Femmes entrepreneurs et forte croissance : est-ce possible?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Femmes entrepreneurs et forte croissance : est-ce possible?"

Transcription

1 Femmes entrepreneurs et forte croissance : est-ce possible? Catherine Léger-Jarniou Enseignant-chercheur à DRM-Management & Organisation / UMR CNRS 7088 Université Paris-Dauphine, France Mail : Abstract Les femmes entrepreneurs vivent la croissance différemment. Contrairement à une vision plus traditionnelle de l'entrepreneuriat féminin, notre étude porte sur l hypothèse selon laquelle certaines femmes entrepreneures cherchent délibérément la croissance. A partir de cette hypothèse, un certain nombre de questions se posent : Comment voient-elles leur entreprise? Comment prennent-elles la décision de la croissance? Comment gèrentelles cette situation? En particulier, la relation de leadership et l'équilibre entre vie privée et professionnelle seront étudiés. Le papier passe en revue la littérature sur les femmes entrepreneurs. Une analyse des données de femmes entrepreneurs sélectionnées en raison de la forte croissance de leur entreprise est présentée. Des entretiens semi-directifs sont réalisés afin de mieux comprendre leur comportement et de répondre aux questions posées. Nos résultats mettent en évidence plus de similitudes que de différences entre les entrepreneurs féminins et masculins, quand les femmes choisissent délibérément la croissance pour leur entreprise, même si elles vivent la croissance différemment en ce sens qu elle n a pas la même signification pour elles que pour les hommes. Ces femmes montrent ainsi une façon de gérer très particulière et trouvent un équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Une prise de conscience et une compréhension accrues de cette population d'entrepreneurs pourraient être utiles pour les décideurs politiques et les banquiers / investisseurs pour les amener à accorder plus d'attention à ces entrepreneurs. Mots clés : entrepreneuriat féminin, croissance, choix stratégiques, management et leadership. 1

2 Introduction L'entrepreneuriat est largement reconnu comme le moteur de la croissance économique et du développement (Audretsch et al, 2006). De même qu il existe un intérêt croissant pour l'entrepreneuriat en général (par exemple Zimmerer et Scarborough, 2001), il existe un intérêt croissant sur l'entrepreneuriat des femmes (par exemple, Bruni et al, 2004; Brush et al, 2004, Pines et Schwartz, 2008), comme le note Pines et al. (2010) qui se traduit par un nombre de recherches plus important. Néanmoins, cet intérêt est relativement récent. Jusque dans les années 1970, le rôle des femmes entrepreneurs a en effet rarement été pris en compte (Humbert et al, 2009). En fait, les femmes contribuent grandement à la dynamique économique : aujourd'hui, un tiers des entrepreneurs sont des femmes, contre 5% en 1970 (Bird & Brush, 2002). L'entrepreneuriat féminin continue de croître mondialement dans le secteur de la petite entreprise, notamment parce qu il a cru très fortement ces dernières années (Jalbert, 2000). Ces entreprises représentent entre 25% et 33% des entreprises de l'économie formelle et sont susceptibles de jouer un rôle encore plus important dans les secteurs informels (Global Entrepreneurship Monitor, 2012). Les femmes entrepreneurs exercent dans tous les secteurs de l'économie, y compris la construction, le commerce de gros, le commerce, le transport, la communication, la fabrication et les services aux entreprises (Minniti et al, 2005). De ce fait, les femmes entrepreneurs sont considérées comme importantes pour le développement économique : non seulement elles contribuent à la création d'emplois et à la croissance économique de par leur nombre croissant, mais elles contribuent aussi à la diversité de l'entrepreneuriat (Verheul et Thurik, 2001) comme l'a confirmé Vernheul et al. (2006). En tant que tel, le concept de «l'entrepreneuriat féminin» - un terme qui couvre à la fois la situation des femmes dans la société et le rôle de l'entrepreneuriat dans cette même société (OCDE, 2002) - a attiré l'attention ces dernières années, ce qui se traduit par le fait que beaucoup de gouvernements et d organisations non gouvernementales ont manifesté leur intérêt pour le sujet. Comme tout phénomène récent, le nombre de recherches sur les femmes entrepreneurs sont de plus en plus nombreuses, et nous pouvons identifier trois périodes: (1) au cours des années 1970 à 1980, l accent a été mis dans la recherche sur les caractéristiques des femmes et les 2

3 comparaisons entre les hommes et les femmes, reposant sur l'idée que la norme entrepreneuriale est une norme masculine ; (2) pendant les années 1990, des études sur le genre ont essayé d'expliquer le succès et les motivations des femmes entrepreneurs et (3) depuis 2000, la recherche est plus abondante et se concentre sur les femmes uniquement (par exemple dans les pays en développement, certaines catégories de femmes). Elle semble également plus soutenue par les décideurs. Les résultats ont montré que les femmes entrepreneurs constituent un groupe hétérogène, avec des vécus, des aspirations et des expériences différents (Marlow et Carter, 2004) et finalement leurs similitudes avec les hommes sont plus grandes que leurs différences (Ahl, 2006; Brush, 1992; Neergaard et al., 2005; Pines et al, 2010). De nos jours, cependant, comme Carter et Shaw (2006) l ont noté, la recherche sur l'entrepreneuriat évolue d études cherchant à comprendre si le genre est source de différence à des études pour comprendre comment cela fait une différence («research on entrepreneurship is moving from looking at whether gender makes a difference to how it makes a difference» Pines et al., 2010). Notre étude s'inscrit dans ce cadre du «comment cela fait une différence». Le but de cette étude est de développer la connaissance sur les aspirations de croissance des femmes entrepreneurs qui recherchent délibérément la croissance. Les questions importantes sont alors : «Comment les femmes entrepreneurs qui visent la croissance voient leurs entreprises?", "Comment prennent-elles la décision de croissance?" et "Comment gèrent-elles cette situation?". Ce papier est organisé comme suit. La première section donne un aperçu de la littérature actuelle sur l'entrepreneuriat des femmes, sans oublier la croissance. La méthodologie ainsi que le contexte de la recherche sont développés dans la seconde section. La dernière section résume les conclusions, discute les résultats et les implications à la fois pour les femmes entrepreneurs axées sur la croissance et pour les décideurs. 1. Revue de la littérature sur l'entreprenariat féminin Comme on l a noté précédemment, la recherche en entrepreneuriat féminin est un sujet récent en particulier en France et les recherches commencent à être plus nombreuses. 3

4 Dans l'introduction, nous avons identifié trois périodes, les deux premières périodes sont axées sur des comparaisons entre les hommes et les femmes (par exemple, les motivations, la personnalité, l'expérience) reposant sur l'idée que la norme entrepreneuriale est une norme masculine (Brush, 1992). La période la plus récente montre une plus grande diversité dans les sujets de recherche, notamment centrés sur les femmes. Selon un autre angle, Verheul et al. (2006) ont mis en évidence que la littérature se compose principalement d'études micro-économiques qui se concentrent sur les caractéristiques distinctives des femmes et des hommes, des études incluant des caractéristiques environnementales (telles que les contraintes financières ou d'autres défis lors du démarrage ou du développement d'une entreprise). Ils ont remarqué que peu d'études ont étudié l'influence de facteurs macro-économiques sur l'entrepreneuriat féminin et masculin, à l'exception de Reynolds et al. (2002), Kovalainen et al. (2002), Minniti et al. (2005) et euxmêmes. Par ailleurs, De Bruin et al. (2007), qui ont effectué une analyse de la méthodologie de 52 articles de recherche soumis à la revue ET & P pour une édition spéciale sur l'entrepreneuriat féminin, ont noté que la recherche actuelle est dominée par une analyse statistique multivariée et positiviste. La revue de la littérature est organisée de la manière suivante : (1) les études comparant les hommes et les femmes entrepreneurs, (2) les études macro économiques et (3) les études sur les entrepreneurs à forte croissance Les études qui comparent les hommes et les femmes entrepreneurs La principale question ici concerne la façon dont les femmes sont différentes des hommes, basées ou non sur le point de vue du genre. Ces études comparatives sont fondées sur des données, sur les motivations et les difficultés Les études fondées sur des données Carter, Anderson et Shaw (2001) ont montré, sur la base d articles publiés entre 1970 et 2000, que les femmes entrepreneurs sont généralement plus jeunes que les hommes, ont un diplôme d'études inférieur dans les pays développés et le plus souvent n ont pas fondé leurs entreprises dans les pays à revenu élevé (85%). On retrouve plus de femmes dans les services, y compris BtoC et leurs sociétés sont plus petites et moins efficaces (chiffre d'affaires, employés) que celles créées par des hommes. Les femmes rencontrent plus de difficultés à accéder à des 4

5 ressources que les hommes (capital financier, capital humain et capital social). Toutefois, aucune différence significative n'a été observée en termes d'expérience professionnelle ou de secteur d activité. Selon eux, ces résultats doivent être comparés avec ceux des secteurs où les femmes entrepreneurs sont présentes. Pour St-Cyr, Audet et al. (2002), ni la croissance ni la rentabilité n ont une relation avec le genre, mais dépendent de facteurs tels que la taille de l'entreprise, l'âge et le secteur d'activité Les études fondées sur les motivations En comparant les femmes aux hommes entrepreneurs, certains auteurs ont choisi de se concentrer sur les facteurs qui influencent les préférences de ces entrepreneurs. Slate (2007) souligne que pour les femmes entrepreneurs les principaux facteurs de motivation semblent être un équilibre entre les exigences professionnelles et privées, la préoccupation de la famille, le désir de flexibilité et l envie de travailler en étroite collaboration avec les membres de la famille. En outre, Resnick (2007) émet l'hypothèse que certaines femmes gardent leurs entreprises petites et gérables afin que ces dernières n empiètent pas sur le temps qu'elles passent avec leur famille. Elle pense également que peu de femmes entrepreneurs sont prêtes à prendre les mêmes risques que les hommes. A l'opposé, Gupta et al (2009) ont montré que les hommes et les femmes perçoivent les entrepreneurs comme ayant des caractéristiques essentiellement masculines. Ils ont également montré que les femmes qui se percevaient comme ayant des caractéristiques plus masculines ont tendance à avoir des intentions entrepreneuriales plus fortes. D autres études ont montré que les motivations étaient différentes selon que les femmes devenaient entrepreneurs «par nécessité» ou «par opportunité». Cet argument est également repris dans les études macro-économiques Les études fondées sur les difficultés Santos et al. (2013) ont noté que certaines études montrent que les femmes rencontrent quelques difficultés dans le contexte de leur activité entrepreneuriale notamment par rapport aux hommes (Becker-Blease et Sohl, 2007; Brush et al, 2002; Carter et Allen, 1997; Fabowale, Orser et Riding, 1995; Marlow et Patton, 2005; Smith-Hunter, 2006) et moins d'expérience en gestion (Brush et al, 2004, Loscocco et al, 1991). Elles ont des problèmes d accès aux ressources financières, humaines et de réseau. 5

6 Les femmes perçoivent moins d'opportunités et rencontrent des obstacles financiers plus élevés que leurs homologues masculins (Langowitz et Minniti, 2007; Minniti et Nardone, 2007). Ainsi, le projet Diana (Brush et al, 2004) a montré que l'industrie du capital-risque est très majoritairement masculine et que les relations pré-existantes entre les entrepreneurs et le capital-risque constituent un avantage important. Par ailleurs, même les femmes du capitalrisque n accordent pas de traitement préférentiel aux femmes rappelle Pines et al. (2010). Une différence peut être faite entre l entrepreneuriat par «nécessité» et par «opportunité». Certains auteurs affirment que l entrepreneuriat par nécessité est plus fréquent chez les femmes (Allen et al, 2007; Reynolds et al, 2002 ; Bosma et al, 2009) selon Pines et al. (2010), mais cet argument est à relier à l origine géographique des femmes. Dans ce domaine, des études ont porté sur les femmes asiatiques immigrées en Australie (Collins et Low (2010), les femmes entrepreneurs dans les économies en transition comme la Slovénie (Tominc et Rebernik, 2006), en Amérique latine et dans les Caraïbes (Terjesen et Amoros, 2010) ou l'afrique du Sud (Anast et Halkias, 2009). D'autres études ont examiné les femmes pauvres dans les pays pauvres et les relations entre pratiques religieuses et culturelles, comme en Inde (Field et al., 2010). Ces études cherchent toutes à faire le bilan de la situation en vue de faire des recommandations aux décideurs politiques. La recherche d Apergis et Pekka-Economou (2010) s'inscrit parfaitement dans ce schéma, en ce qu'elle vise à alerter les autorités à propos de la situation des femmes chefs d'entreprise en Grèce. D'autres études ont porté sur les anciens élèves des institutions, comme le Meredith College (Bledsoe et Oatsvall, 2010) Études macroéconomiques Comme indiqué précédemment, certaines études ont porté sur l'influence des facteurs macroéconomiques sur l'entrepreneuriat masculin et féminin ; les plus importantes sont résumées ici. Verheul et al. (2006) ont expliqué les raisons des différences entre l'entrepreneuriat masculin et féminin en analysant les données provenant de 29 pays étudiés par le Global Entrepreneurship Monitor (GEM). Ils ont étudié l'impact du développement économique, des facteurs économiques (comme le revenu, l emploi), démographiques, institutionnels et culturels sur les activités entrepreneuriales par pays. Selon eux, le chômage a moins d'effet sur l'activité entrepreneuriale des femmes que sur celle des hommes, tandis que le désir d'une 6

7 «vie correcte» a un impact beaucoup plus fort sur les activités entrepreneuriales des femmes que sur celles des hommes. Cette dernière constatation est contraire à la perspective d'une «légitimité sociale». Dans les deux cas, la famille a un impact positif sur l'activité entrepreneuriale. Minniti (2010) a examiné l'entrepreneuriat féminin dans 34 pays et mis l'accent sur la relation entre l'entrepreneuriat féminin et le niveau de revenu par habitant (PIB) des pays, en utilisant les données du GEM. Cette étude suggère que les niveaux de PIB par habitant ont une relation significative avec les différences entre les hommes et les femmes dans leur comportement entrepreneurial, ce qui se traduit par le fait que l'entrepreneuriat féminin est souvent un entrepreneuriat de nécessité. Toutefois, les perceptions individuelles jouent également un rôle important, mais les données démographiques individuelles et les circonstances économiques sont relativement peu importantes. Kovalainen et al. (2002) ont utilisé des données provenant de 29 pays (GEM, 2001) et Reynolds et al. (2002) a mobilisé le GEM 2002 (37 pays). Dans la même veine, Delmar et Davidsson (2000) ont étudié la situation de la création de nouvelles entreprises en Suède et Shane et al. (1991) ont mis l'accent sur les différences de motivation pour la création de startups dans les différents pays en fonction du sexe. Ces études sont très détaillées, même si elles ont toujours comparé les femmes aux hommes. Hattab (2010) a étudié la relation entre les facteurs environnementaux externes et la croissance des femmes entrepreneurs en Jordanie, en se concentrant sur une analyse causale statistique afin de mieux comprendre la situation. Les résultats de cette étude démontrent que l'environnement technologique (technologie de la connaissance, de l'équipement et l'informatisation) a un impact significatif sur la croissance de l'entreprise. De son côté, Kobeissi (2010) a étudié l'impact de cinq variables liées au genre sur l'activité des femmes entrepreneurs dans 44 pays développés et en développement : l'autonomisation et le niveau de scolarité, le fait d'avoir une activité économique et l'existence de différences de salaires entre hommes et femmes ont tous des influences positives sur les activités entrepreneuriales. Toutefois, dans cette étude, l'influence de la fécondité est variable et peu étudiée. D'autres études ont mis l'accent sur les pays en développement en démontrant que les femmes participent à la réduction de la pauvreté (Yunus, 2007). Les femmes ont également un taux élevé de participation dans les zones rurales des pays en développement (Boserup, 1970). Par 7

8 exemple, les taux d'entrepreneuriat des femmes sont plus élevés dans certains pays (comme l'inde, l'argentine, le Brésil) et faibles dans d'autres (par exemple le Japon, la Belgique, la Russie). Basé sur la théorie institutionnelle, Baughn et al. (2006) ont discuté de la forte influence des normes et valeurs culturelles sur la proportion de femmes chefs d'entreprise. D'après les résultats du GEM, ils notent que dans les pays où la proportion de femmes entrepreneurs est faible, le niveau global de l'activité entrepreneuriale est également faible. Ils soutiennent également que dans les pays où les entrepreneurs sont respectés et admirés, la proportion de femmes entrepreneurs est plus élevée, ce qui suggère que les femmes sont plus sensibles au niveau de soutien normatif de la société à leur activité professionnelle que les hommes. Pour conclure, les mythes et la réalité coexistent sur l entrepreneuriat des femmes. Menzies et al. (2004) ont analysé les mythes sur les femmes entrepreneurs, en particulier ceux provenant du travail de Brush. Dans l'ensemble, les résultats montrent que dans de nombreux cas, les néo-entrepreneurs, femmes ou hommes, créent en continuation de leur expérience professionnelle (gestion, industrie), de leur niveau de formation, de leurs réseaux existants. En outre, ils n'ont pas remarqué de différence en ce qui concerne le niveau d'investissement initial, les sources de financement et la santé financière de l entreprise. Il n y a pas non plus de différence en termes de motivation ou de volonté de prendre des risques. Ceci étant dit, les hommes sont plus enclins que les femmes à s'entourer de partenaires commerciaux en dehors de leur famille. Pour faire court, la majorité de ces études suggère plus de similitudes que de différences entre les hommes et les femmes (la recherche d'un revenu, une plus grande autonomie, l'indépendance, l'accomplissement de soi, le rejet de l'autorité et la recherche d opportunités), même si on peut observer des différences en ce qui concerne les réseaux, l'expérience, l utilisation de l information et la performance Les études sur les entrepreneurs et la croissance Quelques études peu nombreuses montrent des différences entre les hommes et les femmes en terme de prise de décision de croissance fondées sur des arguments sociologiques (par exemple, la théorie de la socialisation), les motivations (par exemple, Claire (2009) et Cliff (1998) ) ou se concentrent sur les contraintes financières (par exemple Neeley et al., 2010). 8

9 Les femmes entrepreneurs et les propriétaires de petites entreprises ont moins de succès que les hommes en termes de croissance estimée en chiffre d affaires, bénéfice et nombre d'employés (Chaganti & Parasuraman, 1999; Fischer, Ruben & Dyke, 1993; Kalleberg et Leicht, 1991 ; Srinivasan, Woo & Cooper, 1993). Bien que la US Small Business Administration a affirmé que les entrepreneurs hommes réussissent mieux que les femmes (Lowrey, 2006), des recherches récentes ont démontré qu'en réalité, le sexe n'affecte pas les performances lorsque d'autres facteurs sont contrôlés (Kepler et Shane, 2007). Toutes les autres études montrent plus de similitudes. Alors que les entrepreneurs sont des produits de la culture dans laquelle ils vivent, le choix de carrière non traditionnelle d'un entrepreneur suggère une socialisation incomplète dans les valeurs traditionnelles de carrière. La théorie de la socialisation suggère que les hommes sont plus intéressés par la croissance économique que les femmes. À 3 ans, les enfants montrent des différences significatives quant à leur socialisation. Selon Elkin et Haendel (1984), les filles sont considérées féminines quand (entre autres) elles font preuve d'une conscience sociale et les garçons sont considérés comme des hommes quand ils montrent un intérêt dans des objets ou des idées et non dans les individus et quand ils essaient de faire fonctionner les choses. Compte tenu des différences entre la socialisation masculine et féminine, la motivation des entrepreneurs naissants pour la croissance est plus forte pour les hommes que pour les femmes (Chaganti & Parasuraman, 1999 Cliff, 1998; Demartino & Barbato, 2003; Still & Timms, 2000). Claire (2009) a examiné l'orientation vers la croissance des entrepreneurs en devenir, en comparant les sujets selon le sexe. Les données montrent clairement que les entrepreneurs naissants souhaitent de nombreux éléments pour leurs entreprises, mais que la croissance ne domine pas ces résultats comme on le pensait auparavant. Au lieu de cela, la plupart des sujets ont cherché à créer de petites organisations qui leur permettent de prendre soin d'eux-mêmes, de leurs employés et de leurs clients. Claire évoque la présence possible d'un biais de désirabilité sociale qui empêche ces entrepreneurs d'affirmer que l'aspect économique de leur entreprise est plus important que leurs employés et leurs familles. En termes d'intentions, Cliff (1998) a constaté que les femmes sont moins intéressées que les hommes par la croissance de leurs entreprises, la majorité d entre elles pense que l entreprise a déjà atteint une taille parfaite. Neeley et Van Auken (2010) ont étudié le rôle des fonds d'amorçage dans des entreprises appartenant à des hommes et des femmes. Dans leur recherche, ils démontrent que la taille et 9

10 la croissance des entreprises appartenant à des femmes sont inférieures aux hommes, en soulignant la difficulté d'accéder au capital d'amorçage pour le démarrage et la croissance de l entreprise. Ils montrent que les méthodes de financement sont les mêmes entre les hommes et les femmes, mais qu il existe des différences selon l âge, le niveau d'éducation, le niveau des ventes et du découvert. Still et Timms (2000) ont constaté dans leur étude que les femmes entrepreneurs sont réparties entre celles qui cherchent la croissance et celles qui ne la cherchent pas, ce qui est en contradiction avec leur recherche précédente de En revanche, Morris et al. (2006) a montré que les femmes entrepreneurs sont conscientes de leurs options de croissance, qu'elles font un choix délibéré et arbitrent entre les coûts et les avantages pour à la fois leur entreprise et leur vie personnelle. Shelton (2006) a mis en évidence que les femmes entrepreneurs à forte croissance choisissent des stratégies plus appropriées pour réduire les conflits travail-famille que leurs homologues moins prospères. Elle a étudié les stratégies conventionnelles visant à concilier vie privée et vie professionnelle, telles que 1) l'élimination d'un rôle au détriment de l'autre (généralement la famille), 2) la réduction des rôles et 3) le partage des rôles. Elle a également montré que le «double rôle» a un impact sur la performance des entreprises. Ainsi, les femmes entrepreneurs à forte croissance privilégient le partage des rôles, leur donnant ainsi une plus grande, voire une double satisfaction. Le partage des rôles renvoie à la pratique de la gestion participative dans laquelle les individus délèguent afin d'être moins impliqués dans les affaires sans nuire à la performance et leur permet de réduire les conflits travail-famille. Carrington a réalisé une analyse similaire et a souligné le désir des femmes mariées de concilier vie professionnelle et vie privée (Carrington, 2006). De même, Brush, Carter et al. (2004) ont mis en évidence les motivations des entrepreneurs pour une forte croissance que sont la recherche de l'épanouissement personnel, la réalisation de soi et l'indépendance. En termes de croissance, les rapports du GEM explicitent que les perspectives de croissance sont assez semblables pour les hommes et les femmes, et peut-être plus grande pour les femmes (Minniti, Allen & Langowitz, 2006), contrairement au mythe des femmes qui refusent de croissance (Brush, Carter et al., 2001). Pour conclure, les hommes et les femmes sont plus semblables que différents sur ce point 10

11 selon les recherches récentes et ce papier vise à approfondir l'hypothèse selon laquelle les femmes voient leur entreprise de manière différente et de ce fait les amène à gérer leurs affaires d'une manière elle aussi différente de celle des hommes. Cela nous amène à passer du "si" à la position de "comment cela fait une différence", position de Carter et Show (2006). 2. Méthodologie et recherche Notre recherche se concentre sur les femmes entrepreneurs qui font le choix de la croissance pour leur entreprise. Avant de définir ces termes, certaines informations concernant le contexte français sont nécessaires. Selon le rapport 2007 du GEM sur l'entreprenariat féminin, le TEA (taux d activité entrepreneuriale) masculin est toujours supérieur au TEA féminin, quel que soit le pays. En France, la différence est encore importante (TEA masculin: 6, TEA féminin: 4) et le pays a des taux plus bas que la moyenne européenne (respectivement 10 et 5) ; même si l'europe elle-même présente des taux plus faibles d'entrepreneuriat féminin à la fois au démarrage et pour les entreprises établies. L'entrepreneuriat par opportunité représente 64% de l'activité totale des femmes contre 36% pour l'entrepreneuriat par nécessité en France. Une étude française de donne un aperçu de la situation, selon laquelle les femmes représentent un tiers du nombre total d'entreprises. Au fur et à mesure que la taille de l'entreprise augmente, la proportion des femmes diminue (0 employé: 30%, 1 à 5: 34% 6-19: 29% 20-49: 18% 50-99: 12% % seulement). Les femmes entrepreneurs sont présentes dans tous les secteurs (construction, services et industrie (25%), commerce (33%) et services aux personnes (38%)). Parmi les 31% d'entrepreneurs qui sont des femmes, 12% sont propriétaires de plus de la moitié du capital de leur entreprise, 7% de la moitié et 12% détiennent une part minoritaire. Avant de devenir entrepreneurs, elles avaient un emploi (62%), étaient étudiantes (12%), entrepreneurs (10%), au chômage (2%) et certaines n'avaient jamais travaillé (13%). Pour celles qui avaient travaillé auparavant, la moitié était dans le même secteur d activité et l'autre moitié a changé. Un point intéressant de cette étude concerne le ressenti de ces femmes chefs d'entreprise : 84% étaient satisfaites d être entrepreneurs et 75% affirmaient qu'elles le referaient. 71% d'entre elles déclaraient qu'il n'est 1 Etude TNS Sofres, 2007 «Entrepreneuriat Féminin dans les PME et TPE», réalisée à partir de 1700 entreprises. 11

12 pas plus difficile d'être une femme entrepreneur, contre 29% qui pensaient le contraire. Cependant, elles constatent que certaines choses sont plus difficiles pour les femmes que pour les hommes, comme par exemple concilier travail et vie de famille (70%), se sentir en sécurité (43%), accéder aux marchés et aux clients (19%), recruter du personnel compétent (17%), interagir avec le gouvernement (17%) et obtenir un financement (16%). Enfin, elles estiment que les femmes entrepreneurs ne sont ni plus ni moins reconnues (64%) aujourd'hui, sont plus connues (8%) et moins connues (27%) que les hommes entrepreneurs. Au sein de cette population globale des femmes chefs d'entreprise, nous concentrons notre attention sur un sous-ensemble de femmes chefs d'entreprise axées sur la croissance, parfois appelés femmes ambitieuses. A partir des travaux de Shelton (2006), on peut retenir que les femmes à forte croissance ou ambitieuses sont définies comme des femmes qui ont l'intention et la motivation de développer des entreprises à forte croissance. Elles possèdent des caractéristiques personnelles de vision, d'énergie, et d'opportunisme (Morrison, Breen et Ali, 2003). Gundry et Welsch (2001) ont constaté que les femmes ambitieuses ont l intention de mettre l'accent sur la croissance du marché et l'évolution technologique, ont un engagement plus fort dans la réussite de leurs entreprises et une plus grande volonté de se sacrifier pour leurs entreprises. Contrairement aux entrepreneurs qui privilégient leur mode de vie ou qui souhaitent générer des revenus pour la famille, les femmes entrepreneurs ambitieuses sont motivées pour démarrer et développer des entreprises visibles et valorisables (Henderson, 2002). Shelton (2006) définit la forte croissance par le taux de croissance des ventes pour l'industrie (Gundry et Welsch, 2001; Nicholls-Nixon, 2005 ; Sadler-Smith et al, 2003). La croissance des ventes d'une entreprise doit être supérieure au taux de croissance moyen de l'industrie. Le critère des ventes est la mesure privilégiée de la croissance, car il est relativement insensible à l'intensité capitalistique et au degré d'intégration (selon Delmar, Davidsson et Gartner (2003); Ardishvili et al (1998);. et Hoy, McDougall et Dsouza (1992)), tend à être un précurseur de la croissance d'autres indicateurs tels que les actifs, les bénéfices nets et les employés et enfin est la mesure de croissance préférée par les entrepreneurs eux-mêmes (selon Barkham et al., 1996 ). Le rapport de l'ocde 2012 sur le panorama de l entrepreneuriat remarque que les entreprises 12

13 à forte croissance représentent entre 3,5 et 6% de l'ensemble des entreprises dans les pays de l'ocde si on considère l'emploi et 20% si le chiffre d affaires est pris en compte. Elles plus nombreuses dans les activités de services. En dehors de ces données générales, la forte croissance des femmes entrepreneurs n est pas bien connue en France. Le premier baromètre annuel de la féminisation des capitaux Women Equity for Growth Index- a été créé en 2010 pour produire et analyser des données éclairant l'accès au financement par private equity des PME en croissance dirigées par des femmes. Ces données étaient sous-documentées en comparaison avec d'autres pays, comme les Etats-Unis. En ligne avec les études menées dans d'autres pays, les données collectées par Women Equity For growth (WEG) suggère que les entreprises dirigées par des femmes sont sousreprésentées dans les investissements réalisés par les acteurs du private equity. Elles ne représentent que 5% des opérations sur la période allant de 2006 à 2011 (6% en 2011), alors qu elles représentent 12% à 17% des PME en France ; même si ce chiffre a doublé au cours des cinq dernières années. Cependant, même avec un doublement de la part des opérations en capital dans les sociétés gérées par des femmes, leur présence dans les portefeuilles de private equity reste trois fois inférieure à leur proportion dans l'économie française. L indice WEG est déterminé en quatre étapes en utilisant la base de données d'entreprises Diane (entreprises ayant donné leurs résultats au greffe du tribunal de commerce) : (1) une première sélection est faite sur les entreprises dont le chiffre d'affaires se situe entre 4 et 100 millions d'euros, qui ont entre 20 et 250 salariés, et dont les résultats sont disponibles sur un minimum de trois ans entreprises étaient dans ce cas pour l Indice 2011, (2) une seconde sélection porte sur le fait que les organes de gestion sont féminisés entreprises étaient dans ce cas, (3) une classification est réalisée sur la base de 5 indicateurs de croissance (croissance des revenus de l'année précédente, croissance moyenne du chiffre d'affaires sur 3 ans, croissance de la valeur des ventes l'année précédente, rentabilité et croissance de l excédent brut d exploitation moyen). Cela conduit à une sélection de 300 entreprises, (4) après des analyses minutieuses et des entretiens afin de vérifier les renseignements fournis, les résultats dans le classement recense 150 entreprises qui ont de très bons résultats et connaissent une forte croissance, dont 50 sont finalement identifiées comme étant les plus performantes, dites top-50 Index. Ce classement a été publié chaque année depuis Notre design de recherche a été double. Tout d'abord, nous avons effectué une analyse des 13

14 données d'un échantillon de deux ans du top-50 WEG Index afin d en dégager les chiffres significatifs concernant la croissance. Deuxièmement, nous avons mené des entretiens semidirectifs qualitatifs auprès de sept de ces femmes pour comprendre en profondeur leur comportement, leur représentation de la croissance et nous avons réalisé des études de cas dans le but de présenter un cas dans ce papier. Notre recherche est fondée sur les travaux de Menzies et al (2004), Morris (2006) et Shelton (2006). Nous avons utilisé une approche qualitative où le chercheur constructiviste produit des explications qui ne sont pas la réalité, mais une construction de la réalité qui permet de l expliquer. La connaissance produite est alors subjective et contextuelle. La question du nombre de cas a été soulevée dans le cadre de l'accessibilité des données. Un nombre limité de cas est suffisant au départ pour explorer de nouvelles pratiques. La triangulation des données a été réalisée dans le but de vérifier la collecte des données et de rechercher des informations fiables (Huberman et Miles, 1991). Les bases de données pour 2010 et 2011 se présentent comme suit, montrant le nombre d'entreprises (étape 1 de la procédure) et le nombre d entreprises dirigées par des femmes (étape 2 de la procédure), réparties entre création, reprise et promotion interne. Index 2010 Index 2011 Base d entreprises Entreprises dirigées par des hommes Entreprises dirigées par des femmes (12.09%) (11.57%) Création 57% 47% Reprise 30% 25% Promotion 13% 28% En 2011, les activités des entreprises du top-50 Index sont réparties comme suit: Nombre % Commerce spécialisé Télécom-médias 9 18 Construction 8 16 Industrie 8 16 Santé 7 14 Services BtoB 2 4 Transports

15 IAA 1 2 Immobilier 1 2 Restauration 1 2 Top % 3. Résultats et discussion Les premiers résultats de l analyse des données sont intéressants en ce qu'ils illustrent la différence de performance, en 2011, entre ces 50 entreprises dirigées par les femmes et celles dirigées par des hommes, comme le montre le tableau suivant. N = 2010 ; in K Croissance du CA TCAM du CA 3ans) TCAM de l'ebe (3ans) EBE / CA N/N-1 N/N-3 N/N-3 N (2010) Total entreprises Base WEG 4,5% 0,8% -3,8% 5,7% Total Hommes 4,4% 0,7% -4,2% 5,6% Total Femmes 4,8% 1,5% -0,6% 6,6% Total TOP 50 33,0% 20,2% 29,4% 16,1% TCAM : taux de croissance annuel moyen Ces résultats sont évidents lorsqu'on considère les entreprises françaises qui génèrent plus de 4 millions de ventes en 2010 : celles qui sont dirigées par des hommes (88%) ont eu un taux de croissance de 4,4% (sur une période de trois ans) et un taux de rendement de 5,6% Les quelque entreprises dirigées par des femmes s'en sortent mieux, avec un taux de croissance de 4,8% et un taux de rendement de 6,6%. En ce qui concerne les 50 sociétés sélectionnées par le top-50 WEG, elles se distinguent par une performance financière plus marquée, avec des résultats de 33% et 16,1%, respectivement. Ces résultats sont en totale contradiction avec les études qui ont mis en évidence la réticence 15

16 des femmes à développer leurs activités (par exemple Chaganti & Parasuraman, 1999; Fischer, Ruben & Dyke, 1993; Kalleberg et Leicht, 1991; Srinivasan, Woo & Cooper, 1993). Mais ils confirment certains autres résultats dont celui de Kotiranta et al. pour la Finlande (GEM rapport à 2007) où la rentabilité des entreprises dirigées par des femmes était de 14% contre 12,2% pour celles avec des PDG hommes et respectivement 14,7% et 11,5% lorsque le conseil d administration était majoritairement féminin ou masculin. De plus, notre recherche ne confirme pas que les femmes créent de plus petites entreprises de services, moins rentables et refusent la croissance (Cliff, 1998) pour avoir des entreprises plus facilement gérables et comptent moins sur le financement externe (Resnick, 2007). A partir de ces résultats, une analyse approfondie a été menée avec 7 femmes pour comprendre les écarts de résultats. Les entretiens nous permettent de présenter une étude de cas de l'une de ces femmes chefs d'entreprise axées sur la croissance. Les entretiens semidirectifs ont porté sur les thèmes suivantes : Comment avez-vous pris la décision de devenir entrepreneur (création / reprise)? Comment voyez-vous votre entreprise? Comment faitesvous vos choix stratégiques majeurs? Comment gérez-vous votre entreprise? Quel est votre processus décisionnel? Quelle est la signification de la croissance pour vous? et pour votre entreprise?, Comment mesurez-vous la réussite personnelle?, Comment mesurez-vous la performance de votre entreprise? Les principaux résultats sont les suivants et peuvent être illustrés par un cas emblématique. Ce cas a été choisi pour plusieurs raisons: (1) cet entretien résume la pensée et les perceptions des femmes chefs d'entreprise à forte croissance, (2) la société est deux fois lauréate de l'indice (sur les 3 ans), (3) l entreprise montre un fort taux de croissance par rapport au secteur (4) elle a réussi un LMBO en Cas Lefebvre Software - Editeur de logiciels spécialisé dans les systèmes de ressources humaines. Suite à un désaccord entre les actionnaires sur la stratégie à mener dans son ancienne société, Viviane Ribeiro a négocié son départ d avec son employeur. Alors âgée de 53 ans et après un certain nombre de mois de vacances et une poignée de propositions d'emploi dans des grandes entreprises, une discussion avec une personne lui a donné une idée d'opportunité : reprendre et créer une entreprise. 16

17 Elle a alors une vision claire et commencé la recherche de deux petites entreprises à acheter, en utilisant des fonds d'investissement, avec l'idée de réunir ces deux PME pour développer une entreprise pérenne. Dans le même temps, une filiale du groupe Lefebvre Software était en déficit et le groupe était à la recherche d'une solution. Lefebvre Software est un groupe familial. Elle a négocié avec le groupe le fait de prendre la tête de cette filiale en Janvier 2007 dans l'espoir de la développer et de la faire croître, pour in fine, la reprendre totalement. Elle et son équipe (dont plusieurs personnes de son ancienne entreprise qui l ont suivie) ont réussi dans cette tâche et le groupe a tenu son engagement initial: ils l'ont laissée acheter cette nouvelle entreprise en Octobre 2011, par LMBO (avec 40 personnes) et l aide de fonds d'investissement. Quand elle est arrivée en 2007, la société comptait 200 employés et 60 clients, mais avait subi de lourdes pertes. Elle a dû licencier 70 employés. Aujourd'hui, elle emploie 300 personnes, compte 400 clients et réalise 30 M de chiffre d'affaires, bénéficiant d'un taux de croissance de 26% en 2011 (soit plus de 21% en moyenne au cours des 4 dernières années), alors que le secteur a connu -3% en 2009, +1,5% en 2010 et +3,6% en 2011 selon le Syntec. Ses valeurs sont centrées sur sa relation avec son équipe. Elle dit toujours «nous» plutôt que «je» concernant les activités et les résultats de l'entreprise. Elle travaille à créer une société «où les gens prennent plaisir à travailler au sein d'une grande équipe» et avec une «relation de respect et de transparence." Quarante employés ont également investi dans le processus de LMBO et elle est «fière de cela». Par ailleurs, elle a structuré l'entreprise avec des personnes dignes de confiance (80) qu'elle avait connues lors de ses précédentes expériences professionnelles. Selon elle, «prendre soin de ses employés et des clients est essentiel». La croissance est bien sûr un élément important. La société doit faire face à la croissance du marché, mais "la croissance est le résultat" et "nous ne sommes pas spécialement à la recherche de forte croissance". La poursuite de la croissance, à la fois organique et externe, a contribué à renforcer la société en distribuant des produits complémentaires, des services et à saisir des opportunités géographiques (20% de ses ventes sont réalisées à l'étranger) et elle continue à acheter des entreprises dans différents pays. Elle sait simplement "qu ils doivent 17

18 aller de l'avant". Elle veut atteindre 100 millions d'euros de chiffre d'affaires en 3 ans (40 millions réalisés en 2011). Le processus de décision est tout à fait informel et les personnes spécifiques sont engagées à chaque fois dans la décision. La délégation est le mot-clé et "tout le monde est au bon endroit". Le travail d'équipe est une priorité. Elle sait comment prendre des décisions: «Je ne me pose pas de questions, je sais que mon modèle est efficace, si nous avançons". Aucun membre de sa famille ne travaille dans l'entreprise. Les indicateurs privilégiés pour elle sont la rentabilité, permise par cet «état d'esprit, cette dynamique et une agilité qui permet le développement plus loin". Cette évolution est "toujours fragile" et nécessite un niveau élevé d engagement et d énergie de sa part ainsi qu une importante quantité de travail si on veut transmettre cette culture de façon continue. En tant que tel, elle organise son agenda, et se préserve une journée par semaine consacrée à des moments de réflexion stratégique systématiques d une part et à des fins personnelles de l autre. Elle passe 4 jours à Paris dédiés au travail. Sa famille a toujours été et reste un grand soutien. Elle a deux filles et une petite-fille un. Son (deuxième) mari est d'un grand soutien. «La gestion du temps peut être le problème". En outre, elle est membre de nombreux réseaux et est très impliquée dans la défense des droits des femmes, ce qui lui permet d'avoir un poids dans le débat social. «La transparence, la simplicité, la joie dans le travail d'équipe» sont ses maîtres mots, de même que "la prise de décision rapide, la créativité, l'humour et l'intuition". Ce cas emblématique n est certainement pas un cas isolé et peut être complété par d'autres témoignages de femmes (mis en évidence dans l'indice). Anne-Laure Constanza, par exemple, la créatrice de "Envie de fraises", a recueilli près de 2 millions pour développer son activité et contrairement à la croyance populaire, «a eu du mal à ne lever que ce qui était nécessaire». Sylvie Casenave-Péré, qui dirige Posson Packaging Company, a trouvé un équilibre entre sa vie privée (4 enfants) et sa vie professionnelle. «Plus nous entreprenons de choses, plus nous devons être agiles pour jongler avec tout». La créatrice de "Charlott", une entreprise de lingerie, dit avec un rendement de plus de 40% : «Notre développement est viral et sans fin» 18

19 (avec un réseau de vendeuses à domicile). Le mode de management est double : «Nous travaillons sur la complicité affective et en interne, nous comptons chaque centime». Conclusion Dans cet article, nous mettons en évidence le fait qu'il existe plus de similitudes que de différences entre les entrepreneurs masculins et féminins, mais aussi que les femmes entrepreneures qui visent la croissance présentent un certain nombre de caractéristiques particulières basées sur la création de leurs propre style de leadership (le travail d'équipe a été souligné, la mise en œuvre individualisé de la gestion des ressources humaines, le dialogue et la transparence dans les relations). Nous confirmons deux constats généraux qui ont été faits sur les femmes entrepreneurs et pouvons conclure que ces résultats trouvent écho avec la recherche sur les femmes entrepreneurs à forte croissance, même si nous devons souligner que très souvent, elles ne se réfèrent pas à une forte croissance, mais à la croissance, alors même que l'entreprise connaît réellement un taux élevé de croissance. De plus, la croissance est vécue comme un résultat d une action globale. Par ailleurs, nous confirmons l'idée que les femmes entrepreneurs visant la croissance voient différemment leur entreprise (par rapport aux hommes). Elles sont à la recherche de leur propre bien-être, qui doit être global, c'est-à-dire à la fois privé et professionnel. Et ce double bien-être a un impact réel sur la performance (Shelton, 2006). On retrouve l idée de «perspective intégrée» (Brush, 1992), où les femmes intègrent leur entreprise dans leur vie personnelle, familiale et communautaire ; la considérant comme un réseau coopératif de relations plutôt que comme une entité économique distincte. En cela, elles donnent la priorité aux aspects relationnels de la gestion (y compris vis-à-vis des employés et des clients) et ont un style de gestion plus horizontal et participatif (Bird & Brush, 2002). Enfin, comme elles font un choix délibéré pour la croissance, elles arbitrent entre les coûts et les avantages, à la fois pour leur entreprise et pour leur vie personnelle (Morris, 2006). Nous confirmons qu'elles doivent organiser leur vie et rechercher un équilibre entre le travail et la vie privée («partage des rôles»). Par exemple, deux foyers de vie distincts (l'un pour les affaires et l autre pour la famille). Comme Shelton (2006) l'a souligné, une stratégie de gestion appropriée qui concilie travail et famille peut améliorer les performances des 19

20 entreprises détenues par les femmes. Elles désirent vraiment une vie fructueuse (Vernheul et al., 2006). Une plus grande prise de conscience et une compréhension plus approfondie des femmes chefs d'entreprise à forte croissance pourraient être utiles aux décideurs et aux parties prenantes pour les amener à accorder plus d'attention à ces entrepreneurs. Certaines lois spécifiques ou des institutions pourraient plus et différemment aider ces entrepreneurs. Les investisseurs, les banquiers et les business angels pourraient les voir d'une manière différente sur la question du risque, de la performance et du financement. Mentors, conseillers et autres accompagnateurs pourraient organiser des séances spéciales liées à leur besoin réel. Une limite de cette étude est l'accent mis sur les femmes entrepreneurs qui aspirent à la croissance. Un autre est le nombre limité d'années d'études (deux seulement) et des cas (sept). Même avec ces limitations, notre étude ouvre de nombreuses pistes pour des recherches complémentaires. Une possibilité intéressante consisterait à étendre l'analyse des données (sur trois ans et sur de nouveaux indicateurs) et le nombre d'entretiens ; ce qui nous permettrait d'analyser en profondeur la relation que les femmes entrepreneurs entretiennent avec la croissance mais aussi la forte croissance. D autres études pourraient comparer les femmes entrepreneurs en fonction de critères tels que le statut (création / reprise), l ancienneté de l entreprise (démarrage/croissance ou maturité), la propriété (entreprises familiales/entreprises non familiales), l utilisation de réseaux (membre actif/non actif). Enfin une comparaison internationale pourrait être intéressante à mener. References Ahl, H., (2006), Why research on women entrepreneurs needs new directions, Entrepreneurship Theory and Practice, vol.30, Allen, I.E., Langowitz, N.; Minniti, M., (2007), 2006 Global Entrepreneurship Monitor Report on Women and Entrepreneurship, Babson College and London Business School Apergis. N., Pekka-Economou. V., (2010), Incentives and Female Entrepreneurial Activity: Evidence from Panel Firm Level Data, International Advances in Economic Research, vol.16, N 4,

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial VOLUME 14 NUMÉRO 2Mai 2014 Éditorial Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013 Le Global Entrepreneurship Monitor, communément

Plus en détail

Texte présenté au colloque de l'académie de l'entrepreneuriat, Université de Sherbrooke, 4-5 octobre 2010, publié dans les Actes.

Texte présenté au colloque de l'académie de l'entrepreneuriat, Université de Sherbrooke, 4-5 octobre 2010, publié dans les Actes. Texte présenté au colloque de l'académie de l'entrepreneuriat, Université de Sherbrooke, 4-5 octobre 2010, publié dans les Actes. Jeunes créateurs d entreprise : leur parcours, de l initiation à la consolidation

Plus en détail

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT?

HOW DO YOU EXPECT YOUR COMPANY'S CHINA PROFIT? C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Les entreprises suisses réussissent particulièrement bien en Chine En 2014, les ventes et les bénéfices des entreprises suisses actives en Chine connaissent une accélération

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS

PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS 2012 Indice BDC de la nouvelle activité entrepreneuriale PIERRE MARTELL PRéSIDENT MARTELL HOME BUILDERS Résumé --------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

JUMP Empowering women, advancing the economy

JUMP Empowering women, advancing the economy www.jump.eu.com JUMP Empowering women, advancing the economy 1 2 3 4 5 JUMP est une entreprise sociale innovante fondée en 2006 par Isabella Lenarduzzi JUMP accompagne dans leur management les entreprises

Plus en détail

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES FÉVRIER 2013 RESSOURCES HUMAINES ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

I D C E X E C U T I V E B R I E F

I D C E X E C U T I V E B R I E F IDC France, 13 Rue Paul Valéry, 75116 Paris, Tél.: 01 56 26 26 66 Fax: 01 56 26 2670 www.idc.com/france/ I D C E X E C U T I V E B R I E F C l o u d : C o l l a b o r a t i o n e t I n f r a s t u c t

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail

CENTRE OCDE LEED À TRENTE POUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL

CENTRE OCDE LEED À TRENTE POUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL CENTRE OCDE LEED À TRENTE POUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL BROCHURE D INFORMATION 2003-2015 L Organisation de Coopération et de Développement Économique (OCDE) est une organisation intergouvernementale pluridisciplinaire

Plus en détail

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company

Appelton Miller Capital Investment Consulting Company Investment Consulting Company 183, avenue du Roule 92200 Neuilly-sur-Seine France Présentation Corporate Tel : +33 (0) 1 46 40 75 51 Fax : +33 (0) 1 46 40 75 55 Janvier 2013 contact@appeltonmillercapital.com

Plus en détail

ASSEMBLEE GENRALE 2015

ASSEMBLEE GENRALE 2015 ASSEMBLEE GENRALE 2015 Réponse du conseil d Administration du 29 avril 2015 (articles L. 225-108 et R 225-84 du Code de commerce) QUESTIONS ECRITES D ACTIONNAIRE posée le 17 avril 2015 par EUROPEAN WOMEN

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Développer l entrepreneuriat féminin. Un plan d action en marche

DOSSIER DE PRESSE. Développer l entrepreneuriat féminin. Un plan d action en marche DOSSIER DE PRESSE Développer l entrepreneuriat féminin Un plan d action en marche Jeudi 6 février 2014 SOMMAIRE Déroulé du déplacement de la ministre au Salon des entrepreneur s... 2 Retour sur le plan

Plus en détail

La PME au Québec Profil comparatif. par. Marie-Hélène LÉGARÉ Germain SIMARD Louis Jacques FILION. Cahier de recherche no. 1999-06 Avril 1999

La PME au Québec Profil comparatif. par. Marie-Hélène LÉGARÉ Germain SIMARD Louis Jacques FILION. Cahier de recherche no. 1999-06 Avril 1999 La PME au Québec Profil comparatif par Marie-Hélène LÉGARÉ Germain SIMARD Louis Jacques FILION Cahier de recherche no. 1999-06 Avril 1999 ISSN : 0840-853X Copyright 1999 - École des Hautes Études Commerciales

Plus en détail

Vous gagnez 86 000 euros. Carrières. les directeurs financiers. RÉMUNÉRATION - Ce que gagnent

Vous gagnez 86 000 euros. Carrières. les directeurs financiers. RÉMUNÉRATION - Ce que gagnent RÉMUNÉRATION - Ce que gagnent les directeurs financiers L Association Nationale des directeurs financiers et de contrôle de gestion (DFCG), le cabinet de recrutement Michael Page et Option Finance viennent

Plus en détail

CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4

CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4 CAHIER DE RECHERCHE n 2010-004 E4 Management Entrepreneurial et Orientation Entrepreneuriale : Deux concepts aussi différents? Kathleen Randerson Alain Fayolle Unité Mixte de Recherche CNRS / Université

Plus en détail

HND Business en Ressources Humaines et Management de projet

HND Business en Ressources Humaines et Management de projet Présentation HND Business en Ressources Humaines et Management de projet Higher National Diploma (BTEC 5, level 5, Bac+2, 120 crédits ECTS) Le HND est un diplôme préparant à des fonctions d'assistant manager

Plus en détail

Les reprises et cessions d'entreprises

Les reprises et cessions d'entreprises Les reprises et cessions d'entreprises 007 / 00 Etude réalisée pour : Méthodologie Le CSOEC et l ACFCI Echantillon : Echantillon de 0 dirigeants repreneurs ou futurs cédants, issu d un échantillon national

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

Trois modèles de croissance

Trois modèles de croissance Trois modèles de croissance Par Jean Berg Senior Vice President, Estin & Co Il existe trois modèles de croissance : la croissance organique, la croissance par acquisition organique, la croissance par acquisition

Plus en détail

Bachelor : Business Innovation, Management des Ressources Humaines

Bachelor : Business Innovation, Management des Ressources Humaines Bachelor : Business Innovation, Management des Ressources Humaines Présentation Level 6, BAC + 3, 60 crédits ECTS Le Cycle Bachelor en Business Innovation & Management est un cycle préparant à des responsabilités

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Etude Importance et positionnement des femmes dans les PME suisses

Etude Importance et positionnement des femmes dans les PME suisses Dachorganisation der Schweizer PME Organisation faîtière des PME suisses Organizzazione mantello delle PMI svizzere Umbrella organization of Swiss SME Analyse et exigences de l'usam Etude Importance et

Plus en détail

HOW AMERICANS GET IN TOUCH WITH GOVERNMENT

HOW AMERICANS GET IN TOUCH WITH GOVERNMENT HOW AMERICANS GET IN TOUCH WITH GOVERNMENT par John B. Horrigan Résumé version longue Le rapport intitulé How Americans Get in Touch with Government a été effectué par Pew Internet & American Life Project.

Plus en détail

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France

Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Étude 2014 sur la motivation dans les organisations en France Synthèse questionnaire : Ce questionnaire a été administré au deuxième trimestre 2014 auprès d'un échantillon représentatif de 110 personnes

Plus en détail

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Marthe Deschesnes, Ph.D. Catherine Martin, M.Sc. Adèle Jomphe Hill, Ph.D

Plus en détail

Statistiques structurelles sur les entreprises

Statistiques structurelles sur les entreprises 1 Statistiques structurelles sur les entreprises - Analyse Statistiques structurelles sur les entreprises Un aperçu de la structure de l'économie belge en 2011 et des possibilités offertes par cette source

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Renouveau de l esprit d entreprise qui affecte tous les pays et toutes les organisations économiques et sociales.

Renouveau de l esprit d entreprise qui affecte tous les pays et toutes les organisations économiques et sociales. Jean Bonnet 1 Renouveau de l esprit d entreprise qui affecte tous les pays et toutes les organisations économiques et sociales. Renouveau entrepreneurial dans le cas français depuis 25 ans Autres périodes

Plus en détail

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne!

STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ. Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! STRATÉGIE DE LA COPROPRIÉTÉ Aidez les propriétaires d entreprise à protéger leur avoir commercial et personnel tout en maximisant leur épargne! La situation Jacques Robichaud et Richard Larivée sont actionnaires

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES

LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LA MOBILITÉ INTERNE DES CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-04 JANVIER 2015 Les circonstances du changement de poste dans l entreprise Les changements observés entre les deux postes Perception de

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management?

La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? APPEL À CONTRIBUTIONS REVUE INTERNATIONALE PME La croissance des entreprises : nouvel enjeu pour le management? Rédacteurs invités Karim Messeghem, Professeur, Université Montpellier 1 Didier Chabaud,

Plus en détail

marque employeur la perception est réalité

marque employeur la perception est réalité marque employeur la perception est réalité Veuillez noter que cette présentation vous est transmise à titre informatif. Ce document reste la propriété exclusive de Randstad et ne devra en aucun cas être

Plus en détail

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013

Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement. Novembre 2013 Club AFIC avec Elles Etude sur la mixité dans le Capital Investissement Novembre 2013 Introduction L AFIC, qui souhaite promouvoir activement le rôle des femmes dans les métiers du capital investissement,

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

Les défis de l'entrepreneur Plan. Les défis de l'entrepreneur. Les défis de l'entrepreneur Les illusions entrepreneuriales

Les défis de l'entrepreneur Plan. Les défis de l'entrepreneur. Les défis de l'entrepreneur Les illusions entrepreneuriales L'entrepreneuraujourd'hui: évolution, défiset opportunités ~~~~~~ Conférence 2 Les défis de l entrepreneur 24 octobre 2009 Randy M. Ataide Professeur d entrepreneuriat RandyAtaide@pointloma.edu Cohérence:

Plus en détail

Former les enseignants à l inclusion en Europe

Former les enseignants à l inclusion en Europe Former les enseignants à l inclusion en Europe Dossier Verity Donnelly 1 Amanda Watkins Agence européenne pour le développement de l éducation des personnes ayant des besoins particuliers Résumé : Les

Plus en détail

Sommaire Canada Rapport annuel de l École de la

Sommaire Canada Rapport annuel de l École de la Volume 5, numéro 2 mars 2012 Sommaire Canada Rapport annuel de l École de la fonction publique International Le meilleur think tank en 2011 : le Brookings Institution International Les défis pratiques

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012

Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Une enquête de l Observatoire Cegos Quel climat social chez les assistantes en 2012? Enquête menée auprès de plus de 1 000 assistantes en février/mars 2012 Méthodologie de l enquête 2 - L Observatoire

Plus en détail

nouveaux arrivants entrepreneurs

nouveaux arrivants entrepreneurs F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D E S J E U N E S E N T R E P R E N E U R S Le mentorat des nouveaux arrivants entrepreneurs Guide pour les mentors de la FCJE A c c o m p a g n e m e n t a u p r

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012

PREUVES À L APPUI. Le grand décrochage. Cahier n 1. Comment les entreprises géantes déforment la Bourse. Janvier 2012 Cahier n 1 Janvier 2012 Le grand décrochage Comment les entreprises géantes déforment la Bourse La Bourse a radicalement transformé notre économie. A partir des données de la base GEF/ IFGE, ce cahier

Plus en détail

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social

Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Les jeunes internautes et l entrepreneuriat social Enquête exclusive ESSEC/CSA Janvier 2010 Tous droits réservés Essec. Toute reprise doit être accompagnée de la mention : "Les jeunes internautes et l

Plus en détail

Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes

Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes Promotion de l esprit d entreprise parmi les femmes Rapport Best n 2 2004 Direction générale Entreprises Commission européenne Rapports Best Les rapports Best sont le fruit de projets qui, menés dans le

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Bachelor : Business Innovation, Management & Marketing International

Bachelor : Business Innovation, Management & Marketing International Présentation Bachelor : Business Innovation, Management & Marketing International Level 6, BAC + 3, 60 crédits ECTS Le Cycle Bachelor en Business Innovation & Management est un cycle préparant à des responsabilités

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle

Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Programme de Maîtrise en administration des affaires (MBA) Description officielle Ce document constitue la version officielle du programme à compter de juin 2015. Les étudiants sont soumis aux règlements

Plus en détail

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles

par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles par Sylvie Roberti E.R. : Eric Poncin - Rue des Deux Eglises 45-1000 Bruxelles CPCP asbl - novembre 2008 CPCP - Centre Permanent pour la Citoyenneté et la Participation asbl Rue des Deux Eglises, 45-1000

Plus en détail

Consultation sur le déséquilibre entre les hommes et les femmes au sein des organes décisionnels des entreprises dans l UE

Consultation sur le déséquilibre entre les hommes et les femmes au sein des organes décisionnels des entreprises dans l UE Consultation sur le déséquilibre entre les hommes et les femmes au sein des organes décisionnels des entreprises dans l UE ********* Position de la CEC European Managers MAI 2012 L'égalité entre les femmes

Plus en détail

Dossier de presse Juin 2013. l égalité professionnelle chez Orange

Dossier de presse Juin 2013. l égalité professionnelle chez Orange Dossier de presse Juin 2013 l égalité professionnelle chez Orange Orange est fermement convaincu que la mixité, dans toutes les fonctions et à tous les niveaux de l entreprise, est un gage de performance

Plus en détail

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire

Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire SYNTHÈSE D ÉTUDE Perception des jeunes sur l emploi dans l économie sociale et solidaire Étude Avise-CESOD - avril 2014 PARTENAIRES FONDATEURS DE JEUN ESS AVEC LE SOUTIEN DE : Contact Avise : Claire Gadebois,

Plus en détail

TROIS QUESTIONS D ECONOMIE DU DEVELOPPEMENT

TROIS QUESTIONS D ECONOMIE DU DEVELOPPEMENT Université d Auvergne, Clermont 1. Faculté des Sciences Economiques et de Gestion. 2009-2010 TROIS QUESTIONS D ECONOMIE DU DEVELOPPEMENT Master 2 ème année : développement durable dans les pays en développement

Plus en détail

Entreprendre en France? Les motivations des femmes

Entreprendre en France? Les motivations des femmes Business School W O R K I N G P A P E R S E R I E S Working Paper 2014-211 Entreprendre en France? Les motivations des femmes Dominique BONET FERNANDEZ Marie-José SCOTTO Bruno FISCHER http://www.ipag.fr/fr/accueil/la-recherche/publications-wp.html

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Le moment pour les assureurs de repenser leur relation client Forum International de l'assurance Casablanca 18 avril 2013 Enquête globale

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France

L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France L emploi atypique n est pas forcément synonyme de mal-être accru au travail. L exemple du type de contrat de travail en France Baggio, S. & Sutter, PE. Résumé de la communication orale présentée au colloque

Plus en détail

Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail

Opportunités pour les Autochtones sur le marché du travail Soumission au Comité permanent des ressources humaines du développement des compétences du développement social et de la condition des personnes handicapées (HUMA) Opportunités pour les Autochtones sur

Plus en détail

Utiliser le secteur privé comme levier?

Utiliser le secteur privé comme levier? Utiliser le secteur privé comme levier? Comprendre et analyser la collaboration des organisations canadiennes de développement international avec le secteur privé par le biais du plaidoyer, du dialogue,

Plus en détail

Courriel : sylvie.sammut@umontpellier.fr Fonction : Maître de Conférences HDR. Biographie. Activités

Courriel : sylvie.sammut@umontpellier.fr Fonction : Maître de Conférences HDR. Biographie. Activités SAMMUT Sylvie Courriel : sylvie.sammut@umontpellier.fr Fonction : Maître de Conférences HDR Biographie Sylvie SAMMUT est Maître de Conférences HDR à l'université de Montpellier. Elle est directrice-adjointe

Plus en détail

Le point sur Le Small Business Act pour l'europe

Le point sur Le Small Business Act pour l'europe Le point sur Le Small Business Act pour l'europe Le Small Business Act pour l'europe (SBAE) a été adopté le 25 juin 2008 pour soutenir la croissance et la compétitivité des PME dans l'union européenne.

Plus en détail

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES

ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES ICE - FAGIOLI & PARTENAIRES MANAGEMENT RELATIONS HUMAINES ENTREPRENEURSHIP Place St-François 12bis, 1002 Lausanne Téléphone : 021 12 70 6 mail@icefagioli.ch - www.icefagioli.ch - www.moncoach.ch ENQUÊTE

Plus en détail

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013

ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC. Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 ENTREPRISES EN EXPANSION ET FABRICANTS : OCCASIONS ET BESOINS Sondage Points de vue BDC Recherche et intelligence de marché de BDC Juin 2013 Faits saillants MÉTHODOLOGIE 140 professionnels provenant d

Plus en détail

L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme. 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse

L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme. 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse L entreprise idéale de demain Entre idéalisme et pragmatisme 23 avril 2013 Hédiard Madeleine Petit-déjeuner Presse Méthodologie Etude réalisée du 11 mars au 7 avril 2013, au travers d un sondage en ligne.

Plus en détail

Etude AdoctA Crowdfunding. octobre 2013

Etude AdoctA Crowdfunding. octobre 2013 Etude AdoctA Crowdfunding octobre 2013 Contexte : Cette étude avait pour objet d analyser les réactions des individus vis-à-vis du crowdfunding d entreprises, leurs intentions d utiliser ce système de

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance

Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance Panorama sur les femmes entrepreneures et l assurance 2013 Objectifs et méthodologie L'objectif de ce panorama est de mettre en évidence les différences de postures, de comportements et d'image entre hommes

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

QUESTIONS À EXAMINER. Atelier N 1 Développer la culture de l entreprise chez les femmes : éducation, formation et changement des mentalités

QUESTIONS À EXAMINER. Atelier N 1 Développer la culture de l entreprise chez les femmes : éducation, formation et changement des mentalités LES FEMMES ENTREPRENEURS À LA TÊTE DE PME : Pour une participation dynamique à la mondialisation et à l économie fondée sur le savoir Paris, 29 30 novembre 2000 QUESTIONS À EXAMINER Atelier N 1 Développer

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 03.09.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, septembre 2009 Modèles

Plus en détail

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire?

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Note Synthétique Juin 2010 Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Dossier rédigé sur la base du rapport homonyme d IDEA Consult Le bureau d études IDEA

Plus en détail