BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE"

Transcription

1 BANQUE MONDIALE TERMES DE REFERENCE ET ETENDUE DU TRAVAIL POUR LA REALISATION DE L ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN CÔTE D IVOIRE I. Contexte La Banque mondiale est entrain de mener une initiative visant à élaborer et mettre en œuvre un exercice diagnostique et un cadre d actions pilote, combinant les connaissances multidisciplinaires et les expériences des pays afin de faire face aux problèmes de gouvernance dans les pays fragiles et affectés par des conflits. Cette initiative se focalisera sur comment rendre les reformes plus efficaces dans le renforcement des institutions, la promotion de la transparence et de la responsabilité sociale, et le renforcement des capacités aux niveaux locaux et nationaux pour une meilleure gouvernance. La mise en œuvre d une étude diagnostique est une des composantes clés de cette initiative. Son objectif est d obtenir des données quantitatives et qualitatives sur l état de la gouvernance en Côte d Ivoire, l accent étant mis sur la qualité de la prestation des services publics de base, et d utiliser cette information pour l élaboration et l évaluation de politiques de reformes. Le processus diagnostique est mené à travers une approche participative visant à engager les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux et soutenir le dialogue au niveau national sur les questions de gouvernance. Les autres composantes de l initiative incluent une revue des leçons tirées des reformes gouvernance dans les pays, et une évaluation de l adéquation des instruments traditionnels de diagnostics sur la gouvernance dans les pays affectés par des conflits. II. a Objectifs généraux L objet de l étude et du rapport de synthèse qui en suivra est de dresser un diagnostic sur l ampleur de la mauvaise et de la bonne gouvernance en Côte d Ivoire surtout dans les secteurs sociaux et d avoir des données qualitatives et quantitatives sur les faiblesses institutionnelles liées à la qualité des prestations de services de base aussi tout comme l ampleur de la corruption. L'exécution du diagnostic devra permettre de tester des instruments d enquête sur la gouvernance et la corruption dans un contexte post-conflit et d aider à focaliser les interventions de la Banque mondiale tout comme celles des autres partenaires au développement dans le cadre de l amélioration de la gouvernance. L étude diagnostique sera principalement axée sur la qualité des services publics et sur d autres aspects de la gouvernance tels que la prestation des services dans la fonction publique ainsi que le fonctionnement de la gestion financière, la gestion du personnel et la gestion de l offre de services de l éducation et de la sante et l accès a l information. Sur la base des résultats de l étude, le consultant élaborera un rapport de synthèse. 1

2 II. b Objectifs spécifiques 1) Saisir la perception et l expérience de la mauvaise gouvernance par les ménages et les fonctionnaires, par rapport à l'accès aux services publics, surtout ceux de base comme la santé et l éducation; 2) Identifier les groupes particuliers de la population et les régions qui sont les plus vulnérables et affectés par la mauvaise gouvernance. Identifier les secteurs où le risque de corruption est particulièrement prévalant; 3) Déterminer les causes, la nature, les manifestations, la fréquence et l'importance des pratiques de corruption; 4) Evaluer le niveau de confiance dans les mécanismes de plaintes et dans l'application effective des sanctions; 5) Déterminer le niveau d information et d accès à l information des populations sur les questions publiques centrales de gouvernance surtout économique III. Description des activités Le but de cette étude est d'étudier les expériences et les perceptions des citoyens ivoiriens en ce qui concerne la gouvernance et la corruption dans le secteur public. Elle aura une couverture nationale et s étendra dans les parties Nord et Sud du pays. Le diagnostic sur la Gouvernance comprend deux enquêtes : une enquête auprès des ménages sur leur expérience et perception des phénomènes de la gouvernance et la corruption; une enquête auprès d agents de l Administration Publique et responsables élus; Il est bon de noter que l étude incorporera également les vues de représentants des medias et des leaders des organisations de la société civile à travers des groupes de consultation qui permettront de développer des instruments d enquête pertinents et de meilleure qualité et de se faire une meilleure idée sur la manière d améliorer l impact de communications sur les questions de gouvernance dans le pays. Pour atteindre les objectifs ci-dessus énumérés, le Consultant devra mener les activités suivantes : (i) Réaliser un plan d échantillonnage pour le diagnostic auprès des ménages et de l administration, conformément aux normes d enquêtes développées par l équipe de la Banque mondiale; le consultant s'assurera qu'un individu ne soit interviewé qu'une seule fois. 2

3 Les détails de ce plan d échantillonnage sont les suivants: Enquête auprès des ménages Le plan d'échantillonnage et la taille des échantillons seront proposés par le consultant et approuvés par l équipe de la Banque mondiale. L enquête capturera l expérience et les perceptions des citoyens en tant que membres de ménages, utilisateurs de services des secteurs public et privé, sujets aux règlements, et clients pour des licences et permis. Une attention spéciale sera prêtée aux services sociaux tels que les services de l'éducation et de santé. Certains facteurs de stratification pour l'enquête seront, entre autres facteurs significatifs, le sexe, l emplacement géographique (milieu urbain/rural et nord/sud), services utilisés, niveau de revenu et occupation professionnelle. Il y aura deux groupes de répondants privilégiés pour l enquête. Le premier sera un membre senior du ménage (si, après deux tentatives arrangées avec le ménage, l'enquêteur ne parvient pas à interviewer le membre senior identifié du ménage, un autre membre du ménage, ayant plus de 18 ans, peut être interviewé. Le deuxième type de répondant préféré sera des citoyens (membres du ménage autre que le senior identifié) qui ont été des utilisateurs récents (12 derniers mois) de services indiqués. Taille de l échantillon: 920 Enquête auprès des fonctionnaires Le consultant effectuera une autre enquête dans toute l administration publique et selon les mêmes conditions fixées plus haut en ce qui concerne l échantillonnage. Celui-ci devra comprendre des parlementaires, des membres du gouvernement, des fonctionnaires, des représentants du pouvoir judiciaire, de la douane, de l administration des impôts, des services extérieurs ou décentralisés (directions départementales, etc.) de l administration centrale et de l administration municipale. Un échantillonnage représentatif de chacune des structures ciblées est nécessaire. Tous les niveaux de la hiérarchie des institutions devront être représentés. Le personnel de chaque institution sera réparti en groupes de décideurs politiques, de directeurs et de personnel d appui. Les décideurs sont ceux qui sont chargés ou qui ont la responsabilité de définir les politiques institutionnelles. Le personnel d encadrement met en œuvre les politiques institutionnelles fixées. Le personnel d appui assiste les décideurs et le personnel d encadrement dans l accomplissement de leurs fonctions. Par exemple, dans une université, les décideurs sont le Recteur et le Vice-Recteur ; le personnel d encadrement comporte les doyens des facultés ; le personnel d appui est composé des professeurs, assistants, chercheurs et des autres membres du personnel administratif. Pour chaque institution, au moins 5% par catégorie devraient être interviewés. Après deux rendez-vous manqués avec un fonctionnaire particulier donné, l enquêteur peut s adresser à un autre individu de la même catégorie ou d un niveau immédiatement inférieur (tous les remplacements doivent être mentionnés sur une fiche de suivi). Taille de l échantillon: 380 3

4 (ii) (iii) Adapter les questionnaires d enquête aux réalités du pays et rédiger les manuels des agents enquêteurs et des superviseurs; Recruter et former les agents enquêteurs et les superviseurs. A la suite de l adaptation des instruments d enquête, le consultant devra s assurer que les superviseurs et les personnes chargées des interviews sont minutieusement formés. Les chargés des interviews travaillant sur ce projet seraient généralement des agents enquêteurs ayant travaillé avec le Consultant sur un nombre de projets de recherches en Afrique francophone. Là ou il est nécessaire de recruter de nouveaux agents, le Consultant s assurera qu ils aient la maturité et l expérience professionnelle nécessaires pour cette étude. Le Consultant formera son personnel selon trois axes: formation en classe, interviews de préparation, tests sur le terrain. Tous les superviseurs et les personnes chargées des interviews testeront les instruments d enquête entre eux, par groupe de trois, pour s assurer qu il existe une compréhension commune de chaque question. Apres la formation en classe, les agents enquêteurs potentiels devraient s interviewer et ensuite, sortir, sous supervision, interroger des membres du public. (iv) (v) (vi) Traduire les expressions clef des questionnaires dans les langues nationales. Le consultant développera également dans un manuel d enquêteur, en langues nationales et en Français, les lignes de conduites dont se serviront les personnes chargées des interviews et les superviseurs pendant la réalisation des enquêtes. Organiser une enquête pilote. A la suite de la formation des superviseurs et des personnes chargées des interviews, le consultant devra tester chacun des quatre instruments d enquêtes. La période de test préliminaire fournira des informations qui seront utilisées pour améliorer les instruments d enquête. La taille de l échantillonnage pour le test sera : 40 citoyens usagers de services publics, 20 fonctionnaires,. Le consultant fournira un rapport de l enquête pilote sur les résultats du test préliminaire à l équipe de la Banque mondiale. Le rapport expliquera tous les problèmes rencontrés sur la formulation des questions de l enquête, l administration de l enquête et la sélection de l échantillonnage pendant la période de pré-test, la réceptivité des enquêtés et les durées moyennes d interview. Le rapport doit inclure des recommandations sur comment améliorer les questionnaires tout comme sur les aspects opérationnels de l enquête même. Corriger les questionnaires et les manuels suite au pré-test. Au terme des résultats du pré-test ou de l exploitation de l enquête pilote, le consultant, avec l appui de l équipe de la Banque mondiale révisera les instruments de l enquête en fonction des leçons du test préliminaire. Les instruments révisés de l enquête seront traduits en langues nationales. Le consultant s assurera que les versions traduites et la version française soient identiques, le texte en français faisant foi. 4

5 (vii) Organiser la collecte des données sur le terrain. Le consultant dirigera l enquête sur les échantillons en prenant les mesures nécessaires pour s assurer que les données sont de haute qualité. Tous les interviews, y compris les interviews de la période de test préliminaire, se dérouleront face-à-face entre l enquêté et l enquêteur. Seuls les interviews dont toutes les sections seront complétées seront considérées valides et de bonne foi. Le consultant emploiera un système de vérification de l administration de l enquête qui n enfreint pas aux principes de la confidentialité. De par l expérience de la Banque mondiale dans la collecte de données sur le secteur public et au niveau des entreprises, la Banque mondiale suggère l utilisation de la méthodologie suivante pour s assurer la coopération des répondants et des résultats fiables. La livraison en mains propres d un dossier d introduction, consistant des trois documents suivants: Lettre de pouvoirs/d introduction et Résumé du Projet de la Banque mondiale Lettre de qualifications du Consultant Brochure d information expliquant la procédure de l entretien et le type de questions posées (viii) (ix) (x) (xi) (xii) Réaliser la double saisie des données des enquêtes. Le consultant utilisera le module de saisie de SPSS et/ou Excel et transmettra les données à l équipe de la Banque mondiale par messagerie électronique ainsi que sur clé USB. Base des données. Le consultant s assurera que chacune des enquêtes est entrée deux fois (principe de la double saisie) par deux personnes différentes et que les discordances sont corrigées. Le consultant s assurera que les données sont transmises à l équipe de la Banque mondiale sous un format accessible à l équipe. Le consultant transmettra les données en tranches au fur et à mesure que les interviews sont complétées, de façon à ce que l équipe de la Banque mondiale puisse les analyser rapidement pour confirmer la cohérence des données. Apurer les données. Le consultant devra faire le nécessaire pour apurer les données, par exemple, en résolvant les différences et les incohérences internes au sein de chaque enquête. En outre, le consultant devra mettre tout en œuvre pour répondre aux questions posées par l équipe de la Banque Mondiale. Par exemple, si des différences internes sont découvertes après que les données auraient été transmises à l équipe de la Banque Mondiale, le consultant devra apporter des éléments de justification. Réaliser le traitement et l analyse des données Rédiger un rapport sur les travaux d enquête 5

6 (xiii) Rédiger un rapport de synthèse des résultats. Pour compléter cette dernière activité, le consultant devra, au-delà de l analyse directe des résultats des enquêtes: Récolter auprès des principaux acteurs du développement en Côte d Ivoire et des représentants des partenaires toute documentation récente portant sur l analyse et les actions déjà engagées par le gouvernement et les bailleurs de fonds, en vue de promouvoir la bonne gouvernance dans le pays; Déterminer les structures ou les instruments nécessitant un renforcement de leurs capacités ou leur mise en place, en vue d assurer la promotion et le suivi de la promotion de la bonne gouvernance en Côte d Ivoire IV. Contrôle de Qualité Pour l ensemble du projet, le Consultant devra s assurer qu il y ait différents niveaux de contrôle de qualité. Des interviews supervisés Les superviseurs accompagnent les agents enquêteurs aux interviews régulièrement pour vérifier qu ils adhérent aux procédures Des rappels les superviseurs appellent quelques répondants choisis de manière aléatoire le jour après l interview pour vérifier qu il s est proprement déroulé. Cela inclut une répétition des éléments clés du questionnaire pour s assurer que les réponses concordent. Un questionnaire sur six devrait être ainsi vérifié. S il y a des disparités, tous les questionnaires de l agent enquêteur en question sont examinés et selon la sévérité du problème, l agent retourne collecter l information qui manque ou l interview est rayé et un de remplacement (avec une entreprise ou personne différente) est conduite Des contrôles visuels et logiques: tous les questionnaires sont examinés visuellement en termes de complétion et d erreurs évidentes quand ils arrivent. Des contrôles logiques additionnels sont intégrés dans le programme de saisie et d analyse de données pour relever les erreurs (qui consistent généralement d erreurs de frappe plutôt que d erreurs de l agent enquêteur) V. Produits attendus Les produits attendus du Consultant sont les suivants : - Les documents méthodologiques (questionnaires finals, plan de sondage y compris la méthode et plan d échantillonnage pour chaque enquête, les manuels des agents de terrain) - Un plan de travail et un calendrier du projet qui considèrent la finalisation des questionnaires, le pilote, la formation des enquêteurs, la mise en œuvre des enquêtes au terrain, le traitement des données, et l achèvement des rapports. 6

7 - Le rapport de formation des agents enquêteurs - Un rapport sur l enquête pilote - La base de données sous format SPSS et/ou Excel - Un rapport à mi-parcours sur les travaux d enquête et la collecte de données - Le rapport préliminaire de synthèse des résultats des enquêtes - Le rapport final de synthèse des résultats des enquêtes Toutes les données rassemblées durant l étude deviendront la propriété de la Banque mondiale. Le consultant s engagera à assurer un travail de haute qualité, à collecter des données fiables, à garantir la confidentialité des réponses et la transmission des résultats de ses travaux à l équipe de la Banque mondiale sous une forme convenue entre les partis. VI. Confidentialité Le Consultant donnera l assurance que l information collectée lors des enquêtes restera strictement confidentielle. Nul autre que les parties contractantes ne seront autorisées à connaître les réponses des personnes interviewées. Le Consultant devra s assurer que son personnel respecte cette confidentialité et mettra tout en œuvre pour protéger, à tous les niveaux, le secret des déclarations des fonctionnaires, des ménages, et des entreprises privées. Une mention sera portée sur les fiches d enquête explicitant que «Les informations collectées au cours de cette enquête sont strictement confidentielles et que les renseignements individuels figurant sur tout questionnaire d'enquête statistique ne peuvent en aucun cas être utilisés à des fins de contrôle ou de répression». Le consultant sera responsable de la qualité des procédures de collecte et du strict respect de la confidentialité des informations. VII. Instance de supervision L équipe de la Banque mondiale (ou la Banque mondiale) est le maître d ouvrage de cette activité. Toutes les décisions concernant les paramètres de l étude diagnostique, tel que l objectif des enquêtes, la structure de l échantillonnage, etc. seront prises en coordination avec la Banque mondiale. Les questionnaires d enquête seront adaptés au contexte de la Côte d Ivoire et finalisés par le consultant en collaboration avec l équipe de la Banque mondiale. L équipe de la Banque mondiale organisera des groupes de consultations représentant des acteurs clés visant à aider à développer des questionnaires adaptés au contexte national. Avant le commencement de la phase pilote, elle examinera et approuvera les questionnaires et les autres instruments d enquête. 7

8 VIII. Durée de la Consultation La période d exécution du diagnostic sur la gouvernance est de six à huit mois. L enquête démarrera le 19 avril 2010 et s achever dans le mois de Septembre 2010, avec la transmission de la base de données collectée à l équipe de la Banque mondiale. Le rapport de synthèse des résultats de l enquête serait élaboré par le Consultant entre le mois d Octobre et le mois de Décembre 2010, en collaboration avec l équipe de la Banque mondiale. IX. Inspection A la conclusion complète des enquêtes, le consultant mettra les fiches des questionnaires à la disposition de l équipe de la Banque mondiale pour inspection. Ces documents seront conservés et disponibles pour cette inspection pendant au moins deux ans avant d être détruits. X. Rapport à mi-parcours sur les travaux de l enquête Après avoir transmis les données des enquêtes à l équipe de la Banque mondiale, le consultant fournira un rapport sur le déroulement de l enquête et la collecte des données. XI. Compensation et durée de l enquête La compensation pour les enquêtes sera déterminée pendant la négociation du contrat, sur la base de la proposition technique et financière du consultant sélectionné. La proposition financière devrait inclure une estimation du coût de la rédaction du rapport diagnostique final, dans le cas où le consultant est retenu pour l exécution de cette dernière phase. 8

ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN COTE D IVOIRE

ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN COTE D IVOIRE ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN COTE D IVOIRE DGDI SNGRC - Banque Mondiale Présentation des principaux résultats / base 2010 et actualisation 2012 CREA - CERFE Objet de l étude «dresser un diagnostic

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 4 mai 2015 FRANÇAIS Original : anglais ICC-ASP/14/18 Quatorzième session La Haye, 18-26 novembre 2015 Rapport relatif à l examen

Plus en détail

SERVICES D EXPERTS-CONSEILS POUR LE SUIVI ET ÉVALUATION (S&E) DU PROJET CEA

SERVICES D EXPERTS-CONSEILS POUR LE SUIVI ET ÉVALUATION (S&E) DU PROJET CEA ASSOCIATION OF AFRICAN UNIVERSITIES ASSOCIATION DES UNIVERSITÉS AFRICAINES SERVICES D EXPERTS-CONSEILS POUR LE SUIVI ET ÉVALUATION (S&E) DU PROJET CEA CONTEXTE La Banque mondiale a octroyé un financement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE :

TERMES DE REFERENCE : MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité de Coordination des Programmes Emploi (UCP-Emploi) -----------------------

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire»

Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue. Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Termes de Références pour le Recrutement d'un Consultant Pédagogue Projet : «Promouvoir une culture de la paix en milieu scolaire en Côte d'ivoire» Search for Common Ground Côte d Ivoire, Septembre 2013

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES

RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES RECRUTEMENT D UN CONSULTANT Etude Besoin et Coûts Malnutrition, Niger TERMES DE REFERENCES Consultant pour le suivi et l évaluation d une étude nationale sur l évaluation des besoins et des coûts nécessaires

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE»

Objet : Séminaire de formation sur «LA GESTION DES RISQUES EN MICROFINANCE» Formation, organisation, appui-conseil, évaluation, diagnostic, facilitations diverses en microfinance Partenaire agréé du CGAP pour le renforcement des capacités en Afrique francophone Yaoundé, le 06

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie. Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE

République Islamique de Mauritanie. Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité Justice BANQUE MONDIALE Enquête de diagnostic de la gouvernance dans les secteurs des transports, du bâtiment et des travaux publics (BTP) et de la

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Fonds des Nations Unies pour l enfance 27 décembre 2011

Fonds des Nations Unies pour l enfance 27 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance 27 décembre 2011 Note d information sur les différentes mesures de transparence et de redevabilité prises par l UNICEF, y compris la publication de rapports d audit

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

Programme OMS de Bonne Gouvernance dans le secteur pharmaceutique

Programme OMS de Bonne Gouvernance dans le secteur pharmaceutique TABLE RONDE ReMeD 2009 Le rôle du pharmacien pour améliorer la qualité et la disponibilité des médicaments essentiels Paris, le 9 novembre 2009 FIAP Jean Monnet Programme OMS de Bonne Gouvernance dans

Plus en détail

FICHE DE PROPOSITION

FICHE DE PROPOSITION GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Groupe de travail n 5 : Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance. Pour l Atelier 5 FICHE DE PROPOSITION I. Intitulé de la mesure Méthode de mise en

Plus en détail

Études sur la traduction et le multilinguisme

Études sur la traduction et le multilinguisme Études sur la traduction et le multilinguisme Contrôle de la qualité de documents dans les administrations publiques et les organisations internationales Résumé 2/2013 Traduction Europe Direct est un service

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant

RÈGLEMENT 32. Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. concernant RÈGLEMENT 32 Règlement du conseil d administration du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec concernant La procédure d examen des plaintes des usagers Règlement adopté par le conseil d administration,

Plus en détail

Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse

Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse Réalisation d une enquête auprès des jeunes en demande d insertion Document de Consultation des Entreprises Préfecture de Corse SOMMAIRE 1. OBJET DE LA CONSULTATION 2 2. PRESENTATION DU GIP CORSE COMPETENCES

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Mesurer les résultats et améliorer l efficacité en matière de développement

Mesurer les résultats et améliorer l efficacité en matière de développement Mesurer les résultats et améliorer l efficacité en matière de développement Rapport sur l efficacité du FIDA en matière de développement Le Rapport sur l efficacité du FIDA en matière de développement

Plus en détail

Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications

Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications Version 1 06.03.2013 Introduction La liberté d'expression et la

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

APPEL D'OFFRES n 201004

APPEL D'OFFRES n 201004 APPEL D'OFFRES n 201004 CAHIER DES CHARGES POUR LA SOUS-TRAITANCE RELATIVE À L'EXPERTISE EXTERNE PROJET : «Dialogue social européen : Bilan et perspectives» 1. Objet du contrat. La CES souhaite lancer

Plus en détail

POLITIQUE LINGUISTIQUE

POLITIQUE LINGUISTIQUE POLITIQUE LINGUISTIQUE Services Québec 1 er décembre 2008 Table des matières 1. CONTEXTE D APPLICATION...4 2. APPLICATION ET SUIVI DE LA POLITIQUE LINGUISTIQUE DE SERVICES QUÉBEC...5 2.1. Mise en place

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport

Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport Le ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport La mission première du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport est de s assurer que des services éducatifs de qualité sont dispensés au Québec.

Plus en détail

GESTION des RESSOURCES HUMAINES

GESTION des RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Grands axes du cours (Approche par les processus GRH) Support de Cours GESTION des RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* I - II - III - IV - V - VI - VII - Définitions - Système

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE)

Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Appui à l usage des technologies de l information et de la communication dans l éducation (TICE) Thème : la formation initiale et continue des enseignants du primaire et du collège (ou du fondamental)

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Conditions générales. pour les logiciels. MyCity

Conditions générales. pour les logiciels. MyCity EDSI-Tech Sàrl EPFL Innovation Park 1015 Lausanne Suisse www.edsi-tech.com contact@edsi-tech.com Tel. +41 (0) 21 566 14 15 Conditions générales pour les logiciels MyCity Version du 15 septembre 2015 Page

Plus en détail

1. Contexte. A propos de Search for Common Ground. A propos du Programme de Réformes

1. Contexte. A propos de Search for Common Ground. A propos du Programme de Réformes Termes de Références 2 ème Etude d opinion sur les réformes du secteur public et les priorités des populations en termes de réforme en Guinée Projet : «Assistance technique et renforcement des capacités

Plus en détail

Une agente administrative à temps complet, madame Kathy Laperrière, est maintenant affectée exclusivement au soutien des activités du CÉS et du CÉR;

Une agente administrative à temps complet, madame Kathy Laperrière, est maintenant affectée exclusivement au soutien des activités du CÉS et du CÉR; PROCÉDURE POUR LA SOUMISSION D UN PROJET DE RECHERCHE AU COMITÉ D ÉVALUATION SCIENTIFIQUE ET AU COMITÉ D ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE DE L HÔPITAL LOUIS-H. LAFONTAINE Tel que présenté lors de l Assemblée des

Plus en détail

Communauté rurale Beaubassin-est Politique # 10-05 Politique de communication

Communauté rurale Beaubassin-est Politique # 10-05 Politique de communication Communauté rurale Beaubassin-est Politique # 10-05 Politique de communication Dans la présente politique : «activités communautaires» désigne les activités qui sont organisées par les organismes communautaires

Plus en détail

I. Objet du présent document

I. Objet du présent document Demande de propositions et paramètres relatifs à la traduction en mandarin personnalisé (informatisé) du contenu du module 1 du cours de formation en ligne de la CCE sur les déchets dangereux La Commission

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2

TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 TERMES DE REFERENCE Mission n 15SANIN115-2 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Mission d appui au développement de la

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation du contrat de gestion de l'institut de la Formation en cours de carrière

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation du contrat de gestion de l'institut de la Formation en cours de carrière Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation du contrat de gestion de l'institut de la Formation en cours de carrière A.Gt 10-12-2003 M.B. 25-03-2004, erratum M.B. 25-05-2004 AGCF

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C

COMPOSANTE 3 Objectif 3.C TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA PLATEFORME DE GESTION DES CONNAISSANCES POUR LA REFORME DE LA GOUVERNANCE COMPOSANTE 3 Objectif 3.C Sous-objectif 3.C.02

Plus en détail

Directive du Conseil de Direction UNIL-CHUV du 02.12.2009 relative aux contrats et à la valorisation de la recherche

Directive du Conseil de Direction UNIL-CHUV du 02.12.2009 relative aux contrats et à la valorisation de la recherche Directive du Conseil de Direction UNIL-CHUV du 02.12.2009 relative aux contrats et à la valorisation de la recherche CHAPITRE I DISPOSITIONS GENERALES...3 ARTICLE 1 BUT ET OBJET...3 ARTICLE 2 CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE

REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique TERMES DE RÉFÉRENCE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Cabinet Deuxième Projet d'appui à la Réforme de l'enseignement Supérieur, PARESII TERMES DE RÉFÉRENCE ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: ADMINISTRATEUR DE PROGRAMME, COMMUNICATIONS - NO.VA/NPCA/14/41 L Union Africaine (UA), créée en tant qu organe continental panafricain

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

Termes de Référence. Date du début de la prestation: 3 Aout 2015 / Date de fin de la prestation: 4 Septembre 2015

Termes de Référence. Date du début de la prestation: 3 Aout 2015 / Date de fin de la prestation: 4 Septembre 2015 Termes de Référence Coaching et partage de feedback 360 (en français) pour les participants à la formation «LATIC : Leadership Africain dans les TIC» (Edition francophone d ALICT) Type de contrat: consultation

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES Projet «Systèmes de Surveillance et de MNV nationaux avec une approche Régionale» TERMES DE REFERENCES Recrutement d un consultant pour la rédaction de la composante 1A et 2C du R PP (Readiness Preparation

Plus en détail

Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie

Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Règlement pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Ce règlement est rédigé en allemand, français et italien. En cas de contradictions, c est la version allemande qui fait

Plus en détail

Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com

Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com PROGRAMME «PROMOTION DE L EXPLOITATION CERTIFIEE DES FORETS» Formulaire de demande de Co- financement A renvoyer à l adresse ppecf.comifac@gmail.com À travers la KFW PARTIE I 1. COORDONNEES DU CANDIDAT

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

ORIENTATIONS STRATEGIQUES MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Service des personnels ingénieurs, administratifs, techniques,

Plus en détail

----------------------- PROJET C2D EMPLOI DES JEUNES. (Convention d Affectation N CCI 1201 02 Y)

----------------------- PROJET C2D EMPLOI DES JEUNES. (Convention d Affectation N CCI 1201 02 Y) Le C2D, un Partenariat au service du développement Union Discipline -Travail MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ----------------------- Unité

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118

TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 TERMES DE REFERENCE Mission n 14INI118 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Subventions FM concernées Appui au démarrage des activités de distribution

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour

Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages. de l'école nationale de l'humour Évaluation de l'application de la politique institutionnelle d'évaluation des apprentissages de l'école nationale de l'humour Décembre 2011 Introduction L évaluation de l application de la politique institutionnelle

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

CHAPITRE 2 DESCRIPTION DES POSTES

CHAPITRE 2 DESCRIPTION DES POSTES DESCRIPTION DES POSTES Une des premières choses à faire en gestion des ressources humaines est de déterminer les tâches, les qualifications et les habiletés requises pour exercer une fonction au sein de

Plus en détail

Monitoring des lieux de détention Briefing

Monitoring des lieux de détention Briefing Monitoring des lieux de détention Briefing Briefing N 1 Faire des recommandations efficaces Depuis sa création en 1977, l Association pour la prévention de la torture (APT) défend l idée que les visites

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Agence temporaire de relocalisation EPI C 9 ème étage 15, avenue du Ghana BP 323 Tunis Belvédère 1002, Tunisie Département des statistiques

Plus en détail

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013

Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Notice de sélection pour Consultant Individuel IC-UPS/021/2013 Date: 15 Février 2013 Pays Intitulé de la mission : République Démocratique du Congo RDC Sélection d un consultant Chef d équipe pour l élaboration

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATIONS RELATIVE AUX LICENCES, QUALIFICATIONS ET AUTORISATIONS DU PERSONNEL AERONAUTIQUE

BROCHURE D INFORMATIONS RELATIVE AUX LICENCES, QUALIFICATIONS ET AUTORISATIONS DU PERSONNEL AERONAUTIQUE MINISTERE DES TRANSPORTS AUTORITE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE DE CÔTE D IVOIRE Réf. : BROCHURE D INFORMATIONS RELATIVE AUX LICENCES, QUALIFICATIONS ET AUTORISATIONS DU PERSONNEL AERONAUTIQUE Edition

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires

Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires Bulletin du FMI LE FMI ET LES PAYS À FAIBLE REVENU Le FMI limite le recours au plafonnement des salaires Marijn Verhoeven et Alonso Segura Département des finances publiques du FMI 5 septembre 2007 École

Plus en détail

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE

EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE EXIGENCES MINIMALES RELATIVES À LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LORS DE SONDAGES RÉALISÉS PAR UN ORGANISME PUBLIC OU SON MANDATAIRE JUIN 1999 Exigences minimales relatives à la protection des

Plus en détail

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne

Affaires autochtones et Développement du Nord Canada. Rapport de vérification interne Affaires autochtones et Développement du Nord Canada Rapport de vérification interne Vérification du cadre de contrôle de gestion pour les subventions et contributions de 2012-2013 (Modes de financement)

Plus en détail

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

IDB.39/9-PBC.27/9 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 18 mars 2011 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-neuvième session Vienne, 22-24 juin

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ)

COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) Strasbourg, le 7 décembre 2007 CEPEJ(2007)15 COMMISSION EUROPÉENNE POUR L EFFICACITÉ DE LA JUSTICE (CEPEJ) LIGNES DIRECTRICES VISANT A AMELIORER LA MISE EN ŒUVRE DE LA RECOMMANDATION SUR LES MODES ALTERNATIFS

Plus en détail

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2

Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments. 12/06/2014 - Version V2 Directive de la CEDEAO pour l efficacité énergétique dans les bâtiments 12/06/2014 - Version V2 1. Contexte... 2 2. Objectif de la directive de la CEDEAO relative à l efficacité énergétique dans les bâtiments...

Plus en détail

Protocole d entente avec la SGFPNO PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA SOCIÉTÉ DE GESTION DU FONDS DU PATRIMOINE DU NORD DE L ONTARIO

Protocole d entente avec la SGFPNO PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA SOCIÉTÉ DE GESTION DU FONDS DU PATRIMOINE DU NORD DE L ONTARIO PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA SOCIÉTÉ DE GESTION DU FONDS DU PATRIMOINE DU NORD DE L ONTARIO ET SA MAJESTÉ LA REINE DU CHEF DE L ONTARIO représentée par le ministre du Développement du Nord et des Mines

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE Date: 10 Novembre 2014 Pays: TUNISIE Description de la consultation: RECRUTEMENT D UN CONSULTANT NATIONAL EXPERT SOCIETE CIVILE Nom du projet: JUSTICE TRANSITIONNELLE

Plus en détail

Lignes directrices pour le programme des Chaires de l UNESCO au Canada

Lignes directrices pour le programme des Chaires de l UNESCO au Canada Lignes directrices pour le programme des Chaires de l UNESCO au Canada Le 8 octobre 2014 Dates à retenir : 30 septembre : Présentation d une lettre d intention à la CCU 31 janvier : Soumission de la demande

Plus en détail

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES

STRUCTURE DU PLAN D AFFAIRES LIGNES DIRECTRICES RELATIVES AUX PLANS D'ENTREPRISE FONDS POUR LES PROJETS PILOTES D'INNOVATION (FPPI) Le Fonds pour les projets pilotes d innovation (FPPI) est un programme régi par le Ministère du Développement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Etudes internationales de l Université Paris-Sud Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3235 Convention collective nationale IDCC : 2101. ENSEIGNEMENT PRIVÉ À DISTANCE

Plus en détail

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED

PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA. 9 ème FED PROJET D APPUI A L ERSUMA ET AUTRES INSTITUTIONS DE L OHADA 9 ème FED TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN DEVELOPPEUR PHP/MySQL POUR LA REALISATION D UNE PLATEFORME DE GESTION DES ACTIVITES DE FORMATION

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Le processus proposé, menant à l élaboration du plan stratégique, consisterait en huit grandes phases :

Le processus proposé, menant à l élaboration du plan stratégique, consisterait en huit grandes phases : PROCESSUS PROPOSÉ Le processus proposé, menant à l élaboration du plan stratégique, consisterait en huit grandes phases : 1- Phase préparatoire 2- Phase d identification des priorités institutionnelles

Plus en détail

e Règlement des admissions des étudiants issus de classe préparatoire REGLEMENT ADMISSIONS DES ETUDIANTS ISSUS DE CLASSE PREPARATOIRE

e Règlement des admissions des étudiants issus de classe préparatoire REGLEMENT ADMISSIONS DES ETUDIANTS ISSUS DE CLASSE PREPARATOIRE e Règlement des admissions des étudiants issus de classe préparatoire REGLEMENT ADMISSIONS DES ETUDIANTS ISSUS DE CLASSE PREPARATOIRE Programme Grande Ecole BBS 1. Dispositions générales Dès son inscription,

Plus en détail

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte )

La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) À l offensive pour des comités d entreprise européens plus nombreux et plus puissants La nouvelle directive sur les comités d entreprise européens ( refonte ) Pourquoi une nouvelle directive sur les comités

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES CHAINES DE VALEURS DES PRODUITS/SECTEURS A FORT POTENTIEL D ECHANGES INTRACOMMUNAUTAIRES, POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME

Plus en détail

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information

Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006. Note d information OFFICE DES NATIONS UNIES A GENEVE UNITED NATIONS OFFICE AT GENEVA Concours de recrutement de professeurs de français - Genève - 2006 Note d information 1. Un concours de recrutement de professeurs de français

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail