de façon significative entre 2011 et Figure 2 Nombre de découvertes de séropositivité VIH par mode de contamination, sexe, lieu de naissance et année de diagnostic (Données au 31/12/2014 corrigées pour les délais de déclaration, la sous-déclaration et les valeurs manquantes) Les personnes contaminées par rapports hétérosexuels (environ 3700 diagnostics en 2014, IC95% [ ]) étaient nées majoritairement en Afrique subsaharienne (54%), en France pour 30% d entre elles, plus rarement sur le continent américain ou en Haïti (8%), dans un pays européen hors France (3%) ou dans une autre région du monde (5%). Les pays les plus représentés en dehors de la France étaient la Côte d'ivoire (11%) et le Cameroun (10%). Les personnes contaminées par rapports hétérosexuels et nées à l'étranger (près de 2600 diagnostics en 2014, IC95% [ ]) étaient en majorité des femmes (58%). Les femmes étaient plus jeunes que les hommes (respectivement 34 et 40 ans d âge médian). Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 2

3 Le profil des personnes contaminées par rapports hétérosexuels et nées en France (environ 1100 diagnostics, IC95% [ ]) était différent, avec une majorité d'hommes (57%), et peu de différence d'âge entre les hommes et les femmes (respectivement 45 et 44 ans d âge médian). Les hommes contaminés par rapports sexuels entre hommes (près de 2800 diagnostics en 2014, IC95% [ ]) étaient pour la plupart nés en France (82%), 5% étaient nés sur le continent américain, 4% en Europe hors France, 4% en Afrique subsaharienne, et 5% dans une autre région du monde. Leur âge médian était de 35 ans (36 pour ceux nés en France, 32 pour ceux nés dans un autre pays). La part des jeunes de moins de 25 ans, après avoir quasiment doublé de 2003 (8%) à 2012 (15%), s'est stabilisée depuis (13% en 2014). La part des 50 ans et plus atteint 15% en Les personnes contaminées par usage de drogues injectables (UDI) (environ 75 diagnostics en 2014, IC95% [46-103]) étaient majoritairement des hommes (85%). En 2014, 63% des UDI étaient nés en France, alors que de 2010 à 2013, la majorité d'entre eux étaient nés à l'étranger. Leur âge médian était de 41 ans en III Circonstances de réalisation de la sérologie VIH positive Les motifs de dépistage les plus fréquents en 2014 étaient la présence de signes cliniques liés au VIH (27%), la réalisation d'un bilan systématique, prénatal ou autre (21%), un dépistage orienté par une notion d'exposition ancienne ou à l'occasion d'une consultation pour une autre pathologie (19%) et un dépistage suite à une exposition récente au VIH (18%). La part des dépistages orientés continue à augmenter : 19% en 2014, alors qu ils ne représentaient que 2% des diagnostics en Lorsque la découverte de séropositivité a été réalisée à l'occasion de signes cliniques, les CD4 au diagnostic étaient plus bas (médiane 200 CD4/mm 3 ) que lorsque le motif était une exposition récente au VIH (469/mm 3 ). Pour les autres motifs, la médiane des CD4 était intermédiaire entre ces deux extrêmes (autour de 400/mm 3 ). La sérologie VIH était réalisée plus souvent à l initiative du médecin (78% des diagnostics en 2014) qu à la demande du patient (22%). La demande du patient était plus fréquente chez les HSH (30%) que chez les hétérosexuels (18%), et que chez les UDI (0% en 2014). IV Caractère précoce ou tardif du diagnostic La précocité du diagnostic peut être appréhendée par différents indicateurs : le stade clinique ou le statut immunologique au moment de la découverte de la séropositivité, la combinaison des deux, et enfin le test d infection récente. Stade clinique Parmi les personnes ayant découvert leur séropositivité en 2014, 11% étaient au stade de primoinfection symptomatique, 67% à un stade asymptomatique, 12% à un stade symptomatique non sida, et 11% au stade sida. La part des découvertes au stade asymptomatique a augmenté depuis 2003 (elle était alors de 59%) et celle des découvertes au stade sida a diminué (20% en 2003). Statut immunologique et charge virale La médiane du nombre de lymphocytes CD4/mm 3 au moment du diagnostic d'infection à VIH était de 368 en Un quart des personnes avaient moins de 200 CD4/mm 3, 20% entre 200 et 349, 22% entre 350 et 499, et 33% avaient au moins 500 CD4/mm 3. Entre 2011 et 2013, la part des diagnostics à moins de 200 CD4 a diminué, et la part des diagnostics à 500 CD4 et plus a augmenté. Lorsque la charge virale était renseignée (53% des cas en 2014), elle était supérieure ou égale à copies/ml dans 36% des cas (données non corrigées 2 ). La charge virale médiane au diagnostic a globalement diminué entre 2012 (66 600) et 2014 (47 440). Cette diminution est observée chez les HSH, mais pas chez les hétérosexuels. 2 Les calculs de correction n'ont pas encore été mis en œuvre pour les variables recueillies depuis 2012, car le recul n'est pas suffisant pour les effectuer. Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 3

4 Combinaison des données cliniques et immunologiques En combinant le stade clinique et le statut immunologique, un diagnostic a été défini comme précoce s'il a été posé au stade de primo-infection ou avec des CD4 supérieurs ou égaux à 500/mm 3 en l absence de pathologie sida. Un diagnostic au stade sida ou avec des CD4 inférieurs à 350/mm 3, en dehors d une primo-infection, a été considéré comme tardif. Parmi ces découvertes tardives, le diagnostic a été défini comme réalisé à un stade avancé de l'infection à VIH, si les CD4 étaient inférieurs à 200/mm 3. Parmi les découvertes de séropositivité en 2014, 39% étaient précoces et 43% tardives. Un quart des diagnostics (26%) étaient réalisés à un stade avancé de l'infection. Le diagnostic précoce était plus fréquent chez les personnes diagnostiquées en ville (46% versus 35% à l'hôpital), chez les moins de 25 ans (47%), et chez les HSH (49%). Le diagnostic à un stade avancé de l'infection concernait plus particulièrement les personnes de 50 ans et plus (37%) et les hommes hétérosexuels, qu ils soient nés en France (32%) ou à l étranger (39%). La part des diagnostics précoces, qui avait augmenté entre 2011 et 2013, s est globalement stabilisée en 2014 (fig.3) mais continue d augmenter chez les hommes hétérosexuels (23% en 2011 et 29% en 2014), qu ils soient nés en France ou à l'étranger. La part des diagnostics à un stade avancé de l'infection, qui avait diminué entre 2011 et 2013, se stabilise également en 2014 (fig.3), sauf chez les hommes hétérosexuels (nés en France ou à l'étranger) chez lesquels cette proportion continue à diminuer (de 42% en 2011 à 37% en 2014). Figure 3 Evolution de la répartition des découvertes de séropositivité VIH selon le caractère précoce ou avancé du diagnostic et le mode de contamination (Données au 31/12/2014 corrigées pour les délais de déclaration, la sous-déclaration et les valeurs manquantes) Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 4

5 Test d'infection récente Le test d infection récente permet de calculer chez les adultes la part de ceux diagnostiqués en moyenne moins de 6 mois après leur contamination. Un quart des personnes ayant découvert leur séropositivité en 2014 avaient été contaminés récemment. Cette proportion diminue avec l âge, elle était de 34% chez les ans, de 26% chez les ans et de 23% chez les 50 ans et plus. Elle était beaucoup plus élevée chez les HSH (38%) que chez les hétérosexuels nés en France (26%) ou chez ceux nés à l étranger (14%). Bien qu'élevée par rapport aux autres populations, la part des infections récentes chez les HSH a nettement diminué depuis un maximum observé en 2012 (47%). Chez les hétérosexuels, la part des infections récentes est stable. V Évolution des virus circulant en France Parmi les découvertes de séropositivité en 2014, 1,5 % [IC95 % : 1,1-2,0] étaient liées à un VIH-2, et il s agit principalement de personnes nées en Côte d Ivoire, au Sénégal ou en Guinée. Trois découvertes (données non corrigées 1 ) étaient liées à un VIH-1 de groupe O. Parmi les infections à VIH-1, la proportion de sous-types non-b était de 43% en 2014, avec une stabilité depuis La proportion de sous-types non-b était plus élevée et stable chez les hétérosexuels nés en Afrique subsaharienne (72%) que chez ceux nés en France (38%, stable depuis 2010) et que chez les HSH (27%, en augmentation régulière depuis 2003). VI Co infections Parmi les 66% de découvertes de séropositivité VIH en , renseignées pour les coinfections par les virus des hépatites B (antigène HBs) et C (anticorps anti-vhc), la part des co-infections par le VHB était de 5% (10% chez les personnes nées en Afrique subsaharienne) (données non corrigées 2 ). La part des co-infections par le VHC était de 4% pour l ensemble des cas et de 78% chez les UDI. La proportion de co-infections était stable entre 2012 et Parmi les 50% de découvertes en pour lesquelles la présence d une IST au moment de la découverte de séropositivité VIH ou dans les 12 mois précédents était renseignée, la fréquence des IST était de 16%, plus élevée chez les HSH (27%) que chez les hétérosexuels nés en France (12%) ou ceux nés à l étranger (5%). La fréquence de la syphilis était de 10% (19% chez les HSH), celle des infections à gonocoque et à chlamydia de 2% chacune. La part des IST est stable entre 2012 et VII Diagnostics de sida En 2014, on estime à environ [IC95 % : ] le nombre de nouveaux diagnostics de sida. Ce nombre diminue lentement depuis le début des années Depuis 2010, environ 55% (54% en 2014) des nouveaux cas de sida sont diagnostiqués chez des personnes qui ignoraient leur infection VIH avant le diagnostic de sida, et environ 80% (83% en 2014) chez des personnes qui n'avaient pas reçu de traitement antirétroviral avant le diagnostic de sida. La pneumocystose reste, à l'échelle nationale, la principale pathologie opportuniste inaugurale de sida (28%), les autres pathologies les plus fréquentes étant la tuberculose (15%), la toxoplasmose cérébrale (12%) la candidose œsophagienne (10%) et le Kaposi (8%). La médiane du nombre de lymphocytes CD4/mm 3 au moment du diagnostic de sida était de 50 en Les CD4 étaient inférieurs à 200/mm 3 chez 82% des personnes ayant développé un sida en Lorsque la charge virale était renseignée (90% des diagnostics de sida en 2014), elle était supérieure ou égale à copies/ml dans 63% des cas. La charge virale médiane au diagnostic de sida était de en Elle était beaucoup plus faible chez les personnes qui avaient bénéficié de traitement antirétroviral avant le sida (5 925) que chez celles qui n'en avaient pas reçu ( ). Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 5

6 VIII Discussion conclusion Les données de la déclaration obligatoire du VIH et du sida permettent de suivre l'évolution des diagnostics, à condition d'effectuer des calculs de correction pour prendre en compte la sous-déclaration (30% en 2014 pour les biologistes, 48% pour les cliniciens), les délais de déclaration et les données manquantes. Les estimations réalisées seraient plus précises (intervalles de confiance plus étroits) et permettraient de mieux détecter les tendances, si l'exhaustivité de la déclaration était meilleure, et les délais de transmission plus courts. La mise en place de la déclaration électronique au moyen de l'application edo, généralisée à partir d avril 2016 [3], vise à améliorer ces paramètres, en facilitant le processus de déclaration et les échanges entre les différents acteurs. En 2014, environ personnes ont découvert leur séropositivité VIH, nombre stable depuis 2007, et ont développé une pathologie indicatrice de sida. Les HSH et les hétérosexuels nés à l étranger (dont les ¾ sont nés dans un pays d Afrique subsaharienne) restent les deux groupes les plus touchés et représentent respectivement 42% et 39% des découvertes en Les hétérosexuels nés en France et les usagers de drogue représentent respectivement 17% et 1%. La seule tendance significative sur les dernières années est observée chez les HSH, chez lesquels le nombre de nouveaux diagnostics d infection à VIH augmente depuis Ils sont près de à avoir découvert leur séropositivité en Les estimations d incidence [4] montrent que le nombre annuel de contaminations par le VIH est toujours très élevé chez les HSH (3 600 en 2012) et supérieur à celui des découvertes de séropositivité dans ce groupe, ce qui tend à montrer que leur recours au dépistage est insuffisant. L incidence ne diminue pas sur les années récentes et augmente même chez les plus jeunes. Parallèlement, la progression des autres IST (syphilis récentes, infections à gonocoques, et lymphogranulomatoses vénériennes rectales -LGV-) se poursuit chez les HSH [5]. Ces données sont à mettre en lien avec les constats de la surveillance comportementale, à savoir une augmentation des comportements sexuels à risque chez les HSH au cours du temps, quels que soient leur statut VIH et leurs partenaires (stable ou occasionnel) [6]. Même si le préservatif est le seul moyen de prévention protégeant à la fois du VIH et des autres IST, il est indispensable de mobiliser l ensemble des outils de prévention disponibles pour cette population (le préservatif, le dépistage, la prophylaxie pré-exposition (PrEP) et la prophylaxie post-exposition), dans une logique de prévention diversifiée. L offre de dépistage s est enrichie ces dernières années, en termes de lieux et d outils (dépistage classique en laboratoire, dépistage anonyme et gratuit, dépistage communautaire par tests rapides d'orientation diagnostique, autotests), dans le but de diminuer le nombre de personnes qui ignorent leur infection par le VIH et la part des diagnostics tardifs. En 2014, les diagnostics à un stade avancé de l infection représentent encore un quart des découvertes, mais leur diminution se poursuit. Ce résultat encourageant est sans doute le reflet de l'augmentation des dépistages "orientés", tels que recommandés par le rapport Morlat et réalisés en saisissant notamment l'opportunité d'une consultation pour une pathologie autre que le VIH pour proposer un dépistage. Les personnes diagnostiquées dans cette circonstance ont un statut immunologique et une charge virale intermédiaire entre le profil, plus favorable, des personnes diagnostiquées suite à une exposition récente, et celui des personnes diagnostiquées en raison de signes cliniques. Ces dépistages orientés devraient progressivement permettre un "rattrapage" de personnes infectées non diagnostiquées. Par contre, la tendance à une plus grande précocité des diagnostics, observée sur les années récentes, ne s est pas poursuivie en 2014, et le recours au dépistage doit continuer à être promu, notamment après une prise de risque. Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 6

7 Remerciements Nous remercions vivement tous les professionnels de santé qui ont déclaré des diagnostics d infection VIH ou de sida, soit depuis 2003, biologistes, plus de médecins et techniciens d étude clinique, ainsi que les médecins de santé publique des ARS et leurs collaborateurs ayant participé au bon fonctionnement de la déclaration VIH/sida. Références 1. Institut de veille sanitaire. Déclaration obligatoire de l infection à VIH et du sida. [Internet] Cazein F, Le Strat Y, Pillonel J, Lot F, Bousquet V, Pinget R, et al. Dépistage du VIH et découverte de séropositivité, France, Bull Epidemiol Hebd ;(43-44): e-do - Déclaration obligatoire en ligne de l'infection par le VIH et du sida. [Internet] Le Vu S, Le Strat Y, Barin F, Pillonel J, Cazein F, Meyer L,, S le. Estimations détaillées de l iincidence de l infection par le VIH en France. [Internet] ce_vih_estimation_regions.pdf 5. Bulletins des réseaux de surveillance des IST. Données au 31 décembre 2014 [Internet] infectieuses/vih-sida-ist/infections-sexuellement-transmissibles- IST/Bulletins-des-reseaux-de-surveillance-des-IST 6. Velter A, Saboni L, Bouyssou A, S le C. Comportements sexuels entre hommes à l ère de la prévention combinée - Résultats de l Enquête presse gays et lesbiennes Bull Epidémiol Hebd. 2013;(39-40): Directeur de la publication François Bourdillon Rédactrice en chef Florence Lot nstitut de veille sanitaire 12 rue du Val d Osne Saint-Maurice cedex Tél : 33 (0) Point épidémiologique Découvertes de séropositivité VIH et de sida en /04/ page 7

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 23 mars 2017 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire, coordonnée

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Délai entre infection et diagnostic et

Délai entre infection et diagnostic et Délai entre infection et diagnostic et épidémie cachée du VIH en France Virginie Supervie 1, Jacques Ndawinz 1, Sara Lodi 2 & Dominique Costagliola 1 1 Inserm U943 & Université Pierre and Marie Curie,

Plus en détail

Université de Poitiers Faculté de Médecine et Pharmacie

Université de Poitiers Faculté de Médecine et Pharmacie Université de Poitiers Faculté de Médecine et Pharmacie ANNEE 2013 Thèse n THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE (décret du 16 janvier 2004) présentée et soutenue publiquement le 03, octobre,

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE. Année 2011 THÈSE POUR LE DOCTORAT EN MÉDECINE. (Diplôme d Etat) PAR.

UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE. Année 2011 THÈSE POUR LE DOCTORAT EN MÉDECINE. (Diplôme d Etat) PAR. 1 UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2011 n THÈSE POUR LE DOCTORAT EN MÉDECINE (Diplôme d Etat) PAR GAUTHIER Raphael Né le 8 février 1983 à Paris 14 Présentée et soutenue publiquement

Plus en détail

2/ FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DE LA BASE

2/ FONCTIONNEMENT ET ORGANISATION DE LA BASE 1/ OBJECTIFS ET PROBLEMATIQUES DE LA BASE DE DONNEES HOSPITALIERE FRANCAISE SUR L INFECTION À VIH AU MOMENT DE LA CREATION ET EVOLUTION(S) DEPUIS LA CREATION En réponse à l émergence de l épidémie de VIH/SIDA,

Plus en détail

Étude ProSanté 2010-2011

Étude ProSanté 2010-2011 Synthèse Étude ProSanté 2010-2011 Étude sur l état de santé, l accès aux soins et l accès aux droits des personnes en situation de prostitution rencontrées dans des structures sociales et médicales Les

Plus en détail

SURVEILLANCE DES IST DANS DES CENTRES DE REFERENCE SIDA EN BELGIQUE

SURVEILLANCE DES IST DANS DES CENTRES DE REFERENCE SIDA EN BELGIQUE SURVEILLANCE DES IST DANS DES CENTRES DE REFERENCE SIDA EN BELGIQUE Rapport annuel 2007 Section Epidemiologie Rue Juliette Wytsman 14 1050 Bruxelles Belgique www.iph.fgov.be Epidemiologie septembre 2008

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Prévention combinée de l infection à VIH Expérience du Maroc. Dr L. Ouarsas Association de Lutte Contre le Sida (ALCS)

Prévention combinée de l infection à VIH Expérience du Maroc. Dr L. Ouarsas Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) Prévention combinée de l infection à VIH Expérience du Maroc Dr L. Ouarsas Association de Lutte Contre le Sida (ALCS) Au Maroc, avant 2011 Offre de prévention évolutive et intégrée de l ALCS : prévention

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2013 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

INFECTION à VIH-SIDA

INFECTION à VIH-SIDA INFECTION à VIH-SIDA Actualité des publications disponibles en ligne Bibliographie sélective Décembre 2013 Sommaire 1. VIH ET SANTE PUBLIQUE... 3 2. EPIDEMIOLOGIE... 4 DONNEES INTERNATIONALES... 4 DONNEES

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté

Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté Henri Partouche et Vincent Renard. CNGE Contexte épidémique : nécessité d

Plus en détail

Infec on par le VIH/SIDA et les IST Point épidémiologique 23/11/2015

Infec on par le VIH/SIDA et les IST Point épidémiologique 23/11/2015 Infec on par le VIH/SIDA et les IST Point épidémiologique 23/11/2015 L Institut de veille sanitaire (InVS) produit chaque année, à l occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, des données

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite C au Canada

L épidémiologie de l hépatite C au Canada FEUILLET D INFORMATION L épidémiologie de l hépatite C au Canada Ce feuillet d information donne une vue d ensemble de l épidémie de l hépatite C au Canada. Il fait partie d une série de feuillets d information

Plus en détail

Projet soumis à concertation

Projet soumis à concertation P l a n n a t i o n a l d e l u t t e c o n t r e l e V I H / s i d a e t l e s I S T 2 0 1 0-2 0 1 4 Projet soumis à concertation 06/10/2010 1 SOMMAIRE SOMMAIRE...2 I. ELABORATION DU PLAN VIH-IST 2010-2014...

Plus en détail

Infection par le VIH et les IST bactériennes

Infection par le VIH et les IST bactériennes Infection par le VIH et les IST bactériennes Données épidémiologiques 29/11/2016 Santé publique France, l agence nationale de santé publique (ex Institut de veille sanitaire) produit chaque année, à l

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2013

Le dépistage VIH. Troussier- 2013 Le dépistage VIH Troussier- 2013 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des résultats

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Dana Paquette Agence de la santé publique du Canada Plan Justification d'une approche

Plus en détail

Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité

Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité Au cœur de la lutte contre le VIH Au cœur de la solidarité Esther, la solidarité en mouvement histoire d une dynamique partagée Des partenaires au développement de référence D une Initiative française...

Plus en détail

Dépistage du VIH et découvertes de séropositivité, France, 2003-2010

Dépistage du VIH et découvertes de séropositivité, France, 2003-2010 d intensifier et de diversifier les stratégies de dépistage, notamment par les médecins généralistes qui devraient systématiquement proposer le test, y compris en dehors de tout risque repéré. Sans oublier

Plus en détail

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih

Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Données épidémiologiques VIH/sida France entière et par Corevih Décembre 2012 Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, Institut de Veille Sanitaire, Saint-Maurice (94) CNR du VIH, Inserm U966, CHU Bretonneau,

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et diagnostics de sida Unité VIH/sida-IST-hépatites B et C, Institut de Veille Sanitaire CNR du VIH

Découvertes de séropositivité VIH et diagnostics de sida Unité VIH/sida-IST-hépatites B et C, Institut de Veille Sanitaire CNR du VIH Découvertes de séropositivité VIH et diagnostics de sida 2003-2011 Unité VIH/sida-IST-hépatites B et C, Institut de Veille Sanitaire CNR du VIH Réunion des Associations 20 Novembre 2012 Découvertes de

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 AEV : quoi de neuf avec le rapport Morlat? Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 Implication des services spécialisés pour le VIH, Urgences et Médecine du travail depuis 1995. Diminution de l incidence des

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015 Le dépistage VIH Troussier- 2014-2015 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des

Plus en détail

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Place des tests rapides d orientation diagnostique (TROD) dans la stratégie de dépistage de l hépatite C Date de validation par le collège : mai 2014 Document n ayant pas

Plus en détail

Dépistage du VIH Découvertes de séropositivité VIH Diagnostics de sida 2003-2013

Dépistage du VIH Découvertes de séropositivité VIH Diagnostics de sida 2003-2013 Dépistage du VIH Découvertes de séropositivité VIH Diagnostics de sida 23-213 Unité VIH/sida-IST-hépatites B et C, Institut de Veille Sanitaire CNR du VIH Réunion «Journée mondiale de lutte contre le sida»

Plus en détail

Actualités épidémiologiques sur le VIH et le sida

Actualités épidémiologiques sur le VIH et le sida Actualités épidémiologiques sur le VIH et le sida Unité VIH-IST-Hépatites B-C, Département des maladies infectieuses, InVS Françoise Cazein, Florence Lot, Josiane Pillonel, Yann Le Strat, Roselyne Pinget,

Plus en détail

Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé Avis N 123

Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé Avis N 123 Comité Consultatif National d Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé Avis N 123 Questionnement éthique et observations concernant la contre-indication permanente du don de sang pour tout homme

Plus en détail

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse République du Congo Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse Ce rapport présente les principaux résultats de l Enquête de Séroprévalence et sur

Plus en détail

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG

PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG PROJET CARAVANE MOBILE DE LUTTE CONTRE LE VIH DANS LA COMMUNE DE DSCHANG I. CONTEXTE Le VIH reste un problème de santé mondiale ; mais l Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée par ce virus.

Plus en détail

Campagne de prévention du sida auprès des homosexuels Dossier de presse

Campagne de prévention du sida auprès des homosexuels Dossier de presse Campagne de prévention du sida auprès des homosexuels Dossier de presse MINISTERE DELEGUE A LA SANTE Contacts presse : Direction Générale de la Santé : Laurence Danand 01 40 56 52 62 e-mail : laurence.danand@sante.gouv.fr

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT DE LA NOUVELLE VERSION DE L APPLICATION TUP «TROUVER UN PRESERVATIF» : TUP DEVIENT LE 1 er PORTAIL DE SANTÉ SEXUELLE 2.0 EN FRANCE! Paris, le 10 mars 2016 «TUP : Trouver

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH et les IST 1 er décembre 2013 Institut de veille sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH et les IST 1 er décembre 2013 Institut de veille sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH et les IST 1 er décembre 2013 Institut de veille sanitaire L Institut de veille sanitaire (InVS) produit chaque année, à l occasion de la Journée mondiale

Plus en détail

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011

Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 Organisation de la journée mondiale de lutte contre le Sida 1er décembre 2011 ARS et COREVIH en Alsace Dr Géraldine ROSET ARS Alsace ARS - Direction Alsace 8 mars 2011 - Pôle - Initiales de l agent - Date

Plus en détail

INTRODUCTION 5 I. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE : LES DIFFERENTES ETAPES 6 II. RECRUTEMENT DES PATIENTS 7

INTRODUCTION 5 I. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE : LES DIFFERENTES ETAPES 6 II. RECRUTEMENT DES PATIENTS 7 DEPISTAGE ITINERANT DE LA RETINOPATHIE DIABETIQUE EN BOURGOGNE RAPPORT D EVALUATION CAMPAGNE 2012-13 (SAISON 9) INTRODUCTION 5 I. ORGANISATION DE LA CAMPAGNE : LES DIFFERENTES ETAPES 6 II. RECRUTEMENT

Plus en détail

Collaborations internationales

Collaborations internationales Collaborations internationales Principes directeurs Hypothèses de recherche nécessitant l inclusion d un nombre de patients tel que ces questions ne peuvent être explorées au sein de chaque cohorte participante

Plus en détail

L offre de soins à l Institut Fournier de Paris. Jean-Marc BOHBOT Président de la CME de l IAF

L offre de soins à l Institut Fournier de Paris. Jean-Marc BOHBOT Président de la CME de l IAF L offre de soins à l Institut Fournier de Paris Jean-Marc BOHBOT Président de la CME de l IAF L Institut Fournier c est 2 sites L Institut Fournier c est La policlinique En 2014 plus de 79 000 consultations

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES VIH/SIDA FRANCE ENTIÈRE ET PAR COREVIH

DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES VIH/SIDA FRANCE ENTIÈRE ET PAR COREVIH DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES VIH/SIDA 2003-2014 FRANCE ENTIÈRE ET PAR COREVIH DIRECTION DES MALADIES INFECTIEUSES UNITÉ VIH/SIDA, HÉPATITES B ET C, IST MAI 2016 PARTIE 1 ACTIVITE DE DEPISTAGE DU VIH Sources

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROJET PREMIERES DONNEES 2005

DESCRIPTIF DU PROJET PREMIERES DONNEES 2005 Centre de tests et conseils VIH et IST pour les gais et les hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes DESCRIPTIF DU PROJET ET PREMIERES DONNEES 2005 Contexte et argumentaire : En Suisse, la

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage...

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage... Avant-propos à la deuxième édition................................. V Introduction................................................... VII Remerciements.................................................IX

Plus en détail

Photo : PARIMAGE. Vie familiale

Photo : PARIMAGE. Vie familiale Vie familiale Photo : PARIMAGE Les immigrés vivent plus souvent en couple avec des enfants et forment des ménages, dont la taille est plus grande que celle des ménages du reste de la population. Près de

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012

MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA POPULATION (MSPP) Unité d Etudes et de Programmation (UEP) ANNUAIRE STATISTIQUE 2012 Septembre 2013 REMERCIEMENTS Le Ministère de la Santé Publique et de la Population

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Épidémiologie de l infection par le VIH en France

Épidémiologie de l infection par le VIH en France 1 Épidémiologie de l infection par le VIH en France L épidémiologie de l infection par le VIH repose en France sur plusieurs sources de données. Les principales données présentées dans ce chapitre et dans

Plus en détail

Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA

Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA CHU POINTE A PITRE GUADELOUPE Projet :: Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA Cible : Guadeloupe Martinique Guyane Saint

Plus en détail

FONCTIONS PEDAGOGIQUES ET HOSPITALO-UNIVERSITAIRES:

FONCTIONS PEDAGOGIQUES ET HOSPITALO-UNIVERSITAIRES: Nom : AÏNAS Prénom: Lahlou Date et lieu de naissance : 12 Avril 1951 à CHEMINI (Sidi-Aich, W de BEJAIA) Doctorat en Sciences Médicales en Hématologie DESM (04 Octobre 1998) Docent (Admis au concours de

Plus en détail

Annexe 3 - Accident d'exposition au sang :

Annexe 3 - Accident d'exposition au sang : Annexe 3 - Accident d'exposition au sang : http://www.sante.gouv.fr/htm/actu/36_vih17.htm Annexe 2 de la circulaire DGS/DH/DRT/DSS n 98/228 du 9 avril 1998 relative aux recommandations de mise en oeuvre

Plus en détail

Prévention du VIH et des hépatites dans les programmes de Médecins du Monde en France Société Française de Lutte contre le Sida 25-26 octobre 2012-Marseille NOUS SOIGNONS CEUX QUE LE MONDE OUBLIE PEU A

Plus en détail

LE DOMEVIH. Pourquoi? Pour qui? Comment? Murielle Mary-Krause INSERM U943

LE DOMEVIH. Pourquoi? Pour qui? Comment? Murielle Mary-Krause INSERM U943 LE DOMEVIH Pourquoi? Pour qui? Comment? Murielle Mary-Krause INSERM U943 HISTORIQUE En réponse à l émergence de l épidémie de VIH/SIDA Création des CISIH En 1992 un système d information centré sur le

Plus en détail

SAMEDI 20 JANVIER 2007

SAMEDI 20 JANVIER 2007 SAMEDI 20 JANVIER 2007 DOSSIER DE PRESSE JOURNEE NATIONALE HEPATITES SAMEDI 20 JANVIER 2007 2007, une année charnière pour les hépatites B et C : de plus en plus de guérisons Médecins, chercheurs, soignants,

Plus en détail

ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011

ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 ENQUETE PRESSE GAYS ET LESBIENNES 2011 Annie Velter, Alice Bouyssou, Leïla Saboni, Pascale Bernillon, Cécile Sommen, Nicolas Methy, Caroline Semaille Département des maladies infectieuses 20 novembre 2012

Plus en détail

QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS

QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS QUESTIONS ET RÉPONSES LA CHARGE VIRALE ET LES RAPPORTS SEXUELS (NON) PROTÉGÉS Par la Hiv Vereniging Nederland, l Aids Fonds, Schorer et Soa-Aids-Nederland 24 mai 2011 Quel est le rapport entre la transmission

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Rénovation du dispositif CDAG/CIDDIST

Rénovation du dispositif CDAG/CIDDIST Rénovation du dispositif CDAG/CIDDIST Groupe de travail 29 juin 2012 Laurence Caté Frédérique Delatour Axelle Romby DGS Sous-direction prévention des risques infectieux Bureau IST/VIH/Hépatites Rappel

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions. Synthèse

Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions. Synthèse r RAPPORT D ORIENTATION Dépistage et prise en charge de l infection à Neisseria gonorrhoeae : état des lieux et propositions Synthèse Décembre 2010 1 Cette synthèse est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

Le dépistage de l'infection à VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique

Le dépistage de l'infection à VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Le dépistage de l'infection à VIH Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Novembre 2012 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83 83 Fax : 04 91 59 83 99 Nice

Plus en détail

VIH état actuel des connaissances sur le dépistage et le diagnostic. Informations à l intention des médecins

VIH état actuel des connaissances sur le dépistage et le diagnostic. Informations à l intention des médecins VIH état actuel des connaissances sur le dépistage et le diagnostic Informations à l intention des médecins Impressum Editeur: Office fédéral de la santé publique (OFSP) en collaboration avec la Commission

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par :

CODE DU TRAVAIL. Art. R. 231-61.- Au sens de la présente section, on entend par : CODE DU TRAVAIL Art. R. 231-60.- La présente section fixe les règles particulières de prévention et de protection des travailleurs contre les risques résultant d'une exposition à des agents biologiques.

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG :

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG : Dépistage VIH : CDAG de Bichat Test Rapide d Orientation d Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Sandrine Rumi (infirmière) Situé dans l'enceinte de l'hôpital. Environ 6000 tests VIH / an.

Plus en détail

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M

Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Les patients face au myélome : vécu, parcours de soin, qualité de vie et relation à l AF3M Cette étude visait à dresser un état des lieux précis qui prenne en compte la diversité (âge, situation géographique,

Plus en détail

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH)

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Juin 2013 examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Outil pratique pour les professionnels de la santé du Québec Édition : La Direction des communications

Plus en détail

SOMMAIRE // Contents. N 32-33 28 novembre 2014. // HIV screening in France

SOMMAIRE // Contents. N 32-33 28 novembre 2014. // HIV screening in France N 32-33 28 novembre 2014 Depistage du VIH en France // HIV screening in France Coordination scientifique // Scientific coordination Florence Lot, Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France > SOMMAIRE

Plus en détail

// Article. La déclaration obligatoire des diagnostics

// Article. La déclaration obligatoire des diagnostics > ARTICLE // Article Découvertes de séropositivité VIH et sida France, 2003-2011 // New HIV and AIDS diagnoses France, 2003-2011 Françoise Cazein (f.cazein@invs.sante.fr) 1, Roselyne Pinget 1, Florence

Plus en détail

LES APPELS DE LA REGION NORD PAS-DE DE-CALAIS RECUS SUR LE NUMERO VERT SIDA INFO SERVICE EN 2003

LES APPELS DE LA REGION NORD PAS-DE DE-CALAIS RECUS SUR LE NUMERO VERT SIDA INFO SERVICE EN 2003 LES APPELS DE LA REGION NORD PAS-DE DE-CALAIS RECUS SUR LE NUMERO VERT SIDA INFO SERVICE EN 2003 Entretiens réalisr alisés 9 265 appels émanant de la région Nord-Pas-de-Calais ont donné lieu à un entretien

Plus en détail

Caractéristiques des personnes diagnostiquées avec une infection à VIH ou un sida, France, 2008

Caractéristiques des personnes diagnostiquées avec une infection à VIH ou un sida, France, 2008 Caractéristiques des personnes diagnostiquées avec une infection à VIH ou un sida, France, 2008 Determinants of persons diagnosed with HIV or AIDS, France, 2008 Date de soumission : 02/10/2009 Date of

Plus en détail

État des lieux des pratiques des centres vis-à-vis de la sécurité sanitaire en AMP 1. Résumé

État des lieux des pratiques des centres vis-à-vis de la sécurité sanitaire en AMP 1. Résumé État des lieux des pratiques des centres vis-à-vis de la sécurité sanitaire en AMP 1 Résumé Suite à la survenue de plusieurs incidents en rapport avec la sécurité virale en AMP qui ont été déclarés en

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours Programme santé migrants MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, FRANCE ENTIÈRE ET PAR COREVIH

DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, FRANCE ENTIÈRE ET PAR COREVIH DÉPISTAGE DU VIH, DÉCOUVERTES DE SÉROPOSITIVITÉ VIH ET DIAGNOSTICS DE SIDA, 2003-2015 FRANCE ENTIÈRE ET PAR COREVIH Direction des maladies infectieuses, Unité VIH/sida, hépatites B et C, IST CNR du VIH

Plus en détail

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre

Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Présentation de la campagne de lutte contre le SIDA 1 er Décembre Conférence de Presse 29 novembre 2010 Une campagne pour inciter au dépistage L Institut national de prévention et d éducation pour la santé

Plus en détail

Point épidémiologique VIH - sida

Point épidémiologique VIH - sida Point épidémiologique VIH - sida Unité VIH-IST-VHC, Département des maladies infectieuses, InVS Françoise Cazein, Florence Lot, Stéphane Le vu, Josiane Pillonel, Roselyne Pinget, Caroline Semaille Réunion

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire

Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire Actualité sur l épidémiologie du VIH/sida Unité VIH-IST-VHC-VHB chronique, DMI, Institut de Veille Sanitaire Réunion des Associations Jeudi 19 Novembre 2009 Surveillance du VIH/sida un nouvel indicateur

Plus en détail

Proposition de communiqué de presse. Semaine de la santé. du 28 novembre au 5 décembre 2015

Proposition de communiqué de presse. Semaine de la santé. du 28 novembre au 5 décembre 2015 Proposition de communiqué de presse Semaine de la santé du 28 novembre au 5 décembre 2015 La semaine de la santé est un temps fort de réflexion et d échanges sur les réalités, l actualité et les grands

Plus en détail