Séance 3 Le consentement à la juridiction arbitrale et à l articulation des procédures Cas pratique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séance 3 Le consentement à la juridiction arbitrale et à l articulation des procédures Cas pratique"

Transcription

1 Séance 3 Le consentement à la juridiction arbitrale et à l articulation des procédures Cas pratique La mine de Yanacocha est située à 4100 mètres d altitude, au cœur du Pérou. Elle est l une des plus grandes mines d or, sans conteste la plus rentable du monde. Cette mine est découverte en 1981 par les ingénieurs de la Société de recherches géologiques et minières («SRGM»), société commerciale constituée selon le droit français dont le siège social se situe à la Défense (92). Fin 1984, en contrepartie de sa découverte et des travaux massifs de prospection et d installation, préalables à l exploitation de la mine, la SRGM acquiert, aux côtés de la société américaine Online, 75% du capital social de la société Buenaventura. La Buenaventura est la société de projet locale, ayant son siège social au Pérou où elle a été constituée selon les lois péruviennes. Elle exploite la mine aurifère en vertu d un permis d exploitation accordé par le Ministre des mines péruvien pour une durée de 20 ans renouvelables deux fois pour une période de 10 ans à chaque fois, ainsi qu une convention minière conclue avec l Etat péruvien le 10 janvier 1985, qui lui confère des droits exclusifs de prospection, d extraction, de production, ainsi que plus globalement des droits exclusifs de libre exploitation de la mine, ce sur toute l étendue du site de Yanacocha et pour une durée de 40 ans. Très vite, la Buenaventura devient le premier producteur mondial d or, générant de considérables bénéfices. Ainsi, les actionnaires français et américains profitent d une très nette augmentation de la valeur de leurs titres et de leurs revenus. Les autorités péruviennes affrontent alors des revendications puis des pressions internes. Il leur est reproché d avoir organisé la spoliation de l or national, dont seules des sociétés étrangères tirent des profits sans qu aucun bénéfice n en résulte pour la population locale. En réponse à l expression de ces mécontentements, le gouvernement péruvien décide en 1998 d accorder des droits de prospection, d extraction et d exploitation de la mine de Yanacocha à une société d économie mixte péruvienne, la Société nationale de Yanacocha («SNY»), contrôlée à 100% par l Etat péruvien. Les droits d exploitation de la SNY sont cependant limités aux zones vierges de tous travaux préalables de prospection au sein du périmètre du site de Yanacocha accordé à Buenaventura au titre de la convention minière. La Buenaventura maintient ainsi ses droits exclusifs d exploitation sur les zones qu elle a déjà prospectées et/ou exploitées. En contrepartie de la modification de la situation contractuelle qui en résulte néanmoins pour la Buenaventura, celle-ci se voit proposer une participation à titre gratuit à hauteur de 10% du capital de la SNY. Non satisfaite, la Buenaventura engage une action en indemnisation devant les juridictions péruviennes, dont elle sera déboutée, en appel d abord puis par la Cour Suprême du Pérou. Très vite, il apparaît néanmoins que l exploitation des portions inexploitées de la mine par la SNY implique des investissements d une ampleur que l actionnaire principal n est pas en mesure de financer. Pour faire face aux revendications persistantes de la population péruvienne, les autorités péruviennes décident en janvier 2000 le transfert et le partage de 60% des parts que la SRGM détient dans la Buenaventura à respectivement l Etat péruvien et à la société américaine Online, moyennant une indemnité calculée sur la base de la valeur initiale des titres de la Buenaventura. Les bénéfices réalisés, jugés excessifs par rapport à l investissement initial, sont ainsi déduits de l indemnisation. A la suite d un contentieux interne, la Cour suprême du Pérou considérera ce transfert conforme à la loi minière du 18 décembre 1975 (fictive), là où SGRM faisait valoir sa contrariété à l accord conclu entre la France et le Pérou sur l encouragement et la protection réciproques des investissements. Vous dresserez un inventaire de toutes les réclamations internationales envisageables dans cette affaire dans les rapports entre le Pérou et respectivement la France et les nationaux français (ou assimilés). Vous préciserez pour chacune des actions envisageables : sa nature, le titre au vu duquel elle pourrait être introduite, ainsi que la base de compétence de l organe juridictionnel appelé à la trancher. Vous apprécierez brièvement au fond les chances de succès des différentes réclamations que vous aurez jugées recevables. 1

2 Documents reproduits 1. Pérou. Loi minière du 18 décembre 1975 (fictive) ; 2. Convention minière du 10 janvier 1985 entre le gouvernement du Pérou et la Buenaventura (fictif) ; 3. Accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République du Pérou sur l encouragement et la protection réciproques des investissements (en vigueur au 30 mai 1996) ; 4. Convention de Washington de 1965 pour le règlement des différends relatifs aux investissements entre Etats et ressortissants d autres Etats ; et 5. Convention minière du 17 mai 1998, entre le gouvernement du Pérou et la Société nationale de Yanacocha (fictif) N.B. Les circonstances exposées ci-dessus sont empruntées à une affaire réelle, l affaire de l or de Yanacocha, qui a opposé le Bureau de recherches géologiques et minières (établissement public français) au gouvernement péruvien. Pour les besoins du cas, les éléments de cette affaire ont été modifiés ainsi que certains des textes qui, reproduits ci-après et parfois proprement inventés, l ont inspirée. 2

3 Document 1. Pérou. Loi minière du 18 décembre 1975 (fictive) Article 1 er. L Etat a un droit de propriété absolu, exclusif, inaliénable et imprescriptible sur toutes les ressources naturelles. Article 2. Sous réserve des dispositions de la présente loi, l Etat peut accorder sur le territoire de la République du Pérou à une ou plusieurs personnes morales, qu elles soient de nationalité ou de droit péruvien ou étranger, le droit de se livrer à des activités de prospection, d extraction, de production et d exploitation de substances minières en vertu d un permis de prospection et/ou d exploitation. Article 3. Les droits accordés en vertu de l article 2 de la présente loi font l objet d une convention minière conclue avec l Etat. La convention minière peut expliciter et compléter les dispositions de la présente loi sans toutefois y déroger. Elle précise les droits et obligations des parties relativement aux conditions juridiques, financières, fiscales et sociales applicables pendant la durée de la convention. Article 4. En cas de nationalisation [ ] de sociétés minières, nationales ou étrangères, la nationalisation portera sur les sociétés mêmes, sur leurs biens ou leur patrimoine en entier ou en partie. Le montant de l indemnisation sera fixé sur la base de la valeur initiale des biens nationalisés après déduction de la diminution ou de la perte de valeur de ces biens dues au vieillissement. Tout ou partie des bénéfices excessifs que les sociétés nationalisées ont réalisés pourront être déduits de l indemnisation. Document 2. Convention minière du 10 janvier 1985 entre le gouvernement du Pérou et la Buenaventura (fictif) Article 1. : La société Buenaventura s engage à poursuivre ses activités de recherches et de prospection aurifères sur le site de Yanacocha et à entretenir les installations de production. [ ] Article 3. : La société Buenaventura pourra procéder à toute activité de prospection, d extraction et de production de ressources aurifères sur l ensemble du site de Yanacocha. Elle disposera librement des ressources aurifères résultant de son activité d exploitation du site de Yanacocha. [ ] Article 6. : Le gouvernement s engage à n accorder à aucune autre société, nationale ou non, à fonds privés ou publics, les privilèges résultant du présent contrat, qui constituent la contrepartie des services rendus par le cocontractant aux intérêts nationaux comme à ceux des particuliers. [ ] Article 13. : Le présent contrat sera en vigueur pendant quarante ans. Les droits qui en résultent peuvent être transférés par le cocontractant à toute autre personne physique ou morale après notification au gouvernement. Document 3. Accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République du Pérou sur l encouragement et la protection réciproques des investissements [en vigueur au 30 mai 1996] Le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République du Pérou ciaprès dénommés «les Parties contractantes» ; désireux de renforcer la coopération économique entre les deux Etats et de créer des conditions favorables pour les investissements français au Pérou et péruviens en France ; persuadés que l'encouragement et la protection de ces investissements sont propres à stimuler les transferts de capitaux et de technologie entre les deux pays, dans l'intérêt de leur développement économique ; sont convenus des dispositions suivantes : Article 1 er Pour l'application du présent Accord : 3

4 1. Le terme «investissement» désigne tous les avoirs tels que les biens, droits et intérêts de toutes natures et, plus particulièrement mais non exclusivement : [ ] b) Les actions, primes d'émission et autres formes de participation, même minoritaires ou indirectes, aux sociétés constituées sur le territoire de l'une des Parties contractantes ; [ ] e) Les concessions accordées par la loi ou en vertu d'un contrat, notamment les concessions relatives à la prospection, la culture, l'extraction ou l'exploitation de richesses naturelles, [ ]. 2. Le terme de «nationaux» désigne toute personne physique possédant la nationalité de l'une des Parties contractantes. 3. Le terme de «sociétés» désigne toute personne morale constituée sur le territoire de l'une des Parties contractantes, conformément à la législation de celle-ci et y possédant son siège social, ou contrôlée directement ou indirectement par des nationaux de l'une des Parties contractantes, ou par des personnes morales possédant leur siège social sur le territoire de l'une des Parties contractantes et constituées conformément à la législation de celle-ci. 4. Le terme de «revenus» désigne toutes les sommes produites par un investissement, et plus particulièrement, mais non exclusivement, les bénéfices, les intérêts, les plus-values, les dividendes, les redevances et les commissions. Les revenus de l'investissement et, en cas de réinvestissement, les revenus de leur réinvestissement jouissent de la même protection que l'investissement. Article 2 Chacune des Parties contractantes admet et encourage, dans le cadre de sa législation et des dispositions du présent Accord, les investissements effectués par les nationaux et sociétés de l'autre Partie sur son territoire et dans sa zone maritime. Article 3 Chacune des Parties contractantes s'engage à assurer, sur son territoire et dans sa zone maritime, un traitement juste et équitable, conformément aux principes du Droit international, aux investissements des nationaux et sociétés de l'autre Partie et à faire en sorte que l'exercice du droit ainsi reconnu ne soit entravé ni en droit ni en fait. [ ]. Article 4 Chaque Partie contractante applique, sur son territoire et dans sa zone maritime, aux nationaux ou sociétés de l'autre Partie, en ce qui concerne leurs investissements et activités liées à ces investissements, un traitement non moins favorable que celui accordé à ses nationaux ou sociétés, ou le traitement accordé aux nationaux ou sociétés de la Nation la plus favorisée, si celui-ci est plus avantageux. [ ] Article 5 1. Les investissements effectués par des nationaux ou sociétés de l'une ou l'autre des Parties contractantes bénéficient, sur le territoire et dans la zone maritime de l'autre Partie contractante, d'une protection et d'une sécurité pleines et entières. 2. Les Parties contractantes ne prennent pas de mesures d'expropriation ou de nationalisation ou toute autre mesure dont l'effet est de déposséder, directement ou indirectement, les nationaux et sociétés de l'autre Partie des investissements leur appartenant, sur leur territoire et dans leur zone maritime, si ce n'est pour cause d'utilité publique et à condition que ces mesures ne soient ni discriminatoires, ni contraires à un engagement particulier de l'une des Parties contractantes à l'égard d'un national ou d'une société de l'autre Partie contractante. Les mesures de dépossession qui pourraient être prises doivent donner lieu au paiement d'une indemnité prompte et adéquate dont le montant, égal à la valeur réelle des investissements concernés, doit être évalué par rapport à une situation économique normale et antérieure à toute menace de dépossession. Cette indemnité, son montant et ses modalités de versement sont fixés au plus tard à la date de la dépossession. Cette indemnité est effectivement réalisable, versée sans retard et librement transférable. Elle produit, jusqu'à la date de versement, des intérêts calculés au taux d'intérêt de marché approprié. 4

5 3. Les nationaux ou sociétés de l'une des Parties contractantes dont les investissements auront subi des pertes dues à la guerre ou à tout autre conflit armé, révolution, état d'urgence national ou révolte survenu sur le territoire ou dans la zone maritime de l'autre Partie contractante bénéficieront, de la part de cette dernière, d'un traitement non moins favorable que celui accordé à ses propres nationaux ou sociétés ou à ceux de la Nation la plus favorisée. Article 6 Chaque Partie contractante, sur le territoire ou dans la zone maritime de laquelle des investissements ont été effectués par des nationaux ou sociétés de l'autre Partie contractante, accorde à ces nationaux ou sociétés le libre transfert : a) Des intérêts, dividendes, bénéfices et autres revenus courants ; b) Des redevances découlant des droits incorporels désignés au paragraphe 1, lettres d et e, de l'article 1er ; c) Des versements effectués pour le remboursement des emprunts régulièrement contractés ; d) Du produit de la cession ou de la liquidation totale ou partielle de l'investissement, y compris les plus-values du capital investi ; e) Des indemnités de dépossession ou de perte prévues à l'article 5, paragraphes 2 et 3, ci-dessus. [ ] Article 8 1. Tout différend relatif aux investissements entre l'une des Parties contractantes et un national ou une société de l'autre Partie contractante est réglé à l'amiable entre les deux Parties concernées. 2. Si un tel différend n'a pas pu être réglé dans un délai de six mois à partir du moment où il a été soulevé par l'une ou l'autre des parties au différend, il est soumis à la demande de l'une ou l'autre de ces parties à l'arbitrage du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), créé par la Convention pour le règlement des différends relatifs aux investissements entre Etats et ressortissants d'autres Etats, signée à Washington le 18 mars Une personne morale constituée sur le territoire de l'une des Parties contractantes et qui, avant que le différend ne soit soulevé, est contrôlée par des nationaux ou des sociétés de l'autre Partie contractante est considérée pour l'application de l'article 25 (2) b) de la Convention mentionnée au paragraphe 2 ci-dessus comme une société de l'autre Partie contractante. 4. Chacune des Parties contractantes donne son accord sans réserve au règlement des différends par recours à l'arbitrage international conformément aux dispositions de cet article. 5. Les sentences arbitrales sont définitives et obligatoires. [ ] Article 10 Les investissements ayant fait l'objet d'un engagement particulier de l'une des Parties contractantes à l'égard des nationaux et sociétés de l'autre Partie contractante sont régis, sans préjudice des dispositions du présent Accord, par les termes de cet engagement dans la mesure où celui-ci comporte des dispositions plus favorables que celles qui sont prévues par le présent Accord. Article Les différends entre les Parties contractantes relatifs à l'interprétation ou à l'application du présent Accord doivent être réglés, si possible, par la voie diplomatique. 2. Si dans un délai de six mois à partir du moment où il a été soulevé par l'une ou l'autre des Parties contractantes, le différend n'est pas réglé, il est soumis à la demande de l'une ou l'autre Partie contractante, à un tribunal d'arbitrage. 3. Ledit tribunal sera constitué pour chaque cas particulier de la manière suivante : chaque Partie contractante désigne un membre, et les deux membres désignent, d'un commun accord, un ressortissant d'un Etat tiers qui est nommé président par les deux Parties contractantes. Tous les membres doivent être nommés dans un délai de deux mois à compter de la date à laquelle une des Parties contractantes a fait part à l'autre Partie contractante de son intention de soumettre le différend à arbitrage. 5

6 4. Si les délais fixés au paragraphe 3 ci-dessus n'ont pas été observés, l'une ou l'autre Partie contractante, en l'absence de tout autre accord, invite le Secrétaire général de l'organisation des Nations unies à procéder aux désignations nécessaires. Si le Secrétaire général est ressortissant de l'une ou l'autre Partie contractante ou si, pour une autre raison, il est empêché d'exercer cette fonction, le Secrétaire général adjoint le plus ancien et ne possédant pas la nationalité de l'une des Parties contractantes procède aux désignations nécessaires. 5. Le tribunal d'arbitrage prend ses décisions à la majorité des voix. Ces décisions sont définitives et exécutoires de plein droit par les Parties contractantes. Le tribunal fixe lui-même son règlement. Il interprète la sentence à la demande de l'une ou l'autre Partie contractante. A moins que le tribunal n'en dispose autrement, compte tenu de circonstances particulières, les frais de la procédure arbitrale, y compris les vacations des arbitres, sont répartis également entre les Parties contractantes. Document 4. Convention de Washington de 1965, pour le règlement des différends relatifs aux investissements entre Etats et ressortissants d autres Etats Article 25 (1) La compétence du Centre s'étend aux différends d'ordre juridique entre un Etat contractant (ou telle collectivité publique ou tel organisme dépendant de lui qu'il désigne au Centre) et le ressortissant d'un autre Etat contractant qui sont en relation directe avec un investissement et que les parties ont consenti par écrit à soumettre au Centre. Lorsque les parties ont donné leur consentement, aucune d'elles ne peut le retirer unilatéralement. (2) «Ressortissant d'un autre Etat contractant» signifie : (a) toute personne physique qui possède la nationalité d'un Etat contractant autre que l'etat partie au différend à la date à laquelle les parties ont consenti à soumettre le différend à la conciliation ou à l'arbitrage ainsi qu'à la date à laquelle la requête a été enregistrée conformément à l'article 28, alinéa (3), ou à l'article 36, alinéa (3), à l'exclusion de toute personne qui, à l'une ou à l'autre de ces dates, possède également la nationalité de l'etat contractant partie au différend ; (b) toute personne morale qui possède la nationalité d'un Etat contractant autre que l'etat partie au différend à la date à laquelle les parties ont consenti à soumettre le différend à la conciliation ou à l'arbitrage et toute personne morale qui possède la nationalité de l'etat contractant partie au différend à la même date et que les parties sont convenues, aux fins de la présente Convention, de considérer comme ressortissant d'un autre Etat contractant en raison du contrôle exercé sur elle par des intérêts étrangers. [ ] Article 26 Le consentement des parties à l'arbitrage dans le cadre de la présente Convention est, sauf stipulation contraire, considéré comme impliquant renonciation à l'exercice de tout autre recours. Comme condition à son consentement à l'arbitrage dans le cadre de la présente Convention, un Etat contractant peut exiger que les recours administratifs ou judiciaires internes soient épuisés. Article 27 (1) Aucun Etat contractant n'accorde la protection diplomatique ou ne formule de revendication internationale au sujet d'un différend que l'un de ses ressortissants et un autre Etat contractant ont consenti à soumettre ou ont soumis à l'arbitrage dans le cadre de la présente Convention, sauf si l'autre Etat contractant ne se conforme pas à la sentence rendue à l'occasion du différend. (2) Pour l'application de l'alinéa (1), la protection diplomatique ne vise pas les simples démarches diplomatiques tendant uniquement à faciliter le règlement du différend. 6

7 Document 5. Convention minière du 17 mai 1998, entre le gouvernement du Pérou et la Société nationale de Yanacocha (fictif) Article 1. : La société nationale de Yanacocha s engage à entamer des activités de recherches et de prospection aurifères sur le site de Yanacocha et à entretenir les installations de prospection et de production. ( ) Article 3. : La société nationale de Yanacocha pourra procéder à toute activité de prospection, d extraction et de production de ressources aurifères sur le site de Yanacocha. Elle disposera librement des ressources aurifères résultant de son activité d exploitation de la mine. Sont toutefois exclues de l exploitation ainsi concédée les zones du site de Yanacocha : a) ayant préalablement fait l objet ou faisant l objet de prospection, ainsi que de travaux préalables à la prospection, et/ou b) ayant préalablement fait l objet ou faisant l objet d exploitation, et comportant ou non déjà des installations de production ( ). 7

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements

Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Texte original Accord entre la Confédération suisse et la République de Namibie concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 1 er août 1994 Entré en vigueur par échange

Plus en détail

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001)

0.975.243.6. Texte original. (Etat le 1 er novembre 2001) Texte original 0.975.243.6 Accord entre la Confédération suisse et la République islamique d Iran concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 8 mars 1998 Entré en

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et le Gouvernement de la République de Turquie. sur l encouragement et la protection ACCORD entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Turquie sur l encouragement et la protection réciproques des investissements (ensemble un protocole additionnel),

Plus en détail

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes),

Le Gouvernement de la République Populaire de Chine et le Gouvernement de la République de Madagascar (ci-après dénommés les Parties Contractantes), ACCORD SUR LA PROMOTION ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE DE MADAGASCAR Le Gouvernement de la

Plus en détail

(Etat le 15 mai 2012)

(Etat le 15 mai 2012) Accord entre la Confédération suisse et la République arabe d Egypte concernant la promotion et la protection réciproque des investissements Conclu le 7 juin 2010 Approuvé par l Assemblée fédérale le 8

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

L E G0UVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, dénommés ci-après "Parties Contractantes":

L E G0UVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, dénommés ci-après Parties Contractantes: ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DU MAROC ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE, CONCERNANT L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS. L E G0UVERNEMENT DU

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR République de Maurice ACCORD DE PROMOTION ET DE PROTECTION RÉCIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR - 2 - ACCORD

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 45

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 45 8 mission, le vice-président est invité à procéder aux nominations nécessaires. Si le vice-président est un ressortissant d une des parties contractantes ou s il est également empêché d accomplir cette

Plus en détail

Accord entre l'union économique belgoluxembourgeoise et le Gabon concernant l'encouragement et la <protection> réciproques des <investissements>.

Accord entre l'union économique belgoluxembourgeoise et le Gabon concernant l'encouragement et la <protection> réciproques des <investissements>. Accord entre l'union économique belgoluxembourgeoise et le Gabon concernant l'encouragement et la réciproques des . LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME DE BELGIQUE, agissant tant en

Plus en détail

Art. 1 Coopération économique et technique. Art. 2 Traitement de la nation la plus favorisée. Art. 3 Régime d'importation en Suisse

Art. 1 Coopération économique et technique. Art. 2 Traitement de la nation la plus favorisée. Art. 3 Régime d'importation en Suisse Accord de commerce, de protection des investissements et de coopération technique du 16 août 1962 entre la Confédération suisse et la République du Sénégal Art. 1 Coopération économique et technique Le

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE Republique de Maurice ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DU BURUNDI CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS LE

Plus en détail

282 United Nations Treaty Series» Nations Unies Recueil des Traités 1993

282 United Nations Treaty Series» Nations Unies Recueil des Traités 1993 282 United Nations Treaty Series» Nations Unies Recueil des Traités 1993 ACCORD 1 ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE ARGENTINE SUR L'ENCOURAGEMENT ET LA

Plus en détail

Le Royaume des Pays-Bas et la République Algérienne Démocratique et Populaire, ci-après dénommés les Parties Contractantes,

Le Royaume des Pays-Bas et la République Algérienne Démocratique et Populaire, ci-après dénommés les Parties Contractantes, ACCORD SUR L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE ROYAUME DES PAYS-BAS ET LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE Le Royaume des Pays-Bas et la République

Plus en détail

Cadre juridique des affaires en Iran

Cadre juridique des affaires en Iran Cadre juridique des affaires en Iran Paris le 15 décembre 2015 Mahasti Razavi Associé, Avocat aux Barreaux de Paris et de New York 1. La Loi de Protection des Investissements Etrangers en Iran - FIPPA

Plus en détail

Texte original. Conclu le 28 janvier 1963 Approuvé par l Assemblée fédérale le 11 décembre 1963 1 Entré en vigueur le 6 avril 1964

Texte original. Conclu le 28 janvier 1963 Approuvé par l Assemblée fédérale le 11 décembre 1963 1 Entré en vigueur le 6 avril 1964 Texte original 0.946.292.271 Accord de commerce, de protection des investissements et de coopération technique entre la Confédération suisse et la République fédérale du Cameroun Conclu le 28 janvier 1963

Plus en détail

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements

0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Texte original 0.975.254.9 Accord entre la Confédération suisse et le Royaume du Maroc concernant la promotion et la protection réciproques des investissements Conclu le 17 décembre 1985 Entré en vigueur

Plus en détail

PROJET-ACCORD SUR L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE BURKINA FASO ET LE ROYAUME DES PAYS-BAS

PROJET-ACCORD SUR L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE BURKINA FASO ET LE ROYAUME DES PAYS-BAS PROJET-ACCORD SUR L'ENCOURAGEMENT ET LA PROTECTION RECIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE BURKINA FASO ET LE ROYAUME DES PAYS-BAS Le Burkina Faso et le Royaume des Pays-Bas, (Ci-après dénommés "les Parties

Plus en détail

Projet de loi Relatif au régime des concessions

Projet de loi Relatif au régime des concessions Projet de loi Relatif au régime des concessions Titre premier DISPOSITIONS GENERALES ET DEFINITIONS Article premier : la présente loi a pour objet de définir le régime juridique des concessions et de fixer

Plus en détail

No. 30087. SPAIN and POLAND. Agreement on the reciprocal promotion and protection of investments. Signed at Madrid on 30 July 1992. ESPAGNE et POLOGNE

No. 30087. SPAIN and POLAND. Agreement on the reciprocal promotion and protection of investments. Signed at Madrid on 30 July 1992. ESPAGNE et POLOGNE No. 30087 SPAIN and POLAND Agreement on the reciprocal promotion and protection of investments. Signed at Madrid on 30 July 1992 Authentic texts: Spanish, Polish and English. Registered by Spain on 17

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens

Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Convention des Nations Unies sur les immunités juridictionnelles des États et de leurs biens Les États Parties à la présente Convention, Considérant que les immunités juridictionnelles des États et de

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr

Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Conditions Générales d Utilisation pour les prestations de nettoyage à domicile réservées par le biais de www.helpling.fr Ou «CGU Prestation de Nettoyage à domicile» La société HELPLING France SAS, dont

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE CANADA

CONVENTION ENTRE LA FRANCE LE CANADA CONVENTION ENTRE LA FRANCE ET LE CANADA TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR L'EVASION FISCALE EN MATIERE DE DROITS DE MUTATION PAR DECES signée à Paris le 16 mars 1951, approuvée par

Plus en détail

50 United Nations Treaty Series Nations Unies Recueil des Traités 1994 [TRADUCTION TRANSLATION]

50 United Nations Treaty Series Nations Unies Recueil des Traités 1994 [TRADUCTION TRANSLATION] 50 United Nations Treaty Series Nations Unies Recueil des Traités 1994 [TRADUCTION TRANSLATION] ACCORD 1 ENTRE LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD ET LE GOU VERNEMENT

Plus en détail

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance

B. Le formalisme du contrat de sous-traitance LE REGIME JURIDIQUE DE LA SOUS-TRAITANCE EN ITALIE Textes de référence :! Loi n 192 du 18 juin 1998 sur la sous-traitance dans les activités de production (en annexe) Table des matières A. Notion juridique

Plus en détail

HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE PROGRAMME DE PAIEMENTS ANTICIPÉS (PPA) 1. OBLIGATIONS GARANTIES

HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE PROGRAMME DE PAIEMENTS ANTICIPÉS (PPA) 1. OBLIGATIONS GARANTIES HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE PROGRAMME DE PAIEMENTS ANTICIPÉS (PPA) 1. OBLIGATIONS GARANTIES 1.1 L hypothèque prévue aux présentes est consentie afin de garantir le remboursement de toute avance et l accomplissement

Plus en détail

Contrat de sous-traitance (construction, bâtiment, BTP)

Contrat de sous-traitance (construction, bâtiment, BTP) Contrat de sous-traitance (construction, bâtiment, BTP) ENTRE LES SOUSSIGNES : [Nom de la Société], [Forme juridique de la Société] Au capital social de [Montant] euros, Dont le siège social se situe au

Plus en détail

Côte d Ivoire. Convention fiscale avec la Suisse

Côte d Ivoire. Convention fiscale avec la Suisse Convention fiscale avec la Suisse Signée le 23 novembre 1987, entrée en vigueur le 30 décembre 1990 Convention entre la Confédération Suisse et la République de en vue d éviter les doubles impositions

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET

LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS LA CESSION DE BREVET LES CONTRATS D EXPLOITATION DES BREVETS REMARQUES GÉNÉRALES «Les droit attachés à une demande de brevet ou à un brevet sont transmissibles en totalité ou en partie. Ils peuvent faire l'objet, en totalité

Plus en détail

Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Loi sur la Banque de développement économique du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 36 Loi sur la Banque de développement économique du Québec Présentation Présenté par Madame Élaine Zakaïb Ministre déléguée à la Politique industrielle

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

FAC Salaires Conditions générales d utilisation

FAC Salaires Conditions générales d utilisation FAC Salaires Conditions générales d utilisation La Fédération des Artisans, Commerçants et Entrepreneurs de Genève (FAC) se réserve le droit de modifier ces conditions générales d utilisation à tout moment,

Plus en détail

206 United Nations Treaty Series Nations Unies Recueil des Traités 1982

206 United Nations Treaty Series Nations Unies Recueil des Traités 1982 206 United Nations Treaty Series Nations Unies Recueil des Traités 1982 [TRADUCTION TRANSLATION] ACCORD 1 ENTRE LE GOUVERNEMENT DU ROYAUME-UNI DE GRANDE-BRETAGNE ET D'IRLANDE DU NORD ET LE GOU VERNEMENT

Plus en détail

Contrat de commercialisation de services de communications électroniques

Contrat de commercialisation de services de communications électroniques Contrat de commercialisation de services de communications électroniques Par Lucien Rapp Agrégé des Facultés de Droit Professeur à l'université de Toulouse I Avocat au Barreau de Paris Watson, Farley &

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec les Emirats Arabes Unis

Tunisie. Convention fiscale avec les Emirats Arabes Unis Convention fiscale avec les Emirats Arabes Unis Signée le 10 avril 1996, entrée en vigueur le 27 juillet 1997 Chapitre 1 - Champ d application de la convention Art.1.- Personnes visées La présente convention

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la

La société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime demandent à la ld COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 12LY00100 ------------------ Société civile immobilière Saint-Etienne et M. et Mme Aime M. Bourrachot Président M. Segado Rapporteur RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS La République Portugaise et le Royaume du Maroc, désignés ci-après:

Plus en détail

MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE

MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE MODÈLE DE CONVENTION FISCALE CONCERNANT LE REVENU ET LA FORTUNE TEXTE DES ARTICLES [au 22 juillet 2010] SOMMAIRE DE LA CONVENTION Titre et Préambule Chapitre I CHAMP D APPLICATION DE LA CONVENTION Art.

Plus en détail

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des Opérations de Bourse ("COB") et la Commodity Futures Trading Commission ("CFTC");

ACCORD ADMINISTRATIF. La Commission des Opérations de Bourse (COB) et la Commodity Futures Trading Commission (CFTC); REPUBLIQUE COMMISSION DE BOURSE FRANCAISE DES OPERATIONS UNITED STATES COMMODITY FUTURES TRADING COMMISSION ACCORD ADMINISTRATIF La Commission des Opérations de Bourse ("COB") et la Commodity Futures Trading

Plus en détail

CONTRAT ENTRE PRATICIENS ET CLINIQUES PRIVEES 1

CONTRAT ENTRE PRATICIENS ET CLINIQUES PRIVEES 1 CONTRAT ENTRE PRATICIENS ET CLINIQUES PRIVEES 1 Les conventions nationales des médecins comportent des dispositions spécifiques à propos des actes réalisés dans un établissement de santé privé ne participant

Plus en détail

Conditions générales de Vente

Conditions générales de Vente Conditions générales de Vente 1. APPLICATION Les présentes conditions générales s'appliquent à toutes les commandes qui nous sont confiées. Avec les stipulations de la commande et les conditions particulières

Plus en détail

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013)

Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Règlement des prêts (Adopté par le Conseil d administration par la Résolution 1562, le 14 novembre 2013) Edition mise à jour en novembre 2014 CHAPITRE 1 er Objet du Règlement des prêts ARTICLE 1.1 Objet

Plus en détail

0.672.933.21. Chapitre I Champ d application de la Convention. Texte original. (Etat le 24 août 2013)

0.672.933.21. Chapitre I Champ d application de la Convention. Texte original. (Etat le 24 août 2013) Texte original 0.672.933.21 Convention entre la Confédération suisse et l Espagne en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune Conclue le 26 avril 1966 Approuvée

Plus en détail

ACCORD DE LIBRE-ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS-UNIS

ACCORD DE LIBRE-ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS-UNIS ACCORD DE LIBRE-ECHANGE ENTRE LE MAROC ET LES ETATS-UNIS CHAPITRE 10 INVESTISSEMENT SECTION A - INVESTISSEMENT ARTICLE 10.1 : PORTEE ET CHAMP D APPLICATION Le présent chapitre s applique aux mesures adoptées

Plus en détail

Accord complémentaire à la convention de sécurité sociale franco malgache du 8 mai 1967 relatif au régime de sécurité sociale des marins signé à

Accord complémentaire à la convention de sécurité sociale franco malgache du 8 mai 1967 relatif au régime de sécurité sociale des marins signé à Accord complémentaire à la convention de sécurité sociale franco malgache du 8 mai 1967 relatif au régime de sécurité sociale des marins signé à Tananarive le 8 novembre 1969 ACCORD COMPLÉMENTAIRE DU 8

Plus en détail

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale

Autorisation d emprunt pour l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale Projet de loi (89) accordant une autorisation d emprunt de 6 00 000 F au Conseil d Etat pour financer l acquisition d actions nominatives et au porteur de la Banque cantonale de Genève et ouvrant un crédit

Plus en détail

Algérie. Convention fiscale avec la Chine

Algérie. Convention fiscale avec la Chine Convention fiscale avec la Chine Signée le 6 novembre 2006 [NB - Ratifiée par le Décret présidentiel n 07-174 du 6 juin 2007, la convention n est pas entrée en vigueur à ce jour.] Art.1.- Personnes visées

Plus en détail

Avenant. Texte original

Avenant. Texte original Texte original Avenant à la Convention entre la Suisse et la France en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune signée à Paris le 9 septembre 1966 (et son

Plus en détail

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970)

18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1. (Conclue le premier juin 1970) 18. CONVENTION SUR LA RECONNAISSANCE DES DIVORCES ET DES SÉPARATIONS DE CORPS 1 (Conclue le premier juin 1970) Les Etats signataires de la présente Convention, Désirant faciliter la reconnaissance des

Plus en détail

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1.

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Titre premier Dénomination et objet Article premier La Caisse

Plus en détail

1. Principes généraux concernant la transaction

1. Principes généraux concernant la transaction ACCORDS TRANSACTIONNELS Fondements : Article 2044 CV : «La transaction est le contrat par lequel les parties terminent une contestation née ou préviennent une contestation à naître. Circulaire du 1 er

Plus en détail

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX

CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX CONTRAT TYPE ENTENTE RELATIVE AU REGROUPEMENT D'EMPLOYEURS AUX FINS DE L'ASSUJETTISSEMENT À DES TAUX PERSONNALISÉS ET AU CALCUL DE CES TAUX ENTRE : LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL,

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

2.1. Pour chaque commande, un devis sera établi par Duo Dujardin sur la base des demandes du Client.

2.1. Pour chaque commande, un devis sera établi par Duo Dujardin sur la base des demandes du Client. CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET DE PRESTATION DE SERVICE DUO DUJARDIN APPLICABLES AUX CLIENTS PROFESSIONNELS Les présentes conditions générales sont applicables à toutes ventes de produits et à toutes

Plus en détail

Centre de Gestion de la FPT du LOIRET Page : 1/10

Centre de Gestion de la FPT du LOIRET Page : 1/10 CAHIER DES CHARGES ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE GENERALE Lot n 4 CENTRE DEPARTEMENTAL DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET 20, avenue des droits de l Homme B.P. 91249 45002 ORLEANS

Plus en détail

MODÈLE DE STATUTS DE SOCIETE CIVILE DE MOYENS

MODÈLE DE STATUTS DE SOCIETE CIVILE DE MOYENS MODÈLE DE STATUTS DE SOCIETE CIVILE DE MOYENS Communication du contrat en deux exemplaires au conseil départemental (art. L. 4113-9 du code de la Santé publique). ENTRE LES SOUSSIGNÉS : (Nom - Prénom -

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT TABLE DES MATIÈRES

OFFRE DE FINANCEMENT TABLE DES MATIÈRES OFFRE DE FINANCEMENT TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 5 0.00 INTERPRÉTATION... 6 PAGE 0.01 Terminologie... 6 0.01.01 Actif... 6 0.01.02 Activités... 6 0.01.03 Avoir des actionnaires... 6 0.01.04 Base d'amortissement...

Plus en détail

CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES

CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES Conclue à Bruxelles le 10 avril 1926-1 - CONVENTION INTERNATIONALE

Plus en détail

entre la Confédération suisse et la République argentine en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune

entre la Confédération suisse et la République argentine en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune Texte original Convention entre la Confédération suisse et la République argentine en vue d éviter les doubles impositions en matière d impôts sur le revenu et sur la fortune Conclue le 20 mars 2014 Approuvée

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE :

CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : CONDITIONS GÉNÉRALES D ACHAT IDVERDE : Article 1 Champ d application Toute commande passée par IDVERDE (ci-après dénommée «l Acheteur») auprès d un fournisseur de Biens ou d un prestataire de Services

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Résumé des dispositions de la directive visant à améliorer l accès à la justice dans les affaires transfrontalières par l établissement de

Plus en détail

PLAN D ATTRIBUTION D ACTIONS DE PERFORMANCE SANOFI RÈGLEMENT DU PLAN 7 F 1 BÉNÉFICIAIRES... 2 2 PÉRIODE D ACQUISITION... 2

PLAN D ATTRIBUTION D ACTIONS DE PERFORMANCE SANOFI RÈGLEMENT DU PLAN 7 F 1 BÉNÉFICIAIRES... 2 2 PÉRIODE D ACQUISITION... 2 24 juin 2015 PLAN D ATTRIBUTION D ACTIONS DE PERFORMANCE SANOFI RÈGLEMENT DU PLAN 7 F 1 BÉNÉFICIAIRES... 2 2 PÉRIODE D ACQUISITION... 2 3 CONDITIONS DE L ACQUISITION DÉFINITIVE... 3 4 MODALITÉS DE LIVRAISON

Plus en détail

REPORTS OF INTERNATIONAL ARBITRAL AWARDS RECUEIL DES SENTENCES ARBITRALES

REPORTS OF INTERNATIONAL ARBITRAL AWARDS RECUEIL DES SENTENCES ARBITRALES REPORTS OF INTERNATIONAL ARBITRAL AWARDS RECUEIL DES SENTENCES ARBITRALES Affaire relative à l interprétation du traité de commerce conclu entre l Italie et la Suisse le 13 juillet 1904 (Italie, Suisse)

Plus en détail

Texte original. Conclu le 26 juin 1962 Approuvé par l Assemblée fédérale le 27 septembre 1962 1 Entré en vigueur le 18 décembre 1962 2

Texte original. Conclu le 26 juin 1962 Approuvé par l Assemblée fédérale le 27 septembre 1962 1 Entré en vigueur le 18 décembre 1962 2 Texte original 0.946.292.891 Accord de commerce, de protection des investissements et de coopération technique entre la Confédération Suisse et la République de Côte d Ivoire Conclu le 26 juin 1962 Approuvé

Plus en détail

CHAP. 3. ayant le siège principal de ses affaires en la. de Montréal, la convention suivante : "CONVENTION ENTRE

CHAP. 3. ayant le siège principal de ses affaires en la. de Montréal, la convention suivante : CONVENTION ENTRE 26 Chap. 3 La Banque Nationale 14 Geo. V CHAP. 3 Loi concernant rémission d'obligations de la province au montant de quinze millions de dollars aux fins de la fusion de la Banque d'hochelaga et de la Banque

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

0.748.127.191.72 Accord relatif aux services aériens entre la Suisse et la Belgique

0.748.127.191.72 Accord relatif aux services aériens entre la Suisse et la Belgique Texte original 0.748.127.191.72 Accord relatif aux services aériens entre la Suisse et la Belgique Conclu le 24 mars 1960 Approuvé par l Assemblée fédérale le 21 juin 1961 1 Entré en vigueur le 27 novembre

Plus en détail

CLUB DE TIR DE NEUF-BRISACH ET ENVIRONS. Affiliée à la Fédération Française de Tir sous le N 0168442 STATUTS

CLUB DE TIR DE NEUF-BRISACH ET ENVIRONS. Affiliée à la Fédération Française de Tir sous le N 0168442 STATUTS CLUB DE TIR DE NEUF-BRISACH ET ENVIRONS Affiliée à la Fédération Française de Tir sous le N 0168442 STATUTS OBJET ET COMPOSITION DU CLUB DE TIR Article 1 er : L'Association dite Club de Tir de NEUF-BRISACH,

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Version du 13 mai 2016 NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version

Plus en détail

CONVENTION USA - SUISSE

CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION USA - SUISSE CONVENTION ENTRE LA CONFÉDÉRATION SUISSE ET LES ETATS-UNIS D'AMÉRIQUE EN VUE D'ÉVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS EN MATIÈRE D'IMPÔTS SUR LE REVENU, SIGNÉE À WASHINGTON, LE 2 OCTOBRE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - DEFINITIONS - CLAUSES GENERALES BRIDGESTONE France 1.1 Tous achats de biens, marchandises, équipements et matériels et de services

Plus en détail

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 Convention concernant la protection du salaire (Note: Date d'entrée en vigueur: 24:09:1952. Cette convention a été partiellement révisée en 1992 par

Plus en détail

CONVENTION. entre. La VILLE de ROUEN L ENTREPRISE SOCIALE POUR L HABITAT DIALOGE

CONVENTION. entre. La VILLE de ROUEN L ENTREPRISE SOCIALE POUR L HABITAT DIALOGE CONVENTION entre La VILLE de ROUEN et L ENTREPRISE SOCIALE POUR L HABITAT DIALOGE Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Conseillère Municipale Déléguée,

Plus en détail

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»):

2. Aux termes de l article 34, paragraphes 1 à 3, du code des impôts sur les revenus 1992 (ci-après le «CIR 1992»): CE Cour de Justice, le 23 janvier 2014 * Affaire C-296/12 Commission européenne contre Royaume de Belgique 1. Par sa requête, la Commission européenne demande à la Cour de constater que, en adoptant et

Plus en détail

FranceDNS - CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU SERVICE REVENDEUR POUR LES NOMS DE DOMAINE

FranceDNS - CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU SERVICE REVENDEUR POUR LES NOMS DE DOMAINE FranceDNS - CONDITIONS GENERALES D'UTILISATION DU SERVICE REVENDEUR POUR LES NOMS DE DOMAINE CG-RES version 1.1 en date du 1er décembre 2012 FranceDNS SAS 165 avenue de bretagne 59000 LILLE, FRANCE Registered

Plus en détail

Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945)

Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945) Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945) Source: Notes et études documentaires. dir. de publ. La Documentation française. 21.04.1948, n 884. Paris: La Documentation

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

C O N V E N T I O N. (a) ******************

C O N V E N T I O N. (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département, en vertu de la délibération

Plus en détail

CONTRAT D EMPLOI ENTRE : L HÔPITAL MONTFORT (l «Hôpital») ET : (Nom) le «Cadre supérieur»)

CONTRAT D EMPLOI ENTRE : L HÔPITAL MONTFORT (l «Hôpital») ET : (Nom) le «Cadre supérieur») CONTRAT D EMPLOI ENTRE : L HÔPITAL MONTFORT (l «Hôpital») ET : (Nom) le «Cadre supérieur») ATTENDU QUE l Hôpital veut retenir les services du Cadre supérieur comme (Titre d emploi) de l Hôpital et que

Plus en détail

1993 GUADALAJARA CONVENTION/CONVENTION DE GUADALAJARA (1961) 391 CONVENTION

1993 GUADALAJARA CONVENTION/CONVENTION DE GUADALAJARA (1961) 391 CONVENTION 1993 GUADALAJARA CONVENTION/CONVENTION DE GUADALAJARA (1961) 391 CONVENTION complémentaire à la Convention de Varsovie, pour l'unification de certaines règles relatives au transport aérien international

Plus en détail

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012)

Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) Juin 2012 v1 Acte anormal de gestion et renonciation un droit l affaire EXOR (4 juin 2012) La renonciation à une renégociation d un contrat de prêt est elle un acte anormal de gestion? Une société acquiert

Plus en détail

VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA)

VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA) VENTE D IMMEUBLES EN L ETAT FUTUR D ACHEVEMENT (VEFA) SOMMAIRE I. CADRAGE II. DEFINITION III. CONTENU DE LA VEFA IV. OBLIGATIONS CONTRACTUELLES V. CONSERVATION DES DROITS DE L ACQUEREUR VI. RETARD ET PENALITES

Plus en détail

Propos liminaires Un manuel de droit international de l investissement : pourquoi, comment?... 5

Propos liminaires Un manuel de droit international de l investissement : pourquoi, comment?... 5 Propos liminaires Un manuel de droit international de l investissement : pourquoi, comment?... 5 1. Pourquoi ce manuel?... 5 2. Présentation de la structure du présent manuel... 7 Chapitre préliminaire.

Plus en détail

CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE

CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE CONVENTION FISCALE FRANCO-ARGENTINE La France est liée à la République d Argentine par une convention fiscale en vue d éliminer les doubles impositions et de prévenir l évasion fiscale en matière d impôt

Plus en détail

0.211.422.913.61 Convention additionnelle

0.211.422.913.61 Convention additionnelle Traduction 1 0.211.422.913.61 Convention additionnelle à la Convention du 6 décembre 1920 entre la Confédération suisse et l Empire allemand, concernant les hypothèques suisses avec clause d or en Allemagne

Plus en détail

d'exposer ses produits et ses services ; de déterminer et conduire sa politique de production et de commercialisation ;

d'exposer ses produits et ses services ; de déterminer et conduire sa politique de production et de commercialisation ; Loi N 58/94/3 e L du 16 octobre 1994 modifiant la Loi N 88/AN/1 e L du 13 février 1984 portant Code des Investissements L'Assemblée Nationale a adopté ; Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983)

Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) Convention sur la représentation en matière de vente internationale de marchandises (Genève, 17 février 1983) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, DESIRANT établir des dispositions communes concernant

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec le Portugal

Tunisie. Convention fiscale avec le Portugal Convention fiscale avec le Portugal Signée le 24 février 1999, entrée en vigueur le 1 er janvier 1999 Art.1.- Personnes visées La présente Convention s applique aux personnes qui sont des résidents d un

Plus en détail

Conditions générales de location

Conditions générales de location Conditions générales de location Applicables à compter du 01/11/2011 ARTICLE 1. Champ d application 1.1 Partie Les présentes conditions générales sont applicables entre : TRAVELLERPAD, SAS au capital de

Plus en détail

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité),

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité), Entre les soussignés, Personne morale :...(dénomination sociale),...(forme),...(capital),...(rcs),...(numéro SIREN) dont le siège social est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom),

Plus en détail

STATUTS I - BUT DE LA FONDATION D'ENTREPRISE

STATUTS I - BUT DE LA FONDATION D'ENTREPRISE FONDATION D'ENTREPRISE GENAVIE Fondation d'entreprise régie par la loi n 90-559 du 4 juillet 1990 Siège social : Centre hospitalier de NANTES (Loire-Atlantique) ----------------------------------- STATUTS

Plus en détail

Tunisie. Convention fiscale avec la Turquie (Accord fiscal)

Tunisie. Convention fiscale avec la Turquie (Accord fiscal) Convention fiscale avec la Turquie (Accord fiscal) Signée le 2 octobre 1986, entrée en vigueur le 28 décembre 1987 Chapitre 1 - Champ d application de l accord Art.1.- Personnes visées Le présent accord

Plus en détail

Modèle de statuts Gautier-Girard.com

Modèle de statuts Gautier-Girard.com Modèle de statuts Gautier-Girard.com La SARL Avertissement Ce modèle de statuts est fourni gratuitement à titre d'exemple, dans un but informatif. C'est à vous de l'adapter ensuite à votre propre situation

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics

MARCHE PUBLIC DE SERVICES. MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics PREFET DU HAUT-RHIN MARCHE PUBLIC DE SERVICES MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE Passé en application de l article 28 du code des marchés publics CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES (CCP) ASSURANCE RESPONSABILITE

Plus en détail

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L.

prévues au 1. «3. L'exonération s'applique dans les mêmes conditions aux parts de fonds d'investissement de proximité définis par l'article L. Article 16 I. - Le I de l'article 885 I ter du code général des impôts est ainsi modifié : 1 Les trois alinéas sont regroupés sous un 1 ; 2 Dans le premier alinéa, après les mots : «sa souscription au

Plus en détail